Navigation – Plan du site
Enquête sur les langues des colloques

Place des langues autres que l'anglais dans les colloques internationaux

Claude Martin
p. 1-34

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Vous trouverez ci-après, d'une part, les réponses à l'enquête Physio-Géo sur les langues des colloques (lancée en août 2012 à propos de la Conférence Internationale de Géomorphologie de l'AIG en 2013) et, d'autre part, le fichier actualisé des messages échangés sur le même sujet sur la Liste AFES. Dans les deux cas, le nombre d'intervenants a été extrêmement faible au regard du nombre des abonnés, mais finalement ne compte que l'opinion de ceux qui se sentent concernés.

2Du fait d'un fonctionnement différent, envoi au directeur de publication, donc sans débat contradictoire, la Lettre Physio-Géo a permis des exposés souvent très réfléchis et argumentés, alors que la Liste AFES a été le théâtre d'échanges parfois "musclés".

3Mais les deux formes d'expression ont montré que la défense du français et de la francophonie, et plus généralement des langues nationales dans les colloques organisés dans des pays non anglophones, ne relevait d'un combat d'arrière-garde que pour une minorité des intervenants. Cette minorité s'est montrée particulièrement pugnace sur la Liste AFES, les défenseurs du français ne se dévoilant que peu à peu, après que les acharnés du tout “anglo-américain” aient commencé à perdre du terrain.

4Du côté de la Lettre Physio-Géo, en l'absence de débat ouvert, l'état d'esprit des défenseurs du français n'a pas eu la possibilité d'évoluer au fil du temps. Fait symptomatique à cet égard, la plupart des avis sont restés anonymes, comme s'il était dangereux de défendre le français, alors que finalement personne n'a fait un éloge sans réserve de l'anglais.

5Sans entrer dans une analyse détaillée des interventions, chacun pouvant faire sa propre synthèse, je soulignerai cinq points essentiels :

6- Une forte majorité des intervenants souhaite que le français ait une place équivalente à l'anglais (d'autres langues étant également possibles) dans les colloques organisés en France. Des colloques organisés dans le cadre de la francophonie peuvent même être exclusivement en français, comme c'est le cas de celui sur "Les représentations Nord-Sud du développement durable". L'anglais, langue prétendument incontournable, et donc présentée par certains comme seule possible pour les manifestations internationales en France, n'a aucune légitimité particulière, ni linguistique, ni scientifique, ni juridique.

7- Mettre en avant le prix des traductions simultanées revient en fait à poser le problème du fonctionnement de la recherche. Les chercheurs et les laboratoires sont poussés à se faire valoir le plus possible, notamment à travers l'organisation de colloques, et cela sans moyens suffisants. Ne faudrait-il pas repenser la politique des grands colloques internationaux ?

8- Pour autant, même sans traduction simultanée, il est possible de favoriser la communication entre anglophones et francophones, par exemple en demandant que l'exposé oral et le diaporama (avec textes suffisamment explicites) soient présentés dans des langues différentes. La contrainte ne serait pas considérable et le résultat pourrait être intéressant.

9- Le pire des arguments avancés en faveur du tout anglais est le comportement des anglophones lorsqu'une intervention en français est annoncée. Que certains puissent se comporter ainsi ailleurs que dans un pays francophone, nous n'y pouvons pas toujours grand-chose, mais qu'ils puissent le faire en France revient à nous laisser humilier. Les présidents de séance sont là notamment pour faire respecter les règles de bienséance et s'ils s'en montrent incapables, les organisateurs devraient avoir le courage d'intervenir sèchement.

10- Deux collègues africains seulement se sont manifestés. Mais il me semble que nous devons les écouter et les entendre ! Le succès grandissant de Physio-Géo sur le continent africain montre que nous serions coupables de ne pas remplir nos obligations à l'égard de notre langue et de tous ceux qui souhaitent encore la pratiquer dans le monde. Le temps de la résignation ne doit pas venir.

Réponses à l'enquête Physio-Géo sur la place des langues autres que l'anglais dans les colloques internationaux organisés dans les pays non anglophones

Claude MARTIN (Lettre Physio-Géo – 16/08) :

11Deuxième circulaire de la huitième conférence IAG sur la géomorphologie : Geomorphology and sustainability (27-31 août 2013, Paris). (Voir : http://www.geomorphology-iag-paris2013.com/​).
Quelle que soit l'importance de cette manifestation, il n'est pas interdit de regretter la maigre place laissée au français dans un colloque organisé à Paris (le seul forum S16). La liste des soutiens qui ont cautionné une telle reddition, n'incline pas à l'optimisme.

Monique FORT (coprésidente de la conférence AIG – 16/08) :

12Je réagis immédiatement à votre remarque concernant le français. Je comprends vos regrets, mais à l'heure où vient de tomber le dernier classement de Shanghai, il est je crois temps de comprendre quelle est l'évolution de toutes les disciplines scientifiques, de la nôtre en particulier : si la production géomorphologique française est de grande qualité, il serait dommage que celle-ci reste confidentielle et ne puisse être lue par nos collègues étrangers.
Par ailleurs, l'IAG est une association dont effectivement le français et l'anglais sont les deux langues officielles. Si vous avez reçu la version anglaise de la 2ème circulaire, c'est tout simplement parce que le jeune collègue qui a réalisé bénévolement cette circulaire n'a pas eu le temps de faire la version française : il est enseignant, co-directeur de son UFR, et l'on ne peut pas lui reprocher quoi que ce soit, bien au contraire. Il est stimulant de voir les jeunes chercheurs et maitres de conférence de notre discipline, s'impliquer autant pour la réussite d'un tel événement.
Par ailleurs, cette deuxième circulaire s'adressant essentiellement à nos collègues étrangers, nous l'avons donc réalisée en priorité en anglais (je reviens tout juste d'un congrès en Chine, et ils étaient tous très heureux d'avoir cette version).
J'ajoute que puisque vous avez bien voulu mentionner le site web du congrès (et je vous en remercie), vous verrez que tout y est parfaitement bilingue (à l'exception peut-être du descriptif de quelques excursions, mais là encore, les collègues ont fort à faire et ce n'est qu'une question de semaines pour que tout soit bouclé)...
Donc que nos collègues français qui sont exclusivement francophones se rassurent, ils ne sont pas oubliés. Quant à nos amis africains, je crois qu'ils n'hésitent plus depuis longtemps à lire l'anglais.
Dernière chose : je ne comprends pas bien votre allusion à la fin : de quelle liste de soutiens parlez-vous ?

Marie-Françoise ANDRÉ  (coprésidente de la conférence AIG – 16/08) :

13Je ne puis que renchérir sur les propos de Monique. La version française de la circulaire va venir, mais j'espère que Physio-Géo sera partie prenante de notre effort de cohésion nationale face à un événement international dont l'organisation est un véritable défi et repose sur les épaules d'un petit nombre d'individus.

Claude MARTIN (à Monique FORT – 17/08) :

14En consultant le site du colloque, j'ai quand même pu noter, sauf erreur de ma part, qu'en dehors du forum S16, les "résumés" (et donc certainement aussi les communications orales et les articles) seraient en anglais. Du coup, le forum S16 semble avoir en partie pour fonction de donner un petit côté bilingue au colloque. En tout cas, il est heureux qu'il existe.
Pour ce qui est des soutiens, je fais référence au CNRS, au Ministère de l'écologie, à la Région Ile de France, à la Mairie de Paris et à la Fédération française des géosciences, dont les logos figurent sur le programme.
En qualité d'éditeur d'une revue francophone, je pouvais difficilement ne pas exprimer ma gêne à nos lecteurs.

Monique FORT (17/08) :

15Vous aurez compris qu'il s'agit d'un congrès international (plus de 70 pays sont membres de l'IAG) et nous attendons de 1200 à 1500 participants... Nous avons remarqué lors des précédents congrès que lorsque l'un d'entre nous s'exprimait en français, les salles se vidaient immédiatement. C'est ainsi et on peut le regretter... Tout comme les espagnols ou les chinois, qui chacun pourraient revendiquer la même prééminence de leur langue.
Nous avons décidé d'être pragmatiques, tout en offrant une très large place à la culture française dans les activités proposées. Paris et les merveilles que recèlent nos territoires français seront nos meilleurs atouts.

Anonyme 1 (à Claude MARTIN – 17/08) :

16Pour te dire que je souscris pleinement à ton observation.

Bertrand LEMARTINEL (18/08) :

17Il faut bien prendre acte du fait que l'anglais est devenu la langue scientifique internationale, ce qui ne facilite pas la vie aux vieux comme moi qui ont fait des études archi-classiques (allemand, latin dès la sixième et parfois grec en quatrième, quand ce n'était pas une langue romane, espagnol - mon cas - ou italien).
Ceci étant, les québécois sont moins frileux que nous pour défendre le français : l'an passé, j'ai été invité à un colloque dans une université anglophone de Sherbrooke, et notre langue était traitée à égalité avec celle de Shakespeare. À ma grande surprise, un certain nombre d'anglophones se sont même imposé de parler français. Comme quoi, on peut aussi vouloir ne pas tout céder. On pourrait aussi promouvoir l'espagnol – nous aurions le soutien des américains du Mexique jusqu'à l'Argentine – avec le français : je suis sûr que l'Afrique ne serait pas indifférente. La traduction simultanée est chère mais au regard des sommes dépensées dans ce genre de congrès, elle serait tout à fait envisageable.
Enfin, l'anglais de la plupart de nos collègues qui prétendent pouvoir le parler est souvent peu crédible en conférence... Mais il vrai que cela a peu d'importance tant le format très court des communications ne permet pas d'exposer une pensée suivie. Ces grands raouts, j'en ai fait quelques-uns, sont surtout diplomatiques et en fin de compte, d'un intérêt scientifique assez limité.

Jean-Louis BALLAIS (19/08) :

18Ton message initial m'avait paru un peu sibyllin, mais ta réponse à Monique FORT m'a fait très plaisir, bravo !

Anonyme 2 (20/08) :

19Je suis d'accord avec vous, même si je me suis récemment rendu coupable d'une telle reddition : colloque de Chambéry, septembre 2011, sur le patrimoine géomorphologique et où, sensible aux pressions amicales et à la généralisation du sabir para-anglais véhiculé par l'ensemble des participants (aucun anglophone mais des lusophones, des hispanophones, des Italiens entre autres, et une infime minorité de francophones dont un québécois nullement gêné de ne pas obligatoirement parler français), j'ai en dernière minute opté pour l'anglais pour ma présentation orale (appuyée sur une projection bilingue toutefois).

Anonyme 3 (20/08) :

20Je crois que nous sommes placés devant une situation hégémonique de la langue anglaise, comme fut le latin jusqu'au 16ème siècle pour les échanges scientifiques, puis le français et peut-être l'allemand pour les sciences techniques à la fin du 19ème. Désormais nous sommes un peu mieux que le wolof ou l'indonésien. Et si nous voulons diffuser, nous devons passer par le sabir anglais ce qui n'est pas grave, mais surtout par les comités de rédaction des grandes revues, tenus par les grands mandarins et non dépourvus de dogmatisme formel (le plan type) ou scientifique. Donc vivent les revues de rang Z en français.
Il n'y a plus une science anglo-saxonne et une science française ou allemande ou chinoise (pour ne pas rappeler les belles polémiques entre science prolétarienne et science capitaliste). Mais deux questions se posent :
1 ) Comment accueillir nous collègues africains, maghrébins ou latino-américains qui font le gros effort de pratiquer la culture française et de s'exprimer dans une langue parfois plus pure que nos parlers de banlieue. Nous leur devons la politesse et l'échange.
2 ) La pensée ne peut s'effectuer que dans sa langue natale. La conceptualisation implique des schémas structurels qui sont présents dans la syntaxe. Il est donc impossible de faire avancer la réflexion sans sa propre grammaire... on peut traduire ensuite dans la koïné. C'est pour cela que les revues internationales ont tendance a publier des résultats stéréotypés, des mesures et des protocoles répétitifs, qui apportent des précisions, des calages chronologiques, des modèles approximatifs, mais n'apportent guère de renouvellement conceptuel.
L'anglais fait piétiner la recherche dans le monde. Heureusement, il y a les Beatles!

Anonyme 4 (20/08) :

21Je me suis trouvé, avec d'autres, associé à l'entreprise [colloque AIG], en particulier pour co-présider une session et pour organiser une excursion. Je partage entièrement votre point de vue sur l'utilisation du français, qui détourne en fait une partie des chercheurs français et qui rend incompréhensible une grande partie des communications de ce type de manifestation par bon nombre de participants (hormis ceux qui n'en manquent aucun). La qualité scientifique des échanges se trouve de toute façon diminuée. Je me suis déjà trouvé l'un des deux seuls à m'obstiner à communiquer en français à des congrès, à Clermont et à Chambéry, ce qui m'a été sévèrement reproché.

