Navigation – Plan du site
Articles

Contribution de la télédétection et des systèmes d'information géographique à la prise en compte du risque de prolifération des Aedes dans les zones humides de Bizerte (Nord de la Tunisie)

Noura Brahmi, Abdessattar Hatira et Mohamed-Chedly Rabia
p. 151-168

Résumés

Cette recherche a pour objectif d'aider les services d'hygiène en matière de cartographie numérique des biotopes potentiels à gîtes larvaires d'Aedes tout autour des zones humides de la région de Bizerte (Nord de la Tunisie). Ces zones humides subissent souvent des invasions inopinées de ces moustiques qui peuvent transmettre à l'homme des affections virales, microbiennes ou parasitaires (malaria, fièvre jaune, dengue…). Ces invasions posent des problèmes importants de nuisance qu'il importe d'analyser précisément si l'on veut se donner des chances de les enrayer. Pour lutter efficacement contre ces Aedes, il est nécessaire d'avoir une bonne connaissance de leur milieu et de leur écologie. C'est pourquoi, dans un premier temps, nous avons créé une base de données intégrée dans un système d'information géographique (SIG) afin de définir, de localiser et d'analyser, par la superposition de plusieurs couches d'informations relatives au milieu naturel, les biotopes potentiels de prolifération des gîtes larvaires d'Aedes sur la carte d'aléa. Celle-ci constitue une source d'information nécessaire pour préciser le lien existant entre l'environnement et la nuisance, l'élément jugé vulnérable étant la population humaine. La carte du risque de nuisance est alors obtenue par croisement des cartes d'aléa et de vulnérabilité. La classe où le risque est fort concerne Menzel Bourguiba, Menzel Jmil, Menzel Abderrahmen, Tinja and Ghar el Melh. La classe correspondant à un risque moyen englobe toutes les villes et villages aux alentours du lac Ichkeul. La classe ne présentant pratiquement pas de risque couvre le bassin de l'oued Sejnene et la Garaât el Mabtouha.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les Aedes, qui prolifèrent dans les zones humides, représentent l'une des principales nuisances pour l'homme, surtout dans les milieux à climat semi-aride, notamment en Tunisie. Les sols inondables des zones humides constituent d'importants biotopes larvaires pour ce genre. Les Aedes jouent un rôle important dans l'émergence et la propagation de maladies humaines et animales telles que la dengue, la filariose, la fièvre jaune… La Tunisie a du reste connu une importante épidémie de dengue en 1927.

2Ainsi s'impose la nécessité d'une prévention et d'une bonne gestion, afin d'éviter une situation insalubre. Le biotope favorisant la prolifération de ces moustiques associe l'eau, les sols hydromorphes et salés, et la végétation qui leur est associée. Afin de faciliter la lutte contre ce phénomène, l'élaboration d'une carte synthétique de la localisation potentielle des biotopes larvaires s'avère indispensable.

3L'approche nécessite de prendre en compte des informations relevant de différentes disciplines (F. RAKTOMANANA et al., 2001). À travers la constitution d'un SIG, la démarche se propose de caractériser les composantes de l'écosystème, de déterminer les zones à risque de prolifération et de les classer en fonction de la menace pour la population. L'objectif final est une cartographie des zones vulnérables nécessitant des pulvérisations d'insecticide fréquentes.

II - Présentation de la région d'étude

4La région étudiée (Fig. 1) couvre le gouvernorat de Bizerte dans la partie Nord de la Tunisie et se situe entre 37° 34' 7" et 37° 21' 14" de latitude nord et 9° 6' 58" et10° 21' 15" de longitude est.

5Le terrain d'étude est constitué par la retombée orientale des Monts de Kroumirie (Tell septentrional) et les plaines qui lui succèdent à l'est. Le terrain d'étude associe donc des reliefs assez élevés, pouvant dépasser 650 m d'altitude, où les pentes sont fortes, et des plaines ouvertes sur la mer qui ne dépassent pas 100 m d'altitude (voir Fig. 2). La présence d'une zone côtière très arrosée, au nord-est et à l'est, influence les caractéristiques bioclimatiques de la région.

6Le climat de la région de Bizerte est de type méditerranéen. La pluviométrie annuelle moyenne varie de 450 à 650 mm. La saison sèche coïncide avec la saison chaude. Les mois de juillet et août sont secs et chauds, alors que décembre, janvier et février sont frais et humides.

7Les cours d'eau issus des massifs s'écoulent vers l'est-nord-est où ils atteignent souvent des zones marécageuses. Il en est ainsi de la "garâa" de la plaine de Mateur qui communique vers le nord avec le lac Ichkeul (noté lac de Ichkeul sur les figures) et le lac de Bizerte. La plaine de Mateur et le lac Ichkeul  sont séparés, au sud-ouest du lac, par le Djebel Ichkeul (510 m d'altitude).

8Le lac Ichkeul reçoit les oueds Joumine, Sejnene, Ghezala et El Meleh. Son bassin versant a été équipé de trois barrages construits entre 1983 et 1994 ; trois autres sont prévus dans les années à venir, ce qui portera à 46 % la part du bassin ainsi contrôlée.

9Le lac Ichkeul est en relation avec celui de Bizerte par le canal Tinja qui a été doté d'une écluse dans les années 1980. En hiver, le lac Ichkeul déverse ses eaux dans le lac de Bizerte ; la situation est inverse en été.

10Les lagunes et les sebkhas de la basse vallée de la Medjerda sont liées à l'avancée récente de la côte.

