Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hydrologie continentale, Claude COSANDEY et Mark ROBINSON, 2012

Éditions Armand COLIN, collection U, 2ème édition, 448 p.
Charles Obled
p. 7-13
Référence(s) :

Hydrologie Continentale, Éditions Armand Colin, collection U, 2ème édition, 2012, 448 p.

Texte intégral

1Claude COSANDEY et Mark ROBINSON nous proposent une deuxième édition de leur ouvrage, paru initialement en 2000. Celui-ci a fait l'objet d'une réelle révision, comme en atteste le nombre de pages, qui passe de 360 à 448, mais aussi la bibliographie, enrichie d'un nombre substantiel de références publiées depuis 2000. La question n'est cependant pas de comparer les deux éditions, mais plutôt de considérer l'intérêt, pour un lecteur, de se plonger dans la dernière.

2Il s'agit d'un ouvrage d'hydrologie physique, se donnant pour objectif de décrire et d'expliquer les processus actifs dans le cycle continental de l'eau, de les formaliser par des relations, empiriques ou plus physiques quand cela est possible, de les quantifier à différentes échelles de temps et d'espace, et surtout d'instrumenter et de mesurer ce qui peut l'être, avec les difficultés et les limites que l'on peut rencontrer quand on passe du laboratoire au terrain réel. On distinguera donc cet ouvrage d'un certain nombre d'autres, plus tournés vers l'hydrologie opérationnelle et proposant des solutions à des problèmes d'ingénierie comme des méthodes de dimensionnement d'ouvrages, de gestion de la ressource, ou de prévision, etc. Certes, ils présentent aussi, jusqu'à un certain point, des descriptions des processus en action. Mais ce livre propose d'abord une base de connaissances, plutôt qu'une base de techniques et de savoir-faire, sauf en ce qui concerne la mesure et l'instrumentation, très largement traitées dans ce voulume. Précisons aussi qu'il prétend s'adresser à des étudiants géographes et géologues de surface, ainsi qu'à tous les acteurs de l'environnement, depuis la fin de la licence jusqu'au master… Ce public assez vaste n'a pas forcément une culture unique, et cela requiert un certain didactisme et certains choix de présentation, comme une utilisation modérée et la plus tardive possible des formulations équationnelles.

3Les auteurs ont donc choisi de décrire en détail les principaux processus du cycle de l'eau, en commençant par une première partie sur sa phase atmosphérique, une deuxième sur sa phase souterraine, et une troisième sur la formation des écoulements et le fonctionnement des bassins versants. La quatrième et dernière partie considère les actions possibles de l'homme sur le cycle continental de l'eau, à travers les grands barrages, les changements d'usages, notamment agricoles, de l'espace, et les effets des modifications de grande ampleur de la végétation à travers reboisement et déforestation.

4Évidemment, à chaque fois qu'il y a cycle, il faut décider où est l'œuf et où est la poule… et il ne sera pas rare, au cours de la lecture, qu'une question que l'on se pose, ou que suggèrent les auteurs, trouve sa solution dans un chapitre ultérieur. Par exemple, l'interception est en interaction avec l'évaporation et l'évapotranspiration, qui dépendent évidemment de l'humidité mise à disposition par l'eau du sol, elle-même en interaction avec l'eau des nappes. Il faut cependant reconnaître que dans la grande majorité des cas, l'interrogation soulevée et laissée en suspens à un point de l'ouvrage trouve sa réponse un peu plus loin.

5Les auteurs précisent aussi qu'ils se limiteront essentiellement au climat tempéré (avec quelques incursions vers les pays semi arides ou sahéliens), ce qui est déjà assez ambitieux vu la diversité que l'on peut y rencontrer, depuis les zones méditerranéennes jusqu'aux régions tempérées humides de l'Europe du Nord-Ouest. Heureusement, les auteurs bénéficient chacun d'une grande expérience dans le travail de terrain et la pratique expérimentale dans ces régions. Cependant, vu la diversité des paysages à couvrir, et la variabilité climatique, qui empêche souvent de contrôler les entrées atmosphériques du cycle hydrologique, le temps nécessaire pour réaliser des expériences statistiquement significatives se compte en années, voire en décennies. Il est donc difficile pour un chercheur individuel d'accumuler de manière exhaustive et équilibrée une expérience vécue sur les différents contextes hydrologiques que l'on peut rencontrer. Et pour écrire un ouvrage monographique comme celui-ci, il faut donc faire appel aussi à l'expérience et aux travaux d'autres chercheurs, en jouant un rôle d'intermédiaire, afin de compléter harmonieusement la perspective. C'est aussi sur cet aspect un peu délicat – ne pas s'étendre outre mesure sur ses propres travaux et présenter avec discernement des hypothèses et des résultats, parfois contradictoires (!), proposés par d'autres – que l'on pourra juger du degré d'universalité de l'ouvrage !

