Navigation – Plan du site
Articles

L'aggravation du risque d'inondation en Tunisie : éléments de réflexion

Noômène Fehri
p. 149-175

Résumés

En Tunisie, le phénomène inondation est ancien. À travers l'histoire, on compte par dizaines le nombre de fois où des régions ont été touchées. Les événements les mieux décrits et les mieux connus, pour la plupart encore dans la mémoire des gens, sont ceux enregistrés depuis le début du siècle passé et notamment après les années 1950. Les inondations de 1969 (tout le pays, et notamment le centre et le Nord), 1973 (moyenne et basse Medjerda), 1982 (Sfax), 1990 (Région de Sidi Bouzid), 1995 (Tataouine), 2003 (Grand-Tunis), 2007 (Sabbalet Ben Ammar), 2009 (Redayef)… sont autant d'épisodes qui marqueront pour longtemps les chroniques hydrologiques du pays.
Les extrêmes pluviométriques sont-ils de plus en plus récurrents, ce qui expliquerait les gros dommages provoqués par les inondations depuis cinq ou six décennies ? Difficile de trancher sur cette interrogation, d'autant plus que dans la majorité des cas, on ne dispose pas de chroniques suffisamment longues pour déceler d'éventuelles ruptures de stationnarité dans les séries pluviométriques. Devant l'incertitude scientifique qui plane sur la question des changements climatiques d'une manière générale, et tout particulièrement au sujet de leur impact sur les tendances pluviométriques, un élément apparaît néanmoins certain : les changements hydrologiques inhérents à une urbanisation qui se fait à outrance et aux diverses actions d'aménagement, parfois imprudentes, ne cessent d'augmenter la vulnérabilité de nos villes et de nos espaces face au risque d'inondation.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Hormis quelques rares exceptions, en particulier en Grèce, l'étude des chroniques pluviométriques relatives à de nombreuses stations climatiques méditerranéennes, n'a pas permis de déceler des tendances générales significatives dans les totaux pluviométriques (C. NORRANT, 2004).

2Pourtant, un peu partout, des réflexions prospectives sur les changements climatiques ont déjà été engagées. C'est ainsi qu'en Tunisie, une Stratégie Nationale d'Adaptation de l'Agriculture Tunisienne et des Écosystèmes aux changements climatiques, ainsi qu'une étude sur la Protection des Écosystèmes et l'Adaptation aux Changements Climatiques, ont été élaborées. Les projections climatiques faites dans le cadre de ces études prévoient une élévation des températures qui s'accompagnerait d'une baisse des précipitations qui atteindrait 30 % dans le Nord du pays à l'horizon 2050. Le tout serait assorti d'une augmentation de la fréquence et de l'intensité des extrêmes. On devrait alors s'attendre à des phases de forte sécheresse alternant avec des épisodes moins secs où l'on observerait des événements pluviométriques de forte intensité probablement encore plus récurrents. En conséquence, et c'est ce qu'il faut retenir dans le cadre de cette étude, il faudrait envisager des inondations probablement plus fréquentes aussi.

3On notera néanmoins que ces hypothèses sont sujettes à des controverses. Deux critiques majeures sont souvent adressées aux modèles prospectifs. D'une part, ce sont des modèles globaux, qui s'appliquent généralement à une échelle planétaire ou zonale, alors que les phénomènes climatiques revêtent le plus souvent un caractère local. D'autre part, dans la plupart des cas, on ne dispose pas de séries d'observations suffisamment longues permettant de démontrer avec certitude l'impact du changement climatique, entre autres sur l'aléa pluviométrique, premier responsable des inondations.

4L'inventaire des inondations ayant entrainé des dégâts matériels et/ou humains en Tunisie laisse voir une nette aggravation du risque hydrologique et ce notamment depuis le milieu du siècle passé. Au cours des cinq dernières décennies, elles auraient causé près de 800 morts et des pertes matérielles qui se chiffreraient en centaines de millions de dinars tunisiens. On est amené à s'interroger sur la cause d'une telle aggravation de ce risque ?

5Face au doute scientifique autour des tendances des pluies extrêmes (composante aléa du risque d'inondation), nous considérons judicieux d'étudier les changements hydrologiques et l'augmentation des enjeux en zones inondables (composante vulnérabilité), aspects moins incertains et qui permettent de disposer d'éléments d'explication à cette recrudescence des inondations dévastatrices et à maintes reprises meurtrières. Parmi les changements hydrologiques générateurs d'inondations, deux aspects majeurs seront développés (en faisant référence à la fois à des travaux personnels et à des recherches bibliographiques), à savoir :

  • la diminution de la débitance des cours d'eau, notamment après la construction de grands barrages (cas de la Medjerda) ;

  • l'impact de l'urbanisation sur le ruissellement et les écoulements, à travers l'examen de quelques exemples pris notamment dans le Grand Tunis.

II - Les inondations en Tunisie : un phénomène ancien, en nette recrudescence et qui cause de gros dommages

1 ) Aperçu sur l'importance des pertes humaines et matérielles

6En Tunisie, le phénomène inondation est loin d'être un phénomène récent. À ce propos, A. SAADAOUI (1982) rapporte que plusieurs textes anciens font état d'inondations plus ou moins graves ayant touché par exemple les villes de Gabès et de Kairouan durant les époques médiévale et moderne (Tab. I).

Tableau I - Principales inondations survenues en Tunisie durant les époques médiévale, et moderne.

Tableau I - Principales inondations survenues en Tunisie durant les époques médiévale, et moderne.

- : pas d'information.

7La comparaison du tableau I avec les informations recueillies depuis 1900 (Tab. II) semble indiquer qu'à travers les temps historiques, la fréquence des inondations aurait augmentée et que les dégâts engendrés par celles-ci seraient devenus de plus en plus lourds. Néanmoins il faut prendre ce constat avec beaucoup de prudence. Si l'inventaire des inondations en Tunisie depuis les années 1900 est assez exhaustif, ce n'est certainement pas le cas pour les périodes antérieures. Les rares événements anciens mentionnés par les historiens ou les chroniqueurs concernent essentiellement Kairouan, capitale médiévale, et ses environs. Autant dire qu'il y a sans doute d'autres inondations qui demeurent méconnues, car plus on remonte dans le temps plus il est difficile de répertorier les catastrophes, notamment les plus mineures.

Tableau II - Principales inondations enregistrées en Tunisie à partir de 1900.

Tableau II - Principales inondations enregistrées en Tunisie à partir de 1900.

8Mais, à ne considérer que l'époque contemporaine, une chose nous paraît beaucoup moins incertaine, c'est la recrudescence des inondations et l'augmentation de leur coût à partir des années 1950-1960. Le tableau II fait état de trois grandes inondations au cours de la première moitié du XXème siècle, contre une quinzaine depuis les années 1950.

9Les pertes humaines et matérielles seraient en nette hausse. Rappelons qu'à l'échelle mondiale aussi, les inondations provoquent des dégâts de plus en plus colossaux. D'après le Département des Affaires Humanitaires (DHA) des Nations Unies, 339 millions de personnes en ont été victimes entre 1900 et 1980. De 1970 à 1981, elles ont constitué plus du tiers de l'ensemble des événements catastrophiques recensés (J.L. BALLAIS et al., 2011).

10Malgré la rareté et le caractère souvent fragmentaire des informations relatives aux dégâts humains et matériels provoqués par les inondations, celles que nous avons pu réunir dans le tableau II sont préoccupantes. En effet, au cours des quatre dernières décennies, les fortes pluies ont été particulièrement dévastatrices et meurtrières.

