Navigation – Plan du site
Articles

Étude diachronique des changements du couvert végétal dans un écosystème montagneux par télédétection spatiale : cas des monts du Tessala (Algérie occidentale)

Salah Eddine Bachir Bouiadjra, Wael El Zerey et Khéloufi Benabdeli
p. 211-225

Résumés

Une meilleure compréhension de l'évolution des modes d'utilisation des sols et du couvert végétal est une préoccupation majeure pour les pays dont les écosystèmes subissent des dégradations sévères. En effet, les dynamiques d'occupation des sols ont des implications directes sur la disponibilité des ressources naturelles. Notre étude menée sur les monts du Tessala en Algérie occidentale, en utilisant l'indice de végétation par différence normalisée (NDVI), met en évidence l'ampleur des changements du couvert végétal entre 1987 à 2007. Une évolution régressive prononcée du couvert végétal est constatée au sud-est et au nord-ouest des monts du Tessala, tout particulièrement dans la "forêt de Tessala", sur les communes d'Aïn-Thrid, Tessala et Sehala. Les principaux facteurs contribuant à la régression du couvert végétal sont : la déforestation (plus de 26 délits de coupe par an), le surpâturage (420 délits de pâturage illicite par an), les incendies de forêts (plus de 20 incendies par an) et l'érosion hydrique qui en résulte (environ 72 % des superficies sont concernées).

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les montagnes algériennes, aussi bien telliennes que méditerranéennes, sont devenues des lieux de ruptures écologiques qui, si elles ne sont pas contenues, engagent des processus de destruction en chaîne (J. LE COZ, 1990). C'est une situation extrêmement difficile consécutive à des défrichements excessifs et à l'abandon des aménagements culturaux traditionnels, ce qui se traduit par une dénudation et une fragilisation des sols.

2Les agro-écosystèmes montagneux sont quasiment tous dans un état de dégradation avancé, du fait de la pression humaine : déforestation, labours inadaptés sur pentes fortes, surpâturage, surexploitation des nappes phréatiques (K. BENABDELI, 1993).

3Les monts du Tessala ne sont pas épargnés par cette évolution. La superficie de la forêt a diminué et dans le même temps la composition du couvert végétal a évolué, avec des conséquences négatives sur la faune et en matière d'érosion des sols.

4Ce massif, qui s'étire du sud-ouest au nord-est sur 50 à 60 km, fait partie de l'Atlas Tellien. Limité au nord par la plaine de Mleta et la sebkha d'Oran, à l'est par les monts de Béni Chougrane, à l'ouest par les monts de Sebba Chioukh, et au sud par la plaine de Sidi-Bel-Abbès, il s'étend sur neuf communes (Fig. 1). Les altitudes, comprises entre 500 et 1060 m, s'inscrivent dans un relief plutôt accidenté. Sur le plan climatique, la zone d'étude est soumise, dans son ensemble, à des conditions semi-arides sous influence méditerranéenne.

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

5Le secteur a fait l'objet de plusieurs études portant sur la végétation (D. BARAKA, 2008 ; Z. FERKA ZAZOU, 2006 ; K. CHERIFI et al., 2008 ; A. BOUZIDI et al., 2009), mais aucune n'a utilisé la télédétection pour confirmer, visualiser et quantifier la rétraction du couvert. Or cette méthode a largement fait ses preuves pour l'analyse de l'évolution des espaces naturels (R. DESJARDINS et al, 2005 ; A. AXEL et al., 2005 ; M.T. DEMAZE, 2003 ; É. NGUESSAN et al., 2003 ; W. EL ZEREY et al., 2009 ; M. KHADER et al., 2009).

II - Matériels et méthodes

6Pour l'étude de l'évolution du couvert végétal des monts du Tessala, deux images satellitaires Landsat ont été choisies, toutes deux prises au mois de mars :

  • Image Landsat TM        14 /03 / 1987 avec correction géométrique ;

  • Image Landsat ETM+   20 /03 / 2007  avec correction géométrique.

7L'imagerie Landsat TM (thématique mapper) couvre une plus large portion du spectre électromagnétique. Le capteur TM enregistre des réflectances dans le visible (TM1, TM2, TM3), dans le moyen infrarouge (TM5 et TM7) et dans le proche infrarouge (TM4). Il est reconnu que la prise en compte d'une bande au moins de chacune de ces trois zones du spectre permet une bonne discrimination générale de l'occupation du sol. Il est en outre généralement admis que l'utilisation d'un grand nombre de bandes spectrales n'apporte guère plus de discrimination entre les objets au sol que celle de quelques bandes judicieusement choisies (Y. BEAUDOIN et al., 1995).

