Navigation – Plan du site
Articles

Biodiversité de l'avifaune aquatique des zones humides sahariennes : cas de la dépression d'Oued Righ (Algérie)

Ettayib Bensaci, Menouar Saheb, Yacine Nouidjem, Abdelaziz Bouzegag et Moussa Houhamdi
p. 211-222

Résumés

L'éco-complexe de zones humides de la dépression d'Oued Righ (Sahara septentrional algérien) comporte trois vastes chotts (Sidi Slimane, Chott Melghir et Chott Merouane) d'intérêt international selon la convention de Ramsar et une vingtaine de dépressions qui ne sont en eau que durant les années très pluvieuses tels les Chotts Hamraïa, Tighdidine et Tindla, et deux sites permanents : le lac Ayata et le lac d'Oued Khrouf. Ces milieux aquatiques, répartis entre les wilayas d'El-Oued, de Biskra et d'Ouargla, présentent une grande diversité biologique en raison de leur superficie, leur salinité et leur substrat. Avec une superficie totale de 900000 ha, ces zones humides demeurent très peu étudiées en Algérie et leur rôle biologique et écologique reste encore inconnu.
La diversité de l'avifaune du complexe de zones humides de la dépression d'Oued Righ est très riche et compte 53 espèces appartenant à 15 familles. Ces peuplements sont dominés par le flamant rose Phoenicopterus roseus, le canard souchet Anas clypeata, le tadorne casarca Tadorna ferriginea et la sarcelle d'hiver Anas crecca crecca. L'effectif de certaines espèces peut être important et atteindre 42700 individus comme c'est le cas pour le flamant rose. Certaines espèces sont classées menacées et vulnérables sur la liste rouge de l'UICN (sarcelle marbrée Marmaronetta angustirostris, fuligule nyroca Aythia nyroca.). Le suivi régulier des effectifs de cette avifaune a permis de définir le statut et la phénologie de toutes ces espèces.
Les zones humides de la dépression d'Oued Righ sont exploitées par les oiseaux pour y hiverner, y stationner à l'occasion des migrations, ou s'y reproduire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'Afrique du Nord héberge une grande diversité de zones humides qui constituent des sites d'hivernage et des haltes pour les oiseaux migrateurs du Paléarctique (A.C. STEVENSON et al., 1988 ; L.D.C. FISHPOOL et M.I. EVANS, 2001 ; M. BOULKHSSAÏM et al., 2006). Au sein de ce vaste ensemble, l'Algérie, dont le territoire appartient au domaine paléarctique occidental (au sud de la Méditerranée), est connue pour sa riche biodiversité, héberge presque tous les habitats du domaine et détient un patrimoine très varié d'espèces inféodées aux zones humides.

2Les ressources naturelles de ces zones humides présentent un fort intérêt à la fois scientifique, économique et esthétique qui justifie la mise en place de mesures conservatoires (M. SAHEB, 2009).

3La dépression d'Oued Righ (Sahara septentrional algérien) héberge à elle seule 900000 ha de zones humides (lacs et chotts) réparties entre les wilayas d'El-Oued, de Biskra et de Ouargla et constitue l'un des plus importants éco-complexes de zones humides d'Algérie.

4L'avifaune aquatique de la dépression d'Oued Righ comme celle du Sahara algérien ont été très peu étudiées à ce jour en dépit de leur richesse et de l'intérêt que présente leur situation géographique sur les marges méridionales du Paléarctique occidental (H. HEIM DE BALSAC et N. MAYAUD, 1962 ; J.P. LEDANT et al., 1981 ; P. ISENMANN et A. MOALI, 2000). Les premières études écologiques de cette région furent initiées par les chercheurs de l'ex-laboratoire de recherche des zones humides de l'Université d'Annaba. Elles concluent au besoin urgent d'une actualisation des connaissances relatives à l'avifaune de cet important complexe (E. BENSACI, 2011 ; E. BENSACI et al., 2011 ; M. HOUHAMDI et al., 2008).

