Navigation – Plan du site
Articles

Dynamique successionnelle de la végétation au sein de la plaine alluviale d'une rivière semi-aride : l'exemple de l'oued Ziatine (Tunisie)

Brahim Jaziri et Hamouda Samaali
p. 27-47

Résumés

Dans sa partie aval, l'oued Ziatine présente un méandre recoupé dans les années 1960 à la suite d'un événement hydrologique brutal. L'étude de ce secteur et du domaine littoral attenant s'est appuyée sur des documents cartographiques et photographiques dont les plus anciens remontent à 1897. Sur le linéaire considéré, long de moins de 4 km, le cours d'eau a connu d'importantes migrations latérales. Dans la partie amont du méandre, qui ne présente plus d'écoulement, le chenal a été comblé, mais il subsiste quelques mares périodiques. Partout la végétation riveraine subit les effets de la tendance au méandrage du cours d'eau. Entre 1948 et 2007, les superficies de la ripisylve et de la jonçaie sont restées stables, la pelouse a diminué de 11 %, mais reste la formation la plus étendue, et le matorral a beaucoup régressé, alors que les plantations d'arbres, surtout sur la dune bordière, et les espaces cultivés se sont largement étendus. Dans l'avenir, les évolutions seront influencées par le barrage destiné à l'irrigation qui a été mis en eau en 2010 en amont du terrain d'étude.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'oued Ziatine, à l'extrême Nord de la Tunisie, se jette dans la Méditerranée près du Cap Serrat. Dans sa basse plaine, se trouve un bras mort, formé par le recoupement naturel d'un méandre. Ce recoupement a déclenché une nouvelle dynamique, aussi bien pour le modelé en relation avec l'évolution fluviatile que pour la végétation.

2Dans le contexte particulier de ce bras mort sud-méditerranéen, l'objectif de la présente étude, issue en partie d'un travail antérieur (B. JAZIRI, 2010), est d'évaluer la dynamique spatio-temporelle des unités fluviales et végétales et de comprendre les mécanismes qui en ont régi l'évolution.

II - Présentation du site d'étude et des méthodes d'analyse

1 ) Le site d'étude

3Le Cap Serrat fait partie de la région des Mogods, dans le Nord-Ouest de la Tunisie (Fig. 1). Le relief est caractérisée par une alternance de collines façonnées dans des grès et de plaines, anciens bassins lacustres, tapissées de dépôts argileux (P. DIMANCHE et A. SCHOENENBERGER, 1970). Les sols, lessivés, acides et plus ou moins hydromorphes, ont un régime hydrique très contrasté en cours d'année (DGF, 1992).

Figure 1 -Localisation du site d'étude.

Figure 1 -Localisation du site d'étude.

Coordonnées du point amont du terrain d'étude (sur l'oued Ziatine) : 37°12'46" N et 9°13'53" E

4Appartenant à l'étage bioclimatique thermo-méditerranéen (M. GOUNOT, 1995), les Mogods présentent des formations littorales à Quercus coccifera, des formations de fond de vallon à Olea europaea et Pistacia lentiscus, des formations de versant à Quercus suber et Pistacia lentiscus, ainsi que des ripisylves à Quercus canariensis, Alnus glutinosa et Fraxinus angustifolia (P. DIMANCHE et A. SCHOENENBERGER, 1970 ; H. FERCHICHI-BEN JAMAA et al., 2010). Elles bénéficient d'un bioclimat méditerranéen humide à hiver doux. Les précipitations annuelles moyennes avoisinent 600 mm en plaine et 1200 mm sur les reliefs, mais avec une forte irrégularité interannuelle (G. POTTIER-ALAPETITE, 1958).

5L'ancien méandre se trouve dans la basse vallée de l'oued Ziatine, au sud-est du Cap Serrat et au nord de la plaine de Hanchir Ezziatine. Jusqu'au milieu du XXème siècle, l'oued Ziatine dessinait, dans sa partie aval, un méandre assez serré. Ce méandre se caractérise par un fond plat avec une pente longitudinale très faible et des berges peu élevées. L'oued coule sur des formations détritiques du Quaternaire récent qui recouvrent en grande partie le substratum. Il s'agit de dépôts meubles associant des formations colluviales, alluviales et éoliennes (J. BONVALLOT et al., 1980). Leur épaisseur est très variable. Ces dépôts se répartissent dans le lit de l'oued et sur la rive gauche essentiellement (COYNE et BELLIER, 2001). La région du Cap Serrat est concernée par les champs dunaires qui s'étendent sur les côtes septentrionales tunisiennes (M. BOURGOU et A. OUESLATI, 1996). La plaine de Hanchir Ezziatine présente de petites dunes, orientées NE-SO, qui s'ordonnent selon la direction des vents dominants. Dans le secteur d'étude, les processus éoliens de déflation et d'accumulation s'exercent simultanément (J. BONVALLOT et al., 1980).

6Les infrastructures routières de la vallée de l'oued Ziatine se limitent à quelques routes et à des pistes. Le secteur compte une école primaire. Les habitations, bien que dispersées, sont reliées au réseau électrique. La distribution d'eau potable est assurée soit directement dans les foyers, soit par des robinets collectifs. Depuis 2010, le cours d'eau est contrôlé par un barrage établi au niveau du djebel Bou Ghalim.

7L'oued Ziatine, cours d'eau pérenne aux étiages estivaux sévères, présente un bassin versant d'une superficie de 95 km2.

8Les marais maritimes représentés sur les cartes topographiques de 1897 et 1932 ne figurent plus sur la carte de 1989 (Fig. 2). Dans le même temps, les champs dunaires ont reculé au profit des formations végétales. Cet état est la conséquence d'une reconquête naturelle de la végétation et/ou, dans la plupart des cas, d'un reboisement par des résineux, des acacias et des eucalyptus, dans le but de fixer les dunes littorales mobiles et de lutter contre l'ensablement des terrains cultivés et des villes proches (J. TIMBAL, 1971).

