Navigation – Plan du site
Articles

Analyse quantitative du réseau hydrographique du bassin versant du Slănic (Roumanie)

Florina Grecu, Ion Zăvoianu, Liliana Zaharia et Laura Comănescu
p. 79-93

Résumés

L'étude porte sur le bassin versant du Slănic, un affluent du Buzău. Ce bassin de taille relativement réduite (433 km2) est situé dans la région des Carpates et des Subcarpates de la Courbure, région très active sur le plan sismique. Du point de vue lithologique, le bassin du Slănic correspond à des flyschs paléogènes et à des molasses mio-pliocènes. Ces roches peu résistantes ont facilité une forte érosion du relief. Actuellement, les précipitations présentent souvent une forte intensité, et elles se produisent fréquemment après des périodes de sécheresse. Elles sont ainsi très agressives et déclenchent une érosion intense. L'analyse de quelques paramètres morphométriques [grand nombre de segments de cours d'eau d'ordres 1 (5230) et 2 (944) ; densité élevée des segments par rapport à la superficie du bassin (environ 15 segments / km2) ; longueur moyenne réduite des segments d'ordre 1 (260 m) par rapport à ceux d'ordre 2 (530 m)] s'accorde avec des temps de concentration des eaux courts et une forte énergie des écoulements. La vitesse de réaction aux précipitations des segments d'ordres inférieurs est en outre favorisée par la répartition spatiale des pluies et par les conditions lithologiques.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le fonctionnement hydrologique d'un bassin versant est sous la dépendance du climat, de la lithologie, du relief et de l'occupation du sol. L'organisation du réseau hydrographique et la pente des talwegs, fruits de l'évolution géomorphologique, sont liés au relief, mais aussi – par certains aspects – directement à la lithologie. Leur prise en compte est indispensable à une bonne compréhension du déclenchement et de la propagation des écoulements de crue.

2Conformément à la hiérarchisation de HORTON - STRAHLER (R.E. HORTON, 1945 ; A.N. STRAHLER, 1952), les bassins versants de taille moyenne (ordres 4, 5 et 6) sont considérés comme étant les plus représentatifs pour des études morpho-hydrographiques quantitatives. Les études de ces bassins sont beaucoup plus complexes que celles réalisées dans les petits bassins versants (ordres 1, 2 et 3), qui se trouvent généralement en état de déséquilibre. Elles sont aussi plus complexes que celles qui portent sur l'évolution du relief d'un système hydrographique majeur qui connaît de longues périodes d'équilibre. La notion de morpho-hydrographie recouvre deux aspects importants : l'unité spatiale et la méthode de recherche. L'histoire des notions de bassin versant et de réseau hydrographique est abordée dans la littérature spécialisée (J.P. BRAVARD et F. PETIT, 2000). En Roumanie, des études similaires ont connu un grand développement pendant les 25 dernières années (F. GRECU et I. ZĂVOIANU, 1994 ; F. GRECU et L. COMĂNESCU, 1998).

3Le bassin versant du Slănic est situé dans la région de la Courbure de l'Arc Carpatique et Subcarpatique (Fig. 1). En utilisant des cartes topographiques au 1/25000, le cours d'eau apparaît d'ordre 6 dans le système de HORTON - STRAHLER. (Fig. 2). Ce bassin a une superficie de 433 km2 et une forme allongée. La largeur maximale du bassin versant du Slănic est de 10 km et la longueur du cours principal de 73 km environ. Le relief associe des unités variées dont les altitudes décroissent progressivement de 1400 m à 120 m (Fig. 3). Les sources du Slănic se trouvent à 1240 m d'altitude.

Figure 1 - Situation géographique du bassin versant du Slănic en Roumanie.

Figure 1 - Situation géographique du bassin versant du Slănic en Roumanie.

Figure 2 - Hiérarchisation du réseau hydrographique.

Figure 2 - Hiérarchisation du réseau hydrographique.

