Navigation – Plan du site
Articles

Analyse du vent sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav (Roumanie)

Marian Ilie Briceag
p. 1-10

Résumés

Cette analyse du vent est destinée à préciser les conditions météorologiques locales qui conditionnent le fonctionnement de l'aérodrome de Brasov-Ghimbav. En aviation, la direction et l'intensité du vent sont très importantes pour le décollage et plus encore pour l'atterrissage des aéronefs. L'étude de cet élément météorologique est réalisée à partir d'une analyse climatologique portant sur 39 années, de 1971 à 2009, et d'une analyse aérologique sur 10 années, de 2000 à 2009 (les observations météorologiques ont été fournies par l'Administration Nationale de la Météorologie). Les résultats obtenus montrent la distribution prédominante du vent selon certaines directions, les directions nord-ouest et sud-ouest, pour les observations visuelles anciennes, et les directions ouest-nord-ouest et sud-sud-ouest, pour les observations automatiques au cours des six dernières années. Quelle que soit la méthode d'observation, c'est le vent de travers (directions ouest) qui atteint les vitesses les plus élevées sur la piste principale de l'aérodrome de Brasov-Ghimbav, comme du reste sur la piste projetée pour le futur aéroport international de Brasov. Cela constitue un problème pour les aéronefs les plus légers, dont les valeurs limites pour le vent de travers sont faibles. Dans ce contexte, la prévision des vents violents est très importante. La distribution horaire des vents sur la période 2000­2009, montre notamment qu'au printemps et en été, les vents de nord-ouest sont largement dominants durant le jour, en particulier pour les vitesses [10-15) m/s, avec une fréquence maximale entre 10 et 15 heures. L'analyse aérologique des situations météorologiques apporte des éléments d'explication à certaines observations. Ainsi les vitesses du vent ≥ 20 m/s ont été enregistrées majoritairement en présence du cyclone Islandais, lors du passage du front atmosphérique froid, le contraste barrique étant élevé non seulement au niveau du sol, mais également dans les niveaux supérieurs.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'aérodrome de Brasov-Ghimbav est situé dans une région typique des Carpates Roumaines (Fig. 1). Il se trouve vers 530 m d'altitude, dans une vaste dépression entourée de montagnes (Photos 1 et 2) qui la dominent de 1300-2000 m au sud et à l'est, 400-600 m au nord et jusqu'à 1100 m à l'ouest. La configuration du relief, par les dénivelés, aussi bien que par l'agencement des vallées et des cols, définit des traits spécifiques locaux qui conditionnent les relations entre les masses atmosphériques océaniques d'ouest et de nord-ouest et les masses atmosphériques continentales d'est et de sud-est (Administraţia Naţională de Meteorologie, 2008 ; N. ION-BORDEI, 1988 ; E. MIHAI, 1975). Ainsi les circulations générale et locale ont-elles ici une influence particulière sur la direction et la vitesse du vent. Or les conditions aérométriques jouent un rôle très important dans la gestion d'un aérodrome. L'orientation des pistes (RWY) doit tenir compte des directions du vent (S. GHEORGHE et al., 1976 ; N. TOPOR et al., 1967). De plus, les activités aéronautiques doivent être programmées dans des conditions aérométriques permettant d'assurer les vols. Il est donc tout particulièrement nécessaire d'anticiper les changements de direction et d'intensité du vent. Sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav, les informations sur le vent et la prévision des changements possibles revêtent un intérêt d'autant plus grand que sont organisés des vols pour obtenir la licence PPL sur des avions de 4ème catégorie, la licence ULM sur des engins légers (Zlin 142, SportStar), ainsi que des cours de parachutisme avec l'avion AN2.

Figure 1 - Position géographique de l'aérodrome de Brasov-Ghimbav (45°42'3N / 25°31'51"E).

Figure 1 - Position géographique de l'aérodrome de Brasov-Ghimbav (45°42'3N / 25°31'51"E).

