Navigation – Plan du site
Articles

La palmeraie des Îles Kerkennah (Tunisie), un paysage d'oasis maritime en dégradation : déterminisme naturel ou responsabilité anthropique ?

Noômène Fehri
p. 167-189

Résumés

L'archipel des Kerkennah, situé dans le Golfe de Gabès à environ 18 kilomètres au large de la ville de Sfax, se caractérise par la fragilité de son "milieu naturel". Une fragilité qui peut être résumée en trois points :
- un climat semi-aride caractérisé par la longue durée de la saison estivale sèche avec un déficit hydrique moyen qui dépasse 1000 mm/an ;
- une prépondérance des formations meubles, en particulier les limons rouges würmiens favorables à l'érosion marine, aggravée par une ancienne subsidence qui remonterait au Tyrrhénien ;
- une prédominance des sols salés qui couvrent près de la moitié de la superficie totale.
Cette fragilité se traduit par deux problèmes majeurs, à savoir : un rapide recul du trait de la côte et une extension continue des sebkhas au détriment de la palmeraie dont les arbres sont en train de mourir par centaines.
Cet article met l'accent sur les interventions humaines ayant accéléré la dégradation de ces milieux naturellement fragiles.
Une activité salinière en net accroissement, un déclin de l'intérêt porté par la population locale au palmier, certains aménagements entrepris sans étude d'impact, l'ouverture de carrières et l'extraction illicite des sables pour les besoins de la construction, le surpâturage, tels sont les principaux facteurs anthropiques de cette dégradation accélérée.
La prise en compte de l'ensemble des particularités environnementales des Kerkennah s'impose donc comme étant une condition indispensable pour toute action de développement qui se veut rationnelle et durable.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Au moment où plusieurs chercheurs et organisations non gouvernementales se mobilisent pour rappeler la grande fragilité du milieu naturel dans les Îles Kerkennah (Fig. 1) et en dépit d'une volonté politique éclairée visant à y orienter les projets de développement vers un tourisme écologique et durable soucieux de l'équilibre des écosystèmes (projet de Sidi Alf Ennakhal), certaines pratiques déjà condamnées dans maints travaux (A. OUESLATI, 1986; N. FEHRI, 1998 ; N. HMANI, 1998 ; M. SOUISSI, 2000 ; …) persistent encore, provoquant des dommages souvent irréversibles : extension irrationnelle de l'activité salinière, extraction illicite des sables pour les besoins de la construction…

Figure 1 - Carte de localisation des Îles Kerkennah.

Figure 1 - Carte de localisation des Îles Kerkennah.

Source : feuilles topographiques au 1/25000 En-Najet SO, En-Najet SE, Er-Ramla NE, Er-Ramla SO et Sfax SE.

2Plus inquiétant encore est l'état de certaines parties de la palmeraie, véritable joyau de l'archipel, qui devrait constituer sans doute l'un des pivots de ce tourisme écologique tant espéré, tant attendu.

3À travers une approche à la fois naturaliste et historique, cet article essaye de cerner les aspects de fragilité des écosystèmes dans les Îles Kerkennah et de mettre l'accent sur le rôle des actions anthropiques en matière d'accélération de leur dégradation, en particulier dans le cas de la palmeraie.

II - Un milieu naturel fragile

1 ) Des conditions climatiques difficiles

4On insistera sur deux aspects majeurs du climat :

a. Des précipitations faibles et irrégulières

5La fragilité du milieu naturel des Kerkennah est en partie inhérente à la faiblesse des précipitations, dont le total annuel moyen n'excède pas 224 mm à la station de Kellabine.

6Par ailleurs, ces précipitations se caractérisent par une grande irrégularité interannuelle (Fig. 2). Ainsi a-t-on enregistré 591 mm en 1995-96, contre 87 mm seulement en 1987-88. À l'échelle annuelle, la variabilité est également très forte : octobre, le mois le plus arrosé, présente une moyenne de 44 mm et concentre ainsi presque 1/5 du total annuel moyen ; juillet est le mois le plus sec avec une moyenne inférieure à 1 mm.

Figure 2 - Variation de la pluviométrie annuelle (de septembre à août) à la station de Kellabine sur la période 1965-2009 (source :Direction Générale des Ressources en Eau - DGRE).

Figure 2 - Variation de la pluviométrie annuelle (de septembre à août) à la station de Kellabine sur la période 1965-2009 (source :Direction Générale des Ressources en Eau - DGRE).

7Le régime saisonnier est du type AHPE (dans l'ordre décroissant). L'automne totalise 44,5 % du total pluviométrique annuel contre 32,2 % pour l'hiver, 22,1 % pour le printemps et seulement 1,2 % pour l'été.

b. Un bilan hydrique largement déficitaire

8Faute de station synoptique aux Kerkennah, on se basera sur les données thermiques et de l'ETP enregistrées à la station de Sfax El-Maoû pour calculer les éléments du bilan hydrique.

9À en juger par la moyenne annuelle, qui est de l'ordre de 18,7° C (station de Sfax El-Maoû), le régime thermique de l'archipel peut être qualifié de méditerranéen chaud. L'évapotranspiration (calculée par la formule d'ESPINAR et PERLAT, connue aussi comme la formule de l'Institut National de la Météorologie - INM ; cf. L. HÉNIA, 1993) est très élevée : 1260 mm/an en moyenne. Elle se produit surtout au cours de l'été, avec un pic d'environ 200 mm au cours du mois de juillet (Tab. I). La combinaison d'une forte ETP et de faibles précipitations se traduit par un grand déficit hydrique (ETP-P), qui s'élève à plus de 1036 mm/an (Tab. I).

Tableau I - Éléments du bilan hydrique dans les Îles Kerkennah sur la période 1965­2009 (sources : DGRE et CRDA – Commissariat Régional au Développement Agricole – de Sfax -, 2009).

Tableau I - Éléments du bilan hydrique dans les Îles Kerkennah sur la période 1965­2009 (sources : DGRE et CRDA – Commissariat Régional au Développement Agricole – de Sfax -, 2009).

10Cette évaporation intense est favorable aux remontées capillaires qui se font à partir de la nappe phréatique salée (salinité généralement supérieure à 12 g/l), proche de la surface dans une grande partie de l'archipel. Se pose alors le problème de la salinisation des sols, sur lequel nous reviendrons.

2 ) Une topographie très molle favorable à l'extension des sols salés

11L'archipel des Kerkennah s'étend sur une vaste plate-forme continentale qui couvre tout le Golfe de Gabès. Sa topographie se caractérise par la régularité et l'extrême faiblesse des reliefs, comme l'illustre la figure 3.

