Navigation – Plan du site
Articles

Les Lahars et les laves torrentielles historiques aux Antilles françaises : un risque hydro-volcano-géomorphologique majeur

Guillaume Lalubie
p. 83-109

Résumés

En s'appuyant sur des documents scientifiques originaux, l'inventaire des lahars historiques aux Antilles françaises a été réalisé dans l'objectif de constituer une base de données géoréférencées : la BDFAHL (French Antilles Historical Lahar). Cette base de données recense à la fois la localisation des coulées, leurs caractéristiques et leurs impacts éventuels. Avec plus de 170 lahars ou laves torrentielles recensés, cet inventaire a permis, d'une part, d'appréhender la diversité des processus lahariques et, d'autre part, de proposer une typologie des coulées selon trois critères : le contexte, l'origine et la concentration sédimentaire. En outre, malgré des lacunes durant les éruptions de la Montagne Pelée, cette base de données apporte également des éléments concernant l'occurrence et la menace que représente cet aléa. Enfin, l'inventaire met en évidence les cours d'eau identifiés comme étant "volcaniques majeurs ou principaux", qui concentrent la majorité de l'activité laharique, leur bassin de réception torrentiel se situant sous le sommet du volcan, par opposition aux cours d'eau "volcaniques secondaires", moins dangereux car drainant essentiellement la base du cône volcanique et les glacis d'accumulation. Avec une méthodologie similaire, cet inventaire devrait être étendu au reste de l'archipel, afin de constituer la BDLAHL (Lesser Antilles Historical Lahar). Ce serait l'occasion d'identifier les cours d'eau "volcaniques majeurs" de la région et d'éventuelles particularités ne se produisant pas sur les deux volcans français étudiés.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les lahars, écoulements dans le réseau hydrographique des volcans d'un mélange d'eau et de matériaux en forte concentration, sont des phénomènes récurrents durant les éruptions, mais également en période de repos. En milieu intertropical, ce sont des processus morphogéniques prédominants dans le façonnement des versants fluvio-volcaniques (F. LAVIGNE et J.C. THOURET, 2000). Les lahars sont d'autant plus dangereux pour les sociétés humaines qu'ils sont fréquents, difficilement prévisibles et qu'ils menacent des surfaces à fort pouvoir d'attraction, car elles sont plutôt planes et aux sols enrichis par les cendres volcaniques.

2Les exemples de lahars sont nombreux dans l'arc antillais, lequel comprend 22 volcans actifs (Fig. 1-B). Depuis l'ère chrétienne, 41 éruptions magmatiques furent décrites ou reconnues par les datations de dépôts géologiques terrestres (M.J. ROOBOL et A.L. SMITH, 1989 ; J.B SHEPHERD, 1989 ; J.M. LINDSAY et al., 2005), auxquelles on peut rajouter les éruptions sous-marines du Kick'em Jenny (Fig. 1-B). Les volcans d'arc, généralement des appareils andésitiques, ont des éruptions espacées dans le temps, mais très explosives et caractérisées par des dynamismes diversifiés (C. ROBIN, 1994). Ils forment de grands édifices composites, communément appelés stratovolcans, constitués de matériaux non cohérents, favorables à leur remobilisation sous forme de lahars. Les deux volcans des Antilles françaises, la Soufrière de Guadeloupe et la Montagne Pelée à la Martinique (Fig. 1), répondent à ces critères (D. WESTERCAMP et A. TAZIEF, 1980 ; G. BOUDON et al., 1988 ; D. WESTERCAMP et al., 1989).

Figure 1 - L'activité magmatique régionale depuis 2000 ans (calendrier chrétien) et la localisation des volcans.

Figure 1 - L'activité magmatique régionale depuis 2000 ans (calendrier chrétien) et la localisation des volcans.

Source : G. LALUBIE, 2012, d'après les datations dans J.M. LINDSAY et al. (2005), plus A.L. SMITH et al. (2007) pour Montserrat, Y. LEGENDRE (2012) pour la Guadeloupe et D. WESTERCAMP et H. TRAINEAU (1983) pour la Martinique.

3Depuis la colonisation, les deux volcans possèdent une histoire volcanique riche et tragique (J.C. KOMOROWSKI et al., 2005 ; G. BOUDON et al., 2005) qui s'écrit également avec des désastres imputables aux lahars. Depuis le XVIIème siècle, la Soufrière de Guadeloupe s'est manifestée avec cinq éruptions phréatiques (HAPEL-LACHENAIE et al., 1798 ; BIOT et al., 1837 ; J. BALLET, 1896 ; L. BARABBE et J. JOLIVET, 1958 ; J. JOLIVET, 1958 ; G. HEIKEN et al., 1980 ; F. LEGUERN et al., 1980 ; M. FEUILLARD et al., 1983) et de nombreuses recrudescences fumeroliennes (A. PEYSSONEL, 1756 ; Anonyme, 1767 ; F. LHERMINIER, 1815, 1837-a, 1837-b ; L. LE BOUCHER, 1900 ; A. LACROIX, 1903-a ; E. BRUET, 1950 ; J. DAVID, 1997). D'autre part, durant les deux derniers siècles, l'activité de la Montagne Pelée s'est illustrée par deux éruptions phréatiques mineures, en 1792 et en 1851 (DUPUGET, 1796 ; A.P., 1851 ; LE PRIEUR, 1852, 1853 ; LE PRIEUR et al., 1852), puis par deux éruptions magmatiques à dôme, en 1902 et en 1929 (A. LACROIX et al., 1902 ; A. LACROIX, 1903-b, 1903-c, 1904, 1908 ; M. ROMER, 1931 ; E. REVERT, 1931 ; F.A. PERRET, 1937 ; P. ARIES et al., 1981 ; S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE. 2002).

4Si de nombreux travaux s'intéressent aux phénomènes volcaniques engendrés par ces deux volcans, en revanche, aucun ne synthétisait l'ensemble des phénomènes lahariques et, plus généralement, les phénomènes hydro-volcano-géomorphologiques (HVG), regroupant les émanations gazeuses et l'ensemble des processus qui se produisent dans le système hydrographique d'un volcan. Ainsi, afin d'évaluer le risque que représentent les lahars ou les laves torrentielles aux Antilles françaises, cet inventaire constitue une première étape d'analyse.

5À la suite d'un diagnostic du contexte hydro-géomorphologique des volcans, il s'agira de présenter la méthodologie employée pour la constitution de la base de données géoréférencée, puis de rappeler la typologie des phénomènes étudiés. Enfin, l'activité laharique des deux volcans sera analysée ainsi que leurs impacts sur la société antillaise.

II - Le contexte géomorphologique : les cours d'eau volcaniques

6Les coulées de débris recensées concernent avant tout les cours d'eau "volcaniques" (Fig. 2), également appelés en anglais "volcanic torrents" (K. OKUNISHI et al., 1988 ; H. SUWA, 1995 ; H. SUWA et T. YAMAKOSHI, 1999) et notamment dans la presse scientifique (J. BOHANNON, 2007), ou "volcanic rivers" (J.J. MAJOR, 2003 ; D. LEGONO, 2006), terme avec la plus grande fréquence d'utilisation sur internet.

Figure 2 - Les deux types de cours d'eau volcaniques.

Figure 2 - Les deux types de cours d'eau volcaniques.

7Les cours d'eau volcaniques se définissent par plusieurs caractéristiques, lesquelles ne sont nullement exclusives des appareils volcaniques :

  • ils drainent les pentes d'un édifice actif à la topographie généralement très marquée, via des lits souvent très encaissés en bas de pente ;

  • la lithologie hétérogène et de cohérence contrastée, ainsi que les fortes pentes de leurs versants, les rendent fragiles et instables (présence de seuils, variabilité du gabarit du lit, ruptures de pente instables, etc.) ;

  • ils sont à pleine capacité de transport (M. MEUNIER, 1999), en raison, d'une part, d'un stock alluvial et colluvial illimité à l'échelle de l'évènement hydrologique ("supply-unlimited", M. JACOB, 2005) et, d'autre part, d'une texture riche en particules fines impliquant généralement l'absence de pavage du lit (G. LALUBIE, 2010) ;

  • ils ont une hydraulicité saccadée, avec de violentes crues éclair, et particulièrement contrastée (G. LALUBIE, 2006, 2010) : étiage sévère, débit pouvant diminuer vers l'aval, disparité entre bassins versants proches, système hydrogéologique complexe, etc.

8Il convient cependant de différencier les cours d'eau dont la source, ou plutôt le bassin de réception torrentiel, se situe immédiatement sous le sommet du volcan et que l'on peut nommer les cours d'eau volcaniques "majeurs" (ou "principaux"), des cours d'eau volcaniques "secondaires" qui drainent essentiellement la base du cône volcanique et les glacis d'accumulation (Fig. 2). Ce sont les cours d'eau volcaniques majeurs qui concentrent l'essentiel de l'activité laharique.

9La Soufrière de Guadeloupe, encastrée au milieu d'édifices plus anciens, ne possède pas un réseau hydrographique typiquement rayonnant et seuls trois cours d'eau volcaniques majeurs drainent le sommet du volcan (Fig. 3, Tab. I). Parmi eux, seule la Rivière du Grand Carbet est concernée par les lahars non éruptifs contemporains (J.M. MOMPELAT et al., 2009). Autour du massif de la Montagne Pelée, huit cours d'eau volcaniques majeurs peuvent être identifiés (Fig. 3, Tab. I). En Martinique, les lahars non-éruptifs contemporains concernent trois cours d'eau volcaniques majeurs et deux cours d'eau volcaniques secondaires, ceux qui incisent les dépôts pyroclastiques de 1902 et 1929 (G. LALUBIE, 2010).

