Navigation – Plan du site
Articles

Localisation des zones d'accès à l'eau en saison sèche par analyse multicritère dans le bassin versant du Goudébo (région de Yakouta, Burkina Faso)

Lucien Ouédraogo, Blaise Ouédraogo, Oumar Kaboré, Pawendkisgou Isidore Yanogo, Tanga Pierre Zoungrana et Ibrahim Bouzou Moussa
p. 49-66

Résumés

L'étude a pour objectif l'identification des zones d'accès à l'eau des agro-pasteurs en saison sèche dans le bassin versant du Goudébo. La démarche utilisée est l'Analyse à Référence Spatiale (AMC-RS) basée sur le Système d'Information Géographique et l'analyse multicritère. Les points d'eau utilisés pour les différents besoins (cours d'eau, boulis, forages, mares, citernes, puisards, puits et barrages) ont été répertoriés avec les populations. Les documents cartographiques et les levés de terrain ont permis, grâce au SIG, de constituer une base de données cartographique de ces éléments. La prise en compte des temps de trajet a permis de spatialiser l'accessibilité aux points d'eau. Les AMC-RS ont été réalisées à partir des résultats du SIG, sur la base de critères de pondération proposés par les producteurs lors des séances d'interviews semi-structurées. Les résultats de l'analyse ont donné 7,4 % de zones présentant un bon niveau d'accès cumulé à différents types de point d'eau. Ces zones relativement limitées sont circonscrites autour de 20 % des villages. L'importance prise par les barrages, et particulièrement celui de Yakouta, pose le problème de la gestion de leur bassin d'alimentation dans l'avenir.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le changement climatique constitue aujourd'hui une menace majeure pour l'environnement et le développement durable (B. DIALLO, 2010). Dans chacun des continents, il se manifeste à des degrés divers, à différentes échelles spatiales (L. OUÉDRAOGO, 2009). En zone sahélienne, aux conditions climatiques difficiles, les systèmes écologiques et agricoles sont particulièrement sensibles aux modifications du climat, même mineures. Les communautés pauvres sont les plus vulnérables, du fait de leurs capacités d'adaptation limitées et de leur grande dépendance à l'égard de ressources à forte sensibilité climatique et en premier lieu, directement, à celle en eau.

2Au Burkina Faso, les études menées par le Secrétariat Permanent du Conseil National de l'Environnement et du Développement Durable (SP-CONED, 2007) indiquent que la pluviométrie annuelle moyenne a connu une baisse sensible de 1931 à 2000. Elle s'est traduite par un déplacement vers le sud, de 100 km environ, des isohyètes moyennes établies sur quatre périodes de 30 ans. D'autres études (PANA, 2003 ; L.B. TRAORÉ, 2005) ont la diminution de la au cours des prochaines décennies : -3,4 % à l'horizon 2025, -7,3 % à celui 2050, alors que le secteur agricole en dépend totalement.

3Le Sahel burkinabé est une zone particulièrement sensible, car la majeure partie des plans d'eau tarissent quelques mois après les dernières pluies. L'eau y constitue une ressource rare et des stratégies sont développées par les populations pour optimiser son utilisation, afin d'assurer le déroulement normal des activités, aussi bien économiques que domestiques (L. OUÉDRAOGO, 2009). Ainsi, dans le bassin versant du Goudébo, des infrastructures sont mises en place pour la gestion de l'eau, afin que les agriculteurs et les éleveurs puissent mener leurs activités en saison sèche.

4L'objectif de la présente étude est de mesurer les niveaux de couverture spatiale des points d''eau du bassin versant en saison sèche. Il s'agit spécifiquement :

  • de cartographier les sites et ouvrages de gestion de l'eau,

  • d'évaluer leur incidence sur l'alimentation en eau des populations,

  • d'analyser le niveau de couverture spatiale de l'accès à l'eau.

II - Le terrain d'étude

5Les recherches ont été menées dans bassin versant du Goudébo, un affluent du Gourouol. Le terrain d'étude est localisé à 10 km environ de Dori, chef-lieu de la région sahélienne du Burkina Faso, entre 13°49'18,12'' et 14°12'45,36'' de latitude Nord et entre 0°36'30,96'' et 0°4'55,2'' de longitude Ouest (Fig. 1). Ce bassin couvre une superficie d'environ 1800 km2 et regroupe trente cinq villages administratifs répartis entre les communes de Dori à l'est et de Gorgadji à l'ouest.

Figure 1 - Situation géographique du bassin versant du Goudébo.

Figure 1 - Situation géographique du bassin versant du Goudébo.

Source : IGB (2003).

1 ) Caractéristiques biophysiques

6Le climat est de type sahélien, avec un régime pluviométrique unimodal, la saison des pluies allant de mai-juin à septembre-octobre. Le bassin du Goudébo se trouve entre les isohyètes 400 et 500 mm (déterminées sur la période 1961-1990). Selon L. THIOMBIANO (2000), les précipitations annuelles à Dori fluctuent entre 200 et 600 mm. La région connaît des températures élevées ; les moyennes journalières sont toujours supérieures à 30°C de mars à mai, avec des variations diurnes importantes (S. GUINKO, 1984).

7La carte pédologique de reconnaissance de la république de Haute Volta (R. MOREAU et al., 1973) recense quatorze types de sols sur la zone d'étude. Selon L. THIOMBIANO (2000), ces sols sont dans l'ensemble dégradés, sous l'influence de conditions climatiques peu favorables. Les sécheresses successives des décennies 1970 et 1980 ont contribué à cette évolution. Ces dernières années, sous l'effet de l'érosion éolienne et hydrique, la dégradation des sols s'est accélérée, rendant la gestion des ressources en eau encore plus difficile, dans un environnement où elles constituent un élément précieux.

8La végétation du bassin versant est composée essentiellement par une steppe, arbustive sur 37,5 % de la superficie totale et herbeuse sur 13,8 % (évaluations tirées des images satellitales Landsat de 2011 et d'observations de terrain). Ce type de végétation est caractéristique des formations sahéliennes, dont le niveau de dégradation atteint 50 %. De ce fait, une grande partie des eaux de pluie s'écoule en surface, faute de végétation pour la retenir. Le ruissellement provoque ainsi une érosion très active, qui donne même naissance à des ravines.

