Navigation – Plan du site
Articles

Les scènes hivernales dans la peinture du Siècle d'or hollandais

Alexis Metzger et Martine Tabeaud
p. 169-185

Résumés

Les scènes d'hiver connaissent leur apogée au Siècle d'or hollandais. En se focalisant sur les représentations de la neige et du froid, il est possible de voir s'il existe un lien entre ces tableaux et le climat de l'époque, voire une concomitance entre les types d'hiver réels et peints. Le succès de ces scènes d'hiver aidant, il apparaît que nombre de peintres ont fait fi du climat de l'époque et ont réalisé des scènes de genre hivernales, au point de créer une véritable imagerie. C'est ainsi que la rudesse des hivers de la période froide du Petit Âge Glaciaire a globalement disparu dans les représentations au profit d'hivers festifs.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Attirant de nombreux artistes et intellectuels dans ses villes, la Hollande connaît au XVIIème siècle un âge d'or. Prospérité économique et culture élevée vont de pair avec l'essor spectaculaire de la peinture "ciment social [contribuant] à unir et à donner forme à une nation en pleine construction" (M. MILNER KAHR, 1998). Au sein des différents genres de peinture (portrait, paysage, scène de genre...), les scènes hivernales occupent une place importante. Représentant des paysages souvent enneigés, elles ont été décrites comme des témoignages fidèles du climat froid au Petit Âge Glaciaire. Or il est intéressant de les croiser avec l'histoire du climat pour faire la part des représentations et de la réalité climatique de ce Siècle d'or hollandais (terme inventé au XIXème siècle). Pour permettre cette comparaison, l'ouvrage de Jan BUISMAN Wind en Water in de Lage Landen (volume IV – 2000) se révèle indispensable. Consacré à l'histoire climatique des Pays-Bas et des régions voisines entre 1575 et 1675, il sera le support de notre étude. Ainsi, si les témoignages historiques (J. BUISMAN, 2000) présentent la neige comme un élément dérangeant et pénible, la plupart des peintres donnent à voir des scènes et paysages d'hiveroù toute une société s'amuse au grand air en patinant. D'ailleurs, les tempêtes de neige, phénomènes récurrents d'après plusieurs contemporains, ne sont que très peu représentées.

2Il est donc possible de se demander si l'image que nous renvoient les peintures de cette période froide du Petit Âge Glaciaire, n'est pas détournée, voire faussée. Ainsi les aspects noirs des hivers ne transparaissent pas forcément dans ces dernières. Autour des représentations de la neige réalisées notamment par Pieter BRUEGEL l'Ancien (1525-1569), véritable initiateur des paysages d'hiver en 1565, par Hendrick AVERCAMP (1585-1634), homme sourd et muet, qui a le plus contribué à rendre ce type de paysage populaire au début du XVIIème siècle, ou encore par Jacob VAN RUISDAEL (1628-1682), l'un des rares à représenter un hiver austère et des paysages enneigés déserts des années 1650 aux années 1670, nous essaierons d'apporter le regard du géographe du climat sur ces toiles des maîtres hollandais.

II - Le Petit Âge Glaciaire

1 ) Le froid hivernal au Petit Âge Glaciaire

3Le Petit Âge Glaciaire (PAG) est un terme qui a été proposé pour la première fois par F.E. MATTHES en 1939. Comparant l'avancée des glaciers lors du second millénaire après J.C. et lors des glaciations du Quaternaire, cet auteur a utilisé l'expression "PAG" pour décrire un âge glaciaire de moindres durée et intensité que les précédents. Ce terme a ensuite été repris par de nombreux chercheurs, à propos d'une période de changement climatique qui s'est traduite par un rafraîchissement durant plusieurs siècles en Amérique du Nord, en Europe occidentale, en Chine ou en Afrique du Sud. Quatre causes de ce rafraîchissement font un assez large consensus : l'activité solaire, les éruptions volcaniques, les courants marins, et les courants atmosphériques (T.J. CROWLEY, 2000 ; S. WAGNER et E. ZORITA, 2005 ; P. YOU et V. MASSON-DELMOTTE, 2005 ; B.G. HUNT, 2008 ; N.A. MÖRNER, 2010). Mais les débats ne sont pas arrêtés pour autant (E. GARNIER, 2010).

4Si les limites chronologiques de cette période (début du XIVème siècle ou fin du XVIème siècle - milieu du XIXème siècle environ) sont encore discutées, tous les auteurs s'accordent à dire que la fin du XVIème siècle et le début du XVIIème siècle furent en Europe particulièrement froids. Il est ainsi question d'"hyper PAG" (É. LE ROY LADURIE, 2004), avec des hivers très rudes et des étés assez doux, après le "beau XVIème siècle" (ibid.) aux températures plutôt clémentes. La moyenne des températures est ainsi de l'ordre de 1 °C inférieure à celle d'aujourd'hui selon la majorité des chercheurs (H.H. LAMB, 1982 ; É. LE ROY LADURIE, 2004), malgré des fluctuations importantes. Les indices présentés sur la figure 1 varient de 1 (hiver extrêmement doux) à 9 (hiver extrêmement rude). Ils prennent en compte tant la durée du froid que son intensité, pour chaque hiver.

Figure 1 - Le froid hivernal aux Pays-Bas entre 1575 et 1675 (d'après J. BUISMAN, 2000).

Figure 1 - Le froid hivernal aux Pays-Bas entre 1575 et 1675 (d'après J. BUISMAN, 2000).