Figure 2 - Dynamique du paysage de la basse plaine de l'oued Ziatine entre 1907 et 1989.

Figure 2 - Dynamique du paysage de la basse plaine de l'oued Ziatine entre 1907 et 1989.

1 : point côté. 2 : talus. 3 : falaise. 4 : crête. 5 : cours d'eau. 6 : cours d'eau secondaire. 7 : champ dunaire. 8 : marais maritime. 9 : broussailles. 10 : pelouse. 11 : habitation. 12 : route. 13 : piste. 14 : ruines. 15 : marabout. 16 : haie irrégulière.

9Les activités agricoles se limitent à des cultures extensives, de l'élevage et de l'apiculture.

2 ) Le détachement du bras mort de la basse plaine du Ziatine : faits et hypothèses

10En l'absence d'information précise sur la date et l'origine du recoupement du méandre, nous devons reconstituer cet évènement à partir d'une analyse des conditions hydrologiques qui ont prévalu (Fig. 3).

Figure 3 - Écoulements annuels de l'oued Ziatine de 1948 à 1999.

Figure 3 - Écoulements annuels de l'oued Ziatine de 1948 à 1999.

Source des données : COYNE et BELLIER (2001).

11L'oued Ziatine se caractérise, comme la plupart des cours d'eau méditerranéens, par l'importance des fluctuations interannuelles des écoulements. Sur la période 1948-1999, le volume d'eau écoulé annuel moyen est de 29,6 hm3. Par rapport à cette valeur, la période 1948-1973 est globalement plutôt excédentaire, alors que la période 1974-1997 est déficitaire. Les écoulements annuels les plus forts se placent en 1963 (plus de 80 hm3) et 1967 (70 hm3). Mais les années 1960 enregistrent aussi des valeurs parmi les plus basses, en 1964 et 1966.

12Les deux campagnes de photographies aériennes disponibles (1948 et 1996) encadrent le recoupement du méandre. Compte tenu des écoulements annuels (Fig. 3), on peut avancer l'hypothèse que cet événement s'est produit en 1963 ou 1967. Il n'a certainement pas été postérieur à 1967.

3 ) Les méthodes d'analyse

13L'analyse de l'évolution du méandre de la basse plaine de l'oued Ziatine a été réalisée sous système d'information géographique, par le croisement d'informations tirées de cartes topographiques (1897, 1932, 1989), de photographies aériennes (1948, 1984, 1996), d'images satellitaires Google Earth (2007, 2010, 2012), de publications et de prospections de terrain.

14Les données raster (photographies aériennes, cartes topographiques, image satellitaire de 2007) ont été géoréférencées en UTM sous l'environnement ENVI, de manière à pouvoir les mettre en relation. Ce travail demande d'identifier une série de points de contrôle au sol (coordonnées x et y) et sur les photographies aériennes ou les extraits d'image satellitaire, pour les relier à des emplacements géoréférencés de la carte topographique au 1/25000 (données repères).

15Dans un second temps, toutes les données raster déjà géoréférencées ont été numérisées en mode vecteur, fichier par fichier sous l'environnement Arc View. L'étape suivante a consisté à croiser les différentes couches, les segmenter et calculer les distances et les surfaces.

16Afin de comparer, optimiser et valider les résultats issus des données spatiales multi-sources, des campagnes sur le terrain ont permis d'acquérir des informations qualitatives et quantitatives complémentaires. Les fiches préparées portent sur des mesures et des observations concernant les dynamiques fluviale (faciès d'écoulement, activité érosive…) et floristique (flore existante, organisation verticale, recouvrement, état du corridor, protection des berges…). Elles étaient d'autant plus indispensables que les études sur le site retenu traitant de notre problématique sont quasi inexistantes ou ne coïncident pas avec nos objectifs.

17Pour quantifier la diversité floristique, nous avons eu recours à l'indice de SHANNON-WEAVER, couramment utilisé dans la littérature scientifique. Cet indice est basé sur la formule suivante :
H' = Σ ((Ni / N) log2 (Ni / N))
avec Ni : nombre d'individus d'une espèce donnée, i allant de 1 à S (nombre total d'espèces) et N : nombre total d'individus.

18H' est minimal si tous les individus du peuplement appartiennent à une seule et même espèce, ou bien si chaque espèce est représentée par un seul individu. L'indice est maximal quand tous les individus sont répartis d'une façon égale entre toutes les espèces (S. FRONTIER, 1983).

III - Cartographie de la dynamique spatio-temporelle des unités paysagères de la basse plaine de l'oued Ziatine

19La représentation cartographique des milieux riverains est une tâche délicate. La singularité des unités bordant le cours d'eau (sur quelques mètres ou dizaines de mètres de largeur) pose d'abord un problème d'échelle, surtout si l'on doit représenter une longueur de cours d'eau de plusieurs dizaines, voire centaines, de mètres. S'ajoute à ce problème, la mobilité de ces milieux. En effet, le milieu fluvial est très dynamique et donc évolutif, sur les plans hydraulique, géomorphologique et biologique (J.C. LEBERTON, 1974).