Bertrand LEMARTINEL (20/08) :

22Je suis avec intérêt l'ensemble la question de la francophonie au sein de l'AIG, pardon, de l'IAG, dans la mesure où le français ne sera utilisé que dans une seule session, alors que l'association est officiellement bilingue : le français reste une langue internationale, comme d'ailleurs l'espagnol.
Penser que les collègues "exclusivement francophones" ne sont pas oubliés parce que le site dédié au congrès de 2013 est bilingue est pour le moins osé. Et dire implicitement qu'un non-anglophone est "exclusivement francophone", c'est oublier le reste du monde. Je ne crois pas que ce soit une belle leçon de géographie.
Je veux bien que la langue scientifique internationale soit l'anglais... Mais quel anglais et à quelles fins ? Il est évident que les sciences exactes ne se posent guère ce genre de questions dans la mesure où elles manipulent des chiffres, des équations (mathématiques ou chimiques) et des concepts très resserrés. La langue, quelle qu'elle soit, n'est alors que la formulation des relations entre des expressions univoques qui n'appartiennent à aucun idiome particulier. Dans ces conditions, il ne s'agit pas réellement d'écrire en anglais, même si ce dernier est commode en raison de sa relative simplicité grammaticale : chacun, dans ce cadre, peut le faire. Mais on voit bien que les applications qu'il trouve conduisent à partout formater la pensée et les articles dans un sens particulier, en valorisant les données au détriment des concepts. Et c'est bien ce que nous observons dans l'évolution des publications de géographie physique qui tendent à être mimétiques en présentant un long exposé des mesures et une brève discussion finale qui sert de conclusion. Mais ce format fait-il réellement progresser notre vision du monde ? Comme le disait Henri POINCARÉ dans La science et l'hypothèse, une accumulation des faits n'est pas plus de la science qu'un tas de briques n'est une maison... C'est bien la conceptualisation et l'intuition qui font le progrès des disciplines. Or, au train où vont les choses, et souvent en raison de la brièveté obligées des articles et surtout des thèses, qui sont d'ailleurs de plus en plus des compilations d'articles, la conceptualisation perd rapidement du terrain.
On me dira que la présentation orale, dans un congrès, est justement faite pour discuter des mesures réalisées et des conclusions qui en sont tirées. J'en suis d'accord. Mais la langue orale n'est pas la langue écrite, loin s'en faut, comme l'ont montré les philologues puis les linguistes, de SAUSSURE à CHOMSKY. Il ne s'agit plus là de raconter des faits, mais de comprendre – au delà des accents et des tournures fort variées d'une même oralité - comment cette langue structure la pensée, bien au delà de ces mêmes faits. Quand j'écris ou je parle espagnol, je ne traduis pas du français en espagnol, je pense en espagnol et faut-il le préciser, en espagnol ibérique, même si pour des raisons historiques, son unicité phonétique est beaucoup plus forte que celle de l'anglais ou du français. La conséquence de tout cela est que les courts exposés des colloques internationaux, dans notre discipline, sont le plus souvent suivis de brèves caricatures de discussion et non d'une réelle confrontation des idées. En outre, les obligations diplomatiques font que l'on accepte des choses très inégales racontées dans un anglais macaronique, et qu'anglais ou pas, nos "jeunes collègues", tout capables qu'ils soient, ont peu de chances d'accéder à la notoriété au travers de telles manifestations, s'ils ne sont pas "poussés" par ceux qui en maîtrisent le programme.
Enfin, la langue, c'est hélas une évidence, n'est pas qu'un moyen d'expression censé permettre la communication entre les hommes : c'est un instrument de pouvoir. La prééminence de l'anglais n'est que la traduction de la puissance américaine, qui convient évidemment au Royaume-Uni, et il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Je suis d'ailleurs sûr que tout le monde en est conscient. J'ai ai longuement discuté avec un collègue canadien (anglophone) qui me disait l'extraordinaire avantage que cela conférait. Cela va bien au-delà des questions de langue, puisque les thèmes, les orientations de la discipline sont commandées par les "revues internationales" – comprenons anglaises ou américaines – qui ignorent ou veulent ignorer tout ce qui sort de leur approche. Cela veut dire, j'en suis témoin, qu'elles publient comme neuves des choses parfaitement fausses ou des résultats corrects qui peuvent avoir été produits il y a vingt ans de cela, faute de connaître une foule de travaux. De l'avis même d'une collègue américaine, la sphère anglophone ignore volontairement tout ce qui a été publié en d'autres langues (cela est un reflet de la vie quotidienne : les bulletins d'information états-uniens ignorent tout du monde extérieur, à l'exception des endroits où sont engagées des troupes US). Plus amusant encore, les revues éliminent au nom de l'anglais des articles pourtant corrects dans leur forme, quand ils concurrencent leurs propres troupes. Cela n'est pas le seul fait de la géomorphologie, qui a au moins l'avantage d'être une science assez inoffensive ; les travaux qui conduisent à des brevets, même écrits en anglais, sont l'objet d'ostracismes violents : que l'on se souvienne de la mise à l'écart de Dominique STEHELIN pour le NOBEL, ou de Luc MONTAGNIER pour la découverte du virus du SIDA.
Dans ces conditions, croire que le seul fait d'écrire en anglais suffira à promouvoir la jeune recherche française ou francophone est du rêve. Certes, on peut nourrir l'espoir naïf de faire la pige aux laboratoires américains richement dotés (notre collègue Martin SHARP, d'Edmonton, dispose ainsi d'un avion pour ses recherches arctiques). Mais ils sont entre eux déjà si concurrentiels qu'ils ne vont pas s'embarrasser, puisqu'ils ont le pouvoir, de publications étrangères à leur système, fussent-elles en anglais ! Bien sûr, un article qui leur est étranger peut passer dans les "revues internationales" : encore faut-il qu'il soit dans leur ligne éditoriale (et les serve) comme le signale fort bien P. DE WEVER dans un ouvrage récent. Non, la science n'est pas neutre et je reste toujours surpris qu'un certain nombre de nos collègues toujours prêts à dénoncer l'atlantisme en politique soient si prêts à le favoriser, sans doute dans une optique plus personnelle que savante.
Mes collègues québécois, tous parfaitement anglophones, certains enseignant même en Ontario ou en Alberta, en sont si convaincus qu'ils n'hésitent pas à organiser des colloques... bilingues, parce qu'avant d'être un problème d'échange, la question est celle du pouvoir dans un lieu déterminé. Et le plus étonnant est que des collègues anglophones y communiquent. Dans cette affaire de conférence AIG, il faudrait savoir ce que nous voulons affirmer... à Paris. Il est bien clair qu'il ne faut pas renoncer à l'anglais, sinon les anglophones stricts resteront dans leur sphère (quoique pour visiter Paris aux frais de leurs établissements, j'en connais qui sont prêts à tout). Mais pourquoi ne pas laisser la possibilité de s'exprimer en d'autres langues, quitte à ce que le diaporama soit en anglais ? Je suis sûr que la proportion des anglophones stricts ne sera pas telle que cela ne puisse être envisagé. Aux États-Unis mêmes, la place que prend l'espagnol dans les universités du Sud fait réfléchir à ce que pourrait être l'avenir.
Savoir vraiment une ou plusieurs langues étrangères est indispensable ; que l'anglais figure parmi elles me paraît de bon sens. Mais rendre les armes quand il s'agit de pouvoir scientifique ne signe qu'un permanent affaiblissement de notre influence et donc de l'impact de nos travaux va en réalité à l'encontre de ce à quoi nous prétendons.

Anonyme 5 (21/08) :

23Je suis parfaitement en phase avec Claude MARTIN. Car nous, chercheurs africains, on est confronté à ce problème. En effet, pratiquement dans la majeure partie des colloques ou rencontres scientifiques la langue de travail est l'anglais et même des manifestations qui se tiennent dans les pays dont la langue officielle de travail est le français. Je trouve cela anormale, car les collègues anglophones doivent eux aussi faire un effort de parler français. Mais je pense que c'est les français eux-mêmes qui entretiennent cela, car ils se sont tous mis à l'anglais au détriment du français comme s'ils nourrissaient un complexe vis-à-vis de leur langue. Car la quasi-totalité des chercheurs français parlent anglais ce qui m'amène à dire à un ami que la France nous (les colonies françaises d'Afrique) a appris la mauvaise langue et vous (les français) vous avaient appris la bonne langue (l'anglais). Du coup, dans les pays africains francophones parler anglais devient un luxe ce qui amène la majeure partie des établissements scolaires privées (et même au niveau préscolaire) a proposé des programmes bilingues et je pense que si les choses doivent continuer dans ce sens, ne soyons pas surpris que certains pays francophones d'Afrique suivent la voie du Rwanda.
Agissons pour le développement d'une diversité linguistique dans le monde pendant qu'il est temps !!!

Anonyme 6 (21/08) :

24Votre intervention auprès de madame Monique Fort me paraît très utile.
Si nous ne sommes pas très bien classés par Changhaï, ce n'est pas seulement à cause de la mauvaise maîtrise de l'anglais. Celle-ci d'ailleurs est liée au manque de moyens, aux effectifs trop nombreux et aux horaires insuffisants dispensés dans les classes du secondaire. On peut aussi regretter l'absence de perfectionnement linguistique accessible à tous les étudiants dans nos universités. Combien d'étudiants, toutes disciplines confondues, sont capables de s'exprimer correctement en anglais ? Preuve est donnée par madame FORT lorsqu'elle écrit "c'est tout simplement parce que le jeune collègue qui a réalisé bénévolement cette circulaire n'a pas eu le temps de faire la version française"... C'est avouer qu'au sein du comité d'organisation du colloque, il n'y avait pas pléthore de membres capables de rédiger en anglais une circulaire conçue en français.
Il est vrai que face à la grande diversité des langues dans le monde la pratique universelle d'une langue, l'anglais, est un outil de communication pratique, facile à lire mais difficile à prononcer correctement pour être compréhensible ! J'ai assisté à de nombreux colloques où certains intervenants étaient totalement incompréhensibles.
Par respect pour les pays d'accueil et leur culture, ce serait extrêmement enrichissant que, dans les colloques internationaux, les intervenants puissent consacrer au début de leur exposé quelques phrases de présentation de leurs travaux dans la langue du pays organisateur, de la même manière que, dans les actes des colloques, un résumé soit imposé dans la langue anglaise et nationale. L'anglais seul ne peut se substituer à toutes les langues nationales. Loin de partager les idées de Claude HAGÈGE (2012), je pense que ce serait trop réducteur.
À mes heures de loisirs, j'apprends le japonais dont l'écriture contient plus de 2000 kanji chinois, 46 hiragana japonais et 46 katakana, ces derniers représentant phonétiquement les mots étrangers prononcés à l'anglosaxone. On peut donc tout écrire en katakana, il n'y a que 46 syllabes à apprendre... plus la grammaire.

Florina GRECU (21/08) :

25Professeur des universités à la Faculté de Géographie de l'Université de Bucarest, je me permets de vous écrire pour exprimer mon point de vue vis-à-vis de l'utilisation de la langue française à l'occasion des congrès et autres événements organisés dans le cadre de l'Association Internationale des Géomorphologues.
Partant de la réalité que les langues officielles de l'AIG sont l'anglais et le français et prenant en considération le fait que les participants ont l'option de choisir la langue de présentation, je suis tout à fait d'accord avec l'utilisation du français à une échelle plus large (ou dans la même mesure que l'anglais).

Anonyme 7 (21/08) :

26Voici ma réaction au sujet des langues, en distinguant bien colloque international et revue, puisque Monique FORT évoque les 2 cas (lire l'anglais est bien moins compliqué que comprendre quelqu'un, surtout un anglais ou un américain).
1) Pour un colloque international, je pense que le pays organisateur doit pouvoir proposer la langue nationale au côté de l'anglais. Ce devrait être un principe, même si le risque de dérive vers le "tout anglais" persistera, surtout si la langue nationale est peu comprise (volonté d'attraction, reconnaissance internationale... ne manqueront pas d'influencer la politique de langue lors d'une édition suivante). L'exemple de l'AIG est symptomatique : le français est officiel, n'est pas une langue mineure, et pourtant il décline. Cela dit, je veux bien croire que les salles se vident devant un orateur en français lorsque l'on est à l'étranger, mais à Paris j'en doute (il y aura quand même beaucoup de francophones, je suppose).
2) Pour une revue se revendiquant d'un pays, la politique éditoriale doit choisir le "national" intégral ou une ouverture vers l'anglais (mais qui devrait être autorisée pour les étrangers uniquement, à mon sens, car les revues anglophones sont suffisamment nombreuses pour que les français y publient s'ils préfèrent l'anglais). Quoi qu'il en soit, les critères de classements, que je réprouve dans leurs principes, ne devraient pas pouvoir s'appuyer sur ce choix éditorial.
Le plus navrant est l'hypocrisie qui caractérise les discours sur la défense de la francophonie, totalement en contradiction avec les critères d'évaluation en tous genres qui règnent dans la sphère scientifique et auquel on nous soumet dans le milieu universitaire.

