Navigation – Plan du site
Articles

Histoire des creusements karstiques et des surfaces d'érosion en Provence occidentale

Jean-Joseph Blanc
p. 1-26

Résumés

L'article dresse une synthèse des connaissances sur le cadre géodynamique, très évolutif, de la Provence occidentale, et sur les relations avec la spéléogenèse et l'évolution des surfaces d'érosion, depuis l'élaboration des paléokarsts des bauxites, au Crétacé, jusqu'aux variations du niveau de la Méditerranée au Quaternaire, en passant par les phases tectoniques et les aplanissements de l'Éocène, de l'Oligocène et du Miocène, et par les événements du Messinien. L'étude s'étend aux surfaces en position sous-marine actuelle e à leurs déformations : failles de la Cassidaigne et Bancs des Blauquières et de Magaud. Sont pris en compte les séquences de remplissage des cavités, les concrétionnements, la déformation et la direction des drains et des galeries. Le soulèvement des massifs karstiques au Quaternaire est souligné. Enfin, sont examinées les contraintes appliquées aux cavités karstiques et à leurs remplissages.

Haut de page

Texte intégral

I - Observations préliminaires

1On examinera les relations entre les paléokarsts et les surfaces d'érosion successives, les volumes de l'endokarst, la présence des "vallées mortes", les poljés. Les paysages karstiques et leur potentiel touristique apparaissent liés à des phases de creusement, de remplissage, de recreusement, subordonnées à la position des aquifères anciens et actuels.

2La grande ancienneté des karsts est maintenant admise (P.A. CHAPPUIS, 1947 ; J. NICOD, 1983 ; J.L. GUENDON, 1984 ; M. JULIAN et J. NICOD, 1984 ; A. BINI, 1994 ; J.J. BLANC, 1997, 2003 ; H. CAMUS, 1997 ; F. DELANGE et J.L. GUENDON, 1997 ; J.N. SALOMON, 2001). Les durées concernées englobent l'intervention de plusieurs phases tectoniques depuis le Crétacé ; la déformation des surfaces d'érosion peut, en certains cas, être décelée par des fluctuations des niveaux de base et du tracé des galeries dans l'endokarst. La brève et considérable régression du Messinien (moins d'un Ma, -1500 m), a nécessité des adaptations extraordinaires : surcreusement des réseaux aériens (formation de gorges et de canyons) et souterrains (P. AUDRA et al., 2001 ; L. MOCOCHAIN et al., 2006).

3Les surfaces d'érosion sont d'âges variés, de l'Oligocène au Plio-Quaternaire ; elles occupent aussi des positions différentes : surélevées ou rabaissées vers le front marin ; leur décryptage peut prêter à des difficultés. Certaines sont recouvertes par des formations sédimentaires bien identifiées. Les méthodes d'étude utilisées sont variées : en plus des investigations sur le terrain et des sondages sismiques à la mer, de l'examen des photographies aériennes et des images satellitaires, il a été procédé à des analyses pétrographiques sur les remplissages et leurs ciments matriciels, sur les spéléothèmes et sur les cristallisations colmatant les fissures des terrains encaissants.

4Les observations conduisent aux remarques suivantes :
1 / Les surfaces d'aplanissement des massifs calcaires recoupent des structures et des terrains différents. Elles impliquent de longues périodes de stabilité (plusieurs Ma) et incisent (ou précèdent) les réseaux karstiques.
2 / À l'origine, l'aquifère karstique est souvent proche de la surface. Le creusement des volumes de l'endokarst suit la position du niveau de base avec des possibilités de circulations ascendantes comme l'ont montré des recherches récentes (P. AUDRA, 1995 ; H. CAMUS, 2001 ; J.Y. BIGOT, 2003 ; L. MOCOCHAIN et al., 2006 ; J.J. DELANNOY et al., 2007). Les réseaux de galeries horizontales suivent, dans le temps, la position du toit des aquifères successifs.
3 / Les jeux (ou rejeux) d'accidents modifient la planimétrie, donc l'altitude, des surfaces karstifiées, les gradients hydrauliques ainsi que la direction des drains (recoupements de galeries). Les zones décomprimées se multiplient avec formation de grandes voûtes et chaos de blocs. Le foudroyage des galeries est maximum pour les réseaux les plus élevés et les plus proches des failles actives (J.J. BLANC, 2001) (Photos 1 et 2).

Photo 1 - Salle effondrée de la Barouquine proche de la surface d'érosion de Thèmes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 1 - Salle effondrée de la Barouquine proche de la surface d'érosion de Thèmes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 2 - Entrée de la grotte de la Barouquine, lapiaz de la surface de Thèmes (Rocbarron). [cliché : J.J. BLANC]

Photo 2 - Entrée de la grotte de la Barouquine, lapiaz de la surface de Thèmes (Rocbarron). [cliché : J.J. BLANC]

II - Évolution géodynamique

5Elle est liée à l'évolution du domaine de la Méditerranée occidentale :

  • À l'Oligocène, la plate-forme occidentale de l'Europe est soumise à une distension orientée O-E, responsable de la formation de fossés N-S, recoupant les plissements pyrénéo-provençaux. Les témoins des paléokarsts antérieurs sont isolés par ce découpage. Ces derniers, tectonisés et colmatés par des calcaires lacustres, des brèches et des argilites très altérées, se retrouvent au niveau des surfaces les plus élevées.

  • Une évolution différente marque l'Oligocène terminal et l'Aquitanien. Au rifting ouest-européen succède l'ouverture du bassin liguro-provençal (J.C. HIPPOLYTE et al., 1990 ; G. GUIEU et J. ROUSSEL, 1990). Un intervalle de temps long (plusieurs Ma) et des conditions climatiques et tectoniques favorables correspondent à la formation de la "surface fondamentale", dite "anté-vindobonienne", qui regrade un paléokarst plus ancien (H. BAULIG, 1952 ; J. NICOD, 1967 ; P. BIROT, 1981 ; J.J. BLANC, 1998).

  • Dès le Burdigalien, débute l'ouverture du bassin océanique liguro-provençal, lié à la rotation antihoraire du bloc Corse-Sardaigne, de 20,7 Ma à 18,6 Ma (J.B. ORSINI et al., 1980). La plate-forme karstifiée méridionale est ainsi séparée par la dérive. Vers 17 Ma, le mouvement de rotation est stabilisé. Les surfaces karstiques désolidarisées évolueront séparément de part et d'autre du bassin ouvert.

  • Du Miocène à l'actuel, le bassin évoluera sur ses bordures en marge passive déformée. Les réseaux karstiques enregistreront, par de nouveaux creusements, les fluctuations du niveau de base, de la régression du Messinien à la transgression du Pliocène (Zancléen) et aux fluctuations glacio-eustatiques du Quaternaire.

III - Paléokarsts et surfaces d'érosion

6La "surface fondamentale" aquitanienne est scellée par les formations continentales ou marines du Miocène, du Burdigalien au Tortonien. Elle est "basculée" vers le sud et le S-SE par le jeu d'une flexuration littorale mise en évidence par J. BOURCART (1952) et par l'activité de failles en escalier dans le domaine marin actuel. L'âge présumé de cette surface montre une très large "fourchette" de l'Aquitanien au Miocène supérieur.

7Le rejeu de failles plus anciennes, orientées E-O et NO-SE, se manifeste dans les paléokarsts littoraux du massif des Calanques (Fig. 1 – Photos 3, 4, 5, 6) et de Bandol, par des zones broyées et des bancs cisaillés avec concrétions brisées (Sormiou, Cap Redon, grotte du Capélan, Pointes Grenier et des Trois-Fours, Engraviers, Île Rousse, Bendor).

Figure 1 - Localisation des lieux cités dans le texte, failles principales et chevauchements.

Figure 1 - Localisation des lieux cités dans le texte, failles principales et chevauchements.

Traits rouges : failles. Traits rouges dentés : chevauchements. Trame pointillée : terrains cristallins et permiens. Noms en bleu : réseau hydrographique et domaines littoral et marin.