Figure 3 - Les cours d'eau volcaniques majeurs et secondaires des deux volcans français d'Amérique.

Figure 3 - Les cours d'eau volcaniques majeurs et secondaires des deux volcans français d'Amérique.

Tableau I - Les cours d'eau volcaniques majeurs (ou principaux) et secondaires des deux îles.

Tableau I - Les cours d'eau volcaniques majeurs (ou principaux) et secondaires des deux îles.

Souligné : cours d'eau intermédiaire entre majeur et secondaire. * : sous les vents dominants. # : emprunté par des lahars non-éruptifs contemporains.

10Les différents types de cours d'eau autour des deux massifs volcaniques se distinguent par la texture de leurs alluvions. La texture a été déterminée dans le lit mineur des cours d'eau, par prélèvements et mesures in situ (B. COUVERT et al., 1999), et par tamisage des particules fines inférieures à 2 cm. Les domaines granulométriques de surface, établis à partir des courbes granulométriques (données de 2001 pour la Montagne Pelée – G. LALUBIE, 2010 ; données de 2011 pour la Soufrière de Guadeloupe – non publiées), permettent d'observer une texture des alluvions du lit des cours d'eau volcaniques de la Montagne Pelée bien plus riche en particules fines que celles des lit de la Soufrière de Guadeloupe (Fig. 4-A, Tab. II).

Figure 4 - Les domaines granulométriques des cours d'eau volcaniques ou non (Montagne Pelée et Soufrière de Guadeloupe).

Figure 4 - Les domaines granulométriques des cours d'eau volcaniques ou non (Montagne Pelée et Soufrière de Guadeloupe).

Tableau II - Typologie des cours d'eau pour les domaines granulométrique de la figure 4 et granulométrie de surface caractéristique du lit mineur.

Tableau II - Typologie des cours d'eau pour les domaines granulométrique de la figure 4 et granulométrie de surface caractéristique du lit mineur.

d : diamètre des particules. d30 : troizième décile. d50 : médiane. D90 : neuvième décile. dmax : diamètre maximal. - : pas de mesure.

11Il est également possible de différencier les domaines granulométriques des trois régions hydro-géomorphologiques distinctes de la Montagne Pelée (Fig. 4-B, Tab. II – G. LALUBIE, 2006). Enfin, des différences granulométriques interviennent aussi entre les matériaux des cours d'eau volcaniques majeurs et secondaires (Fig. 4-C et 4-D, Tab. II). Les résultats indiquent que les stocks alluviaux de la plupart des cours d'eau volcaniques secondaires du flanc caraïbe de la Montagne Pelée sont composés d'une grande part d'éléments fins, à majorité sableuse. Ces sédiments, très facilement mobilisables en cas de ruissellement, empêchent tout pavage du fond du lit et ne sont pas colmatant. Ainsi, en relation avec la proportion de sédiments fins dans les stocks alluviaux, l'ensemble des cours d'eau du flanc caraïbe sont particulièrement instables et menaçants. Leurs écoulements concentrés peuvent devenir divagants (G. LALUBIE, 2010).

12Les cours d'eau volcaniques et les torrents de montagne des deux îles se différencient assez peu concernant les plus gros rochers présents dans le lit mineur. Les deux types de cours d'eau présentent des compétences semblables en cas d'écoulements concentrés.

13Cette typologique des cours d'eau des îles volcaniques permet de mieux distinguer les risques qu'ils font peser sur la société. L'inventaire des lahars et laves torrentielles aux Antilles françaises entre dans la caractérisation des phénomènes HVG au sein de cette typologie.

III - Une base de données géoréférencées reposant sur une démarche historienne

14L'inventaire des lahars aux Antilles françaises repose sur la bibliographie, dans laquelle les passages relatant les phénomènes HVG ont été extraits (G. LALUBIE, 2011). Dans la mesure du possible, cet inventaire historique a été réalisé à partir des sources originales. Cette méthodologie permet de bien faire ressortir les informations brutes par rapport à celles provenant de l'analyse ou de l'interprétation des auteurs qui, par la suite, font référence aux textes originaux.

15Sachant que les Amérindiens des Petites Antilles, les Kalinagos, ne nous ont fait parvenir aucun terme de vocabulaire ni aucune information concernant les volcans et leur activité (G. LALUBIE, 2013), l'histoire volcanologique des volcans antillais débute avec les premiers documents écrits, lors de leur découverte par les flottes espagnoles, à la fin du XVème siècle. Le premier témoignage d'un volcan américain date en effet du deuxième voyage de Christophe COLOMB, lequel décrivait les chutes du Grand Carbet, de la façade orientale de la Soufrière de Guadeloupe, le 4 novembre 1493 (C. COLOMB, 1494). Cependant, durant le XVIème siècle, l'intérêt portait avant tout sur les mines d'or et d'argent de la "terre ferme" (J. de DAMPIERRE, 1904) et les îles des Petites Antilles servaient simplement d'étape d'avitaillement en sortie d'océan, pour l'approvisionnement en eau douce essentiellement ("aiguade"), avant de poursuivre le voyage maritime vers les Grandes Antilles ou l'Amérique continentale (J.P. MOREAU, 1992). Ce n'est donc que par les travaux géologiques que l'on connaît les neuf éruptions de l'arc Antillais, datant du XVIème et du début du XVIIème (M.J. ROOBOL et A.L. SMITH, 1989 ; J.M. LINDSAY et al., 2005). Il faut alors attendre la colonisation définitive de la Guadeloupe et de la Martinique en 1635 pour disposer de descriptions des manifestations éruptives. Au début, elles étaient réalisées par les chroniqueurs et, à partir du XIXème siècle, les volcans furent davantage étudiés par des scientifiques, lesquels vivaient plus ou moins temporairement aux Antilles. Ce n'est que depuis l'éruption meurtrière de la Montagne Pelée en 1902 que des volcanologues observent les phénomènes éruptifs.

16La base de données BDFAHL "French Antilles Historical Lahar" fait la synthèse des informations que l'on peut recueillir dans la bibliographie. Les données sont géoréférencées. Les champs de la base de données (Tab. III) renseignent sur les caractères du cours d'eau atteint, les caractéristiques du phénomène laharique, les impacts de la coulée, la localisation dans le temps de l'évènement et les références bibliographiques. Malheureusement, beaucoup de champs ne sont pas renseignés, car les informations concernant les lahars sont parcellaires, encore de nos jours.

Tableau III - Les champs de la BDFAHL.

Tableau III - Les champs de la BDFAHL.

17Jusqu'en 2011, plus de 170 lahars ou laves torrentielles ont tout de même pu être recensés à travers les ouvrages historiques et les documents scientifiques publiés. À ce chiffre viennent s'ajouter les nombreux évènements qui n'ont pas été relatés par écrit. Par exemple, en Guadeloupe, il semble probable que la BDFAHL n'ait pas pris en compte un certain nombre de laves torrentielles lors du séisme de 1843, car les coulées n'ont pas été individualisées, or un témoignage laisse penser qu'il s'en était produit plusieurs dans un même cours d'eau (C. DEVILLE, 1843). En Martinique, les lahars éruptifs chauds prolongeant les coulées pyroclastiques de 1902 et 1929 n'ont pas été répertoriés, non plus. Quand l'activité volcanique devient trop intense, l'acquisition des informations HVG est rendue compliquée à réaliser, en dehors des récents enregistrements sismo-acoustiques (Acoustic Flow Monitoring – S.S. MARCIAL et al., 1996). De même, toujours en Martinique, les lahars qui se produisent très probablement dans les cours d'eau en formation, en voie d'incision sur les dépôts de 1902 et 1929, ne font l'objet d'aucune attention particulière (G. LALUBIE, 2010). L'homogénéité de l'information dans la BDFAHL peut être remise en cause, notamment par le fait que depuis le début des années 1980, les évènements sont mieux documentés et les coulées sont individualisées, grâce aux instruments géophysiques de l'Institut de Physique du Globe de Paris présents sur les deux volcans.

18Outre le recensement des évènements, il convenait également de définir le vocabulaire employé pour décrire l'origine et les caractéristiques des coulées dans la base de données.

IV - Définitions, typologie des processus et formes de coulées

19Un lahar, terme indonésien introduit dans la littérature scientifique dans la première moitié du XXème siècle (J.B. SCRIVENOR, 1929), désigne un écoulement rapide et gravitationnel d'un mélange de débris et d'eau, autre qu'un écoulement fluviatile normal, descendant d'un volcan (G.A. SMITH et W.J. FRITZ, 1989). Ces coulées sont constituées d'une matrice le plus souvent sablo-graveleuse, laquelle, en fonction de sa concentration et de sa texture, maintient plus ou moins en suspension les particules de tailles supérieures. L'étendue granulométrique des lahars s'étend de la fraction argileuse au bloc de plusieurs mètres de diamètre.