Anonyme 8 (21/08) :

27Le but d'un tel événement étant de faire en sorte qu'il y ait co-loque, c'est à dire parler ensemble, l'objectif est que la majorité comprenne la majorité, comme sur un marché. Ceci renvoie soit à une langue unique véhiculaire (il y avait en son temps le latin, langue de l'élite, puis c'est tombé sur l'anglais, langue de commerce international relativement facile à apprendre), soit à un système technique de traduction simultanée.
Le tort de la traduction est d'être couteuse à mettre en place, ce qui augmente le coût de l'inscription, autre critère de sélection des participants, non le moindre. C'est donc une question de moyens si l'on veut conserver la capacité de raisonner et de parler dans sa langue avec d'autres scientifiques. À défaut de moyens, ou de consentement à payer des coûts exorbitants, il ne reste à chaque scientifique qui voudrait "rester sur le marché" qu'à renforcer sa connaissance de l'anglais, un moyen étant justement de fréquenter les colloques internationaux.
Pour conserver la place du français en science, restent les colloques à ambitions locales (en France, ou dans le réseau francophone), mais ce n'est pas là que la science progresse le plus, du fait qu'elle a justement une dimension universelle.
Maintenant si l'AIG se dit bilingue, mais sans avoir les moyens d'une traduction simultanée, il reste qu'elle devrait, au moins, faciliter la lecture des résultats d'un colloque international vers des francophones (résumés traduits en français, site bilingue, etc.).

Jean-Noël SALOMON (21/08) :

28Comme toi je suis consterné de la place réservé au français dans un colloque organisé en France! L'argumentation de Monique FORT est classique, mais triste. En tant que "responsable" elle se doit de veiller au bon fonctionnement des circulaires... Mettre des "bévues" sur le compte d'un jeune collègue "bénévole" (sic!) qui n'aurait pas eu le temps d'écrire en français (mais a eu le temps de le faire en anglais!), ou du manque de temps... est grotesque.
La "dictature de l'anglais" est compréhensible dans la mesure où cette langue est devenue langue universelle, mais écrire en anglais n'est pas forcément signe d'excellence. Pour avoir codirigé Karstologia pendant 20 ans, je me suis toujours efforcé à veiller à ce que les articles des nationaux soient écrits en français. Lorsqu'il s'agissait d'un auteur étranger, un espagnol par exemple, on lui demandait soit d'écrire en français, soit dans sa langue nationale (dans la mesure où il s'agissait également d'une langue internationale). S'il écrivait en anglais, on lui renvoyait son article pour qu'il le traduise soit en français soit en espagnol. Par contre, nous avons publiés tous les articles en anglais issus du monde anglophone. Cette politique n'a pas nui à "Karstologia" (les abonnements à l'étranger ont été très nombreux), car les articles publiés étaient de qualité. Je note que de nos jours une revue comme "Acta Carsologia" accepte de publier en français.
Je n'ai rien contre l'anglais, langue que je parle sans problème (j'ai enseigné à Oxford, Londres, Auckland (un an), et récemment Tokyo ; et présenté quantité de contributions en anglais à divers colloques, sauf lorsque le français était également langue officielle). Mais je suis français et je trouve qu'au nom du "réalisme" certains de nos collègues... déméritent en se soumettant à cet impérialisme ! L'uniformité est réductrice et ennuyeuse.
Quant au classement de Shangaï, il y aurait beaucoup à dire : tout y est fait pour la promotion des universités fonctionnant sur le modèle anglo-saxon. Quel classement aurait-on si, par exemple, la promotion de la littérature y était plus fondamentale qu'un critère comme la publication d'un article dans une revue anglo-saxonne ? Nature vient de publier un tissu d'absurdités à propos du sport olympique (ayant amené des excuses de la Rédaction). Où étaient les critiques avisés qui auraient pu signaler ces absurdités ? Et ce n'est pas la première fois (cf. l'histoire de "la mémoire de l'eau") que cette revue publie n'importe quoi, mais... en anglais. Qu'importe ! Avec leurs critères spécifiques (et les renvois d'ascenseurs pour les citations), les universités américaines prennent 50 % des 100 première places selon le classement de Shangaï ! C'est comme les tests. Le jour où les Pygmées produiront leurs propres critères qui sera en tête ?

Jean-Claude TOURNOU-BERGONZAT (21/08)

29Très modestement je me permets un petit avis non anonyme en réaction à votre dernier message tout en étant responsable d'un petit groupe indépendant dans le domaine de la géomorphologie face aux grands collectifs de savants de la Conférence Internationale de Géomorphologie.
Vous avez tout mon soutien en ce qui concerne votre réflexion sur la portion congrue attribuée à la langue française, de même que je soutiens la culture française en tant que "généraliste" dans divers domaines. Bien entendu, il faudrait un Claude HAGÈGE, qui hélas n'est pas du milieu géographique, pour étayer le pourquoi de la défense de la diffusion du français de tout poil !
Cependant trois remarques :
- Est-il utile de rappeler le "marché de dupe" avec les anglais lorsque nous avons cédé le méridien de Paris avec celui de Greenwich contre un système métrique français qui devait être internationalisé à la fin du 19ème siècle ?
- Faut-il rappeler la place du français dans les événements dont nous sommes à l'origine (le renouveau de l'Olympisme) ?
- Enfin, pour faire court, je me souviens lors d'une récompense américaine que j'avais reçue, invité dans un I.E.P., d'une rencontre avec l'Ambassadeur-Ministre des U.S.A. à Paris (il est le seul je crois à posséder ce double titre eu égard la place de la France dans la complexité du monde). Ce dernier savait nous rappeler que même si nous étions des "petits" en termes d'économie, et de défense, à juste raison, la voix française ne peut que conserver une importance prépondérante dans l'international par rapport à n'importe quelle autre nation (ne serait-ce que dans le domaine géopolitique).
Pour finir, n'étant pas anglophobe, bien au contraire, effectivement le doublage est salutaire à tout point de vue dans le domaine des colloques, tel que j'ai pu le constater, le triplage sera même une nécessité avec une Amérique devenant, du sud vers le nord, hispanisante.

Anonyme 1 (22/08) :

30Suite à la lecture des échanges avec Monique FORT, je réitère mon soutien à ton engagement, notre langue est d'autant plus belle et appréciée à travers le monde qu'elle doit rester rayonnante.
Dans le même sens, revenu depuis quelques jours de vacances en Italie, l'antique Rome, les vestiges archéologiques autour de Pompéi et la volcanologie régionale, j'ai été interpelé par la francophonie, tant des romains que des napolitains, entre autres, alors que mes voyages en Italie, et dans cette région notamment, dépassent largement les cinq doigts de la main, avec laquelle je t'adresse d'ailleurs, mon salut. Ce modeste retour d'expérience francophone en Italie signifierait aussi une francophilie certaine.

Anonyme 9 (26/08) :

31Les réflexions d'un petit grain de sable sur l'immense plage de la linguistique mondiale. Mondiale ? C'est bien le réel débat, semble-t-il.
Quelques rappels :
1-: Voici plusieurs décennies, l'Institut PASTEUR a décidé de supprimer son édition bilingue (français - anglais).
2-: Le ministre Jacques TOUBON a renté de réintroduire le français ; réponse de nos plus hauts scientifiques : "nous, ce que nous voulons, c'est être lus".
Mon opinion : les pires assassins de la culture française sont... les français eux-mêmes. J'ai honte à l'idée que des amoureux de notre langue puissent lire une partie des forums français sur le web.
Ceci posé, vos craintes peuvent être modulées ; je m'explique. Une bonne part des pays de l'ex-"Empire" ont conservé notre langue ; ceci ne les empêche pas de publier, à leur gré, en français ou en anglais. Il reste que connaître le français, c'est +/- penser français. À nous d'être dignes et attractifs... pendant qu'il en est encore temps.
Surtout, les français oublient qu'entre 1940 et 1945, le monde a bien dû se passer de leur langue.
Ici, une réflexion strictement personnelle   nous sommes victimes d'une "décolonisation" parfaitement ratée. Le plus cruel exemple : au départ, les leaders vietnamiens acceptaient un statut de transition ; le général LECLERC, envoyé pour rapport, l'appuyait de tout son poids, qui était grand à l'époque. Je n'en dis pas plus, mais j'imagine ce que signifierait en Asie, maintenant, ce même pays en mode vietnamien et francophone. Les occasions perdues...
Ici, en France même, un mouvement de révolte semble prendre corps contre notre propre vandalisme linguistique. Feu de paille ??
Qui disait "abandonner sa langue, c'est donner les clés de sa prison" ?

Jean-Pierre FAILLAT (27/08) :

32Merci de refuser de passer sous les fourches caudines de l'emploi systématique de l'anglais.
La première réaction qui me vient à la lecture des échanges avec les personnes du comité scientifique de la conférence sur la géomorphologie concerne la lecture, en ligne ou pas, des revues anglophones : le problème n'est évidemment pas de lire des articles en anglais dans celles-ci, ce que tous le monde fait, et on ne voit pas comment il serait possible d'agir autrement, étant donné le volume de la production d'articles de ces revues. Le vrai problème est que bien des gens limitent leurs lectures à ces revues, ce qui donne des bibliographies limitées à la dizaine d'années facilement accessibles en ligne et à l'exclusion des citations en langues nationales.
De plus, il paraît insensé qu'il puisse exister des revues, dans des pays non anglophones, qui n'acceptent que des articles rédigés en anglais. Par exemple, c'est le cas de celles de l'Institut PASTEUR et de l'Académie des Sciences de Paris, qui ne publient qu'en anglais depuis quelques années. Il est assez amusant d'imaginer les réflexions d'un francophone d'Afrique ou d'ailleurs, qui envoie un article à une revue française, mais rédigé obligatoirement en anglais. On peut se demander si les demandes de subventions de ces revues sont aussi en anglais, et ce que pensent de la francophonie les gens qui les leur accordent, francophonie qu'il est d'ailleurs de leur responsabilité de défendre !
Je pense aussi qu'il est difficile et peu efficace d'exprimer des nuances et des idées complexes dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle, et il est fréquent de le vérifier à la lecture d'articles en anglais, dont certains combinent à la fois un faible niveau scientifique et charabia. À tout le moins, la traduction en anglais doit accentuer le phénomène, quand bien même il était déjà présent à l'origine !
Bien entendu, on peut admettre que des résultats importants, après une traduction soignée et professionnelle, soient diffusés aussi en anglais, qui reste la principale langue d'échange, et il en faut bien une. Mais que cela devienne une règle intangible n'est pas acceptable.
De plus, il est préférable de pouvoir lire dans le texte original, en anglais ou toutes autres langues, la production d'un auteur, ce qui évite les distorsions dues à des traductions ou des emprunts en cascade.
Pour toutes ces raisons, il est nécessaire que les revues françaises publient aussi en français. On peut admettre qu'elles acceptent aussi des articles en langues étrangères, quitte à les accompagner de résumés étendus en français.
En ce qui concerne les colloques dans un pays donné, il paraît évident que la langue officielle principale en soit la langue du pays, accompagnée ou pas de l'anglais ou de toutes autres langues, si le but de ces colloques est bien la promotion de la Science auprès du public de ce pays, et non pas l'expression d'une sorte d'acculturation ou d'un conformisme élitiste destiné à promouvoir des carrières "d'excellence" ointes par des éminences exotiques, et pour cela forcément prestigieuses. Si les communications sont intéressantes, les sessions simultanées pas trop nombreuses, l'heure de passage raisonnable et les participants pas trop portés sur le tourisme, les défections lors des présentations en langues nationales ne devraient pas être excessives, surtout en cas de traductions simultanées !

