Navigation – Plan du site
Résumés et documents

Rétrospectives et hommages aux peintres alpinistes du XXème siècle

Société des Peintres de Montagne, 127ème Salon, 12ème Biennale, 2014, Sallanches au Pays du Mont-Blanc : l'alpinisme, la cartographie alpine et les peintres de montagne
Jean-Claude Tournou-Bergonzat
p. 7-45

Entrées d’index

Index by keywords :

Alps, artists, mapping, mountains, painting, Pyrenees
Haut de page

Texte intégral

1Cette année 2014, nous allons commémorer le centenaire de ce qui fut la première guerre mondiale. Nous avons tous un lien avec ce dramatique événement, dans nos mémoires, avec un parent, un grand parent, des amis. Sans développer, dans un essai sur les explorations géographiques et les paysages, je n'avais pas hésité à reprendre que dans ce conflit, "nous nous situions dans une affreuse boucherie".

2Cette année 2014 marque le centenaire de la naissance de notre sociétaire Julien BOUVIER. Né en 1913 à Paris, il sera à l'âge de 10 mois l'un des premiers orphelins de la guerre. Il en est ainsi, du destin des hommes. Julien BOUVIER venait sans le savoir de perdre un père et, devenant Savoyard, il allait trouver un immense paysage de montagne. Sans l'avoir connu, pour sa fille Françoise BOUVIER et pour son fils Philippe BOUVIER, nous sommes heureux de lui rendre hommage et d'apporter toute la lumière qu'il mérite. Notre ancien Président, Robert LE ROY-WATTIAUX, né en 1911, aura, lui, quatre ans au début de ce conflit et l'âge de raison à la fin de celui-ci. Est-ce cela qui fera de lui une personnalité empreinte de générosité et de pacifisme devant le beau et le sauvage, lui qui déclarait au sujet de notre Société des Peintres de Montagne (SPM), je le cite : "On notera que l'effet immédiat de la Première Guerre mondiale sur nos effectifs – décès et absence de recrutement – fut de l'ordre de dix pour cent. L'hécatombe des "générations du feu" s'exprime essentiellement dans les années suivantes, jusqu'en 1928".

Julien BOUVIER, jeune alpiniste.

Julien BOUVIER, jeune alpiniste.

3Avant de rappeler les biographies respectives de ces talentueuses personnalités qui auront apporté à notre École, il faut noter que celle-ci est devenue beaucoup moins anonyme en ce début du XXIème siècle, puisque la Direction Générale du Patrimoine lui reconnait son intérêt, son ancienneté dans sa pratique des Beaux Arts Français.

4Revenons à Julien BOUVIER et à Robert LE ROY-WATTIAUX qui ont connu une enfance marquée par la "Grande Guerre" et qui, la paix revenue, vivront ce que l'on dénomme "l'âge d'or de l'alpinisme" et conjointement celui de la peinture figurative de montagne malgré les courants et conceptions nouvelles. En effet, de nombreux sommets de premier ordre ont été gravis dans les Alpes et dans les Pyrénées. Même si les cordées dites "sans guide" sont encore rares, l'exaltation de l'entre deux guerres, les congés payés vont enthousiasmer de jeunes grimpeurs. Comme pour la SPM les effectifs du Club Alpin Français à la fin des années 20 remontent. Faut-il le rappeler, le Club Alpin Français existe depuis 1874, créé au lendemain du conflit de 1870-1871.

5Des voies nouvelles, abandonnées un temps, comparables à celles qu'avaient ouvertes les allemands, les Suisses, les Autrichiens, les Italiens, et les Anglais avant 1914, seront plus difficiles, avec une évolution de la topographie et la création de guides papier. Cependant, si Chamonix continue à se développer, devenant le grand centre que l'on connaît, en lien avec le Club Alpin et les Sociétés de Tourisme, les villages de montagne ne sont pas tous dans ce mouvement sportif qui balbutie. Ils ont connu des pertes humaines de la guerre, la vie rurale de montagne demeure difficile et les sports d'hiver ne sont pas encore ce qu'ils sont devenus aujourd'hui. Paris apporte un tourisme intéressant, alors que de jeunes grimpeurs se font les dents sur les roches de fontainebleau comme par exemple les anglais à Lake District. Malgré cela, il est évident, que cet âge d'or est empreint d'une motivation grande mais désintéressée. En effet le risque gratuit de la montagne, sa connaissance topographique, scientifique et l'art qu'elle génère, ne connaissent pas encore une véritable gloire, ni même une reconnaissance légitime. L'engagement dans la difficulté montagnarde n'est pas source de richesse, du moins en termes de deniers, même si j'estime que l'on y découvre le plus important : l'absolu. Cela a fait entre autres choses la valeur de cet âge d'or, avec bien sûr les changements d'objectifs de conquêtes à partir des années 50, où les 7000 m, les 8000 m, devinrent des défis. Le terme "Pyrénéisme" n'entre dans le dictionnaire LAROUSSE seulement qu'à partir de 1982 (alors qu'il avait été inventé par H. BÉRALDI la même année que la création de la Société des Peintres Montagne, en 1898), le terme générique d'alpinisme, lui, est relégué à celui du sport de montagne, alors que de nouveaux vocables tels "Himalayisme" et "Andinisme" commencent à circuler.

(2) Lac de l'Eychauda, massif des Écrins  huile sur toile, Julien BOUVIER.

(2) Lac de l'Eychauda, massif des Écrins  huile sur toile, Julien BOUVIER.

6Cette présentation s'avérait également nécessaire pour mieux décrypter la biographie de nos deux peintres alpinistes, Julien BOUVIER et Robert LE ROY-WATTIAUX, représentatifs de cet Âge d'or qui avait succédé à des époques pionnières, dites conquérantes même. Un petit mot sur la Seconde Guerre mondiale, cette dernière n'aura pas complètement mis un coup d'arrêt à l'histoire de l'alpinisme. L'alpinisme, la cartographie, et la peinture de montagne constituent la trame de cette exposition qui est l'occasion de mettre en valeur l'enthousiasme, l'abnégation intrinsèque de ces aventuriers dans ces divers domaines de la montagne.

Julien BOUVIER (1913-1973)

7Grâce à sa famille, sa fille Françoise, son fils Philippe, ses petits enfants, l'ouvrage d'Anne BUTIN et Sylvain JACQUELINE, Les peintres de la Savoie, 1860-1940, édité par les Amis des Musées de Chambéry, nous pouvons offrir aux admirateurs de l'œuvre de Julien BOUVIER une biographie passionnante.

8Qui était Julien BOUVIER ? Issu d'une famille d'ébénistes d'art formés à la fameuse Ecole parisienne BOULLE, il est né à Paris le 14 novembre 1913. Après la disparition tragique de son père dès 1914 (bataille de la Meuse), sa mère revient s'installer à Chambéry. En pays savoyard, notre petit pupille de la Nation fera des études à l'orphelinat du Bocage. Il sera accueilli dès l'âge de 16 ans dans l'atelier du peintre Jean BUGNARD, ce qui lui donnera de bonne heure la passion pour la peinture. Doué, Julien BOUVIER se présente au concours d'admission de l'École des Arts Appliqués de Paris, où il se classe premier. Durant son séjour dans la capitale de l'art, il fréquente plusieurs académies de peinture, dont la Grande Chaumière. Puis c'est le retour à Chambéry pour vivre définitivement en Savoie, sa Savoie. Il y demeure pour connaître cet âge d'or cité plus haut, de l'alpinisme et des peintres de montagne.

(4) Julien BOUVIER.

(4) Julien BOUVIER.

9Naturellement, il fait son service militaire au 13ème Bataillon de Chasseurs Alpins et servira au 93ème BCA, bataillons qui constituent un apprentissage dur, mais professionnel dans les activités alpines. Enfin, la Seconde Guerre survenant, il rejoindra le 87ème BCA.

(5) Centenaire du 13ème BCA (Julien BOUVIER).

(5) Centenaire du 13ème BCA (Julien BOUVIER).

10Pourtant il fallait bien "faire bouillir la marmite" pour vivre, et c'est le début de son art et de son métier qui s'imposent : produire des dessins publicitaires, illustrations d'ouvrages et de catalogues. Julien BOUVIER va se marier en 1937, et ouvre à 24 ans son atelier de peintre à Chambéry. Quand, en 1944, il sera à nouveau victime de la folie des hommes, son labeur d'artiste, ses plus belles toiles disparaitront lors du bombardement de Chambéry.

11Son savoir d'alpiniste acquis dans le corps des chasseurs alpins conjoint à sa passion montagnarde, l'amènent à participer au TCAM (société des "Touristes Chambériens Amis de la Montagne") et à être membre également du Club Alpin Français dont les adhérents atteignent, après 1939, le nombre de 28000 (actuellement il est proche des 90000 licenciés). Il pratique l'alpinisme et la randonnée, mais en peintre de montagne, c'est-à-dire avec le matériel alpestre nécessaire à dessiner et à peindre les toiles. D'ores et déjà, on lui reconnaît ses études et ses travaux avec certains lieux de prédilection : le symbolique Mont-Aiguille par les tubulaires, l'aiguille Doran en Maurienne, le Grand Roc Noir de Termignon, la Dent Parachée, un goût particulier pour les glaciers de la Vanoise, le Mont-Pourri, mais aussi, la Haute-Savoie, avec le Mont-Blanc, le Mont-Blanc du Tacul. Sans être exhaustif, la majorité des sommets de Belledonne, le Pic de l'Étendard, les Trois Pucelles. On écrira au sujet du talent de ce peintre de montagne : "Ses panoramas sont bien construits, ses couleurs lumineuses. Il s'agit là d'un solide peintre de montagne". On peut rajouter, dans l'analyse de ses créations picturales, une sensibilité et une capacité à rendre les atmosphères complexes vécues qu'offre l'éther des hauts lieux.

12Vivre et peindre à Chambéry, ascensionner les montagnes, c'est partager et exposer avec d'autres formidables artistes Savoyards et les cercles locaux savoisiens. Il y rencontre le Chambérien Francis CARIFFA, né en 1890 (alors que le frère de ce dernier sera tué à Verdun). Pilote d'essai durant la grande guerre, CARRIFA reviendra gravement blessé de cette dernière, il sera admis à la Société des Peintres de Montagne en 1933. Décorateur du paquebot Normandie). Julien BOUVIER peut se targuer d'avoir rencontré l'une des gloires de la SPM, mais aussi l'ancien, Joseph Victor COMMUNAL, né en 1876, autre gloire de la SPM (admis en 1913, lui aussi, il participe à la grande guerre, officier du Génie, il peint dans les tranchées, ami de LYAUTEY, admiré par Guillaume APOLLINAIRE et Henry BORDEAUX). Je pense d'ailleurs (pour avoir manipulé nombre des œuvres de COMMUNAL) comme Sylvain JACQUELINE qui le désigne dans son analyse, je le cite : "un vrai représentant du mouvement impressionniste face à la montagne". Julien BOUVIER partagera aussi la montagne avec d'autres notoriétés de la SPM, tels que le peintre POIGNANT, l'explorateur-écrivain SAMIVEL…

(6) Effets de lumière sur les Aiguilles du Chardonnet et d'Argentière  Julien BOUVIER, œuvre de jeunesse.

(6) Effets de lumière sur les Aiguilles du Chardonnet et d'Argentière  Julien BOUVIER, œuvre de jeunesse.

13Sans tous les citer, les amis de Julien BOUVIER étaient également de formidables acteurs de l'âge d'or des mouvements sportifs et picturaux de la montagne. Nous comprenons dès lors, que cet artiste peintre savoyard était un fidèle des Salons chambériens avec l'Union artistique de Savoie et la Société savoisienne des Beaux Arts. Mais, nous le trouvons dans d'autres expositions prestigieuses eu égard à ses qualités appréciées telle la Lyonnaise des Beaux arts, à Grenoble, à Nice, et même plusieurs fois sélectionné pour le Grand Prix de la ville de New York. Mais pour la rétrospective qui nous intéresse, il faut souligner sa participation à Paris au Salon d'Automne, exposant également dans les Galeries Duncan et Raspail, mais aussi au Salon de la Société des Peintres de Montagne à Paris (faut-il le rappeler, la doyenne mondiale en ce domaine et sous sa forme). Société dont il sera membre à partir de 1955, il était déjà devenu un maître de cette discipline. Cette même année, un autre géant trop anonyme de notre "académie" séculaire, Raymond d'ESPOUY, actif membre du Club Alpin Français, cartographe durant la grande guerre, (disciple et ami de F. SCHRADER), membre de la SPM, disparaissait en haute montagne dans une avalanche.

