Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Zones humides du littoral français, Fernand VERGER

2009, Éditions BELIN, Paris, 447 p.
Alain Marre
p. 3-5
Référence(s) :

Zones humides du littoral français, 2009 (Éditions BELIN, 447 p.)

Texte intégral

1Fernand VERGER s'est associé au cartographe Raymond GHIRARDI pour nous offrir un très bel ouvrage qui est divisé en deux livres. Le livre I intitulé "Caractères généraux" comporte les cinq premiers chapitres. Le livre II, intitulé "Principales zones humides du littoral français" comporte les chapitres six à vingt. Tout au long de ces chapitres, les cartes et les schémas, toujours en couleurs, sont nombreux, beaux et très explicatifs, les photographies magnifiques, le texte écrit en un langage simple et très compréhensif. Toute personne intéressée par les zones humides et les littoraux peut lire très facilement ce livre.

2Dans le premier livre l'auteur explique le fonctionnement dynamique des milieux littoraux. Il commence par expliquer très clairement et avec l'aide de beaux schémas et cartes, le processus des marées et l'évolution du niveau marin depuis l'Holocène (chapitre 1), puis il décrit les matériaux et les sols (chapitre 2), les formes de terrain (chapitre 3), la flore et la faune (chapitre 4) et les aménagements et la gestion des zones humides (chapitre 5). Cette partie permet au lecteur peu averti de connaître avec précision tous les concepts et le vocabulaire qui sera utilisé dans les chapitres suivants. Chacun de ces concepts, chacune de ces définitions sont accompagnés soit d'un schéma (Fig. 1.5 qui montre l'évolution du marnage au cours d'un demi mois lunaire ou Fig. 4.36 sur la variation mensuelle de l'avifaune dans l'anse de L'Aiguillon), soit d'une carte (Fig. 2.15 qui montre la répartition de la décarbonatation des sols dans le marais poitevin ou Fig. 5.2, sur la gestion de l'eau dans ce même marais), soit d'une photographie de terrain (Fig. 3.13 qui montre une sansouire en Camargue ou Fig. 4.14 avec des cygnes de l'étang de Bolmon), soit d'une photographie ancienne (Fig. 4,31 qui montre l'exploitation d'un gisement de coquilles d'huîtres à Saint-Michel-en-l'Herm), soit d'une photographie aérienne (Fig. 3.25 qui montre des anciens chenaux oblitérés par une digue dans l'anse de l'Aiguillon). Cette iconographie, belle et variée, rend la lecture extrêmement agréable.

3Le deuxième livre comporte quatorze chapitres qui décrivent, chacun, une zone humide en faisant le tour de la France, depuis la plaine maritime flamande jusqu'à la Corse qui correspond au chapitre 20 ; hasard qui fait retrouver à cette île son numéro de département du temps où elle n'en faisait qu'un seul ! Pour chacune des régions étudiées, F. VERGER fait une étude minutieuse et précise avec des références de géographie physique mais aussi historiques. La lecture de ces chapitres montre le contraste entre le monde océanique marqué par des marées importantes et le monde méditerranéen où la marée étant minime, les paysages de wadden n'existent quasiment pas. On est vraiment dans un autre monde. F. VERGER étant un homme du monde océanique, son texte reflète sa passion nettement plus grande pour ce milieu que pour le milieu méditerranéen. La lecture des chapitres 17 (Languedoc Roussillon) à 20 (Corse) devient ainsi moins passionnante car elle reste plus descriptive qu'explicative. Les aspects historiques sont bien mis en avant, mais les processus géomorphologiques sont parfois laissés de coté. En effet, les fleuves méditerranéens se terminent tous par des deltas construits grâce à leur importante charge solide et à leurs fortes crues qui sont responsables de la création ou de la disparition de leurs divers bras. La dynamique géomorphologique est donc plus continentale que littorale. L'étude de ces milieux doit partir de la montagne pour arriver à la mer et non l'inverse comme sur le littoral océanique. Le géomorphologue méditerranéen reste donc un peu sur sa faim en lisant ces chapitres. Mais qu'importe !