2 ) Les conséquences morphodynamiques des inondations

11Aux pertes humaines et matérielles engendrées par les inondations, s'ajoutent les ravages occasionnés aux sols. Bien que très difficiles à chiffrer, ils sont, à l'évidence, très élevés. Cela est d'autant plus vrai que l'érosion d'un sol constitue souvent une perte irréversible. Toutes les études consacrées à l'érosion hydrique en Tunisie s'accordent sur le fait que les grands épisodes pluviométriques et hydrologiques, que l'on qualifie souvent "d'exceptionnels", ont un impact majeur sur les rythmes et les bilans de l'érosion. Ainsi J. PONCET (1970), qui a vécu les inondations de l'automne 1969, souligne-t-il que "hydrologues, climatologues, géomorphologues et autres spécialistes ont plus appris en trois semaines qu'en plusieurs dizaines d'années d'observation sur les problèmes de l'écoulement superficiel, de l'évolution des crues, de la formation des lits et du dépôt solide…". C'est dire que de telles inondations provoquent une nette accélération des processus d'érosion hydrique, voire dans certains cas une défiguration complète des paysages. Cela se traduit essentiellement par :

121/ Un décapage des horizons supérieurs fertiles du sol : À ce propos, A. BOUSNINA et A. OUESLATI (1991) rapportent que dans certains secteurs de la plaine de Sidi Bouzid, le décapage observé suite aux inondations de janvier 1990 a dépassé 70 cm. L'ampleur de ce phénomène explique en bonne partie l'abondance des matières solides charriées par les oueds lors des événements hydrologiques exceptionnels. Ainsi, lors des inondations de mars 1973, l'apport solide de l'oued Medjerda vers la basse vallée a atteint 100 millions de tonnes en cinq jours, soit l'équivalent de son apport moyen en cinq ans (L. HENIA et al., 2008). En janvier 1990, le volume des sédiments transités par l'oued El-H'tab (Tunisie centrale) à sa sortie du djebel Kharroub (Khanguet Ezzazia) a été estimé à 355010 m3 pour un bassin versant de 2200 km2 (A. HAMZA, 1993), ce qui représente une dégradation spécifique d'environ 161 m3/km2 (1,61 m3/ha).

132/ Une recrudescence de l'entaille linéaire et une accélération du phénomène de ravinement : À titre d'exemple, lors des inondations de 1969, l'oued Elben, dans les Basses Steppes tunisiennes, s'est localement encaissé de plus de quatre mètres (J.L. BALLAIS, 1973). Au sud-ouest de la ville de Sfax, le Tarfaoui a creusé son lit d'environ deux mètres sur une longueur de six kilomètres entre Markez Chaâl et Borj La Gare (N. FEHRI, 2007). En outre, lors de ces événements, de nombreuses ravines se forment et ne cessent ensuite d'évoluer par érosion régressive, constituant dans des cas extrêmes, mais hélas assez courants, de véritables paysages de bad-lands.

143/ Un remarquable élargissement des lits des oueds: En 1969, l'oued Elben, déjà cité, s'est aménagé un nouveau lit, large de 400 m, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de la ville de Mezzouna (J.L. BALLAIS, 1973). Près du quartier El-Malga, à environ 500 m de la confluence avec la Medjerda, l'oued Mellègue s'est élargi d'une vingtaine de mètres suite aux crues de 2000 et 2003.

154/ D'importants phénomènes de dépôt : Les énormes volumes de sédiments mobilisés lors des inondations s'accumulent surtout dans les zones où la pente diminue, ainsi que dans les secteurs évasés. En zones rurales, ces atterrissements sont les bienvenus sur les terrains non cultivés, car ils sont souvent riches en éléments fertilisants et offrent donc de meilleurs rendements dans le cas d'une exploitation ultérieure. En revanche, sur les champs cultivés et en particulier dans les périmètres irrigués, ils sont souvent mal accueillis, car ils ensevelissent les cultures et peuvent endommager les équipements d'irrigation. Dans le secteur de Swaissiya, près de la confluence entre les oueds Mellègue et Medjerda, plusieurs dizaines d'hectares de blé ont été complètement recouverts par une couche d'alluvions fines, épaisse parfois de plus d'un mètre, à la suite des inondations de mai 2000 et de janvier 2003 (L. LAHMAR, 2005).

16Il va sans dire que les sédiments charriés par les écoulements lors de ces grandes crues constituent aussi une véritable menace pour les ouvrages de rétention (barrages, lacs collinaires) construits sur les cours d'eau (Photo 1). En fait, ils participent activement à leur colmatage, réduisant ainsi leur durée de vie. En 2002, les grands barrages tunisiens étaient globalement privés de 22 % de leur capacité initiale, une perte qui s'explique en grande partie par la fréquence des fortes crues (L. HENIA et al., 2008).

Photo 1 - Le lac collinaire "Sbayhia 2", dans le Zaghouanais, totalement colmaté seulement quelques années après sa mise en service, suite aux pluies de l'automne 1995. [cliché : N. FEHRI, septembre 2010]

Photo 1 - Le lac collinaire "Sbayhia 2", dans le Zaghouanais, totalement colmaté seulement quelques années après sa mise en service, suite aux pluies de l'automne 1995. [cliché : N. FEHRI, septembre 2010]

17En ville, ces sédiments peuvent s'avérer très néfastes ; cas de la ville de Meknassy dont certaines rues ont été enfouies sous une couche d'alluvions épaisse de plusieurs décimètres lors des inondations des 21 et 22 janvier 1990 (A. HAMZA et al., 1991).

III - … Et l'aléa pluviométrique dans tout ça ?

18La réponse n'est pas aussi simple qu'on pourrait le penser. Sans prétendre être exhaustif, nous essaierons, dans ce qui suit, d'apporter quelques éléments de réflexion.

1 ) L'évolution des précipitations depuis la fin du XIXème siècle : absence de tendances significatives

19Pour l'étude de l'évolution des précipitations en Tunisie, on va se baser sur les données de la station de Tunis-Manoubia. En service depuis 1887, elle est la plus ancienne du pays. Il s'agit d'une station côtière, de basse altitude, où la moyenne annuelle (de septembre à août) est de l'ordre de 456 mm sur la période 1887-2005. L'hiver y est la saison la plus pluvieuse et totalise 40 % du cumul annuel moyen. L'automne vient en deuxième position (31 % du total annuel moyen), mais il est connu pour ses fortes averses. Viennent ensuite, en ordre décroissant, le printemps (23,6 %), puis l'été qui est sec.

a. La tendance des précipitations annuelles moyennes

20La tendance sur le long terme, c'est-à-dire à une échelle séculaire, montre une très légère augmentation des précipitations, mais qui n'est pas significative (le coefficient de détermination est de 0,011). Par ailleurs, ces précipitations se caractérisent par leur importante variabilité interannuelle (Fig. 1). En considérant les données par périodes de trente ans, les précipitations annuelles moyennes atteignent leur maximum de 1952-53 à 1981-82 (502,0 mm) et leur minimum de 1895-96 à 1924-25 (407,6 mm). La décade la plus pluvieuse va de 1949-50 à 1958-59. Elle présente une moyenne annuelle de l'ordre de 553 mm, alors que la valeur pour la décade la plus sèche, 1941-42 à 1950-51, est de 351 mm seulement.

Figure 1 - Évolution des précipitations annuelles à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2006-07.

Figure 1 - Évolution des précipitations annuelles à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2006-07.

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

b. Les tendances saisonnières

21Les précipitations saisonnières à la station de Tunis-Manoubia sont présentées sur les figures 2 à 4 (automne, hiver et printemps).

22À l'image des précipitations annuelles, celles qui s'abattent en automne (de septembre à novembre) n'enregistrent pas de tendance significative (Fig. 2), si ce n'est une très légère augmentation, mais qui reste statistiquement insignifiante (coefficient de détermination de 0,033).

Figure 2 -Évolution des précipitations automnales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.

Figure 2 -Évolution des précipitations automnales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

23En Tunisie, la majorité des inondations ont eu lieu au cours de cette saison. En effet, les pluies automnales prennent souvent un caractère orageux et se distinguent par de fortes intensités.

24Pour l'hiver (décembre à février) et le printemps (mars à mai), les évolutions ne sont pas plus significatives (Fig. 3 et 4). Les précipitations paraissent stables en hiver et semblent diminuer au printemps, mais les coefficients de détermination sont très faibles.

Figure 3 -Évolution des précipitations hivernales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.

Figure 3 -Évolution des précipitations hivernales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

Figure 4 -Évolution des précipitations printanières à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.

Figure 4 -Évolution des précipitations printanières à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

25En somme, l'étude de l'évolution des précipitations à la station de Tunis-Manoubia à partir de la fin du XIXème siècle met en évidence l'absence de tendances significatives. Ce constat rejoint les résultats relativement récents obtenus par une équipe de climatologues de l'UMR ESPACE (Université de Provence) et en particulier ceux obtenus par C. NORRANT dans sa thèse (2003) sur les tendances pluviométriques dans le bassin méditerranéen au cours de la deuxième moitié du XXème siècle (1950-2000). Dans l'ensemble, conclut-elle, "l'absence de tendance et les tendances non significatives prédominent largement au pas de temps mensuel, et par conséquent aussi aux pas de temps saisonnier et annuel. Les tendances significatives représentent des exceptions mensuelles isolées dans un contexte de non significativité. Elles ne revêtent une réelle importance que dans une seule région, la Grèce".

