Navigation – Plan du site
Articles

L'impact de la tempête "Martin" sur le couvert forestier en Auvergne. Origine des chablis et logique de reconstitution

Fabien Jubertie
p. 1-20

Résumés

La tempête du 27 décembre 1999 a laissé des traces durables sur le couvert forestier auvergnat. Aussi semble-t-il aujourd'hui intéressant, non seulement de connaître les raisons qui expliquent la localisation et une telle ampleur des dégâts, mais aussi d'aborder le problème des reconstitutions.

Le système dépressionnaire océanique responsable des rafales tempétueuses (158 km/h enregistré à Clermont-Aulnat !) sort de l'ordinaire. Il fut remarquable à cause de sa petite taille, de sa grande mobilité et surtout par le fait qu'il trouva son maximum d'intensité en pénétrant à l'intérieur des terres. D'une manière générale, les vents ont atteint, en Auvergne, des valeurs presque comparables à celles qui avaient été enregistrées lors de la tempête de novembre 1982, événement de référence pour le Massif Central. Associés à ces vents violents, de fortes pluies ont été enregistrées. Saturant largement les sols, elles ont ainsi rendu plus efficace l'impact de la tempête sur les forêts.

L'inégale répartition des chablis apparaît clairement en visualisant des cartes départementales des dégâts établies par l'Inventaire Forestier National, ainsi qu'à travers une étude personnelle réalisée à l'échelle locale dans une forêt témoin de la Haute-Loire. L'interprétation de ces cartes permet de montrer quelles interactions ont joué entre facteurs météorologiques et orographiques. De même, elles mettent en évidence la trop grande présence de parcelles de conifères à forte densité, fragiles face au vent, issues des reboisements artificiels réalisés principalement après la Seconde Guerre mondiale.

Du coup, l'importance des dégâts, en partie liée à la mauvaise gestion sylvicole, a provoqué chez les forestiers une remise en cause des pratiques qui avaient prévalu jusqu'alors. Un véritable changement dans la stratégie des reconstitutions forestières semble aujourd'hui se développer. Des régénérations naturelles sont réalisées pour les plus petites parcelles, favorisant ainsi la diversification des essences (et le retour des feuillus). Les reboisements artificiels sont, quant à eux, réalisés avec un nombre de plants moins importants à l'hectare. Toutes ces mesures doivent permettre une diminution de la vulnérabilité au vent de ces espaces forestiers.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'Auvergne est une des régions françaises qui a été la plus touchée par la tempête du 27 décembre 1999, qui fut baptisée "Martin" par les météorologues allemands. La réalisation d'un bilan sur l'impact de cette tempête, au niveau du couvert forestier, peut apparaître tardive, mais s'explique par le fait que nous abordons aussi le problème des reconstitutions.

2Le système tempétueux sera, logiquement, tout d'abord décrit. Cette première étape est essentielle, car elle permet de comprendre pourquoi les vents ont été aussi violents dans le sud de la France et, en particulier, en Auvergne. Ensuite, viendra la description, à différentes échelles, des chablis ; la localisation de ces derniers est étroitement liée à la disposition du relief. Enfin, une réflexion sur la reconstitution des parcelles sera réalisée. La tempête a révélé une grande fragilité des massifs forestiers induite par une logique de gestion qui ne tenait que peu compte des aléas climatiques extrêmes. Cette logique semble toutefois évoluer depuis 2000.

II - Une tempête océanique singulière

3"Martin" est, sans nul doute, une tempête océanique qui sort de l'ordinaire. Tout d'abord, les vents furent associés à un petit centre dépressionnaire, certes très creux (964 hPa relevé à 18 heures TU près de Nantes), mais surtout de taille modeste et très mobile. Ensuite, à l'inverse des tempêtes traditionnelles d'ouest, qui perdent beaucoup de leur activité en pénétrant à l'intérieur des terres, "Martin" n'a pas faibli en traversant le sud de la France et a en plus succédé à un événement du même type (la tempête "Lothar") qui avait affecté le nord du pays dans la matinée du 26 décembre 1999.

4Les milieux scientifiques se sont interrogés sur les mécanismes expliquant la formation de ce genre de phénomène. Météo-France a engagé, en particulier, de nombreux travaux sur le sujet en reprenant et en exploitant une théorie initiée dès le début des années 90 par le météorologue français A. JOLY. Cette théorie développe toutefois des notions difficiles à mettre en évidence, car elle renvoie à des schémas physiques parfois abstraits portant sur le rôle prépondérant du courant-jet et des discontinuités d'altitude. Nous n'en détaillerons pas ici les fondements et préférons examiner plus "classiquement" les cartes isobariques et les images satellites du 27 décembre 1999, qui permettent de comprendre la marche et l'évolution de la tempête.

