Navigation – Plan du site
Articles

Problèmes d'environnement liés à l'urbanisation contemporaine dans le système endoreïque d'Essijoumi (Tunisie nord-orientale)

Walid Chouari
p. 111-138

Résumé

Sur les rives de la sebkha Essijoumi, à l'ouest du centre de Tunis, la croissance démographique est accompagnée d'une extension urbaine soutenue, qui fait des terres agricoles le bassin d'accueil d'une urbanisation le plus souvent non réglementée. L'extension des zones imperméables, l'accroissement de la population et le développement des activités sont à l'origine d'écoulements considérables d'eaux de ruissellement et d'eaux usées domestiques et industrielles, qui rejoignent la sebkha Essijoumi, en grande partie par l'intermédiaire de l'oued Guériana. Aujourd'hui, alors que les rives de la sebkha sont constamment marécageuses et que l'eau y persiste même pendant la période la plus chaude de l'année, la pollution du plan d'eau paraît complexe, tout à la fois organique, bactériologique et chimique.
En fait, tout un contexte naturel, social et économique a subi une transformation rapide et profonde. La société occupe et exploite un milieu qui aurait dû rester à l'état naturel ou dont l'aménagement exigeait à tout le moins de nombreuses précautions et une connaissance profonde de sa dynamique.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le bassin versant de la sebkha Essijoumi (ou Séjoumi) est située dans le Nord-Est tunisien et appartient à l'espace périurbain tunisois. Il couvre une superficie de l'ordre de 230 km2, dont 28 km2 sont occupés par la sebkha Essijoumi. Cette dernière a une forme allongée et reçoit les eaux qui prennent source sur les versants des djebels Nahli et Ammar au nord, des djebels Aïn Krima et Sidi Salah à l'ouest, des djebels Nadhour et Ettalla au sud, des collines de Bir El Kassâa, El Ouerdia et Rass Tabia à l'est (Fig. 1). Les rives de la sebkha se caractérisent par une topographie particulièrement plane à l'ouest et au nord, où la pente ne dépasse pas 4 %, tandis qu'elle atteint 10 % au sud et à l'est.

Figure 1 - Tunis : une ville occupant un site exigu.

Figure 1 - Tunis : une ville occupant un site exigu.

D'après les cartes topographiques au 1/25000 (1985) et une image satellite SPOT (2002).

2Malgré la variété des sites naturels (sebkha, collines boisées ou cultivées, plaines cultivées), le cadre de Tunis est mal valorisé. La rapide expansion actuelle de l'agglomération place son environnement dans une phase critique. La capitale qui, à la fin du Protectorat, commençait à sortir de son site traditionnel, a explosé et s'est étalée, gagnant sur les espaces agricoles, occupant les lits majeurs des cours d'eaux, détruisant les lagunes (lacs nord et sud de Tunis) et les sebkhas (Ariana et Essijoumi), et exposant la société aux phénomènes d'inondation et de pollution.

3Du fait de la proximité de la ville de Tunis, les rives de la sebkha Essijoumi sont actuellement sous la pression d'une extension urbaine matérialisée par une progression rapide de l'habitat spontané. En effet, le cadre environnemental de ce secteur a été profondément modifié suite à l'intensification d'une pollution et d'une dégradation du milieu naturel qui risquent de devenir irréversibles. Notre objectif est d'expliquer les causes et les formes de la dégradation du milieu naturel sur les rives de la sebkha Essijoumi. En Tunisie, peu d'études universitaires ont été consacrées au fonctionnement environnemental des sebkhas. Une seule tentative d'analyse globale a été réalisée, par M. BOURGOU (1998), justement sur la sebkha Essijoumi et ses alentours. Les études techniques menées au cours des deux dernières décennies en vue de l'aménagement de la zone urbaine de Tunis sont nombreuses, mais aucune n'a proposé de solutions jugées suffisamment prometteuses pour être mises en œuvre.

4Les recherches menées sur la pollution du lac de Tunis avant les travaux de restauration peuvent fournir des pistes de réflexion. Les publications sur cette lagune, dont celles de J. ZAOUALI-LAIDAN (1977), W. SCHNEIDER (1979) et M. BELKHIR (1994), ont mis en évidence une instabilité permanente des paramètres physico-chimiques et biologiques, en rapport avec des situations contraintes par la faiblesse des échanges d'eau avec le Golfe de Tunis et par le déversement des eaux usées de la ville de Tunis.

5La démarche adoptée pour le présent travail consiste à analyser les caractéristiques environnementales du milieu aquatique, en insistant sur les atteintes que subit l'écosystème de la sebkha Essijoumi. Afin de recenser les sources de pollution, il a fallu procéder à un important travail de reconnaissance et de localisation précise des points de pollution, appuyé sur des relevés de terrain et des enquêtes auprès de la population. Les prélèvements d'eau effectués et l'exploitation de la base de données récupérée auprès de spécialistes permettent en outre d'analyser les paramètres physico-chimiques et biologiques et de distinguer les zones à risque.

II - Historique et formes de l'occupation humaine des rives de la sebkha Essijoumi

1 ) Historique de l'urbanisation anarchique des rives de la sebkha Essijoumi

6Entre 1925 et 1930, la totalité de l'isthme de Tunis était occupé et depuis lors Tunis a débordé de son site initial, les banlieues commençant à apparaître dès les années 1930. Cette vague d'extension est sous-tendue par des vagues d'exode rural. L'exode est inhérent à la crise économique qu'a subie l'agriculture tunisienne pendant les années trente, déclenchée par la mécanisation de l'agriculture et la politique de dépossession des agriculteurs et des paysans de leurs terres poursuivie par le pouvoir colonial. Le phénomène a bien sûr été accentué par les conséquences de la crise économique et sociale de 1929. La détérioration des structures sociales paysannes et l'élévation du taux de chômage ont généré des vagues de migration vers la capitale et sa banlieue. Celle-ci a constitué, et pour longtemps, l'ultime recours pour une grande partie des Tunisiens, à une époque où le marché immobilier existant était saturé (P. SIGNOLES et al., 1980 ; A. BELHÉDI, 1979 ; M. CHABBI, 1986-a, 1986-b ; P. SEBAG, 1998). Les nouveaux arrivants n'avaient d'autre choix que de s'installer dans la périphérie de la Médina ou aux limites de la ville européenne, sur des sites impropres à l'urbanisation (Fig. 1). L'occupation des espaces périphériques agricoles s'est réalisée d'une manière illégale et des gourbivilles sont apparus, qui n'ont cessé de s'étendre. La part des immigrants d'origine rurale installés à Tunis et dans sa banlieue était supérieure à la moitié des effectifs de l'exode rural total du pays, soit un minimum de 75000 personnes entre 1936 et 1946, et de 60000 entre 1946 et 1956 (Institut National de la Statistique). Selon cette image, un habitat précaire, peu à peu consolidé, a conquis l'étroite rive orientale et septentrionale de la sebkha Essijoumi, créant ainsi les quartiers de Mellassine et Saïda Manoubia (Fig. 1 et 2).

Figure 2 - Évolution de l'occupation du sol dans le bassin versant de la sebkha Essijoumi entre 1972 et 2002.

Figure 2 - Évolution de l'occupation du sol dans le bassin versant de la sebkha Essijoumi entre 1972 et 2002.

D'après des images satellites LANDSAT (1972 et 1987) et SPOT (2002).

7L'urbanisation de la zone ouest de la sebkha Essijoumi est également ancienne. En fait, c'est au marabout de Sidi Hassine qu'il faut rattacher la dénomination du quartier actuel de Sidi Hassine Essijoumi. Au XVIème siècle, certaines personnalités religieuses avaient l'habitude de se retirer en ce lieu pour s'adonner à une retraite spirituelle : Sidi Belhassen CHEDLI sur la colline du même nom, Sidi Ali RAÏS au Borj de Sidi Ali Raïs et Sidi Hassine ESSIJOUMI à l'ouest, sur les rives de la sebkha Essijoumi. Le quartier de Sidi Hassine fut construit autour du mausolée du marabout. Le noyau du quartier n'a commencé à se développer qu'à partir du milieu des années 1970. Il comptait 2500 habitants en 1975. En 1984, Sidi Hassine, devenue délégation, totalisait près de 50000 habitants, et en 2004 le nombre d'habitants atteignait 70000. Cette croissance démographique s'est toujours accompagnée d'une croissance urbaine soutenue, faisant des terres agricoles le bassin d'accueil d'une urbanisation le plus souvent non réglementée (A. BELHÉDI 1979 ; P. SIGNOLES, 1985 ; M. CHABBI, 1986-a, 2004 ; P. SEBAG, 1998).

8Du côté sud-ouest de la sebkha Essijoumi, au début du siècle dernier, l'urbanisation se limitait aux deux bourgs de moins d'un millier d'habitants de Fouchana et Mohammedia. Ces deux agglomérations, naguère séparées d'une dizaine de kilomètres, sont aujourd'hui soudées. Les autres agglomérations n'étaient le plus souvent que des bourgs agglomérés autour d'une zaouia, à l'image de Mghira, Birine et Jayara. Le quartier de Saïda Manoubia offre un exemple type de l'évolution du phénomène sur les rives est de la sebkha Essijoumi.

