Navigation – Plan du site
Articles

L'hydrogéomorphologie appliquée à la gestion de l'aléa d'inondation en climat tempéré froid : l'exemple de la rivière Matane (Québec)

Sylvio Demers, Taylor Olsen, Thomas Buffin-Bélanger, Jean-Philippe Marchand, Pascale M. Biron et François Morneau
p. 67-88

Résumé

L'hydrogéomorphologie est une approche en développement au Québec afin d'apporter un cadre d'analyse complémentaire aux pratiques de gestion des systèmes fluviaux. À travers l'étude de cas de la rivière Matane, cet article propose des méthodes cartographiques appliquées pour la gestion de l'aléa d'inondation de rivières situées en climat tempéré froid. Une typologie des modelés de la plaine alluviale est proposée. Elle est axée sur le fonctionnement des inondations, plus particulièrement de la puissance des crues ou de l'action des glaces flottantes : les modelés d'érosion, de sédimentation, stables et glaciels. Une stratégie complémentaire basée sur un relevé des cicatrices glacielles sur les arbres permet de cartographier les zones inondables par embâcle de glace. La contribution de la cartographie hydrogéomorphologique à la gestion de l'aléa d'inondation est illustrée dans le cadre d'une approche interdisciplinaire. Elle mène à une proposition de zonages qui s'inscrivent dans le cadre normatif actuellement en vigueur au Québec pour la gestion des risques d'inondation.

There is growing interest in hydrogeomorphological mapping in Québec to bring forth a framework that is harmonized with fluvial environment management practices. Through the case study of the Matane River, this article presents a method for mapping flood hazard for rivers in temperate cold climate. A typology of alluvial plain morphology is proposed. This topology is based on flood work and more particularly on flood power and the effects of floating ice. The categories are erosion, sedimentation, stable and glacial morphologies. A complementary approach based on the distribution of ice scars on trees leads to the mapping of ice jam flood hazard. The contribution of the hydrogeomorphological method for fluvial hazard management is presented within an interdisciplinary approach. It results in a flood hazard zoning proposition that is compatible with Québec's current policy.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Au Québec, dans le cadre des responsabilités dévolues localement au milieu municipal en matière d'aménagement du territoire, les municipalités doivent assumer la protection des milieux riverains et des plaines inondables en fonction des orientations et normes minimales définies par la Politique de Protection des Rives, du Littoral et des Plaines Inondables (PPRLPI) (MDDEFP, 2012). Cette politique propose un cadre normatif composé de deux types de zones inondables : un premier où l'aménagement est sévèrement contraint (la zone dite de grand courant) et un second où l'aménagement est permis, mais soumis à des exigences d'immunisation (la zone dite de faible courant). De plus, cette politique offre aux municipalités et aux municipalités régionales de comté (MRC) le choix des méthodes pour la cartographie de la plaine inondable et recommande même le recours à des plans de gestion dans la perspective de projets de mise en valeur. Toutefois, dans le cadre d'une convention Canada-Québec de 1976-1996 et, par la suite, dans le cadre du programme de détermination de cotes de crue du Ministère du Développement Durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP), plusieurs cours d'eau ou portions de cours d'eau ont fait l'objet d'une cartographie des plaines inondables réalisée selon l'approche hydraulique. Les zones dites de grands et de faibles courants ont été associées aux limites atteintes par les crues de récurrence 0-20 et 20­100 ans (MDDEFP, 2012). Ces programmes ont été conçus pour des types de cours d'eau spécifiques, le plus souvent statiques, et seulement pour des conditions en eau libre (absence de glace). Il s'agit de normes supposées minimales et préliminaires, mais qui sont néanmoins appliquées en toute circonstance par les gestionnaires. Cette situation perdure notamment en raison de l'absence d'alternatives méthodologiques. Dans les deux dernières décennies, des sinistres d'ampleurs inattendues ont initié une volonté du Ministère de la Sécurité Publique du Québec de mettre en valeur des outils alternatifs pour la cartographie de l'aléa d'inondation.

2Le besoin d'offrir une alternative à la méthode hydraulique pour la détermination des zones inondables est reconnu depuis longtemps dans la littérature scientifique (M.G. WOLMAN, 1971 ; V.R. BAKER, 1975, 1976). Plusieurs travaux académiques ont développé des stratégies alternatives ayant recours à une meilleure compréhension du phénomène d'inondation, notamment en insistant sur l'étude de son empreinte à long terme dans le paysage (V.R. BAKER, 1994). Dans le présent article, l'approche hydrogéomorphologique (HGM) désigne une approche interdisciplinaire qui se situe à la jonction entre l'hydrologie et la géomorphologie. L'HGM s'attache à l'étude des formes et des processus dynamiques qui apportent une compréhension des aléas en rivière, notamment sur les problématiques d'érosion des berges, d'incision ou d'aggradation du chenal, les phénomènes d'embâcle de bois et de glace, ainsi que l'inondabilité. Cet article aborde plus particulièrement la problématique d'inondation, pour laquelle l'HGM dispose d'un point de vue novateur pour la détermination des zones inondables. En HGM, la plaine inondable est le produit géomorphologique de l'action à long terme des processus fluviaux (G.C. NANSON et J.C. CROKE, 1992). Elle est construite en partie par le stockage de sédiments acheminés par les inondations. C'est donc un vestige physique de l'activité fluviale qui fournit une limite naturelle pouvant servir à la détermination de zones inondables. De plus en plus, l'approche HGM apparaît dans les stratégies de gestion de l'aléa d'inondation (M. MASSON et al., 1996 ; A. THOMPSON et J. CLAYTON, 2002 ; J. LASTRA et al., 2008 ; B. HALLOUCHE et al., 2010). Par exemple, la recherche en HGM a su fournir une approche cartographique normalisée pouvant appuyer la gestion de l'aléa d'inondation en France (M. MASSON et al., 1996 ; J.L. BALLAIS et al., 2005, 2007, 2011-b).

3En France, l'HGM désigne spécifiquement la cartographie de grandes unités géomorphologiques de la plaine alluviale fonctionnelle (M. MASSON et al., 1996). Par définition, la plaine alluviale fonctionnelle est la zone actuellement exposée à l'action des inondations. L'emploi de la méthode HGM en France a été effectué dans un premier temps sur les cours d'eau de la région méditerranéenne où les plaines alluviales présentent un emboîtement de lits : le lit mineur, moyen, majeur ordinaire et majeur exceptionnel (M. MASSON et al., 1996 ; J.L. BALLAIS et al., 2005, 2007, 2011-b). En revanche, cette architecture est peu représentative des rivières situées en climat plus tempéré (M.J. PENVEN et al., 2004 ; M. FANTON et A. MARRE, 2007). Il manque actuellement une approche méthodologique pour une cartographie spécifiquement axée sur la représentation de l'aléa d'inondation pour les rivières situées en climat tempéré froid. Au Québec, notamment, où les inondations sont très souvent dues à des phénomènes d'embâcle de glace, peu de méthodes cartographiques sont actuellement proposées. De plus, à notre connaissance, il n'existe pas à l'heure actuelle d'exemple illustrant l'utilisation d'une cartographie HGM dans un cadre normatif pouvant réglementer l'aménagement du territoire.

4Cet article présente les résultats d'une démarche HGM appliquée à la rivière Matane, un cours d'eau à lit de gravier situé en climat tempéré froid du Québec, où les embâcles de glace sont fréquents. Les objectifs sont :

  • de présenter une méthodologie cartographique adaptée au cas de la rivière Matane, notamment pour le traitement des phénomènes d'embâcle de glace ;

  • de proposer une démarche pour arrimer la cartographie HGM avec le cadre de gestion du risque d'inondation actuellement en vigueur au Québec.

