Navigation – Plan du site
Articles

Changements climatiques au Maghreb : vers des conditions plus humides et plus chaudes sur le littoral algérien ?

Zeineddine Nouaceur, Benoit Laignel et Imen Turki
p. 307-323

Résumés

Des changements climatiques importants affectent une grande partie de notre planète. Les différents modèles prévoient ainsi une hausse probable des précipitations et des températures dans plusieurs régions du monde. Le présent travail analyse l'évolution des températures et des pluies enregistrées sur le littoral algérien pendant plus de quarante années. Les évolutions de ces deux paramètres témoignent des bouleversements climatiques subis ces dernières années par l'Afrique du Nord et le Grand Maghreb.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La mer Méditerranée s'étend du détroit de Gibraltar jusqu'aux côtes libanaises, sur près de 4000 km. Cette mer intérieure possède une superficie globale de 2,51 millions de km2. L'importance de cette masse d'eau à l'échelle régionale explique la grande extension spatiale du domaine climatique méditerranéen (A. DOUGUÉDROIT, 1997). Dans son ensemble, cette zone est caractérisée par une sécheresse d'été bien marquée et, selon les sous-régions, d'un maximum pluviométrique d'automne ou d'hiver (A. DOUGUÉDROIT, 1997 ; E. XOPLAKI, 2002).

2Située sur la rive méridionale du bassin méditerranéen, l'Algérie est un vaste territoire, de près de 2,5 millions de km2, qui s'étend vers le sud jusqu'à la latitude de 18°57' Sud (Fig. 1). Les trois quarts de l'espace algérien sont soumis aux influences climatiques hyper-aride, aride et semi-aride. Les plaines littorales (1200 km d'est en ouest) sont séparées des hautes plaines et des hauts plateaux de l'intérieur par le grand massif de l'Atlas tellien et bénéficient ainsi d'un climat moins torride et plus humide. La répartition spatiale des pluies sur cette longue bande de l'Algérie du Nord oppose un littoral oriental, relativement bien arrosé, aux plaines de l'ouest, plus sèches (Tab. I).

Figure 1 - Répartition spatiale des stations synoptiques algériennes choisies pour cette étude.

Figure 1 - Répartition spatiale des stations synoptiques algériennes choisies pour cette étude.

Fond de carte : image Google Earth.

Tableau I - Précipitations annuelles moyennes (en mm), sur la période 1970-2012, pour six stations de l'Office National de Météorologie (ONM) sur le littoral algérien.

Tableau I - Précipitations annuelles moyennes (en mm), sur la période 1970-2012, pour six stations de l'Office National de Météorologie (ONM) sur le littoral algérien.

CV : coefficient de variation (= écart-type / moyenne). Les stations sont rangées en fonction de leur position d'ouest en est (voir Fig. 1).

3Au delà de la grande polémique sur les causes réelles des dérèglements climatiques contemporaines (J.C. DUPLESSY, 2001 ; M. LEROUX, 2007 ; H. SVENSMARK et E. FRIIS-CHRISTENSEN, 2007), l'augmentation des températures qui est observée par une grande majorité de stations dans le monde, constitue un fait indéniable et confirme ainsi la réalité du réchauffement climatique global (J.H. CHRISTENSEN et al., 2007). Ainsi la décennie 2001-2010 et l'année 2010, à égalité avec 2005 et 1998, sont-elles considérées par l'OMM (2013) comme les plus chaudes à l'échelle mondiale depuis que l'on dispose de relevés météorologiques.

4Parallèlement à cette hausse, une augmentation probable des précipitations est attendue (K.E. TRENBERTH et al., 2007). Ces dernières années, les pluies ont occasionné de violentes inondations un peu partout dans le monde. En juillet 2007, la Grande-Bretagne a fait face à ses plus graves inondations depuis plus de soixante ans. En 2008, les pluies de mousson ont été extrêmement fortes en Inde. En 2009, dans cette même région du monde, c'est au Pakistan que les pluies de mousson ont été particulièrement dévastatrices. En 2010, l'Australie a connu les plus grandes inondations de son histoire, avec près de quarante villes du Nord-Est du pays touchées et plus de 200000 personnes affectées (Le Monde, 2011). En 2011, la Thaïlande a subi les plus graves inondations jamais observées dans cette partie du monde. Enfin, en 2013, l'Inde a fait face une nouvelle fois à une mousson exceptionnelle (D. BOSSY, 2013), par sa rapidité de déplacement et par sa violence (plus de 5000 personnes ont péri dans des inondations meurtrières), tandis que l'Europe centrale était touchée par des inondations d'une ampleur jamais observée depuis près 500 ans (La Chaîne Météo, 2013), conséquences des très fortes pluies tombées sur l'Autriche, l'Allemagne, la Hongrie et la Tchéquie.

5Si la recrudescence de tels évènements est bien réelle, ces épisodes peuvent cependant, suivant le degré de leurs intensités, être ressentis d'une manière tout à fait différente d'une région à une autre du globe (C. NORRANT, 2004 ; A. DOUGUÉDROIT et S. BRIDIER, 2007 ; E. ROTHSCHILD et G. BELTRANDO, 2007 ; D. LAMARRE, 2008).

