Navigation – Plan du site
Articles

Barrages de tufs calcaires et cascades dans le Centre-Var : rapport avec les eaux des sources karstiques, historique et déclin actuel

Jean Nicod
p. 42-67

Résumés

Dans les vallées de l'intérieur de la Provence, de grandes accumulations de tufs et de travertins sont liées aux sources karstiques importantes. En rapport avec l'évolution géomorphologique, les travertins anciens forment des balcons et des terrasses. La période récente de grande construction travertineuse débute souvent au Préboréal et se généralise dans l'Atlantique. Au cours du Néolithique final, cette sédimentation décroît en fonction de la détérioration climatique et de la déforestation liée à la pression anthropique. Cependant quelques barrages (dômes stromatolitiques) et marais, avec dépôts de tourbes, persistent jusqu'à l'âge historique. Dans le Centre-Var, les dépôts de tufs restent actifs dans quelques sites refuges, dans les hautes vallées forestières, proches des sources karstiques, et sur quelques grandes cascades. De plus, le long des rivières, des cascades à tufs sont issues des aménagements de moulins et de canaux d'irrigation.
La sédimentation des tufs dépend de nombreux facteurs en interaction, dont :
- la minéralisation carbonatée des eaux des sources karstiques,
- le régime hydrologique saisonnier,
- l'écosystème régional et local (forêts, ripisylves),
- le biotope algo-bryophytique.
De nos jours, la sédimentation stromatolitique est en situation critique du fait de l'impact de multiples facteurs en rapport avec l'accroissement de l'urbanisation et les changements environnementaux :
- pollution, accroissement de la turbidité sur les petits affluents résultant de l'agriculture mécanisée,
- diminution drastique des débits dans les saisons de printemps-été, où l'activité algo-bryophytique est la plus favorable, du fait de l'augmentation générale des prélèvements.
La période de sécheresse récente (2006-2008) a accentué ces impacts sur les barrages de tufs. Et la protection de ces sites de grand intérêt environnemental et patrimonial pose des problèmes complexes.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les cours d'eau de notre région, tous issus de sources karstiques, ont édifié de nombreux barrages de tufs, sites de cascades, la plupart modestes et multiples, mais quelques-unes impressionnantes, comme celle de la Bresque à Sillans. Leur origine est complexe, où interfèrent des conditions naturelles et anthropiques multiples, donc de grand intérêt pour l'histoire de l'environnement. Ces sites ont une haute valeur écologique et patrimoniale, mais leur maintien est en péril.

II - Tufs et travertins : diversité des accumulations et des sites

2Les eaux des sources issues des massifs calcaires et dolomitiques sont fortement chargées en carbonates dont une partie se dépose à plus ou moins grande distance des émergences (Fig.1). Ces constructions s'édifient en fonction de processus physico-chimiques (dégazage du CO2 équilibrant) et biologiques : la précipitation du carbonate de calcium s'effectue sur la végétation aquatique (mousses, roseaux, etc.) par action des cyanophycées (algues incrustantes). À l'origine, le tuf, dépôt carbonaté, est poreux et friable. Par diagenèse, au cours des millénaires, il devient un travertin, roche légère et de taille aisée, qui a été très largement utilisée dans les constructions avant l'usage des parpaings. Son nom dérive de Lapis Tiburtinus, pierre du site célèbre de Tivoli. Les accumulations anciennes ont donné à la fois des reliefs caractéristiques et des paysages très anthropisés, particulièrement les balcons de travertins, sites de bourgades comme Barjols et Varages, ou les dominant (Cotignac). Les formations récentes et actives s'inscrivent le plus souvent dans le cadre des formations anciennes.

Figure 1 - Sites, sources karstiques, cascades et travertins du Var.

Figure 1 - Sites, sources karstiques, cascades et travertins du Var.

1 ) D'importantes accumulations anciennes : bouchons, balcons et terrasses de travertins

3Les processus de dépôt par les eaux incrustantes ont abouti, au cours du Quaternaire, à l'édification de grandes accumulations – les formations travertineuses –, souvent composites, où s'entremêlent des édifices et lits carbonatés indurés – les tufs originels devenus des travertins –et des formations détritiques (argiles, sables dolomitiques, etc.).

4Quatre types de reliefs résultent de ces accumulations dans leur contexte géomorphologique :

  • Buttes-témoins, couronnées d'accumulations anciennes, totalement déconnectées par rapport aux sources, comme le plateau du Défens dominant Salernes et la butte de Seillons.

  • Bouchons de travertins, encombrant les hautes vallées affluentes, comme ceux de la Bresque à Sillans et du ruisseau de La Baume à Villecroze, sites de cascades actuelles.

  • Balcons de travertins, tels ceux de Varages, Barjols, Cotignac; Tourtour, etc.

  • Terrasses, formations incisées par le cours d'eau actuel, le long du Gapeau, de la Nartuby et surtout du Moyen-Argens, avec le site de Carcès et le tunnel naturel (perte d'Argens) de Saint-Michel d'Entraygues.

5Au fur et à mesure des recherches effectuées tant dans le Var que dans les départements voisins, l'âge de ces formations a pu être précisé. Le front des balcons de travertins, certaines terrasses et les accumulations de fond de vallon résultent d'une grande phase d'accumulation du Tardiglaciaire et de l'Holocène sur laquelle les recherches ont été multipliées (voir Fig. 8 infra). Ces formations anciennes ont été profondément modifiées par l'homme : extractions de moellons, canaux usiniers et d'irrigation, caves, habitats et chapelles troglodytiques, etc. (J. NICOD, 2005).

2 ) Les accumulations actuelles le long des cours d'eau

6Dans l'ensemble, elles apparaissent comme relictuelles, et fort dispersées, non loin des sources karstiques. Elles sont de formes variées, en raison de la complexité des réseaux hydrographiques et de la particularité des sites. Aux barrages naturels, s'ajoutent les ouvrages de prise des multiples canaux usiniers ou d'irrigation, maintenant totalement encroûtés.

a) Les séquences de petits barrages et de vasques à proximité des sources

7On peut prendre comme exemple la suite de cascatelles et de gours dans la gorge de la haute Huveaune, en amont de Saint-Zacharie, entre la source pérenne Lazare et le moulin de la Sambuc (sous et le long de la D 560), site étudié par J. MAZET (1988). Cette vallée est située dans le contexte forestier du NE du massif de la Sainte-Baume, avec dominance de chênes-verts. Au fond de la gorge, le long de la rivière pérenne, la ripisylve abondante présente un intérêt exceptionnel avec de nombreux platanes, essence devenue subspontanée. Les barrages se sont édifiés sur les ruptures de pente du lit, liées aux bancs rocheux ou sur les troncs et branches d'arbres affaissés de la ripisylve. Les algues incrustantes sur un tapis de mousses ont formé et entretiennent ces petits barrages : il y a interaction entre les eaux cascadantes et la croissance des édifices travertineux (infra § III.1). Au pied des barrages, l'érosion tourbillonnaire a créé des marmites, devenues des vasques semi-encroûtées (Fig. 2A). Toujours dans le massif de la Sainte-Baume, une accumulation du même type s'est formée dans la haute vallée du Peyruis, en aval de la source. Le vallon des Rampins, dans la vallée du Gapeau au sud de Méounes-les Montrieux, présente en contrebas de la grotte, située sur le rebord du plateau dolomitique du Pilon-Saint-Clément, et à partir de la source principale, une succession de barrages et de cascades, étudiée par J. TOMAS (1987) (Fig. 2B).

Figure 2 - Types de barrages élémentaires actifs.

Figure 2 - Types de barrages élémentaires actifs.