2 ) Saïda Manoubia : premiers gourbis sur les rives de la sebkha Essijoumi

9Les premières familles se sont installées sur ces terres et y ont édifié des habitations au titre de locataires. On y rencontre des habitations aussi bien de type rural que de type urbain, sous différentes formes : habitations troglodytiques creusées dans la roche, tentes de nomades, habitations en terre aux toits en tôle et d'autres, améliorées, en briques et en pierres que la carrière voisine fournit (P. SEBAG etal., 1960 ; P.A. BARTHEL, 2003). En fait, les constructions se sont multipliées (Fig. 3) sans lotissement préalable, au gré des initiatives individuelles.

Figure 3 - Évolution de l'extension du bâti à Saïda Manoubia.

Figure 3 - Évolution de l'extension du bâti à Saïda Manoubia.

D'après des photographies aériennes (1948, 1953 et 2000).

10Dans ces conditions, l'agglomération était évidemment dépourvue d'infrastructures. En 1956, la plus grande partie de la population devait s'approvisionner en eau potable à la fontaine publique et seules quelques maisons bénéficiaient de l'électricité. En outre, les nouvelles voies routières ont été ouvertes sans planification préalable, elles se resserrent et s'élargissent sans aucune logique. Les eaux usées, eaux de vaisselle ou de lessive, s'écoulent dans les rigoles à ciel ouvert avant d'aboutir à la sebkha (P. SEBAG etal., 1960). On imagine le spectacle qu'offre l'agglomération lorsque s'abattent les averses automnales, que les rigoles débordent et que la population patauge dans la boue.

11Saïda Manoubia n'est qu'un exemple parmi d'autres dans le Grand Tunis. Les premières années de l'indépendance ont vu des interventions pionnières dans ce milieu. Mais devant la complexité de la situation et le manque de moyens, les autorités publiques se sont contentées de réhabiliter le quartier.

3 ) Les années soixante : dégourbification et réhabilitation

12L'État tunisien, premier et seul intervenant dans la politique de logement, a tenté une politique de démolition. Parfois des quartiers entiers ont été détruits, à l'image des quartiers de Borj Ali Raïs, de Bou Rjel et d'une partie du quartier de Mellassine entre 1960 et 1970 (A. BELHÉDI, 1979).

13Par ailleurs, la propriété du terrain, par achat ou par octroi de la part des pouvoirs publics, encourage les habitants des gourbis à améliorer leurs abris, qui passent alors dans la catégorie du "logement en dur", car il s'avère impossible de résorber la totalité des gourbis. Une politique de réhabilitation des quartiers populaires a été lancée par les pouvoirs publics en 1979, attestée par la création de l'Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine en 1981. Plusieurs opérations visant à fondre ces quartiers dans le corps urbain en les dotant de tous les équipements collectifs indispensables, ont été réalisées. C'est dans cette perspective que s'inscrit la réhabilitation du quartier du djebel Lahmer, de Saïda Manoubia, etc. En outre, des lots sommairement viabilisés (routes, fontaines, éclairage public, etc.) par l'Agence Foncière de l'Habitat (AFH) et la Société Nationale de l'Immobilier de Tunisie (SNIT) ont permis aux habitants de gourbis détruits de construire eux-mêmes leur habitation (M. CHABBI, 1986-a). Mais ces lots restent assez pauvres en équipements collectifs et la majeure partie de l'habitat est horizontal (1 à 2 étages) et d'aspect peu fini (Photo 1).

Photo 1 - Densification et surélévation de l'habitat à Mellassine, sur les rives nord-ouest de la sebkha Essijoumi. [cliché : W. CHOUARI, 2012]

Photo 1 - Densification et surélévation de l'habitat à Mellassine, sur les rives nord-ouest de la sebkha Essijoumi. [cliché : W. CHOUARI, 2012]

14Jusqu'aux années 1960, les efforts déployés et les choix stratégiques des pouvoirs publics n'ont pas abouti au delà du relogement d'une population importante. Ils ont contribué au gaspillage d'un espace jadis réservé à l'agriculture, sans pour autant résoudre les aspects les plus critiques de la crise du logement : l'habitat spontané et les gourbivilles.

III - Les zones périurbaines : des lieux de conflits entre agriculture et urbanisation

15Dans la partie ouest du bassin versant de la sebkha Essijoumi s'étend l'espace périurbain actuel de l'agglomération tunisoise, qui fait historiquement partie de l'arrière-pays agricole de la ville de Tunis. Pendant la période coloniale, les cultures de la vigne et de l'olivier y ont été développées. La région tunisoise ne comprenait au début du XXème siècle que quelques villages agricoles, Fouchana et Mohammedia au sud-est, Ariana au nord et, un peu plus loin vers l'ouest, Mornaguia et les villages de la basse Medjerda (Majerda) : Tébourba, Djédéïda, Sidi Thabet et Kalâet Landlous (voir Fig. 1). Ainsi tout l'espace interstitiel était-il réservé à des terres cultivables, considérées pendant longtemps comme les principales sources d'approvisionnement en produits agricoles de la médina puis de la ville de Tunis (M. BOURAOUI, 2000 ; M. MIZOURI et A. MTIMET, 2001 ; H. DLALA, 2007). Aujourd'hui, la conversion de terres agricoles aux usages urbains est un processus quasi général, qui préoccupe les autorités.

1 ) Les fronts d'urbanisation des rives de la sebkha Essijoumi

16L'axe principal d'extension urbaine est formé par les aires d'extension d'Ettadhamen-Mnihla, vers l'ouest et le nord-ouest, qui continuent à s'étendre et à se densifier. Au sud-ouest, sur les rives de la sebkha Essijoumi, l'ancien noyau de Sidi Hassine s'est démultiplié en plusieurs noyaux (Sidi Hassine, Essijoumi, El Madrassa, 20 mars, etc.) en constituant un véritable front urbain (voir Fig. 2).

17De part et d'autre du canal Medjerda-Cap Bon, la dispersion du bâti dans le paysage permet de dégager deux formes préférentielles d'urbanisation. La première s'organise en une multitude de noyaux d'habitat dans les zones agricoles de Birine et El Attar. La seconde, plus lâche, a suivi le réseau routier. Le paysage urbain résultant de cette évolution paraît très mité, ce qui conduit à écarter l'idée de la constitution d'un axe d'urbanisation proprement dit, mais correspond plutôt à un front d'urbanisation éclaté.

18Au sud-est de la sebkha, le cœur du front urbain est constitué par l'extension d'El Mourouj (appelée à abriter à terme 300000 habitants) et Ben Arous, le chef-lieu du gouvernorat. Un peu plus vers l'ouest, Fouchana et Mghira sont deux agglomérations également éclatées, où l'étalement urbain se fait dans toutes les directions aux dépens des terres cultivées. Ce front poursuit son expansion à un rythme de croissance de la surface bâtie qui atteint 15,3 % par an depuis 1984, contre 9,5 % entre 1975 et 1984 (H. ABDELMALEK., 1996). L'extension vers le nord donne l'impression que la zone agricole de Mghira Enzel est prise en tenaille entre l'urbanisation du front sud (Fouchana et Mghira) et celle du front nord (Sidi Hassine et El Madrassa). Le rythme de progression de ces deux axes laisse prévoir que le bâti finira par occuper la quasi-totalité des rives de la sebkha au cours des dix ou quinze prochaines années (voir Fig. 2).

19Si les rives nord ont été intégrées au reste de l'espace urbain tunisois, il n'en est pas de même pour les rives ouest de la sebkha Essijoumi, où le caractère éclaté de l'urbanisation et le foisonnement des noyaux d'habitat anarchique ont généré un front d'urbanisation déstructuré dont la première victime a été l'activité agricole, déjà en équilibre fragile (C. WEBER et A. PUISSANT, 2003 ; P.A. BARTHEL, 2003, 2006).

2 ) Le mitage de l'espace agricole et l'occupation des espaces interstitiels

20L'extension urbaine s'est faite aux dépens des zones agricoles, en laissant subsister des espaces importants laissés de côté par l'urbanisation privée. Ces espaces ont attiré les lotisseurs privés soucieux de profiter de l'infrastructure, même sommaire, créée par les pouvoirs publics (M. BOURAOUI, 2000, 2003 ; W. CHOUARI, 2003).

21Dans le cas de la partie ouest de l'agglomération tunisoise, les espaces interstitiels ont des vocations diversifiées selon le stade d'évolution du phénomène. Il s'agit, dans la majorité des cas, d'espaces occupés par une agriculture en décadence, qui attendent d'être transformés en friches sociales, lesquelles seront à leur tour ouvertes à l'urbanisation. Les facteurs explicatifs sont divers et rejoignent ceux qui ont donné naissance aux quartiers d'habitat non réglementé, c'est-à-dire des facteurs purement économiques et sociaux, mais parfois aussi des pratiques qui, dans leurs formes apparentes "légales", reflètent de multiples formes de contournement des lois. Ainsi l'explosion urbaine à l'ouest de l'agglomération a été favorisée en partie par la vente de terrains non immatriculés. Ce type de terrain représente 72 % des terrains bâtis du quartier Ettadhamen-Douar Hicher (H. ABDELMALEK, 1996). Sur ce point, l'Office de Mise en Valeur de la Medjerda (OMVM) a partiellement échoué dans sa mission de protection et de renforcement du potentiel agricole. En effet, outre le fait d'avoir cédé des terres à l'Agence Foncière de l'Habitat (AFH), il a connu des déboires avec les agriculteurs auxquels il allouait des lots à cultiver pour 5 à 10 ans : dans les années 1960 et 1970, ces agriculteurs ont fréquemment vendu, comme s'ils en étaient propriétaires, les terres qui leur avaient été confiées, et qui n'étaient pas immatriculées comme terrains à bâtir (M. CHABBI, 1986-a ;M. MIZOURI et A. MTIMET, 2001 ; P.A. BARTHEL, 2003 ; N. DHAHER, 2011).