(7) Effets de lumière, massif du Mont-Blanc  Julien BOUVIER, huile sur toile.

(7) Effets de lumière, massif du Mont-Blanc  Julien BOUVIER, huile sur toile.

14Julien BOUVIER est le "prototype" même du peintre alpiniste de notre Société. En effet, quelles que soient les activités montagne que l'on pratique durant sa vie, le peintre alpiniste, lui, n'abandonne jamais sa passion du dessin et de l'art alpestre et ce, jusqu'à sa fin. Privé d'altitude pour des raisons de santé dans les années 60, notre sociétaire peint le paysage de sa Savoie et la montagne accessible. Après tout avec toutes ses courses réalisées il n'a rien à prouver. Nous le retrouvons au lac du Bourget, aux Abîmes de Myans, Belledonne, Bugey. Comme tous les peintres de montagne, ses créations ne s'arrêtent pas aux paysages de montagne et aux sommets : natures mortes de flores et de fruits, portraits. En cela, il rejoint aussi les peintres de la SPM avec quelques spécialistes de grand renom créant outre les dessins de caricatures, des cartes postales, en étant également affichiste professionnel. Ses proches qui ont eu la chance de le côtoyer le décrivent comme : "un homme simple et modeste, sa gentillesse et sa discrétion ne lui attirent que des amis".

15Cela ne peut-être qu'authentique. D'ailleurs, dans une dernière note concernant sa personnalité, au fil de mes recherches, en parcourant sa biographie, ou lors d'une conversation téléphonique avec sa fille, je fus surpris d'apprendre que non content de cela, "il chantait !". Irrémédiablement, il ne peut que toucher le modeste Président que je suis et qui n'aura pas eu le privilège de le connaître. S'il a bien rempli sa vie avec ses bonheurs et ses vicissitudes, lorsque l'on est Ténor, soliste reconnu et que l'on chante à la Cathédrale de Chambéry le Minuit Chrétien et l'Ave Maria de GOUNOD, cela veut dire, tout en me rappelant mon vieux père, que l'existence lui a offert un timbre divin qui ne touche que les meilleurs d'entre nous. La tessiture de sa voix à l'époque est si exceptionnelle, qu'en 1960, il chantera MOZART en ténor soliste à la Cathédrale Notre Dame de Paris (sa fille était présente dans le cœur de chant) devant René COTY (dernier Président de la IVème République), le Cardinal François MARTY (attentif à la cause de la jeunesse, que j'ai eu le plaisir de croiser avec mon épouse en 1987 en Haute-Ariège). Si vous rajoutez son courage montagnard sa sensibilité chromatique de nos rives du ciel, alors, nous ne pouvons qu'avoir estime et admiration pour celui qui, un jour, a rejoint cette longue et attachante cordée de la Société des Peintres de Montagne.

(8) Logo dit panoramique de la Société des Peintres de Montagne vers 1925-1930 (logo proprement dit à gauche, dû à Robert HOFER ; arêtes de la Meije à droite, par Ernest MILLARD), qui sera utilisé jusqu'en 1991.

(8) Logo dit panoramique de la Société des Peintres de Montagne vers 1925-1930 (logo proprement dit à gauche, dû à Robert HOFER ; arêtes de la Meije à droite, par Ernest MILLARD), qui sera utilisé jusqu'en 1991.

Robert LE ROY-WATTIAUX (1911-2004)

16Rendre hommage et faire une rétrospective "commentée" de l'œuvre de notre ancien confrère, ami, et 13ème Président de la Société des Peintres de Montagne peut paraître facile de prime abord, en se persuadant que nous l'avons connu d'assez près, et "presque expérimenté" ! Et pourtant très peu, (pour ne pas dire personne) ne connaissent l'homme, ce véritable peintre alpiniste de montagne beaucoup plus mystérieux que nous ne pourrions l'imaginer. À tel point que ces quelques lignes n'y suffiront pas.

17En effet, Robert LE ROY-WATTIAUX constitue un personnage, une personnalité dont il est encore difficile aux historiens les plus professionnels de s'en faire une idée. Nous sommes quelques-uns à pouvoir énoncer quelques mots sur notre Collègue disparu, il y a tout juste dix ans (2004). À ma connaissance, deux personnes ont eu avec lui une relation épistolaire particulièrement importante (toujours plus rare de nos jours avec l'évanescence numérique programmée, si l'on oublie l'impression papier). Il s'agit de notre Président d'Honneur, Roger LEFEBVRE, qui était son ami et valeureux compagnon dans la rédaction de Cent ans de peinture de montagne, que l'on remercie par avance, et votre serviteur, qu'il qualifiait de "jeune peintre de montagne", mais avec qui il échangea durant plusieurs années des lettres manuscrites une semaine sur deux !

18Cette rencontre me rend beaucoup plus humble à cette heure et sans doute redevable éternellement. Invité en 1996 à Paris, pour mon premier Salon à la SPM, le provincial que je suis venait de prendre contact sans le savoir avec un "grand père plus qu'alerte" spirituellement, alpinistiquement, géographiquement, et picturalement parlant. Plus simplement, comme d'autres, j'aurai eu pour parrains deux formidables personnages, Robert LE ROY-WATTIAUX et Roger LEFEBVRE. Ces personnages avaient regretté alors que je "loupe" de peu le troisième protagoniste qu'avait été Jacques DAURES !Enfin, lors du Centenaire de la SPM à Lyon, assis au milieu de l'Assemblée Générale, dans le Palais de Bondy, en 1999, j'apprenais que Robert LE ROY-WATTIAUX avait cédé son mandat de Président au regretté Jacques MENILDREY et que j'avais été désigné Secrétaire Général (sans l'avoir demandé) pour appuyer ce dernier.

19Revenons à Robert LE ROY-WATTIAUX, à l'homme qui aura été un acteur important à la fois de l'âge d'or de l'alpinisme, de la démocratisation des sports de plein air, de l'art en général et de la reconnaissance de la peinture de montagne en particulier. Ce n'est pas rien !

20Robert, François, Arsène LE ROY-WATTIAUX est né chez ses parents le 8 décembre 1911 à PARIS, dans le 13ème arrondissement populaire d'alors. Fils de Jean LE ROY, mécanicien de son état, et de Justine WATTIAUX, employée de commerce. Fier de son ascendance modeste, il conserva toute sa vie son patronyme et son matronyme accolés, même si son potentiel naturel et même une certaine classe, ne pouvaient que l'élever dans la société. Doué, il lui fallait une formation ! C'est donc dès l'âge de 15 ans qu'il fut admis à l'École BOULLE. Diplômé en tant que décorateur à l'approche de la crise de 1929, il préféra se reconvertir dans le métier de dessinateur. Jeune, d'une grande curiosité, ses principaux loisirs se partageaient entre la visite de musées et celles du Jardin des Plantes pour croquer sur le papier les fauves, la faune sauvage pour laquelle il nourrissait une grande passion. Sans doute aurait-il pu devenir un explorateur, artiste de l'illustration animalière. Nous y reviendrons.

21Nous sommes dans l'entre deux guerres, au début des années trente. Il a vingt ans. Empruntant la ligne Paris-Chamonix, il a un coup de foudre pour la Haute-Savoie. Si l'enthousiasme pour de nombreux pyrénéistes est lié à la vision de Gavarnie, pour notre confrère ce fut : "Le Cirque du Fer à Cheval avec ses hautes falaises et ses cascades, qui, disait-il, possède la rudesse et le charme des terres farouches et inviolées". Il fit partie de cet âge d'or des sans guide parisiens, jeune grimpeur "bleausard" alternant Fontainebleau et le massif du Mont-Blanc, avec cette nouvelle et grande passion estivale : les courses en montagne. Il deviendra par la suite un familier du massif des Écrins, de la Meije, avec ses âpres roches et glaciers, porteurs d'une multitude de voies à courir et à peindre.

(9) La Meije  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.

(9) La Meije  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.

22Ce qui suit concernant la biographie de notre collègue, je ne l'apprendrai qu'après sa disparition, par un historien, comme cela arrive régulièrement pour la biographie de nos anciens. En effet, à cette époque, l'ambiance particulière des années 30, le fit littéralement happer par la politique (je le rappelle notre confrère a 20 ans). Jamais, nous n'avions parlé une seule fois de la politique (et pour cause, je n'ai jamais été encarté !) et occasionnellement de quelques prix Nobel de littérature qu'il affectionnait ! Je ne développerai pas sur cette période, mais donnerai les indications sur ce qui, sans doute influencera une Présidence primordiale au sein de la SPM pour le meilleur.

23En quelques mots, il aura été lors de l'effervescence de la jeunesse française, de tous ces mouvements, je pense même plus qu'un acteur, un activiste majeur. Dans des circonstances presque de roman, il se "rapprocha" et même eut des activités pour ne pas dire des "missions" au sein d'organisations sportives, de loisirs, laïques ou confessionnelles, en passant par les scouts ou les auberges de jeunesse naissantes. Très politisé, il participa au Congrès National de la Jeunesse contre la guerre et le fascisme en 1934. La même année, il se maria avec Denise CASSOU, avec qui il aura un premier fils. En 1919, il avait 8 ans dans une France exsangue du grand conflit. Parcourant son itinéraire complexe, l'on peut ressentir rétrospectivement, le grand idéal, les grands espoirs que portait un jeune intellectuel de sa trempe, épris de démocratie. Je rajouterai deux éléments qui me semblent importants pour notre thème, comprenant le sport de la montagne et le Centenaire de l'un des conflits majeurs du XXème siècle, mais aussi pour le saisir un peu mieux.

24Nous connaissons l'excellente plume dont il a fait usage pour le bonheur, la mémoire et le haut niveau culturel que mérite la Société des Peintres de Montagne. Il y a un demi-siècle, en aout 1936, il signa un article à fort retentissement dans L'Avant-garde, avec pour titre "Partir", destiné aux jeunes communistes, mais vraisemblablement, dans son esprit généreux, à toute la jeunesse de France. Celui-ci était entièrement consacré aux joies qu'offrent les vacances : "de rêve devenu réalité" écrivait-il avec justesse, et encadré de photos de baignades, de cimes et de campings. Magnifique manifeste de la part d'un alpiniste, peintre de montagne qui avait su se cultiver (article dont je possède la copie, utile pour les travaux de recherches de cet âge d'or du plein air naissant, inconnu de la montagne bibliographique alpestre). À cette époque, nous le retrouverons également dirigeant une émission radiophonique destinée aux jeunes en 1937. Il est aussi rédacteur en chef d'un autre journal : Fructidor, l'organe de la Jeunesse Laïque et républicaine, placé sous le patronage d'Émile ZOLA et d'Anatole FRANCE. Ce que je pense avoir compris, c'est qu'il était porteur de l'idée suivante, une espèce de foi, lui, l'athée, en la force de la jeunesse, pourvu que cette dernière soit unie et se fédère en une. Cependant il a 27 ans, et la belle utopie s'estompe. Malgré l'échec d'une possible union laïque et républicaine de tous les mouvements de jeunes, il sera présent au mois d'août 1938, et du fameux voyage à destination de New York, pour assister à l'important IIème Congrès Mondial pour la Paix, avec quelques personnalités politiques en vue, et cela sous le haut parrainage de la première dame des États-Unis, Eleanor ROOSEVELT, dans le très sélect VASSAR College ! Voilà en quelques mots une période qui allait, au fil du temps, le détacher de ses activités politiques. Le désenchantement que la société et ses choix historiques pouvaient apporter à l'humanité, qui par moment n'en a que le nom, l'avait rendu circonspect.

25Robert LE ROY-WATTIAUX, à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, dans la force de l'âge, devient une ombre, c'est le moins que l'on puisse dire. Il est marié et travaille, enfin, se concentre sur ses fondamentaux. Membre du Club Alpin de Paris, il continue à pratiquer l'alpinisme, la peinture, la sculpture, il aime toujours les voyages, mais la période n'est plus favorable. En 1942, il expose au Salon des Indépendants. Devenu Ingénieur avec l'abnégation qu'exigent les cours du soir, il a dirigé pendant l'occupation le percement d'un tunnel pour la RATP et réussit à imposer aux autorités allemandes des salaires corrects pour les ouvriers qui travaillaient sous sa responsabilité (s'appuyant sur la pénibilité comparable à celle du mineur).