5Cet article a donc pour objet d'actualiser les connaissances de cette avifaune, d'en cerner l'importance à l'échelle nationale et internationale, d'en déterminer la structure en fonction d'une typologie distinguant les espèces hivernantes sur place, de passage à l'occasion des migrations, nicheuses sédentaires et enfin, migratrices et nichant sur place. Cet ensemble d'informations devrait contribuer à l'élaboration d'un plan d'aménagement de ce vaste territoire et d'une stratégie de gestion permettant une mise en valeur respectueuse de l'environnement au sens large du terme.

II - Milieu d'étude et méthodologie

6La dépression d'Oued Righ abrite trois zones humides classées au titre de la Convention de Ramsar (l'ensemble lac d'Oued Khrouf (Photo 1) et Chott Merouane classé en 2001, le Chott Melghir classé en 2002 et le Chott Sidi Slimane classé en 2004) et beaucoup d'autres plans d'eau saumâtre tels que le lac Ayata et d'eau douce tel que le lac Merara (Y. NOUIDJEM, 2008). Les principaux plans d'eau de la région sont indiqués dans le tableau I et localisés sur la figure 1.

Photo 1 - Lac d'Oued Khrouf. [Cliché : E. BENSACI, 10 juin 2010]

Photo 1 - Lac d'Oued Khrouf. [Cliché : E. BENSACI, 10 juin 2010]

Tableau I - Caractéristiques des principales zones humides de la dépression d'Oued Righ.

Tableau I - Caractéristiques des principales zones humides de la dépression d'Oued Righ.

Figure 1 - Situation géographique des principales zones humides de la dépression d'Oued Righ.

Figure 1 - Situation géographique des principales zones humides de la dépression d'Oued Righ.

Source : Google Earth2011Cnes/Spot Image/2011 GeoEye.

7Les recensements de l'avifaune ont été réalisés selon un rythme mensuel, du mois de septembre 2005 au mois de décembre 2008. Les comptages ont été effectués par observation directe au moyen d'un télescope (Optolyth 2080) et d'une paire de jumelles, par une équipe de deux à cinq observateurs, à partir de points d'observation situés autour des zones humides. Ces points ont été choisis afin de permettre le recensement le plus exhaustif possible des individus et des espèces.

8Nous avons procédé à des comptages individuels des oiseaux d'eau si le groupe ou la population comptait moins de 200 individus et se trouvait à une distance n'excédant pas 200 m. Dans le cas contraire, si le groupe ou la population d'oiseaux d'eau était éloigné et comptait un effectif plus nombreux, nous nous sommes rabattus sur des estimations visuelles (J. BLONDEL, 1975 ; A. TAMISIER et O. DEHORTER, 1999). Cette méthode, qui est la plus employée dans les recensements hivernaux de l'avifaune aquatique, présente une marge d'erreur estimée entre 5 et 10 %, en fonction de l'expérience de l'observateur, du matériel utilisé et de la structure du milieu : ceinture de la végétation et hauteur des hélophytes (Phragmites australis) (J. LAMOTTE et A. BOURLIÈRE, 1969 ; M. HOUHAMDI, 2002).

III - Résultats

1 ) Composition spécifique du peuplement d'oiseaux d'eau

9Au nombre des 53 espèces appartenant aux 15 familles qui ont été recensées, figurent 13 espèces de Scolopacidés (24 %), 12 espèces d'Anatidés (22 %), 6 espèces d'Ardéidés (11 %), et 4 espèces de Rallidés (7 %), les autres familles étant faiblement représentées (Fig. 2). Ce peuplement est caractérisé par de forts écarts d'effectifs entre espèces. C'est ainsi que, sur l'ensemble des trois cycles annuels, quatre espèces à elles seules constituent 71 % de l'effectif total de l'avifaune aquatique : le flamant rose Phoenicopterus roseus (51 %), la sarcelle d'hiver Anas crecca crecca (12 %), le canard souchet Anas clypeata (5 %) et la sarcelle marbrée Marmaronetta angustirostris (3 %).

Figure 2 - Distribution du nombre d'espèces par famille au sein de l'avifaune aquatique des zones humides d'Oued Righ.

Figure 2 - Distribution du nombre d'espèces par famille au sein de l'avifaune aquatique des zones humides d'Oued Righ.

10Le flamant rose, l'espèce la plus abondante du peuplement, a été présent pendant toute la période d'étude, au cours de laquelle ses effectifs ont varié de 16000 à 42700 individus.