22Par ailleurs, nos enquêtes auprès des habitants (150 personnes en 2003, 90 en 2006 et 45 en 2012) ont montré que l'espace est très largement d'appropriation privée et que les formes d'exploitation comme les niveaux de productivité sont très inégaux. En complément, des entretiens réalisés avec des responsables de collectivités locales et d'administrations étatiques ont permis de dévoiler un processus d'une importance majeure : le mitage pourrait parfois s'accélérer du fait même de l'attitude des collectivités locales qui, pour des raisons de prestige ou de modernisation, poussent à l'urbanisation, valorisent les prix du foncier et sollicitent les lotisseurs. Dans certains cas, l'installation de nouvelles infrastructures périphériques (électricité, eau potable, assainissement et routes) ne fait ainsi que confirmer et renforcer les noyaux d'habitat spontané.

23Aujourd'hui, plusieurs centres denses se distinguent déjà, le plus souvent séparés par des espaces interstitiels plus lâches, ce qui donne un paysage fragmenté. Sur ces terrains, des habitations côtoient des parcelles nues délaissées et d'autres cultivées temporairement. Il s'agit en fait d'espaces en transition, qui attendent d'être urbanisés et densifiés. La situation paraît en mutation rapide, surtout dans les espaces interstitiels ou ceux jouxtant le front d'urbanisation. Celui-ci englobe les quartiers de Zahrouni, El Haraïria, Essijoumi, 20 mars, Habib Loucif, Sidi Hassine, etc. Il avance à l'ouest, aux dépens des terres agricoles pourtant classées comme zones "d'interdiction" ou de "sauvegarde" (Fig. 4). L'infrastructure d'irrigation, aujourd'hui quasiment délabrée, en témoigne.

Figure 4 - Conflit agriculture-urbanisation dans le Grand Tunis.

Figure 4 - Conflit agriculture-urbanisation dans le Grand Tunis.

D'après les images satellites SPOT (2002) et LANDSAT (1981, 1996), la carte de protection des terres agricoles au 1/25000 levée pour le Ministère de l'Agriculture (citée in URAM et URBACONSULT, 1997) et des photographies aériennes (2002).

24La superposition des deux cartes, celle de l'extension urbaine et celle de la protection de terres agricoles, traduit l'ampleur du conflit entre agriculture et urbanisation. Dans le bassin versant de la sebkhaEssijoumi, près de 17 % des terres classées en 1983 dans les catégories d'interdiction et de sauvegarde étaient urbanisées en 2002 (Fig. 4).

25Les terres agricoles semblent être en mutation permanente. Les enquêtes menées dans la zone ont permis de remarquer plusieurs indices témoignant de la régression du secteur et de la désaffectation vis-à-vis de l'agriculture sous les effets indirects de l'urbanisation, à savoir :

  • l'absentéisme de propriétaires ;

  • la construction de clôtures en dur autour de certaines exploitations ;

  • le ralentissement, voire l'abandon, des activités agricoles dans les exploitations existantes ;

  • l'abandon de l'entretien de certains vergers et de l'activité agricole à proximité des fronts urbains ;

  • la reconversion de l'arboriculture en céréaliculture extensive ;

  • l'absence de tout projet d'intensification de l'agriculture, même irriguée ;

  • la hausse de prix du foncier qui dépasse le seuil critique de rentabilité agricole (à la périphérie de Sidi Hassine, le prix moyen du terrain à bâtir se situe aux alentours de 100 dinars tunisiens par m2, contre un prix moyen du foncier agricole de 40 dinars tunisiens par m2).

26La zone agricole des rives ouest de la sebkha Essijoumi semble passer par une phase de pré-urbanisation, au cours de laquelle l'activité agricole n'est plus le moteur de l'économie locale (H. ABDELMALEK, 1996 ; M. BOURAOUI, 2000, 2003). Le Schéma Directeur d'Aménagement du Grand Tunis (URBACONSULT et al., 1996), qui a opté pour l'ouverture de la zone à l'urbanisation, vient soutenir ces tendances. L'implantation de zones industrielles limitrophes (notamment celle de Mghira) représentait déjà un moteur de l'urbanisation. Le Schéma Directeur d'Aménagement, avec une vision "pragmatique", tend ainsi à mettre en valeur, par l'urbanisation et l'industrialisation, un espace "peu productif" et à ouvrir Tunis sur un arrière pays jusqu'à aujourd'hui délaissé, en retrait par rapport à ce qui a été fait dans d'autres banlieues tunisoises (voir Fig. 1 et 2).

3 ) Essai d'évaluation de la gestion publique de l'espace agricole périurbain

27Quatre outils ont été mis en place pour sauvegarder l'espace agricole périurbain tunisois : le Plan Régional d'Aménagement de 1976, la loi de protection des terres agricoles de 1983, le Plan de Restructuration de la Zone Ouest d'Essijoumi de 1984 et dernièrement le Schéma Directeur d'Aménagement. Nous essayerons d'évaluer les réalisations de ces outils ainsi que les difficultés de leur application.

28Le Plan Régional d'Aménagement de 1976 a négligé le volet paysager (étude et analyse du paysage tunisois). Il s'est davantage orienté vers la gestion du milieu urbain et a ignoré l'insertion des espaces agricoles périphériques dans les secteurs nécessitant une planification particulière (M. BOURAOUI et P. DONADIEU, 2004). Cette lacune a conduit à l'accroissement de la pénétration de l'urbanisation libre. Le Plan Régional d'Aménagement s'est rapidement révélé inadapté à la réalité du développement socio-économique et spatial des territoires périurbains.

29La loi de protection des terres agricoles de 1983 a conduit à classer en zone d'interdiction les périmètres irrigués, et en zone de sauvegarde le reste des espaces agricoles (Fig. 4). Mais à l'image du Plan Régional d'Aménagement, la loi de 1983 n'a pas atteint son objectif. En fait, comme cette loi n'était pas fondée sur un programme propre aux territoires périurbains, elle a ignoré le problème de la spéculation foncière et le mécanisme de dégradation du milieu rural tunisois, pour s'intéresser seulement aux aspects techniques de la protection des terres agricoles, tels que les potentialités physico-chimiques des sols, les types de cultures, etc. En outre, cette loi a connu des difficultés suite aux divergences qui sont apparues entre les acteurs publics qui sont intervenus, comme le Ministère de l'Agriculture, le Ministère de l'Équipement et de l'Habitat, l'Agence Foncière de l'Habitat, etc. (M. MIZOURI et A. MTIMET, 2001).

30Le Plan de Restructuration de la Zone Ouest d'Essijoumi de 1984 est un outil d'aménagement contre l'extension de l'habitat spontané. Vers la fin des années 1980, ce plan s'est transformé en un outil d'aménagement urbain (ouverture partielle de près de 150 hectares de terres agricoles à l'urbanisation, restructuration des quartiers spontanés, etc.). Ainsi l'application de ce plan a participé au mitage de la zone agricole protégée et à l'imperméabilisation des terres de la rive gauche de la sebkha Essijoumi (W. CHOUARI, 2003 ; M. BOURAOUI et P. DONADIEU, 2004).

31Dans le Schéma Directeur d'Aménagement, le rôle de l'agriculture dans la sauvegarde de l'environnement, du paysage et du cadre de vie des citoyens n'est que très partiellement pris en compte. Ainsi, pour améliorer les ratios en m2/ha des espaces verts de proximité, les aménageurs et les planificateurs proposent d'aménager en parcs urbains les espaces boisés domaniaux, actuellement fermés au public. L'agriculture péri et intra-urbaine, en tant que créatrice d'espaces verts ouverts et en tant qu'élément essentiel de la ceinture verte tunisoise, est donc exclue de la politique verte des opérateurs publics (M. BOURAOUI et P. DONADIEU, 2004).

32D'ailleurs, en Tunisie et dans la région tunisoise en particulier, une politique verte d'initiative publique conçue pour la valorisation des paysages agricoles périurbains n'existe pas encore (charte paysagère, plan de paysage, etc.). En revanche, en France, une politique des Zones Naturelles d'Équilibre (ZNE) a été mise en place au cours de l'élaboration du SDAURIF de 1976 (Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région Ile-de-France). Cette politique s'est renforcée au début des années 1980 par la politique de ceinture verte. Son objectif était de créer des zones tampons qui puissent contenir la pression urbaine et préserver l'agriculture et les forêts périurbaines (M. BOURAOUI et P. DONADIEU, 2004). Sur les rives de la sebkha Essijoumi, les opérations dans ce domaine se limitent le plus souvent à la création de parcs publics et à la protection d'espaces boisés et de sites naturels remarquables. Ainsi, sur les rives sud-est de la sebkha, la décharge de Henchir Yahoudia a-t-elle été fermée en 1999 et un parc urbain a été construit à sa place. Il porte le nom du quartier limitrophe "le parc d'El Mourouj". Ce parc, qui constitue un point de gestion des polluants, pourrait être intégré à une perspective de réhabilitation générale de la sebkha et de ses rives.