6Dans les régions de l'Afrique du Nord et en Algérie, l'évolution des températures (hausse des minima et des maxima) est conforme à la situation mondiale (A. SEBBAR et al., 2012 ; L. AMRAOUI et al., 2011). Les pluies enregistrées dans cette partie du monde s'inscrivent aussi dans les évolutions générales (A. SEBBAR et al., 2011 ; Z. NOUACEUR, 2010). Ainsi, après deux décennies de sécheresses observées dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, l'amorce de périodes beaucoup plus humides est notée en Algérie et dans tout le Maghreb (M. AMYAY et al., 2012).

II - Données et méthodes

7L'objectif de cet article est d'analyser les changements climatiques observés sur le littoral algérien. Les six stations du réseau de l'Office Nationale de la Météorologie (ONM) déjà présentées dans le tableau I, qui offrent une période commune de mesure de quarante trois ans (1970 à 2012), ont été choisies pour cette étude (Fig. 1, Tab. II). Les données fournies par l'ONM ont été complétées par des informations collectées sur le site "National Climatic Data Center" (http://www.ncdc.noaa.gov/​).

Tableau II - Coordonnées géographiques des stations météorologiques.

Tableau II - Coordonnées géographiques des stations météorologiques.

8La méthode d'analyse des données utilisée est la méthode graphique chronologique de traitement de l'information (MGCTI), de type "matrice BERTIN" (Z. NOUACEUR et al., 2013­a, 2013-b). Appliquée aux données de températures et de précipitations, cette méthode permet dans un premier temps d'analyser la répartition spatio-temporelle du paramètre météorologique, puis dans un second de déterminer les dates de changement de cycle, s'il y a des cyclicités manifestes, grâce à l'analyse régionale.

1 ) Première étape

9Pour chaque station, les données annuelles de l'ensemble de la chronique sont classées en fonction des quintiles (Tab. III).

Tableau III - Quintiles pour les valeurs annuelles moyennes des températures minimales (Tn) et maximales (Tx) journalières et pour les précipitations annuelles (P).

Tableau III - Quintiles pour les valeurs annuelles moyennes des températures minimales (Tn) et maximales (Tx) journalières et pour les précipitations annuelles (P).

10En fonction de la position de leurs données par rapport aux quintiles, les années sont considérées comme :

  • très sèches ou très fraîches, en dessous du premier quintile ;

  • sèches ou fraîches, entre le premier et le deuxième quintiles ;

  • normales à tendance sèche où à tendance fraîche, entre le deuxième quintile et la médiane ;

  • normales à tendance humide ou à tendance chaude, entre la médiane et le troisième quintile ;

  • humides ou chaudes, entre le troisième et le quatrième quintiles ;

  • enfin, très humides où très chaudes, au-dessus du quatrième quintile.

2 ) Deuxième étape

11Un recodage des valeurs grâce à une gamme de couleurs est effectué (la couleur variant suivant la position du cumul pluviométrique annuel ou de la température moyenne par rapport aux valeurs limites). Ce premier traitement est suivi d'une procédure de réordonnancement (permutations de colonnes) afin d'obtenir un classement qui permet de visualiser une structure colorée homogène (matrice BERTIN). Cette procédure permet de visualiser l'évolution du paramètre climatique selon deux dimensions (temps et espace).

3 ) Troisième étape

12Pour déterminer les ruptures et les périodes caractéristiques, une deuxième procédure est entreprise. Elle consiste à affecter un nombre variant de 1 (année très sèche ou très froide) à 5 (année très humide ou très chaude) suivant les caractères, déjà déterminés, attribués à chaque année. La somme des nombres de toutes les stations pour chaque année est centrée réduite, ce qui permet d'obtenir un indice qui varie de +1,83, pour une année très humide ou très chaude, à -1,83, pour une année très sèche ou très froide. L'indice centré réduit est calculé comme suit :
Indice = (Xi – X) / S
où Xi est la valeur de l'année, X la moyenne de la série et S l'écart type de la série.

13La projection du résultat sur un graphique permet de voir l'évolution du phénomène à une échelle régionale, puis de déterminer les dates de rupture et de changement de tendance.

III - Une tendance nette à la hausse des températures dès le début des années quatre-vingt

14L'évolution des températures sur le littoral algérien depuis plus de quarante ans montre une hausse dès le milieu des années quatre-vingt. Les indices MGCTI calculés par rapport à la normale (voir supra) font ressortir, de manière éloquente, le net décrochement des séries chronologiques à partir de l'année 1994 (Fig. 2). Entre les valeurs extrêmes possibles (+1,83 et -1,83), +0,91 constitue la limite au-dessus de laquelle les années sont considérées comme chaudes (chaleur partielle).

Figure 2 - Matrice (MGCTI) appliquée aux moyennes annuelles des températures minimales et maximales journalières sur la période 1970-2012.

Figure 2 - Matrice (MGCTI) appliquée aux moyennes annuelles des températures minimales et maximales journalières sur la période 1970-2012.

15Quatre périodes caractérisent l'évolution des températures minimales :

  • 1970-1984 est marquée par une prépondérance du nombre des années très fraîches et fraîches (100 % des stations sur huit années et plus de 80 % sur trois autres). Seule l'année 1982 se distingue nettement, plus de 66 % des stations affichant une année normale.

  • 1985-1990 correspond à une période de réchauffement. La catégorie des années chaudes et très chaudes est bien représentée sur l'ensemble des stations, surtout au cours des quatre dernières années.