26Après guerre, les drames familiaux ne l'épargneront pas. Nous sommes dans les années 1950, nous quittions l'âge d'or de l'alpinisme, la France avait réussi un tour de force, la conquête d'un premier 8000 m, l'Annapurna. Dans les Alpes, Robert LE ROY-WATTIAUX, alors encordé avec sa deuxième compagne, Fernande WACHEUX (qu'il épousera en 1958), s'engage dans une voie pour rejoindre au sommet des Écrins son fils en course sur un autre itinéraire. Ce dernier dévissa avant la sortie terminale. Avec sa femme, ils adoptèrent un fils.

27Il continua à poursuivre l'une de ses passions de toujours : voyager ! Je lui connaissais un goût prononcé pour l'Amérique Latine dont il avait une profonde connaissance culturelle, peignant le Machu Pichu. Il connaissait beaucoup de terres étrangères. En tant que parisien, durant sa jeunesse, la montagne représentait le paysage "exotique" à sa portée. Le voyage au long cours permettait de découvrir d'autres peuples, d'autres civilisations, avec des paysages qui nourrissaient son érudition. L'Asie pour peindre la Grande Muraille de Chine, l'Himalaya pour la démesure des massifs, le climat du Hoggar, et les massifs européens. Mais aussi un goût prononcé pour la terre Ibérique et même les Pyrénées, sur lesquelles il savait faire preuve de beaucoup d'humour. Pour me rappeler mon jeune âge, il me donnait des descriptions, m'expliquant que je ne pouvais pas les connaître puisque c'était sous ALPHONSE XIII, il terminait par ces mots : "avec votre femme, mangez des nouilles et surtout voyagez", paroles d'octogénaire.

28Plus sérieusement aussi, nous partagions des lieux passionnels communs bien loin des motivations politiques, tel le goût pour l'alpinisme de ce fameux âge d'or. Les alpinistes germaniques, autrichiens, italiens le passionnaient. Notamment la conquête de l'Eiger, le Tibet, mais aussi le travail de composition du dessin toute liée à la géomorphologie de montagne, et en particulier les travaux du géographe Madrilène, Edouardo MARTINEZ DE PISON sur le versant Sud des Pyrénées, en relation avec les travaux anciens de P.E. WALLON.

(10) L'Atlas, Maroc – Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.

(10) L'Atlas, Maroc – Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.

Robert LE ROY-WATTIAUX et la SPM

29Il est admis dans la Société des Peintres de Montagne en 1978. Notre école venait de connaître trente années plus que difficiles pour sa survie. Puis sa Vice-Présidence en 1992 va influencer son renouveau. L'artiste, l'alpiniste, l'ingénieur, le meneur d'hommes va apporter au lustre de la SPM, en devenant Président en 1995. Non seulement il ramènera un peu de paix, de l'entente qui sied à un groupe associatif aux forts égos (liés au caractère montagnard et au travail de l'artiste en solitaire sur le terrain). C'est dans ce sens qu'il créera un lien avec un Bulletin de Liaison propre à la SPM. Son expérience passée en matière de presse l'aidera à cette fin. Puis l'on sait le rôle imminent qu'il jouera dans l'initiative, l'organisation, la tenue du Centenaire de notre École et la réalisation d'abord d'une plaquette, puis la concrétisation de notre ouvrage de référence, avec ses confrères Roger LEFEBVRE et Jacques DAURES. Très peu de personnes savent les difficultés rencontrées, l'indifférence, mais surtout, l'inertie bien de chez nous à laquelle ces trois sociétaires ont dû faire face. Imaginez, dans le pré carré des doctes, faire émerger une longue cordée de plus de 500 peintres alpinistes unis, originaires de toutes les provinces de France et même de l'étranger. Je me souviens de l'avoir eu longuement au téléphone sur ce sujet.

30Enfin, à la retraite, devenu Accueillais, il se retira à Larchant en Seine et Marne. Sa passion pour la faune sauvage ne l'a jamais quitté. Je découvrirai outre ses croquis, ses peintures des postures du tigre, ses sculptures, ses bronzes de fauves, primates qui font partie de ses plus belles réalisations artistiques et dont, étrangement la côte et la connaissance des amateurs sont élevées, beaucoup plus que ses toiles qui font quand même le bonheur des collectionneurs, notamment dans les Hautes-Alpes. Il n'y a jamais eu de véritable retraite pour notre ancien Président. Homme de partage et de solidarité, il était engagé dans la vie associative dans la ville d'Arcueil, faisant rayonner le bien culturel et encourageant l'activité artistique. Il aura été jusqu'à la fin un animateur constant et généreux de deux associations. Président de l'Association des 3 A et Vice-Président du Centre Culturel Erik-SATIE. Il continuait à prodiguer ses excellents conseils à la Société des Peintres de Montagne dont il était devenu Président d'Honneur, après un mandat court, hautement culturel et humain, décisif pour la poursuite de l'aventure de cette dernière.

31Il s'est éteint à l'âge de 92 ans, et a légué une partie de son œuvre montagnarde à la SPM. D'origine modeste, on peut écrire qu'il appartenait à la bourgeoisie cultivée, sans que cela soit péjoratif, car personnellement, je crois aux mécènes. Je me souviens de l'allure de cet homme lors de discussions, de bons moments lorsqu'il s'attardait après une collation. Son port de tête haut, un foulard élégant autour du cou, il fumait de petits cigares. Il me scrutait de ses billes bleues derrière ses lunettes transparentes, il était enrichissant, habile en parole, mais avec droiture, autant que porteur d'un humour d'une grande finesse. Roger LEFEBVRE, notre Président d'Honneur prononça son éloge funèbre en soulignant combien sa vie fut "un magnifique exemple de formation continue". Son biographe politique, Marc GIOVANINETTI, conclut qu'il était trop libre et indépendant "pour être prisé d'un parti politique",mais n'hésita pas à rappeler son dicton : "Demain est jeune, et la montagne est belle". Nous devons laisser le dernier mot à notre ancien que je rejoins toujours lorsqu'il disait : "la création artistique n'est pas évasion, elle est action, instrument de connaissance, moyen de transmission".

Analyse succincte de l'œuvre de Robert LE ROY-WATTIAUX

32Il est rare de pouvoir étudier, contempler même, une belle quantité d'œuvres réalisées par un artiste, sur un même genre, le paysage, dont le thème est la haute montagne. Rappelons quelques périodes de la vie de notre sociétaire. Il a pris des cours du soir de peinture dans divers ateliers parisiens dans son jeune temps, mais aussi au Jardin des Plantes ; il a écrit : "travailler d'après les animaux en mouvement m'avait fait acquérir une certaine rapidité d'exécution et une bonne mémoire visuelle, qualités essentielles pour le travail en montagne où le temps est généralement mesuré". Notre sociétaire n'avait-il pas développé sur le Bulletin de la SPM, une rubrique qui s'intitulait "Comment vous y prenez-vous ?", soucieux qu'il était de la transmission des techniques, des trucs, des astuces que les peintres alpinistes avaient su inventer au fil de leurs expériences pour en faire profiter le plus grand nombre.

(11) Étude sur le motif réalisée durant l'entre deux guerres  Robert LE ROY-WATTIAUX, crayon et huile sur carton (format 3P : 19  27 cm).

(11) Étude sur le motif réalisée durant l'entre deux guerres  Robert LE ROY-WATTIAUX, crayon et huile sur carton (format 3P : 19  27 cm).

Ses fournitures :

33Il a toujours recherché la qualité et l'efficacité (sans doute une déformation propre aux ingénieurs). Plus sûrement, né à Paris, c'est chez SENNELIER, vieille maison des Beaux Arts depuis 1887, qu'il se fournira très longtemps. Il utilisera pour des esquisses à l'huile, tour à tour des petits cartons, cartons toilés, morceaux de contre plaqué, des petites toiles (4F) sur châssis. Il ne sera pas coutumier des grands formats, adoptant plutôt les formats moyens, nous dirons habituels des peintres de montagne avec ou sans chevalet (avec une prédilection pour les 8P et les 15P). Il pratique aussi l'aquarelle pour des études sur du papier de qualité "torchon" de marque. Tous ses supports ne sont pas datés, de même que ses œuvres des plus anciennes, aux plus récentes. Elles le seront plus régulièrement dans l'après-guerre (années 50). Cependant on a pu constater qu'outre le titre qu'il donne à ses œuvres, il signale soit l'heure, ou le moment de la réalisation de sa peinture, matin, midi ou fin de soirée, avec une signature complète, toujours judicieusement placée.

Son style :

34S'il en révèle une partie au travers de ses observations animalières, n'oublions pas qu'il a fait l'École BOULLE. Décorateur de formation, ses métiers de dessinateur, puis de métreur et enfin d'ingénieur auront une influence dans sa manière de créer. Il est facile de percevoir l'influence géométrique, toute liée à ses activités professionnelles. Il aime beaucoup les croquis préparatoires. D'abord sur des carnets à ses débuts ; puis les traçages savants qui "transpirent" sous l'huile ; ensuite, bien plus tard, il affectionnera les formats A4, pour assurer les agrandissements. La fréquentation des musées parisiens l'a sûrement influencé. Mais pour autant, il ne rajoute pas d'artifices particuliers empruntés aux uns et aux autres, il n'a jamais été dans l'imitation. Son interprétation de la montagne sera rapidement très personnelle. Son amour pour la haute montagne transparaît, domine son œuvre, cette dernière lui prenant sans doute le meilleur. L'on ressent aussi son grand respect, son admiration. Il en exhale la puissance, le tellurique de l'alpe, l'architecture géologique des temps. Dans la matière brute, sans fantaisie, il s'y retrouve autant que lorsqu'il sculpte le fauve observé, il y fait preuve d'adaptation.

La composition :

35Derrière la puissance structurale des montagnes dans lesquelles on rentre de manière très topographique, on peut déceler chez lui une représentation des paysages "nordistes". Elle se retrouve dans l'harmonie des gris ocrés de son œuvre Soirée au village de La Grave. A-t-il vu la peinture du XVIIème siècle, voire flamande et hollandaise, que l'on trouve dans la fraicheur du Rijksmuseum d'Amsterdam ? Mais sa peinture est toujours sublimée par l'éclat lumineux des réverbérations solaires de l'altitude. Selon les montagnes visitées, il confiera sa brosse au format paysage lorsqu'il peint un massif, mais ses montagnes élancées des Écrins l'invitent à utiliser des formats "portrait", pour en faire ressortir la valeur unique d'un sujet architecturé en pleine orogenèse.

36Sa mise en œuvre ne va jamais beaucoup varier, il a trouvé la sienne très jeune, basée sur une figuration assez classique, mais lui ressemblant, vraie, sans concession dans l'architectonique. Au travers de l'âge et de ses voyages, il va l'enrichir, mais sans trahir son savoir-faire de dessinateur. Pour lui, la géomorphologie de la montagne, c'est d'abord la matière, la roche, la glace figée, avec les lignes de l'alpiniste qui connaît ses voies.

(12) Études – Robert LE ROY-WATTIAUX, croquis.

(12) Études – Robert LE ROY-WATTIAUX, croquis.

Comparaison :

37Il peut être audacieux de trouver du CÉZANNE dans le pictural de LE ROY-WATTIAUX. Pourtant lorsque l'on regarde certaines œuvres de CÉZANNE, telles La Sainte-Victoire et Le Viaduc de la Vallée de l'Arc 1882-85, l'on retrouve un peu la simplicité des formes géométriques, essentielles de prime abord. Il fonctionne un peu comme le grand maître qui disait : "Dans la nature tout est sphères, cônes, cylindres". Tout comme pour lui, c'est la forme géométrique qui vaut en premier, mais sans jamais totalement céder à l'abstraction possible, à l'esprit de l'école cubiste, il ne copie pas un paysage, il l'a parcouru, il le reconstruit. Il maîtrise les masses et les transparences avec des aplats, des coups de brosse habiles qui lui permettent de renforcer à la fois la matière minérale présente, et la perspective, sans jamais véritablement empâter la toile, avec économie (il utilisera très peu le couteau).

Sa vision :

38Chez lui, la dominante du paysage de montagne est plutôt naturaliste, pas d'entrave cultuelle, la valeur du relief c'est d'abord l'exactitude des principaux plans morphologiques qu'offrent les couloirs, ressauts, barres rocheuses, arêtes et crêtes, le pragmatisme de la matière brute ! Il est bien de rappeler, pour en avoir discuté avec lui, qu'il n'était pas très attaché à la peinture académique (et à ses poncifs) pour laquelle il distillait de succulentes critiques, notamment concernant mon compatriote INGRES. Sa montagne et sa peinture à lui, étaient dans ses écrits et dans sa pensée : action et émotion. Involontairement, n'y retrouve-t-on pas l'esprit Renaissance, période où l'on redécouvrait le monde terrestre que l'on pouvait représenter et sur lequel on pouvait agir. On ressent aussi, dans ses vues, le grimpeur, le voyageur observateur vif, mais avec le filtre du dessinateur qui trace la réalité des lignes forces qu'il voit (saisir l'instant des "impressionnistes").