2 ) Structure du peuplement

11Les espèces ont été réparties dans quatre ensembles correspondant à une typologie distinguant les espèces hivernantes sur place, de passage à l'occasion des migrations, nicheuses sédentaires et enfin, migratrices et nichant sur place (Tab. II et Fig. 3).

Tableau II - L'avifaune aquatique recensée dans les zones humides d'Oued Righ (septembre 2005 - décembre 2008).

Tableau II - L'avifaune aquatique recensée dans les zones humides d'Oued Righ (septembre 2005 - décembre 2008).

Tableau II - Suite.

Tableau II - Suite.

Figure 3 - Structure du peuplement d'oiseaux aquatiques du complexe de zones humides de la dépression d'Oued Righ.

Figure 3 - Structure du peuplement d'oiseaux aquatiques du complexe de zones humides de la dépression d'Oued Righ.

a. Hivernants (26 espèces)

12Cette catégorie regroupe les espèces qui sont présentes dans la dépression d'Oued Righ pendant toute la période hivernale et la quittent au début du printemps pour gagner leurs sites de reproduction. Cette catégorie est en grande partie composée d'anatidés (le tadorne de Belon Tadorna tadorna, le canard souchet Anas clypeata, le canard siffleur Anas pénélope…) et de scolopacidés (bécassine des marais Gallinago gallinago, chevalier gambette Tringa totanus…).

b. Visiteurs de passage (14 espèces)

13Ces visiteurs sont fréquents en automne lors de leur passage postnuptial et au printemps lors de leur passage prénuptial. Il s'agit particulièrement de scolopacidés (bécasseau cocorli Calidris ferruginea et le bécasseau minute Calidris minuta) et de sternidés (guifette moustac Chlidonias hybridus et la sterne hansel Sterna nilotica).

c. Nicheurs sédentaires (11 espèces)

14Cette catégorie regroupe les espèces présentes dans la dépression durant toute l'année. Certaines de ces espèces comportent une population hivernante et une autre sédentaire. Il s'agit entre autres du flamant rose Phoenicopterus roseus et du tadorne casarca Tadorna ferrruginea.

d. Nicheurs migrateurs (2 espèces)

15Il s'agit de deux espèces estivantes strictes, le grèbe castagneux Tachybaptus ruficoliset le goéland leucophée Larus michahellis, qui hivernent dans le Nord de l'Algérie.

IV - Discussion

16Au total, 53 espèces appartenant à quinze familles, comprenant nicheurs, nicheurs migrateurs, hivernants et visiteurs de passage, ont été observées durant la période d'étude (voir Tab. I). Parmi celles-ci, les scolopacidés constituent la famille la mieux représentée en espèces, cependant le flamant rose est le plus abondant du point de vue effectif, avec un maximum de 42700 individus noté en décembre 2007. Les autres familles sont peu représentées, excepté celle des anatidés qui suit celle des scolopacidés en richesse spécifique, mais demeure faiblement représentée en effectifs.

17L'analyse de la structure de l'avifaune aquatique de cette région montre que presque la moitié des espèces hébergées par les zones humides de la dépression sont des hivernantes. Ce taux important d'hivernants indique que cette dépression est un quartier d'hivernage propice pour l'avifaune aquatique de l'ouest paléarctique, notamment pour certaines espèces qui sont observées avec des effectifs très importants, dépassant parfois 1 % de la population régionale, comme le cas du flamant rose qui exploite tous les sites, particulièrement les grands chotts (Chott Tindla – Photo 2 –, Chott Merouane et Chott Melghir) (M. HOUHAMDI et al. 2008). Par ailleurs, parmi les hivernants figure la talève sultane Prophyrio prophyrio, une espèce peu représentée en Algérie (P. ISENMANN et A. MOALI, 2000), mais fréquente au niveau du lac d'Oued Khrouf.

