Navigation – Plan du site
Articles

Un itinéraire entre géotourisme et sacralité en Irpinie (Campanie, Italie)

Antonio Di Lisio, Filippo Russo et Michele Sisto
p. 129-149

Résumés

L'identité d'un territoire et de la communauté qui l'habite peut être décrite de bien des manières. L'Irpinie (Apennin méridional, Campanie, Italie) est considérée depuis les temps préhistoriques comme une charnière entre les deux mers, l'Adriatique et la mer Tyrrhénienne, une terre de traversée, vue en projection horizontale. Mais l'Irpinie est riche en lieux de culte, en relation avec la dimension "verticale" et avec la grande quantité de géosites présents dans ce territoire. Quelques itinéraires réunissent ces sites présentant une dimension sacrée, dans un parcours qui offre la vision d'un territoire presque intact du point de vue paysager et environnemental, pour lequel le géotourisme – aisément connectable à d'autres formes en expansion de distraction et d'apprentissage culturel, dont le tourisme religieux – devient une ressource importante, conformément au modèle du développement durable.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Traversée pendant des millénaires par les déplacements et les échanges entre les deux mers, l'Irpinie (Campanie, Italie) répond à cette vocation que STRABON (Géographie, Livre V, 4­12) lui assignait dans sa position "au-dessus de la Campanie". En mesogaia, d'une façon plus claire qu'ailleurs, la "terre du milieu" est sillonnée par la dorsale des Apennins (Fig. 1), où la morphogenèse a entrouvert des couloirs d'origine principalement tectonique. À leur emplacement, les fleuves ont construit leur cours vers l'Adriatique (Ofanto, 170 km ; Calaggio, 98 km) et la Mer Tyrrhénienne (Calore, 108 km ; Sele, 64 Km ; Sabato, 50 km ; Ufita, 49 km) et les hommes leurs axes routiers.

Figure 1 - Carte de localisation et modèle numérique du terrain (MNT).

Figure 1 - Carte de localisation et modèle numérique du terrain (MNT).

2Les cols, anciens passages des transhumants, ont organisé le réseau routier implanté sur ce territoire, en déterminant la disposition des installations humaines en fonction du relief et des ressources en eau. Mais l'Irpinie n'est pas seulement un lieu de passage, le long des axes routiers qui la traversent. Dans sa dimension verticale, sur les parcours entre les sommets et les plaines intra-montagneuses qui ont alimenté pendant des millénaires sa vie sociale et économique, elle redécouvre une autre vocation, celle de la sacralité.

3Et comme souvent en Europe et dans le monde, les lieux sacralisés présentent un intérêt géologique et sont devenus des centres touristiques recherchés : l'itinéraire proposé dans cet article décrit un parcours qui joint trois sites très importants dans l'histoire de la région.

4Au point culminant de notre itinéraire, se trouve le sanctuaire de Montevergine (1270 m), l'un des centres spirituels majeurs du Sud de l'Italie. Tous les ans, des millions de fidèles accomplissent l'ascension du sommet, selon une symbolique de purification liée à l'altitude et au caractère escarpé du relief.

5Les chemins descendant de Montevergine conduisent à beaucoup d'autres lieux sacrés. Celui emprunté jadis par Saint Guillaume de VERCEIL (1085­1142), rejoint l'une des nombreuses plaines intra-montagneuses de la région, où se trouve le monastère de Saint Sauveur au Goleto (fondé en 1133), appelé l'"Assise d'Irpinie".

6En poursuivant ce cheminement descendant, l'itinéraire touche aux profondeurs des grottes, des sources émergentes, des fractures de la croûte terrestre, puisqu'il s'achève près de la source hydrothermale de Mefite, exemple extraordinaire de sacralité chtonienne.

7Les singulières manifestations pseudo-volcaniques de cet endroit de la vallée de l'Ansanto apparaissent ainsi comme un symbole plurimillénaire de cratophanies, "composantes émergentes du contexte environnemental et paysager" (W. BARICCHI, 1999). Elles ont tenu une place importante "dans la mémoire culturelle des peuples" (M. ELIADE, 1976) et elles constituent un point de référence certain entre les éléments du paysage naturel et le processus d'humanisation diachronique du territoire, qui comprend aussi les formes "nécessaires" de la sacralisation.

II - Les caractères principaux du territoire et l'itinéraire proposé

8Du point de vue géographique et administratif, l'Irpinie est une région de l'Apennin méridional située dans la partie orientale de la Campanie (Italie méridionale). Elle correspond à la Province d'Avellino (2792 km2 ; 440000 habitants ; 119 municipalités, toutes en dessous de 100 m d'altitude) et son territoire est divisé entre des montagnes pour la plus grande partie (67,9 %), des collines (25,1 %) et un peu de plaine (7,0 %).

9Même si elle n'est pas éloignée de la côte de la mer Tyrrhénienne, l'Irpinie, comme entité territoriale, a connu une histoire très liée à son orographie particulière. Son nom dérive de la population italique des Samnites, qui contrôlait une vaste partie de la chaîne des Apennins vers le VIIème siècle après Jésus-Christ. Comme province frontalière, ses caractères se sont développés de manière différente de ceux du reste de la région de la Campanie et ressemblent souvent plus à ceux des régions voisines (Pouilles, Molise, Basilicate). Avec ces régions, l'Irpinie fait partie de la chaîne orogénique des Apennins, développée depuis la fin du Crétacé, à la suite de la collision entre les plaques européenne et africaine. Elle se caractérise par une association complexe de différents domaines paléogéographiques qui définissent la structure actuelle du relief, influencée par la composition lithologique, les événements tectoniques et les périodes d'érosion.

10L'Apennin méridional, appelé Campano-Lucanien en Irpinie, est constitué par des terrains très différents : calcaires et marnes du Mésozoïque ; argilites et marnes flyschoïdes du Tertiaire (roches à comportement plastique) ; dépôts sédimentaires arénacés et argileux du Mio-Pliocène et du Pléistocène (faciès de piggy-back). La chaîne est divisée en trois unités structurales. Les parties sommitales sont formées de blocs calcaires. En contrebas, les roches sont celles du complexe terrigène de l'avant-fosse bradanique (Avanfossa bradanica), composé par des sables, des grès, des pélites et des turbidites déposés dans un bassin marin. Ce remplissage syntectonique est le résultat de l'intense apport de matériaux détritiques provenant du démantèlement des reliefs dus à l'orogenèse. Enfin, vers l'est, à l'extérieur de l'Irpinie, le complexe carbonaté de l'avant-pays (Avanpaese apulo), dérivé d'une plateforme d'âge mésozoïque reposant sur le socle continental, descend vers la mer Adriatique sous la forme d'un système de gradins délimités par des failles.