5Nous proposons une typologie des modelés basée sur une interprétation HGM. Cette approche est synthétisée par une clef faisant le détail des indicateurs qui sont mis à profit pour la cartographie HGM. Une approche complémentaire faisant usage des cicatrices glacielles observées sur les arbres, est aussi utilisée pour la détermination des zones inondables par embâcle de glace. La contribution de la cartographie HGM à la gestion de l'aléa d'inondation est illustrée dans le cadre d'une approche interdisciplinaire (modélisation hydraulique + cartographie HGM). Elle mène à une proposition de zonages qui s'inscrivent dans le cadre normatif actuellement en vigueur au Québec pour la gestion des risques d'inondation (PPRLPI).

II - La rivière Matane : une rivière type de climat tempéré froid

1 ) Contexte géographique

6Le bassin versant de la rivière Matane est situé dans l'est du Québec, sur la rive nord de la péninsule gaspésienne (Fig. 1). Cette étude s'attarde plus spécifiquement sur un tronçon de 50 km situé à partir de l'embouchure. Le relief y est conditionné par les orogénèses des Appalaches, à l'origine d'une vaste diversité de roches sédimentaires, fortement plissées, faillées et partiellement métamorphisées. Le substrat rocheux est composé principalement de schistes ardoisiers, de microgrès et de calcaires (N.C. OLLERENSHAW, 1967). Les formations rocheuses de la région sont masquées par une mince couche de till oxydée et par des dépôts de contact glaciaire (moraines, deltas, terrasses de kame) généralement adossés aux versants de vallée (J.C. DIONNE et D. COLL, 1995). Les dépôts meubles dans la vallée sont des dépôts tardiglaciaires mis en place lors du retrait des langues glaciaires à partir de 13500 BP, suivi par un cycle de transgression-régression du niveau marin au cours de l'Holocène (J. LEBUIS et P.P. DAVID, 1977 ; P.P. DAVID et J. LEBUIS, 1985). En aval du bassin versant, la vallée est comblée par des sédiments fins d'origines marines et glacio-estuariennes déposés lors de la phase transgressive. Ces sédiments occupent la portion sommitale des dépôts de contact glaciaire et du roc de la vallée et forment ainsi les unités principales de comblement de la vallée (B. HÉTU et J.T. GRAY, 2000). Ces dépôts furent remaniés par des écoulements fluvioglaciaires et fluviatiles très dynamiques lors de la phase régressive. Une remontée du niveau marin relatif de 8 à 10 m au cours de la période holocène (transgression Laurentienne) engendra une nouvelle phase d'aggradation, menant à la formation de la plaine alluviale moderne (B. HÉTU et J.T. GRAY, 2002 ; J.P. MARCHAND et al., 2014-a).

Figure 1 - Localisation du bassin versant de la rivière Matane.

Figure 1 - Localisation du bassin versant de la rivière Matane.

7La rivière Matane est un cours d'eau à lit de gravier représentatif des régions gaspésiennes ou, plus généralement, des cours d'eau situés en zone de piémont en climat tempéré froid (Tab. I). Le cours d'eau a servi pour le transport des billes de bois par flottage pendant le XIXème siècle et une partie du XXème. Ces activités ont entraîné des interventions lourdes sur les cours d'eau, dont le transfert des sédiments du chenal vers les berges de manière à favoriser le transit des billes de bois. Les ajustements géomorphologiques post-drave se combinent aux effets d'une augmentation marquée des zones artificialisées dans les dernières décennies encouragée, notamment, par l'élargissement et l'enrochement d'une voie routière bordant le chenal principal.

Tableau I - Débits références à la station hydrométrique, située à une dizaine de kilomètres de l'embouchure, et caractéristiques de la section étudiée.

Tableau I - Débits références à la station hydrométrique, située à une dizaine de kilomètres de l'embouchure, et caractéristiques de la section étudiée.

Station gérée par le Centre d'Expertise Hydrique du Québec (CEHQ) *.
* : http://www.cehq.gouv.qc.ca/​hydrometrie/​historique_donnees/​.
A : aire de drainage. Q : débit de période de retour 2, 20 ou 100 ans (calculé avec la loi log-normale). Pour la section longue de 50 km étudiée en amont de l'embouchure : s : pente moyenne du chenal ; ω : puissance spécifique au niveau plein bord (P.M. BIRON et al., 2013-b).

8Le régime annuel des débits est de type pluvio-nival. La figure 2 donne une représentation synthétique des débits de la rivière Matane, dans la municipalité du même nom, sur la période 1927-2009. Elle fournit en outre la date dans l'année et le débit correspondant des inondations qui ont généré des dommages matériels aux infrastructures domiciliaires entre 1974 et 2009. Près de deux événements d'inondation sur trois (61 %) surviennent lors d'un embâcle de glace pendant la période hivernale, en période de redoux, ou d'une débâcle au printemps. Lors d'un embâcle, l'amoncellement des blocs de glace obstrue l'écoulement du chenal principal, ce qui explique qu'un faible débit puisse engendrer un débordement. À l'exception d'un événement à l'automne, les inondations à l'eau libre (sans glace) surviennent essentiellement au pic printanier.

Figure 2 - Régime annuel des débits de la rivière Matane : 10ème, 50ème et 90ème percentiles des valeurs journalières pour la période 1927-2009.

Figure 2 - Régime annuel des débits de la rivière Matane : 10ème, 50ème et 90ème percentiles des valeurs journalières pour la période 1927-2009.

Sur la période 1974-2009 : □ : inondation par embâcle de glace ; ● : inondation à l'eau libre.

2 ) La plaine alluviale de la rivière Matane

9Les Photos 1 donnent un aperçu de la plaine alluviale, dont l'interprétation géomorphologique est en outre présentée à la figure 3. Selon la classification de G.C. NANSON et J.C. CROKE (1992), la plaine est caractérisée par une énergie moyenne (ω = 86 W/m2) et un style à méandres avec un modelé de rides et sillons (B3b). L'amplitude des méandres est contrainte par la vallée, ce qui conduit aussi à une dynamique typique des environnements semi-alluviaux. Les rides et sillons sont orientés de manière quasi transversale à la vallée (Fig. 3-b, #1). Ils marquent la migration du chenal qui s'effectue par une translation des méandres dans l'axe longitudinal de la vallée. La migration longitudinale des méandres est également marquée par des dépressions de forme allongée et partiellement comblées, situées à la jonction de la plaine alluviale avec les versants de la vallée. Lorsque les méandres sont ancrés sur des saillies rocheuses, ces environnements sont remaniés et disséqués par des courants de recirculation. Souvent, ils abritent aussi des milieux humides alluviaux (Fig. 3-b, #2). Les dépressions basses isolées du chenal sont rapidement inondées par la montée de la nappe phréatique ou par l'interconnectivité des dépressions qui canalisent les premiers écoulements de surface. Ces dépressions alluviales sont principalement héritées de la trame des paléochenaux, dont les méandres abandonnés sont les plus caractéristiques (Fig. 3-b, #3). La charge sédimentaire du cours d'eau est associée à un mode de transport sédimentaire favorisant surtout l'accumulation de sédiments grossiers (graveleux et sableux) en périphérie immédiate du chenal. La distribution des sédiments fins à l'ensemble de la plaine alluviale est notamment contrainte par l'exfiltration de la nappe souterraine, avec absence de sédiments fins, qui occupe les dépressions situées en périphérie de la plaine alluviale antérieurement à la phase de débordement du cours d'eau. Les apports en sédiments fins sont insuffisants pour permettre un comblement des dépressions, ce qui permet l'entretien à long terme d'un modelé irrégulier.