Photo 3 - Effondrement de la paroi de l'Eissadon. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 3 - Effondrement de la paroi de l'Eissadon. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 4 - Faille ouest du Val Vierge. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 4 - Faille ouest du Val Vierge. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 5 - Val Vierge : gradins d'effondrement. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 5 - Val Vierge : gradins d'effondrement. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 6 - Val Vierge : gradins d'effondrement. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 6 - Val Vierge : gradins d'effondrement. [cliché : J.J. BLANC]

8Les auteurs (J. NICOD, 1967, 1992 ; M.F. COPPOLANI et al., 1973 ; J.J. BLANC, 1998) ont analysé les phénomènes à l'origine de ces aplanissements : corrosion-dissolution chimique sous un climat tropical humide, longue durée d'exposition, nécessité d'un niveau de base peu profond, proche de l'épikarst. De telles surfaces ont pu évoluer en poljés allongés ou en vallées fluviatiles suspendues, déconnectées par l'érosion messinienne ou plio-quaternaire. On en trouve des exemples sur le Petit Plan de Canjuers (Photos 7 et 8), à Malassoque (près de Quinson), à Valbelle (massif de Saint-Clément), à La Limate (plateau des Morières, près de Signes), etc (pour la localisation des sites, voir la figure 1). À l'origine, ces "vallées" drainaient des écoulements issus des massifs des Maures et de l'Esterel, c'est-à-dire du SE et du SSE, avant le creusement messinien de la dépression permienne.

Photo 7 - Surface du Grand Plan de Canjuers. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 7 - Surface du Grand Plan de Canjuers. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 8 - Surface déformée de l'Irouelle dominant les Grandes Gorges du Verdon et le canyon de l'Artuby. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 8 - Surface déformée de l'Irouelle dominant les Grandes Gorges du Verdon et le canyon de l'Artuby. [cliché : J.J. BLANC]

9Les surfaces d'érosion et les paléokarsts associés ont été plus ou moins déformés par les phases tectoniques (Photos 8 et 9) de la seconde phase alpine, au Miocène supérieur et au Plio-Pléistocène (J. GOGUEL, 1953 ; J. AUBOUIN et G. MENNESSIER, 1963). Dans le domaine marin, ces surfaces ont été abaissées par flexuration et par le jeu de failles en escalier (gauchissements et gradins postérieurs au creusement des canyons, d'abord aériens, puis sous-marins). On retrouve à la marge continentale et sur les bancs du large, la trace de ces anciens aplanissements continentaux aujourd'hui immergés : Bancs des Blauquières (Fig. 1) et des Broquets (au SSE de la Cassidaigne). Une surface de discontinuité (contact d'érosion) a été mise en évidence par prospection sismique au large de la Provence (G. BELLAICHE et al., 1971), ainsi que de brusques changements de la pente longitudinale des canyons.

10Au Plio-Quaternaire, les cavités karstiques existantes, vides ou colmatées, ont été l'objet de déformations plus discrètes, notamment pour une dernière surface, anciennement appelée "villafranchienne", visible à la Nerthe, en Moyenne Durance et près du Verdon (Photo 9). Il en résulte certains décalages, captures ou changements de direction du réseau hydrographique, ainsi que des anomalies dans la spéléogenèse (Baudinard – J.J. BLANC, 1992-a, 1992-b). Les marques d'érosion sur les reliefs aplanis de la Nerthe et de l'Étang de Berre ont pu être attribués aux tracés d'un ancien cours pléistocène de la Durance jalonné par l'épandage de petits galets d'origine alpine (serpentine, variolite, gabbro euphotide). Ces derniers ont été trouvés sur la marge continentale au SO de Planier, au large de Riou et du massif des Calanques et jusqu'au canyon de la Cassidaigne (C. FROGET, 1967). Les explorations dans les grottes du canyon de Régalon (Mérindol, Basse Durance – Fig. 1) ont retrouvé ces petits galets (remaniés) au-dessus des marnes pliocènes colmatant ces cavités. On les observe encore couronnant la série mio-pliocène colmatant le karst de Mirabeau.

Photo 9 - Surface déformée de Riou - Négaras. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 9 - Surface déformée de Riou - Négaras. [cliché : J.J. BLANC]

11La surface d'érosion attribuée au Pliocène supérieur-Quaternaire ancien est "cachetée" par les travertins du bassin de Marseille (E. BONIFAY, 1967 ; S. DUPIRE, 1985). Ces derniers, anciens dépôts lacustres, sont inclinés vers l'ouest, c'est-à-dire vers la baie de Marseille. Ainsi cette "dalle" montre-t-elle une altitude décroissante de l'ENE vers l'OSO : Saint-Julien (156 m), Beaumont (134 m), Saint-Marcel (125 m), La Viste (160 m à 130 m), les Aygualades (120 m à 100 m), Cap Janet (30 m au dessous du niveau de la mer). Cet abaissement du substratum encadré par les failles du bassin oligocène de Marseille, creusé de cavités, explique l'immersion d'une vaste zone karstifiée, présentant une multitude de dépressions colmatées paraissant d'origine endoréique, et d'un poljé important (4 à 5 km 3 km) au sud de la Nerthe orientale (J. COLLINA-GIRARD, 1992, 1996, 1999).

12La spéléogenèse plio-quaternaire présente certaines anomalies qui auraient pu être influencées par des contraintes continues ou épisodiques orientées N-S et NNO-SSE. Citons la faille de Sainte-Croix, abaissant de plus de 350 m la zone occidentale de Marseilleveyre (au sud de Marseille) par rapport au Mont Puget (point culminant du massif des Calanques – Fig. 1) appartenant à la série du Bassin du Beausset, dont le rejeu est probable. Au niveau de la crique de Sugiton (brèche de l'écueil du Torpilleur), cette faille s'infléchit vers l'ESE en direction du canyon de la Cassidaigne où elle rejoint l'un des plus importants accidents de la Méditerranée : la faille de Cassidaigne-Asinara (Sardaigne), limite occidentale du substratum métamorphique du massif des Maures.

IV - Recherches sur les contraintes appliquées aux cavités karstiques et à leurs remplissages

13Les contraintes appliquées aux massifs calcaires sont le résultat des phases tectoniques identifiées du Crétacé à l'actuel sous la forme de fractures (failles, diaclases), de plis, de chevauchements ou de mouvements lents et continus. Les contraintes triaxiales auxquelles ont été soumis les massifs rocheux sont la conséquence des mouvements depuis le Crétacé jusqu'à l'actuel. Les résultats peuvent être archivés dans les terrains encaissants ainsi que dans les remplissages karstiques. Le décryptage de ces déformations peut être réalisé à deux échelles d'observation : morphologie karstique et pétrologie à l'échelle des échantillons.

1 ) Morphologie karstique

14Par morphologie karstique, nous entendons :

  • La géométrie des galeries : conduites déformées (Îles Ratonneau et Pomègues) ou décalées (réseau Sabre, dans le bassin du Carami ; réseau de l'Église, dans les Moyennes Gorges du Verdon) ; galeries écrasées : Labyrinthe de Baudinard, Corniche de Marseille, Moustiers-Sainte-Marie (Photos 10, 11, 12, 13, 14), réseau Osiris (Le Beausset – photos 15 et 16).

Photo 10 - Ancien réseau noyé de la Grotte de l'Église (Baudinard) : galerie à cupules et pendentifs. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 10 - Ancien réseau noyé de la Grotte de l'Église (Baudinard) : galerie à cupules et pendentifs. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 11 - Réseau de l'Église (Baudinard) : déformations de strates. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 11 - Réseau de l'Église (Baudinard) : déformations de strates. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 12 - Plan de rejeu de faille (Baudinard). [cliché : J.J. BLANC]

Photo 12 - Plan de rejeu de faille (Baudinard). [cliché : J.J. BLANC]

Photo 13 - Grotte près de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 13 - Grotte près de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 14 - Confluence de conduites dans un réseau phréatique noyé fossile : présence de cupules sur les parois et les voûtes des conduites. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 14 - Confluence de conduites dans un réseau phréatique noyé fossile : présence de cupules sur les parois et les voûtes des conduites. [cliché : J.J. BLANC]

Photos 15 - Réseau de l'Ozone (Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]

Photos 15 - Réseau de l'Ozone (Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]

Photos 16 - Réseau de l'Ozone (Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]

Photos 16 - Réseau de l'Ozone (Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]
  • Le recoupement de failles, flexures et diaclases traversant les galeries ou induisant la direction des conduites : Baudinard, Tête du Cade (dans la partie ouest du massif du Siou Blanc, à l'est du Beausset – Fig. 1), Grotte des Rampins (Saint-Clément, près de Méounes), avens du Caveau et des Genêts (plateau des Morières, près de Solliès-Toucat).

  • Le cisaillement de strates et le rabotage de pendentifs phréatiques et de chenaux de voûtes : Sainte-Maxime, près de Quinson (Photos 12, 13, 14, 17).