A : sur la Haute Huveaune, position des plaquettes de mesure (schéma de J. MAZET, 1988). B : dans le Vallon des Rampins, vasques contiguës (a) ou décalées (b) (schéma de J. TOMAS, 1987). C : sur le Haut-Argens, dans le secteur du Saut de Bacon - Montaud (J. NICOD, 1988).

b. L'ensemble du Haut-Argens dans les communes de Bras, Brue-Auriac et avoisinantes (Fig. 3)

8La source principale de l'Argens, la plus importante du Centre-Var (module 0,5 m3/s) jaillit à 266 m, au contact du plateau karstique des Selves et du fossé miocène déblayé de Seillons à Brue-Auriac que la rivière traverse. La suite de la vallée s'inscrit dans la zone triasique, de structure complexe, au paysage caractéristique : collines constituées par les anticlinaux pincés des calcaires du Trias moyen (Muschelkalk), formant des buttes allongées et boisées, vallons évidés dans les argiles du Trias supérieur (Keuper), terroirs viticoles, et quelques dolines dans le secteur de Rouvière Plane. La vallée de l'Argens recoupe ces unités, d'où des ruptures de pente initiales, favorables à l'établissement de barrages de tufs (Fig. 4, Photos 1 et 2).

Figure 3 - Carte du bassin supérieur de l'Argens : sources et barrages de travertins.

Figure 3 - Carte du bassin supérieur de l'Argens : sources et barrages de travertins.

Figure 4 - Schéma du système hydrologique de l'Argens supérieur : sources, profil des lits des cours d'eau et position des barrages de travertins (J. NICOD, 1988).

Figure 4 - Schéma du système hydrologique de l'Argens supérieur : sources, profil des lits des cours d'eau et position des barrages de travertins (J. NICOD, 1988).

Photo 1 - Petit barrage et cascatelle sur le Haut-Argens, en amont immédiat de Saut de Bacon (secteur de Montaud), en eaux moyennes. [cliché : J. NICOD, 1981]

Photo 1 - Petit barrage et cascatelle sur le Haut-Argens, en amont immédiat de Saut de Bacon (secteur de Montaud), en eaux moyennes. [cliché : J. NICOD, 1981]

Photo 2 - Le Saut de Bacon et ses pendentifs constitués par les voiles de mousses, au retour d'un fort écoulement après la pénurie estivale. [cliché : J. NICOD, octobre 2008]

Photo 2 - Le Saut de Bacon et ses pendentifs constitués par les voiles de mousses, au retour d'un fort écoulement après la pénurie estivale. [cliché : J. NICOD, octobre 2008]

9En fonction de ses caractères et de la position des accumulations travertineuses et des cascades (J. NICOD, 1986),on peut diviser la vallée en quatre secteurs, de la source au confluent du ruisseau de Font-Taillade :

  • Dans la traversée du fossé miocène, la pente est faible, d'où l'existence des anciens marécages (Les Paluns), sur une accumulation de lits tourbeux et travertineux holocènes (infra § III.1) ;

  • Du confluent de la Meyronne à celui du Cauron la vallée est d'abord en gorge et son fond a été remblayé par une formation travertineuse à roseaux (coupe typique en amont du pont de la D 35), derrière un ancien barrage maintenant incisé, mais reconstitué artificiellement pour l'alimentation des moulins : c'est la chute du Tombereau, enrobée de tufs ;

  • Du confluent du Cauron au Pavillon la vallée est plus large et son fond plat est largement remblayé par une formation tuffeuse, argileuse et tourbeuse : c'est le plan drainé (toutefois encore inondable en forte crue) des Prés de la Cadette, en amont des barrages du Pont de St-Sumian (incisé par une double tranchée) et de Queirol ;

  • Du pont de la D 34 au confluent du ruisseau de Font-Taillade, c'est le secteur le plus intéressant par ses accumulations actives, en raison de la forte pente (23 m/km). La rivière coule dans une ripisylve dense, formant d'abord une succession de cascatelles et de gours. Puis au voisinage de la ferme de Montaud, c'est le magnifique saut de Bacon (8 m), très caractéristique, avec ses "voiles de la mariée", pendentifs de mousses incrustées et sa vasque profonde où l'eau tourbillonne, puis trois autres chutes tout autant actives (Fig. 2C).

c. Les grandes cascades

10Dans le bassin supérieur de l'Argens, leur position est déterminée par un bouchon de travertins anciens bloquant un affluent et déterminant ainsi une rupture de pente. Le site le plus spectaculaire est celui de Sillans (Photos 3 et 4). Il se présente comme une reculée dans la masse de travertins anciens ; les eaux de la Bresque, après un parcours tranquille, chutent de 42 m. C'est une magnifique cascade, typique, avec ses voiles de mousses incrustées, ses marmites et de petits barrages actifs en aval.

Photos 3 - La cacade de la Bresque à Sillans, à gauche réduite à un filet d'eau en octobre 2008, à droite en écoulement plus abondant en mai 2009. [clichés : J. NICOD] 

Photos 3 - La cacade de la Bresque à Sillans, à gauche réduite à un filet d'eau en octobre 2008, à droite en écoulement plus abondant en mai 2009. [clichés : J. NICOD] 

Photo 4 - Base de la cascade de la Bresque à Sillans, montrant le surplomb constitué par l'accumulation des voiles de tufs. [cliché : J. NICOD, 1996]

Photo 4 - Base de la cascade de la Bresque à Sillans, montrant le surplomb constitué par l'accumulation des voiles de tufs. [cliché : J. NICOD, 1996]

11De même, à Villecroze (voir Photos 8 et 9), la cascade correspond au bouchon de travertins aval du ruisseau de la Baume, au cours plus complexe, qui présente des similitudes avec le Haut-Argens. Les bouchons de travertins et les cascades sont alimentés par les eaux d'un vaste impluvium karstique, celui du Défens de Tourtour, dont l'aquifère se développe dans les dolomies du Jurassique supérieur. Recoupant plusieurs structures NO-SE, la vallée du ruisseau de La Baume est principalement évidée dans le Keuper argilo-gypseux (Fig. 5). Sa pente est ici considérable, puisqu'il y a près de 300 m de dénivelé entre les sources et Villecroze. En amont, la zone des exsurgences des Moulières – en position et fonctionnement identiques à ceux du Saint-Rosaire de Tourtour – est bloquée par les travertins de La Baume, d'où la présence d'anciens marais, les "Espalus", maintenant drainés, mais restant humides, avec des prairies parsemées de joncs et des rangées de peupliers. Le ruisseau a scié ce bouchon et dévale, en cascades à concrétionnement actif, sur près de 80 m de dénivelé, la dernière étant auprès du pont de la D 51, site d'incision récente marqué par les blocs de travertins éboulés. Après un parcours sous une ripisylve touffue dans la vallée de la Combe d'Aillaud, aux versants boisés de chênes-verts et de pins d'Alep, le cours d'eau parvient à la gorge étroite qu'il avait incisée dans les dolomies jurassiques (cascade et site de Notre-Dame-des-Anges). Cette gorge se trouve bloquée à l'aval par un second bouchon de travertins, encastré dans les dolomies, à l'extrémité orientale de l'escarpement de faille NE du bassin de Salernes. C'est le site du château troglodytique du XVIème siècle et de la belle cascade aménagée de Villecroze, avec ses voiles de mousses encroûtées.

Figure 5 - Profil des cours d'eau, position des sources et des cascades dans le secteur de Villecroze-Tourtour : le ruisseau de la Baume (A' secteur des Moulières) et la cascade de Villecroze, la source du Saint-Rosaire et Tourtour.

Figure 5 - Profil des cours d'eau, position des sources et des cascades dans le secteur de Villecroze-Tourtour : le ruisseau de la Baume (A' secteur des Moulières) et la cascade de Villecroze, la source du Saint-Rosaire et Tourtour.

Sigles de la carte géologique au 1/50000 Salernes, t2 : Muschelkalk (Trias moyen), t3 : argiles et gypses du Keuper, l2-1 : calcaires liasiques, JD : dolomies du Jurassique supérieur, c3 : marnes du Crétacésupérieur, e-g : argiles et sables éo-oligocènes du bassin de Salernes.

