Navigation – Plan du site
Articles

Caractérisation physique et évolution historique d'un terroir viticole champenois : le cas de la commune de Sézanne (Marne – France)

Anne Combaud, Alain Marre et Lionel Stroppa
p. 223-242

Résumés

Le vin de Champagne étant un vin d'assemblage, la notion de terroir n'est pas usitée dans le vignoble champenois. Pourtant les œnologues de chacune des Maisons de Champagne construisent leurs produits en utilisant des vins de cépages différents, venus de parcelles différentes, en se fondant sur la dégustation et sur la connaissance traditionnelle du goûteur.
Une connaissance précise des paramètres physiques des terroirs champenois à diverses échelles peut être une aide pour ce travail d'élaboration des vins et pour la conduite du travail viticole. C'est dans cet esprit que depuis une quinzaine d'années une réflexion est menée sur la notion de terroir en Champagne. Cette étude présente les résultats pour une commune de 22,8 km2, peu étudiée et non classée parmi les meilleurs crus. Elle intègre tous les paramètres naturels auxquels a été ajoutée l'évolution historique de l'implantation du vignoble, afin de comprendre les logiques de plantation et comment les vignerons cherchent à s'adapter aux demandes gustatives des consommateurs tout en respectant les traditions et les conditions naturelles.

Due to the blending, we don't speak of "terroir" in Champagne vineyard. But, in fact, oenologists of each "Maison de Champagne" make their wines with different grapes varieties harvested in different plots. This work is founded only on traditional knowledge and wine tasting.
Choice during works of winegrowing and wine tasting can be improved with scientific studies of the "micro-terroirs". That's why, some years ago, a reflection begun on the concept of "terroir" in Champagne. This article presents a case study of Sezanne, a vineyard area of 22.8 km2, unknown and not classified among the best vineyards. It carries out the relation between physics and historic parameters, and how the wine growers modify plantations to adapt themselves to the requests of the consumers, while respecting the traditions and the natural conditions.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Contrairement à d'autres régions viticoles françaises comme la Bourgogne, la Champagne n'utilise pas la notion de terroir pour la commercialisation des vins. L'absence de cet affichage vient du fait que le champagne est un vin d'assemblage, élaboré par les œnologues, chaque Maison ayant ses produits caractéristiques. Or pour ces assemblages, spécifiques à chaque maison et à chaque cuvée, les chefs de cave choisissent, après dégustation, des vins venus de parcelles et de cépages différents. Ces pratiques induisent qu'il existe bien plusieurs terroirs viticoles en Champagne (A. MARRE, 2004), même si la commercialisation se fait sous une seule et unique Appellation d'Origine Contrôlée.

2Il est cependant possible de distinguer plusieurs échelles cartographiques d'étude des terroirs, avec une distinction entre macro-, méso- et micro-terroirs. (A. MARRE et al., 2012). Les macro-terroirs sont délimités par la géomorphologie structurale (Fig. 1) ; ce sont 1/ la Côte de l'Île de France, avec ses prolongements dans la vallée de la Marne, désignés habituellement sous le vocable de "vignoble marnais", 2/ la Côte du Barrois, appelée le "vignoble de l'Aube" et 3/ la Côte de Champagne, dans la région de Vitry-le-François, qui connaît un renouveau depuis quelques années (L. STROPPA, 2009). L'existence des méso-terroirs est reconnue à travers les vingt Petites Régions Viticoles mises en évidence par le CIVC (Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne) lors de l'opération "zonage du vignoble" (A.F. DOLEDEC, 1995). Les micro-terroirs sont définis à l'échelle communale, voire même de la parcelle. Ces micro-terroirs peuvent être visibles dans le paysage, notamment par une modification de l'orientation des rangs de vignes (A. COMBAUD et al., 2011).

3Par ailleurs, en Champagne, trois cépages sont autorisés, deux cépages noirs (le Pinot noir et le Pinot meunier) et un cépage blanc (le Chardonnay). Or sur les marchés, il existe une augmentation de la demande de vins comportant des arômes issus du cépage Chardonnay. Afin de répondre au mieux aux attentes des consommateurs, les viticulteurs sont tentés de planter de plus grandes surfaces de Chardonnay, au détriment des deux autres cépages. Mais, ces augmentations de surface sont-elles toujours en adéquation avec les composantes naturelles du terroir ? Une commune-test, appartenant au vignoble marnais, Sézanne, a été choisie afin de tester une méthodologie établie pour d'autres communes situées dans des secteurs viticoles plus qualitatifs (A. COMBAUD et J. CORNUET, 2011 ; C. PHILBICHE, 2012). Pour cette étude, à l'échelle des micro-terroirs, les données de la géographie historique ont été intégrées en complément des données de géographie physique, afin de comprendre les logiques des évolutions surfaciques et de plantation des cépages.

II - Contexte et méthode

1 ) Présentation de la commune de Sézanne

4La commune est située sur la Côte de l'Île de France, au sud-ouest du département de la Marne (Fig. 1). Sézanne est le chef-lieu d'un canton de l'arrondissement d'Épernay. Avec une superficie de 22,8 km2, son territoire est dominé par les terres arables (47 %), suivies des forêts (21 %) et du vignoble (8,7 %) (BD Topo ® IGN, 2011). Sézanne appartient à la Petite Région Viticole de Sézanne, qui fait suite vers le sud à celle de la Côte des Blancs,nommée ainsi à cause de son encépagement en Chardonnay (Fig. 1). Cette Petite Région Viticole sézannaise possédait peu de surfaces en vigne au lendemain de la deuxième guerre mondiale. À partir du début des années 1960, elle connaît une extension des plantations, qui devient véritablement massive en 1983 dans certaines communes, dont celle de Sézanne, (L. STROPPA, 2009). Néanmoins le vignoble représente toujours une part modeste du territoire. Ainsi, dans le cas de Sézanne, reste-t-il moins étendu que l'ensemble des espaces urbanisés.

Figure 1- Localisation de la commune de Sézanne au sein du vignoble champenois.

Figure 1- Localisation de la commune de Sézanne au sein du vignoble champenois.