Photo 1 - La dépression de Brasov-Ghimbav et son environnement montagneux : vue prise à proximité de la station météorologique en direction du nord-ouest. [cliché : M.I. BRICEAG]

Photo 1 - La dépression de Brasov-Ghimbav et son environnement montagneux : vue prise à proximité de la station météorologique en direction du nord-ouest. [cliché : M.I. BRICEAG]

Photo 2 - La dépression de Brasov-Ghimbav et son environnement montagneux : vue prise à proximité de la station météorologique en direction du sud-ouest.  [cliché : M.I. BRICEAG] 

Photo 2 - La dépression de Brasov-Ghimbav et son environnement montagneux : vue prise à proximité de la station météorologique en direction du sud-ouest.  [cliché : M.I. BRICEAG] 

2La recherche s'appuie sur l'analyse climatologique des valeurs de vent enregistrées au cours d'une période de 39 années, 1971-2009, et sur l'analyse aérologique des différentes situations synoptiques au cours des années 2000-2009, dans le but de connaître les conditions météorologiques locales et d'améliorer la prévision sur l'aérodrome.

II - Analyse climatologique

3Actuellement, l'aérodrome a une piste en herbe principale (RWY principale) orientée selon les directions 210º-030º et une piste en herbe secondaire (RWY secondaire) orientée selon les directions 300º-120º. Avec la prochaine création d'un aéroport international, une nouvelle piste est prévue, parallèle à la piste principale de l'aérodrome (Fig. 2).

4Sur la période 1971-2009, en sélectionnant les observations faites chaque jour à 1h, 7h, 13h et 19h (heures UTC), le vent calme présente la fréquence la plus forte, avec 38,2 % des cas. Il est suivi par les directions nord-ouest, avec 12,7 %, et sud-ouest, avec 10,1 %, les valeurs les plus faibles revenant aux directions sud-sud-est, avec 1,1 %, et nord-nord-est, avec 1,2 %. Pour les vitesses moyennes sur la période d'étude, on observe globalement la même distribution que pour les directions prédominantes. Les vitesses moyennes les plus élevées ont été enregistrées pour les directions nord-ouest et ouest-nord-ouest, avec 5,1 m/s, sud-ouest avec 4,7 m/s, ouest et sud-sud-ouest avec 4,3 m/s, tandis que les vitesses moyennes minimales ont été enregistrées pour les directions nord-nord-est, avec 1,5 m/s, et sud-sud-est, avec 1,7 m/s (Fig. 2). Ces valeurs confirment la nécessité d'utiliser la piste en herbe secondaire.

Figure 2 - Fréquence et vitesse moyennes du vent par secteurs sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav sur la période 1971-2009 (à gauche) et orientation des pistes actuelles et projetée (à droite).

Figure 2 - Fréquence et vitesse moyennes du vent par secteurs sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav sur la période 1971-2009 (à gauche) et orientation des pistes actuelles et projetée (à droite).

5Le grand nombre de cas enregistrés pour les directions ouest-nord-ouest et nord-ouest pourrait ne pas avoir trop d'influence sur l'utilisation de la piste du futur aéroport international, même si cela est discuté.

6Mais la difficulté est tout autre pour l'aérodrome, qui est utilisé par des aéronefs légers. À cet égard, notons que les conditions de vent défavorables, tel le vent fort de travers, le vent arrière et le cisaillement du vent, sont la cause de 33 % des accidents aéronautiques au décollage ou à l'atterrissage. À lui seul, le vent de travers est tenu pour responsable d'environ 70 % des accidents ou incidents, 85 % d'entre eux s'observant lors de l'atterrissage (source : La Flight Safety Foundation Rapport, 1999 – http://flightsafety.org/​fsd/​fsd_nov-feb99.pdf).

7Considérant l'orientation des pistes, bien que les fréquences moyennes des deux directions prédominantes soient presque égales, les vitesses maximales mensuelles ≥ 15 m/s (Tab. I) sont plus fréquentes pour des vents de travers par rapport à la piste principale de l'aérodrome (96 cas sur 158 pour les directions ouest, ouest-nord-ouest et nord-ouest, contre 62 cas pour les directions sud, sud-sud-ouest et sud-ouest).