1 ) Genèse et évolution de "Martin" à l'échelle synoptique

5La genèse de cette tempête se place dans un contexte isobarique, dominé depuis le 23 décembre 1999 par une circulation zonale extrêmement rapide, établie de l'Atlantique nord à l'Europe de l'ouest. Les vents mesurés en altitude (autour de 9 km) soufflent à plus de 350 km/h, ce qui correspond au double des valeurs habituellement enregistrées (L. WHAL, 2000). Ainsi, le 25 décembre 1999, les vols New York - Londres sont-ils arrivés avec une heure et demie d'avance ! (site internet : http://www.riskinc.com). L'existence d'un fort contraste entre bas et haut géopotentiels explique l'importance de cette vitesse. À titre de comparaison, la surface 500 hPa se trouve à une altitude inférieure à 5200 m au-dessus des Îles Britanniques, tandis qu'elle se situe à plus de 5800 m dans l'extrême sud de l'Espagne.

6Dans la journée du 25, une première dépression se creuse extrêmement rapidement sous les jets océaniques, à la périphérie du vaste système cyclonique islandais. De taille réduite, elle se laisse guider par la puissance du courant d'altitude et se déplace à une vitesse de plus de 100 km/h dans la nuit du 25 au 26. Arrivée sur les côtes d'Armor à 4 heures du matin, la dépression, qui possède un diamètre de seulement 300 km, est déjà bien creusée, avec 980 hPa. Mais, à la surprise générale, le système, en continuant sa progression à l'intérieur des terres, ne se comble pas. À 7 heures, le minimum, centré entre la Normandie et l'ouest de la région parisienne, atteint même 959 hPa. Entre 10 et 11 heures, la cellule de basse pression quitte déjà la France par les Ardennes, tout en se comblant légèrement.

7Cette première tempête, "Lothar", n'a fait qu'effleurer le nord du Massif Central et, à la différence des régions situées entre la Normandie et l'Alsace, les dégâts ont été limités à quelques chutes d'arbres dans les massifs forestiers du département de l'Allier principalement.

8Toutefois, une dizaine d'heures plus tard (Fig. 1), les prémices d'une nouvelle onde dépressionnaire, la tempête "Martin", se manifestent sur l'Atlantique-Nord, au voisinage de 30°W. On peut remarquer, en regardant la situation du 27 à 6 heures (Fig. 2), que cette tempête se déplace tout aussi rapidement que l'avait fait "Lothar". En altitude, le courant d'ouest, vigoureux, se maintient avec un gradient thermique très resserré (Fig. 3). La radiosondage de Brest a d'ailleurs enregistré, au sein des jets vers 8000 m d'altitude, la vitesse extraordinaire de 529 km/h le 27 à 0 heure (M.C. BALESTE et al., 2001).

9Durant la matinée du 27 décembre 1999, la cyclogénèse s'accélère brutalement au large de la Bretagne. La dépression perd ainsi, en 6 heures, près de 20 hPa (Fig. 4). Le front chaud aborde la côte Atlantique à la mi-journée, alors que bien à l'est sont déjà observées les premières précipitations sur une grande partie du Massif Central. Peu avant 18 heures, "Martin" aborde la région nantaise et marque son creusement maximal avec 964 hPa (Fig. 5). On peut noter, sur l'image satellite NOAA de 16h01 TU (Fig. 6), que la masse nuageuse, autour du tourbillon, est marquée par une forte réflectivité, ce qui traduit de puissantes ascendances. Tout en se comblant très lentement, le centre de la dépression passe sur Romorantin (sud du Loir-et-Cher) vers 22 heures locales, puis sur Dijon vers une heure du matin le 28 (Fig. 7). Elle touche l'Alsace vers 4 heures du matin le même jour. Les vents les plus violents ont été signalés au sud du noyau dépressionnaire, là où le gradient isobarique au niveau du sol s'est montré le plus serré ; de nombreux secteurs ont ainsi, à leur tour, subi des rafales supérieures ou égales à 140 km/h. Ce fut le cas, en particulier, des espaces situés dans la moitié nord du Massif Central comme dans le Limousin et l'Auvergne.

Figure 1 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 0 heure TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 1 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 0 heure TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 2 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 6 heures TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 2 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 6 heures TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 3 - Situation météorologique au niveau 500 hPa le 27 décembre 1999 à 12 heures TU (d'après Météo-France).

Figure 3 - Situation météorologique au niveau 500 hPa le 27 décembre 1999 à 12 heures TU (d'après Météo-France).

Figure 4 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 12 heures TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 4 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 12 heures TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 5 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 18 heures TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 5 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 18 heures TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 6 - Image satellite infrarouge NOAA du 27 décembre1999 à 16h01 TU.

Figure 6 - Image satellite infrarouge NOAA du 27 décembre1999 à 16h01 TU.

Figure 7 - Situation météorologique au niveau sol le 28 décembre 1999 à 0 heure TU (d'après le Meteorological Office).

Figure 7 - Situation météorologique au niveau sol le 28 décembre 1999 à 0 heure TU (d'après le Meteorological Office).