Photo 17 - Réseau du Tunnel Rouge (Basses Gorges du Verdon) : rejeu de faille avec mégablocs et brèche.  [cliché : J.J. BLANC]

Photo 17 - Réseau du Tunnel Rouge (Basses Gorges du Verdon) : rejeu de faille avec mégablocs et brèche.  [cliché : J.J. BLANC]
  • La déformation des parois (piédroits) et le poinçonnement des piliers : écroulement, fissuration, gonflement des piédroits de galeries, ruptures de concrétions (draperies, stalagmites), puis, basculement de blocs (Photos 18, 19, 20).

Photo 18 - Grotte supérieure de l'Église : ancienne conduite d'un réseau noyé montrant des cupules de parois. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 18 - Grotte supérieure de l'Église : ancienne conduite d'un réseau noyé montrant des cupules de parois. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 19 - Grottes de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 19 - Grottes de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 20 - Grottes de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 20 - Grottes de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]
  • La formation de brèches chaotiques à l'emplacement initial des vides (destruction du système karstique) : paléokarsts oligocènes de l'Estaque, de la Corniche (Marseille) et du Frioul.

  • La réalisation de miroirs striés se recoupant et montrant plusieurs familles de contraintes successives (hautes grottes de Sainte-Maxime à Quinson).

  • Infiltration de sables siliceux provenant du socle métamorphique ou d'argiles insérées en profondeur dans le karst, ou encore injection de sédiments dirigée de bas en haut à la suite de pressions latérales.

2 ) Analyse des échantillons : pétrologie, observation en lames minces, analyse d'images numérisées, balayage laser, etc.

15Ces investigations permettent de mettre en évidence :

  • Des ciments matriciels : on peut déceler plusieurs générations de calcites d'origine marine ou phréatique, des micro-cavités colmatées par des ciments vadoses, des figures de contraction et de dessication ("septaria"), des joints stylolitiques, des figures de contraintes compressives ou distensives (corniche et îles de Marseille ; surface aplanie et karstifiée de Bandol ; etc.).

  • Des figures de ruptures (fractures) dans les micro-séquences laminées, à l'échelle microscopique : argilites, silts vadoses ou phréatiques, spéléothèmes, brèches dolomitiques re-fracturées (massif de l'Étoile ; Bandol : La Galère).

  • Des figures de "collapse", lits fracturés ou déformés : bauxites et ferri-argilanes.

  • Des cendres et minéraux (poussières volcaniques) piégés entre les lamines carbonatées des concrétions (notamment dans les planchers stalagmitiques d'âges inconnus, oligocènes ou miocènes).

  • Des déformations et flexurations des macles de calcite au voisinage des parois sous contraintes : corrélation entre la croissance cristalline des macles de calcite et les axes des paléo-contraintes (distension/compression). Plusieurs générations sécantes de contraintes successives (stries se recoupant) sont associées à des formations distinctes de scalénoèdres de calcite.

  • Des dépôts calcitiques associés à un thermalisme : cristaux d'origine hydrothermale (Y.V. DUBLYANSKY, 2000), liés à des arrivées ascendantes, précipités en "pop-corn", calcite coralloïde, veines de calcite hydrothermale moirées, à gros rhomboèdres mâclés, veines filoniennes de calcite blanche, parfois luminescente, épontes d'oxydes ferriques et manganeux, clastes de bauxite. Tel est le cas du karst oligocène (Rupélien) à influences hydrothermales (massif de Marseilleveyre), cheminées calcitisées des paléokarsts les plus anciens.

V - Les plus anciens paléokarsts, du Crétacé à l'Éocène : caractères généraux

16Témoins des anciens épisodes continentaux (phase d'émersion à l'Albien et au Cénomanien inférieur), outre leur minéralisation (ferralites, bauxites), ils évoquent d'intenses corrosions chimiques et un très fort volume de dissolutions (grands ouvalas, buttes coniques et puits profonds), impliquant un niveau de base peu profond sous un climat tropical (J.L. GUENDON et C. PARRON, 1985 ; M. THIRY et al., 2006). Au Crétacé, le "paléokarst des bauxites" (Aptien, Albien, Cénomanien inférieur, selon les secteurs) correspond au colmatage d'énormes "poches" et fissures et à une morphologie de mégalapiés à "dents de dragon", "mogotes" et tourelles établie sur de longues périodes (plusieurs Ma – secteur de Brignoles ; Combecave, à l'est de Brignoles ; Mazaugues, sur le versant nord de l'Agnis ; secteur de Saint-Maximin ; karst effondré du Cannet-des-Maures ; etc.). Dans les séquences bauxitiques du Crétacé, on décèle des structures zonées, des figures de fluage et de soutirage, des stratifications entrecroisées, colmatant totalement des cavités importantes, généralement broyées par les mouvements tectoniques, difficiles à délimiter, mais dont les travaux miniers nous laissent pressentir l'importance initiale (bassin bauxitique du Cannet-des-Maures et du Carami). Les contacts du minerai avec les parois montrent de très fortes altérations et des phénomènes de "fantômisation", résultats d'une très longue période émersive, tout comme les bauxites et les paléokarsts de la Sardaigne (Nura).

17Les minéraux des bauxites piégées dans le karst (boehmite, gibbsite) sont accompagnés d'altérites ferralitiques, de kaolinite (Saint-Maximin, Ollières, Tavernes, Carcès, Ampus) (G. BARDOSSY et al., 1982). L'examen des "poches bauxitiques" montre des phénomènes de remobilisation de l'alumine, du fer et de la silice, formant des structures irrégulières (voiles, flammes) de couleurs blanche (riches en alumine : > 65 %), jaune (près de 15 % d'oxydes ferriques) et rouge (45 à 54 % d'alumine et plus de 35 % d'oxydes ferriques). Les conditions de formation des bauxites disparaissent à l'Éocène où demeurent des cuirasses ferrugineuses (limonite, hématite) et des pisolites métalliques (oxydes ferriques), vestiges de cuirasses démantelées. À 37 - 36 Ma (Bartonien), la phase tectonique pyrénéo-provençale déforme la couverture sédimentaire et les cavités colmatées du paléokarst sous la forme de fracturation croisée, chevauchements, brèches et contacts d'écailles (à Saint-Maximin ou au sud de Rians, dans le Centre Var).

18Les paléo-altérations et les "fantômisations" aux parois des karsts sont en fait plus anciennes qu'on ne le croyait (M. THIRY et al., 2006), comme le montrent les recherches dans les Grands Causses, notamment sur le Larzac (L. BRUXELLES et al., 1999 ; L. BRUXELLES et al., 2007). Certains remplissages de poches attribués au Sidérolitique ne sont pas des formations d'âge tertiaire, mais des témoins crétacés, très altérés, liés à un état émersif, (exemple de l'ouvala crétacé du Puits de Rians), conséquences de mouvements tectoniques et de variations eustatiques de la Mésogée (J. DERCOURT et al., 1993). Ces paléo-dolines peuvent présenter des remplissages de plusieurs mètres d'épaisseur, formations résiduelles sous la forme d'argiles à chailles et à silex, paléosols à évolution polyphasée, argiles à gibbsite et à pisolites, et cuirasses ferrugineuses. Quant aux facies des ocres d'Apt, ils colmatent le spectaculaire paléokarst du Calavon. De tels sédiments d'âge Albien et Cénomanien inférieur résultent d'une altération très poussée des sables glauconieux d'origine marine et leur formation est contemporaine de celle de la bauxite.

VI - Relations entre la surface d'érosion oligocène, les actions tectoniques et le paléokarst

19La phase distensive liée au rifting crée des bassins et des couloirs effondrés amenant une modification des drainages. Les fractures ouvertes, importantes et nombreuses, sont comblées par des silts indurés rubéfiés, anciens limons piégés dans le karst. Ces derniers sont souvent recouverts par des planchers stalagmitiques. Les argilites rouges de l'Éocène se raréfient. L'organisation des réseaux affectés par la tectonique alpine présente les caractères suivants :

  • Couloirs karstiques déformés, à blocs et concrétions brisées, ultérieurement éventrés par le recul des versants et le creusement des canyons (Verdon, Artuby) ou par les failles littorales au Mio-Plio-Quaternaire (massif des Calanques, etc.).

  • Avens "décapités", vestiges de poljés suspendus, labyrinthes supérieurs décomprimés, vides écroulés (dans le massif de la Sainte-Baume : Brigou, Crête de la Sainte-Baume, Plan des Vaches).