  • 1991-1993 voit le retour des conditions fraîches et très fraîches. Cette catégorie regroupe 100 % des stations en 1991.

  • 1994-2012 manifeste un net réchauffement. En 1999, 2006 et 2011, 100 % des stations connaissent une année chaude.

16Pour les températures maximales, nous retrouvons des fluctuations proches de celles des valeurs minimales. La matrice (MGCTI) montre une organisation en quatre périodes :

  • 1970-1986, prépondérance des années très fraîches et fraîches.

  • 1987-1990, réchauffement des températures maximales.

  • 1991-1993, conditions fraîches et très fraîches (100 % des stations affichent ces conditions en 1992 et 1993).

  • 1994-2012, très nombreuses années chaudes (100 % des stations sont rattachées à cette catégorie pour onze des années de cette période).

17Une succession de phases de réchauffement et de refroidissement marque donc le littoral algérien. Les évolutions des températures maximales et minimales semblent dans l'ensemble comparables. La première période fraîche se prolonge jusqu'en 1986 pour les maxima, alors qu'elle ne dépasse pas 1984 pour les minima. À partir de 1994, la hausse paraît plus affirmée pour les maxima, plusieurs années dépassant le seuil limite de la chaleur partielle définie par la méthode MGCTI.

IV - Un retour des pluies confirmé sur la dernière décennie

18Malgré une variabilité interannuelle propre à la pluviométrie méditerranéenne (voir Tab. I), l'analyse comparative de l'évolution de ce paramètre dans les différentes stations du littoral algérien révèle une organisation des valeurs structurée en trois périodes (Fig. 3) :

  • La première, de 1970 à 1986, est considérée comme normale à tendance humide. Mais, en fait, elle regroupe 59 % d'années humides et très humides, 30 % d'années sèches et très sèches, et seulement 11 % d'années normales.

  • La deuxième commence en 1987 et se termine en 2002. Une baisse significative des années humides et très humides se produit dans toutes les stations (39 % d'années humides et très humides, 12 % d'années normales et 49 % d'années sèches et très sèches). Les années 1989, 1993, 1994, 2000 et 2001 se démarquent par un très fort pourcentage de stations en année sèche à très sèche (100 % en 1993 et plus de 80 % en 1994 et 2001).

  • La dernière, de 2003 à 2012, est caractérisée par une augmentation des années humides ou très humides (57 %) et des années normales (22 %), dont le total atteint le plus fort taux de la série pluviométrique. Elle est aussi marquée par le plus faible pourcentage d'années sèches et très sèches relevé depuis 1970 (21,3 %). Les années 2005 et 2006 s'écartent des caractéristiques générales de la période et se révèlent sèches.

Figure 3 - Matrice MGCTI appliquée aux précipitations annuelles sur la période 1970-2012.

Figure 3 - Matrice MGCTI appliquée aux précipitations annuelles sur la période 1970-2012.

19L'analyse des précipitations sur le littoral algérien montre qu'après la sécheresse des années 1980 et 1990, s'amorce une période beaucoup plus humide. Des signes de changement sont du reste notés sur tout le pays, puisque la campagne agricole 2008/2009 a été très satisfaisante et que la production céréalière enregistrée l'année suivante (2009/2010) a été encore meilleure : 61,2 millions de quintaux. Avec un tel chiffre, l'Algérie atteint l'autosuffisance pour cette denrée de base (rfi, 2010). Le Ministre de l'Agriculture et de l'Aménagement du territoire algérien a pu ainsi déclarer : "Depuis 1876, année à laquelle des statistiques ont commencé à être établies en Algérie concernant la production agricole, jamais un tel exploit n'a été atteint" (dz Presse, 2009). Qualifiées d'exceptionnelles et historiques, les pluies de 2008/2009 ont généreusement réalimenté les nappes phréatiques superficielles, portant la marge de sécurité hydrique à près de deux années en eau potable et en eau pour l'irrigation. Les retenues des barrages ont elles-aussi atteint des niveaux sans précédent, le taux de remplissage moyen s'établissant à 72 % en 2010.

20Cette tendance s'est confirmée en 2012/2013, avec une production céréalière qui devrait avoisiner 50 millions de quintaux (Algérie Presse service, 2013). Le taux de remplissage moyen des barrages s'est encore accru, atteignant 81 % en septembre 2013 (87 % dans la région orientale, 79,6 % au centre et 78,4 % à l'ouest – A. BOUZIANE, 2013). Sur les 65 barrages en exploitation, 17 ont un taux de remplissage de 100 %. 5,5 milliards de m3 d'eau sont ainsi disponibles pour l'irrigation et l'alimentation en eau potable.

V - De plus en plus de pluies intenses

21Grâce à l'analyse du nombre de perturbations sévères (selon la classification de l'Office National de Météorologie – cumul pluviométrique supérieur à 30 mm par 24 h) qui ont touché le territoire algérien de 1990 à 2012, une première réponse peut être apportée à cette question cruciale. Les statistiques montrent ainsi un nombre en constante évolution (Fig. 4). Mais elles permettent aussi de distinguer deux périodes caractéristiques :

  • De 1990 à 2002, les indices centrés réduits du nombre de perturbations sévères sont majoritairement négatifs (seules trois années ont des indices positifs : 1994, 1997 et 1999, avec respectivement +0,80, +0,37 et +0,58).