IV - La sebkha Essijoumi : un écosystème fragile et vulnérable

1 ) Un bilan hydrologique modifié par l'Homme

a. La sebkha Essijoumi et le réseau hydrographique

33La sebkha Essijoumi constitue l'exutoire des eaux de surface du bassin versant. Il s'agit d'une zone d'équilibre écologique qui tamponne la plupart des écoulements (E.J. WEDMAN, 1964 ; M.R. BOUSSEMA et al., 1988; J.L. BALLAIS et al., 1988 ; J.L. BALLAIS et M.R. BOUSSEMA, 1989 ; M. BOURGOU, 1998 ; W. CHOUARI, 2003, 2009). Un débordement du plan d'eau est toutefois possible. Trois stations de pompage ont donc été installées à partir de 2004 (au sud, au sud-est et à l'est) pour évacuer les eaux en dehors du bassin versant, par exemple vers l'oued Miliane par l'intermédiaire d'un canal aujourd'hui très encombré. Elles offrent un débit total de l'ordre de 4,5 m3/s. Deux stations d'épuration (à Sidi Hassine et Hellal) sont en outre équipées de pompes pour éliminer les eaux pluviales (débit total de 0,6 m3/s).

34L'eau converge vers la sebkha pendant la période pluvieuse de l'année (de septembre à avril) et une lame d'eau dépassant à peine 0,5 m d'épaisseur recouvre la surface de la sebkha (Photos 2 - partie droite). Au contraire, en période estivale, la sebkha tend à s'assécher, par suite d'une évaporation intense (Photos 2 - partie gauche).

Photos 2 - La sebkha Essijoumi selon les saisons : à gauche, en période estivale (image Landsat de 1987 et vue prise en 2006), à droite, au cours de l'hiver exceptionnellement pluvieux 2002-03 (image SPOT de 2002 et vue prise en 2003). [clichés : W. CHOUARI]

Photos 2 - La sebkha Essijoumi selon les saisons : à gauche, en période estivale (image Landsat de 1987 et vue prise en 2006), à droite, au cours de l'hiver exceptionnellement pluvieux 2002-03 (image SPOT de 2002 et vue prise en 2003). [clichés : W. CHOUARI]

Tableau I - Bilan hydrique de la sebkha (en millions de m3) pour les années 1960 et 1995 (M. SÂADAOUI, 1995).

Tableau I - Bilan hydrique de la sebkha (en millions de m3) pour les années 1960 et 1995 (M. SÂADAOUI, 1995).

35Il y a encore quelques décennies, la sebkha s'asséchait totalement en été, sauf lors des années fortement pluvieuses (les précipitations annuelles moyennes avoisinent 470 mm à la station de Tunis-Manoubia sur la période 1900-2006). Mais aujourd'hui une pellicule d'eau persiste même pendant la période la plus chaude de l'année. Le tableau I compare les bilans hydriques des années 1960 et 1995.

36L'apport par ruissellement a été estimé à partir des précipitations annuelles mesurées à la station de Tunis-Manoubia en 1960 et 1995, en appliquant des coefficients de ruissel-lement estimés pour chaque type d'occupation du sol (M. SÂADAOUI, 1995). Entre ces deux années, des précipitations sensiblement plus abondantes en 1995 et surtout les effets de l'imperméabilisation des espaces urbanisés (qui sont passés de 17,8 % à 37 % de la surface du bassin versant) ont entraîné un doublement du coefficient de ruissellement et plus que le triplement du volume d'eau ruisselé. Par ailleurs, le potentiel évaporatoire a été estimé sur la base de l'évapotranspiration potentielle annuelle à la station de Tunis-Manoubia (1260 mm/an en moyenne).

37Plusieurs cours d'eau intermittents rejoignent la sebkha ; les plus importants sont l'oued Guériana, long de 15 km, qui s'écoule du nord vers le sud, et l'oued El Melah, long de 7 km, qui s'écoule de l'ouest vers l'est.

38L'oued Guériana prend sa source sur le versant sud du djebel Ammar (près de Oued Ellil) et draine la partie ouest de l'agglomération tunisoise. Son bassin versant, d'une superficie de 80 km2, comporte des zones fortement urbanisées. Il draine les quartiers suivants : Ibn Khaldoun, Ettahrir, El Hadika, El Omrane Supérieur, Ettadhamen, Bardo, Khaznadar, Ksar Saïd, La Manouba, Oued Ellil, Hraïria, et Ezzouhour, avant de rejoindre la sebkha Essijoumi sur son côté nord. En dépit de sa faible longueur, ce cours d'eau reçoit plusieurs petits affluents (voir Fig. 1) :

  • sur le flanc sud-est du djebel Ammar, de l'ouest vers l'est : l'oued Ellil, l'oued El Guettar et l'oued Ed Debbar ;

  • sur le flanc ouest du djebel Aïn El Karima et Koudiat Zaer, de l'amont vers l'aval : l'oued El Boul, l'oued S'mar et l'oued Ech Chair.

39De son côté, l'oued El Melah prend naissance à l'ouest de la sebkha Essijoumi, aux envi-rons du djebel Sidi Salah. Il rejoint la sebkha au niveau du quartier El Madrassa.

40Les autres cours d'eau sont généralement de faible importance. Dans leur cours moyen, leurs eaux se perdent dans les rues. Elles pourraient rejoindre la sebkha par le biais d'un cours d'eau plus important, l'oued Guériana en l'occurrence, mais elles sont entravées par les obsta-cles urbains et forment en conséquence des flaques d'eau à l'intérieur du tissu urbain.

b. L'hydrodynamique de la nappe

41Les eaux souterraines du bassin versant de la sebkhaEssijoumi se partagent entre une nappe phréatique et deux nappes profondes. C'est l'hydrodynamisme de la nappe phréatique qui nous intéresse ici. L'aquifère de la plaine de La Manouba s'étend sur une superficie de 53 km2. Le réservoir dans lequel se trouve la nappe est constitué par les dépôts argilo-sableux à sablo-argileux du Plio-Quaternaire et du Quaternaire (M.L. NACEF, 1988). En observant les courbes isopiézométriques de la nappe superficielle, on note qu'elles suivent l'allure générale des courbes de niveau, avec une inclinaison de la nappe vers la sebkha dans la région nord et nord-est du bassin versant, selon une pente de l'ordre de 14 à 15 ‰. Le gradient hydraulique s'affaiblit entre Fouchana et la sebkha Essijoumi, pour atteindre 2,4 ‰. Dans tous les cas, les eaux souterraines s'écoulent avec un gradient décroissant vers la sebkha et l'alimentation de la nappe est assurée par l'infiltration directe des eaux de pluie ou par les eaux en provenance des reliefs environnants (notamment le djebel Ammar au nord-ouest, le djebel Nahli au nord-est, les collines d'Aïn El Karima et le djebel Sidi Salah au sud-ouest). La nappe de La Manouba est drainée, par l'oued Guériana, vers le sud-est et la sebkha Essijoumi.

42Depuis les années 1970, le niveau de la nappe aurait sensiblement monté (M. GAMMAR et M. CHOUAECH, 2003), information confirmée par les ingénieurs de la Direction Générale des Ressources en Eau (DGRE – communications personnelles). Cette évolution résulte essen-tiellement du recul des activités agricoles et donc de la diminution des prélèvements pour l'arrosage. Sur les terrains envahis par l'urbanisation, beaucoup de puits ont d'ailleurs été abandonnés.

43Á ces apports souterrains, s'ajoutent aujourd'hui des quantités de plus en plus considérables d'eaux superficielles provenant d'un bassin versant fortement anthropisé. Elles ne sont pas sans avoir des impacts sur les zones les plus en aval.

c. Évaluation des apports d'eaux usées

44En plus des eaux de ruissellement, estimées à plus de 30 millions de m3 en 1995 (M. SÂADAOUI, 1995 ; S. KAMMOUN et A. ZARROUK, 1995), la sebkha Essijoumi reçoit des quantités considérables d'eaux usées domestiques et industrielles provenant d'un bassin versant de plus en plus marqué par l'urbanisation et l'implantation anarchique d'industries polluantes. Les ruelles disposées perpendiculairement au plan d'eau constituent des drains permanents. Nous avons recensé près de 45 points de pollution hydrique, dont les deux tiers concernent le rejet d'eaux domestiques (Photo 3).