Figure 1 - Localisation de la région d'étude (Source de l'image satellitaire : GOOGLE Earth – Data SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, EBCO, Images 2010 Cnes/Spot Image, 2010 Tele Atlas, Google – en libre utilisation à des fins non commerciales).

Figure 1 - Localisation de la région d'étude (Source de l'image satellitaire : GOOGLE Earth – Data SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, EBCO, Images  2010 Cnes/Spot Image,  2010 Tele Atlas,  Google – en libre utilisation à des fins non commerciales).

11Parmi les centaines d'espèces d'Aedes signalées dans le monde, quelques-unes seulement sont présentes en Tunisie (A. BOUATTOUR et al., 2003). Aedes caspius et Aedes detritus sont les deux espèces halophiles les plus fréquentes et abondantes dans le pays.

12Aedes caspius se trouve à basse altitude dans tous les pays d'Afrique méditerranéenne. Sa ponte se fait préférentiellement au pied des plantes halophiles. Les gîtes larvaires ont des tailles très variées. Cette espèce passe l'hiver à l'état d'œufs (J. BRUNHES et al., 1999).

13Aedes detritus, quant à lui, est un moustique paléarctique qui a été remplacé par Aedes coluzzi dans son domaine d'origine. Les œufs, résistants à la dessiccation et au gel, sont déposés au pied de la végétation halophile. Ils éclosent lors de la mise en eau, quelle que soit la période de l'année (J. BRUNHES et al., 1999). Les gîtes larvaires sont de grande taille : mares, marais, canaux, fossés. Ils doivent impérativement être salés. Les larves sont présentes dans les gîtes pendant toute l'année. Les femelles se déplacent sur plus de 15 km pour rechercher leurs victimes. Elles constituent ainsi une nuisance importante dans des zones se trouvant à une grande distance des zones d'émergence (J. BRUNHES et al., 1999).

III - Outils et approche méthodologique

14Les phénomènes sanitaires et épidémiologiques peuvent bien sûr faire l'objet d'une étude intégrant différentes données dans un SIG (E.P. AGUSTIN, 2002 ; M. KOBAYASHI et al., 2002). Cette structuration de la base de données passe par les étapes suivantes :

1 ) Collecte des documents cartographiques et des images aérospatiales multi-sources et multi-dates

15Ce travail prend en considération les paramètres environnementaux en relation avec le risque sanitaire, à travers une approche intégrée et multi-scalaire. La caractérisation de l'environnement par télédétection spatiale et l'intégration d'informations spatialisées dans un SIG conduisent à la mise en place d'une base de données géo-spatiale.

2 ) Géocodage et vectorisation des documents

16Toutes les données numériques (images satellitaires) et analogiques scannées (cartes et photographies aériennes) sont géoréférencées selon le système de projection Lambert Nord Tunisie Datum Carthage. La couverture topographique au 1/25000 géocodée et mosaïquée a servi aussi bien au calage des images satellitaires que pour produire, par numérisation à l'écran, plusieurs couches d'informations vectorielles sous ArcView, comportant des éléments planimétriques de repérage. Ces couches d'informations ont été superposées sur les images raster afin de vérifier la pertinence et la précision du géoréférencement. La qualité du géocodage a été évaluée par comparaison avec les coordonnées de points de calage prises sur le terrain à l'aide d'un GPS Garmin. Les traitements numériques ont été effectués sous ENVI et IDRISI et les opérations de vectorisation sous ArcView.

17La deuxième étape, indispensable pour la structuration d'une base de données géographique pour l'analyse du risque de prolifération des Aedes dans la région de Bizerte, comporte les opérations suivantes :

  • Géoréférencement et numérisation des cartes topographiques au1/25000 couvrant tout le secteur d'étude, dans un système de projection Lambert Nord Tunisie Datum Carthage. Ce travail a permis l'élaboration d'un modèle numérique de terrain (Fig. 2).

  • Géoréférencement et numérisation de la carte des sols au 1/200000, levée par J. BARBERY et M. DELHUMEAU (1979).

  • Géoréférencement et numérisation des cartes phyto-écologiques (M. GOUNOT et A. SCHOENENBERGER, 1967), à partir desquelles nous avons obtenu la carte des unités de végétation. Ces cartes étant très anciennes et mal conservées, les traitements numériques n'ont pas permis d'obtenir un document fiable. Nous avons donc complété cette approche par le traitement d'images satellitaires (voir infra), ce qui nous a en outre permis d'atteindre une échelle plus fine.

  • Étude de deux missions de photographies aériennes (1974 et 1996) pour délimiter les zones humides ciblées et pour la mise à jour de la carte de la végétation.

  • Traitement et interprétation de cinq images multi-capteurs et multi-dates à moyenne et à haute résolution spatiale, dont trois seront utilisées ici : LANSAT 5 (résolution 30 m – 25 juin 1987), LANDSAT 5 (résolution 30 m – 5 août 1987), LANDSAT 7 (résolution 30 m – 5 mars 2000).

Figure 2 - Modèle numérique de terrain.

Figure 2 - Modèle numérique de terrain.

3 ) Structuration d'une base de données géo-spatiale

18Pour mettre en place une base de données géographique de la répartition spatiale des deux espèces d'Aedes dans le voisinage des zones humides de Bizerte, plusieurs logiciels ont été utilisés (ArcView, ENVI, IDRISI). Chaque logiciel a ses possibilités et ses fonctions ; utilisés ensemble, ils créent une réelle plateforme pour le traitement des images et la réalisation des cartes (finalisées à l'aide d'Adobe Illustrator).