12Bien que réduites par les dérivations, les cascades du Fauvery à Barjols et de la Cassole à Cotignac sont situées dans des sites analogues, et en rapport avec d'importantes sources karstiques d'amont. Un autre cas est celui de la chute de la Ribeirotte, près du Grand Baou (commune de Le Val), rivière issue de la cuvette synclinale du Val, dont le plancher alluvial est perché de près de 80 m par rapport à l'Argens. Ce site non aménagé est particulièrement intéressant par la densité de sa ripisylve. Une autre cascade à belles draperies est celle du Latay, dans le bassin de Chibron, à l'ouest de Signes. Ses eaux proviennent des sources de l'extrémité orientale du massif de la Sainte-Baume, et la chute y est déterminée par l'escarpement de faille nord de ce paléo-poljé. Rappelons que dans le cas de la Nartuby, les chutes dans le bourg de Trans et le Saut du Capelan sont sur le cours d'eau principal, mais en aval de la Foux de Draguignan, particulièrement minéralisée.

3 ) Les accumulations anthropiques : cascades artificielles, fontaines, aqueducs

13À la liste des chutes naturelles, plus ou moins aménagées, on doit ajouter les nombreux ouvrages édifiés dès le Moyen-Âge pour les prises des canaux d'irrigation et surtout des moulins (A. D'ANNA et al., 1988). Un exemple pittoresque est celui de la jolie cascade moussue sur le rebord du balcon de Tourtour (à la sortie ouest), créée sur une dérivation des eaux de la source du Saint-Rosaire (Fig. 5B). Des excroissances de tufs à mousses garnissent de nombreuses fontaines ; la plus typique est celle du Champignon, périodiquement retaillée, sur la place de l'Hôtel de Ville de Barjols. Les anciens canaux usiniers ou d'irrigation sont souvent encroûtés (Photo 5), surtout dans les secteurs en forte pente : exemple des accumulations récentes et en cours, dans les dérivations sur le front du balcon de tufs de Varages. Des canalisations peuvent être totalement obstruées par le concrétionnement, comme les vieux tuyaux en poterie qui amenaient des eaux à Moissac, abandonnés dans les années 1960 (J. NICOD, 1967, p. 212). Rappelons que ce phénomène posait un problème important pour les aqueducs romains, comme celui de Fréjus d'abord alimenté par la Foux de Montauroux, puis par le Neisson, source de la Siagnole de Mons (J.L. GUENDON et al., 2002).

Photo 5 – Encroûtement tubulaire sur une petite dérivation au front du "Rocher" de Cotignac. [cliché : J. NICOD]

Photo 5 – Encroûtement tubulaire sur une petite dérivation au front du "Rocher" de Cotignac. [cliché : J. NICOD]

III - La sensibilité des accumulations et des sites

14Les tufs s'accumulent sur la végétation dans les eaux agitées et l'équation de base est la suivante : il faut que les conditions soient suffisamment favorables à la bio-construction pour qu'elle l'emporte sur les processus d'érosion, mécanique et/ou chimique. La sédimentation de ces dépôts carbonatés est d'une extrême sensibilité à de nombreux facteurs qui interfèrent entre eux. Les faciès sont variés en fonction des conditions locales, et ils sont significatifs des paléo-milieux pour les travertins anciens.

1 ) Les processus physico-chimiques : relation avec les eaux karstiques

15Nous avons noté précédemment que toutes les accumulations actives sont en rapport avec des massifs karstiques, qui assurent une alimentation pérenne pendant la longue période estivale de sécheresse. Les eaux de leurs sources sont chargées en carbonate de calcium suivant la formule de dissolution simplifiée :
CaCO3 + CO2 + H2O Ca (HCO3)2 en solution ionique, en fonction du CO2 équilibrant.

a. L'acquisition de la minéralisation

16Le CO2 est principalement d'origine biologique, provenant de la végétation et de la litière, donc des sols des massifs forestiers qui constituent l'impluvium de la plupart des systèmes karstiques provençaux. La minéralisation s'acquiert surtout au niveau de l'épikarst, au contact sol/roche, et dans la zone profonde (ou zone saturée des hydrogéologues) qui constitue le réservoir karstique. Les eaux de leurs sources, fortement chargées en carbonates, se révèlent souvent saturées ou proches de la saturation. À l'air libre, surtout dans les eaux agitées, le dégazage du CO2 équilibrant entraîne la sursaturation des eaux et la précipitation de la calcite. Ainsi les barrages de tufs, dans des cas favorables, sont-ils auto-entretenus.

17Dans le Var, la plupart des massifs karstiques sont constitués de dolomies et de calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur. Du fait de la porosité d'interstices de ces roches, accroissant le temps de contact dans le karst profond, les eaux des aquifères dolomitiques sont généralement très chargées en carbonates et la calcite se dépose préférentiellement. Parmi les sources très minéralisées issues des dolomies, citons celles de la Cassole à Cotignac et du Saint-Rosaire à Tourtour.

18De plus, lorsque les eaux profondes arrivent au contact des gypses du Trias, cas fréquent en Provence, leur dissolution accroît considérablement la teneur en Ca2+, donc leur sursaturation et les possibilités de concrétionnement. La Foux de Draguignan (Fig. 6) est un exemple de source riche en sulfates et en chlorures ; ses eaux modifient brutalement la minéralisation de la Nartuby.

Figure 6 - Minéralisation moyenne des eaux de la Foux de Draguignan.

Figure 6 - Minéralisation moyenne des eaux de la Foux de Draguignan.

D'après les analyses d'A. PALOMBA, reprises par C. MARTIN (1986). Pour le calcium, la figure distingue la part provenant des roches carbonatées de celle provenant du gypse.

b. Évolution de la minéralisation vers l'aval

19Toutefois, même dans les rivières issues de sources aux eaux principalement carbonatées, le système hydrochimique va se complexifier vers l'aval du fait des apports des affluents. Prenons le cas du haut bassin de l'Argens (Tab. I), d'après les mesures effectuées par C. MARTIN et al. (1991).

Tableau I - Valeurs extrêmes des paramètres physico-chimiques le long de l'Argens dans le secteur amont (septembre 1986 - septembre 1989).

Tableau I - Valeurs extrêmes des paramètres physico-chimiques le long de l'Argens dans le secteur amont (septembre 1986 - septembre 1989).

* : au niveau de la station hydrométrique que gérait le SRAE, à 400 m en amont du pont de la D 35. Les données (près de 40 séries de prélèvements) sont tirées de C. MARTIN et al. (1991 – Tab. III), avec une correction pour les ions HCO3-.

20L'Argens supérieur dispose d'une double alimentation : d'une part, celle de la source principale et des sources karstiques annexes (sources de Sceaux et exsurgence temporaire de la Meyronne) et, d'autre part, celle des apports des drains du bassin de Saint-Maximin et de son affluent le Cauron (voir Fig. 4).

21Du fait de l'importance du réservoir karstique, qui assure le débit estival, les eaux de la source principale sont presque homothermes, assez constantes dans leur minéralisation, bicarbonatée calcique et semi-magnésienne, avec présence de sulfates, surtout en étiage (Fig. 7). Dès la sortie des marais de Seillons, ces qualités sont perturbées par les apports épisodiques de la Meyronne.

22Le Cauron, bien qu'issu de la source de la Foux à Nans-les-Pins, à l'est du massif de la Sainte-Baume, n'est qu'un cours d'eau temporaire jusqu'aux environs de Bras, où il est réalimenté par les Gours-Bénits, exsurgence du karst du Trias, donc riche en sulfates. La diversité d'alimentation entre étiage et hautes eaux induit une forte variation des paramètres hydrochimiques qui se répercute dans les eaux de l'Argens en aval du confluent. L'apport des eaux du Cauron et des ruisseaux de la zone triasique entraîne un accroissement de la minéralisation vers l'aval, particulièrement sensible pour les sulfates et le calcium, ce qui, avec la diminution du CO2 dissous, favorise la travertinisation. De plus, il faut tenir compte qu'à l'inverse des eaux de source, celles du Cauron et des ruisseaux affluents présentent une turbidité élevée lors des crues, facteur défavorable à la croissance des mousses et des algues (J. VAUDOUR, 1986, 1994).