(13) Étude sur le motif 1957  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile, 4F.

(13) Étude sur le motif 1957  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile, 4F.

L'harmonie chromatique :

39La Tela (toile) de montagne réside dans les difficultés de marier les teintes chaudes et froides que l'artiste veille à l'aurore ou au crépuscule de l'astre solaire. Il y réussit admirablement. Les ciels et les atmosphères ne semblent pas véritablement une priorité (il garde d'ailleurs peu de place pour ces derniers). Pour lui, l'ami du peintre et de l'alpiniste c'est un ciel clair, si possible sans tache. Le réalisme de l'architecture avec les nuances justes des ocres, ou les teintes complexes des neiges et de la glace accaparent plus sûrement sa concentration minutée dans les changements rapides de la lumière alpestre. Il y met tout son savoir pour en conserver une étonnante fraicheur. On comprend sa connaissance et son intérêt certain pour l'École de Barbizon (qui, en 1835, marque le passage du paysage du XVIIIème siècle à la perspective nouvelle réaliste) et qui semble la plus proche de "ses canons". L'utilisation des tubes de peinture aura facilité la peinture de plein air, puis l'activité du peintre de montagne.

Présentation :

40Le comble pour un ancien décorateur, le moins que l'on puisse écrire, c'est qu'il n'appréciait pas les artifices de la Veduta. Les dorures et les cadres lui importaient peu. Pour respecter son œuvre on doit la présenter en toute simplicité, telle qu'il l'appréciait. Un modeste ruban noir pour cacher les clous tapissiers des cadres, et exposer ses huiles, nues, dépouillées, pour retrouver sa montagne, uniquement le paysage que lui offrait son cône visuel, depuis son point de station, du lieu où son regard miroir curieux avait choisi d'emporter une parcelle de l'œuvre sans doute majeure de notre planète : la Montagne.

41Voilà, très rapidement, ce que l'on peut évoquer de son œuvre. Quantitativement suffit-elle véritablement à constituer une œuvre picturale ? Certains diront que non. Pour moi cela ne fait aucun doute, et ce pour de multiples raisons. Arthur RIMBAUD, écrivain, géographe, n'a pas eu à écrire des monceaux d'ouvrages pour rester dans nos mémoires. Entre des œuvres de facture honnête, voire moyenne, il a créé de véritables chefs-d'œuvre de montagne. Certes, sur certaines toiles, on dénote quelques une de ses faiblesses, l'on sent bien quelquefois que l'eau et la végétation, les teintes "vertes" ne sont pas toutes justes, il ne s'est pas appesanti sur les verts Véronèse ou autres verts de vessie, trop crus, surexposés, nous dirions dans le domaine photographique. Il s'agit d'une couleur difficile à maîtriser. En revanche, certains de ses sujets exaltent le minéral affronté à main nue, qui ne triche pas, en un édifice porteur d'éternité. Très peu de temps avant sa disparition, il m'envoyait encore des copies d'esquisses quadrillées de paysages simplifiés sur du papier machine accompagnées d'un courrier, sachant qu'il serait apprécié.

42Il était important pour la SPM de rendre hommage à Julien BOUVIER pour son talent déjà reconnu en France, et même à l'étranger, pour l'homme, le père, et sa grande sensibilité. Mais, il était important de partager la rétrospective de notre sociétaire ancien avec notre confrère Robert LE ROY-WATTIAUX, parce que ces hommes ont vécu durant les deux derniers conflits. C'était un devoir de mémoire de notre vieille Dame, la SPM, témoin de ces époques, mais aussi pour que l'on en sache un peu plus sur notre artiste savoyard et notre ancien Président, dont la grandeur d'âme touchante, pleine de pudeur, n'était pas ostentatoire, et par là-même nous nous devions de mieux faire connaître son œuvre.

(14) La Meije  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.

(14) La Meije  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.

L'alpinisme, la cartographie alpine et les peintres de montagne  contribution de Gérard JOLY (Ingénieur de Recherche au CNRS, membre de la Société de Géographie et de la Société des Explorateurs Français)

43Le rôle des Militaires et des polytechniciens est déterminant au début du XXème dans les domaines de la topographie, de la géodésie et de la Cartographie. Nous savons qu'au fil du temps, les évolutions techniques et technologiques vont venir bouleverser les principes de la cartographie traditionnelle.

44La représentation de l'espace et la représentation cartographique tiennent une place privilégiée dans la démonstration géographique. En parcourant le terrain de leurs recherches, les géographes se sont toujours efforcés de conserver donc avec eux une représentation fidèle des paysages. Ce qu'ils obtinrent d'abord en les dessinant. Nous sommes aujourd'hui heureux d'avoir conservé à l'Institut de Géographie à Paris les carnets de dessins remarquables d'Emmanuel de MARTONNE. Par la suite, les paysages vont être photographiés. Un travail effectué avec de plus en plus de précision grâce aux perfectionnements successifs : plaques de verre, puis bobines de film argentique, de film chromogène, de film diapositive avant l'usage de la photographie numérique.

45Chronologiquement, dans le domaine de la cartographie, les géographes se sont d'abord intéressés aux modèles de représentations cartographiques, avant de pouvoir disposer de la cartographie aérienne et de la photo-interprétation. À partir des années 70, ils accédèrent aux images satellitaires, à la télédétection, aux cartes numérisées sur l'ordinateur et aux modèles numériques de terrain.

46Nous pouvons noter quelques jalons perceptibles des révolutions technologiques et leur application au sein de la communauté des géographes :

  • Franz SCHRADER, cartographe chez HACHETTE en 1877, fonde une société de travaux topographiques en 1908 ;

  • Achille LAMOTTE, officier cartographe au Service Géographique de l'Armée, réalise de travaux géodésiques pour le cadastre de la France, de 1903 à 1912 ;

  • Emmanuel de MARTONNE organise le premier congrès de géographie aérienne à Paris en 1938 ; il publie La Géographie aérienne en 1948 ;

  • Pierre DEFFONTAINES publie L'atlas aérien de la France en 1955 et 1964 ;

  • Georges LACLAVÈRE, directeur de l'Institut Géographique National, crée le Groupement pour le Développement de la Télédétection Aérospatiale (GDTA) ;

  • Fernand VERGER, principal investigator de la NASA en France, reçoit à partir de 1972 les données numériques recueillies par les satellites américains, conçus pour la télédétection ; j'ai participé à ses premiers travaux à l'École Normale Supérieure sur les données des satellites ERTS en 1972 (renommés Landsat) ;

  • Gérard GALIBERT publie "La télédétection bi-chromatique en montagne" en 1976 (Revue de Géographie Alpine, n°2) et "La superposition d'images" en 1992 (Bulletin de l'Association de Géographe Français, n° 12) ;

  • Jacques BERTIN, fondateur de la sémiologie graphique, créateur du logiciel BERTIN-SERTI de cartographie statistique automatique en 1965 et du logiciel AMADO de traitement graphique des données en 1994.

47Ce sont aussi des cartes géologiques qui vont être créées ou étudiées par Edgar AUBERT de la RÜE, Léon BERTRAND, Pierre BONNET, Paul CORBIN, Gustave-Frédéric DOLLFUS, Louis DUBERTRET, Louis GENTIL, Henry HUBERT, Charles JACOB, Wilfrid KILIAN, Emmanuel JACQUIN de MARGERIE, André NORDON, Pierre TERMIER, Mireille TERS, Charles VÉLAIN.

48Il convient aussi de signaler les noms de géographes qui participèrent à l'élaboration de quelques cartes murales connues de tous, parce que régulièrement utilisées dans les lycées et les collèges : Jean BRUNHES, Louis GALLOUÉDEC, André GIBERT, Paul VIDAL de LA BLACHE.

(15) Panorama dessiné par Franz SCHRADER depuis le Piméné (1872-1875).

(15) Panorama dessiné par Franz SCHRADER depuis le Piméné (1872-1875).

Le besoin de cartographier a toujours existé

49Nous savons que le savant Jean-Baptiste d'ANGEVILLE, cartographe de LOUIS XV à l'époque des Lumières, puis Jean-Nicolas BUACHE, géographe-cartographe de LOUIS XVI, envisagèrent de créer une Société de Géographie. Celle-ci sera fondée le 19 juillet 1821 et constituée lors de sa séance inaugurale tenue le 15 décembre 1821 à l'Hôtel de Ville de Paris. À cette époque, un bâtiment situé au n° 12 de la rue Taranne servait de siège et de lieu de réunion à plusieurs autres associations (une rue qui, dans la foulée des travaux haussmanniens, à partir de 1876, devint désormais une contre-allée du Boulevard Saint-Germain, en place de l'Hôtel de l'actuelle Société de Géographie).

50Ces lieux furent aussi les théâtres des innombrables réunions organisées pour satisfaire un public avide de voir et d'entendre ces explorateurs, voyageurs et découvreurs de la planète qui venaient y relater leurs aventures, parfois périlleuses, toujours merveilleuses. On ne peut imaginer le nombre d'orateurs, conférenciers, écrivains et érudits distingués qui s'y sont succédés, relayant d'éminents scientifiques et de très glorieux savants (plusieurs d'entre eux, parmi les membres fondateurs, avaient accompagné BONAPARTE à l'expédition en Égypte en 1798-1801). Tous œuvrèrent avec passion pour la diffusion de connaissances auprès du plus grand nombre.

51Jean BASTIÉ, Président de la Société de Géographie, a créé le Grand Prix de Cartographie en 2001 et il a eu la satisfaction de le remettre aux auteurs de l'Atlas thématique de l'agriculture italienne, de l'Atlas des formes de relief au Chili, puis à Raymond d'HOLLANDER en 2005 pour honorer ses ouvrages récents sur la cartographie. Mais depuis le départ de Jean BASTIÉ, les priorités scientifiques se sont évaporées.

52Nous gardons en mémoire les activités majeures exercées par les géographes en géodésie et en cartographie par plusieurs militaires, colonels et généraux :

  • Léon BELLOT : Directeur du Service Géographie des Armées (SGA) de 1919 à 1935, responsable des travaux géodésiques. Précurseur dans l'utilisation des photographies aériennes pour les levés topographiques et dans la mise en œuvre de la stéréophotogrammétrie.

  • Henri BERTHAUT : Directeur du SGA de 1903 à 1911.

  • Robert BOURGEOIS : Chef de la Mission Géodésique en Équateur (1901-1902). Chargé de la mesure de l'axe méridien en Amérique du Sud en Colombie, Équateur et Pérou. Directeur du SGA de 1911 à 1919, il sera président du Comité National de Géographie de 1920 à 1945, Vice-Président de l'UGI (Union Géographique Internationale) et Président de 1928 à 1931 pour préparer l'organisation du Congrès à Paris.

  • Géraud de FONTAINES : Sous-directeur du SGA de 1936 à 1937.

  • Louis HURAULT : Directeur du SGA en 1937. Il transforme le SGA en institut en 1940 pour permettre la continuité des travaux durant l'occupation allemande. Il est donc le fondateur de l'Institut Géographique National (IGN) en 1940 et en sera le Directeur de 1940 à 1956.

  • Léon de LAMOTHE : travaux topographiques, étude des frontières de la Lorraine, du Sud-Est et des côtes, neuf campagnes dont trois guerres.

  • Achille LAMOTTE : levé de la carte d'Algérie et de Tunisie (1894-1896), travaux géodésiques pour le cadastre de la France (1903-1912) et sur la carte du Maroc au 1/200000.

  • Armand RUMEAU : Chef du service de photogrammétrie du SGA, membre du Bureau des longitudes, membre d'une commission pour la délimitation de frontières en Amérique latine. Organisateur des services géographiques d'Outre-mer de l'IGN.

  • Jean-Marie TILHO : au Tchad, il établit les cinq premières feuilles d'une carte d'ensemble de la circonscription, chef de la mission française de délimitation de la frontière franco-anglaise des territoires situés entre Niger et Tchad (1911), organisateur d'une mission scientifique destinée à éviter le détournement du Chari vers le Niger, menaçant d'assèchement le Lac Tchad (1926).

  • Jean VIVIEZ : Directeur du SGA de 1935 à 1937.

