Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sources et sites des eaux karstiques, Jean NICOD, 2012

Méditerranée hors-série, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 277 p.
Claude Martin et Alain Marre
p. 15-17
Référence(s) :

Sources et sites des eaux karstiques, 2012 (Méditerranée hors série, Presses Universitaires de Provence, http://gsite.univ-provence.fr/document.php?pagendx=41, 277 p.)

Texte intégral

1Jean NICOD, un maître incontesté de la karstologie, publie ici "dans [s]es vieux jours […] le fruit de nombreuses années d'étude sur les sources karstiques et d'enquêtes sur la géographie de leurs sites". Le choix du sujet répond à la volonté de mettre en avant les interrelations entre le milieu naturel et les activités humaines, démarche qui "devrait être une des préoccupations majeures des géographes" et dont d'autres disciplines s'emparent aujourd'hui. À cet objectif s'ajoute le souci de préserver de l'oubli des informations dispersées dans des publications ou des rapports dont la conservation n'est pas assurée. Sur ce plan, Jean NICOD rappelle avec justesse le respect que l'on doit aux anciens travaux et regrette avec raison que les bibliographies actuelles ne remontent que rarement au delà de quelques années. Pour autant, Jean NICOD n'est pas un scientifique du passé et il intègre à sa réflexion les résultats les plus récents, montrant que la recherche est un continuum.

2Dans cet ouvrage de 277 pages, très dense, Jean NICOD compile un nombre considérable d'observations accumulées au fil de temps, à travers des recherches personnelles ou des visites faites sur les terrains d'étude d'élèves et de collègues, souvent étrangers. Le propos est donc extrêmement riche : il foisonne d'exemples, présentés de manière synthétique certes, mais avec toute la précision que permet un sens aigu des formes et des fonctionnements karstiques. Ainsi l'auteur nous entraîne avec lui sur une multitude de sites passionnants, non seulement en France (Provence, Languedoc, Quercy, Jura, Lorraine…), mais sur tout le pourtour méditerranéen (Maghreb, Espagne, Italie, Pays Dinariques, Grèce, Turquie, Liban, Syrie…) et dans d'autres pays encore (Pologne, Allemagne, Autriche, Hongrie, Suisse, Roumanie…).

3Les dix-huit chapitres de l'ouvrage sont organisés en quatre parties :

4- La première, forte de sept chapitres (de la page 7 à la page 104) est consacrée à "des sources karstiques dans leur contexte géographique en Europe moyenne et dans le domaine méditerranéen" où l'auteur, après avoir fourni quelques clés de compréhension, nous donne à mieux connaître ou à découvrir des sources, vauclusiennes ou artésiennes, célèbres (comme celles de la Loue et de Fontaine-de-Vaucluse, pour ne citer que des exemples français) ou moins connues (Fontaine l'Évêque, les sources de la Sainte-Baume…). Appuyé sur des schémas morpho-structuraux et des coupes hydrogéologiques, l'examen des sites permet de comprendre leur formation et le fonctionnement des systèmes karstiques. Dans quelques cas, lorsque l'information était accessible, l'étude géomorphologique est complétée par des données climatiques, hydrologiques ou hydrochimiques. Le chapitre 6 aborde les problèmes de l'utilisation des eaux en milieu semi-aride (Liban, Syrie, Maghreb) : salinisation des eaux karstiques, surexploitation des aquifères, assèchement des eaux de surface du fait de prélèvements excessifs. Dans cette première partie, les sources sous-marines ne sont pas oubliées. Le chapitre 7 décrit les phénomènes particuliers d'interface qui caractérisent ces sources au contact des eaux salées et présente quelques exemples : Port-Miou (Provence), Font Estramar (Corbières), Argostoli (île de Céphalonie en Grèce)...

5- La deuxième partie regroupe six chapitres (de la page 105 à la page 159) traite des "lacs karstiques en Europe moyenne et dans le domaine alpin et méditerranéen". Le chapitre 8 définit une typologie des lacs en fonction de l'origine de la cuvette ou des conditions de fonctionnement hydrologique, avant de présenter quelques exemples en illustration : dolines lacs de la serrania de Cuenca ; lacs de cuvette glacio-karstique, comme ceux du massif de l'Oserot-Tête de Moïse ou le Lago Grande di Fosses dans les Dolomites ; lacs du Jura à écoulement. Les chapitres suivants font passer successivement des lacs karstiques des pays dinariques, à ceux de poljiés tectono-karstiques de Grèce (sans oublier les aménagements apportés à ces formes depuis l'Antiquité), aux lacs de Pisidie dans le Taurus occidental (Turquie), aux lacs du gypse et des évaporites associées (que J. NICOD a beaucoup étudié en Provence, dont il rappelle ici, entre autres exemples, le cas du lac de Besse), aux dayas du Moyen Atlas au Maroc (avec des considérations sur le fonctionnement de l'oued Sebou).