9 Selon LOUÉDRAOGO (2012), trois types de paysages caractérisent le bassin versant :

  • La cartographie de la Base de Données d'Occupation des Terres (IGB, 2002) indique que des dunes occupent une large partie du bassin versant, au nord d'un parallèle passant entre Bellare-Djamalel et Bangatakalere (Fig. 1). Selon l'IER et al. (1994, cités par L. THIOMBIANO, 2000), ce sont des dunes récentes, ravinées, en mutation constante. Des mesures effectuées à Katchari (L. THIOMBIANO, 2000) ont montré que ces dunes sont soumises à une évolution due aux effets de l'Harmattan (vent d'est des régions sahéliennes) qui leur impriment une progression de direction est-ouest, de l'ordre de 50 cm par an et accentuent le risque de comblement des mares. Les cordons dunaires créent un phénomène d'endoréisme qui favorise la constitution, toujours temporaire, de lacs naturels, tels que celui de Djigo, et de marigots inter-dunaires. Le système dunaire est dégradé dans son ensemble, car il est le siège privilégié des activités agropastorales, plus de 50 % de la surface étant occupée par les champs. Les zones humides sont très menacées, à la fois par les processus d'ensablement liés aux apports éoliens (mobilité des dunes et apports d'aérosols) et par les phénomènes de colluvionnement liés au piétinement des animaux.

  • Dans l'extrême sud-est de la zone d'étude (secteur de Fetombale, Bargaré et Nakou), les collines façonnées dans les grès du Birrimien sont généralement réservées à un pâturage de saison sèche.

  • Le reste du bassin versant est occupé par une plaine où la pression agricole est relativement peu prononcée. Se trouvent ici des complexes steppes-jachères-champs, mais aussi des zones humides, avec des marigots, drainées par les cours d'eau.

2 ) Caractéristiques socio-économiques

10Sur le terrain d'étude, la population est estimée à 43151 habitants (INSD, 2009). Les principaux groupes ethniques présents sont les Fulbé, les Rimaïbé, les Bella, les Sonraï, les Gourmantché, les Mossé, les Fulsé et les Bissa. La densité moyenne est d'environ 23 habitants au km2 dans un milieu où les ressources naturelles ne peuvent correctement supporter que 0,3 personne par km2 (OCDE, 1988, cité par L. THIOMBIANO, 2000). Il y a donc un déséquilibre qui entraîne une réelle pression sur le milieu naturel. Les populations, à majorité agropastorales, font de l'agriculture et de l'élevage leurs activités de prédilection. L'agriculture est pratiquée par environ 81 % de la population dans des conditions naturelles difficiles (LOUÉDRAOGO, 2012). Le système de culture est traditionnel et extensif. La part des superficies cultivées est passée de 23,6 à 32,3 % entre 1986 et 2011. Le mil est la céréale la plus cultivée, car il convient aux habitudes alimentaires de la population et s'adapte aux sols sableux du bassin versant. En effet, ce sont les dunes qui reçoivent ces cultures non exigeantes en eau et dont le cycle est relativement court. Le rendement moyen est de 500 à 800 kg par hectare et la superficie moyenne cultivée par ménage est de 0,73 ha. Les autres céréales, comme le sorgho, sont cultivées sur les autres types de sols, qui répondent mieux à leurs cycles végétatifs. Toutefois il est rare de retrouver les champs en monoculture. Différentes espèces sont généralement associées, une stratégie pour faire face aux aléas pluviométriques.

11Quant à l'élevage, qui mobilise 78 % de la population de la zone d'étude, il présente la même organisation traditionnelle et extensive que l'agriculture. Le cheptel compte plusieurs dizaines de milliers de têtes : bovins, ovins et surtout caprins. À ces animaux s'ajoutent des asiniens et des volailles.

12D'autres activités tiennent une place secondaire : cultures maraîchères, artisanat, pêche, commerce et orpaillage.

13Au Sahel, les ressources en eau et en pâturages varient beaucoup selon les saisons (B. THÉBAUD (1990). La courte saison des pluies offre des conditions favorables. En revanche, pendant la longue saison sèche, l'eau devient rare, tandis que les pâturages se réduisent et perdent en qualité. Les hommes partagent alors avec les troupeaux un petit nombre de points d'eau. La gestion de l'espace est donc alors sous l'étroite dépendance de l'accessibilité à l'eau.

III - Méthodologie de la recherche

14L'approche mise en œuvre pour évaluer l'accessibilité à l'eau s'appuie sur différents supports :

1 ) Des données primaires en format numérique ou analogique (sur papier)

15Elles ont été collectées dans les différentes bibliothèques, les centres de recherche à Ouagadougou ou à Dori et auprès des services techniques, des responsables de projet, des ONG, des bureaux d'étude qui interviennent dans la zone. Les documents analogiques ont été scannés et digitalisés, tandis que les points d'eau ont été spatialisés à partir des cartes existantes et de nos relevés GPS. Un GPS (de type Garmin 60 CSx) a été utilisé pour le géoréférencement des points d'eau et des cartes thématiques disponibles (topographiques, pédologiques, hydrologiques, etc.).

2 ) Un questionnaire

16Un questionnaire a été distribué en mars-avril 2010 à un échantillon de 322 chefs de ménage (chaque ménage représente en moyenne 5 personnes) répartis entre quatre villages : Yakouta, Oulo, Nakou et Léré, qui manifestent des situations contrastées au regard de l'accès à l'eau, notamment en matière de proximité des barrages (voir Fig. 1). Ainsi a-t-il été possible de collecter les informations sur les systèmes de culture et de répertorier les sites et les ouvrages de gestion de l'eau utilisés pour les activités de saison sèche : cours d'eau, boulis (retenues d'eau, artificielles et temporaires, construites dans certains villages), forages, mares, citernes, puisards, puits et barrages.