Anonyme 10 (28/08) :

33J'aimerais aussi poser cette problématique des langues nationales en termes d'équité (de "fairness" en anglais). Dans un contexte de concurrence loyale (pardon : de nécessaire et stimulante compétition…), il serait bon que celle-ci requiert de chacun les mêmes efforts, afin que chacun dispose au départ des mêmes chances de valoriser ses travaux… Cela a pu être le cas jusqu'au XVIIIème siècle, au moins en Occident, quand la langue de communication était le latin. Ce n'était plus la langue d'un colonisateur, personne ne bénéficiait d'une rente de situation, et chacun avait alors les mêmes efforts à fournir pour l'appréhender... Or, aujourd'hui, que se passe-t-il ?
Si on se limite d'abord au strict aspect économique : combien dépensent les ménages pour tenter d'apprendre l'anglais à leurs enfants ?, quel est le montant du "language business" (cours privés, séjours linguistiques, etc.). Et celui-ci est-il accessible à tous, est-il socialement bien réparti, ou ne favorise-t-il pas plutôt la reproduction des "élites" ? Combien dépensent les entreprises pour améliorer, entretenir le niveau d'anglais de leur encadrement ? Quand Mme THATCHER clamait, en parlant de l'Europe, "I want my money back !", prenait-elle en compte cette manne "touristico-linguistique" obligée, que nous dépensons largement à sens unique !
Et en ce qui concerne plus particulièrement les universitaires et scientifiques, y a-t-il l'équivalent, en Angleterre et aux USA, de ce que les Universités ou le CNRS investissent pour nous apprendre, en anglais, à présenter une communication, rédiger un article, répondre à un appel d'offre, etc. ? Pour le chercheur individuel qui, comme moi, fait (à ses frais) une heure et demie d'anglais par semaine pour simplement s'entretenir, cela fait, au bout de l'année, (avec les temps de déplacement afférents), une bonne centaine d'heures… Celles-ci n'auraient-elles pu être consacrées à de la recherche productive ?
Et si pour écrire un article, je pense mettre le même temps qu'un collègue anglophone, il me faut ensuite le traduire, essayer de singer les tics de langage à la mode du moment dans la littérature spécialisée, le faire réviser (300 à 500 euros) par un bureau de traduction… Pertes d'argent et d'énergie auxquelles mon collègue anglophone n'a pas à faire face… Et tout cela pour me voir répondre ensuite, par l'un ou l'autre réviseur, (argument facile), qu'il n'a pas bien compris, probablement à cause d'une "maîtrise insuffisante de l'anglais", et qu'il me demande de tout reprendre… !
Un autre aspect évoqué par Claude MARTIN est celui de la réciprocité. Il est reconnu que c'est dans notre langue que nous avons le plus de facilité à nous exprimer. Partant de là, il importe d'être tolérant et indulgent vis-à-vis de ceux qui ont fait l'effort d'apprendre la nôtre, et qui ne la pratique pas parfaitement. Nous sommes, je crois, assez tolérants vis-à-vis des anglophones, ou autres, qui se "battent" avec le français… Et j'apprécie l'indulgence de mes collègues italiens "quand je me lance" dans leur langue, en malmenant souvent la grammaire ou la prononciation. J'apprécie aussi de parler anglais avec des collègues allemands, ou hongrois, etc., qui articulent bien, et savent l'effort à faire pour pratiquer une langue étrangère…. Mais que dire par contre de nombre de collègues américains ou anglais, qui n'ont jamais fait sérieusement un tel investissement, et ne font même pas l'effort, devant un auditoire composé de nombreux étrangers, d'articuler distinctement leur langue. Je n'ai vu qu'une fois l'un d'eux s'élever vigoureusement et publiquement contre un tel manque de savoir-vivre : il s'agissait même d'un grand géomorphologue, le Pr John THORNES de l'Université de Bristol… C'était au début des années 1990, à l'occasion du montage d'un des premiers projets européens…

Anonyme 11 (29/08) :

34J'ai lu avec plaisir ton rafraichissant échange à fleurets mouchetés avec les organisatrices du colloque de l'AIG. Leur position me désole, même si je n'ai pas compris si le français a encore une place dans les écrits soumis et à l'oral sauf dans le S16. Si tel est le cas (colloque entièrement en anglais à Paris), la réponse est simple. Il contrevient à la loi TOUBON qu'il faudrait retrouver et relire, mais qui dit en l'espèce que tout colloque organisé en France avec des financements publics français doit offrir la possibilité de parler et de communiquer en français. Si cette loi n'a pas été abrogée, ce dont je n'ai pas entendu parler, alors nos collègues sont dans l'illégalité.

La question est donc plus large et elle se double, pour ce dernier [colloque] de plusieurs difficultés :
1 ) D'une part, le français est langue de l'AIG ! Excusez du peu. Pas l'italien ou l'espagnol, l'anglais et le français seulement. Respectons donc déjà cela, nous francophones. J'aime bien aussi la façon dont sont passés sous silence les 200 à 250 millions de francophones africains mais pas seulement (le français est une langue qui progresse dans le monde). Pour travailler avec certains, je peux témoigner qu'ils ont une appétence très réduite à l'anglais. Quid de la francophonie qui est un moyen de faire rayonner la France. On m'a dit aussi que toutes les excursions se feront en anglais. Je ne vois pas très bien dès lors quel sera le contact avec la culture française de nos hôtes.
2 ) D'autre part, il y a une confusion entre diffusion mondiale des connaissances scientifiques – et là nul besoin de colloque, internet fonctionne très bien en toutes les langues –, et la constitution de ces connaissances qui nécessite un terreau culturel différencié qui fait qu'un allemand ne raisonnera pas comme un italien, etc. Autrement dit les langues structurent bien plus que l'on ne le croit la pensée. Ceci est clair lorsque l'on fait des cours. Ceci permet de "plus" trouver ! Dès lors, il faut permettre de conserver des écosystèmes linguistiques particuliers au delà de tout nationalisme. Je soulignerai en outre que les grands groupes (du moins certaines multinationales) qui étaient passés au tout anglais en sont revenus, car ils ont fait des mesures. Il s'avère que faire travailler un locuteur dans une langue autre que sa langue maternelle impacte largement sa productivité ; les degrés étant variables en fonction de sa maitrise de la langue, bien sûr. Faire parler quelqu'un dans une langue qui n'est pas la sienne n'est donc pas la bonne solution. Il faut le faire écouter une langue qui n'est pas la sienne. Il ne faut donc pas des pluri-locuteurs (mêmes si c'est utile pour ceux qui le sont) mais globalement des poly-auditeurs. Selon Claude HAGÈGE il serait suffisant que chacun puisse entendre trois langues en Europe.
3 ) Enfin, il y a la situation désastreuse de la géographie physique en France en géographie. De toute évidence, elle vit ses dernières années et sera bientôt un champ à part entière des géosciences (les postes de géomorphologie ouverts au concours en géoscience en attestent largement ; cf. aussi les programmes INSU, etc.). Faire alors comme si nous étions dans le coup en organisant ce colloque à Paris en pleine crise de civilisation, en s'offrant au monde par un usage exclusif de l'anglais peut paraitre à certains une solution ou une échappatoire. Je suis malheureusement convaincu qu'ils déchanteront rapidement tant les inscriptions seront difficiles (du fait de la crise, mais qui était prévisible lorsqu'ils se sont portés candidats) et la reconnaissance de nos travaux grâce à l'usage de l'anglais, nulle. Cela est attesté par les "scores" (rating) réalisés par différentes revues de géoscience -y compris celle de la Société géologique de France et Géomorphologie- qui n'ont jamais décollé malgré un passage massif à l'anglais. Ceci montre clairement que la question de la langue est accessoire ; c'est le contenu qui compte. Si les salles se vident, c'est peut être aussi que ce que nous avons à dire n'est pas très intéressant ...
Pour terminer, je dirai que ce choix du tout anglais est une double erreur historique car la France s'est faite par sa langue et y reviendra, sauf à disparaitre, et le modèle que l'on nous propose en filigrane, celui de la société américaine bien plus qu'anglaise d'ailleurs, au travers de cette mondialisation mal conduite et de ce global "english" qui n'est plus de l'anglais, est en train d'imploser. Avec un "peu de chance" nos collègues pourront expérimenter cette évolution en 2013... Un "remake" de la fin de l'URSS en somme. Il ne me reste plus qu'à attendre la synthèse des réactions pour voir si nous sommes deux vieux ronchons – ce qui ne veut pas dire que nous ayons tort – où si le problème est perçu.

Anonyme 11 (29/08) :

35Avec internet, il est facile de préciser ses souvenirs. J'ai donc retrouvé cela (c'est Claude HAGÈGE qui répond à la question "Vous allez plus loin, en affirmant qu'une langue unique aboutirait à une "pensée unique""... (cf. lien ci-dessous) : "Ce point est fondamental. Il faut bien comprendre que la langue structure la pensée d'un individu. Certains croient qu'on peut promouvoir une pensée française en anglais : ils ont tort. Imposer sa langue, c'est aussi imposer sa manière de penser. Comme l'explique le grand mathématicien Laurent LAFFORGUE : ce n'est pas parce que l'école de mathématiques française est influente qu'elle peut encore publier en français ; c'est parce qu'elle publie en français qu'elle est puissante, car cela la conduit à emprunter des chemins de réflexion différents". CQFD mais nos collègues ne l'ont pas compris !
Lien : http://www.lexpress.fr/​culture/​livre/​claude-hagege-imposer-sa-langue-c-est-imposer-sa-pensee_1098440.html.

Monique FORT (17/09) :

36Au cas où vous ne l'auriez pas vu, voici le document diffusé par le bureau du CNFG suite au dernier congrès de l'UGI à Cologne. Vous y verrez que nos collègues de géographie humaine s'interrogent également très fortement sur la place de l'anglais. [Voir annexe, in fine]

Anonyme 12 (17/09) :

37J'ai une certaine expérience des grands congrès internationaux et aussi des colloques plus spécialisés. Je vais présenter dans une quinzaine de jours une communication en français (mais illustrée par un power-point en anglais) à un colloque organisée par nos collègues belges de Mons sur les "roches fantômes" (Ghost-rocks !). Ceux-ci acceptent les deux langues et ont demandé, intelligemment je pense, que la communication orale soit donnée dans une langue et le power-point dans l'autre. C'est une façon de na pas "effaroucher" les anglophones qui ne font, je le confirme, aucun effort pour écouter du français et n'ont aucune gêne à déserter (parfois bruyamment) les amphis quand un exposé est annoncé en français.
Par ailleurs, je me suis toujours efforcée de publier mes articles en français puis en anglais (ou en sens inverse), mais il faut bien reconnaitre que ce sont surtout mes articles en anglais qui sont cités (en dehors de la France).
Voilà ce que je peux dire sur mon expérience. Ceci dit, je trouve un peu dommage qu'un grand congrès international organisé à Paris ne soit pas officiellement bilingue, même si, dans la pratique, l'anglais sera nettement dominant.

Anonyme 13 (17/09) :

38Je me permets de vous assurer que 90 % environs des universitaires algériens se trouvent confortés en utilisant la langue française à côté de l'arabe (du primaire au secondaire les deux langues se côtoient, mais à l'université c'est le bilinguisme). Il suffit de voir et d'écouter nos jeunes sur les nouvelles chaines de télévision pour constater qu'ils passent aisément d'une langue à l'autre sans problème.
Alors ne faudrait-il pas mieux s'ouvrir intelligemment et rendre fructueuses ces compétences?

Anonyme 14 (après la diffusion des échanges sur la liste AFES – 27/09) :

39Merci beaucoup pour ce document; la discussion est intéressante et les points de vue éclairants. Il est parfois difficile de "choisir son camp" de façon tranchée. Mais au compte du français, ajoutons un argument très pragmatique, rarement rappelé : pour les collègues venant de pays où le français est une langue officielle mais point maternelle, nécessitant de fait un apprentissage et conditionnant l'accès à des archives, des procédures administratives, des études supérieures, etc., le maintien de la langue de MOLIÈRE dans les colloques n'est pas un luxe de nostalgiques... où alors, il faudra que les pays concernés consentent encore un effort financier pour recruter des enseignants d'autres langues étrangères (Vae victis, donc ?)...
Par ailleurs, tout à fait d'accord avec le fait que la langue structure la pensée.
Ce que l'on peut regretter c'est que l'apprentissage des langues étrangères soit si mal mené, autant chez nous qu'outre-Manche ou outre-Atlantique, ce qui est sans doute à l'origine profonde de cette épineuse question linguistique.

Anonyme 15 (27/09) :

40Je t'ai bien envoyé l'info sur le colloque (Communication et mondialisation. Les limites du tout anglais, 14 novembre 2012, Paris ; http://www.iscc.cnrs.fr/​spip.php?article1639) qui va parler de l'irremplaçabilité de l'anglais... pour dire que non !
J'ai lu ton texte (transmis par le GFHN) il est très bien...

Anonyme 16 (30/09) :

41Vaste débat, où chacun a son opinion. Ton document aide à se la forger ou l'affiner. Personnellement je me sens vraiment "bridé" par la nécessité de devoir communiquer mes recherches (et bientôt mes enseignements) dans une langue que je ne maîtrise pas assez (je suis aussi dans le profil études germanopho-latines. Je lis l'anglais, le comprends plus ou moins selon les accents de mes interlocuteurs, et me fais mal comprendre du fait de mon accent et de mes tournures "franglaises"). Je pense que cela nous place en situation d'infériorité par rapport aux "natives". Deux solutions : soit faire l'effort individuel de progresser suffisamment en anglais (pas évident avec nos agendas surchargés chroniquement), soit défendre la possibilité de communiquer et publier en français (avec traduction totale ou résumé en anglais et/ou espagnol). L'idéal serait que chacun puisse s'exprimer dans sa langue et soit compris de tous... mais c'est encore du domaine de la science... fiction !

Anonyme 11 (30/09) :

42Tu trouveras bien des arguments pour la promotion du français sur le site suivant : http://www.defenselanguefrancaise.org/​, si tu ne le connais pas déjà, y compris des engagements du Président actuel de la République et des éléments sur la loi TOUBON.

Anonyme 5 (01/10) :

43Je ne sais pas si tu a accès à RFI. Depuis ce matin, il y a plus de débat sur la position du Gabon quant à l'introduction de l'anglais dans son système éducatif dès le primaire.
Dans son intervention, le porte-parole du Gouvernement Gabonais a évoqué le fait que les chercheurs français publient en anglais et que leurs conférences sont aussi en anglais.