5L'essor des peintures de scènes d'hiver coïncide justement avec cette période de rafraîchissement à partir des années 1560. Pieter BRUEGEL l'Ancien semble d'ailleurs reproduire fidèlement dans ses tableaux l'hiver extrêmement froid et neigeux de 1565. Il fut marqué par "un froid sibérien" (J. BUISMAN, 2000) et des neiges qui atteignent le ventre des chevaux à Luik ou à Bruxelles. Pour la première fois, le thème de l'hiver, représenté jusqu'alors sur de simples miniatures, prend place sur une grande toile. Si trois d'entre elles représentent des scènes bibliques (Le Massacre des Innocents, 1566 ; Le dénombrement à Bethlehem, 1566 ; L'Adoration des Mages sous la neige, 1567), l'évènement climatique est placé au premier plan. Les épisodes bibliques, reproduits avec une grande liberté, se révèlent être un prétexte pour réaliser une scène hivernale de la vie quotidienne du Brabant (Fig. 2).

Figure 2 - Pieter Bruegel l'Ancien, Le dénombrement à Bethlehem, 1566 (Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles).

Figure 2 - Pieter Bruegel l'Ancien, Le dénombrement à Bethlehem, 1566 (Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles).

Toutes les peintures reproduites dans cet article proviennent du site http://commons.wikimedia.org/​. Elles sont libres d'utilisation (Yorck Projekt).

6Dans les dernières décennies du XVIème siècle, peindre des paysages enneigés devient populaire, mais nul n'atteint le degré d'excellence de BRUEGEL l'Ancien (mort en 1569), que ce soit Jacob GRIMMER (vers 1525-1590), Lucas VAN VALCKENBORCH (1535-1597), l'un des rares avec Bruegel l'Ancien à représenter des tempêtes de neige, ou David VINCKBOONS (1576 - vers 1632), plus tardivement. Tous ces peintres sont sûrement portés par la récurrence des hivers rudes et neigeux. Mais ce n'est qu'au XVIIème siècle que les scènes d'hiver connaissent un apogée, alors qu'un pic du froid est atteint. Dès la première partie du catalogue d'une exposition consacrée aux peintures du Petit Âge Glaciaire, cette concomitance est suggérée : "on peut se demander s'il existe une corrélation entre la fréquence des hivers rudes et la popularité des paysages d'hiver en peinture" (A. VAN SUCHTELEN, 2001).

2 ) L'essor de la peinture dans les Provinces-Unies

7Les Provinces-Unies constituent bien une exception au XVIIème siècle. Contrairement aux régions du sud des Pays-Bas (actuelle Belgique), elles avaient continué de s'opposer à l'Espagne à la fin du XVIème siècle. Après la Trêve (1609-1621), le conflit ne sera ensuite qu'un théâtre secondaire par rapport à la guerre de Trente Ans (1618-1648), entérinant le déclin des Pays-Bas espagnols, au Sud. A contrario, dès le début du XVIIème siècle, les Provinces-Unies entrent dans une période prospère. "Cette prospérité repose sur la combinaison particulièrement heureuse entre une position commerciale dominante, une industrie et une agriculture modernes et un système financier efficace qui, ensemble, permettent l'épanouissement d'une société nouvelle, d'une culture originale et une magnifique floraison artistique" (C. DENYS et I. PARESYS, 2007). En 1672, l'invasion française ouvre brutalement une période difficile pour l'ensemble des Pays-Bas, et pour l'art.

8C'est l'enrichissement d'une bourgeoisie de plus en plus nombreuse dans les Pays-Bas au XVIIème siècle qui permet aux peintres de trouver un public nouveau en mesure d'acquérir des toiles. La société néerlandaise de ce siècle préfigure la société moderne : la noblesse y joue un faible rôle et la bourgeoisie y est aisée et cultivée. Mais posséder un tableau n'est pas qu'un signe d'appartenance à la bourgeoisie : à l'époque, un réel goût pour la peinture traverse toutes les classes sociales et, vu le nombre de peintres mineurs, il est facile d'avoir quelques toiles dans sa demeure. 53 tableaux ornaient les murs des maisons les plus riches de Delft et 7 dans les plus modestes au XVIIème siècle (T. WIJSENBEEK-OLTHUIS, 1987). Ce marché explique donc en partie l'essor de la peinture. Celle-ci est influencée tant par les expériences du XVIème siècle aux Pays-Bas que par des courants picturaux venus d'Italie (maniérisme ou caravagisme), ou d'ailleurs, comme les Pays-Bas espagnols (RUBENS).

9Dans l'Esthétique, HEGEL fait également un lien entre la révolte des Pays-Bas contre le joug espagnol et la naissance de cette peinture profane, de ce "genre quotidien". Pour lui, c'est par la peinture que la société néerlandaise jouit "une seconde fois (...) du spectacle de cette existence [nouvelle]" : les habitants des Provinces-Unies ont voulu voir dans la peinture un miroir de leur jeune nation. Comme l'affirment alors les critiques, nous sommes bien face à la réalité des choses, ce qui permet de parler de "réalisme" de la peinture hollandaise en tant que reflet de la réalité. "Ils [les peintres hollandais de cette époque] ont compris que cette femme qui traverse une cour, cette mère qui pèle une pomme, pouvaient être aussi belles que les déesses de l'Olympe" (T. TODOROV, 1997). C'est dans cette mouvance réaliste que semblent s'inscrire les scènes d'hiver, dont le traitement a grandement varié d'un maître à l'autre : ces tableaux représenteraient la réalité hivernale (le refroidissement du PAG) supposée vécue par les hollandais. Après avoir donné un aperçu du large panel d'artistes ayant peint de tels tableaux, il est possible d'étudier certaines fréquences dans leurs choix de représentations à partir des tableaux exposées pour Holland Frozen in Time, exposition qui s'est tenue au Mauritshuis de la Haye du 24 novembre 2001 au 25 février 2002.

III - Tableaux d'hiver au XVIIème siècle

1 ) Les maîtres des hivers en peinture

10Quinze de ces maîtres du genre hivernal ont été retenus (Tab. I), compte tenu de leur notoriété et de leur place dans l'histoire de la peinture hollandaise.

Tableau I - Les maîtres du genre hivernal en peinture au XVIIème siècle.

Tableau I - Les maîtres du genre hivernal en peinture au XVIIème siècle.