4Cette région de la Courbure de l'Arc Carpatique a fait l'objet d'études régionales. En revanche, elle n'a donné lieu, jusqu'à présent, qu'à peu d'analyses spatiales et à aucune analyse quantitative morpho-hydrographique.

II - Les conditions géologiques et le bassin versant

5Le bassin versant du Slănic est soumis à une mobilité tectonique importante qui est spécifique à l'ensemble de la région de la Courbure de l'Arc Carpatique (M. VISARION et al., 1977). À l'aval de Lopătari, la partie supérieure de son bassin est située dans l'espace carpatique qui a été affecté par des mouvements orogéniques forts à très forts (2 à 4 mm/an). La partie médiane du bassin connaît encore une forte orogenèse. En revanche, en aval, dans la région de la confluence avec la rivière Buzău, il existe des mouvements subsidents continus. Ainsi les mouvements tectoniques qui affectent le bassin du Slănic sont-ils différents en sens et en intensité suivant les régions. Ils facilitent, en amont, les processus d'érosion et, en aval, les processus d'accumulation. Cette dynamique tectonique est actuellement maintenue par les tremblements de terre, car ce bassin est situé dans la région sismique de Vrancea. La fréquence sismique par siècle est de 3-4 événements ayant une magnitude supérieure à 7 sur l'échelle RICHTER. Chacun de ces événements peut être considéré comme un facteur de déclenchement et de fonctionnement des processus d'érosion.

6Du point de vue lithologique, le bassin supérieur, montagneux, du Slănic est constitué par des formations de flysch du Paléogène, (flyschs schisto-gréseux, flyschs gréso-calcaires, faciès de grès de Fusaru et de Kliwa) et marno-gréseuses du Miocène (marnes grises, grès et gypses du flanc ouest de l'anticlinal de Lopătari ; conglomérats, brèches, grès, marnes vertes et gypses du flanc est) (I. DUMITRESCU et al., 1970). En aval de Lopătari, le bassin médian s'inscrit dans une région collinaire constituée par des dépôts miocènes (marnes, argiles, grès, et dôme de sel) vers le nord, et par des dépôts pliocènes(graviers, sables, argiles) vers le sud (Photo 1). En aval, la région de la confluence avec la rivière Buzău est formée par des dépôts quaternaires (formations lœssiques et alluvions). Leur forte épaisseur démontre, d'une part, l'importance des apports sédimentaires des deux rivières et, d'autre part, le rôle permanent de la subsidence. (M. SANDULESCU et al., 1968).

Photo 1 - Dépôts miocènes sur un versant de rive gauche de la rivière Slanic (diapir affleurant à Lopătari - Meledic) affectés par des processus de ravinement et de glissement.

Photo 1 - Dépôts miocènes sur un versant de rive gauche de la rivière Slanic (diapir affleurant à Lopătari - Meledic) affectés par des processus de ravinement et de glissement.

7L'alternance des couches de roches résistantes (grès, calcaires, etc.), dont l'épaisseur varie de quelques décimètres à plusieurs mètres, et des couches de roches meubles (marnes et argiles), favorise les éboulements et les coulées de débris sur les versants. C'est notamment le cas dans le bassin supérieur où les dépôts colluviaux peuvent atteindre quelques mètres d'épaisseur. Ils sont assez facilement repris par l'érosion fluvio-torrentielle (Photo 2) Graviers, sables, marnes, argiles et formations lœssique sont sensibles à l'érosion hydrique, ainsi qu'aux phénomènes de tassement, de suffosion et de solifluxion (F. GRECU et al., 2004).

Photo 2 - Éboulements et dépôts colluviaux repris par l'érosion fluviale en rive gauche du ruisseau Jgheabu.

Photo 2 - Éboulements et dépôts colluviaux repris par l'érosion fluviale en rive gauche du ruisseau Jgheabu.
  • 1  D'après la classification du Comité Géologique de Roumanie qui considère comme critères : la cohés (...)