20En contexte montagnard non volcanique, ou sur des volcans éteints depuis plusieurs centaines de milliers d'années (Pléistocène), des écoulements dans les mêmes gammes de très fortes concentrations empruntent également parfois les torrents. Dans les Alpes françaises, ces écoulements ont pris le nom de laves torrentielles (P. COUSSOT, 1996), mais elles sont appelées également coulée de débris ("debris flow" – M. JACOB et O. HUNGR, 2005). Si le terme de lave torrentielle, rappelant à tort un contexte volcanique, est fort discutable (A. FOUCAUT et J.F. RAOULT, 1980), celui de coulée de débris (debris flow) peut également porter à confusion. En effet, il pourrait convenir aussi bien à un lahar ayant une concentration en matériaux supérieure à 60 % en volume (Fig. 5), qu'à une lave torrentielle dont la concentration est inférieure à la coulée de débris, de type écoulement hyper concentré (Fig. 5). Nous continuerons à employer le terme de lave torrentielle dans la suite de cet article.

Figure 5 - La variabilité des écoulements naturels en relation avec leur concentration en sédiments.

Figure 5 - La variabilité des écoulements naturels en relation avec leur concentration en sédiments.

D'après K.M. SCOTT (1988), T.C. PIERSON et K.M. SCOTT (1999 – in J.W. VALLANCE, 2000) et T.C. PIERSON (2005).

21Il faut différencier les phénomènes lahariques ou de lave torrentielle selon l'échelle temporelle d'observation : l'année, la journée ou la minute.

22À l'échelle de l'année, on s'intéresse à la "crise laharique", ou plus rarement à la "crise de laves torrentielles", comprenant éventuellement plusieurs coulées sur une longue période. À cette échelle de temps, depuis la colonisation de la Martinique, il y a eu quatre périodes majeures pour les lahars, essentiellement depuis le XXème siècle (1902-1905, 1929-1932, 1980, 2009-2010). Dans les trois siècles précédents, on ne compte que deux épisodes lahariques (1792 et 1851). En Guadeloupe, les phénomènes sont davantage répartis dans le temps. Durant les quatre siècles depuis la colonisation, il fut recensé 14 épisodes ou phénomènes lahariques, avec notamment deux crises (1797-1798, 1976) et une crise de laves torrentielles (1843).

23À l'échelle de la journée, on observe la coulée : le lahar ou la lave torrentielle. La BDFAHL considère l'échelle de temps à la journée et répertorie les coulées. Avec la crise en cours de la Rivière du Prêcheur, la BDFAHL est régulièrement complétée.

24À l'échelle de la minute, on peut encore observer des phénomènes différents, le plus souvent communs à l'ensemble des coulées : les étapes d'écoulement (J.W. VALLANCE, 2000, 2005). La coulée commence par une montée initiale pouvant correspondre à un front brutal, rapide, épais, riche en gros blocs et toutes sortes de débris grossiers. Le front possède un pouvoir érosif élevé. En arrière de se front, le pic d'inondation, ou corps de la coulée, est moins rapide et de consistance homogène. Il peut comporter plusieurs pulsations successives (appelées également vagues). Puis intervient la redescente lente, ou queue de la coulée, qui procède par des écoulements moins concentrés érodant les dépôts du corps de la coulée laissés par sédimentation. L'épaisseur du front et du corps varie avec les volumes solides et liquides mobilisés.

25Selon l'étape d'écoulement, mais également selon la possible dilution par apport d'eau ou inversement selon la possible incorporation de matériaux ("bulking") lors de leur cheminement, les écoulements lahariques peuvent posséder des concentrations en matériaux variables dans le temps et dans l'espace au sein d'un même évènement et entre différentes coulées. Ainsi les lahars peuvent-ils montrer d'important changements d'écoulement d'amont en aval, avec tout d'abord une concentration des flux par incorporation de matériaux, suivie plus en aval d'une baisse de la concentration par dilution ou sédimentation (K.M. SCOTT, 1988 ; J.W. VALLANCE, 2000, 2005).

26Il est donc nécessaire de différentier les écoulements selon leur concentration en matériaux ("phase" – J.W. VALLANCE, 2000, 2005 – Fig. 5) : du plus concentré au moins concentré, et d'hétérogénéité granulométrique décroissante, il est différencié les avalanches de débris("debris avalanche"), les coulées de débris ("debris flow"), les écoulements hyper concentrés ("hyperconcentrated flow") et les écoulements de crue ("flood flow"). Les seuils de concentrations admis séparant les écoulements dépendent en réalité de la courbe granulométrique de l'écoulement, de la densité des matériaux et de l'agitation du fluide (T.C. PIERSON, 2005).

27Le terme lahar est surtout employé pour décrire les écoulements allant de l'écoulement hyper concentré à la coulée de débris (T.C. PIERSON et K.M. SCOTT, 1999 ; F. LAVIGNE et J.C. THOURET, 2000). Un lahar n'est donc pas seulement une coulée de débris volcanique, il peut posséder différents types d'écoulements (dilution, érosion-incorporation, vagues, front, etc.) au cours d'un même phénomène (K.S. RODOLFO, 2000). Cette caractéristique est moins marquée pour les laves torrentielles.

28En effet, outre l'environnement volcanique, certaines spécificités différencient les lahars des laves torrentielles (K.M. SCOTT, 1988 ; J.W. VALLANCE, 2005). Les lahars sont généralement plus volumineux (magnitude) et se propagent plus loin. De plus, en raison d'une altération moins avancée des sols, les lahars ont généralement une matrice moins cohésive que les laves torrentielles plus riches en matériaux colloïdaux (Fig. 6). Cette matrice cohésive (> 3-5 % d'argile et limons) rend les laves torrentielle moins propices au changement de texture durant leur trajet (K.M. SCOTT, 1988 ; F. LAVIGNE et J.C. THOURET, 2000). Cependant, en raison de la courte distance de cheminement avant d'arriver à la mer, en général entre cinq et dix kilomètres, les lahars antillais de grande magnitude sont probablement peu sujets aux évolutions significatives de texture durant leur trajet.

Figure 6 - Les domaines texturaux de la matrice de plusieurs écoulements.

Figure 6 - Les domaines texturaux de la matrice de plusieurs écoulements.

D'après R.V FISHER et H.U. SCHMINCKE (1984).

29En se reposant sur les classifications existantes pour les lahars (R.V. FISHER et H.U. SCHMINCKE, 1984 ; F. LAVIGNE et J.C. THOURET, 2000 ; K. RODOLFO, 2000 ; J.W. VALLANCE, 2005), il est possible de différencier seize mécanismes de déclenchement différents (Fig. 7) et cinq sources d'eau différentes : la vidange lacustre, la dilution par les eaux de surface, l'érosion par les eaux pluviales, les explosions ou la déstabilisation du système hydrogéologique et la fonte glacio-nivale.

30Certains de ces mécanismes peuvent être consécutifs à un séisme ou à l'activité éruptive (syn-, post-, non-éruptif). Les lahars de dilution consécutifs à un effondrement de flanc se distinguent par leur magnitude de ceux faisant suite à un mouvement de terrain. En effet, les volumes mobilisés lors d'un effondrement de flanc de volcan sont sans commune mesure avec les mouvements de terrain de versant, plus modestes.

31La classification succincte proposée pour les laves torrentielles (M. JACOB, 2005) s'intègre logiquement parmi certains mécanismes de déclenchement des lahars non-éruptifs.

32Les nomenclatures existantes reposent donc sur trois niveaux hiérarchiques (Fig. 7) : 1/ le contexte volcanique ou montagnard, en précisant l'éventuelle activité sismo-éruptive ; 2/ l'origine de l'eau et le mécanisme de déclenchement ; 3/ la concentration de l'écoulement. Ainsi est-il possible de caractériser le type d'une coulée quand on décline successivement ses spécificités en conservant cet ordre hiérarchique. La base de données fut complétée selon cette nomenclature.

Figure 7 - La classification des lahars et leur proportion de la BDFAHL, basée sur le délai de remobilisation des dépôts éruptifs, l'origine de l'eau et la concentration en matériaux.

Figure 7 - La classification des lahars et leur proportion de la BDFAHL, basée sur le délai de remobilisation des dépôts éruptifs, l'origine de l'eau et la concentration en matériaux.

D'après : R.V. FISHER et H.U. SCHMINCKE (1984), F. LAVIGNE et J.C. THOURET (2000), K. RODOLFO (2000) et J.W. VALLANCE (2005).

V - Les lahars aux Antilles françaises : des phénomènes fréquents de nature variée

33De tout temps, les écoulements exceptionnellement concentrés, de type lahar ou lave torrentielle, font partie du panel des catastrophes naturelles régionales. Par l'intermédiaire du dictionnaire "Caraïbe-François" du Révérend Père Raymond BRETON (R. BRETON, 1665), un terme amérindien kalinago de la Dominique, pouvant définir ces coulées, semble nous avoir été transmis : "tacoulouloútoni tóna" (R. BRETON, 1665). Cet écoulement ne fut pas traduit par un mot, inconnu de l'auteur, mais par quelques descriptions (R. BRETON, 1665). Il écrit que le "subit débordement se fait avec tant d'impétuosité qu'il entraîne des roches d'une prodigieuse grosseur". Il ajoute que "trois furieuses [roches] qui sortent hors de l'eau en forme de trépied […] et une quatrième plus grosse et plus longue qu'une pipe [fut] pointée dessus par l'effort de l'eau" (une pipe est une futaille de plus d'un m3, correspondant à 3/4 d'un tonneau français, lequel mesurait 1,44 m3 – J.P. MOREAU 2006). Il précise que jamais il n'entendit le tonnerre tant "le bruit de la rivière emportait le dessus". Enfin, il avoua qu'il aurait eu de la peine à le croire d'une autre personne, s'il ne l'avait vu et entendu par lui-même. Il conclut maladroitement : "c'est ainsi que les Sauvages nomment ce bouleversement de roches". Ces descriptions semblent davantage décrire un lahar en raison de la probable flottabilité d'un bloc de plus d'un mètre cube, plutôt qu'une crue d'eau "claire" à pleine capacité de charriage (M. MEUNIER, 1999), laquelle possède également son terme kalinago : "acolouloüa okoatou tóna, la rivière fait rouler les roches, fait grand bruit" (R. BRETON, 1665). À cette époque, le vocabulaire des Kalinagos correspondait à la connaissance empirique de leur environnement (G. LALUBIE, 2013). Dans le domaine hydro-volcano-géomorphologique, il devait être certainement plus détaillé que le vocabulaire français.