Figure 7 - Minéralisation des eaux de la Source d'Argens à Seillons en situation hydrologique moyenne (mars et avril 1987).

Figure 7 - Minéralisation des eaux de la Source d'Argens à Seillons en situation hydrologique moyenne (mars et avril 1987).

D'après les analyses de C. MARTIN (1988 – Tab. I).

2 ) Les conditions biologiques et environnementales

a. Au niveau des barrages

23Les constructions de tufs calcaires sont de type algo-bryophytiques. Ce sont les cyanophycées, algues incrustantes, qui fixent le calcaire sur des supports végétaux, principalement des mousses. Elles constituent un milieu stromatolitique continental (J. CASANOVA, 1981), croissant en biohermes (analogie avec les récifs coralliens). Ces constructions constituent des barrages, où les mousses forment des pendentifs, type crons ou "voile de la mariée" de nos grandes cascades. En fonction de la circulation des eaux, elles comportent des faciès divers : textures stromatolitiques microstratifiées, oncolitiques (concrétions en grains), bio-détritiques, à moulages de plantes et de branches. Dans les cavités ménagées par la construction, pendent des stalactites. En arrière des barrages, à l'état naturel, la sédimentation carbonatée s'effectue dans les marais, avec des faciès à joncs ou à roseaux enrobés de calcite, des craies et calcaires lacustres et des passées détritiques, argileuses ou sableuses (dont des sables dolomitiques).

24L'étude précise des communautés algaires dans certains sites du Var – Huveaune supérieure, Sillans, Villecroze – a montré que le tapis algaire était de composition différente et de sensibilité variable (J. CASANOVA et R. LAFONT, 1985). Dans les sites relativement abrités de l'Huveaune supérieure et de Villecroze, où domine Rivularia haematites, il est peu sensible aux variations climatiques saisonnières. Au contraire, dans les sites ouverts, comme celui de Sillans, le tapis à Phormidium incrustatum a une productivité maximale lorsque les eaux sont claires, en période estivale, et une productivité réduite lors des périodes de forte pluviosité, du fait des apports turbides.

b. Au niveau des écosystèmes

25Dans le domaine méditerranéen, la plupart des barrages se situent dans un environnement forestier, dont le plus typique est celui des lacs et des cascades de Plitvice, en Croatie. La couverture forestière intervient à l'amont, sur l'impluvium karstique, par la production de CO2 et comme facteur de régulation des régimes hydrologiques, en particulier en entravant le ruissellement dans les vallées à écoulement temporaire des karsts dolomitiques. À l'aval des sources karstiques, ces facteurs jouent de manière identique sur les ruisseaux affluents. Le long du cours d'eau, la ripisylve et la végétation palustre contribuent par l'assimilation chlorophyllienne dans les périodes favorables au prélèvement du CO2. Les roseaux et les joncs des marais en amont des barrages jouent un rôle de filtre vis-à-vis des matières en suspension. Sur les sites des barrages, la ripisylve protège de son ombre les mousses et le tapis algaire, sur les parties non irriguées en été ; de plus, elle contribue à la construction des petits barrages par les accumulations de débris et de feuilles, comme on peut le voir à l'automne en amont du Saut de Bacon. Ainsi, dans les secteurs propices aux incrustations carbonatées, l'ensemble des sources, des cours d'eau (avec leurs cascades et leur ripisylve) et des marais constitue-t-il l'écosystème travertineux, aux équilibres multiples fonctionnant en biostasie.

c. Le cycle saisonnier annuel et l'influence des extrêmes climatiques

26La croissance des édifices et la sédimentation carbonatée dans les marais dépendent évidemment des conditions hydrologiques en milieu nord-méditerranéen. Le régime des exsurgences karstiques importantes, comme celui de la Source d'Argens à Seillons comporte des hautes eaux de l'automne au printemps, avec une succession de pics de crue correspondant aux séquences pluvieuses, et un étiage marqué au cours de la période estivale, le plus souvent très sèche. Les débits sont alors assurés par les eaux du karst profond (zone saturée des hydrogéologues), en fonction de la capacité des réservoirs karstiques et de l'importance des précipitations antérieures. Les conditions thermiques externes jouent également un rôle, par le biais de l'évapotranspiration.

27Dans les sites du Var, diverses mesures périodiques de croissance des encroûtements algaires ont été réalisées sur des barrages travertineux (J. CASANOVA et R. LAFONT, 1985 ; J. TOMAS, 1987 ; J. MAZET, 1988 ; C. MARTIN et al., 1991). En disposant des plaquettes (petits disques de calcaire jurassique) sur des barrages et dans les vasques dans le lit de l'Huveaune à l'aval de la source Lazare de Saint-Zacharie, J. MAZET a pu mettre en évidence le rôle des conditions hydrochimiques et des écoulements laminaires ou turbulents, en fonction du débit, dans la grande disparité saisonnière ou épisodique d'incrustation.

28En année "moyenne", on peut retenir les phases suivantes de concrétionnement :

  • En hiver, les eaux sont abondantes, mais de minéralisation moindre, parfois même non saturées, et l'activité algaire est réduite. C'est pourquoi le concrétionnement est faible.

  • Au printemps, tant que les eaux sont abondantes, avec la croissance de la température commandant à la fois l'évaporation, le dégazage du CO2 et l'activité végétale, le concrétionnement est partout important : sur les petits barrages de l'Huveaune en aval de la source Lazare, dans les eaux turbulentes, l'incrustation peut atteindre 0,8 mm par mois !

  • Au cours de l'été, avec des débits en régression, les barrages ne sont plus complètement irrigués, si bien que le concrétionnement, toujours actif, se trouve restreint en étendue.

  • En automne et au début de l'hiver, l'évolution du système travertineux est composite, avec des périodes calmes, favorables, et au contraire des crues violentes déclenchées par les grosses averses méditerranéennes. La turbidité élevée constitue alors un facteur défavorable sur certains sites, et les processus érosifs peuvent l'emporter.

IV - Le déclin des sites

29La multiplicité des interactions et la fragilité des écosystèmes en rapport avec les activités anthropiques expliquent la fin des grandes accumulations travertineuses holocènes et la survivance précaire des barrages et des cascades dans quelques sites privilégiés, situés dans les hautes vallées et/ou à proximité des sources karstiques (cas particulier de la Nartuby).

1 ) La fin des grandes accumulations holocènes

30Nous disposons de quelques datations de formations travertineuses du Centre-Var, mais surtout de la possibilité de les comparer à celles plus nombreuses obtenues dans des sites voisins des Bouches-du-Rhône (Fig. 8). Dans l'ensemble, les grandes accumulations s'achèvent avec la fin de la période Atlantique, au début du Sub-Boréal, en phase de péjoration climatique, et surtout en rapport avec la déforestation et l'extension des espaces cultivés au Néolithique final et au début de l'Âge du Bronze. C'est le cas du front du balcon de travertins de Saint-Pierre-de-Tourtour (A. D'ANNA et J. COURTIN, 1986), du fond du Vallon du Jonquier (près du site archéologique de la Baume de Fontbrégoua) dans les environs de Salernes, où le sommet de l'accumulation est daté de 4350  100 BP (A. D'ANNA et J. COURTIN, 1986 – une coupe a été décrite finement par F. DEGAUGUE et J.L. GUENDON, 1992), et de la formation palustre de la terrasse du Plan Saint-Jean à Brignoles, dont le dépôt est antérieur à l'occupation chalcolithique (3685  70 BP – P. HAMEAU et F. DEGAUGUE, 1994). Il en est de même au voisinage de la Sainte-Victoire des accumulations principales de la cascade du Bayon (Saint-Antonin – J.L. GUENDON et J. VAUDOUR, 1981 ; J.L. GUENDON et al., 2003) et de la source de la Baume de Vauvenargues. Mais, dans les secteurs favorables, les accumulations perdurent au cours du Sub-Atlantique, au moins jusqu'à l'époque romaine et même localement jusqu'au Petit Âge Glaciaire, dans le Sud-Luberon (V. OLLIVIER et al., 2006). Ainsi des tourbes et des tufs se sédimentent-ils dans le marais proche de la source d'Argens à Seillons jusqu'en 2200  100 BP (H. TRIAT-LAVAL et M. REILLE, 1981). Dans le bassin de l'Huveaune, la basse terrasse de Pont-de-Joux (Auriol) et les tufs sous la Chapelle Saint-Martin, dans la vallée de Saint-Pons (Gémenos), sont datés par des poteries romaines (P. MARTIN, 1986). Dans l'ensemble, l'arrêt de la travertinisation a entraîné l'incision générale des cours d'eau et l'assèchement de nombreux marais.

