Navigation – Plan du site
Articles

Les paysages végétaux du djebel Mégriss (Tell septentrional, Algérie) : diversité des écosystèmes, richesse floristique, ampleur de l'anthropisation

Nacira Boulaacheb
p. 183-210

Résumés

Entre la Petite Kabylie, au nord, le Hodna, au sud, et les Aurès, au sud-est, s'étendent les Hautes Plaines sétifiennes, terroir céréalier réputé. Dans ces vastes plaines semi-arides, plusieurs massifs montagneux sont isolés. Le djebel Mégriss est l'un des massifs les plus importants de la partie nord de ces Hautes Plaines. Il joue le rôle d'une barrière géographique, en diminuant les influences du sud sur les massifs avoisinants, notamment les monts du Djurdjura et des Babors. Il peut aussi être à l'origine de phénomènes d'isolement biologique, qui ont conduit au maintien d'espèces relictuelles dans des biotopes très localisés, comme des mares temporaires.
Il se caractérise par une grande diversité de milieux terrestres et aquatiques. Les milieux terrestres sont représentés, sur le plateau et ses talus, par des pelouses et des matorrals bas. Les milieux humides se composent de mares temporaires de superficie variable, de sources, de ruisseaux temporaires, de prairies inondées en hiver et de marécages à graminoïdes. Cette variété des milieux a joué un grand rôle dans la diversité de la flore où 500 espèces végétales (Phanérogames et Cryptogames vasculaires) et 22 sous-espèces ont été recensées appartenant à 276 genres et 72 familles.
Parmi les espèces végétales vasculaires recensées, 40 % sont d'origine méditerranéenne, 24 % sont d'origine nordique, 19 % sont des espèces de transition entre l'élément méditerranéen et les autres éléments chorologiques, 10 % sont des endémiques, 5 % sont des cosmopolites et 2 % sont d'origine tropicale.
Deux des particularités de la flore du massif sont, d'une part, sa richesse en orchidées, en particulier en Dactylorhiza, genre eurasiatique, monophylétique, présent principalement dans les zones boréales et tempérées du globe, et, d'autre part, la présence de nombreuses espèces rares appartenant à d'autres secteurs que le Constantinois auquel appartient le djebel Mégriss (Butomus umbellatus, Myosorus minimus, Brunella laciniata, etc.).
Le site est menacé par de multiples formes d'anthropisation : surpâturage, captation d'eau, propagation d'espèces envahissantes, cueillette, pollution.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les travaux portant sur la végétation du djebel Mégriss depuis une quinzaine d'années, principalement par N. KHELOUFI-SOUICI (1995) et N. BOULAACHEB (2000, 2009) ont permis de rassembler les connaissances nécessaires pour aborder une étude des paysages végétaux selon la méthode phytosociologique.

2La distribution des biotopes est contrôlée par les conditions climatiques, la lithologie et la topographie des bassins versants. Le djebel Mégriss, soumis à un pâturage intensif, présente des paysages ouverts occupés respectivement par des matorrals bas, des pelouses et des prairies (N. BOULAACHEB et al., 2005). La pratique de ce pâturage libre et non contrôlé a induit des modifications floristiques (extension des plantes délaissées du bétail telles que : Astragalus, Eryngium, Scolymus, Carduus, Carthamus, Carlina, Juncus, Cyperus, Calicotome, etc.) qui se traduisent par une évolution de la végétation vers des ermes (formations dominées par l'asphodèle), des matorrals à diss et calicotome et/ou des formations à base de juncacées ou de cypéracées.

3 La présence de nombreux points d'eau témoigne d'une grande spécificité écologique (mares plus ou moins en eau, prairies marécageuses, ruisseaux et sources) qui favorise l'installation des espèces qui préfèrent l'humidité et craignent la chaleur, en particulier celles du genre Dactylorhiza (N. BOULAACHEB et al., 2010).

4L'objectif de cet article est de montrer le rôle de l'hétérogénéité du paysage (une hétérogénéité résultant de la diversité du relief, escarpé et fortement disséqué, et des actions des hommes) dans la diversité de la flore et de la végétation, d'autant plus que le site du djebel Mégriss est un refuge pour de nombreuses espèces rares et menacées.

5Les données et les observations présentées dans ce travail ont été collectées sur une période de 17 ans (1995-2012).

II - Le terrain, la méthode

1 ) Le djebel Mégriss : présentation physique

6Le djebel Mégriss est le massif le plus méridional de l'Atlas tellien, lequel présente une structure charriée complexe. Culminant à 1737 m d'altitude, au-dessus des Hautes Plaines sétifiennes situées plus au sud (Fig. 1), il est formé d'un plateau bordé par des versants en forte pente (> 15 %) qui dominent un relief de collines (voir Photo 4). Les retombées du massif sont entrecoupées de replats associés à des ressauts pouvant aller à des escarpements.

Figure 1 - Carte de localisation du djebel Mégriss.

Figure 1 - Carte de localisation du djebel Mégriss.

Schéma inspiré de M. KEBICHE et al. (2001).

7Le plateau sommital correspond à un lambeau de la nappe numidienne, qui est constituée de grès oligocènes reposant sur une semelle d'argiles dites "sous-numidiennes". Cette nappe subsiste aujourd'hui sous forme de lambeaux discontinus qui se trouvent en position dominante. Elle repose sur la nappe tellienne, essentiellement marneuse, constituée de roches allant du Sénonien au Lutétien.

8Au pied des corniches, naissent quelques éboulis constitués de blocs gréseux et surtout de longues coulées qui descendent vers le fond des vallons. Elles sont constituées par un matériel argilo-sableux qui emballe des blocs de grès. Bien que nées pendant les dernières périodes pluvieuses du Quaternaire, ces coulées peuvent encore être actives de nos jours, lors des années fortement arrosées (J.M. VILA et R. GONNARD, 1977 ; J.M. VILA et al., 1977 ; J.M. VILA, 1980).

9Les sols sont de deux types : vertisols et sols lessivés (R. LAHMAR et al., 1993). Les vertisols, développés sur les matériaux argileux des piémonts du djebel, ne sont pas ou très peu carbonatés. Les sols lessivés s'étalent largement sur le plateau gréseux sommital.