8Les surfaces formées par les roches les plus résistantes1 correspondent aux altitudes comprises entre 700 et 1400 m. Elles sont constituées par les flyschs carpatiques et subcarpatiques internes. Ces surfaces représentent environ le quart de la superficie totale du bassin du Slănic (Tableau I). C'est en dessous de 700 m d'altitude que l'on rencontre les roches moyennement résistantes, peu résistantes et très peu résistantes (Fig. 3 et 4).

Figure 3 - Carte hypsométrique.

Figure 3 - Carte hypsométrique.

1 : 100-200 m.  2 : 200-300 m.  3 : 300-500 m.  4 : 500-700 m.  5 : 700­1000 m. 6 : 1000-1200 m.  7 : > 1200 m.  8 : localité.  9 : cote altimétrique. 10 : réseau hydrographique.  11 : ligne de partage des eaux.

9Ces différences de résistance des roches transparaissent à travers les caractéristiques morphométriques du réseau de drainage. C'est notamment le cas pour la longueur moyenne et le nombre des segments d'ordres inférieurs. Par exemple, si l'on compare les bassins atteignant l'ordre 5, on constate que la longueur moyenne du réseau d'ordre 1 (voir tableau II) est plus courte dans les bassins formés sur des roches résistantes (Jgheabu – l1 = 0,20 km), que dans ceux développés sur des roches moyennement résistantes ou peu résistantes (Coca – l1 = 0,37 km).

10La confrontation des figures 2 et 4 permet, du reste, de discerner une certaine relation entre, d'une part, la hiérarchisation du réseau de drainage et, d'autre part, les caractères structuraux et lithologiques du substratum.

Figure 4 - Carte de la résistance des roches à l'érosion (A) et cyclogramme des taux des différents types de roches selon leur résistance à l'érosion (B).

Figure 4 - Carte de la résistance des roches à l'érosion (A) et cyclogramme des taux des différents types de roches selon leur résistance à l'érosion (B).

1 : Roches très tendres. 2 : Roches tendres. 3 : Roches moyennement résistantes. 4 : Roches résistantes. 5 : Roches très résistantes. 6 : Glissement. 7 : Décrochement. 8 : Front de charriage. 9 : Faille inverse. 10 : Axe synclinal.

Tableau I - Poids des différentes classes de roches en fonction de leur résistance à l'érosion (d'après le Comité Géologique de Roumanie).

Tableau I - Poids des différentes classes de roches en fonction de leur résistance à l'érosion (d'après le Comité Géologique de Roumanie).

11L'asymétrie prononcée du bassin du Slănic, est due à l'évolution du réseau hydrogra-phique dans le cadre structural spécifique des Subcarpates de la Courbure (L. BADEA et G. NICULESCU, 1964). Elle impose des différences dans la morphométrie des bassins d'ordres 4 et 5, qui sont plus développés en rive gauche du Slănic.

12Le bassin de Valea Puscaria, bien qu'il soit situé en rive droite du Slănic, atteint l'ordre 5. Il correspond partiellement à un axe anticlinal affecté par des mouvements orogéniques, en pleine zone sismique. La partie supérieure de ce bassin est modelée intensément par des ravinements et des glissements de terrain. Le talweg est fortement ramifié et l'organisation du réseau hydrographique se réalise très rapidement en cours d'eau d'ordres supérieurs. Ainsi l'ordre final du réseau du drainage (5) apparaît-il surévalué par rapport à la superficie du bassin versant.

IV - La genèse et l'évolution du drainage reflétées dans la géo-morphométrie

1 ) Le modèle de drainage

13Les caractéristiques du réseau de drainage peuvent être déterminées en utilisant le système de classification proposé par R.E. HORTON en 1945, modifié par PANOV en 1948 (in T. MORIARU et al., 1962) et rendu définitif par A.N. STRAHLER en 1952.