  • Entre 2003 et 2012, les indices indiquent une plus grande fréquence du phénomène : sept années montrent des valeurs positives, dont quatre dépassent +1. Sur la même période, trois valeurs ont été négatives, mais très faiblement (­0,055), en 2004, 2006 et 2010.

Figure 4 - Indices centrés réduits annuels du nombre de perturbation sévères (cumul pluviométrique supérieur à 30 mm en 24 h) en Algérie sur la période 1990-2012 (histogrammes) et moyenne mobile sur cinq ans des valeurs trouvées.

Figure 4 - Indices centrés réduits annuels du nombre de perturbation sévères (cumul pluviométrique supérieur à 30 mm en 24 h) en Algérie sur la période 1990-2012 (histogrammes) et moyenne mobile sur cinq ans des valeurs trouvées.

Source des données : statistiques de l'Office National Météorologique (ONM).

22Cette première constatation va dans le sens d'une augmentation de la fréquence des pluies intenses (A. MEDJERAB, 2007), qui ont vraisemblablement un effet moindre sur la recharge des nappes que sur l'amplification du ruissellement sur les versants, des crues et des inondations.

23Une deuxième analyse, portant sur la part des jours d'orage dans l'ensemble des jours de pluie (statistique établie par l'ONM selon la définition de l'OMM : une décharge électrique au moins dans un nuage, suivie d'un grondement de tonnerre – OMM, 1973), permet de consolider cette hypothèse. La figure 5 met en évidence trois périodes successives :

  • De 1970 à 1985, les moyennes mobiles sur cinq ans des indices centrés réduits de la part des jours d'orage sont majoritairement négatives, la plus basse valeur étant enregistrée en 1979 (-1,46).

  • Au cours de la phase suivante, de 1986 à 1998, les moyennes mobiles augmentent globalement, quatre sont même supérieures à +0,5, en 1992, 1993, 1995 et 1996.

  • Le dernier cycle, de 1999 à 2010, est caractérisé par quatre valeurs proches de +1 (2002 et 2003) ou légèrement supérieurs (2000 et 2001). Durant cette période, dix années sur douze ont une moyenne mobile supérieure à +0,5 (dix années sur douze).

Figure 5 - Moyenne mobile sur cinq ans des indices centrés réduits de la part du nombre de jours d'orage dans le total des jours de pluie pour les six postes de mesure sur la période 1970-2012.

Figure 5 - Moyenne mobile sur cinq ans des indices centrés réduits de la part du nombre de jours d'orage dans le total des jours de pluie pour les six postes de mesure sur la période 1970-2012.

24L'autre fait marquant de l'analyse des jours d'orage est l'absence de moyenne mobile négative à partir de 1985. Cela témoigne clairement d'une évolution complémentaire des changements thermiques déjà indiqués. La figure 6 fait ressortir l'existence d'une relation étroite entre l'évolution de la moyenne des températures maximales journalières et celle du nombre de jours d'orage. On observe sur ce graphique, pour les jours d'orage comme pour les températures maximales, un découpage en trois périodes principales :

  • La première, jusqu'au milieu des années 1980, présente des moyennes mobiles des indices centrés réduits négatives.

  • La deuxième, de 1986 à 1993, est marquée par une augmentation sensible des moyennes mobiles, toutes positives, mais qui diminuent cependant de 1991 à 1993.

  • Enfin, au cours de la dernière, les valeurs sont toutes largement positives et dépassent même +1 en 2001 et 2010.

Figure 6 - Moyennes mobiles sur cinq ans des valeurs annuelles des indices centrés réduits du nombre de jours d'orage et de la moyenne des températures maximales journalières pour les six postes de mesure sur la période 1970-2012.

Figure 6 - Moyennes mobiles sur cinq ans des valeurs annuelles des indices centrés réduits du nombre de jours d'orage et de la moyenne des températures maximales journalières pour les six postes de mesure sur la période 1970-2012.

25Cette forte relation exprimée graphiquement et statistiquement (r = 0,93) entre la hausse des températures diurnes et l'augmentation du nombre des orages confirme le lien de cause à effet qui existe entre ces deux paramètres. En effet, la hausse des maxima engendre plus d'évaporation et de phénomènes thermo-convectifs, ce qui s'accompagne d'épisodes pluvio-orageux générateurs de pluies intenses (voir supra, pour les perturbations sévères).

VI - Existe-t-il un lien entre la NAO et la pluie sur le littoral algérien ?

26La variabilité du climat mondial à court terme est généralement associée avec des phases de couplage de phénomènes océaniques et atmosphériques incluant El Niño (ENSO) et l'Oscillation Nord Atlantique (NAO). Cette dernière oscillation cyclique, dont la portée fait encore débat, pourrait expliquer la variabilité des précipitations dans une grande partie de la zone méditerranéenne et étayer l'hypothèse de la fin des années de sécheresse dans cette zone (J. DALLEL et M. SAKKA, 2010 ; J.I. LOPEZ MORENO et al., 2011 ; J. QUERAD et al., 2011).