1 ) Dynamique spatio-temporelle du chenal

20À une échelle de 10 ou 100 ans, les changements intéressent les processus de ruissellement et/ou d'écoulement fluvial liés à une intervention humaine ou à des causes naturelles. Les processus de la dynamique fluviale (érosion, alluvionnement, changements de tracés…) modifient les biotopes et interfèrent avec les processus des successions écologiques (développement et changements de peuplement…) dans la genèse et la dynamique des mosaïques (C. AMOROS et G.E. PETTS, 1993). Les crues, par leur fréquence et leur intensité, agissent comme des perturbateurs qui influencent la structure physique de l'hydrosystème et l'organisation des peuplements végétaux (S.T.A. PICKETT et P.S. WHITE, 1985). Le méandrage est l'une des formes d'équilibre et d'ajustement du lit fluvial. Il est interprété comme une forme de dissipation de l'énergie du cours d'eau qui, en allongeant son cours, diminue sa pente jusqu'à atteindre un équilibre (H. BAULIG, 1948).

21Les unités fluviales de l'oued Ziatine ont connu une forte dynamique morphologique dans le temps et dans l'espace (Fig. 4).

Figure 4 - Évolution spatio-temporelle des unités morphologiques du méandre de l'oued Ziatine et de ses environs

Figure 4 - Évolution spatio-temporelle des unités morphologiques du méandre de l'oued Ziatine et de ses environs

1 : chenal en 1948. 2 : chenal en 1996. 3 : chenal en 2007. 4 : affluent. 5 : ancien lit. 6 : section humide (bras mort) de 2007. 7 : section humide (bras mort) de 1996. 8 : rebord de berge. 9 : ancien rebord de berge. 10 : recul de berge. 11 : échange eaux marines-eaux fluviales. 12 : apport solide et liquide. 13 : sens de mouvement en plan. 14 : dune bordière. 15 : bancs sablonneux, situation en 1948. 16 : bancs sablonneux, situation en 1996. 17 : bancs sablonneux, situation en 2007. 18 : trait de côte en 1948. 19 : trait de côte en 1996. 20 : trait de côte en 2007. 21 : falaise.

a. Le chenal de l'oued Ziatine

22La pente longitudinale de la basse plaine de l'oued Ziatine est de l'ordre de 0,3 %. Cette faible valeur explique la formation de l'ancien méandre

23Suite au recoupement de ce méandre, la longueur de l'oued Ziatine s'est réduite sur le terrain d'étude, passant de plus de 4 km en 1948 à 3,4 km en 2007 (Fig. 4).

24Les observations indiquent un élargissement assez général de la bande active (lit majeur) (Fig. 4). Entre 1948 et 2007, l'oued Ziatine a manifesté des déplacements latéraux de l'ordre de 100 m dans la partie amont du terrain d'étude, alors qu'ils n'ont pas dépassé 40 m plus en aval.

25En 1948, dans la partie amont du terrain d'étude, l'oued Ziatine était bien délimité et étroitement bordé par la ripisylve. Comme l'indique la figure 5, l'oued coulait alors le long de la zone boisée encore visible en rive droite. La photographie aérienne de 1984 montre un début d'évolution. Mais celle-ci est beaucoup plus nette sur l'image Google Earth de 2007 : la courbe que l'oued décrit vers le nord s'est accentuée vers l'ouest, ce qui a dégagé une plage étendue en rive convexe et provoqué ainsi l'élargissement du lit majeur (Photo 1). Cette évolution s'est ensuite encore accentuée (Fig. 5).

Figure 5 - La basse plaine de l'oued Ziatine en août 2007 et juin 2010.

Figure 5 - La basse plaine de l'oued Ziatine en août 2007 et juin 2010.

Sources : images satellitales Google Earth.

Photo 1 - Importance d'un recul de berge et développement de bancs sablonneux dans la partie amont du terrain d'étude. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

Photo 1 - Importance d'un recul de berge et développement de bancs sablonneux dans la partie amont du terrain d'étude. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

26Entre ce secteur amont et le méandre recoupé, les images Google Earth de 2007 et 2010 (Fig. 5) laissent deviner le cours de l'oued antérieur au recoupement. Jusqu'en aval du méandre recoupé, la tendance actuelle au méandrage, qui repousse le cours d'eau en rive concave, est attestée par les bancs sablonneux de rive convexe.

b. Le bras mort

27La partie aval du méandre recoupé est toujours humide et reste connectée au chenal principal, cela en raison de l'importance des apports des affluents et tout particulièrement de l'oued Terras (Fig. 4).

28Dans la partie amont, en revanche, le chenal s'est asséché et a été colonisé par la végétation. Les anciens chenaux d'écoulement restent cependant plus humides et se distinguent par la présence d'halophytes.

2 ) Le domaine littoral

29Le domaine littoral est constitué d'une plage et d'une dune bordière. Les fluctuations du trait de côte sont portées sur la figure 4 : les tracés de 1948 et 2007 sont peu différents. Après la rétraction observée entre 1996 et 2007, le trait de côte a de nouveau progressé (images Google Earth de 2010 et 2012).

30Vers l'intérieur des terres, les modifications sont liées à l'évolution du cours de l'oued Ziatine.

IV - Dynamique de la végétation

1 ) Évolution des unités physionomiques de la végétation

31L'évolution du chenal influence la composante végétale aux abords de l'oued (Fig. 6).

Figure 6 - Dynamique de la végétation riveraine, de la jonçaie et de la pelouse dans le méandre de l'oued Ziatine et ses environs.

Figure 6 - Dynamique de la végétation riveraine, de la jonçaie et de la pelouse dans le méandre de l'oued Ziatine et ses environs.

32De 1948 à 2007, la tendance générale est à l'extension des bancs sablonneux, dont la superficie passe de 1421 m2 à 8764 m2 (Tab. I). Si la végétation ligneuse riveraine et la jonçaie gagnent légèrement en superficie (+5,4 et +1,4 % respectivement), la pelouse et surtout le matorral régressent sensiblement (-11,1 et -39,3 %). L'autre fait marquant est l'extension des plantations d'arbres sur la dune bordière (+159,7 %).

