Navigation – Plan du site
Collection "Ouvrages"

Géographies de Fernand VERGER : l'environnement comme horizon

Éloïse Libourel
p. 1-52

Résumés

Fernand VERGER, Professeur émérite à l'École Normale Supérieure, a eu une carrière très riche d'enseignant et de chercheur. De sa thèse en géographie physique à son rôle d'expert scientifique au Conservatoire du littoral, l'évolution de sa pratique de la géographie illustre les changements de paradigme de la discipline.
Fernand VERGER est un pionnier de l'utilisation des nouvelles technologies en géographie. Il introduit la télédétection et l'utilisation de données spatiales en portant des projets de recherche avec la NASA, et il encourage l'utilisation des systèmes d'information géographique comme méthode d'analyse des données géographiques et comme instrument au service du développement. Formé à l'école classique de la géographie qui distinguait clairement les approches physiques et humaines, Fernand VERGER a néanmoins toujours souhaité garder un équilibre entre ces deux pans de la discipline. Il considère que les phénomènes physiques sont intimement liés à l'occupation de l'espace par les hommes.
Sa spécialisation dans le domaine des zones humides littorales et sa préoccupation constante pour les interactions homme-milieu ont amené Fernand VERGER à participer en tant qu'expert à de nombreux projets, comme le réaménagement de la Baie du Mont-Saint-Michel.
Cet ouvrage retrace la carrière de Fernand VERGER en la mettant en parallèle des évolutions de la géographie dans la seconde moitié du XXème siècle. Il exprime également un étonnement face à certains changements.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le parcours de Fernand VERGER (Photo 1), tel que ses multiples publications et ses engagements environnementaux actuels en témoignent, est à la croisée de la géographie physique et de la géographie humaine (N. BARON-YELLÈS et al., 2002). Si cette distinction est aujourd'hui moins nette au sein de la discipline, évoluant vers une distinction entre géographies thématique et régionale dans les programmes universitaires, elle a longtemps été dominante : les travaux de Fernand VERGER ont pourtant toujours été transversaux et, même lorsque les catégories académiques s'imposaient, leur contenu n'a jamais abdiqué le rôle de l'Homme.

Photo 1 - Fernand VERGER lors d'un voyage de terrain organisé pour les élèves du département de géographie de l'ENS dans l'estuaire de la Loire en octobre 2012. [cliché : Éloïse LIBOUREL, 2012]

Photo 1 - Fernand VERGER lors d'un voyage de terrain organisé pour les élèves du département de géographie de l'ENS dans l'estuaire de la Loire en octobre 2012. [cliché : Éloïse LIBOUREL, 2012]

2Comme il l'affirmait en 1967 dans l'introduction de sa thèse : "Ainsi, la limite parfois incertaine entre la géographie physique et la géographie humaine s'estompe particulièrement dans les marais maritimes et la notion de milieu géographique tend donc à s'y substituer à celle de milieu physique. C'est le caractère profondément humanisé de ce milieu géographique qui nous l'a fait choisir parmi beaucoup d'autres (F. VERGER, 1967). Et de citer à l'appui de cette position la phrase d'Albert DEMANGEON (1947, p. 28-29) : "L'expression de milieu géographique est plus compréhensive que celle de milieu physique ; elle embrasse non seulement les influences naturelles qui peuvent s'exercer, mais encore une influence, qui contribue à former le milieu géographique, l'environnement tout entier, l'influence de l'homme lui-même".

3Ce travail, en deux parties, est issu d'une série d'entretiens et de séances de travail accordés par Fernand VERGER, et durant lesquels il a accepté de répondre à de très nombreuses questions et d'apporter une documentation abondante pour étayer ses propos et rendre la réflexion chaque fois plus féconde.

4Des années de formations correspondant à un parcours universitaire très classique à la rédaction d'une riche thèse en géographie physique, cet article se propose de montrer comment les approches historiques et scientifiques d'un chercheur qui concentre ses travaux dans le domaine de la géomorphologie préparent une carrière tournée vers l'usage des nouvelles technologies et l'intérêt porté à la place de l'homme dans son environnement – thématiques qui seront abordées dans un deuxième volet intitulé "De la télédétection à la prise de conscience de l'environnement".

5Si ce parcours est celui d'un géographe dont les objets et les méthodes ont évolué avec la discipline, il est parfois étonnant pour la génération de géographes qui n'a que très peu connu la dichotomie entre géographie physique et géographie humaine, et qui n'a en fait pas été formée à la géographie physique et à ses méthodes, ou de manière très incomplète. Pour cette génération, les méthodes de télédétection, de sédimentologie et de calcul utilisées par Fernand VERGER ne relèvent plus à proprement parler de la géographie, mais plutôt des géosciences pratiquées par des chercheurs venus d'un parcours scientifique, des biologistes et géologues pour l'essentiel.

Première partie : Histoire et sédimentologie à l'appui de la géomorphologie

I - Les années de formation : vers une thèse en géographie physique

1 ) Une formation classique en histoire et géographie

a. La licence d'enseignement

6Dans les années 1950, Fernand VERGER suit ce qui est alors le parcours classique pour devenir enseignant en histoire et géographie. Il prépare une licence d'enseignement comprenant quatre certificats : études littéraires classiques avec des épreuves de latin et de français, histoire moderne et contemporaine, géographie générale et géographie régionale. Si histoire et géographie restent intimement liées, la formation en lettres a été abandonnée dans les cursus universitaires en géographie. C'est à cette époque que Fernand VERGER fait la connaissance de quelques grands noms de la recherche dont certains seront ses maîtres par la suite. En histoire moderne et contemporaine, il suit notamment les cours d'histoire diplomatique de Pierre RENOUVIN (1893-1974, Professeur d'Histoire contemporaine, auteur d'une Histoire des relations internationales) et de son assistant d'alors, Jean-Baptiste DUROSELLE 1917-1994, ancien élève de l'École Normale Supérieure, étudie l'histoire du catholicisme avant de s'associer à Pierre RENOUVIN, avec lequel il publie une Introduction à l'histoire des relations internationales), et ceux d'histoire économique et sociale d'Ernest LABROUSSE (1895-1988, spécialiste engagé de l'histoire économique et sociale et auteur, entre autres, de Crise de l'économie française à la fin de l'Ancien Régime et au début de la Révolution). En licence, il suit les cours de géographie générale du Doyen André CHOLLEY (1886-1968, auteur d'une thèse principale de géographie régionale sur les Préalpes de Savoie et leur avant-pays ; il est surtout un maître incontesté et exerce son influence à la direction des Annales de géographie, de l'Information géographique, de la collection des manuels du secondaire parus chez l'éditeur BAILLÈRE ; ce sont sans doute les deux éditions successives en 1942 et 1961 du Guide de l'étudiant en géographie qui marquent le mieux l'originalité de son message) et ceux de géographie régionale de Georges CHABOT (1890-1975, ancien élève de l'École Normale Supérieure, rédige une thèse principale de géomorphologie sur les plateaux du Jura central, et une thèse secondaire consacrée à l'influence de Lyon sur la côtière occidentale de la Dombes ; il a ainsi suivi l'usage de consacrer une thèse à la géographie physique et une autre à la géographie humaine ; il a été l'un des pionniers de la géographie urbaine).

7Les cours d'André CHOLLEY, très formateurs et très suivis, lui ont laissé des souvenirs particulièrement vifs. À titre d'exemple, lors de ses cours, donnés le jour où les instituteurs étaient en congé, pour la préparation au CAPES et à l'agrégation, CHOLLEY arrivait dans le grand amphithéâtre de l'Institut de géographie comble. Pour faire le silence, il entrait et commençait son cours sur la voix d'une confession, si bien que personne n'entendait et qu'un silence religieux se faisait. Toute la matinée, il exposait les caractères d'un grand type de structure après avoir donné le corrigé d'un exercice que les étudiants avaient remis à l'un des assistants.

8Les "commentaires" de croquis de géographie régionale de Georges CHABOT, ancien élève de l'École Normale Supérieure, étaient particulièrement suivis. Ses cours sont aussi marquants, car il faisait faire à ses étudiants des cartes de géographie régionale, que l'on projetait grâce à un épiscope très puissant et que l'on corrigeait – anonymement, quoique chacun pût reconnaître l'auteur de la carte , ce qui ne se fait plus aujourd'hui. Les huit étudiants qui avaient obtenu le total de notes le plus élevé étaient emmenés en excursion dans une région de France, et c'est ainsi que Fernand VERGER fut conduit par CHABOT dans les monts du Vivarais et dans les mines de Saint-Étienne alors en activité et au fond desquelles les mineurs travaillaient souvent nus, ce qui interdisait leur visite aux étudiantes.

9En dehors de cette excursion d'une semaine dirigée par Georges CHABOT, CHOLLEY organisait des excursions de géographie physique d'une journée en autocar en Île-de-France, notamment à la Butte Chaumont (dans la commune de Champlan, au sud de Paris) que les travaux de terrassement liés à la construction de l'autoroute A 10 ont aujourd'hui fait disparaître ! Les étudiants eux-mêmes organisaient chaque année dans le cadre de l'Union Géographique de la Faculté des Lettres (UGFL), une excursion dans une région de France. L'Union Géographique de la Faculté des Lettres était une association d'étudiants en géographie fondée après la Libération. Cette association disposait d'un local au premier étage de l'Institut de Géographie, organisait des séances de préparation aux examens et concours où des étudiants avancés et des chercheurs dispensaient bénévolement des séances de travail pour les étudiants. L'UGFL percevait une subvention pour l'organisation de l'excursion annuelle des étudiants.

10Fernand VERGER a participé à plusieurs de ces excursions. Il se rappelle particulièrement celle de Corse où les étudiants débarqués à Ajaccio se rendirent à pied, cartes topographiques et géologiques à la main, à Bastia où ils reprirent le bateau pour le continent. La route partiellement enneigée fut parfois difficile et, mais l'accueil des instituteurs qui mettaient leurs salles de classe à la disposition des étudiants pour y installer leurs sacs de couchage, après des échanges préliminaires de courrier avec les maires, comme celui des paysans ou des bergers toujours chaleureux, demeure un excellent souvenir pour tous ceux qui participaient à ces excursions. Si la tradition du terrain en géographie demeure aujourd'hui vive, restrictions budgétaires, capacités d'accueil et questions de responsabilité en limitent le nombre et en font des exercices souvent moins aventuriers.

11La formation de géographe suivait un cadre déterminé, avec un certain nombre de certificats obligatoires pour obtenir la licence d'enseignement. Elle était beaucoup moins dispersée qu'aujourd'hui, même si l'on pouvait suivre des modules complémentaires, comme le certificat de Géographie Coloniale. L'année où Fernand VERGER préparait la licence, le programme du certificat de géographie régionale portait sur la France et l'Afrique du Sud. Ce certificat donnait lieu à des épreuves écrites et orales additionnées d'une épreuve de langue vivante (en l'espèce, elle consistait en la traduction d'un texte d'un géographe de langue allemande, et était jugée par Georges CHABOT lui-même).

b. Les mémoires du diplôme d'études supérieures : la préparation de la thèse

12Le diplôme d'études supérieures était constitué d'un mémoire principal, soit en géographie physique, soit en géographie humaine, et d'un mémoire annexe, dans l'autre branche.

13Fernand VERGER choisit alors de rédiger son mémoire principal sur le Marais de Monts, avec Aimé PERPILLOU, ancien élève de l'ENS, gendre d'Albert DEMANGEON, qui avait été son professeur au lycée Henri IV. "Géographe pointilleux" selon F. VERGER, il était l'auteur d'une thèse principale d'État sur le Limousin (1940), étude de géographie physique régionale, et d'une thèse complémentaire sur le paysage rural du Limousin. Il dispensait des cours sur la circulation (circulation maritime, la navigation intérieure, les routes…) et les grands produits (la laine, les céréales…). Il était aussi l'auteur de nombreux manuels scolaires.

14Son diplôme annexe, il le fait sous la direction de CHABOT en géomorphologie, sur le Talmondais (en Vendée). Les choix des deux terrains sont alors largement guidés par la possibilité d'un hébergement familial.

15À cette époque, le marais de Monts (Photo 2) avait appelé l'attention des linguistes comme Geneviève MASSIGNON qui dresse alors un atlas linguistique des parlers de l'Ouest,ou Lars-Owe SVENSONqui soutiendra en 1959 une thèse sur les parlers du Marais Vendéen à Göteborg. Ce marais à la forte individualité intéressait des spécialistes des arts et traditions populaires comme Jacques FESTY et Georges-Henri RIVIÈRE. La vie artistique avait aussi toujours été vive dans cette région dont les paysages et les hommes avaient su séduire écrivains (René BAZIN, Marc ELDER, Jean YOLE), peintres (Charles MILCENDEAU), graveurs (Auguste LEPÈRE, Jean-Émile LABOUREUR) et sculpteurs (Joël et Jan MARTEL). Mais la géographie physique ne s'y était guère intéressée. Cette absence d'intérêt pour la compréhension du milieu physique du marais – jointe à l'attrait qu'exerçait sur lui la beauté des paysages – a sans doute eu sa part dans le choix de la spécialisation ultérieure de Fernand VERGER.

Photo 2 - Au pied d'un orme champêtre, une bourrine du marais de Monts, siège d'une petite exploitation agricole. [cliché : Fernand VERGER, 1951]

Photo 2 - Au pied d'un orme champêtre, une bourrine du marais de Monts, siège d'une petite exploitation agricole. [cliché : Fernand VERGER, 1951]

16Lorsque Fernand VERGER préparait son mémoire de diplôme d'études supérieures sur le marais de Monts, ce pays était celui des petites exploitations agricoles. Beaucoup d'habitations étaient encore des bourrines faites de murs de terre et couvertes de roseaux dans un habitat dispersé à l'extrême. Cette dispersion entravait l'électrification et la bourrine représentée sur la photographie 2 était dépourvue d'énergie électrique et… de poteau électrique. Plus tard, il évoquera à nouveau sommairement cet état ancien du marais (F. VERGER, 2011).

17Déjà, des morceaux du mémoire principal sont publiés en 1956 sous le titre "Le Marais de Monts, étude de géographie régionale", chez un éditeur vendéen. Alain HUETZ DE LEMPS avait par exemple lui aussi publié des textes sur les Sables d'Olonne. Cette édition précoce des travaux universitaires sur des supports traditionnels de publication est aujourd'hui rare. Les moyens de diffusion ont changé, et les résultats de nombreux mémoires de master sont diffusés sur des supports électroniques, qui peuvent être maniés aisément et sans frais par les étudiants eux-mêmes. Les revues en ligne Échogéo, Cybergéo et Physio-Géo contribuent également à leur diffusion sur leurs plates-formes, ainsi que les sites internet des universités et laboratoires de recherche ou encore la plate-forme HAL (Hyper Articles en Ligne) qui recense les publications scientifiques.