2 ) Quelques aménagements historiques : drainages, dérivations, moulins, usines

31Dans de nombreux cas, le lit des cours d'eau a été modifié, les barrages incisés ou au contraire construits, et une partie, au moins, des débits ont été dérivés pour les activités humaines, ce qui a restreint les accumulations actives.

a. Dans la haute vallée de l'Argens

32Ce secteur constituait un ensemble de lieux humides, marais et prairies inondables en amont des barrages (voir Fig. 3). Aucun village n'existait sur ses bords et il était partagé entre cinq communautés, devenues les communes de Seillons, Saint-Maximin, Bras, Brue-Auriac et Châteauvert. Du vieux pont près de la source jusqu'au delà de Montaud, le lit actuel de l'Argens constitue la limite intercommunale, sauf dans le secteur du Pré de la Cadette où elle suit l'ancien cours, la "Mère Vieille". Cette disposition a compliqué la gestion des droits d'usage. Depuis le Moyen-Âge, profitant des possibilités offertes par les chutes, des moulins ont été établis sur son cours : trois moulins à farine au voisinage du Tombereau signalés au milieu du XVIIIème siècle (A. BOSC, 1845). Mais les intérêts des exploitants étaient parfois opposés à ceux des agriculteurs : ce fut le cas dans le secteur du Tombereau, le vieux barrage de maçonnerie, encroûté de pendants de tufs.

33Au milieu du XIXème siècle, les opérations de drainage des marais de Seillons nécessitèrent, pour accroître la pente en aval, l'approfondissement du lit dans la masse du bouchon de travertins au voisinage du pont du Pas (pont de la D. 35 actuelle). En 1863 il y eut conflit entre l'Association syndicale des Marais de Seillons et le propriétaire du moulin à farine de la Bouisse (dépendant de Brue-Auriac) qui avait relevé sa prise par un madrier (références in J. NICOD, 1988).

34Figure 8 - Séquences des accumulations travertineuses holocènes et persistance de dépôts de tufs historiques/actuels dans les sites les plus étudiés de Provence (d'après V. OLLIVIER et al., 2006 – Tab. I modifié).

35En aval du Tombereau, aux Prés de la Cadette, la vallée, plus large, à faible pente et à fond plat, est restée longtemps marécageuse, car son écoulement était bloqué par le bouchon de travertins du Pont de Saint-Sumian (ou de Saint-Siméon, vieux passage historique). Deux tranchées ont été creusées successivement dans la masse de travertins. La première permet l'écoulement du cours d'eau naturel, la "Mère Vieille", sinueux le long du versant occidental de la vallée, qui constituait la limite historique entre Bras et le fief d'Auriac et qui sépare encore les communes actuelles. La seconde, creusée au début XIXème siècle, profonde d'une dizaine de mètres, correspond au nouveau cours rectiligne du "Grand Argens". Mais le drainage reste imparfait en période de crue, en raison du remous lié à l'étranglement du lit : des roselières indiquent la persistance de zones d'hydromorphie dans les Prés de la Cadette.

36À l'aval, dans le secteur de Queirol, en amont des cascades en encroûtement actif, un barrage à vannes a été construit vers 1842 pour alimenter un petit canal d'irrigation. Au voisinage du Saut de Bacon, il y avait deux dérivations, dont le canal, en partie souterrain, dans la masse des travertins anciens, pour le "moulin à faïence appartenant à Mr. de CLAPIERS", installé au milieu du XVIIIème siècle (A. BOSC, 1845). Toutefois ces aménagements hydrauliques sur le Haut-Argens étaient de moindre importance que ceux réalisés sur les grands balcons de travertins, aussi ce secteur de la vallée est resté agreste jusqu'au milieu du XXème siècle.

b. Sur les grands balcons de travertins

37C'étaient des sites de bourgades sur "le rebord de la montagne" qui se développèrent grâce à l'usage des eaux pures et abondantes, surtout à partir du XVIIIème siècle avec la multiplication des moulins et des petites industries. L'aménagement des dérivations modifia les écoulements naturels, le plus souvent aux dépens des cascades. Mais chaque site a sa spécificité.

38Le moins touché est celui de Villecroze, car la cascade du Ruisseau de la Baume est située en amont du village, dans le bouchon de travertins qui obture cette haute vallée. La création du château troglodytique par Nicolas d'ALBERTAS à partir de 1566, a modifié les écoulements, en partie souterrains, et a contribué, par son parc, à la protection du site. La cascade présente toujours ses pendentifs moussus et le canal, d'ailleurs en encroûtement, ne dérive les eaux qu'à son pied.

39Varages s'est édifié sur le balcon de travertins (Photo 6). Les dérivations des eaux de la Foux, pour alimenter les moulins et l'irrigation de jardins en terrasses situés en contrebas de la falaise, ont été réorganisées en 1745, lors de l'aménagement du Parc de l'Enclos par les GASSENDI. Les incrustations se poursuivent dans les cascatelles des petits canaux (Photo 7).

Photo 6 - Varages : le front du balcon de travertins (il faut noter les deux coulées de verdure correspondant aux déversoirs des canaux vers les anciens moulins et les jardins irrigués). [cliché : J. NICOD – pris depuis la chapelle Saint-Pothin en 1989]

Photo 6 - Varages : le front du balcon de travertins (il faut noter les deux coulées de verdure correspondant aux déversoirs des canaux vers les anciens moulins et les jardins irrigués). [cliché : J. NICOD – pris depuis la chapelle Saint-Pothin en 1989]

Photo 7 - Voiles de tufs à Varages, dans la petite grotte sur la dérivation souterraine du canal des vieux moulins. [cliché : J. NICOD]

Photo 7 - Voiles de tufs à Varages, dans la petite grotte sur la dérivation souterraine du canal des vieux moulins. [cliché : J. NICOD]

40Dans le cas de l'imposante falaise de Cotignac, se trouve le "Rocher" avec ses habitats troglodytiques. Il semble que des voiles de tufs aient pu continuer de se construire jusqu'au début du XVIIIème siècle, car la Cassole, issue de la source Saint-Martin, inondait encore en crue une partie du site. C'est en 1701-1702 que les édiles décidèrent du détournement de la rivière, vers l'incision actuelle de la cascade, à l'écart du bourg. Un réseau d'irrigation fut réalisé sur le Plan au-dessus pour les jardins et prairies, ainsi que des canaux et conduits souterrains pour créer les chutes nécessaires aux moulins et aux manufactures (A. ACOVITSIOTI-HAMEAU et J.J. BLANC, 1999). Depuis cette époque, les encroûtements sont réduits à ceux des canaux. Par ailleurs, des problèmes de stabilité subsistent sur le front du "Rocher", avec ses surplombs de tufs et ses vieux murs.

41Le cas de Barjols, le "Tivoli de la Provence" est le plus complexe, pour trois raisons : son site étagé, sa double alimentation en eau et la multiplicité des usages.La ville s'est développée sur plusieurs balcons de travertins étagés. Ils ont été édifiés par les eaux incrustantes du ruisseau des Laus (ou des Écrevisses) et celles du Fauvery (le ruisseau de Pontevès) provenant principalement de l'exsurgence karstique du Pavillon (J. NICOD, 1967). Ces ruisseaux ont joué un grand rôle dans le développement de Barjols : les eaux du Béal faisaient tourner plusieurs moulins et le Fauvery se précipite à partir de cascatelles sous la Chapelle des Carmes en une magnifique cascade où l'encroûtement est encore actif. Dans la première moitié du XXème siècle,Barjols était la capitale de la tannerie varoise avec trois usines. De nombreuses fontaines anciennes sont encore alimentées par ces eaux incrustantes, dont le célèbre "Champignon", vasque surmontée d'un amas de tufs moussus, périodiquement retaillés, sur la place de la Mairie.