Tableau I - Évolution des superficies des unités physionomiques de la végétation.

Tableau I - Évolution des superficies des unités physionomiques de la végétation.

33Toutefois l'évolution spatio-temporelle des unités physionomiques de la végétation varie selon la période d'étude.

34De 1948 à 1996, on observe une augmentation des superficies de la végétation riveraine (+13,2 %), des plantations d'arbres sur la dune bordière (+267,1 %) et de la jonçaie (+49,8 %). Dans le même temps, le matorral a régressé de 32,1 % et la pelouse est restée relativement stable (-2,7 %). En 1948, les bancs sablonneux couvrent 2285 m2.

35La période 1996-2007, quant à elle, est caractérisée par un recul généralisé de toutes les unités physionomiques végétales, y compris des plantations (Tab. I). Cette évolution est la conséquence, d'une part, de l'extension des surfaces cultivées, surtout au détriment du matorral (-39,3 %), et, d'autre part, de celle des bancs sablonneux en bordure du cours d'eau. La jonçaie est la plus touchée par ce recul, avec une réduction de sa superficie de 32,3 %.

36La figure 7 analyse la dynamique successionnelle des unités physionomiques dans le secteur du méandre recoupé.

Figure 7 - Dynamique spatio-temporelle de quelques unités physionomiques au niveau du bras mort de l'oued Ziatine le long d'un transect (A-B).

Figure 7 - Dynamique spatio-temporelle de quelques unités physionomiques au niveau du bras mort de l'oued Ziatine le long d'un transect (A-B).

37La rive droite du chenal actuel a connu une dynamique régressive, la végétation ligneuse régressant du fait de l'érosion des rives concaves, qui va de paire avec l'extension des bancs de convexité. En rive gauche, la pelouse a cédé la place à la jonçaie, ce qui signe une dynamique progressive. Dans la boucle de l'ancien méandre, la dynamique se révèle stable à progressive. La végétation des paléo-lits a connu deux tendances, progressive jusqu'au 1996, puis régressive jusqu'au 2007. La rive gauche de l'ancien cours a connu une stabilité grâce aux apports de l'oued Terras (Fig. 7). La nature sableuse de la plaine alluviale joue un rôle déterminant dans ces évolutions : les chenaux ont disparu sous l'effet de l'ensablement, mais des traces d'anciens chenaux et de végétation riveraine associée sont encore visibles. Suite au recoupement du méandre, un bouchon alluvial s'est créé à l'extrémité amont du bras mort, ce qui a favorisé l'apparition d'une zone péri-fluviale humide.

2 ) Les communautés végétales riveraines actuelles de la basse plaine de l'oued Ziatine

38Les caractéristiques physionomiques, le type biologique et la distribution transversale et longitudinale actuels de la végétation riveraine (Fig. 8) sont la résultante de la dynamique fluviale qui s'est exercée au cours des décennies passées.

Figure 8 - Unités paysagères de la basse plaine de l'oued Ziatine.

Figure 8 - Unités paysagères de la basse plaine de l'oued Ziatine.

1 / Terre nue. Domaine littoral : 2 / Falaise active. 3 / Falaise au repos. 4 / Plage. 5 / Limite du domaine littoral. Domaine fluvial : 6 / Chenal principal. 7 / Lit de bras alimenté. 8 / Paléo-lit colmaté. 9 / Affluent. 10 / Banc de sable. 11 / Bord de berge. 12 / Bord d'ancienne berge. Végétation : 13 / Végétation riveraine ligneuse (Quercus suber, Olea europeae,Alnus glutinosa, Nerium oleander…). 14 / Jonçaie. 15 / Matorral sur versant du djebel. 16 / Matorral à oléo-lentisque. 17 / Pelouse rase d'herbacées. 18 / Plantation sur dune bordière (Acacia retinodes et Pinus halepensis). 19 / Plantation d'Eucalyptus. 20 / Arbres épars. Éléments anthropiques : 21 / Exploitation agricole. 22 / Route. 23 / Habitat.

39Trois communautés ont été distinguées à partir de la documentation photographique et des prospections de terrain :

a. La végétation riveraine ligneuse

40Cette végétation caractérise principalement la végétation riveraine de l'oued Ziatine et de ses affluents. Les espèces arborées se placent au terme de la "suite" des communautés riveraines. Le terme "suite" est utilisé ici à la place de "succession", G. PAUTOU et al. (2003) considérant que le terme "succession" doit être réservé à des changements liés à des processus autogéniques (intérieurs). Dans les hydrosystèmes actifs, ce sont les processus allogéniques (extérieurs), en particulier les mouvements de sédiments, qui sont responsables des changements des communautés riveraines.

41La forêt riveraine, riche en espèces rares et protégées en Tunisie (Z. GHRABI-GAMMAR, 2011), est à base d'Alnus glutinosa sur les bords de l'oued Ziatine.  Ici, cette communauté comprend également : Fraxinus angustifolia, Betula pendula, Quercus suber, Olea europea, Phoenix dactylifera… Le sous-bois présente un recouvrement variable selon les conditions du milieu.

42Quercus suber est l'arbre le plus fréquent le long du cours d'eau, bien qu'il évite les stations très humides. Sa présence n'est pas une anomalie, puisqu'il est considéré comme "climacique", en association avec Pistacia lentiscus et Quercus coccifera, par les auteurs de la carte phyto-écologique de Bizerte (M. GOUNOT et A. SCHOENENBERGER, 1967). Il est du reste à noter que le chêne-liège est mieux représenté dans la ripisylve que sur les collines et djebels environnants. De l'amont vers l'aval, cette espèce prend vraiment de l'importance à mi-parcours de l'oued Ziatine, aux alentours de Ain Karma, accompagné d'autres arborés. Il devient dominant au delà du pont (représenté sur la figure 1), au-dessus d'un sous-bois aéré composé de lentisques et de lauriers roses. L'extension latérale de cette formation est faible de part et d'autre du cours d'eau.