14Les observations menées sur les cours d'eau d'ordres 2 à 6 du bassin du Slănic vérifient la règle selon laquelle les nombres des segments d'ordres successivement croissants tendent à former une progression géométrique inverse. L'application de cette règle (Fig. 5 et tableaux II à IV) permet d'évaluer le nombre des chenaux d'ordre 1 lorsqu'ils n'ont pas été comptés, et de déterminer le rapport de confluence (le logarithme du rapport de confluence est égal à la valeur absolue de la pente de la droite d'équation : log Nx = ax + b ,  où Nx = nombre de chenaux de rang x).

15Dans le bassin du Slănic, il y a en moyenne 13,7 segments de rivière par km2, dont 11 sont de premier ordre. On peut en déduire le rôle important des segments élémentaires pour l'organisation du drainage, chacun de ces segments drainant, en moyenne, une superficie de 9,1 ha. Si l'on considère aussi les segments d'ordre 2, le nombre des segments par unité de surface s'élève à 13,2 et la superficie de drainage moyenne par segment est de 7,5 ha.

16Le nombre important des segments de cours d'eau d'ordres inférieurs est cause d'une réponse rapide du réseau hydrographique aux pluies torrentielles, car ces bassins ont un fort caractère torrentiel. En considérant les seuls segments d'ordre 2 et d'ordre 3, on obtient un rapport de confluence de 5,22 dans le bassin du Slănic (RC2, quotient du nombre des segments d'ordre 2 par celui des segments d'ordre 3). Une valeur élevée de ce rapport se retrouve aussi dans les principaux sous-bassins (RC2 = 6,80 dans le bassin de la Coca). Cela met en évidence la fréquence élevée des organismes torrentiels d'ordre égal ou inférieur à 2.

17Les sommes des longueurs des rivières d'ordres successivement croissants tendent également à former une progression géométrique inverse (Fig. 5). Dans ce cas aussi, la règle se vérifie mieux pour les segments d'ordres inférieurs que pour ceux d'ordres supérieurs, la prise en compte de ces derniers entraînant une réduction du rapport de longueur (Fig. 5), notamment lorsque le bassin versant est allongé. Pour le bassin du Slănic, le rapport de longueur RL est de 2,50. Il passe à 2,83 en considérant les seuls segments d'ordres 2 et 3 (RL2 : quotient de la longueur des segments d'ordre 3 par celle des segments d'ordre 2).

Figure 5 - Modèle de drainage.

Figure 5 - Modèle de drainage.

Tableau II - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique du Slănic.

Tableau II - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique du Slănic.

M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.

Tableau III - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique de la Coca.

Tableau III - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique de la Coca.

M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.

Tableau IV - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique du Jgheabu.

Tableau IV - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique du Jgheabu.

M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.

18Pour chaque ordre, la longueur moyenne des segments est calculée à partir des longueurs cumulées et des nombres de segments. Représentées graphiquement en coordonnées semi-logarithmiques, les longueurs moyennes des segments d'ordres successivement croissants tendent à former une progression géométrique directe.Cette règle permet d'évaluer les longueurs moyennes des segments de premier ordre, qui jouent un rôle majeur dans le drainage.

19Dans le bassin du Slănic, les segments de premier ordre ont une longueur moyenne de 266 m et ceux de deuxième ordre, de 537 m. Pour les segments de premier ordre, la longueur de l'écoulement est assez réduite ; cela explique la formation brutale des crues.

20La densité de drainage de4,90 km/km2 est très élevée, même pour la région subcarpatique. Cette valeur est due essentiellement aux segments de premier et deuxième ordres. Si l'on considère ces seuls cours d'eau, la densité de drainage s'élève déjà à 4,09 km/km2.