Photos 1 - Aperçu de la rivière Matane et de sa plaine alluviale, en été (a) et au printemps lors de la fonte des glaces (b). [clichés : Antonin MONTANÉ, pour a, avec l'aimable autorisation de l'auteur ; Sylvio DEMERS, pour b]

Photos 1 - Aperçu de la rivière Matane et de sa plaine alluviale, en été (a) et au printemps lors de la fonte des glaces (b). [clichés : Antonin MONTANÉ, pour a, avec l'aimable autorisation de l'auteur ; Sylvio DEMERS, pour b]

Figure 3 - La plaine alluviale de la rivière Matane : A/ Modèle numérique de terrain (LiDAR aéroporté) d'un tronçon situé dans la partie aval du bassin versant  et B/ Interprétation géomorphologique de ce tronçon : (1) : rides et sillons ; (2) : milieux humides  alluviaux ; (3) : paléochenaux (méandres abandonnés) ; (4) : chenaux de débordement ; (5) : encoches d'érosion provoquées par le passage des glaces.

Figure 3 - La plaine alluviale de la rivière Matane : A/ Modèle numérique de terrain (LiDAR aéroporté) d'un tronçon situé dans la partie aval du bassin versant  et B/ Interprétation géomorphologique de ce tronçon : (1) : rides et sillons ; (2) : milieux humides  alluviaux ; (3) : paléochenaux (méandres abandonnés) ; (4) : chenaux de débordement ; (5) : encoches d'érosion provoquées par le passage des glaces.

10La plaine alluviale est marquée par plusieurs empreintes d'érosion. Dans les environnements à migration rapide, souvent initiée par une inflexion de méandre qui s'oriente transversalement à la vallée, la plaine demeure largement exposée aux inondations. Son modelé est entièrement disséqué et parcouru de chenaux de débordement à la manière d'un lit moyen (Fig. 3 b, #4). Dans les secteurs contraints par des affleurements rocheux, la plaine alluviale peut aussi être marquée par des chenaux de débordement. Ces indicateurs d'hydrodynamisme ont une netteté qui est fonction de la fréquence à laquelle ils sont remaniés par les crues. Certains chenaux de débordement de grande taille peuvent canaliser des écoulements abondants et ne sont réellement réactivés que lors des crues exceptionnelles ou lors d'inondations exacerbées par des embâcles de bois ou de glace. Enfin, les abords du chenal sont parfois marqués par des formes d'origine glacielle, soit par la présence d'encoches d'érosion (Fig. 3­b, #5) ou de bechevnik, lequel se caractérise par une surface plane inclinée et composée de sédiments hétérométriques (voir L.E. HAMELIN, 1969).

11La limite de la plaine alluviale est souvent marquée par un talus bien défini à la jonction avec des terrasses fluvioglaciaires ou les versants de la vallée. La plaine alluviale intègre aussi des unités morpho-sédimentaires qui sont le vestige de phases de sédimentation et d'incision pendant l'Holocène. Ces vestiges sédimentaires sont souvent protégés par des saillies rocheuses limitant leur érosion par la migration du chenal. Ils sont liés aux phases de remontée isostatique et de régression du niveau marin suivant la déglaciation, mais possiblement aussi à des mécanismes de rétroaction autogéniques. Dans les environnements semi-alluviaux, le niveau de base peut être localement contrôlé par des apports massifs de sédiments en provenance des tributaires ou des versants. Il peut aussi s'agir d'ajustements tardifs du profil en long pendant l'Holocène, en raison du confinement de la plaine alluviale dans la vallée. Une plaine légèrement inclinée témoigne de ces phases d'ajustement par la marque de l'incision progressive du chenal lors de sa migration.

III - La cartographie hydrogéomorphologique

12La cartographie HGM appliquée à l'aléa d'inondation a pour objet l'identification des formes du paysage construites par les processus fluviaux. Les fondements théoriques ainsi que les outils de cette pratique sont décrits dans les ouvrages détaillés de M. MASSON et al. (1996) et de J.L. BALLAIS et al. (2011-b). Cette étude de cas emprunte la même démarche, mais l'adapte à la situation des plaines alluviales typiques des climats tempérés froids. Les adaptations se situent à deux niveaux :

  • les objets de la cartographie HGM en lien avec le type de plaine alluviale de la rivière Matane ;

  • et la prise en compte des inondations par embâcle de glace.

13La cartographie HGM de la rivière Matane a été produite à partir d'une interprétation de photographies aériennes anciennes (1963) et d'ortho-images (2009), ainsi que d'un modèle numérique d'élévation produit par un LiDAR aéroporté (2009, résolution au sol de 1 m). Plusieurs campagnes de terrain en 2009 et 2010 ont permis notamment de relever la présence des laisses de la crue historique de 2007 (899 m³/s ; récurrence ≈200-250 ans), en plus de recueillir des données granulométriques, pédologiques et botaniques (voir ci-dessous).

1 ) Objets de la cartographie hydrogéomorphologique

a. La plaine alluviale fonctionnelle

14Par définition, la plaine alluviale fonctionnelle est la portion de la plaine alluviale actuellement exposée à l'action des inondations. La délimitation de la plaine alluviale fonctionnelle est fixée au bas du premier talus où survient une discontinuité topographique marquant la présence d'une unité d'origine non alluviale ou qui présente des indices de stabilité géomorphologique prolongée. Cette définition diverge quelque peu de la définition généralement admise dans les documents associés à la pratique de l'hydrogéomorphologie en France. Les justifications et implications de cette décision méthodologique seront pleinement abordées en discussion.

b. Typologie de modelés de la plaine alluviale fonctionnelle

15La cartographie HGM est une typologie basée sur l'interprétation de modelés de la plaine alluviale. Ces modelés sont le reflet des conditions de leur mise en place, notamment de la capacité de transport des sédiments par les crues et, parfois, par les glaces flottantes. Quatre espaces sont identifiés selon la dominance des formes qui sont observées : les modelés d'érosion, de sédimentation, stables et glaciels. Une clef HGM présente les indicateurs associés à ces quatre espaces (Tab. II). Outre la morphologie, des indicateurs tels que les signatures granulométriques, pédologiques et botaniques sont mis à profit dans cette classification. Par exemple, les modelés glaciels, moins fréquents et difficiles à distinguer des modelés d'érosion, sont souvent déduits par la présence de cicatrices glacielles sur les arbres riverains. Des exemples d'espaces associés à des modelés d'érosion, de sédimentation et stables sont illustrés à la figure 4.

Tableau II - Clef hydrogéomorphologique des quatre modelés de la plaine alluviale fonctionnelle et des milieux humides alluviaux.

Tableau II - Clef hydrogéomorphologique des quatre modelés de la plaine alluviale fonctionnelle et des milieux humides alluviaux.

Figure 4 - Exemples d'indicateurs morphologiques pour trois types de modelé de la plaine alluviale de la rivière Matane.

Figure 4 - Exemples d'indicateurs morphologiques pour trois types de modelé de la plaine alluviale de la rivière Matane.

Ér : érosion ; Sed : sédimentation ; St : stable. Le trait pointillé indique une limite en transition.