5D'un point de vue géomorphologique, l'agglomération de Sézanne est installée au cœur d'un cirque, ouvert vers le sud-est, qui échancre la Côte de l'Île de France (Fig. 2). Ce type de forme est localement appelé "cuve" (M. LAURAIN et A. MARRE, 1995). Le vignoble de Sézanne, d'une superficie de 200 ha (BD Ortho ® IGN, 2008), est actuellement divisé en deux espaces géographiques distincts, situés respectivement au nord et au sud de la "cuve". Il entoure donc le tissu urbain, discontinu, ce qui augmente la perception visuelle du découpage du vignoble en deux parties, nord et sud. Le secteur septentrional représente 63 % de la surface totale du vignoble de la commune.

Figure 2 - Le vignoble de Sézanne au sein de sa Petite Région Viticole.

Figure 2 - Le vignoble de Sézanne au sein de sa Petite Région Viticole.

2 ) Méthode d'analyse des paramètres physiques

6Les paramètres physiques pris en compte cartographiquement sont la topographie, la lithologie des roches en place et des formations superficielles et les processus géomorphologiques de dynamique de versant. Bien que nécessaire à la caractérisation physique des unités potentielles de terroirs (A.F. DOLEDEC, 1995 ; E. VAUDOUR, 2003, E. VAUDOUR et al., 2005), la pédologie n'a pas pu être intégrée cartographiquement à la présente étude. En effet, la carte est en cours de validation au sein du CIVC et le document final ne peut être encore publié. Toutes les données physiques spatialisées sont intégrées à un Système d'Information Géographique (SIG), converties en fichier raster puis combinées en classes. Le seuillage des classes est défini selon une méthode experte vis-à-vis de la culture de la vigne. Enfin, la combinaison de l'ensemble des fichiers rasters permet d'obtenir un seul fichier, dont les unités cartographiques sont décrites par une concaténation des catégories de chaque couche géographique utilisée (Fig. 3). La répartition spatiale des pixels au sein de chaque classe est analysée, afin de comprendre les logiques d'implantation du vignoble à différentes dates (1785, 1877 et 2008). La résolution spatiale choisie est de 50 m, limitée par la résolution des documents sources, notamment la carte géologique.

Figure 3 - Modèle des traitements sous ArcGIS des paramètres physiques.

Figure 3 - Modèle des traitements sous ArcGIS des paramètres physiques.

a. Les paramètres topographiques

7Comme tous les vignobles septentrionaux, celui de la région de Sézanne est installé sur un versant, dénommé "coteau" par les vignerons, lui permettant d'accumuler une plus grande quantité d'énergie solaire (P. GALET, 2000). Les différences d'altitude entre l'amont et l'aval des versants viticoles de Sézanne sont généralement de 25 à 40 mètres. Or, pour constater une différence de maturité de 1 jour sur un versant, il faut au minimum 30 mètres de dénivelée (P. GALET, 2000). Ainsi les variations d'altitude n'ont pas été jugées suffisantes pour être prises en compte, et c'est pourquoi seules les pentes et les expositions sont intégrées au modèle. Ces données sont calculées à partir de la BD Alti ® IGN, avec une résolution spatiale de 50 mètres et une résolution altitudinale de l'ordre du mètre.

8Pour les pentes, trois classes sont distinguées en fonction de leur influence sur l'écoulement des eaux et l'érosion. Elles sont issues d'une synthèse bibliographique (P. GUÉRÉMY, 1987 ; P. LAVILLE et D. RAMBAUD, 1993 ; O. CERDAN et al., 2006 ; A. COMBAUD, 2008), adaptées à l'échelle et l'objectif de l'étude :

  • Classe 5 : valeurs comprises entre [0 % - 5 %[ ;

  • Classe 15 : [5 % - 15 %[ ;

  • Classe 30 : [15 % - 30 %[.

9D'après P. GALET (2000) pour les vignobles septentrionaux, l'exposition sud-est (100­160°) est la meilleure et l'exposition sud (160-200°) est sensiblement de même qualité. L'exposition nord est la moins bonne, puisque les rayons du soleil n'y sont perçus que durant une petite partie de la journée. L'exposition sud-ouest est moins bonne que la sud-est, mais meilleure que l'exposition nord. Les terrains exposés vers l'est sont réchauffés le matin et donc rapidement desséchés de la rosée, mais le soleil ne les éclaire plus de bonne heure dans l'après-midi. C'est pourquoi, trois classes sont retenues :

  • Classe 0 : correspond à de mauvaises expositions et des valeurs comprises entre [0°- 67,5°[ et [247,5° - 360°[ ;

  • Classe 1 : exposition moyenne, à savoir [67,5° - 100°[ et [202,5° - 247,5°[ ;

  • Classe 2 : exposition optimale pour des valeurs de [100° - 202,5°[.

b. Les paramètres lithologiques

10Ils sont repris de la carte géologique au 1/50000 (J. GOGUEL, 1965). Néanmoins, sur cette carte, de nombreuses formations superficielles sont présentes, notamment les éboulis. Les nouvelles observations de terrain ont permis d'affiner la cartographie et de limiter la représentation des formations superficielles, au bénéfice des roches sous-jacentes. Les formations géologiques ont ensuite été regroupées selon leurs caractéristiques lithologiques, en reprenant la classification établie lors du zonage du vignoble (P. LAVILLE et D. RAMBAUD, 1993). Celle-ci permet d'établir des liens entre des zones dont les formations géologiques sont différentes, mais qui offrent des caractères comparables en matière de capacité en eau, de granulométrie des éléments constitutifs, de taux de calcaire ou de silice et de degré d'induration. Pour la présente étude, cette classification a été mise à jour à la lumière du travail d'harmonisation réalisé par le BRGM (Y. VERNHET, 2007), qui intègre les concepts évolutifs liés aux attributions stratigraphiques et lithologiques. Toutes les classes lithologiques sont intégrées à la combinaison, avec le numéro de la classe attribuée par P. LAVILLE et D. RAMBAUD (1993).

c. Les processus géomorphologiques et les formations superficielles

11Ces éléments sont repris d'une carte géomorphologique préexistante (M. LAURAIN et A. MARRE, 1995), complétée par de récentes observations de terrain (A. BACQUENOIS, 2009) et par des informations tirées de la base de données Infoterre : http://infoterre.brgm.fr/​viewer/​.