11Cette structure géologique complexe a été affectée par au moins cinq phases tectoniques (Aquitanien/Langhien, Tortonien, Messinien, Pliocène inférieur, Pliocène supérieur) responsables d'un déplacement général vers l'est des nappes de charriage et de la surrection de la chaîne.

12Le relief a subi l'action des processus d'érosion, probablement dans des conditions climatiques sub-arides, qui ont donné un paléo-paysage aux formes adoucies reconnaissables sur les surfaces sommitales des dorsales. Des failles normales, aux rejets considérables et de direction NO-SE, ont disloqué le paysage en créant de nombreuses dépressions intra-montagneuses dans lesquelles on peut observer des séquences de sédimentation fluvio-lacustre, des masses de matériaux résultant de mouvements gravitaires et des épandages détritiques à la base des escarpements de faille. C'est lors de l'ouverture de la mer Tyrrhénienne que se sont réalisées les grandes dislocations et la sédimentation souvent accompagnée par des dépôts volcaniques. (L. BRANCACCIO et A. CINQUE, 1988). C'est ainsi que la néotectonique a présidé à la mise en place de la trame régionale du relief.

13Aujourd'hui encore, les tremblements de terre sont responsables de l'endommagement de nombreux centres habités et de l'activation ou de la remobilisation de mouvements de terrain. Enfin, le volcanisme quaternaire a modifié l'organisation géomorphologique (sols, réseaux hydrographiques, terrasses fluviales, pentes et variations de l'énergie du relief, etc.). C'est dans ce cadre naturel que l'itinéraire proposé traverse la plus grande part de la région irpinienne, de l'ouest vers l'est, avec en première étape, le massif calcaire du Mont Partenio et le sanctuaire de Montevergine.

14Ce massif est un horst allongé d'ouest en est, entouré par des terrains flyschoïdes. Il est subdivisé par des cours d'eau à régime torrentiel qui drainent de petits bassins versants composés d'un vallon en "V", encaissé, isolé et généralement rectiligne Le caractère tectono-karstique des terrainsfavorise l'infiltration et la circulation souterraine des eaux. Sur ce massif est situé le Sanctuaire de Montevergine (Fig. 2), très célèbre dans toute l'Italie méridionale. Depuis cette étape du Mont Partenio, l'itinéraire, jalonné par des petits bourgs et de nombreux édifices religieux, descend le long du relief, en laissant les contreforts carbonatés et les morphologies karstiques. La descente porte ainsi vers les plaines intra-montagneuses où des matériaux généralement flyschoïdes sont recouverts par des dépôts quaternaires. Les altitudes diminuent fortement et le paysage se fait moins âpre, créant ainsi une nouvelle physiographie (Fig. 3). C'est au milieu de ces reliefs que s'élève le Sanctuaire de Saint Sauveur au Goleto, édifié dans la plaine occupée par un bassin lacustre du Pléistocène, connu comme "paléo-lac de Lioni".

Figure 2 - Lieux cités dans l'article et itinéraire proposé.

Figure 2 - Lieux cités dans l'article et itinéraire proposé.

Figure 3 - Carte des unités physiographiques (APAT, 2009).

Figure 3 - Carte des unités physiographiques (APAT, 2009).

1 : Dorsales carbonatées du relief occidental. 2 : Collines et basses montagnes de sédiments terrigènes du relief oriental.

15Enfin, la dernière étape du parcours proposée est la localité de Mefite dans la Vallée d'Ansanto, haut lieu géologique, archéologique, écologique et religieux, caractérisé par son importance considérable dans l'histoire de la Campanie et du Sud de l'Italie. À la fin de l'itinéraire, il sera même possible de déterminer les principaux caractères environnementaux de la région. En effet, l'Irpinie possède un patrimoine naturel important et compte de nombreux Sites d'Importance Communautaire (SIC – Natura 2000). Sur son territoire, se trouvent deux réserves naturelles (Fig. 4), le Parc Régional du Mont Partenio (14870 hectares) et le Parc Régional des Monts Picentini (62200 hectares), dont la création a été motivée par les caractères suivants : 1/ une grande richesse écologique, qui se manifeste notamment à travers la biodiversité (proportion élevée d'espèces endémiques) ; 2/ la préservation des paysages ; 3/ la survivance des traditions culturelles locales.

Figure 4 - Carte des zones protégées dans l'Irpinie méridional : les SIC, le Parc Régional du Mont Partenio (1) et le Parc Régional des Monts Picentini (2).

Figure 4 - Carte des zones protégées dans l'Irpinie méridional : les SIC, le Parc Régional du Mont Partenio (1) et le Parc Régional des Monts Picentini (2).

16L'entrelacement inextricable entre l'attirance géo-environnementale du territoire, l'aspect sociologique et l'exigence irrésistible de la "sacralité" offre aujourd'hui une perspective de développement des itinéraires de la matérialité et de l'immatérialité d'un territoire marginal (F. RUSSO et M. SISTO, sous presse). De ce fait, on peut comprendre la justification de la protection de ce territoire et l'expansion continue des flux du tourisme religieux qui favorise la demande de patrimoine paysager et environnemental, pour un "tourisme de souffle culturel plus ample" (E. MORETTI et al., 2006), qu'atteste l'augmentation régulière des séjours dans les hôtels (Tab. I).

Tableau I - Arrivées et jours de présence dans les hôtels irpiniens.

Tableau I - Arrivées et jours de présence dans les hôtels irpiniens.

Source : EPT Avellino, 2008 (EPT : Ente Provinciale per il Turismo – Office provincial de Tourisme).

III - Sacra itinera et profana : le premier site

17Comme mentionné précédemment, le sanctuaire de Montevergine (Photo 1­a) est situé dans le massif calcaire du Mont Partenio. Celui-ci montre la série complète du Mésozoïque, du Trias au Crétacé (B. D'ARGENIO et al., 1973). Il s'élève à l'altitude de 1480 m, d'où la vue embrasse un vaste panorama qui s'étend sur des centaines de kilomètres (Photo 1­b). Ce sommet constitue un bon exemple du plissement d'âge miocène et des intenses phases tectoniques compressives qui ont engendré les montagnes apenniques.