11La palme des scènes d'hiver revient incontestablement à Hendrick AVERCAMP, premier peintre à avoir fait du genre hivernal sa spécialité. Surnommé "le muet de Kampen", il peint le côté festif de l'hiver dans ses peintures panoramiques (presque une constante chez lui) et la "fièvre de glace" grâce à des détails anecdotiques ou pittoresques. Cette fièvre prenait tous les hommes et femmes dès que la couche de glace était suffisante pour faire du patin.

12Proposant un autre aspect de l'hiver, Esaias VAN DE VELDE peint les premiers paysages hivernaux sans référence à la Bible et sans représenter les plaisirs de la glace, du moins jusque dans les années 1620. Jan VAN GOYEN revient aux paysages d'hiver monochromes dans les années 1640 : "l'anecdotique est subordonné à l'observation pure de la nature" (P. ROELOFS, in P. ROELOFS et al., 2009). Ses toiles se rapprochent de celles de Salomon VAN RUYSDAEL et on relève les influences tant d'Esaias VAN DE VELDE et d'Hendrick AVERCAMP que de Jan VAN GOYEN. Rare peintre à représenter non pas un manteau mais une chute de neige dans son Paysage d'hiver dans le blizzard, Aert VAN DER NEER est quant à lui un de ceux qui a sans doute joué le plus sur les couleurs liées aux conditions atmosphériques (Fig. 3).

Figure 3 - Aert VAN DER NEER, Vue d'un cours d'eau en hiver (tableau peint vers 1655-1660 – Rijksmuseum, Amsterdam).

Figure 3 - Aert VAN DER NEER, Vue d'un cours d'eau en hiver (tableau peint vers 1655-1660 – Rijksmuseum, Amsterdam).

13Au milieu du XVIIème siècle, le genre hivernal atteint alors un pic, puisque nombre de peintres s'y attèlent, en le diversifiant et en le renouvelant. Jan BEERSTRATEN propose, par exemple, une image urbaine des hivers, avec des rues plus ou moins enneigées. Philips WOUWERMAN et Nicolaes BERCHEM accentuent, quant à eux, l'aspect austère des mois noirs et soulignent la rudesse des conditions de vie. Mais ils ne parviennent pas au degré d'excellence de Jacob VAN RUISDAEL. "Ses Hivers ne sont pas ceux qui éveillent nos espérances : sous des cieux lugubres, on ne se livre pas aux plaisirs du patinage ; maisons, arbres et forêts semblent condamnés à la nuit et au gel éternel" (B. LAMBLIN, 1983). Associée à un ciel gris et à une absence d'activités, la neige semble symboliser l'isolement.

14Après 1675, le genre hivernal devient mineur. Pourquoi cette disparition des hivers en peinture ? Tout d'abord, plusieurs peintres de scènes ou paysages d'hiver décèdent autour de cette date. Ensuite, il est possible qu'une baisse de la demande du public se soit produite, dans un contexte plus défavorable pour le marché de l'art après l'invasion des troupes françaises. Enfin, en 1660, l'Académie royale de peinture édicte la "belle nature". L'application de ce principe normatif va contribuer à la raréfaction des peintures de paysage sous la neige. Certains chercheurs avancent aussi l'idée d'un désintérêt des classes riches envers le patinage dans ces mêmes années, ce qui les amène à commander moins de tableaux représentant l'hiver (L.O. GOEDDE, 2005).

2 ) les grands thèmes picturaux

a. Quels sont les traits spécifiques du temps hivernal au PAG ?

15En ce qui concerne le ciel tout d'abord, le temps ensoleillé domine dans un tiers des tableaux. Un second tiers présente un ciel très légèrement voilé. Un tiers seulement représente des nuages susceptibles d'entraîner la précipitation de la neige (altostratus, nimbostratus ou cumulonimbus). Au début du XVIIème siècle, le temps peint est anticyclonique, avec un ciel dégagé alors qu'à la fin du siècle, les nuages sont plus épais et souvent annonciateurs de précipitations. Le vent est soit absent, soit faible (dans 75 % des cas). Quant au manteau neigeux, il est en grande majorité de faible épaisseur, absent dans un quart des tableaux (Tab. II). Lorsqu'il est d'épaisseur moyenne, il est indissociable de nuages de type cumulonimbus ou nimbostratus. Dans l'imaginaire du peintre, la chute de neige vient donc de se produire ou va se produire à nouveau.

Tableau II - Types de manteau neigeux dans les tableaux de Holland Frozen in Time.

Tableau II - Types de manteau neigeux dans les tableaux de Holland Frozen in Time.

b. Dans quels espaces sont peintes ces neiges ?

16Les peintres préfèrent largement les espaces ruraux (aux trois quarts), alors que la population vit en Hollande environ à 54 % dans les villes en 1622 (Tab. III). Le développement des ports et du commerce en est la raison principale. Certes, les autres provinces ont un taux d'urbanisation moindre (environ 40 % dans l'Overijssel, province dans laquelle résidait Hendrick AVERCAMP). Néanmoins il est intéressant de souligner que la quasi-totalité des peintres de scènes et paysages d'hiver habitaient en Hollande (Amsterdam, qui dépassait les 100000 habitants en 1622, comme Haarlem et Leyde, qui en comptaient 45000 en 1622, sont toutes en Hollande ; M.L. PELUS-KAPLAN, 1999). Ils proposent donc une image de la province plus rurale que la réalité, à quelques exceptions près. D'autre part, ils privilégient les cours d'eau (environ 58 %) ou les bords de mer (environ 36 %). Un seul tableau représente un paysage sans eau, celui de Pieter Dircksz VAN SANTVOORT (Paysage d'hiver avec des fermes le long d'un chemin de campagne). L'eau, en tant que ressource (navigation) ou danger (inondations) imprègne bien l'imaginaire des habitants de ce pays. Ce thème est aussi important picturalement : il permet des notations de vibrations lumineuses, donc l'introduction d'une ligne de fuite, ou, au contraire, la stabilisation de la composition du paysage. Constatons enfin qu'en hiver, dans les tableaux, elle est gelée dans tous les cas.