Jean-Louis BALLAIS (au comité de direction de Physio-Géo – 01/10) :

44À la suite du Congrès de l'Union Géographique Internationale à Cologne, Annick DOUGUÉDROIT a écrit : "Nous devons à l'heure actuelle à la fois savoir suffisamment d'anglais pour à la fois le comprendre et nous faire comprendre ainsi que connaitre la bibliographie en anglais et faire connaitre la française. Et pour bien asseoir la géographie francophone avec nos amis belges, suisses, canadiens, africains, etc. il nous faut nous regrouper en comités ou associations internationaux francophones. La réussite de l'Association Internationale de Climatologie (www.climato.be/aic) crée il y a 25 ans en confirme l'intérêt".
Que pensez-vous de cette proposition d'un groupe francophone, qui existe également, outre la climatologie, dans de nombreux domaines dont l'humidimétrie et la palynologie ?

Georges DE NONI (01/10) :

45Réaction à chaud pour exprimer mon soutien au message de Jean-Louis.
Le meilleur moyen de soutenir, de consolider, de faire apprécier la francophonie est bien de pouvoir communiquer et collaborer avec nos partenaires anglophones. Tous combats ne grandiraient pas les protagonistes et seraient préjudiciables aux deux. J'ai pratiqué cela avec mon collègue É. ROOSE dans le réseau "Érosion/conservation des sols" : exposé en français, diapos en anglais et vice versa avec des résultats concluants. On ne recherche pas l'anglais parfait au plan grammatical, sinon un anglais scientifique qui peut supporter les imperfections grammaticales !

Bertrand LEMARTINEL (01/10) :

46"Exposé en français diapos en anglais et vice versa avec des résultats concluants" : c'est évidemment une très bonne solution...
Ceci étant, il ne faut pas oublier que la qualité grammaticale de l'anglais est aussi une manière détournée d'éliminer des textes. Comme le dit Christine LIEFOOGHE : "Par expérience, [un article peut être refusé] sur la soi-disant qualité de l'anglais de l'article… (même quand il a été corrigé par une américaine et relu par un prof de Londres !), et même quand on participe depuis des années à un réseau international piloté par des britanniques !".
C'est même arrivé à un bilingue natif mais de patronyme français, fort surpris de se voir écrire ce genre de choses... Il eut sans doute mieux valu lui dire que sa proposition ne convenait pas.

Alain MARRE (01/10) :

47Je voulais apporter un témoignage à ce débat.
En juin j'ai participé au congrès international sur les terroirs viticoles qui a réuni des participants du monde viticole entier de la Nouvelle Zélande au Brésil en passant par les USA, l'Italie, le Portugal et autres.
Est-ce les vertus du vin ? Mais les propos ont été largement en français. Seuls quelques snobinards français et quelques néo-zélandais et américains qui ne maitrisaient pas bien la langue de Molière se sont exprimés en anglais. Sur le terrain, on a discuté dans la langue la mieux appropriée : les anglophones faisant l'effort d'utiliser le français, et les francophones celui d'utiliser l'anglais. C'est même un italien, qui m'ayant difficilement posé une question en français, m'a fait remarquer que je lui répondais en italien et que certains anglophones ne comprenaient pas !
Preuve que le partage est possible… peut être avec un peu de Bourgogne ou de Champagne !

Anonyme 17 (02/10) :

48La langue française… [rappel d'un texte de Michel SERRES pour la défense de la langue française, paru dans le journal Sud-Ouest le 9 mai 2011 ; on peut facilement le trouver sur internet, notamment à l'adresse : http://www.politique-actu.com/​debat/​collabos-pub-fric-serres-michel/​266685/​]

Anonyme 18 (19/10) :

49… J'en profite pour te dire que j'approuve tes prises de position quant au colloque IAG, mais bon, qu'y peut-on ?...

Claude MARTIN (à Anonyme 18 – 19/10) :

50our le colloque AIG, on n'y changera rien maintenant. Mais il ne faut pas désespérer de l'avenir, à la condition de ne pas se résigner.

Claude MARTIN, en guise de conclusion :

51Aux conseils de Michel SERRES, j'ajouterai bien sûr : "Ne fréquentez pas les colloques organisés en France qui ne laissent pas une place suffisante au français !!". Et ce principe mérite d'être soutenu pour tous les pays et toutes les langues non anglophones.

RÉACTIONS APRÈS LA PREMIÈRE DIFFUSION DES RÉPONSES

Anonyme 12 (22/10) :

52Merci pour ces documents et pour votre action en faveur de la géomorphologie francophone !

Anonyme 19 (22/10 – Tunisie) :

53[…] je suis tout à fait d'accord avec vous sur les "cinq points".
Je voudrais toutefois ajouter que dans les colloques internationaux qui privilégient l'anglais, un nombre important de communications en anglais, énoncées par des non anglophones (japonais, chinois surtout) ne sont pas intelligibles ni compréhensibles pour quelqu'un qui, comme moi, parle et comprend l'anglais "anglais". C'est à mon avis une raison pour encourager la solution de la communication dans sa langue d'origine, avec, dans le diaporama, des commentaires en anglais et d'autres langues si possible.
Moi-même, j'ai fait des conférences au Brésil (Porto Alègre, Joao Pessoa), en français, avec des commentaires succincts dans chaque diapo en portugais, dans lesquels je me suis fait aider par des collègues brésiliens.

Jean-Pierre FAILLAT (22/10) :

54J'apprécie énormément ce débat sur la remise en place de l'anglais dans les colloques, et les publications aussi... Les contributions sont toutes intéressantes...

Gérard MOTTET (22/10) :

55Je vous approuve entièrement : cet anglo-impérialisme est inacceptable alors que l'on veut développer la francophonie. Je vous renvoie au CR que j'ai fait dans le dernier n° de la revue Géochronique du livre "Tropical geomorphology", très significatif de l'ignorance volontaire par cet auteur anglophone du travail considérable réalisé par les tropicalistes de langue française, absolument pas mentionné dans la bibliographie ! Un comble !
Je le dis devant toute la communauté géographique.
Certes, il est utile de connaître l'anglais, mais pas au point de méconnaître le travail considérable des géographes francophones. Je dis bien francophones.
Si la communauté géographique ignore [cela], elle ira à sa perte, et la francophonie aussi !, au profit d'une anglomanie d'un niveau scientifique orienté vers lui-même et non vers l'objectivité, indispensable fondement de l'esprit scientifique.
Je prends donc nettement position contre cette anglomanie impérialiste

Georges DE NONI (22/10) :

56[…] Je suis heureux que ton analyse rejoigne mon point de vue : ce n'est pas un combat d'arrière garde, la résignation n'est pas encore d'actualité en effet !

Anonyme 20 (23/10) :

57Grand merci pour ce travail et ce résumé.

Anonyme 20 (23/10) :

58Merci d'avoir animé cette intéressante "réflexion". Je pense que nous garderons tous quelque part dans nos ordinateurs ces échanges dont il sera sans doute nécessaire de tirer le meilleur lorsque nous aurons à défendre une position de moins en moins tenable.

Anonyme 21 (22/10 – Algérie) :

59Je tiens à saluer aussi Monsieur Claude MARTIN pour […] le débat pour la défense de la place du français dans les colloque internationaux (surtout organisés en France) et je soutiens sa position, mais je n'ai pas participé aux débats car ici aussi la langue maternelle est mise à l'écart au profit de l'anglais et on est même en train de perdre une deuxième langue acquise au départ, qui est le français, bêtement, et nos étudiants ne retiennent ni l'arabe ni le français ni l'anglais.

Anonyme 22 (24/10) :

60Je suis bien d'accord avec toi. La défense du français ne doit pas être abandonnée, même "de guerre lasse".

Anonyme 23 (24/10 – Algérie) :

61Merci pour ce message dont j'ai apprécié le contenu. Nous devons lutter pour maintenir la langue française, qui me semble un peu mise à l'écart, en particulier dans les manifestations scientifiques auxquelles j'ai assisté.
Nous avons eu la chance d'étudier et d'être formés dans cette langue, qui nous sert actuellement de moteur dans l'enseignement, mais aussi dans la recherche.
Bravo pour ces remarques en faveur de cet instrument de travail de qualité.

Éric ROOSE (24/10) :

62Suite aux commentaires sur cette question... je voudrais ajouter ma brique.... moi qui suis d'origine flamande par mon père et wallone par ma mère. Avec le Réseau Érosion, j'ai largement donné la parole aux francophones qui ont du mal à s'exprimer autrement. Mais j'ai accueilli des anglophones et plutôt que les laisser massacrer notre langue, je les invite à parler en anglais, quitte à ce qu'un participant traduise pour les participants francophones.
Nous avons souvent testé le système de présenter oralement en français tandis que les diapos sont en anglais. Cela a très bien marché à l'ISCO au Maroc en 2004 et dans les colloques de l'AUF au Vietnam.
Je suis outré de la position des français de souche qui veulent imposer l'anglais en France ! Après avoir forcé nos colonisés à parler et étudier en français ! Ceci n'empêche personne de publier ailleurs en anglais... et espagnol... ou chinois !

Anonyme 10 (24/10) :

63Bravo Claude, ne lâchons pas, ne nous résignons pas!

ANNEXE : Note sur le Congrès UGI, Cologne 26-30 août 2012

64Le 32èmeCongrès international de l'UGI a été un grand succès en termes de participation : environ 3000 personnes ont été accueillies sur le site de l'université, les quelques 2500 inscrits représentant 80 comités nationaux ont été pour la plupart présents. Il est impossible de rendre compte de la multitude de sessions, rencontres, tables rondes et conférences (en ligne sur le site du Congrès) et cette courte note est uniquement consacrée à la présence du CNFG et plus généralement française, ainsi qu'aux problèmes que nous devons résoudre rapidement.

1 ) La présence française (et francophone)

65En nombre de participants, les collègues français, 101 selon les comptages, viennent au quatrième rang (allemands exclus). 46 sont intervenus dans les sessions dont la tenue et la qualité scientifiques ont été appréciées par beaucoup de participants. L'un des objectifs des organisateurs, redonner du souffle scientifique à la manifestation, a été atteint.

- Le stand du CNFG

66Le CNFG a été présent d'abord avec son stand, partagé avec l'AGF, situé à côté de celui du FIG et à proximité des stands des comités italien, japonais, espagnol, taïwanais, turcs, mais finalement peu de comités nationaux ont fait acte de présence sous forme de stands. Nathalie LEMARCHAND, Pierre ZEMBRI, Jean VARLET et, Yvette VEYRET, Colette VALLAT, Yves BOQUET, et Alain DUBRESSON et Jacques MEKDJIAN se sont relayés pour assurer une présence permanente, Roland POURTIER représentant l'AGF. Les brochures et les publications préparées pour le congrès ont été exposées, tous les numéros spéciaux d'Historiens & Géographes et des BAGF ont été distribués (ou vendus pour certains numéros du BAGF) ; notre livre "10 défis pour la planète", que nous ne pouvions ni donner ni vendre, a été consulté par la plupart des visiteurs.

- Les interventions du CNFG

67Les trois tables rondes de la "session francophone" ont eu lieu le mercredi 29, une trentaine de personnes ont assisté à la première, un peu moins aux deux autres, mais ces tables rondes étaient programmées en même temps que d'autres sessions dans lesquelles des collègues français intervenaient (sessions sur l'environnement, les transports et les dynamiques urbaines).
Les 5 jeunes chercheurs que nous avions financés sont aussi intervenus à la satisfaction générale.
Nous avons été saisis de demandes de médiation. Des collègues français, en accord avec des Australiens et des Suédois, cherchent à promouvoir une commission d'Écologie politique à l'UGI, préparent un texte d'intention que nous porterons devant les instances. À l'inverse, des responsables de commissions de l'UGI nous ont sollicités pour être plus actifs dans certaines commissions existantes ou à créer (Risques, Méditerranée par exemple) et le processus de discussion a été engagé. De manière générale, il faut maintenant que des collègues français se manifestent auprès des commissions de l'UGI et prennent leur part et leur place dans une institution de plus en plus anglophone (voir ci-dessous).

2 ) Les principaux enseignements

Un constat : l'effacement de la langue française

68Notre candidat à un poste de vice-président, Yves BOQUET, n'a pas été élu lors du vote intervenu le mardi 28 après-midi. Vladimir KOLOSSOV est devenu le nouveau président de l'UGI (47 voix sur 48 votants), mais nous ne disposons pas des détails du vote concernant les 4 VP renouvelables : ont été élus Dieter SOYEZ (2ème mandat), Jarkko SAARINEN (Finlande), Joose DROOGLEEVER-FORTUIJN (Pays-Bas), R.B. SINGH (Inde). Ce résultat, qui en a surpris beaucoup dans la salle, nous a évidemment tous déçus. Les discussions ultérieures nous ont montré que l'issue du vote renvoyait à deux problèmes à la fois distincts et liés.
D'une part une coalition de l'Europe du Nord a été formée pour ne pas perdre la main, au détriment des comités des "Suds" (sauf l'Inde qui a réussi à intégrer le comité exécutif) et des autres Europes. Certes, le Koweit et l'Autorité palestienne ont été admis en tant que comités nationaux (le délégué israélien a voté pour), mais dans le nouveau comité exécutif, l'Amérique latine n'est plus représentée, l'Afrique et le Moyen-Orient sont absents, comme la Chine, le Japon et l'Asie du Sud-Est. Contrairement à la "période Anne BUTTIMER", il n'y a plus de tentative d'équilibrage entre les continents et l'UGI apparaît aujourd'hui en voie de "clubisation", ce qui est un véritable problème à court terme pour la représentativité réelle de l'UGI.
D'autre part, l'anglais est devenu la langue hégémonique alors que le français est la deuxième langue officielle de l'UGI. Lors de la cérémonie d'ouverture, les projections officielles étaient bien dans les deux langues, Dieter SOYEZ s'est exprimé en français, comme la collègue japonaise présentant la conférence régionale de Kyoto en 2013 lors de la cérémonie de clôture, mais en quasi-totalité, les papiers et les interventions ont été rédigés et présentés en anglais. Nous devons donc être en mesure d'affronter cette question linguistique. Les collègues francophiles rencontrés (en particulier les Roumains, les Tunisiens, le Polonais, les Italiens, les très rares Africains francophones) ont tous regretté l'effacement de la langue française et nous ont sollicité pour savoir ce que nous comptions faire.
On comprend l'importance de ce problème : selon des collègues suédois, Yves BOQUET n'a pas été élu parce que la géographie française apparaît trop enfermée dans sa langue, isolée du reste de l'actuelle communauté, peu visible voire ignorée. Comme l'a souligné Monique FORT, il faut entendre ces arguments.