2 ) L'Auvergne sur la trajectoire de "Martin"

10Les vents, en Auvergne, ont soufflé fort dans la soirée du 27. Le tableau I présente les vitesses maximales qui ont été observées dans les principales stations de Météo-France.

Tableau I - Vitesse maximale et direction des vents observées en Auvergne dans la soirée du 27 décembre 1999 (source : Météo-France).

Tableau I - Vitesse maximale et direction des vents observées en Auvergne dans la soirée du 27 décembre 1999 (source : Météo-France).

11D'une manière générale, les records n'ont pourtant pas été battus. En 1982, Aurillac et Vichy avaient atteint 144 km/h et, en 1951, une rafale avait été mesurée à Aulnat à 169 km/h. Toutefois, il faut préciser que ces épisodes étaient associés à des flux de sud (correspondant à des situations assez courantes), et non à des vents d'ouest comme en 1999.

12Conjuguées au vent, de nombreuses et parfois abondantes précipitations ont également touché la région. Des totaux pluviométriques compris entre 40 et 60 mm ont été relevés dans les Monts d'Auvergne de 10 heures à 24 heures le 27 décembre (Tab. II). Si l'on ajoute les lames tombées du 24 au 26 décembre 1999, on arrive à des valeurs oscillant entre 140 et 190 mm ! Inutile de préciser que les sols ont été largement saturés par de tels cumuls, rendant ainsi plus efficace l'impact de la tempête sur les forêts (chablis favorisés par le sol qui offre une base moins stable au réseau racinaire).

Tableau II - Cumuls pluviométriques (mm) enregistrés entre les 24 et 27 décembre (source : Météo-France).

Tableau II - Cumuls pluviométriques (mm) enregistrés entre les 24 et 27 décembre (source : Météo-France).

13Si elle n'a pas été en Auvergne un événement séculaire, la tempête de décembre 1999 n'en fut pas moins remarquable. Surtout, elle correspond à l'épisode océanique venteux le plus violent depuis, au moins, le début des années 1920. Un tel phénomène n'a pas été, on s'en doute, sans conséquences sur le territoire régional. Ainsi de nombreux dégâts ont-ils été à déplorer, aussi bien dans les villes où de nombreuses infrastructures et habitations ont souffert, qu'en milieu rural où le quotidien des habitants fut notablement perturbé par l'absence d'électricité. Mais ce sont, bien sûr, les massifs forestiers qui ont été le plus mis à mal : les pertes (chablis, volis) ont été quasi comparables à celles de la tempête de sud de novembre 1982, événement de référence pour le Massif Central.

III - L'analyse des chablis : de l'espace forestier régional à la parcelle

14Il est très difficile de donner une estimation des dégâts portés au massif forestier auvergnat. On peut simplement retenir que les pertes seraient pour les forêts publiques et privées moins importantes que dans les régions Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine (Tab. III) mais s'élèveraient quand même à plus de 6,36 millions de m3 de bois. Pour les seules forêts publiques, en revanche, le volume régional de chablis serait comparable à celui des régions citées plus haut.

Tableau III - Estimation des dégâts portés aux massifs forestiers des régions les plus touchées par la tempête du 27 décembre 1999 (source : Ministère de l'Agriculture et de la Forêt).

Tableau III - Estimation des dégâts portés aux massifs forestiers des régions les plus touchées par la tempête du 27 décembre 1999 (source : Ministère de l'Agriculture et de la Forêt).

15 Plus que des chiffres, il paraît intéressant de mesurer l'importance de cette tempête sur les forêts grâce aux cartes qui ont été publiées par l'Inventaire Forestier National (IFN) à l'échelle des départements (site internet : http://www.tempetes.ifn.fr) et à celle issue d'un travail personnel réalisé à l'échelle locale. Le but est de visualiser les secteurs les plus atteints, mais aussi de déterminer les facteurs ayant généré des dégâts (facteurs météorologiques, orographiques, liés aux types de peuplement forestier…).

1 ) Les dégâts par département

16Les cartes des dégâts qui ont été réalisés par l'IFN pour un certain nombre de départements français (pas pour l'Allier, car trop peu touché) offrent l'avantage de donner une localisation assez précise des espaces qui ont été affectés. Ce travail a été réalisé par interprétation de photographies aériennes au 1/30000 en émulsion panchromatique noir et blanc. Les prises de vues ont été effectuées durant le printemps 2000. Les zones de dégâts ont été délimitées selon quatre classes d'intensité. En raison de l'échelle utilisée, les chablis inférieurs à un hectare et ceux réalisés au sein d'éléments forestiers peu étendus, comme les bosquets et boqueteaux, n'ont pas été pris en compte par l'approche cartographique. Cette absence n'est toutefois pas problématique, l'essentiel étant d'avoir pour notre analyse une vision globale de l'état du massif forestier.