43Fraxinus angustifolia et Betula pendula, espèces appréciant pourtant les bords de cours d'eau, sont moins fréquentes que le chêne liège. Leur extension se limite à un linéaire aux alentours du pont et à des individus isolés à la confluence de l'oued Terras.

44Alnus glutinosa est dominant parmi les espèces arbustives. Cependant sa fréquence diminue sensiblement vers l'aval. Si les aulnes forment un continuum au niveau de Ain Karma, leur présence est ponctuelle en aval, surtout localisée à la confluence des affluents. On n'en trouve pas à proximité de l'embouchure.

45La communauté arbustive des rives de l'oued Ziatine occupe souvent les bancs d'accumulation et les berges, ainsi que les rives des affluents. Nerium oleander, espèce caractéristique des milieux riverains en Tunisie (G. POTTIER-ALAPETITE, 1979 ; E. LE FLOC'H et al., 1995), est omniprésente le long du cours d'eau. Le groupement à laurier rose est plus ou moins continu sur les sections rectilignes, alors que l'on ne trouve que des individus isolés sur les sections à activité érosive intense. Hauts de moins de 2 m dans les secteurs continuellement humides (berges en surplomb du chenal de basses eaux), les lauriers-roses peuvent atteindre 3 m dans ceux qui ne sont atteints que très épisodiquement par les eaux fluviales. Tamarix africana n'est représenté que par quelques sujets isolés.

b. La végétation des milieux humides

46La région de Mogods abrite plusieurs milieux humides (G. POTTIER-ALAPETITE, 1958 ; P. DIMANCHE et A. SCHOENENBERGER, 1970 ; S. STAMBOULI-ESSASSI et al, 2007 ; H. FERCHICHI-BEN JAMAA et al, 2010). Une étude récente sur les structures de végétation et la conservation des zones humides temporaires dans la région des Mogods (H. FERCHICHI-BEN JAMAA et al, 2010) a défini, dans les environs de Garâat Sejanane, une typologie des milieux humides, sur laquelle nous nous sommes appuyés.

47Les quelques mares qui se trouvent sur le terrain d'étude s'assèchent périodiquement. Toutefois se développe, souvent au pied de ligneux, une communauté riveraine hydrophytique riche et diversifiée. Les conditions du milieu (lumière, éléments nutritifs, faible profondeur…) favorisent l'installation de cette végétation. Une zonation végétale s'établit suivant la profondeur et le degré d'hydromorphie (Photo 2). Sur le bord, on trouve des hélophytes représentés essentiellement par des Juncus, Carex, Phragmites australis, Typha angustifolia… Une zone intermédiaire est occupée par une communauté amphibie dominée par Isoetes velata. Dans la zone centrale de la mare, où la profondeur atteint 60 cm, s'établit une communauté formée essentiellement d'espèces flottantes et submergées comme Limna minor, Eleocharis palustris, Elatine alsinastrum, Polygonum natans, Polygonum persicaria, Rununculus aquatilis, Alisma plantago-aquatica, Burela erecta, Riccia fluitans

Photo 2 - Développement des hydrophytes dans les sections humides des anciens chenaux (station 3 de la figure 10). [cliché : B. JAZIRI, 2008]

Photo 2 - Développement des hydrophytes dans les sections humides des anciens chenaux (station 3 de la figure 10). [cliché : B. JAZIRI, 2008]

48Les flaques qui subsistent en étiage en bordure des cours d'eau permettent le développement d'une végétation aquatique à développement rapide, à base de potamots et de massettes (Photo 3).

Photo 3 - Développement de Potamogeton natans dans un trou d'eau en bordure de l'oued Ziatine en étiage. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

Photo 3 - Développement de Potamogeton natans dans un trou d'eau en bordure de l'oued Ziatine en étiage. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

49La communauté végétale herbacée occupe les berges basses, les bancs sablonneux stables et la ceinture externe des mares. Il s'agit surtout d'espèces annuelles et bisannuelles, mais aussi de vivaces. Cynodon dactylon est quasiment présent sur la totalité des berges de l'oued. Avec un taux de recouvrement élevé, cette espèce joue un rôle protecteur important contre l'érosion. Il est à noter que les sections rectilignes et les affluents du bras mort offrent des conditions favorables à toutes les communautés végétales, alors que les rives des sections à méandres sont moins riches à cause de l'activité érosive intense sur les rives concaves et d'atterrissements sablonneux sur les rives convexes.

50La végétation halophile occupe principalement les paléo-lits secs de faible profondeur et inondés de manière éphémère, où les individus arborés sont isolés (Photo 4). Elle apparaît sous la forme d'une mosaïque qui l'associe avec une pelouse humide à herbacées rases. Il s'agit principalement d'une jonçaie composée essentiellement par des hydrophytes, comme les cypéracées (Juncus acutus), et des graminées (Phragmites australis, Arundo donax…).

Photo 4 - Ancien chenal occupé par une jonçaie avec quelques ligneux isolés. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

Photo 4 - Ancien chenal occupé par une jonçaie avec quelques ligneux isolés. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

51À l'embouchure de l'oued Ziatine, en période d'étiage, les entrées des eaux marines augmentent la salinité des eaux et des terres. Les joncs deviennent plus hauts et conglomérés. Ils forment une jonçaie avec la présence des typhas qui se développent sur un tapis de Cynodon dactylon (Photo 5).