Photos 1 - Le Mont Partenario : a/ Le sommet et le sanctuaire de Montevergine ; b/ Vers l'O-SO, la plaine campanienne avec, à gauche, le Vésuve ; c et d/ La plaine karstique de Campomaggiore, à proximité du sanctuaire. [sauf indication contraire, les photographies présentées dans l'article, sont l'œuvre des auteurs]

Photos 1 - Le Mont Partenario : a/ Le sommet et le sanctuaire de Montevergine ; b/ Vers l'O-SO, la plaine campanienne avec, à gauche, le Vésuve ; c et d/ La plaine karstique de Campomaggiore, à proximité du sanctuaire. [sauf indication contraire, les photographies présentées dans l'article, sont l'œuvre des auteurs]

18Aux alentours du sanctuaire, les touristes peuvent découvrir quelques formes caractéristiques du paysage karstique : des microformes de lapiés, de vastes dolines, parfois coalescentes pour former des ouvalas ou des poljés soumis à un contrôle tectonique, des ponors, des conduits, des gorges, des avens et, même, si elles ne sont pas ouvertes au public, des grottes avec toutes sortes de formes de concrétion. Tout cela est typique d'un paysage de massif calcaire (Photos 1­c et 1­d). L'originalité des lieux est accentuée, d'une part, par les bois grandioses de châtaigniers et, plus haut, de hêtres qui accompagnent ce paysage karstique d'altitude (A. SESTINI, 1963) et, d'autre part, par sa position de vigie entre la Campanie littorale (Naples, Capri, Ischia, Plaine Campanienne) et la dorsale apenninique de la zone intérieure.

19Un tel paysage – "visuel", rude, horridus selon l'expérience romantique du sublime – commence précocement son histoire de sacralisation. Déjà la ville grecque de Parthenope, mère de la future Naples (Néapolis), adorait ses protecteurs Castor et Pollux près d'un autel dédié à Cybèle, la déesse de la fertilité et de la nature sauvage, qui, ici, était particulièrement honorée. Comme dans une dizaine d'autres sites irpiniens, on observe une superposition typique de cultes consécutifs à l'expansion de la chrétienté, dont un monastère du VIIème siècle, signe distinctif de ce paysage montagneux dans lequel la naturalité est devenue synonyme d'ascétisme et de détachement du monde.

20Ce fut l'œuvre extraordinaire de Saint Guillaume de VERCEIL (1085-1142) de glorifier la foi et le site à travers sa mission, pendant la période normande. En 1114, le futur Patron de l'Irpinie resta, presque un an, dans une solitude totale, à la recherche de l'ascétisme le plus pur dans un site propice à l'austérité et à la méditation. Pendant que se répandait la réputation de sainteté de Saint Guillaume et que se multipliaient les disciples désireux de suivre son exemple de pauvreté et de mortification, il commençait la construction d'un monastère et d'une église, consacrée en 1124. Selon la légende, le choix du site fut dicté à l'ermite Guillaume par Jésus, qui commanda la construction d'une église dédiée à la Vierge. La congrégation monastique adopta la règle bénédictine, avec une dévotion spéciale envers la Sainte Vierge Noire, dont il se conserve l'icône majestueuse sur une table, peinte selon la tradition de l'évangéliste Luc et complétée par Montano d'AREZZO (1297). Tout de suite, les pèlerinages devinrent nombreux et de nombreux siècles plus tard le politicien et écrivain Giustino FORTUNATO (1848­1932) restait séduit par le beau spectacle de la nature que montrait le sanctuaire de Montevergine : "Et même deux fois tous les ans, au printemps et en automne, la plèbe napolitaine se dirige vers le Partenio en pèlerinage bruyant : deux fois l'an, les fêtes catholiques, comme déjà les Bacchanales helléniques et les Saturnales romains, animent cette solitude ample et mystérieuse. Les siècles ont passé, les croyances et les noms ont changé; mais l'ancienne coutume païenne reste vive et joyeuse dans la tradition populaire". Aujourd'hui, dans ses formes architecturales actuelles (1961), le sanctuaire renferme des actes infinis de dévotion répétés pendant des millénaires et se révèle un endroit puissant de poésie, de fête, de folklore, de fixation de l'identité : il manifeste de manière complète l'interaction avantageuse entre Nature et Culture, entre l'importance des morphotypes – les processus géomorphologiques entendus comme biens environnementaux – et la capacité de jouissance humaine. Il fixe, donc, "l'identité esthétique d'un endroit" (P. D'ANGELO, 2004), le substrat millénaire de la mémoire et l'élément fondamental pour les hommes de tous les temps historiques : "il est nature en qui la société se reflète soi même et s'identifiedans ses formes" (R. ASSUNTO, 1973).

IV - Sacra itinera et profana : le deuxième site

21Sur les traces du Saint fondateur, le voyage continue rapidement entre les autres merveilles du paysage karstique des Monts Picentini et de la couverture boisée de l'ouest irpinien, qui fut, un temps, un refuge pour des brigands et pour l'emblème de cette terre, le loup des Apennins (Canis lupus italicus), qui a donné son nom à la région et à ses habitants (hirpus : loup).

22Ayant atteint le grand ponor au nom évocateur de Bouche du Dragon (Volturara, à 670 m d'altitude – Fig. 5 et Photos 2­a), au sein d'un vaste bassin endoréique mis en valeur au début du XXème siècle, on pourra raconter la légende du grand dragon, gardien d'un trésor fabuleux, tué par un jeune wisigoth. Sur les lieux de la mort du dragon s'ouvrirent trois gouffres dans lesquels on peut entendre, aujourd'hui encore, le bruit des torrents engendrés par le sang du monstre.

Figure 5 - Coupe à travers les Monts Picentini : relief et représentation schématique des circulations d'eau (d'après S. AQUINO et I. GIULIVO, 2007).

Figure 5 - Coupe à travers les Monts Picentini : relief et représentation schématique des circulations d'eau (d'après S. AQUINO et I. GIULIVO, 2007).

Photos 2 - Les Monts Picenti et la plaine de Montella : a/ Le ponor de la Bouche du Dragon, en hiver, et ses aménagements hydrauliques ; b/ L'église médiévale et le monastère de Sainte Marie de la Neige près de de Montella ; c/ Le poljé de Laceno et son lac temporaire, en hiver ; d/ La grotte de Caliendo ; e/ Le Mont Calvello vu depuis la vallée de l'Ofanto

Photos 2 - Les Monts Picenti et la plaine de Montella : a/ Le ponor de la Bouche du Dragon, en hiver, et ses aménagements hydrauliques ; b/ L'église médiévale et le monastère de Sainte Marie de la Neige près de de Montella ; c/ Le poljé de Laceno et son lac temporaire, en hiver ; d/ La grotte de Caliendo ; e/ Le Mont Calvello vu depuis la vallée de l'Ofanto

23À une quinzaine de kilomètres au nord-ouest du poljé de Volturara, on rejoint le secteur de Montella (Photo 2­b), où de nombreuses résurgences fournissent un débit supérieur à 5 m3/s au total (ce qui donne une valeur spécifique de l'ordre de 40 l/s/km2). Les écoulements bénéficient de précipitations très abondantes, supérieures à 2000 mm/an en moyenne (2360 mm à Montevergine sur la période 1969­2004 – température moyenne : 8,0 °C). Ces sources, comme beaucoup d'autres de la région, sont en partie captées par l'un des ouvrages hydrauliques les plus impressionnants qui soient, l'Aqueduc des Pouilles (Acquedotto Pugliese). Mis en service en 1906, il est encore un des plus longs du monde, avec ses 1600 km de canaux (y compris les branches secondaires) et le troisième pour le débit (5,8 m3/s).

