Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Petits vocabulaires "des risques et des catastrophes d'origine naturelle" et "de l'agroécologie", Teddy AULY, Philippe LAYMOND, Marie-Claire PRAT et Jésus VEIGA –  RICHARD MAIRE et Jean-Marc QUITÉ, 2012

Éditions Confluences, 95 p. chacun
Claude Martin
p. 7-8
Référence(s) :

Petit vocabulaire des risques et des catastrophes d'origine naturelle – Petit vocabulaire de l'agroécologie, http://www.editionsconfluences.com, 95 p. chacun)

Texte intégral

1La collection des "Petits vocabulaires" inaugurée en 2009 (Petit vocabulaire du droit de l'environnement) et complétée en 2011 (Petit vocabulaire de l'environnement) s'est enrichie récemment de deux nouveaux titres.

2D'un format réduit (12  21 cm), joliment illustrés, ces petits livres de 95 pages chacun offrent une liste de définitions classées par ordre alphabétique. Certes, il ne s'agit pas de dictionnaires exhaustifs, mais les choix sont assumés par les auteurs, avec une mise en perspective des éléments présentés.

3Le Petit vocabulaire des risques et des catastrophes d'origine naturelle est organisé en deux parties, la première dédiée aux "notions et concepts fondamentaux" touchant à différents types de risque, y compris les pandémies et les famines, la seconde consacrée à une présentation chronologique des "principales catastrophes naturelles". Cette partie débute sur l'extinction de masse Permien-Trias (-250 Ma), passe à la chute du météorite qui a vraisemblablement provoqué la disparition des dinosaures (-65 Ma), puis à l'explosion volcanique du Toba (-73000 ± 4 ans), l'éruption du Santorin (-1645 ± 20 ans), celle du Vésuve (en 79 de notre ère), le séisme d'Antioche (en 526)… Au total, 58 événements sont ainsi présentés, jusqu'au tremblement de terre et au tsunami du 11 mars 2011 dans la région de Sendai au Japon. Des pictogrammes placés au regard de chaque définition permettent de reconnaître immédiatement à quel(s) type(s) de catastrophe se rattache l'événement traité. Cette partie est presque exclusivement consacrée à des phénomènes physiques, seule faisant exception la pandémie de peste bubonique qui frappa l'Europe de 1347 à 1352, déjà évoquée en première partie, avec la grippe espagnole de 1918-1920 et le Sida. Les famines ne sont pas traitées ici, mais il s'agit d'un sujet difficile à intégrer, les causes étant rarement d'origine uniquement naturelle.

4Le Petit vocabulaire de l'agroécologie explicite beaucoup de sigles, pas forcément très connus (ACTAF : Association cubaine d'Agriculture et de Techniques Forestières, ASPRO-PNPP : ASsociation pour la PROmotion des Produits Naturels Peu Préoccupants…), apporte un grand nombre de renseignements techniques (sur les abeilles, les lombrics, la bouillie bordelaise, les gaz de schistes, la dioxine, les polluants organiques persistants…), définit des concepts ou des mouvements d'idée (cittàslow, désobéissance civile, faucheurs volontaires, naxalisme, slow food, sobriété heureuse, via campesina…) et fait découvrir des personnalités marquantes (Théo COLBORN, Raymond DEPARDON, Philippe DESBROSSES, P.V. RAJAGOPAL, Pierre RHABI, Christian VELOT…). Au total, l'ouvrage comporte plus de 300 entrées, parmi lesquelles ne sont pas oubliés des sociétés comme Monsanto ou Pioneer et des produits comme le Gaucho, le Roundup et les OGM. Pour ne pas paraître excessivement positif, je signalerai une petite étourderie : la référence "Gaucho" renvoie vers la notice "Régent", mais celle-ci est absente. Dès l'introduction, les auteurs positionnent clairement leur pensée : "Derrière le choix des mots et expressions présentés ici, il y a la volonté d'encourager un retour vers une agriculture faisant le bon lien entre l'homme et la nature…". Dans ce cadre, l'agroécologie est conçue comme un outil pour favoriser le nécessaire changement d'un monde en crise, en proie à un "néolibéralisme financiarisé, mondialisé et dérégulé...". La conclusion laisse percer une note d'espoir, justifiée selon les auteurs par la forte marge de progression de l'agriculture biologique et l'impact possible de l'agroécologie sur les mentalités.

5Alors qu'il suffit de naviguer un moment sur internet pour accéder à une masse considérable d'informations sur quelque sujet que ce soit, les Petits vocabulaires n'ont pas vocation à fournir une documentation complète ; ils proposent un thème et une base de réflexion. Cette dernière, suffisante en première approche, peut être aisément enrichie en suivant les nombreuses pistes livrées à notre curiosité. Ces petits ouvrages agréables à feuilleter, voire ludiques, sont aussi des ouvrages sérieux, intéressants à lire et instructifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Martin, « Petits vocabulaires "des risques et des catastrophes d'origine naturelle" et "de l'agroécologie", Teddy AULY, Philippe LAYMOND, Marie-Claire PRAT et Jésus VEIGA –  RICHARD MAIRE et Jean-Marc QUITÉ, 2012 », Physio-Géo [En ligne], Volume 6 |  2012, mis en ligne le 26 février 2012, Consulté le 19 avril 2014. URL : http://physio-geo.revues.org/2462

Haut de page

Auteur

Claude Martin

UMR 6012 "ESPACE", Université de Nice-Sophia-Antipolis et CNRS, Département de Géographie, 98 Boulevard Édouard Herriot, BP 3209, 06204 NICE Cedex 03.
Courriel : claude.martin0156@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page