10Les précipitations annuelles moyennes au poste météorologique d'El Gasaâ, au sommet du djebel Mégriss, à 1737 m d'altitude, atteignent 503 mm sur une période de 20 ans, de 1986 à 2005. Les cartes pluviométriques de l'Algérie dressées par M. CHAUMONT et C. PAQUIN (1971) et par l'ANRH (1993) attribuaient à ce poste une pluviosité annuelle moyenne supérieure à 600 mm. Mais les dernières décennies ont été marquées au Maghreb, et notamment en Algérie, par des précipitations déficientes (M. MEDDI et al., 2009).

11La répartition de ces pluies au cours de l'année est très contrastée. Le mois le plus pluvieux est décembre (68,7 mm) et le moins arrosé juillet (6,9 mm) (Fig. 2).

Figure 2 - Précipitations mensuelles moyennes à El Gasaâ sur la période janvier 1986 - décembre 2005.

Figure 2 - Précipitations mensuelles moyennes à El Gasaâ sur la période janvier 1986 - décembre 2005.

12Une fraction de ces précipitations tombe sous forme de neige. Les premières chutes de neige s'observent vers la fin octobre, puis le manteau nival s'installe définitivement en décembre. Le sol en est couvert pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, mais la durée moyenne annuelle de ce manteau nival est de 35,5 jours. La couche nivale peut atteindre, par endroits, plus d'un mètre d'épaisseur. La neige se maintient souvent jusqu'au milieu du printemps (avril). À cette période de l'année, l'élévation de la température et le réchauffement du sol entraînent sa fonte, mais elle peut persister localement jusqu'au mois de mai. Le vent, en redistribuant une partie de la neige tombée, contribue au maintien de la couche nivale pendant une longue période, surtout sur le rebord du plateau et dans les vallons abrités. En juin 2004, nous avons noté la présence de neige sur le flanc sud du sommet du djebel Mégriss, à 1700 m d'altitude. Lorsque l'enneigement est important, des accumulations localisées de neige peuvent provoquer des glissements de terrain, comme celui que nous avons observé en mai 2005 sur le flanc nord, en exposition est.

13Le brouillard est un facteur climatique important : il apporte un supplément d'humidité à la végétation. L'Office National Météorologique de Sétif enregistre à Mégriss 91,5 jours de brouillard par an en moyenne. Le maximum de brouillard survient en hiver (37,2 jours) et le minimum en été (3,4 jours). Le brouillard peut durer des heures, voire des jours. Il est très dense, au point de rendre la visibilité nulle. La répartition des jours de brouillard sur trois saisons (hiver, automne et printemps) est importante ; elle peut soutenir le régime hydrique du site et contribuer ainsi au bon développement des végétaux. La présence de brouillards en été atténue la sécheresse.

14La température moyenne annuelle est de 10 °C. Août est le mois le plus chaud (26,4 °C en moyenne), janvier le mois le plus froid (- 0,6 °C en moyenne). L'amplitude thermique, d'une valeur de 27 °C, situe le djebel Mégriss dans le climat semi continental. Le gel se produit en moyenne 44 jours sur l'ensemble du massif : 32 jours en hiver et 10 jours au printemps. Les mois de mars et d'avril enregistrent le plus de jours de gel (9 jours chacun). Au cours de ces mois, les températures moyennes sont faibles (4,3°C en mars et 6,1°C en avril).

15L'humidité annuelle moyenne est de 68 %. Le taux le plus élevé d'humidité est enregistré en hiver (83,9 %). Les chiffres de l'automne (69,9 %) et du printemps (70 %) sont proches. Un pourcentage non négligeable d'humidité est observé en été (48,3 %). Cette hygrométrie élevée au cours de ces trois saisons favorise l'installation d'espèces végétales mésophiles et mésohygrophiles. Certaines fleurissent en été ; c'est le cas de Nepeta multibracteata, Bupleurum montanum, Origanum glandulosum, Verbena officinalis, Parentucellia viscosa, Phlomis crinita, etc. Cette floraison estivale est peut être due au taux d'humidité enregistré en été et à l'action combinée des autres facteurs climatiques (brouillard, orages estivaux).

16Les vents dominants en hiver sont de nord-ouest. Le vent agit sur la répartition de la végétation. En hiver, il chasse la neige des versants, l'accumule dans les ravins et dans les grandes fissures des rochers. Il déplace le brouillard d'un endroit à un autre. Il est aussi un important agent de pollinisation. En effet, il facilite le déplacement des grains de pollen de nombreuses espèces anémophiles, telles que le chêne vert et le ciste blanc. Il participe ainsi à la diversité du cortège floristique du djebel Mégriss. En été, dans un air sec et chaud, le vent transporte de la poussière. C'est un facteur qui peut également contribuer à la pollution du site, en transportant les résidus laissés par les nombreux visiteurs : c'est ainsi, par exemple, que des sachets en plastique sont disséminés dans les mares temporaires, dans les matorrals à chêne vert et dans ceux à calicotome et diss.

2 ) L'exploitation du massif

17La population pratique un élevage extensif (bovins, ovins, caprins et équidés) et des cultures (céréales et pomme de terre aux bas et moyens versants du massif). De nombreuses mechtas sont disséminées sur le site. Elles se composent de une à plusieurs familles. Selon l'avis des éleveurs, chaque famille possède près de 500 têtes, mais l'importance réelle du cheptel vivant sur le djebel Mégriss est difficile à évaluer de manière précise, car les éleveurs cachent le nombre d'animaux qu'ils possèdent.

18Les troupeaux paissent pratiquement toute l'année, sauf pendant la période d'enneigement. Les prairies sont très utilisées, surtout en été, lorsque toute autre source de nourriture pour le bétail est épuisée. En dehors de la saison estivale, le bétail s'appuie sur les ressources pastorales des pelouses et des matorrals.

19Les espèces végétales les plus appréciées par les troupeaux sont principalement des poacées et des fabacées. D'autres espèces, appartenant à diverses familles, sont consommées. Les Filago sont broutées par les moutons, Cichorium inthybus fournit un fourrage qui convient aux moutons et aux vaches laitières, les rosacées, quoique rares sur le site d'étude, sont broutées par les chèvres et les moutons, Torilis nodosa est recherchée principalement par les chevaux, les Apium surtout par les moutons et les chèvres, Convolvulus arvensis par les chevaux et les vaches et Quercus ilex et Ulmus campestris par tout le troupeau.