Photo 3 - La sebkha Essijoumi : un réceptacle d'eaux usées polluées. [cliché : W. CHOUARI, 2006] 

Photo 3 - La sebkha Essijoumi : un réceptacle d'eaux usées polluées. [cliché : W. CHOUARI, 2006] 

45Ces points sont particulièrement nombreux sur les rives nord et nord-ouest, les plus urbanisées, celles qui sont occupées par les constructions appartenant aux quartiers de Sidi Hassine, El Madrassa, Hellal et Saïda Manoubia (voir Fig. 9). Les canaux véhiculent des quantités d'eaux polluées et de déchets en provenance des quartiers qui les dominent topographiquement. Plusieurs raccordements illicites d'eaux usées au système de drainage des eaux pluviales qui se déversent dans la sebkha ont été observés. Le rejet le plus important est assuré par l'oued Guériana (Tab. II). C'est un cours d'eau intermittent, mais il a été transformé en véritable égout à ciel ouvert. Il reçoit des quantités d'eaux usées industrielles estimées à 1350 m3/jour, soit 492750 m3/an, provenant des établissements implantés le long de ses rives, à La Manouba, Khaznadar, Bardo et Ezzouhour. Il reçoit également des eaux domes-tiques polluées, qui sont ainsi véhiculées vers la sebkha. Au début des années 1990, l'Office National de l'Assainissement (ONAS) les a estimées à environ 500 m3/jour (S. KAMMOUN et A. ZARROUK, 1995), mais elles sont certainement de plus en plus abondantes. À ces apports s'ajoutent ceux des fosses septiques, car l'assainissement des eaux usées est actuellement assuré par un système individuel de puits perdus. Le fonctionnement de ces fosses devient de plus en plus problématique à cause du niveau élevé de la nappe, et les excédents se déversent dans la sebkha Essijoumi (Tab. II).

Tableau II - Rejet des eaux industrielles dans l'oued Guériana.

Tableau II - Rejet des eaux industrielles dans l'oued Guériana.

Sources : URBACONSULT (1998) et enquête personnelle (2006).

d. Augmentation des surfaces de terrains imperméables et de zones inondables

46Il s'agit d'un phénomène relativement récent, qui évolue de pair avec l'expansion urbaine, surtout lorsqu'elle est spontanée, mais aussi avec celle dirigée et planifiée.

47Sur les reliefs les plus pentus, nous avons pu observer une accélération du phénomène de ravinement suite à une dégradation artificielle du couvert végétal et une extension du bâti sur les pentes (W. CHOUARI, 2003, 2006, 2009). En plusieurs endroits, les sections des oueds sont envahies par les constructions et le lit est rétréci de façon inquiétante. Cet étalement urbain s'accompagne d'une augmentation de l'imperméabilité du bassin versant et, dans le même temps, rend plus difficile l'évacuation des eaux. Les obstacles implantés dans le cours naturel des oueds ont des effets particulièrement sensibles à l'aval (sur les rives de la sebkha), où des terrains hydromorphes et en pente faible, ainsi que la proximité de la nappe (Photo 4), favorisent la stagnation des eaux pendant plusieurs mois de l'année.

Photo 4 - Débordement du bâti et   affleurement de la nappe phréatique sur les rives de la sebkha Essijoumi. [cliché : W. CHOUARI, 2006]

Photo 4 - Débordement du bâti et   affleurement de la nappe phréatique sur les rives de la sebkha Essijoumi. [cliché : W. CHOUARI, 2006]

48Après des précipitations, l'eau stagne dans certaines ruelles (Photo 5). C'est notamment le cas dans les zones basses de Sidi Hassine, Mellassine et Saïda Manoubia, où le niveau topographique est inférieur à celui de la sebkha (Tab. III et Fig. 5).

Photo 5 - Un quartier sans réseau d'assainissement à Sidi Hassine. [cliché : W. CHOUARI, 2003]

Photo 5 - Un quartier sans réseau d'assainissement à Sidi Hassine. [cliché : W. CHOUARI, 2003]

Tableau III - Ajustement de la surface de la sebkha Essijoumi en fonction des volumes d'eau reçus.

Tableau III - Ajustement de la surface de la sebkha Essijoumi en fonction des volumes d'eau reçus.

Figure 5 - Variation de la surface et du volume de la sebkha en fonction de la cote NGT, d'après les mesures de JICA (1994) et une carte au 1/10000 avec courbes de niveau équidistantes de 5 cm (M. MOULINE (1947 – cité par M. SÂADAOUI, 1995).

Figure 5 - Variation de la surface et du volume de la sebkha en fonction de la cote NGT, d'après les mesures de JICA (1994) et une carte au 1/10000 avec courbes de niveau équidistantes de 5 cm (M. MOULINE (1947 – cité par M. SÂADAOUI, 1995).

49En l'absence de station hydrométrique, nous ne disposons pas de données quantitatives fiables sur le fonctionnement hydrologique du bassin versant. Les inondations de 1973, 1979, 2003 et 2007 ont cependant montré les défis à relever par les décideurs et les aménageurs (W. CHOUARI, 2006, 2009 ; W. CHOUARI et Y. MASMOUDI, 2010).

50L'épisode du 24 septembre 2003 a provoqué les inondations les plus étendues (Fig. 6).Il s'est produit au cours d'un mois très arrosé sur le bassin versant de l'oued Guériana : 413 mm à la station de La Manouba. À cette station, 51 mm sont tombés le 16 septembre et 160 mm le lendemain (en fait dans les premières heures du 18). Cette valeur journalière est considérée comme plus que centennale (M. BARGAOUI, 2003). Elle est du reste la plus forte enregistrée dans le secteur depuis 1900 (maximum de 127,5 mm à Tunis-Manoubia, en septembre 1935, station relativement épargnée par l'orage le 17 septembre 2003 ; à Tunis-Carthage, station ouverte en 1952, 134 mm ont été relevés en novembre 1975). Mais les mesures à la station de Tunis-Carthage, qui a reçu 183 mm le 17 septembre, montrent que les intensités de la pluie sont alors restées relativement modérées : 48 mm/h sur 15 minutes et 35 mm/h sur une heure (Y. ENNESSER et al., 2011). Quelques jours après, le 24 septembre, 96 mm sont tombées à Tunis-Carthage, avec cette fois des intensités très élevées : 131 mm/h sur 15 minutes, 114 mm sur 30 minutes et 82 mm/h sur une heure (Y. ENNESSER et al., 2011). Or ce jour là les pluies ont été nettement plus abondantes à La Manouba (158 mm) qu'à Tunis-Carthage, la cellule orageuse, moins étendue que le 17 septembre, étant centrée sur le bassin de l'oued Guériana.

Figure 6 - Terrains envahis par les eaux de débordement de l'oued Guériana lors de la crue du 24 septembre 2003, d'après JICA (1994) et W. CHOUARI (2003 et 2009).

Figure 6 - Terrains envahis par les eaux de débordement de l'oued Guériana lors de la crue du 24 septembre 2003, d'après JICA (1994) et W. CHOUARI (2003 et 2009).

51L'oued Guériana possède actuellement une capacité d'évacuation correspondant à des phénomènes d'une période de retour de quelques années au plus. Un réaménagement est prévu, mais les dimensions de recalibrage seront insuffisantes pour un épisode de l'ampleur de celui de septembre 2003.

2 ) Analyse des paramètres physico-chimiques et bactériologiques (paramètres abiotiques et biotiques)

a. Analyse des paramètres abiotiques

52Pour la caractérisation de ces paramètres (Fig. 7), nous avons prélevé 6 échantillons sur le pourtour de la sebkha fin mai 2006, que nous avons analysés dans les laboratoires de la Direction Générale des Ressources en Eau et de l'École Nationale des Ingénieurs de Sfax (W. CHOUARI, 2009). Nous avons en outre bénéficié de mesures sur cinq échantillons prélevés en janvier 2006 par la Direction Générale des Ressources en Eau (température, pH, salinité, oxygène dissous).

Figure 7 - Caractérisation physico-chimique de la sebkha Essijoumi à la fin mai 2006.

Figure 7 - Caractérisation physico-chimique de la sebkha Essijoumi à la fin mai 2006.

L'extrapolation spatiale des données recueillies en mai 2006 a tenu compte des mesures effectuées par N BEN CHEIKH (2000) en juin 2000. Les normes considérées sont celles établies pour les eaux de rejet. En 2006, la température, l'oxygène dissous et la salinité ont été mesurés in situ, les autres paramètres au laboratoire (turbidité sur échantillon non filtré ; PO43-, NO3-, NO2-, NH4+ et détergents après filtration sur membrane, par spectrophotocolorimétrie ; DBO5 par la méthode de WINKLER).

53Pour tous les paramètres considérés, des secteurs plus ou moins étendus de la sebkha présentent des valeurs élevées, proches ou supérieures aux normes établis pour les eaux de rejet.

54Les teneurs en oxygène dissous sont généralement très faibles (3,9 à 9,4 mg/l). Elles révèlent des eaux stagnantes, calmes et des phénomènes de fermentation de la matière organique sous l'action des bactéries. En été, notamment, on observe souvent une coloration rouge des eaux de la sebkha, signe de l'évolution du milieu vers l'anoxie. Ce dernier phénomène est accompagné par un dégagement d'odeurs nauséabondes (gaz sulfurés, essentiellement du H2S). Les teneurs mesurées par la DGRE en janvier 2006, donc en hiver, sont légèrement plus élevées, de 4,0 à 12,5 mg/l.

55Étant données la forte salinité (21 à 181 ‰) et la présence de composés ammoniacaux, les eaux de la sebkha Essijoumi ont le plus souvent un pH alcalin (valeurs comprises entre 6,0 et 9,4). Mais il est généralement neutre en hiver, du fait des forts apports pluviaux.

56La turbidité (33 à 87 NTU) n'apparaît excessive que très localement. Toutefois, du fait de la faible profondeur d'eau, les éléments détritiques et organiques déposés dans la sebkha sont facilement mobilisables à la moindre agitation.