24Les contreforts du secteur occidental offrent d'autres hauts lieux de dévotion chrétienne : les églises médiévales du Saint Sauveur (954 m d'altitude) et de Sainte Marie de la Neige (834 m d'altitude – Photos 2­b et 3), ainsi que le bijou architectural de Saint François aux foulons (un foulon est un bâtiment, souvent un moulin à eau, où l'on foulait les draps ou la laine tissée). L'église de Saint François aux foulons fut achevée en 1221, mais elle présente des modifications de la Renaissance et du Baroque. Toutes exaltent la foi à travers leurs formes architecturales, bâties avec la pierre calcaire des hauteurs dominant la petite ville de Montella. En s'éloignant de ce bourg par le plateau de Laceno qui culmine à 1048 m d'altitude (Photo 2­c), la grotte de Caliendo (Photo 2­d), les Monts Terminio (1786 m) et Calvello (1579 m – Photo 2­e), le chemin de Saint Guillaume laisse définitivement les terrains carbonatés et leurs morphologies karstiques et arrive dans le lieu où le Saint a choisi de s'installer en 1131. Ici commence la vallée de l'Ofanto (120 km de long, le tauriformis Aufidus du poète latin Quintus HORATIUS FLACCUS) avec son réseau dendritique (Fig. 6), élément fondamental de la dynamique du paysage local. Le cours d'eau coule sur une épaisseur considérable de dépôts flyschoïdes, argilo-marneux et sableux, recouverts par des alluvions sablo-graveleuses et des pélites lacustres du Pléistocène moyen-supérieur (paléo-lac de Lioni) qui ont livré en 1978 une défense d'Elephas. À proximité, la vallée, à la pente presque nulle (Photo 4), était alors marécageuse. Elle le restera jusqu'à la colonisation des terres par les moines au XVIème siècle. En ce lieu, Saint Guillaume entama une nouvelle expérience d'érémitisme, en se réfugiant dans le creux du tronc d'un arbre énorme, qui, malheureusement, n'existe plus aujourd'hui.

Photo 3 - Château et site monastique de Sainte Marie de la Neige, près de Montella.

Photo 3 - Château et site monastique de Sainte Marie de la Neige, près de Montella.

Figure 6 - Localisation du sanctuaire de Goleto sur la carte Avellino, Ariano, Ofanto de G. GUERRA et G.A. RIZZI ZANNONI (Naples, 1807).

Figure 6 - Localisation du sanctuaire de Goleto sur la carte Avellino, Ariano, Ofanto de G. GUERRA et G.A. RIZZI ZANNONI (Naples, 1807).

La carte est tirée du projet européen ECP-2005-CULT-038042 : "Discovering our Past World with Digitised Maps", source ouverte : http://www.digmap.eu/​.

Photo 4 - Une vue de la vallée du fleuve Ofanto au niveau du monastère du Goleto.

Photo 4 - Une vue de la vallée du fleuve Ofanto au niveau du monastère du Goleto.

25En 1133, le Saint aurait commencé la construction de l'abbaye du Saint Sauveur au Goleto (devenu monastère en 1515), l'un des plus beaux exemples de l'art médiéval de la Campanie, où il s'éteignit le 24 juin 1142. Le toponyme "Goleto" dérive probablement de l'étymologie latine goglia, qui signifie canne marécageuse. Le monastère, abandonné en 1807 sur l'ordre de Joseph BONAPARTE, a été ré-ouvert en 1973.

26La fête du Saint attire encore aujourd'hui des milliers de pèlerins dans le site sacré : ils prient dans l'enchantement des architectures de l'église primitive, de la tour Febronia (construite en 1152 sur le mausolée de Marcus Pacius MARCELLUS pour défendre le site), qui est décorée d'éléments lapidaires d'âge romain et de motifs apotropaïques (Photo 5­b), de la chapelle gothique de Saint Luc (1255 – Photo 5­a), où était conservée la relique du bras de l'évangéliste, et des ruines spectaculaires de l'église baroque (1735­1745 – Photo 5­c).

Photos 5 - Le sanctuaire de Goleto : a/ La chapelle Saint Luc ; b/ Quelques éléments figuratifs ; c/ Les ruines de l'église baroque.

Photos 5 - Le sanctuaire de Goleto : a/ La chapelle Saint Luc ; b/ Quelques éléments figuratifs ; c/ Les ruines de l'église baroque.

27Un court déplacement mène à la dernière étape de l'itinéraire, en suivant encore le fil de la beauté paysagère, de la particularité géo-environnementale et de la connotation sacrée.

28L'ouest irpinien s'éloigne lentement et, avec lui, les formes âpres et majestueuses de l'ossature calcaire où les anciennes installations humaines, édifiées avec des roches locales, semblent se confondre avec le substrat, comme si elles étaient presque la continuation de l'activité lente de la Nature.

29Douces et arrondies, d'autres formes, presque dépourvues de brusques ruptures de pente, se rapprochent, modelées dans des sédiments argilo-marno-sableux, généralement flyschoïdes, du Tertiaire et du Quaternaire. La lithologie, la séismo-tectonique, les conditions climatiques, et l'œuvre des hommes ont contribué à créer les paysages caractéristiques de l'Irpinie orientale (Photos 6).

Photos 6 - Petits villages irpiniens, champ cultivés et mauvaises terres dans le secteur oriental de l'Apennin argilo-marneux, sableux et conglomératique. Les images sont entendues "comme ressources identitaires concrètes (et) symboliques" et "comme mise en scène (de ce) territoire" (M. TABEAUD et B. LYSANIUK, 2009).

Photos 6 - Petits villages irpiniens, champ cultivés et mauvaises terres dans le secteur oriental de l'Apennin argilo-marneux, sableux et conglomératique. Les images sont entendues "comme ressources identitaires concrètes (et) symboliques" et "comme mise en scène (de ce) territoire" (M. TABEAUD et B. LYSANIUK, 2009).

30Comme la lithologie, le climat change aussi. Les précipitations sont beaucoup moins abondantes et les températures sont plus élevées que dans le secteur de Montevergine (S. LO CURZIO et al., sous presse). À Flumeri, les précipitations annuelles moyennes atteignent 671 mm seulement (période 1945­2009) et la température moyenne, 13,1 °C (période 1998­2009). Les étés sont particulièrement chauds et secs.

V - Sacra itinera et profana : le troisième site

31De petits villages perchés sur des sites rocheux, héritiers de l'"enchâtellement" médiéval, surveillent les pentes traîtresses dessinées dans les argiles et dans les sables, toujours en proie à des glissements de terrain dans une zone à forte activité sismique. À l'interface dynamique entre société et environnement, les versants en forme de glacis sont couverts de cultures de céréales, de vignobles et d'oliveraies (Photos 7­a et 7­b), avec une pluviosité annuelle de 600 mm. (S. LO CURZIO et al., sous presse).