19C'est en croisant les couches vectorielles et maillées tirées des photographies aériennes et des images satellitaires que nous avons interpolé et reproduit les informations utiles à la localisation des gîtes larvaires potentiels à Aedes dans le gouvernorat de Bizerte.

4 ) Traitement des images satellitaires

20L'utilisation des images satellitaires constitue une aide précieuse, en raison de la masse d'informations qu'elles apportent. Dans le travail d'interprétation, les dates de prise de vue aident à définir la nature de la végétation et l'état hydrique des sols, mais elles permettent aussi de préciser l'évolution du contour des zones humides en fonction de la saison.

21L'utilisation des images satellitaires permet une description générale (délimitation et cartographie globale). Cependant le recours à des outils à échelle plus fine, tels que les photographies aériennes et les images SPOT, autorise une vision plus détaillée, grâce à de meilleures résolutions spatiale et spectrale.

a. Amélioration du contraste global

22Toutes les scènes satellitaires ont subi une série de traitements allant du géocodage à la classification. Le premier traitement radiométrique effectué est l'amélioration du contraste global de l'image. Son but est d'augmenter la dynamique de l'image par une meilleure répartition des teintes de gris dans l'intervalle de radiométrie de l'image.

23Le principe d'amélioration du contraste est de redistribuer les valeurs de pixels présentes dans l'image. Avec ENVI, les valeurs de pixels d'une image varient généralement de 0 à 255. L'opération de "enhance" permet de redistribuer linéairement ces valeurs entre un minimum de 0 et un maximum de 255, même si les valeurs de l'image initiale sont supérieures à 255. Le contraste d'une image peut également être amélioré en jouant sur l'histogramme de l'image. L'amélioration du contraste, bien qu'intéressante, est souvent insuffisante pour obtenir de bonnes images. L'extraction des thèmes de l'image est essentiellement obtenue par une opération de filtrage (N. BRAHMI, 2006).

b. Transformation en couleurs pseudo-naturelles

24La création d'une composition colorée facilite l'interprétation visuelle et permet une esthétique accrue de l'image. La composition colorée dite standard des images SPOT est obtenue par la combinaison des trois bandes du mode XS-multispectral (vert, rouge et proche infrarouge). En revanche, dans le cas des images LANDSAT, nous n'avons pas utilisé la formule habituelle, mais l'association des canaux 3 (bande spectrale : 0,45-0,52 µm), 4 (0,76-0,90 µm) et 5 (1,55-1,75 µm).

25La figure 3 correspond à une image en couleurs pseudo-naturelles de l'image ETM+ de LANDSAT prise le 5 mars 2000 à partir des canaux 3, 4 et 5 et qui a subi une opération de rehaussement linéaire dans le but de séparer clairement trois catégories d'occupation de sol : les terres de cultures céréalières et irriguées de Sejnene, de Mateur et de la plaine d'El Alia, les terres forestières à végétation spontanée, comme la grande forêt de Mogod et la forêt d'Errimel représentées par la couleur vert foncé, et enfin les sols nus inondables.

Figure 3 - Distinction de la végétation forestière, des cultures et des terrains inondables à partir d'une image ETM+ de LANDSAT (5 mars 2000).

Figure 3 - Distinction de la végétation forestière, des cultures et des terrains inondables à partir d'une image ETM+ de LANDSAT (5 mars 2000).

26Parmi les différentes images disponibles sur la zone, celle du 25 juin 1987 a été retenue pour cartographier la végétation (Fig. 4). En juin, en début d'été, les différences sont particulièrement nettes entre les zones où la reprise de l'activité chlorophyllienne est précoce, notamment les terres cultivées, et les prairies halophiles des zones humides où elle est tardive.

Figure 4 - Identification de la végétation associée aux milieux humides à partir de l'image TM-LANDSAT mosaïquée du 25 juin 1987 (avec quelques compléments fournis par celle du 5 août 1987).

Figure 4 - Identification de la végétation associée aux milieux humides à partir de l'image TM-LANDSAT mosaïquée du 25 juin 1987 (avec quelques compléments fournis par celle du 5 août 1987).

c. Calcul des rapports spectraux

27Pour le calcul du NDVI (Normalized Differential Vegetation Index), nous avons utilisé deux scènes : l'image HRVIR-XS de SPOT prise le 9 décembre 1999 et l'image TM­LANDSAT du 25 juin 1987. Cet indice classique est défini couramment par la formule suivante : NDVI = R-PIR/R+PIR (R = rouge ; PIR = proche infrarouge). Il n'est efficacement utilisable que pendant les périodes végétatives, lorsque l'activité chlorophyllienne est importante. En outre, la couleur verte sur le continent exprime l'activité chlorophyllienne. Et comme cette activité est forte pendant la période végétative (généralement en hiver et au printemps), la couleur verte est plus dense dans l'image XS de SPOT du 9 décembre 1999. L'activité photosynthétique est perceptible tout d'abord au niveau de la forêt d'Errimel, vers le nord, sur les versants des djebels Eddmina et Nadhour, sur les rives de l'oued Medjerda (ou Majerda) et sur les bordures des zones humides où l'activité chlorophyllienne est continue. Dans les autres endroits, cette couleur est due aux cultures irriguées et sèches.

28Dans ce même cadre, nous avons déterminé le NDVI sur l'image TM-LANDSAT du 25 juin 1987, sur laquelle nous avons pu identifier les zones où se développe la végétation halophile. En effet, le mois de juin correspond en général à la rupture de l'activité chlorophyllienne pour les cultures et à la déshydratation des sols. Pour la végétation des zones humides, en revanche, la photosynthèse est tardive en raison de l'humidité du sol. Ces considérations amènent donc à délimiter ce type de végétation à partir du NDVI.