6Cela dit, il s'agit d'un ouvrage écrit en français, et donc à destination d'un public francophone. Remarquons d'abord, même si l'un des auteurs est anglais, qu'il est très bien écrit, dans une langue à la fois précise, agréable, et riche. On a parfois reproché aux géographes de se payer de mots, mais il n'y a ici rien d'excessif et le souci de la précision aide souvent à expliciter et démonter la complexité des concepts. Par exemple, la réserve "hydrique" et la réserve "hydrologique" ne sont pas toujours aussi clairement manipulées que dans cet ouvrage ; chaque communauté tend à avoir sa propre notion de la "pluie efficace" ; l'interception est-elle un stockage ou un flux ? ; tout cela est ici correctement précisé. Les descriptions cherchent à suggérer les fonctionnements avec des mots, ceux-ci suggérant des images et une compréhension "sensible et ressentie" à laquelle on ne parvient pas forcément en décortiquant le troisième terme d'une équation mécaniste… (l'un des exploits du genre revient peut-être à Maurice PARDÉ, expliquant avec de simples phrases la formation des méandres – Revue de Géographie de Lyon, 1954). Certes, des équations viennent ensuite, qui synthétisent et formalisent, mais elles ont un pouvoir de suggestion bien moindre ! Et on retrouvera ces mêmes approches ici pour la physique du sol, l'évapotranspiration ou le fonctionnement des versants et rivières…

7La bibliographie, elle aussi, fait la part belle à des références francophones, sans exclure cependant une sélection pertinente de références en anglais. Et l'on est surpris de la richesse de cette production francophone, que certains voudraient tarir ou ignorer, d'autant que si le langage mathématique des équations a une forme d'universalité, la description de la formation et du fonctionnement hydrologique des paysages, fortement marqués par l'homme, fait appel à des images ou même des terminologies souvent liées à une culture, avec même des variantes au sein de la francophonie (entre l'Afrique, le Canada ou la Suisse… !)

8Mais entrons un peu dans le détail des contenus, non sans rappeler que "sans le droit de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur". Or l'ouvrage n'échappe pas à un certain nombre de critiques. Tout d'abord, les auteurs précisent à plusieurs reprises les limites qu'ils se sont fixées : par exemple, pas d'hydrologie urbaine, ni karstique, ce que l'on peut regretter, mais admettre vu leurs spécificités. En revanche, on est un peu surpris qu'ils n'abordent pas l'hydrologie de montagne en tant que telle ? Pour la France, c'est quand même un quart au moins du territoire national, qu'ils évoquent certes, mais sans s'y consacrer vraiment. On évoque la neige dans la mesure des précipitations, un peu dans les pertes par interception, mais pas la formation ni le fonctionnement du manteau neigeux. Et on l'ignore quasiment dans la formation des débits et le fonctionnement des bassins versants, notamment en crue. Or cela est plus que dommage, car d'une part ces fonctionnements ne sont pas cantonnés à la haute montagne glaciaire, et d'autre part il y a peu d'ouvrages en français comportant une partie substantielle d'hydrologie nivale, alors que celle-ci joue un rôle essentiel, à travers les zones de montagne, dans la ressource en eau nationale, mais aussi, de façon plus intermittente, dans certaines grandes crues de plaine.