16Une attention particulière a été portée à la définition d'indicateurs pédologiques pour les modelés dits stables. Il s'agit de modelés qui ont acquis des attributs de stabilité qui résultent d'une inactivité géomorphologique, notamment au niveau du fonctionnement des inondations. L'ancienneté d'un dépôt de surface s'exprime par l'évolution d'attributs physico-chimiques du sol. Parmi ceux-ci, la coloration est un attribut acquis tardivement pour les podzols de la région gaspésienne et est donc indicatrice d'une période prolongée de stabilité géomorphologique (10²­10³ années). Une campagne de terrain a permis la description détaillée de 75 pédons dans la plaine alluviale de la rivière Matane. La coloration des sols a été évaluée sur place avec la charte MUNSELL (état humide). L'indice BUNTLEY-WESTIN (B­W) est un indice de coloration qui croît en fonction du degré de rouge présent dans le sol (B.T. BUNTLEY et F.C. WESTIN, 1965). Il est calculé par la multiplication de la saturation avec la teinte à laquelle une valeur numérique est attribuée (2.5YR = 6 ; 5YR = 5 ; 7.5YR = 4 ; 10YR = 3 ; 2.5Y = 2 ; 5Y = 1). Cet indice a permis de rendre compte d'un plafonnement dans l'intensité de la coloration des sols situés dans la plaine alluviale en raison du remaniement périodique des sédiments par les crues (B-W < 10 dans la zone inondée par une crue de récurrence 100 ans). Des conclusions similaires ont pu être tirées d'études pour des plaines alluviales situées dans les régions plus méridionales du Québec (D. SAINT-LAURENT et L. LAVOIE, 2009). À moins d'indications contraires, un indice B-W supérieur à 10 a été jugé indicatif de conditions de stabilité.

17Un cinquième espace associé plus spécifiquement aux milieux humides alluviaux a été intégré à la cartographie HGM. Au Québec, les milieux humides alluviaux sont de plus en plus reconnus dans les modes de gestion des plaines alluviales, notamment dans le concept d'espace de liberté (P.M. BIRON et al., 2013-a ; P.M. BIRON et al., soumis). La définition des milieux humides alluviaux est généralement conduite par des critères botaniques (MDDEP, 2006), mais ceux-ci convergent fréquemment avec des limites géomorphologiques. Les critères HGM sont d'ailleurs de plus en plus mis à profit pour la classification des milieux humides (R.P. BROOKS et al., 2011).

2 ) La cartographie des zones inondables par embâcle de glace

18Les inondations par embâcle de glace sont souvent accompagnées de blocs de glace qui entrent en collision avec les arbres et les infrastructures riveraines (Fig. 5-a). Le sommet de ces cicatrices glacielles est utilisé comme indicateur du niveau d'eau atteint lors des événements d'embâcle (R.D. JARRET et J.F. ENGLAND, 2002). À l'aide du modèle numérique de terrain produit par les données LiDAR, cette cote d'élévation permet d'identifier avec précision les espaces exposés aux débordements par embâcle de glace. Pour le cas de la rivière Matane, trois secteurs d'inondation par embâcle de glace ont été identifiés (S1, S2, S3), pour lesquels l'élévation de 92 cicatrices glacielles a permis d'estimer une hauteur atteinte par les inondations (Fig. 5-b). Pour les secteurs S1 et S3, la moyenne d'élévation a servi pour fixer la limite de la zone inondable. L'élévation des cicatrices dans le secteur S2 est liée à la pente du cours d'eau. La hauteur de la cote a été fixée par une régression des moindres carrés.

Figure 5 - Exemple de cicatrice résultant d'un impact de glace (a) et limites d'inondation par embâcle de glace fixées par l'élévation des cicatrices glacielles relevée dans trois secteurs (S1, S2, S3) de la portion aval de la rivière Matane (b).

Figure 5 - Exemple de cicatrice résultant d'un impact de glace (a) et limites d'inondation par embâcle de glace fixées par l'élévation des cicatrices glacielles relevée dans trois secteurs (S1, S2, S3) de la portion aval de la rivière Matane (b).

3 ) Exemples de résultats cartographiques

19Deux exemples de cartes résultant d'une approche HGM sont présentés à la figure 6. La figure 6-a est le résultat cartographique de l'application de la clef HGM présentée au tableau II. La figure 6-b présente une zone inondable par embâcle de glace déterminée à partir de l'élévation de cicatrices glacielles.

Figure 6 - Exemples cartographiques illustrant a) la typologie des modelés de la plaine alluviale fonctionnelle et b) une zone inondée par embâcle de glace (secteurs S2 et S3).

Figure 6 - Exemples cartographiques illustrant a) la typologie des modelés de la plaine alluviale fonctionnelle et b) une zone inondée par embâcle de glace (secteurs S2 et S3).

IV - Hydrogéomorphologie et gestion du risque d'inondation

20L'articulation entre l'approche HGM et le cadre légal en vigueur au Québec est ici présentée. D'un côté, l'HGM mène à une cartographie d'espaces géomorphologiques et, de l'autre côté, le cadre normatif propose des zonages avec différents niveaux de contraintes à l'aménagement. L'arrimage de ces deux sphères est basé, d'une part, sur la connaissance de l'aléa d'inondation qui est anticipé pour chacun des espaces géomorphologiques cartographiés et, d'autre part, sur une réflexion collective sur les limites d'acceptabilité de l'aléa attendu du point de vue de la sécurité civile et de la gestion du risque. Nous présentons ici les décisions issues d'une collaboration avec les gestionnaires du risque au niveau provincial (Ministère de la Sécurité Civile du Québec) et régional (MRC de Matane).

21Trois types de zonage ont été définis. Les deux premiers sont tirés de la Politique de Protection des Rives, du Littoral et des Plaines Inondables (PPRLPI) dans sa forme actuellement en vigueur au Québec : les zones de restrictions sévères (la zone de grand courant) et les zones de restrictions modérées (la zone de faible courant). Un troisième type de zonage a été ajouté, qualifié de faible, mais qui ne correspond à aucun cadre normatif actuellement en vigueur au Québec. La proposition de ce troisième type de zonage fait suite à la directive européenne qui exige actuellement la représentation cartographique des aléas associés à des événements de récurrence exceptionnelle (Directive 2000/60/CE). Ce type de zonage s'applique pour l'aléa d'inondation dit résiduel. L'aléa est qualifié de résiduel puisqu'il désigne les surfaces inondables situées en marge des zones où l'aléa est mieux défini, généralement en terme quantitatif par la modélisation hydraulique. Pour les gestionnaires régionaux, cette information peut servir à l'élaboration de plans d'intervention en situation de sinistre ou pour le choix de la localisation de bâtiments dont la vocation relève de la sécurité collective (industries associées à des risques technologiques, service d'incendie, centre pour la coordination en période de sinistre ou centre d'accueil pour les sinistrés).

22Le tableau III présente les décisions pour l'application des zonages pour la plaine alluviale de la rivière Matane. Deux approches méthodologiques sont mises à contribution. Depuis 1989, les cotes des crues vingtennale et centennale, estimées par modélisation hydraulique, régissent déjà l'aménagement de la plaine alluviale de la rivière Matane (zonages sévères et modérés) (MENV, 1989; 2004). Le choix du zonage pour la cartographie HGM est fonction de notre interprétation de chaque espace au niveau des processus d'inondation, soit du point de vue de la fréquence d'inondation et de la puissance des écoulements. Cette interprétation est présentée de façon qualitative puisque nous disposons actuellement de peu d'études permettant d'anticiper les liens entre les modelés alluviaux et l'aléa d'inondation, notamment au niveau de la fréquence d'inondation.

Tableau III - Intégration des approches méthodologiques pour la cartographie de l'aléa d'inondation et l'application de cadres normatifs pour l'aménagement du territoire.

Tableau III - Intégration des approches méthodologiques pour la cartographie de l'aléa d'inondation et l'application de cadres normatifs pour l'aménagement du territoire.