17Puits, forages et barrages fournissent de l'eau toute l'année. La plupart des cours d'eau offrent encore un peu d'eau jusqu'en janvier ou février, au moins sous forme de trous d'eau. La disponibilité des mares naturelles peut atteindre février ou mars, alors que celle des boulis cesse en janvier ou février. En fin de saison sèche, les puisards creusés dans le lit des cours d'eau et dans le fond des mares asséchés fournissent encore de petites quantités d'eau.

18Tous les types de points d'eau sont utilisés pour les usages domestiques (boisson, cuisine, lessive) et l'abreuvement du bétail (des petits ruminants pour les citernes). Les cours d'eau et les barrages alimentent en outre la fabrication de briques. Les mares, les barrages et les boulis permettent le maraîchage.

3 ) Des entretiens

19En février 2011, quatre réunions ont en outre été organisées dans les mêmes villages de Yakouta, Oulo, Nakou et Léré. Chacune a réuni une centaine de personnes. La problématique retenue portait bien sûr sur les années sèches, celles plus humides ne posant pas de problème sérieux d'accès à l'eau.

20Des discussions, sont ressorties des distances de référence permettant de classer l'accès à chaque point d'eau comme facile (distance inférieure à 1 km), assez facile (distance entre 1 et 4 km) ou difficile (distance supérieure à 4 km).

21Par ailleurs, des votes ont été organisés pour déterminer le niveau d'intérêt des populations pour les différents types de point d'eau, en les confrontant deux à deux.

22Le choix des participants est influencé par leur propre environnement, la pérennité de la ressource (surtout pendant la période critique de mars à mai) et la quantité d'eau disponible. Un type de point d'eau dont l'eau n'est pas accessible toute l'année, ne bénéficie nulle part de la même appréciation positive qu'un autre dont la ressource est pérenne. Le tableau I synthétise l'ensemble des avis exprimés.

Tableau I - Synthèse des préférences exprimées par la population sur les types de point d'eau en saison sèche.

Tableau I - Synthèse des préférences exprimées par la population sur les types de point d'eau en saison sèche.

Cette synthèse des résultats n'exclut pas certaines contradictions. Ainsi, globalement, le puits est préféré au barrage, qui est lui-même préféré au forage, lequel est pourtant mieux considéré que le puits. De même, la citerne est préférée au bouli, qui vient devant le cours d'eau, lequel devance cependant la citerne.

23Au delà de ce tableau, en tenant compte grossièrement de l'ensemble des avis donnés sur les types de point d'eau, des notes sur 100 ont été attribuées à ces derniers, de telle sorte que le total égale 100. Les barrages, les puits et les forages, qui offrent toujours de l'eau, ont une note de 22, contre 10 pour les puisards, 7 pour les mares, les boulis et les cours d'eau et 3 pour les citernes. Divisées par 100, ces valeurs fourniront des coefficients de pondération utilisés infra.

4 ) Un SIG

24Il a permis de constituer une base de données cartographiques en digitalisant les cartes analogiques fournies par différents services et en harmonisant leurs systèmes de projection en Universal Transverse Mercator (UTM), WGS 84 de la zone 30 dont le code EPSG = 32630. Ces documents ont été rastérisés en vue d'élaborer des cartes d'accès à l'eau par type d'ouvrage à l'aide du module r.costde GRASS. À partir de la carte raster initiale(input raster map), en s'appuyant sur le comptage des pixels, le module spatialise les informations introduites par l'utilisateur. Dans le cas traité, l'attraction exercée sur la population par un point d'eau est représentée par des aires concentriques, l'attractivité diminuant progressivement avec la distance, jusqu'à s'annuler. La hiérarchisation va de 0 (attractivité nulle) à 100 (attractivité maximale). L'accès est considéré comme facile pour les valeurs au-dessus de 95 (distance inférieure à 1 km), assez facile pour les valeurs entre 80 et 95 (1 à 4 km) et difficile pour les valeurs inférieures à 80 (plus de 4 km). Cette hiérarchisation obéit à la classification en trois catégories proposée par D. HAMDADOU et al. (2007).

5 ) Une analyse multicritère à référence spatiale (AMC-RS)

25Parmi les possibilités géomatiques pour la modélisation spatio-temporelle et l'aide à la décision, l'analyse multicritère (AMC) offre des avantages particulièrement intéressants. Dans le cas de cette étude, par exemple, elle part de l'hypothèse qu'il existe, pour une date donnée, une série de critères spatialisés pouvant expliquer la variabilité de la gestion de l'eau dans le bassin. Par leurs capacités à mémoriser, manipuler et produire de l'information spatiale, les systèmes d'information à référence spatiale (SIRS) (Z. LILI CHABAANE et al., 2002) sont d'excellents outils d'analyse pour la planification et la gestion. Aussi, dans le souci de prendre en compte toutes les composantes de la gestion de l'eau en saison sèche, nous y avons recouru, afin de lier les AMC au système d'information géographique.

26L'AMC-RS, combinaison de l'analyse multicritère aux systèmes d'information géographique, permet de répondre à des problèmes de localisation, d'analyse de contraintes, de potentiels ou de risques (B. ROY, 1985, cité par D. SAINT-LAURENT et M. SCHNEIDER, 2004). L'AMC-RS constitue une voie privilégiée et incontournable pour faire évoluer les SIG vers de véritables systèmes d'aide à la décision (A. LAARIBI, 2000 ; F. JOERIN et al., 1998 ; M. PAEGELOW et al., 2004 ; S. CHAKHAR, 2006, cité par C.M.G. KÊDOWIDÉ, 2010). Préconisée pour la gestion intégrée des ressources en eau (CAP-NET, 2005), elle a été utilisée par A. BENSAID et al. (2007) pour la réalisation d'une carte de la pression anthropique sur le milieu steppique algérien.

IV - L'accès à l'eau par point d'eau

27La cartographie concerne tous les points d'eau alimentant les activités domestiques, l'agriculture (cultures maraîchères) et l'élevage (abreuvement des troupeaux), auxquels il faut ajouter, pour certains, les activités halieutiques.