20La présence des juncacées et des cypéracées est marquante. Les joncs, les souchets, les laîches sont de mauvaises plantes fourragères, coriaces et fibreuses, que le troupeau ne consomme que mélangées à d'autres herbes, ou lorsqu'il est poussé par la faim. Les laîches, essentiellement Carex divisa et Carex distans, sont broutées par les bovins. Les scirpes sont des plantes sans grande valeur alimentaire, cependant le troupeau consomme les petites espèces (Scirpus setaceus, Scirpus palustris) et broute les grandes lorsqu'elles ne sont pas trop développées (Scirpus holoschoenus).

21Les sources, nombreuses, mais à faible débit, sont utilisées soit par les habitants qui captent leur eau, soit par le bétail.

22Au printemps, au début du mois de mai, les mares sont appréciées pour leur eau et leur herbe. En été, les mares asséchées ou à faible lame d'eau offrent un fourrage disponible, quand les végétaux herbacés ou ligneux des autres parcours (prairies, pelouses, matorrals) deviennent secs et difficilement consommables. La répartition des mares temporaires sur tous les sites du djebel Mégriss et leur bonne distribution le long des chemins parcourus quotidiennement par le bétail livré à lui-même (chevaux, vaches) ou conduit par le berger (moutons, chèvres) facilitent le déplacement des animaux d'un endroit à un autre, pendant de longues heures au cours de la journée. L'herbe dense des mares asséchées est fauchée, puis stockée pour l'hiver comme réserve fourragère pour le cheptel, ou bien utilisée pour couvrir les toits des maisons pendant l'été (Sparganium erectum).

23Les rochers constituent des reposoirs pour le bétail pendant la période de grande chaleur, ce que prouve la présence des fèces d'animaux.

24Les cultures céréalières se limitent aux bas et moyens versants du massif. Depuis quelques années, la population s'est tournée vers la culture de la pomme de terre, ce qui nécessite la captation des eaux des mares (création de chenaux) et des sources (enfouissement des tuyaux) pour l'irrigation.

25Les interventions des forestiers dans certains milieux peuvent avoir un impact sur la flore et la végétation. En effet, la réalisation des fosses dans des milieux non appropriés au reboisement (prairies marécageuses) et leur abandon peuvent entraîner la disparition des espèces sensibles telles les orchidées (Serapias, Dactylorhiza) (Photo 1). Les travaux de reboisement, pour ne pas avoir été préparés ni suivis techniquement, ont été souvent délaissés par les forestiers. Les reboisements anciens, datant de 20 ans, ont été effectués dans les pelouses et les prairies avec du cèdre de l'Atlas. Récemment (2011), des reboisements d'eucalyptus ont été tentés dans les mêmes milieux. Ils ont complètement échoué.

Photo 1 - Exemple d'intervention inappropriée des forestiers au niveau des prairies à Serapias lingua. [cliché : N. BOULAACHEB, 2011]

Photo 1 - Exemple d'intervention inappropriée des forestiers au niveau des prairies à Serapias lingua. [cliché : N. BOULAACHEB, 2011]

26Ajoutons la pollution qui s'intensifie d'une année à l'autre, à cause du nombre élevé des visiteurs (nombre correspondant à trois à cinq familles par jour, composées en moyenne de cinq membres chacune) venant principalement de la ville de Sétif et des régions avoisinantes. Ils fuient la ville à la recherche de la sérénité morale et physique que leur offre la nature (les visites s'étalent sur toutes les saisons et augmentent au printemps à cause de la verdure et de la fraicheur).

27Toutes ces actions combinées peuvent entraîner la modification de ces milieux (piétinement, tassement du sol, etc.). Actuellement, l'asphodèle se trouve en abondance (ce qui traduit l'intensité du pâturage) dans les pelouses et les prairies comme à proximité des premières ceintures des mares et sur les abrupts rocheux accessibles aux troupeaux. Les abrupts sont en outre essentiellement couverts par le Calicotome spinosa et le diss (Ampelodesma mauritanicum), espèces indicatrices de la dégradation des matorrals à chêne vert.

3 ) Méthode

28Pour mieux décrire et comprendre les faits relatifs à la végétation, dans une perspective phytoécologique, la méthode phytosociologique a été choisie. Elle a pour objectif de définir les groupements végétaux ; ces groupements végétaux sont ensuite mis en relation avec les types de biotopes. Cette discipline, dont l'objectif n'est pas uniquement la diagnose floristique et la classification des associations végétales, comporte également l'étude de leur évolution et de leur genèse. Le rapport avec le paysage et les dynamiques qui le transforment, dynamiques particulièrement liées à l'utilisation pastorale de l'espace, est établi en fonction des espèces indicatrices d'une dynamique régressive (asphodèle, menthe polio, laîche, jonc, diss, etc.).

29La liste floristique est établie à partir des 201 relevés phytosociologiques réalisés dans différents types de milieux, au cours des années 2000-2006. Le paysage hétérogène offert par le site d'étude et l'absence de formation arborée nous ont incitée à utiliser un échantillonnage subjectif.

30L'analyse de la flore est basée sur les formes de vie ou types biologiques et la chorologie des espèces. Les types biologiques sont classés d'après les principes formulés par C. RAUNKIAER (1905) ; ce sont les thérophytes, les hémicryptophytes, les chamaephytes, les géophytes, les phanérophytes auxquels nous avons ajouté les mousses, les lichens et les champignons.

31La chorologie des espèces est définie suivant P. QUÉZEL et S. SANTA (1962-1963) dans leur ouvrage Nouvelle flore de l'Algérie et des régions désertiques méridionales. Elles sont regroupées, selon R. GHARZOULI et Y. DJELLOULI (2005), en espèces méditerranéennes (Méd.), espèces cosmopolites (Cosm.), espèces nordiques ou paléotempérées, circumboréales, européennes, eurasiatiques, espèces de liaison (méditerranéo-atlantiques, euro-méditerranéennes, etc.) et espèces endémiques.

III - Résultats

1 ) Analyse floristique

32Le paysage actuel du djebel Mégriss se particularise par l'absence de strate arborescente naturelle. Les strates présentes sont : la strate arbustive buissonnante, la strate herbacée et la strate muscinale.