17Des trois départements cartographiés, le Puy-de-Dôme est effectivement celui qui présente le plus de forêts touchées par la tempête (Fig. 8). Aucun secteur n'a réellement été épargné. On remarque néanmoins des espaces où les destructions ont été plus importantes. La moyenne Combraille, dans le nord-ouest et l'ouest de la zone étudiée, porte ainsi à elle seule le tiers des dommages. De nombreux dégâts apparaissent aussi dans le nord-est, au niveau de la forêt de Randan ainsi que dans les Bois Noirs. En montagne, des parcelles ont également été parfois entièrement dévastées, dans le Livradois, dans l'est des Monts-Dore, dans le sud du plateau des Dômes, et surtout dans le massif du Forez à l'est de Saint-Anthème, où un hectare sur sept a été ravagé.

18Le département du Cantal (Fig. 9) apparaît, au premier abord, moins affecté. La situation y est, en réalité, plus contrastée. S'il ne fait aucun doute que le sud et le centre ont quasiment échappé aux chablis, on peut en revanche remarquer de fortes concentrations dans l'ouest, à proximité du Limousin, et surtout dans l'est (sud-est du Cézallier, Planèze de Saint-Flour et Margeride).

19Enfin, on peut noter que la répartition des dégâts est, dans la Haute-Loire (Fig. 10), très partagée. Le nord du département a été notablement plus atteint que le sud, en particulier dans le nord de la Margeride, ainsi que dans la partie orientale des plateaux de La Chaise-Dieu (nommés plateaux granitiques par l'IFN).

20Trois causes essentielles justifient cette répartition des dégâts à l'échelle régionale :

  • Tout d'abord, l'étendue des dommages s'explique, d'un point de vue strictement météorologique, par le fait que les 2/3 de l'Auvergne se sont trouvés dans l'axe des vents forts de la dépression. Seuls, la moitié nord de l'Allier et l'extrême sud de la région, exempts de dégâts, ont été à la périphérie de cet axe très tempétueux.

  • On peut également invoquer la répartition des essences forestières. Comme la tempête est survenue au début de l'hiver, à un moment où les feuillus sont dégarnis, les dégâts ont principalement touché les conifères. Selon le SCEES (Service Central des Enquêtes et Études Statistiques du Ministère de l'Agriculture), plus de 80 % des chablis se sont produits, en Auvergne, sur les sapins, les épicéas et les pins sylvestres. Les secteurs les plus atteints concentrent, de ce fait, une densité importante de conifères. D'après l'IFN, les forêts publiques auraient d'ailleurs été plus sévèrement touchées que les forêts privées, tout simplement parce que les forêts publiques recèlent des peuplements de conifères à fort volume à l'hectare et des peuplements de feuillus plus pauvres, alors que la situation est plus équilibrée en forêt privée.

  • Enfin, les facteurs géographiques ont évidemment joué. Les secteurs de plateaux, nombreux en Auvergne, ont subi les dégâts les plus lourds. Le relief tabulaire n'offre effectivement aucun obstacle à l'écoulement de l'air. Ainsi s'expliquent les dégâts relevés dans les Combrailles, dans la Margeride, dans le Cézallier…, et plus généralement dans les espaces montagnards. Quelques sites forestiers ont, en revanche, été totalement abrités, car implantés dans de grandes vallées glaciaires, comme celles du Cantal par exemple.

Figure 8 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département du Puy-de-Dôme consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.

Figure 8 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département du Puy-de-Dôme consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.

Figure 9 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département du Cantal consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.

Figure 9 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département du Cantal consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.

Figure 10 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département de la Haute-Loire consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.

Figure 10 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département de la Haute-Loire consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.

21Secondairement, il est également possible qu'une accélération des vents se soit réalisée sur les versants orientaux des massifs. Selon un principe bien connu (A. VIAUT, 1964), on sait que l'action dynamique d'une chaîne de montagne peut conduire à la formation de vents rabattants tourbillonnaires le long des pentes situées sous le flux général. Il se créé ainsi une forte instabilité, le vent souffle moins régulièrement, il est plus "fantasque". Ces conditions favorisent la destruction des peuplements en engendrant, en plus des chablis, des volis. Les dégâts observés à l'est des Monts-Dore, du Cantal, de la Margeride (Brivadois) et des plateaux de la Chaise-Dieu trouvent probablement, en partie, leur origine pour cette raison.

22L'ensemble des chablis qui ont été inventoriés par l'IFN résulte, finalement, de la combinaison de ces diverses causes. Par exemple, les destructions observées sur la Planèze de Saint-Flour s'expliquent par la présence de résineux plantés sur un site de plateau, lui-même localisé sous le vent du massif du Cantal. De même, l'absence de chablis dans la Montagne Cantalienne se comprend aisément. Les forêts sont, en effet, composées de feuillus (en général des hêtres) bien abrités au fond ou sur les versants des grandes vallées glaciaires. Les crêtes, quant à elles, laissées à l'élevage extensif (les estives), ne portent que des herbages.