Photo 5 - Développement d'une jonçaie un peu en aval de la confluence des oueds Terras et Ziatine. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

Photo 5 - Développement d'une jonçaie un peu en aval de la confluence des oueds Terras et Ziatine. [cliché : B. JAZIRI, 2008]

c. La végétation terrestre

52Elle est essentiellement représentée par :

  • Une pelouse à herbacées : La plaine de Hanchir Ezziatine est le domaine d'une pelouse où les herbacées restent dominants, surtout le chiendent et les espèces annuelles très appréciées par les troupeaux de bovins et ovins qui y pâturent. On trouve également quelques sujets isolés de Quercus suber et Olea europea associées à Pistacia lentiscus, Erica arborea, Phillyrea angustifolia, Cistus monospeliensis, Nerium oleander

  • Un matorral dégradé sur les versants : Sur les marges de la plaine, se développe une mosaïque de formations végétales terrestres couvrant des terrains faiblement étendus à limites parfois mal identifiées. Ce matorral devient haut et dense sur les versants des djebels limitrophes. On y trouve des oléastres, des lentisques associés à des plantations de pinèdes.

  • Une végétation ligneuse sur la dune bordière : Des travaux de reboisement ont été menés sur la dune bordière dans le but de fixer les sables meubles. On a choisi des essences comme l'acacia, l'eucalyptus, pin d'Alep et le pin maritime. Outre cette flore introduite, on trouve des espèces caractéristiques des milieux littoraux comme Quercus coccifera et quelques cypéracées.

3 ) La diversité floristique des unités physionomiques de la basse plaine de l'oued Ziatine

53D'après les observations effectuées sur 15 stations (Fig. 9), les indices de diversité (H') sont compris entre 0,05 et 5,74. La valeur moyenne s'établit à 1,85.

Figure 9 - Localisation des stations pour les relevés floristiques.

Figure 9 - Localisation des stations pour les relevés floristiques.

54L'élément aquatique exerce une influence déterminante sur la diversité floristique et donc sur la valeur de l'indice de SHANNON. D'après la matrice de corrélation (Tab. II), le coefficient de corrélation indique une forte corrélation des espèces aquatiques avec les arborés (0,862) et avec l'indice de diversité (0,976).

Tableau II - Matrice de corrélation liant les éléments floristiques entre eux et avec l'indice de diversité H'.

Tableau II - Matrice de corrélation liant les éléments floristiques entre eux et avec l'indice de diversité H'.

En gras, valeurs significatives au seuil alpha=0,050 (test bilatéral).

55Les secteurs en eau bénéficiant d'un "calme érosif", mares et flaques de bordure, présentent au contraire un cortège floristique riche et diversifié.

56La figure 10 illustre, sous une autre forme, les fortes relations entre les espèces aquatiques, les espèces arborées et l'indice de SHANNON. Elle montre que la domination des espèces aquatiques est parfois écrasante (stations R3, R10, R11, R12 et R13). Ce sont donc ces espèces qui, pour l'essentiel, déterminent le niveau l'indice H' (r = 0,976), dont la valeur est maximale en R12. Mais des conditions permettant la présence d'un grand nombre d'espèces aquatiques se révèlent également favorables à la diversité de la strate arborée, d'où les fortes corrélations entre les éléments arborés et aquatiques (r = 0,862) et entre les éléments arborés et l'indice de SHANNON (r = 0,906).

Figure 10 - Évolution spatiale du nombre des éléments floristiques et de l'indice de SHANNON (H').

Figure 10 - Évolution spatiale du nombre des éléments floristiques et de l'indice de SHANNON (H').

57La station R3 correspond à une mare (voir Photo 2) située à quelques mètres de l'oued Ziatine, les stations R10 et R11 à des dépressions humides dans la partie amont du bras mort et les stations R12 et R13 à des flaques de bordure en situation de "calme érosif" le long de l'oued Terras.

58En revanche, même si aucune station n'a été systématiquement levée sur les pelouses et les parties sèches du bras mort, les observations effectuées indiquent que la diversité floristique y est faible (ainsi que la richesse). Les stations R1, R2, R4, R5, R6 (voir Photo 1), R7 et R8, toutes situées sur des berges soumises à une forte érosion, présentent les plus faibles indices de SHANNON (< 1). Les stations R14 et R15 (voir Photo 5), qui enregistrent aussi des valeurs basses, se trouvent près de l'embouchure de l'oued Ziatine, où se développe une jonçaie monospécifique.

V - Conclusion

59Sur le plan géomorphologique, le secteur d'étude a été marqué par le recoupement du grand méandre que décrivait l'oued Ziatine. Cet événement, qui s'est produit vraisemblablement dans les années 1960, a provoqué une modification de l'occupation du sol dans la partie amont du méandre. En effet, même si une partie des eaux de l'oued Ziatine ont pu encore emprunter le méandre lors des plus fortes crues, le ralentissement des processus d'érosion y a favorisé le comblement de l'ancien lit, dont le tracé reste parsemé de zones humides (mares et jonchaies). La partie aval du méandre garde un chenal en eau, alimenté par l'oued Terras et un affluent.

60D'une manière générale, l'évolution de la végétation en bordure de l'oued Ziatine est fortement influencée par la tendance au méandrage du cours d'eau : recul des rives concaves et extension des bancs de convexité.

61La pelouse est l'unité physionomique la plus étendue (près de 42000 m2 en 2007, soit 39 % environ de la superficie totale – en réduction de 11,1 % par rapport à 1948). Parmi les unités "naturelles", elle devance largement la ripisylve (plus de 27000 m2), le matorral (9700 m2) et la jonçaie (6700 m2).

62L'empreinte de l'homme se manifeste par les plantations, tout particulièrement sur la dune bordière, de diverses essences ligneuses (10000 m2 – mais en recul de 29 % depuis 1996) et par l'extension des superficies mises en culture (14800 m2 – en augmentation de 47,5 % depuis 1996).