8Chaque cible thématique étant caractérisée par une signature spectrale et ne réagissant pas de la même façon dans les différents canaux (A. BENSAÏD, 1997), l'analyse des réflectances moyennes des différents thèmes individualisés dans chacun des canaux permet le choix des bandes spectrales appropriées pour la cartographie des sols (R. ESCADAFAL, 1989). Notre composition colorée a été obtenue à partir de la superposition de trois canaux, en affectant à chacun l'une des trois couleurs fondamentales (rouge, vert, bleu) en fonction de leur longueur d'onde (soit respectivement le proche infrarouge, le rouge et le bleu) (Fig. 2).

Figure 2 - Réalisation de la composition colorée.

Figure 2 - Réalisation de la composition colorée.

9La détection et l'identification des mutations de l'occupation du sol dans les monts du Tessala entre 1987 et 2007 s'appuient sur l'exploitation des deux images de référence obtenues. La méthode utilisée pour identifier les changements du couvert végétal est schématisée sur la figure 3. Les deux images ont subi une correction atmosphérique par la méthode appliquée par S. DURRIEU (1994).

Figure 3 - Méthodologie de travail.

Figure 3 - Méthodologie de travail.

10Pour mener notre analyse, nous avons choisi le NDVI (Normalised Différence Vegetation Index), qui est relativement peu sensible aux conditions d'observation, l'erreur moyenne due aux effets atmosphériques étant de 15 %. Pour d'autres indices, si l'erreur moyenne est également de 15 % pour le STAVI (Tranformed Soil Adjusted Vegetation Index), elle atteint 17 à 20 % pour le GEMI (Global Environnement Monitoring Index) et même 26 % pour le MSAVI (Modified Soil Adjusted Vegetation Index).

11L'indice de végétation normalisé (NDVI) est établi en soustrayant au canal infrarouge (où la couverture végétale a de fortes réflectances) le canal rouge (où les surfaces minérales ont de fortes réflectances). Le néo-canal résultant présente un gradient croissant d'activité végétale allant du noir (absence de couverture) au blanc (activité chlorophyllienne très élevée). Le résultat d'un NDVI prend la forme d'une nouvelle image, la valeur de chaque pixel étant comprise entre 0 (sol nu) et 1 (couvert végétal maximal). C'est l'analyse de la palette de nuances s'étendant entre ces valeurs extrêmes (très peu fréquentes) qui renseigne l'observateur sur la densité du couvert végétal et la quantité de biomasse verte.

12Pour écarter l'hypothèse selon laquelle l'évolution générale de la végétation pourrait être masquée par des conditions climatiques particulières précédant les prises de vue, nous avons examiné les précipitations et les températures sur la période allant de 1986 à 2007, et tout particulièrement celles des années 1986 et 2006.

13Les précipitations enregistrées à la station de Tessala au cours des années ayant précédé les prises de vue (Fig. 4) ne montrent pas de différences sensibles. Les précipitations annuelles ont atteint 307 mm en 1986 et 315 mm en 2006. Dans les deux cas, les mois les plus arrosés ont été janvier (avec 54 et 55 mm respectivement) et novembre (avec 55 et 61 mm). Les valeurs minimales ont été enregistrées en juillet et août (1,6 et 1,4 mm en 1986 ; 1,5 et 1,2 mm en 2006). Pour les périodes ayant immédiatement précédé les prises de vue, notons que les précipitations de janvier à mars ont atteint 144 mm en 1987 et 149 mm en 2007, avec une répartition très équilibrée entre tous les mois (de 41 à 55 mm).

Figure 4 - Précipitations annuelles connues de 1986 à 2007 (A) et précipitations mensuelles en 1986 et 2006 (B) à la station de Tessala.

Figure 4 - Précipitations annuelles connues de 1986 à 2007 (A) et précipitations mensuelles en 1986 et 2006 (B) à la station de Tessala.

14Les données sur les températures ne montrent pas non plus de différences sensibles entre les deux années (Fig. 5).

Figure 5 - Températures moyennes mensuelles à la station de Tessala en 1986 et 2006.