IV - Résultats

29L'interaction entre les divers aspects géomorphologiques et les conditions climatiques a contribué largement à la création de plusieurs écosystèmes humides favorables au développement des gîtes larvaires à Aedes. C'est dans cette logique que nous avons établi des relations entre les différents facteurs environnementaux d'ordre biogéographique, pour déterminer la distribution spatiale des conditions favorables à ces moustiques.

30Le développement des gîtes larvaires à Aedes est le résultat de la combinaison des effets de facteurs topographiques, hydrologiques, pédologiques et écologiques (I. JEANNE, 1999).

1 ) Les zones humides

31Les documents cartographiques disponibles permettent d'identifier différents types de zones humides (Fig. 5) :

a. Les espaces lagunaires et les sebkhas

32Ces zones, en communication directe avec la mer, sont au moins partiellement submergées pendant toute l'année (lac de Bizerte, sebkhat Sidi Ali el Mekki, lac Ichkeul…). Le niveau de submersion varie selon les saisons, en fonction de la pluviométrie et de la proximité de la mer (A. BANI, 2005). Ces milieux très salés sont particulièrement favorables aux végétaux halophiles et donc à la prolifération des Aedes.

b. Les zones marécageuses et les marais

33Les marécages du lac Ichkeul, de la sebkhat el Bounta, de la "garâa" el Kelb… subissent une submersion assez prolongée, du mois de septembre au mois d'avril ou de mai. Ces étendues correspondent à des dépressions alimentées par des cours d'eau plus ou moins permanents, comme les oueds Joumine, Maleh et Sejnene pour les marécages du lac Ichkeul.

c. Les zones à submersion temporaire

34Dans ce cas, la submersion est provoquée par les grandes tempêtes. Ces zones sont constituées par les marais de l'oued Joumine, la vaste plaine de Mateur, le domaine d'Utique (dans la vallée de la Medjerda), les marais de l'oued Sejnene, le secteur de Garâat el Mabtouha, ainsi que l'ancienne embouchure de la Medjerda qui correspond à un golfe marin comblé par les apports alluviaux. Ces espaces correspondent souvent aux dépressions et aux plaines où les eaux s'évacuent difficilement du fait de la faiblesse des pentes(R. MANSOURI, 1979).

d. Les bassins de collecte des eaux, les canaux et les réseaux de drainage

35La mauvaise qualité des eaux collectées, contaminées par les usages domestiques, agricoles ou industriels, représente en elle-même un risque en matière de santé publique (N. ALOUI, 2004). Mais ces aménagements offrent en outre des micro-gîtes favorables à la prolifération des vecteurs pathogènes (Photo 1).

Figure 5 -  Les zones humides favorables au développement des gîtes larvaires à Aedes.

Figure 5 -  Les zones humides favorables au développement des gîtes larvaires à Aedes.

Photo 1 - Un bassin de collecte des eaux de drainage propice au développement de micro-gîtes en raison de la présence d'une végétation halophile (en bas à droite : orge sauvage). [Cliché : N. BRAHMI]

Photo 1 - Un bassin de collecte des eaux de drainage propice au développement de micro-gîtes en raison de la présence d'une végétation halophile (en bas à droite : orge sauvage). [Cliché : N. BRAHMI]

2 ) Caractérisation des sols limitrophes des zones humides

36Sur le terrain d'étude, différents sols sont potentiellement propices au développement de gîtes larvaires à Aedes (Fig. 6) :

a. Sols halomorphes (salins ou non lessivés)

37Ces sols sont représentés au niveau de la sebkha de Sidi Ali el Mekki, dans les voisinages de la lagune de Ghar el Melh, sur les bordures immédiates de l'ancienne embouchure de la Medjerda, au niveau de la rive est du lac de Bizerte et des bordures sud-ouest et sud-est de Garât Ichkeul. Il s'agit de sols argileux très profonds (100 à 150 cm) soumis aux oscillations d'une nappe phréatique salée (A. MORET, 1962).

Figure 6 - Carte des sols favorables à la prolifération des Aedes.

Figure 6 - Carte des sols favorables à la prolifération des Aedes.

b. Sols hydromorphes

38Ces sols (Photo 2) nécessitent des phases d'engorgement prolongées. Ils sont fréquents à proximité immédiate du lac de Bizerte, aux alentours ouest et nord-ouest de Garâat Ichkeul, dans quelques secteurs près de Garâat el Mabtouha et dans la vallée de l'oued Sejnene (A. FOURNET, 1963). Ces zones sont inondées pendant 4 à 5 mois chaque année, ce qui favorise une végétation spécifique abondante, notamment à Scirpus maritimum. Une salinité élevée fait des sols hydromorphes un biotope particulièrement favorable au développement des gîtes larvaires à Aedes.

Photo 2 - Les sols hydromorphes : riches en argile et salés, ils donnent naissance à des fentes de retrait en se desséchant et ils constituent le substrat d'une végétation halophile.

Photo 2 - Les sols hydromorphes : riches en argile et salés, ils donnent naissance à des fentes de retrait en se desséchant et ils constituent le substrat d'une végétation halophile.

c. Sols peu évolués

39Ils s'étendent sur les cônes de déjection des marges est et sud du lac de Bizerte, ainsi que dans la plaine d'inondation où l'oued el Maleh déverse chaque hiver ses eaux chargées de sédiments et de sels dissous (J. LE FLOC'H, 1959). La présence d'une nappe phréatique peu profonde et la texture fine des horizons de surface empêchent la lixiviation des sels (A. MORET, 1962).