↑ : élevé. ↓ : faible. * : variable. (In.) : cote d'inondation fixée par l'élévation des cicatrices glacielles.

23L'apport de l'HGM tient avant tout dans la délimitation de la plaine alluviale fonctionnelle couvrant les limites maximales d'expansion des inondations. Cela permet l'application d'un cadre normatif minimal à l'ensemble de l'espace fluvial (contrainte à l'aménagement faible). Aussi l'apport spécifique à l'HGM est l'ajout de contraintes sévères à l'aménagement dans les environnements : 1/ qui présentent un modelé construit par des processus d'érosion, en raison de la puissance élevée des écoulements attendus ; 2/ qui sont inondables par embâcle de glace, en raison de la fréquence du phénomène (connue par l'historique des inondations) ainsi que du risque posé par les impacts glaciels ; 3/ qui sont associés à la présence de cônes alluviaux, lesquels sont caractérisés par des processus torrentiels accompagnés de débris sédimentaires ; et 4/ qui sont des milieux humides alluviaux, en raison de la forte récurrence d'inondation par le rehaussement de la nappe phréatique, mais aussi en raison d'un désir de préserver leur intégrité. Dans l'état actuel de nos connaissances, l'interprétation des modelés de sédimentation au niveau de l'aléa d'inondation est, au mieux, très ambiguë. Pour le cas spécifique de la rivière Matane, un zonage modéré a été recommandé. Cette décision a été motivée, en partie, par l'incertitude au niveau de l'aléa anticipé pour ces espaces et par la connaissance des cotes de crue vingtennale et centennale qui assurent déjà l'application d'un zonage minimal. Dans le cas contraire, un zonage sévère pourrait s'avérer plus adéquat. La figure 7 présente une comparaison des deux types de cartographie, hydraulique et interdisciplinaire (hydraulique + HGM).

Figure 7 - Cartographie des contraintes à l'aménagement basée sur la modélisation hydraulique (a) et sur l'ajout de critères issus de l'approche HGM (b)Tab. III).

Figure 7 - Cartographie des contraintes à l'aménagement basée sur la modélisation hydraulique (a) et sur l'ajout de critères issus de l'approche HGM (b)Tab. III).

Le chenal (en bleu) est évidemment aussi associé à des contraintes d'aménagement sévères.

24La figure 7-a présente d'abord le zonage initial basé sur les débits de crue d'une période de retour de 20 et 100 ans estimés par la modélisation hydraulique. La figure 7-b est le résultat de la superposition de l'information issue de la modélisation hydraulique et de la cartographie HGM suivant les règles de décision formulées au tableau III.

V - Discussion

1 ) La définition de la plaine alluviale fonctionnelle  

25La cartographie de la limite dite de fonctionnement est délicate. Cette limite ne coïncide pas nécessairement avec des limites géomorphologiques perceptibles. La partie active de la plaine alluviale du point de vue de la morphogenèse récente est souvent enclavée parmi des paléomodelés qui sont situés sur un même plan topographique. La portée des inondations est diffuse et fragmentée, ce qui rend souvent impossible la séparation d'une limite de fonctionnement. Ces conditions résultent principalement de faibles quotients d'inondations (faibles contrastes de débits pour des crues de récurrences différentes) combinés à une absence de dénivelés marqués permettant de contraindre l'expansion des inondations. Les limites d'expansion des inondations sont sensibles aux subtils ajustements morphologiques du chenal ou aux changements dans le régime hydroclimatique (P.M. BIRON et al., 2013-a). Ainsi des décalages spatio-temporels imposés par les ajustements morphologiques peuvent faire fluctuer le champ d'expansion maximale des crues à travers les limites de la plaine alluviale. Ces constats ont motivé le choix d'utiliser un critère opérationnel (le bas d'une discontinuité topographique marquant la présence d'une unité d'origine non alluviale ou qui présente des indices de stabilité géomorphologique prolongée) pour définir les limites de la plaine alluviale fonctionnelle.

26Notre définition, au regard de la définition française, assouplit la notion de fonctionnement. Cette ouverture nous amène à intégrer des espaces dits stables dans la typologie des modelés. Ils sont définis sur une base essentiellement pédologique et représentent des espaces de stabilité géomorphologique, donc d'inactivité au niveau du fonctionnement des inondations. En revanche, cette condition est jugée temporaire et ils sont donc qualifiés d'inondables. Les modelés stables peuvent être assimilés au concept de basses terrasses de J.P. BRAVARD et F. PETIT (1997) au sens où ils sont situés à la limite ou même coupés de l'activité fluviale, sans toutefois se distinguer du reste du lit majeur par un talus et un replat bien défini à la manière d'une terrasse. Aussi ces zones stables se distinguent-elles du lit majeur exceptionnel, lequel est topographiquement distinct et fonctionnel du point de vue de l'inondation (J.L. BALLAIS et al., 2011-a).

2 ) La typologie des modelés

27La définition des trois principaux types de modelés (érosion, sédimentation et stable) axe la cartographie HGM sur la condition actuelle des modelés vis-à-vis de la compétence des écoulements de crue. Ce lien permet de transposer la cartographie HGM à une connaissance représentative de l'aléa d'inondation et, à terme, de justifier les décisions relatives à la gestion du risque. Il s'agit aussi d'une démarche qui se situe au niveau de la classification, plutôt qu'une démarche centrée sur la description d'unités géomorphologiques. Une démarche descriptive se heurte invariablement aux spécificités propres à chaque étude de cas. La clef HGM doit être perçue comme un outil perfectible, qui peut être bonifié par l'ajout d'observations d'ordre géomorphologique, mais aussi relatives à d'autres types d'indicateurs.

28La distinction entre les modelés d'érosion et de sédimentation est centrée autour de la notion de puissance des écoulements (V.R. BAKER et J.E. COSTA, 1987). Elle est donc sensible à la distribution de l'énergie des écoulements lors des crues, laquelle est souvent peu liée à la topographie de la plaine. Par conséquent, la corrélation entre les modelés et la fréquence d'inondation est nécessairement faible ; elle demande à être clarifiée. À l'inverse, l'approche HGM française adopte une cartographie axée sur une représentation topographique d'unités géomorphologiques (la notion d'emboîtement de lits). Elle permet de préserver un lien hiérarchique entre les unités de la plaine alluviale fonctionnelle et les mécanismes d'inondabilité. Une alternative pour l'adaptation de cette approche pourrait être la définition d'une plaine alluviale basse (traduction de low floodplain, terme employé par G. BENITO, 2013) pour désigner les espaces situés en dessous de la limite plein bord du chenal. La limite plein bord du chenal est une référence qui donne à la plaine alluviale basse une référence hydraulique à peu près stable entre les sites. Elle est inondée très fréquemment, à une récurrence inférieure à deux ans, notamment en raison de l'affleurement de la nappe phréatique.

29Du point de vue de l'applicabilité, les nuances au niveau des modelés sont apparentes sur les modèles numériques de terrain de haute résolution (LiDAR), mais moins évidentes à partir de photographies aériennes, particulièrement en milieu forestier. En particulier, la définition des limites géomorphologiques demeure difficile : 1/ lorsque les limites entre les modelés sont graduelles, par exemple dans le prolongement des bancs de convexité et de la plaine en construction, où se succèdent modelés d'érosion, de sédimentation et stabilisés ; 2/ lorsqu'il y a un emboîtement de formes de différentes échelles de grandeur, par exemple lorsque des modelés d'érosion ponctuels ou linéaires sont situés dans un espace construit par sédimentation ; et 3/ lorsqu'il s'agit d'évaluer le caractère contemporain d'un modelé par rapport à un fonctionnement ancien. L'apparence des modelés alluviaux est fonction de la vitesse d'exhaussement vertical de la plaine par rapport à la vitesse de renouvellement par la mobilité du chenal. Ce rapport est primordial dans la mesure où il détermine la vitesse à laquelle le modelé de surface est actualisé et, donc, représentatif de l'action des inondations. Par conséquent, nous pensons que chaque type de plaine mérite une réflexion sur les méthodes de cartographie appropriées. Une classification des types de plaines permettrait de rendre compte des stratégies appropriées pour les méthodes cartographiques, mais aussi pour les stratégies de gestion à prescrire.