63Le fait marquant, qui influencera l'évolution du secteur dans les années à venir, est la mise en eau en 2010 du barrage Ziatine (d'une capacité de 33 Mm3), un peu en amont du secteur d'étude, au niveau du djebel Kef Bou Ghalim. En réduisant tout à la fois les écoulements et les transports solides, ce barrage provoquera l'incision et la stabilisation du chenal (G.E. PETTS et J.P. BRAVARD, 1993). La réduction des crues pourrait en outre favoriser le développement de la végétation riveraine. Cette hypothèse de G.E. PETTS et J.P. BRAVARD (1993) reste cependant à vérifier, car les remontées salines seront facilitées dans la partie aval.

64À ce barrage est associé un projet de périmètre irrigué de 350 m2 dans la plaine de Hanchir Ezziatine (M.H. LOUATI, 2002), périmètre qui débordera sur le terrain d'étude. Ce projet, lorsqu'il démarrera, aura des conséquences fortes sur le milieu.

Remerciements : Je suis reconnaissant aux deux réviseurs de cet article, restés anonymes, ainsi qu'à Claude MARTIN, pour leurs remarques et conseils constructifs.

Haut de page

Bibliographie

AMOROS C. et PETTS G.E (1993) - Bases conceptuelles. In : Hydrosystèmes fluviaux, C. AMOROS, G. PETTS, J.P. BRAVARD et P.M. WADE, Édit. MASSON, collection "Écologie", n° 24, Paris, p. 3-17.

BAULIG H. (1948) - Le problème des méandres. Bulletin de la Société belge d'Études géographiques, vol. XVII, n° 2, p. 103-143.

BONVALLOT J., BANNOUR H. et HAMZA A. (1982) - Sols de Tunisie. Rapport au Ministère de l'Agriculture, Direction des Ressources en Eau et en Sol, Tunis, 67 p.

BOURGOU M. et OUESLATI A. (1996) - Le relief de la Tunisie. Édit. CNUDST, Tunis, 238 p. (en arabe).

COYNE et BELLIER (2001) - Barrage sur l'oued Ziatine. Avant-projet détaillé. Rapport au Ministère de l'Agriculture, 221 p.

DIMANCHE P. et SCHOENENBERGER A. (1970) - Description des milieux des Mogods et de Kroumirie. Institut National de Recherches Forestières, Tunis, 26 p.

FERCHICHI-BENJAMAA H., MULLER S.D., DAOUD-BOUATTOUR A., GHRABI-GAMMAR Z., RHAZI L., SOULIE-MÄRSCHE I., OUALI M. et BEN SAAD-LIMAN S. (2010) - Structures de végétation et conservation des zones humides temporaires méditerranéennes : la région des Mogods (Tunisie septentrionale). Comptes Rendus Biologies, vol. 333, p. 265-267.

GHRABI-GAMMAR Z. (2011) - Tunisie. In : Zones importantes pour les plantes en Méditerranée méridionale et orientale. Sites prioritaires pour la conservation, E.A. RATFORD, G. CATULO et B. de MONTMOLLIN édit., Édit. UICN, Gland (Suisse) et Málaga (Espagne), p. 38-42.

GOUNOT M. (1995) - Bioclimatologie de la Tunisie. In : Essai de synthèse sur la végétation et la phyto-écologie tunisiennes. Tomes II et III : Le milieu physique et la végétation, écologie végétale appliquée, M.A. NABLI édit., Édit. Faculté des Sciences de Tunis, Imprimerie Officielle de la République Tunisienne, Tunis, p. 123-150.

GOUNOT M. et SCHOENENBERGER A. (1967) - Carte phyto-écologique de la Tunisie septentrionale au 1:2000000. Feuilles II (Bizerte - Tunis) et III (Tabarka - Souk el Arba - Maktar - Kairouan - Le Kef - Thala - Fériana). Annales de l'Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie, vol. 40, cartes + notices, 340 p.

JAZIRI B. (2010) - Le bio et le barrage, végétation riveraine et aménagements hydrauliques : eaux libres/eaux contraintes. Structures, fonctionnalités et représentation dans trois cours d'eau de la Tunisie septentrionale. Thèse de l'ENS-LSH, Lyon, 288 p.

LEBERTON J.C. (1974) - Dynamique fluviale. Édit. Érolles, Paris, 101 p.

LE FLOC'H E., SHOENENBERGER A., NABLI M.A. et VALDEYRON G. (1989) - Biologie et écologie des principaux taxons. In : Essai de synthèse sur la végétation et la phyto-écologie tunisiennes. Tome I : Éléments de botanique et de phyto-écologie, M.A. NABLI édit., Édit. Faculté des Sciences de Tunis, Imprimerie Officielle de la République Tunisienne, Tunis, p. 51-193.

LOUATI M.H. (2002) - Gestion intégrée des ressources en eau en Tunisie. Schémas topologiques du système hydraulique du Nord et son interconnexion avec le réseau du Centre. Ministère de l'Agriculture, Direction Générale des Barrages et des Grands Travaux Hydrauliques, 1 p. A3.

PETTS G.E. et BRAVARD J.P. (1993) - Le réseau hydrographique dans le bassin versant. In : Hydrosystèmes fluviaux, C. AMOROS, G. PETTS, J.P. BRAVARD et P.M. WADE, Édit. MASSON, collection "Écologie", n° 24, Paris, p. 21-41.

PICKETT S.T.A et WHITE P.S. (1985) - The ecology of natural disturbances and patch dynamic. Édit. Academic Press, 456 p.