3 ) Le déclin actuel : pollution des eaux, pénurie estivale

42Aux modifications historiques des sites et de l'écoulement des eaux, viennent s'ajouter de nouveaux et graves problèmes, dérivés pour leur plus grande part des effets pervers de l'urbanisation croissante sur des écosystèmes fragiles.

a. La péjoration des eaux

43 En se rappelant le rôle des défrichements de l'Âge du Bronze et historiques dans la péjoration des eaux des sources et rivières karstiques, on doit envisager l'impact de diverses actions récentes : incendies de forêts, extension des cultures mécanisées et abandon des restanques. En accroissant les apports turbides lors des violentes averses méditerranéennes, elles entravent la croissance du tapis algo-bryophytiques et facilitent l'érosion dans les vasques.

44Par ailleurs, les différents modes de pollution interviennent tant par les infiltrations dans l'hydrosystème karstique qu'à l'aval des sources, le long des cours d'eau et sur leurs affluents (Fig. 9). Jusqu'au début du siècle dernier, la pollution était surtout de type biologique, liée à l'élevage, et le processus d'auto-épuration le long des cours d'eau assurait sa réduction ; de plus, elle avait un rôle fertilisant dans les marais. Au contraire, la pollution chimique a un rôle néfaste, bien prouvé depuis longtemps par l'absence de barrages travertineux sur l'Eau Salée en aval de Barjols, à cause des effluents des tanneries, ou sur l'Huveaune à partir de Saint-Zacharie. Des recherches précises ont montré l'incidence des orthophosphates, utilisés dans les lessives, comme entrave majeure à la croissance des cyanophycées (J. CASANOVA, 1981). La pollution chimique intervient surtout à l'aval, du fait des activités agricoles et des rejets des égouts et des stations d'épuration ; par contre, les analyses de C. MARTIN (1988, 1991) dans le bassin supérieur de l'Argens montraient que certains ruisseaux étaient alors encore épargnés. Mais partout la diminution des débits estivaux accroît le risque.

Figure 9 - Mécanisme de pollution dans les karsts méditerranéens.

Figure 9 - Mécanisme de pollution dans les karsts méditerranéens.

b. Les effets de la réduction des débits estivaux

45Les conditions hydrologiques de ces dernières années (2006-2008) ont mis en péril les barrages de tufs actifs. À la fin des étés 2007 et 2008, ceux du Haut-Argens apparaissaient desséchés, les cascades réduites à de minces filets et les vasques vides ou aux eaux croupissantes. En aval du pont de la D 34, l'eau s'infiltrait dans la masse des tufs et le vaste gour sous le saut de Bacon était quasi vide ! L'Huveaune, très réduite, se perdait au niveau du Moulin de la Sambuc et dans les cascades de Sillans et de Villecroze les eaux n'irriguaient plus qu'une faible partie de leurs voiles de mousses. Rappelons que ce long épisode de sécheresse en Provence intérieure a été marqué aussi par la persistance de niveaux très bas dans le Grand Laoucien de la Roquebrussanne et par la vidange quasi-totale du Lac de Besse en 2007 et son étendue restreinte au cours de l'été 2008 (J. NICOD, 2007 ; 2008). La pénurie hydrologique estivale dans de nombreux secteurs résulte de la conjonction de deux facteurs : une pluviométrie défavorable, en particulier un déficit des pluies de saison froide susceptibles d'assurer le remplissage des réservoirs karstiques, et des prélèvements sensiblement accrus, tant pour les besoins agricoles qu'urbains.

4 ) Quelques mesures de protection

46La plupart des accumulations actuelles de tufs sont situées dans les bassins supérieurs des cours d'eau, à faible distance des sources karstiques, car la qualité de leurs eaux se dégrade vers l'aval. Dans les conditions environnementales actuelles elles ont un caractère semi-relictuel. Seuls quelques sites bénéficient d'une protection locale de la part des communes : principalement le parc municipal de Villecroze (Photos 8 et 9), la propriété des Moulières à Tourtour et l'accès aménagé de la cascade de Sillans "Espace naturel Départemental". Mais la protection des chutes d'eaux et des vasques n'est assurée qu'indirectement, dans l'intérêt des pêcheurs et sur des sections limitées, avec le concours de la Maison départementale de l'Eau de Barjols. Des réglementations plus strictes, dans le cadre des enquêtes du projet Natura 2000, n'ont pu être retenues tant les besoins en eau sont énormes et les intérêts des communes et des riverains divergents...

Photo 8 - Le parc municipal de Villecroze au printemps : château troglodytique du XVIème siècle et cascade du ruisseau de La Baume en eaux moyennes. [cliché : J. NICOD, le 3 mai 2009] 

Photo 8 - Le parc municipal de Villecroze au printemps : château troglodytique du XVIème siècle et cascade du ruisseau de La Baume en eaux moyennes. [cliché : J. NICOD, le 3 mai 2009] 

Photo 9 - Le parc municipal de Villecroze en situation hivernale après une séquence d'années sèches : cascade du ruisseau de La Baume aux mousses desséchées depuis l'été et enrobées d'argile lors des crues de décembre 2008. [cliché : J. NICOD, le 2 janvier 2009]

Photo 9 - Le parc municipal de Villecroze en situation hivernale après une séquence d'années sèches : cascade du ruisseau de La Baume aux mousses desséchées depuis l'été et enrobées d'argile lors des crues de décembre 2008. [cliché : J. NICOD, le 2 janvier 2009]

V - Conclusion

47Pour les scientifiques, l'intérêt des formations travertineuses est considérable : connaissance des flores anciennes depuis G. de SAPORTA (1867), détermination des fluctuations paléo-climatiques et des paléo-environnements, découverte de sites archéologiques, habitats troglodytiques, etc. Les tufs récents et actifs donnent des indications sur l'évolution des biotopes et l'incidence des activités historiques et actuelles. Les barrages et cascades, par la spécificité de leur formation et l'anomalie qu'ils induisent dans le profil des cours d'eau, sont des "géomorphosites". Par la biodiversité qu'ils entretiennent, ils sont tous d'un très grand intérêt écologique et certains, comme à Villecroze, s'inscrivent dans un contexte historique. Mais ce sont surtout des lieux pittoresques et agréables l'été, fréquentés des pêcheurs et des promeneurs. Ces sites patrimoniaux constituent un atout de la "Provence Verte" ; il convient de veiller à leur protection.

Remarques épistémologiques :