Photo 7 - L'Irpinie orientale : a/ Un versant typique ; b/ Une oliveraie sur colline sableuse ; c/ Le donjon de Rocca San Felice.

Photo 7 - L'Irpinie orientale : a/ Un versant typique ; b/ Une oliveraie sur colline sableuse ; c/ Le donjon de Rocca San Felice.

32Affectés plusieurs fois par des séismes, les villages de l'Irpinie orientale ont parfois été déplacés vers des lieux moins défavorisés, tout en maintenant volontairement la liaison étroite et millénaire des communautés rurales avec leur territoire (F. RUSSO et M. SISTO, 2009). C'est ainsi que le petit centre de Rocca San Felice (900 habitants, 750 m d'altitude), jouit d'une agréable atmosphère médiévale (Photo 7­c) et fait l'objet d'un flux touristique prometteur, car il bénéficiede la présence d'un géosite symbolique pour l'histoire ancienne et moderne deshabitants de l'Irpinie. C'est la Mefite (Méphite) de la vallée d'Ansanto (Ampsanctus),dernière étape du singulier parcours, entre géotourisme et sacralité (Photos 8).

Photos 8 - Le lac de la vallée d'Ansanto : a/ Le lac aujourd'hui ; b/ Reconstitution virtuelle de l'ancien temple samnitique (source : Archigramma) ; c/ La mare bouillonnante ; d/ Autre vue du lac.

Photos 8 - Le lac de la vallée d'Ansanto : a/ Le lac aujourd'hui ; b/ Reconstitution virtuelle de l'ancien temple samnitique (source : Archigramma) ; c/ La mare bouillonnante ; d/ Autre vue du lac.

33L'Énéide de VIRGILE décrit merveilleusement le gouffre profond de l'Ampsanctus (Livre VII, 563­571) : "Est locus Italiae medio sub montibus altis,/nobilis et fama multis memoratus in oris,/Ampsancti valles; densis hunc rondibus atrum/urguet utrimque latus nemoris medioque fragosus/dat sonitum saxis et torto vertice torrens. Hic specus horrendum et saeui spiracula Ditis/ monstrantur, ruptoque ingens Acheronte uorago/ pestiferas aperit fauces, quis condita Erinys, inuisum numen, terras caelumque leuabat." (Il existe, au centre de l'Italie, au pied de hautes montagnes, un endroit illustre, au renom répandu dans maintes contrées, la vallée d'Ansanto. Elle est enserrée de part et d'autre par les bords d'un bois sombre aux frondaisons touffues et, au centre, les rochers retentissent du fracas d'un torrent bruyant au tourbillon sinueux. On montre là un antre horrible et les soupiraux du cruel Dis (équivalent italique de Pluton) ; dans une faille de l'Achéron, un gouffre énorme découvre des gorges pestilentielles, où va se cacher l'Érinye, l'odieuse divinité, qui soulageait ainsi la terre et le ciel de sa présence – Traduction par Anne-Marie BOXUS et Jacques POUCET, internet). SÉNÈQUE souligne la dangerosité de l'endroit (in ipso volatu cadunt, liventque corpora et non aliter quam per vim elisae fauces lumen) et de nombreux autres écrivains de l'Antiquité (CICÉRON, SERVIUS, LIVIUS, PLINE l'Ancien, HORACE, OVIDE, TACITE, FLORUS, JUVÉNAL, SUÉTONE, SILIUS ITALICUS, CLAUDIEN, FRONTIN, TERTULLIEN, Saint Augustin, VELLEIUS PATERCOLUS) rappellent le milieu "horrendum" qui entoure mystiquement une des entrées possibles à l'Hadès. SERVIUS ajoute une notation géographique intéressante: "Hunc locum umbilicum ItaliaeCosmographi dicunt" (les cosmographes définissent cette localité comme le nombril d'Italie), comme si la topographie du site rappelait la notion d'omphalos de l'anthropologie et de la géographie sacrée (M. ELIADE, 1976).

34La singulière fascination ésotérique du site – sombre, lunaire, bouillonnant, fétide (Photos. 8­a, 8­c, 8­d) – devait nécessairement manifester tout son mysticisme : zone de passage entre celui-ci et l'autre monde, siège du culte de Mephitis, la déesse italique des exhalaisons pestilentielles, de la fertilité des champs et des femmes, des eaux, et des guérisons, "elle qui se tient dans le milieu", entre terre et ciel, entre vie et mort, entre humain et pas­humain. Depuis le VIIème siècle après Jésus-Christ, le temple fut l'un des plus connus des peuples italiques, jusqu'à devenir le sanctuaire national des Hirpines et de toutes les souches samnitiques (N. GAMBINO, 1991 – Photo 8­b). En effet, comme l'affirmera aussi VIRGILE, ces populations voyaient dans les exhalaisons et les bouillonnements la preuve de la communication de cet endroit avec les Enfers.

35Les documents historiques du Moyen Âge ne mentionnent pas ce site inhospitalier et ténébreux, qui semble donc être alors tombé dans l'oubli

36La "redécouverte" du site revient aux cartographes italiens, français et allemands qui réalisèrent des cartes de l'ancienne Italie, comme, par exemple Philipp CLÜVER ou CLUVERIUS (Samni et Campaniae, item Hirpinorvm et Picentinorvm agri descriptiodans le célèbre Italia antiqua, 1624, deux volumes in-folio, posthume, Fig. 7­a) et Philippe BRIET ou BRETIUS (Parallela Geographica Italiae veteris et novae, publiée à Paris en 1649 près de Sébastien CRAMOISY), lequel cite même le Templum Mephitis (Fig. 7­b).

Figure 7 - Les cartes anciennes : en haut (a), celle de Philipp CLÜVER (1624) et en bas, (b), celle de Philippe BRIET (1649). [Images copyright © www.antiquarius-sb.com 2008, pour usage non commercial]

Figure 7 - Les cartes anciennes : en haut (a), celle de Philipp CLÜVER (1624) et en bas, (b), celle de Philippe BRIET (1649). [Images copyright © www.antiquarius-sb.com 2008, pour usage non commercial]

37Localement, c'est au prêtre historien et naturaliste irpinien Vincenzo Maria SANTOLI (1736­1804) qu'on doit la redécouverte, à la fin du XVIIIème siècle, de la géologie, de l'histoire et de l'archéologie du site (V.M. SANTOLI, 1783), représentées sur la Carta della Mefite (Fig. 8). Les trois livres de l'auteur enrichissaient une vaste bibliographie (plus de 200 titres !) relative au site de Mefite (N. GAMBINO, 1991). En effet, pendant l'Époque Moderne, l'endroit devint une étape obligée du Grand Tour, comme il l'avait déjà été pour les voyageurs du passé (CICÉRON, Saint Guillaume, Philipp CLÜVER, etc.).