53À cette énumération partielle, il convient d'associer les missions effectuées par les polytechniciens et les Inspecteurs Généraux de l'Institut Géographique National :

  • Jean CARRÉ : exploitation des photographies aériennes à axe vertical et levés de cartes topographiques au Sahara, en Afrique du Nord et en Somalie (1946-1956).

  • Eugène FICHOT : dirige plusieurs missions hydrographiques.

  • André GOUGENHEIM : préside la carte générale bathymétrique des océans (1963-1971) ;

  • Paul HELBRONNER : effectua de nombreuses opérations géodésiques dans les Alpes et en Corse. Géographe alpiniste et dessinateur, il entreprend la description détaillée des Alpes françaises, à l'origine de la cartographie au 1/50000 ; fondateur de la Commission de Topographie du Club Alpin Français.

  • Jean-Jacques LEVALLOIS : ingénieur en géodésie, collabore à la détermination de géoïdes régionaux en France.

  • Georges PERRIER : membre du Bureau des longitudes et Président de la Commission internationale des longitudes (1932), ainsi qu'Armand RUMEAU.

  • Maurice ROLLET de l'ISLE : directeur du Service Hydrographique de la Marine, collabore à l'établissement de cartes des côtes nord et ouest de la France.

54Ces hommes, pour la plupart d'entre eux, furent également membres du Comité National de Géographie (CNG) qui a été fondé par Emmanuel de MARTONNE et le Général Robert BOURGEOIS. Lors de sa création en 1920, le CNG comptait cinq Commissions permanentes dont celle de Cartographie et Topographie présidée par le Général BELLOT, avec son secrétaire Robert PERRET et ses dix membres : Henry BARRÈRE, Paul CORBIN, Léon DESBUISSONS, Paul GIRARDIN, le Colonel Léon de LAMOTHE, Henri LORIN, Franz SCHRADER, Pierre TERMIER, le colonel Jean-Marie TILHO et Charles VALLOT.

Cartographie de montagne du XVIIème siècle jusqu'au début du XXème siècle : La mission, l'œuvre scientifique mais aussi l'œuvre d'art !

55Après la présentation savante par Monsieur Gérard JOLY sur l'extraordinaire développement de la communauté et des principales organisations et associations des géographes au XXème siècle, nous ne pouvons que nous féliciter de l'immense honneur qu'il a accordé à la Société des Peintres de Montagne, lors de cette 12ème biennale au travers de sa contribution. En effet, Gérard JOLY est connu non seulement de tous les géographes français, mais aussi dans l'international en ce domaine. Il est Ingénieur de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique de Paris. Il est aussi le Secrétaire adjoint de la plus ancienne Société de Géographie au monde (créée en 1821) dont certains membres, tel le Prince Roland BONAPARTE (membre d'honneur de la SPM), avec ceux du Club Alpin Français, ont joué un rôle non négligeable dans l'existence de notre École de peinture de montagne. Jean BASTIÉ, Président d'honneur de la Société de Géographie, Professeur Émérite de la Sorbonne, a écrit à son sujet : "Gérard JOLY, ingénieur au CNRS, membre de notre Conseil d'administration, rend des services inestimables à la fois au CNFG et à notre Société, le meilleur spécialiste que je connaisse de l'histoire des géographes". Tous les géographes de formation ou qui en ont la qualité, d'hier, d'aujourd'hui et de demain, savent ce qu'ils lui doivent au travers de ses travaux géographiques, ses productions d'informations géographiques et ses diffusions au niveau national et international, notamment avec les moyens technologiques actuels. Au nom de la Société des Peintres de Montagne, avec une pensée pour notre Président Fondateur Franz SCHRADER et au nom de nos sociétaires présents, nous lui disons chaleureusement merci. L'occasion de rappeler qu'à la fin de l'année 2013, Gérard JOLY vient de faire éditer depuis le Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique, Le Dictionnaire biographique des géographes français du XXème siècle, aujourd'hui disparus, ouvrage indispensable dans toute bonne bibliothèque montagnarde.

56Maintenant, il est intéressant d'évoquer de manière monographique la cartographie alpine au travers des peintres alpinistes depuis ses balbutiements scientifiques. Cela n'a jamais été véritablement fait. Pourquoi ? Parce plus que les notions nécessaires en ce domaine, l'approche professionnelle est quasi-indispensable, cela correspond à la même difficulté que l'évocation de la peinture de montagne sans l'avoir pratiquée, sans avoir testé l'aquarelle et l'huile en haute altitude, tel que je l'ai fait au départ pour mieux comprendre la discipline de ceux qui sont devenus mes formidables collègues.

57Mais après tout, l'histoire de la SPM n'est-elle pas et ne continue-t-elle pas de rayonner en petite académie, grâce aussi à des ingénieurs de formation, dont certains avaient fait l'École Centrale de Paris ou d'autres écoles. Tels Pierre LORRAIN, Jacques FOURCY, Jacques DAURES, pour ne pas tous les citer. Et parmi nos membres très actifs actuels, cette profession est bien représentée. Les ingénieurs topographes de l'ancien régime, les géographes des rois, puis sous le premier Empire, ont laissé une trace cartographique à la France immense et coûteuse aussi, ainsi que d'imminents collègues (ayant eu la qualité de géographes) répertoriés dans un cadre d'historiens ou par le biais, plus tardif mais plus puissant, des Universités et de leurs chercheurs pas assez reconnus. D'ailleurs, notre Ingénieur de Recherche Gérard JOLY contribue à être garant de la mémoire de cette longue lignée par l'édition difficile, fastueuse, de répertoires géographiques.

(16) Relief Gavarnie-Mont-Perdu au 1/20000, réalisé en 1950 par Jacques DAURES, Président d'Honneur de la SPM, d'après la carte SCHRADER.

(16) Relief Gavarnie-Mont-Perdu au 1/20000, réalisé en 1950 par Jacques DAURES, Président d'Honneur de la SPM, d'après la carte SCHRADER.

58En 1955, Jacques DAURES obtient pour l'ensemble de son œuvre, la médaille de vermeil "Arts-Sciences-Lettres" avec le grade de Commandeur.

59Arpenter la montagne en randonneur, en grimpeur, en alpiniste, la dessiner, la photographier, la peindre correspond à des activités étroitement liées à la géographie des reliefs et à sa représentation scientifique : "la carte est l'image et la représentation géométrique du terrain". Définition presque scolaire que j'avais retenue lorsque j'ai reçu une solide formation topographique, notions de lecture des photographies aériennes, et spécialisées dans le graphisme cartographique. Je n'avais pas bien mesuré combien la connaissance de cette étude, puis la pratique obligatoire dans un cadre professionnel et privé, pouvaient être fondamentales. Mais, il faut le reconnaître, la cartographie alpine a longtemps été délaissée pour de multiples raisons. Il y a eu les frontières alpines sur lesquelles il était délicat de s'aventurer. La cartographie militaire privilégiait les passages les plus évidents, enfin très simplement la connaissance de la haute montagne n'a pas été favorisée pendant de longues années par les savants.

60L'évocation de la cartographie alpine est utile pour citer quelques précurseurs, oubliés, amateurs, ascensionnistes, rentiers qui ont œuvré et joué un rôle auprès du Club Alpin Français, du Touring Club de France, du Dépôt de la Guerre, de Sociétés savantes et de quelques membres bénévoles de la Société des Peintres de Montagne. Pourquoi ?

61La rareté de certains ouvrages fondamentaux, pourrait entre autres apporter quelques justifications, mais pas seulement ! La référence que fut Jean-Daniel-François SCHRADER (Franz) en est un exemple. Premier Président-fondateur de la SPM, son entité fut un peu oubliée durant le XXème siècle. La chance que j'ai eue entre 18 et 20 ans, c'est la découverte livresque des bibles du pyrénéisme, parmi lesquelles les deux tomes de Pyrénées de SCHRADER. Paru en 1936 (à titre posthume), réédité en 1982 chez PRIVAT-SLATKINE à 500 exemplaires, et encore plus tôt, les 7 tomes de Cent ans aux Pyrénées, monument de l'historien-géographe H. BÉRALDI, également en tirage limité. J'entends autour de moi, les voix qui s'élevaient, 500 exemplaires, "vous imaginez, l'on vulgarise tout mon pauvre monsieur". On aurait pu comprendre cet argument provenant d'un aristocrate en mal de privilèges, mais la nature humaine est ainsi faite, du plus modeste au plus nanti des montagnards, il y avait comme une littérature réservée. Que pouvait-on y trouver de si précieux ? Tome 7, pages 102-103, je cite : "À Paris, le Club Alpin, après avoir glorieusement établi par son Annuaire qu'il y a une forte école française d'écrivains de montagne, fonde la Société des Peintres de Montagne…". Et SCHRADER appuie une première exposition d'une conférence : "À quoi tient la beauté des montagnes ?". Outre la valeur de ce texte unique cité, il était le véritable acte de naissance de la SPM. Mais le temps a passé, il y avait eu l'oubli de la transmission au moins culturelle de cet événement. Quant à l'ouvrage de SCHRADER qui contenait l'œuvre inventoriée de sa vie, outre le texte complet de cette conférence, il présentait aussi son remarquable Essai sur la représentation topographique du rocher qui avait été publié par la Commission de Topographie du Club Alpin Français en 1911. SCHRADER pose clairement le problème aux "profanes" entre la planimétrie de la carte alpine, sa réalisation scientifique, la géomorphologie du rocher et "son caractère d'un art" dans sa représentation. Ce dernier deviendra l'un de mes ouvrages de chevet, de réflexion, avec quelques autres bibles : comme Souvenirs d'un Montagnard de H. RUSSELL, et Mélanges Pyrénées de Raymond d'ESPOUY la même année (1025 exemplaires). En exagérant, Pyrénées, un peu comme l'ouvrage tactique de mon compatriote De GUIBERT, qui deviendra celui de NAPOLÉON 1er. Je vous rassure, sans le même résultat historique.

62Il faut noter que le Club Alpin Français (fondé en 1874 et qui fête ses 140 ans cette année), qui avait parrainé cette École de peinture indépendante à sa création en 1898, a été, et demeure, d'une grande fidélité depuis plus d'un siècle, au travers du fameux Annuaire du CAF, puis des périodiques alpins, La Montagne, et actuellement avec La Montagne et Alpinisme (LMA), ainsi que sa communication numérique.

63En 1982, à Libourne, mon intérêt croissant pour la géographie m'incita à organiser un atelier d'étude généraliste indépendant sur les panoramas, vues idéales des reliefs de SCHRADER (d'une grande modernité au XIXème siècle), la dynamique géo-morphologique et l'ethno-géographie des reliefs. Je disposais alors de la totalité des cartes que possédait le Service Géographique de l'Armée, et cela grâce à son Dépôt Géographique qui m'était complètement ouvert ! Et plus tard de photos aériennes argentiques exceptionnelles de l'Institut Géographique National, ainsi que des cartes spécifiques et rares que produisit Saint-Cyr de 1887 à 1891. L'indépendance et l'autodidaxie malgré nombre de formations complémentaires présentent de nombreux défauts, mais au moins auront entre autres servi dans le temps à faire renaître l'un des doyens de la cartographie officieuse de Pyrénées, Paul Édouard WALLON, mon autre compatriote, au sujet duquel en tant qu' historiographe je reste toujours sollicité (collaboration à l'Encyclopédie des Pyrénées seconde édition, ou pour 2013, lors de l'exposition au Musée Jeanne-d'ALBRET, qui d'ailleurs sera développée à Pau en cette année 2014 avec les œuvres de SCHRADER, FROSSARD, les RECLUS, cousins de SCHRADER, ...). WALLON membre de la Société de Géographie était l'un des précieux compagnons, collaborateurs et amis de Franz SCHRADER. L'occasion de faire aussi connaître les œuvres de Raymond d'ESPOUY avec l'initiative d'un premier Salon de la Société des Peintres de Montagne dans les Pyrénées en 2001 à Luz-Saint-Sauveur avec l'appui précieux de Jacques MESNILDREY. Enfin, il était intéressant d'apporter à la SPM une pépite culturelle supplémentaire, dont celle-ci disposait dans le mouvement du renouveau dû aux événements liés à son centenaire, le temps d'une embellie économique, notamment avec quelques articles ciblés dans la rédaction du Bulletin de la SPM, de feu LE ROY-WATTIAUX.