26En Tunisie, le constat fait pour la station de Tunis-Manoubia, vaut pour d'autres régions. À titre d'exemple, L. HENIA et Z. HLAOUI (2011) ont cherché à déterminer la tendance évolutive des précipitations aux échelles annuelle, saisonnière et mensuelle dans les plaines et les bassins intra-telliens. Ils se sont aperçus que les séries de données portant sur l'ensemble du XXème siècle, pas plus que celles portant sur les dernières décennies, n'indiquent une tendance significative, ni à la hausse, ni à la baisse. Il en irait de même pour l'évolution des maxima pluviométriques, ajoutent-ils.

c. Stationnarité ou rupture des pluies extrêmes ?

27Sur la rive nord de la Méditerranée, les travaux de L. NEPPEL et al. (2003) sur les pluies journalières maximales en Languedoc-Roussillon ont permis de conclure à leur caractère aléatoire. En effet, ces auteurs ont démontré qu'il n'existe pas de rupture de stationnarité. Ils ont également attiré l'attention sur le fait que la densité plus faible du réseau de pluviomètres dans la première moitié du XXème siècle, entraîne une sous-estimation de la fréquence des épisodes extrêmes au cours de cette période. En conséquence, l'influence du changement climatique sur les événements extrêmes n'est pas avérée.

28En Tunisie centrale, les travaux d'A. KINGUMBI et al. (2001) ont mis en évidence une baisse relativement significative des précipitations entre 1976 et 1989, sans pour autant marquer une rupture de stationnarité des séries. Toutefois, il est important de rappeler qu'au cours de la dernière décennie, certaines régions du pays, notamment le Grand Tunis, ont été touchées par des épisodes pluviométriques d'une occurrence très rare. À ce propos, il suffit de rappeler les caractéristiques des pluies des 16, 17 et 24 septembre 2003. La journée du 17 septembre a totalisé 194 mm à la station de Tunis-Carthage, ce qui constitue un record (pour cette station ouverte en 1950, le précédent record était de 133,5 mm, hauteur enregistrée le 3 novembre 1975).

29En termes d'intensités horaires, ces épisodes pluvieux sont également très exceptionnels et atteignent des valeurs largement supérieures aux intensités horaires centennales observées à la station de Tunis-Carthage (Tab. III).

Tableau III - Caractéristiques et place des épisodes pluviométriques de septembre 2003 dans la chronique 1950-2004 de la station de Tunis-Carthage (d'après Y. ZAHAR, in H. KROUMI, 2009).

Tableau III - Caractéristiques et place des épisodes pluviométriques de septembre 2003 dans la chronique 1950-2004 de la station de Tunis-Carthage (d'après Y. ZAHAR, in H. KROUMI, 2009).

H : hauteur d'eau précipitée pendant le temps considéré. I : intensité moyenne de la pluie pendant le temps considéré. I100 : intensité centennale (loi de GUMBEL).

30Les intensités centennales sont largement dépassées pour les durées de deux heures et plus dans le cas de l'épisode du 16 au 18 septembre, et dès la demi-heure dans celui du 24 septembre (Tab. III).

31L'épisode du milieu de l'après-midi du 13 octobre 2007, au cours duquel on a enregistré un pic de 184 mm en quelques heures à la Goulette (soit trois fois et demie la moyenne pluviométrique d'octobre), pourrait également être donné en exemple (N. FEHRI et al., 2009).

32Une question cruciale s'impose, à laquelle nos collègues climatologues devront répondre : sommes-nous encore dans une logique aléatoire ou avons-nous désormais affaire à des événements marquant une rupture de stationnarité dans les séries pluviométriques ?

2 ) Difficile de prédire l'impact du réchauffement climatique sur les précipitations

33En Tunisie, les projections climatiques effectuées dans le cadre de la Stratégie Nationale d'Adaptation de l'Agriculture Tunisienne et des Écosystèmes aux Changements Climatiques (SNAAEC) se basent sur le Modèle HadCM3 (Modèle de circulation générale couplé atmosphère-océan). Les variations des températures et des précipitations sont données par rapport à la période de référence 1961-1990.

34D'après ces études, l'augmentation de la température annuelle moyenne atteindrait 1,1°C à l'horizon 2030 et 2,1°C en 2050 (MARH et GTZ, 2006 ; MEDD, 2007).

35Il n'en demeure pas moins que l'impact de ce réchauffement sur les autres éléments du climat, et en particulier sur les précipitations, reste sujet à controverse. À ce jour, la question est loin d'être tranchée.

36Les précipitations annuelles moyennes connaitraient une diminution de l'ordre de 5 % dans le Nord de la Tunisie et de 10 % dans le Sud à l'horizon 2030 ; en 2050, la diminution atteindrait 11 % dans le Nord et 29 % dans le Sud. Ces projections prévoient également une augmentation des extrêmes pluviométriques. C'est-à-dire que l'on devrait s'attendre à des périodes de sécheresse probablement plus récurrentes et plus longues, alternant avec des phases plus humides marquées par des pluies qui tendraient à être plus intenses et pourraient donc provoquer des inondations plus fréquentes.

37Quoi qu'il en soit, nous ne sommes pas en mesure de juger si ces projections sont fiables ou pas, question qui dépasse notre domaine de compétence. Nous ne voulons pas non plus attiser un débat, qui n'est peut-être pas fondamentalement inutile, mais qui tourne très vite à la polémique, surtout dès qu'il est politisé.

38Néanmoins nous pensons que sagesse est de se dire que les échéances de 2030 et 2050 sont assez proches. Que faire alors si, d'ici là, ces prévisions s'avéraient exactes ? Principe de précaution oblige, on gagnerait à engager, le plus tôt possible, une réflexion prospective sérieuse visant à rechercher, dès maintenant, des solutions économiques, techniques et législatives permettant de faire face et/ou de s'adapter aux différentes situations auxquelles nous serions confrontés dans le cas où cette péjoration climatique viendrait à se concrétiser dans les deux à quatre prochaines décennies.

3 ) Qu'en est-il de l'évolution des crues annuelles maximales ?

39L'absence de tendances significatives dans l'augmentation des précipitations semble être confortée par un constat identique en ce qui concerne l'évolution des crues. D'une manière générale, il semblerait qu'au cours des trois à quatre dernières décennies au moins, les débits annuels maximaux mesurés dans des stations hydrométriques tunisiennes n'ont pas connu d'augmentation notable. Bien au contraire, ils tendraient plutôt à diminuer légèrement comme le montrent, par exemple, les données de la Medjerda à Bousalem (Fig. 5), dans le Nord Ouest de la Tunisie, de l'oued Miliane à Tuburbo Majus (Fig. 6), au nord de Fahs, dans le Nord-Est, et de l'oued El-Htab à Khanguet Zazia (Fig. 7), à l'ouest de Sidi Bouzid, dans le centre du pays.

Figure 5 - Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de la Medjerda à la station de Bousalem – Tunisie du Nord (1967-2003).

Figure 5 - Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de la Medjerda à la station de Bousalem – Tunisie du Nord (1967-2003).

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

Figure 6 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued Miliane à la station de Tuburbo Majus – Tunisie du Nord (1967-2003).

Figure 6 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued Miliane à la station de Tuburbo Majus – Tunisie du Nord (1967-2003).

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

Figure 7 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued El-Thab à la station de Khanguet Zazia – Tunisie centrale (1967-2003).

Figure 7 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued El-Thab à la station de Khanguet Zazia – Tunisie centrale (1967-2003).

Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.

40Cette légère diminution des débits maximaux irait à l'encontre de l'hypothèse d'une augmentation des précipitations au cours des dernières décennies et confirmerait plutôt leur stabilité.

41Mais, il est à signaler qu'en dépit du fait qu'elle soit statistiquement non significative, cette légère tendance à la baisse peut s'expliquer par au moins deux facteurs :

  • Tout d'abord, le caractère exceptionnel des crues enregistrées au début des séries hydrométriques traitées, notamment au cours de l'automne 1969 au centre du pays et de l'hiver 1973 dans le Nord. Le retour à des conditions plus habituelles au cours des années suivantes se traduit statistiquement par une tendance baissière.