  • Les surfaces karstiques sont généralement plus élevées en altitude et nettement déformées : Barbin (Hautes Gorges du Verdon, 1200 m), Plan des Vaches (Sainte-Baume, 880 m), Garagaï (Sainte-Victoire, 1008 m), Agnis (750 m), Saint-Clément (580 m), Bras (550 m).

20Cependant les surfaces karstiques oligocènes, malgré leurs déformations, demeurent exceptionnellement pincées sous des chevauchements (plateau de Canjuers : Marronuech, Lagnerose).

21L'activité tectonique liée aux failles bordant les bassins de Marseille et de Bandol s'est traduite par d'importants écroulements sur les marges : olistolites, brèches (Estaque, Niolon, Corniche de Marseille, Pointe Fauconnière, île de Bendor et île Rousse à Bandol). Des volumes karstifiés et leurs remplissages ont été broyés ; on peut y observer des blocs à surface lapiazée, des conglomérats à galets de quartz et des gros fragments de planchers stalagmitiques brisés.

22Le rivage rocheux, tel que nous le concevons actuellement, n'existait pas. La plate-forme karstifiée provençale voisinait avec le Nord de la Sardaigne. La dérive ultérieure a été précédée par de grands systèmes faillés générateurs d'escarpements.

VII - Les karsts du Miocène. Formation d'une nouvelle surface d'érosion : évolution karstique

23Vers la fin de l'Aquitanien (22 à 20 Ma), commence à se former la "surface fondamentale" du Miocène, à une altitude moyenne (actuelle) de 450 m.

24Cette surface d'érosion "décapite" une partie des cavités creusées à l'Oligocène ou antérieures (Paléocène, Éocène). Elle est le siège d'écoulements de type fluviatile provenant de l'est, de l'ESE ou du SSE, c'est-à-dire des reliefs en terrains métamorphiques et volcaniques. Les témoins sablo-argileux, altérés, demeurent conservés au niveau d'anciens méandres et de fonds de paléo-poljés tels que ceux des massifs autour de Méounes : Saint-Clément, Morières, Agnis, etc. (Photos 21 et 22).

Photo 21 - Grotte des Chauves-Souris (massif de Saint-Clément, près de Méounes) : vestiges d'une ancienne conduite suspendue, à la voûte perforée proche de la surface de Planeselve. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 21 - Grotte des Chauves-Souris (massif de Saint-Clément, près de Méounes) : vestiges d'une ancienne conduite suspendue, à la voûte perforée proche de la surface de Planeselve. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 22 - Grotte des Chauves-Souris : rainures et cupules d'érosion dans la conduite fossile. [cliché : J.J. BLANC]

Photo 22 - Grotte des Chauves-Souris : rainures et cupules d'érosion dans la conduite fossile. [cliché : J.J. BLANC]

25Ces "cours fossiles" sont jalonnés de lits sableux et de semis de galets originaires du socle (quartz, quartzite, grès permien, phyllades, rhyolites : notamment près de Méounes – C. CORNET, 1966). Ces épandages demeurent antérieurs aux érosions messiniennes et plio-quaternaires, d'où leur position actuelle suspendue.

26Du Burdigalien au Tortonien supérieur, s'écoule une très longue période (plusieurs Ma) sous un climat rubéfiant de type tropical, favorable à l'établissement d'un karst bien développé. Le karst du Miocène comprend de grandes cavités et un réseau noyé où l'on relève parfois d'énormes concrétions très différentes de celles formées ultérieurement, notamment au Plio-Quaternaire. Les conditions climatiques et les altérations chimiques, sans aller jusqu'à la formation de bauxite, demeurent favorables à l'édification de sols oxydés, de croûtes ferrugineuses (ferralites) et de pisolites d'hématite.

27Le réseau vertical du paléokarst montre des cheminées utilisant le canevas tectonique local, avec des recouvrements pariétaux et des remplissages de calcites hydrothermales déposées par des circulations ascendantes (Nerthe, massif des Calanques, Bandol), retrouvées en Crête et en Hongrie (M. GASCOYNE, 1992 ; E. JUHASZ et al., 1995).

28À 17 Ma, la dérive du bloc Corse-Sardaigne est achevée. Le golfe liguro-provençal, qui s'est formé dans l'intervalle et qui est désormais ouvert, sépare les karsts varois, notamment nord-toulonnais, de ceux de la Sardaigne. Les grands accidents verticaux jalonnant cette rupture affectent les surfaces d'érosion et délimitent les premiers rivages (massif des Maures, îles d'Hyères, Soubeyran). Dès l'Aquitanien, se dessine un littoral sur les côtes de la Nerthe. Les surfaces d'érosion commencent à être basculées vers le domaine marin et l'O-SO. Ainsi sont-elles recouvertes et datées par les molasses marines du Burdigalien jusqu'au Tortonien (partie ouest de la Nerthe, La Fare, Lançon, Salon, Constantine – C. COMBALUZIER, 1932 ; J.J. BLANC, 1963 ; J.P. MASSE, 1971). Ces molasses "fossilisent" d'anciennes cavités aux parois bien conservées, contrairement aux paléokarsts éocènes ou oligocènes (massif du Douard, entre Cassis et Aubagne).

29Le paléokarst de l'Aigue (Le Beausset – Fig. 1) est colmaté par une coulée de basalte attribuée au Messinien ou à l'extrême base du Pliocène (C. COULON, 1967 ; J.C. BAUBRON, 1984). Dans le secteur occidental, les séries molassiques (Serravallien et Tortonien) transgressent aux abords de la Sainte-Victoire jusqu'à Jouques et au verrou de Mirabeau. Une partie du karst de l'Adaouste (zone supérieure) est colmatée par les derniers horizons marins, puis continentaux, du Miocène supérieur. De telles surfaces lapiazées, "cachetées" et datées, sont ultérieurement soulevées à des altitudes anomaliques par les surrections tectoniques du Miocène terminal et du Plio-Quaternaire (Sainte-Victoire ; Bonfilons, à l'est d'Aix-en-Provence ; Mirabeau ; Baudinard ; etc.). Dans les Monts de Vaucluse, les grands ouvalas et poljés du plateau de Saint-Christol - Albion sont colmatés par d'importantes formations résiduelles à silex (P. WEYDERT, 1975 ; J.L. GUENDON, 1984 ; M. JULIAN et J. NICOD, 1984 ; C. DEPAMBOUR et J.L. GUENDON, 2003).

30Au Miocène supérieur, l'extension du rift liguro-provençal se traduit par une nouvelle phase compressive (phase alpine 2) et un rejeu tectonique (failles, chevauchements) accompagné par la formation de brèches (Mourre de Chanier et Grand Margiès, près du Grand Canyon du Verdon ; Bessillons ; et probablement Sainte-Baume).

31Les surfaces provençales karstifiées, séparées de la Sardaigne, s'adaptent aux nouvelles conditions. Il en résulte, dans l'endokarst, des ruptures (brèches chaotiques recimentées, concrétions brisées, effondrements de voûtes) et des décalages de réseaux. On peut en examiner les modalités :
1/ Les poljés et les cours fossiles hérités des phases miocènes seront colmatés par des argiles et limons rubéfiés, galets siliceux, débris de spéléothèmes et croûtes ferrugineuses remaniées : exemples des Plans de Canjuers (980 m à 840 m), paléo-Artuby et anciens cours de l'Issole, etc. Le soulèvement de ces reliefs a induit le creusement de grands avens verticaux (Agnis ; Siou Blanc, où se trouve l'aven de la Tête du Cade – photos 23 et 24 ; Canjuers). Certains raccordements ont été réalisés par des gorges étroites.

Photo 23 - Galerie Osiris (Réseau de la Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]

Photo 23 - Galerie Osiris (Réseau de la Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]

Photo 24 - Puits de raccord dans les calcaires du Turonien à la Tête du Cade. [cliché : R. MONTEAU]

Photo 24 - Puits de raccord dans les calcaires du Turonien à la Tête du Cade. [cliché : R. MONTEAU]

322/ Du fait des incisions, des lapiés, des ouvalas et des dolines se trouvent suspendues, des exurgences deviennent fossiles et les vestiges de réseaux sont décomprimés : partie amont du bassin de la Nartuby (près de Châteaudouble) ; Planeselve (410 m – dans le massif de Saint-Clément) ; Les Rampins et Foggeli (sur la bordure ouest du massif de Saint-Clément, près de Méounes) ; Bois des Prannes (au nord de Draguignan, sur la bordure sud du plateau de Canjuers) ; Bois de Montmajor (480 m – à l'est de Rians) ; Bois de la Roquette (au SO de Quinson) ; Baume des Pierres (557 m, sur le plateau de Malassoque, près de Quinson) ; grotte de la Barouquine (sur le poljé suspendu de Thèmes, 454 m, près de Rocbaron – Fig. 1) ; etc.
3/ Parfois, l'érosion et le recul des versants font qu'il ne reste plus, de la surface initiale, qu'une crête étroite. Seuls demeurent quelques avens et cavités écroulés. À la limite, les vides sont remplacés par des chaos de blocs : dans le massif de la Sainte-Baume, Brigou (480 m), crête de la Sainte-Baume (1010 m), le Paradis (970 m).