3 ) La végétation halophile : niche écologique des gîtes larvaires potentiels d'Aedes

40La végétation est un élément déterminant dans le fonctionnement de tout écosystème et un des facteurs commandant la multiplication des Aedes dans les zones humides. Elle représente l'expression la mieux équilibrée et la plus stable des divers facteurs écologiques. Elle est, selon l'expression de FLAHAUT, "le miroir du milieu" (P. AUGER et al., 1992).

41Nous proposons d'adopter la couverture végétale comme indicateur écologique des gîtes larvaires à Aedes. Dans les marais lagunaires du littoral méditerranéen, les recherches montrent une forte corrélation entre la végétation et les gîtes de ponte (N. HANDAQ, 1995), la végétation constituant le substrat direct des larves. Aussi les marais à Juncus maritimum ou Salicornia fruticosa abritent-ils un nombre considérables d'œufs.

42Les zones humides de la région de Bizerte, où affleurent les sols les moins évolués et les moins fertiles (M. GOUNOT et A. SCHOENENBERGER, 1967), et les terrains salés des pourtours des lacs et des marécages sont occupées par la végétation naturelle (Fig. 7).

Figure 7 - Carte des unités végétales associées aux sols salés des zones humides.

Figure 7 - Carte des unités végétales associées aux sols salés des zones humides.

PG : groupement à Scandix pecten-veneris, Hypericum crispum, Galactites tomentosa (végétation cultivée). IL : groupement à Olea europea, Pistacia Lentiscus (végétation forestière).

43La presque totalité des groupements écologiques appartiennent à des unités azonales de végétation. En effet, ils dépendent beaucoup plus des conditions édaphiques extrêmes que du climat(M.A. NABLI, 1995).

a. Les groupements de végétation halophile

44Les groupements halophiles rassemblent deux unités cartographiques :

  • L'unité à Hordeum marinum (orge sauvage). Elle est bien représentée dans l'ancienne embouchure de l'oued Medjerda, la plaine de Mateur, au sud de Garaât Ichkeul et au niveau de Garaât el Mabtouha. Le groupe écologique d'Hordeum marinum indique un sol alcalin plus ou moins salé (M.A NABLI, 1995) et une mauvaise structure de l'horizon de surface.

  • L'unité dominée par Salicornia arabica, Halocnemum strobilaceum et Arthrocnemum indicum. Ces espèces indiquent un sol fortement salé, impropre à la culture (F. MAALEJ, 1979) (Photo 3). Leurs groupements ont été identifiés dans la région de Garaat el Mabtouha, à l'est du lac de Bizerte et au nord-est de Mateur. Selon les observations faites lors des prospections de terrain, cette unité est la plus favorable à la ponte des Aedes.

Photo 3 - Canal déversant ses eaux dans la lagune de Ghar el Melh. La végétation est constituée ici de salicornes. [cliché : N. BRAHMI]

Photo 3 - Canal déversant ses eaux dans la lagune de Ghar el Melh. La végétation est constituée ici de salicornes. [cliché : N. BRAHMI]

b. Les groupements fortement hygrophiles

45Tous les groupements à base d'espèces hygrophiles indiquent une forte hydromorphie superficielle du sol et une submersion plus au moins prolongée. Les plantes caractéristiques sont Juncus subulatus, Juncus maritimus, Scirpus maritimus, Scirpus lacustris… Elles sont fréquentes dans la région de Garâat Ichkeul, où une submersion de plus de six mois par an favorise en outre Typha angustifolia, Scirpus maritimus et Scirpus lacustris.

46Le groupement à Picris echioides, Ridolfia segetum, Galactites tomentosa occupe les confins ouest du lac de Bizerte, une partie de la plaine de Mateur et la basse vallée de la Medjerda (M. GOUNOT et A. SCHOENENBERGER, 1967).

47Le groupement à Scandix pecten-veneris, Hypericum crispum, Galactites tomentosa et celui à Olea europea, Pistacia lentiscus caractérisent les berges de l'oued Tinja.

4 ) Corrélation spatio-temporelle des paramètres environnementaux pour l'élaboration d'une carte des zones potentielles à risques de prolifération des Aedes et apport de la vérité terrain

48Le croisement des différentes couches d'informations représentant les facteurs environnementaux responsables de la présence des gîtes larvaires à Aedes nous a permis d'établir la carte thématique des zones à gîtes larvaires potentiels. Par la suite, nous avons essayé de vérifier la présence de ces gîtes potentiels sur le terrain, afin d'évaluer les capacités de la géomatique comme outil d'analyse spatiale.

a. Cartographie de l'aléa

49L'aléa est un concept désignant la probabilité d'occurrence d'un phénomène source de danger (A. DAUPHINÉ, 2001). Dans notre cas, l'aléa à cartographier correspond aux sites où les gîtes d'Aedes sont particulièrement nombreux et actifs. Nous distinguerons trois classes (Fig. 8) :