Que faire ?

69D'abord, notre brochure et nos posters auraient dû être présentés aussi en anglais, la grande majorité des visiteurs ne lisant pas la langue française et ne s'y intéressant pas du tout (les autres comités ont présenté leurs brochures en deux langues ou uniquement en anglais). A contrario, l'affiche rédigée en anglais et annonçant la 8ème conférence de géomorphologie, qui aura lieu en France en 2013, a été très appréciée.
Ensuite nous interroger collectivement, avec nos collègues francophones et francophiles, sur le devenir des géographies francophones. Une piste a été suggérée par Louis Dupont lors de nos tables rondes, distinguer le problème de la production du savoir géographique de celui de la diffusion. En termes de diffusion, nous devons faire un effort de visibilité en langue anglaise, faute de quoi nous serons de plus en plus marginalisés. En termes de conditions et de modalités de la production du savoir, il nous faut rapidement mettre en œuvre le projet présenté par Nathalie Lemarchand lors des derniers conseils du CNFG, en nous positionnant non pas comme des français frileusement repliés sur eux-mêmes mais comme un vecteur de réflexion sur les géographies autres qu'anglophones. Ceci suppose que nous agissions avec les québécois, les belges et tous ceux pour qui l'hégémonie de l'anglais (ou plutôt d'un sabir international dérivé de l'anglais) impose des normes uniformisantes et dangereuses pour toute pensée libre et critique. Par ailleurs, l'UGI nous encourage dans cette direction par la voix de son nouveau président : Vladimir KOLOSSOV, président de la dernière table ronde des sessions francophones et constatant l'intérêt de ce débat, a souhaité que l'expérience soit renouvelée régulièrement lors des colloques de l'UGI.
Enfin, si nous voulons exister plus et mieux au sein de l'UGI, il faut progresser dans l'articulation entre nos commissions et celles de l'UGI, faire cause commune par exemple pour rechercher des financements auprès des institutions européennes ou encore inviter systématiquement les présidents ou secrétaires de commission UGI aux colloques organisés par nos propres commissions.

Les prochains rendez-vous

70sont connus : conférences régionales à Kyoto (2013), Cracovie (2014) et Moscou (2015), 33ème Congrès à Pékin en 2016. La nouveauté est l'approbation par l'assemblée générale de la candidature turque pour le 34ème Congrès, qui aura lieu à Istanbul en 2020.

Rédacteurs :

71Alain DUBRESSON, Nathalie LEMARCHAND, Colette VALLAT, Jean VARLET, Pierre ZEMBRI,

Échanges sur la liste de l'AFES au sujet de la place du français dans les colloques internationaux organisés en France

Gwendoline VALLEZ :

72La 15ème conférence RAMIRAN (Network on recycling of Agricultural, Municipal and Industrial Residues in Agriculture) aura lieu du 3 au 5 juin 2013 à Versailles et traitera du recyclage des résidus organiques dans l'agriculture : de la gestion des déchets aux services écosystèmiques… Le programme ainsi que les différents symposiums prévus sont détaillés sur le site web : https://colloque4.inra.fr/​ramiran2013).

Claude MARTIN :

73Encore un colloque qui contrevient à la loi du 4 août 1994 n° 94-665 (complétée par la circulaire du 19 mars 1996) sur l'utilisation du français dans les colloques (même internationaux) organisés en France. Quelqu'un pourrait-il m'indiquer si cette loi a été abrogée.

Gwendoline VALLEZ (à Claude MARTIN) :

74Le mail envoyé est, certes, en français, mais la langue officielle du colloque est l'anglais. Cela est spécifié sur le site internet. Cependant, je ne peux vous répondre quant à la loi.

Claude MARTIN :

75Nul n'étant censé ignorer la loi, il serait temps que le ministère de la culture et celui en charge de la recherche fassent cesser toutes les dérives actuelles. Je n'ai rien contre l'anglais comme première langue internationale, mais la moindre des choses devrait être de respecter le français en France, par respect pour notre pays (si cela a encore un sens) et par respect pour tous ceux qui font encore l'effort de le pratiquer dans le monde. Ne m'en veuillez pas pour ce petit mouvement d'humeur.

Correspondant que je laisserai anonyme (à Claude MARTIN) :

76C'est très bien de le rappeler car on n'y pense même plus ! Merci.

Olivier CERDAN :

77Ah qu'il était doux le temps où nous pouvions coloniser impunément et répandre ainsi les bons mots français … Mais nous devrions aller plus loin et exiger qu'une partie des congrès se tienne en Latin. À part le curé de notre bonne paroisse, plus personne ne fait l'effort de parler latin de nos jours !

Claude MARTIN :

78Je ne sais pas comment je dois prendre la remarque d'Olivier CERDAN, au premier, au deuxième ou au énième degré. Dans le doute, je le remercie d'avoir bien voulu réagir... en français.

Jean-Claude FARDEAU :

79En fait c'est DE GAULLE qui avait institué cette règle du français et d'ailleurs COPÉ souhaite y revenir ! Pour la latin ce sera un peu plus difficile mais je dispose encore du GAFFIOT et du QUICHERAT et j'ai rencontré il y a deux jours un prêtre sicilien de Trapani qui parlai remarqueblement le latin ; Souvenez vous de "Eamus ad bordelum : Prima putata est occupata ; secunda putata est empechata verolis causa ! Merdam merdam, clamaverunt omnes ! Branlaverunt et ejaculaverunt usque at plafonem ! En anglais ça ne donnerait rien cette comptine !
Plus sérieusement on est quand même en droit de se demander si pour la durabilité des sols il est plus important d'en causer en français qu'en anglais. Est-ce le premier souci que nous devons avoir pour entretenir notre planète ; je ne dis pas sauver la planète car je suis un optimiste ! Mais quand même la langue à peut-être peu d'importance en ce moment !

Lilian MARCHAND :

80La tenue de colloques dans les deux langues (les francophones parlant français, les anglophones parlant anglais), assortie d'une traduction en direct via oreillette pour les non familiers de l'une ou l'autre langue permettrait tout simplement de solutionner le problème.
Les sud américains, pas toujours familiers de l'anglais, tiennent parfois leurs conférences de cette manière afin de les ouvrir à l'international...et ma foi cela marche remarquablement.

Denis ANGERS :

81Oui, oui, on connaît bien cela au Canada… Cela marche assez bien mais c'est assez dispendieux (couteux !).

Paul QUANTIN :

82Tout à fait d'accord. La moindre des bienséances serait que parler en français soit autorisé en France, même si un résumé en anglais peut éventuellement être utile pour les participants étrangers qui ne comprennent pas notre langue.

Philippe BAVEYE :

83J'avoue ne pas comprendre cette discussion.
Le problème semble être dû au fait que la langue officielle d'une conférence internationale organisée en France soit l'anglais. Ou est le problème ? Qu'on le veuille ou non (et ceci vient d'un francophone, très attaché au français !!!!), l'anglais est la langue internationale dans le monde de la recherche scientifique. Tous les chercheurs, dans le reste du monde, font des efforts pour l'apprendre, de la même façon que dans le temps, les gens apprenaient le latin. Le français a loupé le coche il y a 200 ans, quand la transition s'est opérée... C'est dommage, mais il est peut-être un peu tard pour réagir. Le mieux c'est d'accepter le fait accompli, d'apprendre et bien maîtriser l'anglais, et surtout de s'assurer que la génération de chercheurs français à venir n'aura plus de problèmes psychologiques à ce niveau, à l'instar des jeunes chercheurs d'expression française en Belgique, Suisse, et au Québec.
L'alternative, comme quelqu'un l'a suggéré, c'est de faire de la traduction simultanée. C'est très couteux, donc cela va décourager qui que ce soit d'organiser des conférences internationales en France. Et puis, attendez-vous à devoir vous balader avec des écouteurs chaque fois que vous irez à des conférences ailleurs, parce que la Chine, le Brésil et l'Inde vont suivre l'exemple français, sans l'ombre d'un doute. Nous évoluerons alors vers des conférences scientifiques où l'on ira pour assister aux présentations, mais où on arrivera plus à communiquer avec les participants, car il n'y aura plus de langue commune... C'est vraiment cela que vous souhaitez ? Je ne crois pas que la science bénéficiera beaucoup de cette façon d'opérer.

Christian WALTER :

84Le sujet lancé par notre collègue Martin Claude me semble intéressant et ne méritait pas à mon sens la réponse d'O. CERDAN inutilement moqueuse.
La réponse de P. BAVEYE est classique : le français a perdu il y 200 ans, l'anglais s'est imposé et dans un monde globalisé, il vaut mieux avoir une langue de communication unique. Cela se défend certes et je suis d'accord avec lui que les jeunes chercheurs français doivent se mettre au niveau de nos voisins francophones dans ce domaine. De là à ne plus avoir de problèmes psychologiques avec cet état de fait, qui à terme exclue la science du champ de la culture d'un pays ? Faut-il aller plus loin encore et transformer notre enseignement de niveau master pour le délivrer en anglais comme le font de plus en plus souvent d'universités en Belgique, en Suisse, mais aussi en France ? La question se pose de façon récurrente et n'est pas que théorique.
Je pense que l'on peut tendre vers une approche moins uniformisée de la science, respectant les cultures et les langues et qu'in fine la culture scientifique y gagnera. L'émergence de nouvelles puissances et de nouvelles technologies de la communication peut favoriser cela. S'il faut garder l'anglais pour discuter et prendre un café ensemble lors d'un congrès, très bien. Ce que je veux dire, c'est qu'il y a aussi un danger à cette uniformisation généralisée, peut-être moins perceptible depuis une université anglaise, et que la recherche d'alternatives me semble mériter réflexion.

Stefan REICHENBERGER :

85Je pense qu'il faut maîtriser le vocabulaire de sa discipline en plusieurs langues, au moins ces deux : 1) en anglais pour se faire apercevoir et pour communiquer internationalement, et 2) en sa langue maternelle (la langue en laquelle on pense) pour vraiment comprendre sa discipline.

Jean-Claude FARDEAU :

86Ça c'est le truc le plus astucieux et réaliste.

Olivier CERDAN (en réponse à Christian WALTER) :

87C'est un procès d'intention, loin de moi l'idée de me moquer de qui que soit, je ne faisais qu'une réponse, sur un ton certes une peu décalé, mais à un commentaire qui m'apparaissait également sur un ton un peu décalé. Je ne remets évidemment pas en cause l'intérêt du débat lancé par Claude MARTIN sur la place du français dans un monde globalisé. Ceci dit, sur les grandes messes internationales qui rassemblent des dizaines de nationalités à un coin différent de la planète tous les 4 ans, le débat m'apparait un peu vain.
Maintenant, la question que tu poses, à savoir, est-ce que l'uniformisation du langage entraine une uniformisation (dans le sens appauvrissement) de la pensée, ça me semble être un autre débat. Tous les francophones (ou les anglophones) pensent-ils de la même façon ? Ne serait-ce qu'à regarder certains messages sur cette liste de discussion ; pas toujours… Et par ailleurs, la science (en tous cas dans nos thématiques), n'est-elle pas une recherche d'universalité ? LA base de la science n'est-elle pas de codifier rigoureusement (code universelle) des hypothèses initiales (… permettant d'échafauder les tests qui permettront de les réfuter…). Le langage mathématique, la classification des éléments chimiques, ne me semblent pas stériliser la pensée, au contraire. Je dissocie clairement la globalisation culturelle "Mac Donald-Desesperate Houswife", de l'uniformisation du langage scientifique, universel, par essence.
Remettre le breton au goût du jour dans les écoles maternelles à l'ouest de Rennes, j'applaudis des deux mains ; demander la traduction de tous les résumés d'un colloque scientifique international se tenant dans la même ville, j'avoue que je ne vois pas trop l'intérêt…

Sylvie RECOUS :

88Une fois n'est pas coutume, je contribue aux poussées de fièvre de la liste AFES..., pour partager notre expérience sur le sujet.
En 2001, organisant avec Bernard NICOLARDOT et les collègues de Reims et Laon, le 11ème "atelier/workshop" sur l'azote (N) à Reims..., nous avons été confrontés à la même chose. Nous avons reçu un courrier tout à fait officiel et d'après mes souvenirs, intimidant, d'une association de protection de la langue française nous indiquant, à la suite de la diffusion des infos sur l'inscription et le site web de notre colloque, que nous étions hors la loi.
Nous avions nous aussi envie d'une large audience internationale et nous aussi n'avions absolument pas le budget pour assurer la traduction simultanée de toutes les interventions, ni la traduction de tous les résumés soumis en anglais. Nous avons cependant pris la "menace" un peu au sérieux (on nous promettait une amende, et il n'y avait pas de position institutionnelle - sauf celle de respecter la loi bien sûr). Nous avons rédigé des plaquettes bilingues, nous avons rédigé les programmes en français et en anglais, le site web en français et anglais, et nous avons organisé les sessions avec des binômes d'animateurs (co-chairs...), l'un français ou francophone et l'autre non francophone. Nous avons répondu à la demande en précisant que l'animateur francophone aurait pour fonction soit de traduire une question, soit de traduire une réponse. Nous n'en avons pas eu besoin, mais cela a été accepté comme signe de bonne volonté.
Nous pensions aussi que diffuser la culture scientifique française, passait d'abord par la construction scientifique de notre colloque, et la capacité à y attirer des étrangers (nous le pensons toujours) ; l'effort consenti pour garder autant que faire se peut les deux langues a été assez grand et couteux en temps, mais a été possible dans une certaine mesure. Pas de solution idéale et peu de moyens pour l'atteindre !