34Depuis le milieu du XVIIème siècle, 39 coulées ont été recensées à la Guadeloupe, essentiellement durant les activités éruptives du volcan et après le séisme majeur de 1843. À la Martinique, plus de 130 coulées ont pu être identifiées jusqu'en 2011, principalement durant l'éruption de 1902 et dans la Rivière du Prêcheur depuis 1950 (Fig. 8).

Figure 8 - Les cours d'eau et le nombre de coulées répertoriés dans la BDFAHL.

Figure 8 - Les cours d'eau et le nombre de coulées répertoriés dans la BDFAHL.

35En s'appuyant sur l'ensemble des phénomènes inventoriés dans la BDFAHL, il est alors possible de proposer sept mécanismes de déclenchement pour les lahars aux Antilles françaises (voir Fig. 7) :

  • lahar de vidange de lac de cratère par rupture de paroi ;

  • lahar de vidange de lac de cratère par expulsion ;

  • lahar de vidange de retenue temporaire par surcharge ou débordement ;

  • lahar de dilution de matériaux provenant de coulées pyroclastiques ;

  • lahar de dilution de matériaux provenant de mouvements de terrain ;

  • lahar d'érosion pluviale diffuse et par petits mouvement de masse ;

  • lahar d'explosion du système hydrogéologique par résurgence.

36Les lahars éruptifs restent majoritaires, autant en Martinique qu'en Guadeloupe. Cette tendance se confirmerait si les lahars non recensés étaient rajoutés. Dans cette même hypothèse, le taux de lahars chauds serait également bien plus élevé.

37En contexte d'éruption, les phénomènes les plus fréquents furent les lahars syn-éruptifs d'origine pluviale produits sur la Montagne Pelée en 1902, à la suite des premières retombées aériennes importantes, avant même la période des paroxysmes, du 8 mai au 30 août. Les premières coulées ont commencé dès le 5 mai, mais c'est surtout dans la nuit du 7 au 8 mai 1902, quelques heures avant le paroxysme qui anéantit Saint-Pierre et ses habitants, que de fortes précipitations orageuses générèrent des coulées destructrices dans les principaux cours d'eau du volcan (A. LACROIX, 1904 ; S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE, 2002). Les lahars syn-éruptifs d'origine pluviale se poursuivirent tout autour du volcan durant la phase de paroxysme, de mai à septembre 1902.

38Durant la même éruption, le 5 mai 1902, alors que le cratère s'était rempli d'eau une dizaine de jours auparavant, plusieurs lahars syn-éruptifs de vidange de cratère se sont produits dans la Rivière Blanche, à la suite de la rupture de la paroi sud-ouest du cratère (A. LACROIX, 1904). Le lendemain, les explosions localisées dans le cratère donnaient lieu à des lahars de magnitude décroissante. En fin de journée du 6 mai, les lahars de la Rivière Blanche n'atteignaient plus la mer (S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE, 2002). Il semble que le lac de cratère se soit définitivement vidé par les expulsions partielles répétées et l'arrivée du magma en surface (A. LACROIX, 1904 ; S. CHRÉTIEN, 1983).

39En août 1931, une retenue, formée par les dépôts pyroclastiques de l'éruption de 1929-1932, fut également vidangée, sans que l'on sache pour autant précisément si un lahar de vidange de retenue fut produit (M. ROMER, 1931).

40D'autre part, toujours durant les éruptions magmatiques de la Montagne Pelée, dans la vallée de la Rivière Blanche, où se sont propagées les coulées pyroclastiques de 1902 et de 1929, des lahars syn-éruptifs de dilution des matériaux éruptifs chauds empruntaient régulièrement le réseau hydrographique partiellement enseveli (E.O. HOVEY, 1904 ; A. LACROIX, 1904 ; F.A. PERRET, 1937). Ils avaient pour origine la dilution des coulées pyroclastiques dans la Rivière Sèche et la Rivière Claire, mais aussi la dilution des remobilisations des dépôts éruptifs sous forme de mouvements de terrain le long du réseau hydrographique. En raison de la situation très exposée des cours d'eau concernés, ces lahars de dilution chauds furent assez peu observés. En Guadeloupe, il fut recensé un lahar de dilution d'un mouvement de terrain dans la Rivière du Grand Carbet, durant une réactivation fumerollienne du volcan en 1889 (L. LE BOUCHER, 1900).

41Enfin, durant certaines éruptions phréatiques, pré-magmatiques ou non, sur la Soufrière de Guadeloupe ou sur la Montagne Pelée, il fut observé, simultanément aux "explosions" phréatiques (détente de vapeur), des déjections aqueuses plutôt spontanées, par exurgence d'aquifère du système hydrogéologique, induisant des lahars dans le bras du cours d'eau récepteur. Selon les cas, ces lahars d'explosion hydrogéologique (ou phréatique) furent plus ou moins chargés de matériaux. Sur la Montagne Pelée, durant l'éruption du 29 août 1851 dans la haute Rivière Claire, les projections essentiellement aqueuses générèrent des coulées plutôt boueuses (LE PRIEUR et al., 1852 ; LE PRIEUR, 1953) que l'on peut qualifier de lahar d'explosion hydrogéologique (ou phréatique) de résurgence (écoulement hyperconcentré). À l'inverse, sur la Soufrière de Guadeloupe, le 22 avril 1798 (3 floréal de l'an 6), le paroxysme phréatique projeta de grandes quantités de matériaux sous la forme d'une coulée froide de blocs et de cendres (HAPEL-LACHENAIE et al., 1798), entraînant un lahar d'explosion hydrogéologique (ou phréatique) à mouvement de terrain, d'une concentration similaire à celle d'une avalanche de débris, dans les ravines Amic et Marchand, avant d'arriver dans la Rivière Noire (bassin versant de la Rivière des Pères – Fig. 8). Les dépôts de cette coulée froide de cendres et blocs, disparus actuellement, constituèrent "l'éboulement Faujas". Ce type de lahar, dont les matériaux proviennent du dôme de 1530, s'est répété à trois reprises durant l'éruption phréatique de 1976, dans la Rivière du Grand Carbet, le 8 juillet (IPGP, 1976, 1977) et dans la Ravine Matylis, le 30 août (IPGP, 1976 ; J.C. KOMOROWSKI et al., 2005) et le 14 septembre (M.F. SHERIDAN, 1980). Les gammes de concentration en matériaux et de texture des lahars d'explosion hydrogéologique (ou phréatique)sont donc très étendues.

42Les lahars qui ont précédé la destruction de Saint-Pierre le 8 mai 1902, ainsi que le remplissage du lac de cratère, pourraient avoir comme origine, au moins en partie, la remontée et la résurgence des eaux souterraines (M.J. ROOBOL et A.L. SMITH, 1975 ; D. WESTERCAMP, 1985 ; A. BARAT, 1986 ; S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE, 2002). En effet, les lahars ne furent pas toujours en relation avec les pluies et certains pouvaient être chauds (S. CHRÉTIEN, 1983). Dans la BDFAHL, ces lahars ont toutefois été comptabilisés comme lahars syn-éruptifs d'érosion pluviale et non syn-éruptifs d'explosion hydrogéologique (ou phréatique), faute d'élément formel.

43Aucun lahar post-éruptif ne fut enregistré. Pourtant, les dépôts accumulés durant les deux éruptions de 1902 et de 1929 de la Montagne Pelée subirent l'action des pluies, avec notamment la formation d'un nouveau réseau hydrographique (E. REVERT, 1931 ; G. LALUBIE, 2010).

44En contexte non-éruptif sur les édifices volcaniques, mais aussi en milieu montagnard, les coulées de type lahar ou lave torrentielle ont également pour origine différents facteurs déclenchant : les séismes, les mouvements de terrains de grande ampleur et les pluies diluviennes.

45Les violentes secousses du séisme du 8 février 1843 en Guadeloupe provoquèrent des dégâts en milieu urbain et déclenchèrent, aussi, de nombreux processus géomorphologiques de déstabilisation des versants escarpés du centre de la Basse-Terre (C. DEVILLE, 1843). Les matériaux tombés subitement dans le réseau hydrographique générèrent, dans une dizaine de cours d'eau, des lahars sismiques de dilution de mouvement de terrain sur la Soufrière et des laves torrentielles sismiques de dilution de mouvement de terrain sur la Chaîne Axiale de l'île de Basse-Terre (voir Fig. 1C). Dans la Grande Rivière de la Capesterre, la coulée s'est produite dix heures après la secousse (C. DEVILLE, 1843), laissant supposer que ce fut une lave torrentielle de vidange d'une retenue par rupture du barrage. Cet embâcle fut probablement constitué d'un ou plusieurs talus d'éboulis provenant de mouvements de terrain d'une assez grande ampleur. Si les cours d'eau du massif montagneux de la Chaîne Axiale furent ainsi soumis aux laves torrentielles sous sollicitations sismiques, on peut redouter, par analogie et à la suite d'un séisme majeur en Martinique, ces mêmes types de phénomènes dans le massif des Pitons du Carbet, au sud de la Montagne Pelée (voir Fig. 1D) et dans le Conil, enclave hydro-géomorphologique au sein du massif volcanique de la Montagne Pelée (G. LALUBIE, 2006).