Tableau III - Types d'habitat dans les tableaux présentés pour Holland Frozen in Time.

Tableau III - Types d'habitat dans les tableaux présentés pour Holland Frozen in Time.

c. Quelles sont les catégories sociales représentées ?

17Il existe une sorte de "melting-pot", de consensus social lors des activités ludiques hivernales, puisque différentes catégories sociales, aisées et modestes, patinent ensemble : "tout le monde vivait sur la glace" (P. ZUMTHOR, 1990). C'est ce qui occupe la plus grande part dans les peintures (Tab. IV). On voit également une nouvelle classe "moyenne" émerger, qui se mêle aux catégories sociales plus aisées ou plus modestes. La représentation des pauvres reste minoritaire. Leur présence est très souvent associée à des cumulonimbus ou nimbostratus, amenant des précipitations et un type de temps sombre et maussade.

Tableau IV - Les catégories sociales représentées dans les tableaux de Holland Frozen in Time.

Tableau IV - Les catégories sociales représentées dans les tableaux de Holland Frozen in Time.

d. Les toiles représentent-elles la vraie vie ?

18La représentation de patineurs dans les peintures est largement majoritaire (plus de 75 % des cas), ce qui confirme largement l'idée que le patinage était très pratiqué aux Pays-Bas et qu'il constituait une véritable "épidémie nationale" (P. ROELOFS, in P. ROELOFS et al., 2009). Comme l'existence d'un manteau neigeux ne favorise pas les plaisirs de la glace au plein air (dont le patinage), les tableaux aux nombreux personnages sont sans neige, ou juste en "clin d'œil" sur les toits. Sur les sept tableaux ne représentant pas des patineurs, quatre se situent chez des pauvres, ce qui ferait du patinage une activité moins pratiquée par les plus démunis.

19Parmi les activités liées au froid, le jeu de kolf est présent dans 50 % des tableaux. Le traîneau apparaît également une fois sur deux, c'est donc un moyen de transport assez banal. Allumer un feu (un tiers des tableaux) ou ramasser du bois (17 % des tableaux) sont plus rares, tout comme pêcher grâce à un trou dans la glace (environ 17 % des tableaux). Les peintres ont donc privilégié le côté ludique de l'hiver, mais ont été peu inspirés par les difficultés inhérentes au froid et à la neige (isolement, pénurie alimentaire, etc.) (Fig. 4).

Figure 4 - Jan VAN GOYEN, L'Hiver (peint vers 1625) (Rijksmuseum, Amsterdam).

Figure 4 - Jan VAN GOYEN, L'Hiver (peint vers 1625) (Rijksmuseum, Amsterdam).

20Certes, par rapport à la grande production artistique du XVIIème siècle, l'échantillon des trente-six tableaux présentés pour l'exposition Holland Frozen in Time est restreint. Nonobstant, ils ont été choisis par des experts pour donner un aperçu de la période du PAG et nous considérerons cet échantillon comme tout à fait représentatif.

3 ) Scènes et paysages d'hiver

21Hendrick AVERCAMP, reproduisant certains détails anecdotiques et illustrant les plaisirs de la glace, s'inscrit dans le stéréotype des scènes de genre. Esaias VAN DE VELDE marque, quant à lui, la vraie naissance du Paysage d'hiver : "la composition est structurée en fonction de l'intérêt pour le paysage et non plus sacrifiée à une description d'activités et à un pittoresque de convention" (J. LOMBARD, 2001). Mais le tournant n'est pas définitif. Plusieurs artistes peignent à nouveau les plaisirs de la glace et Salomon VAN RUYSDAEL revient aux scènes de genre dans les années 1650 : "la formule ancienne est réintroduite par l'habituelle contamination de la peinture de genre et le paysage d'hiver disparaît en tant que tel dans les tableaux des années 1660 - 1670" (ibid.).

22 Cette alternance est bel et bien une constante dans l'histoire de la peinture des hivers au XVIIème siècle. D'un côté, on trouve les scènes hivernales qui se rapprochent des scènes de genre "traditionnelles", représentant les plaisirs de la glace ; de l'autre, les paysages d'hiver où la reproduction de la nature passe avant tout. Les artistes ont oscillé entre ces deux représentations, mais avec une préférence pour les scènes de genre: "(...) Reste qu'il est rare qu'ils [les peintres hollandais] offrent une image de cette saison dépouillée de son cortège d'incidents pittoresques. C'est que la présence de l'homme et de ses jeux se laisse moins facilement oublier dans les scènes hivernales" (B. LAMBLIN, 1983).

23 Que nous apporte cette distinction ? D'une part, qu'il semble possible de faire une classification des peintres de l'époque avec, d'un côté, ceux peignant plutôt les plaisirs de l'hiver et, d'un autre, ceux peignant des paysages hivernaux (Tab. V). Cette classification rappelle d'ailleurs que les peintres du Siècle d'or hollandais étaient très spécialisés : il y avait ceux qui représentaient des villes ou des églises, ceux qui représentaient des scènes de genre, ceux qui représentaient des "vies silencieuses", etc. Le marché de l'art était ainsi organisé.Elle peut d'autre part justifier en partie les différentes utilisations de la neige faites par les peintres, élément indissociable du paysage, permettant de jouer sur les lumières, ou joli décor de saynètes.

Tableau V - Classification des peintres de l'hiver selon leur thème favori.

Tableau V - Classification des peintres de l'hiver selon leur thème favori.

24Ce tour d'horizon montre la diversité des peintres hollandais représentant les hivers. Mais comme le souligne P. ROELOFS (P. ROELOFS et al., 2009) : "Aucun d'eux, cependant, ne se spécialisa dans la voie qui fut celle d'AVERCAMP". Il convient donc de se demander si ses images des hivers du PAG sont en accord avec le temps qu'il faisait. Sont-ce des "reflets" du climat ou des "mises en scène" de la réalité ? Une étude climatique des années durant lesquelles les tableaux ont été peints est nécessaire.