Photo 2 - Le grand drain d'Oued Righ au niveau du chott Tindla. [cliché : Y. NOUIDJEM, 25 décembre 2010] 

Photo 2 - Le grand drain d'Oued Righ au niveau du chott Tindla. [cliché : Y. NOUIDJEM, 25 décembre 2010] 

18Les plans d'eau de la dépression sont aussi utilisés comme des haltes pour les oiseaux migrateurs lors de leur voyage vers le sud en automne et vers le nord au printemps pour rejoindre leurs sites de nidification, cela justifié par le pourcentage de 26 % des espèces qui présentent le statut visiteur de passage. La variété des habitats dans la dépression (phragmites, ilots, palmeraies…) favorise la nidification de 25 % des espèces d'oiseaux d'eau qui exploitent les zones humides de la dépression (dont 21 % sont des nicheuses sédentaires et 4 % sont des nicheuses migratrices).

19L'avifaune nicheuse dans les zones humides de la dépression d'Oued Righ renferme deux espèces qui présentent un intérêt pour la conservation : la sarcelle marbrée, de la catégorie des espèces menacées d'extinction (VU) sur la liste rouge de l'UICN, et le fuligule nyroca, espèce quasi-menacée (BirdLife International, 2004). La nidification de la sarcelle marbrée a lieu sur toutes les zones humides de la dépression d'Oued Righ où environ 42 couples nicheurs et au moins 1050 hivernants ont été notés en 2008, alors que cette espèce n'a été mentionnée auparavant que comme visiteur de passage (A.J. GREEN, 1993). Des observations sahariennes précédentes ont prouvé le statut de visiteur de passage pour le fuligule nyroca (S. BREHME et al., 1994) bien que, dans notre étude, elle soit considérée comme nicheuse, principalement dans trois sites (lacs Ayata et d'Oued Khrouf, Chott Hamraïa 1) avec une vingtaine de couples pour ces trois sites en 2007. Ces observations récentes confirment la grande valeur ornithologique de cet éco-complexe et son intérêt pour la conservation d'espèces menacées.

20L'éco-complexe de zones humides de la dépression d'Oued Righ héberge pendant toute l'année une population de flamants roses (M. LAFERRÈRE, 1966 ; P. ISENMANN et A MOALI, 2000 ; M. HOUHAMDI et al., 2008). Des études préliminaires ont montré que cette espèce est sédentaire avec des effectifs dépassant pendant toute l'année le seuil de1 % de la population régionale (A. BOUZEGAG, 2008 ; Y. NOUIDJEM, 2008 ; M. HOUHAMDI et al., 2008 ; E. BENSACI, 2011 ; E. BENSACI et al., 2011).

21D'après une étude réalisée de juin 2004 à juin 2008, cet échassier sédentaire fréquente les deux hydrosystèmes les plus étendus de la dépression (Chott Melghir et Chott Merouane) durant la période estivale. L'effectif de flamants roses reproducteurs du Chott Merouane est le plus riche de la dépression d'Oued Righ et cette colonie est considérée comme la plus importante de cette espèce dans le Sahara algérien. Il est probable que le Chott Melghir, le plus grand plan d'eau de la région, joue le rôle de gagnage pendant le nourrissage des poussins nés dans le Chott Merouane, comme ce fut le cas particulièrement pendant le mois de juin 2010. Il est d'accès très difficile et demeure de ce fait exploré partiellement (E. BENSACI et al., 2011).

22Ces observations témoignent du rôle majeur des zones humides de la dépression d'Oued Righ pour la conservation de l'avifaune algérienne, rôle largement méconnu à ce jour.

V - Conclusion

23La variété des statuts phénologiques de l'avifaune aquatique de zones humides de la dépression d'Oued Righ montre le rôle joué par cet éco-complexe de zones humides dans l'hivernage pour certaines espèces et de stationnement et de reproduction pour d'autres.

24 La découverte d'un troisième site de reproduction du flamant rose en Algérie, le Chott Merouane, renforce le besoin de coordonner des plans de gestion afin de pérenniser la conservation de cette espèce phare des grands chotts et sebkhas nord-africains.

25 L'évolution climatique récente et l'augmentation de la pression anthropique (pollution, fragmentation des habitats notamment après les derniers travaux d'aménagement du grand drain d'Oued Righ (Photo 3) et les prélèvements intensifs des phragmites), ont induit sur ces zones humides fragiles des modifications remarquables sur la qualité des habitats et le régime hydrique de ces écosystèmes. Il est urgent pour les autorités locales d'élaborer un programme de conservation surtout après la découverte de la reproduction de certaines espèces protégées et menacées comme le flamant rose, la sarcelle marbrée ou le fuligule nyroca.