18Fernand VERGER, comme Philippe PINCHEMEL un peu plus tôt, fréquente les géologues et y est encouragé par André CHOLLEY ; il suit alors les enseignements de sédimentologie d'André RIVIÈRE et de géologie de Pierre BELLAIR à la Faculté des Sciences de Paris ; en compagnie d'André PRENANT et de Jean-Pierre PINOT, il effectue aussi un stage de sédimentologie en 1957 chez Léopold BERTHOIS à l'École Nationale d'Agriculture de Rennes. Attiré par les terres alluviales des marais littoraux, Fernand VERGER comprend que l'étude des sédiments meubles sera indispensable à la compréhension de la géomorphologie des marais et entreprend la rédaction d'une thèse de troisième cycle sur la granulométrie qu'il soutiendra en 1960 et dont une partie sera publiée par le CNRS (F. VERGER, 1963). C'est à ce moment qu'il fait le choix d'une géographie physique fondée sur l'utilisation de méthodes pointues et innovantes.

2 ) Comparaison avec les cursus actuels

19Cette formation très complète, donnant une vue d'ensemble de la discipline et exigeant des étudiants des compétences dans l'ensemble de ses composantes avant de leur permettre de se spécialiser est aujourd'hui tombée en désuétude au profit de formations beaucoup plus ciblées.

20Les réformes successives de la formation universitaire ont conduit à une parcellisation des formations. Si dans la plupart des universités les formations restent généralistes la première ou les deux premières années de la licence, où l'on étudie l'histoire et la géographie, faute de programmes communs, chaque UFR propose une plaquette d'enseignements construite en fonction des spécialités des enseignants disponibles. La troisième année de licence est déjà le début d'une spécialisation où, par le jeu des options, chaque étudiant peut construire son propre parcours et "éviter" les enseignements qu'il juge moins intéressants. Cela se fait au détriment le plus souvent de la géographie physique, jugée moins attractive, et aussi moins enseignée, ainsi que des cours les plus techniques ou réputés demander des connaissances plus approfondies.

21En master, la logique est de plus en plus professionnalisante, de sorte que mises à part quelques formations généralistes à la recherche ou à l'enseignement, qui deviennent de moins en moins attractives et recrutent souvent des étudiants "par défaut", les formations sont de plus en plus ciblées. Ainsi, on étudie dans un master "Transport" ou "Environnement" avec une perspective professionnelle et un stage en entreprise au second semestre. L'offre de formations se modifie donc en fonction des modes et des secteurs jugés porteurs à un moment donné.

22Si les formations actuelles répondent sans doute mieux à la massification des études supérieures et à l'exigence de spécialisation à l'entrée du marché du travail, on pourra regretter que la plupart des étudiants en géographie manquent de connaissances, même élémentaires, dans certains domaines, et en particulier en géographie physique.

II - La thèse sous la direction d'André CHOLLEY

23Fernand VERGER souhaite préparer une thèse de doctorat d'État, passage obligé pour obtenir un poste de Professeur d'Université. La thèse de troisième cycle, de son côté, n'a été créée qu'en 1958 dans les Facultés des Lettres, quelques années après l'avoir été dans les Facultés des Sciences. Elle permettait d'être candidat aux fonctions d'Assistant ou de Maître-Assistant (sans l'agrégation) et autorisait l'entrée au CNRS ; elle tenait lieu de thèse secondaire pour le doctorat d'État. La thèse d'Université, qui n'ouvrait aucun droit, était le plus souvent préparée par des candidats étrangers.

24C'est sous la direction d'André CHOLLEY, pour qui Fernand VERGER a la plus grande estime, que sa thèse sera préparée. Doyen de la Sorbonne, directeur de collections et de revues, André CHOLLEY est très pris mais aussi très disponible, ouvrant son bureau de l'Institut de Géographie très libéralement le dimanche matin.

1 ) Un terrain français au profit de l'innovation méthodologique

25Dans les années 1950 et 1960, les sujets portent souvent sur de la géomorphologie assez limitée, les géographes étant assez timides par rapport aux sciences de la terre et à la géologie (ils exploitaient les résultats des autres de manière très limitée, quoique très intelligente). La thèse de Jacques GRAS (1964) sur le Bassin Parisien méridional en est un exemple. D'autres, comme celle de Pierre BIROT soutenue avant la guerre (1937) sur la morphologie des Pyrénées orientales franco-espagnoles, qui met l'accent sur l'intérêt des sédiments corrélatifs, ou celle de Jean TRICART sur le Bassin Parisien oriental (1948), ont fait avancer la géomorphologie climatique. La liste des thèses publiée chaque année dans le Bulletin de l'Association de Géographes Français (BAGF) montre alors une forte distinction entre géographie physique et humaine. Les thèses en géographie physique portent en général sur une seule région à l'exception de celle de PINCHEMEL (1952) qui porte à la fois sur une partie du Bassin parisien et une partie du Bassin de Londres…). Comparativement, la recension des thèses en 2012 montre une très nette prééminence de la géographie humaine et thématique, de plus en plus ancrée dans des paradigmes anglo-saxons.

26La thèse de Fernand VERGER se fait à l'échelle de la France, avec des comparaisons internationales, grâce à CHOLLEY. Ce dernier avait suggéré, lorsque Fernand VERGER lui demanda de diriger sa thèse en 1954, de travailler depuis l'Équateur jusqu'aux latitudes arctiques, dans une perspective de géographie zonale. Mais cela posait d'importants problèmes de moyens, car il n'y avait pas de financement par un laboratoire, pas d'équipe de recherches constituée. Fernand VERGER renonce donc à un si vaste sujet au profit des marais de la façade océanique de la France (Les marais des côtes françaises de l'Atlantique et de la Manche et de leurs marges maritimes. Étude de géomorphologie littorale), qu'il nourrit de comparaisons internationales. Il entreprend des observations de terrain sur les vasières françaises. Il mesure en particulier le dépôt des vases sur le littoral atlantique à l'aide de semis de sable qui sont couverts par une sédimentation de vase, permettant ainsi de mesurer périodiquement le dépôt effectué sur le lit de sable. Il rédige alors plusieurs notes qui sont présentées à l'Académie des Sciences par le géologue Charles JACOB sur la suggestion du Doyen CHOLLEY.

27Le terrain de cette thèse lui donne l'occasion de travailler avec des pêcheurs, des paysans et des instituteurs qui connaissent parfaitement leur milieu. Parmi ces relations humaines aussi chaleureuses que fructueuses, Fernand VERGER cite trois exemples. C'est sur le bateau de Gaëtan SALARDAINE, qui pêche au chalut soles et crevettes, qu'il peut parcourir l'anse de l'Aiguillon et ses abords. Il profite alors de la profonde connaissance de ce pêcheur de l'évolution des vasières et des chenaux de l'anse en fonction des marées. C'est le début d'une longue histoire d'amour avec l'Aiguillon. L'étude des sols de marais lui a aussi été facilitée par les relations amicales qu'il avait tissées avec Eugène Plaire, ancien maire de Champagné-les-Marais, qui lui a prêté pendant plusieurs années un de ses prés pour y mener des expériences sur la dilatation et le retrait des argiles du marais. C'est avec Jean MOUNÈS, instituteur aux Moutiers, qu'il parcourt en bateau la Baie de Bourgneuf. Fin connaisseur des estrans de la Baie et de l'histoire du Pays de Retz, Jean MOUNÈS restera en étroite relation avec Fernand VERGER avant d'être emporté par un cancer en 1975. Son nom sera donné à un collège de Pornic. Fernand VERGER a poursuivi ces relations amicales au delà de ses recherches jusqu'au décès de ces trois personnes.

28CHOLLEY lui propose d'aller à la Maison DESCARTES à Amsterdam, où il peut loger gratuitement pour travailler pendant les vacances deux années de suite. Il l'encourage aussi à se rendre à Copenhague pour y travailler auprès du Professeur Niels NIELSEN (1893-1981) et de ses élèves. Ces terrains lui laissent des souvenirs : logé à Copenhague chez le Professeur Niels NIELSEN, ils partent tous deux le lendemain de son arrivée en voiture pour la station de la péninsule de Skallingen que le Professeur avait créée avant-guerre et qu'il avait pu reconstruire en 1949 sur des bases nouvelles. C'est à partir des observations faites dans cette station que Niels NIELSEN a été le premier à mesurer la sédimentation de façon scientifique sur les rivages de la mer des Wadden, dès 1935. Le Professeur avait emporté de quoi manger (des œufs, du lard, du pain) et comme seule boisson de l'Aquavit !

29Logé ensuite à la station scientifique d'Esberg, il entend la tamiseuse qui servait à faire des analyses granulométriques travailler à longueur de nuit sous la surveillance de Kaj HANSEN. Il parcourt avec Niels Kingo JAKOBSEN, alors assistant du Professeur Niels NIELSEN, les estuaires danois de la mer des Wadden. Il rencontrera ensuite à Husum, au Sleswig-Holstein, des ingénieurs allemands dont certains évoquent parfois avec une certaine nostalgie les moyens importants dont ils avaient disposé sous le Troisième Reich dans le cadre de la politique du Lebensraum qui encourageait vigoureusement les conquêtes sur la mer. Ces ingénieurs lui permettent de connaître la merveilleuse contrée des Halligen, ces îlots de schorres isolés par des chenaux de marée – dont quelques-uns supportent des terre-pleins sur lesquels se juchent des fermes colorées. Il achève l'exploration de la mer des Wadden, en en parcourant la partie néerlandaise. Le Professeur L.M.J.U. van STRAATEN de l'Université de Groningue l'invita à fréquenter la station biologique de l'île de Terschelling et à parcourir sur les rivages du continent les rives du Lauwerszée qui n'avait pas encore été endigué, en logeant sur la recommandation du Professeur van STRAATEN, chez l'habitant à Zoutkamp. Aux Pays-Bas encore, le Professeur Jan-Pieter BAKKER l'invite à travailler sur le terrain en Frise avec les chercheurs et étudiants de géographie physique d'Amsterdam ; il participe alors à une cartographie détaillée des sols de la province de Frise fondée sur de nombreux sondages, puis à une cartographie des sédiments du polder du Nord-Est du Zuyderzée, alors en voie d'assèchement, approches dont il s'inspirera (Photo 3). Il découvre en outre des méthodes d'analyse telles que la palynologie auprès du Professeur Franz FLORSCHÜTZ de Leyde et la datation au Carbone 14 auprès du Professeur Hugo de VRIES de Groningue.

Photo 3 - Sondage dans un schorre à Fromentine (Vendée). [cliché : anonyme]

Photo 3 - Sondage dans un schorre à Fromentine (Vendée). [cliché : anonyme]

Ici, Fernand VERGER (à gauche) effectue un sondage aidé par deux manœuvres recrutés sur place (au second plan) et par Dov NIR (1922-2011) (à droite). Dov NIR, chercheur à l'Université hébraïque de Jérusalem, est alors en stage à l'Université de Paris. Il deviendra ensuite Professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem. La sonde est composée de tubes qui se vissent les uns sur les autres et permettent de prélever successivement des carottes sur une douzaine de mètres. La pénétration des tubes est assurée par leur rotation ainsi que par la pression exercée par une table enserrant le dernier tube er sur laquelle montent les opérateurs. Ce sondage permit de reconnaître un rivage daté de 7420 BP par le carbone 14 à 9,4 m plus bas que le rivage actuel, et fournit ainsi un jalon précis de la montée du niveau de la mer à l'Holocène. Les tubes de cette sonde, propriété du CNRS, étaient entreposés dans une remise louée rue Saint-Jacques par l'Institut de Géographie. Ils furent utilisés en 1968 pour construire des barricades rue GAY-LUSSAC.

30C'est à la suite de ses premiers voyages d'étude sur les rivages continentaux de la mer du Nord qu'il rédige un article pour les Annales de Géographie : "Les conquêtes sur la mer de la Zélande au Jutland" (1956-b). Cet article fut apprécié par Raoul BLANCHARD à qui il rappelait sans doute les recherches qu'il avait conduites lors de la préparation de sa thèse sur la Flandre, soutenue en 1906. Cet article contribuera vraisemblablement au succès de la candidature de Fernand VERGER comme Attaché de Recherche au CNRS en octobre 1956.

31Fernand VERGER s'est donné pour objectif de publier une thèse accessible et lisible. La grande carte en couleurs au 1/5000 de l'anse de l'Aiguillon qui l'accompagne a été imprimée par le Service hydrographique de la Marine grâce au soutien d'André GOUGENHEIM (1902-1975) qui en était le directeur. André GOUGENHEIM a beaucoup soutenu Fernand VERGER qu'il recevait fréquemment au Service Hydrographique alors établi rue de l'Université dans des locaux qui abriteront ensuite l'École Nationale d'Administration. Il fit prendre des photographies aériennes de l'anse de l'Aiguillon et de la baie de Bourgneuf en 1955 à son intention par un avion de l'Aéronautique Navale. Il accueillit aussi dans le Bulletin d'Information du Comité central d'Océanographie et d'Études des Côtes (COEC), qu'il dirigeait, toute une série d'articles que lui adressait Fernand VERGER (1955-a, 1955-b et 1955-c) et qui étaient l'objet d'entretiens avec lui. C'est aussi lui qui proposera ultérieurement à l'Académie des Sciences de décerner le prix GAY de géographie physique à Fernand VERGER.

2 ) La quête de la mesure : une thèse et un regard sur la géographie des années 1960

32La géographie souffrait dans les années 1960 de l'absence de mesure, physique ou humaine, précise. C'est pourquoi Fernand VERGER qui a suivi l'enseignement de statistique de Marc Barbut à Paris, a eu à cœur de développer un enseignement de ce type adapté à la géographie. Chef de travaux à l'Université de Poitiers, il enseigne les techniques statistiques élémentaires qu'il applique aussi bien à la géographie économique qu'à l'analyse granulométrique. À l'époque, la statistique était pratiquement inconnue parmi les géographes. Outre son enseignement à Poitiers, il fut chargé de cours de statistique élémentaire à l'École normale supérieure de Fontenay où il eut parmi ses élèves Marie-Claire ROBIC (Directrice de Recherche au CNRS), Denise PUMAIN (spécialiste de géographie urbaine, a été Recteur de l'Université de Grenoble et Professeur à l'Université de Paris I) et Madeleine BROCARD (Professeur à l'Université du Havre). Cette évolution va de pair avec les outils, mais surtout avec l'esprit général. C'est dans les années 1970 que les statistiques et la granulométrie sont introduites, ainsi que la morphométrie, l'étude de fréquence des coefficients de marée, les études statistiques sur la répartition de minéraux lourds, les spectres des minéraux… L'ensemble de ces méthodes était déjà beaucoup plus utilisé aux Pays-Bas et au Danemark. La volonté de précision dans la mesure va à l'encontre de certaines pratiques de l'époque, même si des géographes comme Jean DRESCH, qui ne les pratiquaient pas, n'y étaient pas hostiles, et si d'autres, comme Jean TRICART, les préconisaient. Aujourd'hui, la recherche de mesures précises, quantitatives ou qualitatives, est au centre de la plupart des méthodologies, preuve que l'introduction de mesures quantitatives en géographie, si elle n'était pas évidente de prime abord, a fait son chemin.