Tableau I - Nombre de mois où la vitesse maximale mensuelle a été enregistrée pour chaque direction de vent sur la période 1971-2009.

Tableau I - Nombre de mois où la vitesse maximale mensuelle a été enregistrée pour chaque direction de vent sur la période 1971-2009.

8La direction maximale mensuelle du vent la plus souvent observée est nord-ouest, avec des vitesses présentant la fréquence la plus élevée pour 9 m/s (40 cas sur 156, mais avec seulement 17 cas en dessous de cette valeur). La direction sud-ouest vient ensuite, avec une vitesse du vent également le plus souvent à 9 m/s (32 cas sur 248, avec seulement 14 cas en dessous de cette valeur).

9Après l'orientation du vent, l'intensité du vent de travers qui balaie la piste principale, selon les directions ouest, ouest-nord-ouest et nord-ouest, constitue un deuxième élément qui rend indispensable le recours à la piste en herbe secondaire de l'aérodrome de Brasov-Ghimbav. Des vitesses maximales mensuelles supérieures à 20 m/s ont été enregistrées, jusqu'à 24 m/s pour la direction sud-ouest, 28 m/s pour la direction sud-sud-ouest, 34 m/s pour les directions sud, ouest, et nord-ouest, et 40 m/s pour la direction ouest-nord-ouest.

10Jusqu'en 2003, des cas de vent calme ont été souvent observés (Fig. 3-a). Depuis cette date, cette situation est moins fréquente (9,3 cas par an en moyenne seulement), avec une augmentation sensible du poids des directions nord, nord-nord-est, nord-est et est, mais avec des vitesses de vent faibles (Fig. 3-b). L'explication de cette modification dans la distribution observée du vent tient dans l'automatisation des relevés météorologique. Ainsi les moindres valeurs de la vitesse du vent sont maintenant enregistrées et avec elles les directions.

Figure 3 - Distributions annuelles et saisonnières par secteurs de la fréquence et de la vitesse du vent de 1971 à 2009.

Figure 3 - Distributions annuelles et saisonnières par secteurs de la fréquence et de la vitesse du vent de 1971 à 2009.

a : fréquences annuelles (%). b : vitesses moyennes annuelles (m/s). c : distibution du vent entre 2004 et 2009. d : fréquences saisonnières moyennes (%). e : vitesses saisonnières moyennes (m/s).

11La distribution saisonnière des fréquences de vent (Fig. 3-d) montre, sur l'ensemble de la période 1971-2009, un nombre plus grand de cas de vent calme (ou du moins très faible) pendant la saison froide. La direction nord-ouest se distribue de manière assez homogène entre toutes les saisons. La direction sud-ouest est moins représentée en hiver qu'au printemps, en été et en automne. Les directions les moins fréquentes, dont certaines ne sont pas représentées sur les figures 3-d et 3-e, se répartissent de façon assez uniforme entre les saisons : nord-nord-est (≈ 1,2 % à 1,5 m/s en moyenne), sud-sud-est (≈ 1,1 % à 1,7 m/s), ouest-sud-ouest (≈ 1,7 % à 2,8 m/s) et nord-nord-ouest (≈ 2,3 % à 3,6 m/s). Pour toutes les directions, les plus grandes vitesses du vent sont enregistrées au printemps, avec des valeurs moyennes de 1,9 m/s (nord-nord-est) à 5,5 m/s (ouest-nord-ouest).

12Pour atterrir et décoller, chaque aéronef est assujetti à des vitesses de vent limites. La vitesse la plus élevée se trouve par vent debout. Le vent de travers constitue une situation intermédiaire et les valeurs les plus faibles correspondent au vent arrière. Les décisions pour le décollage et l'atterrissage sont prises par le commandant de bord, son expérience lui permettant le décollage ou l'atterrissage dans certaines conditions météorologiques. En conséquence, l'analyse horaire des vitesses a porté seulement sur les valeurs les plus fortes dans le cas d'un vent grossièrement parallèle à la piste principale de l'aérodrome. Des valeurs plus faibles ont également été considérées en cas de vent de travers. L'analyse est menée sur les années 2000-2009, en utilisant des heures UTC et en retenant les plages suivantes de la vitesse du vent (Fig. 4) :

  • [10-15) m/s, [15-20) m/s et ≥ 20 m/s pour les directions sud-est (de 75 à 165º) et nord-ouest (de 255 à 345º) ;

  • [15-20) m/s et ≥ 20 m/s pour les directions nord-est (de 345 à 75º) et sud-ouest (de 165 à 255º).