Photo 3 - Le grand drain d'Oued Righ. [cliché : A. BOUZEGAG, 25 décembre 2010]

Photo 3 - Le grand drain d'Oued Righ. [cliché : A. BOUZEGAG, 25 décembre 2010]
Haut de page

Bibliographie

BENSACI E. (2011) - Éco-éthologie du Flamant rose Phœnicopterus roseus dans la Vallée d'Oued Righ (Sahara oriental algérien). Thèse de Doctorat, Université du 08 mai 1945, Guelma, 139 p.

BENSACI E., BOUZEGAG A., GUERGUEB E., BOUNAB C., BRAHMIA H., NOUIDJEM Y., ZERAOULA A., BOUAGUEL L., SAHEB M., METLAOUI S., MAYACHE B., BOUSELAMA Z. et HOUHAMDI M. (2011) - Chott Merouane (Algérie) : un nouveau site de reproduction du Flamant rose Phoenicopterus roseus. Flamingo Bulletin, IUCN-SSC/Wetlands International Flamingo Specialist Group,n° 18, p. 40-47.

BirdLife International (2004) - Threatened Birds of the World 2004. Édit. BirdLife International, CD-ROM. Cambridge (Royaume Uni).

BLONDEL J. (1975) - Analyse des peuplements d'oiseaux d'eau. Élément d'un diagnostic écologique. I : La méthode des échantillonnages fréquentiels progressifs (E.F.P.). La Terre et la Vie, vol. 39, p. 533-589.

BOULKHSSAÏM M., HOUHAMDI M., SAHEB M., SAMRAOUI F. et SAMRAOUI B. (2006) - Breeding and banding of Greater Flamingo Phoenicopterus roseus in Algeria. Flamingo Bulletin, IUCN-SSC/Wetlands International Flamingo Specialist Group,n° 14, p. 21-24.

BOUZEGAG A. (2008) - Inventaire et écologie de l'avifaune aquatique du Lac Ayata (Wilaya d'El-Oued). Mémoire de Magister, Université du 08 mai 1945, Guelma, 79 p.

BREHME S., HAHNKEM H., MIELKE A., HELBIG J et EHMIG G. (1994) - Beiträge zur Wintervogelwelt Algeriens mit ernährungsökologischen Beobachtungen speziell an Sylviiden. Vogelwelt, vol. 11, p. 227-241.

FISHPOOL D.C. et EVANS M.I., sous la direction de (2001) - Important Bird Areas in Africa and associated islands: priority sites for conservation. Édit. Pisces Publications and BirdLife International, BirdLife Conservation Series, n° 11, Newsbury and Cambridge (Royaume Uni), 1144 p.

GREEN A.J. (1993) - The status and conservation of the Marbled Teal Marmaronetta angustirostris. Édit. International Waterfowl and Wetlands Research Bureau, Special Publication, vol. 23, Slimbridge (Royaume Uni), 107 p.

HEIM DE BALSAC H. et MAYAUD N. (1962) - Les oiseaux du Nord-Ouest de l'Afrique. Édit. Paul LE CHEVALIER, Paris, 486 p.

HOUHAMDI M. (2002) - Écologie des peuplements aviens du Lac des Oiseaux (Numidie orientale). Thèse de Doctorat d'État, Université Badji Mokhtar, Annaba, 146 p.

HOUHAMDI M., BENSACI E., NOUIDJEM Y., BOUZEGAG A., SAHEB M. et SAMRAOUI B. (2008) - Éco-éthologie des Flamants roses Phoenicopterus roseushivernants dans la vallée de Oued Righ, Sahara oriental algérien. Aves, vol. 45, n° 1, p 15–27.

ISENMANN P. et MOALI A. (2000) - Oiseaux d'Algérie (Birds of Algeria). Édit. Société d'Études Ornithologiques de France, Paris, 336 p.

LAFERRÈRE M. (1966) - Les Flamants roses Phoenicopterus ruber roseus sur les chotts de la Vallée de l'Oued Righ (Nord-Sahara). Alauda, vol. 34, p. 67-69.

LAMOTTE J. et BOURLIÈRE A. (1969) - Problèmes d'Écologie : l'échantillonnage des peuplements animaux des milieux terrestres. Édit. MASSON, Paris, 151 p.