  • Cette tendance pourrait être également la conséquence de l'écrêtement et du laminage des crues en relation avec la construction de barrages, notamment après les années 1970. Cela est surtout valable pour l'oued Medjerda (Fig. 5). En 2007, la Tunisie disposait de 28 grands barrages opérationnels, dont 22 construits après 1970.

IV - Un aspect est en revanche moins incertain : les changements hydrologiques

42En l'absence d'un consensus scientifique général concernant les changements climatiques et leurs impacts sur les tendances pluviométriques, une chose est sûre : l'extension et la densification du tissu urbain ont provoqué une incontestable augmentation des rendements hydrologiques des bassins versants. Par conséquent, il est désormais indispensable d'ajuster les dimensions des ouvrages de maîtrise des eaux pluviales urbaines en fonction de cette nouvelle donne.

43Nous estimons, donc, qu'à défaut d'avoir indubitablement démontré l'impact du réchauffement climatique sur les précipitations et, plus exactement, à défaut d'avoir prouvé que celles-ci sont en train de changer de régime dans le sens d'une augmentation de volume et/ou d'intensité, nous avons au moins la certitude que les changements hydrologiques survenus suite à l'action de l'homme au cours des quatre à six dernières décennies, constituent un fait avéré.

1 ) Augmentation du risque d'inondation suite à la diminution de la débitance des cours d'eau : cas de l'oued Medjerda

44Le bassin versant de l'oued Medjerda, le plus important cours d'eau de la Tunisie, constitue le château d'eau du pays. Il fournit à lui seul en moyenne un milliard de m3 par an, soit 37 % des flux annuels moyens en eau de surface de tout le pays (estimés à 2,7 milliards de m3). Afin de mobiliser cet important potentiel hydrique, plusieurs barrages ont été érigés sur la Medjerda et ses affluents, depuis l'époque coloniale pour les plus anciens. Dans l'ordre chronologique de leur construction, les plus importants sont : Béni M'tir (1954), Nebeur (1955), Lakhmès (1966), Kasseb (1969), Bou Hertma (1976), Sidi Salem (1982) et Siliana (1990).

45De tous ces barrages, celui de Sidi Salem est le plus imposant. Il est construit sur le cours principal de l'oued Medjerda à l'ouest de Medjez El-Bab. Sa capacité de stockage à la cote normale, après les deux rehaussements successifs en 1997 et 1999, est d'environ 750 millions de m3. Outre l'alimentation en eau potable, l'irrigation et la production d'hydroélectricité, cet ouvrage est conçu pour protéger la basse vallée de la Medjerda contre les inondations, en exerçant le laminage des débits de pointe, notamment lors des plus fortes crues. De fait, le barrage a permis de diviser le débit de pointe de crue centennal par trois. À la station de Slouguia, ce dernier est passé de 3300 m3/s avant la construction du barrage à 1100 m3/s après son entrée en service (Y. ZAHAR et Z. BENZARTI, 2008).

46Mais, revers de la médaille, la mise en service de ce barrage a provoqué une nette perturbation du régime hydrologique de l'oued Medjerda. Les crues maximales étant laminées, le curage du lit n'est plus assuré. Les lâchers d'eau turbide, auxquels on procède de temps à autre, via la vanne de vidange de fond, pour dévaser la retenue (dans laquelle se déposent en moyenne 4,8 millions de m3 par an), ont un effet qui reste bien insuffisant pour chasser les sédiments terrigènes jusqu'à la mer. Cela est d'autant plus vrai que la basse vallée de la Medjerda, surtout dans sa partie deltaïque, est caractérisée par une pente très faible, ce qui constitue un facteur défavorable à l'écoulement rapide des eaux. De ce fait, le lit du cours d'eau, en aval du barrage, connaît depuis trois décennies un processus d'exhaussement, qui se traduit par une diminution de la section mouillée et une réduction de la débitance.

47Signalons aussi que l'écrêtement des fortes crues par les barrages a favorisé le développement d'une ripisylve dense de part et d'autre du lit mineur (Photo 2). Cette végétation freine l'écoulement près des berges en hautes eaux, ce qui réduit la capacité de transit, augmente le risque d'inondation et favorise le piégeage des éléments transportés.

Photo 2 - Développement de la ripisylve dans le lit de la Medjerda, un facteur qui contribue à la diminution de sa débitance (Garâat El-Mouatiss – Medjez El-Bab). [Cliché : N. FEHRI, mai 2013]

Photo 2 - Développement de la ripisylve dans le lit de la Medjerda, un facteur qui contribue à la diminution de sa débitance (Garâat El-Mouatiss – Medjez El-Bab). [Cliché : N. FEHRI, mai 2013]

48Par ailleurs, plusieurs ponts font obstacle à l'écoulement (Jendouba, Bousalem, Medjez El-Bab, Djedeïda…) et aggravent la situation (Photo 3).

Photo 3 - Exhaussement du lit de la Medjerda par aggradation derrière le pont mouradite de Medjez El-Bab. [cliché : N. FEHRI, octobre 2011]

Photo 3 - Exhaussement du lit de la Medjerda par aggradation derrière le pont mouradite de Medjez El-Bab. [cliché : N. FEHRI, octobre 2011]

49Y. ZAHAR et Z. BENZARTI (2008) ont démontré l'évolution des conditions d'écoulement en comparant les aires d'extension des eaux observées au maximum des crues de mars 1973 et de janvier-février 2003 (Fig. 8). Si la crue de mars 1973 a revêtu un caractère exceptionnel (débit instantané de pointe de 3500 m3/s, le 29 mars, à Medjez El-Bab), les débits sont restés beaucoup plus faibles en 2003 (750 m3/s à la même station, le 17 janvier). Pourtant l'épisode de 2003 a provoqué des inondations importantes (Photo 4), avec des superficies inondées assez peu différentes de celles relevées en 1973.

Figure 8 - Zones inondées par la Medjerda dans le secteur de Medjez El-Bab en mars 1973 et en janvier-février 2003 (d'après Y. ZAHAR et Z. BENZARTI, 2008).

Figure 8 - Zones inondées par la Medjerda dans le secteur de Medjez El-Bab en mars 1973 et en janvier-février 2003 (d'après Y. ZAHAR et Z. BENZARTI, 2008).

Photo 4 - Débordement de la Medjerda à la hauteur du pont mouradite de Medjez El-Bab en janvier 2003. [cliché : B. TRABELSI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Photo 4 - Débordement de la Medjerda à la hauteur du pont mouradite de Medjez El-Bab en janvier 2003. [cliché : B. TRABELSI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]

50Le fond du lit de la Medjerda subissant un rehaussement du fait de l'accumulation de sédiments, en particulier dans la basse plaine, la diminution de la débitance qui en résulte, se traduit par des débordements qui touchent des étendues de plus en plus larges. C'est la raison pour laquelle les inondations de janvier-février 2003 ont eu une ampleur comparable à celle des inondations de 1973, avec des débits de pointe bien moindres.

51Le même phénomène s'observe aussi plus à l'amont, sur le cours moyen de la Medjerda, dans la plaine de Jendouba-Bou Salem. Au niveau de la station hydrométrique de Jendouba, les profils transversaux levés en mars 1973 et en août 2000 montrent une diminution de la section mouillée de 17 % à la cote 8,5 m (N. BALTI, 2003, in L. LAHMAR, 2005).

52À Bou Salem, la cote 9 m correspondait en 1973 à un débit de l'ordre de 2960 m3/s. Après l'installation des grands barrages de Béni M'tir, Nebeur et Bou Hertma sur les principaux affluents de la Medjerda en amont de la station, cette cote est atteinte pour un débit avoisinant 1000 m3/s seulement (Tab. IV).

Tableau IV - Diminution de la débitance de la Medjerda à la cote 9 m aux stations hydrométriques de Jendouba et Bou Salem (L. LAHMAR, 2005).

Tableau IV - Diminution de la débitance de la Medjerda à la cote 9 m aux stations hydrométriques de Jendouba et Bou Salem (L. LAHMAR, 2005).

53Une évolution identique a été mise en évidence à la hauteur de la station hydrométrique de Slouguia où l'on enregistre un net engraissement du profil transversal. En effet, à la cote 10 m, la section mouillée est passée de 560 m2 en 1996 à 470 m2 en 2003, soit une réduction de 16 % en moins de 10 ans (N. AZIZI, 2008).