12La localisation du vignoble sur des coteaux parfois en pente forte, est responsable d'une dynamique des versants efficace. Les phénomènes morphogénétiques majeurs sont l'érosion hydrique (J.L. BALLIF, 1999) et les mouvements de terrain (P. GUÉRÉMY et A. MARRE, 1991 ; A. MARRE et al., 1997 ). Ils sont responsables du déplacement de grandes masses de matériaux qui peuvent modifier les caractéristiques des formations sur lesquelles est plantée la vigne. La carte géomorphologique (M. LAURAIN et A. MARRE, 1995) distingue trois types de processus liés respectivement aux chutes de matériaux, aux glissements de terrain et au ruissellement, et considère en outre la période pendant laquelle ils ont été actifs (Pléistocène, Holocène et/ou temps historiques). Pour la présente étude, chaque type de processus constitue une classe, sans prise en compte de la période d'activité :

  • Classe 10 : processus de gravité (éboulis et éboulements) ;

  • Classe 20 : glissements de terrain ;

  • Classe 30 : processus de ruissellement.

3 ) Méthode d'intégration des données historiques

13Les données historiques ont été obtenues grâce à l'examen de cartes, de photographies aériennes et d'ouvrages, complété par la consultation de toute la collection de Le Vigneron Champenois, revue éditée depuis le début du XXème siècle par l'Association Viticole Champenoise (AVC).

a. L'exploitation des données statistiques

14C'est pour lutter contre le phylloxera qu'à la fin du XIXème siècle la Champagne viticole s'est organisée autour de l'Association Viticole Champenoise. Depuis, elle publie la revue Le Vigneron Champenois, qui donne régulièrement des informations chiffrées sur l'état du vignoble. Ces informations concernent autant le milieu naturel (données climatiques) que le secteur économique (surfaces plantées, résultats de la vendange, etc.).

15Depuis 1931, excepté pour les années 1940 à 1945, la revue publie une fois par an les statistiques de la récolte de l'année antérieure. Sont indiquées les surfaces en rapport, ainsi que les rendements pour chaque commune de l'appellation. Le dépouillement des numéros de 1931 à 2011 contenant les statistiques, a permis d'obtenir l'évolution chiffrée des surfaces viticoles de la commune de Sézanne. Les graphiquesmontrant les évolutions des surfaces annuelles sont présentés avec une échelle logarithmique de base 10. L'écart entre deux valeurs successives dépend donc du rapport, et non de la différence, entre les valeurs absolues correspondantes. Les courbes construites avec les logarithmes traduisent mieux les évolutions que les courbes en valeurs absolues : les pentes indiquent des taux d'évolution, quelle que soit la valeur considérée. Néanmoins ces données ne fournissent pas d'indication sur l'emplacement parcellaire des vignes, c'est pourquoi des documents cartographiques sont aussi intégrés à l'étude.

b. L'exploitation des documents cartographiques

16Ces documents cartographiques incluent des cartes et des photographies aériennes anciennes. Ils ont été géoréférencés, puis digitalisés par interprétation visuelle des surfaces en vigne, afin de les comparer avec le fichier synthétique des paramètres physiques.

17Les cartes historiques du XVIIIème siècle sont la carte des CASSINI et l'atlas de TRUDAINE. La carte dite "de CASSINI" a été levée sur ordre du Roi et couvre l'ensemble de la France. Ce travail a été mené par plusieurs générations de cartographes, issus de la famille CASSINI, à partir du XVIIème siècle. Elle donne de façon succincte l'occupation du sol, dès l'instant que l'occupation est pérenne, comme l'est la vigne. La feuille qui concerne la région de Sézanne date de 1757-1780 et a été rééditée par l'IGN en 1999. Les atlas dits "de TRUDAINE" (C.D. TRUDAINE, 1745-1780) portent le nom de leur instigateur, intendant puis directeur des Ponts et Chaussés. L'objectif était de dresser une carte générale des routes royales de France, par généralités, en faisant figurer non seulement celles qui existaient déjà, mais aussi les chaussées à construire, en tenant compte des différents tracés proposés. Chaque route royale fait l'objet d'un dessin précis, incluant les constructions existant sur une étendue de six lieues (environ 25 km, selon la lieue de Paris) de part et d'autre de la chaussée, mais aussi l'occupation du sol. Les résultats sont cependant inégaux selon les fonctionnaires royaux en charge de la mission. Ces cartes sont orientées et leur échelle est d'environ 1/8600 (H. SERVANT, 2010).

18Pour le XIXème siècle, seul l'atlas de M. POINSIGNON (1877) est intégré. Il s'agit d'un atlas de géographie physique, administrative, historique et archéologique des trente-deux cantons de la Marne, effectué par les instituteurs du département. Cet atlas avait pour but, comme l'explique longuement la préface, de cartographier à l'échelle cantonale les éléments classiques d'un atlas, à savoir l'occupation du sol et les différentes voies routières, ferrées et navigables, mais aussi de fournir l'emplacement des anciens sites archéologiques ou de monuments historiques réduits à l'état de ruine, tout comme celui des carrières et autres gisements exploités ou abandonnés (M. POINSIGNON, 1877). Chaque instituteur avait pour mission de cartographier sa commune ; puis, au niveau du canton, celui qui était jugé le mieux à même faisait la synthèse des levés, avant vérification par l'inspecteur d'académie. L'échelle des cartes constituant l'atlas est toujours la même, 1/80000.

19Pour le XXème siècle, l'atlas viticole de L. LARMAT (1944) et les photographies aériennes des différentes missions de l'IGN ont été consultés. L'atlas de L. LARMAT (1944) est un atlas national des principaux vignobles. Il est constitué de plusieurs volumes ; le volume 2 concerne le vignoble de la Champagne. Dans chaque volume, L. LARMAT fournit une description générale des AOC viticoles cartographiées et une carte générale du vignoble. Un travail à une échelle plus fine est ensuite proposé pour chaque région viticole délimitée par l'auteur. Cet atlas est donc relativement précis quant à la cartographie des vignobles. Pour les photographies aériennes, de nombreuses missions ont été réalisées depuis 1949, année de la plus ancienne mission pour la commune de Sézanne. La qualité et l'échelle des photographies varient selon les missions aériennes. La sélection des missions étudiées plus en détail a été conditionnée par l'évolution des surfaces viticoles, obtenue via les données publiées dans la revue Le Vigneron Champenois. Le croisement du fichier synthétique des paramètres physiques et de l'implantation du vignoble, puis de la répartition spatiale des cépages, est ensuite réalisé, afin d'analyser les logiques de plantation du vignoble actuel.