LEDANT J. P., JACOBS P., MAHLER F., OCHANDO B. et ROCHE J. (1981) - Mise à jour de l'avifaune algérienne. Le Gerfaut, vol. 71, p. 296-398.

NOUIDJEM Y. (2008) - Écologie des oiseaux d'eau du Lac de Oued Khrouf (Vallée de Oued Righ, Sahara algérien). Mémoire de Magister, Université du 08 mai 1945, Guelma, 73 p.

SAHEB M. (2009) - Écologie de la reproduction de l'Échasse blanche Himantopus himantopus et de l'Avocette élégante Recurvirostra avosetta dans les hautes plaines de l'Est-Algérien. Thèse de Doctorat, Université Badji Mokhtar, Annaba, 147 p.

STEVENSON A.C., SKINNER J., HOLLIS G.F et SMART M. (1988) - El Kala national park and environs, Algeria : An ecological evaluation. Environmental conservation, vol. 15, p. 335­348.

TAMISIER A. et DEHORTER O. (1999) - Camargue, Canards et Foulques : Fonctionnement d'un prestigieux quartier d'hiver. Édit. Centre Ornithologique du Gard, Nîmes, 369 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Lac d'Oued Khrouf. [Cliché : E. BENSACI, 10 juin 2010]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau I - Caractéristiques des principales zones humides de la dépression d'Oued Righ.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 1 - Situation géographique des principales zones humides de la dépression d'Oued Righ.
Légende Source : Google Earth2011Cnes/Spot Image/2011 GeoEye.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 2 - Distribution du nombre d'espèces par famille au sein de l'avifaune aquatique des zones humides d'Oued Righ.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau II - L'avifaune aquatique recensée dans les zones humides d'Oued Righ (septembre 2005 - décembre 2008).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Tableau II - Suite.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 3 - Structure du peuplement d'oiseaux aquatiques du complexe de zones humides de la dépression d'Oued Righ.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 2 - Le grand drain d'Oued Righ au niveau du chott Tindla. [cliché : Y. NOUIDJEM, 25 décembre 2010] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Photo 3 - Le grand drain d'Oued Righ. [cliché : A. BOUZEGAG, 25 décembre 2010]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3198/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ettayib Bensaci, Menouar Saheb, Yacine Nouidjem, Abdelaziz Bouzegag et Moussa Houhamdi, « Biodiversité de l'avifaune aquatique des zones humides sahariennes : cas de la dépression d'Oued Righ (Algérie) », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 211-222.

Référence électronique

Ettayib Bensaci, Menouar Saheb, Yacine Nouidjem, Abdelaziz Bouzegag et Moussa Houhamdi, « Biodiversité de l'avifaune aquatique des zones humides sahariennes : cas de la dépression d'Oued Righ (Algérie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 24 février 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3198 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3198

Haut de page

Auteurs

Ettayib Bensaci

Département des Sciences de la Nature et de la Vie, Université de M'sila, M'SILA, et Laboratoire de Recherche"Biologie-Eau-Environnement", Université de Guelma, GUELMA, ALGÉRIE.
Courriel : bensacitayeb@yahoo.fr

Menouar Saheb

Département des Sciences de la Nature, Université d'Oum El-Bouaghi, OUM EL-BOUAGHI, ALGÉRIE.
Courriel : saheb_tahar@yahoo.fr

Yacine Nouidjem

Département des Sciences de la Nature et de la Vie, Université de M'sila, M'SILA, et Laboratoire de Recherche"Biologie-Eau-Environnement", Université de Guelma, GUELMA, ALGÉRIE.
Courriel : nouidjemyacine@yahoo.fr

Abdelaziz Bouzegag

Département de Biologie, Université de M'sila et Laboratoire de Recherche "Biologie-Eau-Environnement", Université de Guelma, GUELMA, ALGÉRIE.
Courriel : bouzegagabdelaziz@yahoo.fr

Moussa Houhamdi

Département de Biologie, Université de Guelma et Laboratoire de Recherche "Biologie-Eau-Environnement", Université de Guelma, GUELMA, ALGÉRIE.
Courriel : houhamdimoussa@yahoo.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org