28Pour chaque type de point d'eau, le traitement par le module r.cost de GRASS permet d'évaluer le niveau d'accessibilité des populations aux différents points d'eau (Fig. 2).

Figure 2 - Accès à chaque type de point d'eau.

Figure 2 - Accès à chaque type de point d'eau.

29L'accès à un point d'eau est figuré sous la forme d'une zone de "couverture", autrement dit de l'aire ayant pour centre l'élément considéré, en tenant compte de la diminution de son influence lorsque l'on s'en éloigne. Pour chaque aire d'influence, on obtient ainsi un zonage qui fait ressortir les niveaux d'accessibilité en fonction de la distance à parcourir. Le tableau III présente les pourcentages et les aires de couverture de ces niveaux d'accès par type de point d'eau.

Tableau III - Extension spatiale globale de l'accès à chaque type de point d'eau.

Tableau III - Extension spatiale globale de l'accès à chaque type de point d'eau.

1 ) L'accès aux cours d'eau

30La densité des cours d'eau du bassin versant atteint environ 568 m/km2, pour 1032 km de longueur totale. Tous les villages disposent au moins d'une portion exploitable en eau pour une partie de la saison sèche, vu leur caractère temporaire. La cartographie fait ressortir que l'accès aux cours d'eau est facile à assez facile sur 65,4 % de la superficie totale du terrain d'étude. Mais ils sont malheureusement à sec trois ou quatre mois seulement après la fin de la saison des pluies.

2 ) L'accès aux boulis

31Les boulis sont des aménagements construits à l'initiative des populations appuyées par des ONG et projets de développement. Ce sont de petites retenues d'eau situées dans des zones dépressionnaires, qui retiennent l'eau pendant quelque temps après la saison pluvieuse. Cette eau est destinée surtout à l'abreuvement du bétail des villages les plus proches et à certaines activités domestiques et maraîchères (Photo 1). Construits en général non loin des villages, ils permettent au bétail de paître dans les champs après les récoltes, en attendant la longue et dure période de la saison sèche. Sur le terrain d'étude, on dénombre huit boulis, dans les villages de Léré, Oulfo Alfa, Tadjo, Lely, Diobou, Tiekaledji, Gorgadji (commune de Gorgadji) et Katchari (commune de Dori). L'accès aux boulis est facile à assez facile pour 22,9 % de la zone d'étude.

Photo 1 - Bouli près du village de Léré. [cliché : L. OUÉDRAOGO]

Photo 1 - Bouli près du village de Léré. [cliché : L. OUÉDRAOGO]

3 ) L'accès aux forages

32On dénombre environ 132 forages fonctionnels (recensement effectué en 2009 par la Direction Générale de Ressources en Eau – DGRE, 2009) et tous les villages possèdent chacun au moins un forage. Destinés prioritairement à l'alimentation humaine, ils servent également à abreuver le bétail durant la saison sèche. La couverture spatiale des forages (accès facile ou assez facile) est estimée à 56,8 % de la zone d'étude.

4 ) L'accès aux mares

33Les trois principales mares sont localisées dans la commune de Dori, à proximité des villages de Djigo, Oulo et Yirga. Elles servent non seulement aux habitants de ces villages, mais aussi à des personnes éloignées des barrages pour l'abreuvement du bétail et les besoins domestiques après l'assèchement des cours d'eau. L'aire d'accès facile où assez facile à ces points d'eau couvre 16,3 % du terrain d'étude.

5 ) L'accès aux citernes

34Les citernes servent à recueillir l'eau de pluie tombée sur le toit des maisons. Le dispositif est constitué d'un chéneau en tôle, qui sert de gouttière, d'un tuyau d'écoulement et d'une citerne bâtie en ciment pour le stockage de l'eau (Photo 2). Seuls deux villages possèdent des citernes : Djigo (9 citernes) et Yirga (23 citernes, très dispersées). Elles sont généralement aménagées au sein de concessions (dans le sens d'un ensemble de maisons appartenant à une même famille) ou en rapport avec des édifices publics tels que les écoles. Les citernes sont essentiellement destinées aux usages domestiques. Leur aire d'attractivité représente 15 % du terrain d'étude.

Photo 2 - Citerne d'eau construite dans le village de Oulo. [cliché : L. OUÉDRAOGO]

Photo 2 - Citerne d'eau construite dans le village de Oulo. [cliché : L. OUÉDRAOGO]

6 ) L'accès aux puisards

35Ce sont de petits puits creusés à la main par les éleveurs au niveau des cours d'eau ou des mares naturelles après leur tarissement. D'une profondeur de 1 à 4 mètres et d'un diamètre de 1,5 mètre en moyenne, ils assurent l'abreuvement d'une partie du bétail en saison sèche. L'exhaure de l'eau est faite à l'aide de seaux (fabriqués à partir de bidons de 20 litres) ou de grosses calebasses (Photo 3). L'eau est déversée dans un abreuvoir creusé juste à côté et protégé par des branchages pour éviter que les animaux ne pénètrent à l'intérieur. Ils sont d'un accès facile à assez facile pour 26,1 % du terrain d'étude.

Photo 3 - Abreuvement au puisard dans la mare de Djigo. [cliché : L. OUÉDRAOGO]

Photo 3 - Abreuvement au puisard dans la mare de Djigo. [cliché : L. OUÉDRAOGO]

On perçoit l'auréole de désertification autour du puits. Elle est due aux passages et aux piétinements des troupeaux

7 ) L'accès aux puits

36La majorité des villages (25 sur 35) possède au moins un puits. On dénombre 65 puits (en 2009, recensement DGRE), soit une moyenne de 1,8 puits par village. Ils fournissent l'eau de boisson aux hommes, en priorité, mais ils servent également à l'abreuvement du bétail, surtout de petits troupeaux. Les puits sont d'un accès facile à assez facile pour environ 35,7 % de la zone d'étude.