9Si l'on considère maintenant les contenus un peu plus en détail, on peut constater, dans la première partie, une certaine faiblesse du premier chapitre sur les précipitations. Certes, il ne s'agit pas d'un ouvrage d'hydrométéorologie, il n'est pas facile de décider jusqu'où aller dans les mécanismes de génération des précipitations et il est évidemment exclu d'utiliser l'émagramme. Mais ce n'est pas une raison pour confondre, par exemple (p. 22), "point de rosée" et "point de condensation", et ne pas évoquer la notion d'instabilité, absolue ou conditionnelle, d'une particule aérologique. Surtout, on ne développe pas suffisamment la description de l'organisation méso-échelle, en cellules et en bandes, des champs de précipitations, tant d'origine cyclonique qu'internes à la masse d'air, avec ses parties stratiformes et convectives. La figure 8, par exemple, est assez pauvre et ignore le rôle des courants froids descendants, générés par réévaporation de la pluie. Or ceux-ci sont cruciaux dans la formation et le déplacement des lignes de grain, mais aussi dans les phénomènes de soulèvement orographique, car ils viennent en renforcer l'intensité, voire déplacer vers l'amont du flux le rôle de l'orographie (phénomène de "cold pool"). Ces résultats ont été confortés récemment dans nos régions tempérées par les campagnes MAP 1999 et 2000 en Italie du Nord et en Suisse, puis par le programme HYMEX en cours sur une grande partie de la zone méditerranéenne.

10Concernant le traitement des données, la spatialisation des précipitations, essentielle pour estimer cette entrée du cycle hydrologique, (et appréhender son incertitude), est présentée comme fonction de choix un peu arbitraires (THIESSEN, isohyète, statistique… ?). C'est ignorer l'apport de la géostatistique et l'organisation sous-jacente qu'elle permet de mettre en évidence (rôle du cumul temporel, anisotropie éventuelle, etc.). En particulier, le phénomène d'abattement entre pluie ponctuelle et pluie moyenne trouve une formalisation théorique assez simple et élégante, telle que proposée par T. LEBEL et J.P. LABORDE (Stochastic Hydrology, 1988), un géographe dont les travaux sur les pluies mériteraient d'être cités ! De même les réanalyses journalières de précipitations réalisées par MétéoFrance, pour la base de données SAFRAN, ou par EdF, pour la base de données SPAZM (F. GOTTARDI et al., 2011). Dans cette derniere, on montre que pour des bassins de montagne, la faiblesse des réseaux d'altitude et la difficulté d'assimilation des données d'enneigement conduisent à des incertitudes pouvant atteindre en cumul annuel plusieurs centaines de mm ! d'où le risque de proposer, en première estimation, des bilans irréalistes où un bassin écoulerait plus que ce qu'il aurait reçu, si l'on s'y prend mal ! Toujours dans ce chapitre, le traitement statistique et la critique des données pourraient aussi utiliser les ellipses de Bois plutôt que les double cumuls.

11Quant à la neige, elle est à la portion congrue ! On laisse penser que les capteurs à ultrasons mesurent la variable essentielle pour l'hydrologue, à savoir l'équivalent en eau, alors qu'ils ne mesurent que la hauteur du manteau neigeux… De même, pour la fonte, on n'évoque pas le bilan thermique qui la régule, ni les nombreux travaux, français ou canadiens, (C. OBLED et B. ROSSÉ, Journal of Hydrology, 1977, par exemple), ni le fameux site expérimental du Col de Porte, exploîté depuis le milieu des années 1960.

12Dans la seconde partie, le chapitre 4, sur l'eau du sol, appelle aussi quelques remarques. C'est un sujet en général difficile pour le public auquel s'adresse l'ouvrage, et il n'est globalement pas mal traité du tout. On aurait pu cependant rappeler le fonctionnement d'un tube capillaire, éventuellement affecté d'un renflement en forme de pipette, pour expliquer simplement l'hystérésis, et faire l'analogie, certes très incomplète (!), entre un sol et un faisceau de capillaires de diamètres divers que l'on alimente ou que l'on draine. Cela peut permettre au lecteur de se raccrocher à des images simples, mais c'est à débattre. En revanche, après la définition des potentiels (capillaire, gravitaire et total), on aurait pu expliciter d'abord comment le sol et sa teneur en eau se mettent en équilibre statique, en montrant que celui-ci dépend de la profondeur de la nappe. Et c'est seulement ensuite qu'il aurait fallu passer, quand il y a prélèvement par évaporation ou drainage par percolation, à la notion de plan de flux nul comme dans la figure 49. Il aurait été intéressant aussi, puisqu’il s'agit d'un processus dynamique, de montrer comment cette figure évolue au fil des jours successifs, comme cela est proposé dans la figure 53 pour la réhumectation d'un sol homogène. En complément, on aurait pu aussi suggérer ce qui peut se produire dans un sol hétérogène, présentant une interface ou une évolution rapide de ses caractéristiques hydrodynamiques, à savoir la possibilité de former une zone saturée temporaire perchée sur l'interface, comme on le constate par exemple sur les semelles de labour.