23Après cette recherche au niveau régional, il paraît à présent intéressant de connaître les facteurs permettant de comprendre la répartition des chablis à l'échelle d'un massif forestier. Nous avons pour cela réalisé, (F. JUBERTIE, 2006), un travail de terrain durant le printemps 2000 sur deux forêts témoins. Nous avons complété cette étude par l'interprétation de photographies aériennes prises par l'IFN. Nous présentons, ici, les résultats obtenus sur l'une de ces deux forêts. Située en Haute-Loire, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest du Puy-en-Velay, cette forêt s'étend sur le Mont Devès et autour du lac du Bouchet (Fig. 11).

Figure 11 - Localisation du massif forestier du Mont Devès-Lac du Bouchet.

Figure 11 - Localisation du massif forestier du Mont Devès-Lac du Bouchet.

2 ) Essai d'une analyse fine à l'échelle locale

24L'utilisation de documents photographiques couplée au travail de terrain s'avère une méthode efficace pour obtenir une cartographie fine des chablis. Les deux outils se complètent ; la lecture des photographies, à l'aide de lunettes stéréoscopiques, autorise un repérage précis des principales zones de chablis, tandis que l'étude de terrain permet d'affiner les caractéristiques portant sur la nature des dégâts (intensité et nature des arbres affectés, par exemple).

25Quelques problèmes ont toutefois été posés par la lecture des photographies. Effectués à plus de 8000 mètres d'altitude avec, entre les prises, des décalages d'altitude pouvant atteindre 50 mètres, les clichés ont malheureusement été un peu complexes à interpréter. L'échelle, trop petite, n'a pas permis une localisation précise des dégâts diffus et les modifications de l'altitude, qui se répercutent sur l'échelle, ont rendu le report des dégâts au 1/25ème parfois délicat (Fig. 12).

Figure 12 - Dégâts observés dans le massif forestier du Mont Devès-Lac du Bouchet après la tempête du 27 décembre 1999.

Figure 12 - Dégâts observés dans le massif forestier du Mont Devès-Lac du Bouchet après la tempête du 27 décembre 1999.

26Le massif forestier du Mont Devès - Lac du Bouchet est, en grande partie, géré par l'Office National des Forêts. Seules, les parcelles situées sur le secteur nord et sur le versant oriental du Mont Devès appartiennent à des propriétaires privés. Cette forêt a été plantée entre 1865 et 1900 consécutivement à la mise en place de la loi sur la restauration des terrains de montagne (loi RTM) qui a ici été appliquée entre Loire et Allier.

27Le domaine forestier est situé à une altitude moyenne de 1300 mètres. Cette contrainte altitudinale est d'autant plus marquée que l'ensemble de cette forêt est implanté sur un plateau extrêmement exposé à l'emprise des vents. Autre élément aggravant, les peuplements sont composés à plus de 90 % de conifères. On comprend alors la présence de "saignées" importantes : la tempête a effectivement entraîné la perte d'environ 25000 m3 de bois, dont 7700 m3 de sapin (Abies alba ) et 17500 m3 d'épicéa (Picea abies).

28Nous pouvons remarquer que deux secteurs ont été particulièrement touchés (en jaune sur la figure 12, les espaces comprenant entre 40 et 70 % de chablis ; en rouge, ceux présentant entre 70 et 100 % de chablis). Le premier est situé sur le versant ouest du Mont Devès, le deuxième se localise entre le Mont Recours et le Champ Plonné, au niveau de la maison forestière. Quelques trouées apparaissent également sur le Champ Plonné lui-même, ainsi qu'à l'est du Lac du Bouchet.

29Les dégâts auraient pu être encore plus lourds si la forêt n'avait pas souffert des rafales de l'épisode de novembre 1982, qui avait engendré 36000 m3 de chablis. À la suite de cet épisode, de vastes parcelles ont été réaménagées et sont aujourd'hui occupées par de jeunes plantations (comme sur le Mont Recours et sur le versant sud-est du Devès, par exemple) qui n'ont que peu été éprouvées par la tempête de décembre 1999.

30Si la majorité des chablis se sont produits dans ce que les forestiers nomment "les gros bois", il est clair que la répartition des dégâts n'est pas liée uniquement à l'âge des peuplements. Cette répartition dépend également du jeu de la topographie. En regardant attentivement la figure 12, nous pouvons déduire que les secteurs les plus touchés l'ont été en raison :

  • soit d'une exposition sans aucune protection face aux vents d'ouest, comme sur le versant occidental du Mont Devès ;

  • soit d'un effet de canalisation des vents (dit effet Venturi) au niveau d'un col, comme celui que l'on trouve vers la maison forestière entre le Mont Recours et le Champ Plonné. Les zones de chablis les plus intenses sur le versant ouest du Mont Devès s'expliquent certainement, elles-aussi, par une accélération des vents, induite par les deux seuils situés à la hauteur et au sud du lieu-dit de "La Glutonie".