33La diversité biologique des zones montagneuses est d'une richesse supérieure à celle des autres régions écologiques de la planète (FAO, 2002). Au djebel Mégriss, 500 espèces végétales et 22 sous espèces ont été recensées appartenant à 278 genres et 72 familles. Cette flore vasculaire (Phanérogames et Cryptogames vasculaires) représente 15,87 % de la flore de l'Algérie du Nord estimée à 3150 espèces selon F. MÉDAIL et P. QUÉZEL (1997).

34Sur les 500 espèces recensées 70 sont des Astéraceae (avec 45 genres), 46 des Poaceae (29 genres), 39 des Fabaceae (11 genres), 25 des Apiaceae (15 genres), 22 des Lamiaceae (11 genres), 22 des Rosaceae (14 genres), 22 des Caryophyllaceae (13 genres), 19 des Renonculaceae (7 genres), 18 des Liliaceae (13 genres), 17 des Brassicaceae (12 genres), 13 des Orchideaceae (6 genres) 12 des Borraginaceae (7 genres) (N. BOULAACHEB, 2009). Les 60 autres familles présentent de 1 à 10 espèces (Fig. 3 et 4).

Figure 3 - Nombre d'espèces par famille végétale sur le djebel Mégriss.

Figure 3 - Nombre d'espèces par famille végétale sur le djebel Mégriss.

Ne sont portées que les familles représentées par plus de 10 espèces.

Figure 4 - Nombre de genres par famille végétale sur le djebel Mégriss.

Figure 4 - Nombre de genres par famille végétale sur le djebel Mégriss.

Les familles sont représentées dans le même ordre que sur la figure 3.

2 ) Analyse chorologique

35L'élément méditerranéen est le plus important de toute la flore du djebel Mégriss. Il compte 200 espèces, dont certaines sont caractéristiques des groupements végétaux terrestres (Amelanchier ovalis, Acer campestre, Quercus ilex, Tamus communis, Ruscus aculeatus, etc.) et aquatiques (Juncus effusus, Juncus inflexus, Potentillea reptans, Prunella vulgaris, etc.). Il se trouve riche en espèces méditerranéennes, plus particulièrement en espèces ouest- méditerranéennes (16,7 %). La proportion des espèces oroméditerranéennes est faible ; seules 6 espèces ont pu être dénombrées sur les 29 signalées par P. QUÉZEL (1964) (Alyssum alpestre, Alyssum montanum, Arabis alpina, Rosa sicula, Sedum amplexicaule, Arenaria aggregata).

36Les nordiques (septentrionales) sont bien représentées par rapport à l'ensemble de la flore (120 espèces, soit 24 % du total). La présence de ces espèces en domaine méditerranéen remonte probablement à une période glaciaire. Mais le retrait des glaciers, accompagné du réchauffement climatique, a conduit à leur raréfaction, voire leur disparition dans certaines régions (P. QUÉZEL, 1995). Leur présence et leur abondance peuvent être expliquées par la diversité du milieu (versants, mares, cours d'eau…). Elles ont survécu grâce aux nombreux microclimats locaux. Tel est le cas de : Barbarea vulgaris, Sclerantus annuus, Brunella laciniata, Sambucus ebulus, Oenanthe fistulosa, Bromus hordeaceus, Lolium perenne, Trifolium ochroleuchum...

37Les cosmopolites présentent une aire de répartition très grande et colonisent les stations humides. Elles sont au nombre de 24 et ne représentent que 5 % du total de la flore recensée. Sur le djebel Mégriss, 14 de ces espèces s'observent au niveau des gueltas (mares), des sources, des ruisseaux et des prairies marécageuses (Butomus umbellatus, Cynodon dactylon, Glyceria fluitans, Juncus maritimus, Juncus bufonius, Lemna minor, Nasturtium officinale, Poa annua, Ranunculus aquatilis, Rumex crispus, Rumex conglomeratus, Scirpus holoschoenus, Zannichellia palustris). Les dix autres espèces colonisent les stations ombragées (Polypodium vulgare), les pâturages (Aira caryophyllea, Anagalis arvensis subsp. parviflora, Cerastium glomeratum), les forêts (Pteridium aquilinum, Stellaria holostea), les cultures (Sonchus oleraceus), tandis que d'autres enfin sont des parasites des plantes (Cuscuta epithymum).

38Sur l'ensemble de la flore, l'élément tropical est présent avec seulement 8 espèces (1 nord-tropicale, 7 paléosubtropicales) soit 2 % du total. Ces espèces sont : Apium graveolens, Briza maxima, Bromus rigidus, Bromus rubens, Cyperus esculentus, Cyperus longus subsp eu-longus, Iris sisyrinchium, Wolfia arrhiza, qui colonisent les pacages (dont ceux humides) et les abreuvoirs utilisés par les troupeaux.

39Les espèces de transition sont au nombre de 95, soit 19 % du total de la flore. Ce sont des éléments intermédiaires entre deux régions phytochoriques. Les plus nombreuses correspondent aux espèces ayant une distribution euro-méditerranéenne et qui sont au nombre de 43.

40La flore de l'Algérie se caractérise par un taux d'endémisme assez remarquable (653 espèces). Le secteur constantinois, auquel appartient le djebel Mégriss, est considéré comme l'un des secteurs à endémisme encore assez élevé (83 taxons) (E. VÉLA et S. BENHOUHOU, 2007). Les espèces endémiques présentes sur le djebel Mégriss sont au nombre de 43, ce qui représente 9 % de l'ensemble des espèces répertoriées sur le djebel Mégriss et 6,6 % du total des endémiques de toute l'Algérie. Sur ces 43 endémiques, 16 sont nord-africaines, 17 algéro-tunisiennes, 8 algériennes et 2 algéro-marocaines. Toutes les endémiques recensées sont des herbacées. Il n'y a pas d'espèce arborée à caractère endémique. Le plus grand nombre d'espèces endémiques se trouve dans la famille des Apiaceae (avec 7 espèces), suivie des Asteraceae (5 espèces), des Lamiaceae (5 espèces), des Poaceae et des Caryophyllaceae (3 espèces). Les autres familles comptent 1 à 2 espèces endémiques.

3 ) Étude phyto-écologique

41Pour la typologie des biotopes nous avons tenu compte de l'écologie, de la topographie et des espèces caractéristiques des groupements végétaux. Les listes d'espèces sont établies par addition des espèces rencontrées.