54Cette diminution de la débitance explique en bonne partie la recrudescence des débordements de la Medjerda et l'ampleur des dégâts occasionnés. Contentons-nous de rappeler qu'en septembre-octobre 2011, les inondations qui ont touché la région de Djedeïda (notamment le secteur de Henna), dans la basse vallée de la Medjerda, ont provoqué des pertes pour l'agriculture évaluées à 30 millions de dinars par le Ministère de l'Agriculture et des Ressources Hydrauliques.

2 ) Rapport entre urbanisation et inondation : les inondations urbaines

55L'impact de l'urbanisation sur les processus hydrologiques n'est plus à démontrer. Cet impact se traduit par une augmentation des coefficients de ruissellement inhérente à l'accroissement des surfaces imperméables et par une modification de l'écoulement des eaux.

a. Impact de l'imperméabilisation des terrains sur le ruissellement

56Tout au long du XXème siècle, la plupart des grandes villes tunisiennes ont connu, un remarquable accroissement démographique qui a été impulsé par les grandes vagues d'exode rural que le pays a connues durant les premières décennies de l'indépendance. Le Grand-Tunis (Tunis, Ariana, Ben Arous et La Manouba) est l'agglomération la plus touchée par ce phénomène. Sa population est passée de 193555 habitants en 1921, à 561116 habitants à l'aube de l'indépendance en 1956, puis à 900247 habitants en 1975. Elle est d'environ 2400000 habitants aujourd'hui. Parallèlement à cet accroissement démographique, l'espace urbain de l'agglomération s'est élargi : 3387 ha en 1957 ; 9500 ha en 1975 ; 23460 ha en 2002. D'après l'Agence d'Urbanisme du Grand Tunis (AUGT), il s'étendrait sur environ 28000 ha actuellement (S. CHARIF et P. CARREGA, 2012).

57Il va sans dire que l'extension et la densification du tissu urbain impliquent une utilisation accrue de revêtements imperméables pour la construction des toitures, des trottoirs, des parkings et des voies de circulation. Cette imperméabilisation concerne également bon nombre de surfaces non bâties où les sols sont fortement compactés par le piétinement et/ou le passage de véhicules (rues et trottoirs laissés sans revêtement).

58Plusieurs petits bassins versants, aujourd'hui presque entièrement envahis par l'urbanisation, connaissent une augmentation des surfaces imperméabilisées. Tel est le cas du bassin drainé par les oueds El Ghrich et El Greb (petit bassin au nord de la ville de Tunis, vaste d'environ 25 km2) où leur part est passée de 5,7 % en 1950 à 70,5 % en 2007. Ce phénomène entraîne une augmentation des volumes d'eau ruisselés. Pour le même bassin, nous avons estimé, par une approche empirique, que la valeur globale du coefficient de ruissellement (en surface sur les versants) s'est élevée de 50 % au milieu du siècle dernier à 75 % en 2007 (N. FEHRI, 2011).

59De même, on peut évoquer l'exemple du bassin versant de Sabkhet Essijoumi situé à l'ouest de Tunis. Entièrement rural au milieu du XXème siècle, ce bassin est actuellement presque à moitié urbanisé et abrite une population estimée à environ un million d'habitants sur un impluvium vaste de 20700 hectares (A. MAJBRI, 2010). Les conséquences de cette évolution sur l'hydrologie de la Sebkha sont récapitulées dans le tableau V. Au milieu du siècle passé, la sebkha accusait un déficit hydrique annuel moyen estimé à 16 millions de m3 (F. AYACHE et al., 2006). Ce déficit se traduisait par un assèchement total qui se produisait en moyenne à la mi-juin. Or, depuis presque deux décennies, son bilan hydrique est devenu excédentaire, l'augmentation des coefficients de ruissellement liée à l'urbanisation ayant sensiblement gonflé les apports d'eau dans la dépression. Quelques mois après les inondations de septembre 2003, la sebkha a été dotée de trois stations de pompage sur ses bordures est, sud-est et sud. Elles évacuent les eaux en dehors du bassin versant, notamment vers le port de Tunis et vers la basse vallée de l'oued Miliane. Ensemble, elles assurent un débit total de l'ordre de 4,5 m3/s (W. CHOUARI, 2013). Aujourd'hui, sans ces stations de pompage et avec une pluviométrie annuelle proche de la moyenne (450 mm), la sebkha ne s'assècherait plus complètement. On prévoit une confirmation de cette tendance avec l'extension et la densification du tissu urbain (Tab. V).

Tableau V - Évolution et scenarii d'évolution du bilan hydrique sommaire de la sebkha Essijoumi (d'après F. AYACHE et al., 2006).

Tableau V - Évolution et scenarii d'évolution du bilan hydrique sommaire de la sebkha Essijoumi (d'après F. AYACHE et al., 2006).

Non : pas d'assèchement total ou pas de nappe résiduelle.

60Mentionnons aussi que la bordure de la sebkha n'a cessé d'être empiétée par remblaiement au profit des infrastructures (voies périphériques…) et d'un certain nombre de quartiers populaires tels que Hay Hlal, Mellassine et Sidi H'cin. On estime qu'entre le milieu et la fin du XXème siècle, la sebkha et sa ceinture halophile avaient perdu près de 500 hectares de leur superficie initiale (A.M. GAMMAR et M. CHAOUECH, 2003). On comprend alors encore mieux pourquoi les débordements de ce plan d'eau semblent devenir plus récurrents, causant des inondations aux conséquences parfois graves. C'est surtout le cas dans le quartier bas de Sidi H'cine, sinistré suite aux épisodes pluviométriques du 16 au 18 et du 24 septembre 2003.

b. Impact de l'urbanisation sur les écoulements

61Outre l'imperméabilisation des sols et l'augmentation des coefficients de ruissellement, l'urbanisation entraîne souvent une nette augmentation des vitesses d'écoulement et une réduction des temps de réponse.

62L'augmentation des vitesses d'écoulement est due essentiellement à l'artificialisation du réseau hydrographique naturel, parfois sinueux et présentant une pente faible, et sa substitution par un réseau d'évacuation des eaux pluviales au tracé rectiligne (construction de canaux, endiguement…). On obtient alors un réseau plus court ayant une pente plus forte.

63Les effets conjugués de l'imperméabilisation des versants et des aménagements pour l'évacuation des eaux pluviales se traduisent par une nette réduction du temps de concentration des crues, qui peut être considérable, de 5 à 15 fois (M. DESBORDES, 1989), et par l'accroissement des débits de pointe. Dès 1978, E.J. RIODIAN et al. font état d'augmentations très significatives des débits de pointe, pouvant atteindre un facteur 10, dans des bassins versants largement imperméabilisés (in C. COSANDEY et M. ROBINSON, 2000). Les observations faites lors des inondations qui ont touché le Grand Tunis au cours des années 2000, notamment celles de septembre 2003 et d'octobre 2007, vont dans ce sens. Tous les récits relatifs à ces événements insistent, en effet, sur la rapidité de la montée des eaux et la violence des écoulements (W. CHOUARI, 2006 ; N. FEHRI et al., 2007, 2009 ; etc.).

64Par ailleurs, cette nouvelle situation caractérisée par une importante augmentation des quantités d'eau écoulées en milieu urbain a révélé un autre problème : les anciens réseaux d'évacuation des eaux pluviales datant des années 1960 et 1970, conçus pour des événements d'une récurrence décennale à vingtennale, sont devenus sous-dimensionnés et incapables d'évacuer les eaux de ruissellement (N. FEHRI, 2011).

c. Des écoulements perturbés par des obstacles de plus en plus nombreux

65L'extension des villes s'accompagne toujours de la construction d'infrastructures importantes (autoroutes, routes périphériques, rues, voies ferrées, ponts…). Dans les secteurs plats, ces ouvrages sont généralement surélevés de quelques mètres au-dessus des terrains environnants et peuvent modifier les écoulements (N. FEHRI et S. MATHLOUTHI, 2012). Dans d'autres cas, certaines villes ont cherché à se doter d'ouvrages de protection contre les inondations. La construction de digues est une pratique courante, mais pas toujours totalement efficace.