27Afin de déterminer dans quelle mesure la NAO influence la pluviométrie observée sur le littoral algérien, on utilise l'évolution de la fréquence des années extrêmes (précipitations soit supérieures ou inférieures à un quintile donné). Pour chaque année, on détermine le pourcentage des stations satisfaisant aux conditions fixées, puis les résultats sont projetés sur un graphique. La figure 7 obtenue pour la classe supérieure au troisième quintile, permet d'identifier les principales phases et facilite la comparaison avec l'évolution de l'Oscillation Nord Atlantique traduite par l'indice NAO (C. CASSOU, 2004).

Figure 7 - Moyennes mobiles sur cinq ans du pourcentage annuel des stations ayant connu une année humide ou très humide (courbe) et de l'indice NAO calculé de septembre à février (histogrammes) sur la période 1970-2012.

Figure 7 - Moyennes mobiles sur cinq ans du pourcentage annuel des stations ayant connu une année humide ou très humide (courbe) et de l'indice NAO calculé de septembre à février (histogrammes) sur la période 1970-2012.

Année humide ou très humide : cumul pluviométrique supérieur au troisième quintile. Indice NAO : différence entre les indices centrés réduits des valeurs mensuelles de la pression atmosphérique calculés pour une station proche de l'anticyclone des Açores et une autre proche de la dépression d'Islande.

28Trois périodes se distinguent sur cette figure pour les moyennes mobiles des indices NAO :

  • De 1970 à 1986, les valeurs sont faibles, inférieures à +0,5, mais elles ne descendent pas en dessous de -0,1.

  • De 1987-1994, les valeurs sont toutes positives, avec un maximum de +0,55.

  • Enfin, de 1995 à 2010, les valeurs sont particulièrement faibles, entre +0,12 et -0,24, neuf étant négatives et sept positives.

29La réponse de la pluviométrie à l'Oscillation Nord Atlantique montre que la période de forte sécheresse correspond à des indices NAO positifs de forte intensité, qui témoignent d'un renforcement de l'anticyclone des Açores et d'un creusement de la dépression d'Islande. Dans ces conditions, le rail des dépressions se déporte vers les latitudes septentrionales, ce qui favorise la mise en place d'un temps sec et doux sur le pourtour du bassin méditerranéen, notamment au Maghreb.

30Lorsque le signal faiblit et a fortiori lorsqu'il devient négatif, la pression associée à l'anticyclone des Açores diminue tandis que la dépression d'Islande devient moins creuse. Dans ces conditions, avec une différence de pression faible, le rail des dépressions se déporte vers le sud et touche ainsi les régions de la rive sud de la Méditerranée, qui sont donc plus arrosées. Ce type de circulation, caractérisé par des indices NAO élevés, exprime ses effets sur les précipitations au début et à la fin de la période d'observation, à travers de forts pourcentages de stations en année humide ou très humide.

VII - Conclusion

31L'analyse des températures minimales et maximales sur le littoral algérien montre de réels changements au cours de la période d'étude. L'amorce de ces changements se fait dès 1984 pour les températures minimales et à partir de 1987 pour les températures maximales. Sur l'ensemble de la période, ce sont ces dernières qui ont connu l'augmentation la plus sensible.

32En ce qui concerne les précipitations, une première période humide se produit de 1970 à 1986. Une forte sécheresse s'établit ensuite pendant près de quinze ans, de 1987 à 2002. Elle est suivie du retour à une situation plus clémente (qualifiée d'humide) depuis 2003. Ce retour à des précipitations plus abondantes s'accompagne d'un plus grand nombre d'épisodes pluvieux extrêmes (perturbations pluvio-orageuses sévères). Ces phénomènes ont été particulièrement fréquents au cours de la dernière décennie, tout comme les jours d'orage.

33Si le retour des pluies est une chance pour les agricultures, il n'en est pas de même pour les citadins. En effet, les fortes averses provoquent des inondations et causent de gros dégâts matériels, voire des pertes humaines. Les pluies, qui avaient été tant attendues, sont ainsi devenues de plus en plus redoutées. Les dernières catastrophes enregistrées rendent compte de cette nouvelle tendance. Les deux premiers épisodes importants, ceux de Bab El Oued en 2001 et de Ghardaïa en 2008, ont fait respectivement 800 et 43 morts (Y. DJELLOULI et A. SACI, 2003 ; ONM, 2002). En 2011, c'est toute la partie nord-saharienne (wilayas d'El Bayad, M'sila, Djelfa, Biskra, Laghouat et El Oued) qui a été le théâtre de crues violentes et d'inondations urbaines, qui ont causé plusieurs victimes et de gros dégâts matériels. Enfin, le dernier épisode tragique (mai 2013) a fait près de 20 morts et 56 blessés suite à un épisode pluvio-orageux ayant touché tout le littoral d'ouest en est. Durant cet évènement, la capitale algérienne a failli revivre l'épisode de 2001, puisque de sérieuses inondations ont touché une grande partie des quartiers de la ville (et notamment Bab El Oued), zone qui fut lourdement sinistrée. Les pluies en 24 h (du mardi 21 à 8 heures au mercredi 22 à la même heure) enregistrées dans Alger, à Bouzaréah, s'élèvent à 195 mm, valeur supérieure à celle observée lors de la catastrophe des 9 et 10 novembre 2001 (159,4 mm), qui était considérée à l'époque comme un record.

