Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Actes du IXème congrès des terroirs vitivinicoles. Bourgogne-Dijon-Champagne-Reims-France, 2012

Alain Marre
p. 9-10
Référence(s) :

Actes du IXème congrès des terroirs vitivinicoles. Bourgogne-Dijon-Champagne-Reims-France, deux volumes

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Les actes de ce congrès sont divisés en trois parties : Origine et diversité des terroirs, Composantes des terroirs et Mise en évidence et révélation des terroirs.

2La partie "Origine et diversité des terroirs" a été elle-même divisée en deux sessions. La première est consacrée à la construction ancienne et récente des terroirs. Elle comporte 13 communications. À la suite d'un grand tableau historique sur la construction des terroirs (S. WOLIKOW – France), plusieurs communications abordent des aspects sociologiques et culturels (cas de la Pampa du Brésil), juridiques (cas du Japon) et historiques (cas grecs et français). La seconde session porte sur la typologie des terroirs avec 15 communications. Dans cette session, il apparaît que faire une typologie n'est pas aisé, car certains chercheurs mettent trop en avant un facteur au détriment des autres. La géologie (J. FANET – France), le climat (J. TONIETTO – Brésil) prennent parfois la première place. Or c'est une étude multifactorielle qu'il faut réaliser en prenant soin de bien mettre à égalité tous les facteurs qui définissent un terroir (M.I FURET – France).

3La seconde partie "Composantes des terroirs" est divisée en quatre sessions, une sur le climat, une sur les sols, une sur les relations vigne et terroirs et une sur les pratiques viticoles. Chacune de ces sessions portant sur une composante du terroir, les communications éclairent nettement ces diverses approches. Dans la session 3 sont présentées des études sur le climat. Elles portent évidement sur des cas champenois et bourguignon, mais aussi portugais, espagnol, allemand, australien, uruguayen, et brésilien. Plusieurs communications font état de recherches sur des modèles climatiques, afin d'envisager les conséquences pratiques du réchauffement climatique. Des questions précises se posent : devra-t-on, dans une région viticole donnée, changer de cépages et de modes de culture ? Tout cela a des conséquences sur la typicité des vins. La session 4 est consacrée aux sols viticoles. Après une grande présentation des sols viticoles (V. SOTÈS – Espagne), 23 communications abordent les aspects cartographiques, les effets des différents intrants (amendements organiques, chimiques, etc.), et surtout le rôle de l'eau dans les vignobles (Italie, France, Espagne, USA, Brésil, Nouvelle-Zélande, etc.). Dans la session 5, sont analysés les rapports entre la vigne et son terroir. Les communications font ainsi souvent appel à la biologie végétale. L'activité au niveau des racines de la plante a une place importante dans plusieurs des 20 communications, en faisant des distinctions entre divers cépages, et cela pour divers pays. La session 6 étudie les pratiques viticoles du passé, du présent et du futur. Elle comporte 20 communications, dans lesquelles plusieurs aspects son envisagés, depuis la biodiversité jusqu'aux risques naturels, en passant par tous les cas liés à l'irrigation.

4La troisième partie, intitulée "Mise en évidence et révélation des terroirs", est divisée en trois sessions. La session 7 est consacrée aux interactions de la vigne avec le sol et le climat. Pas moins de 26 communications la composent et mettent en avant le rôle des pédoclimats sur la croissance et la maturation des baies, sur la typicité des vins, sur les modes de culture (notamment l'irrigation) et sur la variété des terroirs et des vins. Elles portent sur presque tous les pays du monde. La session 8, qui s'attache à étudier les techniques de zonage des terroirs, commence par une proposition de méthodologie (C. VAN LEEUWEN – France) et se prolonge par 22 études de cas. La session 9 touche à la valorisation des terroirs et réunit 19 communications qui abordent cet aspect sous des angles différents : économie, cépages, paysages, patrimoine, etc.

5Le concept de terroir, inventé par Olivier de SERRE au XVIIème siècle et remis en honneur par M. DERRUAU en 1949 dans sa thèse sur la Grande Limagne, apparaît bien comme un concept complexe dans lequel interviennent des facteurs naturels et humains. La définition proposée par l'OIV en 2010 montre l'ensemble de ces aspects. Les communications présentées dans les actes de ce congrès sont dues à des chercheurs venus d'horizons différents. Certains viennent des sciences naturelles (géologues, pédologues, botanistes, agronomes, climatologues, géographes physiciens, etc.), d'autres des sciences humaines (historiens, juristes, économistes, géographes humains). Cependant il est une discipline qui est largement citée et pourtant malmenée : la géomorphologie. Un grand nombre de communications font référence à la géomorphologie et la reconnaissent comme un des facteurs principaux de la caractérisation des terroirs. Mais, en même temps, elles ne font pas appel à toute la substantifique moelle de cette discipline, qui est parfois limitée à son aspect topographique ou à son aspect structural, la confondant presque avec la géologie. Les dynamiques géomorphologiques, passées et actuelles, sont souvent oubliées. Les raisonnements restent "verticaux", suivant le modèle de la sédimentation marine qui explique la mise en place des roches ; ils négligent les transferts "longitudinaux" le long des versants. Or ces mouvements sont responsables de formes comme des glacis et des terrasses qui localisent les vignobles, et de formations superficielles dans lesquelles les vignes sont plantées. Dans les études de terroirs, il est souvent question de géologie (les vignes sont plantées sur le Kimméridgien, le Campanien, etc.), de pédologie (la vigne pousse sur des rendzines, des sols bruns, etc.), mais pratiquement jamais de formations superficielles. Or ce sont souvent elles qui portent les vignobles. Le cas de Chablis en est un exemple quasiment caricatural. Partant d'un travail géologique du début du XXème siècle faisant référence au Kimméridgien, on a vécu plusieurs décennies de batailles juridiques pour définir la délimitation de la zone d'AOC, car on ne prenait pas en compte les formations superficielles, épaisses parfois de plus de 10 mètres, qui servent de réservoir hydrique aux vignes. Le concept de terroir viticole est un outil puissant pour la gestion des vignobles. Longtemps apparu comme un seul argument de vente, il est aussi un outil de travail pour la viticulture, la vinification, l'assemblage des vins et l'élaboration du produit final. On a donc besoin d'une excellente compréhension de ce concept et la géomorphologie est une des approches qui peut aider le plus à cette connaissance. Ne la négligeons pas et faisons appel à de vrais spécialistes pour la pratiquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marre, « Actes du IXème congrès des terroirs vitivinicoles. Bourgogne-Dijon-Champagne-Reims-France, 2012 », Physio-Géo [En ligne], Volume 6 |  2012, mis en ligne le 26 février 2012, Consulté le 19 décembre 2014. URL : http://physio-geo.revues.org/2579

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Université de Reims Champagne-Ardenne.
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page