46D'autre part, en Guadeloupe comme en Martinique, les précipitations exceptionnelles, de type cyclones ou averses thermo-convectives, peuvent dans certaines conditions occasionner des écoulements hyper concentrés pouvant être qualifiés de lahars non-éruptifs pluviaux (ou laves torrentielles pluviales), tant les dépôts décrits semblent plus épais que pour des crues plus ordinaires à charriage. Plusieurs témoignages ont été recueillis : en 1639 à la Rivière du Galion sur le flanc ouest de la Soufrière de Guadeloupe (R. BRETON, 1647, 1665) ; en 1690 à Saint-Pierre en Martinique (J.B. LABAT, 1722) ; certainement dans les cours d'eau en formation sur les derniers dépôts éruptifs de la Montagne Pelée, durant les "crues records", lesquelles élargissent les lits, et dont la dernière fut le 14 août 1993 lors de la tempête tropicale Cindy (G. LALUBIE, 2010).

47Les flancs volcaniques sont aussi propices aux mouvements de terrain de grande ampleur, dont les matériaux mobilisés se transforment dans le réseau hydrographique en lahars non-éruptifs de dilution de mouvement de terrain. La Rivière du Prêcheur sur la Montagne Pelée (huit crises dans les 60 dernières années) et la Rivière du Grand Carbet sur la Soufrière de Guadeloupe (sept crises recensées sur un peu plus d'un siècle) sont les meilleurs exemples de cours d'eau marqués par ces lahars engendrés par des mouvements de terrain.

48En s'appuyant sur les crises documentées de 1980 et de 2009-2010 dans la Rivière du Prêcheur (J. BOULOC, 1981 ; V. CLOUARD et al., 2009 et 2010), il est possible de distinguer trois types de lahars engendrés à la suite de l'activation d'un mouvement de terrain : les lahars de liquéfaction, rapidement après l'éboulement (31 octobre1980 ; 11 mai 2010), quand la masse tombée du versant s'écoule par perte de sa cohésion et peut-être aussi par liquéfaction du stock alluvionnaire (K. SASSA et G. WANG, 2005) ; les lahars de remobilisation partielle, quand les matériaux dans le lit (ceux du lahar de liquéfaction) sont partiellement repris par les écoulements de crues (du 31 octobre au 27 novembre1980 ; du 14 mai au 19 juin 2010) ; et les lahars de purge remobilisant l'intégralité des dépôts du lahar de liquéfaction (29 novembre 1980 ; 19 et 20 juin 2010).

49Ces lahars engendrés par des mouvements de terrain de grande ampleur peuvent se produire à la suite d'un violent séisme ou concomitamment aux éruptions. Pour la Rivière du Prêcheur, les lahars éruptifs de 1851 (J. BOULOC, 1981), de 1902 (A. LACROIX, 1904 ; J.B. DELAWARDE, 1936) et de 1929 (J. BOULOC, 1981) étaient-ils attribuables au mouvement de terrain actuellement actif ou à la remobilisation des cendres accumulées ? La réponse n'est pour l'instant pas tranchée.

50En résumé, les cours d'eau atteints par les coulées de débris et les écoulements hyper concentrés drainent essentiellement les volcans actifs (voir Fig. 8). Les phénomènes lahariques sont particulièrement nombreux dans certains cours d'eau de la BDFAHL. Les lahars éruptifs d'origine pluviale et les lahars non-éruptifs suite à un mouvement de terrain de grande ampleur sont les évènements les plus fréquents (voir Fig. 7).

VI - Impacts et menaces potentielles des cours d'eau aux Antilles françaises

51La base de données permet, d'une part, de caractériser les impacts des lahars ou des laves torrentielles sur la société et, d'autre part, de cibler les cours d'eau potentiellement les plus menaçants.

52Contrairement à la Martinique, en Guadeloupe, les lahars éruptifs ont engendré relativement peu de dégâts matériels : un pont d'une petite route en altitude et une passerelle ont été détruits. En revanche, durant l'éruption de 1976, l'aire d'évacuation des populations fut étendue en raison du risque laharique pouvant isoler les communes de Vieux-Fort et de Trois-Rivières. L'impact fut alors essentiellement social et économique.

53Autour de la Montagne Pelée, l'endommagement imputable aux lahars fut important. En tout, sept ponts furent détruits autour du volcan et à treize reprises des bâtiments furent atteints, détruits ou ensevelis plus ou moins partiellement.

54L'exemple de la Rivière du Prêcheur rend compte des difficultés générées. L'ouvrage de franchissement de la RD10, qui fut successivement un gué puis un pont, a été détruit à plusieurs reprises (1902, 1950?, 1976, 1980, 2010). À l'exception de 1902, les débordements des lahars non-éruptifs de la Rivière du Prêcheur ont concerné essentiellement le quartier des Abymes en rive droite à aval du pont (une vingtaine de maisons très exposées) et menacent en moindre mesure le quartier Coquette en rive gauche à l'amont du bourg. Cependant, potentiellement et comme en 1902, l'ensemble du lit majeur et du cône de déjection, où sont construits la plupart des édifices publics du village, est susceptible d'être enseveli sous les dépôts lahariques : soit par une succession de coulées, soit par des volumes mobilisés supérieurs à ce qui a été observé jusqu'alors.

55L'unique route desservant les quartiers situés au nord du bourg du Prêcheur et le réseau d'eau furent alors coupés à plusieurs reprises. Plusieurs centaines de personnes se trouvèrent isolées par voie terrestre, ce qui engendra des perturbations d'ordres économique et socio médical. Mais, en raison de l'angle mort constitué par le Conil (voir Fig. 1-D), l'ensemble de la population autour du volcan dépend directement de l'unique route côtière, laquelle est soumise à de nombreux aléas, aussi bien sur le flanc atlantique que caraïbe (voir Fig. 3). Ce principe de vulnérabilité due à l'enclavement s'applique également pour tous les réseaux terrestres (G. LALUBIE, 2010).

56Durant l'éruption de 1902, les dépôts lahariques firent progresser le trait de côte d'une centaine de mètres en moyenne sur le flanc atlantique du volcan. Le port et les embarcadères de cette côte furent inutilisables longtemps après l'éruption. Selon les riverains, les derniers dépôts en avant de la Rivière de Macouba auraient été érodés dans le courant des années 1960.

57Les victimes des lahars en Martinique se dénombrent uniquement sur le flanc caraïbe et durant l'éruption de 1902. On dénombra 24 victimes le 5 mai 1902 à l'usine Guérin, lors de la vidange partielle du lac de cratère dans la Rivière Blanche. L'une des victimes fut happée par le tsunami engendré par l'arrivée du lahar en mer (P. BAUX, non daté). On dénombra également environ 400 décès au village du Prêcheur, quelques heures avant la destruction de Saint-Pierre. Si celle-ci et le décès de ses habitants n'étaient pas intervenus, les 400 victimes du Prêcheur ne seraient certainement pas tombées dans l'oubli.

58Pour mesurer l'ensemble de la menace que représentent les cours d'eau de la BDFAHL, aux dégâts et aux victimes attribuables aux lahars, il conviendrait d'ajouter les dommages occasionnés par les crues torrentielles d'eau "claire". En Martinique, depuis le XVIIème siècle, il fut recensé 24 évènements d'inondation exceptionnelle générant des destructions matérielles, Onze de ces évènements furent meurtriers en raison des crues éclair et des glissements de terrain. (P. SAFFACHE et al., 2002). Un minimum de 75 victimes fut comptabilisé en quatre siècles. En Guadeloupe, 19 épisodes d'intenses précipitations furent recensés, faisant au moins 28 victimes lors d'inondations ou de mouvements de terrain (P. SAFFACHE et al., 2003). Il en ressort qu'en Martinique, le nombre des destructions matérielles et des victimes semble bien plus important lorsqu'il s'agit de coulées de débris que lorsqu'il s'agit de crues torrentielles ordinaires, qui sont toutefois bien plus fréquentes. En Guadeloupe, durant les phénomènes cycloniques, l'impact du réseau hydrographique semble largement inférieur à l'action du vent et de la houle.

VII - Conclusion

59L'inventaire des lahars et des laves torrentielles aux Antilles françaises à partir des sources documentaires originales a permis d'obtenir, sinon une vision exhaustive, tout du moins un regard englobant et synthétique sur ces processus ayant affecté les deux îles et sur leurs impacts matériels et humains. La base de données géoréférencées constituée, la BDFAHL "French Antilles Historical Lahar", a nécessité d'établir une hiérarchisation des nomenclatures existantes et permet ainsi de définir une typologie de l'ensemble des coulées recensées. Par l'intermédiaire de la Rivière du Prêcheur sur la Montagne Pelée, il a été également possible de définir les différentes échelles de temps sollicitées dans l'observation de lahars (l'année, la journée et la minute).

60Il en ressort que les lits des cours d'eau volcaniques majeurs sont très régulièrement empruntés par les lahars, lesquels ont plusieurs origines, éruptives ou non. Les dommages engendrés par les lahars sont peu fréquents mais particulièrement lourds, aussi bien en termes de pertes humaines que de destructions de biens, ou encore en conséquences économiques. L'épisode de l'éruption de 1902 fut de loin le plus remarquable. Sous sollicitation sismique, au regard de l'exemple de la Guadeloupe en 1843, il semble que les cours d'eau volcaniques aient été moins affectés par l'activité géomorphologique que les cours d'eau de la Chaîne Axiale. Ces derniers, comme ceux des Pitons du Carbet à la Martinique, semblent plus propices aux coulées de débris d'origine sismique.