48L'étude des formations travertineuses a fait l'objet depuis un demi-siècle de multiples recherches par de nombreux scientifiques, avec des modalités et finalités diverses, mais parfois dans une optique transdisciplinaire, en particulier pour acquérir les datations. Dans notre région, il convient de rappeler d'abord les travaux des géologues soit sur ces secteurs du Var (G. MENESSIER, 1959) ou dans le cadre de l'étude des formations quaternaires (E. BONIFAY, 1961). Les palynologues ont pu préciser les conditions paléo-environnementales holocènes principalement sur les sites de Seillons et de Tourves (H. TRIAT-LAVAL et M. REILLE, 1981 ; NICOL-PICHARD, 1986, 1987) ; d'autres études ont été réalisées en liaison avec les recherches archéologiques. Sur les processus de formation des barrages de tufs, analysés sur ceux du Var, les travaux de J. CASANOVA (thèse de 3ème cycle, 1981) ont constitué un apport décisif, élargi au domaine méditerranéen par P. FREYTET et É. VERRECHIA (1989). Dans une optique au départ géomorphologique, mais devenue par la suite pluridisciplinaire grâce à J. VAUDOUR, de nombreux sites ont été étudiés dans le cadre de l'ERA 282/URA 903 du CNRS basée à l'Institut de Géographie d'Aix-en-Provence. Les travaux et les contributions de ses chercheurs ont été publiés dans plusieurs ouvrages collectifs : "Formations carbonatées externes, tufsettravertins", Mémoires AFK n°3 (1981) ; "Travertins et évolution des paysages holocènes dans le domaine méditerranéen" Méditerranée, vol. 57, n° 1-2 (1986) ; puis, sous la direction de J. VAUDOUR et J.L. VERNET, les recherches effectuées dans le cadre de l'ATP PIREN "Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France", Travaux n° XVII, U.A. 903 CNRS Aix-en-Provence (1988) ; enfin, dans un numéro spécial des Études de Géographie Physique où figure notamment un article de J.L. GUENDON et al. sur les travertins de Meyrargues (1997). Des comparaisons utiles, tant chronologiques que sur les conditions de formation découlent des thèses de P. AMBERT (publiée en 1994) sur le Languedoc et les Causses et de celle de F. HOFFMANN sur les "Tufs et travertins du Quercy-Périgord" (publiée en 2005). L'étude des encroûtements travertineux des aqueducs a fourni des données nouvelles sur l'alimentation et le fonctionnement de ceux de Nîmes et de Fréjus (J.L. GUENDON, 2002). Sur les travertins holocènes de Provence, les datations ont été précisées par de nombreuses analyses isotopiques (14C, 230Th/234U), qui ont permis de caler chronologiquement les conditions paléo-environnementales (F. MAGNIN et al., 1991, pour le site de Meyrargues ; V. OLLIVIER et al., 2006, qui proposent une synthèse régionale).

Remerciements : À Jean-Joseph BLANC, qui a bien voulu relire la première version de ce texte et me suggérer d'utiles précisions, à Claude MARTIN, qui a revu les données hydrochimiques, et à Philippe HAMEAU, président de l'ASER Centre-Var, qui a autorisé la reproduction en ligne de l'article, celui-ci ayant fait l'objet d'une publication préalable, sous une forme assez proche, dans les Cahiers de l'ASER * (numéro 16, 2009, p. 29-44).
* : ASER Centre-Var, Maison de l'Archéologie, Rue de la République, 83143 LE VAL.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

ACOVITSIOTI-HAMEAU A. et BLANC J.J., sous la direction de (1999) - Autour du Rocher de Cotignac, eau vive et eau pétrifiée. Cahiers de l'ASER, Suppl. n° 6, 31 p.

AMBERT P. (1994) - L'évolution du Languedoc Central depuis le Néogène (grand Causses méridionaux - Piémont languedocien). Documents du BRGM (Orléans), n° 231, 210 p.

BOSC A. (1845) - Rapport à Mr. TESSEIRE sur les cours d'eau du Département du Var.

BONIFAY E. (1961) - Les terrains quaternaires dans le Sud-Est de la France. Thèse de Doctorat d'État, Université de Bordeaux, Imprimerie DELMAS, t. 2, 194 p.

CASANOVA J. (1981) - Étude d'un milieu stromatolitique continental. Les travertins plio-pleistocènes du Var. Thèse de 3ème cycle, Université Aix-Marseille II, 136 p.

CASANOVA J et LAFONT R. (1985) - Les cyanophycées incrustantes des eaux courantes du Var (F). Verb. Internat. Verein Limnol., vol. 22, p. 2805-2810.

D'ANNA A. et COURTIN J. (1986) - Travertins holocènes et sites préhistoriques : exemples dans le Var et les Bouches-du Rhône. Méditerranée, n° 1-2, p. 31-39.

D'ANNA A., ÉVIN J., GUENDON J.L., JAUBERT J., MAGNIN F., OTTO T., QUINIF Y., ROIRON P. et DURAND A. (1988) - Apport des sources historiques du Moyen-Âge central à l'histoire des travertins du Midi de la France (900-1215). Travaux de l'U.A. 903, vol. XVII, "Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France", p. 108-116.

DEGAUGUE F. et GUENDON J.L (1992) - Étude sédimentologique et géoarchéologique des travertins du Jonquier (Salernes, Var) : mise en évidence de l'impact de l'homme sur la sédimentation et l'environnement au Néolithique. Études de Géographie Physique, vol. XXI, p. 81-95.

FABRE G., HAKIM B. et NICOD J. (1976) - Étude hydrologique et hydrochimique de quelques sources de Basse-Provence. Travaux de l'ERA 282, vol. V, p. 1-40.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

FREYTET P. et VERRECHIA É. (1989) - Les carbonates continentaux du pourtour méditerranéen : microfaciès et milieu de formation. Méditerranée, n° 2-3, p. 5-28.
DOI : 10.3406/medit.1989.2613

GUENDON J L. et VAUDOUR J. (1981) - Les "tufs" holocènes de Saint-Antonin-sur-Bayon (Bouches-du-Rhône) : aspects pétrographiques et significations paléogéographiques. Mémoire de l'Association Française de Karstologie, n° 3, p. 89-99.

GUENDON J.L., MAGNIN F. et QUINIF Y. (1997) -Les travertins quaternaires de Meyrargues ; Synthèse des données actuelles et implications. Études de Géographie Physique, Supplément au volume XXVI, colloque "Milieux carbonatés continentaux" (Séville), p. 47-50.

GUENDON J.L., HUON S., PARRON C. et BONTÈ S. (2002) - Les concrétions calcaires, témoins du fonctionnement de l'aqueduc. Rev. Archéologique de Narbonnaise, Suppl. 33, " L'Aqueduc romain de Fréjus.", p. 163-215.

GUENDON J.L., ALI A.A., ROIRON P., TERRAL J.F., D'ANNA A., DIAZ DEL OLMO F. et BAENA ESCUDERO R. (2003) - Les travertins de Saint-Antonin : Séquence géobotanique et climato-anthropique holocène. Karstologia, vol. 41, p. 1-14.

HAMEAU P. et DEGAUGUE F. (1994) - Le Plan Saint-Jean à Brignoles (Var). Actes 1ères Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente (Valence), p. 193-201.

HOFFMANN F. (2005) - Les tufs et travertins en Quercy-Périgord. Karstologia Mémoire, n° 13, Presses Universitaires de Bordeaux, 260 p. (Thèse de Doctorat de l'Université Bordeaux 3, 1998).

MAGNIN F., GUENDON J.L., VAUDOUR J. et MARTIN P. (1991) - Les travertins : accumulations carbonatées associées aux systèmes karstiques, séquences sédimentaires et paléoenvironnements quaternaires. Bull. Soc. Géol. Fr, vol. 162, n° 3, p. 585-594.

MARTIN C. (1986) - Recherches hydrologiques et hydrochimiques dans le bassin versant de la Nartuby. In : Détermination de la vulnérabilité à la pollution et des aires de protection de quelques sources karstiques de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Rapport au Conseil Régional PACA, Édit. U.A. 903 du CNRS, p. 36-52.

MARTIN C. (1988) - Composition chimique des eaux et travertins actuels dans le bassin supérieur de l'Argens. Travaux de l'U.A. 903, vol. XVII, "Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France", p. 153-161. (http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00442994/en)

MARTIN C., avec la collaboration de COVO J., MAZET J. et DELGIOVINE A. (1991) - État des recherches sur l'hydrologie, l'hydrochimie et la travertinisation actuelle dans le bassin supérieur de l'Argens (Var). Études de Géographie Physique, vol. XX, p. 47-60. (http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00443082/en)

MARTIN P. (1986) - Les travertins du vallon de Saint-Pons (Gémenos, Bouches-du-Rhône). Méditerranée, vol. 57, n° 1-2, p. 92-100.

MAZET J. (1988) - Contribution à l'étude des tufs-barrages de la haute vallée de l'Huveaune. Travaux de l'U.A. 903, vol. XVII, "Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France", p. 201-208.

MENNESSIER G. (1959) - Étude tectonique des confins alpino-provençaux entre le Verdon et l'Argens. Thèse de Doctorat d'État, Paris, Mém. Soc. Géol. France, nouv. Sér., t. XXXVII, n° 87, 174 p.