Claude MARTIN :

89Je suis avec intérêt toutes vos interventions... dont certaines feront le délice des abonnés à la liste Physio-Géo, et donc de beaucoup de collègues du sud de la Méditerranée.
Je me réjouis qu'Olivier CERDAN argumente cette fois-ci plus sérieusement, car pour être décalée une remarque doit aussi être fondée pour être appréciée. Or considérer que le français a été la langue des affreux colonisateurs, alors que l'anglais aurait été... quoi au fait ?... celle des gentils pionniers, relève de la fable.
Que nous ayons perdu la bataille de la langue, peut-être ; il y a deux siècles, peut-être aussi. Mais n'est-ce pas se donner bonne conscience à bien peu de frais, car les combats perdus sont d'abord ceux que l'on n'a pas la volonté de mener.
Croire qu'une bonne pratique de la science nécessite un langage universel me semble, là, réellement décalé. La pensée scientifique elle-même n'est pas universelle, la langue structurant la pensée, et au delà de la langue bien d'autres choses encore. En revanche, les codes sont souvent communs, ce qui rend la compréhension de textes écrits dans d'autres langues relativement accessible.
Pour en revenir au sujet initial, la place du français à côté de l'anglais dans les colloques organisés en France, je persiste à penser que la démission de beaucoup d'entre nous, sans parler des anglophones militants qui se trouvent manifestement dans nos rangs, est préjudiciable non seulement à notre pensée scientifique, mais aussi aux intérêts de nombreux chercheurs qui dans le monde cherchent à se faire "apercevoir" à travers notre langue. Car le problème ne touche pas que les colloques, il pollue aussi les revues, à cause du classement "machin" ou de l'impact "bidule". Il nous reste peut-être quelques responsabilités à assumer, collectivement, mais au point où nous en sommes, il faudra en passer par de nombreuses prises de conscience individuelles.
L'objectif ne saurait être d'interdire à quiconque de s'exprimer en anglais dans un colloque organisé en France, mais qu'on nous laisse le faire en français si telle est notre idée... d'autant que la loi le permet, même dans un colloque affiché anglophone !!! Il y a bien suffisamment de manifestations organisées dans tous les coins du monde pour que l'anglais ne risque pas d'être un jour mis en minorité et pour que ceux qui parlent couramment l'anglais (car il faut une belle maîtrise pour s'exprimer correctement en public dans une langue étrangère sur un sujet difficile ; rien de commun avec la lecture ou même la rédaction d'un texte) puissent se faire largement apprécier.
Il resterait du reste à s'interroger sur la multiplication de ces colloques internationaux, grandes messes aux petits moyens, où la traduction simultanée n'est financièrement pas possible, alors qu'elle était pratiquée il y a une trentaine d'année. Olivier CERDAN évoque du reste les résumés. Et oui, il n'en reste souvent qu'un livre des résumés (ou des abstracts si vous préférez), alors que dans le même temps internet permet d'accéder en quelques clics à une masse énorme d'informations et de publications sur tous les sujets. Le vrai problème est peut-être là. Mais faut-il ouvrir ce débat ?
En tout cas, je trouve satisfaisant que certains essaient, malgré tout, avec les moyens qui leur sont donnés, de rendre possibles les échanges entre collègues ne s'exprimant pas dans la même langue. Les colloques sont rarement des lieux d'échanges scientifiques vraiment fructueux. Mais ils permettent des rencontres, et donc la constitution de relations nécessaires à la pratique de nos disciplines... l'indispensable recherche des moyens financiers se faisant de plus en plus à beaucoup venant de divers horizons.

Emmanuel CORCKET :

90J'ajouterai à cette excellente intervention, qu'il est malheureux que les scientifiques eux-mêmes se fassent enfermer dans des systèmes de pensées dominantes et uniques, alors qu'ils sont censés avoir un regard critique sur les modèles auquel ils sont confrontés (y compris les modèles d'organisation et de communication de la science). Donc vive la pluralité et la diversité de la science et de la communication scientifique !

Christian PRAT :

91Et pour rajouter une couche au mail de Claude Martin que j'approuve pleinement, et pour se sentir un peu moins seul, sachez que ce problème ne concerne pas seulement les francophones, mais aussi les hispanophones et lusitophones. Je laisse les collègues d'Europe de l'Est et d'Asie nous dire ce qu'il en est de "l'autre coté" de la planète !
L'avantage des latinos, c'est qu'ils sont un continent a eux tout seuls et que les congrès sud américains sont donc uniquement en espagnol et en portugais (les 2 se comprennent a peu près). Pour l'instant, les langues amérindiennes en sciences du sol, si elles peuvent être utilisées pour des classifications de sols, ne sont pas (encore) utilisées comme langue de communication scientifique.
Quand il s'agit de congrès internationaux rassemblant des gens hors de l'Amérique Latine, les réponses sont multiples et sont du même ordre que celles évoquées dans les mails, et bien sûr, fonction des budgets disponibles... et de la volonté des organisateurs à maintenir leur langue en plus de l'anglais. Il existe une particularité notable : il existe plusieurs revues dans nos domaines qui sont bilingues : espagnol et anglais. Enfin, l'utilisation du web (mise en ligne des documents) et des DVD (au lieu de publis papier) est, me semble t il plus systématique que chez nous.

David FANGUEIRO :

92Je suis chercheur au Portugal et j'ai suivi ce débat avec intérêt. En effet, beaucoup de mes collègues plus âgés (40-60) dominent mieux le français que l'anglais et souvent, on se demande pourquoi aucun congrès ne choisi le français comme langue officielle (cela ne veut pas dire que l'anglais est interdit !). Je suis certain que beaucoup de mes collègues espagnols, italiens, belges, suisses, canadiens...seraient ravis qu'une équipe franchisse le cap et propose un congrès en français ou espagnol. Bien sûr l'argument que l'anglais est langue internationale va sonner fort mais je serais curieux de voir le nombre d'inscriptions sur un congrès de langue officielle française.

Didier BLAVET :

93Pour aller dans le sens de Claude MARTIN et Christian PRAT, je constate qu'en une semaine à peine "dans le bain" dans un payas hispanisant (Colombie) j'arrive pratiquement à comprendre les gens lorsqu'ils parlent (alors que je ne parle jamais espagnol), j'arrive à me faire comprendre et pour ce qui est de l'écrit je crois que je comprends.
À mon avis, la langue unique imposée est trop limitante. Avec les moyens actuels et quelques efforts pas seulement dans un sens, on doit pouvoir arriver à se comprendre

Marc PANSU :

94C'est aussi mon cas lors de séjours à l'Université de Mérida au Vénézuéla, mes diapos étaient en anglais, mais lorsque j'ai voulu parler aussi en anglais les collègues vénézuéliens ont préféré que j'utilise le français, l'une d'elle traduisait parfois en espagnol, mais pas tout, en parlant lentement ils arrivaient aussi à suivre le français, par contre au Pérou au CGIAR, j'avais utilisé l'anglais du fait des origines internationales des participants.

Denis BAIZE :

95À propos de la discussion sur la francophonie dans les activités scientifiques internationales, je souhaitais rappeler 2 choses :
1°) Tous les deux ans, nous tenons en France des "Journées d'Étude des Sols" qui sont intégralement francophones. Les dernières (les onzièmes) ont eu lieu à Versailles en mars 2012. Je crois que le niveau scientifique y est de bonne qualité. Et je regrette qu'il n'y ait pas plus de participants belges, italiens, espagnols, portugais, etc. Un manque d'information en est peut-être la cause !
2°) Notre revue "Étude et Gestion des Sols" est désormais la seule revue scientifique de science du sol en langue française ! 4 numéros par an, soit environ 20 articles. Avec un résumé en anglais et un en espagnol. Et nous manquons cruellement de propositions d'articles !

Isabelle LETESSIER :

96Débat très intéressant sur les mots et les choses, les concepts et les écoles.et le (tout) petit monde des colloques (cf D. LODGE !).
Parlons peu, parlons bien : quels sont, et où trouver les meilleurs lexiques, listes de mots, d'expressions, pièges, faux amis, exercices, voire stages d'expression orale ou formation continue, pour raccrocher les dinosaures comme moi qui ont fait allemand latin grec, n'ont jamais travaillé à l'étranger (sauf en suisse), mais ne causent English qu'avec leur PC et leurs logiciels…question de génération et d'utilité professionnelle. (si j'ai des retours, je centraliserai les réponses).
Il est extrêmement vexant de l'avouer, je vous l'avoue… mais si d'aucuns parmi vous sont dans mon cas, et ont trouvé une solution, leur témoignage me sera précieux…
Il y a déjà des malentendus en français avec le vocabulaire pédo (vs géologie, agronomie, œnologie – … je fais collection de mots à multiples sens – et même entre pédologues) que j'imagine que c'est pareil en anglais ou anglo-américain.

Guilhem BOURRIÉ :

97Comme Isabelle LETESSIER, je fais aussi partie de ceux qui ont passé plus de temps avec les généraux romains qui racontent leurs batailles à leur avantage et les poètes et philosophes grecs et latins qu'à apprendre l'anglais.
Mais cela m'a aidé quand sur le tard je me suis mis à apprendre l'espagnol.
Jules VALLÈS dédiait "Le Bachelier" "à ceux qui, nourris de grec et de latin, sont morts de faim" ! Je ne suis pas mort de faim (grâce à l'Inra...).
Distinguons la communication écrite et la communication orale :
1. La loi TOUBON impose qu'un organisateur de congrès qui bénéficie de fonds publics doit offrir la possibilité aux congressistes de s'exprimer en français. Libre à l'organisateur de ne pas demander d'argent public...
2. L'argument financier du coût de la traduction ne résiste pas longtemps à l'examen: le coût total d'un congrès, pour les congressistes, inclut le déplacement et l'hébergement à l'hôtel. Si le congressiste ne peut pas poser sa question parce qu'il maîtrise mal l'anglais, alors c'est l'ensemble des échanges qui est gêné, et le congrès est à moitié raté. Les orateurs et les auditeurs repartent frustrés.
On peut obtenir des subventions (publiques ou privées) spécifiquement pour les traductions. Nous l'avons fait à deux reprises à Aix-en-Provence, pour le Congrès commun au Groupe Français des Pesticides et au Mediterranean Group of Pesticide Research, et pour le Congrès du Groupe de travail sur les sols sous climat de type méditerranéen. Nous avons constaté que les échanges sont beaucoup plus riches s'ils peuvent se dérouler librement en français ou en anglais. Les égyptiens s'exprimeront plutôt en anglais, les algériens, les tunisiens, les grecs en français.
En offrant la traduction simultanée, on attire plus de participants, et on équilibre son budget : le principal problème vient de ce que les gens s'inscrivent au dernier moment, des problèmes de budget des labos, des problèmes de visas.
3. En Amérique latine, du Québec à la Terre de Feu, s'exprimer en anglais ne vaut pas de s'exprimer en français ou en espagnol: à la suite de l'avant-dernier congrès Ismom, à Temuco, était organisé un séminaire suivi par des doctorants venus de tout le Chili. J'ai fait ma première conférence en anglais, comme tout le monde : pas de questions ; à la fin, j'ai fait la seconde en espagnol, le résultat a été très différent.
4. L'objectif d'une communication est de faire passer des idées, pas d'augmenter d'un item sa liste de publications. Si l'orateur ne peut pas bénéficier des commentaires et questions des auditeurs, c'est à moitié raté. Question de bon sens. Il est moins cher de rédiger une publication que d'aller dans un congrès.
5. Pour la communication écrite, là aussi l'important c'est de cibler son auditoire et de choisir sa revue en fonction de cela et pas d'indicateurs bibliométriques qui n'ont de sens que pour les grands nombres.
Il faut donc publier en français, en anglais. J'ai aussi publié en espagnol et même en russe !
Il y a vingt ans que nous avons négocié pour la création du EJSS. La situation était alors tout simplement la suivante : Science du Sol était diffusée dans l'ancien empire français et un peu en Amérique latine (Québec et Brésil). Symétriquement, le Journal of Soil Science était diffusé dans l'ancien empire britannique et aux USA. Pédologie (avec des articles en français, anglais et néerlandais) en Belgique et dans les pays francophones. Des limites peu perméables empêchaient la diffusion des idées et bien sûr, c'était plutôt la communauté francophone qui y perdait, puisque ses travaux étaient ignorés aux USA.
J'ai demandé et obtenu que les articles en français soient acceptés dans EJSS, mais les allemands n'ont pas défendu leur langue, pas plus que les espagnols. Le représentant autrichien m'a soutenu. Mais la liberté ne s'use que quand on ne s'en sert pas...
Aujourd'hui, les travaux français ou des pays francophones sont mieux connus, mais la population francophone augmente vite et EJSS ne peut suffire. Je rejoins donc maintenant Denis BAIZE et je pense donc qu'il est nécessaire de garder une revue comme Étude et Gestion des Sols. Mais elle a du mal à vivre faute d'articles.