13Dans le chapitre 5 sur les nappes, on aurait pu ajouter quelques considérations sur les nappes de versants, la possibilité de formation de nappes temporaires (venant se superposer et interagir avec une ou des nappes plus pérennes) et la façon dont se vidange une telle nappe de versant quand sa surface se réduit lors de la vidange (par exemple le modèle HSB, hillslope-storage Boussinesqde A. BERNE, R. UIJLENHOET et P.A. TROCH, 2nd international CAHMDA workshop on the Terrestrial Water Cycle, 2004). Cela aurait préparé à la séparation des hydrogrammes traitée au chapitre 6. Enfin dans les relations nappes-rivières, qui elles aussi participent à la génération des écoulements, on aurait pu évoquer les problèmes de colmatage des lits et le rôle de décolmatage éventuel par les crues.

14Dans la troisième partie, le chapitre 6, qui traite "de l'eau qui tombe à l'eau qui s'écoule", semble bien balancé. Il présente de manière équilibrée les processus "hortoniens" de contrôle par l'infiltration et les processus de zones contributives temporairement saturées contrôlés par formation ou remontée de nappes superficielles. Tout au plus regrettera-t-on de ne pas voir évoquer les processus liés à la fonte de la neige et éventuellement au gel des sols, ainsi que l'absence, dans l'historique de travaux sur la genèse des crues, de ceux de E. IMBEAUX présentées dans son mémoire sur la Durance (Annales des Ponts et Chaussées, 1892) : on y trouve détaillé le premier modèle mathématique d'un bassin nivo-pluvial, pour lequel il ne manquait à l'auteur que le premier ordinateur !

15Mais c'est le chapitre 7, "mesures et modélisations des écoulements" qui soulève le plus de questions. Rassembler deux thématiques aussi riches en un seul chapitre, c'est un peu le "Café de la Gare et du Commerce" réunis… ! La mesure des écoulements mérite son chapitre, et le grand paragraphe sur la mesure des débits dans les cours d'eau apparaît pertinent et bien documenté. Par contre, on peut être surpris de ne pas trouver ici un autre paragraphe sur les écoulements dans et sur les versants, éventuellement sous pluie simulée. Certes, il ferait appel à des appareils déjà partiellement décrits (tensiomètres, piézomètres, TDR, petits seuils collecteurs, etc.), mais assemblés en général sur des transects et dans une logique bien particulière (cf. travaux de J.M. GRÉSILLON et al. sur le Réal Collobrier dans le massif des Maures,ou ceux en cours de J.F. DIDON-LESCOTet collaborateurs dans la Vallée Obscure en Cévennes gardoises) : détecter les horizons où apparaissent et se forment les écoulements, superficiels ou subsurfaciques saturés, qui gagnent ensuite les drains pérennes ou temporaires… bref les instrumentations qui permettent d'étayer et d'argumenter les schémas de fonctionnement proposés au chapitre 6 qui précède.

16Quant à la modélisation des relations pluie-débit, je ne partage pas ici le choix des auteurs. D'une part, les modèles peuvent être et sont évidemment des outils décisionnels pour l'ingénierie : ce qu'on leur demande alors, c'est d'être raisonnablement fiables, robustes, faciles et économes à mettre en œuvre. Mais d'autres modèles peuvent aussi avoir un autre rôle, et être utilisés comme des outils de tests d'hypothèses. C'est plutôt cette approche que l'on aurait attendue ici, vu les objectifs de l'ouvrage, et la présentation détaillée des modèles GR, fort utiles par ailleurs, est un peu hors de propos. On verrait plutôt "le modèle" (un parmi d'autres) comme un cadre assez général dans lequel on peut introduire, sous forme de module, une ou plusieurs hypothèses de fonctionnement ; les résultats modélisés diffèreront selon l'hypothèse imposée et se compareront plus ou moins bien avec des données observées très finement, souvent sur un bassin expérimental. La plus ou moins grande cohérence des résultats entre modèle et observation confortera, ou questionnera, les hypothèses, mais aussi le modèle… et même parfois les données !