NICOD J. (1967) - Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire. Thèse de Doctorat d'État, Université Aix-Marseille, Imprimerie Louis-JEAN, Gap, 557 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

NICOD J. (1986) - Les cascades des barrages de travertins de l'Argens supérieur (Var). Méditerranée, vol. 57, n° 1-2, p. 71-80.
DOI : 10.3406/medit.1986.2372

NICOD J. (1988) - Barrages de travertins, marais et aménagements dans la haute vallée de l'Argens (Var). Travaux de l'U.A. 903, vol. XVII, "Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France", p. 73-87.

NICOD J. (2005) - Troglodytes dans les barrages et balcons de travertins – comparaison entre les sites du Var et autres lieux classiques. Subterrane'Actes, XVIIème Congrès de la Société Française d'Étude des Souterrains (Cotignac, 2004), p. 157-174.

NICOD J. (2007) - Deux lacs à problèmes du Centre-Var : le Grand Loucien de La Roquebrussanne et le lac de Bessse-sur-Issole. Études de Géographie Physique, vol. XXXIV, p. 43-50.

NICOD J. (2008) - Toujours les problèmes du lac de Besse-sur-Issole. Études de Géographie Physique, vol. XXXV, p. 45-50.

NICOL-PICHARD S. (1986) - Analyse pollinique de sédiments associés à des travertins, Jouques (Bouches-du-Rhône). Méditerranée, n° 1-2, p. 21-24.

NICOL-PICHARD S. (1987) -Analyse pollinique d'une séquence tardi- et post-glaciaire à Tourves (Var). Ecologia Mediterranea, vol. XIII, n° 1-2, p. 29-42.

OLLIVIER V., GUENDON J.L., ALI A., ROIRON P. et AMBERT P. (2006) - Évolution postglaciaire des environnements provençaux et alpins : cadre chronologique, faciès et dynamique morpho-sédimentaire. Quaternaire, vol. 17, n° 2, p. 51-67.
(http://quaternaire.revues.org/index771.html?file=1)

SAPORTA G. de (1967) - La flore des tufs quaternaires de Provence. Extrait des C.R. de la 33e session du Congrès Scientifique de France, Édit. RÉMONDET-AUBIN, 32 p.

TOMAS J. (1987) - Les tufs de la vallée du Gapeau en Provence calcaire. Cahiers de l'ASER, n° 5, p. 105-118.

TRIAT-LAVAL H. et REILLE M. (1981) - Analyse pollinique d'une séquence tourbeuse de la Provence orientale, Seillons Source-d'Argens (Var). Ecologia Mediterranea, vol. 7, n° 2, p. 31-55.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

VAUDOUR J. (1986) - Travertins holocènes et pression anthropique. Méditerranée, vol. 57, n°1-2, p. 168-173.
DOI : 10.3406/medit.1986.2389

VAUDOUR J, sous la direction de (1988) - Les édifices travertineux et l'histoire de l'environnement dans le Midi de la France. Travaux de l'U.A. 903, vol. XVII, 280 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

VAUDOUR J. (1994) - Évolution holocène des travertins de vallée dans le Midi méditerranéen français. Géographie Physique et Quaternaire, vol. 48, n° 3, p. 315-326.
DOI : 10.7202/033012ar

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Sites, sources karstiques, cascades et travertins du Var.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 2 - Types de barrages élémentaires actifs.
Légende A : sur la Haute Huveaune, position des plaquettes de mesure (schéma de J. MAZET, 1988). B : dans le Vallon des Rampins, vasques contiguës (a) ou décalées (b) (schéma de J. TOMAS, 1987). C : sur le Haut-Argens, dans le secteur du Saut de Bacon - Montaud (J. NICOD, 1988).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 3 - Carte du bassin supérieur de l'Argens : sources et barrages de travertins.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 4 - Schéma du système hydrologique de l'Argens supérieur : sources, profil des lits des cours d'eau et position des barrages de travertins (J. NICOD, 1988).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 1 - Petit barrage et cascatelle sur le Haut-Argens, en amont immédiat de Saut de Bacon (secteur de Montaud), en eaux moyennes. [cliché : J. NICOD, 1981]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Photo 2 - Le Saut de Bacon et ses pendentifs constitués par les voiles de mousses, au retour d'un fort écoulement après la pénurie estivale. [cliché : J. NICOD, octobre 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photos 3 - La cacade de la Bresque à Sillans, à gauche réduite à un filet d'eau en octobre 2008, à droite en écoulement plus abondant en mai 2009. [clichés : J. NICOD] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Photo 4 - Base de la cascade de la Bresque à Sillans, montrant le surplomb constitué par l'accumulation des voiles de tufs. [cliché : J. NICOD, 1996]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 5 - Profil des cours d'eau, position des sources et des cascades dans le secteur de Villecroze-Tourtour : le ruisseau de la Baume (A' secteur des Moulières) et la cascade de Villecroze, la source du Saint-Rosaire et Tourtour.
Légende Sigles de la carte géologique au 1/50000 Salernes, t2 : Muschelkalk (Trias moyen), t3 : argiles et gypses du Keuper, l2-1 : calcaires liasiques, JD : dolomies du Jurassique supérieur, c3 : marnes du Crétacésupérieur, e-g : argiles et sables éo-oligocènes du bassin de Salernes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photo 5 – Encroûtement tubulaire sur une petite dérivation au front du "Rocher" de Cotignac. [cliché : J. NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 6 - Minéralisation moyenne des eaux de la Foux de Draguignan.
Légende D'après les analyses d'A. PALOMBA, reprises par C. MARTIN (1986). Pour le calcium, la figure distingue la part provenant des roches carbonatées de celle provenant du gypse.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau I - Valeurs extrêmes des paramètres physico-chimiques le long de l'Argens dans le secteur amont (septembre 1986 - septembre 1989).
Légende * : au niveau de la station hydrométrique que gérait le SRAE, à 400 m en amont du pont de la D 35. Les données (près de 40 séries de prélèvements) sont tirées de C. MARTIN et al. (1991 – Tab. III), avec une correction pour les ions HCO3-.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 7 - Minéralisation des eaux de la Source d'Argens à Seillons en situation hydrologique moyenne (mars et avril 1987).
Légende D'après les analyses de C. MARTIN (1988 – Tab. I).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Photo 6 - Varages : le front du balcon de travertins (il faut noter les deux coulées de verdure correspondant aux déversoirs des canaux vers les anciens moulins et les jardins irrigués). [cliché : J. NICOD – pris depuis la chapelle Saint-Pothin en 1989]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Photo 7 - Voiles de tufs à Varages, dans la petite grotte sur la dérivation souterraine du canal des vieux moulins. [cliché : J. NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 9 - Mécanisme de pollution dans les karsts méditerranéens.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 8 - Le parc municipal de Villecroze au printemps : château troglodytique du XVIème siècle et cascade du ruisseau de La Baume en eaux moyennes. [cliché : J. NICOD, le 3 mai 2009] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Photo 9 - Le parc municipal de Villecroze en situation hivernale après une séquence d'années sèches : cascade du ruisseau de La Baume aux mousses desséchées depuis l'été et enrobées d'argile lors des crues de décembre 2008. [cliché : J. NICOD, le 2 janvier 2009]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1100/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Nicod, « Barrages de tufs calcaires et cascades dans le Centre-Var : rapport avec les eaux des sources karstiques, historique et déclin actuel », Physio-Géo, Volume 4 | -1, 42-67.

Référence électronique

Jean Nicod, « Barrages de tufs calcaires et cascades dans le Centre-Var : rapport avec les eaux des sources karstiques, historique et déclin actuel », Physio-Géo [En ligne], Volume 4 | 2010, mis en ligne le 09 mars 2010, consulté le 31 août 2016. URL : http://physio-geo.revues.org/1100 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1100

Haut de page

Auteur

Jean Nicod

Florida 1, 35 Avenue du 24 Avril 1915, 13012 MARSEILLE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org