33Au bout de deux ans, se sentant quelque peu isolé socialement, Fernand VERGER démissionne du CNRS pour prendre un poste de Chef de Travaux à Poitiers, où il est chargé de faire construire un laboratoire de géographie dans un bâtiment en construction à l'arrière de l'Hôtel Fumé, qui date du début du XVIème siècle, et qui abritait jusqu'alors les géographes. L'Université de Poitiers n'exige pas de lui la résidence, ce qui lui permet d'emprunter à Paris pour ses étudiants les documents dont le fonds de Poitiers ne dispose pas.

34Lorsque Fernand VERGER a commencé sa carrière, il n'y avait pas de laboratoire véritable : au CNRS, où il était Attaché de Recherche, le laboratoire de géographie physique était dans une petite pièce, qui servait aussi de salon de thé au personnel administratif, au premier étage de l'Institut de Géographie. Le seul matériel consistait en une étuve, une balance, un microscope binoculaire et quelques tamis mal entretenus. On allait donc travailler à la Faculté des Sciences. Il faut noter que si la constitution de laboratoires est désormais la règle plutôt que l'exception, l'exiguïté des locaux et le manque de matériel moderne et entretenu est toujours d'actualité.

35Fernand VERGER parvient alors à commencer des mesures précises topographiques sur la morphologie des schorres (Fig. 1). Les cartes de l'Institut Géographique National donnent des courbes de niveau d'une équidistance beaucoup trop grossière pour une fine étude de ces formes où une équidistance décimétrique est nécessaire. Empruntant un niveau au bureau des Ponts et Chaussées des Sables d'Olonne, il entreprend le levé de coupes topographiques précises des schorres de la Baie de Bourgneuf et de l'Anse de l'Aiguillon. Il associe à ces levés des mesures de sédimentation par la méthode des semis de sable. Des semis de sable précisément repérés sont mis en place dans des secteurs qui ne connaissent que des dépôts de vase fine. Un carottage effectué à l'aide d'un carottier que Fernand VERGER avait fait faire en acier inoxydable (pour faciliter son entretien) dans un lycée technique, permet de mesurer l'épaisseur du dépôt de vase à intervalles réguliers. Ces mesures ont permis de mettre en évidence le rôle essentiel des laisses de marée dans la sédimentation des wadden.

Figure 1 - Fernand VERGER en 1954 – terrain, mesures et coupes. [clichés : G. DURRY et J.P. ALLIX]

Figure 1 - Fernand VERGER en 1954 – terrain, mesures et coupes. [clichés : G. DURRY et J.P. ALLIX]

Fernand VERGER a toujours utilisé la répartition géographique pour expliquer les phénomènes. Les dépôts les plus abondants sont localisés là où les laisses de pleine mer sont les plus fréquentes, permettant ainsi de mettre en évidence le processus du colmatage.

36Dans le même temps, il donne des heures complémentaires à l'ENS de Jeunes Filles de Sèvres, notamment pour enseigner la technique des coupes géologiques et de leur commentaire géomorphologique. Cette épreuve du Certificat de Géographie Générale – mention Géographie ou mention Histoire – était particulièrement redoutée des candidats, même Normaliens. C'est alors qu'il a pour élèves Catherine COQUERY-VIDROVITCH et Nicole JOSA-MATHIEU. Finalement cette épreuve qui effraye beaucoup lui apparaît comme enrichissante pour la compréhension globale des paysages, après un apprentissage rigoureux. Après avoir été chargé de cours complémentaires dans le cadre de la préparation à l'agrégation, il obtient le poste de Maître-Assistant de géographie qui vient d'être créé à l'ENS de Sèvres et abandonne celui qu'il occupait à l'Université de Poitiers.

3 ) La thèse, des marais maritimes à Mai-68 : quelques anecdotes !

37Fernand VERGER termine en 1967 un tapuscrit. À cette époque, le processus d'édition et de soutenance des thèses est bien plus long et complexe qu'aujourd'hui. Il lui faut alors obtenir le permis d'imprimer du Doyen de la Faculté après le rapport que CHOLLEY avait rédigé avant son décès en 1968, puis trouver les crédits pour faire imprimer la thèse : il n'existe qu'une subvention limitée du Ministère ; celle-ci ne couvre à peu près que le tiers du prix. Le fils de Fernand VERGER, 11 ans à ce moment là, note que le premier devis fourni par OBERTHUR pour l'impression de la thèse (51971 francs pour 800 exemplaires, alors que la subvention s'élevait à 15625 francs) est égal au prix de deux DS à phares tournants. À l'époque, il roulait dans la 2 CV de son père ! Il fallait en effet déposer 80 exemplaires destinés aux bibliothèques universitaires avant de soutenir, ce qui d'ailleurs supprimait un marché. On ne pouvait pas imprimer en off-set car un texte de 1898 toujours en vigueur alors à l'Université, disait que l'impression devait se faire "par les procédés habituels de la typographie".

38La thèse est donc imprimée chez BISCAYE (Fig. 2), un imprimeur bordelais spécialisé dans l'impression des thèses, comme celle d'Henti ELHAÏ (1963). L'impression est faite en 1968 pendant les événements de Mai, ce qui crée des difficultés pour corriger les épreuves, car il n'y a pas toujours de jonction Bordeaux-Paris à ce moment là. Finalement, les 800 exemplaires pesant 1,6 tonne sont livrés rue Buffon à Paris, où Fernand VERGER, alors Directeur du Laboratoire de Géomorphologie Littorale de l'EPHE, dispose d'un bureau.

Figure 2 - Couvertures de l'édition de soutenance et des publications successives de la thèse de Fernand VERGER : (a et b) Imprimerie BISCAYE, 1968 ; (c) Éditions Paragdime (Librairie MINARD), 1983 ; (d) Éditions Paradigme, 1988.

Figure 2 - Couvertures de l'édition de soutenance et des publications successives de la thèse de Fernand VERGER : (a et b) Imprimerie BISCAYE, 1968 ; (c) Éditions Paragdime (Librairie MINARD), 1983 ; (d) Éditions Paradigme, 1988.

Les 800 exemplaires du premier tirage de la thèse épuisés, une nouvelle impression en format réduit et additionnée de résumés en français et en anglais est publiée en 1983 par les éditions MINARD. Celle-ci, épuisée à son tour, est suivie d'une nouvelle réimpression en 1988.

39À la rentrée 1969, le congrès de l'UGI (Union Géographique Internationale, association de géographes créée en 1922 à Bruxelles, qui organise des congrès) a lieu à New Delhi. DRESCH, qui tenait à présider le jury, et GUILCHER, qui avait pris la direction de la thèse après le décès de CHOLLEY, s'y trouvaient, avec la volonté de parcourir du terrain à la suite du congrès. Puis diverses missions internationales des membres du jury retardèrent encore la soutenance. C'est lors du référendum organisé en avril 1969 par de GAULLE que tous les membres du jury (Jean DRESCH, comme Président, André GUILCHER, éminent spécialiste des littoraux, comme rapporteur, Pierre BIROT, pour évoquer surtout des sols, et Léopold BERTHOIS, pour la sédimentologie) se sont trouvés réunis. La soutenance, annoncée dans Le Monde comme c'était alors le cas pour toutes les thèses d'État ès Lettres, a alors lieu dans l'amphithéâtre Emmanuel de MARTONNE de l'Institut de Géographie, le samedi 25 avril, de 14h à 18h. Elle donnait enfin le droit de diffuser la thèse et était nécessaire pour être inscrit sur la liste étroite pour l'obtention d'un poste de Professeur.

40Pour l'anecdote, la diffusion de la thèse en France en tant qu'auteur-éditeur n'est pas toujours simple. Pour un exemplaire vendu aux États-Unis, Fernand VERGER reçoit sans formalité un chèque en retour et l'envoi bénéficie du demi-tarif postal pour les imprimés scientifiques. Pour un envoi à l'Université d'Orsay, en revanche, il fallait un mémoire administratif en trois exemplaires avec en toutes lettres "certifié sincère et véritable le présent mémoire s'élevant à la somme de cent francs". Un premier mémoire est fait en mai 1969, mais est renvoyé sous le prétexte que l'auteur n'est pas inscrit au registre du commerce, ce qui n'est pas obligatoire pour un auteur-éditeur. En octobre, on lui demande un numéro de SIRENE, auquel il n'est pas soumis non plus. En décembre, l'exercice budgétaire est terminé, donc la procédure est à refaire ! De plus, les frais postaux d'envoi d'un imprimé scientifique sont plus importants pour la France que pour les États-Unis. Au total, la thèse s'est bien vendue, notamment aux Pays-Bas, en Allemagne, au Danemark, aux États-Unis, ainsi qu'en Belgique, en Angleterre et en Italie. En France, les envois de l'Université dans les bibliothèques avaient quelque peu saturé le marché universitaire, au moins au début.

4 ) Réception de la thèse par la communauté scientifique

41La thèse est bien reçue. Elle fait l'objet de très nombreux comptes-rendus en France et à l'étranger. Ceux d'André GUILCHER dans les Annales de géographie (1969), d'André GOUGENHEIM dans les Comptes-rendus de l'Académie des Sciences (1969), de J.A. STEERS dans le Geographical Journal (1970), qui qualifie cet ouvrage de "must", de Jean TRICART dans la Revue de Géomorphologie dynamique (1971) et de Paul FÉNELON dans Norois (1971) sont particulièrement élogieux, Fernand VERGER n'a donc aucun mal à voir son poste transformé en véritable chaire. Il conserve un enseignement classique pour la préparation à l'agrégation à l'ENSJF où il aura notamment pour élèves Marianne BASTID-BRUGUIÈRE (sinologue, sera Directrice-adjointe de l'École Normale Supérieure de 1988 à 1993 et élue à l'Académie des Sciences Morales et Politiques en 2001) et Brigitte JEANNENEY-JOSEPH (ancienne élève de l'École Nationale d'Administration, sera Administrateur Général du Musée du Louvre, puis Inspectrice Générale des Affaires sociales de la Ville de Paris) et dispense un enseignement spécialisé en géomorphologie littorale dans le cadre de l'EPHE, lors de séminaires à Paris et de stages à Dinard.

42Il y a alors beaucoup de thèses de pure géomorphologie : Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, devenue géographe humaine, comme Philippe PINCHEMEL entre autres, qualifie plus tard sa thèse sur la morphologie du Morvan et sa bordure (1951) de "pêché de jeunesse". Ces thèses n'ont jamais eu de marché (elles ont été tirées à 300 ou 400 exemplaires), ni beaucoup de lecteurs dans les bibliothèques. Heureusement, Mai-68 a allégé le dispositif en n'exigeant plus l'impression avant la soutenance, mais on pourra aussi regretter que nos bibliothèques ne soient plus nourries de telles sommes.

43Puis il est nommé collaborateur-adjoint au service de la carte géologique. Il collabore pour le Quaternaire à plusieurs cartes géologiques et dirige la rédaction de celle de l'Aiguillon-sur-Mer au 1/50000. Les frais de déplacement lui sont alors remboursés, ce qui lui permet d'aller sur le terrain. C'est l'époque où l'on fait des tranchées pour le gaz de Lacq, ce qui permet d'observer des coupes continues et gratuites. De même, il existait alors un permis pour aller sur les voies ferrées sans autorisation spéciale, ce qui offrait souvent des points de vue intéressants. Aujourd'hui, ce ne serait plus possible, ou du moins beaucoup plus compliqué.

44Les apports de la thèse sont nombreux. La thèse semble avoir réglé définitivement l'épineuse question de l'origine des buttes des coquillières de Saint-Michel en l'Herm qui intriguait les savants depuis que LA POPELINIÈRE ait écrit en 1572 que "pour savoir dire comme ces montagnes d'huîtres se sont faites là : les plus savants s'y sont toujours desferrez : ceux du pays mêmes y ont perdu leur Latin ".

45Pourtant l'origine anthropique des buttes constituées de coquilles d'huîtres était encore controversée. La démonstration apportée par Fernand VERGER rencontrait encore de vives oppositions vers 1960. Gilbert RANSON à qui il montrait des traces d'ouverture sur des valves de coquilles d'huître provenant de Saint-Michel-en-l'Herm, refusa de tenter l'expérience facile d'inciser des coquilles dans son laboratoire avec une lame métallique sous le prétexte fallacieux que "selon l'échelle de Mohs, l'aragonite était plus dure que l'acier", ce qui réglait définitivement la question pour ce Sous-Directeur du Laboratoire de Malacologie du Muséum National d'Histoire Naturelle.

46Abel BOUHIER, Maître-Assistant à la Faculté des Lettres de Poitiers où il était le collègue de Fernand VERGER, fervent partisan de l'origine naturelle des buttes, écrivait en 1957 : "il est certain que les gisements coquilliers des Chauds se sont formés dans une mer peu profonde". Il défendait encore cette position en 1961 lors de la 44ème Excursion Géographique Interuniversitaire. Les Excursions Géographiques Interuniversitaires avaient été crées en 1905 par Emmanuel de MARTONNE, qui en dirigea la première en Bretagne. Elles réunissaient des étudiants et des Professeurs de géographie de toutes les universités pendant plusieurs jours. La 44ème édition fut organisée par les Professeurs Paul FÉNELON et Jean ROBERT, les Maîtres-Assistants Abel BOUHIER et Fernand VERGER de l'Université de Poitiers.

47À cette occasion, Abel BOUHIER intervenait après l'exposé de Fernand VERGER, pour la plus grande joie des étudiants poitevins qui goûtaient la controverse entre deux de leurs enseignants (cf. Annales de Géographie, 1963, volume 72, passage sur les buttes d'huîtres, p. 642). La démonstration de l'origine humaine apportée par la thèse de Fernand VERGER l'était pour la première fois par un faisceau d'analyses stratigraphiques et palynologiques pratiquées sur des échantillons prélevées lors d'un sondage ayant atteint 5 mètres sous le plancher du dépôt de coquilles d'huîtres, appuyé par l'examen des traces d'ouverture ainsi que par des datations radio-chronologiques et numismatiques. Les déterminations des monnaies découvertes dans les buttes de Saint-Michel-en-l'Herm ont été effectuées par le numismate Jean LAFAURIE.

48Ce dépôt de coquilles d'huîtres, résultat d'une intense exploitation de la ressource, n'est pas unique en France, même s'il est de loin le plus important. Son exploitation industrielle l'a fait disparaître en presque totalité. Fernand VERGER se rappelle avoir adressé en 1968 au Ministre d'État chargé des Affaires culturelles, alors André Malraux, une demande de sauvegarde d'une partie subsistante de ces buttes ; cette demande est restée sans réponse. En 2013, seule la partie, de hauteur modeste, qui constitue le soubassement de la ferme des Chauds, subsiste encore. Il serait très souhaitable d'assurer la sauvegarde juridique de ce témoin. Peut-être la constitution du musée Littoralis, sous l'impulsion de la Région des Pays de la Loire, sur laquelle Fernand VERGER est consulté, pourra-t-elle englober cette sauvegarde ?