IV - De l'imaginaire à l'imagerie

1 ) L'énigme Hendrick AVERCAMP

25Né en 1585 à Amsterdam durant une période troublée (rébellion contre l'Espagne et quasi-guerre civile entre catholiques et protestants), Hendrick AVERCAMP est le fils de Barent AVERCAMP (un apothicaire victime de la peste en 1602) et de Béatrice VEKEMANS, de petits notables frisons. Il ne fait aucun doute qu'il ait été éduqué à l'art, mais les traces de son apprentissage pictural font défaut. Peut-être a-t-il appris avec Pieter ISAACKS (vers 1568 - 1625), peintre historique et portraitiste qui lui aurait donné le goût du détail. Il semble aussi que sa peinture s'inscrive dans la lignée des peintres d'Anvers (comme Hans BOL ou David VINCKEBOONS), qui migrèrent à Amsterdam après la prise de cette ville par les espagnols. AVERCAMP les rencontra, en particulier David VINCKEBOONS ; des traits stylistiques identiques ont d'ailleurs été reconnus par des spécialistes chez les deux peintres (A. BLANKERT, 1982).

26S'il est fondamental de s'intéresser de près à l'œuvre de Hendrick AVERCAMP, c'est parce que les images des hivers du PAG sont majoritairement peintes par lui. Ses œuvres pourraient donc témoigner des conditions climatiques de son époque, aux hivers plus froids qu'aujourd'hui. Mais les neiges manquent souvent à l'appel, d'où une "énigme". Hendrick AVERCAMP s'est pourtant déplacé, avec de petits carnets, pour faire des croquis de costumes régionaux. Il a donc forcément vu le temps qu'il faisait. Mais son hiver est presque toujours froid et sec dans ses peintures. Était-ce le cas le plus fréquent, en réalité ?

27Les mentions de chutes de neige recensées par J. BUISMAN (2000) nous ont permis de classer les hivers de 1 à 9 : d'un hiver sans neige à un hiver extrêmement neigeux. Il est possible de comparer cette courbe avec celle du froid (de 1 : extrêmement doux à 9 : extrêmement rude) établie par J. BUISMAN (Fig. 5).

Figure 5 - Les chutes de neige (trait rouge plein) et le froid (trait bleu pointillé) entre 1608 et 1625 (d'après J. BUISMAN, 2000).

Figure 5 - Les chutes de neige (trait rouge plein) et le froid (trait bleu pointillé) entre 1608 et 1625 (d'après J. BUISMAN, 2000).

28La majorité des hivers de cette période sont froids (6) à rudes (7 et 8). Les premières toiles d'AVERCAMP représentant des hivers datent de 1608 ; or l'année 1607-08 fut l'une des plus rigoureuses (classée 8 pour le froid, soit "très rude", et 6 pour les chutes de neige). AVERCAMP aurait pu être marqué par cet hiver rude et son goût pour les scènes d'hiver en serait né. M.J. DE KRAKER (in P. ROELOFS et al., 2009) écrit d'ailleurs : "Coïncidence ou pas, en 1609 [ou 1608], Hendrick AVERCAMP peignit sa première scène d'hiver datée après l'hiver extrêmement rude de 1607­08. Cela tend à montrer de façon incontestable que ces hivers rudes (...) comme celui 1607-08 firent une énorme impression sur les populations de l'époque et ont trouvé une place dans la mémoire collective néerlandaise".

29Si l'on suit la chronologie des peintures de Hendrick AVERCAMP proposée par P. ROELOFS (in P. ROELOFS et al., 2009), la place accordée à la neige est plus importante au début (neige bien présente excepté sur la glace), puis elle se fait plus rare (vers 1610-1615) et finit par disparaître (après 1620). Or, justement, les hivers 1615-16 et suivants sont nettement moins enneigés d'après les sources écrites. Il y a donc un lien entre les peintures et le temps "réel" pour ces années. Toutefois David FABRICIUS, pasteur frison qui tient un journal météorologique quasi-quotidien entre 1589 et 1612, fait état de tempêtes de neige presque chaque année. Ces neiges là se sont volatilisées dans les toiles du maître des scènes d'hiver.

30D'autre part, dans ses peintures, la neige ne recouvre pas la glace (Fig. 6) alors que, vu l'intensité du froid, il serait tout à fait possible de penser qu'un manteau neigeux aurait tenu sur les cours d'eau gelés. AVERCAMP a-t-il observé son absence ? Vu la "fièvre de glace" qui régnait alors, la neige a pu être balayée, accumulée en bourrelets sur les marges des voies de transport, ou dégagée sur les patinoires naturelles. Cette hypothèse semble être confirmée par son Paysage d'hiver avec un cours d'eau gelé, où un tapis de neige recouvre la glace. C'est une des rares toiles où les habitants ne jouent qu'à peine au kolf, probablement en raison de la couche de neige. En somme, tandis que BRUEGEL l'Ancien peignait la neige, AVERCAMP peint la glace !

Figure 6 - Hendrick AVERCAMP : Paysage d'hiver avec un bateau à voiles (peint vers 1608 – Musée d'art et d'histoire, Genève).

Figure 6 - Hendrick AVERCAMP : Paysage d'hiver avec un bateau à voiles (peint vers 1608 – Musée d'art et d'histoire, Genève).

31Les ciels reproduits par AVERCAMP sont seulement voilés de stratus, sauf dans "l'exception enneigée". Comme le chevalet portable n'avait pas encore été inventé, il peignait dans un atelier et aurait très bien pu représenter des chutes de neige vues par une fenêtre. Mais celles-ci l'auraient empêché de multiplier des plans, des lieux et des activités. D'ailleurs, si les peintres réalisaient des croquis à l'air libre, ils faisaient en général un tableau très composé en atelier, au point de réinventer le paysage au profit de la composition picturale qui doit rester plausible. Soit par nécessité, soit par intérêt, AVERCAMP a donc mis de côté les chutes de neige, qui auraient fait disparaître le côté festif des hivers. Ces tableaux, tels des cartes postales, illustrent bien les plaisirs de la glace, mais traduisent une réalité climatique transformée par l'imaginaire du peintre. Ce sont des scènes de genre mettant en scène seulement un aspect de la vie quotidienne et de la saison hivernale.