Figure 3 - Vue en trois dimensions des Îles Kerkennah (composition colorée de l'image LandSat ETM+ du 23 mars 2003 drapée sur MNT).

Figure 3 - Vue en trois dimensions des Îles Kerkennah (composition colorée de l'image LandSat ETM+ du 23 mars 2003 drapée sur MNT).

12Le point culminant n'excède pas 13 m à Ouled Ezzeddine (voir Fig. 1). Mais dans le détail, cette topographie globalement très basse et monotone est marquée par une succession de collines très molles et de basses sebkhas dont l'altitude n'excède guère 1 à 3 m. Cette configuration serait le résultat d'une structure faillée en touches de piano soulevant des "plateaux" qui correspondraient à des horsts et affaissant des grabens aujourd'hui occupés par des sebkhas (A. OUESLATI, 1986). Ces deux unités morphostructurales sont raccordées par des talus de faible dénivellation généralement orientés NO-SE et dont le plus important est celui d'El Maâsra dans l'île Gharbia. Il a un commandement d'environ 7 à 8 mètres.

13Compte tenu de la faiblesse des pentes, les écoulements de surface se font presque exclusivement sous forme de ruissellement diffus et hormis quelques rares petits ravins observés le long du talus d'El Maâsra, il serait abusif de parler dans les Kerkennah d'une véritable érosion liée aux écoulements concentrés.

14En revanche, cette topographie très molle qui ne dépasse le niveau marin que de quelques décimètres sur une grande partie de la surface totale de l'archipel, présente deux inconvénients majeurs : d'une part, elle favorise la contamination des sols par le sel qui remonte par capillarité à partir de la nappe salée et, d'autre part, elle rend facile le travail de l'érosion côtière, notamment dans les secteurs où prédominent des matériaux meubles. Le tout est aggravé par un mouvement de subsidence, aspect sur lequel nous reviendrons.

3 ) Une prédominance des formations meubles favorables à l'érosion marine

15L'examen de la carte géologique des Kerkennah (Tab. II, Fig. 4) montre la prépondérance des formations meubles, en particulier les limons rouges du Würm (Pléistocène supérieur) qui s'étendent sur environ 39 % de la superficie totale.

Tableau II - Répartition surfacique des différents affleurements géologiques dans les Îles Kerkennah déterminée par intégration de la carte géologique (J. DELTEIL, 1982) dans un SIG.

Tableau II - Répartition surfacique des différents affleurements géologiques dans les Îles Kerkennah déterminée par intégration de la carte géologique (J. DELTEIL, 1982) dans un SIG.

Figure 4 - Géologie des Îles Kerkennah (d'après J. DELTEIL, 1982).

Figure 4 - Géologie des Îles Kerkennah (d'après J. DELTEIL, 1982).

16Sur les 181 kilomètres qui forment la longueur totale des côtes de l'archipel, 84 km (soit 46 %) sont taillées dans les limons rouges (Tab. III), sous forme de microfalaises dont la dénivellation ne dépasse guère les 30 à 60 cm.

Tableau III - Longueur des côtes des Îles Kerkennah selon la nature des roches (en km).

Tableau III - Longueur des côtes des Îles Kerkennah selon la nature des roches (en km).

17De fait, si le recul des côtes est un phénomène général qui semble toucher la majeure partie du littoral de l'archipel à des vitesses plus ou moins rapides, c'est sans doute au niveau de ces microfalaises limoneuses qu'on enregistre l'érosion la plus sévère.

18Sur le terrain, ce rapide recul du trait de la côte est attesté par les ruines antiques submergées par l'eau, notamment dans le site de Borj Lahsar (A. OUESLATI, 1986 ; H. SLIM etal., 2004), par le grand nombre de palmiers rattrapés voire abattus par la mer, ou encore par les pistes côtières grignotées par les vagues (Photos 1).

Photos 1 - Palmiers et pistes côtières rattrapés par la mer, preuve d'une rapide érosion marine (en haut : près de Marsa El-Abbassia ; en bas : à Marsa H'mani, sur la côte septentrionale de l'île Gharbia). [clichés : N. FEHRI, mai 1998 et mars 2006]

Photos 1 - Palmiers et pistes côtières rattrapés par la mer, preuve d'une rapide érosion marine (en haut : près de Marsa El-Abbassia ; en bas : à Marsa H'mani, sur la côte septentrionale de l'île Gharbia). [clichés : N. FEHRI, mai 1998 et mars 2006]

19Il semblerait cependant que cette érosion soit plus active sur les côtes NO de l'archipel que sur ses côtes SE. Alors que les premières sont très festonnées et sont disséquées par de nombreux chenaux de marais, les secondes présentent un tracé longitudinal presque rectiligne depuis Rass Essmoum jusqu'à l'Attaya (voir Fig. 1). A. OUESLATI (1986) s'est arrêté sur ce contraste en suggérant que cette fragilité de la façade NO serait à chercher dans une subsidence plus accentuée qu'ailleurs. Le facteur lithologique, ajoute t-il, est également déterminant : alors que la façade SE est façonnée dans les roches relativement résistantes du Villafranchien et de l'Eutyrrhénien, la côte NO laisse voir une alternance de roches dures (croûte calcaire du Villafranchien) et de roches tendres, notamment les limons du Würm (voir Fig. 4). Ces nuances lithologiques sont favorables au travail de l'érosion différentielle, qui expliquerait en grande partie le tracé festonné de cette façade.

20Il faut aussi rappeler que cette dernière est exposée aux vents actifs dominants qui soufflent des secteurs septentrionaux, ce qui procure aux vagues une énergie nettement supérieure à celle des vagues qui s'abattent sur la côte SE, en position d'abri (A. OUESLATI, 1995).

21À l'ensemble de ces facteurs explicatifs, nous ajouterons un autre élément, à savoir la disposition des chenaux de marée par rapport aux accidents tectoniques. En effet, la façade NO, et tout particulièrement dans l'île Cherguia, est affectée par de nombreuses failles perpendiculaires au trait de la côte (voir Fig. 4). Il semble évident que c'est à la faveur de ces failles que se sont installés la plupart des chenaux de marée qui ne cessent de ronger les terres émergées.