49Fernand VERGER en a étudié d'autres, à Beauvoir-sur-Mer et à Bourgneuf-en-Retz par exemple. Charles de la MORANDIÈRE en a également étudié à Granville. Il en existe aussi un qui forme l'Île aux Pêcheurs dans l'étang de Diane, en Corse, et dont les preuves d'ouverture sont de curieuses perforations carrées (Photo 4). L'étude des buttes d'huîtres de Saint-Michel-en-l'Herm a rendu Fernand VERGER sensible aux autres dépôts de même nature qu'il a pu observer. Si les traces d'éraflure des huîtres de Saint-Michel s'expliquent par leur écaillage à l'aide de couteaux dont on a retrouvé des exemplaires dans les buttes, les perforations carrées qu'on observe dans les valves supérieures des huîtres de l'île des Pêcheurs de l'étang de Diane demeurent encore une énigme pour lui.

Photo 4 - Coquille d'huître de l'Île aux Pêcheurs, dans l'étang de Diane (Corse), marquée par une perforation carrée qui intrigue les chercheurs et Fernand VERGER tout particulièrement. [cliché : Fernand VERGER]

Photo 4 - Coquille d'huître de l'Île aux Pêcheurs, dans l'étang de Diane (Corse), marquée par une perforation carrée qui intrigue les chercheurs et Fernand VERGER tout particulièrement. [cliché : Fernand VERGER]

50La thèse a démontré le mécanisme des dépôts de vase essentiellement liés à la fréquence des lais de mer. Elle a aussi mis en évidence l'importance des gonflements et des retraits de certains types d'argile dans la pédogenèse des sols de marais. Elle a ainsi décrit des buttes gazonnées non périglaciaires, appelées mottureaux par les paysans d'Angles dans le marais Poitevin (terme ensuite adopté dans plusieurs publications françaises et étrangères), et les a assimilées à des formes de gilgais.

51Fernand VERGER eut ici encore quelques difficultés à faire admettre le mécanisme de la formation des mottureaux, notamment auprès de Stéphane HÉNIN, Professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, avec lequel il avait noué des relations scientifiques au sujet de nature des argiles des sols des marais. Celui-ci avait bien remarqué l'existence de ces micro-reliefs lorsqu'il se rendait à la station de l'INRA de Saint-Laurent-de-la-Prée au milieu des marais de Charente-Maritime, mais n'avait pas accepté le rôle des alternances de gonflement et de retrait des argiles dans le processus de formation de ces microreliefs. Il les considérait comme des fourmilières. C'est à la suite de cette opposition que Fernand VERGER sollicita la collaboration de Jacques DUPUIS pour étudier les véritables fourmilières du marais afin de les différencier des mottureaux.

52Toujours dans le souci de la mesure, Fernand VERGER, après avoir décrit ces microreliefs des marais qu'il a désignés comme des mottureaux, a souhaité en quantifier la croissance dans des prés expérimentaux. Il a pour cela construit des gabarits (Fig. 3) qui lui ont permis de mesurer tous les ans la croissance de ces microreliefs. Sensible à l'histoire des lieux, il put mettre en rapport certains alignements de ces microreliefs avec des labours du XIXème siècle.

Figure 3 - Photographie de mottureaux dans un pré de Champagné-les-Marais, pendant l'hiver (à gauche  cliché de F. VERGER) et schéma d'un gabarit à mottureaux (à droite  tiré de la thèse de F. VERGER).

Figure 3 - Photographie de mottureaux dans un pré de Champagné-les-Marais, pendant l'hiver (à gauche  cliché de F. VERGER) et schéma d'un gabarit à mottureaux (à droite  tiré de la thèse de F. VERGER).

53Mais un des apports majeurs de cette thèse est sans doute d'avoir montré dans une perspective plus large que s'il y a des évolutions dans la ligne de rivage des régions de marais littoraux au cours du dernier millénaire, elles ne sont pas dues à des variations de niveau de la mer, mais principalement à des modifications de la pression sociale liée à l'histoire économique. Au croisement entre géographie humaine et géographie physique, Fernand VERGER a toujours tenu à mettre en relation des observations de terrain avec les évolutions de la société, même s'il reste un géographe physicien dans les racines.

54Les relations humaines plus qu'institutionnelles que Fernand VERGER sut tisser, tant en France qu'à l'étranger, avec des spécialistes confirmés lui ont permis d'étayer une recherche originale dont beaucoup de sujets ont été suscités lors des relations de terrain avec les paysans, les pêcheurs, les marins, les instituteurs et les ingénieurs des travaux publics de l'État.

Seconde partie : De la télédétection à la prise de conscience de l'environnement

I - La télédétection et les techniques spatiales

1 ) Collaboration avec la NASA et utilisation des nouvelles technologies cartographiques

55En 1965, un poste de Directeur d'Études cumulant est ouvert à la troisième section de l'École Pratique des Hautes Études (EPHE), à la suite de la mise à la retraite de Francis RUELLAN (1894-1975), qui était aussi Professeur de géographie à l'Université de Rennes. Ce dernier, défavorable à la nomination de Fernand VERGER, suscite plusieurs candidatures concurrentes qu'il soutient vigoureusement. Comme c'est l'usage, Fernand VERGER effectue des visites de candidature auprès des membres du bureau de la section des sciences de la Vie et de la Terre. Il rencontre alors l'océanographe Maurice FONTAINE (1904-2009, membre de l'Académie des Sciences, professeur et Directeur du Muséum d'Histoire Naturelle, Directeur cumulant à l'EPHE lorsque Fernand VERGER lui rend visite), le neurobiologiste Alfred FESSARD (1900-1982, membre de l'Académie des Sciences, Professeur au Collège de France, Directeur cumulant à l'EPHE), le micro-paléontologue Georges DEFLANDRE (1897-1973, Directeur à l'EPHE) et garde un souvenir ému de ces longs entretiens très enrichissants. Il prend donc en 1966 la direction du Laboratoire de Géomorphologie Littorale de Dinard, avec un bureau dans les locaux du Muséum National d'Histoire Naturelle, 65 rue BUFFON à Paris.

56Le Laboratoire de Géomorphologie Littorale appartient à la Troisième section de l'École Pratique des Hautes Études, celle des sciences naturelles appelée ultérieurement des sciences de la Vie et de la Terre. Dans ce cadre, Fernand VERGER accueillait des chercheurs qui préparaient des thèses (Jean-Yves DESDOIGTS, Paolo PIRAZZOLI, Étienne AUPHAN, Monique LANCIN, Noël de SOUZA, Louis BRIGAND, Lydie GOELDNER-GIANELLA, Jeannine LE RHUN) ou des diplômes de l'EPHE (Paolo PIRAZZOLI, Nacima BARON-YELLÈS) sous sa direction, organisait des stages essentiellement consacrés aux méthodes de terrain : levé topographique, nivellement, aux méthodes de cartographie et d'interprétation de photographies aériennes, triangulation par plaques à fentes radiales et d'analyses sédimentologiques. Il a eu l'opportunité de faire créer en 1981 un poste de Directeur-Adjoint et de recruter pour l'occuper Louis-Robert LAFOND dont il avait pu apprécier les qualités pédagogiques alors qu'il suivait des cours de sédimentologie à la Faculté des Sciences, lorsque Louis-Robert LAFOND était l'Assistant du Professeur RIVIÈRE. Il avait aussi eu ultérieurement l'occasion de collaborer avec lui pour l'étude minéralogique des argiles du Marais Poitevin. Dans le cadre du laboratoire de l'EPHE à Dinard, Louis-Robert LAFOND a aussi dirigé de nombreuses thèses de sédimentologie. Ce laboratoire est aujourd'hui dirigé par Samuel ÉTIENNE.

57Cette direction de laboratoire lui permet, à côté de l'enseignement qu'il dispense à l'École normale supérieure, alors essentiellement tourné vers la préparation à l'agrégation, de poursuivre sa spécialité de géographie physique littorale par des séminaires, des directions de thèse et des recherches propres originales.

58Au début des années 1970, la NASA lance un appel d'offres pour le lancement d'ERTS 1 (Earth Resources Technology Satellite) qui prendra le nom de Landsat 1 en 1975 (Landsat 8 a été lancé en 2013) et cherche des Européens spécialistes de questions qu'ils pourraient étudier par les satellites, c'est-à-dire par la télédétection. Fernand VERGER dépose une candidature avec un programme (Fralit = French Atlantic Littoral) portant sur le littoral atlantique français, qui est retenu. Le programme Fralit s'engageait à exploiter des images numériques obtenues par le satellite Landsat sur le littoral océanique de la France et à en fournir les résultats à la NASA. Il est alors nommé Principal Investigator et s'associe à Jacques DUPUIS, Professeur de pédologie, avec lequel il a travaillé sur les sols du marais poitevin, et à Pierre DEMATHIEU, ingénieur géographe. Il s'agit de traiter des données sur bande magnétique pour les interpréter après les avoir traitées et visualisées par cartographie automatique. Mais à l'époque, il n'y a pas d'ordinateurs à la disposition des géographes. En 1972, le lancement du satellite permet la réception de données préliminaires sur film puis sur grosses bandes magnétiques, déposées au CIRCE (Centre InterRégional de Calcul Électronique) à Orsay qui dispose des moyens de lecture appropriés. Josiane Serre, alors directrice de l'ENS de jeunes filles, leur est d'une grande aide, car l'École dispose d'un équipement informatique IBM à Montrouge, relié au CIRCE (Fig. 1). Elle leur présente également Jean-Daniel DAVID, Maître-Assistant de chimie à l'ENS, très bon informaticien, qui a fait de la cartographie moléculaire. Il les aide à faire des programmes sur cartes perforées pour lire les bandes, à une époque où aucun géographe n'utilisait cela. Les premières cartes sont réalisées avec des signes typographiques (voir Fig. 4) – il fallait changer à chaque couleur le Rotring de la table à tracer.

Figure 4 - La complexité des procédures de traitement des données spatiales dans les années 1970.

Figure 4 - La complexité des procédures de traitement des données spatiales dans les années 1970.

59Mais cela n'allait pas sans poser de problèmes. Fernand VERGER se rappelle notamment avoir passé un jour férié où ses collègues lui avaient laissé la libre disposition des ordinateurs et traceurs, sans aucun résultat. Il avait bien placé les données et le programme sous forme de cartes perforées dans l'ordinateur. Pour tenir compte de la rotation de la Terre au cours de la prise de vue par le satellite, il fallait introduire une valeur de tangente trigonométrique dans le programme. Armé des tables – autrefois célèbres – de BOUVART et RATINET (il s'agit de tables logarithmiques), Fernand VERGER encore novice introduisit cette valeur décimale de tangente avec une virgule et non un point ; malgré la vérification de toutes les instructions, il fallut attendre l'arrivée des scientifiques de l'École le lendemain pour déceler cette erreur.

60La télédétection apparaît à ce moment-là comme une chance extraordinaire, car elle permet d'analyser les paysages de manière numérique, avec des technologies novatrices (Fig. 5). Les images satellitaires apparaissaient encore comme une suite de chiffres dont il fallait faire le rendu graphique soi-même (F. VERGER, 2010).

Figure 5 - Carte de l'Anse de l'Aiguillon, réalisée sur une table à tracer avec des caractères alphanumériques. Ceux-ci permettaient d'obtenir un dégradé dans chaque couleur. Ainsi un dégradé du bleu des eaux était obtenu par l'emploi des caractères suivants : W O + -.

Figure 5 - Carte de l'Anse de l'Aiguillon, réalisée sur une table à tracer avec des caractères alphanumériques. Ceux-ci permettaient d'obtenir un dégradé dans chaque couleur. Ainsi un dégradé du bleu des eaux était obtenu par l'emploi des caractères suivants : W O + -.

61Les lignes de balayage de la surface terrestre par le capteur MSS fournissaient des suites de quadruplets correspondant aux 4 canaux MSS 4, MSS 5, MSS 6 et MSS 7. C'est de leur combinaison, appelée signature multispectrale, que l'on déduisait la nature du paysage détecté. L'interprétation se fait en cherchant des valeurs limites. Le canal MSS 7 (infrarouge proche) fournit par exemple un bon indicateur pour reconnaître les étendues d'eau et de fixer la limite entre eau et terre ; le canal MSS 4 permet ensuite de distinguer des classes de turbidité dans la partie reconnue comme de l'eau grâce au canal MSS 7.

62Fernand VERGER manifeste aussi dans l'apprentissage de la télédétection le goût des mesures afin de vérifier l'interprétation des données spectrales des satellites dans une démarche alors appelée de "vérité-terrain". Il entreprend des mesures radiométriques de réflectance des sédiments présentant des différentes compositions minéralogiques et des degrés d'humidité variés, notamment dans la baie du Mont Saint-Michel. Ces mesures sont effectuées grâce à des radiomètres Exotech (Photo 5) acquis par le Laboratoire de Géomorphologie Littorale de l'EPHE. Ces radiomètres mesurent le rayonnement reçu et le rayonnement réfléchi par les différents terrains pour définir la réflectance des différentes natures de "terrain". Ces radiomètres sont sensibles dans les 4 bandes spectrales du capteur MSS (Multi Spectral Scanner) du satellite Landsat 1.

Photo 5 - Radiomètres Exotech sur le perron du laboratoire de Dinard. [cliché : Fernand VERGER] 

Photo 5 - Radiomètres Exotech sur le perron du laboratoire de Dinard. [cliché : Fernand VERGER] 

63D'autres missions en coordination avec des missions aériennes du GDTA sont organisées pour permettre l'interprétation des données portant sur des bandes spectrales plus fines et plus nombreuses. Les mesures sont alors effectuées par un véhicule-laboratoire du CNES (Photo 6) qui n'était pas particulièrement adapté au parcours sur les sédiments de la baie du Mont Saint-Michel.