3 ) Le choix des méthodes de cartographie et des modes de gestion de l'aléa d'inondation

30Dans quelles circonstances doit-on envisager l'application d'une cartographie HGM ? L'intérêt pour l'HGM au Québec survient en réaction à des événements où les inondations ont dépassé de loin les limites prévues par la modélisation hydraulique (M.F. LAPOINTE et al., 1998 ; M.A. LELIÈVRE et al., 2008). Ces circonstances sont liées principalement à l'influence de la composante hydrosédimentaire lors des crues. Le défi à l'heure actuelle consiste donc à anticiper ces circonstances où la composante hydrosédimentaire est susceptible de modifier rapidement la validité des cotes de crues identifiées par la modélisation hydraulique.

31L'équilibre hydrosédimentaire peut être évalué à l'aide de paramètres prédictifs tels que la puissance spécifique ou la capacité de transport (C. THORNE et al., 2011 ; C. PARKER et al., 2012). Ces paramètres peuvent être quantifiés à même les systèmes d'informations géographiques (P.M. BIRON et al., 2013-b). De façon générale, un diagnostic axé sur la compréhension du cours d'eau et des phénomènes d'inondation devrait être systématiquement intégré à la démarche de cartographie et de gestion des phénomènes d'inondations (V. BAKER, 1994).

32Le cas de la rivière Matane représente une situation où l'HGM intervient en complémentarité avec une cartographie produite par une modélisation hydraulique des cotes de crues de récurrence 20 et 100 ans. Cette logique de complémentarité tient en partie au fait que les limites de la plaine alluviale fonctionnelle sont plus larges que les étendues identifiées par la cote de crue centennale. De fait, le recouvrement total de la plaine alluviale par une crue est peu vraisemblable. Les modes de gestion  contraintes à l'aménagement  ont été réfléchis dans cette optique de complémentarité. Cependant la majorité des cours d'eau du Québec ne disposent pas actuellement de cartographie produite par une modélisation hydraulique. Des options HGM alternatives peuvent alors être mises à profit, notamment un recours plus systématique aux laisses de crues historiques (J.P. MARCHAND et al., 2014-b). De plus, l'approche HGM peut mener à la production de modèles numériques de zones inondables qui permettent de nuancer le niveau de l'aléa en fonction de la profondeur d'eau associée à une cote définie par la géomorphologie (S. CHAVE, 2003 ; A. MONTANÉ et al., 2014). Enfin, dans plusieurs cas, les limites de la plaine alluviale fonctionnelle sont plus étroites que les surfaces identifiées par la cote de crue de récurrence 20 ans. Ces situations surviennent sans doute lorsque la plaine alluviale est étroite ou lorsqu'elle est caractérisée par un seul replat horizontal qui est attenant au niveau plein bord du chenal principal. Dans ces conditions particulières, il est possible de statuer rapidement sur la façon de gérer ces environnements selon les règles d'aménagement prévues à la PPRLPI. L'approche HGM permet ainsi d'adopter d'emblée un zonage approprié sur un maximum de linéaires de cours d'eau rapidement et à faible coût. Les cas où cela serait possible restent toutefois à être correctement définis.

VI - Conclusion

33Au Québec, existe un besoin pour des méthodes alternatives à la modélisation hydraulique pour la cartographie des zones inondables. Les publications françaises en HGM auront apporté de nouvelles pistes de réflexion, notamment par la mise en valeur des formes fluviales comme indicateurs liés à l'aléa d'inondation (M. MASSON et al., 1996 ; J.L. BALLAIS et al., 2005, 2007, 2011-b). Cet article visait à transposer l'expérience française au Québec, autant dans son aspect méthodologique que dans son intégration dans les modes de gestion des corridors fluviaux. Deux défis spécifiques ont été abordés :

  • la formulation d'un cadre méthodologique pour la cartographie appliquée au milieu tempéré froid, tenant entre autres compte de l'impact des processus glaciels ;

  • l'arrimage de la cartographie HGM avec des zonages appropriés pour l'aménagement du territoire compte tenu du cadre légal en vigueur au Québec.

34Une typologie des modelés a été proposée. Elle distingue les modelés façonnés par des mécanismes d'érosion, de sédimentation, de stabilité et glaciels. Cette typologie apporte une description cartographique axée sur le fonctionnement des inondations, plus particulièrement de la puissance des crues ou de l'action des glaces flottantes. Une clef HGM appuie l'exercice de la cartographie par la définition de critères d'ordre morphologique, mais aussi granulométrique, pédologique et botanique. Une stratégie complémentaire basée sur un relevé des cicatrices glacielles permet de cibler les zones inondables par embâcle de glace. Le cas de la rivière Matane est utilisé pour illustrer les liens entre la cartographie HGM et l'adoption de zonages appropriés pour la gestion du risque en aménagement du territoire. Ces décisions sont le résultat d'une collaboration avec les gestionnaires provinciaux (Ministère de la Sécurité Civile du Québec) et régionaux (MRC de Matane) en matière de gestion du risque.

35L'apport de l'HGM à la cartographie de l'aléa d'inondation et à la gestion du risque reste à être pleinement investi et exploité. Avec une augmentation des études de cas, notamment en ce qui a trait aux liens entre les limites HGM et les conditions hydrauliques observées lors des crues, des lignes de conduite plus spécifiques pourront être dégagées de manière à optimiser son application. En parallèle, l'élaboration d'une politique qui réfère directement à des critères d'ordre HGM apporterait un levier plus conséquent pour la prescription des contraintes à l'aménagement par cette approche.

Remerciements : Ce projet a été financé par le Ministère de la Sécurité Publique du Québec (MSP). Ce projet a aussi fait l'objet d'un soutien financier du Fonds vert dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d'action 2006-2012 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. Merci à Maud TOUCHETTE pour son expertise en pédologie. Merci à Jean-Louis BALLAIS, Alain MARRE, Olivier VENTO, Virginie DELORME-LAURENT et Christophe ESPOSITO pour leur accueil et leur temps accordé pour nous transmettre leur expertise et leur enthousiasme vis-à-vis de l'approche HGM. Enfin, merci aux deux réviseurs anonymes pour leurs commentaires pertinents et constructifs.

Haut de page

Bibliographie

BAKER V.R. (1975) - Flood hazards along the Balcones Escarpment in Central Texas: alternative approaches to their recognition, mapping, and management. Université d'Austin, Texas (USA), Bureau of Economic Geology, Geological Circular 75-5, 22 p.

BAKER V.R. (1976) - Hydrogeomorphic methods for the regional evaluation of flood hazards. Environmental Geology, vol. 1, n° 5, p. 261-281.

BAKER V.R. (1994) - Geomorphological understanding of floods. Geomorphology, vol. 10, n° 14, p. 39-156.

BAKER V.R. et COSTA J.E. (1987) - Flood power. In : Catastrophic flooding, Édit. ALLEN and UNWIN, Winchester, p. 1-21.