Figure 5 - Températures moyennes mensuelles à la station de Tessala en 1986 et 2006.

15En définitive, il est manifeste que les évolutions radiométriques qui seront mises en évidence entre les deux images satellitaires, sont significatives de transformations majeures du couvert végétal et non de l'adaptation de celui-ci à des conditions climatiques annuelles différentes.

III - Résultats

16Les nuages, l'eau et la neige ont un indice de réflexion plus élevé dans le visible que dans le proche infrarouge, si bien que ces surfaces ont un faible NDVI. Les roches et le sol nu ont elles-aussi des indices de réflexion proches de zéro (É. NGUESSAN et al., 2003). Dans les zones avec végétation, le NDVI est plus élevé et varie en moyenne entre 0,8 et 1. Les valeurs les plus élevées sont associées à une forte densité de feuillage des plantes.

17La couleur blanche, qui représente la végétation dans l'NDVI, est moins apparente sur l'image TM 1987 que sur l'image ETM+ 2007, ce qui est révélateur d'une régression de la couverture végétale entre les deux dates. Enfin, le noir et les nuances de gris, couleurs représentent les surfaces où le couvert végétal est absent, sont plus prononcés dans l'NDVI sur l'image ETM+ 2007 que dans l'NDVI sur l'image TM 1987. Cette approche met donc en évidence une régression du couvert végétal (Fig. 6), et tout particulièrement dans la partie nord de la commune de Tessala et sur la commune d'Aïn-Thrid.

Figure 6 - NDVI des images TM 1987 (A) et ETM+ 2007 (B).

Figure 6 - NDVI des images TM 1987 (A) et ETM+ 2007 (B).

18La figure 7 donne une bonne représentation de l'espace forestier et agricole dans les monts du Tessala en 2006.

Figure 7 - Carte d'occupation des sols des monts du Tessala en 2006.

Figure 7 - Carte d'occupation des sols des monts du Tessala en 2006.

La limite nord de la carte correspond à celle de la scène satellitaire utilisée.

19D'une superficie de 110946 ha, les monts du Tessala sont essentiellement occupés par les formations végétales suivantes (d'après les documents cartographiques et les données du Service de la Conservation des Forêts de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès) :

201/ La "forêt de Tessala" (zone entourée d'un trait rouge sur la figure 7) couvre 22189 ha. Pour délimiter cette zone, nous avons ajouté à la forêt domaniale du djebel Tessala (2036 ha) des terres alentours à vocation forestière (matorral et garrigue, marquant une dégradation du couvert forestier), en tenant compte du relief et de la place de l'agriculture. La "forêt de Tessala" associe :

  • Une forêt claire de pin d'Alep (Pinus Halepensis) et de chêne vert (Quercus ilex), sur le djebel Tessala. Cette forêt domaniale a une superficie de 2036 ha.

  • Un matorral de chêne vert et de chêne kermès (Quercus coccifera), à l'est et au sud-est du djebel.

  • Une garrigue à chêne kermès (Quercus coccifera), calycotome et palmier doum (Chamaerops humilis), à l'ouest et au sud-ouest de la "forêt de Tessala".

  • Une garrigue à calycotome, palmier doum et diss (Ampelodesmos mauritanicus), au centre, à l'est et à l'extrême nord-est de la "forêt de Tessala". Cette garrigue s'étend en outre sur 19279 ha en dehors de la "forêt de Tessala".

212/ Les reboisements et travaux de protection concernent 17751 ha. Sur les parties reboisées, le pin d'Alep fut associé à des espèces adaptées aux conditions du milieu, comme le caroubier (Ceratonia siliqua), le tamarix (Tamarix gallica) l'olivier (Olea europea), le pistachier (Pistacia lentiscus), le cyprès commun (Cupressus sempervirens) et le casuarina (Casuarina equisitifolia). La mise en place de banquettes et de gabions a été concentrée sur le nord du djebel Tessala, sur les communes d'Aïn-El-Berd, Sidi-Hamadouche et Sidi-Dahou.

223/ Les cultures (16642 ha), parmi lesquelles la céréaliculture domine sur les cultures maraîchères et l'arboriculture fruitière, sont présentes sur les communes de Aïn-Thrid, Tessala, Tamazougha, Aïn-El-Berd et Oued-Sebbah.

234/ Les sols nus occupent la superficie restante.