VIII - La dernière surface d'érosion au Pliocène supérieur - Quaternaire : réseaux karstiques et spéléogenèse

33Encore appelée anciennement "surface villafranchienne" (J.J. DUFAURE, 1983), elle semble prolonger l'aire sommitale du "delta-cône" de Valensole (Pliocène terminal - début du Quaternaire – en fonction des nouvelles définitions : cf. Gélasien). La dernière phase de la tectonique alpine a déformé cette surface (exhaussement du Serre de Montdenier, 1684 m – Fig. 1), ainsi que les glacis détritiques suspendus et isolés de Laurette et de Saint-Jurs. Sur le terrain, la surface fini-pliocène est une étendue rocheuse nue (plateau de Négaras, 1068 m – Photo 9), tandis que l'écaille de Castillon chevauche les derniers bancs conglomératiques de la série de Valensole. C'est le domaine des écailles olistolites et des éboulis "cyclopéens" (G. CLAUZON, 1975, 1982 ; J.J. DUFAURE, 1983 ; C. CHAMPION et al., 2000) : Saint-Jurs, Ourbès, La Gondole, Mourre de Chanier, sud de la Traversière, etc.

34Les contraintes tectoniques compressives déformant cette surface sont à rattacher à la continuité des mouvements alpins avec, localement, quelques reprises des chevauchements, d'où la formation de nouvelles brèches aux contacts réactivés. Ces actions s'exercent sous la forme de failles normales ou inverses N 020, N 030, N 060 et de décrochements orientés NE­SO, généralement senestres, liés à l'activité sismique régionale de la Moyenne Durance, la faille de Nîmes, l'accident de Cavaillon-Salon-Fos, les failles de Piégu et de Saint-Cassien (Sainte-Baume), voire des failles sous-marines de Cassidaigne.

35Les conséquences d'une remontée très rapide du niveau marin au Pliocène sont l'immersion d'une partie de l'endokarst du fait de l'élévation générale du niveau de base, d'où la formation d'un grand réseau noyé. Dès le Pliocène, se sont formés des niveaux phréatiques avec des galeries à coupoles, pendentifs, puits-cheminées, érosion des parois (mise en évidence grâce à l'orientation des cupules – R.L. CURL, 1966 ; J.Y. BIGOT, 1999 ; L. MOCOCHAIN et al., 2006). Les labyrinthes phréatiques, colmatés par des amas argileux rouges, sont érodés et creusés par des sillons paragenétiques. Le retrait ultérieur des eaux amène une décompression des voûtes et des piédroits, puis l'éboulement des galeries (grottes du secteur de Baudinard, dans les Moyennes Gorges du Verdon, et notamment le réseau de l'Église).

36L'instabilité générale dans l'endokarst, quelle qu'en soit l'origine (activité tectonique liée aux déformations des surfaces ou retrait des eaux pour l'étage noyé), se traduit par le foudroyage d'une partie des cavités observé en Ardèche, Provence, Alpes Maritimes et Grands Causses. Ces effondrements sont localisés au niveau des salles, grandes galeries et confluences. D'autres observations complémentaires montrent des écroulements de falaises et de surplombs : escarpements du Mont Canaille et du Soubeyran à Cassis ; Tour du Castellas de Montmeyan ; brèches du couloir faillé de Rougon ; Barres de Catalan à Rougon (1332 m) ; champ de fractures ouvertes au sommet des Réglès (1447 m), à l'est de Moustiers-Sainte-Marie. Mentionnons encore les effondrements faillés très spectaculaires du Val Vierge et de l'Eissadon dans le massif des Calanques.

37Une modalité importante est marquée par le cisaillement des strates au voisinage des failles et des chevauchements réactivés : exemples des grottes de Baudinard (J.J. BLANC, 1992), grottes du Vallon de Sainte-Maxime (Quinson), de Vauclare (Esparron-de-Verdon), mégabrèche du Tunnel Rouge (Basses Gorges du Verdon), écrasement de conduites (l'Estaque, îles du Frioul, Riou et massif des Calanques). Il faut enfin évoquer les manifestations d'un soulèvement continu, sans accidents faillés actifs visibles, reconnu pour l'ensemble des massifs : Verdon, Centre Var, Sainte-Baume (C. CORNET, 1966 ; J. FOURNIGUET, 1971 ; M. TERRIER, 1991 ; J.F. RITZ, 1992). Pour le Quaternaire, on a avancé des moyennes d'exhaussement de +0,13 mm/an à +0,20 mm/an (C. CORNET, 1966 ; J. FOUNIGUET ; 1971 ; M. TERRIER, 1991).

38L'analyse planimètrique des surfaces d'érosion et de leurs enveloppes détecte ainsi des altitudes anomaliques : anticlinal de Baudinard (+70 m au Quaternaire – G. MENNESSIER, 1959), anticlinal de Mirabeau (grotte de l'Adaouste), axe de la Sainte-Victoire (C. ROUSSET, 1967 ; J. RICOUR et al., 2005) et, sur le Verdon, déformation des brèches de Balène surélevées jusqu'à 939 m, cascades du Serre de Montdenier (Venascle) et de la Gondole. Un exemple spectaculaire est le soulèvement du Puy d'Eycharme (rive droite des Grandes Gorges du Verdon) dont le profil lapiazé se raccorde, par delà le canyon, à la surface du Petit Plan de Canjuers, en rive gauche (J.J. BLANC, 1993 ; J. NICOD, 1998). Un autre exemple est celui de la faille de l'oppidum de la Courtine (Ollioules – entre Toulon et Le Beausset) qui décale de 100 m vers le S-SE la "mesa" basaltique d'Évenos et du plateau de l'Aigue, laquelle recouvre les prolongements de la surface miocène du Camp. La conséquence est une réorientation des drainages karstiques du massif de Siou Blanc vers le SO, à la Foux d'Évenos (178 m), les exsurgences de Dardennes (96 m), impliquant de profondes modifications dans l'endokarst, notamment des éboulements dans le système de la Tête du Cade (Photos 15 et 23).

39L'exhaussement des surfaces et des cavités karstiques au domaine continental, quel que soit leur âge, est accompagné d'un abaissement vers le secteur marin sous la forme d'une marge continentale faillée en gradins, sur plusieurs centaines de mètres (J.J. BLANC et al., 1992). Dans le massif des Calanques, on observe la surface karstique lapiazée de Morgiou (sous laquelle est creusée la grotte Cosquer) plonger vers le sud. Cette flexuration et le jeu des failles littorales ont basculé les réseaux karstiques vers la mer. Certaines aires d'alimentation, "apex" de réseaux de galeries, ont pu disparaître (Cassidaigne, falaise du Grand Draioun, Frioul, Baie de Marseille, Bandol). Au sud du massif de Marseilleveyre, une étrange surface karstifiée, criblée de dolines, est observée vers +5 à +8 m à l'île de Calseraigne. Son âge est inconnu et sa position demeure très décalée par rapport à la surface miocène du Cap Morgiou. On peut aussi la comparer ou l'assimiler à un témoin surbaissé de la surface de la Nerthe recouverte par les remplissages d'origine durancienne à petits galets verts (variolites, serpentines), ces derniers ayant été dragués au sud de Riou.

40Il faut enfin rappeler qu'une partie des conduites en relation avec la régression du Messinien ont été réutilisées au Quaternaire et jusqu'à l'actuel, notamment pour les réseaux actifs de Port-Miou et du Bestouan (Cassis) (B. BLAVOUX et al., 2004 ; T. CAVALERA et al., 2006 ; T. CAVALERA et al. 2009).

IX - Conclusion : essai d'interprétation

41Le cadre géodynamique présente une grande complexité et un caractère fortement évolutif :

  • L'ancienneté des creusements karstiques est reconnue depuis l'épisode de la formation des bauxites au Crétacé moyen. Les différentes périodes de spéléogenèse sont en relation avec plusieurs surfaces d'érosion. En outre, l'évolution des cavités se traduit par les modalités morphologiques et la nature des remplissages.