31Toutefois la présence des dégâts n'est pas uniquement liée à des causes physiques ; elle est aussi le fruit d'une mauvaise gestion des milieux sylvicoles. Sans adopter d'esprit partisan, il faut reconnaître que l'uniformisation des forêts provoque, face aux temps forts météorologiques, sa fragilisation. Répondant à une logique productiviste, les reboisements ne sont pas toujours adaptés au long terme.

32Tout d'abord, les futaies régulières de résineux (tels les sapins et les épicéas) résistent moins que les futaies irrégulières (jardinées) composées, en plus, d'essences mélangées de tous âges (J. BOUCHON, 1987). La variété des peuplements favorise, en effet, à la fois la pénétration du vent dans les massifs et empêche l'apparition de chablis en "château de cartes" comme ceux observés sur le versant du Mont Devès.

33Ensuite, la densité trop élevée des plantations soumet les arbres à une forte concurrence. Recherchant la lumière, ils s'élèvent trop rapidement au détriment de la robustesse de leur tronc. Ils sont donc élancés et potentiellement instables (J. de CHAMPS, 1987). L'exemple le plus remarquable se situe dans le secteur du "Très Regard" (Photo 1). C'est également le rôle de l'élancement qui explique la présence de chablis au-dessus de "La Glutonie". Alors qu'à l'intérieur de la zone les peuplements étaient fragiles, ceux situés en périphérie ont été moins soumis à la concurrence, ont reçu plus de lumière, et ont ainsi été nettement plus résistants (Photos 2).

34Les lourds dégâts rencontrés dans la forêt du Mont Devès - Lac du Bouchet ont combiné plusieurs types de causes qui ont agi plus ou moins prioritairement selon les secteurs. Si l'influence de l'orographie a bien joué, l'intensification des dégâts résulte également de l'exploitation même du domaine. La mise en valeur de conifères introduits, comme l'épicéa, certes estimé pour la qualité de son bois, apparaît risquée dans un milieu de plateau montagnard comme celui du Devès trop souvent battu par les vents.

Photo 1 - Conifères fortement élancés dans le secteur du "Très Regard".

Photo 1 - Conifères fortement élancés dans le secteur du "Très Regard".

Photos 2 - Des arbres de bordure sauvegardés le long de la zone de chablis située au-dessus de "La Glutonie".

Photos 2 - Des arbres de bordure sauvegardés le long de la zone de chablis située au-dessus de "La Glutonie".

IV - Une reconstitution plus adaptée aux exigences des milieux physiques et… sociaux

35L'importance des dégâts est venue ranimer, au lendemain de la tempête, un certain nombre de questions chez les forestiers. Pouvait-on limiter l'importance des chablis ? Des erreurs auraient-elles été commises dans le passé ? Les personnels de l'ONF ont très vite reconnu que l'évolution des modes de gestion avait probablement aggravé la situation. Cette prise de conscience, qui avait déjà été faite après la tempête de 1982, a largement été favorisée par la pression opérée par les médias et certains groupes sociaux proches des milieux écologistes, qui voient en l'homme le responsable de tous les maux causés par les événements météorologiques.

36Le problème est donc de savoir si un changement de stratégie dans la reconstitution des forêts peut garantir une réduction notable des chablis dans le cas où une violente tempête se produirait à nouveau dans l'avenir ?

37De nombreuses études ont montré qu'il était impossible d'échapper aux chablis lorsque les rafales vont au delà d'un seuil situé autour de 150 km/h ou lorsque naissent des turbulences trop puissantes (rapport du GIP Ecofor, 2002 ; P. RIOU-NIVERT, 2003). L'évolution des modes de gestion ne permettrait donc pas de résoudre tous les problèmes dans le cas de très violentes tempêtes. Pour autant, cela ne signifie pas qu'il faut reboiser à l'identique. Rien ne prouve que les chablis observés aient tous été générés par des rafales aussi puissantes (l'absence de données météorologiques précises sur les vents en Auvergne ne nous permet pas, hélas, de savoir à quelles vitesses les arbres ont cédé). De même, la description des dégâts réalisée précédemment nous a prouvé qu'il existe bel et bien des facteurs aggravants liés aux modes de gestion.

38Aussi, au niveau du domaine public, l'ONF a décidé de mener régionalement sa campagne de reboisement en laissant une place aux régénérations naturelles dans le but de réduire la vulnérabilité des parcelles. En Auvergne, sur 5200 ha à reconstituer, la régénération naturelle représente 2150 ha (41,3 %) et les plantations 3050 ha (58,6 %) (site internet : http://www.onf.fr/​reg/​Auvergne/​actu.htm).

39Comme on peut le voir sur la figure 13, la régénération naturelle (ou dynamique naturelle) a été privilégiée là où se rencontrent les dégâts diffus et les trouées inférieures à un hectare. Pour les plus grandes trouées, la reconstitution artificielle (plantations) a été préférée.