4 ) Des terrains en subsidence au moins depuis l'antiquité

22Nombreux sont les travaux qui se sont penchés sur la question de la néotectonique dans les Kerkennah (P.F. BUROLLET, 1978, 1979 ; J. DELTEIL et M. LOMBOY, 1979 ; …). L'ensemble de ces travaux a été synthétisé puis critiqué par A. OUESLATI (1986, p. 105-108). Cet auteur conclut à l'ancienneté des premiers mouvements de subsidence connus par l'archipel, qui remonteraient selon toute vraisemblance au Tyrrhénien et se seraient prolongés bien après. En appui à cette thèse, A. OUESLATI signale que la formation Douira, la formation tyrrhénienne la plus ancienne (120 à 125000 ans BP), observée au Cap Bon (Menzel Temime) et dans le Sahel de Sousse, est ici complètement absente et que les formations Rejiche et Chebba, déposées respectivement par les cycles eutyrrhénien et néotyrrhénien, se trouvent à des altitudes plus basses que dans le Sahel ou même qu'à Djerba.

23Le même auteur se rallie à la thèse de P.F. BUROLLET selon laquelle cet affaissement a dû se prolonger au cours de la période historique, provoquant un remarquable enfoncement de l'archipel.

24Par ailleurs, il est admis que, depuis l'antiquité, le niveau de la mer Méditerranée a connu jusqu'à nos jours une élévation estimée à environ trois décimètres. En somme, les îles Kerkennah auraient subi un ennoiement de trois mètres durant les 2400 dernières années (P.F. BUROLLET, 1979). Cette thèse est d'ailleurs confirmée par la submersion parfois totale de quelques sites antiques, en particulier à Borj Lahsar (l'ancienne Cercina), comme déjà signalé.

25Ce phénomène d'ennoiement de l'archipel, conséquence pour l'essentiel de la subsidence, se traduit par un remarquable recul du trait de la côte, en particulier dans les secteurs les plus bas, et favorise l'extension des sebkhas.

III - La dégradation du milieu naturel : quelle responsabilité des sociétés humaines ?

26L'installation de l'Homme dans les Îles Kerkennah est un fait ancien. L'archipel a vu passer sur ses terres pratiquement toutes les civilisations que le reste du pays a connues. Il n'est pas question ici de revenir dans le détail sur l'histoire de cette installation, thème sur lequel nous disposons aujourd'hui d'une bibliographie historiographique relativement pléthorique (le lecteur peut se référer par exemple à l'ouvrage collectif "Kerkena, Histoire et société", réalisé sous la direction d'A. FEHRI, 2001). Ce qui nous intéresse dans le cadre de cet article, c'est l'action des hommes contemporains tout au long du XXème siècle, notamment au cours des dernières décennies, et son impact sur le milieu naturel d'une manière générale et sur la palmeraie en particulier. En effet, en dépit de la stagnation de la population résidente de l'archipel autour de 14000 à 15000 habitants depuis plusieurs décennies (15130 en 1936 et 14400 en 2004), les rapports de celle-ci avec son milieu ont connu d'importantes mutations, amorcées il y a une quarantaine d'années, et qui se sont répercutées négativement sur l'équilibre de l'écosystème. Ces mutations se sont traduites tantôt par une augmentation de la pression exercée par la population sur le milieu (surpâturage, ouverture des carrières, extraction illicite des sables, salinisation accrue des sols suite à l'introduction de l'activité salinière et de l'irrigation, certains aménagements inadéquats…), tantôt par un déclin de l'activité agricole traditionnelle ayant provoqué la dégradation de la palmeraie.

1 ) Une palmeraie menacée par l'extension continue des sebkhas : le problème de la salinisation des sols

a. Particularités du fonctionnement hydrogéomorphologique des sebkhas côtières des Kerkennah

27Compte tenu de la faiblesse des reliefs, le niveau piézométrique de la nappe phréatique salée est très proche de la surface, notamment dans les terrains les plus bas où il est à quelques décimètres de profondeur tout au plus. Des relevés journaliers réalisés en mars et avril 2006 sur deux piézomètres installés l'un dans Sebkhet El-Abbassia et l'autre sur sa marge, ont ainsi montré un toit de la nappe stable à 61 cm de profondeur pour le premier et à 84 cm pour le second.Les terrains salés à alcalis à structure dégradée, ainsi que les sols salins à structure friable en surface, occupent 7315 ha, soit environ 47 % de la superficie totale de l'archipel (Tab. IV, Fig. 5). Ces sols sont caractéristiques des sebkhas et de leurs marges.

Tableau IV - Répartition surfacique des différents types de sols dans les îles Kerkennah (source : planimétrie de la figure 5 après son intégration dans un SIG).

Tableau IV - Répartition surfacique des différents types de sols dans les îles Kerkennah (source : planimétrie de la figure 5 après son intégration dans un SIG).

Figure 5 - Carte pédologique des Îles Kerkennah (source : H. BEN HASSINE et M. BESBES, 1994).

Figure 5 - Carte pédologique des Îles Kerkennah (source : H. BEN HASSINE et M. BESBES, 1994).

28Les sebkhas sont des dépressions fermées salées caractéristiques des domaines arides. Ce sont des formes d'ablation hydro-éoliennes creusées par la déflation. À cause d'une évaporation intense, les sebkhas concentrent peu à peu le sel dissous dans les eaux de pluie et/ou dans les nappes. La cristallisation du sel ainsi accumulé joue un rôle déterminant dans l'évolution des sebkhas, car elle favorise l'action du vent. En effet, elle s'accompagne souvent d'une floculation des argiles et des limons en petits agrégats qui forment un horizon superficiel de pseudo-sables épais de quelques centimètres (R. COQUE, 1962). Ces pseudo-sables sont par la suite balayés par le vent et déposés sur les marges (le chott) de la dépression formant une lunette et/ou des nebkas (Fig. 6).

Figure 6 - Le fonctionnement hydrogéomorphologique saisonnier d'une sebkha (d'après G. COUDÉ-GAUSSEN, 1995, modifiée).

Figure 6 - Le fonctionnement hydrogéomorphologique saisonnier d'une sebkha (d'après G. COUDÉ-GAUSSEN, 1995, modifiée).

29D'après A. OUESLATI (1986), le paysage de sebkhas actuellement observable dans les Îles Kerkennah ainsi que dans le Golfe de Gabès est le produit d'une évolution récente qui remonte au Pléistocène supérieur - Holocène. Cela est confirmé par le fait que ces terrains salés se placent généralement en-deçà de la limite de la transgression eutyrrhénienne qui a déposé les grès calcaires de la formation Rejiche. Ils sont constitués d'un matériel souvent limoneux rouge qui s'inscrit dans le prolongement des dépôts würmiens des sebkhas côtières (A. OUESLATI, 1986). Leur emplacement aurait été pour la dernière fois durablement submergé lors de la transgression versilienne datée d'environ 5500 ans BP sur les bordures de Sebkhet El-Melah de Zarzis (J.P. PERTHUISOT, 1975) ou encore entre 5490  150 et 5330  160 ans BP sur la marge interne des terrains salés qui bordent la côte de Henchir Kharrouba au Sud de Gabès (R. PASKOFF et P. SANLAVILLE, 1983).