BALLAIS J.L., GARRY G. et MASSON M. (2005) - Contribution de l'hydrogéomorphologie à l'évaluation du risque d'inondation : le cas du Midi méditerranéen français. Geoscience, vol. 337, n° 13, p. 1120-1130.

BALLAIS J.L., CHAVE S., DELORME-LAURENT V. et ESPOSITO C. (2007) - Hydrogéomorphologie et inondabilité. Géographie Physique et Quaternaire, vol. 61, n° 1, p. 75-84.

BALLAIS J.L., CHAVE S., DELORME V. et ESPOSITO C. (2011-a) - Le lit majeur exceptionnel : premier bilan. Revue Géographique de l'Est, vol. 51, n° 3-4, en ligne : http://rge.revues.org/3365.

BALLAIS J.L., CHAVE S., DUPONT N., MASSON É. et PENVEN M.J. (2011-b) - La méthode hydrogéomorphologique de détermination des zones inondables. Physio-Géo, vol. V, collection "Ouvrages", 168 p.

BENITO G. (2013) - Hazardous processes: flooding. Treatise on geomorphology: geomorphology of human disturbances, climate change, and natural hazards, vol. 13, Édit. Academic Press, p. 243-261.

BIRON P.M., BUFFIN-BÉLANGER T., LAROCQUE M., DEMERS S., OLSEN T., OUELLET M.A., CHONÉ G., CLOUTIER C.A. et NEEDELMAN M. (2013-a) - Espace de liberté : un cadre de gestion intégrée pour la conservation des cours d'eau dans un contexte de changements climatiques, Consortium OURANOS, 167 p.

BIRON P.M., CHONÉ G., BUFFIN-BÉLANGER T., DEMERS S. et OLSEN T. (2013-b) - Improvement of streams hydro-geomorphological assessment using LiDAR DEMs. Earth Surfaces Processes and Landforms, vol. 38, n° 15, p. 1808-1821.

BIRON P.M., BUFFIN-BÉLANGER T., LAROCQUE M., CHONÉ G., CLOUTIER C.A., OUELLET M.A., DEMERS S., OLSEN T., DESJARLAIS C. et EYQUEM J. (soumis) - Freedom space for rivers: a cost-effective approach to enhance river resilience. Environmental Management.

BRAVARD J.P. et PETIT F. (1997) - Les cours d'eau : dynamique du système fluvial. Édit. Armand COLIN, 222 p.

BROOKS R.P., BRINSON M.M., HAVENS K.J., HERSHNER C.S., RHEINHARDT R.D., WARDROP D.H., WHIGHAM D.F., JACOBS A.D. et RUBBO J.M. (2011) - Proposed hydrogeomorphic classification for wetlands of the Mid-Atlantic Region, USA. Wetlands, vol. 31, n° 2, p. 207-219.

BUNTLEY B.T. et WESTIN F.C. (1965) - A comparative study of developmental colour in a Chestnut-Chernozem-Brunizem soil climosequence. Soil Science Society of America Journal, vol. 29, n° 5, p. 579-582.

CHAVE S. (2003) - Élaboration d'une méthode intégrée de diagnostic du risque hydrologique. Thèse de l'Université de Provence (Aix-Marseille I), 284 p.

DAVID P.P. et LEBUIS J. (1985) - Glacial maximum and deglaciation of western Gaspé, Québec, Canada. Geological Society of America, Special paper 197, p. 85-109.

DIONNE J.C. et COLL D. (1995) - Le niveau marin relatif dans la région de Matane (Québec), de la déglaciation à nos jours. Géographie Physique et Quaternaire, vol. 49, n° 3, p. 363­380.

FANTON M. et MARRE A. (2007) - Les cartes hydrogéomorphologiques en régions tempérés : l'exemple de la vallée de la Marne entre Vitry-le-François et Châlons-en-Champagne. Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 84, n° 1, p. 22-34.

HALLOUCHE B., BENYAHIA M., MOUEDDENE K. et MAROK A. (2010) - Apport de l'hydrogéomorphologie dans la cartographie des zones inondables. Exemple de la plaine de Sidi Bel Abbès (Algérie Nord occidentale). Sécheresse, vol. 21, n° 3, p. 219-224.

HAMELIN L.E. (1969) - Le glaciel de lakoutie, en Sibérie Nordique. Cahiers de Géographie du Québec, vol. 13, n° 29, p. 205-216.

HÉTU B. et GRAY J.T. (2000) - Les étapes de la déglaciation dans le nord de la Gaspésie (Québec, Canada) : les marges glaciaires des Dryas ancien et récent. Géographie Physique et Quaternaire, vol. 54, n° 1, p. 5-40.

HÉTU B. et GRAY J.T. (2002) - L'apport de la géomorphologie à l'archéologie des périodes paléoindienne et archaïque dans l'est du Québec. Recherches amérindiennes au Québec, vol. 33, n° 3, p. 76-90.

JARRET R.D. et ENGLAND Jr. J.F. (2002) - Reliability of paleostage indicators for paleoflood studies. In : Ancient floods, modern hazards: principles and applications of paleoflood hydrology,Water Science and Application Series, vol. 5, p. 91-109.

LAPOINTE M.F., SECRETAN Y., DRISCOLL S.N., BERGERON N. et LECLERC M. (1998) - Response of the Ha! Ha! River to the flood of July 1996 in the Saguenay region of Quebec: large-scale avulsion in a glaciated valley. Water Resources Research, vol. 34, n° 9, p. 2383-2392.

LASTRA J., FERNÀNDEZ E., DIEZ-HERRERO A. et MARQUINEZ J. (2008) - Flood hazard delineation combining geomorphological and hydrological methods: an example in the Northern Iberian Peninsula. Natural Hazards, vol. 45, n° 2, p. 277-293.

LEBUIS J. et DAVID P.P. (1977) - La stratigraphie et les événements du Quaternaire de la partie occidentale de la Gaspésie, Québec. Géographie Physique et Quaternaire, vol. 31, n° 3-4, p. 275-296.

LELIÈVRE M.A., BUFFIN-BÉLANGER T. et MORNEAU F. (2008) - L'approche hydrogéomorphologique pour la cartographie des zones à risque d'inondation dans les vallées de petites et moyennes tailles : un exemple commenté pour la vallée de la Rivière-au-Renard. In : Comptes rendus de la 4ème Conférence canadienne sur les géorisques : des causes à la gestion, Édit. Presses de l'Université Laval, Québec, 8 p.

MARCHAND J.P., BUFFIN-BÉLANGER T., HÉTU B. et ST-ONGE G. (2014-a) - Holocene stratigraphy and implications for fjord valley-fill models of the Lower Matane River valley, Eastern Quebec, Canada. Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 51, n° 2, p. 105-124.

MARCHAND J.P., BUFFIN-BÉLANGER T., DEMERS S. et OLSEN T. (2014-b) - Cartographie des zones inondables et des zones de submersion à l'aide d'une méthode hydrogéomorphologique pour le secteur de la rivière Bonaventure. Rapport technique soumis à la municipalité de Bonaventure, 63 p.

MASSON M., GARRY G. et BALLAIS J.L. (1996) - Cartographie des zones inondables : approche hydrogéomorphologique. Édit. Villes et Territoires, Paris, 100 p.

MDDEFP (2012) - Politique de protection des rives, du littoral et de plaines inondables, R.L.R.Q. c. Q-2, r.35 dans le cadre de la Loi sur la qualité de l'environnement (R.L.R.Q., c. Q-2). Ministère du Développement Durable de l'Environnement et des Parcs, Publications du Québec, Québec, en ligne.