Photo 6- Véhicule-laboratoire du CNES qu'un tracteur de mytiliculteur permet de dégager de la vase de la Baie du Mont Saint-Michel. [Cliché : Fernand VERGER]

Photo 6- Véhicule-laboratoire du CNES qu'un tracteur de mytiliculteur permet de dégager de la vase de la Baie du Mont Saint-Michel. [Cliché : Fernand VERGER]

2 ) La télédétection comme méthode d'analyse des paysages : du CNES à la vulgarisation

64En 1973, lors de la préparation du salon du Bourget, l'équipe obtient le soutien du CNES. Ce dernier, comme tuteur du programme, à permis d'avoir des moyens supplémentaires, notamment des chercheurs, comme Paolo PIRAZZOLI. Les recherches font l'objet d'un rapport scientifique, Télédétection du littoral atlantique de la France publié dans la collection de l'École Normale Supérieure de jeunes filles. La publication des résultats a pu donner lieu à quelques péripéties : les services de Michel DEBRÉ, alors ministre d'État chargé de la Défense, avaient interdit de commenter l'image des Landes parce qu'il y avait des bases militaires, or la NASA attendait le commentaire pour le publier. Le CNES est parvenu au terme de négociations à faire lever cette interdiction.

a. Publier, vulgariser

65La publication du rapport scientifique va dans le sens d'un rôle de vulgarisation et de mise à disposition du public des résultats de la recherche. Dans cette volonté de diffuser la télédétection, Fernand VERGER a écrit un "Que sais-je ?" sur l'Observation de la Terre par les satellites, dirigé une collection d'ouvrages (Télédétection satellitaire) destinés à l'enseignement supérieur et une collection de diapositives pour l'enseignement secondaire. Il a aussi réalisé, en 1985, avec Jean-Louis TISSIER et Isabelle SOURBÈS qui deviendra ensuite sa femme, le vidéogramme Pixels et paysages sur l'Anse de l'Aiguillon, traduit en anglais et en espagnol.

66Néanmoins, la télédétection n'a pas provoqué immédiatement chez les géographes un enthousiasme sans borne… Fernand VERGER se rappelle l'accueil ironique d'un collègue auquel il présentait avec enthousiasme la carte en couleurs de l'anse de l'Aiguillon qu'il venait d'obtenir sur l'imprimante couleur de l'ENS. Ce collègue qui avait passé de longues années à chercher à savoir si la surface sommitale du Lannemezan était néo-villafranchienne ou fini-villafranchienne, lui dit : "C'est très beau, mais franchement, à quoi ça sert ?".

67Le souci de favoriser l'essor de cette technique chez les géographes conduit Fernand VERGER à obtenir de 1979 à 1985 la présidence d'une ATP (Action Thématique Programmée) créée par le CNES et le CNRS, soutenue ensuite par l'IFREMER, en souhaitant faire représenter la géographie dans un univers où océanographes et géologues tiraient la couverture à eux. Il assure aussi un enseignement de télédétection appliquée à la géographie dans le cadre d'un DEA associant l'Université de Paris 1 à l'École Normale Supérieure. Ce souci de diffusion de l'innovation scientifique et méthodologique est une constante du parcours du géographe.

b. Le voyage à Dakar

68L'idée de créer un laboratoire de télédétection au Sénégal était séduisante, car d'excellents géographes sénégalais, titulaires de doctorats d'État, étaient susceptibles d'utiliser ces techniques dans une région qui manquait d'une cartographie récente, et de les enseigner. Estimant que la télédétection est un excellent outil pour l'aménagement d'un pays, Fernand VERGER enseigne, lors de missions poursuivies pendant six ans, les méthodes de la télédétection et travaille avec les équipes de Dakar, notamment pour la réalisation du traitement des premières images de télédétection Landsat du Sénégal, puis pour une simulation de satellite SPOT dans le cadre du Programme d'Évaluation Préliminaire du satellite SPOT (PEPS) sur le delta du Saloum en 1985.

69Il rencontre parfois quelques difficultés inattendues. Dans le cadre d'un accord de coopération entre l'ENS et le Sénégal, des crédits pour l'achat d'une Méhari, d'une console Tektronix et de climatiseurs, ainsi que pour quelques bourses d'études sont débloqués. L'inauguration d'un laboratoire de télédétection à l'Université de Dakar-Fann se fait en présence de l'Ambassadeur de France, du Ministre sénégalais Alassane SECK et de Mamadou SALL, tous deux détendeurs d'un Doctorat d'État français, et des autres Professeurs du Département de Géographie de l'Université de Dakar. Le lendemain de cette inauguration, les climatiseurs avaient été volés et, par les baies qui avaient été ménagées dans les murs, l'harmattan s'était engouffré couvrant tout d'une couche de sable, ruinant le matériel.

3 ) La direction de thèses : vers une diversification des domaines ?

70Fernand VERGER dirige ensuite plusieurs thèses utilisant les moyens de la télédétection, comme celles de Raymond REGRAIN (1979) sur les marais charentais (en codirection avec André GUILCHER), de Jean CASSANET (1981) sur les thermographies des eaux littorales de la Loire Atlantique, de Marc ROBIN (1991) sur la télédétection du Marais Breton, d'Yves François THOMAS (1987) sur les turbidités littorales, de François CUQ (1983) sur les Pertuis charentais, de Tahirou Amadou DIAW (1997) sur l'évolution des milieux littoraux du Sénégal, de Marie-France OUDIN-BRUGÈRE (1987) sur l'analyse en composantes principales appliquée au traitement d'images Landsat ou encore celle de Virginie AUDRAIN (1989) sur la méthodologie d'actualisation des documents cartographiques thématiques par télédétection aérienne et spatiale.

71En tant que Directeur de 1986 à 1991 d'Imagéo, Laboratoire Propre du CNRS localisé à l'Institut de Géographie, Fernand VERGER a favorisé l'évolution vers les SIG dans les années 1980, avec François CUQ, nommé chercheur au CNRS. Imagéo était spécialisé dans la cartographie, depuis la cartographie historique et la cartographie géomorphologique, jusqu'à la cartographie à partir des données de télédétection. Il disposait d'un laboratoire de travaux photographiques, d'un atelier de dessin et d'un atelier d'impression off-set. Au cours de sa direction, Fernand VERGER a développé l'équipement en ordinateurs de ce laboratoire et la formation à l'informatique et à la télédétection de son personnel.

72C'est dans cette direction aussi qu'il dirige la thèse d'Ibtissem TOUNSI (1995), pour l'estimation de la production primaire herbacée sahélienne dans le Gourma malien, alors que s'opère l'utilisation généralisée de la télédétection dans les SIG.

73L'insuffisance de la formation au traitement des images spatiales et aériennes dans le cursus universitaire actuel suscite le regret de Fernand VERGER, qui souhaiterait que la géographie les incorpore davantage. Des masters de géomatique voient le jour, notamment dans des écoles d'ingénieur, tandis que l'Université dispense le plus souvent des formations aux outils de la cartographie assistée par ordinateur qui initient en un semestre les étudiants à l'usage des logiciels, mais qui n'assurent pas une formation complète en la matière. Si ces images sont en effet de plus en plus présentes, leur traitement est rarement approfondi et seuls quelques étudiants accèdent à un niveau de connaissances élevé en la matière, tandis qu'une distinction croissante est faite entre maîtrise des techniques d'information géographique, déléguées à des techniciens et ingénieurs, et pratique de la géographie comme science humaine. Il n'a pas connaissance d'une exploitation actuelle d'une direction qui semble riche en application géographique comme la morphométrie des paysages, tout particulièrement pour la connaissance de l'évolution de la biodiversité. Les suggestions qu'avait formulées Fernand VERGER dans ce domaine, lorsqu'il proposait de définir des paysages uniformes, punctiformes et cribriformes (F. VERGER et G. JOLY, 1986) n'ont pas donné lieu à des développements. L'analyse des paysages ne connaît pas encore les avancées que connaît par exemple l'histologie mathématique appliquée aux tissus humains.

74Ce n'est qu'à la retraite que Fernand VERGER choisit d'abandonner la pratique de la télédétection et des SIG en évolution constante, et de retourner à la connaissance globale des milieux littoraux. Ce sera pour lui l'occasion d'entreprendre un nouveau livre sur les thèmes de sa thèse dont les trois éditions successives ont été épuisées. Cette fois-ci, l'étude ne comportera plus d'analyses sédimentologiques et tiendra compte de l'évolution considérable de la perception sociale des milieux littoraux étudiés. L'ouvrage visera aussi plutôt un public cultivé que les spécialistes de géomorphologie littorale. D'autre part, les photographies en noir et blanc ont pu être remplacées par des photographies en couleur. La présentation des cartes faites en 1967 à la plume et à l'encre de Chine et renseignées avec des lettres collées a fait place à des cartes plus nombreuses en couleur obtenues par infographie. Fernand VERGER reconnaît à ce propos avoir eu la grande chance de pouvoir travailler avec son ami Raymond GHIRARDI (Photo 7), qui allie la maîtrise de l'outil informatique à un souci de l'expression cartographique. Ainsi a vu le jour en 2005 le volume Marais et estuaires du littoral français. Ce volume lui aussi rapidement épuisé a fait place en 2009 à Zones humides du littoral français, toujours chez BELIN. Cette fois-ci, Fernand VERGER, peut-être piqué au vif par un compte-rendu de Jacques BÉTHEMONT (2005) qui commençait ainsi : "Le littoral français de Fernand VERGER exclut la Méditerranée, mer sans marée, sans estran et donc sans intérêt", a inclus les marais et deltas des rivages méditerranéens.

Photo 7 - Raymond GHIRARDI cartographiant l'estuaire de la Gironde. [cliché : Marianne GHIRARDI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Photo 7 - Raymond GHIRARDI cartographiant l'estuaire de la Gironde. [cliché : Marianne GHIRARDI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Ingénieur de recherche, qui effectua à la plume un premier croquis pour Fernand VERGER en 1960, fut directeur adjoint du Laboratoire Imagéo du CNRS lorsque Fernand VERGER en assura la direction de 1986 à 1991 avant de rejoindre Fernand VERGER à l'École Normale Supérieure de 1993 à 1998. À une conception commune de la cartographie, s'ajoute une fidèle amitié.

II - L'environnement, un retour au terrain

1 ) L'environnement plutôt que l'écologie : un retour au terrain dans les années 1990

75L'environnement est lié à la nature, mais pas seulement. Pour Fernand VERGER, c'est tout ce qui sert de cadre à la vie de l'Homme : l'environnement est donc aussi urbain. Le terme a remplacé l'ancienne notion de milieu, qui était essentiellement géographique. L'environnement est un objet dont les sciences humaines dans leur ensemble se sont emparées, et qui suppose des relations dans les deux sens : l'environnement est à la fois ce qui contient et ce dans quoi on s'insère, alors qu'on se localise dans le milieu.

76Malgré des compétences techniques à la pointe de l'innovation, Fernand VERGER n'a jamais abdiqué la dimension humaine de la géographie. Il considère que le rôle de l'Homme est essentiel dans l'étude des milieux, et tout particulièrement des milieux littoraux.

77La télédétection est plutôt dans l'étude de milieu, car l'image spatiale montre une répartition, une distribution dans l'espace, alors que l'environnement est une notion beaucoup plus englobante. L'écologie n'est quant à elle présente dans le travail de Fernand VERGER qu'à partir de sa nomination au Conservatoire du littoral. Il quitte la direction du Laboratoire Imagéo et, dégagé de cette fonction, reprend la fréquentation des milieux qui lui est chère. Mais c'est toujours le rapport de l'Homme à son environnement, comme agent qui le façonne et s'y adapte, qui est au centre de ses préoccupations. Il ne s'agit pas pour lui d'étudier un état de nature des littoraux mais le résultat du modelage des côtes par l'Homme.

2 ) Le Conservatoire du littoral et le Conseil des Marais Atlantiques : une nouvelle tâche pour le chercheur

78Fernand VERGER mène au Conservatoire une réflexion sur le devenir des terroirs, et joue un rôle en incitant à regarder de plus en plus les zones humides, notamment les estuaires (Fig. 6). Il pousse vers des gestions plus globales, vers une réflexion sur l'aménagement plus poussée qu'auparavant.

Figure 6 - Carte des domaines littoraux sur lesquels Fernand VERGER a travaillé dans le cadre du Conseil Scientifique du Conservatoire du littoral et d'autres organismes.

Figure 6 - Carte des domaines littoraux sur lesquels Fernand VERGER a travaillé dans le cadre du Conseil Scientifique du Conservatoire du littoral et d'autres organismes.

79L'ensemble du Conseil Scientifique a toujours été respecté et infléchit l'action du Conservatoire. C'est Bernard KALAORA (auteur de Le Musée vert ou le tourisme en forêt, 1981), rencontré quand il était déjà ingénieur de l'INRA détaché au Conservatoire, qui lui propose de rentrer au Conseil Scientifique, alors dirigé par François LETOURNEUX (ingénieur du Génie Rural, directeur de 1991 à 2004). Il est aussi Président du Conseil d'Orientation Scientifique et Technique (COST) du Forum des Marais Atlantiques, basé à Rochefort avec une antenne à Brest, qui agit auprès des pouvoirs publics pour améliorer la gestion des marais. Il s'agit notamment d'obtenir des aides fiscales pour les zones humides, sur le modèle des zones de montagne. Le Forum dispose entre autres d'un pôle-relais qui réunit la documentation sur les marais atlantiques, comme d'autres pôles-relais concernent les lagunes méditerranéennes ou les tourbières… et ont pour objet de faciliter la gestion de ces régions en aidant l'État et les pouvoirs publics à établir des législations et de la documentation pour les exploitants, notamment pour gérer leur dossier d'obtention de subventions pour retrouver un "bon état écologique" avant 2015 (directive cadre sur l'eau DCE). Mais constatant l'inefficacité du COST, Fernand VERGER a souhaité le non-renouvellement de son mandat à la présidence du Conseil d'Orientation Scientifique et Technique du Forum des Marais à la fin de 2011.

a. La dépoldérisation : prendre ou rendre des terres à la mer ?

80Lorsqu'il commençait ses recherches, Fernand VERGER s'était arrêté comme de nombreux touristes au pied du monument qui célébrait la victoire des endigueurs sur la mer sur l'afsluidijk (digue de fermeture) du Zuyderzée sur lequel on pouvait lire cette simple devise : "Een Volk dat leeft, bouwt zijn toekomst" (un peuple qui vit, bâtit son avenir). C'est aussi à cette époque qu'il contribua à dresser la carte des sédiments du polder du Nord-Est qui venait d'être asséché dans le Zuyderzée, en pratiquant de nombreux sondages à la tarière dans ces sols avec des étudiants néerlandais. Il baignait assez naturellement dans une ambiance de conquête sur la mer. D'un autre côté, il constate avec regret le spectacle des digues ruinées par la tempête du 16 novembre 1940 sur les côtes de la baie de Bourgneuf.

81Aussi suit-il avec intérêt les projets de poldérisation entrepris dans le cadre des grands marais de l'Ouest et publie plusieurs articles qui décrivent les travaux de l'anse de l'Aiguillon (F. VERGER, 1957) et de Bouin (F. VERGER, 1962). Cet esprit de conquête est alors porté par le géographe Jean-François GRAVIER (1905-2005) qui envisage la fermeture de la baie de Bourgneuf et de l'anse de l'Aiguillon (J.F. GRAVIER, 1949), par l'agronome René DUMONT (1904-1973) qui souhaite l'établissement de nouvelles prises sur l'anse de l'Aiguillon (R. DUMONT, 1951). Il l'est aussi par le Président de la Commission Nationale de l'Aménagement du Territoire Philippe LAMOUR (1903-1992), qui cite tout spécialement la fermeture de l'anse de l'Aiguillon parmi les travaux nécessaires, lorsqu'il rédige la préface de l'ouvrage sur les marais de l'Ouest de l'Ingénieur du Génie rural René TALUREAU (1965).