30 L'originalité de ces sebkhas côtières, auxquelles appartiennent celles des Kerkennah, est qu'elles ne sont pas des dépressions endoréiques, mais des terrains salés bas et ouverts sur la mer suivant une pente très faible (Fig. 7). Du point de vue du fonctionnement hydrologique, on notera qu'elles constituent des espaces de transit des eaux de pluie, plutôt que des cuvettes où les eaux pourraient séjourner pendant plusieurs mois jusqu'à épuisement total, notamment par évaporation, comme c'est le cas dans les sebkhas intérieures. De fait, au cours de la saison pluvieuse, l'essentiel des eaux précipitées est rapidement évacué dans la mer et les sebkhas ne sont généralement submergées que pendant quelques jours.

Figure 7 - Schéma d'une sebkha côtière typique des Îles Kerkennah.

Figure 7 - Schéma d'une sebkha côtière typique des Îles Kerkennah.

31 Le drainage des excédents d'eau vers la mer s'accompagne d'un lessivage partiel des chlorures éventuellement accumulés dans les sebkhas au cours de la saison estivale sous forme d'efflorescences salines. Par comparaison avec les dépressions endoréiques de l'intérieur du pays, où les teneurs des sols en sel atteignent souvent des seuils excessifs, cette particularité du fonctionnement hydrologique des sebkhas des Kerkennah maintiendrait les concentrations en sel dans des proportions nettement inférieures ; une particularité grâce à laquelle une palmeraie spontanée a pu prospérer et s'étendre souvent jusqu'au contact immédiat des sebkhas. Toutefois, dans certains cas, l'action des hommes a provoqué la rupture de cet équilibre très fragile.

b. La salinisation liée à la perturbation du fonctionnement hydrologique naturel des sebkhas et à la disparition de certaines pratiques culturales

32 À ce propos, ce qui se passe depuis quelques années à Sebkhet Alif Ennkhal est très symptomatique de cette nouvelle situation de déséquilibre inhérente à des interventions anthropiques déprédatrices (Fig. 8). Dans le cadre du "prochain" projet touristique dans le secteur dit Alif Ennkhal, une digue a été érigée (Photo 2)sur l'exutoire de la sebkha portant le même nom et ce afin de pouvoir faire passer la future route donnant accès au secteur. Aucun évacuateur n'a été prévu au niveau de ladite digue et la sebkha fonctionne depuis comme une dépression fermée où les eaux de pluie s'accumulent, parfois jusqu'au pied des palmiers, et stagnent des mois durant (Photo 3).

Figure 8 - Mécanisme de dégradation de la palmeraie sur les marges de Sebkhet Alif Ennkhal.

Figure 8 - Mécanisme de dégradation de la palmeraie sur les marges de Sebkhet Alif Ennkhal.

Photo 2 - Digue barrant l'exutoire de Sebkhet Alif Ennkhal. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

Photo 2 - Digue barrant l'exutoire de Sebkhet Alif Ennkhal. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

Photo 3 - Marge ouest de Sebkhet Alif Ennkhal : eau affleurante et palmiers morts en relation avec des nebkas. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

Photo 3 - Marge ouest de Sebkhet Alif Ennkhal : eau affleurante et palmiers morts en relation avec des nebkas. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

L'évacuation des eaux vers la mer n'étant plus possible, celles-ci débordent sur les marges de la sebkha. Ici l'eau arrive jusqu'au pied des palmiers.

33Autrement dit, les opérations de lessivage du sel par le drainage qui se faisait directement vers la mer ne sont plus assurées. Cela s'est manifestement traduit par un sur-cumul du sel et une accélération de la formation des pseudo-sables à partir des limons de la sebkha. Mobilisés par des vents efficaces venant essentiellement des secteurs N à NE, ces pseudo-sables forment actuellement des champs de nebkas piégées par des halophytes, mais surtout par les palmiers qui périssent par centaines à cause de la contamination par le sel, notamment sur la frange S à SO de Sebkhet Alif Ennkhal. (Photos 3 et 4).

Photo 4 - Marge ouest de Sebkhet Alif Ennkhal : palmiers morts en relation avec la formation d'une nebka. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

Photo 4 - Marge ouest de Sebkhet Alif Ennkhal : palmiers morts en relation avec la formation d'une nebka. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

34Il y a encore quatre ou cinq décennies, les marges des sebkhas étaient régulièrement cultivées, quand la pluviométrie le permettait bien entendu. A priori, rien ne laissait présager que l'on puisse y pratiquer des cultures. Et pourtant cela a été rendu possible grâce d'abord au lessivage plus ou moins important des sols après chaque pluie, mais aussi grâce à la méthode du kabour qui consistait à broyer sous forme de mottes de terre les 15 à 20 premiers centimètres du sol à l'aide de pics, puis à amender en fumier (N. FEHRI, 1998). Exercées en début d'été, ces pratiques permettaient une aération efficace du sol, car elles empêchaient la concentration excessive du sel en surface du fait de la rupture des connections assurant la remontée capillaire des solutions salées issues de la nappe phréatique. À la faveur des premières pluies automnales, ces prétraitements permettaient un ensemencement en orge, une céréale qui tolère un certain degré de salinité (A. LOUIS, 1961). À noter qu'aux Kerkennah, faute d'une bonne terre, il était impossible de pratiquer la jachère. On semait donc de l'orge tous les ans, sauf si l'année s'annonçait particulièrement sèche. On ne semait pratiquement pas de blé, les semences étant chères et les récoltes irrégulières. Le même auteur mentionne qu'en 1886, 1780 hectares auraient été cultivés en orge.

35Tout cela permettait en même temps d'entretenir les palmiers et de les maintenir en bon état. Or les enquêtes orales nous apprennent que depuis le début des années 1970, ces pratiques culturales ont rapidement disparu, la population locale ne s'intéressant plus à une agriculture somme toute vivrière et de faible rendement. Plus rien n'est fait pour maîtriser la salinisation des sols.