III - Résultats

1 ) Caractérisation physique du vignoble de Sézanne

20Sous SIG, le passage d'un format vecteur en un format raster, afin d'effectuer la concaténation des paramètres physiques, entraîne la perte d'une surface d'une vingtaine d'hectares, due à la forme des polygones. Le vignoble actuel de Sézanne est concerné par l'ensemble des classes de pente, d'exposition et de la géomorphologie. Pour la lithologie, il est planté uniquement sur quatre classes (Fig. 4) dont les formations géologiques correspondantes sont (J. GOGUEL, 1965 ; P. LAVILLE et D. RAMBAUD, 1993 ; M. LAURAIN et A. MARRE, 1995 ; Y. VERNHET, 2007) :

  • Classe 3 : formations fines carbonatées, constituées des formations superficielles. Cette classe est maintenue pour les secteurs où le substrat sous-jacent n'a pu être déterminé, soit 0,75 ha ;

  • Classe 8 : calcaires tendres, à savoir les marnes et calcaires de Saint-Ouen ;

  • Classe 13 : la craie, et précisément la craie à Belemnitella mucronata et Magas pumilus ;

  • Classe 15 : sédiments ferrifères, représentés par les sables, grès et conglomérats de l'Yprésien et aussi le Pisé de Sézanne.

Figure 4 - Caractérisation physique du vignoble de Sézanne.

Figure 4 - Caractérisation physique du vignoble de Sézanne.

21Compte-tenu des classes des paramètres physiques, cent-huit combinaisons sont possibles, dont seules quarante-cinq sont présentes pour le vignoble de Sézanne. Le nombre moyen de pixels par combinaison étant de quinze, une extraction des combinaisons représentant plus de quinze pixels est réalisée, afin de connaître la tendance générale du vignoble de la commune. Ces combinaisons sont au nombre de treize et cumulent une superficie de 140 ha, soit 70 % de la surface totale du vignoble actuel (Tab. I). La combinaison la plus présente est composée des classes [5 -15%[ pour la pente, une exposition optimale (classe 2), des processus de gravité (classe 10 pour la géomorphologie) et de la craie pour la lithologie (classe 13).

Tableau I - Combinaisons des paramètres physiques les plus fréquentes selon les secteurs viticoles.

Tableau I - Combinaisons des paramètres physiques les plus fréquentes selon les secteurs viticoles.

22Parmi les combinaisons représentant plus de quinze pixels, des différences sont observables entre les secteurs nord et sud pour l'exposition et la lithologie. Alors que le secteur nord est dominé par l'exposition optimale (classe 2), le secteur sud est plus nuancé, même si la somme des expositions optimales et moyennes (classes 2 et 1) totalise 75 % des surfaces. Cette distinction est la conséquence de la forme en "cuve" du territoire sézannais et de la répartition du vignoble sur les versants de part et d'autre de cette forme. Néanmoins la microtopographie est suffisamment différenciée sur le secteur sud pour permettre des expositions moyennes à optimales. Pour la lithologie, le secteur nord est planté presque pour moitié sur la craie et les sédiments ferrifères (classes 13 et 15), alors que le secteur sud est dominé par la craie. Cette différence est à relier avec des valeurs d'altitude plus élevées dans le secteur nord, ce qui a entraîné l'implantation du vignoble sur des formations géologiques plus récentes, les sables et grès de l'Yprésien (classe 15). Par ailleurs, pour le secteur nord, dix combinaisons représentant vingt-huit pixels, soit 7 ha ou 6,5 % du secteur, sont spécifiques. Elles concernent plutôt les pentes faibles, comprises entre 0 et 5 %. Pour le secteur sud, douze combinaisons sont spécifiques, totalisant une superficie de 13 ha, soit 18 % de ce secteur. Elles sont composées à parts égales par des pentes moyennes et des pentes fortes. Cette différence entre les pentes des secteurs nord et sud est à relier à la part de la craie sur les versants viticoles.

2 ) Analyse du lien entre l'implantation du vignoble et le milieu physique

a. Évolution surfacique

23Avant le XVIIIème siècle, Sézanne est essentiellement connu pour le travail du cuir et ses fabriques de draps (M. BADIN et M. QUANTIN, 1847). Sa vie économique et sociale est rythmée par l'alternance de périodes riches et de périodes de pillage dues aux anglais ou aux huguenots (J. de BAYE, 1875) et ce n'est qu'à partir de 1600 que le vignoble prend de l'importance, même si ses vins "ne sortent guère du pays" (M. LARCHER, 1697).

24Au XVIIIème siècle, les données historiques sont contradictoires. Sur la carte dite "de CASSINI", (IGN 1999, CASSINI, 1757-1789, réédition) la vigne est absente. En revanche, sur l'atlas de TRUDAINE (C.D. TRUDAINE, 1745-1780), qui ne couvre pas la totalité du finage sézannais, le vignoble est cartographié. Il est présent sur les mêmes secteurs que ceux qu'il occupe aujourd'hui, avec en plus des extensions dans la plaine, sur des espaces actuellement couverts en grande partie par le tissu urbain discontinu (Fig. 5-a). Les zones viticoles cartographiées sur la carte de TRUDAINE représentent une surface de 176 ha. Cette différence entre les documents de CASSINI et de TRUDAINE peut soit être due à une erreur de cartographie de la part de CASSINI, soit illustrer une variation des surfaces plantées en vignes au XVIIIème siècle. En effet, à la fin de ce siècle, la vigne n'est pas une culture très recherchée sur le territoire de Sézanne, du fait notamment de la faible qualité du raisin : "sa qualité ne lui a pas encore donné assez de réputation pour y appeler les étrangers" (A.D. MARNE, 1788). La culture même de la vigne est remise en question : "la qualité des vins qui n'est toujours que médiocre, lors même que la vigne ne produit aucun malheur, forme un problème difficile à résoudre, savoir qu'il ne serait pas plus avantageux de renoncer tout à fait à la cultiver" (A.D. MARNE, 1788).