  • Les paléokarsts du Crétacé et du Tertiaire évoquent des climats chauds de type tropical. Les cavités discernables sont déformées par les actions tectoniques, notamment pour les plus anciennes. Les observations et la bibliographie nous montrent que cette dynamique se poursuit durant le Quaternaire et jusqu'à l'actuel.

  • Les paléokarsts des bauxites et du Paléocène-Eocène présente un colmatage total des cavités par des ferralites, argilites, grès et sables, parfois, des vestiges de planchers stalagmitiques brisés. Deux cas de figure sont observés :
    D'une part, des paléokarsts, souvent parmi les plus anciens, recoupés par des surfaces d'érosion à l'Oligocène et au Miocène. Ces derniers sont antérieurs, jusqu'au Burdigalien (20,7 Ma), à la dérive anti-horaire du bloc corso-sarde séparé de la Provence. Le mouvement se termine vers 18-17 Ma. Les paléokarsts de la Provence varoise sont alors séparés du Nord de la Sardaigne. Ainsi, une telle autonomie demeure liée à l'histoire de l'ouverture du bassin océanique liguro-provençal et à la formation des premiers rivages dès l'Aquitanien, à l'ouest, contre le massif de la Nerthe.
    D'autre part, des paléokarsts plus récents incisant les surfaces d'érosion précédentes, du Messinien à l'actuel. Il en résulte une profonde modification de la position des aquifères et une déconnection des réseaux. La révolution régressive (-1500 m), très brève (6,5 à 5,3 Ma) du Messinien, est contemporaine du forage vertical des grands avens ainsi que du changement radical des écoulements vers le sud, le sud-ouest et le sud-est, formant des galeries descendantes et des réseaux croisés.

  • Les cavités et conduites karstiques s'adaptent à de nouvelles conditions au Plio-Quaternaire : immersion des réseaux et circulations ascendantes (P. AUDRA et al., 2002), puis oscillations glacio-eustatiques des niveaux de base au cours du Quaternaire. D'autre part, on relève un soulèvement lent, discret mais incontestable, des massifs et des surfaces d'érosion, du Pliocène à l'actuel. Ce dernier est accompagné par un basculement vers le secteur marin (sud, sud-ouest, sud-est) et une nouvelle adaptation des réseaux, avec incision des talwegs et érosion des versants. Il en résulte une dissection du relief et l'isolement des paléokarsts dont on retrouve les vestiges réduits et isolés.

  • Ces modalités sont accompagnées par des activités tectoniques et des rejeux de failles locaux recoupant des galeries et amenant des effondrements. On peut citer : la faille de Sainte-Croix décalant les massifs de Marseilleveyre et de Puget, prolongée en mer et déviée vers le système sous-marin de la Cassidaigne ; le grand accident littoral au sud du massif des Calanques marqué par les effondrements du Val Vierge et de l'Eissadon ; citons encore les failles de la Moyenne Durance (karst de l'Adaouste, près de Mirabeau – Fig. 1).

42Par ailleurs, des figures de rupture témoignent des contraintes tectoniques appliquées aux massifs rocheux karstifiés. Les phases actives se sont succédées : Crétacé supérieur (Maestrichtien) ; Lutécien-Bartonien (plissement pyrénéo-provençal) ; Oligocène et Miocène (phases alpines – couloirs et bassins effondrés à l'Oligocène, rejeux de failles et de chevauchements au Miocène (cisaillements et formation de brèches, concrétions broyées) ; ruptures et sismicité au Plio-Quaternaire. Les figures de rupture et les anomalies peuvent être observées à l'échelle macroscopique et à l'échelle de l'échantillon.

43À l'échelle macroscopique, les indices sont nombreux :

  • réseaux et galeries déformés ou recoupés par des failles, déviation des axes de paléo-drainages (Tête du Cade – Fig. 16 et 24 ; Carami ; gorges de Baudinard ; île Riou) ;

  • injection de sédiments : sables, argiles, galets (réseau de l'Église, en rive gauche du Verdon, et grottes en rive droite, au niveau des gorges de Baudinard ; grottes colmatées de Gréoux, plus en aval) ;

  • cisaillements de bancs et de piliers, déformations et ruptures de piédroits (parois de galeries éclatées : grottes de Baudinard, massif des Calanques) ;

  • phénomènes d'effondrements ("collapse") : mégabrèches, chaos, brèches (Baou Roux à Sormiou, Val Vierge, l'Eissadon, pointes Grenier et Fauconnière, Bandol, grottes d'Aups) ;

  • rabotage de concrétions et de pendentifs phréatiques, joints montrant plusieurs familles de stries se recoupant (hautes grottes du Vallon de Sainte-Maxime (Quinson), grottes de Baudinard, Baume Obscure (Belgentier).

44L'observation des échantillons apporte des informations complémentaires sur les contraintes climatiques, eustatiques et tectoniques :

  • les ciments matriciels révèlent des figures de dessiccation ("septaria" – grottes de l'Olivier et du Capelan, dans le massif de Marseilleveyre) ou de contraction ("shrinckage") qui témoignent de phases micro-climatiques généralisées dans les cavernes ;

  • les ciments de calcite magnésienne, encore appelée "calcite-Mg", sont typiquement d'origine marine (grottes du Cap Ragnon, dans la partie orientale de la chaîne de la Nerthe, et du Lazaret, à Nice) ;

  • les macles de calcite déformées (karst des bauxites, La Lare) indiquent la direction des contraintes d'allongement ;

  • les filons de calcite massive, porcelanée et moirée, avec des épontes ferrugineuses, sont souvent associés à un thermalisme d'âge généralement oligocène.

Remerciements : Je suis reconnaissant à Raymond MONTEAU, Jean NICOD, Philippe HAMEAU, Philippe MAUREL et Jean-Marc BIANCO d'avoir mis à ma disposition leur documentation et de m'avoir prodigué aide et conseils, ainsi qu'à Claude MARTIN pour la part qu'il a prise dans la phase de finalisation de l'article.

Haut de page

Bibliographie

AUBOIN J. et MENNESSIER G. (1963) - Essai sur la structure de la Provence. In : Livre à la mémoire du professeur Paul Fallot, t. 2 ; Mém. Hors Série Soc. Géol. France, p. 45-98.

AUDRA P. (1995) - Signification des remplissages des karsts de montagne. Quelques clés à l'usage des spéléologues. Karstologia, vol. 25, p. 13-20.

AUDRA P., CAMUS H. et ROCHETTE P. (2001) - Le karst des plateaux jurassiques de la moyenne vallée de l'Ardèche : datation par paléomagnétisme des phases d'évolution plio-quaternaires (Aven de la Combe Rajeau). Bull. Soc. Géol. France, vol. 172, n° 1, p. 121-129.

AUDRA P., BIGOT J.Y. et MOCOCHAIN L. (2002) - Hypogenic caves in Provence (France) : specific features and sediments. Acta Carsologica, Ljubljana, vol. 31, n° 3, p. 33-50.

BARDOSSY G. (1982) - Bauxite deposits on carbonate rocks. In : Developments in economic Geology, n° 14, Édit. Elsevier, Amsterdam-Oxford-New York, 441 p.

BAUBRON J.C. (1984) - Volcanisme du Sud-Est de la France. Chap. VIII. In : Synthèse géologique du Sud-Est de la France, Mém. BRGM, n° 125, p. 514-519.

BAULIG H. (1952) - Surfaces d'aplanissement. Ann. Géogr., Paris, vol. LXI, p. 131-183 et 245-262.

BELLAÏCHE G., MASCLE J. et RECQ M. (1971) - Interprétation géologique des profils sismiques réalisés au sud des Maures. C. R. Acad. Sci., Paris, 272, vol. 15, p. 1960-1961.

BIGOT J.Y. (1999) - Remplissage et morphologie des conduits de l'abîme de Maramoye (Le Beausset, Var). Actes de la 9ème Rencontre d'octobre (Cahors), Édit. Spéléo Club de Paris, p. 7-13.

BIGOT J.Y. (2003) - Observations morphologiques dans l'abîme de Maramoye (Le Beausset, Var). Karstologia, vol. 41, n° 1, p. 27-38.

BINI A. (1994) - Rapports entre la karstification péri-méditerranéenne et la crise de salinité du Messinien. L'exemple du karst lombard (Italie). Karstologia, vol. 23, p. 33-53.