IV - Discussion

24La dominance de la couleur verte sur la figure 8 (résultat de la superposition des deux scènes satellitaires étudiées) traduit une augmentation de l'activité chlorophyllienne entre 1987 et 2007 dans le nord des monts du Tessala (communes d'Oued-Tamazougha, d'Oued-Sebah et de Sidi-Dahou), ainsi que sur leurs retombées sud-ouest (commune de Sidi-Dahou) et nord-est (communes d'Aïn-El-Berd et de Sidi-Hammadouche). En effet, ces communes ont bénéficié de plusieurs programmes d'aménagement. Les premières actions ont été menées par les services agricoles, dans le cadre du Projet National de Développement Agricole (PNDA – 1988-2005). Puis les services des forêts ont donné eux-aussi le ton avec les programmes de développement rural et notamment les PER (Projet Emploi Rural) destinés à stabiliser la population. Ces interventions se sont traduites par des reboisements (surtout de pin d'Alep), des plantations d'arbres fruitiers rustiques (amandier, olivier….), le développement des cultures irriguées (salade, tomate….) et par des opérations de défense et de restauration des sols (confection de banquettes, gabionnage, création de retenues collinaires…). Notons que le PNDA a permis la mise en valeur de nombreuses exploitations sur les flancs nord, sud-ouest et nord-est du djebel Tessala. Ces exploitations se répartissent entre des propriétés privées (terres qui appartiennent à des particuliers avec des titres de propriété notariés), des exploitations agricoles collectives (EAC) et des exploitations agricoles individuelles (EAI). Dans le cas des EAC et des EAI, le droit de jouissance est notifié par un acte administratif. Ces deux formes d'exploitation sont essentiellement issues de la réorganisation des domaines autogérés constitués à partir des terres des colons français récupérées par l'État à l'indépendance. Mais elles concernent aussi des propriétés qui appartenaient à des algériens, mais qui furent intégrées au domaine public dans le cadre de la révolution agraire, suite à l'ordonnance n° 71­73 du 8 novembre 1971.

Figure 8 - Carte des changements de la couverture végétale des monts du Tessala entre 1987 et 2007.

Figure 8 - Carte des changements de la couverture végétale des monts du Tessala entre 1987 et 2007.

En rouge : dégradation du couvert végétal (diminution de la radiométrie). En vert : évolution positive du couvert végétal (augmentation de la radiométrie). En jaune : pas d'évolution du couvert végétal (radiométrie constante). En noir : absence de couvert végétal (eaux superficielles ; bâti ; et terrains rocailleux sans évolution positive de la végétation entre 1987 et 2007).

25La couleur jaune indique l'espace où la dynamique de la végétation est restée constante. Elle est bien représentée au centre du djebel Tessala. En revanche, dans sa périphérie, domine la couleur rouge, ce qui est synonyme de régression du couvet végétal. Quant à la couleur noire, elle correspond aux eaux superficielles, au bâti et, pour l'essentiel sur le terrain d'étude, aux terrains rocailleux.

26Environ 50 % de l'image, soit l'équivalent de 46000 ha, apparaissent en rouge, à l'est et au sud. Ces secteurs sont donc marqués par une dégradation du couvert végétal. Ainsi la forêt claire de pin d'Alep et de chêne vert a-t-elle beaucoup régressé, cédant souvent la place à des formations basses (à Calicotome spinosa L. et Ampelodesma mauritanicum). Le matorral situé au nord-ouest de la forêt du Tessala, formé de chênes verts, de chênes kermès, d'oléastres et de calycotome, a lui aussi été affecté, en particulier par une forte régression des taillis de chêne vert.

27La régression du couvert végétal s'opère sous l'effet d'une pression humaine croissante. En effet, la population des monts du Tessala est passée de 41661 habitants en 1977 à 168498 habitants en 2009, pour atteindre une densité de 61 habitants/km2. Cette densité est proche de celle enregistrée à l'échelle de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès (62 habitants/km2), où le taux d'accroissement annuel moyen est de l'ordre de 2,83 % (DPAT, 2009).

28L'impact de la croissance démographique se manifeste à travers plusieurs facteurs induits.