Figure 5 - Comparaison historique des extensions du vignoble de Sézanne (a) et évolution surfacique du vignoble au XXème siècle (b).

Figure 5 - Comparaison historique des extensions du vignoble de Sézanne (a) et évolution surfacique du vignoble au XXème siècle (b).

25Au XIXème siècle, sur l'atlas de M. POINSIGNON (1877), la vigne est cartographiée pour la commune de Sézanne avec des surfaces moins continues que sur l'atlas de TRUDAINE, notamment pour la partie sud (Fig. 5-a). La superficie totale est alors de 184 ha, avec des superficies proches de celles de 2011. Néanmoins la représentation du relief en hachures sur la carte de POINSIGNON rend parfois la lecture malaisée sur les versants. C'est pourquoi ont été reprises uniquement les zones dont la lecture était incontestée. Globalement, les vignes sont présentes en 2011 dans les mêmes secteurs qu'aux XVIIIème et XIXème siècles.

26Pour le XXème siècle, dans l'atlas viticole de L. LARMAT (1944), la commune de Sézanne n'est pas cartographiée. Cette absence est cohérente avec la publication en 1946 par la revue Le Vigneron Champenois, d'une étude des surfaces viticoles en 1881, 1912 et 1945 de plusieurs communes dont les surfaces en 1945 sont les plus importantes au sein de leur Petite Région Viticole d'appartenance : la commune de Sézanne n'apparaît pas dans ce classement, de même qu'aucune commune de la Petite Région Viticole de Sézanne. Ces informations indirectes sont corroborées par les statistiques des surfaces viticoles de la commune de Sézanne entre 1930 et 2010 (L. STROPPA, 2009), qui démontrent le développement récent du vignoble (Fig. 5-b). De 1930 à 1963, les superficies allouées au vignoble sont inférieures à 7 ha. Une première phase de plantation permet d'augmenter les surfaces à 26 ha en 1964. C'est pourquoi sur les photographies aériennes de 1965, les parcelles viticoles sont très rares, plus rares que les vergers, notamment sur le versant sud. Puis les incidents climatiques de 1968 réduisent les surfaces plantées à 3 ha en 1969 (L. STROPPA, 2009). L'interprétation des photographies aériennes de 1971 confirme que les versants viticoles sont alors occupés par de grandes cultures céréalières. Par ailleurs, les vergers ont commencé à disparaître en 1965. À partir de 1973, une nouvelle augmentation, plus ou moins régulière, des surfaces en vigne s'amorce. Mais c'est à partir de 1981-1982, avec le programme général de plantation (R. BERNARD, 1981), que le vignoble s'étend : 41 ha en 1981, puis 180 hectares en 1983 ! Malgré cette extension, la réputation du vignoble de Sézanne tarde à s'affirmer, comme l'attestent les écrits de J.P. DEVROEY (1989), qui note que la production viticole de Sézanne est sans notoriété. Après 1983, les surfaces viticoles ont d'abord continué d'augmenter modérément, avant de se stabiliser. En 2010, elles s'élèvent à 200 ha et la totalité de la zone classée en AOC semble aujourd'hui plantée.

27Sur la commune de Sézanne, les surfaces en vigne ont donc beaucoup fluctué au cours des derniers siècles. Leur recul a été très net au XIXème siècle et au début du XXème. Le renouveau de ce vignoble à la fin du XXème siècle, en relation avec des modifications au mode de culture et à l'encépagement, s'est accompagné de la reconnaissance des vins.

b. Logique d'implantation du vignoble

28La logique d'implantation du vignoble au regard des classes de pente, d'exposition, de lithologie et de processus géomorphologiques, a été analysée pour trois dates, imposées par les documents sources : 1745-80 (carte de TRUDAINE), 1877 (carte de POINSIGNON) et 2008 (photo-interprétation des photographies aériennes).

29Pour la lithologie (Fig. 6-b), quelle que soit la date, l'implantation des vignes sur la craie et les sédiments ferrifères est dominante. Les vignes plantées sur la craie à l'époque de TRUDAINE semblent représenter une part plus importante que pour les autres dates. Il s'agit, en fait, d'un biais lié à la carte, qui ne représente que la bande des 25 km de part et d'autre de la route. La route étant en plaine sur la craie, l'amont des versants n'est pas cartographié et la proportion des vignes sur sédiments ferrifères est ainsi diminuée. Par ailleurs, les surfaces en vigne issues des cartes historiques font apparaître deux lithologies supplémentaires : les alluvions et les formations argileuses de plateau. Les alluvions sont présentes pour les vignes cartographiées par TRUDAINE, du fait de leur étalement dans la plaine. Quant à la proportion plus importante de vignes sur les formations argileuses de plateau à l'époque de POINSIGNON, elle est due à une plantation relativement plus en amont des versants.

Figure 6 - Répartition des implantations viticoles selon les paramètres physiques : processus géomorphologiques (a), lithologie (b), exposition (c) et pente (d).

Figure 6 - Répartition des implantations viticoles selon les paramètres physiques : processus géomorphologiques (a), lithologie (b), exposition (c) et pente (d).

30En ce qui concerne les processus géomorphologiques (Fig. 6-a), ce sont ceux liés à la gravité qui dominent, quelle que soit la date. Les logiques de plantation sont stables entre 1877 et 2008. À l'époque de TRUDAINE, la plantation des vignes plus en aval, là où se situe actuellement l'urbanisation, biaise les proportions, de même que l'absence d'information pour le haut des versants.

31Enfin, c'est sur les pentes les plus faibles que les vignes sont de moins en moins présentes, conséquence de la diminution de la part relative des surfaces en vigne de la plaine (Fig. 6-d). Quant aux mauvaises expositions, qui peuvent être corrélées avec des pentes faibles, elles diminuent de 1745 à 2008 (Fig. 6-c). De même que pour la lithologie et les processus géomorphologiques, les résultats sont à nuancer pour la carte de TRUDAINE.

3 ) Analyse du lien entre les cépages et le milieu physique

a. Évolution du classement et de l'encépagement

32Parallèlement à l'évolution des surfaces viticoles, et au fur et à mesure des nouvelles plantations, mais aussi de l'amélioration générale des techniques en Champagne, la qualité des raisins issus de l'espace communal de Sézanne s'est améliorée. De plus, Sézanne subit une évolution de son encépagement, avec une augmentation des surfaces de Chardonnay (L. STROPPA, 2009).