34Une pluviosité élevée, très confortable sur le plan de la disponibilité de la ressource en eau, l'est moins pour la gestion du ruissellement des eaux pluviales et la vulnérabilité aux inondations urbaines, surtout lorsque les pluies sont intenses. Cette situation a fait apparaître un nouveau risque d'inondation, par débordement des barrages hydrauliques. Pour ces ouvrages, il s'agit de basculer de la gestion de la pénurie d'eau à celle de l'excès, alors qu'ils sont maintenant très envasés. Deux incidents majeurs se sont produits en 2012 : le premier dans la région de Mascara (barrage Fergoug) et le deuxième dans celle d'El Tarf (barrages Chafia, Bougous et Mekssa). Dans ce dernier cas (SERTIT, 2012), un lourd bilan humain et matériel est à déplorer (3 morts et des dégâts très importants sur les infrastructures et les cultures).

35Face à ces importants changements climatiques et à l'augmentation de la vulnérabilité des implantations humaines, doit-on considérer que les problèmes découlent seulement des conditions climatiques ou qu'ils sont essentiellement la conséquence de l'extension abusive du tissu urbain sur des domaines qui auraient dû être réservés à l'écoulement des eaux ? Cette question est actuellement largement débattue en Algérie par les pouvoirs publics et les chercheurs (W. MENAD, 2012 ; W. MENAD et al., 2012). Le quotidien El Watan, dans son édition du 3 juin 2013, revient d'ailleurs sur cette problématique et sur la récurrence de tels évènements hydroclimatiques : "Changement climatique, phénomènes naturels ou urbanisation effrénée" (El Watan, 2013).

36Ainsi, après près de deux décennies de sécheresse et un retour confirmé des pluies sur une grande partie du pays, l'augmentation exponentielle de la population urbaine et la multiplication des catastrophes de type "inondations" posent plusieurs questionnements auxquels des investigations scientifiques poussées pourront seules répondre.

Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier, l'Office National de la Météorologie algérien (ONM, http://www.meteo.dz/​) et le National Climatic Data Center (http://www.ncdc.noaa.gov/​), qui ont mis à leur disposition les données des stations météorologiques concernées par cette étude. Ils sont en outre reconnaissants aux réviseurs de l'article et au directeur de publication de Physio-Géo de leurs remarques et suggestions.

Haut de page

Bibliographie

Algérie Presse service (2013) - La production céréalière pour 2012-2013 s'annonce bonne. URL : http://www.aps.dz/spip.php?page=article&id_article=98418.

AMRAOUI L., ADAMA SARR M. et SOTO D. (2011) - Analyse rétrospective de l'évolution climatique récente en Afrique du Nord-Ouest. Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement, vol. V, p. 125-142. URL : http://physio-geo.revues.org.

AMYAY M., NOUACEUR Z., TRIBAK A., OBDA K.H. et TAOUS A. (2012) - Caractérisation des évènements pluviométriques extrêmes dans le moyen Atlas marocain et ses marges. In : Actes du XXVème colloque international de climatologie (Grenoble), p. 75-80.

BOSSY D. (2013) - La mousson en Inde est-elle exceptionnelle en 2013. Futura Sciences, URL : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/meteorologie-mousson-inde-elle-exceptionnelle-2013-47361/.

BOUZIANE A. (2013) - Pluviométrie exceptionnelle durant l'hiver 2012-2013 en Algérie, les réserves en eau atteignent un record. Maghreb EMERGENT, URL : http://www.maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/item/23868?tmpl=component&print=1.

CASSOU C. (2004) - Du changement climatique aux régimes de temps : l'oscillation nord-atlantique. La Météorologie, n° 45, p. 21-32.

CHRISTENSEN JH., HEWITSON B., BUSUIJAC A., CHEN A., GAO X., HELD I., JONES R., KOLLI R.K., KWON W.T., LAPRISE R., MAGAÑA RUEDA V., MEARS L., MENÉNDEZ C.G., J. RÄISÄNEN J., RINKE A., SARR A. et WHETTON P. (2007) - Chapter 11: Regional climate projections. In : Climate change 2007: the physical sciences basis, contribution of working group I to the fourth assessment report of the intergovernmental panel on climate change, S. SOLOMON, D. QIN, M. MANNING, Z. CHEN, M. MARQUIS, K.B. AVERYT, TIGNOR M et H.L. MILLER édit., Édit. Cambridge University Press, Cambridge/New York, p. 847-940. URL : https://www.ipcc-wg1.unibe.ch/publications/wg1-ar4/ar4-wg1-chapter11.pdf.

DALLEL J. et SAKKA M. (2010) - Pluviométrie en Méditerranée occidentale et oscillation nord-atlantique (NAO). In : Risques et changement climatique… en hommage à Jean MOUNIER, Actes du XXIIIème colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Rennes), p. 501-507.

DJELLOULI Y. et SACI A. (2003) - Catastrophe "naturelle" : les inondations dévastatrices du 9 et 10 novembre 2001 à Beb El Oued (Alger, Algérie). In : Publications de l'Association Internationale de Climatologie,n° 23, p. 236-242.

DOUGUÉDROIT A. (1997) - Le climat du bassin méditerranéen. In : Le climat, l'eau et les hommes, ouvrage en l'honneur de Jean MOUNIER, Presses Universitaires de Rennes, p. 251-280.