61En clarifiant la hiérarchie typologique et les échelles temporelles opportunes pour qualifier les phénomènes, la BDFAHL pourrait contribuer à une meilleure compréhension du risque laharique. La diffusion de cette base de données auprès des acteurs de l'aménagement et de la sécurité du territoire pourrait constituer un élément dans la réévaluation de la perception de ce risque, encore peu estimé. En effet, malgré la répétition des lahars destructeurs depuis 30 ans dans la Rivière du Prêcheur, très peu de connaissances sont à disposition (O. BOULOC, 1981 ; O. SEDAN et al., 1998 ; C. MATHON et A.V. BARRAS, 2010). Pourtant la surveillance morphologique du lit de la rivière, aussi bien pour anticiper les potentialités de coulées de débris ou de crues débordantes que pour connaître le comportement morphodynamique du lit mineur, semble une des mesures répondant à l'ampleur du risque (D. LAIGLE et P. MACABIES., 2011).

62La BDFAHL contient des informations sur les Antilles françaises. Elle est cependant rédigée en anglais, car elle est vouée à s'étendre géographiquement pour devenir la BDLAHL "Lesser Antilles Historical Lahar". Une fois constituée, pour chaque île, cette base de données pourrait être transmise à l'organisme centralisateur d'information de type "Observatoire de l'eau" ou "Ministère de l'environnement", afin d'être actualisée avec les évènements futurs.

Remerciements : Cet inventaire a été réalisé au sein du programme CASAVA, financé par l'ANR (ANR-09-RISK-002). Il nous est agréable de remercier Jean-Christophe KOMOROWSKI de l'Institut Physique du Globe de Paris, coordonnateur du projet. Nous tenons également à remercier Monsieur Frédéric LEONE, de l'UMR GRED de l'université de Montpellier III, coordinateur du volet 4 de CASAVA et Monsieur Maurice BURAC de AIHP-GEODE coordinateur des actions CASAVA au sein de l'université des Antilles et de la Guyane. Nous remercions chaleureusement les relecteurs qui ont contribué à améliorer sensiblement l'article et Cyril AUBAUD de l'Observatoire Volcanologique et Sismique de la Martinique (OVSM/IPGP) pour sa riche bibliographie sur les Antilles mise à notre disposition.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme (1767) - Histoire de l'Académie Royale des Sciences. Registres de l'Académie Royale des Sciences, p. 24-25.

A.P. (1851) - Éruption du volcan de la Montagne Pelée à la Martinique ("Les Antilles" du 9 août 1851). Revue Coloniale, série 2, tome VII, p. 314-320.

ARIES P., DANEY C. et BERTE E. (1981) - Catastrophe à la Martinique, Bulletin de la Société de Géographie, septembre 1902. Édit. HERSCHER, Paris, 132 p.

BALLET J. (1896) - La Guadeloupe, renseignements sur l'histoire, la flore, la faune, la géologie, la minéralogie, l'agriculture, le commerce, l'industrie, la législation, l'administration. Imprimerie du Gouvernement (1890-1896), réédition par les Archives départementales de la Guadeloupe, Basse-Terre, cinq volumes (1970-1974), 2290 p.

BARABBE L. et JOLIVET J. (1958) - Les récentes manifestations d'activité de la Soufrière de Guadeloupe. Bulletin Volcanologique, vol. 43, p. 143-157.

BARAT A. (1986) - Étude du rôle des eaux souterraines dans le mécanisme des éruptions phréatiques. Application à la Montagne Pelée et à la Soufrière de Guadeloupe. Édit. BRGM, collection "Documents du BRGM", Orléans, vol. 115, 205 p.

BAUX P. (non daté) - La Martinique. Éruption volcanique de la Montagne Pelée, avril et mai 1902. Édit. Conseil Régional de la Martinique, Fort-de-France, 82 p.

BIOT, MERCIER et DAVER (1837) - Note sur une éruption boueuse du volcan de la Guadeloupe et sur les éruptions de cendre du même volcan. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, n° 4, p. 651-654.

BOHANNON J. (2007) - Stalking a volcanic torrent. Science, vol. 316, n° 5831, p. 1562-1563.

BOULOC J. (1981) - Aménagement de la Rivière du Prêcheur. Laboratoire Central d'Hydraulique de France, 17 p.

BOUDON G., DAGAIN J., SEMET M. et WESTERCAMP D. (1988) - Carte géologique à 1/20000 du Massif volcanique de la Soufrière. Édit. BRGM, Orléans, avec notice explicative, 43 p.

BOUDON G., LE FRIANT A., VILLEMANT B. et VIODE J.P. (2005) - Martinique. In : Volcanic atlas of the lesser Antilles, Trinidad et Tobago, J.M. LINDSAY, R.E.A. ROBERTSON, J.B. SHEPHERD et A. SHAHIBA édit., Édit. Seismic Research Unit, University of West Indies, St-Augustine (Trinidad and Tobago), p. 127-146.

BRETON R. (1647) - Relation de l'isle de la Guadeloupe. Bibliothèque Nationale, Manuscrits français, n° 24974, réédition par la Société d'Histoire Naturelle de la Guadeloupe (1978), Basse-Terre, tome I, 214 p.

BRETON R. (1665) - Dictionnaire Caraïbe-François meslé de quantité de remarques historiques pour l'esclaircissement de la langue. Édit. Imprimerie Gilles BOUQUET, Auxerre, 480 p.

BRUET E. (1950) - La Soufrière de Guadeloupe : contribution à l'étude des édifices volcaniques peléens. Annales de Géophysique, vol. 6, n° 1, p. 51-64.

CHRÉTIEN S. (1983).- Identification et analyse des phénomènes précédant l'éruption du 8 mai 1902 de la Montagne Pelée (Martinique) d'après les documents d'époque. Thèse de 3ème cycle, Université Paris 11, 241 p.

CHRÉTIEN S. et BROUSSE R. (2002) - La Montagne Pelée se réveille. Comment se prépare une éruption cataclysmique. Édit. BOUBÉE, Paris, 243 p.

CLOUARD V., sous la direction de (2009 et 2010) - Rapports de l'Observatoire Volcanologique de Martinique. Institut de Physique du Globe de Paris, Fonds-Saint-Denis, 28/08/2009 (10 p.), 11/09/2009 (6 p.), 11/05/2010 (7 p.), 18/05/2010 (9 p.), 19/06/2010 (5 p.), 25/06/2010 (4 p.), 05/07/2010 (4 p.), 12/08/2010 (6 p.), 20/08/2010 (4 p).

COLOMB C. (1494) - Relation du deuxième voyage. In : Christophe Colomb, la découverte de l'Amérique. Tome II : Relations de voyage et autre écrits, 1494-1505, de S. ESTORACH et M. LEQUENNE, Édit. La Découverte (2002), Paris, p. 7-30.

COUVERT B., LEFORT P., PEIRY J.L. et BELLEUDY P. (1999) - La gestion des rivières. Transports solides et atterrissements. Guide méthodologique. Édit. Ministère du Territoire et de l'Environnement, collection "Les études des agences de l'eau", vol. 65, Paris, 92 p.

COUSSOT P. (1996) - Les laves torrentielles - Connaissances de base à l'usage du praticien. Cemagref Éditions, collection "Études", Antony, vol. 23, 177 p.

DAMPIERRE J. de (1904) - Essai sur les sources de l'histoire des Antilles Françaises (1492-1664). Édit. PICARD et Fils, Paris, 239 p.

DAVID J. (1997) - Synthèse des mesures de déformation à la Soufrière de Guadeloupe, 1977-1997. Thèse de l'université Paris VI et de l'Institut de Physique du Globe de Paris, 254 p.

DELAWARDE J.B. (1936) - Le Prêcheur, histoire d'un établissement humain sur les pentes de la Pelée. Édit. Imprimerie BUFFAULT, Paris, 111 p.

DEVILLE C. (1843) - Observations sur le tremblement de terre éprouvé à la Guadeloupe, le 8 février 1843. Publication de la Société d'Étude Guadeloupéenne (1937), Basse-Terre, 62 p.

DUPUGET (1796) - Coup d'œil rapide sur la physique générale et la minéralogie des Antilles. Annotations : sur la Soufrière de la Martinique. Journal des Mines, Ventôse, an IV, D, p. 43-60.

FEUILLARD M., ALLÈGRE C.J., BRANDEIS G., GAULON R., LEMOUEL J.L., MERCIER J.C., POZZI J.P. et SEMET M.P. (1983) - The 1975-1977 crisis of la Soufrière de Guadeloupe (F.W.I.): a still-born magmatic eruption. Journal of Volcanology and Geothermal Research, n° 16, p. 317-334.

FISHER R.V. et SCHMINCKE H.U. (1984) - Pyroclastic Rocks. Édit. SPRINGER, Berlin-Heidelberg, 472 p.

FOUCAUT A. et RAOULT J.-F., (1980). - Dictionnaire de Géologie. Édit. Masson, Paris, 334 p.