4La conclusion de l'ouvrage s'intitule "de la conquête des terres basses à la conservation des zones humides". F. VERGER montre les différentes attitudes que l'homme a eu vis-à-vis des terres basses et, comme toujours, l'auteur étaye son texte par de beaux schémas comme celui de la figure 21.6 de la page 407. C'est à partir du XIIIème siècle que commencent les endiguements et la conquête de polders. Sur le littoral océanique, ils sont réduits au départ, et "leurs dessins, ont alors des formes qui épousent étroitement les dispositions naturelles pour inclure des parties trop basses". Sur le littoral méditerranéen, le XIIIème siècle est marqué par l'extension des salines. Puis, sous l'ancien régime, on connaît deux phases d'extension des polders : le début du XVIIème siècle et la fin du XVIIIème siècle. Toutes ces conquêtes avaient pour but de trouver de nouvelles terres agricoles pour nourrir les hommes. Au XIXème siècle un regain d'activité des endiguements apparaît à partir de la Monarchie de Juillet avec une mentalité plus capitaliste. Ce sont des grandes sociétés qui se lancent dans d'importants travaux pour conquérir de véritables domaines soit pour la production du sel sur les bords de la Méditerranée soit pour acquérir de nouvelles terres essentiellement agricoles sur les bords de l'océan. Des villes, aujourd'hui à l'intérieur des terres ont toujours une activité portuaire : ainsi Luçon connaît encore en 1905, 83 mouvements de navires. Cette expansion s'arrête avec la guerre de 1914. Au XXème siècle, il faut attendre 1950 pour voir apparaître une nouvelle période de constructions de digues avec quelques projets parfois pharaoniques : ainsi, on envisage de fermer totalement la baie de Bourgneuf et l'anse de l'Aiguillon. Mais, bien que F. VERGER ne pose pas la question en ces termes, on peut penser qu'avec l'augmentation des rendements agricoles, le gain de surfaces n'était plus nécessaire et que ces travaux sont à considérer comme des défis techniques : l'homme est capable de dompter la nature ! Dans les dernières décennies du XXème siècle F. VERGER montre un renversement de tendance, et il écrit : "On se pose, en effet, depuis une quarantaine d'années, la question de savoir s'il convient de poursuivre les conquêtes sur la mer et de dessécher les zones humides à des fins agricoles, et, depuis une vingtaine d'années, celle de savoir s'il ne convient pas, au contraire, de rendre les polders à la mer et de reconstituer des zones humides". Il termine alors son ouvrage en décrivant les techniques du retour à la mer, et de sauvetage et de restauration des zones humides avec le rôle prépondérant du Conservatoire du littoral qui s'est porté acquéreur d'anciens domaines sur le littoral océanique et d'anciennes salines sur le littoral méditerranéen pour restaurer des zones humides. Il souligne, aussi, la complexité administrative car la plupart de ces zones humides appartiennent au territoire de départements voire de régions différents. Or leur bonne gestion ne peut être qu'unitaire.

5Cet ouvrage suscite aussi une autre réflexion. Page 407, F. VERGER parle de "dessécher les zones humides à des fins agricoles". Mais, hélas, il y a eu aussi l'aménagement de lotissements à des fins touristiques. La tempête "Xynthia" du 21 février dernier est venue nous le rappeler durement. À plusieurs reprises, F. VERGER cite des tempêtes qui ont détruit des digues et inondé des polders. À titre d'exemple il montre, à la page 232/233, sur la figure 12.16, les dates des conquêtes sur la mer et des reprises par la mer dans la baie de Bourgneuf.. En page 234, il écrit : "Ces polders ne sont pas des conquêtes invulnérables et les retours offensifs de la mer ont parfois provoqué des inondations dévastatrices". Il continue en donnant pour les polders de la commune de Beauvoir-sur-Mer les dates de submersion suivantes : 5 février 1811, l'hiver 1820, les 23 février et 13 mars 1838, le 11 novembre 1875, la nuit du 13 au 14 mars 1937 et le 16 novembre 1940. Cette dernière, avec un coefficient de marée de 84 seulement, a ouvert de nombreuses brèches et fait des ravages : des bateaux s'échouèrent dans des polders après avoir franchi plusieurs digues. Ces exemples montrent que les effets dévastateurs de Xynthia ne sont pas exceptionnels et qu'une meilleure gestion de l'espace aurait permis d'éviter bien des victimes. Les polders abandonnés par l'agriculture ne peuvent donc faire qu'un retour vers leur vocation d'origine : celle de zones humides. En aucun cas, ils ne doivent donner lieu à la création de zones constructibles où un jour ou l'autre on dénombrera des victimes. C'est pour cela que ce beau livre devrait être en vente pas seulement dans les librairies mais dans toutes les "épiceries" des stations touristiques du littoral français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Zones humides du littoral français, Fernand VERGER », Physio-Géo, Volume 4 | -1, 3-5.

Référence électronique

Alain Marre, « Zones humides du littoral français, Fernand VERGER », Physio-Géo [En ligne], Volume 4 | 2010, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1171

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Géolab - Groupe d'Étude des Géomatériaux et des Environnements Naturels et Anthropisés, Université de Reims, Bâtiment recherche, Campus Croix Rouge, 57 Rue Pierre Taittinger, 51096 REIMS cedex.
Courriel : alain.marre@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org