DOUGUÉDROIT A. et BRIDIER S. (2007) - Réchauffement climatique et évolution de l'environnement des stations en région méditerranéenne française (1951-2000). In : Climat, tourisme, environnement, Actes du XXème colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Carthage, Tunisie), H. BEN BOUBAKER édit., p. 204-209.

DUPLESSY J.C. (2001) - État des connaissances et incertitudes sur le changement climatique induit par les activités humaines. Compte Rendu de l'Académie des Sciences, Paris, Sciences de la Terre et des planètes, vol. 333, p. 765-773.

El Watan (2013) - Le spectre du chaos plane sur les grandes villes. In : Directoire de la presse marocaine et africaine, URL : http://www.marocsite.us/journaux-froncophone/algerie/elwatan/le-spectre-du-chaos-plane-sur-les-grandes-villes/.

La Chaîne Météo (2013) - Crues et inondations historiques : l'Europe centrale sous l'eau. URL : http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2013-06-11-00h00/crues-et-inondations-historiques---l-europe-centrale-sous-l-eau-21278.php.

LAMARRE D., sous la direction de (2008) - Climats et risque : changements d'approches. Édit. LAVOISIER, Paris, 170 p.

Le Monde (2011) - Inondations : l'Australie s'attend à une facture record. URL : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/01/17/inondations-l-australie-s-attend-a-une-facture-record_1466392_3216.html.

LEROUX M. (2007) - Les échanges méridiens commandent les changements climatiques. Séminaire de travail "Évolution du climat", Académie des sciences, Paris, 12 p., URL : http://www.biokurs.de/treibhaus/180CO2/Echanges-meridiens-Chang-clim.pdf, http://lcre.univ-lyon3.fr/climato/leroux-mars07.pdf.

LOPEZ-MARENO J.I., VICENTE-SERRANO S.M., MORAN-TEJEDA E., LORENZO-LACRUZ J., KENAWY A. et BENISTON M. (2011) - Effects of the North Atlantic Oscillation (NAO) on combined temperature and precipitation winter modes in the Mediterranean mountains: observed relationship and projections for the 21st century. Global and Planetary Change, vol. 77, p. 62-76.

MEDJERAB A. (2007) - Les situations pluviométriques extrêmes dans le nord-ouest de l'Algérie. In : Climat, tourisme, environnement, Actes du XXème colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Carthage, Tunisie), H. BEN BOUBAKER édit., p. 381-386.

MENAD W. (2012) - Risques de crue et de ruissellement superficiel en métropole méditerranéenne : cas de la partie ouest du Grand Alger. Thèse de l'Université Paris-Diderot, 325 p.

MENAD W., DOUVINET J., BELTRANDO G. et FASSETTA G.A. (2012) - Évaluer lʼinfluence de lʼurbanisation face à un aléa météorologique remarquable : les inondations des 9-10 novembre 2001 à Bab-el-Oued (Alger, Algérie), Géomorphologie : relief, processus, environnement, nº 3, p. 337-350.

NORRANT C. (2004) - Tendances pluviométriques indicatrices d'un changement climatique dans le bassin méditerranéen de 1950 à 2000. Étude diagnostique. Thèse de l'Université de Provence (Aix Marseille I), 266 p.

NOUACEUR Z. (2010) - Évaluation des changements climatiques au Maghreb. Étude du cas des régions du quart nord-est algérien. In : Risques et changements climatiques, Actes du XXIIIème colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Rennes), p. 463-468.

NOUACEUR Z., MURARESCU O. et MURATOREANU G. (2013-a) - Climatic Changes in the Maghreb region: the evolution of pluviométric parameters in the Middle Atlas and at its margins (Morocco) and relation to the North Atlantic Oscillatio. In : Air and water components of the environment, Actes du colloque de Cluj-Napoca (Roumanie), p. 285­292.

NOUACEUR Z., TURKI I. et LAIGNEL B. (2013-b) - Changements climatiques au Sahel : des conditions plus chaudes et plus humides en Mauritanie ? Sécheresse, vol. 24, n° 2, p. 85­95.

OMM (1973) - Guide des instruments et des observations météorologiques. Organisation Météorologique Mondiale, n° 8, Genève, 407 p.

OMM (2013) - 2001-2010, une décennie d'extrême climatique. Organisation Météorologique Mondiale, communiqué de presse n° 976, URL : http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_976_fr.html.

ONM (2002) - Un résumé de la situation météorologique exceptionnelle ayant affecté le centre et l'ouest du nord Algérie, et en particulier la zone urbaine d'Alger, les 9 et 10 novembre 2001. Office National de Météorologie, Alger, note technique, nº 001, 6 p.

Presse dz (2009) - 62 millions de quintaux de céréales. Une production historique attendue. URL :http://www.presse-dz.com/info-algerie/10818-une-production-historique-attendue.html.

QUERAD J., MONTON E. et ESCRIG J. (2011) - Teleconnections between the North Atlantic SST and Mediterranean rainfall.Tethys, vol. 8, p. 31-42. URL : www.tethys.cat.

ROTHSCHILD E. et BELTRANDO G. (2007) - Évolution des températures observées en Suisse durant les dernières décennies. In : Risques et changements climatiques, Actes du XXème colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Carthage, Tunisie), H. BEN BOUBAKER édit., p. 489-494.

SEBBAR A., BADRI W., FOUGRACH H., HSAIN M. et SALOUI A. (2011) - Étude de la variabilité du régime pluviométrique au Maroc septentrional (1935-2004). Sécheresse, vol. 22, nº 3, p. 139-148.