HAPEL-LACHENAIE, PEYRE, AMIC, FONTELLIAU et CODE (1798) - Rapport fait aux citoyens Victor Hugues et Lebas, agents particuliers du directoire exécutif aux isles du vent, par la commission établie en vertu de leur arrêté du 12 vendémiaire, an 6 de la république, pour examiner la situation du Volcan de la Guadeloupe, et les effets de l'éruption qui a eu lieu dans la nuit du 7 au 8 du même mois. Au Port de la Liberté - Guadeloupe. An VI. Édit. Société d'Histoire de la Guadeloupe, Port de la Liberté, facsimilé (1977), 85 p.

HEIKEN G., CROWE B., MAC GETCHIN T., WEST F., EICHELBERGER J., BARTRAM R., PETERSON R. et WOHLETZ K. (1980) - Phreatic clouds: the activity of la Soufrière de Guadeloupe, F.W.I., August-October, 1976. Bulletin Volcanologique, vol. 43, n° 2, p. 383­395.

HOVEY E.O. (1904) - The Grande Soufrière of Guadeloupe. Bulletin of the American Geographical Society, vol. 36, n° 9, p. 513-530.

IPGP (1976) - Observations volcanologiques, la Soufrière de la Guadeloupe, Juil. 75 - Oct. 76. Rapport de l'Institut de Physique du Globe de Paris, 158 p.

IPGP (1977) - Observations volcanologiques, la Soufrière de la Guadeloupe, Nov. 76 - Avr. 77. Rapport de l'Institut de Physique du Globe de Paris, 96 p.

JACOB M. (2005) - Debris flows hazard analysis. In : Debris flow, hazards and related phenomena, M. JACOB et O. HUNGR édit., Édit. SPRINGER,Berlin Heidelberg, p. 411-443.

JACOB M. et HUNGR O. (2005) - Debris flow, hazards and related phenomena. Édit. SPRINGER,Berlin Heidelberg, 739 p.

JOLIVET J. (1958). - La crise volcanique de 1956 à la Soufrière de Guadeloupe. Annales de Géophysique, vol. 14, n° 3, p. 305-322.

KOMOROWSKI J.C., BOUDON G., SEMET M., BEAUDUCEL F., ANTENOR-HABAZAC C., BAZIN S., HAMMOUYA G. et CHEMINEE J.L. (2005) - Guadeloupe. In : Volcanic atlas of the lesser Antilles, Trinidad et Tobago, J.M. LINDSAY, R.E.A. ROBERTSON, J.B. SHEPHERD and A. SHAHIBA édit., Édit. Seismic Research Unit, University of West Indies, St-Augustine (Trinidad and Tobago), p. 67-104.

LABAT J.B. (1722) - Nouveau voyage aux Isles de l'Amérique contenant l'histoire naturelle de ces pays, l'origine, les mœurs, la religion et le gouvernement des Habitants anciens et modernes, les guerres et les évènements singuliers qui y sont arrivés & le commerce et les manufactures qui y sont établis. Édit. G. CAVELIER, Paris, réédité par J.B. DELESPINE en 1742, Paris, puis par les éditions Horizons Caraïbes en 1972, Fort-de-France, quatre tomes, 423, 429, 403 et 413 p.

LACROIX A. (1903-a) - Sur l'état actuel de la Soufrière de la Guadeloupe. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, vol. 136, n° 11, p. 656-659.

LACROIX A. (1903-b) - Notice sur les travaux scientifiques de M.A. LACROIX. Édit. Librairie Polytechnique Ch. BÉRANGER, Paris, 126 p.

LACROIX A. (1903-c) - Sur quelques productions boueuses accompagnant les éruptions de la Montagne Pelée. Revue Générale des Sciences Pures et Appliquées, vol. 14, p. 115-116.

LACROIX A. (1904) - La Montagne Pelée et ses éruptions. Édit. MASSON & Cie, Paris, 662 p.

LACROIX A. (1908) - La Montagne Pelée après ses éruptions. Édit. MASSON & Cie, Paris, 136 p.

LACROIX A., ROLLER DE l'ISLE et GIRAUD (1902) - Sur l'éruption de la Martinique. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, vol. 135, p.377-391.

LAIGLE D. et MACABIES P. (2011) - Commune du Prêcheur, Rivière du Prêcheur, lahars de 2010. Rapport Cemagref/ONF-RTM/DIREN, Fort-de-France, 23 p. + annexes.

LALUBIE G. (2006) - Caractéristiques géomorphologiques des trois types de cours d'eau du massif de la Montagne Pelée, Martinique. Terres d'Amérique, vol. 5, p. 411-434.

LALUBIE G. (2010) - Les cours d'eau du massif de la Montagne Pelée : une approche multiscalaire pour appréhender les risques hydro-volcano-géomorphologiques. Thèse de l'Université Antilles Guyane, deux volumes, 317 et 307 p.

LALUBIE G. (2011) - Les lahars historiques aux Antilles Françaises : inventaire des sources documentaires et analyses de l'activité hydro-volcano-géomorphologique. Rapport UMR GRED (Université Montpellier 3)/AIHP-GEODE (UAG), Montpellier/Fort-de France, 78 p.

LALUBIE G. (2012) - Atlas des éruptions historiques aux Petites Antilles : inventaire et spatialisation des impacts physiques et humains. Rapport IRD/UMR Espace-Dev, projet CARIBSAT (Interreg Caraïbes), 65 p. + 100 cartes.

LALUBIE G. (2013) - Volcanic hydro-geomorphology and the rediscovery of an ancestral (Carib, Kalinago) problematic in the Lesser Antilles: the case of the Montagne Pelée. Bulletin de la Société Géologique de France, vol. 184, n° 1-2, p. 129-136.

LAVIGNE F. et THOURET J.C. (2000) - Les lahars : dépôts, origine et dynamique. Bulletin de la Société Géologique de France, vol. 171, n° 5, p. 545-557.

LE BOUCHER L. (1900) - La Guadeloupe pittoresque, les volcans, les rivières du sud, les étangs. Édit. Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, Paris, édition 1931, 257 p.

LEGENDRE Y. (2012) - Reconstitution fine de l'histoire éruptive et scénarii éruptifs à la Soufrière de Guadeloupe, vers un modèle intégré de fonctionnement du volcan. Thèse de l'Université Paris 7, deux volumes, 426 et 429 p.

LEGONO D. (2006) - Sediment bypass modeling of volcanic rivers (a case study: Boyong River, Merapi Mount, Indonesia). Media Komunikasi Teknik Sipil, vol. 14, n° 2, p. 142­149.

LEGUERN F., BERNARD A. et CHEVRIER R.M. (1980) - Soufrière of Guadeloupe 1976-1977 eruption. Mass and energy transfer and volcanic health hazards. Bulletin Volcanologique, vol. 43, n° 3, p. 577-593.

LE PRIEUR (1852). - Rapport sur les bouches de la Montagne Pelée et lieux voisins à la Martinique. Revue Coloniale, série 2, vol. IX, p. 72-96.

LE PRIEUR (1853). - Rapport sur les bouches de la Montagne Pelée à la Martinique. Revue Coloniale, série 2, vol. XII, p. 66-77.

LE PRIEUR, PEYRAUD P., RUFZ (1852) - Éruption du volcan de la Montagne Pelée à la Martinique. Bulletin officiel de la Martinique, vol. 49, p. 3-22.

LHERMINIER F. (1815) - Réflexions géologiques sur les volcans, considération sur la Guadeloupe. Journal de Physique, de Chimie et d'Histoire Naturelle, vol. 80, p. 260-271, et vol. 81, p. 209-217.

LHERMINIER F. (1837-a) - Sur les produits du volcan de la Guadeloupe. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, vol 5, p. 454-455.

LHERMINIER F. (1837-b) - Note sur l'éruption du volcan de la Guadeloupe. Nouvelles Annales des Voyages, vol. 74, p. 349-350.

LINDSAY J.M., ROBERTSON R.E.A., SHEPHERD J.B. et SHAHIBA A., sous la direction de (2005) - Volcanic atlas of the Lesser Antilles. Édit. Seismic Research Unit of University of West Indies, St-Augustine (Trinidad and Tobago), 279 p.

MARCIAL S.S., MELOSANTOS A.A., HADLEY K.C., LAHUSEN R.G. et MARSO J.N. (1996) - Instrtumental lahar monitoring at Pinatubo Volcano. In : Fire and mud: Eruptions and lahars of Mount Pinatubo, Philippines, C.G. NEWHALL et R.S. PUNONGBAYAN édit., Édit. Philippine Institute of Volcanology and Seismology et University of Washington Press, p. 1015-1022.

MAJOR J.J. (2003) - Post-eruption hydrology and sediment transport in volcanic river systems. Water Resource Impact, vol. 5, n° 3, p. 10-15.

MATHON C. et BARRAS A.V. (2010) - Risque d'occurrence de lave torrentielle dans la rivière du Prêcheur, Mission du 11 au 17 juin 2010, Rapport d'expertise. Rapport BRGM (RP58697-FR), Fort-de-France, 19 p. + annexes.

MEUNIER M. (1999) - Les torrents du Nord-Ouest de la Martinique. Hydrologie des crues, érosion, hydraulique et dynamique torrentielles. Cemagref Éditions, Antony, 338 p. + annexes.

MOMPELAT J.M., BOURDON E. et ROQUES C. (2009) - Glissement du 19 novembre 2009 à la Soufrière et coulée associée. Diagnostic préliminaire et recommandations. Rapport BRGM (GUA/JMM/09/332), Gourbeyre, 8 p. + annexes.

MOREAU J.P. (1992) - Les Petites Antilles de Christophe Colomb à Richelieu. Édit. Karthala, Paris, 319 p.