21Les longueurs moyennes des segments d'ordres 1 et 2 ne sont pas très différentes dans les principaux sous-bassins. La plus petite longueur moyenne des segments d'ordre 2 est de 0,461 km, pour le bassin de la Peceneaga. La plus grande longueur atteint 0,550 km, pour le bassin de l'Homocioaia. C'est ce bassin qui présente la densité de drainage la plus élevée (6,10 km/km2). Dans le cas du bassin de la Coca, la densité de drainage est de 5,78 km/km2, valeur influencée par les ravines développées dans les matériaux soliflués.

22La qualité de l'organisation du réseau hydrographique peut aussi être évaluée par l'indice d'état du bassin (completion index, Ir – F. GRECU, 2004). Pour un bassin versant d'ordre n :

Ir = Nn-1 / Rc

où Nn-1 est le nombre de segments de l'ordre immédiatement inférieur dans le bassin versant ; et Rc, le rapport de confluence pour le bassin considéré.

23Pour le bassin du Slănic, l'indice Ir atteint 1,58 – valeur nettement supérieure à 1,00 qui correspond à l'état d'équilibre. Ce résultat est dû au nombre élevé de segments d'ordre 5. Quelques sous-bassins d'ordre 5 de la partie moyenne du bassin du Slănic, sont en revanche bien en dessous de l'état d'équilibre, notamment celui de la Coca (Ir = 0,33).

2 ) Le modèle des pentes

24Après avoir déterminé la différence d'altitude entre les deux extrémités de chaque segment de cours d'eau, nous avons calculé le rapport entre la somme des différences d'altitude pour chaque ordre et le nombre total des segments de cours d'eau du même ordre. Nous avons ensuite obtenu la pente moyenne des segments de chaque ordre en divisant la différence d'altitude moyenne par la longueur moyenne des segments (Tab. V). Les données relatives au bassin du Slănic sont représentées sur la figure 6. Le modèle permet de déterminer le rapport de longueur, de la même manière que précédemment pour le rapport de pente.

Tableau V - Données pour le modèle des pentes dans le bassin hydrographique du Slănic.

Tableau V - Données pour le modèle des pentes dans le bassin hydrographique du Slănic.

M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.

Figure 6 - Modèle des pentes.

Figure 6 - Modèle des pentes.

25Les plus fortes pentes se trouvent bien évidemment sur les segments d'ordres inférieurs. La pente moyenne des segments de premier ordre est de 271 m/km et celle des segments de deuxième ordre, de 161 m/km. Pour l'ordre 6, la valeur de la pente moyenne déterminée à partir du modèle est beaucoup plus forte que la valeur observée. La forme allongée du bassin du Slănic empêche le système de drainage d'atteindre un ordre supérieur ce qui conduit à la diminution des pentes en profil longitudinal. Il en résulte la prédominance des processus de sédimentation dans les lits mineur et majeur, ce dernier ayant tendance à alimenter le remplissage du fond alluvial.

26Signalons en outre que, comme pour la longueur moyenne et le nombre des segments, les pentes moyennes des organismes d'ordres inférieurs sont influencées par la résistance des roches : les pentes sont d'autant plus fortes que les roches sont plus résistantes.

III - Les conditions climatiques et hydrologiques et leur rôle dans la genèse du réseau de drainage

27Les précipitations annuelles moyennes passent de 530 mm dans la partie aval du bassin du Slănic, à 630 mm dans la partie moyenne et à plus de 800 mm dans la région montagneuse. Les quantités précipitées sont variables dans le temps (O. BOGDAN et al., 1974). Parmi les périodes les plus arrosées on peut citer celle de 1969-1975. L'année 1975 est caractérisée par des précipitations très abondantes : le 2 juin on a enregistré à Pătârlagele 178 mm en 24 heures. Les débits du Slănic ont alors atteint des valeurs exceptionnelles : 215 m3/s à Lopătari (2,53 m3/s/km2 - pour 85 km2 ; longueur de la rivière : 19 km) et 410 m3/s à Cernăteşti (0,97 m3/s/km2 - pour 421 km2 ; longueur de la rivière : 60 km).