64Historiquement, il faut bien imaginer que la cartographie alpine ne pouvait être l'instrument des géographes et des alpinistes que nous connaissons, alors même que la peinture du paysage de montagne restait à inventer. À ce sujet, Maurice WANTELLET a écrit : "La peinture de paysage est relativement récente ; les premières représentations remontent, dans nos régions alpines au XVIIème siècle et encore ne sont-ce que des gravures. Des artistes, souvent venus de Paris, travaillent pour le roi ou les puissants des lieux. Ils dessinent des villes et le paysage n'a d'autre rôle que de remplir les arrière-plans".Dans mes recherches, une seule vraie exception, Léonard de VINCI, inventeur de la perspective montagnarde réaliste et définissant de visu les atmosphères de manière scientifique et picturale depuis les Apennins.

65De manière simplifiée, quelques repères non exhaustifs. La "France est un vieux pays",pour utiliser une formule géopolitique qui avait fait l'actualité ; cela implique que les zones frontalières alpines ont beaucoup varié, nous avons partagé de nombreux conflits avec nos voisins. Les régimes anciens, les royaumes, les duchés, les principautés et les nouvelles républiques ont beaucoup fait évoluer les limites cartographiques, différentes des administratives. Cependant la complexité des jonctions avec des terres étrangères quelquefois interdites au fil des différentes alliances sera aussi un problème à contourner. La cartographie de la montagne se heurtait à sa difficile topographie, encore peu reconnue en Europe. Si géologiquement quelques progrès "avançaient", les entités géomorphologiques accidentées des Hauts lieux des Alpes et des Pyrénées, avec la triangulation difficile, méritaient une grande évolution. En clair, ces murailles semblaient toujours l'infranchissable. Il y a eu la carte en perspectives cavalières des montagnes, fantaisistes, pittoresques, avec une certaine poésie même, au temps des atlas que l'on dénommait "Théâtres", ce qui nous fait revenir aux sciences de l'époque de COLBERT. On y célébrait nos monarques, nos rois, avec des cartes qui pouvaient être taxées d'œuvres d'art, de plans de bataille pour la gloire des LOUIS, dont la courtisanerie ne devait pas être absente. Nous étions à l'époque des dynasties, des CASSINI et autre BUACHE. Un mot sur la carte géométrique de la France, dite "Carte de CASSINI" ou de "l'Académie", à échelle de une ligne pour 100 toises, soit 1/86400. Dressée par ordre du roi LOUIS XV, par le Corps Royal des Ingénieurs Géographes, la carte de CASSINI est la plus ancienne des cartes de France entière à l'échelle topographique. Elle est aussi la première dans le monde qui ait été établie en s'appuyant sur une triangulation géodésique. Les travaux commencés en 1683 ne furent terminés qu'en 1815.

66Enfin, cette carte fut prise en charge par le Dépôt de la Guerre (remplacé par Le Service Géographique de l'Armée, SGA, en 1887) pour améliorer cette dernière. Envisagée sous l'Empire, entreprise sous la restauration, la carte dite de l'État-Major, au 1/80000 devait remplacer la Carte de CASSINI. Sous l'autorité des Ingénieurs Géographes, elle fut levée sur le Terrain par les officiers du Corps d'État-Major dont le nom restera à jamais attaché à la carte. Les travaux entrepris en 1818, se poursuivirent jusqu'en 1881.

67À noter, à partir de cette période, la présence d'un membre de la SPM, Louis TRINQUIER, graveur sur cuivre de formation, il exerce cette spécialité au sein du Dépôt de la Guerreen 1880. Il devint en 1895, dessinateur et topographe à l'école de dessin de ce service (alors devenu SGA), puis professeur de topographie en 1903, et directeur de cette même école de dessin en 1907. Malgré les réalisations effectuées au XVIIIème siècle pour essayer de dresser les cartes des massifs montagneux, français, sardes ou autres, quelle que fut la motivation, le risque de se perdre était grand. La Société de Géographie n'existait pas, ni le Club Alpin, ni l'Institut Géographique National. La découverte des cimes et le développement du tourisme exprimaient aussi un changement du sentiment de l'homme vis-à-vis du milieu alpin, même si l'on parlera longtemps encore d'une géographie de Cabinet, d'une cartographie de compilation, entre les XVIIIème et XIXème siècles. Il faut citer au moins deux personnalités des deux hauts massifs de la France continentale, des Alpes et des Pyrénées. Il s'agit respectivement du genevois Horace-Bénédict de SAUSSURE (1740-1799) et de Louis-François-Élisabeth RAMOND de CARBONNIÈRES (1755-1825). Pour l'équité, incontournable, il faut citer les vainqueurs du Mont-Blanc les 7 et 8 août 1786 : Jacques BALMAT (1762-1834), dit Mont-Blanc, cristallier, guide, chercheur d'or, dont notre ancien peintre de montagne fondateur de la SPM, Émile NOIROT, a immortalisé sur toile la maison ; puis Michel-Gabriel PACCARD (1757-1827), médecin de Chamonix, passionné par la haute montagne et l'alpinisme.

68De SAUSSURE, tout le monde le connaît en tant que scientifique. Mais, juste un mot du point de vue cartographique. Son influence scientifique est certaine. Il fit venir nombre d'érudits dans les Alpes, pour y développer les Sciences, DOLOMIEU, VOLTA, HAMILTON, HUMBOLDT. La cartographie alpine ayant pris quelque retard, son mérite a été d'apporter des éclaircissements importants dans la désignation toponymique des sommets et des glaciers, mais aussi concernant l'orientation, les altitudes de ces derniers. Peu connu des profanes, il a aussi imposé un début de terminologie dans la convention des cartes alpines en imposant le mot "glacier" et des termes savoyards toujours utilisés (sérac, moraine). Il apporte de même à la glaciologie, et sur la carte, les termes de Géant, Grandes et Petites Jorasses, Aiguille de Chenavier et, au sud de Chamonix, Aiguilles de Charmoz. Parmi les glaciers, on peut noter le glacier des Pèlerins, au sud du Montenvers, les glaciers des Bois, du Tour, d'Argentières et, sur le versant italien, le glacier de la Brenva et la Ruize de Miage. Toute une toponymie que nos peintres de montagne de Chamonix connaissent parfaitement, je veux parler du Guide de Haute Montagne Lionel WIBAULT, de notre spécialiste Jacky RAVANEL et quelques autres amateurs du massif du Mont-Blanc.

69RAMOND de CARBONNIÈRES : Il est l'alter ego de l'épopée alpine scientifique d'Horace-Bénédict de SAUSSURE pour la découverte des Pyrénées. Qu'en est-il de la cartographie pyrénéenne ? Nous savons qu'elle est demeurée la "chasse gardée" des militaires jusqu'à la fin du XVIIIème (lire les écrits du Montalbanais déjà cité, le comte de GUIBERT). Le massif pyrénéen, c'est la France certes, mais à l' écart des routes de l'Europe, avec des difficultés relationnelles avec l'Espagne. Il existait aussi une plus grande curiosité vers l'Alpes, ce qui rajouta à la méconnaissance du massif pyrénéen (à l'exception de quelques excellents botanistes éclairés). Enfin, il faut rendre grâce aux minéralogistes qui mettront en exergue la valeur scientifique du massif concernant la formation de la chaîne, et sa structure (nous sommes encore loin des théories des Maîtres James HUTTON, Alfred WEGENER). Mais cela suffira à attiser également un plus grand intérêt scientifique et touristique, ce qui est favorable à l'amélioration des cartes.

70Arrêtons-nous un instant sur RAMOND : "Ascensionniste intrépide, géologue consommé, écrivain enthousiaste" selon H. BÉRALDI. Je rajoute inventeur du "Pyrénéisme", c'est-à-dire l'émergence d'un "montagnard" complet, l'harmonie de la tête et des jambes. Il connaît bien les Alpes (traducteur des Lettres du Voyage en Suisse de l'anglais William COXE  1747-1828). Grand scientifique et écrivain français, RAMOND est doué dans sa représentation du massif du Mont-Perdu, le tracé de petites cartes (dont je conserve avec bonheur les gravures), ce qui en fait, outre un géographe, un explorateur-cartographe pionnier. Inventeur du Pic du Midi de Bigorre, et du pic du Piméné, belvédères observatoires repris par notre artiste-cartographe Franz SCHRADER, qui sera son disciple, son héritier scientifique. Les membres de la Société des Peintres s'en réclament aussi, sans tous les citer, Maurice GOURDON (1847-1941  dessinateur, peintre, cartographe pour la carte de l'État-Major et pyrénéiste), mais aussi Raymond d'ESPOUY (1892-1955), membre de la SPM, du CAF, disciple de SCHRADER (inventeur d'une mise à effet cartographique "procédé d'ESPOUY" utilisé dans la vallée d'Oueil).

(18) Des Puntous de Laguian (Gers) : panorama pour une table d'orientation dessiné par Raymond d'ESPOUY avec l'orographe de SCHRADER en 1928.

(18) Des Puntous de Laguian (Gers) : panorama pour une table d'orientation dessiné par Raymond d'ESPOUY avec l'orographe de SCHRADER en 1928.

Reproduit à la plume et aquarellé en 1996 par J.C. TOURNOU-BERGONZAT pour la Revue Pyrénéenne du Club Alpin Français.

71En juillet 1932, Raymond d'ESPOUY écrit au sujet de la courbe cartographique éclairée par l'Art : "… Il y aurait peut-être là un nouveau champ d'action pour nos collègues de la Société des Peintres de Montagne. Oui, en effet, passionnés par un même but, ne travaillons nous pas les uns et les autres à donner de nos chères Montagnes une expression toujours plus vraie et toujours plus belle ?" Il rajoutait de manière plus technique : "La courbe, élément de dessin cartographique actuellement parfait au point de vue "géométrique", devint le meilleur moyen d'expression "artistique" (caractère du terrain, effet du relief, facilité de lecture) si on éclaire de façon naturelle et exacte, par quelque moyen que ce soit, d'où nécessité de la conserver jusqu'aux sommets des massifs rocheux".

72Enfin, Jacques DAURES (1913-2000), disciple également de SCHRADER, aura participé à sa mémoire avec son formidable plan en relief.

73Je me dois de signaler dans cette monographie sur la cartographie alpine et l'art de nos peintres de montagne, l'artiste Marcel WIBAULT (1904-1998). Ce maître de l'art alpestre a connu la grande guerre, et l'âge d'or de l'alpinisme, formé aux Beaux arts, surdoué du dessin, dans la chromatique il fut l'un des peintres les plus complets de sa génération. Le terrain difficile, il le connaissait : montagnard, spéléologue, dans son Jura natal, il y laissera même son nom avec la "diaclase WIBAULT". Son attrait pour la minéralogie et la formation des reliefs vient-elle des explorations de jeunesse ? Il résidera à Chamonix et c'est ainsi, que, lors du percement du Tunnel du Mont-Blanc, il est invité à participer aux différentes études concernant la composition des roches du massif. On le voit alors travailler d'égal à égal, avec les plus grands noms de l'époque, messieurs OULIANOFF ou Édouard LANTERNO, de Genève. Il créera des huiles représentant les reliefs ou des coupes géologiques du pays ; les teintes révélant les différences de compostions des sous-sols. Il est également le seul peintre admis dans la galerie en cours de creusement. Il réalisera également des panoramas des secteurs des Alpes centrales et des vallées de l'Arve et du Giffre. Ces panoramas se trouvent au Muséum de Genève.

74Après l'action connue d'Horace-Bénédict de SAUSSURE et de Louis-François-Élisabeth RAMOND de CARBONNIERES, en 1825, fut lancée la grande mission de 1er ordre : faire réaliser une opération de triangulation de premier ordre par l'Armée, avec une poignée d'officiers. Nous pouvons écrire des géodésiens, mais non topographes et pas montagnards ! Ce véritable service commandé avec des instruments et un matériel lourd ne pouvant redescendre des sommets avant le travail effectué, loin de l'original qui ascensionne les cimes et peut les redescendre dès que la météo n'est plus favorable. Un touriste a la liberté de renoncer, la mission avec mires et triangulation ne le permet pas. Ces officiers sont souvent les vrais auteurs de grandes premières alpines, même si les missions cartographiques restèrent longtemps anonymes. Deux campagnes pour les Pyrénées seront obligatoires, 1825 pour la première. Enfin, une seconde véritable expédition, qui dura de 1848 à 1852, sera effectuée. L'occasion de rappeler, lors du centenaire de la Première Guerre mondiale, que la "grande muette" nous a offert sans doute avec les officiers géodésiens "alpins" et "pyrénéens", une des plus belles pages des explorateurs français.