Figure 8 - Carte de la Mefite par Vincenzo Maria SANTOLI (1783).

Figure 8 - Carte de la Mefite par Vincenzo Maria SANTOLI (1783).

38En juin 1717 le site enchantait le philosophe irlandais George BERKELEY. Plus tard, le nombre de visiteurs illustres augmentait avec l'écrivain anglais Henry SWINBURNE (en 1777) et son compatriote le Major CLARKE (en 1783), le français Pierre THOUVENEL (en 1797), auteur du Traité sur le climat d'Italie, l'ambassadeur britannique près du Roi de Naples, Sir William HAMILTON, le célèbre abbé naturaliste Alberto FORTIS (1741­1803), le plus grand géologue italien du temps, Gian Battista BROCCHI (1772­1826), qui observait dans ce site "la plus grande moufette vue en beaucoup de bulicami d'Italie" ("bulicami", du latin bulicare : eau qui jaillit du terrain en bouillonnant).

39Parallèlement, la cartographie reporte la localité d'Ansanto dans la Carta del Principato Ultra dessinée par Giovanni Antonio RIZZI ZANNONI (1736­1814) et gravée à Paris en 1769, avec toutefois une erreur de localisation de la vallée (Fig. 9­a). Le site apparaît de nouveau dans les productions cartographiques de Christophorus CELLARIUS (1638­1707), auteur d'une Graecia Magna sive pars ultima Italiaeimprimée à Leipzig en 1773, de Giovanni Maria CASSINI (1745­1824), entre la Carta generale dell'Italia, publiée à Rome en 1793 (Fig. 9­b) ; dans la Carte générale des royaumes de Naples, Sicile & Sardaigne du Général Louis Albert Guislain BACLER D'ALBE (1761­1824), publiée entre 1797 et 1802 (Fig. 9­c), dans la Nouvelle carte chorographique des États du Roy de Naples, publiée en 1801 à Berlin (Fig. 9­d).

Figure 9 - Les cartes levées par : a/ G.A. RIZZI ZANNONI (1769) ; b/ G.M. CASSINI (1793) ; c/ L. A.G. BACLER D'ALBE (1797) ; d/ J.B. de BOUGE (1801).

Figure 9 - Les cartes levées par : a/ G.A. RIZZI ZANNONI (1769) ; b/ G.M. CASSINI (1793) ; c/ L. A.G. BACLER D'ALBE (1797) ; d/ J.B. de BOUGE (1801).

La carte est tirée du projet européen ECP-2005-CULT-038042 : "Discovering our Past World with Digitised Maps", source ouverte : http://www.digmap.eu/​.

40Au delà de la dimension historique, dans le nouveau contexte social, l'homme a continué ses pratiques sur ce territoire comme un véritable "agent géomorphologique" (M. PANIZZA et S. PIACENTE, 2003) : une fois perdue la connotation sacrée, on installait une mine pour l'extraction du soufre dans la période napoléonienne. Les eaux continuaient leur fonction pour des soins thermaux improvisés : les bergers transhumants des Abruzzes, du Molise et des Pouilles emmenaient à la source les moutons malades de la variole pour les soigner avec des bains dans l'eau sulfureuse. En outre, au vingtième siècle, des fouilles archéologiques soigneuses ont permis la découverte de pièces précieuses de natures et d'âges divers (monnaies, vases, épigraphes, etc.) et, parmi elles, les très rares xoana anthropomorphes en bois (VI-Vèmes siècles avant J.C.), préservés de la dégradation grâce aux conditions géochimiques particulières du site.

41Plus précisément, cette condition est bien illustrée par les enquêtes des géologues et des écologues sur la source de Mefite : elle présente des variations temporelles de sa composition chimique, un pH très bas et de très hautes valeurs des ions SO42-, Cl- et SiO2, avec absence de HCO3-. Ces caractéristiques s'expliquent par la circulation hydrique dans des niveaux généralement argileux. La présence de craie dans les couches les plus superficielles explique celle de SO42- et la formation de calcite et d'incrustations dans la zone fangeuse du petit lac bouillonnant (F. ORTOLANI et al., 1981). La circulation des eaux remonte d'au moins 5000 m, à partir du substrat profond des matériaux carbonatés (Fig. 10) et s'enrichit de gaz à haute pression, en majorité constitués de CO2, CH4 et H2S. Elles proviennent des dépôts massifs d'évaporites (gypses, anhydrites) déposés lors de la crise de salinité du Miocène supérieur (Messinien) et à l'assèchement de la mer Méditerranée. Ces roches se sont effondrées pour des motifs tectoniques et furent recouvertes par des couches sédimentaires récentes. L'ouverture de conduits profonds a porté à l'émersion des gaz en surface grâce à leur forte pression intérieure.

Figure 10 - Coupe géologique schématique (d'après F. ORTOLANI et al., 1981, modifiée).

Figure 10 - Coupe géologique schématique (d'après F. ORTOLANI et al., 1981, modifiée).

1 : Terrains argilo-marneux flyschoïdes. 2 : Terrains carbonatés. 3 : Terrains calcaro-silico-marneux. 4 : Terrains calcaires dolomitiques. 5 : Terrains argilo-marneux et sableux flyschoïdes. 6 : Terrains calcaro-arénacés et marneux. 7 : Terrains arénacés et évaporites (Messinien). 8 : Terrains argilo-sableux (Pliocène inf.). 9 : Failles normales du Pliocène-Quaternaire. Les flèches indiquent le parcours souterrain des fluides dans le substrat (10) ou la remontée des gaz (11).

42Le petit lac formé par l'eau de source a été beaucoup plus vaste, comme semblent l'indiquer les chroniques des voyageurs du Grand Tour, car un glissement de terrain aurait probablement traversé la petite vallée. Maintenant il est réduit à un bassin de 50 m de diamètre et de 2 m de profondeur. Du point de vue biochimique, la Mefite est décrite comme un vrai laboratoire vivant, qui reproduit les conditions primordiales de la biosphère, où les espèces pionnières (actinomycètes, chlorophytes, azotobacters) participent aux phénomènes géochimiques de la vallée en alimentant différentes zoocénoses (acariens, tardigrades). Finalement, la présence de l'algue unicellulaire Cyanidium caldarium confère "à ce site un relief international", car un écosystème complexe comme celui de la vallée d'Ansanto et ses interactions biotiques et abiotiques exclusives sont très rares en zones non volcaniques (P. BATTAGLIN et E. TOTARO ALOJ, 1973).