28Les mois les plus humides sont juin et juillet. Dans la partie moyenne du bassin versant, à Vintilă Vodă, les précipitations moyennes atteignent 102 mm en juin et 74 mm en juillet. Chacun de ces mois participe pour 13 à 14 % à l'écoulement annuel moyen de la rivière. C'est toutefois en avril et en mai que l'on observe les plus forts volumes d'eau écoulés, suite à la fonte des neiges (Fig. 7). De plus, le bassin versant du Slănic est affecté par un effet de fœhn qui modifie non seulement les températures, mais aussi les précipitations. Celles-ci sont inférieures à ce que l'on pourrait s'attendre à de telles altitudes. Mais, bien que leur fréquence soit faible, elles prennent un caractère agressif grâce à des intensités souvent élevées.

Figure 7 - Données pluviométriques et hydrologiques mensuelles moyennes et précipitations mensuelles maximales.

Figure 7 - Données pluviométriques et hydrologiques mensuelles moyennes et précipitations mensuelles maximales.

1 : Précipitations mensuelles moyennes (mm) (1971-2000), à Buzău. 2 : Précipitations mensuelles maximales (mm) (1971-2000), à Buzău. 3 : Débit mensuel moyen (m3/s) (1950-2000), à Cernăteşti.

29Le module du Slănic augmente de 0,84 m3/s dans la partie amont (à Lopătari), à 1,41 m3/s, vers la confluence (à Cernăteşti). Les valeurs du module spécifique et de la lame d'eau écoulée s'amenuisent d'amont en aval avec l'augmentation de la taille du bassin et la diminution de l'altitude. Ainsi le module spécifique passe-t-il de 9,89 l/s/km2 dans le cours supérieur à 3,35 l/s/km2 dans le cours inférieur. Quant à la lame d'eau écoulée, elle décroît de 258 mm à Lopătari, à 104 mm à Cernăteşti.

30Le coefficient de variation des débits moyens annuels (quotient de l'écart-type de la série par la moyenne) est de 0,4 à Lopătari et de 0,5 à Cernăteşti. On constate une variabilité interannuelle des débits du Slănic un peu plus forte dans le cours inférieur que dans le cours supérieur. Cela est dû au caractère torrentiel de plusieurs cours d'eau d'ordres inférieurs.

31Le bassin hydrographique du Slănic s'inscrit ainsi dans une région caractérisée par le taux d'érosion le plus élevé de la Roumanie. Pendant la période 1971-2000, les transports en suspension ont été, en moyenne, de 0,373  106 tonnes/an (soit 8,6 t/ha/an). Le flux des matières en suspension est ici 4 fois plus élevé que pour l'ensemble de la Roumanie (2 t/ha.an). Les conditions géologiques, climatiques, hydrologiques, et le faible taux de boisement (37 % seulement), sont à l'origine de cette situation.

32Dans la partie aval du Slănic, la diminution de la pente de la rivière, et donc de sa capacité de transport, explique les dépôts de matériaux grossiers, de la taille des galets, au fond du lit mineur (Photo 3).

Photo 3 - Lit mineur du Slanic à Cernatesti et exemple du type de galets transportés

Photo 3 - Lit mineur du Slanic à Cernatesti et exemple du type de galets transportés

IV - Conclusion

33L'étude réalisée donne des indications sur l'organisation du réseau hydrographique du Slănic, autrement dit sur l'un des facteurs déterminants des fonctionnements hydrologiques en crue. Dans une région au relief accusé, la structuration du réseau hydrographique se révèle potentiellement favorable à des épisodes violents. En effet, les caractères morphométriques des bassins versants d'ordres inférieurs s'accordent avec des réponses hydrologiques très rapides, et cela d'autant plus que la lithologie s'y prête. Les précipitations, enfin, même si elles n'ont rien d'exceptionnel à l'échelle mondiale, sont suffisamment abondantes et intenses, en particulier sur les reliefs, pour que des crues violentes se produisent. Les quelques données hydrologiques présentées dans cet article en témoignent.