BIROT P. (1981) - Les processus d'érosion à la surface des continents. Édit. MASSON, Paris, 605 p.

BLANC J.J. (1963) - Remplissages marins dans une grotte à l'oppidum de Constantine (Lançon). Rec. Trav. Stat. Mar. Endoume, Marseille, vol. 29, bull. 44, p. 87-90.

BLANC J.J. (1992-a) - Signification géodynamique des réseaux karstiques étagés du canyon de Baudinard (Moyennes gorges du Verdon, France). Karstologia, vol. 20, p. 37-48.

BLANC J.J. (1992-b) - Importance géodynamique des surfaces d'aplanissement en Provence. In : Karst et évolution climatique, J.N. SALOMON et R. MAIRE édit., Presses Universitaires de Bordeaux, p. 191-207.

BLANC J.J. (1997) - Géodynamique et histoire du karst. Application au Sud-Est de la France. Quaternaire, vol. 8, n° 2-3, p. 91-105.

BLANC J.J. (1998) - Géodynamique post-oligocène, réseaux karstiques et surfaces déformées : une aide à l'évaluation des mouvements du socle (Provence, Var). Bull. Musée Anthrop. Préhist. Monaco, n° 39, p. 5-15.

BLANC J.J. (2001) - Effondrements dans les grottes en Provence. Enregistrements sismo-tectoniques ? Bull. Musée Anthrop. Préhist. Monaco, n° 41, p. 3-20.

BLANC J.J. (2003) - Âge et origine des cavernes. Exemples du Sud-Est de la France. Bull. musée anthrop. Préhist. Monaco, n° 42, p. 3-18.

BLANC J.J., DEGIOVANNI C., POYDENOT F., ROUX M.P. et WEYDERT P. (1992) - Les escarpements sous-marins de la marge continentale de la Provence (SO du Banc des Blauquières aux canyons de Sicié). Étude géomorphologique. Géologie Méditerranéenne, t. XIX; n° 1, p. 3-17.

BLAVOUX B., GILLI É. et ROUSSIER C. (2004) - Alimentation et origine de la salinité de la source de Port Miou (Marseille, Cassis). Principale émergence d'un réseau karstique hérité du Messinien. C. R. Géosciences, vol. 336, p. 523-533.

BONIFAY E. (1967) - La tectonique récente du Bassin de Marseille dans le cadre de l'évolution post-miocène du littoral méditerranéen français. Bull. Soc. Géol. France, vol. 7, n° 9, 569 p.

BOURCART J. (1952) - Les frontières de l'Océan. Édit. ALBIN-MICHEL, Paris, 317 p.

BRUXELLES L., AMBERT P. et GUENDON J.L. (1999) - Altération et karstification sous couverture : le rôle morphologique de certaines formations superficielles du Causse de l'Hospitalet (Larzac). Cahiers savoisiens de Géogaphie, vol. 9911, p. 39-54.

BRUXELLES L., SIMON-COINÇON R., GUENDON J.L. et AMBERT P. (2007) - Formes et formations superficielles de la partie Ouest du Causse de Sauveterre (Grands Causses, Aveyron et Lozère). Karstologia, vol. 49, p. 1-14.

CAMUS H. (1997) - Formation des réseaux karstiques et creusement des vallées : l'exemple du Larzac méridional, Hérault, France. Karstologia, vol. 29, p. 23-42.

CAMUS H. (2001) - Évolution des réseaux karstiques au contact des Cévennes-Grands Causses méridionaux. Bull. Soc. Géol. France, vol. 172, n° 5, p. 549-562.

CAVALERA T., ARFIB B. et GILLI É. (2006) - Ressource karstique côtière en méditerranée : les sources sous-marines de Port Miou et du Bestouan (Marseille, France). Actes du 8ème Colloque Hydrospéléologie en pays calcaire (Neufchâtel, Suisse), 4 p.

CAVALERA T., GILLI É. et ARFIB B. (2009) - Les sources karstiques saumâtres de Port Miou et du Bestouan (Bouches-du-Rhône). Apport à la compréhension des aquifères karstiques côtiers. Géologues, vol. 160, p. 77-81.

CHAMPION C., CHOUCROUNE P. et CLAUZON G. (2000) - Déformations post –miocènes en Provence occidentale. Géodynamica Acta, vol. 13, n° 2-3, p. 67-85.

CHAPPUIS P.A. (1947) - L'âge des cavernes. Ann. Spéléol., t. II, fasc. 1, p. 11-16.

CLAUZON G. (1975) - Sur l'âge villafranchien du chevauchement sub-alpin au droit de Puimoisson (Alpes-de-Haute-Provence). C. R. Acad. Sci., Paris, vol. 280, p. 2433-2436.

CLAUZON G. (1982) - La mise en place au Pléistocène inférieur (Villafranchien supérieur) du front subalpin sur la bordure sud-orientale du bassin de Digne-Valensole : incidences géodynamiques. Colloque "Le Villafranchien méditerranéen" (Lille), p. 145-169.

COLLINA-GIRARD J. (1992) - Présentation d'une carte bathymétrique au 1/25000 du précontinent marseillais au large de la zone limitée par la grotte Cosquer et l'habitat préhistorique de Carry-le-Rouet. Géologie Méditerranéenne, t. XIX, n° 2, p. 77-97.

COLLINA-GIRARD J. (1996) - Préhistoire et karst littoral. La grotte Cosquer et les calanques marseillaises (Bouches-du-Rhône, France). Karstologia, vol. 27, n° 1, p. 27-40.

COLLINA-GIRARD J. (1999) - Réseau de vallées et prospection sismique : relations et implications structurales sur le plateau continental (Marseille, Bouches-du-Rhône, France). C. R. Acad. Sci., Paris, vol. 329, p. 357-362.

COMBALUZIER C. (1932) - Le Miocène de Basse Provence. Thèse de Doctorat d'État, Marseille, Bull. Serv. Carte Géol. France, n° 182, t. 35, 152 p.

COPPOLANI M.F., GUIEU G. et ROUSSET C. (1973) - Données nouvelles sur la paléogéographie miocène et la tectonique en Basse Provence. C. R. Acad. Sci., Paris, vol. 276, p. 493-496.

CORNET C. (1966) - Évolution tectonique et morphologie de la Provence depuis l'Oligocène. Thèse de Doctorat d'État, Paris, Mém. Soc. Géol. France, t. XLV, fasc. 2, n° 103, 245 p.

COULON C. (1967) - Le volcanisme tertiaire de la région toulonnaise (Var). Bull. Soc. Géol. France, vol. 9, n° 7, p. 691-700.

CURL R.L. (1966) - Scallops and flutes. Transactions of the Cave. Research Group of Great Britain, vol. 7, n° 2, p. 121-160.

DELANNOY J.J., JAILLE T.S., FUDRAL S., GASQUET D., KAUFMANN O., SABAUD M. et PLOYON E. (2007) - L'aven d'Orgnac. Un jalon karstique pour la reconstitution paléogéographique de l'interfluve Ardèche-Cèze. Collection EDYTEM - Cahiers de Géographie, n° 5, p. 117-147.

DELANGE F. et GUENDON J.L. (1997) - Le Rocher et la grotte de Saint-Eucher (Vaucluse, France). Des témoins de l'évolution karstique néogène et quaternaire en Moyenne Durance. Colloque "Géomorphologie quantitative et paléogéomorphologique dans le domaine méditerranéen", Livre des excursions, p. 12-13.

DEPAMBOUR C. et GUENDON J.L. (2003) - Éléments de réflexion sur la morphogenèse du plateau de Vaucluse (France). Karstologia, n° 42, n° 2, p. 1-14.

DERCOURT J., RICOU L.E. et VRIELYNCK B. (1993) - Atlas Tethys paleoenvironmental maps. Édit. GAUTHIERS-VILLARD, Paris, 307 p.

DUBLYANSKY Y.V. (2000) - Hydrothermal speleogenesis. Its settings and peculiar features. Speleogenesis. In : Evolution of karst aquifers, Nat. Speleog. Soc. Huntsville, A KLIMCHOUK, D.C. FORD, A.N. PALMER et W. DREYBRODTP, p. 292-297.

DUFAURE J.J. (1983) - La néotectonique méditerranéenne et ses relations avec la morphogenèse villafranchienne. Bulletin A.F.E.Q., vol. 20, n° 14-15, p. 103-121.