MDDEP (2006) - Identification et délimitation des écosystèmes aquatiques, humides et riverains. Guide d'analyse des projets d'intervention dans les écosystèmes aquatiques, humides et riverains assujettis à l'article 22 de la Loi sur la qualité de l'environnement. Ministère du Développement Durable de l'Environnement et des Parcs, Québec, 10 p + annexes.

MENV (1989) - Cartographie des zones inondables, rivière Matane, à Matane. Ministère de l'Environnement, Direction du Milieu Hydrique, Rapport MH-89-07, 15 p.

MENV (2004) - Programme de détermination des cotes de crues de récurrence de 20 ans et de 100 ans (PDCC), rivière Matane, municipalité de Saint-René-de-Matane. Ministère de l'Environnement, Centre d'Expertise Hydrique du Québec, Service de la Connaissance et de l'Expertise Hydrique, Rapport PDCC 01-003, 26 p.

MONTANÉ A., BUFFIN-BÉLANGER T., VENTO O. et CÔME J.M. (2014) - Réalisation d'un modèle numérique de zones inondables sur la rivière Matane et propositions d'utilisation réglementaire. Rapport méthodologique pour le Ministère de la Sécurité Publique du Québec, 31 p.

NANSON G.C. et CROKE J.C. (1992) - A genetic classification of floodplains. Geomorphology, vol. 4, n° 6, p. 459-486.

OLLERENSHAW N.C. (1967) - Région de Cuoq-Langis, comtés de Matapédia et de Matane. Gouvernement du Québec, Rapport géologique121, 230 p.

PARKER C., CLIFFORD N.J. et THORNE C.R. (2012) - Automatic delineation of functional river reach boundaries for river research and applications. River Research and Applications, vol. 28, n° 10, p. 1708-1725.

PENVEN M.J., DUPONT N. et GAILLARD S. (2004) - Fonctionnement hydrogéomorphologique et cartographie des fonds alluviaux dans le contexte armoricain. Mosella, vol. 29, n° 3-4, p. 101­111.

SAINT-LAURENT D. et LAVOIE L. (2009) - Récurrence des inondations et édification des plaines alluviales des bassins du centre-sud du Québec (Canada). Revue des Sciences de l'Eau, vol. 22, n° 1, p. 51-68.

THOMPSON A. et CLAYTON J. (2002) - The role of geomorphology in flood risk assessment. Proceedings of ICE, vol. 150, p. 25-29.

THORNE C., WALLERSTEIN N., SOAR P., BROOKES A., WISHART D., BIEDENHARN D., GIBSON S., LITTLE C., MOONEY D., WATSON C.C., GREEN T. et COULTHARD T. (2011) - Accounting for sediment in flood risk management. In : Flood Risk Science and Management, Édit. WILEY-BLACKWELL, Oxford, p. 87-113.

WOLMAN M.G. (1971) - Evaluating alternative techniques of flood plain mapping. Water Resources Research, vol. 7, n° 6, p. 1383-1392.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation du bassin versant de la rivière Matane.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau I - Débits références à la station hydrométrique, située à une dizaine de kilomètres de l'embouchure, et caractéristiques de la section étudiée.
Légende Station gérée par le Centre d'Expertise Hydrique du Québec (CEHQ) *.* : http://www.cehq.gouv.qc.ca/​hydrometrie/​historique_donnees/​.A : aire de drainage. Q : débit de période de retour 2, 20 ou 100 ans (calculé avec la loi log-normale). Pour la section longue de 50 km étudiée en amont de l'embouchure : s : pente moyenne du chenal ; ω : puissance spécifique au niveau plein bord (P.M. BIRON et al., 2013-b).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2 - Régime annuel des débits de la rivière Matane : 10ème, 50ème et 90ème percentiles des valeurs journalières pour la période 1927-2009.
Légende Sur la période 1974-2009 : □ : inondation par embâcle de glace ; ● : inondation à l'eau libre.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photos 1 - Aperçu de la rivière Matane et de sa plaine alluviale, en été (a) et au printemps lors de la fonte des glaces (b). [clichés : Antonin MONTANÉ, pour a, avec l'aimable autorisation de l'auteur ; Sylvio DEMERS, pour b]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3 - La plaine alluviale de la rivière Matane : A/ Modèle numérique de terrain (LiDAR aéroporté) d'un tronçon situé dans la partie aval du bassin versant  et B/ Interprétation géomorphologique de ce tronçon : (1) : rides et sillons ; (2) : milieux humides  alluviaux ; (3) : paléochenaux (méandres abandonnés) ; (4) : chenaux de débordement ; (5) : encoches d'érosion provoquées par le passage des glaces.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Tableau II - Clef hydrogéomorphologique des quatre modelés de la plaine alluviale fonctionnelle et des milieux humides alluviaux.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4 - Exemples d'indicateurs morphologiques pour trois types de modelé de la plaine alluviale de la rivière Matane.
Légende Ér : érosion ; Sed : sédimentation ; St : stable. Le trait pointillé indique une limite en transition.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 5 - Exemple de cicatrice résultant d'un impact de glace (a) et limites d'inondation par embâcle de glace fixées par l'élévation des cicatrices glacielles relevée dans trois secteurs (S1, S2, S3) de la portion aval de la rivière Matane (b).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 6 - Exemples cartographiques illustrant a) la typologie des modelés de la plaine alluviale fonctionnelle et b) une zone inondée par embâcle de glace (secteurs S2 et S3).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Tableau III - Intégration des approches méthodologiques pour la cartographie de l'aléa d'inondation et l'application de cadres normatifs pour l'aménagement du territoire.
Légende ↑ : élevé. ↓ : faible. * : variable. (In.) : cote d'inondation fixée par l'élévation des cicatrices glacielles.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 7 - Cartographie des contraintes à l'aménagement basée sur la modélisation hydraulique (a) et sur l'ajout de critères issus de l'approche HGM (b)Tab. III).
Légende Le chenal (en bleu) est évidemment aussi associé à des contraintes d'aménagement sévères.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3813/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvio Demers, Taylor Olsen, Thomas Buffin-Bélanger, Jean-Philippe Marchand, Pascale M. Biron et François Morneau, « L'hydrogéomorphologie appliquée à la gestion de l'aléa d'inondation en climat tempéré froid : l'exemple de la rivière Matane (Québec) », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 67-88.

Référence électronique

Sylvio Demers, Taylor Olsen, Thomas Buffin-Bélanger, Jean-Philippe Marchand, Pascale M. Biron et François Morneau, « L'hydrogéomorphologie appliquée à la gestion de l'aléa d'inondation en climat tempéré froid : l'exemple de la rivière Matane (Québec) », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 10 février 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3813 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3813

Haut de page

Auteurs

Sylvio Demers

Département de Biologie, Chimie et Géographie, Université du Québec à Rimouski (Canada).
Courriel : sylviodemers@hotmail.com

Taylor Olsen

Département de Biologie, Chimie et Géographie, Université du Québec à Rimouski (Canada).
Courriel : taylor_olsen@uqar.ca

Thomas Buffin-Bélanger

Département de Biologie, Chimie et Géographie, Université du Québec à Rimouski (Canada).
Courriel : thomas_buffin-belanger@uqar.ca

Jean-Philippe Marchand

Département de Biologie, Chimie et Géographie, Université du Québec à Rimouski (Canada).
Courriel : jeanphilippe.marchand1@gmail.com

Pascale M. Biron

Département de géographie, urbanisme et environnement, Université Concordia (Canada).
Courriel : pascale.biron@concordia.ca

François Morneau

Ministère de la Sécurité publique du Québec (Canada).
Courriel : francois.morneau@msp.gouv.qc.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org