Figure 13 - La reconstitution des forêts publiques en Auvergne, entre régénérations naturelle et artificielle (source ONF).

Figure 13 - La reconstitution des forêts publiques en Auvergne, entre régénérations naturelle et artificielle (source ONF).

40La reconstitution naturelle répond ainsi à trois objectifs :

  • Tout d'abord, elle permet l'apparition de peuplements d'âges et de tailles différents ; les destructions seront donc plus limitées lors d'une tempête, car les peuplements n'auront pas tous la même maturité ;

  • Ensuite, elle réduit le risque de chablis en "château de cartes".

  • Enfin, elle conduit à une plus grande biodiversité (explosion des plantes de sous-bois) et favorise l'augmentation de la part des feuillus;

41On peut regretter que cette stratégie n'ait pas été étendue à l'ensemble des parcelles détruites. Toutefois, si la régénération naturelle peut garantir une réduction de la vulnérabilité des peuplements, il faut reconnaître qu'elle demande aussi du temps, en particulier là où les trouées sont vastes. Il est clair que les impératifs économiques obligent souvent à une reconstitution rapide, simple à gérer, avec des plants de résineux. Il faut alors savoir accepter le risque.

42Dans notre exemple local, la forêt du lac du Bouchet, l'ensemble des reconstitutions ont, en revanche, été faites artificiellement. Il est toutefois intéressant de constater qu'une partie non négligeable des plants, environ 35 %, correspondent à des feuillus (Tab. IV) ; les conifères représentant 65 %. Dans les peuplements de conifères, les épicéas ont été remplacés par des Douglas et surtout des Mélèzes (sur sols épais en bas de pentes) qui supportent mieux les maladies. Il semblerait aussi, d'après les conclusions du PIGB (P. RIOU-NIVERT, 2003), que ces deux dernières essences sont plus résistantes au vent.

Tableau IV - Part des feuillus et des conifères dans la reconstitution des parcelles de la forêt du lac du Bouchet (source ONF).

Tableau IV - Part des feuillus et des conifères dans la reconstitution des parcelles de la forêt du lac du Bouchet (source ONF).

43À la différence de ce qui avait été fait jusqu'alors, les plants n'ont pas été alignés mais mis en quinconces avec un espace agrandi à trois mètres entre deux individus. Ce changement, qui correspond à un effort paysager, a aussi pour heureuse conséquence de diminuer la densité des plants et ainsi de réduire l'élancement des arbres. Cette densité, qui s'élevait autrefois à 2500 plants à l'hectare, est aujourd'hui ramenée entre 1100 et 1500 plants (logique de futaies régulières "claires" avec des arbres par conséquent trapus).

44La volonté des forestiers du domaine privé rejoint celle de l'ONF. Les techniciens du CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière) ont ainsi tenté de sensibiliser les propriétaires sur la nécessité de mettre en place de nouveaux procédés sylvicoles. Par exemple, dans son schéma régional de gestion sylvicole, le CRPF insiste lourdement sur le fait que les chablis consécutifs à la tempête de 1999 ont révélé des problèmes, et notamment le manque de stabilité de nombreux peuplements en relation avec des densités trop élevées. De la même manière, des incitations ont été faites pour favoriser le mélange floristique des peuplements ou encore pour remettre au goût du jour les techniques de futaie jardinée. Malheureusement, les contraintes concernant le choix des essences imposées par les circulaires élaborées en Préfecture pour les aides financières à la reconstitution n'ont pas facilité ce type de démarche. Ainsi plus de 60 % des reboisements ont-ils été effectués exclusivement avec des conifères.

45Toutefois le travail d'animation mené par les techniciens du CRPF a permis d'influencer un certain nombre de propriétaires qui ont décidé d'abandonner l'épicéa au profit du douglas et du mélèze, ou mieux encore pour des feuillus.

V - Conclusion

46La tempête du 27 décembre 1999 n'a pas été en Auvergne (et ailleurs) une catastrophe écologique. Bien au contraire, pour les écosystèmes forestiers, les tempêtes correspondent à des événements nécessaires au renouvellement des organismes vivants ; elles favorisent la biodiversité. L'ouverture du peuplement accroît la ressource en lumière, en eau et en nutriments pour les plantes du sous-bois. Les observations faites par les chercheurs du Cemagref de Nogent-sur-Vernisson, ont d'ailleurs montré que "la mise en lumière" provoque un doublement des espèces observés (site internet : http://www.cemagref.fr/​informations/​DossiersThematiques/​IngenierieEcologique/​Recherche16.htm). De plus, grâce à cette tempête, de nombreux débats et discussions ont été lancés entre scientifiques, remettant en cause la gestion sylvicole telle qu'elle avait été pratiquée jusqu'alors. Une évolution des mentalités semblent aussi se dessiner chez les forestiers. Toutefois les nouvelles orientations prises par l'ONF ou le CRPF répondent à des exigences économiques, sociales et environnementales très différentes de celles qui existaient au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Au fond, les tempêtes de 1999 n'ont fait qu'accélérer un processus qui, d'une manière ou d'une autre, se serait mis en place.