36Au cours de la saison sèche, qui s'étend sur plusieurs mois, généralement de mai à octobre, l'évaporation s'intensifie sous l'effet de la chaleur (voir Tab. I) et l'eau de la nappe phréatique chargée de sel remonte en surface par capillarité. En s'évaporant, elle abandonne son contenu de sel sous forme de taches blanchâtres. En absence de tout traitement, la salinisation devient alors manifeste, en particulier lorsque se succèdent plusieurs années sèches. Le sol perd sa fertilité, le sel étant toxique. Il est admis qu'il détruit la structure du sol et qu'il a le même effet que la sécheresse, car il réduit la quantité d'eau assimilable par les racines des plantes. Cet effet résulte de la différence des concentrations de sel entre les végétaux et le sol. Le gradient osmotique créé entre le sol et la plante empêche l'absorption de l'eau par les racines et, s'il est suffisamment élevé, provoque le dessèchement de la plante (M. DE BOODT, 1995). De nos jours, cette situation est très courante et il suffit de parcourir les marges des sebkhas pour s'apercevoir que les palmiers morts contaminés par le sel se comptent par milliers. D'autres, au moins aussi nombreux, dépérissent et connaîtront sans doute le même sort.

37Observée dans plusieurs endroits de l'archipel, cette situation est fâcheusement aggravée par l'activité salinière dans le secteur d'El-Abbassia – Bardouna, qui semble payer le lourd tribut d'une mauvaise gestion de ce patrimoine écologique oh combien cher : la palmeraie.

c. Impact de l'activité salinière dans la sebkha d'El-Abbassia

38Afin d'apprécier les conséquences de cette activité en matière de dégradation des sols et de déclin de la palmeraie, il est judicieux d'en dresser un rapide aperçu historique.

De la fin du XIXème siècle jusqu'au début des années 1990 : un fonctionnement intermittent sans véritables préjudices pour les sols

39Dès la fin du XIXème siècle, une partie de la sebkha qui s'étend entre El-Abbassia et Chergui a servi de marais-salants sous forme de modestes exploitations privées qui fonctionnaient sous la direction des monopoles de Sfax, mais elles ont été rapidement interdites en 1900 (J. DESPOIS, 1937).

40Deux ans plus tard, en 1902, des salines nettement plus importantes furent rouvertes et ont occupé jusqu'à 300 ouvriers par jour aux bonnes années (A. LOUIS, 1961).

41Elles ont fonctionné jusqu'en 1922, date à laquelle il y aurait eu un arrêt d'exploitation pour des raisons que nous ignorons. Toutefois cet arrêt ne fût que temporaire puisque les salines ont repris leur activité en 1926 avant de l'arrêter de façon brusque en 1932 (répercussions de la crise de 1929).

42D'après A. LOUIS (1961), à cette date de fermeture de l'exploitation, 20000 tonnes de sel seraient restées sur le lieu même des salines. Le sel étant à l'époque monopole d'État, il fallait ou bien le faire emporter ou bien le jeter à la mer. Mais ces deux solutions s'annonçaient très coûteuses et en tout cas plus dispendieuses que celle consistant à instaurer un gardiennage des tas de sel jusqu'à ce qu'ils soient complètement dissous par l'eau de pluie. C'est donc cette solution qui sera finalement retenue. Le même auteur témoigne avoir vu encore quelques tas en 1945, mais il n'en restait plus rien en 1956.

43Sous un climat aride tel que celui des Kerkennah, aux précipitations plutôt modestes, on aurait du mal à imaginer la disparition d'un tas de 20000 tonnes de sel au bout de 15 à 20 ans sous l'unique effet de la dissolution par les pluies. Le gardiennage s'étant très vraisemblablement arrêté en 1938, une véritable contrebande de sel a pu sévir pendant une bonne dizaine d'années jusqu'à son épuisement total, sans doute à la charnière des années quarante - cinquante. Cette hypothèse a été confirmée par des témoignages soulignant qu'en dehors de quelques achats d'une vingtaine de kilogrammes destinés à convaincre le vérificateur des Contributions Indirectes qu'on était en règle avec les "monopoles", aucun épicier débitant de l'archipel n'avait acheté de sel chez les grossistes de Sfax entre 1938 et 1945 (A. LOUIS, 1961).

44Cette fermeture des salines a perduré jusqu'en 1974, année à laquelle une poignée d'associés originaires des Kerkennah vont relancer son activité. Toutefois l'affaire ne tournera que pendant quelques années, une mauvaise gestion financière l'ayant conduit à la faillite en 1983.

45Compte tenu du caractère intermittent de son fonctionnement, mais aussi de son extension spatiale restée limitée (Fig. 9), il ne semble pas que l'activité salinière ait pu causer jusqu'à cette date de véritables dégâts aux sols et à la végétation. Une enquête orale que nous avons réalisée, confirme d'ailleurs qu'à la fin des années 1980, la palmeraie limitrophe de Sebkhet El-Abbassia et les vergers de vignes et de figuiers de Bardouna se portaient encore relativement bien. À partir des années 1990, cet "équilibre" sera totalement bouleversé.

Figure 9 - Extension des salines d'El-Abbassia entre 1976 et 2003 et ses conséquences sur la palmeraie (d'après la feuille topographique Er-Ramla NO au 1/25000 de l’Office de la Topographie et de la Cartographie – OTC, 1976 – et la scène Landsat ETM + du 21 mars 2003).

Figure 9 - Extension des salines d'El-Abbassia entre 1976 et 2003 et ses conséquences sur la palmeraie (d'après la feuille topographique Er-Ramla NO au 1/25000 de l’Office de la Topographie et de la Cartographie – OTC, 1976 – et la scène Landsat ETM + du 21 mars 2003).

Le tournant des années 1990

46Au début des années 1990, sur initiative privée, l'activité salinière a repris de plus belle en se livrant à un remarquable effort de mécanisation. De grands bassins de salinage sont alors aménagés, d'abord dans la partie centrale de Sebkhet El-Abbassia, puis aux dépens de ses marges, c'est à dire au contact de la palmeraie. Nous avons pu retracer cette extension grâce à une analyse diachronique réalisée à partir de la feuille topographique Er-Ramla NO au 1/25000 (OTC, 1976) et la scène Landsat ETM+ du 21 mars 2003 (des vérifications sur un extrait THR de Google Earth montrent qu'aujourd'hui, les salines ont à peu près la même extension qu'en 2003).

47Couvrant une superficie de 84 ha environ en 1976, les marais salants s'étendent actuellement sur une superficie qui dépasse 402 ha (Fig. 9).