1 ) Les déboisements

29L'Algérie a hérité de l'époque coloniale de tout un arsenal de lois. Mais leur application doit s'accommoder du droit musulman, ce qui peut rendre les situations complexes. En effet, si dans le droit français la propriété forestière individuelle est à la fois clairement définie et facilement transmissible, le droit musulman considère la forêt comme une terre morte et donc, à ce titre, comme un bien appartenant à la communauté tout entière.

30Devant cette situation, le Sénatus Consulte du 22 avril 1863 attribua aux tribus arabes la propriété des terres qu'elles occupaient. Mais la loi du 26 juillet 1873 abrogea le Sénatus Consulte, mettant ainsi fin à la jouissance collective, la gestion de la forêt étant confiée à l'État. Malgré cette évolution juridique, les pratiques ancestrales n'ont pas cessé. Le régime général des forêts a donc été redéfini par la loi n° 84-12 du 23 juin 1984, dont l'article 32 accorde certains droits aux citoyens établis à l'intérieur ou à proximité de la forêt, en contrepartie de leur acceptation de prescriptions propres à protéger le patrimoine forestier. Cette loi a malheureusement été peu appliquée pendant la décennie 1990, marquée par une situation très troublée en Algérie.

31Sur la période 1987-2007, le nombre annuel moyen de délits de coupe dans la "forêt de Tessala" – sanctionnés par une amende conformément à l'article 72 de la loi du régime général des forêts de 1984 – s'élève à 26 dans la "forêt de Tessala". Les coupes frauduleuses ainsi identifiées ont touché notamment le chêne vert, le chêne kermès et le pin d'Alep. Les prélèvements sont évalués à moins de 10 stères (10m3) par délit.

2 ) Le surpâturage

32La population rurale que la croissance démographique a rendue nombreuse et qui est en majorité pauvre à cause de la sécheresse, s'est rabattue sur les élevages caprins et ovins comme source de revenu principale. Or la forêt lui offre son sous-bois et la possibilité d'un pâturage de chaume après les moissons sur les pare-feu cédés aux agriculteurs. La tentation est donc grande de s'introduire en forêt domaniale.

33De 1966 à 2007, plus de 420 délits de pacage (selon la loi de 1984, articles 66 et 81) ont été constatés dans la "forêt de Tessala" (9/an en moyenne). Mais beaucoup d'infractions échappent aux gardes forestiers.

34La charge pastorale est importante, elle est de l'ordre de 4,5 ha/équivalent ovin. Le cheptel (bovins, ovins, caprins) comporte plus de cent milles têtes. Les ovins (Photo 1) sont les plus nombreux. Mais les caprins, pourtant beaucoup moins représentés, sont les plus dévastateurs, du fait qu'ils peuvent se nourrir des branches des arbres.

Photo 1 - Pâturage ovin dans les monts du Tessala. [cliché : B. BOUIADJRA, 2011]

Photo 1 - Pâturage ovin dans les monts du Tessala. [cliché : B. BOUIADJRA, 2011]

35C'est en été que la forêt est le plus menacée par le pâturage. Les parcours habituels ne fournissant plus suffisamment de nourriture, il est tentant de diriger les troupeaux vers les sous-bois. Les animaux consomment les jeunes pousses, ce qui empêche la régénération, mais aussi le feuillage des arbres, favorisant ainsi les attaques d'insectes xylophages. La composition du sous-bois est également modifiée, les espèces appétables disparaissant au profit d'espèces non palatables, comme l'asphodèle (Asphodelus microcarpus).

36Le surpâturage en sous bois est à proscrire pour ses effets néfastes. En revanche, un pâturage contrôlé, réglementé et accompagné serait à même de valoriser la diversité des ressources offertes par la forêt : herbacées, feuillages et fruits (glands, châtaignes…).

37À ce sujet, une expérimentation intéressante a été réalisée en Tunisie par A. EL HAMROUNI et al. (1974) qui ont montré que la production fourragère par hectare d'un matorral de pin d'Alep est de 46 UF en parcelle ouverte, 380 UF avec une mise en défens intégrale et de 568 UF en pratiquant un pâturage rationnel contrôlé. La forêt du Tessala est malheureusement bien loin de cette dernière situation, les pâturages étant conduits sans respect du calendrier fourrager.

3 ) Les feux de forêt

38Le feu comme pratique pastorale traditionnelle était accepté par les autorités françaises et il est encore largement utilisé. Si les forêts subissent des incendies du fait de feux pastoraux, il faut noter que la plupart des sinistres naissent à l'extérieur des forêts, dans des zones non soumises au régime forestier.