2 ) Un même hiver, deux représentations

32En 1625, deux peintres ont réalisé des paysages hivernaux (les dates sont certaines), ce qui autorise une comparaison entre leurs représentations respectives.

33Pieter VAN SANTVOORT représente un paysage aux couleurs plutôt automnales. Le ciel est couvert et la neige est présente uniquement au premier plan, sur les bords d'un chemin de campagne et sur les branches des arbres. Elle est, par endroits, illuminée par les rayons du soleil. Avec Jan VAN GOYEN, la Scène d'hiver est joyeuse avec de nombreux personnages qui patinent sur une rivière gelée. Le ciel est globalement dégagé, même si la lumière est masquée par des nuages élevés (au premier plan). Une neige sale marque les rives du cours d'eau et souligne les toits, signe d'une chute ancienne. Cette toile s'inscrit donc dans la lignée des scènes d'hiver dont le modèle fut légué par Hendrick AVERCAMP.

34Les conditions climatiques des années 1620 sont assez variées (voir Fig. 5). L'hiver 1624­25 est peu marqué par un gel persistant. Selon les sources historiques (J. BUISMAN, 2000), il est peu probable que Jan VAN GOYEN ait reproduit l'hiver 1624-25, car à cette époque les températures empêchaient le gel des fleuves. Il est simplement fait mention d'un froid vif et de patinage fin février, après que des arbres aient fleuri à Amsterdam. De même, les neiges de Pieter VAN SANTVOORT se réfèrent probablement à un hiver antérieur. David BECK, par exemple, maître d'école à la Haye, qui commence un journal début 1624, fait état, pour cette année, de pluie, de neige et de grêle en janvier, et de neige pendant plusieurs jours jusqu'à Pâques, le 7 avril : "il est tombé une neige lourde dans la nuit qui a gelé le lendemain". Les peintres gardaient-ils en mémoire les conditions climatiques d'un hiver passé ? Mettaient-ils un certain temps avant d'achever leur toile (un an ou plus) ? Peignaient-ils principalement selon leur imagination ? Faisaient-ils passer l'observation du temps après le souhait de peindre une scène de genre presque atemporelle ?

3 ) La trêve 1627-1638... et la renaissance des paysages d'hiver

35"Pour quelque raison inconnue, VAN GOYEN ne peignit aucun Paysage d'hiver entre 1627 et 1638" (A. VAN SUCHTELEN, 2001). De façon générale, tous les peintres ont délaissé la peinture de paysages hivernaux entre la fin des années 1620 et la fin des années 1630. Cette interruption est multifactorielle. Mais il est sûr que les hivers sont plus doux et moins enneigés. De 1625 à 1639, il neige moins, sauf au cours de l'hiver 1634-35, et le froid s'atténue (J. BUISMAN ne relève qu'un seul hiver rude, toujours celui de 1634-35). L'englacement des cours d'eau est limité, le patinage plus rare. Si les peintres s'inspiraient des activités du moment, il est "cohérent" que les scènes d'hiver soient moins fréquentes.

36Le froid et la neige reviennent en force dans les années 1640, poussant sûrement les peintres à reproduire à nouveau des scènes et paysages hivernaux. Jacob VAN RUISDAEL participe de la renaissance de ce genre, mais au contraire d'Hendrick AVERCAMP, il met l'accent sur le caractère sombre des hivers enneigés et sur l'ambiance froide, voire triste des paysages (Fig. 7). Spécialiste des cieux sombres et orageux, Jacob VAN RUISDAEL s'est beaucoup intéressé aux effets de lumière sur le ciel et les nuages, quelle que soit la saison. J. BUISMAN (2000) qualifie les hivers de ces années 1660 à 1675 comme très variables, aussi bien pour les températures que pour les chutes de neige. Or on trouve bien plus rarement des scènes d'hiver marquées par un temps froid et sec. C'est donc probablement le ressenti personnel qui s'est transformé.

Figure 7 - Jacob VAN RUISDAEL, Paysage d'hiver (peint vers 1665-1670 – Rijksmuseum, Amsterdam).

Figure 7 - Jacob VAN RUISDAEL, Paysage d'hiver (peint vers 1665-1670 – Rijksmuseum, Amsterdam).

V - Discussion : une imagerie climatique inscrite dans un courant pictural

37S'appuyer sur l'histoire du climat pour étudier les représentations picturales d'une saison est un des moyens possibles pour mieux comprendre tant les peintures elles-mêmes que l'imaginaire des peintres. Cette démarche n'est, en soi, pas nouvelle (J.P. ROBINSON 2006 ; E. LE ROY LADURIE et al., 2007 ; D. CAMUFFO, 2010). Mais la précision des sources fournies par J. BUISMAN (2000), comparées aux peintures, lui confère son originalité. Il est cependant évident que le climat, à lui seul, n'explique en rien le foisonnement des scènes ou paysages d'hiver : un contexte propre aux Provinces-Unies favorise cet essor. Ainsi, si le rôle du climat est à prendre en compte dans l'histoire de la peinture, les choix des peintres sont multi-factoriels : "les relations entre le climat et l'art, c'est-à-dire entre les variations du climat et leur reflet dans l'art, surtout la peinture, sont plus diverses (...) qu'il n'apparaît au premier coup d'œil" (C.D. SCHÖNWIESE, 1997). Le refroidissement du XIVème siècle n'a d'ailleurs pas été réfléchi dans l'art, contrairement au second du XVIIème siècle. En outre, seul un pays voit ce genre de peintures foisonner (par rapport à un PAG affectant l'ensemble des continents). Un effet de mode a joué : la vogue de ces peintures a commencé à la fin du XVIème siècle pour se terminer à la fin du XVIIème siècle.