SEBBAR A., HSAINE M., FOUGHRACH H. et BADRI W. (2012) - Étude des variations climatiques de la région centre du Maroc. In : Les climats régionaux : observation et modélisation, Actes du XXVème Colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Grenoble), S. BIGOT et S. ROME édit., p. 709-714.

SERTIT (2012) - Action Safer 121/Charter call 388, Algérie. Région de El Tarf. Inondations. Service Régional de Traitement d'Image et de Télédétection, Service de cartographie rapide, Strasbourg, URL : http://sertit.u-strasbg.fr/SITE_RMS/2012/03_rms_algerie_2012/03_rms_algerie_2012.html.

SVENSMARK H. et FRIIS-CHRISTENSEN E. (2007) - Reply to Lokwood and Fröhlich-The persistent role of the sun in climate forcing. Édit. Danish National Space Center, rapport scientifique, 2 p.

TRENBERTH K.E., JONES P.D., AMBENJE P., BOJARIU R., EASTERLING D., KLEIN TANK A., PARKER D., RAHIMZADEH F., RENWICK J.A., RUSTICUCCI M., SODEN B. et ZHAI P (2007) - Chapter 3: Regional climate projections. In : Climate change 2007: the physical sciences basis, contribution of working group I to the fourth assessment report of the intergovernmental panel on climate change, S. SOLOMON, D. QIN, M. MANNING, Z. CHEN, M. MARQUIS, K.B. AVERYT, TIGNOR M et H.L. MILLER édit., Édit. Cambridge University Press, Cambridge/New York, p. 235-336. URL : https://www.ipcc-wg1.unibe.ch/publications/wg1-ar4/ar4-wg1-chapter3.pdf.

XOPLAKI E. (2002) - Climate variability over the Mediterranean. Thèse de Doctorat de l'Université de Berne (Suisse), 193 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Répartition spatiale des stations synoptiques algériennes choisies pour cette étude.
Légende Fond de carte : image Google Earth.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau I - Précipitations annuelles moyennes (en mm), sur la période 1970-2012, pour six stations de l'Office National de Météorologie (ONM) sur le littoral algérien.
Légende CV : coefficient de variation (= écart-type / moyenne). Les stations sont rangées en fonction de leur position d'ouest en est (voir Fig. 1).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau II - Coordonnées géographiques des stations météorologiques.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau III - Quintiles pour les valeurs annuelles moyennes des températures minimales (Tn) et maximales (Tx) journalières et pour les précipitations annuelles (P).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 2 - Matrice (MGCTI) appliquée aux moyennes annuelles des températures minimales et maximales journalières sur la période 1970-2012.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3 - Matrice MGCTI appliquée aux précipitations annuelles sur la période 1970-2012.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 4 - Indices centrés réduits annuels du nombre de perturbation sévères (cumul pluviométrique supérieur à 30 mm en 24 h) en Algérie sur la période 1990-2012 (histogrammes) et moyenne mobile sur cinq ans des valeurs trouvées.
Légende Source des données : statistiques de l'Office National Météorologique (ONM).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 5 - Moyenne mobile sur cinq ans des indices centrés réduits de la part du nombre de jours d'orage dans le total des jours de pluie pour les six postes de mesure sur la période 1970-2012.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 6 - Moyennes mobiles sur cinq ans des valeurs annuelles des indices centrés réduits du nombre de jours d'orage et de la moyenne des températures maximales journalières pour les six postes de mesure sur la période 1970-2012.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 7 - Moyennes mobiles sur cinq ans du pourcentage annuel des stations ayant connu une année humide ou très humide (courbe) et de l'indice NAO calculé de septembre à février (histogrammes) sur la période 1970-2012.
Légende Année humide ou très humide : cumul pluviométrique supérieur au troisième quintile. Indice NAO : différence entre les indices centrés réduits des valeurs mensuelles de la pression atmosphérique calculés pour une station proche de l'anticyclone des Açores et une autre proche de la dépression d'Islande.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3686/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zeineddine Nouaceur, Benoit Laignel et Imen Turki, « Changements climatiques au Maghreb : vers des conditions plus humides et plus chaudes sur le littoral algérien ? », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 307-323.

Référence électronique

Zeineddine Nouaceur, Benoit Laignel et Imen Turki, « Changements climatiques au Maghreb : vers des conditions plus humides et plus chaudes sur le littoral algérien ? », Physio-Géo [En ligne], Volume 7 | 2013, mis en ligne le 28 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3686 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3686

Haut de page

Auteurs

Zeineddine Nouaceur

UMR IDEES CNRS 6226, Université de Rouen, 1 rue Thomas Becket 76821, MONT- SAINT-AIGNAN cedex, FRANCE.
Courriel : zeineddine.nouaceur@univ-rouen.fr

Benoit Laignel

UMR CNRS 6143 M2C, Université de Rouen, 1 rue Thomas Becket 76821, MONT- SAINT-AIGNAN cedex, FRANCE.
Courriel :benoit.laignel@univ-rouen.fr

Imen Turki

UMR CNRS 6143 M2C, Université de Rouen, 1 rue Thomas Becket 76821, MONT- SAINT-AIGNAN cedex, FRANCE.
Courriel :imen.turki.rouen@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org