33Une synthèse bibliographique des ouvrages sur le vignoble de Champagne, réalisée pour l'évolution des délimitations du vignoble champenois depuis le début du XVIIIème siècle jusqu'au milieu du XXème siècle (J. CORNUET, 2010 ; A. COMBAUD et J. CORNUET, 2011), démontre que le vignoble de Sézanne a été reconnu tardivement pour sa qualité. Ainsi, en 1911, date de l'établissement de la première échelle des crus par un accord général entre les vignerons et les négociants (F. BONAL, 1984), seuls les vins issus des cépages noirs sont classés (Tab. II). Ce premier classement traduit la suprématie des raisins noirs observée pour l'ensemble de la Champagne au début du XXème siècle (B. BOIDRON et E. GLATRE, 2006). Dans les classements de 1920 et 1940 (G. CHAPPAZ, 1951), la commune de Sézanne est absente, démontrant de manière indirecte les faibles surfaces de vignoble. En 1956, (INSEE, 1957), le classement ne fait plus de distinction entre les cépages noirs et blancs, ce qui traduit une égalité qualitative. Puis, à partir de 1983, les cépages sont cotés séparément, et même si leurs valeurs sont proches, le Chardonnay dépasse (de 1 %) les cépages noirs. Depuis 2003, l'échelle des crus est officiellement remplacée par le prix du kilogramme de raisin, fixé tous les ans par le Commissaire de la République à l'échelle de la commune, sur avis de la commission consultative paritaire des baux ruraux du département. Le kilogramme de raisin blanc est toujours à un niveau légèrement supérieur à celui du raisin noir, avec une différence d'environ 0,10 € (Tab. II).

Tableau II - Évolution de l'échelle des crus et du prix du raisin de la commune de Sézanne.

Tableau II - Évolution de l'échelle des crus et du prix du raisin de la commune de Sézanne.

34En cohérence avec le prix légèrement supérieur du kilogramme de raisin blanc, les vignobles de Sézanne et de sa Petite Région sont actuellement majoritairement plantés en Chardonnay (60 %). Ce constat est conforme à l'évolution générale des cépages dans l'AOC Champagne. Cependant le Chardonnay occupe proportionnellement moins de surfaces dans le vignoble sézannais que dans celui de sa Petite Région Viticole (L. STROPPA, 2009). La différence s'explique par la place occupée par le Pinot meunier, avec 25 % des surfaces sur le territoire de Sézanne (Fig. 7), contre 5 % pour l'ensemble de la Petite Région. Toutefois une enquête de terrain, réalisée avec l'aide des vignerons correspondants du CIVC (L. STROPPA, 2009), a montré que le Chardonnay est de plus en plus planté sur la commune de Sézanne. Cette tendance peut s'expliquer par une double influence. D'une part, pour des raisons économiques, les négociants demandent de plus en plus de vins issus de cépages blancs. D'autre part, la région de Sézanne, située au sud de la Côte des Blancs, secteur principalement planté en Chardonnay, voit de nombreux viticulteurs de cette région venir exploiter des parcelles de la Petite Région Viticole de Sézanne.

Figure 7 - Encépagement de la commune de Sézanne (L. STROPPA, 2009).

Figure 7 - Encépagement de la commune de Sézanne (L. STROPPA, 2009).

b. Répartition actuelle des cépages

35Une nouvelle combinaison, incluant les cépages et les paramètres physiques est réalisée sous SIG afin de comprendre les logiques de plantation. Cette nouvelle configuration des classes pourrait entraîner trois-cent-vingt-quatre combinaisons, mais seules quatre-vingts sont présentes pour le vignoble de Sézanne. La combinaison la plus fréquente, ainsi que le nombre de pixels concernés, varient selon les cépages (Tab. III). Le nombre moyen de pixels par combinaison étant de huit, seules les combinaisons dont le nombre de pixels est supérieur à ce chiffre sont prises en compte.

Tableau III - Combinaisons des paramètres physiques les plus fréquentes selon les cépages et les secteurs viticoles.

Tableau III - Combinaisons des paramètres physiques les plus fréquentes selon les cépages et les secteurs viticoles.

36Au delà de la combinaison la plus présente par cépage, des différences existent quant au pourcentage des classes des différents paramètres naturels. Ainsi le Pinot meunier est le seul cépage pour lequel, sur l'ensemble du vignoble, la classe des mauvaises expositions est majoritaire, alors que pour le Chardonnay et le Pinot noir la classe majoritaire est celle des expositions optimales. Ces résultats sont cohérents avec le fait que le Pinot meunier est un cépage dont la maturité est plus rapide. Pour les pentes, là encore le Pinot meunier se distingue, par quelques valeurs supérieures à 15 %. Le Pinot meunier est donc privilégié par rapport aux autres cépages sur les fortes pentes. Pour les processus géomorphologiques, le Pinot noir est plus présent là où se produisent des glissements de terrain. De même, pour la lithologie, le Pinot noir se démarque avec des pourcentages de présence sur la classe 15 deux fois plus élevés que pour le Pinot meunier et le Chardonnay.

37En Champagne, dans les secteurs où la classe lithologique 15 est dominante, comme pour la vallée de la Marne, le Pinot meunier est le cépage privilégié. Au contraire, dans la Côte des Blancs, dominée par la craie (classe 13), c'est le Chardonnay qui est omniprésent (Crédit Agricole, 2006). Or, sur Sézanne (Tab. III), le Chardonnay est aussi planté sur la classe lithologique 15, au détriment du Pinot meunier et du Pinot noir, qui se maintiennent malgré tout sur des terrains spécifiques par la lithologie et les processus géomorphologiques. Cette extension du Chardonnay sur des parcelles historiquement dédiées à d'autres cépages est en contradiction avec les logiques de plantation du reste de la Champagne, selon lesquelles la classe lithologique 15 est peu propice au Chardonnay. Néanmoins ces nouvelles plantations ne se font ni sur les secteurs où la pente est la plus faible, puisque seuls quatre pixels de Chardonnay combinant la classe lithologique 15 et des pentes inférieures à 5 % sont présents pour l'ensemble du vignoble, ni sur des pentes fortes, avec seulement douze pixels pour des pentes supérieures à 15 %, ni sur de nouvelles expositions, puisqu'il n'existe pour ce paramètre que les classes 1 et 2, réparties de manière homogène entre les classes lithologiques 13 et 15.