42Le site est une zone découverte caractérisée par un tapis végétal très ouvert au sol et des affleurements rocheux étendus. Ces traits naturels constituent des biotopes assez diversifiés (N. BOULAACHEB et al., 2005).

a. Les formations rupicoles et les mattorals bas des sections de versant en pente forte

43Les formations rupicoles se développent sur les plus hauts versants ventés. La plus répandue est celle avec Alyssum alpestre et Teucrium chamaedrys. Ces formations herbacées ouvertes sont dominées par les hémicryptophytes. Les espèces ligneuses sont des arbustes (Crataegus oxyacantha, Daphne gnidium, Rosa canina), deslianes (Lonicera implexa) et des sous-arbrisseaux (Prunus prostrata, Santolina rosmarinifolia, Thymus ciliatus).

44Les matorrals sont, dans la plupart des cas, des matorrals bas à dominance de diss (Ampelosdesma) et Calycotome, infiltrés par des nanophanérophytes, dont la majorité est composée par des lianoïdes (Smilax aspera, Clematis flammula, Lonicera implexa, etc.).

45Les matorrals bas à chêne vert, occupent de très faibles superficies (quelques mètres carrés). Ils se localisent sur les versants rocheux, très pentus, où ils forment des peuplements à recouvrement et taille variables. Certains peuplements sont denses et présentent des pieds de chêne vert atteignant 5 m de hauteur. D'autres sont clairs et peu élevés (1 à 1,5 m). Le cortège floristique qui accompagne le chêne vert est relativement riche, malgré l'exploitation des stations par les troupeaux (Tableau I). Enfin, certains abrupts sont très largement dénudés et seules quelques espèces y sont représentées.

Tableau I - Liste des espèces rencontrées dans des biotopes de chêne vert du djebel Mégriss.

Tableau I - Liste des espèces rencontrées dans des biotopes de chêne vert du djebel Mégriss.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 1.

Tableau I - Suite 1.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 2.

Tableau I - Suite 2.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 3.

Tableau I - Suite 3.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 4.

Tableau I - Suite 4.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 5.

Tableau I - Suite 5.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 6.

Tableau I - Suite 6.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 7.

Tableau I - Suite 7.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 8.

Tableau I - Suite 8.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

Tableau I - Suite 9.

Tableau I - Suite 9.

- : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.

b. Les oueds

46Le réseau hydrographique du djebel Mégriss montre la richesse de la zone en eau. De nombreux oueds la parcourent ; les plus importants sont l'oued El Bordj au nord (Photo 2) et l'oued El Hader à l'ouest.

Photo 2 - Amont de l'oued El Bordj, versant nord du djebel Mégriss. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

Photo 2 - Amont de l'oued El Bordj, versant nord du djebel Mégriss. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

47Les conditions hydrologiques sont assez variables au cours de l'année, en relation avec la pluviométrie. Les débits les plus forts sont enregistrés en hiver et à la fonte de la neige, au début du printemps. Les oueds peuvent couler jusqu'au mois de juillet, période où l'eau stagne dans les mouilles. Ils abritent une végétation ligneuse assez remarquable, comportant : Acer campestre, Pyrus communis, Salix alba, Ulmus campestris, Hedera helix, Tamus communis, Phlomis bovei. Les herbacées présentes sont : Epilobium tetragonum, Verbena officinalis, Epilobium numidicum, Magydallis pastinacae, Lathyrus lateriflorus, Inula viscosa, Nepeta multibracteata, etc. (N. BOULAACHEB, 2009).

48Le lit mineur de certains oueds est peuplé de végétation haute et dense structurée autour de Barbarea vulgaris subsp. intermedia var. eu-intermedia, Juncus heterophyllus, Zanichellia palustris, Veronica beccabunga, Veronica anagalloides, Solanum dulcamara subsp. tetrapterum, etc. (N. BOULAACHEB et al., 2007).

c. Les pelouses

49Les pelouses du djebel Mégriss sont plus ou moins dégradées et, par endroits, couvertes de cailloux. La végétation herbacée est peu élevée et parfois clairsemée. Elle se compose de : Hieracium pseudopilosa, Elymus caput-medusae, Plantago corronopus, Ruta montana, Knautia arvensis… Il existe deux types de pelouses : les pelouses sèches et les pelouses humides. Elles se trouvent aussi bien sur les retombées du massif que sur le plateau sommital.

50Les pelouses sèches, au recouvrement variable, sont constituées de thérophytes. Elles colonisent les parties plus ou moins accidentées. Elles sont dominées par : Anthemis pedunculata, Rumex bucephalophorus, Aegilops triuncialis, Aegilops ventricosa, Linum usitatissimum, Dactylis glomerata, Galium tunetanum, Asphodelus aestivus etc. Souvent la pelouse comprend une strate plus ou moins ouverte à chaméphytes herbacés, en particulier à Lamiaceae (Thymus ciliatus, Salvia officinalis).

51Les pelouses humides, de superficie et d'altitude variables, sont colonisées par diverses orchidées. Anacamptis papilionacea subsp. grandiflora, le plus souvent en compagnie d'Ophrys atlantica, occupe des pelouses utilisées tout au long de l'année comme parcours par les troupeaux. Serapias lingua subsp. eu-lingua et Serapias strictiflora, se trouvent souvent isolés sur des pelouses humides (N. BOULAACHEB et al., 2010).

52La prédominance de l'asphodèle indique des pelouses surpâturées. Le phénomène est répandu au niveau des pelouses sèches (Photo 3) et touche une partie des pelouses humides (Photo 4).

Photo 3 - Envahissement par l'asphodèle des pelouses sèches sur la retombée nord-est du massif. [cliché : R. GHARZOULI, mars 2007]

Photo 3 - Envahissement par l'asphodèle des pelouses sèches sur la retombée nord-est du massif. [cliché : R. GHARZOULI, mars 2007]

Le lac (mare temporaire), dans une dépression fermée, se trouve à 1450 m d'altitude. En haut de la photographie, s'étend le relief de collines que domine le massif du Mégriss.