57Les teneurs en ions nitrite (0,2 à 9,1 mg/l), nitrate (2,0 à 58 mg/l), ammonium (9,2 à 13 mg/l) et phosphate (0,6 à 19 mg/l) ne dépassent les valeurs normatives que dans quelques secteurs. Les plus fortes concentrations des nitrates sont enregistrées sur les rives nord-ouest, les plus affectées par les apports de l'oued Guériana.

58Les teneurs en détergents anioniques ne sont pas alarmantes. Elles n'ont pas dépassé 1 mg/l (0,35 à 0,87 mg/l). N. BEN CHEIKH avait obtenu des résultats voisins en juin 2000 (12 points de prélèvement). Ces teneurs sont inférieures à la valeur susceptible de perturber le développement des organismes planctoniques autotrophes, et donc d'inhiber le pouvoir auto-épurateur du milieu (2 mg/l – N. BEN CHEIKH, 2000).

59Enfin, les valeurs élevées de DBO5 (Demande Biologique en Oxygène en 5 jours) enregistrées sur les rives nord de la sebkha traduisent une pollution organique importante, en lien avec les déversements d'eaux usées domestiques d'un secteur qui n'est que partiellement raccordé au réseau d'assainissement. Les valeurs atteignent 67 mg O2/l à l'arrivée des eaux polluées ; elles diminuent en s'éloignant de ce point vers le sud, pour tomber à 7 mg O2/l sur la bordure est de la sebkha.

60Les métaux lourds (dosés par spectrométrie d'absorption atomique) sont présents en quantités importantes (Cd : 0,03 à 0,26 mg/l ; Cu : 0,08 à 0,18 mg/l ; Pb : 0,59 à 1,1 mg/l ; Ni : 0,90 à 1,9 mg/l ; Cr : 0,33 à 0,56 mg/l). C'est sur les rives de l'ancienne décharge de Henchir Yahoudia (au sud-est) et les rives de la zone agricole d'El Miaou (au sud-ouest) que l'on a enregistré les teneurs les plus élevées (Fig. 7). L'origine de la pollution est attribuée à la décharge (A. MARZOUGUI et A. BEN MAMMOU, 2006). Cependant l'effet de la concentration des eaux de la sebkha par l'évaporation n'est pas à exclure, en raison de la faible profondeur des eaux dans ce secteur

b. Analyse des paramètres biotiques 

61Les analyses de N. BEN CHEIKH (2000) sur les eaux de la sebkha Essijoumi ont montré des concentrations en coliformes fécaux (plus de 1100/100 ml)et en streptocoques fécaux (3,6/100 ml)particulièrement fortes au niveau des rives sud de Sidi Hassine. C'est sur ces rives que l'urbanisation fait le plus sentir ses effets, en l'absence partielle et parfois totale de réseau d'assainissement (Fig. 8 et 9). En effet, des habitations "les pieds dans l'eau" déversent leurs eaux usées directement dans la sebkha, laquelle reçoit en outre, par le biais de la nappe phréatique affleurante, les trop-pleins des puits perdus.

Figure 8 - Distribution spatiale des pollutions organique (A), bactériologique (B) et chimique (C) dans la sebkha Essijoumi, d'après des mesures effectuées par N. BEN CHEIKH (2000) et des mesures personnelles (2006).

Figure 8 - Distribution spatiale des pollutions organique (A), bactériologique (B) et chimique (C) dans la sebkha Essijoumi, d'après des mesures effectuées par N. BEN CHEIKH (2000) et des mesures personnelles (2006).

Les situations représentées correspondent aux observations effectuées en juin 2000 et mai 2006.

Figure 9 - Les rives de la sebkha Essijoumi : impact des aménagements sur l'environnement.

Figure 9 - Les rives de la sebkha Essijoumi : impact des aménagements sur l'environnement.

62Les analyses des eaux de la nappe effectuées dans le cadre de la préparation du schéma de développement de la zone de la sebkha Essijoumi (URBACONSULT, 1997) révèlent des eaux de puits de surface proches des rives de la sebkha sont contaminées par des germes d'origine fécale (coliformes et streptocoques), ce qui les rend impropres à la consommation humaine. La même étude met en outre en évidence des teneurs élevées en ions nitrates (80 mg/l). Dans ces conditions, au vu des risques sanitaires encourus, l'eau souterraine n'est plus considérée comme potable par les habitants des rives de la sebkha Essijoumi à Sidi Hassine (enquêtes personnelles).

63Outre des données obtenues par N. BEN CHEIKH (2000), nous avons disposé des identifications biologiques réalisées pour nous par le personnel spécialisé de la Direction de l'Hygiène et de la Protection de l'Environnement (DHMPE). Les organismes zooplanctoniques trouvés sont des larves d'annélides de tous genres et des larves de moustiques (Chironomes) dans les canaux d'évacuation des eaux pluviales débouchant dans les plans d'eau. La région d'étude est favorable au développement et à la multiplication de différentes espèces d'insectes. Ainsi la stagnation des eaux polluées riches en substances nutritives, l'étendue des marécages et l'existence d'une épaisse couche de boues anaérobies (vase) riches en matière organique dans le fond de sebkha, forment un environnement favorable à la reproduction des moustiques, et notamment des Aedes, qui trouvent là pour la ponte des terrains inondables temporairement asséchés couverts de joncs et de salicornes. Ce genre de moustiques est d'autant plus nuisible pour les riverains qu'il possède une forte capacité de migration (20 km en autonomie de vol et jusqu'à 40 km par vent favorable). Le genre Culex, qui apprécie les milieux putrides (saprobionte) et les eaux stagnantes où le taux d'oxygène dissous est inférieur à 2 mg/l, est lui aussi très fréquent. Une étude menée par le service de lutte anti-insectes de la municipalité de Tunis évalue la densité des Chironomes entre 10000 et 100000 par m2 (N. BEN CHEIKH, 2000).

64Par ailleurs, de fortes concentrations en algues nitrophiles ont été observées essentiellement dans les zones de rejet des eaux usées, souvent riches en nutriments (azote et phosphore). Ces algues sont toxiques et libèrent d'importantes quantités de gaz sulfurés lors de leur dépérissement. En outre, nous avons eu l'occasion d'habiter pendant trois ans à quelques centaines de mètres des rives orientales de cette sebkha et nous étions soumis, surtout pendant la période estivale, à des problèmes olfactifs gênants. La sebkha est plus froide que les quartiers environnants de sorte que l'amplitude thermique crée une brise nocturne à l'origine d'une pollution en SO2 et d'odeurs nauséabondes dans les quartiers limitrophes.

65L'étalement urbain anarchique et l'entassement des activités économiques dans le bassin versant de la sebkhaEssijoumi ont donc eu (et continueront d'avoir) des répercussions négatives sur le plan d'eau et sur les rives. La pollution de la sebkha paraît complexe, elle est à la fois organique, bactériologique et chimique (A. MARZOUGUI et A. BEN MAMMOU, 2006 ; W. CHOUARI, 2009) (Fig. 8).

66La sebkha Essijoumi est le siège d'une eutrophisation engendrée par de fortes teneurs en nutriments. La distribution spatiale de ces nutriments met notamment en évidence une zone hypereutrophe correspondant au secteur nord-ouest de la sebkha soumis aux impacts des rejets véhiculés par l'oued Guériana (Fig. 7, 8 et 9).

67L'analyse microbiologique a montré que le secteur sud des rives de Sidi Hassine est le plus contaminé. Cependant l'analyse des métaux lourds a montré une forte concentration sur les rives de la zone agricole du sud-ouest et les rives de l'ancienne décharge de Henchir Yahoudia. Ces concentrations signalent les effets lointains et parfois irréversibles qui pourraient se produire dans le cas d'une utilisation non planifiée et irresponsable du milieu naturel.

V - Conclusion

68Depuis les années 1970, le bassin versant de la sebkha Essijoumi est soumis à des pressions anthropiques de plus en plus importantes. En fait, tout un complexe naturel, social et économique a subi une transformation rapide et profonde. La responsabilité humaine dans la dégradation de ce milieu est évidente étant donné la multiplication des formes imprévoyantes d'occupation de l'espace. Maints problèmes environnementaux sont apparus et n'ont cessé de se multiplier, dont les principaux et les plus visibles dans le paysage géographique se résument dans les points suivants :

  • Une extension urbaine spectaculaire, à raison de 830 ha/an en moyenne à l'échelle de l'agglomération tunisoise ; cette extension, se fait en tache d'huile. Elle est exceptionnellement anarchique sur les rives de la sebkha Essijoumi.

  • Un grignotage spontané de la ceinture agricole et une imperméabilisation des sols.

  • Une détérioration de la qualité de vie dans les périphéries défavorisées, qui se manifeste par une réduction des possibilités d'accès aux services publics, des insuffisances en matière d'alimentation en eau, de ramassage des ordures et surtout d'assainissement.

  • Une extension des zones marécageuses qui constituent des milieux favorisant la prolifération des différentes formes de dégradation (eutrophisation, aérobiose, odeurs nauséabondes, moustiques, etc.).

  • Une recrudescence des inondations favorisées par la topographie et la nature du sol (géné-ralement argileux et sablonneux) et aggravées par le mode d'urbanisation et toutes ses composantes (voiries, clôtures, bassins et canaux d'assainissement, etc.).