66Lorsque ces aménagements sont perpendiculaires à la pente topographique, ils bloquent les écoulements, lesquels s'accumulent derrière eux et peuvent inonder les secteurs situés enamont. Les communes de Hammam-Lif et Hammam-Chatt (banlieue sud de Tunis) constituent des exemples de ce type de situation. Elles se sont développées sur une plaine littorale dont la largeur n'excède guère un kilomètre. Cette plaine est bordée du côté ouest par l'extrémité nord-est de la dorsale tunisienne (djebel Bougarnine) et du côté est par le Golfe de Tunis. Les terrains y sont en grande partie imperméabilisés par l'urbanisation et génèrent beaucoup de ruissellement. De plus, cette plaine est traversée par deux axes de communication parmi les plus importants du pays, la GP1 et la voie ferrée qui relient la capitale au Sud du pays. La route et la voie ferrée situées en contrebas de la montagne, présentent un tracé parallèle au trait de côte et font barrage aux écoulements en provenance des versants orientaux de Bougarnine. Elles provoquent ainsi des débordements fréquents qui, à maintes reprises, ont envahi les zones bâties et paralysé la circulation. (Fig. 9 et Photos 5).

Figure 9 - Rôle de l'urbanisation et des aménagements routiers et ferroviaires dans l'aggravation du risque d'inondation dans la banlieue sud de Tunis (N. FEHRI, 2013).

Figure 9 - Rôle de l'urbanisation et des aménagements routiers et ferroviaires dans l'aggravation du risque d'inondation dans la banlieue sud de Tunis (N. FEHRI, 2013).

Photos 5 - Inondations à Hammam-Chatt suite à la rétention des écoulements par la bande gazonnée parallèle à la nationale GP1 et par la clôture longeant la voie ferrée. [clichés : N. FEHRI, le 14 octobre 2012]

Photos 5 - Inondations à Hammam-Chatt suite à la rétention des écoulements par la bande gazonnée parallèle à la nationale GP1 et par la clôture longeant la voie ferrée. [clichés : N. FEHRI, le 14 octobre 2012]

67Dans le même ordre d'idée, certains ouvrages de protection, comme les digues, sont souvent perçus comme étant un moyen sûr pour lutter contre les inondations. Mais on oublie souvent qu'elles ont pour conséquence la réduction des lits des cours d'eau qui sont empiétés par l'urbanisation. Se croyant, souvent à tort, protégés contre les débordements, les gens sont de plus en plus nombreux à s'installer dans les zones d'expansion des crues. La digue érigée après les inondations de 1969 pour protéger Kairouan contre les crues des oueds Zroud et Marguellil n'a-t-elle pas favorisé l'étalement de la ville vers l'ouest dans des zones qui restent inondables ? Le même phénomène s'observe à Sidi Bouzid où la "Digue des anglais", qui barre l'oued El-Fekka pour l'obliger à contourner la ville, a encouragé les habitants à s'installer en aval de cet ouvrage, dans un espace qu'eux-mêmes appellent "Oued El-Mayït" (bras mort). Lors des inondations de janvier 1990, cette digue s'est rompue et "le cours d'eau était fier de reconquérir son cours naturel ; oued El Maïyt était en train de retrouver la vie" (A. OUESLATI, 1999). Malheureusement, ce n'est qu'à l'occasion des grands événements pluvio-hydrologiques que les habitants concernés se rendent compte de l'ampleur du danger encouru.

68Lorsqu'elles sont parallèles au sens de l'écoulement, les routes et les rues peuvent fonctionner comme de véritables canaux, généralement rectilignes, avec des pentes longitudinales variables et qui présentent toujours une faible rugosité. Par conséquent, les écoulements qui les empruntent peuvent atteindre des hauteurs et des vitesses aux effets dévastateurs. Les dégâts qui sont alors enregistrés touchent surtout les véhicules qui sont facilement emportés par les flots du fait de leur grande flottabilité.

69Les exemples illustrant ce cas de figure ne manquent pas. Certes, les inondations catastrophiques du 13 octobre 2007 qui ont fait 16 morts dans le secteur de Sabbalet Ben Ammar, sont dues avant tout à la montée rapide des eaux de l'oued Kammoun suite aux fortes pluies orageuses qui se sont abattues sur tout le Grand Tunis dans le milieu de l'après-midi (93 mm à la station de Tunis-Carthage ; 135,5 mm à La Manoubia ; et un record de 184 mm à la Goulette). Mais cet événement tragique est dû également aux aménagements réalisés dans le secteur, qui ont manifestement modifié les conditions d'écoulement du cours d'eau. En effet, depuis la construction de l'autoroute reliant Tunis et Bizerte (A3), celui-ci présente une section considérablement réduite, coincé qu'il se trouve maintenant entre le talus naturel, en rive gauche, et l'autoroute, en rive droite, dont le remblai se comporte comme une véritable digue (Photo 6).

Photo 6 – Principaux éléments du paysage dans le secteur de Sabbalet Ben Ammar où ont eu lieu les inondations meurtrières du 13 octobre 2007. [cliché : N. FEHRI, décembre 2007]

Photo 6 – Principaux éléments du paysage dans le secteur de Sabbalet Ben Ammar où ont eu lieu les inondations meurtrières du 13 octobre 2007. [cliché : N. FEHRI, décembre 2007]

À noter l'importante réduction de la section de l'oued Kammoun suite à la construction de l'A3.

70Or, pour un même débit, le rétrécissement de la section mouillée provoque la montée des eaux et l'accélération de la vitesse, ce qui rend donc les écoulements plus violents. Les automobilistes en provenance de la région de Bizerte qui ont eu le malheur de se trouver sur la nationale GP8 (construite dans le lit majeur, sur la rive gauche au pied du talus naturel), ont été surpris par la montée soudaine et violente des eaux. La plupart des victimes ont été emportées par les flots dans leur voiture. Certaines ont été retrouvées plusieurs kilomètres en aval, dans la plaine deltaïque de la Medjerda (N. FEHRI et al., 2009).

V - Conclusion

71Les inondations qui ont à maintes reprises concerné la Tunisie, surtout au cours des cinq dernières décennies, ont amené à chaque fois les médias et l'opinion publique à poser la question des responsabilités. Certains vivent ces événements comme une fatalité, d'autres pensent que les inondations et les dégâts humains et/ou matériels qu'elles engendrent peuvent être évités.

72La relation entre ces événements extrêmes et le changement climatique est souvent mise en avant, notamment depuis les inondations de 2003 et 2007 dans le Grand Tunis et de 2009 à Redayef. Or, en dehors du débat scientifique que l'on peut avoir sur cette question, cette hypothèse apparaît comme une facilité à bien des égards. Elle permet, en effet, aux décideurs de se décharger de toute responsabilité en mettant les catastrophes sur le compte de la fatalité climatique. Après chaque grande inondation, il y a eu et il y aura toujours un délégué, un gouverneur, un haut fonctionnaire ou même un ministre qui ressortira les vieux poncifs devenus habituels en la matière.

73Cette hypothèse est d'autant plus dérangeante que l'analyse des chroniques pluviométriques des dernières décennies ne semble pas révéler de tendances claires et significatives, ni à la hausse, ni à la baisse, des épisodes extrêmes. Certes, il n'est pas question de négliger le rôle majeur de l'aléa pluviométrique dans ces événements, qui sont responsables de dommages matériels et surtout humains de plus en plus considérables. Mais nous pensons que l'évolution récente de l'occupation des sols, caractérisée essentiellement par l'extension rapide des espaces urbains, constitue vraisemblablement la cause principale de la récurrence accrue des inondations catastrophiques.

74Le problème vient du fait qu'aujourd'hui en Tunisie, et notamment dans les grandes villes, une population très nombreuse vit dans des zones inondables, avec des enjeux économiques et des contraintes sociologiques considérables. Ainsi les solutions, théoriquement simples, sont-elles devenues en pratique, pour l'essentiel, chimériques. La marge de manœuvre laissée aux acteurs concernés par le risque inondation est, en effet, très limitée. Il n'en demeure pas moins qu'un certain nombre de points doivent être améliorés. L'action doit être construite sur la base de notre capacité de résilience, notion chère à A. DAUPHINÉ (2005), c'est-à-dire notre capacité plus ou moins grande et rapide à assimiler les changements hydrologiques induits par nos propres actions. À cet effet, il est clair qu'un grand effort reste encore à faire en matière de prévision et surtout d'alerte. Les progrès réalisés dans le domaine de la prévision hydro-météorologique, ainsi que dans le domaine des télécommunications (stations télétransmises, internet, téléphonie mobile…), devraient permettre une meilleure circulation, en temps réel, des informations, d'abord entre les services de l'autorité publique concernés (la Météorologie Nationale, la Protection Civile, la Garde Nationale…), puis entre ces services et la population. La catastrophe du 13 octobre 2007 à Sabbelet Ben Ammar n'aurait-elle pas pu être évitée simplement si l'on avait conseillé ou imposé à temps aux automobilistes venant de la région de Bizerte vers Tunis de prendre l'autoroute A3 au lieu de la nationale GP8 ?