8 ) L'accès aux barrages

37De l'aval (est) vers l'amont (ouest), les ouvrages (voir Fig. 1) sont :

  • Le barrage de Yakouta. Construit à partir de 2001 et mis en eau en 2006, c'est le plus important. Il s'étend d'est en ouest sur environ 21 km et son exutoire se trouve près du village de Yakouta. D'une superficie de 1612 ha, il dispose d'une capacité de 26,5 millions de m3. Il constitue la source principale pour l'alimentation en eau de la ville de Dori, située à 15 km de Yakouta. Il permet aussi des cultures maraîchères, pratiquées par quelques producteurs, généralement venus d'autres régions. Sa zone d'influence dépasse largement les cinq villages riverains (Yakouta, Dani, Oulo, Dangade et Peokoye).

  • Le barrage de Bombofa. Presque immédiatement dans le prolongement de celui de Yakouta, son lac couvre 206 ha, pour une longueur de 4,75 km. Son aire d'influence englobe notamment le village de Nobiol.

  • Le barrage de Bouniougui. D'une superficie de 127 ha, sa retenue s'allonge sur 2,5 km environ. Il a été conçu pour le développement des cultures maraîchères, les services techniques sous l'autorité de l'État exploitant, en aval de la digue, des parcelles vouées à ce type de culture. L'aire d'influence de ce barrage s'étend jusqu'au village de Tadjo, 3,5 km en amont du lac.

38En matière d'accès à l'eau, l'influence de ces trois barrages s'exerce sur un total de 515 km2, soit 28,7 % du terrain d'étude (voir Tab. III).

39Ces barrages ont contribué à améliorer les conditions de vie des populations, et en particulier celles des éleveurs. En effet, avant la construction de ces ouvrages, dès le mois de novembre, il fallait commencer à creuser des puisards pour l'abreuvement des animaux, et il fallait les entretenir et les approfondir pendant sept mois, jusqu'aux premières pluies, à la fin mai. Selon eux, il fallait consacrer plusieurs jours à creuser, car la nappe était profonde (plus de 10 m par endroit, en fin de saison sèche). Pour ceux qui allaient aux forages, il fallait attendre son tour et donc passer toute une journée, et souvent même une partie de la nuit, pour abreuver ses animaux. De nous jours, la nappe est affleurante et les animaux peuvent s'abreuver facilement en toute saison. Le travail d'abreuvement des animaux est maintenant plus facile, au point qu'on peut le confier à un enfant. Les femmes, dont la principale activité de saison sèche était de puiser de l'eau, peuvent s'adonner de nos jours à d'autres occupations, comme le maraîchage et le petit commerce, mais aussi participer aux séances d'alphabétisation. L'exode rural a été ralenti et des activités de contre-saison ont vu le jour, notamment dans les villages de Bombofa, Yakouta, Dani, Oulo et Bouniougui. Les pommes de terre, les tomates, les choux… ne sont plus des produits méconnus.

V - L'accès combiné à différents types de point d'eau

40Les cartes de la figure 2 ont été combinées en appliquant, aux valeurs trouvées pour chaque carte, les coefficients de pondération présentés au paragraphe II-2-c (Fig. 3). L'accès combiné à plusieurs types de point d'eau est considéré comme bon lorsque le total cumulé des valeurs pondérées prises en compte atteint au moins 95, assez bon lorsqu'il est compris entre 80 et 95 et mauvais lorsqu'il est inférieur à 80. Un bon accès correspond à une situation optimale en matière d'accessibilité à l'eau.

Figure 3 - Combinaison des accès pondérés à différents types de point d'eau.

Figure 3 - Combinaison des accès pondérés à différents types de point d'eau.

41 En ce qui concerne l'accès cumulé à plusieurs types de point d'eau, les zones de bon niveau sont circonscrites autour de sept villages, à savoir Yakouta, Dani, Katchari et Djigo, à l'est, Bombofa et Nobiol, au centre, et Bouniougui, à l'ouest. Elles couvrent 7,4 % du bassin versant (Tab. IV), mais intéressent 20 % des villages. Pour que le total des notes après pondération atteigne la valeur limite (soit 95), il faut que deux des trois principaux types de point d'eau (barrage, puits, forage) soient d'accès très facile et le troisième d'accès au moins assez facile. Les zones où l'accès est de niveau assez bon occupent 78,1 % du terrain d'étude et forment une bande de 15 km de large passant par les villages de Yakouta, Oulo, Bombofa et Tonga.

Tableau IV - Statistique globale des niveaux d'accès cumulés à différents types de point d'eau.

Tableau IV - Statistique globale des niveaux d'accès cumulés à différents types de point d'eau.

VI - Comportement de la population dans la gestion de l'eau

42Les enquêtes ont révélé que la majorité de la population (81 %) est composée d'agropasteurs. Les activités de saison sèche, consommatrices des quantités importantes d'eau, sont l'élevage et les cultures maraîchères.

43L'élevage (bovin, ovin et caprin), de type extensif, concerne 78 % de la population. Les espaces naturels sont utilisés tout au long de l'année, comme pâturages et comme sources de fourrage. Mais les résidus des récoltes (feuilles d'arachide, tiges de mil ou de sorgho…), laissés aux champs ou conservés à la maison, constituent une source d'alimentation non négligeable pour le bétail.

44L'abreuvement des animaux fait appel à tous les types de point d'eau. Pendant la saison des pluies (mai-juin à septembre-octobre) et au cours des deux ou trois mois suivants, les éleveurs utilisent les cours d'eau. Elles couvrent bien l'ensemble du bassin versant et offrent au bétail les pâturages alentour. Mais leur écoulement est temporaire ; à partir de décembre ou janvier, il devient nécessaire de recourir aux boulis, aux puisards et même aux puits, aux forages et aux citernes. Lorsque les conditions deviennent encore plus difficiles (de mars à mai ou juin), la compétition entre le bétail et les hommes oblige à déplacer une bonne partie du bétail vers les plans d'eau permanents. Il s'agit des mares naturelles, dont les principales sont situées à Djigo, Tila et Tonga, mais surtout des lacs de barrage de Bouniougui, Bombofa et Yakouta.