38Ces peintures s'inscrivent aussi dans un courant pictural bien identifié. B. LAMBLIN (1983) écrit d'ailleurs "on peut sans doute dire que le paysage d'hiver est au XVIIème siècle le paysage hollandais par excellence". Il rejoint en effet cette impression de temps suspendu : "l'ensemble des œuvres illustre la répétition à l'infini de scènes substantiellement identiques" (J. LOMBARD, 2001). Quoi de plus vrai dans les scènes d'hiver (en tant que scènes de genre), qui nient le déroulement du temps et les variations climatiques des hivers en représentant presque toujours les plaisirs de la glace sous un ciel favorable ? Ensuite, on peut dire que ces dernières relèvent de l'"esthétisation de la vie sociale" (ibid.) qui concerne les œuvres d'art de cette époque comme les scènes d'intérieurs. Cette esthétisation, dans les scènes d'hiver, passe par exemple dans le soin apporté aux costumes. Enfin, il est surprenant de voir que la chronologie des scènes et paysages d'hiver suit, dans les grandes lignes, celle de toute la peinture du Siècle d'or : jusque vers 1630, celle-ci montre le monde nouveau que sont les Provinces-Unies, prospères et victorieuses, où une forme de consensus social s'affiche au grand jour. Toutes les classes sociales se croisent dans la peinture sur les cours d'eau gelés. Puis, entre 1630 et 1650 environ, on assiste peu à peu à une remise en cause de cet idéal, à une plus grande morosité, tant dans les portraits (moins joyeux) que dans les natures mortes (moins exubérantes) ou que dans les paysages et scènes d'hiver (moins festifs). Après les années 1650, le désenchantement atteint son paroxysme dans les peintures de Jacob VAN RUISDAEL, dont les paysages d'hivers sont totalement dépourvus d'allégresse. On peut y voir un reflet du déclin des Pays-Bas que l'invasion des troupes françaises en 1672 accentue : c'est la Rampjaar, l'année du désastre.

39Ce n'est qu'au XIXème siècle que l'on assiste à un nouvel âge d'or des paysages d'hiver. Avec l'invention du tube de peinture en étain et du chevalet pliant, les paysages dans leur globalité se renouvellent puisque les artistes peuvent peindre à l'extérieur. Les impressionnistes feront de la lumière réfléchie sur le manteau neigeux un sujet important dans de nombreuses toiles (Glaçons sur la Seine à Bougival, La Pie, de MONET...). "Avec eux, la neige n'est plus blanche ou grise, elle prend toutes les couleurs de la palette selon les heures…" (M. PINAULT-SORENSEN, 2009).

VI - Conclusion

40Les maîtres flamands du XVIIème siècle ont donc représenté l'hiver du Petit Âge Glaciaire en privilégiant soit un temps froid et sec associé à des scènes de genre festives (la grande majorité), soit un temps couvert associé à des scènes moroses. Reste que, sans exception, tous les tableaux présentés lors de l'exposition Holland Frozen in Time montrent de l'eau glacée. Aucun ne représente un hiver doux, alors que les sources écrites montrent que les hivers sans gel des cours d'eau ont existé (J. BUISMAN, 2000). Peindre une rivière sans glace ne devait pas répondre à l'imagerie de l'hiver pour les peintres du XVIIème siècle.

41Enfin, les scènes d'hiver ne reflètent pas l'impact de l'hiver et de la neige sur les sociétés. Les contemporains ont parfois témoigné d'épisodes neigeux très contraignants, occasionnant souvent la mort d'animaux, voire d'humains. Ces contraintes sont absentes dans les scènes et paysages d'hiverdu XVIIème siècle. Même lorsque le manteau neigeux atteint une épaisseur notable sur les tableaux (ce qui est déjà rare), il ne semble pas entraver les déplacements des habitants du Siècle d'or. On peut donc affirmer qu'"Ils [les peintres] ont plutôt représenté des contes visuels, refusant le plus souvent, sous couvert d'en peindre les apparences, l'ici et le maintenant" (J. LOMBARD, 2001).

Remerciements : Nous tenons à remercier très chaleureusement Emmanuel LE ROY LADURIE pour ses éclairages précieux sur le Petit Âge Glaciaire, et l'intérêt qu'il a porté à cet article.

Haut de page

Bibliographie

BLANKERT A., sous la direction de (1982) - Avercamp, Frozen silence. Édit. K. & V. WATERMAN, Amsterdam, 153 p.

BUISMAN J. (2000) - Duizend jaar weer, wind en water in de Lage Landen. Vol. IV : 1575-1675. Édit. VAN WIJNEN, Franeker (Pays-Bas), 767 p.

CAMUFFO D. (2010) - Le niveau de la mer à Venise d'après l'œuvre picturale de Véronèse, Canaletto et Bellotto. Revue d'histoire moderne et contemporaine, n° 57, n° 3, p. 92-110.

CROWLEY T.J. (2000) - Causes of climate change over the past 1000 years. Science, n° 289,p. 270-277.

DENYS C. et PARESYS I. (2007) - Les anciens Pays-Bas à l'époque moderne (1404-1815). Édit. Ellipse, Paris, 262 p.

GARNIER E. (2010) - Les dérangements du temps, 500 ans de chaud et de froid en Europe. Édit. PLON, Paris, 244 p.

GOEDDE L.O. (2005) - Bethlehem in the Snow and Holland on the Ice. Climatic Change and the Invention of the Winter Landscape, 1560-1620. In : Kulturelle Konsequenzen der Kleinen Eiszeit, W. BHERINGER, H. LEHMAN et C. PFISTER édit., Édit. VANDENHOECK & RUPRECHT, Berlin, p. 311-322.