VI - Conclusion

43L'intérêt croissant pour les formes du tourisme religieux et la nouvelle sensibilité pour les faits saillants de l'environnement et pour les géosites (pas moins de 50 certifiés en Irpinie) peuvent favoriser la promotion des zones montagneuses, préservées de la dévastation territoriale consécutive à la modernité, dans d'autres contextes (F. RUSSO et M. SISTO, sous presse).

44C'est dans ce sens que sont respectées les préceptes du Brundtland Report (1987), car il se réalise un développement durable, apte à satisfaire les besoins présents, sans porter préjudices aux générations futures, étant donné que "le paysage participe de manière importante à l'intérêt général, sur les plans culturel, écologique, environnemental et social, et qu'il constitue une ressource favorable à l'activité économique, dont une protection, une gestion et un aménagement appropriés peuvent contribuer à la création d'emplois", selon la Convention européenne du paysage (2000). Se fondront ainsi pleinement, la Recommandation 3 (Rec 2004) du Conseil de l'Europe sur la conservation et la valorisation du patrimoine géologique et l'Objectif du Millénaire pour le développement n. 7 de l'ONU ("Préserver l'environnement", d'ici à 2015). Ce dernier, en effet, affiche en cible 7.A: "Intégrer les principes du développement durable dans les politiques et les programmes nationaux et inverser la tendance actuelle à la déperdition de ressources environnementales". Cela s'insère dans le droit fil d'un profond renouvellement culturel en faveur de l'usage et de l'exploitation rationnelle d'un territoire d'une extraordinaire richesse, dont est dépositaire le paysage italien.

Remerciements : Nous sommes reconnaissants, pour le soutien et les conseils dont nous avons bénéficié, aux relecteurs de notre article, Pierre GUÉRÉMY, Adrian CIOACA, Ricardo GONZALES VILLAESCUSA et un collègue anonyme, ainsi qu'à Alain MARRE, qui a assuré la coordination de la révision, et à Claude MARTIN.

Haut de page

Bibliographie

APAT (2009) - Carta delle Unità Fisiografiche. Agenzia per la Protezione dell'Ambiente e per i servizi Tecnici. URL : http://serviziogeologico.apat.it/Portal/DiscoveryServlet.

AQUINO S. et GIULIVO I. (2007) - Un esempio di valorizzazione del patrimonio naturale del Parco Regionale dei Monti Picentini. La grotta di Caliendo. Acqua e Territorio, vol. 15, p. 50-55.

ASSUNTO R. (1973) - Il paesaggio e l'estetica. Édit. GIANNINI, Naples – réédition en 1994, Édit. Novocento, Palerme, 604 p.

BACLER D'ALBE L.A.G. (1797) - Carte générale des royaumes de Naples, Sicile et Sardaigne (1/260000). In : "Discovering our Past World with Digitised Maps", projet européen ECP-2005-CULT-038042, URL : http://www.digmap.eu/.

BARICCHI W. (1999) - Abitare la Terra: l'insediamento umano. In : Geositi. Testimoni del tempo : fondamenti per la conzervation del patrimonio geologico, G. POLI édit., Regione Emilia-Romagna, Édit. Pendragon, Bologne, p. 140-143.

BATTAGLINI P. et TOTARO ALOJ E. (1973) - Prime ricerche sulla pedofauna della 'Mefite' della 'Valle di Ansanto' (Avellino). Boll. Soc. dei Naturalisti, Naples, vol. 82, p. 211-215.

BOUGE J.B. de (1801) - Nouvelle carte chorographique des états du roy de Naples (1/700000). In : "Discovering our Past World with Digitised Maps", projet européen ECP-2005-CULT-038042, URL : http://www.digmap.eu/.

BOXUS A.M. et POUCET J. (internet) - Traduction commentée de VIRGILE – L'Énéide louvaniste. Une nouvelle traduction de VIRGILE. Édit. Bibliotheca Classica Selecta, URL : http://bcs.fltr.ucl.ac.be/virg/VirgIntro.html.

BRANCACCIO L. et CINQUE A. (1988) - L'evoluzione geomorfologica dell'Appennino Campano-lucano. Mem. Soc. Geol. It., vol. 41, p. 83-86.

CASSINI G.M. (1793) - Carta generale dell'Italia. (1/630000). In : "Discovering our Past World with Digitised Maps", projet européen ECP-2005-CULT-038042, URL : http://www.digmap.eu/.

D'ANGELO P. (2004) - Il Paesaggio e l'Estetica. In : Paesaggio. Teoria, storia, tutela. M. RICCI édit., Édit. PATRON, Bologne, p. 15-28.

D'ARGENIO B., PESCATORE T. et SCANDONE P. (1973) - Schema geologico dell'Appennino meridionale (Campania e Lucania). Acc. Naz. Lincei, vol. 183, p. 49-72.

ELIADE M. (1976) - Trattato di storia delle religioni. Édit. BORINGHIERI, Turin, 488 p.

EPT Avellino (2008) - Il turismo in cifre. Ente Provinciale per il Turismo di Avellino. URL : www.eptavellino.it/stat.php.

GAMBINO N., sous la direction de (1991) - La Mefite nella Valle d'Ansanto.Rilettura dopo duecento anni : 1783-1983. Édit. Graficamodeo, Avellino, 2 tomes, 835 p.

GUERRA G. et RIZZI ZANNONI G.A. (1807) - CartaAvellino, Ariano, Ofanto (1/114000). Naples.

LO CURZIO S., DI LISIO A., RUSSO F. et SISTO M. (sous presse) - Rappresentazione degli indici climatici in ambiente GIS per la caratterizzazione paesaggistica dell'Appennino Sannita (Campania). 13 Conferenza Nationale ASITA (Fiera del Levante - Bari, 2009).

MORETTI E., NESCI O., SAVELLI D., SAVINI C., TEODORI S. et TROIANI F. (2006) - Arte, natura e fede: una proposta di itinerario geoturistico in terra marchigiana. In : Recondita armonia. Il paesaggio tra progetto e governo del territorio, III Convegno Internazionale Beni Culturali (Urbino, 2006), édit. P. PERSI, Édit. Université d'Urbino, p. 463-467.

ORTOLANI F., DE GENNARO M., FERRERI M., GHIARA M. R., STANZIONE D. et ZENONE F. (1981), Prospettive geotermiche dell'Irpinia centrale (Appennino Meridionale) : studio geologico-strutturale e geochimica. Boll. Soc. Geol. It., vol. 100, p. 139-159.

PANIZZA M. et PIACENTE S. (2003) - Geomorfologia culturale. Édit. PITAGORA, Bologne, 350 p.

RIZZI ZANNONI G.A. (1769) - Carta del Principato Ultra (1/600000). In : "Discovering our Past World with Digitised Maps", projet européen ECP-2005-CULT-038042. URL : http://www.digmap.eu/ .