IV - Conclusion

38Cette étude a permis de tester la méthode sur une commune dont les surfaces viticoles ont varié au cours du temps et dont le classement qualitatif est faible. En effet, jusqu'à présent, cette méthode intégrant les paramètres physiques et l'évolution historique du vignoble, tant par ses surfaces que par sa qualité, n'avait été appliquée que pour des communes dont les superficies avaient peu varié et dont la qualité avait toujours était reconnue comme bonne (C. PHILBICHE, 2012).

39Les résultats obtenus pour le vignoble de Sézanne montrent que les logiques d'implantation du vignoble au regard des paramètres physiques évoluent peu dans le temps, même si la reconnaissance et les surfaces varient. Le vignoble de coteau était déjà privilégié avant le phylloxéra, comme l'atteste la carte de TRUDAINE. Peu de vignes sont plantées dans la plaine, contrairement à ce qui peut être observé dans des vignobles plus méridionaux, comme en Bourgogne (A. COMBAUD, 2008).

40Concernant les cépages, le Chardonnay est actuellement planté dans ce secteur sur des lithologies plus propices au Pinot meunier. Même si sa qualité est encore ici considérée comme moyenne, les prix d'achat du kilogramme de raisin restant inférieurs de 0,30 à 0,40 € par rapport aux communes les plus appréciées, sa cote augmente depuis 1911 au détriment des cépages noirs. Le Pinot meunier étant ainsi déprécié, les vignerons préfèrent planter un cépage plus vendeur, même si cela se fait en opposition aux relations optimales entre les cépages et les paramètres physiques.

41Cet essai méthodologique met donc en lumière la combinaison de deux cohérences, l'une "naturelle" et l'autre "socio-économique". La démarche permet, d'une part, de comprendre les logiques d'implantation du vignoble actuel et, d'autre part, d'appréhender les limites naturelles à ne pas dépasser, afin d'aider les vignerons lors de nouvelles plantations.

Remerciements : L'utilisation des données de l'IGN (BD alti / BD ortho) a été permise grâce aux licences enseignement et recherche signées avec l'IGN par l'Institut Polytechnique LaSalle Beauvais et par l'Université de Reims Champagne-Ardenne.

Haut de page

Bibliographie

BACQUENOIS A. (2009) - Les terroirs viticoles et l'encépagement : facteurs de définitions et de délimitations. Mémoire de Master II : "Dynamique et développement des milieux naturels anthropisés, Université de Reims Champagne-Ardenne, 213 p.

BADIN M. et QUANTIN M. (1847) - Géographie départementale, classique et administratif de la France. Département de la Marne. Édit. DUBOCHET, LE CHEVALIER et Cie, Paris, 390 p.

BALLIF J.L. (1999) - Ruissellement et érosion en Champagne sur sols de vignes et de cultures, Observations, mesures, prévisions et remèdes. Édit. JOHANET, Paris, 158 p.

BAYE J. de (1875) - Sézanne, d'après les historiens du XVIIème et du XVIIIème siècle. Courrier de Sézanne, 22 p.

BERNARD R. (1981) - Le régime des plantations. La Champagne Viticole, août, p. 12-13.

BOIDRON B. et GLATRE E. (2006) - La Champagne et ses vins. Édit. FÉRET, Bordeaux, 844 p.

BONAL F. (1984) - Le livre d'or du Champagne. Édit. du Grand Pont, Lausanne, 512 p.

CERDAN O., LE BISSONNAIS Y., SOUCHÈRE V., KING C., ANTONI V., SURDYK N., DUBUS I., ARROUAYS D. et DESPRATS J.F. (2006) - Guide méthodologique pour un zonage départemental de l'érosion des sols. Synthèse et recommandations générales. Rapport BRGM/RP-55104-FR, Orléans, 85 pages

CHAPPAZ G. (1951) - Le vignoble et le vin de Champagne. Institut National des Appellations d'Origine des Vins et Eaux-de-vie, Édit. Louis LARMAT, Paris, XVI + 413 p, 32 planches et une carte HT.

COMBAUD A. (2008) - Terroirs viticoles de la Côte d'Or. Caractérisation physique et historique par un système d'information géographique. Thèse de l'université de Bourgogne, Dijon, 318 p.

COMBAUD A. et CORNUET J. (2011) - Vignobles de Rivière et de Montagne : les données historiques et naturelles jusqu'au XXème siècle. Les Cahiers de la Villa Bissinger, n °2, p. 13­32.

COMBAUD A., CORNUET J., PARGNY D. et MARRE A. (2011) - Évolution des paysages viticoles champenois : corrélation entre les paramètres historiques, humains et naturels dans le secteur de la Montagne de Reims. In : Le Paysage d'aujourd'hui à hier, d'hier à aujourd'hui, sous la direction de J.R. TROCHET, Édit. CTHS, p. 71-84.

CORNUET J. (2010) - Caractérisation physique et historique des fluctuations internes des vignobles de dix petites régions viticoles de Champagne. Mémoire de Master II : "Dynamique et développement des milieux naturels anthropisés", Université de Reims Champagne-Ardenne, 100 p.

Crédit Agricole (2006) - Statistiques viticoles de Champagne. URL : http://www.espacechampagne.com/.

DEVROEY J.P. (1989) - L'éclair d'un bonheur. Édit. La Manufacture, 210 p.

DOLEDEC A.F. (1995) - Recherche des composantes principales des terroirs viticoles afin d'élaborer un outil d'aide à la gestion au moyen d'observatoires et de traitements statistiques de données spatialisées. Application au vignoble champenois. Thèse de l'Institut National Agronomique de Paris-Grignon, 218 p.

GALET P. (2000) - Précis de viticulture. Édit. Pierre GALET, 7ème édition, Montpellier, 602 p.

GOGUEL J. (1965) - Carte géologique de la France à 1/50000. Feuille Sézanne, n° XXVII-15. Édit. BRGM, Orléans, avec notice, 8 p.