HUNT B.G. (2006) - The Medieval Warm Period, the Little Ice Age and simulated climatic variability. Climate Dynamics, vol. 27, n° 7-8, p. 677-694.

LAMB H.H. (1982) - Climate History and the Modern World. Édit. Routledge, Londres, 433 p.

LAMBLIN B. (1983) - Peinture et temps. Édit. Publications de la Sorbonne, Paris, 654 p.

LE ROY LADURIE E. (2004) - Histoire humaine et comparée du climat (volume 1). Édit. FAYARD, Paris, 739 p.

LE ROY LADURIE E., BERCHTOLD J. et SERMAIN J.P., sous la direction de (2007) - L'évènement climatique et ses représentations (XVIIème-XIXème siècles). Histoire, littérature, musique et peinture. Édit. DESJONQUÈRES, Paris, 513 p.

LOMBARD J. (2001) - Peinture et société dans les Pays-Bas du XVIIème siècle. Édit. l'Harmattan, Paris, 199 p.

MATTHES F.E. (1939) - Report of the Committee on Glaciers. Transactions. of the American Geophysical Union, n° 20, p. 518-523.

MILNER KAHR M. (1998) - La Peinture hollandaise du Siècle d'or. Édit. Le livre de Poche, Paris, 447 p.

MÖRNER N.A. (2010) - Solar Minima, Earth's rotation and Little Ice Ages in the past and in the future. Global Planet Change, vol. 72 n° 4, p. 282-293.

PELUS-KAPLAN M.L. (1999) - L'Europe du XVIème siècle. Édit. HACHETTE, Paris, 160 p.

PINAULT-SORENSEN M. (2009) - Petite encyclopédie de la neige en peinture. Intervention lors du séminaire "De Brueghel à Monet, une encyclopédie de la neige" (Paris, juin 2009). Site internet : http://www.perceptionclimat.net/seminaire.php?id=44.

ROBINSON J.P. (2006) - Ice and snow in paintings of Little Ice Age winters. Weather,vol. 60, tome II, p. 37-41.

ROELOFS P., BIKKER J., DE KRAKER, DU MORTIER B., STAPELHOUMAN M., VERSLYPE I. et WALLERT A. (2009) - Hendrik Avercamp, de meester van het ijsgezicht. Édit. Rijksmuseum, Amsterdam, 192 p.

SCHÖNWIESE C.D. (1997) - Europäische Klimatgeschichte und ihre Verbindungen zur Kunst, insbesondere Malerei. In : Wolken, Malerei, Klima, Édit. Deutsche Meteorologische Gesellschaft (DMG), Berlin, p. 143-158.

TODOROV T. (1997) - Éloge du quotidien. Édit. Seuil, Paris, 154 p.

VAN SUCHTELEN A. (2001) - Holland Frozen in Time. The Dutch Winter Landscape in the Golden Age. Édit. WAANDERS, La Haye, 176 p.

WAGNER S. et ZORITA E. (2005) - The influence of volcanic, solar and CO2 forcing on the temperature during the Dalton minimum: a model study. Climate dynamics, vol. 25, n° 2-3, p. 205-218.

WIJSENBEEK-OLTHUIS T. (1987) - Achter de gevels van Delft : Bezit en bestaan van rijk en arm in een periode van achteruitgang (1700-1800). Édit. Hiversum, Verloren, 490 p.

YOU P. et MASSON-DELMOTTE V. (2005) - Trends in sub-annual climate variability since the Little Ice Age in western Europe. Geoscience, n° 337, p. 1001-1012.

ZUMTHOR P. (1990) - La vie quotidienne en Hollande au temps de Rembrandt. Édit. HACHETTE, Paris, 368 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le froid hivernal aux Pays-Bas entre 1575 et 1675 (d'après J. BUISMAN, 2000).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2 - Pieter Bruegel l'Ancien, Le dénombrement à Bethlehem, 1566 (Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles).
Légende Toutes les peintures reproduites dans cet article proviennent du site http://commons.wikimedia.org/​. Elles sont libres d'utilisation (Yorck Projekt).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau I - Les maîtres du genre hivernal en peinture au XVIIème siècle.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Figure 3 - Aert VAN DER NEER, Vue d'un cours d'eau en hiver (tableau peint vers 1655-1660 – Rijksmuseum, Amsterdam).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau II - Types de manteau neigeux dans les tableaux de Holland Frozen in Time.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau III - Types d'habitat dans les tableaux présentés pour Holland Frozen in Time.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau IV - Les catégories sociales représentées dans les tableaux de Holland Frozen in Time.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4 - Jan VAN GOYEN, L'Hiver (peint vers 1625) (Rijksmuseum, Amsterdam).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau V - Classification des peintres de l'hiver selon leur thème favori.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 5 - Les chutes de neige (trait rouge plein) et le froid (trait bleu pointillé) entre 1608 et 1625 (d'après J. BUISMAN, 2000).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 6 - Hendrick AVERCAMP : Paysage d'hiver avec un bateau à voiles (peint vers 1608 – Musée d'art et d'histoire, Genève).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 7 - Jacob VAN RUISDAEL, Paysage d'hiver (peint vers 1665-1670 – Rijksmuseum, Amsterdam).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1312/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Metzger et Martine Tabeaud, « Les scènes hivernales dans la peinture du Siècle d'or hollandais », Physio-Géo, Volume 4 | -1, 169-185.

Référence électronique

Alexis Metzger et Martine Tabeaud, « Les scènes hivernales dans la peinture du Siècle d'or hollandais », Physio-Géo [En ligne], Volume 4 | 2010, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1312 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1312

Haut de page

Auteurs

Alexis Metzger

Institut de géographie, 191 rue Saint Jacques, 75005 PARIS et CNRS UMR ENEC.
Courriel : alexis.metzger@yahoo.fr

Articles du même auteur

Martine Tabeaud

Institut de géographie, 191 rue Saint Jacques, 75005 PARIS et CNRS UMR ENEC.
Courriel : tabeaud@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org