48Cette extension irrationnelle des marais-salants et la contamination des sols qui en a résulté, ont causé une grave dégradation de la palmeraie d'El-Abbassia (Photos 5), notamment dans sa partie orientale exposée aux vents actifs des secteurs N à NE, désormais chargés des embruns de sel et des pseudo-sables très salés qu'ils balaient à partir des bassins de salinage. Au mois de mars 2006, nous avons procédé à un comptage systématique des palmiers morts, sans doute au cours des 10 à 15 dernières années, entre la route (RMC 204) et Bardouna (Fig. 9). Sur une bande de 200 à 300 m de large, les palmiers ont été presque tous exterminés. Pas moins de 300 arbres, dont il ne reste que le tronc, ont été dénombrés. Cette mortalité très élevée semble se propager à l'intérieur de la palmeraie et si aucune disposition n'est prise sans tarder, plusieurs centaines connaîtront assurément le même sort au cours des prochaines années.

Photos 5 - Vues sur les côtés est (en haut) et nord (en bas) du village d'El-Abbassia : l'extension récente des salines, une véritable menace pour la palmeraie. [clichés : N. FEHRI, mars 2006]

Photos 5 - Vues sur les côtés est (en haut) et nord (en bas) du village d'El-Abbassia : l'extension récente des salines, une véritable menace pour la palmeraie. [clichés : N. FEHRI, mars 2006]

d. La salinisation des sols par l'irrigation

49Au cours des années 1996-1997, deux périmètres irrigués ont été créés aux Kerkennah, ceux de Remla et de Mellita. Leurs caractéristiques sont résumées dans le tableau V.

Tableau V - Caractéristiques des périmètres irrigués de Remla et de Mellita à la date de création (source : fiches d'information du CRDA de Sfax).

Tableau V - Caractéristiques des périmètres irrigués de Remla et de Mellita à la date de création (source : fiches d'information du CRDA de Sfax).

50Ces deux périmètres exploitent les eaux de la nappe profonde de Sfax, dont la salinité est malgré tout relativement élevée (autour de 3,5 g/l). C'est à juste titre que les études préliminaires du projet ont insisté sur la nécessité de concevoir des réseaux de drainage afin d'éviter la salinisation et l'engorgement des sols.

51D'après les données du tableau V, on peut estimer la quantité moyenne de sel injectée annuellement par hectare à environ 9,35 tonnes dans le périmètre irrigué de Remla et à 9 tonnes dans le périmètre de Mellita. Or, à ce jour, seul ce dernier est doté d'un efficace réseau de drainage. Du reste, il n'y a pas ici de véritables indices de salinisation, ni d'hydromorphie, et les jeunes olivettes irriguées se portent bien. Ce n'est pas le cas dans le périmètre de Remla, où les efflorescences salines sont fréquentes et où des halophiles, ainsi que des hydrophiles, sont en train de proliférer. Aussi insistons-nous sur la nécessité de parfaire cette composante majeure du projet, sous peine de voir les sols perdre en fertilité par salinisation.

2 ) Le déclin de l'activité agricole et ses conséquences sur la palmeraie

52Auparavant l'activité agricole constituait, après la pêche, une source de vie essentielle pour la majeure partie de la population et la plupart des terres cultivables étaient régulièrement labourées.

53Par ailleurs, le palmier occupait une place singulière dans la vie des kerkéniens. À ce propos A. LOUIS (1945) écrivit : "Le palmier est l'arbre roi des Kerkena : il définit le paysage, il en fait le charme et l'originalité". En 1961, il ajouta : "Pour le kerkénien le palmier est un ami précieux, il y a tant et tant de choses à tirer de lui : fruits, fibres du régime, tigettes, spathe, palmes, tronc, stipe, folioles, rien n'est perdu". Sans qu'il soit besoin de revenir ici dans le détail sur les différentes utilisations du palmier (sur ce sujet, voir A. LOUIS, 1961, et A. BEN SAÂD, 2001), on se contentera de rappeler qu'avant la modernisation des techniques de pêche, le palmier était le pivot de cette activité traditionnelle. Des centaines de milliers de palmes de l'année, agencées perpendiculairement aux courants marins, conduisaient le poisson à des chambres de capture localement appelées Dar, faites de nattes (Hsir) pour lesquelles on réemployait les palmes de l'année précédente, préalablement arrachées puis séchées. Ces chambres de capture étaient équipées d'ouvertures où l'on posait des pièges appelés Drina, sortes denasses tissées à partir de la fibre du régime et de ses tigettes. L'on comprend alors pourquoi cet arbre était annuellement élagué et nourri de fumier. De fait, il y a trois à cinq décennies, la palmeraie se portait très bien comme le démontrent les témoignages d'A. LOUIS (1961) par exemple.

54De nos jours, l'agriculture traditionnelle totalement vivrière est devenue incompatible avec la modernisation du mode de vie. Le recours aux produits industriels et manufacturiers pour les besoins de la pêche a affaibli l'intérêt que l'on portait autrefois à cet arbre. Terres et palmiers sont laissés à l'abandon. Parallèlement, s'est achevé le temps où "le geste de torsader le sparte était devenu pour les enfants de l'archipel quasi connaturel, quelque chose comme un tic" selon l'expression d'A. GUIBERT (in A. LOUIS, 1961). La cueillette du Lygeum spartum ne se faisant plus, cette espèce a aujourd'hui en grande partie envahi les terres qui furent jadis emblavées, étouffant au passage des centaines de palmiers déjà alanguis par le manque d'entretien. Telle est, par exemple, la situation dans le secteur dit El-Kortil au SE d'El-Abbassia (voir Fig. 9), où l'on a dénombré en juillet 2011 près de 220 palmiers morts.

3 ) L'ouverture des carrières et l'extraction illicite des sables

55On compte aux Kerkennah pas moins de cinq carrières, ouvertes au cours du XXème siècle, mais qui sont actuellement abandonnées (Fig. 10). Celles d'El-Kbour, au nord d'El-Abbassia, ainsi que celle d'Enf Errkik ont été ouvertes dans la croûte calcaire villafranchienne et ont respectivement servi à la construction des jetées des ports de pêche d'El Attaya et de Kraten.

Figure 10 - Localisation des carrières et des sablières illicites dans les Îles Kerkennah (d'après des travaux de terrain personnels).

Figure 10 - Localisation des carrières et des sablières illicites dans les Îles Kerkennah (d'après des travaux de terrain personnels).

56Les autres carrières ont été taillées dans les grès calcaires eutyrrhéniens. La plus ancienne et la plus importante du point de vue superficie est celle d'El-Kortil, à l'est d'El-Abbassia. Dès l'époque coloniale, les grès y ont été découpés à la main sous forme de blocs parallélépipédiques, alors recherchés pour la construction. Au cours des années 1990, cette carrière a été rapidement élargie à coup de bulldozers pour fournir les matériaux nécessaires à l'élargissement de la route 204. Presque en même temps, deux autres carrières exploitant les mêmes grès calcaires ont été ouvertes dans l'île Gharbia, l'une près de Chott El-Mechani, au nord de Mellita, et l'autre au sud de ce même village (Fig. 10).