MOREAU J.P. (2006) - Pirates : flibuste et piraterie dans la caraïbe et les mers du sud (1522-1725). Éditions TALLANDIER, Paris, 478 p.

OKUNISHI K., SUWA H. et HAMANA S. (1988) - Hydrological controls of erosion and sediment transport in volcanic torrents. Hydrological Sciences Journal, vol. 33, n° 6, p. 575-587.

PERRET F.A. (1937) - The eruption of Mount Pelée 1929-1932. Édit. Carnegie Institution of Washington, 125 p.

PEYSSONEL A. (1756) - Observations made upon the Brimstone-Hill (in french, La Soufrière) in the island of Guadeloupe. Philosophical Transactions, vol. 49, p. 564-579.

PIERSON T.C. (2005) - Hyperconcentrated flow - transitional process between water flow and debris flow. In : Debris flow, hazards and related phenomena, M. JACOB et O. HUNGR édit., Édit. SPRINGER, Berlin-Heidelberg, p. 159-202.

PIERSON T.C. et SCOTT K.M. (1999) - Surficial hydrologic hazards at volcanoes. Édit. U.S. Geological Survey, open file report, 145 p.

REVERT E. (1931) - La Montagne Pelée et ses dernières éruptions. Annales de Géographie, vol. 40, n° 225, p. 275-291.

ROBIN C. (1994) - Les stratovolcans andésitiques. In : Le volcanisme, J.L. Bourdier édit, Édit. BRGM, Orléans, p. 211-221.

RODOLFO K.S. (2000) - The hazard from lahars and jökulhaups. In : Encyclopedia of Volcanoes, H. SIGURDSON, B. HOUGHTON, S.R. MACNUTT, H. RYMER et J. STIX édit., Édit. Academic Press, San Diego (Californie), p. 973-995.

ROMER M. (1931) - La dernière éruption de la Montagne Pelée. Extrait du bulletin volcanologique VIII, n° 27 à 30, p. 90-116.

ROOBOL M.J. et SMITH A.L. (1975) - A comparison of the recent eruptions of Mt. Pelée, Martinique and Soufrière, St. Vincent. Bulletin volcanologique, vol. 39, p. 214-240.

ROOBOL M.J. et SMITH A.L. (1989) - Volcanic and associated hazards in the Lesser Antilles. In : Volcanic hazards, assessment and monitoring, J.H. LATTER édit, Édit. SPRINGER, Berlin-Heidelberg, p. 57-85.

SAFFACHE P., MARC J.V. et COSPAR O. (2002) - Les cyclones en Martinique, quatre siècles cataclysmiques. Édit. Ibis Rouge, Fort-de-France, 196 p.

SAFFACHE P., MARC J.V. et HUYGHES-BELROSE F. (2003) - Les cyclones en Guadeloupe, quatre siècles cataclysmiques. Édit. Ibis Rouge, Fort-de-France, 276 p.

SASSA K. et WANG G. (2005) - Mechanism of landslide-triggered debris flows: liquefaction phenomena due to the undrained loading of torrent deposits. In : Debris flow, hazards and related phenomena, M. JACOB et O. HUNGR édit, Édit. SPRINGER, Berlin-Heidelberg, p. 81-104.

SCOTT K.M. (1988) - Origins, behavior, and sedimentology of lahars and lahar-runout flows in the Toutle-Cowlits River System. U.S. Geological Survey Professional Paper, vol. 1447­A, United States Government Printing Office, Washington, 75 p.

SCRIVENOR J.B. (1929) - The mudstreams ('lahars') of Gunong Keleot in Java. Geology Magazin, vol. 66, p. 433-434.

SEDAN O., MOMPELAT J.M. et FIQUET M., (1998) - Laves torrentielles du Prêcheur de janvier 1997 et 1998, Martinique : suivi et définition des moyens de réduction du risque. Rapport BRGM (R 40 106), Fort-de-France, 15 p.

SHEPHERD J.B. (1989) - Eruption, eruption precursors and related phenomena in the Lesser Antilles. In : Volcanic hazards, assessment and monitoring, J.H. LATTER édit., Édit. SPRINGER, Berlin-Heidelberg, p. 292-311.

SHERIDAN M.F. (1980) - Pyroclastic block flow from the September, 1976, eruption of La Soufrière volcano, Guadeloupe. Bulletin Volcanologique, vol. 43, n° 2, p. 397-402.

SMITH G.A. et FRITZ W.J. (1989) - Volcanic influences on terrestrial sedimentation. Geology, vol. 17, n° 4, p. 375-376.

SMITH A.L., ROOBOL M.J., SCHELLEKENS J.H. et MATTIOLI G.S. (2007) - Prehistoric stratigraphy of the Soufrière Hills-South Soufrière Hills Volcanic Complex, Montserrat, West Indies. Journal of Geology, vol. 115, n° 1, p. 115-127.

SUWA H. (1995) - Sediment transport by volcanic torrents of different scale. In : Effects of scale on interpretation and management of sediment and water quality, W.R. OSTERKAMP édit., IAHS Publication n° 226, p. 91-97.

SUWA H. et YAMAKOSHI T. (1999) - Sediment discharge by storm runoff at volcanic torrents affected by eruption. Zeitschrift fur Geomorphologie, vol. 114, Supplement Band, p. 63-88.

VALLANCE J.W. (2000) - Lahars. In : Encyclopedia of Volcanoes, H. SIGURDSON, B. HOUGHTON, S.R. MACNUTT, H. RYMER H. et J. STIX J. édit., Academic Press, San Diego (Californie), p. 601-616.

VALLANCE J.W. (2005) - Volcanic debris flows. In : Debris flow, hazards and related phenomena, M. JACOB et O. HUNGR édit., Édit. SPRINGER, Berlin-Heidelberg, p. 247­271.

WESTERCAMP D. (1985) - La prévision générale des risques volcaniques. Méthodologie. Application à la Montagne Pelée, Martinique. Rapport du BRGM (85 SGN 421I RG), Institut mixte de Recherches Géothermiques, Service Géologique National, 60 p.

WESTERCAMP D. et TAZIEFF H. (1980) - Martinique-Guadeloupe-Saint-Martin-La Désirade. Édit. MASSON, collection "Guides géologiques régionaux", Paris, 135 p.

WESTERCAMP D. et TRAINEAU H. (1983) - The past 5000 years of volcanic activity at Mt. Pelée Martinique (F.W.I.): implications for assessment of volcanic hazards. Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 17, p. 159-185.

WESTERCAMP D., ANDREIEFF P., BOUYSSE P., COTTEZ S. et BATTISTINI R. (1989) - Carte Géologique de la France à 1/50000, feuille Martinique. Édit. BRGM, Orléans, avec notice explicative, 246 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - L'activité magmatique régionale depuis 2000 ans (calendrier chrétien) et la localisation des volcans.
Légende Source : G. LALUBIE, 2012, d'après les datations dans J.M. LINDSAY et al. (2005), plus A.L. SMITH et al. (2007) pour Montserrat, Y. LEGENDRE (2012) pour la Guadeloupe et D. WESTERCAMP et H. TRAINEAU (1983) pour la Martinique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 2 - Les deux types de cours d'eau volcaniques.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3 - Les cours d'eau volcaniques majeurs et secondaires des deux volcans français d'Amérique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Tableau I - Les cours d'eau volcaniques majeurs (ou principaux) et secondaires des deux îles.
Légende Souligné : cours d'eau intermédiaire entre majeur et secondaire. * : sous les vents dominants. # : emprunté par des lahars non-éruptifs contemporains.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 4 - Les domaines granulométriques des cours d'eau volcaniques ou non (Montagne Pelée et Soufrière de Guadeloupe).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau II - Typologie des cours d'eau pour les domaines granulométrique de la figure 4 et granulométrie de surface caractéristique du lit mineur.
Légende d : diamètre des particules. d30 : troizième décile. d50 : médiane. D90 : neuvième décile. dmax : diamètre maximal. - : pas de mesure.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Tableau III - Les champs de la BDFAHL.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 5 - La variabilité des écoulements naturels en relation avec leur concentration en sédiments.
Légende D'après K.M. SCOTT (1988), T.C. PIERSON et K.M. SCOTT (1999 – in J.W. VALLANCE, 2000) et T.C. PIERSON (2005).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 6 - Les domaines texturaux de la matrice de plusieurs écoulements.
Légende D'après R.V FISHER et H.U. SCHMINCKE (1984).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 7 - La classification des lahars et leur proportion de la BDFAHL, basée sur le délai de remobilisation des dépôts éruptifs, l'origine de l'eau et la concentration en matériaux.
Légende D'après : R.V. FISHER et H.U. SCHMINCKE (1984), F. LAVIGNE et J.C. THOURET (2000), K. RODOLFO (2000) et J.W. VALLANCE (2005).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 8 - Les cours d'eau et le nombre de coulées répertoriés dans la BDFAHL.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lalubie, « Les Lahars et les laves torrentielles historiques aux Antilles françaises : un risque hydro-volcano-géomorphologique majeur », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 83-109.

Référence électronique

Guillaume Lalubie, « Les Lahars et les laves torrentielles historiques aux Antilles françaises : un risque hydro-volcano-géomorphologique majeur », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3479 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3479

Haut de page

Auteur

Guillaume Lalubie

AIHP-GEODE, BP 7207, Université des Antilles et de la Guyane, 97275 SCHŒLCHER, FRANCE.
Courriel : g.lalubie@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org