POTTIER-ALAPETITE G., (1958) - Intérêt phytogéographique de la région de Sedjenane en Tunisie. Vegetatio, vol. 8, p. 176-180.

STAMBOULI-ESSASSI S., ROCHE E. et BOUZID S. (2007) - Évolution de la végétation et du climat dans le Nord-Ouest de la Tunisie au cours des 40 derniers millénaires. Géo-Éco-Trop, vol. 31, n° 1-2, p. 171-214.

TIMBAL J. (1971) - Application des techniques écologiques aux reboisements en Tunisie, Revue Forestière Française, vol. XXIII, n° 1, p. 25-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 -Localisation du site d'étude.
Légende Coordonnées du point amont du terrain d'étude (sur l'oued Ziatine) : 37°12'46" N et 9°13'53" E
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 2 - Dynamique du paysage de la basse plaine de l'oued Ziatine entre 1907 et 1989.
Légende 1 : point côté. 2 : talus. 3 : falaise. 4 : crête. 5 : cours d'eau. 6 : cours d'eau secondaire. 7 : champ dunaire. 8 : marais maritime. 9 : broussailles. 10 : pelouse. 11 : habitation. 12 : route. 13 : piste. 14 : ruines. 15 : marabout. 16 : haie irrégulière.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3 - Écoulements annuels de l'oued Ziatine de 1948 à 1999.
Légende Source des données : COYNE et BELLIER (2001).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 4 - Évolution spatio-temporelle des unités morphologiques du méandre de l'oued Ziatine et de ses environs
Légende 1 : chenal en 1948. 2 : chenal en 1996. 3 : chenal en 2007. 4 : affluent. 5 : ancien lit. 6 : section humide (bras mort) de 2007. 7 : section humide (bras mort) de 1996. 8 : rebord de berge. 9 : ancien rebord de berge. 10 : recul de berge. 11 : échange eaux marines-eaux fluviales. 12 : apport solide et liquide. 13 : sens de mouvement en plan. 14 : dune bordière. 15 : bancs sablonneux, situation en 1948. 16 : bancs sablonneux, situation en 1996. 17 : bancs sablonneux, situation en 2007. 18 : trait de côte en 1948. 19 : trait de côte en 1996. 20 : trait de côte en 2007. 21 : falaise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 5 - La basse plaine de l'oued Ziatine en août 2007 et juin 2010.
Légende Sources : images satellitales Google Earth.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Photo 1 - Importance d'un recul de berge et développement de bancs sablonneux dans la partie amont du terrain d'étude. [cliché : B. JAZIRI, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 6 - Dynamique de la végétation riveraine, de la jonçaie et de la pelouse dans le méandre de l'oued Ziatine et ses environs.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Tableau I - Évolution des superficies des unités physionomiques de la végétation.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 7 - Dynamique spatio-temporelle de quelques unités physionomiques au niveau du bras mort de l'oued Ziatine le long d'un transect (A-B).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 8 - Unités paysagères de la basse plaine de l'oued Ziatine.
Légende 1 / Terre nue. Domaine littoral : 2 / Falaise active. 3 / Falaise au repos. 4 / Plage. 5 / Limite du domaine littoral. Domaine fluvial : 6 / Chenal principal. 7 / Lit de bras alimenté. 8 / Paléo-lit colmaté. 9 / Affluent. 10 / Banc de sable. 11 / Bord de berge. 12 / Bord d'ancienne berge. Végétation : 13 / Végétation riveraine ligneuse (Quercus suber, Olea europeae,Alnus glutinosa, Nerium oleander…). 14 / Jonçaie. 15 / Matorral sur versant du djebel. 16 / Matorral à oléo-lentisque. 17 / Pelouse rase d'herbacées. 18 / Plantation sur dune bordière (Acacia retinodes et Pinus halepensis). 19 / Plantation d'Eucalyptus. 20 / Arbres épars. Éléments anthropiques : 21 / Exploitation agricole. 22 / Route. 23 / Habitat.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Photo 2 - Développement des hydrophytes dans les sections humides des anciens chenaux (station 3 de la figure 10). [cliché : B. JAZIRI, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Photo 3 - Développement de Potamogeton natans dans un trou d'eau en bordure de l'oued Ziatine en étiage. [cliché : B. JAZIRI, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Photo 4 - Ancien chenal occupé par une jonçaie avec quelques ligneux isolés. [cliché : B. JAZIRI, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 5 - Développement d'une jonçaie un peu en aval de la confluence des oueds Terras et Ziatine. [cliché : B. JAZIRI, 2008]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 9 - Localisation des stations pour les relevés floristiques.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau II - Matrice de corrélation liant les éléments floristiques entre eux et avec l'indice de diversité H'.
Légende En gras, valeurs significatives au seuil alpha=0,050 (test bilatéral).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 10 - Évolution spatiale du nombre des éléments floristiques et de l'indice de SHANNON (H').
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3758/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brahim Jaziri et Hamouda Samaali, « Dynamique successionnelle de la végétation au sein de la plaine alluviale d'une rivière semi-aride : l'exemple de l'oued Ziatine (Tunisie) », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 27-47.

Référence électronique

Brahim Jaziri et Hamouda Samaali, « Dynamique successionnelle de la végétation au sein de la plaine alluviale d'une rivière semi-aride : l'exemple de l'oued Ziatine (Tunisie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3758 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3758

Haut de page

Auteurs

Brahim Jaziri

Unité de recherche BICADE, Université de la Manouba, TUNISIE et Laboratoire CGMED, Université de Tunis, TUNISIE.
Courriel : brahimjaziri@yahoo.fr

Hamouda Samaali

Unité de recherche GÉOMATIQUE ET GÉOSYSTEMES, Université de la Manouba, TUNISIE.
Courriel : sammalihamouda@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org