57Par ailleurs, existent dans l'archipel plusieurs points d'extraction illicite des sables holocènes et historiques pour les besoins de la construction, qui provoquent le déchaussement de plusieurs dizaines de palmiers (Photo 6).

Photo 6 - Extraction illicite des sables holocènes avec déchaussement de palmiers au sud de Mellita. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

Photo 6 - Extraction illicite des sables holocènes avec déchaussement de palmiers au sud de Mellita. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

58Outre l'atteinte au paysage de l'archipel, ces carrières et sablières constituent des espaces où la dégradation est hélas irréversible, car le sol y a été complètement enlevé. Dans la plupart des carrières, le creusement a souvent atteint la nappe phréatique salée (Photo 7), si bien que les chances d'y voir la végétation se régénérer sont très minces, sinon nulles.

Photo 7 - Un paysage désolé dans la carrière d'El-Kortil à El-Abbassia dans les grès calcaires eutyrrhéniens. À remarquer la nappe phréatique salée qui affleure. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

Photo 7 - Un paysage désolé dans la carrière d'El-Kortil à El-Abbassia dans les grès calcaires eutyrrhéniens. À remarquer la nappe phréatique salée qui affleure. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]

59La situation est d'autant plus affligeante que ces carrières se sont, pour la plupart, transformées en dépotoirs sauvages d'ordures ménagères. Pire, dans certains cas, leur ouverture s'est faite aux dépens de sites archéologiques qui ont été purement et simplement ravagés. À titre d'exemple, en février 2002, nous avons remarqué l'existence de tombes antiques dégagées dans la carrière dite d'El-Kbour au nord du village d'El-Abbassia. Aussitôt alerté, notre collègue F. CHELBI, de l'Institut National du Patrimoine, s'est dépêché sur les lieux. Selon lui, il s'agirait d'un cimetière punique. Malheureusement, le site était dans un état tel que des études plus poussées n'étaient pas envisageables…

IV - Conclusion

60Afin de montrer toute la complexité des aspects et des mécanismes de la dégradation du milieu naturel dans les Îles Kerkennah, nous avons choisi de les résumer dans un schéma systémique (Fig. 11).

Figure 11 - Schéma systémique résumant les mécanismes de dégradation des milieux naturels dans les Îles Kerkennah.

Figure 11 - Schéma systémique résumant les mécanismes de dégradation des milieux naturels dans les Îles Kerkennah.

61En effet, outre les problèmes de dégradation inhérents à la fragilité des éléments du milieu naturel, qui se traduisent entre autres par une sévère érosion côtière, l'archipel des Kerkennah subit les méfaits de toute une série d'actions anthropiques qu'il serait impératif de rationaliser, afin de garantir un développement durable.

62Comme déjà vu, le palmier fait l'originalité de ces îles. La préservation et la restauration de la palmeraie s'avèrent donc une condition sine qua non pour la promotion et la réussite de tout projet de tourisme écologique.

63Cette réhabilitation de la palmeraie passe par un certain nombre d'actions capitales :
- Faire du palmier une espèce protégée dont l'abattage serait strictement interdit, sauf extrême nécessité permettant d'obtenir l'accord des autorités compétentes.
- Entretenir les arbres en lançant des campagnes d'élagage et de nettoyage.
- Résoudre le problème de la salinisation des sols dont l'homme est en partie responsable : (1) en limitant l'aire d'extension des salines d'El-Abbassia qui ont été élargies de façon irrationnelle, notamment au cours de la dernière décennie, voire en envisageant à moyen terme leur fermeture ; (2) en installant un réseau de drainage dans le périmètre irrigué de Remla ; et (3) en évitant tout aménagement de nature à perturber le fonctionnement hydrogéomorphologique naturel des sebkhas.

Haut de page

Bibliographie

BEN HASSINE H. et BESBES M. (1994) - Étude pédologique des îles Kerkennah. Édit. CRDA, Sfax, 21 p.

BEN SAÂD A. (2001) - Les utilisations lucratives du palmier, l'exemple de Kerkena (en arabe). Actes du colloque "Kerkena, Histoire et Société", Édit. Centre Cercina et Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) de Sfax, Sfax, p. 187-197.

BUROLLET P.F. (1978) - Mouvements quaternaires et récents aux îles Kerkennah (Tunisie orientale). C.R. Acad. Sci. Paris, t. 286, Série D, p. 1133-1136.

BUROLLET P.F. (1979) - Évolution de la Mer Pélagienne depuis le Quaternaire : Les apports de l'archéologie. Géologie Méditerranéenne, vol. VI, n°1, p. 309-313.

COQUE R. (1962) - La Tunisie présaharienne, étude géomorphologique. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, Édit. Armand COLIN, Paris, 476 p.

COUDÉ-GAUSSEN G. (1995) - Les formations superficielles au Maghreb : composantes et réactifs d'un milieu "naturel" fragile. In : Désertification et aménagement au Maghreb, Med.Campus(Réseau 8), sous la direction de G. COUDÉ-GAUSSEN et P. ROGNON, Édit. L'Harmattan, Paris, p. 89-112.

DE BOODT M. (1995) - Sécheresse et salinisation des terres de culture : une nouvelle approche. In : Désertification et aménagement au Maghreb, Med.Campus(Réseau 8), sous la direction de G. COUDÉ-GAUSSEN et P. ROGNON, Édit. L'Harmattan, Paris, p. 121-131.

DELTEIL J. (1982) - Le cadre néotectonique de la sédimentation plio-quaternaire en Tunisie centrale et aux îles Kerkennah. Bulletin de la Société Géologique de France, 7ème série, p.187-193.

DELTEIL J. et LAMBOY M. (1979) - Alternance de niveaux continentaux et marins dans le Tyrrhénien des Îles Kerkennah (Tunisie). C.R. Acad. Sci. Paris, t. 289, Série D, p. 883-886.

DESPOIS J. (1937) - Les Îles Kerkena et leurs bancs. Étude géographique. Revue Tunisienne, n° 29, p. 3-60.

FEHRI A., sous la direction de (2001) - Kerkena : Histoire et Société. Édit. Centre Cercina et FLSH de Sfax, Sfax, 197 p.