Haut de page

Bibliographie

BALESTE M.C., BRUNET H., MOUGEL A., COIFFIER J., BOURDETTE N., BESSEMOULIN P. (2001) - Les tempêtes exceptionnelles de Noël 1999. Édit. Météo-France, série "Phénomènes remarquables", n° 7, Paris, 96 p.

BOUCHON J. (1987) - État de la recherche relative aux dégâts forestiers dus aux tempêtes. Revue Forestière Française, numéro spécial "les chablis", n° 4, p. 301-312.

CHAMPS J. de, (1987) - Mesures sylvicoles préventives. Revue Forestière Française, numéro spécial "les chablis", n° 4, p. 313-322.

GIP ECOFOR (2002) - Séminaire Forêt, Vent et Risques. Compte-rendu du séminaire de programme des 5 et 6 décembre 2002, 42 p.
http://marengo.dsi.cnrs.fr/ecoforrec/docs/tempete/seminaire_5_6_dec_2002/Actes.pdf

JUBERTIE F. (2006) - Les excès climatiques dans le Massif central français. L'impact des temps forts pluviométriques et anémométriques en Auvergne. Thèse (géographie) de l'Université de Clermont-Ferrand, 461 p.

RIOU-NIVERT P. (2003) - Tempêtes et dégâts aux forêts : évolution sur le XXe siècle. Lettre "Changement global", n°15, Programme International Géosphère Biosphère - Programme Mondial de recherches sur le climat (PIGB-PMRC), p. 46-49.
http://mediasfrance.org/Reseau/LettrePigb/15/n15.pdf

VIAUT A. (1964) - La météorologie du naviguant. Édit. BLONDEL LA ROUGERY, Paris, 295 p.

WAHL L. (2000) - L'ouragan Lothar en Alsace-Lorraine : un événement climatique sans précédent ? Revue Géographique de l'Est, numéro spécial "L'ouragan du 26 décembre 1999 dans l'Est de la France", vol. 40, n° 3, p. 105-113.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 0 heure TU (d'après le Meteorological Office).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 6 heures TU (d'après le Meteorological Office).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 3 - Situation météorologique au niveau 500 hPa le 27 décembre 1999 à 12 heures TU (d'après Météo-France).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 4 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 12 heures TU (d'après le Meteorological Office).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 5 - Situation météorologique au niveau sol le 27 décembre 1999 à 18 heures TU (d'après le Meteorological Office).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6 - Image satellite infrarouge NOAA du 27 décembre1999 à 16h01 TU.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 7 - Situation météorologique au niveau sol le 28 décembre 1999 à 0 heure TU (d'après le Meteorological Office).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau I - Vitesse maximale et direction des vents observées en Auvergne dans la soirée du 27 décembre 1999 (source : Météo-France).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau II - Cumuls pluviométriques (mm) enregistrés entre les 24 et 27 décembre (source : Météo-France).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau III - Estimation des dégâts portés aux massifs forestiers des régions les plus touchées par la tempête du 27 décembre 1999 (source : Ministère de l'Agriculture et de la Forêt).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 8 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département du Puy-de-Dôme consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 9 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département du Cantal consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 10 - Estimation des dégâts inventoriés sur les forêts par l'IFN dans le département de la Haute-Loire consécutifs à la tempête du 27 décembre 1999.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 11 - Localisation du massif forestier du Mont Devès-Lac du Bouchet.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 12 - Dégâts observés dans le massif forestier du Mont Devès-Lac du Bouchet après la tempête du 27 décembre 1999.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 1 - Conifères fortement élancés dans le secteur du "Très Regard".
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photos 2 - Des arbres de bordure sauvegardés le long de la zone de chablis située au-dessus de "La Glutonie".
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 13 - La reconstitution des forêts publiques en Auvergne, entre régénérations naturelle et artificielle (source ONF).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau IV - Part des feuillus et des conifères dans la reconstitution des parcelles de la forêt du lac du Bouchet (source ONF).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1014/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Jubertie, « L'impact de la tempête "Martin" sur le couvert forestier en Auvergne. Origine des chablis et logique de reconstitution », Physio-Géo, Volume 2 | -1, 1-20.

Référence électronique

Fabien Jubertie, « L'impact de la tempête "Martin" sur le couvert forestier en Auvergne. Origine des chablis et logique de reconstitution », Physio-Géo [En ligne], Volume 2 | 2008, mis en ligne le 24 janvier 2008, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1014 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1014

Haut de page

Auteur

Fabien Jubertie

Géolab - UMR 6042, 4 Rue Ledru, 63057 CLERMONT-FERRAND cedex.
Courriel : fabien.jubertie@libertysurf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org