  • Une augmentation des volumes de rejets solides et liquides dans la sebkha. Le changement d'affectation du sol pendant les dernières décennies a perturbé le régime hydrologique de la sebkha et a favorisé également des concentrations élevées de substances nutritives dans l'eau. Les eaux polluées riches en matières organiques et chimiques donnent naissance à une pollution bactériologique aquatique. L'eau de la sebkha, prend souvent une couleur rougeâtre, signe d'une eutrophisation importante et du dégagement d'odeurs très nuisibles aux riverains et même aux habitants des quartiers situés plus loin.

  • L'absence d'articulation et de coordination entre les programmes de développement agricole et urbain, qui accentue le déséquilibre entres les zones urbaines et les espaces naturels.

69L'avenir de la sebkha Essijoumi va donc se décider après des décennies de laisser-aller, alors que les zones bâties sont en passe d'occuper la quasi-totalité de ses rives.

70L'installation de stations de mesures permanentes des paramètres environnementaux favoriserait une large prise de conscience de la situation, ici comme sur toutes les sebkhas de la Tunisie. La réussite de toute action d'assainissement et de réhabilitation, comme de tout projet d'aménagement, exige des études globales portant sur la totalité du bassin versant, l'intervention de spécialistes issus de différentes disciplines, ainsi que la consultation et l'intégration aux réflexions de la population, notamment des riverains, afin de réduire sa passivité vis-à-vis des problèmes rencontrés.

71Dans le cas de la sebkha Essijoumi, ce n'est qu'au début des années 1990 que s'est fait jour le souci de préserver, d'aménager et de mettre en valeur cet espace, qui est censé jouer un rôle essentiel dans le rétablissement de l'équilibre écologique de la ville de Tunis. Ainsi, sur les rives de la sebkha, des bandes vertes à dominance d'eucalyptus et d'acacias séparent le plan d'eau de cités urbaines limitrophes. Elles constituent des écrans boisés, aux fonctions essentiellement récréatives, qui sont venus s'ajouter à la réserve ornithologique d'El Ouerdia créée dès 1960 : espace récréatif d'Ezzouhour, créé en 1992 ; forêt récréative d'Ettayarane, créée en 1993 ; lieu de détente et de loisir d'El Mourouj, sur les rives sud-est de la sebkha, qui a nécessité le transfert, en 1994, de la décharge de Henchir Yahoudia vers El Attar. En outre, malgré les nuisances, la sebkha Essijoumi attire une faune diversifiée. On trouve des canards sur les rives inondées, des flamands roses au niveau des fonds vaseux peu profonds, des chevaliers combattants près des déversoirs d'eaux usées et des mouettes rieuses autour des décharges d'ordures.

72Cependant les remèdes apportés ont été le plus souvent improvisés et ponctuels. D'ailleurs, en Tunisie, à part l'étude globale d'assainissement et d'aménagement de la sebkha Ariana et de ses rives et les opérations d'assainissement de la sebkha Ben Ghayadha à Mahdia et du lac de Tunis, qui feront l'objet des grands projets urbanistiques, il n'existe pas un suivi permanent de la qualité des eaux et des sources potentielles de pollution au niveau des sebkhas. Les rapports, qui apparaissent après chaque catastrophe (inondation, eutrophisation, etc.), restent unanimes sur la nécessité d'assainir les sebkhas et d'approfondir la recherche sur l'écologie de ce type d'écosystème.

Remerciements : Mes vifs remerciements aux chefs des laboratoires (chimistes et biologistes) de la Direction de l'Hygiène du Milieu et de la Protection de l'Environnement (DHMPE), de la Direction Générale des Ressources en Eau (DGRE) et de l'École Nationale des Ingénieurs de Sfax ENIS (laboratoire LARSEN), avec qui j’ai collaboré et qui ont accepté de partager avec moi leurs compétences. Je suis également reconnaissant à mes réviseurs, Jean-Paul BRAVARD, Ibtissem TOUNSI, et un relecteur resté anonyme, ainsi qu'à Claude MARTIN, pour leurs remarques et suggestions constructive. Enfin, je remercie Jean-Louis BALLAIS, qui m'a fait bénéficier de ses publications sur la zone d'étude.

Haut de page

Bibliographie

ABDELMALEK H., sous la direction de (1996) - Bilan de l'urbanisation du Grand Tunis 1988-1996. Rapport de l'Agence d'Urbanisme du Grand Tunis (AUGT), 47 p.

BALLAIS J.L., BOUSSEMA M.R. et ROUI B. (1988) - Étude diachronique par télédétection de l'hydrographie de la région de Tunis. Actes des Premières Journées de Géologie Appliquée, Sfax, p. 229-236.

BALLAIS J.L. et BOUSSEMA M.R. (1989) - Remote sensing diachronic study of the drainage pattern of Tunis region. Actes de la table-ronde "Télédétection du milieu naturel", symposium n° 13, de la Seconde Conférence Internationale de Géomorphologie (Frankfort/Main), p. 115­125.

BARTHEL P.A. (2003) - Faire la ville au bord de l'eau ; les lacs de Tunis : des marges urbaines à des sites de très grands projets d'aménagement. Thèse de l'Université Lyon 2, 490 p.

BARTHEL P.A. (2006) - Tunis en projet(s). La fabrique d'une métropole au bord de l'eau. Édit. Presses Universitaires de Rennes, collection "Espace et territoire", 208 p.

BELHÉDI A. (1979) - L'espace tunisois : organisation, fonctionnement et structure typique. Revue Tunisienne de Géographie, n° 4, p. 9-39.

BELKHIR M. (1994) -Eutrophisation du lac de Tunis : étude physico-chimique et biomasse phytoplactonique et macroalgale. Thèse de troisième cycle, Faculté des Sciences de Tunis, 194 p.

BEN CHEIKH N. (2000) - Caractérisation environnementale de la sebkha de Séjoumi. Mémoire de DEA, Institut National d'Agronomie de Tunis, 70 p.

BERGAOUI M. (2003) - Pluviométries exceptionnelles enregistrées sur la région du Grand Tunis (journées du 17 et 24 septembre 2003). Rapport de la Direction Générale des Ressources en Eau (DGRE), Tunis, 6 p.

BOURAOUI M, (2003) - L'agriculture urbaine en Tunisie : espace rituel ou nouvelle composante territoriale ? Le cas du Grand Tunis, Revue de Géographie Alpine, vol. 91, n° 4, p 45-54.

BOURAOUI M. (2000) - L'agriculture, nouvel instrument de la construction urbaine ? Étude de deux modèles agri-urbains d'aménagement du territoire : le plateau de Saclay à Paris et la plaine de Sijoumi, à Tunis. Thèse de l'ENGREF/ENSP, Paris, 442 p.

BOURAOUI M. et DONADIEU P. (2004) - Pérennité ou disparition des espaces ouverts agricoles dans la planification urbaine ? Les cas du plateau de Saclay, à Paris, et la plaine de Sijoumi, à Tunis. Communication au 40ème Congrès ISoCaRP, 8 p, URL : http://www.isocarp.net/Data/case_studies/430.pdf.

BOURGOU M. (1998) - La sebkha de Sijoumi et ses environs (Tunisie nord-orientale), indices de dégradations et problèmes d'aménagement. In : Développement et environnement au Maghreb, Actes du 1er colloque du Département de Géographie de la FLSH de Sfax (1994) p. 91-101.

BOUSSEMA M.R., ROUI B. et BALLAIS J.L. (1988) - Analyse par télédétection de l'hydrographie de la région de Tunis (Tunisie). Photo-interprétation, vol. 6, n° 2, p. 11-18.

CHABBI M. (2004) - Potentialités et obstacles à la constitution d'une région urbaine – Le cas du Grand Tunis. Communication au 40ème Congrès ISoCaRP, 10 p, URL : http://www.isocarp.net/Data/case_studies/548.pdf.

CHABBI M. (1986-a) - Une nouvelle forme d'urbanisation dans le Grand Tunis, l'habitat spontané périurbain, Thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, Institut d'Urbanisme de Paris, 436 p.

CHABBI M. (1986-b) - L'habitat spontané péri-urbain dans le District de Tunis. Volume 2 : étude de dix quartiers. Rapport au District de Tunis, 131 p + annexes.

CHOUARI W. (2003) -Les dépressions humides des environs de Tunis : géomorphologie, paléoenvironnement et impact des aménagements sur leur évolution. Mémoire de DEA, Université Paris I, 116 p.

CHOUARI W. (2006) - Les pluies torrentielles des 17 et 24 septembre 2003 dans le Grand Tunis : analyse météorologique et impacts immédiats. In : Les risques liés au temps et au climat, XIXème colloque de l'AIC (Épernay), G. BELTRANDO, M. MADELIN et H. QUÉNOL édit., Édit. PRODIG, Paris, p. 166-171.

CHOUARI W. (2009) - Environnement et risques naturels dans le Grand Tunis, approche cartographique. Thèse de l'Université Paris VII, 408 p.

CHOUARI W. et MASMOUDI Y. (2010) -Analyse spatio-temporelle des plans d'eau et des berges des dépressions humides des environs de Tunis par télédétection et système d'information géographique. Actes des XIIème Journées Scientifiques du Réseau Télédétection de l'AUF (Monastir, Tunisie), à paraître. Voir livre des résumés : http://www.reseautd.auf.org/IMG/pdf/Resumes_44-79.pdf (page 58).

DHAHER N., (2011) - Production du sol urbain et vulnérabilité aux inondations : l'exemple de la cité Sidi Hcine Essijoumi en Tunisie. Confins [en ligne], vol. 12, URL : http://confins.revues.org/7129.