39Même si le feu n'était pas volontairement utilisé pour gagner des parcours sur la forêt, le fait est que dégradée au stade de maquis ou de friche, elle pouvait être déclassée et versée au bien communal. Seule la mise en culture, lorsqu'elle était reconnue comme un fait accompli, conférait au terrain un caractère privé, lequel sera entériné par la loi de 1984. Depuis cette date, la forêt est mieux protégée. Toutefois certains riverains peuvent bénéficier d'un droit d'usage (passage, ramassage de bois, parcours…) sur les parties détruites attenantes à la forêt, sans toutefois qu'ils en soient propriétaires.

40Sur la période 1996-2005, 188 ha de garrigue et de matorral ont été incendiés chaque année en moyenne dans la "forêt de Tessala" (Photo 2). Or la couverture arbustive se reconstitue lentement. Les feux sont donc un facteur important de la dégradation du couvert végétal, qu'il est bien difficile de maîtriser (K. BENABDELI, 1998).

Photo 2 - Un secteur de la "forêt de Tessala" après un incendie. [cliché : B. BOUIADJRA, 2008 – l'incendie date de 2006]

Photo 2 - Un secteur de la "forêt de Tessala" après un incendie. [cliché : B. BOUIADJRA, 2008 – l'incendie date de 2006]

41Les passages répétés du feu livrent les sols à l'érosion hydrique et rendent de plus en plus problématique la régénération du couvert forestier.

4 ) L'érosion hydrique

42La mise à nu des sols par les défrichements, les incendies et le surpâturage, comme leur dégradation par le piétinement des troupeaux, favorisent les phénomènes d'érosion.

43Les pentes, très fortes, dépassent parfois 30 % et l'érosion hydrique est très active (K. BENABDELI, 1998). Les terrains marneux sont particulièrement touchés. L'érosion est ainsi très intense sur la partie centrale du versant sud-est des monts du Tessala (Photo 3), sur les communes de Tessala, Aïn-Thrid, Sidi-Hammadouche et Oued-Sebbah. En revanche, elle est moins forte sur le versant sud, où les conditions sont plus favorables : sols développés sur un substrat résistant et relief moins accusé.

Photos 3 - Érosion hydrique par ravinement sur le versant sud-est des monts du Tessala. [cliché : B. BOUIADJRA, 2011]

44"Pour stopper les processus de dégradation et sauvegarder le patrimoine végétal et les sols, plusieurs tentatives ont été entreprises sans résultats probants au niveau des monts du Tessala" (K. BENABDELI, 1993). Les tentatives d'étendre la végétation ligneuse, seule capable de retenir le sol, n'ont pas eu les résultats escomptés (du fait de plantations sur des sols inadaptés ou par suite d'un manque de suivi et d'entretien). Le programme de mise en place de banquettes plantées d'espèces arborescentes, engagé en 1975 et relancé en 1987, a donné quelques résultats encourageants. Mais il n'a pu se poursuivre, la stratégie du tout reboisement ayant fait négliger les actions de mise en valeur intégrées qui étaient initialement prévues. Ainsi exclue du projet, la population a bien sûr réagi négativement (A. KOUTI, 1994). La réussite d'un programme d'aménagement en zone montagneuse ne repose pas seulement sur des considérations scientifiques, techniques ou économiques, mais implique aussi des facteurs sociaux et politiques. Il est indispensable de comprendre les structures et les attitudes traditionnelles de la population, afin de gagner sa confiance.

V - Conclusion

45L'étude diachronique des monts du Tessala montre qu'entre 1987 et 2007, la couverture végétale a évolué de manière positive au nord, au nord-est et au sud-ouest du terrain d'étude. Toutefois le fait le plus important est la dégradation qui s'est produite dans la "forêt de Tessala", au sud-est et à l'est du terrain d'étude.

46Pour répondre à cette situation pour la partie la plus forestière des monts du Tessala, il conviendrait de lancer un plan de grande envergure, identique au moins à celui qui fut adopté pour les monts des Beni-Chougrane (wilaya de Mascara) il ya une trentaine d'années.