Figure 4 - Plages de valeurs retenues pour la vitesse et la direction du vent en fonction de la disposition de la piste principale.

Figure 4 - Plages de valeurs retenues pour la vitesse et la direction du vent en fonction de la disposition de la piste principale.

13Dans le cas des rafales, la vitesse maximale du vent a été prise en compte selon la norme FM 12-XIV SYNOP, qui traduit sous une forme concise propre à l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM), les observations effectuées à la surface terrestre :  http://www.wmo.int/​pages/​prog/​www/​WMOCodes/​Manual/​Volume-I-selection/​Sel2.pdf (FM 12-XIV SYNOP, Organisation Météorologique Mondiale – Codes).

14Au cours de la période d'étude, aucun cas de vitesse égale ou supérieure à 15 m/s n'a été observé pour les directions nord-est et sud-est. Cela confirme les informations présentées en début de chapitre sur la fréquence et l'intensité du vent selon ces directions. Les directions nord-ouest et sud-ouest sont les plus remarquables par la fréquence et l'intensité du vent.

15Pour la plage des vitesses [10-15) m/s, la distribution horaire de la direction nord-ouest montre une fréquence très forte entre 10 et 15 heures au printemps et en été (Fig. 5). Aux mêmes saisons et pour la même direction, la plus grande fréquence des vents se place aux mêmes heures pour la plage des vitesses [15-20) m/s, mais de façon beaucoup moins nette. En automne et en hiver, les différences sont peu significatives entre le jour et la nuit.

Figure 5 - Distribution horaire saisonnière du nombre total de cas, pour les plages de vitesse considérées, sur la période 2000-2009 (heures UTC).

Figure 5 - Distribution horaire saisonnière du nombre total de cas, pour les plages de vitesse considérées, sur la période 2000-2009 (heures UTC).

Parmi les plages retenues, celles qui ne sont pas représentées n'ont pas été observées.

16La direction sud-ouest, comme la direction nord-ouest, manifeste des vitesses [15­20) m/s particulièrement nombreuses à 13 et 14 heures au printemps. Ces vitesses sont du reste alors plus fréquentes de jour (de 8 à 16 heures) que de nuit. En hiver, comme pour la direction nord-ouest, les différences sont faibles entre les situations diurnes et nocturnes. Enfin, en été et en automne, si la direction nord-ouest est encore bien représentée, la direction sud-ouest se fait très rare, surtout en automne où elle ne se produit qu'en situation diurne (Fig. 5).

III - Analyse aérologique

17Cette recherche est fondée sur l'analyse mésoscale des conditions qui prévalaient lors de l'enregistrement de vitesses ≥ 20 m/s selon les directions nord-ouest (255º-345º) et sud-ouest (165º-255º). Le nombre total de cas (heures) observés sur la période 2000-2009 atteint 212. Ils se répartissent principalement entre les directions 270º (65 heures), 290º (55 heures) et 230º (29 heures). Les cas les moins nombreux ont été enregistrés pour les directions 180º, 220º et 340º, chacune n'ayant été observée qu'une seule fois (Tab. II).

Tableau II - Nombre de cas (heures) avec vitesse ≥ 20 m/s enregistrés sur certains directions (degrés) dans la période 2000-2009.

Tableau II - Nombre de cas (heures) avec vitesse ≥ 20 m/s enregistrés sur certains directions (degrés) dans la période 2000-2009.

