Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Característiques i inundabilitat per rierades sobtades (flash flood) als torrents costaners del nord del cap de Creus (Catalunya), Pere MASCAREÑAS I RUBIÈS, 2012

Thèse de l'Université de Barcelone (Catalogne, Espagne), 507 p.
Maria Angels Marqués Roca et Glòria Furdada Bellavista
p. 3-4
Référence(s) :

Característiques i inundabilitat per rierades sobtades (flash flood) als torrents costaners del nord del cap de Creus (Catalunya), 2012 (http://www.tdx.cat/handle/10803/77858, 507 p.)

Texte intégral

1Cette thèse de doctorat dirigée par Maria Angels MARQUÉS ROCA a été soutenue au Departament de Geodinàmica i Geofísica (Fac. Geologia) de l'Universitat de Barcelona, le 18 janvier 2012.

2Il s'agit d'une thèse qui se situe dans la problématique du risque d'inondation et de l'applicabilité des législations espagnoles actuelles aux bassins affectés par des crues éclair.

3L'auteur s'intéresse à l'inondabilité et à l'utilisation et l'amélioration de la "Méthode géomorphologique d'identification et cartographie de zones inondables" (Mètode geomorfològic integrat d'identificació i cartografia de zones inundables). C'est une méthode mise au point par les Professeurs M.A. MARQUÉS et G. FURDADA qui présente des similitudes avec la méthode française "Méthode hydrogéomorphologique de détermination des zones inondables" (J.L. BALLAIS et al., 2011).

4Les bassins versants étudiés se localisent au Nord-Est de l'Espagne (entre la frontière française et le Cap de Creus). La dynamique est torrentielle avec de fréquentes crues soudaines, crues-éclair ou flash flood, qui causent souvent d'importants dégâts. Il s'agit de onze bassins, petits (entre 28,5 et 0,125 km2) et à fortes pentes. Il n'y a pas de stations de mesure de débit et les données pluviométriques sont insuffisantes.

5Les objectifs sont : 1) connaître la dynamique des bassins pour identifier, caractériser et cartographier les zones inondables, afin d'évaluer qualitativement l'aléa inondation, 2) déterminer des fréquences numériques d'inondation (inondabilité quantitative), ce qui a nécessité l'identification et la réduction de l'incertitude épistémique et aléatoire et a conduit à l'amélioration de la méthode originelle.

6Le travail réalisé sur ArcGis a utilisé des cartes au 1/5000 de l'ICC (Inst. Cartògrafic de Catalunya) et se présente sur des cartes au 1/3000, provenant de l'agrandissement des cartes originelles.

7La méthode originale intègre les données géomorphologiques, historiques, de débits et de pluie, lesquelles sont représentées sur "la carte géomorphologique intégrée". Après cette phase et avec toutes ces données, on détermine l'inondabilité, en établissant différentes classes qualitatives, ce qui aboutit à la "carte d'inondabilité". Les classes inondabilité établies sont : a) inondabilité élevée (vitesse > 1m/s en lit naturel et > 3,4 m/s en lit bétonné, hauteur d'eau peut être > 1,5 m et fréquence d'inondation < 10 ans), b) inondabilité moyenne (hauteur d'eau < 1 m, vitesse et fréquence inférieures au type antérieur), c) inondabilité faible (seulement utilisée dans un bassin comprenant un barrage) et d) zone protégée (avec structures pour minimiser ou éviter l'inondation et dont l'étude particulière conduit à considérer qu'elles réduisent vraiment la possibilité d'inondation. On l'indique sur les cartes avec le type correspondant aux conditions naturelles et la superposition d'une maille).

8Comme innovation méthodologique, on voulait faire une approche quantitative des fréquences d'inondation. Pour cela, on a constaté que chaque bassin, pris individuellement, n'avait pas assez de données, c'est-à-dire qu'on était face à un problème d'incertitude, épistémique et aléatoire. On a analysé les éléments d'incertitude (par exemple le manque de données historiques à cause de la localisation des maisons anciennes hors de la zone inondable, de destructions, etc.). Face à cette problématique on a développé une approche multibassin-multifonction, autrement dit, il s'agit d'une approche régionale qui intègre tous les bassins de la zone d'étude.

9On a travaillé sur toutes les données de pluie et on a vu que la plupart des inondations étaient associées à des événements de plusieurs jours de pluie (entre 2 et 9 jours). Les fréquences obtenues étaient seulement indicatives puisqu'on ne dispose pas de fréquences des événements de plus d'un jour de pluie et aussi à cause du manque de pluviomètres dans tousles bassins, de séries courtes et/ou incomplètes, de l'utilisation de données de stations endehors des bassins, et de l'existence de phénomènes très intenses et localisés qui peuvent nepas être détectés par le réseau de stations météorologiques.

10L'autre volet est les données historiques des inondations et spécialement de leurs effets. Pour cette analyse, on considère comme inondation le débordement du lit mineur (nommé T0) sur le niveau supérieur nommé T1, quelle que soit la hauteur d'eau atteinte sur cette surface et la magnitude des dommages produits. On aurait préféré une classification plus détaillée, mais c'était impossible. La fréquence d'inondation (débordement du lit mineur T0) est de trois années, en moyenne, obtenue avec les données de tous les bassins. Cette fréquence, qu'on pourrait considérer comme trop élevée, est confortée par l'utilisation de batardeaux et la construction de canalisations dans les villes ; dans les zones agricoles, les travaux de protection discontinus et de différents types (digues de terre, de pierre, blocs, murs, etc.) mis en place par les propriétaires des terrains sont très répandus.

11La législation espagnole actuelle exige le zonage de l'aléa inondation par le critère de fréquence mais la réalité des bassins étudiés ne peut pas être décrite, analysée, ou représentée avec les critères de la législation actuelle. Cette étude met en évidence les lacunes de lalégislation en cours et ouvre une approche au problème des petits bassins avec des crues éclair.

12Le texte complet de la thèse est disponible sur le site : http://www.tdx.cat/​handle/​10803/​77858.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Angels Marqués Roca et Glòria Furdada Bellavista, « Característiques i inundabilitat per rierades sobtades (flash flood) als torrents costaners del nord del cap de Creus (Catalunya), Pere MASCAREÑAS I RUBIÈS, 2012 », Physio-Géo [En ligne], Volume 6 |  2012, mis en ligne le 26 février 2012, Consulté le 21 avril 2014. URL : http://physio-geo.revues.org/2361

Haut de page

Auteurs

Maria Angels Marqués Roca

Departament de Geodinàmica i Geofísica (Fac. Geologia); Universitat de Barcelona, c/ Martí i Franquès s/n, 08028 BARCELONA, ESPAGNE
Courriel : m.a.marques@ub.edu

Glòria Furdada Bellavista

Departament de Geodinàmica i Geofísica (Fac. Geologia); Universitat de Barcelona, c/ Martí i Franquès s/n, 08028 BARCELONA, ESPAGNE
Courriel : gloria.furdada@ub.edu

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page