75En zones dangereuses, des plans d'évacuation doivent être prévus, avec interdiction de toute nouvelle forme d'installation. En zones susceptibles d'être plus légèrement inondées, les habitations, les locaux et les infrastructures doivent respecter un certain nombre de mesures d'adaptation. Bien entendu, cela suppose que l'on dispose au préalable de documents cartographiques des zones inondables à grande échelle. Il est grand temps que nos communes concernées par le risque inondation se dotent systématiquement d'un Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI), à l'image de leurs homologues d'autres pays, dont la France. À cet égard, la méthode hydrogéomorphologique, d'un coût relativement faible, a permis des avancées considérables (J.L. BALLAIS et al., 2011). En Tunisie, si elle n'en est malheureusement qu'à ses balbutiements et constitue un champ de recherche appliquée à promouvoir, des travaux sont déjà en cours, par exemple pour la ville de Medjez El-Bab.

Remerciements : Je tiens à remercier les deux réviseurs de l'article, ils se reconnaîtront..., ainsi que les collègues Alain MARRE et Claude MARTIN, pour leurs remarques à la fois pertinentes et constructives.

Haut de page

Bibliographie

AYACHE F., GAMMAR A.M. et CHAOUACH M. (2006) - Environmental dynamics and conservation of the flamingo in the vicinity of Greater Tunis, Tunisia: the case study of Sebkha Essiijoumi. In Wiley InterScience. Earth Surface Processes and Landforms, vol. 31, p. 1674-1684.

AZIZI N. (2008) - Caractérisation des sédiments et étude des mécanismes du transport solide en suspension de la Medjerda. Cas du tronçon Slouguia – El-Herri. Mémoire de Mastère, ESIER de Mejez El-Bab, 84 p.

BALLAIS J.L. (1973) - Les inondations de 1969 en Tunisie méridionale. Bulletin de la Société d'Histoire Naturelle de l'Afrique du Nord, vol. 64, n° 3-4, p. 99-128.

BALLAIS J.L., CHAVE S., DUPONT N., MASSON É. et PENVEN M.J. (2011) - La méthode hydrogéomorphologique de détermination des zones inondables. Édit. Physio-Géo(http://physio-geo.revues.org et www.physio-geo.fr), collection "Ouvrages", 168 p.

BALTI N. (2003) - Crues du mois de janvier 2003. Commissariat Régional au Développe-ment Agricole de Jendouba, Arrondissement des Ressources en Eau, 25 p.

BONVALLOT J. (1979) - Comportement des ouvrages de petite hydraulique dans la région de Médenine (Tunisie du Sud) au cours des pluies exceptionnelles de mars 1979. Cahiers de l'ORSTOM, série "Sciences Humaines", vol. XVI, n° 3, p. 233-249.

BOUJARRA A. et KTITA H. 2009) - Les facteurs de l'amplification de l'inondation de la ville de Tataouine le 24 septembre 1995 (Sud-Est tunisien). In : Risques naturels en Méditerranée occidentale, actes de colloque (Carcassone), M. FORT et F. OGÉ édit., Édit. PROGIG, Paris, p. 195-206.

BOUSNINA A. et OUESLATI A. (1991) - Les inondations de janvier 1990 en Tunisie : contexte climatique et conséquences géographiques. Revue Tunisienne de Géographie, vol. 19-20, p. 67-114.

CHARFI S. et CARREGA P. (2012) - L'extension urbaine et ses conséquences sur la température dans l'agglomération de Tunis. Actes du 7ème colloque du Département de Géographie, FLAHM, La Manouba, p. 241-259.

CHOUARI W. (2006) - Les pluies torrentielles des 17 et 24 septembre 2003 dans le Grand Tunis : analyse météorologique et impacts immédiats. In : Les risques liés au temps et au climat, actes du XIXème colloque de l'AIC (Épernay), G. BELTRANDO, M. MADELIN et H. QUÉNOL édit., Édit. PRODIG, Paris, p. 166-171. En ligne : https://www.google.fr/#q=association+internationale+de+climatologie.

CHOUARI W. (2013) - Problèmes d'environnement liés à l'urbanisation contemporaine dans le système endoreïque d'Essijoumi (Tunisie nord-orientale). Physio-Géo [http://physio-geo.revues.org], volume IV, p. 111-139.

COSANDEY C. et ROBINSON M. (2000) - Hydrologie continentale. Édit. Armand COLIN, Paris, 360 p.

DAOUD A. (1982) - À propos des pluies exceptionnelles d'octobre 1982 à Sfax. Revue Tunisienne de Géographie, vol. 21/22, p. 11-31 (en arabe).

DAUPHINÉ A. (2005) - Risques et catastrophes : Observer, spatialiser, comprendre, gérer. Édit. Armand COLIN, 3ème édition, Paris, 288 p.

DESBORDES M. (1989) - Principales causes d'aggravation des dommages dus aux inondations par ruissellement superficiel en milieu urbanisé. Bulletin d'Hydrologie Urbaine - SHF, n° 4, p. 2-10.

ENNESSER Y., SAID V. et TERRIER M. (2011) - Évaluation des risques en situation actuelle et à l'horizon 2030 pour la ville de Tunis. Rapport final de Phase 1 du Projet "Adaptation au changement climatique et aux désastres naturels des villes côtières de l'Afrique du Nord, Egis BCEOM/IAU-IDT/BRGM, 342 p. En ligne : http://www.iau-idf.fr/fileadmin/Etudes/etude_823/Tunis_Rapport_Phase_1.pdf.

FEHRI N. (2007) - Les rapports entre les processus morphogéniques et les pratiques agro-pastorales dans la plaine oléicole de Sfax : exemple du bassin versant de l'oued Chaâl-Tarfaoui (Tunisie centro-orientale). Thèse de l'Université de Provence (Aix-Marseille I), soutenue en 2003, Édit. FLAH de La Manouba, 368 p.

FEHRI N. (2011) - Étude des facteurs de vulnérabilité hydrogéomorphologique dans le Grand Tunis : approche comparative entre trois bassins versants. Revue Tunisienne de Géographie, vol. 41, p. 131-160.

FEHRI N. (2013) - Extension urbaine et risque d'inondation autour de l'extrémité septentrionale du Jebel Bou Garnine (Grand Tunis – Tunisie). Revista de Geomorfologie, (Roumanie), vol. 15, p. 13-26.

FEHRI N., MATHLOUTHI S. et ZAHAR Y. (2007) - L'extension urbaine et ses conséquences sur le fonctionnement hydrogéomorphologique du bassin versant des oueds El-Ghrich et El-Greb (Ariana – versant sud de Jebel Ennahli). In : Climat, tourisme, environnement, actes du XXème colloque de l'AIC (Carthage), H. BEN BOUBAKER édit., Édit. UR GREVACHOT et UR BCADE,Tunis-La Manouba, p. 252-258. En ligne : https://www.google.fr/#q=association+internationale+de+climatologie.

FEHRI N., SAMAALI H. et ABAZA K. (2009) - Les inondations catastrophiques du 13 octobre 2007 dans le secteur de Sabbalet Ben Ammar entre aléa climatique et responsabilité anthropique (Grand Tunis – Tunisie). Revue Tunisienne de Géographie, vol. 40, p. 31-55.

FEHRI N. et MATHLOUTHI S. (2012)- Extension urbaine et risque d'inondation sur le piémont est du Jebel Ennahli (Ariana – Tunisie). In : Dynamiques, Climat et Environnement, actes de 7ème colloque du Département de Géographie, FLAH de La Manouba, p. 313-334.

GAMMAR A.M. et CHAOUECH M. (2003) - Dynamique de la végétation et de l'espace sur les rives de la sebkha d'Essijoumi (région de Tunis). In : Eau et environnement : Tunisie et milieux méditerranéens, Édit. ENS, Lyon, p. 177-188.

HAMZA A. (1993) - Les conséquences géomorphologiques des inondations de janvier 1990 en Tunisie centrale et méridionale. Actes du 2ème Congrès des Géographes Africains (Rabat et Agadir), p. 113-129.