DUPIRE S. (1985) - Étude cartographique au 1/25000 de la zone sud du bassin de Marseille. Les Travertins de Marseille : aperçu géomorphologique et néotectonique. Thèse de 3ème cycle, Université de Provence, 104 p.

FOURNIGUET J. (1987) - Géodynamique actuelle en France. Une illustration des comparaisons des nivellements à l'étude des déformations actuelles. Géochronique, n° 23, p. 17-21.

FROGET C. (1967) - Découverte d'affleurements quaternaires anciens sur le précontinent provençal au large de l'île Riou. C. R. Acad. Sci., Paris, vol. 264, p. 212-214.

GASCOYNE M. (1992) - Paleoclimate determination from cave calcite deposits. Quat. Sc. Rew., vol. 11, p. 609-632.

GOGUEL J. (1953) - Données techniques sur l'effondrement des cavités souterraines. Ann. Spéléol., t. VIII, fasc. 1, p. 1-8.

GUENDON J.L. (1984) - Les paléokarsts des Alpes occidentales du Trias à l'Éocène. Karstologia, vol. 4, p. 3-18.

GUENDON J.L. et PARRON C. (1985) - Les phénomènes karstiques dans les processus de bauxitisation sur substrats calcaires. Exemples de gisements du Sud-Est de la France. Ann. Soc. Géol. de Belgique, vol. 108, p. 85-92.

GUIEU G. et ROUSSEL J. (1990) - Conséquence possible de l'extension crustale pré-oligocène en Provence méridionale : la mise en place gravitaire des chevauchements. C. R.Acad. Sci., Paris, vol. 311, n° 4, p. 485-492.

HIPPOLYTE J.C., ANGELIER J., BERGERAT F., NURY D. et RAYNAUD S. (1990) - Évolution tectono-sédimentaire d'un bassin faillé : le bassin oligocène de Marseille. C. R. Acad. Sci., Paris, vol. 310, p. 53-58.

JUHASZ E., KORPAS L. et BALOG A. (1995) - Two hundred millions years of karstic history, Dachstein limestones, Hungary. Sedimentology, vol. 42, n° 3, p. 473-489.

JULIAN M. et NICOD J. (1984) - Paléokarsts et paléogéomorphologie néogène des Alpes occidentals et regions adjacentes. Karstologia, n° 4, p. 11-18.

MASSE J.P. (1971) - Présence de remplissages marins dans les cavités karstiques à la barre de Rognac. Bull. Muséum Hist. Nat. Marseille, t. XXXI, p. 115-122.

MENNESSIER G. (1959) - Étude tectonique des confins alpino-provençaux entre le Verdon et l'Argens. Thèse de Doctorat d'État, Paris, Mém. Soc. Géol. France, nouv. Sér., t. XXXVII, n° 87, 174 p.

MOCOCHAIN L., CLAUZON G. et BIGOT J.Y. (2006) - Réponse de l'endokarst ardéchois aux variations eustatiques générées par la crise de salinité messinienne. Bull. Soc. Géol. France, vol. 177, n° 1, p. 27-36.

NICOD J. (1967) - Recherches morphologiques en Basse Provence calcaire. Thèse de Doctorat d'État, Édit. Ophrys, Gap, 557 p.

NICOD J. (1983) - Nouvelles recherches géomorphologiques sur les karsts méditerranéens. Karstologia, vol. 1, p. 33-38.

NICOD J. (1992) - Notice de la carte du karst du centre NW du massif de Montrieux (Var). Études de Géographie Physique, vol. XXI, p. 71-78 + carte HT.

NICOD J. (1998) - Paléomorphologies et morphogenèse récente / actuelle sur les massifs au nord du Grand Canyon du Verdon. Études de Géographie Physique, Supplément au n° XXVI, p. 17-30 + planche photos HT.

ORSINI J.B., COULON С. et COCOZZA T. (1980) - La dérive cénozoique de la Corse et de la Sardaigne. Géol. Alp., vol. 56, p. 169-202.

RICOUR J., ARGYRIADIS I. et MONTEAU R. (2005) - Nouvelle interprétation tectonique de la montagne Sainte-Victoire (Provence, France). C. R. Géosciences, vol. 337, n° 14, p. 1277-1283.

RITZ J.F (1992) - Tectonique récente et sismotectonique des Alpes du Sud. Quaternaire, vol. 3 ; n° 3-4, p. 111-124.

ROUSSET C. (1967) - Preuve de la transgression vindobonienne sur la crête de la montagne de Sainte-Victoire (Bouches-du-Rhône). Bull. Soc. Géol. France, vol. 9, n° 7, p. 543-548.

SALOMON J.N. (2001) - Précis de Karstologie. Presses Universitaires de Bordeaux, 246 p.

TERRIER M. (1991) - Néotectonique de la Provence occidentale. Vers une analyse multicritère des déformations récentes. Application à la classification des structures sismogènes. Thèse de l'Université de Provence, 215 p.

THIRY M., QUESNEL F., YANS J., WYNS R., VERGARI A., THEVENIAUT H., SIMON-COINÇON R., RICORDEL C., MOREAU M.G., GIOT D., DUPUIS C., BRUXELLES L., BARBARAND J. et BAELE J.M. (2006) - Continental France and Belgium during the early Cretaceous paleoweatherings and paleolandforms. Bull. Soc. Géol. France, vol. 177, n° 3, p. 155-175.

WEYDERT P. (1975) - Relations entre les stades de creusement d'un aven et la zonation de ses concretions. In : Phénomènes karstiques, Mémoires et documents CNRS, nouvelle série, vol. 15, t. II, p. 299-305.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Salle effondrée de la Barouquine proche de la surface d'érosion de Thèmes. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 2 - Entrée de la grotte de la Barouquine, lapiaz de la surface de Thèmes (Rocbarron). [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 1 - Localisation des lieux cités dans le texte, failles principales et chevauchements.
Légende Traits rouges : failles. Traits rouges dentés : chevauchements. Trame pointillée : terrains cristallins et permiens. Noms en bleu : réseau hydrographique et domaines littoral et marin.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 3 - Effondrement de la paroi de l'Eissadon. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 4 - Faille ouest du Val Vierge. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 5 - Val Vierge : gradins d'effondrement. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Photo 6 - Val Vierge : gradins d'effondrement. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 7 - Surface du Grand Plan de Canjuers. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 8 - Surface déformée de l'Irouelle dominant les Grandes Gorges du Verdon et le canyon de l'Artuby. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 9 - Surface déformée de Riou - Négaras. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 10 - Ancien réseau noyé de la Grotte de l'Église (Baudinard) : galerie à cupules et pendentifs. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 11 - Réseau de l'Église (Baudinard) : déformations de strates. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 12 - Plan de rejeu de faille (Baudinard). [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 13 - Grotte près de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photo 14 - Confluence de conduites dans un réseau phréatique noyé fossile : présence de cupules sur les parois et les voûtes des conduites. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photos 15 - Réseau de l'Ozone (Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photos 16 - Réseau de l'Ozone (Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 17 - Réseau du Tunnel Rouge (Basses Gorges du Verdon) : rejeu de faille avec mégablocs et brèche.  [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 18 - Grotte supérieure de l'Église : ancienne conduite d'un réseau noyé montrant des cupules de parois. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 19 - Grottes de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo 20 - Grottes de Baudinard (Verdon) : figures de cisaillements et de contraintes. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 21 - Grotte des Chauves-Souris (massif de Saint-Clément, près de Méounes) : vestiges d'une ancienne conduite suspendue, à la voûte perforée proche de la surface de Planeselve. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 22 - Grotte des Chauves-Souris : rainures et cupules d'érosion dans la conduite fossile. [cliché : J.J. BLANC]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 23 - Galerie Osiris (Réseau de la Tête du Cade). [cliché : R. MONTEAU]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photo 24 - Puits de raccord dans les calcaires du Turonien à la Tête du Cade. [cliché : R. MONTEAU]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1053/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Joseph Blanc, « Histoire des creusements karstiques et des surfaces d'érosion en Provence occidentale », Physio-Géo, Volume 4 | -1, 1-26.

Référence électronique

Jean-Joseph Blanc, « Histoire des creusements karstiques et des surfaces d'érosion en Provence occidentale », Physio-Géo [En ligne], Volume 4 | 2010, mis en ligne le 07 février 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1053 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1053

Haut de page

Auteur

Jean-Joseph Blanc

Professeur honoraire, Université de la Méditerranée - Faculté des Sciences de Marseille-Luminy.
Courriel :jean.blanc13008@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org