45Près des lacs de Yakouta et de Bouniougui, les services de l'État possèdent 45,8 ha de parcelles maraîchères travaillées par des ouvriers agricoles. Nous n'avons pas tenu compte de leur activité dans cette étude. D'après les réponses à notre questionnaire, dont nous rappelons qu'elles portent sur quatre villages seulement (Yakouta, Oulo, Nakou et Léré), 31 % des ménages pratiquent des cultures maraîchères : tubercules (manioc, patate, pomme de terre, etc.), maïs et légumes (niébé, chou, tomate, aubergine, haricot vert, salade, concombre, courge, gombo, pastèque, oignon, oseille, etc.).

4680 % des ménages pratiquant le maraîchage sont concentrés autour du barrage Yakouta. Les autres se trouvent autour de boulis, de puisards ou de marigots.

47En avril-mai 2010, nous avons recherché sur le terrain une partie des jardins qui nous avaient été indiqués. En délaissant les plus petits, 45 jardins d'une superficie allant de 0,017 à 9,92 hectares ont ainsi été inventoriés. Leur superficie totale est de 98,5 ha (sans tenir compte des aménagements réalisés par les services techniques).

48La majorité des jardins sont tenus par les hommes, soit 72,5 %, qui se subdivisent en 54,5 % destinés à couvrir des besoins familiaux et 18 % entrant dans un circuit commercial. Nous ne disposons pas de données permettant de faire la distinction entre les deux types d'activité sur les 27,5 % de jardins exploités par des femmes.

49La disponibilité de l'eau conditionne la pratique du maraîchage. À Oulo et Yakouta, villages situés à moins de deux kilomètres du barrage de Yakouta, ce sont respectivement 38,6 % et 46,5 % de la population qui sont impliqués. En revanche, à Léré et Nakou, situés à plus de cinq kilomètres du même barrage, seulement 12,9 % et 2 % en font leur préoccupation.

50En saison sèche, un grand nombre de producteurs, tous autochtones, cultivent le manioc (67,7 % des ménages) et le niébé (62,5 %), sur de petites parcelles irriguées autour des retenues d'eau (Photo 4-a). Pour eux, il s'agit d'une activité secondaire, mais elle leur fournit un complément de ressources alimentaires, utile pour faire la soudure avec les cultures de saison humide.

Photo 4 - Systèmes de cultures maraîchères. [clichés : L. OUÉDRAOGO, janvier 2010]

Photo 4 - Systèmes de cultures maraîchères. [clichés : L. OUÉDRAOGO, janvier 2010]

a - Parcelle de choux et de maïs cultivée par une autochtone. b - Parcelle de pommes de terre cultivée par un migrant.

51En revanche, les migrants font du maraîchage leur activité principale. Ils produisent des pommes de terre (4,2 % des producteurs – Photo 4-b) et des tomates (8,3 % des producteurs) sur des parcelles de plus d'un hectare, en employant une main d'œuvre abondante. Compte tenu du système d'exploitation, il est difficile de quantifier les prélèvements d'eau pour l'irrigation des cultures maraîchères.

VII - Conclusion

52L'analyse effectuée repose en partie sur des éléments subjectifs, en particulier l'attribution des notes aux différents types de point d'eau (K.J. KOUAMÉet al., 2007). Mais ce type d'approche à travers un SIG et une AMC (M. YERGEAU et al., 1991) permet de se faire une idée les zones d'accès à l'eau. Il est ici d'autant plus performant que le nombre de critères est réduit (A. LAARIBI, 2000).

53L'AMC-RS a permis de spatialiser et de hiérarchiser les zones d'accès à l'eau en saison sèche. Les zones les plus favorables sont évidemment celles où l'accès à l'eau est le plus aisé. Certes, cette méthodologie, comme tout autre, comporte des limites, la détermination des classes d'accès à l'eau étant difficile. Mais elle offre l'intérêt de fournir, d'une part, des pistes en vue d'approfondir les investigations et, d'autre part, des résultats pour aider d'ores et déjà les décideurs à orienter les opérations de développement.

54Les zones où l'accès combiné à différents types de point d'eau est le plus satisfaisant se concentrent autour des barrages. Celui de Yakouta joue à cet égard un rôle capital, l'importance de son réservoir donnant l'assurance qu'il ne tarira pas même lors d'une année très sèche. Son influence s'étend du reste au delà de la zone d'étude, jusqu'à la ville de Dori, qu'il alimente en eau potable par une station de pompage de l'Office National de l'Eau et de l'Assainissement (ONEA).

55Les enquêtes menées en 2010 ont en outre révélé qu'en fin de saison sèche (d'avril à mai-juin), une grande partie du cheptel des villages testés, sans doute plus de 50 %, se concentre autour de ce barrage, le reste partageant avec des femmes en quête d'eau de boisson des journées d'attente autour des puits et des forages. Une telle situation se retrouve certainement, mais à un degré moindre, pour les barrages situés plus en amont. L'attractivité du barrage de Yakouta pourrait encore s'accentuer, la grande majorité des agropasteurs souhaitant conduire leur bétail là où l'eau est toujours accessible en grande quantité. Cette évolution a pour conséquence une accentuation de la dégradation du milieu, notamment des sols qui supportent mal une forte pression animale.

56Sur l'ensemble du terrain d'étude, et donc en amont des barrages, les activités agropastorales sont menées sans précaution. Elles font peser des risques sur l'avenir des ressources en eau, sur les plans quantitatif (comblement des ouvrages) et qualitatif (pollution de l'eau par les pesticides et les engrais) (INERA, 2010).

57Le problème de l'eau dépasse donc celui de l'accès immédiat. Des règles de gestion devront donc être établies, en tenant compte de l'ensemble des besoins et des disponibilités de la ressource. Dans cette perspective, il serait souhaitable que le Comité local de l'eau, mis en place en 2006 à Yakouta pour la gestion du barrage (ABC-AB Consult, 2009), soit étendu à tout le bassin versant. Un effort devra être fait pour quantifier la consommation d'eau en fonction des usages, afin d'analyser plus finement les accès à la ressource et d'entamer une démarche prospective.