GUÉRÉMY P. (1987) - Principe de cartographie des risques inhérents à la dynamique des versants. Travaux de l'Institut de Géographie de Reims, n° 69-72, p. 5-41.

GUÉRÉMY P. et MARRE A. (1991) - Les mouvements de terrain dans le vignoble champenois. La Champagne Viticole, numéro spécial "Environnement et aménagement du vignoble", Épernay, p. 8-16.

IGN (1999) - Carte de Cassini n°45 – Meaux. Édit. IGN, Paris, CDRom.

INSEE (1957) - Structure et population du vignoble champenois. Direction régionale de Reims, 98 p.

LARCHER M. (1697) - Mémoires de Michel Larcher. In : L'intendance de Champagne à la fin du XVIIème siècle. Édition critique des mémoires pour l'instruction du duc de Bourgogne, par J.P. BRANCOURT, 1983, Édit. CTHS, Paris, 506 p.

LAURAIN M. et MARRE A. (1995) - Les mouvements de terrain sur la commune de Sézanne. Rapport du Groupe de recherche sur l'érosion de Champagne-Ardenne (GRECA) destiné au Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC), 9 p.

LARMAT L. (1944) - Atlas de la France vinicole. Fascicule IV, Les vins de Champagne. Édit. Louis LARMAT, Paris, 30 p.

LAVILLE P. et RAMBAUD D., avec la collaboration de HATRIVAL J.N., MORFAUX P. et PINTE J.C. (1993) - Cartes des aléas de glissement de terrain. Rapport destiné au Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC). Rapport BRGM/RR-36789 CHA 4S 93, Reims, 55 p.

MARNE A.D. (1788) - Élection de Sézanne, mémoire sur le commerce, 3 août 1788. Archives Départementales de Châlons-en-Champagne, cote C 2663.

MARRE A. (2004) - Existe-t-il des terroirs viticoles en Champagne ? Revue géographique de l'Est, vol. XLIV, n° 1-2, p. 17-30.

MARRE A., COMBAUD A., CHALUMEAU L. et PHILBICHE C. (2012) - Le concept de terroir en Champagne : un outil adaptable à toutes les échelles. Actes du "IXème Congrès des terroirs vitivicoles", p. 51-54.

MARRE A., LAURAIN M. et GUÉRÉMY P. (1997) - Étude des relations spatiales et temporelles entre les formations superficielles et les mouvements de terrain sur la Côte de l'Île de France. Un moyen de préparer les cartes d'aléas, Géologie de la France, n° 2, p. 39-49.

PHILBICHE C. (2012) - Impact de la géomorphologie sur le vignoble champenois. Évolution du vignoble, relation avec l'impact de la guerre de 14-18 et la dynamique de versant. Mémoire de Master II : "Dynamique et développement des milieux naturels anthropisés", Université de Reims Champagne-Ardenne, 85 p.

POINSIGNON M. (1877) - Atlas de géographie physique, administrative, historique et archéologique des trente-deux cantons de la Marne. Édit. BARBAT, Châlon-sur-Marne, 31 cartes in-folio.

SERVANT H. (2010) - Les atlas de Trudaine. Archives nationales, fiche de recherchen° 28, 3 p.

STROPPA L. (2009) - Définitions et caractérisations des terroirs viticoles en Champagne par les cépages. Approche à l'échelle communale. Le cas de Sézanne. Mémoire de Master II : "Dynamique et développement des milieux naturels anthropisés", Université de Reims Champagne-Ardenne, 157 p.

TRUDAINE C.D. (1745-1780) - Atlas de Trudaine pour la généralité de Châlons. In : Route de Sézanne à Mery dessinée en cinq cartes. Portion de route d'un peu en deçà de Sézanne à Chichey, URL : http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/atlasdetrudaine.htm.

VAUDOUR E. (2003) - Les terroirs viticoles, Définitions, caractérisation et protection. Édit. DUNOD, collection La Vigne, 294 p.

VAUDOUR E., MORLAT R., VAN LEEWEN C. et DOLÉDEC A.F. (2005) - Terroirs viticoles et sols. In : Sols et environnement, M.C. GIRARD, C. WALTER, J.C. RÉMY, J. BERTHELIN et J.L. MOREL, Édit. DUNOD, p. 105-126.

VERNHET Y. (2007) - Carte géologique harmonisée du département de la Marne. Rapport BRGM RP-55732-FR, Reims, 115 p.

Haut de page

Titre Figure 1- Localisation de la commune de Sézanne au sein du vignoble champenois.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 2 - Le vignoble de Sézanne au sein de sa Petite Région Viticole.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 3 - Modèle des traitements sous ArcGIS des paramètres physiques.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 4 - Caractérisation physique du vignoble de Sézanne.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Tableau I - Combinaisons des paramètres physiques les plus fréquentes selon les secteurs viticoles.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 5 - Comparaison historique des extensions du vignoble de Sézanne (a) et évolution surfacique du vignoble au XXème siècle (b).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 6 - Répartition des implantations viticoles selon les paramètres physiques : processus géomorphologiques (a), lithologie (b), exposition (c) et pente (d).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau II - Évolution de l'échelle des crus et du prix du raisin de la commune de Sézanne.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 7 - Encépagement de la commune de Sézanne (L. STROPPA, 2009).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Tableau III - Combinaisons des paramètres physiques les plus fréquentes selon les cépages et les secteurs viticoles.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/2758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Combaud, Alain Marre et Lionel Stroppa, « Caractérisation physique et évolution historique d'un terroir viticole champenois : le cas de la commune de Sézanne (Marne – France) », Physio-Géo [En ligne], Volume 6 |  2012, mis en ligne le 26 février 2012, Consulté le 17 avril 2014. URL : http://physio-geo.revues.org/2758 ; DOI : 10.4000/physio-geo.2758

Haut de page

Auteurs

Anne Combaud

EA PICAR-T Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, 19 rue Pierre Waguet, BP 30313, 60026 BEAUVAIS.
Courriel : anne.combaud@lasalle-beauvais.fr

Articles du même auteur

Alain Marre

EA 3795 GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, Département de Géographie, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 REIMS.
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Lionel Stroppa

EA 3795 GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, Département de Géographie, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 REIMS.
Courriel : lionel.stroppa@hotmail.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page