Remerciements : Cet article a été réalisé grâce au programme de recherche "Complémentarité des approches hydrauliques et géographiques à l'étude de la dynamique fluviale" (directeurs : Florina GRECU et Philippe RAMEZ) qui fait partie du programme d'actions intégrées "PAI Brâncuşi" dans lequel sont réunis les Groupements du CEMAGREF de Lyon et de Grenoble, et le Centre de recherche sur la dégradation des terrains et la dynamique géomorphologique de la Faculté de géographie (Département de géomorphologie et de pédologie) de l'Université de Bucarest.

Haut de page

Bibliographie

BADEA L. et NICULESCU G. (1964) - Harta morfostructurala a Subcarpatilor dintre Slanicul Buzaului si Cricovul Sarat. Studii şi cercetari de geologie, geofizica, geografie – Geografie, vol. XI, p. 89­106.

BRAVARD J.P. et PETIT F. (2000) - Les cours d'eau. Dynamique du système fluvial. Édit. Armand COLIN, 222 p.

BOGDAN O., MIHAI E. et TEODOREANU E. (1974) - Clima Carpatilor si Subcarpatilor de Curbura dintre Teleajen si Slanicul Buzaului. Institutul de Geografie al Academiei Romane, Statiunea de Cercetari Geografice Patarlagele, 177 p.

DUMITRESCU I., SANDULESCU M. et BANDRABUR T. (1970) - Harta geologica-foaia Covasna. Comitetul de Stat al Geologiei, Institutul Geologic, Bucuresti, 79 p.

GRECU F. (2004) - Quantification of some elements of drainage basins in Romania. Geografia Fisica e Dinamica Quaternaria, vol. 27, p. 29-36.

GRECU F. et ZĂVOIANUI. (1994) - The research of the morphohydrographic basins in Romania. Revue roumaine de géologie, géophysique et géographie – Géographie, vol. 38, p. 30-34.

GRECU F. et COMĂNESCU L. (1998) - Studiul reliefului. Indrumator pentru lucraripractice. Édit. Universităţii din Bucuresti, 180 p.

GRECU F., RAMEZ P., ZAVOIANU I., FREY P., ZAHARIA L., MATHYS N., COMĂNESCU L., PATRU I. et VISAN M. (2004) - Recherches préliminaires sur le terrain dans le cadre du Programme d'actions intégrées (PAI) Brancusi. Comunicari de Geografie, vol. VIII, p. 13-23.

HORTON R.E. (1945) - Erosional development of streams and their drainage basins: Hydrophysical approach to quantitative morphology. Geol. Soc. Am. Bull., vol. 56, n° 3, p. 275-370.

MORARIU T., PISOTA I. et BUTA T. (1962), Hidrologie generala. Édit. de Stat Didactica si Pedagogica, Bucuresti, 463p.

SANDULESCU M., GHENEA C. et MOTAS I. (1968)- Harta geologica- foaia Ploiesti. Comitetul de Stat al Geologiei, Institutul Geologic, Bucuresti, 48 p.

STRAHLER A.N. (1952) - Hypsometric (area-altitude) analysis of erosional topography. Bull. Geol. Soc. Am., vol. 63, p. 1117-1142

VISARION M., SANDULESCU M., DRAGOESCU I., DRAGHICI M., CORNEA I. et POPESCU M. (1977) - Republica Socialista Romania. Harta miscarilor crustale verticale recente, scara 1 : 1000000. Institutul de geologie si geofizica, Bucuresti, p. 3-20.