82La perception des conquêtes sur la mer a changé lorsqu'un polder n'a plus seulement signifié le gain d'une surface terrestre, mais aussi la perte d'une étendue intertidale ou marine ou même aquatique. Ce sont les ornithologues qui, les premiers, prennent conscience de la valeur biologique des zones humides littorales. L'ouvrage de Jean DORST "Avant que nature meure", qui appelle l'attention sur la valeur écologique des marais paraît en 1965. Fernand VERGER y a été sensible comme il l'a été à la fréquentation de son ami Jean-Claude LEFEUVRE et de ses élèves qui travaillaient sur la nature dans la baie du Mont Saint-Michel. Il se rappelle aussi certaines conversations lors de rencontres fortuites sur le terrain de la pointe d'Arçay avec l'ornithologue Michel BROSSELIN (qui eut une fin tragique, tué par un taureau dans le Marais Poitevin en août 1975).

83Cette évolution affecte au premier chef les grands projets néerlandais. La fermeture aux eaux marines de l'Escaut oriental qui avait été programmée et entreprise dans le cadre du Plan Delta, a dû être interrompue en 1974 à la suite des mouvements de protestation des écologistes. Ceux-ci obtinrent la préservation de la pénétration de la marée dans l'estuaire en 1976. Les Néerlandais ont aussi renoncé en 2003, après plus d'une décennie d'hésitation, à l'assèchement du Markerwaard dans l'Ijsselmeer.

84En France, Mortagne sur Gironde, Graveyron, la Baie des Veys… Les zones humides sur lesquelles Fernand VERGER a eu à émettre un avis d'expert sont nombreuses. Il avoue être souvent plus pressé que l'administration. Mais les avis font ensuite l'objet de négociations parfois longues avec les communes.

85Pour la dépoldérisation des terrains de Beauguillot sur la rive ouest de la Baie des Veys, en tant qu'expert, Fernand VERGER voudrait faire rentrer des eaux salées, mais la réserve ornithologique souhaite de l'eau douce. Les Délégués vivent dans le milieu, et après consultation du Conseil Scientifique, ils sont chargés d'une maïeutique avec le corps social pour obtenir un accord. La "dépoldérisation" à l'eau douce consiste à garder le polder, mais à en faire une zone humide. C'est donc artificiel, mais on ne draine pas. Ce genre de compromis n'est qu'un exemple parmi d'autres qui témoigne de l'interaction entre le scientifique, le politique et le social autour de la question des zones humides.

86L'intérêt particulier de Fernand VERGER pour les zones humides vient du fait qu'il les considère comme la "respiration des continents" : la pénétration de la mer sur les franges est essentielle, et "rien n'est plus mauvais qu'une digue de béton". Quand on est en Flandre, avec des digues qui empêchent tout mouvement alternatif des eaux entre la terre et la mer, aucun échange de matière organique n'est possible. C'est l'excès de ces aménagements qui est problématique. L'accélération de la deuxième moitié du XXème siècle a été considérable : il faudrait la compenser en dépoldérisant. Heureusement, on s'est rendu compte de cet excès : le dernier des cinq polders prévus dans le Zuyderzée n'a pas été construit. Cependant plusieurs entreprises de construction de polder se développent aujourd'hui en Extrême-Orient, comme en Corée du Sud où l'on vient d'achever la digue à ce jour la plus longue du monde dans la baie de Saemangeum (Fig. 7).

Figure 7 - La baie de Saemangeum.

Figure 7 - La baie de Saemangeum.

Croquis réalisé, pour le présent ouvrage, par F. VERGER et R. GHIRARDI d'après Google Earth.

87Pour Fernand VERGER, qui soutient qu'il vaut mieux rendre que prendre des terres à la mer, les endiguements de Saemangeum constituent une erreur écologique.

88Le choix des zones à dépoldériser est essentiel, et il se fait en fonction de l'activité et de la présence humaine : on ne fait pas dépoldériser des zones hautement équipées par des installations urbaines, industrielles ou agricoles à haute valeur ajoutée. Mais on peut susciter l'acquisition de zones à dépoldériser. Le Conservatoire a des terrains, mais il a aussi une politique prospective d'acquisition par achat, grâce à son droit de préemption sur les ventes, ou dation de terrains. Les promoteurs n'aiment pas le Conservatoire, mais les habitants oui, car ils préfèrent souvent que les terrains de bord de mer restent vierges et publics.

b. Le Mont-Saint-Michel et la question du retour au "caractère maritime" de la Baie

89La Baie de Mont Saint-Michel a été un objet de recherches pour Fernand VERGER lorsqu'il était Directeur du Laboratoire de Géomorphologie Littorale de l'EPHE à Dinard. De 1995 à 2000, il a présidé la Commission scientifique internationale hydro-sédimentaire de la Mission de maintien du caractère maritime du Mont Saint-Michel qui a défini le programme des travaux visant à restaurer l'insularité du Mont. Il préfère parler de restaurer l'insularité du Mont, ce qui est l'objet exact des travaux, à employer l'expression officielle de "maintenir le caractère maritime", car on a substitué au mouvement libre de la mer qui est la marée, un écoulement artificiellement programmé qui n'a plus guère de caractère maritime.

90L'insularité, dont la restauration avait été réclamée il y a plus d'un siècle par Victor HUGO, revêt une grande importante psychologique et sociale. Mais l'homme a conquis des polders et canalisé le Couesnon, si bien qu'on a favorisé la sédimentation. Pour rétablir l'insularité, on a donc fait un nouveau barrage qui permet de remplir le cours inférieur du Couesnon par surverse et de provoquer d'importantes chasses à marée basse (Fig. 8).

Figure 8 - "Fonctionnement du barrage du Couesnon", tel qu'il été validé par la Commission Scientifique Internationale présidée par Fernand VERGER en 2000.

Figure 8 - "Fonctionnement du barrage du Couesnon", tel qu'il été validé par la Commission Scientifique Internationale présidée par Fernand VERGER en 2000.

Source : Zones humides du littoral français, Édit. BELIN, 2009  avec l'aimable autorisation de l'éditeur.

91Fernand VERGER se dit aujourd'hui satisfait sur le principe de voir le Mont retrouver un caractère insulaire (Photos 8) et de voir la suppression du parking qui défigurait le paysage de l'estran aux abords du Mont et détruisait le milieu naturel des laisses de mer si riche en invertébrés marins. La solution choisie maintient aussi le passage des saumons et des anguilles, poissons qui ont besoin des deux milieux, ce qui avait été mis à mal par le cloisonnement de l'ancien barrage du Couesnon.

Photos 8 - Le Mont Saint-Michel avant les travaux (à gauche  cliché : Fernand VERGER) et le rétablissement de l'insularité en cours d'achèvement (à droite, le 1er avril 2014  cliché : Christophe MARTINEZ, copyright Altibreizk, www.altibreizh.fr).

Photos 8 - Le Mont Saint-Michel avant les travaux (à gauche  cliché : Fernand VERGER) et le rétablissement de l'insularité en cours d'achèvement (à droite, le 1er avril 2014  cliché : Christophe MARTINEZ, copyright Altibreizk, www.altibreizh.fr).

Les travaux ont consisté à restaurer l'insularité du Mont en remplaçant la digue-route par une passerelle et le parking à la droite de la route par un parking à l'intérieur des terres.

3 ) De l'environnement au développement durable : un changement de paradigme ?

92Le maintien d'un bon état écologique est d'une importance considérable. Le développement durable est un nouveau paradigme dont le sens est souvent galvaudé. Éviter la destruction de milieux riches au niveau biologique est important : plutôt que le développement durable, c'est le maintien de la biodiversité qui importe à Fernand VERGER.

93La démarche du Conservatoire s'inscrit tout-à-fait dans la logique des trois piliers du développement durable, puisque des conventions de gestion existent sur beaucoup de terrains. Au bord de l'Anse de l'Aiguillon, plusieurs centaines d'hectares de la Prée Mizottière acquis par le Conservatoire ont été confiés à un éleveur avec des conditions de gestion très strictes. Il doit supprimer les drains et reconstituer des prairies humides pour l'élevage. Il y a élevé 600 moutons (Photo 9), tous noyés lors de Xynthia, sauf cinq qui étaient au Salon de l'agriculture. Les vaches ont survécu dans l'étable. De même, sur les terrains du Conservatoire, il y a des viticulteurs dans le Midi, des éleveurs dans la vallée de la Risle, des éleveurs de taureaux de Camargue avec des conventions de gestion…

Photo 9 - La réintroduction des moutons sur les digues de l'Aiguillon. [cliché : Emmanuel JOYEUX, avec l'aimable autorisation de l'auteur] 

Photo 9 - La réintroduction des moutons sur les digues de l'Aiguillon. [cliché : Emmanuel JOYEUX, avec l'aimable autorisation de l'auteur] 

94Fernand VERGER se dit heureux de son action au Conservatoire du littoral. S'il n'est pas partisan de pérenniser trop les équipes, le bénévolat peut permettre d'en faire un peu plus ou un peu moins. Et cette activité lui permet de garder le contact avec le terrain, puisqu'à l'occasion de la réintroduction des moutons sur la digue de l'Aiguillon, il a dû visiter 10 km de digues ! Le terrain, cher au géographe est une composante essentielle du parcours de Fernand VERGER. L'élevage permet en effet de fermer les fentes, d'entretenir les digues. En cas de tempête, il peut alors y avoir submersion, mais sans abîmer les digues.

III - Responsabilité et engagement du chercheur

1 ) Diffuser la recherche et la rendre accessible : un leitmotiv

a. Innover en matière d'outils de recherche et de vulgarisation

95La carrière d'enseignant de Fernand VERGER est marquée par une forte implication dans des cours aussi bien techniques que théoriques. Parmi les cours techniques les cours d'analyses des sédiments dispensés à Dinard dans le cadre de l'EPHE sont les plus significatifs de même que les cours de télédétection dispensés dans le cadre du DEA Paris 1-ENS. À l'ENS, Fernand VERGER avait dispensé sur deux ans un cours sur la géographie physique de la France. Ce cours était conçu de façon à accroître la culture géographique des normaliens et à préparer les candidats à l'agrégation qui devaient affronter une épreuve d'explication de carte. Il se rappelle avoir été l'objet d'une demande des élèves de rétablir cet enseignement après une interruption d'une année. Pour l'agrégation, il dirigeait des explications de carte et des croquis de géographie régionale à différents niveaux universitaires. Ces cours lui tiennent particulièrement à cœur parce qu'ils sont l'occasion de transmettre aux étudiants ses connaissances et les résultats de ses recherches.

96Parmi ses activités, on compte de nombreuses conférences et interventions, devant des publics divers : CNES, Institut Océanographique, Muséum National d'Histoire Naturelle, Université de Sherbrooke, Universités de Liège et de Fribourg... n'en sont que quelques exemples. Fernand VERGER y ajoute une intense activité d'encadrement des thèses (voir supra).

97Enseignement et recherche ne sont donc pas déconnectés l'un de l'autre dans l'esprit et dans l'action de Fernand VERGER, qui mène une partie de ses recherche avec ses élèves de l'ENS (Fig. 9). Aujourd'hui, il est fréquent que les cours dispensés par les enseignants-chercheurs soient en grande partie imposés par les programmes universitaires, et que l'on fasse des cours sur des domaines éloignés de sa propre spécialité. Lorsqu'ils sont néanmoins liés au domaine de recherche de l'enseignant, celui-ci a très peu souvent l'occasion de réinvestir les résultats de ses travaux face à ses étudiants.

Figure 9 - Conceptions successives de l'aménagement des côtes à wadden par les sociétés riveraines (représentation partielle, sans les commentaires, d'une figure tirée de F. VERGER, Mappemonde, 1993).

Figure 9 - Conceptions successives de l'aménagement des côtes à wadden par les sociétés riveraines (représentation partielle, sans les commentaires, d'une figure tirée de F. VERGER, Mappemonde, 1993).

1 : avant l'intervention de l'Homme sur le milieu, les schorres sont librement submergés lors des grandes marées. 2 : Dès avant l'an mil, apparaissent dans la plaine maritime frisonne les premières constructions humaines (buttes supportant les habitations et servant de refuge aux hommes et au bétail lors des grandes marées). 3 : Dans la seconde moitié du Moyen-Âge, les premières digues sont construites (France, Angleterre et rivages de la Mer du Nord). 4 : aux XVIIIème et XIXème siècles, les endiguements s'étendent et s'affranchissent en partie des conditions naturelles. 5 : dans la première moitié du XXème siècle, des endiguements puissants englobent les schorres er des slikkes plus basses (Europe du Nord-Ouest, Japon). 6 : aujourd'hui, l'extension des surfaces cultivées n'est plus encouragée par les pouvoirs publics et la valeur écologique des vasières littorales est reconnue.

b. La cartographie : outil de recherche et support de diffusion

98Fernand VERGER accorde tout au long de sa carrière une importance majeure à la carto-graphie comme moyen de recherche, comme outil pour comprendre les phénomènes qu'il étudie. Pour lui, la répartition géographique d'un phénomène permet d'en déceler la genèse. À titre d'exemple, son travail sur la Pointe d'Arçay fait appel à des relevés topographiques très précis visant à confronter les actions des phénomènes naturels aux formes du littoral. Il s'agit par le moyen de la carte d'apporter par exemple des éléments de réponse à la question de savoir si les directions et les actions de la houle peuvent être la cause de l'évolution observée du littoral. Ainsi la figure 10 s'efforce-t-elle de représenter non seulement la statique (description précise des formes et des sédiments qui les constituent) et la cinématique (évolution dans un intervalle de temps donné), mais d'en expliquer la dynamique (action des agents de la morphogenèse). L'évolution des prés salés est ainsi mise en relation avec la fréquence des laisses de pleine mer ; celle des dunes avec la direction résultante des vents ; celle des estrans avec la dérive littorale engendrée par l'obliquité et la diminution d'énergie des houles à la côte. La carte constitue une véritable modélisation de l'évolution géomorphologique de la pointe d'Arçay (F. VERGER et al., 1971). Par les réajustements successifs qu'elle a subis au cours de sa réalisation, elle a permis d'améliorer l'adéquation entre les agents et la géomorphogenèse.

Figure 10 - Carte conçue comme un instrument de recherche : exemple de la Pointe d'Arçay, pour la compréhension de l'influence de la houle sur l'évolution côtière (source : F. VERGER et al., 1971).

Figure 10 - Carte conçue comme un instrument de recherche : exemple de la Pointe d'Arçay, pour la compréhension de l'influence de la houle sur l'évolution côtière (source : F. VERGER et al., 1971).