6- La troisième partie ne comporte que trois chapitres (de la page 161 à la page 204), mais sur un sujet des plus intéressants : "captages antiques, captages et barrages modernes". Le chapitre 14 fait une large part aux aqueducs romains, essentiellement ceux de Carthage, Fréjus, Aix-en-Provence, Rome, Metz et Besançon. Mais il évoque aussi l'utilisation ultérieure de certains captages romains et le nécessaire renforcement des ressources en eau, à travers les cas de Rome et de Besançon, sans oublier les problèmes de pollution. Le chapitre suivant, sans omettre de faire le lien entre l'Antiquité et l'époque actuelle, traite des "captages et adductions modernes, et [de] leurs problèmes". Aspects techniques et cas spécifiques (Beyrouth, Cahors, Trieste) précèdent un exposé, illustré de nouveaux exemples, sur les dysfonctionnements, les pollutions et les problèmes de protection des sources karstiques. Enfin, le chapitre 16, sur les "barrages réservoirs en site karstique", dresse un inventaire des difficultés qui se posent pour la réalisation des barrages et des retenues en domaine karstique : problèmes d'étanchéité que des injections peuvent au mieux limiter (barrages de Sainte-Croix-sur-Verdon, barrage de Peruća en Croatie, lacs artificiels créés dans des poljiés en Croatie et au Monténégro…), risque de réactivation des circulations d'eau dans les paléokarsts lors de précipitations exceptionnelles (rupture du barrage de Tous, en Espagne, en 1982), instabilité du barrage en rapport avec la faible résistance mécanique des roches ou avec la formation de dolines d'effondrement dans la cuvette (réservoir du May en Turquie…), etc. Dans ce contexte, le barrage du Mornos (Grèce) fait figure de réussite exceptionnelle, même s'il a nécessité l'imperméabilisation d'une zone de lapié et la mise en protection du tunnel de l'aqueduc partant vers Athènes, du fait de l'arrivée d'eaux d'infiltration à travers une zone broyée.

7- La dernière partie, sur "les sites de travertins", ne présente que deux chapitres, mais elle n'est pas la plus courte (puisqu'elle va de la page 205 à la page 247), ni la moins attrayante. Le chapitre 17, "la formation des tufs et les sites de travertins de Provence", s'appuie sur les travaux menés par J. NICOD lui-même et par l'ensemble de l'ancienne équipe CNRS d'Aix-en-Provence (J. VAUDOUR, J.L. GUENDON, F. MAGNIN…), travaux qui ont été prolongés au cours des dernières années. Le dernier chapitre conduit le lecteur sur "quelques grands sites de travertins principalement en Europe et au Maroc : leur occupation historique et le troglodytisme". Si le site célèbre de Plitvice est simplement cité, c'est que la part belle est faite aux sites d'une grande importance archéologique et historique : Tivoli, Saint-Guilhem-le-Désert, Priego de Cordoba, Fès, Pamukkale (ancienne Hiérapolis, en Turquie, aux travertins hydrothermaux…). Le chapitre se termine par un tableau dans lequel sont recensés et caractérisés pas moins de 68 sites.

8L'ouvrage est complété, hors texte, par 8 planches de photographies en couleur (51 photos au total) et 3 cartes également en couleur (Hydrogéomorphologie du massif de la Sainte-Baume ; Sites, sources karstiques, cascades, tufs et travertins du Var ; Sources et barrages de travertins du bassin supérieur de l'Argens ; Les karsts autour de la Méditerranée).

9Tout au long de ces pages, Jean NICOD utilise à plein sa capacité à faire partager ses très vastes connaissances et sa passion pour la karstologie. Comme toujours aussi, il manifeste la plus grande considération pour les auteurs auxquels il fait des emprunts, avec le souci de les mettre légitimement en valeur sans se mettre lui-même en avant. Aussi, à l'issue de ce très large tour d'horizon en Europe, au Maghreb et au Moyen-Orient, le lecteur se sent-il enrichi, non seulement sur le plan scientifique, mais aussi sur le plan humain, imprégné de la sincérité des relations nouées par l'auteur avec tant de collègues, dont beaucoup aujourd'hui disparus. En ce sens, ce livre est non seulement un document scientifique d'un intérêt remarquable, mais aussi un témoignage émouvant sur les recherches menées sur les sources et sites des eaux karstiques au cours des cinquante dernières années.

10In fine, nous devons féliciter Claudine DURBIANO, Christophe MORHANGE et les collègues d'Aix-en-Provence qui ont permis la publication de cet ouvrage. Il s'agit là d'un hommage que Jean-NICOD, par la place qu'il a tenue dans l'UFR de Géographie d'Aix-en-Provence et par le rayonnement qu'il lui a apporté, méritait depuis longtemps. Mais nous devons surtout remercier Jean NICOD dont le dynamisme et l'intelligence ne cessent de nous émerveiller.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Martin et Alain Marre, « Sources et sites des eaux karstiques, Jean NICOD, 2012 », Physio-Géo [En ligne], Volume 6 |  2012, mis en ligne le 26 février 2012, Consulté le 20 décembre 2014. URL : http://physio-geo.revues.org/2775

Haut de page

Auteurs

Claude Martin

Honoraire CNRS.
Courriel : claude.martin0156@orange.fr

Articles du même auteur

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims - Champagne-Ardenne.
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page