18La moitié des vitesses ≥ 20 m/s se sont produites pendant la saison froide (20 jours en hiver, contre 11 jours au printemps, 5 jours en automne et 4 jours en été), en relation avec le passage sur le centre de la Roumanie du front atmosphérique froid du cyclone Islandais (N. TOPOR et C. STOICA, 1964 ; E. ION-BORDEI, 1983). Sur les 33 situations synoptiques enregistrées, 19 ont été rapportées au cyclone Islandais et 4 à peine au cyclone Méditerranéen. Encore faut-il souligner que dans 3 de ces 4 cas, le cyclone Méditerranéen, qui présentait une pression centrale de 1000 hPa seulement et suivait la trajectoire 1, n'était qu'un prolongement du thalweg du cyclone Islandais. Dans le dernier cas, le cyclone Méditerranéen était très actif, mais il n'a déterminé l'intensification du vent sur l'aérodrome qu'une fois devenu rétrograde. En définitive, il ressort que le contraste thermo-barrique a été assuré le plus souvent par le cyclone Islandais, en liaison avec l'anticyclone des Açores, le gradient et la distribution barriques se retrouvant de la surface du sol jusqu'au niveau de la tropopause (Fig. 6).

Figure 6 - Distribution médiane des principaux paramètres météorologiquess pour les cas sous influence de la dépression Islandaise.

Figure 6 - Distribution médiane des principaux paramètres météorologiquess pour les cas sous influence de la dépression Islandaise.

Source : NCEP/NCAR Réanalyses, NOAA – http://www.cdc.noaa.gov/​data/​gridded/​reanalysis.

19Les situations du 19 mars 2005 et du 2 mars 2008 (Fig. 7) sont particulièrement démonstratives, le front froid étant très bien défini et le gradient des pressions au sol témoignant d'un cyclone Islandais en pleine maturation.

Figure 7 - Passage d'un front froid sur la Roumanie et position du centre de la dépression islandaise le 19 mars 2005 à 01h15 UTC (à gauche) et le 02 mars 2008 à 00h18 UTC (àdroite). Les cartes synoptiques et les emagrammes sont établies pour 00h00 UTC.

Figure 7 - Passage d'un front froid sur la Roumanie et position du centre de la dépression islandaise le 19 mars 2005 à 01h15 UTC (à gauche) et le 02 mars 2008 à 00h18 UTC (àdroite). Les cartes synoptiques et les emagrammes sont établies pour 00h00 UTC.

Sources : http://www.sat.dundee.ac.uk pour les images satellitales, http://www.wetter3.de/​Archiv/​archiv_dwd.html pour les cartes synoptiques et http://weather.uwyo.edu/​upperair/​sounding.html pour les emagrammes.

20Le 19 mars 2005, les données d'un sondage de l'atmosphère par radiosonde effectué à Cluj-Napoca, à 190 km environ au nord-ouest de Brasov-Ghimbav, situe le niveau de la tropopause à 224 hPa (J. THUBURN et G.C. CRAIG, 1997) et, juste sous ce niveau, la vitesse du courant-jet à 38-41 m/s. La circulation des couches moyennes et supérieures, entraînant la circulation des couches inférieures de la troposphère, la vitesse maximale des rafales a atteint de 20 à 24 m/s, à 7 heures, avec une direction entre 300 et 310º.

21Le 2 mars 2008, le sondage atmosphérique met en évidence l'intrusion d'air plus sec vers les niveaux moyens et l'existence de deux tropopauses, les niveaux 206 hPa et 401 hPa (D.J. SEDEL et W.J. RANDEL, 2007 ; D.J. SEDEL et W.J. RANDEL, 2006). Ce contexte entraîne l'augmentation du gradient thermique vertical et accroît donc l'instabilité atmosphérique dans les couches moyennes et inférieures de la troposphère. De ce fait, se produisent des averses de pluie et une intensification des rafales dont les vitesses maximales atteignent 20-22 m/s.