17On aurait donc pu se limiter à la description de ces modèles qui s'efforcent d'être "à base physique", en affichant clairement des hypothèses de fonctionnement mécanistes. On pouvait ensuite commenter leurs limitations, et les déceptions fréquemment rencontrées par rapport aux ambitions initialement affichées. On peut donc être surpris de ne pas voir évoqué plus en détail ici le SHE (Système Hydrologique Européen), initié majoritairement par des spécialistes des écoulements à surface libre, qui pensaient qu'il suffisait de mettre les bonnes équations, associées à de bons schémas numériques et à de bons paramètres "physiques", pour obtenir de bons résultats. Mais ce qui a fonctionné pour les écoulements à surface libre, largement monodimensionnels, avec une géométrie accessible, et assez peu de paramètres, s'est en partie épuisé, notamment dans les aspects tridimensionnels des sols et le manque de données les concernant. Cependant ces tentatives méritent quand même le respect, car les questions soulevées, et donc les expérimentations et instrumentations qu'elles ont suscitées et suscitent encore, ont fait et font indéniablement progresser la connaissance. Le second modèle présenté, Topmodel, est plus pertinent, dans la mesure où il affiche un processus dominant – une nappe superficielle active permettant le développement de zone saturées – et où il est fait appel à des index hydromorphologiques que l'on aurait pu détailler un peu plus. C'est l'exemple d'un modèle qui a suscité lui aussi de nombreux travaux expérimentaux, s'est enrichi de nombreuses variantes et a conduit à des résultats intéressants en termes de fonctionnements.

18Mais après ces remarques critiques, il est bon de mentionner aussi les grands chapitres qui nous ont semblé apporter de l'originalité à l'ouvrage. Indéniablement, le chapitre 2 sur l'interception est l'un de ceux là. On trouve rarement dans les autres manuels d'hydrologie générale un chapitre aussi substantiel sur le sujet. Même s'il s'appuie sur un certain nombre de résultats extraits de la bibliographie (mais pas seulement !), il est mené un peu à la manière d'une enquête : les faits observés ; les causes possibles ; les multiples paramètres ; d'où vient l'énergie ? comment instrumenter pour préciser les ordres de grandeur et les causes dominantes ?

19C'est d'ailleurs une espèce de règle sous jacente tout au long de l'ouvrage : décrire de façon équilibrée les differentes visions ou hypothèses, puis passer à la mesure qui permettra de les départager. Et cette approche semble efficace pour accrocher le lecteur. On sent d'ailleurs dans certains chapitres que les auteurs ont été eux-mêmes actifs et producteurs de connaissances sur le ou les processus en question. C'est le cas de l'interception, mais c'est aussi le cas du chapitre 6 sur la genèse des écoulements, dans des environnements à la fois naturels ou de grande culture agricole. Un petit regret peut-être : ne pas avoir assez insisté, alors qu'ils en ont la matière (!), sur le rôle hydrologique des linéaires comme les haies, les routes, les fossés, certains affleurements rocheux, si mal pris en compte dans les modèles et pourtant si importants dans le découpage hydrologique effectif des petits bassins.

20Et même s'ils ne sont pas aussi marqués par la touche personnelle des auteurs, les chapitres sur l'évaporation/évapotranspiration et sur l'eau dans le sol me semblent une bonne introduction pour le lecteur qui veut aborder ces thématiques. Manifestement, les auteurs ont eux-mêmes affronté les difficultés de la littérature spécialisée, micrométéorologie et théorie de la turbulence, dans un cas, physique du sol et des milieux poreux, dans l'autre, mais l'introduction assez détaillée qu'ils nous en donnent, loin d'être rébarbative, est plutôt incitative à aller ensuite au delà si l’on en ressent le besoin.

21Dans la quatrième partie, le chapitre 8, sur les barrages réservoirs, apporte un peu de culture générale, voire géopolitique, sur les grands aménagements. En revanche, le chapitre 9 sur les changements d'utilisation de l'espace, notamment agricole, capitalise à la fois l'expérience personnelle des auteurs et leur connaissance des autres travaux sur le sujet ( même si, pour le drainage agricole, on aurait pu attendre quelques références aux pratiques du génie rural suisse).