DLALA H. (2007) - Métropolisation et recomposition territoriale du Nord-Est tunisien. Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 410, URL : http://cybergeo.revues.org/13863.

ENNESSER Y., SAID V. et TERRIER M. (2011) - Évaluation des risques en situation actuelle et à l'horizon 2030 pour la ville de Tunis. Rapport final de Phase 1 du Projet "Adaptation au changement climatique et aux désastres naturels des villes côtières de l'Afrique du Nord, Egis BCEOM/IAU-IDT/BRGM, 342 p.
URL : http://www.iau-idf.fr/fileadmin/Etudes/etude_823/Tunis_Rapport_Phase_1.pdf.

GAMMAR A.M. et CHAOUECH M. (2003) - Dynamique de la végétation et de l'espace sur les rives de la sebkha d'Essijoumi (région de Tunis). In : Eau et environnement : Tunisie et milieux méditerranéens, P. ARNOULD et M. HOTYAT édit. Édit. ENS Éditions, Lyon, p. 177-188.

JICA (1994) - Étude sur le programme de protection contre les inondations pour le Grand Tunis et le Grand Sousse. Japan International Cooperation Agency, rapport final au Ministère de l'Équipement et de l'Habitat, Tunis, 376 p.

KAMMOUN S. et ZARROUK A. (1995) - Sources potentielles de pollution hydrique de sebkhet Essijoumi. Rapport de la Direction Générale des Ressources en Eau, Tunis, 5 p.

MARZOUGUI A. et BEN MAMMOU A. (2006) - Impacts of the dumping site on the environment : case of the Henchir El Yahoudia site, Tunis, Tunisia. Géoscience, vol. 338, n° 16, p. 1176-1183.

MIZOURI M. et MTIMET A. (2001) - Pression urbaine sur les terres agricoles périurbaines du Grand Tunis. Option Méditerranéenne, série A, n° 44, p. 277-285.

MOULINE M. (1947) - Nivellement du fond de la sebkha Sedjoumi. Carte au 1/10000, Tunis.

NACEF M.L. (1988) - Effets de l'urbanisation sur la nappe de Manouba. Mémoire de DEA, Faculté des Sciences, Tunis, 51 p.

SÂADAOUI M. (1995) - Bilan hydrologique du lac Séjoumi. Rapport de la Direction Générale des Ressources en Eau, Tunis, 7 p.

SCHNEIDER W. (1979) - Bilan des substances nutritives du lac de Tunis (1976/1977). Rapport de l'Institut FRESENIUS Gmbh (RFA) au Ministère de l'Agriculture de Tunisie, 787 p.

SEBAG P. (1998) - Tunis : histoire d'une ville. Édit. l'Harmattan, Paris, 683 p.

SEBAG P. BEN SALEM M., CLAUDIAN J. et TAIEB H. (1960) - Un faubourg de Tunis : Saïda Manoubia. Édit. PUF, Paris, 92 p.

SIGNOLES P. (1985) - L'espace tunisien : capitale et État-région. Édit. URBAMA, collection "Urbanisation, réseau urbain, régionalisation au Maghreb", Tours, 2 volumes, fascicules de recherches n° 14 et 15, 1041 p.

SIGNOLES P., BELHÉDI A, MIOSSEC J.M. et DLALA H. (1980) - Tunis, évolution et fonctionnement de l'espace urbain. Édit. URBAMA (Tours) et Centre de Recherches Méditerranéennes (Poitiers), collection "Urbanisation, réseau urbain, régionalisation au Maghreb", fascicule de recherches n° 6, 259 p.

URAM et URBACONSULT (1997) - Atlas du Grand Tunis : gouvernorats de Tunis, Ariana et Ben Arous. Rapport au Ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du Territoire, Direction Générale de l'Aménagement du Territoire, Tunis, 85 p.

URBACONSULT (1998) - Schéma de développement de la zone de la Sebkha de Sejoumi : rapport préliminaire de deuxième phase. Rapport à la Municipalité de Tunis, 69 p.

URBACONSULT, avec la collaboration de M. CHABBI (1997) - Projet "Cités Durables" Tunis-Séjoumi, schéma de développement de la zone de la sebkha de Séjoumi. Rapport préliminaire à la Municipalité de Tunis, 1ère phase, Tunis, 171 p.

URBACONSULT, URAM et BRAMMAH, avec la collaboration de M. CHABBI (1996) - Étude du schéma directeur du Grand Tunis. Rapport final de 1ère phase au Ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du Territoire, Direction Générale de l'Aménagement du Territoire, Tunis, 287 p.

WEBER C. et PUISSANT A. (2003) - Urbanization pressure and modeling of urban growth: example of the Tunis Metropolitan Area. Remote Sensing of Environment, vol. 86, p. 341­352.

WEDMAN E.J. (1964) - Geohydrology of Sebkra Sedjoumi (Tunisia). Édit. AIHS Publication, n° 64, p. 50-67.

ZOUALI-LAIDAN J. (1977) - Le lac de Tunis : facteurs climatiques, physico-chimiques et crises dystrophiques. Bulletin de l'Office National des Pêches, vol. 1, n° 1, p. 37-49.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Tunis : une ville occupant un site exigu.
Légende D'après les cartes topographiques au 1/25000 (1985) et une image satellite SPOT (2002).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 2 - Évolution de l'occupation du sol dans le bassin versant de la sebkha Essijoumi entre 1972 et 2002.
Légende D'après des images satellites LANDSAT (1972 et 1987) et SPOT (2002).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 3 - Évolution de l'extension du bâti à Saïda Manoubia.
Légende D'après des photographies aériennes (1948, 1953 et 2000).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 1 - Densification et surélévation de l'habitat à Mellassine, sur les rives nord-ouest de la sebkha Essijoumi. [cliché : W. CHOUARI, 2012]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 4 - Conflit agriculture-urbanisation dans le Grand Tunis.
Légende D'après les images satellites SPOT (2002) et LANDSAT (1981, 1996), la carte de protection des terres agricoles au 1/25000 levée pour le Ministère de l'Agriculture (citée in URAM et URBACONSULT, 1997) et des photographies aériennes (2002).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photos 2 - La sebkha Essijoumi selon les saisons : à gauche, en période estivale (image Landsat de 1987 et vue prise en 2006), à droite, au cours de l'hiver exceptionnellement pluvieux 2002-03 (image SPOT de 2002 et vue prise en 2003). [clichés : W. CHOUARI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Tableau I - Bilan hydrique de la sebkha (en millions de m3) pour les années 1960 et 1995 (M. SÂADAOUI, 1995).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 3 - La sebkha Essijoumi : un réceptacle d'eaux usées polluées. [cliché : W. CHOUARI, 2006] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau II - Rejet des eaux industrielles dans l'oued Guériana.
Légende Sources : URBACONSULT (1998) et enquête personnelle (2006).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Photo 4 - Débordement du bâti et   affleurement de la nappe phréatique sur les rives de la sebkha Essijoumi. [cliché : W. CHOUARI, 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 5 - Un quartier sans réseau d'assainissement à Sidi Hassine. [cliché : W. CHOUARI, 2003]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau III - Ajustement de la surface de la sebkha Essijoumi en fonction des volumes d'eau reçus.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 5 - Variation de la surface et du volume de la sebkha en fonction de la cote NGT, d'après les mesures de JICA (1994) et une carte au 1/10000 avec courbes de niveau équidistantes de 5 cm (M. MOULINE (1947 – cité par M. SÂADAOUI, 1995).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 6 - Terrains envahis par les eaux de débordement de l'oued Guériana lors de la crue du 24 septembre 2003, d'après JICA (1994) et W. CHOUARI (2003 et 2009).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 7 - Caractérisation physico-chimique de la sebkha Essijoumi à la fin mai 2006.
Légende L'extrapolation spatiale des données recueillies en mai 2006 a tenu compte des mesures effectuées par N BEN CHEIKH (2000) en juin 2000. Les normes considérées sont celles établies pour les eaux de rejet. En 2006, la température, l'oxygène dissous et la salinité ont été mesurés in situ, les autres paramètres au laboratoire (turbidité sur échantillon non filtré ; PO43-, NO3-, NO2-, NH4+ et détergents après filtration sur membrane, par spectrophotocolorimétrie ; DBO5 par la méthode de WINKLER).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 8 - Distribution spatiale des pollutions organique (A), bactériologique (B) et chimique (C) dans la sebkha Essijoumi, d'après des mesures effectuées par N. BEN CHEIKH (2000) et des mesures personnelles (2006).
Légende Les situations représentées correspondent aux observations effectuées en juin 2000 et mai 2006.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 9 - Les rives de la sebkha Essijoumi : impact des aménagements sur l'environnement.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3493/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Walid Chouari, « Problèmes d'environnement liés à l'urbanisation contemporaine dans le système endoreïque d'Essijoumi (Tunisie nord-orientale) », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 111-138.

Référence électronique

Walid Chouari, « Problèmes d'environnement liés à l'urbanisation contemporaine dans le système endoreïque d'Essijoumi (Tunisie nord-orientale) », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 29 juin 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3493 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3493

Haut de page

Auteur

Walid Chouari

Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax, laboratoire SYFACTE, route de l'Aéroport (km 4,5), SFAX, 3029, TUNISIE.
Courriel : walidchouari@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org