50Les zones à aléa fort : à savoir les bordures est du lac de Bizerte, les alentours de la lagune de Ghar el Melh, les rives de l'oued Tinja et les marécages de Garâat Ichkeul. Ces zones sont submergées pendant presque toute l'année soit par communication directe avec la mer, soit du fait de la montée des niveaux piézométriques de la nappe phréatique salée. Ces zones jugées à aléa élevé sont marquées par des sols peu évolués, salés et hydromorphes et par des sols halomorphes salins. Les groupements fortement hygrophiles et les groupements à plantes halophiles forment les tapis végétaux associés à ces types des sols.
L'hydromorphie et l'halomorphie sont les facteurs régissant la répartition ordonnée des espèces végétales. Elles se manifestent dans les différentes zones d'étude avec une intensité telle qu'ils infligent une sévère sélection aux groupements végétaux et confèrent à ces derniers une grande valeur d'indicateurs écologiques. Le potentiel élevé de prolifération des larves est souvent expliqué par l'abondance de l'eau et une température assez élevée qui coïncide avec les zones appartenant à l'étage bioclimatique subhumide à hiver chaud dans le gouvernorat de Bizerte (M. GOUNOT et N. LE HOUEROU, 1985).

51Les zones à aléa moyen : les zones jugées à risque de prolifération moyen sont respectivement Garâat Sejnene, Garâat Techga, bordée par l'oued El Tine et l'oued Ech Chair, le cône de déjection des oueds Ghzala et El Mrazig, la plaine alluviale de Mateur, la bordure nord du lac de Bizerte, les alentours ouest et sud du lac Ichkeul, le domaine d'Utique et le secteur de Aousja. Le facteur édaphique à la base de ces biotopes est constitué par des sols halomorphes salins, des sols hydromorphes pauvres en humus et des sols peu évolués faiblement hydromorphes. Le tapis végétal formant les niches des agglomérats des Aedes, est issu des formations écologiques fortement hygrophiles, les formations à Hordeum marinum et celles à Picris echioides.
La synergie des facteurs sol et végétation, la présence de l'eau pendant une période étendue de l'année, ainsi que des températures favorables, permettent la genèse d'un biotope idéal pour l'éclosion des œufs et la prolifération des larves de moustique.

52Les zones où l'aléa de prolifération est jugé faible sont les plaines inondables, notamment la plaine de Mateur, la plaine de Mabtouha, ainsi que la plaine d'El Alia. La prolifération des Aedes est en forte dépendance avec la submersion de ces milieux occasionnée par les averses. La faible prolifération est due principalement à l'assèchement rapide de ces secteurs. En effet, après une pluie, le niveau d'eau monte et les œufs immergés donnent des larves. Par contre, si la période entre deux averses est très longue et que les sols sont perméables, ou encore si les conditions thermiques ne sont pas favorables, l'incubation est incomplète et le cycle biologique s'interrompt.

Figure 8 - Carte d'aléa : les biotopes à gîtes larvaires potentiels d'Aedes dans la région de Bizerte.

Figure 8 - Carte d'aléa : les biotopes à gîtes larvaires potentiels d'Aedes dans la région de Bizerte.

b. Élaboration de la carte de vulnérabilité

53L'évaluation de la vulnérabilité se base sur les facteurs socio-économiques : densité de la population, organisation des collectivités, etc. La démoustication se faisant à partir de la municipalité, cette évaluation tient compte aussi de la position de la ville ou de l'agglomération par rapport au gîte larvaire des moustiques. La distance critique est estimée par les services d'hygiène à 20 km (soit la distance maximale que peut parcourir l'adulte d'Aedes). Pour notre part, nous avons choisi une valeur de 5 km, c'est à dire la distance optimale parcourue par un adulte de moustique dans des conditions normales. La vulnérabilité est donc d'autant plus forte que la distance entre le gîte et l'agglomération est inférieure à 5 km et que le nombre d'habitants est élevé. La carte de vulnérabilité de la population montre que les villes adjacentes aux zones humides saturées, lac de Bizerte, lagune de Ghar el Melh et Garâat Ichkeul avec ses marécages (qui sont les plus favorables à l'activité des Aedes), sont les villes les plus exposées à la nuisance engendrée par les piqûres des moustiques femelles. En conséquence, nous considérons que ces villes, jugées les plus sensibles à la nuisance, ont besoin de traitements continus et de pulvérisations fréquentes.

c. Cartographie des zones à risque de nuisance

54Le risque est le résultat d'un aléa complexe conjugué à une vulnérabilité (A. DAUPHINÉ, 2001). Dans le cadre de la présente étude, nous avons considéré la formule suivante pour proposer une classification du risque de nuisance provoquée par les piqûres des moustiques : Risque = aléa vulnérabilité.

55Une reconnaissance des secteurs favorables à la prolifération des Aedes a été menée sur le terrain en collaboration avec l'entomologiste A. BOUATTOUR, à qui l'on doit notamment une étude sur la région de Korba dans le Cap Bon (A. BOUATTOUR et al. 2003). Cette prospection a révélé quatre gîtes, qui ont été portés sur la carte de vulnérabilité. Trois gîtes coïncident avec des zones à aléa fort de la carte d'aléa : le premier se trouve à Menzel Jmil, le deuxième au sud du lac Ichkeul, au pied de Djebel Ichkeul, et le troisième à Mabtouh, au sud est du même lac. Le quatrième gîte, situé àGhar el Melh, correspond à une zone à aléa moyen.