75Ce n'est qu'une monographie, stop ! Revenons à notre Président Fondateur Jean-Daniel-François SCHRADER (1844-1924). Il naîtra aux Pyrénées et raconte : "Dès mes premiers pas dans les Pyrénées, avec mes amis Léonce et Albert LOURDE-ROCHEBLAVE, nous fûmes, tous les trois ensorcelés par le démon de la cartographie". Par la suite, il sera promoteur des Alpes, puis des montagnes du monde. Oublié un temps de la mémoire collective, lui le cartographe dont les manuels de géographie et les atlas aux couvertures rouges de la maison Hachette servirent à instruire, à éduquer durant près d'un demi-siècle les petits français. À part quelques rares commémorations, il sera "ressuscité"en 1982, lors de la belle réédition de son ouvrage posthume, Pyrénées de 1936. Ce mot est plus trivial que théologique. En effet, lorsque j'avais acheté ces deux ouvrages rue Saint-Rome à Toulouse, leur valeur ne représentait pas moins de 15 pour cent de mon salaire de jeune, très jeune cadre. J'en rappelle les titres : Pyrénées, avec le tome un, Courses et ascensions, et le tome deux, Science et art. Outre une étude sur la vie et l'œuvre de Franz SCHRADER par Maurice HEID, avec des index riches, le maître Emmanuel de MARGERIE (1862-1953) apporta ses conseils dans la rédaction de cet ouvrage en deux volumes (un essai bibliographique impressionnant). Ce sésame m'a permis dans la dispersion, le maquis des documents, de "calquer" (avec l'œuvre de BÉRALDI) sur une longue période, le travail topographique, cartographique, technologique concernant cet important massif, ce qui influencera mes travaux sur de longues années.

(19) F. SCHRADER dessiné par le Lieutenant-colonel F. PRUDENT pour l'Annuaire du CAF de 1882.

(19) F. SCHRADER dessiné par le Lieutenant-colonel F. PRUDENT pour l'Annuaire du CAF de 1882.

76À partir de l'ouvrage Pyrénées, nous pouvons beaucoup mieux comprendre comment ce géant de la cartographie, sera de la création de deux entités toujours en fonctionnement. D'abord, la Commission de Topographie du Club Alpin Français, en 1903, présidée par le lieutenant colonel PRUDENT et dont Henry VALLOT (1853-1922, auteur du Manuel de topographie alpine), fut nommé secrétaire, et qui est devenue comme on le sait Commission Scientifique de la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (à l'origine, cette commission devait aider les alpinistes topographes, notamment avec l'édition des différents travaux) ; puis, sous l'égide du Club Alpin Français, notre petite académie aux 500 peintres alpinistes, la Société des Peintres de Montagne, pour représenter une École française de la représentation picturale des montagnes dont nous sommes depuis 1898, aux dires des marchés de l'Art actuels, les principaux pourvoyeurs "spécialisés" depuis la fin du XIXème siècle. Il faut en outre souligner la place importante des cousins VALLOT, en liaison avec le Club Alpin Français, dans l'aventure de la cartographie alpine. Henry (1853-1922) et Joseph (1852-1925) VALLOT entreprirent une représentation topographique du massif du Mont-Blanc au 1/20000.

77Je ne présenterai pas F. SCHRADER, d'autres l'ont fait avec talent, sa biographie est bien connue, ou du moins facile à trouver. Cependant, entre l'œuvre artistique de représentation de la cartographie de montagne et l'exactitude scientifique toute mathématique de la carte, il y avait un véritable challenge. Le temps permettra de trouver, avec nombre d'acteurs, malgré les critiques, le bon compromis. Nous pouvons citer, parmi les précurseurs des Peintres de Montagne, l'architecte Eugène VIOLLET-LE-DUC (1814-1879) qui, s'il a aquarellé avec maestria les Pyrénées, mais aussi l'Auvergne et les Alpes, n'a pas hésité à dresser une carte au 1/40000 du massif du Mont-Blanc. Nous connaissions l'architecte, le restaurateur des beaux monuments, encore une fois très peu connaissent cet artiste qui affronta le terrain de 1868 à 1875 et dressa cette carte à l'aide de la planche accompagnée d'une lunette pour les objets les plus lointains (il est cité dans l'ouvrage Cent ans de peinture de montagne, Édit. SPM).

(20) Carte du massif du Mont-Blanc réalisé en 1876 par VIOLLET-LE-DUC, précurseur des peintres de montagne.

(20) Carte du massif du Mont-Blanc réalisé en 1876 par VIOLLET-LE-DUC, précurseur des peintres de montagne.

78Un rappel en cette année du centenaire de la guerre 14-18, il faut bien l'affirmer, malgré les efforts héroïques des officiers géodésiens qui n'étaient pas nécessairement des alpinistes, accordant la priorité aux routes, aux passages, à l'hydrographie de surface, et ce pour des raisons stratégiques, la valeur cartographique de la vieille carte dite de l'État-major, au 1/80000, n'est pas très utile à l'alpinisme naissant, et ses applications restent limitées (topographie de montagne mal définie ou imprécise malgré l'important labeur). On pense immédiatement à la défaite de la guerre de 1870, à laquelle avait participé SCHRADER, étonné de l'ignorance géographique des officiers et de la pénurie des cartes. Sans m'étendre, nous savions l'avance des Suisses, des Allemands et des Autrichiens (atlas et cartes), de même pour l'évolution technologique en matière de reproduction des cartes.

79Il existe pourtant les débuts d'une collaboration étroite dans les Pyrénées entre des cartographes amateurs, alpinistes de surcroît et les militaires, je cite Paul Édouard WALLON (1821-1895), membre du CAF et de la Société de Géographie), en 1883, au sujet de son canevas géodésique relevé entre Aragon et Navarre en 1882 (onze ans après la défaite de 187I et huit ans après la création du CAF en 1874) : "Mes observations barométriques, s'élevant à mille environ, ont été combinées avec celles de plusieurs autres observateurs, mes collègues du CAF, et calculées par mon collègue et ami M. le Commandant du génie F. PRUDENT". F. SCHRADER, "ingénieur-cartographe", génial inventeur de l'orographe, puis du tachéographe, lui, travaillait du Rio Ara, au sud du massif du Vignemale, jusqu'à la Méditerranée.

(21) Orographe réalisé par F. SCHRADER (photo du Service Géographique de l'Armée).

(21) Orographe réalisé par F. SCHRADER (photo du Service Géographique de l'Armée).

80Mes recherches sur les écrits de H. BÉRALDI concernant ces deux fortes personnalités de la cartographie pyrénéenne, WALLON et SCHRADER, me feront remonter depuis la France tout le Rio Ara (en Aragon), pour mieux saisir ce partage de la cordillère espagnole, pour y comprendre, toute proportion gardée, ce que je dénommais un "Yalta des Pyrénées". En 1873, je cite SCHRADER : "… je n'eus de repos qu'après avoir combiné un instrument, bien primitif dans ses débuts, mais grâce auquel il me paraissait possible d'obtenir des résultats sérieux. C'était l'orographe (sorte de planchette nivelante donnant des tracés graphiques), sans lequel, je m'en rends compte aujourd'hui, nous nous serions attaqués à l'impossible". Déjà, F. SCHRADER, du moins pour les Pyrénées, avec sa carte du Mont-Perdu et sur la région de Gavarnie au 1/40000 en 1874, était devenu de bon topographe, le meilleur représentant de la cartographie pyrénéenne. À noter que le Colonel du Génie C.M. GOULIER, membre de la Direction Centrale du CAF, qui était considéré comme un maître de la cartographie, présentait un rapport en 1882 sur la Carte au 1/100000ème du Massif Central des Pyrénées Espagnoles levée par SCHRADER. Le Colonel GOULIER le présentait comme son collègue ! Il est important de noter que pour les autres échelles de cartes que je possède, SCHRADER a utilisé les cartes existantes du Dépôt de la Guerre et du Dépôt des Fortifications, de SAINT-SAUD pour la France, et les cartes de WALLON et les indications des cartes du Colonel CUELLO pour l'Espagne.

(22) Tachéographe de F. SCHRADER.

(22) Tachéographe de F. SCHRADER.

81Retournons dans les Alpes, nous sommes en 1815, nous venons de perdre la Savoie, personne ne semble capable d'affirmer quel est le plus haut sommet de France ! Certes, les géographes pensent qu'il faudrait chercher dans un secteur de montagne compris entre Romanche, Drac et la belle Durance. La France va y sacrifier un capitaine. On confond toujours la triangulation de la plaine avec la haute montagne, son dénivelé, le portage du matériel, les bivouacs difficiles, la complexité des pendaisons à éclairer, avec les hachures, qui évolueront plus tard en courbes de niveaux. Il s'appelle Adrien-Armand DURAND. Nous sommes dans les Alpes du Sud, mais revoyons cette géographie. L'Oisans présente trois zones géomorphologiques : les hautes vallées de la Romanche et du Vénéon, vallées glaciaires qui convergent sur le Bassin de Bourg-d'Oisans, avec des intra-plaines fermées et le couloir de la Romanche. Si la Barre des Écrins constitue, avec 4102 m, le point culminant du massif, l'anglais WHYMPER ne les conquit qu'en 1864, juste un an avant le Cervin (1865). Longtemps on a cru le Pelvoux culminant les Alpes françaises, pendant que l'officier DURAND avait atteint dès 1828 le Signal du Pelvoux (3966 m) ou pointe devenue DURAND, et que plus tard PUISIEUX, en 1849, s'octroie la pointe qui porte son nom (3946 m). DURAND, devenu fou, ne verra pas les feuilles des cartes pour lesquelles sa contribution ne sera reconnue qu'avec les premiers alpinistes, devancés sur des sommets que ces derniers pensaient vierges (de même, dans les Pyrénées, nombre de sommets de 1er ordre avaient été stationnés par des officiers). Le Capitaine DURAND avait constaté la prééminence des Écrins. Quant à la Meije, du moins le grand Pic, il faudra attendre 1877, avec les guides GASPARD, père et fils, pour vaincre son sommet. Que la conquête du Mont-Blanc en 1786 et celle du Mont-Perdu en 1802 semblent bien lointaines, même s'il faudra attendre 1842 pour l'Aneto ! Bien entendu, une fois la Savoie revenue dans la territorialité française, il nous faut citer le difficile levé de la partie centrale du massif du Mont-Blanc en 1863 par le Capitaine MIEULET, connu sous le nom "Monsieur Capitaine". Il a toujours existé une puissante motivation d'ascension pour la mesure des montagnes depuis le XVIIIème siècle. Pour l'anecdote, à la suite des mesures de ses stations dans le massif du Mont-Blanc, l'on gravera l'altitude de 4810 m. Cette altitude demeure pour le XIXème siècle relativement précise. En effet, si l'on enlève la hauteur de la mire de 3 mètres utilisée, l'on retrouve l'altitude connue de 4807 m (carte Annecy Sud-Est 1863, publiée en 1872), considérant que la variante de ces 3 mètres reste toujours liée à l'épaisseur de la coiffe neigeuse du sommet !

(23) Feuille n° 9 levée par M. de BOURCET, Maréchal de Camp, et dressée par VILLARET, Capitaine ingénieur géographe du Roi (Cartothèque de l'Institut Géographique National).

(23) Feuille n° 9 levée par M. de BOURCET, Maréchal de Camp, et dressée par VILLARET, Capitaine ingénieur géographe du Roi (Cartothèque de l'Institut Géographique National).

82Cela montre qu'après la conquête du Mont-Blanc, les Alpes seront très peu connues jusque dans les années 1860, alors que les Pyrénées bénéficient à plein du mouvement romantique. Mais nouveau tournant, l'annexion de la Savoie la même année, le voyage historique de NAPOLÉON III à Chamonix (ce dernier fréquentait déjà les Pyrénées), la mode de la haute montagne en route et le CAF vont participer à ce formidable engouement, mais la cartographie n'est pas encore à la hauteur du mouvement amorcé.

83Le XIXème siècle se termine, les topographes amateurs et militaires sont mieux équipés qu'au milieu de ce siècle. Les instruments s'allègent, l'intelligence veut que l'on coordonne toujours mieux toutes les initiatives topographiques, un peu comme de nos jours les instances scientifiques collectent nombre d'informations d'amateurs, d'associations, pour rendre toujours plus efficace la recherche. Nous sommes en 1900, pour l'Exposition Universelle, F. SCHRADER présente, outre sa carte originale au 1/50000 de l'Andorre, son fameux Panorama du Mont-Blanc de 60 mètres de long sur 16 mètres de haut,dont le succès fut considérable. Promu officier de la Légion d'Honneur le 1er mai 1901, il devient Président du Club Alpin Français (in : Pyrénées, 1936, tome I, p. 26).