Haut de page

Notes

1  D'après la classification du Comité Géologique de Roumanie qui considère comme critères : la cohésion des roches, leur degré de cimentation, leur degré d'altération et leur âge. Cette classification comprend 6 classes englobant 12 catégories de roches dont les coefficients de résistance sont compris entre 0,5 et 25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation géographique du bassin versant du Slănic en Roumanie.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 - Hiérarchisation du réseau hydrographique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 1 - Dépôts miocènes sur un versant de rive gauche de la rivière Slanic (diapir affleurant à Lopătari - Meledic) affectés par des processus de ravinement et de glissement.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 2 - Éboulements et dépôts colluviaux repris par l'érosion fluviale en rive gauche du ruisseau Jgheabu.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 - Carte hypsométrique.
Légende 1 : 100-200 m.  2 : 200-300 m.  3 : 300-500 m.  4 : 500-700 m.  5 : 700­1000 m. 6 : 1000-1200 m.  7 : > 1200 m.  8 : localité.  9 : cote altimétrique. 10 : réseau hydrographique.  11 : ligne de partage des eaux.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 - Carte de la résistance des roches à l'érosion (A) et cyclogramme des taux des différents types de roches selon leur résistance à l'érosion (B).
Légende 1 : Roches très tendres. 2 : Roches tendres. 3 : Roches moyennement résistantes. 4 : Roches résistantes. 5 : Roches très résistantes. 6 : Glissement. 7 : Décrochement. 8 : Front de charriage. 9 : Faille inverse. 10 : Axe synclinal.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau I - Poids des différentes classes de roches en fonction de leur résistance à l'érosion (d'après le Comité Géologique de Roumanie).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5 - Modèle de drainage.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau II - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique du Slănic.
Légende M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau III - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique de la Coca.
Légende M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau IV - Données pour le modèle de drainage du bassin hydrographique du Jgheabu.
Légende M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau V - Données pour le modèle des pentes dans le bassin hydrographique du Slănic.
Légende M : valeur déterminée à partir des observations sur les cartes. C : valeur calculée à partir du modèle.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6 - Modèle des pentes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 7 - Données pluviométriques et hydrologiques mensuelles moyennes et précipitations mensuelles maximales.
Légende 1 : Précipitations mensuelles moyennes (mm) (1971-2000), à Buzău. 2 : Précipitations mensuelles maximales (mm) (1971-2000), à Buzău. 3 : Débit mensuel moyen (m3/s) (1950-2000), à Cernăteşti.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 3 - Lit mineur du Slanic à Cernatesti et exemple du type de galets transportés
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1051/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florina Grecu, Ion Zăvoianu, Liliana Zaharia et Laura Comănescu, « Analyse quantitative du réseau hydrographique du bassin versant du Slănic (Roumanie) », Physio-Géo, Volume 1 | -1, 79-93.

Référence électronique

Florina Grecu, Ion Zăvoianu, Liliana Zaharia et Laura Comănescu, « Analyse quantitative du réseau hydrographique du bassin versant du Slănic (Roumanie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 1 | 2007, mis en ligne le 08 décembre 2007, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1051 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1051

Haut de page

Auteurs

Florina Grecu

Université de Bucarest, Faculté de géographie, département de géomorphologie et de pédologie, B-dul Nicolae Balcescu, nr. 1, 70111 BUCAREST, ROUMANIE.
Courriel : grecu@geo.unibuc.ro

Ion Zăvoianu

Université de Bucarest, Faculté de géographie, B-dul Nicolae Balcescu, nr. 1, 70111 BUCAREST, ROUMANIE.

Liliana Zaharia

Université de Bucarest, Faculté de géographie, département de météorologie et d'hydrologie, B-dul Nicolae Balcescu, nr. 1, 70111 BUCAREST, ROUMANIE.

Laura Comănescu

Université de Bucarest, Faculté de géographie, département de géomorphologie et de pédologie, B-dul Nicolae Balcescu, nr. 1, 70111 BUCAREST, ROUMANIE.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org