56 Les zones où le risque de nuisance est élevé correspondent aux zones où l'aléa et la vulnérabilité sont également forts (Fig. 9). Ces zones intéressent les villes de Menzel Bourguiba, Menzel Jmil, Menzel Abderrahmen, Tinja et Ghar el Melh. Ces dernières sont très proches des zones d'aléa fort, la distance les séparant des gîtes potentiels à Aedes caspius ou Aedes detritus étant inférieure à 5 km. Cette distance est bien inférieure à celle que l'adulte d'Aedes peut parcourir pour chercher un repas de sang, soit une vingtaine de kilomètres. Ces zones particulièrement exposées à la nuisance nécessitent un programme de lutte contre les moustiques, et donc des pulvérisations d'insecticide par voie aérienne. Ces opérations ne sontefficaces que si elles sont réalisées au stade larvaire. Elles doivent donc être effectuées deux fois par an, afin de cibler les pics d'activité de chaque espèce. L'Aedes detritus, qui occupe les marais saumâtres littoraux (comme la lagune de Ghar el Melh), a une activité presque continue, juste interrompue par une pause estivale. Au contraire, l'Aedes caspius, qui colonise l'ensemble des biotopes saumâtres, se développe en saison chaude, de mars à octobre (J.A RIOUX et al., 1967).

Figure 9 - Carte du risque potentiel de nuisance.

Figure 9 - Carte du risque potentiel de nuisance.

57Les zones à risque de nuisance moyen caractérisent la quasi-totalité des marécages de l'Ichkeul, la plaine de Mateur, la majorité de la plaine de la basse vallée de la Medjerda, quelque périmètre de la plaine d'El Alia et les confins orientaux immédiats du lac de Bizerte. Ce sont donc presque toutes les municipalités du gouvernorat de Bizerte, et surtout Mateur, Tinja, Menzel Bourguiba, Menzel Jmil, Ghar el Melh, Menzel Abderrahmen et El Alia, qui sont sérieusement menacées par les envahissements de moustiques. Dans ces conditions, il est obligatoire de développer un programme de lutte, afin d'amoindrir ce risque et de protéger les citoyens de cette véritable nuisance.

V - Conclusion et perspectives

58Les recherches menées dans le secteur autour du lac de Bizerte montrent que la structuration d'une base de données géo-spatiale opérationnelle dans un SIG peut contribuer efficacement à la détermination des biotopes potentiellement favorables à la prolifération des Aedes. Les résultats obtenus par le croisement des informations relatives aux paramètres environnementaux ont été confortés par les observations de terrain. La carte d'aléa combinée à celle de la densité de population permet de représenter le risque de nuisance. Celui-ci est bien sûr particulièrement élevé dans certaines zones urbaines, à forte concentration de population.

59Ce travail pourrait être prolongé par l'acquisition d'informations plus détaillées, à une autre échelle spatiale. En effet, la cartographie des gîtes serait affinée par la prise en compte d'éléments locaux responsables de la prolifération de l'espèce, à savoir la proximité des puits, des berges des oueds, des drains, des creux d'arbres, des creux de rochers, des canaux…

Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier vivement Monsieur Ali BOUATTOUR entomologiste à l'Institut Pasteur de Tunis pour sa disponibilité et son aide dans l'identification et la localisation des gîtes favorables à la prolifération des Aedes.

Haut de page

Bibliographie

AGUSTIN E.P. (2002) - Increasing habitat suitability in the United States for the Tick that transmits Lyme disease: A remote sensing approach. Environmental Health Perspectives, vol. 110, n° 7, p 635-640.

ALOUI N. (2004) - Analyse des impacts anthropiques sur la lagune de Bizerte. Mémoire de DEA, Faculté des Sciences de Tunis, 114 p.

AUGER P., BAUDRY J. et FOURNIER F., éditeurs (1992) - Hiérarchie et échelles en écologie. Naturalia publications, Turriers, 300 p.

BANI A. (2005) - Inventaire et typologie des sols des zones humides en Tunisie. Mémoire de fin d'Etudes en Sciences de la Terre, Faculté des Sciences de Tunis, 54 p.

BARBERY J. et DELHUMEAU M. (1979) - Cartes des ressources en sol de la Tunisie au 1/200000 : feuille Bizerte. Rapport ORSTOM pour le Ministère de l'Agriculture, Tunis, carte avec notice, 35 p.

BOUATTOUR A., GHRABI Z. et BACCAR L. (2003) - Cartographie des biotopes larvaires à Aèdes des lagunes de Korba. Journées scientifiques de la Société des Sciences de la Terre (Jerba, Tunisie).

BRAHMI N. (2006) - Contribution à l'étude des zones à risque de prolifération des Aedes dans "les zones humides" de Bizerte : application de l'approche géomatique. Mémoire de Mastère en Télédétection, cartographie, systèmes naturels et aménagement, Université Mannouba- Tunis, Tunisie, 143 p.

BRUNHES J., RHAIM A., GEOFFROY B., ANGEL G., et HERVY J.P. (1999) - Les Culicidae de l'Afrique méditerranéenne : un programme d'identification et d'enseignement. CD-Rom interactif, Édit. IRD en collaboration avec l'IPT.

DAUPHINÉ A. (2001) - Risques et catastrophes : observer, spatialiser, comprendre, gérer. Édit. Armand COLIN, Paris, 287 p.

FOURNET A. (1963) - Étude pédologique de la plaine de Mateur (oueds Djoumine, M'Saken et Rhézala). Rapport de la Subdivision d'Études Pédologiques, Tunis, 24 p + carte au 1/50000.

GOUNOT M. et SCHOENENBERGER A. (1967) - Carte phyto-écologique de la Tunisie septentrionale, échelle 1/200000. Ann. Inst. Nat. Rech. Agron. Tunisie, vol. 40, fasc. 1 et 2, 425 et 427 p.