FEHRI N. (1998) - Les aspects de dégradation des milieux "naturels" et les possibilités d'aménagement dans la zone centrale des îles Kerkennah (Tunisie centro-orientale). Mémoire de Maîtrise, FLSH de Sfax, 50 p.

HÉNIA L. (1993) - Climat et bilans de l'eau en Tunisie : essai de régionalisation climatique par les bilans hydriques. Édit. Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 391 p.

HMANI N. (1998) - Impacts des aménagements récents sur l'environnement et les paysages naturels dans l'Île Gharbia (Mellita) de Kerkennah. Mémoire de Maîtrise, FLSH de Sfax, 46 p.

LOUIS A. (1961) - Les îles Kerkena (Tunisie). Étude d'ethnographie tunisienne et de géographie humaine.Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, Édit. Institut des Belles-Lettres Arabes, Tunis, vol. 26, 418 p.

OTC (1976) - Feuille topographique au 1/25000 Er-Ramla NO. Édit. Office de la Topographie et de la Cartographie.

OUESLATI A. (1986) - Jerba et Kerkna : leur évolution géomorphologique au cours du Quaternaire. Édit. Université de Tunis, série Géographie, vol. 21, 210 p.

OUESLATI A. (1995) - Formes de dégradation du milieu naturel et de l'environnement dans les îles Kerkena (Tunisie orientale). Revue Tunisienne de Géographie, vol. 28, p. 183-195.

PASKOFF R. et SANLAVILLE P. (1983) - Les côtes de la Tunisie, variations du niveau marin depuis le Tyrrhénien. Édit. Maison de l'Orient, Lyon, vol. 14, série géographique et préhistorique, 192 p.

PERTHUISOT J.P. (1975) - La Sebkha El-Melah de Zarzis. Genèse et évolution d'un bassin paralique. Travaux du Laboratoire de Géologie, École Normale Supérieure de Paris, vol. 9, 252 p.

SLIM H., TROUSSET P., PASKOFF R. et OUESLATI A. (2004) - Le littoral de la Tunisie, étude géoarchéologique et historique. Édit. CNRS, Paris, 308 p.

SOUISSI M. (2000) - Développement du tourisme dans les îles Kerkennah : d'un tourisme balnéaire à un tourisme écologique. Mémoire de Maîtrise, FLSH de Sfax, 61 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation des Îles Kerkennah.
Légende Source : feuilles topographiques au 1/25000 En-Najet SO, En-Najet SE, Er-Ramla NE, Er-Ramla SO et Sfax SE.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2 - Variation de la pluviométrie annuelle (de septembre à août) à la station de Kellabine sur la période 1965-2009 (source :Direction Générale des Ressources en Eau - DGRE).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tableau I - Éléments du bilan hydrique dans les Îles Kerkennah sur la période 1965­2009 (sources : DGRE et CRDA – Commissariat Régional au Développement Agricole – de Sfax -, 2009).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 3 - Vue en trois dimensions des Îles Kerkennah (composition colorée de l'image LandSat ETM+ du 23 mars 2003 drapée sur MNT).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau II - Répartition surfacique des différents affleurements géologiques dans les Îles Kerkennah déterminée par intégration de la carte géologique (J. DELTEIL, 1982) dans un SIG.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4 - Géologie des Îles Kerkennah (d'après J. DELTEIL, 1982).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau III - Longueur des côtes des Îles Kerkennah selon la nature des roches (en km).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photos 1 - Palmiers et pistes côtières rattrapés par la mer, preuve d'une rapide érosion marine (en haut : près de Marsa El-Abbassia ; en bas : à Marsa H'mani, sur la côte septentrionale de l'île Gharbia). [clichés : N. FEHRI, mai 1998 et mars 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Tableau IV - Répartition surfacique des différents types de sols dans les îles Kerkennah (source : planimétrie de la figure 5 après son intégration dans un SIG).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 5 - Carte pédologique des Îles Kerkennah (source : H. BEN HASSINE et M. BESBES, 1994).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 6 - Le fonctionnement hydrogéomorphologique saisonnier d'une sebkha (d'après G. COUDÉ-GAUSSEN, 1995, modifiée).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 7 - Schéma d'une sebkha côtière typique des Îles Kerkennah.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 8 - Mécanisme de dégradation de la palmeraie sur les marges de Sebkhet Alif Ennkhal.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Photo 2 - Digue barrant l'exutoire de Sebkhet Alif Ennkhal. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Photo 3 - Marge ouest de Sebkhet Alif Ennkhal : eau affleurante et palmiers morts en relation avec des nebkas. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]
Légende L'évacuation des eaux vers la mer n'étant plus possible, celles-ci débordent sur les marges de la sebkha. Ici l'eau arrive jusqu'au pied des palmiers.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photo 4 - Marge ouest de Sebkhet Alif Ennkhal : palmiers morts en relation avec la formation d'une nebka. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 9 - Extension des salines d'El-Abbassia entre 1976 et 2003 et ses conséquences sur la palmeraie (d'après la feuille topographique Er-Ramla NO au 1/25000 de l’Office de la Topographie et de la Cartographie – OTC, 1976 – et la scène Landsat ETM + du 21 mars 2003).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photos 5 - Vues sur les côtés est (en haut) et nord (en bas) du village d'El-Abbassia : l'extension récente des salines, une véritable menace pour la palmeraie. [clichés : N. FEHRI, mars 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Tableau V - Caractéristiques des périmètres irrigués de Remla et de Mellita à la date de création (source : fiches d'information du CRDA de Sfax).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 10 - Localisation des carrières et des sablières illicites dans les Îles Kerkennah (d'après des travaux de terrain personnels).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Photo 6 - Extraction illicite des sables holocènes avec déchaussement de palmiers au sud de Mellita. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Photo 7 - Un paysage désolé dans la carrière d'El-Kortil à El-Abbassia dans les grès calcaires eutyrrhéniens. À remarquer la nappe phréatique salée qui affleure. [cliché : N. FEHRI, mars 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 11 - Schéma systémique résumant les mécanismes de dégradation des milieux naturels dans les Îles Kerkennah.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2011/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noômène Fehri, « La palmeraie des Îles Kerkennah (Tunisie), un paysage d'oasis maritime en dégradation : déterminisme naturel ou responsabilité anthropique ? », Physio-Géo, Volume 5 | -1, 167-189.

Référence électronique

Noômène Fehri, « La palmeraie des Îles Kerkennah (Tunisie), un paysage d'oasis maritime en dégradation : déterminisme naturel ou responsabilité anthropique ? », Physio-Géo [En ligne], Volume 5 | 2011, mis en ligne le 13 septembre 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/2011 ; DOI : 10.4000/physio-geo.2011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org