(24) Panorama du massif du Massif du Mont-Blanc  F. SCHRADER, 1897, huile sur toile (maquette 300  150 cm utilisée pour la réalisation du Grand panorama exposé à l'Exposition Universelle de 1900 – collection du siège de la FFCAM).

(24) Panorama du massif du Massif du Mont-Blanc  F. SCHRADER, 1897, huile sur toile (maquette 300  150 cm utilisée pour la réalisation du Grand panorama exposé à l'Exposition Universelle de 1900 – collection du siège de la FFCAM).

84Dès à présent, il faut parler de ce qui fut une véritable œuvre, la Commission de Topographie du CAF. En 1902, la faiblesse des cartes alpines perdure. Un concurrent a vu le jour, l'Atlas Suisse Siegfried – au 1/25000 et 1/50000. On doit s'appuyer à nouveau sur les exemples des anciens qui prennent de l'âge, mais n'ont rien perdu de leur abnégation : SCHRADER pour les levées pyrénéennes et DUHAMEL dans l'Oisans. Les membres qui contribueront sont Joseph VALLOT, de l'Observatoire du Mont-Blanc, le Commandant BOURGEOIS, professeur de géodésie à Polytechnique et futur patron du Service Géographique de l'Armée, E. de MARGERIE, P. GIRADIN, le Comte de SAINT-SAUD. Une nouvelle grande période d'élaboration cartographique alpine est engagée. 1914, la guerre éclate, mais l'aboutissement des travaux de cette commission topographique verra le jour après la victoire. Elle exploitera toutes les levées avec l'édition des cartes au 1/20000, nous sommes en 1919. Il faut citer Paul HELBRONNER (1871-1938), déjà signalé plus haut par Gérard JOLY, ce cartographe était un excellent dessinateur, aquarelliste, rentier amateur d'alpinisme. Il tissera un réseau géodésique de l'ensemble des Alpes françaises, du Lac de Genève à la Méditerranée. De par la diversité des ses activités et de ses membres, la Commission de Topographie prendra le nom de Commission Scientifique du CAF, actuellement Comité Scientifique de la FFCAM.

85Notre ancien Président de la Société des Peintres de Montagne F. SCHRADER, Président du CAF et Vice-Président de la Société de Géographie, s'éteindra en 1924, lui qui navigua dans le domaine cartographique avec génie aux frontières de l'Art et de la Science. S'il n'avait pas dépassé les Suisses, les Autrichiens, les meilleurs dans cette production cartographique alpine, il faut rappeler que sa carte du massif du Mont-Perdu et de Gavarnie présentée en 1914, avait fait de lui leur égal, tout en annonçant également la géomorphologie moderne, tout en constatant les effets de l'homme sur son environnement, en précurseur.

86Son œuvre est toujours plus révélée en de nombreuses références à la fin du XXème siècle, avec des travaux universitaires en France, en Suisse, tout comme celle de son cousin le Géographe Élisée RECLUS. La valeur culturelle de ses travaux et de ces divers confrères demeure pour certains d'actualité. Nous travaillons sur cette valeur en termes de civilisation paysagère de la montagne et d'adaptation de l'homme. Mais nombre de grands intellectuels n'étant en rien du milieu de la montagne, de la science et de l'art, s'en sont réclamés, tel Maurice GENEVOIX (1890-1980). Quant à Marguerite YOURCENAR (1903-1987), première femme à siéger à l'Académie Française en 1980, elle voyait en Franz SCHRADER "un savant qui dès 1911 était un visionnaire" concernant la dégradation de nos environnements et le développement durable. Bien entendu, on n'employait pas ces formules, en parlant des conclusions dont les technocrates et les promoteurs de l'époque de SCHRADER ont dû sourire. On voit du moins qu'il en savait assez pour signaler le chemin pris par nos apprentis sorciers.

87Sans jamais accepter un itinéraire politique auquel il pouvait prétendre du fait de ses énormes qualités de plume, entres autres, il cultivait un idéal qui fait penser aux Lumières. Mais aussi aux lumières nécessaires aux cartes, avec de belles espérances dans une dimension véritable du futur pour notre globe. Franz SCHRADER fit l'actualité scientifique française avec sa première Carte du Mont-Perdu et de la région calcaire des Pyrénées centrales en 1874, soutenue par le CAF, et sa conférence À quoi tient la beauté des montagnes en 1897. La jonction était faite entre la science, l'alpinisme, le sentiment montagnard et l'émotion humaine devant l'orographie terrestre. La mémoire géographique et culturelle se poursuit, indispensable pour la transmission et la projection dans de nouvelles recherches, telles que celles concernant le paysage accidenté et la faculté paysagère de l'homme, thème qui, à ma connaissance, n'a jamais été abordé pour alimenter cette dernière. Complexe car il touche à l'existentiel même de l'homme, ses dispositions innées et acquises, dans un milieu difficile avec les reliefs, avec ses premières références avant l'invention du paysage de montagne dans les civilisations humaines des chasseurs-cueilleurs, comme la domination du regard (cartographie mentale), le rythme exploratoire et varié des montagnes, explorations avec ses combinaisons, et après l'invention du paysage les références modernes tel le mot conventionnel "paysage" qui a été utilisé en France pour la première fois en 1549, suivi plus de deux siècles plus tard par l'intérêt suscité pour le paysage de la haute montagne. Tout cela constitue la trame de mes travaux laborieux que je tente de développer.

(25) Carte du Mont-Perdu et de la région calcaire des Pyrénées centrales, dressée, dessinée et gravée par Franz SCHRADER en 1874.

(25) Carte du Mont-Perdu et de la région calcaire des Pyrénées centrales, dressée, dessinée et gravée par Franz SCHRADER en 1874.

88Au terme de cette monographie pour laquelle je demande de votre part une certaine indulgence, je pense que Franz SCHRADER, le Président-fondateur de cette entité toujours présente, aurait été fier que l'on associe lors d'un Salon des Peintres de Montagne en montagne, la science cartographique, au 140ème anniversaire du CAF.

89Une dernière question en guise de conclusion : est-ce que nos peintres alpinistes déjà cités, amateurs de topographie, élaborateurs pour certains, de topoguides, cartes schématisées, de cartes alpines, auraient pu imaginer tous les usages des cartes d'aujourd'hui ? Celles-ci ont été démultipliées, dans l'aménagement des territorialités (elles servent toujours le tourisme, le cadastre, dans les communes), développées sur des écrans, des portails d'ordinateurs, repères économiques, géopolitiques, environnementaux, GPS, bientôt Galileo, pour les itinérances sur les massifs alpins. Plus que jamais, elles restent un outil utile pour comprendre, réfléchir, décider.

90L'informatique, la 3D, la modélisation, les satellites apportent en images, numérisent à la suite des aéronefs. Cependant, je reste convaincu que leur intérêt outre pour ce qui est des archives culturelles et esthétiques de la cartographie alpine, existe. Une infinité d'informations ne ressurgissent que lors de comparaisons détaillées. Mieux, quelquefois, des zones sont moins complètes, des tracés d'avalanches ont disparu tout comme certaines traces de bâtis anciens, voire d'architectures historiques. Les modifications géomorphologiques des itinéraires montagnards, des lignes côtières consécutives aux évolutions climatiques appelleront à redéfinir une intense mise à jour cartographique. Dans tous les cas, cet outil qui a coûté labeur, deniers et même sacrifices humains, nous apportera pour longtemps à échelle humaine, outre la richesse iconographique, un pouvoir intact, celui des projets de beaux spots d'escalades, de paysages à peindre, du rêve et son corollaire, l'imagination. Je laisse le dernier mot à un peintre de montagne contemporain de la SPM qui écrivit lors de l'Exposition d'Art de la Montagne au Congrès International d'Alpinisme de Chamonix, Raymond d'ESPOUY : "Il est donc vrai que les frontières de l'art alpin ne cesseront d'être délicates à borner et qu'elles dépendront toujours beaucoup plus de l'auteur que du sujet".

Haut de page

Bibliographie

BÉRALDI H. (1898-1904) - Cent ans aux Pyrénées. Sept volumes, Paris, réédité en 2001 par la Librairie des Pyrénées et de Gascogne, Pau.

BUTIN A.et JACQUELINE S. (1991) - Les peintres de la Savoie, 1860-1940. Édit. Société des Amis des Musées d'Art et d'Histoire, Chambéry, 230 p.

ESPOUY R. d' (1981) - Mélanges Pyrénées. 1892-1955. Édit. Amitiés Montagnardes, Billère, 262 p.

LE ROY-WATTIAUX R., DAURES J. et LEFEBVRE R. (1999) - Cent ans de peinture de montagne : 1898-1998. Édit. Société des Peintres de Montagne, première édition, Paris, 179 p. (ouvrage réédité en 2003, 224 p).

RUSSEL H. (1978) - Souvenirs d'un montagnard. Imprimerie VIGNANCOURT, Pau, 416 p.

SCHRADER F. (1911) - Essai sur la représentation topographique du rocher. Édit. Commission de Topographie du Club Alpin Français, Paris, 35 p.

SCHRADER F. (1936) - Pyrénées  Tome 1 : Courses et ascensions  Tome 2 : Science et art. Édit. PRIVAT, Toulouse, et DIDIER, Paris, 350 et 458 p.

VALLOT H. (1904) - Manuel de topographie alpine. Édit. BARRÈRE, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Julien BOUVIER, jeune alpiniste.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre (2) Lac de l'Eychauda, massif des Écrins  huile sur toile, Julien BOUVIER.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre (3)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre (4) Julien BOUVIER.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre (5) Centenaire du 13ème BCA (Julien BOUVIER).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre (6) Effets de lumière sur les Aiguilles du Chardonnet et d'Argentière  Julien BOUVIER, œuvre de jeunesse.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre (7) Effets de lumière, massif du Mont-Blanc  Julien BOUVIER, huile sur toile.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre (8) Logo dit panoramique de la Société des Peintres de Montagne vers 1925-1930 (logo proprement dit à gauche, dû à Robert HOFER ; arêtes de la Meije à droite, par Ernest MILLARD), qui sera utilisé jusqu'en 1991.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre (9) La Meije  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre (10) L'Atlas, Maroc – Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre (11) Étude sur le motif réalisée durant l'entre deux guerres  Robert LE ROY-WATTIAUX, crayon et huile sur carton (format 3P : 19  27 cm).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre (12) Études – Robert LE ROY-WATTIAUX, croquis.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre (13) Étude sur le motif 1957  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile, 4F.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre (14) La Meije  Robert LE ROY-WATTIAUX, huile sur toile.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre (15) Panorama dessiné par Franz SCHRADER depuis le Piméné (1872-1875).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre (16) Relief Gavarnie-Mont-Perdu au 1/20000, réalisé en 1950 par Jacques DAURES, Président d'Honneur de la SPM, d'après la carte SCHRADER.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre (17)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre (18) Des Puntous de Laguian (Gers) : panorama pour une table d'orientation dessiné par Raymond d'ESPOUY avec l'orographe de SCHRADER en 1928.
Légende Reproduit à la plume et aquarellé en 1996 par J.C. TOURNOU-BERGONZAT pour la Revue Pyrénéenne du Club Alpin Français.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre (19) F. SCHRADER dessiné par le Lieutenant-colonel F. PRUDENT pour l'Annuaire du CAF de 1882.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre (20) Carte du massif du Mont-Blanc réalisé en 1876 par VIOLLET-LE-DUC, précurseur des peintres de montagne.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre (21) Orographe réalisé par F. SCHRADER (photo du Service Géographique de l'Armée).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre (22) Tachéographe de F. SCHRADER.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre (23) Feuille n° 9 levée par M. de BOURCET, Maréchal de Camp, et dressée par VILLARET, Capitaine ingénieur géographe du Roi (Cartothèque de l'Institut Géographique National).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre (24) Panorama du massif du Massif du Mont-Blanc  F. SCHRADER, 1897, huile sur toile (maquette 300  150 cm utilisée pour la réalisation du Grand panorama exposé à l'Exposition Universelle de 1900 – collection du siège de la FFCAM).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre (25) Carte du Mont-Perdu et de la région calcaire des Pyrénées centrales, dressée, dessinée et gravée par Franz SCHRADER en 1874.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/3987/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Tournou-Bergonzat, « Rétrospectives et hommages aux peintres alpinistes du XXème siècle », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 7-45.

Référence électronique

Jean-Claude Tournou-Bergonzat, « Rétrospectives et hommages aux peintres alpinistes du XXème siècle », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/3987

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Tournou-Bergonzat

Président de la Société des Peintres de Montagne.
Courriel : jean-claude.tournou@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org