IV - Conclusion

22De par sa position géographique, l'aérodrome de Brasov-Ghimbav est parfois sous l'influence des courants d'ouest, qui se révèlent du reste les plus violents. Les valeurs les plus fortes du vent, enregistrées pendant la période 1971-2009, atteignent 24 m/s pour le sud-ouest, 28 m/s pour le sud-sud-ouest, 34 m/s pour l'ouest et le nord-ouest, et 40 m/s pour l'ouest-nord-ouest. Une vitesse de 34 m/s a en outre été enregistrée pour un vent de sud.

23Les vitesses du vent les plus élevées selon le courant d'ouest sont enregistrées principalement pour les directions nord-ouest et ouest-nord-ouest, ce qui correspond bien à l'orientation de la piste principale de l'aérodrome. Toutefois, les directions sud-sud-ouest ou sud-ouest étant loin d'être négligeables, le renforcement de la vitesse du vent selon ces directions oblige les pilotes à utiliser la piste de réserve. La prévision des changements de direction et d'intensité du vent est donc importante pour une bonne gestion des activités de l'aérodrome, surtout lorsqu'ils se produisent brusquement et que la vitesse du vent est grande.

24 Sur le plan climatologique, la répartition horaire des vitesses du vent dans la plage [15-20) m/s montre le même type de distribution au printemps et en été. Les cas les plus nombreux correspondent alors à la direction ouest (soit un vent de travers sur la piste principale de l'aérodrome), avec une grande fréquence diurne qui atteint sa valeur maximale à 13-14 heures. En automne, et plus encore en hiver, la circulation active des couches inférieures de la troposphère entraîne une multiplication des cas de vent de travers et de vent arrière sur la piste principale de l'aérodrome, aussi bien le jour que la nuit. De fait, la moitié des situations synoptiques ayant donné des vitesses du vent ≥ 20 m/s sur la période 2000-2009 ont été enregistrées en hiver. La cause principale du dépassement de cette vitesse est associée au contraste thermo-barrique existant au niveau du sol et aux niveaux moyens et supérieurs, pendant et après le passage sur la zone centrale de la Roumanie du front froid spécifique du cyclone Islandais. D'autres causes se surajoutent lors de ce passage, en rapport avec la superposition du courant-jet au front froid. Il s'en suit l'augmentation du vent de gradient dans les couches inférieures et la formation d'une anomalie de la tropopause dynamique, ce qui détermine l'intensification de l'instabilité du microclimat.

Remerciements :Je suis reconnaissant à Sterie CIULACHE (Université de Bucarest, Faculté de Géographie), pour les conseils qu'il m'a prodigués. Je dois également une profonde reconnaissance à Gheorghe STANCALIE (Directeur du Département Informatique de l'ANM – Administration Nationale de la Météorologie), Sorin CHEVAL (Directeur du Département Climatologie de l'ANM), Anica FUNDULEA et Mioara BOLEA (observateurs à la station de Brasov-Ghimbav), qui m'ont fourni les données aérométriques. Je remercie en outre Bertrand LEMARTINEL (Université de Perpignan Via Domitia), Patrick LOUIS (Air France) et un troisième réviseur resté anonyme, pour leur lecture critique du manuscrit, sans oublier Claude MARTIN pour sa contribution à la finalisation du texte.

Haut de page

Bibliographie

Administraţia Naţională de Meteorologie (2008) - Clima Romaniei. Academiei Române Édit., Bucarest, 365 p.

ION-BORDEI N. (1988) - Fenomene meteoclimatice induse de configuraţia Carpaţilor în Câmpia Rômană. Academiei RSR Édit., Bucarest, 174 p.

ION-BORDEI E. (1983) - Rolul lanţului alpino-carpatic în evoluţia ciclonilor mediteraneeni. Academiei RSR Édit., Bucarest, 136 p.

GHEORGHE Ş., BORDEIANU Ş., RĂDUCAN I., CHERTIC A. (1976) - Manual practic de meteorologie. Tipografia Militară Édit., Bucarest, 379 p.

MIHAI E. (1975) - Depresiunea Braşov. Studiu climatic. Academiei Republicii Socialiste Romania Édit., Bucarest, 209 p.