GOUNOT M. et LE HOUEROU H.N. (1985) - Carte bioclimatique de la Tunisie à l'échelle 1/1000000. Édit. ORSTOM, avec notice détaillée (publiée en 2001 dans le vol. 12 de la Revue des régions arides, p. 5-64).

HANDAQ N. (1995) - Les Aedes de la Tunisie ; contribution à l'étude bioécologique de deux espèces halophiles : Aedes Detritus Haliday et Aedes Capsius Pallon (Nematocera-Culcidae). DEA en Écologie animale de la Faculté des Sciences de Tunis, 130 p.

JEANNE I (1999) - Paludisme et schistosomiase : deux exemples d'utilisation des systèmes d'informations géographiques et de la télédétection à Madagascar. In : 3eme colloque du réseau international des Instituts Pasteur et instituts associés, Institut Pasteur de Paris, p. 208-214.

KOBAYASHI M., NIHEL N. et KURIHARA T. (2002) - Analysis of Northern distribution of Aedes albopictus in Japan by Geographical Information System. Journal of Medical Entomology, vol. 39, p. 4-11.

LE FLOC'H J. (1959) - Étude pédologique de la bordure sud du lac de Bizerte. SOGETHA, Tunis, cartographie pédologique + rapport.

MAALEJ F. (1979) - Étude pédologique de la plaine de Mateur. Thèse de doctorat, Université de Tunis 2, 169p.

MANSOURI M.R (1979) - Contribution à l'étude de la sédimentation littorale historique et actuelle au voisinage du delta de la Medjerda : Étude de la lagune de Ghar El Melh et de la Sebkha de l'Ariana. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux, 172 p.

MORET A. (1962) - Étude pédologique de la plaine de Mateur (oued Maleh et oued Sejnene). ORSTOM, Tunis, Cartographie pédologique + rapport.

NABLI M.A (1995) - Essai de synthèse sur la végétation et la phyto-écologie tunisiennes. Tunis. Imprimerie Officielle de la République Tunisienne, vol 5 et 6, 542 p.

RAKTOMANANA F., JEANNE I., DUCHEMEIN JB., PIETRA V., RAHARIMALALA L., TOMBO M.L. et ARIEY F. (2001) - Approche géographique dans la lutte contre le paludisme dans la région des Hautes Terres Centrales à Madagascar. Arch. Inst. Pasteur Madagascar, p. 27-30.

RIOUX J.A., CROSET H., CORRE J.J. et SIMONEAU P. (1967) - Les bases phyto-écologiques de la lutte anticulicidienne dans le "Midi" méditerranéen. Arch. Inst. Pasteur Tunis, vol 44, p. 429-442.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la région d'étude (Source de l'image satellitaire : GOOGLE Earth – Data SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, EBCO, Images  2010 Cnes/Spot Image,  2010 Tele Atlas,  Google – en libre utilisation à des fins non commerciales).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 2 - Modèle numérique de terrain.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3 - Distinction de la végétation forestière, des cultures et des terrains inondables à partir d'une image ETM+ de LANDSAT (5 mars 2000).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 4 - Identification de la végétation associée aux milieux humides à partir de l'image TM-LANDSAT mosaïquée du 25 juin 1987 (avec quelques compléments fournis par celle du 5 août 1987).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 5 -  Les zones humides favorables au développement des gîtes larvaires à Aedes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 1 - Un bassin de collecte des eaux de drainage propice au développement de micro-gîtes en raison de la présence d'une végétation halophile (en bas à droite : orge sauvage). [Cliché : N. BRAHMI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 6 - Carte des sols favorables à la prolifération des Aedes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 2 - Les sols hydromorphes : riches en argile et salés, ils donnent naissance à des fentes de retrait en se desséchant et ils constituent le substrat d'une végétation halophile.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 7 - Carte des unités végétales associées aux sols salés des zones humides.
Légende PG : groupement à Scandix pecten-veneris, Hypericum crispum, Galactites tomentosa (végétation cultivée). IL : groupement à Olea europea, Pistacia Lentiscus (végétation forestière).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photo 3 - Canal déversant ses eaux dans la lagune de Ghar el Melh. La végétation est constituée ici de salicornes. [cliché : N. BRAHMI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 8 - Carte d'aléa : les biotopes à gîtes larvaires potentiels d'Aedes dans la région de Bizerte.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 9 - Carte du risque potentiel de nuisance.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1262/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noura Brahmi, Abdessattar Hatira et Mohamed-Chedly Rabia, « Contribution de la télédétection et des systèmes d'information géographique à la prise en compte du risque de prolifération des Aedes dans les zones humides de Bizerte (Nord de la Tunisie) », Physio-Géo, Volume 4 | -1, 151-168.

Référence électronique

Noura Brahmi, Abdessattar Hatira et Mohamed-Chedly Rabia, « Contribution de la télédétection et des systèmes d'information géographique à la prise en compte du risque de prolifération des Aedes dans les zones humides de Bizerte (Nord de la Tunisie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 4 | 2010, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1262 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1262

Haut de page

Auteurs

Noura Brahmi

Unité de recherche Géomatique des Géosystèmes, FLAHM, 2010 MANOUBA, TUNISIE.
Courriel : noura_brahmi@yahoo.fr

Abdessattar Hatira

Unité de recherche de Pédologie. Faculté des Sciences de Tunis, 2092 TUNIS, TUNISIE.
Courriel : absat.hatira@fst.rnu.tn

Mohamed-Chedly Rabia

Unité de recherche Géomatique des Géosystèmes, FLAHM, 2010 MANOUBA, TUNISIE.
Courriel : rabiamch@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org