22Le chapitre 10, sur le rôle de la végétation et les problèmes liés au reboisement ou à la déforestation est rarement traité de manière aussi documentée et équilibrée, quand on sait les polémiques qu'il peut soulever. D'ailleurs, si le changement climatique n'est pas évoqué en tant que tel, ce qui est une bonne chose vu l'incertitude dans laquelle on se trouve encore pour ses effets hydrologiques (!), on voit qu'il s'inscrit en filigramme à travers les conséquences qu'il pourrait avoir sur la végétation, les pratiques agricoles et les grands aménagements, pour lesquels l'ouvrage nous donne des pistes.

23Un autre point fort à mes yeux concerne la description et la mise en œuvre de l'instrumentation, qui est en générale assez complète, même si l'ouvrage hésite parfois à propos des instruments les plus récents : le disdromètre est ignoré, mais il est vrai qu’il n'a pas encore convaincu au point de remplacer les pluviomètres ; l'ADCP est décrit pour la mesure des débits, mais apporte encore quelques déceptions. En évaporation/evapotranspiration, on pourra évoquer les technique de scintillométrie laser, qui font miroiter des mesures un peu moins ponctuelles (travaux de J.M. COHARD et al.). Le seul manque qui interpelle un peu concerne l'infiltrométrie en général, et notamment l'infiltrométrie à disque sous tension capillaire (cf. les travaux de J.P. VANDERVAERE ou la fiche de protocole de l'INRA Avignon – S. RUY, 1999).

24Quelques aspects plus pratiques encore avant de terminer. L'index thématique est assez bien fait, je le trouvais même satisfaisant quand, cherchant à retourner au paragraphe sur la séparation isotopique des hydrogrammes, je n'ai rien trouvé à isotope…, nul n'est parfait ! Enfin, dans une seconde édition révisée, mais aussi augmentée, nombre de petites erreurs orthographiques ou typographiques, absences ou erreurs d'unité, etc., ont été corrigées, mais d'autres s'y sont glissées, certaines assez drôles et chargées d'interpeller l'attention du lecteur… comme l'Orb en Sibérie ou les "systèmes de subirrigations" carrément "fascisants par leur ingéniosité"… !

25Pour conclure, on aura constaté que le réviseur a la critique souvent plus facile que la louange spontanée. Cependant c'est un livre que j'ai apprécié, utilisé en enseignement dès sa première édition, et que j'ai relu avec plaisir dans cette édition révisée et complétée. Si pour les besoins de cette revue, je l'ai relu avec attention du début à la fin, c'est aussi un livre que l'on peut prendre à n'importe quel début de chapitre, ou dans lequel on peut entrer, grâce à son index, pour quelques pages seulement.

26C'est un livre à lire avant d'aller sur le terrain, mais aussi au retour, pour aider à mieux comprendre et organiser toutes les images et les interrogations que l'on en rapporte, surtout quand ce n'est pas votre terrain habituel. Ainsi cette tournée en Pays de Caux, si verdoyant vu de loin (donc bien végétalisé ! donc évidemment favorable à l'infiltration… ?), mais qui se révèle finalement si imperméable et ruisselant (avec un pied de maïs tous les 30cm enserré dans un véritable béton argileux… !).

27Pour nos jeunes étudiants ou collaborateurs, notamment ceux venant de formations "dures", habitués aux équations et à la physique de laboratoire, facilement subjugés par des modèles qui prétendent être la réalité, c'est une lecture nécessaire. Elle ne rendra pas forcément humbles ceux qui prétendent maîtriser et modéliser la nature, mais elle donnera envie à d'autres de creuser plus profond que la surface des choses, et de lire les paysages afin d'essayer de comprendre les fonctionnements qu'ils nous cachent, mais qui parfois affleurent… quand on veut bien les voir !

28Ajoutons que le prix raisonnable de l'ouvrage (une quarantaine d'euros), devrait permettre à un étudiant de master de le mettre dans son sac à dos… quitte à ce que son tuteur le lui prête, parce qu'il en a plusieurs exemplaires… ! ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Obled, « Hydrologie continentale, Claude COSANDEY et Mark ROBINSON, 2012 », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 7-13.

Référence électronique

Charles Obled, « Hydrologie continentale, Claude COSANDEY et Mark ROBINSON, 2012 », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3415

Haut de page

Auteur

Charles Obled

Institut National Polytechnique de Grenoble, Laboratoire d'Étude des Transferts en Hydrologie et Environnement, Domaine Universitaire, BP 53, 38041 GRENOBLE Cedex 9.
Courriel : charles.obled@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org