SEDEL D.J. et RANDEL W.J. (2006) - Variability and trends in the global tropopause estimated fromradiosonde data. Journal of Geophysical Research Atmospheres, vol. 111, D21101, doi : 10.1029/2006JD007363, 17 p..

SEDEL D.J., RANDEL W.J. et PAN L.L. (2007) - Observational characteristics of double tropopauses. Journal of Geophysical Research Atmospheres, vol. 112, D07309, doi : 10.1029/2006JD007904, 13 p.

THUBURN J. et CRAIG G.C. (1997) - GCM tests of theories for the height of the tropopause. Journal of the Atmospheric Science, vol. 54, p. 869-882.

TOPOR N., MOŞOIU V., VANCEA N. (1967) - Meteorologie aeronautica. Medicală Édit, Bucarest, 397 p.

TOPOR N. et STOICA C. (1964) - Tipuri de circulaţie şi centrii de acţiune atmosferică deasupra Europei. CSA Institutul Meteorologic Édit., Bucarest. 173 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Position géographique de l'aérodrome de Brasov-Ghimbav (45°42'3N / 25°31'51"E).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Photo 1 - La dépression de Brasov-Ghimbav et son environnement montagneux : vue prise à proximité de la station météorologique en direction du nord-ouest. [cliché : M.I. BRICEAG]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo 2 - La dépression de Brasov-Ghimbav et son environnement montagneux : vue prise à proximité de la station météorologique en direction du sud-ouest.  [cliché : M.I. BRICEAG] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 2 - Fréquence et vitesse moyennes du vent par secteurs sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav sur la période 1971-2009 (à gauche) et orientation des pistes actuelles et projetée (à droite).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau I - Nombre de mois où la vitesse maximale mensuelle a été enregistrée pour chaque direction de vent sur la période 1971-2009.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 3 - Distributions annuelles et saisonnières par secteurs de la fréquence et de la vitesse du vent de 1971 à 2009.
Légende a : fréquences annuelles (%). b : vitesses moyennes annuelles (m/s). c : distibution du vent entre 2004 et 2009. d : fréquences saisonnières moyennes (%). e : vitesses saisonnières moyennes (m/s).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 4 - Plages de valeurs retenues pour la vitesse et la direction du vent en fonction de la disposition de la piste principale.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 5 - Distribution horaire saisonnière du nombre total de cas, pour les plages de vitesse considérées, sur la période 2000-2009 (heures UTC).
Légende Parmi les plages retenues, celles qui ne sont pas représentées n'ont pas été observées.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Tableau II - Nombre de cas (heures) avec vitesse ≥ 20 m/s enregistrés sur certains directions (degrés) dans la période 2000-2009.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6 - Distribution médiane des principaux paramètres météorologiquess pour les cas sous influence de la dépression Islandaise.
Légende Source : NCEP/NCAR Réanalyses, NOAA – http://www.cdc.noaa.gov/​data/​gridded/​reanalysis.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 7 - Passage d'un front froid sur la Roumanie et position du centre de la dépression islandaise le 19 mars 2005 à 01h15 UTC (à gauche) et le 02 mars 2008 à 00h18 UTC (àdroite). Les cartes synoptiques et les emagrammes sont établies pour 00h00 UTC.
Légende Sources : http://www.sat.dundee.ac.uk pour les images satellitales, http://www.wetter3.de/​Archiv/​archiv_dwd.html pour les cartes synoptiques et http://weather.uwyo.edu/​upperair/​sounding.html pour les emagrammes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/1408/img-12.png
Fichier image/png, 160 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marian Ilie Briceag, « Analyse du vent sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav (Roumanie) », Physio-Géo, Volume 5 | -1, 1-10.

Référence électronique

Marian Ilie Briceag, « Analyse du vent sur l'aérodrome de Brasov-Ghimbav (Roumanie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 5 | 2011, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/1408 ; DOI : 10.4000/physio-geo.1408

Haut de page

Auteur

Marian Ilie Briceag

Université de Bucarest, Faculté de Géographie, 1 rue Nicolae Balcescu, 010041 BUCAREST, ROUMANIE.
Courriel : marian_email@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org