99Mais la cartographie, si elle est un moyen de mener à bien la recherche, est aussi perçue par Fernand VERGER comme un moyen d'enseignement et de diffusion puissant. Dans ses cours, une place particulière a toujours été accordée à l'exercice consistant à dresser des cartes régionales, ainsi qu'à celui du commentaire de cartes. De manière plus large, l'Atlas de géographie de l'espace (F. VERGER et al., 1997), dont il est le directeur et l'un des auteurs, se sert des moyens de la cartographie pour donner à voir des réalités difficiles à appréhender. La carte montrant la localisation des bases de lancement des satellites dans le monde (Fig. 11) permet ainsi de mettre une image sur une réalité peu souvent abordée de manière détaillée, mais aussi de comprendre les logiques qui conduisent à leur emplacement, au plus près de l'Équateur et orientées vers des espaces vides ou très peu peuplés (océans, déserts...).

Figure 11 - Carte conçue comme un mode d'expression pédagogique : "Planisphère des bases de lancement de satellites".

Figure 11 - Carte conçue comme un mode d'expression pédagogique : "Planisphère des bases de lancement de satellites".

Source : F. VERGER et al. (L'espace, nouveau territoire, Édit. BELIN, 2002, p. 106-107  avec l'aimable autorisation de l'éditeur). Le planisphère s'efforce d'expliquer la localisation des bases de lancement de satellites. La proximité de l'équateur, la disposition d'un espace relativement désert pour les tirs dirigés vers l'est ou de direction subméridienne, sont exprimés sur ce planisphère de synthèse.

100Aujourd'hui, le monde universitaire utilise de plus en plus largement les cartes pour illustrer ses travaux, et ce, dans des disciplines de plus en plus nombreuses. Pour cela, les chercheurs ont recours à des logiciels souvent assez faciles d'accès si l'on souhaite des productions simples. Dans le même temps, le secteur privé fait également appel à des cartes de plus en plus nombreuses, plus ou moins bien réalisées. Prenant acte de l'importance croissante de la cartographie, les formations universitaires rendent obligatoire une formation en licence aux outils de cartographie informatique. Cela est censé préparer les étudiants géographes, réputés les plus à même de faire des cartes, à leurs futures activités professionnelles. Toutefois cette formation est le plus souvent insuffisante. Dans le même temps, nombre de chercheurs en géographie, aménagement et urbanisme, ayant très bien compris l'importance de la cartographie, en font paradoxalement un simple outil illustratif.

c. La littérature et la photographie au service de la géographie

101L'illustration des travaux de Fernand VERGER ne passe pas seulement par l'usage de la cartographie, même si celle-ci, en tant qu'outil du géographe, y occupe une place fondamentale. La photographie est également très présente dans l'ensemble de ses ouvrages, à des fins d'illustration, mais également de démonstration, leur rôle pédagogique étant mis en avant. En effet, la plupart des ouvrages de Fernand VERGER, à commencer par Marais et estuaires du littoral français et les Zones humides du littoral français, publiés chez BELIN, ouvrages richement illustrés ou la photographie est systématiquement utilisée pour donner à voir les phénomènes décrits et les lieux dont il est question, cette méthode apportant un confort indéniable pour le lecteur peu familier des termes de la géomorphologie, ainsi que de précieuses indications pour le géographe.

102Les ouvrages de Fernand VERGER, dont la formation littéraire est importante, sont également parsemés de citations littéraires empruntées à des auteurs de toutes les époques évoquant les zones humides, les littoraux, les villages situés sur les terrains d'étude. Ces citations figurent en bonne place et ont aussi une importance bien plus qu'illustrative en tant qu'elles donnent à voir un paysage, permettent de dresser une comparaison avec un état plus ancien des sites et donnent un éclairage particulier aux questions abordées.

103Aujourd'hui, le lien entre la géographie et la littérature devient de plus en plus fort et agit à double sens. Les géographes font de plus en plus appel aux textes pour comprendre leurs objets d'étude, dans la lignée de la géographie culturelle, mais aussi d'autres branches de la géographie. À l'inverse, les littéraires incorporent de plus en plus souvent des éléments géographiques dans leurs récits, non seulement en faisant des références précises aux lieux, mais également en adoptant parfois une démarche de description et d'analyse proche de celle des géographes. Sur le plan académique, ce double mouvement se traduit par l'apparition de nombreux colloques et séminaires de recherche, parmi lesquels celui, "Géographies littéraires", animé par Michel COLLOT, Professeur de littérature à l'Université Paris III.

104Fernand VERGER a d'ailleurs participé à l'ENS au séminaire "Géographie, arts et littérature" où il a présenté des textes littéraires et des photographies qu'il associe à son travail de géographe en expliquant quel usage et quel statut il donnait à ces documents. De ce séminaire, et d'une volonté de donner à voir encore une fois les zones humides, est sorti l'ouvrage Paysages salés (2013), qui met en regard, à chaque double page, une photographie, son commentaire géographique et une citation littéraire.

d. Publier, faire publier

105Fernand VERGER publie de nombreux ouvrages scientifiques, mais il accorde toujours une importance particulière à ceux qui sont destinés à transmettre des connaissances à un public relativement large, comme Pixels et paysages, l'Atlas de géographie de l'espace, ou encore ses ouvrages richement illustrés sur les zones humides.

106Il encourage également la publication d'articles, de mémoires et d'ouvrages de ses élèves, et ce dès le mémoire de maîtrise. Ces publications précoces se font essentiellement dans des revues de géographie comme Mappemonde, l'Espace Géographique, Norois, Photo-Interpré-tation, ou les actes des Congrès des Sociétés savantes... Aujourd'hui, cette pratique est plus rare, les étudiants publiant avant le début de leur doctorat restant une exception et n'accédant que très rarement à des revues à comité de lecture. La publication des résultats de recherche est plus fréquente en thèse, et elle devient même un élément particulièrement important du dossier du candidat lorsque celui-ci sollicite son inscription sur la liste d'aptitude aux fonctions de professeur par le Conseil National des Universités (CNU) et lorsqu'il postule à dans des établissements. Cela dit, il est désormais plus fréquent de publier dans des actes de colloque que dans des revues avant la soutenance. De même, peu d'ouvrages à caractère scientifique sont écrits par des doctorants.

2 ) Les responsabilités administratives, un engagement

a. Les fonctions de direction dans le milieu universitaire : prendre une part institutionnelle

107Fernand VERGER a pris part à l'administration de nombreuses structures de recherche et d'enseignement, activité qu'il juge importante et faisant partie intégrante de son travail. Il a notamment dirigé des laboratoires et départements d'études à l'EPHE, à l'ENS, au CNRS (conseiller technique auprès du Directeur du CNRS, membre du Comité National de la Recherche Scientifique pour trois mandats, dont deux comme Président, Conseil National des Universités …). Mais il a toujours refusé de faire plusieurs mandats d'affilée, préférant laisser le renouvellement s'opérer dans ces structures.

108À l'École Normale Supérieure, son action est triple. Fernand VERGER y enseigne, en particulier dans le cadre de la préparation à l'agrégation où il insiste sur le rôle de l'exposé dans la formation géographique, notamment auprès des élèves historiens. Sa seconde action est d'œuvrer au rapprochement avec les scientifiques de l'ENS – entre la géographie physique et les sciences naturelles –, tâche difficile que développera Claude KERGOMARD, Directeur du Département de Géographie de 2003 à 2013. Enfin, le troisième enjeu est pour Fernand VERGER de développer la géographie dans des locaux situés au troisième étage du bâtiment historique de la rue d'Ulm, en bonne entente avec les directeurs de l'École. Le Département de géographie demeure dans ces locaux jusqu'à ce qu'Hervé THÉRY en prenne la direction et le déplace boulevard JOURDAN pour continuer à le développer. Le seul regret que Fernand VERGER conserve de ce déménagement est la dichotomie entre les bibliothèques de la rue d'Ulm et du boulevard Jourdan.

b. Les responsabilités dans des structures en-dehors de l'université : présence du chercheur et utilité sociale

109En marge du monde universitaire, Fernand VERGER a également participé à nombre de structures proches de ses domaines de recherche (Conseil d'Administration de l'Institut Géographique National, présidence du Conseil d'Administration du GIP RECLUS, ATP (Action Thématique Programmée ; en l'occurrence, il s'agissait d'une ATP spécifique de télédétection spatiale), Conseils Scientifiques, Forum des Marais, Conservatoire du littoral…).

110Au Conservatoire du littoral, Fernand VERGER n'a pas seulement un intérêt pour les zones humides. Il participe activement à un certain nombre d'autres programmes touchant à la conservation du patrimoine littoral, comme c'est le cas pour un blockhaus historique de la Seconde Guerre mondiale, classé au patrimoine national, situé à la pointe du Hoc, sur les terrains du Conservatoire, et qui est menacé par l'érosion littorale (Photo 10).

Photo 10 - La pointe du Hoc photographiée lors de l'examen de la falaise en voie d'érosion par le Conseil scientifique du Conservatoire du littoral. [cliché : F. VERGER]

Photo 10 - La pointe du Hoc photographiée lors de l'examen de la falaise en voie d'érosion par le Conseil scientifique du Conservatoire du littoral. [cliché : F. VERGER]

111Cette opération a fait l'objet de négociations avec l'équipe américaine de l'American Battle Monuments Commission (ABMC) qui soutenait un projet pharaonique de digue au large pour éviter l'érosion que le Conservatoire ne pouvait accepter. Finalement, c'est bien un projet plus modeste de piliers de soutènement et d'obturation des diaclases qui a été retenu (Fig. 12), mesure qui garantit la stabilité du blockhaus pour les 50 prochaines années. C'est dans ces négociations notamment que le rôle d'expert du chercheur est mis à contribution et que Fernand VERGER a souvent été sollicité pour émettre un avis.

Figure 12 - Schéma des travaux à la pointe du Hoc tels qu'ils ont été réalisés après la concertation entre le Conservatoire du littoral et l'ABMC (croquis de F. VERGER).

Figure 12 - Schéma des travaux à la pointe du Hoc tels qu'ils ont été réalisés après la concertation entre le Conservatoire du littoral et l'ABMC (croquis de F. VERGER).

c. Gérer les programmes de recherche

112Fernand VERGER a participé à de nombreuses activités de recherche aux formats très divers : les Recherches coopératives sur programme (RCP), Équipes de recherche associées (ERA), et autres ATP en étaient les formes les plus courantes. À titre d'exemple, le travail mené avec la Faculté des Sciences de Poitiers sur le Marais Poitevin s'est fait dans le cadre de la RCP n° 131 du CNRS, formule très souple qui permettait notamment d'obtenir des aides pour financer des missions ponctuelles. Le format de l'ERA (Équipe de Recherche Associée) est quant à lui celui qui permettait d'accueillir des chercheurs. L'ERA n° 867 qui a lié l'ENS au CNRS a permis de développer des recherches informatiques et de recruter des chercheurs du CNRS qui ont été accueillis dans les équipes de l'ENS.

113Aujourd'hui, s'il existe de nombreuses options pour constituer des équipes de recherche, les laboratoires travaillent dans le cadre général des Unités Mixtes de Recherche (UMR) qui associent plusieurs structures universitaires (établissements, laboratoires, institut...) autour d'un projet commun de relativement long terme. Pour des projets plus courts ou plus précis, l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) fournit des financements sur la base d'appels à projets auxquels peuvent répondre des équipes de chercheurs appartenant à des structures très différentes.

114Les recherches, quelque soit leur cadre institutionnel, se mènent de plus en plus sous l'effet d'une double contrainte financière et temporelle. Les budgets de recherche sont fréquemment bloqués, souvent en partie issus du secteur privé (thèses CIFRE, qui associent une Université et une entreprise, le doctorant partageant son temps de travail entre les deux établissements ;contrats ; chaires thématiques), ce qui impose des axes de recherche particuliers, contraints par les injonctions des financeurs multiples, et une certaine adaptation du chercheur. La contrainte est également temporelle, les contrats de tous types ayant une durée limitée. Les thèses sont contraintes par des financements de 3 ans, et des inscriptions dérogatoires en 4ème ou 5ème année de plus en plus strictement contrôlées. Les exemples comme celui de Claude KLEIN qui, né en 1924, ayant entrepris sa thèse d'État dans les années 1950, ne la soutint qu'en 1973, appartient désormais au passé.

115Si cette limitation des thèses dans le temps a du bon dans une certaine mesure, car elle permet un plus grand renouvellement des travaux, ainsi que des perspectives plus nettes pour les doctorants, elle est aussi un frein pour des recherches plus approfondies. En effet, il est devenu quasi impossible de s'inscrire en doctorat sans avoir au préalable obtenu un financement spécifique, ce qui assure des conditions matérielles satisfaisantes pour le doctorant. De même, il est de plus en plus fréquent que les laboratoires et structures de recherche parviennent à dégager des budgets complémentaires – diversement conséquents – pour financer la participation à des colloques et la réalisation du travail de terrain. Cela permet notamment d'ouvrir le doctorat à des étudiants qui, sans allocation, n'auraient pu mener leur recherche à bien. Néanmoins la nécessité de terminer la thèse dans le temps imparti par le financement et par les écoles doctorales rend nécessaire la restriction des travaux, tant en termes géographiques (il devient difficile de réaliser plusieurs terrains longs) qu'en termes méthodologiques (les enquêtes, questionnaires et traitements de données prévus sont souvent restreints pour ne pas occuper un trop long créneau du temps de thèse. De plus, la nécessité de répondre à des appels à projet de plus en plus fréquents pour obtenir des financements de courte durée invite à la multiplication des sujets, autour du thème de recherche principal, ce qui permet un enrichissement des problématiques, mais est aussi la cause d'un certain éparpillement… Le travail du chercheur incorpore de fait une part croissante de tâches administratives, car une partie non négligeable de la recherche de financements, du montage de dossiers et de la restitution des travaux repose sur lui.

Conclusion

116Fort d'une expérience très étendue de la géographie physique et de ses méthodes d'investigation, Fernand VERGER a su innover au cours de sa carrière d'enseignant-chercheur, tant pour les sujets d'étude que pour les approches mises en œuvre. Par l'utilisation qu'il a faite très tôt de la télédétection et des systèmes d'information géographique, il a tenu un rôle pionnier en matière de cartographie informatisée.

117La carrière de Fernand VERGER a été très largement consacrée aux zones humides littorales, au point que son tropisme pour ces espaces lui inspire, avec humour, cette formule que ceux qui le connaissent ont souvent entendue lorsqu'il parle des marais : "on va encore dire que je suis un géographe vaseux !". Dans ce domaine, comme sur d'autres sujets, il a pris comme fil rouge la place de l'Homme dans les évolutions des espaces et des territoires. C'est cette place accordée aux facteurs humains dans des analyses relevant pourtant de la géographie physique, selon la dichotomie dominante de la discipline au XXème siècle, qui fait l'originalité de son travail de chercheur.

118Par un travail assidu et ouvert aux nouvelles technologies, ainsi que par une forte implication dans des tâches et des responsabilités administratives, Fernand VERGER a su construire un parcours original et long mêlant la géographie physique et humaine, mais aussi les sciences de la terre, la littérature, la photographie… C'est à travers ce parcours que l'on découvre les multiples facettes d'un géographe engagé dans la recherche comme auprès de ses élèves, dans le domaine scientifique et social, académique et institutionnel.