Remerciements : Nos sincères remerciements à la coordination du projet West African Network for Studies of Environmental Changes (WANSEC) qui a réuni les moyens financiers nous permettant de collecter les informations utiles à la rédaction de cet article (Site internet : http://www.wansec.org/​). Nous sommes en outre reconnaissants aux réviseurs de notre article (Jean RISER et un collègue resté anonyme), ainsi qu'à Georges DE NONI et Claude MARTIN, de leurs conseils avisés.

Haut de page

Bibliographie

ABC-AB Consult (2009) - Étude pour l'élaboration du plan de gestion de l'eau de la zone de compétence du Comité local de l'eau de Yakouta. Tome1 : État des lieux. Programme de lutte contre l'ensablement, rapport final, Ouagadougou, 49 p. + annexes.

BENSAID A., BARKI M., TALBI O., BENHANIFIA K. et MENDAS A. (2007) - L'analyse multicritères comme outils d'aide à la décision pour la localisation spatiale des zones à forte pression anthropique : Le cas du département de Naâma en Algérie. Revue Télédétection, vol. 7, n° 1, p. 359-371.

CAP-NET (2005) - Plans de gestion intégrée des ressources en eau. Manuel de formation et guide opérationnel. Module de formation, Plans GIRE (version traduite), 74 p. + annexes.

CHAKHAR S. (2006) Cartographie décisionnelle multicritère : formalisation et implémen-tation informatique. Thèse de l'Université Dauphine, DFR Sciences des organisations. 265 p. + annexes.

DIALLO B. (2010) - Perceptions endogènes, analyses agroclimatiques et stratégies d'adaptation aux variabilités et changements climatiques des populations dans trois zones climatiques du Burkina Faso. Mémoire d'ingénieur en agrométéorologie, Centre Régional AGRHYMET, 51 p. + annexes.

DGRE (2009) - Base de données sur les points d’eau modernes et les retenues d'eau du Burkina Faso. Direction Générale des Ressources en Eau, Ouagadougou, Burkina Faso.

GUINKO S. (1984) - Végétation de la Haute-Volta. Thèse de l'Université de Bordeaux II, 2 volumes, 394 p.

HAMDADOU D., LABED K. et BENYETTOU A. (2007) - Un système interactif multicritère d'aide à la décision en aménagement du territoire : Approche du tri, intégrale de CHOQUET et SIG. Actes du colloque SETIT 2007 (4th International Conference: Sciences of Electronic, Technologies of Information and Telecommunications–Tunis), p. 1-10.

IER, ISFRA, DNEF, IARE (1994) - Étude de l'ensablement de la vallée du fleuve dans la boucle du Niger au Mali. Rapport des travaux menés dans la région de Gao. Publication PZA, 71 p. + annexes.

IGB (2002) - Base de Données sur l'Occupation des Terres (BDOT). Institut Géographique du Burkina Faso.

IGB (2003) - Base Nationale de Données Topographiques (BNDT) au 1/200000. Institut Géographique du Burkina Faso.

INERA (2010) - Études de faisabilité d'options de gestion intégrée et concentrée du barrage de Yakouta, Région du Sahel, Burkina Faso. Programme "Adaptation au changement climatique en Afrique", rapport CNRST-CRDI-DFID, 41 p. + annexes. URL : http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/bitstream/10625/47618/1/IDL-47618.pdf.

INSD (2009) - Analyse des Résultats du Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 2006, volume 1. Ouagadougou, Burkina Faso, 349 p.

JOERIN F., GOLAY F. et MUST A. (1998) - GIS and multicriteria analysis for land management.Communication à "Cost C4 Final Conference", 10 p.

KÊDOWIDÉ C.M.G. (2010) - Modélisation géomatique par évaluation multicritère pour la prospection de sites d'agriculture à Ouagadougou. VertigO - La revue en sciences de l'environnement, vol. 10,  2, 20 p., URL : http://vertigo.revues.org/10368.

KOUAMÉ K.J., DEH S.K., ANANI A.T., JOURDA J.P. et BIÉMI J. (2007) - Gestion des déchets solides dans le District d'Abidjan (Sud de la Côte d'Ivoire) : Apports d'un SIG et des méthodes d'analyse multicritère. Actes de la conférence SIG 2007 (Versailles, France), Édit. ESRI, Versailles, URL : http://www.esrifrance.fr/sig2007/cocody_kouame.htm.

LAARIBI A. (2000) - SIG et analyse multicritère. Édit HERMÈS - LAVOISIER, 192 p, URL : http://www.eyrolles.com/Sciences/Livre/sig-et-analyse-multicritere-9782746201224?PHPSESSID=.

LILI CHABAANE Z., FRIAA I., RHOUMA A. et FERCHICHI M. (2002) - Choix d'un site de décharge de déchets industriels : utilisation de SIG et de l'analyse multicritère. Actes du colloque EPCOWM'2002 (International Symposium on Environmental Pollution Control and Waste Management – Tunis), p. 425-436.

MOREAU R., GUICHARD E., LEPRUN J.C. et POTTIER J.C. (1973) - Carte pédologique de reconnaissance de la Haute-Volta. Édit. ORSTOM, carte au 1/500000 avec notice.

OCDE (1988) - The Sahel facing the future: Increasing the dependence or structural transformation. Futures study of the Sahel countries 1985-2010. Édit. Organisation de Coopération et de Développement Économiques, Paris, 267 p.

OUÉDRAOGO L. (2009) - Stratégies paysannes d'adaptation au changement climatique. Mémoire de Master (Gestion des ressources naturelles), Université de Ouagadougou, 66 p. + annexes.

OUÉDRAOGO L. (2012) - Gestion de l'eau et adaptation des populations au changement climatique dans le bassin versant des Yakouta (Sahel du Burkina Faso). Thèse de Doctorat, Université Abdou Moumouni de Niamey, Niger, 231 p. + annexes.