RUSSO F. et SISTO M. (2009) - L'erosione nel territorio dell'Alta Irpinia come esempio di contesa tra ruralità del passato e abbandono presente. In : Territori contesi, campi del sapere, identità locali, istituzioni, progettualità paesaggistica, IV Convegno Internazionale sui Beni Culturali Territoriali, (Pollenza, 2008), édit. P. PERSI, Édit. Université d'Urbino, p. 271-276.

RUSSO F. et SISTO M. (sous presse) - Valorisation culturelle et économique à travers le Géotourisme d'un territoire marginal : l'Irpinie. Colloque International "Géomorphosites 2009 : imagerie, inventaire, mise en valeur et vulgarisation du patrimoine géomorphologique" (Paris, 2009).

SANTOLI V.M. (1793) - De mephiti et vallibus Anxanti libri tres cum observationibus super nonnulis urbibus Hirpinorum quorum lapides ed antiquitatum reliquiae illustrantur. Naples.

SESTINI A. (1963) - Il paesaggio, Conosci l'Italia, vol. VII. Édit. Touring Club Italiano, Milan, 232 p.

TABEAUD M. et LYSANIUK B. (2009) - L'Europe en images … à la manière des offices de tourisme, Physio-Géo. Géographie Physique et Environnement, 2009, vol. III, p. 97-112. URL : http://physio-geo.revues.org.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation et modèle numérique du terrain (MNT).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 2 - Lieux cités dans l'article et itinéraire proposé.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 3 - Carte des unités physiographiques (APAT, 2009).
Légende 1 : Dorsales carbonatées du relief occidental. 2 : Collines et basses montagnes de sédiments terrigènes du relief oriental.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 4 - Carte des zones protégées dans l'Irpinie méridional : les SIC, le Parc Régional du Mont Partenio (1) et le Parc Régional des Monts Picentini (2).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau I - Arrivées et jours de présence dans les hôtels irpiniens.
Légende Source : EPT Avellino, 2008 (EPT : Ente Provinciale per il Turismo – Office provincial de Tourisme).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photos 1 - Le Mont Partenario : a/ Le sommet et le sanctuaire de Montevergine ; b/ Vers l'O-SO, la plaine campanienne avec, à gauche, le Vésuve ; c et d/ La plaine karstique de Campomaggiore, à proximité du sanctuaire. [sauf indication contraire, les photographies présentées dans l'article, sont l'œuvre des auteurs]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 5 - Coupe à travers les Monts Picentini : relief et représentation schématique des circulations d'eau (d'après S. AQUINO et I. GIULIVO, 2007).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photos 2 - Les Monts Picenti et la plaine de Montella : a/ Le ponor de la Bouche du Dragon, en hiver, et ses aménagements hydrauliques ; b/ L'église médiévale et le monastère de Sainte Marie de la Neige près de de Montella ; c/ Le poljé de Laceno et son lac temporaire, en hiver ; d/ La grotte de Caliendo ; e/ Le Mont Calvello vu depuis la vallée de l'Ofanto
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photo 3 - Château et site monastique de Sainte Marie de la Neige, près de Montella.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 6 - Localisation du sanctuaire de Goleto sur la carte Avellino, Ariano, Ofanto de G. GUERRA et G.A. RIZZI ZANNONI (Naples, 1807).
Légende La carte est tirée du projet européen ECP-2005-CULT-038042 : "Discovering our Past World with Digitised Maps", source ouverte : http://www.digmap.eu/​.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 4 - Une vue de la vallée du fleuve Ofanto au niveau du monastère du Goleto.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photos 5 - Le sanctuaire de Goleto : a/ La chapelle Saint Luc ; b/ Quelques éléments figuratifs ; c/ Les ruines de l'église baroque.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Photos 6 - Petits villages irpiniens, champ cultivés et mauvaises terres dans le secteur oriental de l'Apennin argilo-marneux, sableux et conglomératique. Les images sont entendues "comme ressources identitaires concrètes (et) symboliques" et "comme mise en scène (de ce) territoire" (M. TABEAUD et B. LYSANIUK, 2009).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Photo 7 - L'Irpinie orientale : a/ Un versant typique ; b/ Une oliveraie sur colline sableuse ; c/ Le donjon de Rocca San Felice.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photos 8 - Le lac de la vallée d'Ansanto : a/ Le lac aujourd'hui ; b/ Reconstitution virtuelle de l'ancien temple samnitique (source : Archigramma) ; c/ La mare bouillonnante ; d/ Autre vue du lac.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 7 - Les cartes anciennes : en haut (a), celle de Philipp CLÜVER (1624) et en bas, (b), celle de Philippe BRIET (1649). [Images copyright © www.antiquarius-sb.com 2008, pour usage non commercial]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 8 - Carte de la Mefite par Vincenzo Maria SANTOLI (1783).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 9 - Les cartes levées par : a/ G.A. RIZZI ZANNONI (1769) ; b/ G.M. CASSINI (1793) ; c/ L. A.G. BACLER D'ALBE (1797) ; d/ J.B. de BOUGE (1801).
Légende La carte est tirée du projet européen ECP-2005-CULT-038042 : "Discovering our Past World with Digitised Maps", source ouverte : http://www.digmap.eu/​.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 10 - Coupe géologique schématique (d'après F. ORTOLANI et al., 1981, modifiée).
Légende 1 : Terrains argilo-marneux flyschoïdes. 2 : Terrains carbonatés. 3 : Terrains calcaro-silico-marneux. 4 : Terrains calcaires dolomitiques. 5 : Terrains argilo-marneux et sableux flyschoïdes. 6 : Terrains calcaro-arénacés et marneux. 7 : Terrains arénacés et évaporites (Messinien). 8 : Terrains argilo-sableux (Pliocène inf.). 9 : Failles normales du Pliocène-Quaternaire. Les flèches indiquent le parcours souterrain des fluides dans le substrat (10) ou la remontée des gaz (11).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1188/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Di Lisio, Filippo Russo et Michele Sisto, « Un itinéraire entre géotourisme et sacralité en Irpinie (Campanie, Italie) », Physio-Géo, Volume 4 | -1, 129-149.

Référence électronique

Antonio Di Lisio, Filippo Russo et Michele Sisto, « Un itinéraire entre géotourisme et sacralité en Irpinie (Campanie, Italie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 4 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1188 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1188

Haut de page

Auteurs

Antonio Di Lisio

Università del Sannio, Dipartimento di Studi Geologici e Ambientali, Via dei Mulini, 59/A, 82100 BENEVENTO, ITALIE.

Filippo Russo

Università del Sannio, Dipartimento di Studi Geologici e Ambientali, Via dei Mulini, 59/A, 82100 BENEVENTO, ITALIE.

Articles du même auteur

Michele Sisto

Università del Sannio, Dipartimento di Studi Geologici e Ambientali, Via dei Mulini, 59/A, 82100 BENEVENTO, ITALIE.
Courriel : micsisto@unisannio.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org