47La mise en œuvre d'un tel plan supposerait une prise en charge des monts du Tessala par l'État Algérien (par application de la Loi n° 84-12 du 23 juin 1984 portant régime général des forêts, article 38). Mais il faudrait veiller à éviter les erreurs qui ont hypothéqué la réussite du programme "Beni-Chougrane", comme par exemple l'évaluation des résultats non fondée sur une approche scientifique. Sur ce point, la télédétection spatiale fournit un outil extrêmement efficace pour localiser les problèmes et suivre les évolutions.

48Différer un tel engagement poserait, à n'en pas douter, la question du devenir de la "forêt de Tessala".

Remerciements : Nous remercions les services de la Conservation des Forêts de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès et le Centre National de Télédétection Spatial (CNTS) d'Arzew qui nous ont apporté leur soutien. Nous sommes reconnaissants aux réviseurs de notre article (Moulay BELKHODJA et deux relecteurs restés anonymes), ainsi qu'à Claude MARTIN, de leurs remarques, conseils et suggestions.

49URL : www.ensa.dz/IMG/pdf/actes_du_colloque_3-SR5.pdf.

Haut de page

Bibliographie

AXEL A., DEVIGNEAU J.L. et VIDAL M. (2005) - Les facteurs principaux de l'évolution des milieux riverains du Mouhon près de Boromo (Burkina Faso) : changement climatique ou dégradation anthropique ? Sécheresse, vol. 16, n° 3, p. 199-207.

BARAKA D. (2008) - Inventaire des plantes médicinales dans les monts du Tessala. Mémoire de Magister, Université de Tlemcen, 120 p.

BEAUDOIN Y., CAVAYAS F. et MAROIS C. (1995) - Vers une nouvelle méthode d'inventaire et de mise a jour de l'occupation/utilisation du sol en milieu urbain. Journal Canadien de Télédétection, Canadian aeronautics and space Institute (Ottawa), vol. 21, n° 1, p. 28-42

BENABDELI K. (1993) - Agriculture, alimentation et environnement : une trilogie en déséquilibre. Ecosystems, n° 1, p. 70-74.

BENABDELI K. (1998)- Protection de l'environnement, quelques bases fondamentales, appliquées et réglementaire présentation d'une expérience réussie. Édit. Graphi Pub, Sidi-Bel-Abbès, 243 p.

BENSAÏD A. (1997) - Traitement des données multisources et conception d'une base de données dans un SIG en vue de la caractérisation d'un milieu physique: application à une zone steppique au nord de Laghouat. Thèse de Magister, Centre National des Techniques Spatiales, Arzew, 122 p.

BOUZIDI M.A., LATRÈCHE A., ATTAOUI I., MEHDADI Z. et BENYAHIA M. (2009) - Caractérisation des matorrals et des garrigues à Urginea pancration Phil. dans le Djebel Tessala (Algérie occidentale).Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement, vol. III, p. 131-149.

CHERIFI K. et BOUZIDI M.A. (2008) - Approche préliminaire d'étude d'impact du surpâturage dans les Monts de Tessala (wilaya de Sidi-Bel-Abbès). Actes du colloque "Développement durable des productions animales : enjeux, évaluation et perspectives" (Alger), 2 p.

DESJARDINS R., ROGNON P., BENALLA M. et ALEM E.M. (2005) - Progrès important des études sur l'évolution des dunes grâce à l'utilisation combinée des satellites civils et militaires : l'exemple du Tafilate (Maroc). Sécheresse ; vol. 16, n° 3, p. 64-153.

DEMAZE M.T. (2003) - Caractérisation et suivi de la déforestation en milieu tropical par télédétection. Application aux défrichements agricoles en Guyane française et au Brésil. Télédétection, vol. 3, n° 5, p. 477-478.

DPAT (2009) - Recensement global de la population et de l'habitat de Sidi-Bel-Abbès. Annuaire statistique de la Direction de la Planification et de l'Aménagement du Territoire, Alger, 257 p.

DURRIEU S. (1994) - Utilisation de la télédétection satellitaire pour la mise à jour de la carte des types de peuplement de l'inventaire forestier national. Thèse de l'ENEFREF, 202 p.

ESCADAFAL R. (1989) - Caractérisation de la surface des sols arides par observations de terrain et par télédétection. Application : exemple de la région de Tataouine (Tunisie). Édit. ORSTOM, Paris, coll. Études et Thèses, 317 p.