PAEGELOW M., VILLA N., CORNEZ L., FERRATY F., FERRÉ L. et SARDA P. (2004) - Modélisations prospectives de l'occupation du sol. Le cas d'une montagne méditerranéenne. Cybergeo: European Journal of Geography, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 295, URL : http://cybergeo.revues.org/2811.

PANA (2003) - Synthèse des études de vulnérabilité et d'adaptation aux changements climatiques : étude de cas du Burkina Faso. Atelier de formation sur les Programmes d'Action Nationaux pour l'Adaptation (Ouagadougou, Burkina Faso, octobre 2003), 11 p.

ROY B. (1985) - Méthodologie multicritère d'aide à la décision. Édit. Economica, Paris, 423 p.

SAINT-LAURENT D. et SCHNEIDER M. (2004) - Application d'un système d'information géographique à l'analyse cartographique des berges sensibles à l'érosion (Rivière du Lièvre, Québec, Canada). Bulletin de la Société géographique de Liège, vol. 44, p. 71-86, URL : http://www.bsglg.be/uploads/BSGLg-2004-44-07_SAINT-LAURENT.pdf.

SP-CONED (2007) - Programme d'Action Nationale d'Adaptation à la variabilité et aux changements climatiques (PANA du Burkina Faso). Ministère de l'Environnement et du Développement Durable, Ouagadougou, Burkina Faso, 84 p.

THÉBAUD B. (1990) - Politiques d'hydraulique pastorale et gestion de l'espace au Sahel. Cahiers des Sciences Humaines, vol. 26, n°1-2, p. 13-31.

THIOMBIANO L. (2000) - Étude de l'importance des facteurs édaphiques et pédopaysagiques, dans le développement de la désertification en zone sahélienne du Burkina Faso. Thèse de Doctorat d'État (Pédologie), Université d'Abidjan-Cocody, Côte d'Ivoire, 327 p.

TRAORÉ L.B. (2005) - Vulnérabilité et adaptation aux changements climatiques, secteur de l'agriculture au Burkina Faso. Extrait de la première Communication Nationale sur les Changements Climatiques, document de présentation, Ouagadougou, 19 p.

YERGEAU M., GOZE BÉNIÉ B., BONN F et PRÉVOST C (1991) - Satellite et gestion de l'eau au Sahel. Sécheresse, vol. 2, n° 1, p. 48-60.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation géographique du bassin versant du Goudébo.
Légende Source : IGB (2003).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau I - Synthèse des préférences exprimées par la population sur les types de point d'eau en saison sèche.
Légende Cette synthèse des résultats n'exclut pas certaines contradictions. Ainsi, globalement, le puits est préféré au barrage, qui est lui-même préféré au forage, lequel est pourtant mieux considéré que le puits. De même, la citerne est préférée au bouli, qui vient devant le cours d'eau, lequel devance cependant la citerne.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 2 - Accès à chaque type de point d'eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Tableau III - Extension spatiale globale de l'accès à chaque type de point d'eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 1 - Bouli près du village de Léré. [cliché : L. OUÉDRAOGO]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 2 - Citerne d'eau construite dans le village de Oulo. [cliché : L. OUÉDRAOGO]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photo 3 - Abreuvement au puisard dans la mare de Djigo. [cliché : L. OUÉDRAOGO]
Légende On perçoit l'auréole de désertification autour du puits. Elle est due aux passages et aux piétinements des troupeaux
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 3 - Combinaison des accès pondérés à différents types de point d'eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau IV - Statistique globale des niveaux d'accès cumulés à différents types de point d'eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 4 - Systèmes de cultures maraîchères. [clichés : L. OUÉDRAOGO, janvier 2010]
Légende a - Parcelle de choux et de maïs cultivée par une autochtone. b - Parcelle de pommes de terre cultivée par un migrant.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Ouédraogo, Blaise Ouédraogo, Oumar Kaboré, Pawendkisgou Isidore Yanogo, Tanga Pierre Zoungrana et Ibrahim Bouzou Moussa, « Localisation des zones d'accès à l'eau en saison sèche par analyse multicritère dans le bassin versant du Goudébo (région de Yakouta, Burkina Faso) », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 49-66.

Référence électronique

Lucien Ouédraogo, Blaise Ouédraogo, Oumar Kaboré, Pawendkisgou Isidore Yanogo, Tanga Pierre Zoungrana et Ibrahim Bouzou Moussa, « Localisation des zones d'accès à l'eau en saison sèche par analyse multicritère dans le bassin versant du Goudébo (région de Yakouta, Burkina Faso) », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3374 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3374

Haut de page

Auteurs

Lucien Ouédraogo

Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles, Centre de Recherches Environnementale, Agricole et de Formation (CREAF) de Kamboinsé, 01 BP 476, OUAGADOUGOU 01, BURKINA FASO.
Courriel : lucienouedraogo@yahoo.fr

Blaise Ouédraogo

Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles, Centre de Recherches Environnementale, Agricole et de Formation (CREAF) de Kamboinsé, 01 BP 476, OUAGADOUGOU 01, BURKINA FASO.
Courriel : blaise32fr@yahoo.fr

Oumar Kaboré

Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles, Centre de Recherches Environnementale, Agricole et de Formation (CREAF) de Kamboinsé, 01 BP 476, OUAGADOUGOU 01, BURKINA FASO.
Courriel : oumarkabore@hotmail.com

Pawendkisgou Isidore Yanogo

Université de Ouagadougou, 06 BP 10411, OUAGADOUGOU 06, BURKINA FASO.
Courriel : yanogoisi@gmail.com

Tanga Pierre Zoungrana

Université de Ouagadougou, 06 BP 10411, OUAGADOUGOU 06, BURKINA FASO.
Courriel : tpzoung@gmail.com

Ibrahim Bouzou Moussa

Université Abdou Moumouni, BP 418, NIAMEY, NIGER.
Courriel : ibrahimbouzoumoussa@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org