Photo 4 - Envahissement partiel des pelouses humides par l'asphodèle. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

Photo 4 - Envahissement partiel des pelouses humides par l'asphodèle. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

d. Les mares temporaires (madjenes)

53Disséminées un peu partout (sauf sur le plateau sommital) entre 1400 et 1550 m d'altitude, elles se remplissent d'eau en période pluvieuse. Au début du printemps, elles sont couvertes de renoncules aquatiques, puis certaines se dessèchent en été (Photo 5). Elles sont utilisées comme abreuvoir par le bétail. Ces milieux constituent un bon refuge pour les espèces végétales et animales. Des espèces rares et limitées à certaines régions de l'Algérie sont recensées : Butomus umbellatus (très rare à la Calle et El Harache), Dactylorhiza battandieiri (très rare au Guerrouche et aux Babors), Myosurus minimus (rare sur les hauts plateaux ; très rare dans les sahels littoraux oranais et dans l'Atlas saharien : Aurès), Wolffia arrhiza (très rare dans le lac de Senhadja), Eryngium barrelieri (rare dans tout le Tell) (P. QUÉZEL et S. SANTA, 1962-1963).

Photo 5 - Mare temporaire, utilisée comme abreuvoir, sur la retombée nord-est du massif. [cliché : R. GHARZOULI, 2007]

Photo 5 - Mare temporaire, utilisée comme abreuvoir, sur la retombée nord-est du massif. [cliché : R. GHARZOULI, 2007]

La mare est celle visible sur la photo 3. Elle est située sur un replat dominé par l'escarpement que l'on devine en haut à droite.

e. Les sources

54Les sources sont très nombreuses ; elles sont réparties sur tous les sites du djebel Mégriss. La plupart sont sans végétation, mais certaines ont, en particulier, une lemnacée : Lemna minor. La profondeur d'eau est variable d'une source à l'autre ; elle est en général de quelques centimètres. De nombreux tuyaux sont enfouis sous terre, pour capter l'eau des sources (Photo 6).

Photo 6 - Source aménagée (voir le site, photo 7). [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

Photo 6 - Source aménagée (voir le site, photo 7). [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

f. Les prairies inondées

55Ces prairies gorgées d'eau tout au long de l'année, représentent de bons parcours pour le cheptel. À recouvrement dense, elles sont à base de Trifolium campestre, Trifolium lappaceum, Apium nodiflorum, Bromus hordeaceus, Lolium perenne, Cynosurus cristatus, Trifolium isthmocarpum, Vulpia geniculata, Anthoxanthum odoratum, Ranunculus muricatus, Filipendula hexapetata, Leontodon tuberosus, Ranunculus sardous, Laurentia michelii, Hypericum acutum... Elles occupent de faibles superficies, essentiellement au sommet du djebel Mégriss (Photo 7).

Photo 7 - Prairie à dominance de Ranunculus macrophyllus. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

Photo 7 - Prairie à dominance de Ranunculus macrophyllus. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]

g. Les marécages à graminoïdes

56Peu étendus, ils se trouvent partout sur le djebel Mégriss. Ils offrent une herbe grossière et abondante (Juncus, Carex, Scirpus…) (Photo 8). Ils se caractérisent par la présence d'Apium nodiflorum, Apium graveolens, Oenanthe virgata, Oenanthe globulosa, Oenanthe fistulosa, Anacamptis palustris, Dactylorhiza elata, Dactylorhiza battandieri, Anthericum liliago. La plupart sont envahis par Asphodelus microcarpus, espèce indicatrice de surpâturage (S. AIMÉ et al., 1986).

Photo 8 - Prairie à Juncus inflexus. [cliché : N. BOULAACHEB, 2012]

Photo 8 - Prairie à Juncus inflexus. [cliché : N. BOULAACHEB, 2012]

IV - Discussion

57Les principaux éléments influençant la végétation sont la topographie et la longue pression humaine. L'hétérogénéité du relief offre un paysage diversifié par ses milieux et sa végétation.

58Les matorrals et les pelouses représentent les principales formes du paysage végétal. Les prairies, de faible superficie, sont de deux types : les phorbes (dominées par les renoncules) et les graminoïdes (dominées par les joncs, les souchets et les laiches).

59Les activités des hommes (principalement le pâturage) ont fortement influencé la composition floristique de ces formations végétales. La présence et l'abondance du diss (dans les matorrals), de l'asphodèle (dans les pelouses), des renoncules, des joncs, des laiches et des souchets (dans les prairies) est un signe d'une évolution régressive.

1 ) Fragilité de la biodiversité végétale du djebel Mégriss

60Le djebel Mégriss, faisant partie de l'Algérie du Nord, est très diversifié par son milieu et par sa richesse floristique. Il renferme une flore remarquable par sa diversité et par l'intérêt qu'elle présente sur les plans fourrager, mellifère, culinaire et médicinal. Cette flore constitue une part importante du patrimoine naturel de l'Algérie.

61 L'isolement du djebel Mégriss aux marges des Hautes Plaines sétifiennes est à l'origine de la formation des microclimats qui ont permis le maintien de reliques dans des biotopes très localisés.

62De nombreuses espèces relictuelles caractéristiques des forêts humides, surtout de montagne, se rencontrent dans le djebel Mégriss (Acer campestre, Sorbus torminalis, Amelanchier ovalis, Cotoneaster nebrodensis, Sambucus ebulus). Elles témoignent d'une déforestation qui a commencé il y a des siècles.

63Le djebel Mégriss constitue un refuge pour de nombreuses espèces septentrionales (Barbarea vulgaris, Sclerantus annuus, Brunella laciniata, Sambucus ebulus, Oenanthe fistulosa, Bromus hordeaceus, Lolium perenne, Trifolium ochroleuchum, Orchis patens, Serapias lingua, Orchis olbiensis, etc.). Elles ont survécu grâce aux nombreux microclimats locaux. Il est l'un des rares écosystèmes colonisés par des espèces limitées à la Numidie (Butomus umbellatus, Cardamine parviflora).

64Sur les 500 espèces répertoriées, 15 bénéficient d'un statut de protection nationale (Helianthemum helianthemoïdes, Crupina vulgaris, Pulicaria sicula, Epilobium numidicum, Anacamptis palustris, Anacamptis papilonacea, Orchis patens, Orchis longicornu, Dactylorhiza elata subsp munbyana, Sorbus torminalis, Allium trichocnemis, Silene cirtensis, Stachys guyonniana, Acer campestre, Saxifraga numidica). Les espèces figurant sur la liste rouge de l'UICN sont : Allium trichocnemis, Carum montanum, Epilobium numidicum, Silene cirtensis, Phlomis bovei, Saxifraga numidica, Scrofularia tenuipes.