HAMZA A., MATHLOUTHI S., LEBDI F., ZEMZEM A., DASSI K., MECHI B. et BOUJARRA A. (1991) - Impact morphologique des inondations de janvier 1990 sur la région de Meknassy (Tunisie centrale). Géographie et Développement, vol. 11, p. 7-29.

HENIA L. et HLAOUI Z. (2008) - L'envasement des Barrages. In : Atlas de l'eau en Tunisie, Édit. UR GREVACHOT, FSHS de Tunis, p. 140-141.

HENIA L. et HLAOUI Z. (2011) - La pluviométrie dans les plaines et bassins intratelliens en Tunisie : évolution récente et projection dans le futur. In : Climat montagnard et risques, actes du XXIVème colloque de l'AIC (Rovereto), M. FAZZINI et G. BELTRANDO édit, Édit. AIC et Université de Ferrare, p. 303-308. En ligne : https://www.google.fr/#q=association+internationale+de+climatologie.

HMERCHA H. (2010) - Les risques hydrologiques dans le bassin versant d'Oued El-Fekka : essai de caractérisation et d'analyse pour une meilleure gestion. Mémoire de Mastère, FLSH de Sfax, 162 p.

KINGUMBI A., BERGAOUI Z., BOURGES J., HUBERT P. et KALLEL R. (2001) - Étude de l'évolution des séries pluviométriques de la Tunisie Centrale. In : Hydrologie des Régions Méditerranéennes, actes d'un séminaire UNESCO-IRD (Montpellier, 2000), É. SERVAT et J. ALBERGEL édit., Documents Techniques en Hydrologie, vol. 51, Paris, p. 341-345.

KROUMI H. (2009) - Aléa, vulnérabilité et risque hydrologiques dans le Grand Tunis : éléments de caractérisation pour la protection contre les inondations. Cas du bassin versant des oueds El Ghrich - El Greb. Mémoire de fin d'études, ISTEUB, Université de Carthage, 102 p.

LAHMAR L. (2005) - Occupation du sol et risque d'inondation dans la plaine de Jendouba-Bou Salem. Mémoire de Mastère, FLAH de La Manouba, 111 p.

LAHMAR L. (2009) - Les inondations et leur impact sur le paysage morphologique: le cas dans la plaine de Jendouba-Bou Salem (Nord-Ouest de la Tunisie). In : Ol' Man River. Geo-archaeological aspects of rivers and river plains, M. DE DAPPER, F. VERMEULEN, S. DEPREZ et D. TEALMAN édit., Édit. Université de Gand, Archaeological Reports Ghent University, vol. 5, p. 510-518.

MARH et GTZ (2006) - Stratégie Nationale d'Adaptation de l'Agriculture et des Écosystèmes aux Changements Climatiques [SNAAECC]. Cahiers 1 à 6.

MEDD (2007) - Protection des écosystèmes et l'adaptation aux changements climatiques. Ministère de l'Environnement et du Développement Durable, Tunis, 321 p.

MAJBRI A. (2010) - Le ruissellement en milieu urbain : cas du bassin versant de la sebkha d'Essijoumi. Mémoire de Mastère. FLAH de La Manouba, 167 p.

NEPPEL L., BOUVIER C., VINET F. et DESBORDES S. (2003) - Sur l'origine de l'augmentation apparente des inondations en région méditerranéenne. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 16, n° 3, p. 475-494.

NORRANT C. (2004) - Tendances pluviométriques indicatrices d'un changement climatique dans le bassin méditerranéen 1950-2000. Thèse de l'Université de Provence (Aix-Marseille I), 319 p.

OUESLATI A. (1999) - Les inondations en Tunisie. Publication à compte d'auteur, 206 p.

PASKOFF R. (1985) - Géographie de l'environnement ; problèmes d'utilisation des ressources et d'adaptation aux contraintes des milieux naturels ; exemples tunisiens. Édit. Université de Tunis, 227 p.

PONCET J. (1970) - La catastrophe climatique de l'automne 1969 en Tunisie. Annales de Géographie, vol. 79, n° 435, p. 581-595.

RIODIAN E.J., GRIGG N.S. et HILLER R.L. (1978) - Measuring the effects of urbanization on the hydrological regimen. Actes du colloque "1St international conference on urban storm drainage", P.R. HELLIWELL édit., Édit. PENTECH Press, Londres, p. 496-511.

SAADAOUI A. (1982) - Fléaux et catastrophes naturels dans le Maghreb médiéval. Mémoire de CAR, FSHS de Tunis, 165 p.

ZAHAR Y. et BENZARTI Z. (2008) - Impact du barrage de Sidi Salem sur les risques d'inondation dans la basse vallée de la Mejerda. Atlas de l'eau en Tunisie. Édit. UR GREVACHOT, FSHS de Tunis, p. 144-149.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau I - Principales inondations survenues en Tunisie durant les époques médiévale, et moderne.
Légende - : pas d'information.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau II - Principales inondations enregistrées en Tunisie à partir de 1900.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Photo 1 - Le lac collinaire "Sbayhia 2", dans le Zaghouanais, totalement colmaté seulement quelques années après sa mise en service, suite aux pluies de l'automne 1995. [cliché : N. FEHRI, septembre 2010]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 1 - Évolution des précipitations annuelles à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2006-07.
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Figure 2 -Évolution des précipitations automnales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 3 -Évolution des précipitations hivernales à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 4 -Évolution des précipitations printanières à la station de Tunis-Manoubia entre 1887-88 et 2005-06.
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Tableau III - Caractéristiques et place des épisodes pluviométriques de septembre 2003 dans la chronique 1950-2004 de la station de Tunis-Carthage (d'après Y. ZAHAR, in H. KROUMI, 2009).
Légende H : hauteur d'eau précipitée pendant le temps considéré. I : intensité moyenne de la pluie pendant le temps considéré. I100 : intensité centennale (loi de GUMBEL).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 5 - Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de la Medjerda à la station de Bousalem – Tunisie du Nord (1967-2003).
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 6 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued Miliane à la station de Tuburbo Majus – Tunisie du Nord (1967-2003).
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 7 -Valeurs maximales annuelles des débits instantanés de l'oued El-Thab à la station de Khanguet Zazia – Tunisie centrale (1967-2003).
Légende Source des données brutes : Direction Générale des Ressources en Eau.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 2 - Développement de la ripisylve dans le lit de la Medjerda, un facteur qui contribue à la diminution de sa débitance (Garâat El-Mouatiss – Medjez El-Bab). [Cliché : N. FEHRI, mai 2013]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Photo 3 - Exhaussement du lit de la Medjerda par aggradation derrière le pont mouradite de Medjez El-Bab. [cliché : N. FEHRI, octobre 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 8 - Zones inondées par la Medjerda dans le secteur de Medjez El-Bab en mars 1973 et en janvier-février 2003 (d'après Y. ZAHAR et Z. BENZARTI, 2008).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 4 - Débordement de la Medjerda à la hauteur du pont mouradite de Medjez El-Bab en janvier 2003. [cliché : B. TRABELSI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau IV - Diminution de la débitance de la Medjerda à la cote 9 m aux stations hydrométriques de Jendouba et Bou Salem (L. LAHMAR, 2005).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau V - Évolution et scenarii d'évolution du bilan hydrique sommaire de la sebkha Essijoumi (d'après F. AYACHE et al., 2006).
Légende Non : pas d'assèchement total ou pas de nappe résiduelle.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 9 - Rôle de l'urbanisation et des aménagements routiers et ferroviaires dans l'aggravation du risque d'inondation dans la banlieue sud de Tunis (N. FEHRI, 2013).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photos 5 - Inondations à Hammam-Chatt suite à la rétention des écoulements par la bande gazonnée parallèle à la nationale GP1 et par la clôture longeant la voie ferrée. [clichés : N. FEHRI, le 14 octobre 2012]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 6 – Principaux éléments du paysage dans le secteur de Sabbalet Ben Ammar où ont eu lieu les inondations meurtrières du 13 octobre 2007. [cliché : N. FEHRI, décembre 2007]
Légende À noter l'importante réduction de la section de l'oued Kammoun suite à la construction de l'A3.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3953/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noômène Fehri, « L'aggravation du risque d'inondation en Tunisie : éléments de réflexion », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 149-175.

Référence électronique

Noômène Fehri, « L'aggravation du risque d'inondation en Tunisie : éléments de réflexion », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3953 ; DOI : 10.4000/physio-geo.3953

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org