EL ZEREY W., BACHIR BOUIADJRA S.E., BENSLIMANE M. et MEDERBAL K. (2009) - L'écosystème steppique face à la désertification : cas de la région d'El bayadh, Algérie. Vertigo, vol. 9, n° 2. URL : http://vertigo.revues.org/8821.

EL HAMROUNI A. et SARSON M. (1974) - Valeur alimentaire de certaines plantes spontanées ou introduites en Tunisie. Institut National de Recherches Forestières, Tunis, Note de recherche n° 2, 12 p.

FERKA ZAZOU N. (2006) - Impact de l'occupation spatio-temporelle des espaces sur la conservation de l'écosystème forestier : Cas de la commune de Tessala, wilaya de Sidi-Bel-Abbès, Algérie. Mémoire de Magister, Université de Tlemcen, 154 p.

KHADER M., MEDERBAL K., CHOUIEB M., ADDA A., HAMIMED A. et REGAGBA Z. (2009) - Detection by satellite data of steppe courses degradation in semi-aride regions: case of the forest of Senalba Chergui Djelfa (Algeria). Egyptian Journal of Applied Sciences, vol. 24, n° 3, p. 362-367.

KOUTI A. (1994) - Mobilisation de l'eau et gestion des bassins versants en Algérie. Revue Eaux et Sols d'Algérie, vol. 7, p. 8-78.

LE COZ J. (1990) - Espaces méditerranéens et dynamiques agraires. État territorial et communautés rurales. Édit. CIHEAM-UNESCO/MAB, Paris; 249 p.

NGUESSAN É., BELLAN M.F. et BLASCO F. (2003) - Suivi par télédétection spatiale d'une forêt tropicale humide protégée soumise à des pressions anthropique. Télédétection, vol. 3, n° 5, p. 443 -456.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 - Réalisation de la composition colorée.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 - Méthodologie de travail.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 4 - Précipitations annuelles connues de 1986 à 2007 (A) et précipitations mensuelles en 1986 et 2006 (B) à la station de Tessala.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 5 - Températures moyennes mensuelles à la station de Tessala en 1986 et 2006.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 6 - NDVI des images TM 1987 (A) et ETM+ 2007 (B).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 7 - Carte d'occupation des sols des monts du Tessala en 2006.
Légende La limite nord de la carte correspond à celle de la scène satellitaire utilisée.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 8 - Carte des changements de la couverture végétale des monts du Tessala entre 1987 et 2007.
Légende En rouge : dégradation du couvert végétal (diminution de la radiométrie). En vert : évolution positive du couvert végétal (augmentation de la radiométrie). En jaune : pas d'évolution du couvert végétal (radiométrie constante). En noir : absence de couvert végétal (eaux superficielles ; bâti ; et terrains rocailleux sans évolution positive de la végétation entre 1987 et 2007).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 1 - Pâturage ovin dans les monts du Tessala. [cliché : B. BOUIADJRA, 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Photo 2 - Un secteur de la "forêt de Tessala" après un incendie. [cliché : B. BOUIADJRA, 2008 – l'incendie date de 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2048/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salah Eddine Bachir Bouiadjra, Wael El Zerey et Khéloufi Benabdeli, « Étude diachronique des changements du couvert végétal dans un écosystème montagneux par télédétection spatiale : cas des monts du Tessala (Algérie occidentale) », Physio-Géo, Volume 5 | -1, 211-225.

Référence électronique

Salah Eddine Bachir Bouiadjra, Wael El Zerey et Khéloufi Benabdeli, « Étude diachronique des changements du couvert végétal dans un écosystème montagneux par télédétection spatiale : cas des monts du Tessala (Algérie occidentale) », Physio-Géo [En ligne], Volume 5 | 2011, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/2048 ; DOI : 10.4000/physio-geo.2048

Haut de page

Auteurs

Salah Eddine Bachir Bouiadjra

Laboratoire de Recherche d'Éco-Développement des Espaces, Université Djillali Liabès, BP 89, SIDI BEL-ABBÈS 22000, ALGÉRIE.
Courriel : chahro1@yahoo.fr

Wael El Zerey

Université Djillali Liabès, BP 89, SIDI BEL-ABBÈS 22000, ALGÉRIE.
Courriels : w.elzerey@dr.com

Khéloufi Benabdeli

Laboratoire Systèmes Biologiques et Géomatique, Centre universitaire Stambouli, BP 763, MASCARA 29000, ALGÉRIE.
Courriel : kbenabdeli@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org