Philippe BAVEYE :

98Loin de moi l'idée de vouloir prolonger la discussion sur l'utilisation de la langue anglaise comme véhicule unique de communication en science... Il y a manifestement tout un tas de gens qui ne seront jamais convaincus. Mais je voudrais tout-de-même corriger deux erreurs de perception qui ont été faites dans plusieurs interventions.
La première concerne l'idée -fausse- que l'on ne pense que dans une seule langue. Ceux qui ont atteint un certain niveau de croisière dans une ou plusieurs langues étrangères savent qu'à ce niveau, on pense dans la langue qu'on parle au moment où on la parle. Si on ne maitrise pas bien l'anglais, on a tendance à penser en français et à traduire systématiquement en anglais, mais ce réflexe disparait quand le niveau en anglais s'améliore.
La seconde erreur, à mon sens, est d'associer culture et langue. Encore une fois, tous ceux qui ont fait l'expérience approfondie d'une langue étrangère savent que les deux choses sont fondamentalement dissociées. On ne perd pas sa culture, et on ne la modifie pas nécessairement, parce qu'on s'exprime dans une autre langue. C'est un mythe qui a la vie dure, spécialement en France je crois, mais c'est néanmoins un mythe, colporté par des gens qui ne se débrouillent pas suffisamment dans une langue étrangère pour bien comprendre.
N'ayez donc pas peur d'apprendre l'anglais. Votre françitude n'y perdra rien ! Et, tant qu'à faire, mettez-vous à apprendre le chinois également. La deuxième langue étrangère est plus facile que la première...

Folkert VAN OORT

99Après 34 années passées dans la douce France, je ne peux qu'approuver ces sages paroles de Philippe...
Par ailleurs, les langues ne s'apprennent que par l'oreille. Tant que culturellement il sera impossible ("interdit") en France d'entendre dans les médias une autre langue parlée que le français, l'apprentissage de l'anglais, allemand, ou encore espagnol restera problématique, peu importe le nombre d'heures d'enseignement dispensées ou l'âge où les élèves commencent à "goûter" aux langues étrangères... Le complexe de très nombreux français devant les étrangers "plus doué"s pour les langues, n'est que mythe...

Claude MARTIN :

100Je remercie vivement tous ceux qui se sont exprimés au sujet de la place du français, aux côtés de l'anglais, dans les colloques internationaux organisés en France. L'ensemble très riche des interventions sera communiqué aux inscrits à la Lettre Physio-Géo et peut-être aussi, si vous en êtes d'accord, mis en ligne sur le site de la revue, en même temps que les réponses de nos abonnés à une enquête que nous avions lancée sur le même sujet.
Les deux derniers messages reçus sont intéressants, avec des arguments en partie recevables, mais ils sont largement hors du sujet initial (c'est à dire les colloques en France et une simple cohabitation des langues). En attentant que nous soyons devenus les habitants d'une province du monde, le maintien d'un bon niveau de "françitude" face à la montée des "étrangéritudes" ("anglitude", "chinoisitude" ou autre) me paraît toujours souhaitable.

Carole ISBÉRIE :

101Même si je n'ai pas eu le loisir d'intervenir ces jours derniers, j'ai suivi avec intérêt les débats sur la "francophonie scientifique", sur la liste AFES comme sur la liste Physio-Géo. En tant que présidente d'un groupe scientifique "francophone", le GFHN, Groupe Francophone Humidimétrie et traNsferts en milieux poreux, j'y ai trouvé des arguments pour la défense de l'expression de la Science en français, tout autant que pour l'importance de savoir s'exprimer le mieux possible en anglais, les deux positions ne me semblant pas contradictoires, bien au contraire : parfois le fait de devoir s'exprimer en anglais incite à avoir un style plus clair en français...
Lors de notre AG qui se tiendra lors de nos 37èmes Journées Scientifiques (Paris, 22-23/11, asssociées à la Conférence international sur l'Observation long terme de l'environnement) , et qui ont été annoncées je souhaiterais mentionner ce débat, et inviter les scientifiques présents à les consulter sur votre site. Il est peu probable que j'aurai le temps de faire une synthèse complète, mais il serait peut-être intéressant de présenter sur un panneau poster quelques-unes des interventions, après accord de leurs auteurs.

Bernard BARTHES (à propos de l'European Journal of Soil Science) :

102Il faut arrêter de dire qu'EJSS accepte des articles en français. Il y en a eu quelques-uns au début, et puis ça s'est arrêté (exemple de raison : difficulté à trouver des réviseurs francophones... ; il est probable aussi que ça affectait négativement le facteur d'impact, les articles en français étant moins cités). À quand remonte le dernier papier en français dans EJSS ?
Ceci dit l'anglais ne me dérange pas, avoir une langue de communication internationale est très utile (à moins de toujours dépendre d'interprètes), la maîtriser un minimum devient un pré-requis pour faire de la science (voire pour vivre dans notre monde mondialisé), qu'on s'en satisfasse ou pas, avant c'était le latin, puis plus ou moins le français à une époque, maintenant c'est l'américain, dans 500 ans ce sera le chinois, so what? Ne nous plaignons pas, le français (la plus germanique des langues latines ?) est proche de l'anglais (la plus latine des langues germaniques ?); ce sera une autre affaire quand il faudra tous se mettre au chinois pour faire de la science...

Claude MARTIN :

103Suite aux échanges sur les langues, je vous fais suivre l’annonce d’un colloque (bilingue) qui devrait être très intéressant : Communication et mondialisation. Les limites du tout anglais (http://www.iscc.cnrs.fr/​spip.php?article1639). Si j’ai bien compris, les défenseurs des langues autres que l’anglais devraient en sortir réconfortés.

Pascal PODWOJEWSKI :

104À Bernard BARTHES et Christian PRAT de l'IRD qui ont fait des commentaires sur l'utilisation du français et d'autres langues dans les colloques et publications : une information qui pourrait leur être utile comme à tous les membres de l'IRD.
L'IRD dispose de par son service de diffusion d'un outil bibliométrique important vous permettant entre autre de savoir combien de personnes ont visité la base (gratuite) Horizon où son répertoriés TOUTES les publications de l'IRD pour peu que IRD soit mentionné dans les adresses des revues dites de rang A (on peut aller jusqu'à sélectionner l'UMR) ou déposées dans cette même base.
Lorsque j'ai voulu savoir combien de personnes se connectaient pour avoir mes publications (consultation mensuelle les 3 dernières années et intitulé des documents consultés), je me suis rendu compte avec surprise que les demandes les plus importantes pour télécharger des documents étaient des demandes pour de la LITTÉRATURE GRISE écrite en ESPAGNOL (publiée durant et à la suite de mon affectation en Équateur). Chaque document est mentionné.
Et ces demandes sont régulières, tous les mois entre 30 et 40 téléchargements pour CHACUN des documents de synthèse ou d'expertise. En général, pour les autres documents ces demandes sont nettement moindres, voire nulles.
Cela prouve que même si cette littérature grise écrites dans les langues vernaculaires n'est pas prise en compte par nos instances d'évaluation, elle est consultée régulièrement, et bien plus que ce que d'aucuns pouvaient penser et qu'elle EST UTILE.
Cela conforte également le sens de notre travail dans les pays du Sud.

Marc PANSU :

105Moi aussi j'écris en anglais comme tout le monde à cause des Facteurs d'Impacts. Ce n'est pas la langue qui est importante là-dedans mais le fait qu'il y ait des revues internationales avec un système de relecture par les pairs.
Mais je suis également très content d'écrire parfois en français comme dans EGS ou des livres dans les deux langues, je pense qu'il est très important de maintenir des choses dans sa langue d'origine car les publis sont destinées à un public restreint de chercheur mais la recherche doit être également diffusée auprès des utilisateurs potentiel,, des acteurs du développement et des enseignants, et ceci en France mais chez tous nos partenaires Francophones. Ne publier qu'en anglais freine considérablement ce processus, à terme c'est l'abandon total de la langue.
Et puis je ressens la montée de choses très énervantes avec le monopole de l'anglais. Des chercheurs ont maintenant la curieuse attitude de mettre en avant leur connaissance de l'anglais quasi au même niveau que la connaissance de la science, à s'en servir comme moyen de promotion personnelle…

106La qualité de l'anglais tend à mettre au deuxième plan les critères scientifiques. On en arrive aux précieuses ridicules autour de l'anglais comme autrefois autour du français dans la cour de Louis XIV. Rappelons que les plus grands développements scientifiques ont eu lieu avant cette mode effrénée : PLANCK, EINSTEIN, BOHR, HEISENBERG publiaient en allemand. LAVOISIER, CARNOT, POINCARE, DE BROGLIE publiaient en français (bien que ces gens avaient parfois des traducteurs, (comme sa femme pour Lavoisier qui maintenait le contact avec son homologue et rival anglais CAVENDISH), MENDELEIEV autre père de la chimie publiait en Russe, et en Pédologie nos illustres fondateurs DOKUTCHEIV et KONONOVA publiaient également en Russe. Tout ceci n'a nullement été une barrière pour la diffusion des découvertes et des connaissances, le niveau de découvertes actuelles me semble plutôt inférieur à tout le défrichage de ces gens.
Autre chose un peu énervante, un excès d'innocence qui semble dire que l'anglais s'est imposé naturellement comme langue internationale car la plus pratique… Ceci reste à prouver, si la conjugaison est assez simple, la prononciation est extrêmement difficile pour moi et beaucoup de français et latinos. Mais surtout derrière cette innocence mesure-t-on que les américains ont dépensé des millions de dollars pour la suprématie de leur langue : diffusion de films et séries, financements de stages linguistiques… Ils ont fait cela dans la perspective de récolter des milliards, car derrière une langue il y a beaucoup d'agent. Au demeurant c'est peut-être moins pire que la domination militaire, autre spécialité américaine, et les autres pays feraient bien de prendre conscience de tout l'abandon entrainé par le rejet de leurs langues aux orties. Je garde en mémoire un petit café littéraire à Luang pra bang au Laos où les initiateurs avaient beaucoup de mal à se procurer des livres, que ce soit en anglais, en français, ou autre langue, mais des livres ! La France ne pourrait-elle pas faire un peu plus pour sa langue et sa culture ?

Stefan REICHENBERGER :

107L'assertion que l'anglais soit difficile à prononcer me fait sourire. Également l'assertion que la France ne fait pas assez pour sa langue et sa culture.
À part cela, je trouve que sur ce sujet tout et son contraire ont été dits maintenant. Il est temps de finir cette discussion avant qu'elle ne devienne circulaire.

Claude MARTIN :

108Le dernier message de Stefan REICHENBERGER me semble un peu rugueux.
Certes, après l’excellente intervention de Marc PANSU, on peut certainement passer à autre chose, mais il m’est satisfaisant de constater de le débat a changé d’âme au fur et à mesure de son déroulement.

Philippe CAMBIER :

109Nous vous remercions pour les nombreuses réactions à l'annonce du colloque RAMIRAN.
Plusieurs messages contiennent des propositions utiles pour le comité d'organisation, que nous prendrons en compte dans la poursuite du projet, autant que possible.
Pour éclairer la question de la traduction simultanée, cela représente d'après un devis récent environ 14000 euros HT, environ 12 % du budget prévisionnel (incluant déjeuners, dîner et sorties).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Martin, « Place des langues autres que l'anglais dans les colloques internationaux », Physio-Géo [En ligne], Volume 6 |  2012, mis en ligne le 26 février 2012, Consulté le 27 novembre 2014. URL : http://physio-geo.revues.org/2613

Haut de page

Auteur

Claude Martin

Physio-Géo
Courriel : claude.martin0156@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page