2 ) L'impact de l'action anthropique : diversification des paysages et remise en cause de    la biodiversité végétale

65La cueillette des plantes à des fins thérapeutiques par les habitants, par les herboristes et par les phytochimistes menace de disparition certaines espèces (Linum usitatissimum).

66Le déplacement des troupeaux, en particulier des bovins et des équins, tasse le sol sous les sabots, en arrachant ou écrasant dans un premier temps les parties aériennes des plantes. L'action est plus accentuée sur les plantes en floraison ou en fructification. Lorsque ce phénomène se répète régulièrement, les plantes disparaissent (Tuberarietea guttata, Oenanthe fistulosa, Scirpus palustris…) ou deviennent rares (Scorzonera undulata, Scorzonera, Valeriana tuberosa, Linum usititassimum. Inversement, ce piétinement répété favorise l'apparition d'espèces adaptées aux sols tassés, telles que Mentha pulegium, Plantago major, Rumex pulcher, Poa annua, Juncus effusus, Juncus inflexus (B. de FOUCAULT, 1984).

67Le passage des troupeaux provoque aussi, localement, la mobilisation de fragments rocheux et de terre. En effet, lorsqu'ils empruntent des sentiers pierreux, les bêtes font glisser des cailloux qui, en contrebas, peuvent endommager les plantes, en les cassant ou en les asphyxiant (par recouvrement), et modifier l'état de surface du sol, en créant un pavage superficiel.

68En période de pluie, de nombreux filets d'eau se forment, véhiculant les particules fines et laissant les éléments grossiers, ce qui accentue le dallage superficiel. Les eaux de ruissellement provoquent en outre une forte érosion sur les versants (Photo 9), avec une mise à nu des racines pouvant conduire à l'arrachement des plantes à faible système racinaire (Photo 10).

Photo 9 - Ravine sur pente forte, en aval d'un replat, sous pelouse. [cliché : N. BOULAACHEB, 2009] 

Photo 9 - Ravine sur pente forte, en aval d'un replat, sous pelouse. [cliché : N. BOULAACHEB, 2009] 

Photo 10 - Racines de Teucrium polium mises à nu par le piétinement et le ruissellement. [cliché : N. BOULAACHEB, 2009]

Photo 10 - Racines de Teucrium polium mises à nu par le piétinement et le ruissellement. [cliché : N. BOULAACHEB, 2009]

V - Conclusion

69L'étude a confirmé l'hétérogénéité du djebel Mégriss, qui présente un grand nombre de milieux très riches au plan de la diversité biologique. Mais elle a permis également de mettre l'accent sur l'impact des hommes et de leurs troupeaux. En conséquence, dans l'ensemble, le djebel Mégriss subit une dynamique régressive due aux activités anthropiques. Sous l'effet de cette pression, le site a été exploité au delà de son potentiel, ce qui a entraîné une dégradation très importante des ressources végétales. On constate une absence de formations forestières et une quasi-absence de formations pré-forestières, la végétation climacique n'étant plus représentée actuellement que par des stations peu abondantes de chêne vert. Les autres formations se trouvent dans un état très préoccupant. Certains composants abiotiques eux-mêmes sont menacés par le ruissellement et les risques de ravinement. Les observations que nous avons faites de 1995 à 2010 ont ainsi montré une modification de la physionomie du djebel Mégriss, et en particulier une augmentation de l'abondance et de la dominance de l'asphodèle. Le pâturage excessif au cours des quinze dernières années est à l'origine de cette dégradation.

Remerciements : Je suis reconnaissante à Rachid GHARZOULI de m'avoir autorisée à reproduire deux de ses photographies.

Haut de page

Bibliographie

AIMÉ S., BONIN G., CHAABENE A., LOISEL R. et SAOUDI H. (1986) - Notes phytosociologiques nord africaines. Contribution à l'étude phytosociologique des zéenaies du littoral algéro-tunisien. Ecologia Mediterranea, vol. XX, n° 3-4, p. 113-131.

ANRH (1993) - Carte pluviométrique de l'Algérie du Nord au 1/50000. Agence Nationale des Ressources Hydrauliques, Alger.

BOULAACHEB N. (2000) - Contribution à l'étude phytosociologique de djebel Mégriss. Mémoire de Magister, Université Ferhat Abbas, Sétif, 92 p. + annexes.

BOULAACHEB N. (2009) - Étude de la végétation terrestre et aquatique du djebel Mégriss (Nord tellien, Algérie) : analyse floristique, phytosociologique et pastorale. Thèse de Doctorat d'État, Faculté des Sciences, Université Ferhat Abbas, Sétif, 332 p. + annexes.

BOULAACHEB N., GHARZOULI R. et DJELLOULI Y. (2005) - Approche phytosociologique du djebel Mégriss (nord de Sétif, Algérie). Bulletin de la Société Botanique du Centre-Ouest, nouvelle série. , vol. 36, p. 345-362.

BOULAACHEB N., CLÉMENT B., DJELLOULI Y. et GHARZOULI R. (2007) - Les mares temporaires de djebel Mégriss (nord de Sétif, Algérie). Symbioses, nouvelle série, n° 19, p. 56-60.

BOULAACHEB N., CLÉMENT B., DJELLOULI Y. et GHARZOULI R. (2010) - Les orchidées du djebel Mégriss (nord de Sétif, Algérie). Bulletin de la Société Française d'Orchidophilie de Langue d'oc, n° 7, p. 11-12.

CHAUMONT M. et PAQUIN C. (1971) - Carte pluviométrique de l'Algérie.Édit. Société d'Histoire Naturelle d'Afrique du Nord, Alger, carte au 1/500000 en quatre feuilles + notice, 24 p.

FAO (2002) - Mise en valeur durable des montagnes. Sommet mondial de l'alimentation : cinq ans après (Rome), rapport, 2 p.
URL : http://www.fao.org/WorldFoodSummit/sideevents/papers/Y6894f.htm.

FOUCAULT B. de (1984) - Systématique, structuralisme et synsystématique des prairies hygrophiles des plaines atlantiques françaises. Thèse Doctorat d'État, Université de Rouen Haute Normandie, 2 tomes, 675 p.

GHARZOULI R. et DJELLOULI Y. (2005) - Diversité floristique des formations forestières et préforestières des massifs méridionaux de la chaîne des Babors (Djebel Takoucht, Adrar ou Mellal, Tababort et Babor) Algérie. Le Journal de Botanique, vol. 29, p. 69-75.

KEBICHE M., ADJAL F.et BENAHID C. (2001) - L'utilisation de la végétation comme bio-indicateur de la pollution fluorée dans la région de Sétif (Algérie). Annales de Géographie, vol. 110, n° 617, p. 90-101.

KHELOUFI-SOUICI N. (1995) - Contribution à l'étude de la végétation du Tell sétifien. Analyse phytosociologique des djebels Tafat, Anini et Mégriss. Mémoire de Magister, Université Ferhat Abbas, Sétif, 148 p. + annexes.

LAHMAR R., BATOUCHE S., LABIOD H. et MESLEM M. (1993) - Les sols et leur répartition dans les Hautes Plaines sétifiennes. Eaux et Sols d'Algérie, n°6, p. 60-70.

MÉDAIL F. et QUÉZEL P. (1997) - Hot spots analysis for conservation of polant diversity in the Mediterranean. Annals of the Missouri Botanical Garden, vol. 94, p. 112-127.

MEDDI M., TALIA M. et MARTIN C. (2009) - Évolution récente des conditions climatiques et des écoulements sur le bassin versant de la Macta (Nord-Ouest de l'Algérie). Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement, vol. III, p. 61-84.

QUÉZEL P. (1964) - L'endémisme dans la flore de l'Algérie en région méditerranéenne. C.R. de la Société de Biogéographie, vol. 361, p. 137-149.

QUÉZEL P. (1995) - La flore du bassin méditerranéen: origine, mise en place, endémisme. Ecologia Mediterranea, vol. XXI, n° 1/2, p. 21-39.

QUÉZEL P. et SANTA S. (1962-1963) - Nouvelle flore de l'Algérie et des régions désertiques méridionales. Édit. CNRS, Paris, 2 vol., 1170 p.

RAUNKIAER C. (1905) - Types biologiques pour la géographie botanique. Kongelige Danske Videnskabernes Selskabs Forhandlinger, vol. 5, p. 347-438.

VÉLA E. et BENHOUHOU S. (2007) - Évaluation d'un nouveau point chaud de biodiversité végétale dans le Bassin méditerranéen (Afrique du Nord). Science Directe - Comptes Rendus Biologies, vol. 330, n° 8, p. 589-605.

VILA J.M. (1980) - La chaîne Alpine d'Algérie orientale et les confins algéro-tunisiens. Thèse de Doctorat d'État, Université Paris VI, 3 volumes, 665 p.

VILA J.M. et GONNARD R. (1977) - Carte géologique de l'Algérie au 1/50000. Feuille de Sétif, n° 93. Édit. Service de la Carte Géologique de l'Algérie, Alger, avec notice explicative, 14 p.

VILA J.M,OBERT D. et LEIKINE M. (1977) - Carte géologique de l'Algérie au 1/50000. Feuille de Kherrata, n° 70. Édit. Service de la Carte Géologique de l'Algérie, Alger, avec notice explicative, 19 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation du djebel Mégriss.
Légende Schéma inspiré de M. KEBICHE et al. (2001).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 2 - Précipitations mensuelles moyennes à El Gasaâ sur la période janvier 1986 - décembre 2005.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 1 - Exemple d'intervention inappropriée des forestiers au niveau des prairies à Serapias lingua. [cliché : N. BOULAACHEB, 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 3 - Nombre d'espèces par famille végétale sur le djebel Mégriss.
Légende Ne sont portées que les familles représentées par plus de 10 espèces.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 4 - Nombre de genres par famille végétale sur le djebel Mégriss.
Légende Les familles sont représentées dans le même ordre que sur la figure 3.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau I - Liste des espèces rencontrées dans des biotopes de chêne vert du djebel Mégriss.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Tableau I - Suite 1.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Tableau I - Suite 2.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Tableau I - Suite 3.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Tableau I - Suite 4.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Tableau I - Suite 5.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Tableau I - Suite 6.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Tableau I - Suite 7.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Tableau I - Suite 8.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Tableau I - Suite 9.
Légende - : espèce absente. r : individus rares. + : quelques individus isolés. 1 : individus isolés. 2 : individus en groupes. 3 : individus en troupes. 4 : individus en petites colonies. 5 : individus en peuplements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 2 - Amont de l'oued El Bordj, versant nord du djebel Mégriss. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 3 - Envahissement par l'asphodèle des pelouses sèches sur la retombée nord-est du massif. [cliché : R. GHARZOULI, mars 2007]
Légende Le lac (mare temporaire), dans une dépression fermée, se trouve à 1450 m d'altitude. En haut de la photographie, s'étend le relief de collines que domine le massif du Mégriss.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Photo 4 - Envahissement partiel des pelouses humides par l'asphodèle. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 5 - Mare temporaire, utilisée comme abreuvoir, sur la retombée nord-est du massif. [cliché : R. GHARZOULI, 2007]
Légende La mare est celle visible sur la photo 3. Elle est située sur un replat dominé par l'escarpement que l'on devine en haut à droite.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 6 - Source aménagée (voir le site, photo 7). [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 7 - Prairie à dominance de Ranunculus macrophyllus. [cliché : N. BOULAACHEB, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 8 - Prairie à Juncus inflexus. [cliché : N. BOULAACHEB, 2012]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 9 - Ravine sur pente forte, en aval d'un replat, sous pelouse. [cliché : N. BOULAACHEB, 2009] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 10 - Racines de Teucrium polium mises à nu par le piétinement et le ruissellement. [cliché : N. BOULAACHEB, 2009]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3187/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nacira Boulaacheb, « Les paysages végétaux du djebel Mégriss (Tell septentrional, Algérie) : diversité des écosystèmes, richesse floristique, ampleur de l'anthropisation », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 183-210.

Référence électronique

Nacira Boulaacheb, « Les paysages végétaux du djebel Mégriss (Tell septentrional, Algérie) : diversité des écosystèmes, richesse floristique, ampleur de l'anthropisation », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3187 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3187

Haut de page

Auteur

Nacira Boulaacheb

Faculté des Sciences Médicales, Département de pharmacie, Université Ferhat Abbas, SÉTIF, ALGÉRIE.
Courriel : boulaacheb1bv@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org