119Prolongeant son travail après la retraite, Fernand VERGER a fait le choix de cesser de suivre l'innovation en matière de télédétection notamment pour se consacrer à des tâches d'expertise, auprès d'organismes comme le Conservatoire du littoral ou le Forum des Marais. Il garde également, en tant que Professeur émérite, une présence remarquée et appréciée auprès des élèves et étudiants du département de géographie de l'ENS, où il continue d'organiser des excursions dans les marais.

120L'originalité de ce profil en fait un cas relativement unique dans la géographie française. L'évolution de la discipline elle-même tend à ne plus permettre l'émergence de ce genre de profil du fait de l'évolution vers des paradigmes où la géographie physique a de moins en moins de place, ainsi que du fait des contraintes institutionnelles croissantes… ce qui constitue un vif regret pour Fernand VERGER.

Haut de page

Bibliographie

AUDRAIN V. (1989) - Méthodologie d'actualisation de documents cartographiques thématiques par télédétection aérienne et satellitaire. Thèse de l'Université Paris I, 283 p.

BARON-YELLÈS N., GŒLDNER-GIANELLA L. et VELUT S., sous la direction de (2002) - Le Littoral. Regards, pratiques et savoirs. Études offertes à Fernand VERGER, Édit. ENS rue d'Ulm, Paris, 384 p.

BEAUJEU-GARNIER J. (1951) - Le Morvan et sa bordure. Étude morphologique. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, publiée par les Presses Universitaires de France, Paris, 288 p. + documents hors-texte.

BÉTHEMONT J. (2005) - Verger Fernand (2005) Marais et estuaires du littoral français, Paris, BELIN, 300 p. Cahiers de géographie du Québec, volume 49, n° 138, p. 435-436.

BIROT P. (1937) - Recherches sur la morphologie des Pyrénées orientales franco-espagnoles. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, Èdit. BAILLIÈRE, 318 p.

BLANCHARD R. (1906) - La Flandre. Étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande. Thèse de Doctorat d'État, Université de Lille, publiée par la Société dunkerquoise pour l'avancement des Lettres, des Sciences et des Arts, X-530 p.

BOUHIER A. (1957) - Aspects morphologiques de la partie occidentale du Marais Poitevin. Norois, vol. 4, n° 14, p. 175-207.

CASSANET J. (1981) - Étude par télédétection des températures et turbidités des eaux au large de la Loire Atlantique. Thèse de 3ème cycle, Collection de l'École Normale Supérieure de Jeunes Filles, Montrouge, n° 21, 200 p.

CUQ F. (1983) - Télédétection du littoral saintongeais : méthodes de traitement et interprétation d'images satellitaires. Thèse de 3ème cycle, Université Paris I, Collection de l'École Normale Supérieure de Jeunes Filles, Montrouge, n° 21, 192 p + planches hors-texte.

DEMANGEON A. (1947) - Problèmes de géographie humaine. Édit. Armand COLIN, Paris, 405 p.

DIAW T.A. (1997) - Évolution des milieux littoraux du Sénégal. Géomorphologie et télédétection. Thèse de Doctorat d'État, Université Paris I, 11-270 p. + annexes.

DORST J. (1965) - Avant que nature meure. Édit. DELACHAUX et NIESTLÉ, Paris et Neuchâtel, première édition, 424 p.

DUMONT R. (1951) - Voyages en France d'un agronome. Édit. Marie Thérèse GÉNIN, Librairie de MÉDICIS, Paris, 466 p.

ELHAÏ H. (1963) - La Normandie occidentale entre la Seine et le golfe normand-breton : étude morphologique. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, imprimée par l'imprimerie BIÈRE, Bordeaux, X-624 p. + planches hors texte.

FÉNELON P. (1971) - Fernand Verger  Marais et wadden du littoral français, étude de géomorphologie. Norois, vol. 70, n° 1, p. 346-348.

GOUGENHEIM A. (1969) - Par André GOUGENHEIM.Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, tome 268, Vie académique, séance du lundi 12 mai 1969, p. 101-103.

GRAS J. (1964) - Le Bassin de Parie méridional. Étude morphologique. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, imprimée par les Imprimeries Réunies, Rennes, 1963, 494 p.

GRAVIER J.F. (1949) - Mise en valeur de la France. Édit. Le Portulan, Paris, 378 p.

GUILCHER A. (1969) - Les marais des côtes françaises de l'Atlantique et de la Manche et leurs marges maritimes, de Fernand Verger. Annales de Géographie, vol. 78, n°430, p. 714­717.

KALAORA B. (1981) - Le Musée vert ou le tourisme en forêt. Édit. Anthropos, Paris, 304 p.

LA POPELINIÈRE H.L. VOISIN de (1572) - La vraye et entière histoire des troubles et choses mémorables avenues tant en France qu'en Flandres & pays circonvoisins depuis l'an 1562. Imprimé pour Pierre DAVANTÈS, Bâle, 46, 481 et 94 p. (réédition augmentée de l'édition de 1571, Cologne).

NIELSEN N. (1935) - Eine methode zur exakten sedimentationsmessung. Meddelelser fra Skalling-Laboratoriet, vol. 1, Copenhague, 97 p.

OUDIN-BRUGÈRE M.F. (1987) - Variations spatiales et temporelles des données Landsat MSS : l'analyse en composantes principales appliquée à leur étude. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris I, 490 p.

PERPILLOU A. (1940) - Le Limousin, étude de géographie physique régionale. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris I, imprimée par l'imprimerie DURAND, X-257 p. + cartes hors texte.

PINCHEMEL P. (1952) - Les plaines de craie du nord-ouest du Bassin Parisien et du sud-est du Bassin de Londres, étude morphologique. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, publiée par les éditions Armand COLIN, Paris, 502 p. + documents hors-texte.

REGRAIN R. (1979) - Géographie physique et télédétection des marais charentais. Thèse de Doctorat d'État, Université de Brest, imprimée en 1980 par l'Imprimerie PAILLARD, Abbeville, 512 p.

RENOUVIN P. (1954) - Histoire des relations internationales. Édit. Hachette, Paris, première édition, 421 p.

RENOUVIN P. et DUROSELLE J.B. (1964) - Introduction à l'histoire des relations internationales. Édit. Armand COLIN, Paris, première édition, 523 p.

ROBIN M. (1991) - Physiographie d'un paysage littoral de l'Ouest de la France par traitements d'images aériennes et spatiales. Thèse de l'Université Paris I, 580 p.

SVENSON L.O. (1959) - Les parlers du Marais vendéen. Édit. Elanders Boktryckeri Aktiebolag, Göteborg, 2 tomes, 425 et 423 p. (texte d'une thèse de doctorat, Université de Göteborg).

STEERS J.A. (1970) - Marais et wadden du littoral français, étude de géomorphologie, by Fernand Verger. Geographical Journal, p. 113-114.

TALUREAU R. (1965) - Marais de l'Ouest, les grands aménagements régionaux. Ministère de l'Agriculture, Direction Générale du Génie Rural et de l'Hydraulique, Paris, 182 p.

THOMAS Y.F. (1987) - Étude par télédétection des turbidités des eaux littorales. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris I.

TOUNSI I. (1995) - Utilisation des systèmes d’informations géographiques de la production primaire herbacée sahélienne : application au Gourma malien. Thèse de l'Université Paris I - Sorbonne, 240 p. + 200 p. annexes.

TRICART J. (1948) - La partie orientale du Bassin de Paris, étude morphologique. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, publiée par les éditions SÉDES, Paris, 1949, 474 p.

TRICART J. (1971) - Fernand Verger, Marais et wadden du littoral français. Revue de géomorphologie dynamique, vol. XX, n° 1, p. 28-30.

VERGER F. (1955-a) - Observations sur l'anse de l'Aiguillon (Vendée et Charente-Maritime). Bulletin d'Information du Comité central d'Océanographie et d'Études des Côtes, vol. VII, n° 3, p. 103-118 +12 planches hors-texte.

VERGER F. (1955-b) - Les travaux de conquêtes sur la mer de l'embouchure de l'Elbe à la frontière germano-danoise. Bulletin d'Information du Comité central d'Océanographie et d'Études des Côtes, vol. VII, n° 4, p. 172-179 + planches hors-texte.

VERGER F. (1955-c) - Note sur la morphologie et l'aménagement de la côte danoise de la mer des Wadden. Bulletin d'Information du Comité central d'Océanographie et d'Études des Côtes, vol. VII, n° 7, p. 290-294 + planches hors-texte.

VERGER F. (1956-a) - Les Marais de Monts, étude de géographie régionale. Imprimerie LUSSAUD, Fontenay-le-Compte, 60 p.

VERGER F. (1956-b) - Les conquêtes sur la mer de la Zélande au Jutland. Annales de Géographie, vol. LXV, n° 350 p. 270-287.

VERGER F. (1957) - Le projet de polder de l'anse de l'Aiguillon, en Vendée. Revue du Bas-Poitou et des provinces de l'Ouest, août 1957, p. 354-362.

VERGER F. (1962) - Conquête et reconquête de polders à Bouin, en Vendée. Penn ar Bed, n° 31, p. 271-276.

VERGER F. (1963) - Les techniques d'analyse granulométriques. Éditions du CNRS, collection "Mémoires et documents", vol. IX, 64 p., ouvrage réédité en 1970.

VERGER F. (1968) - Marais et Wadden du littoral français : étude de géomorphologie. Imprimerie BISCAYE, Bordeaux, première édition, 543 p. + 2 cartes hors-texte, texte d'une thèse deDoctorat d'État soutenue en 1969 devant l'Université de Paris (Les marais des côtes françaises de l'Atlantique et de la Manche et leurs marges maritimes. Étude de géomorphologie littorale).

VERGER F. (1993) - Conceptions successives de l'aménagement des vasières littorales par les sociétés riveraines. Mappemonde, n° 1, p. 21-26.

VERGER F. (2005) - Marais et estuaires du littoral français. Édit. BELIN, Paris, 336 p.

VERGER F. (2009) - Zones humides du littoral français. Édit. BELIN, Paris, 448 p.

VERGER F. (2010) - Les débuts de la télédétection spatiale dans la géographie française : témoignage d'un pionnier. L'Information Géographique, vol. 74, n°2, p. 45-52.

VERGER F. (2011) - Le Marais breton-vendéen et le paysan du marais, des salines et de la côte (XIXème siècle - première moitié du XXème siècle). In : L'agriculture en terre vendéenne de l'Empire à la Seconde Guerre mondiale (1800-1945), M.E. LOISEAU et C. VITAL édit., Édit. SOMOGY, Paris, p. 46-51.

VERGER F. (2013) - Paysages salés. Édit. BELIN, Paris, 112 p.

VERGER F., AUPHAN É. et MONIOT C. (1971) - La carte géomorphologique conçue comme un modèle dynamique. Mémoires et documents du Service de documentation et de cartographie géographiques du CNRS, tome XII, p. 223-263 + planches et carte hors-texte.

VERGER F., TISSIER J.L. et SOURBÈS I. (1985) - Pixels et Paysages. Vidéogramme (25 minutes), Université Audiovisuelle, École normale supérieure de Saint-Cloud.

VERGER F. et JOLY G. (1986) - Essai de cartographie automatique de la morphologie des paysages. In : Pour Fernand JOLY, Édit. CERCG/CNRS, Paris, p. 321-323 + 1 planche hors texte.

VERGER F., GHIRARDI R. et SOURBÈS-VERGER I (1997) - Atlas de géographie de l'espace. Édit. BELIN, Paris, 320 p., publié de nouveau en 2001 sous le titre L'espace, nouveau territoire et traduit par les Cambridge University Press sous le titre Cambridge Encyclopedia of Space en 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Fernand VERGER lors d'un voyage de terrain organisé pour les élèves du département de géographie de l'ENS dans l'estuaire de la Loire en octobre 2012. [cliché : Éloïse LIBOUREL, 2012]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Photo 2 - Au pied d'un orme champêtre, une bourrine du marais de Monts, siège d'une petite exploitation agricole. [cliché : Fernand VERGER, 1951]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 3 - Sondage dans un schorre à Fromentine (Vendée). [cliché : anonyme]
Légende Ici, Fernand VERGER (à gauche) effectue un sondage aidé par deux manœuvres recrutés sur place (au second plan) et par Dov NIR (1922-2011) (à droite). Dov NIR, chercheur à l'Université hébraïque de Jérusalem, est alors en stage à l'Université de Paris. Il deviendra ensuite Professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem. La sonde est composée de tubes qui se vissent les uns sur les autres et permettent de prélever successivement des carottes sur une douzaine de mètres. La pénétration des tubes est assurée par leur rotation ainsi que par la pression exercée par une table enserrant le dernier tube er sur laquelle montent les opérateurs. Ce sondage permit de reconnaître un rivage daté de 7420 BP par le carbone 14 à 9,4 m plus bas que le rivage actuel, et fournit ainsi un jalon précis de la montée du niveau de la mer à l'Holocène. Les tubes de cette sonde, propriété du CNRS, étaient entreposés dans une remise louée rue Saint-Jacques par l'Institut de Géographie. Ils furent utilisés en 1968 pour construire des barricades rue GAY-LUSSAC.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 1 - Fernand VERGER en 1954 – terrain, mesures et coupes. [clichés : G. DURRY et J.P. ALLIX]
Légende Fernand VERGER a toujours utilisé la répartition géographique pour expliquer les phénomènes. Les dépôts les plus abondants sont localisés là où les laisses de pleine mer sont les plus fréquentes, permettant ainsi de mettre en évidence le processus du colmatage.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2 - Couvertures de l'édition de soutenance et des publications successives de la thèse de Fernand VERGER : (a et b) Imprimerie BISCAYE, 1968 ; (c) Éditions Paragdime (Librairie MINARD), 1983 ; (d) Éditions Paradigme, 1988.
Légende Les 800 exemplaires du premier tirage de la thèse épuisés, une nouvelle impression en format réduit et additionnée de résumés en français et en anglais est publiée en 1983 par les éditions MINARD. Celle-ci, épuisée à son tour, est suivie d'une nouvelle réimpression en 1988.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 4 - Coquille d'huître de l'Île aux Pêcheurs, dans l'étang de Diane (Corse), marquée par une perforation carrée qui intrigue les chercheurs et Fernand VERGER tout particulièrement. [cliché : Fernand VERGER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 3 - Photographie de mottureaux dans un pré de Champagné-les-Marais, pendant l'hiver (à gauche  cliché de F. VERGER) et schéma d'un gabarit à mottureaux (à droite  tiré de la thèse de F. VERGER).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 4 - La complexité des procédures de traitement des données spatiales dans les années 1970.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 5 - Carte de l'Anse de l'Aiguillon, réalisée sur une table à tracer avec des caractères alphanumériques. Ceux-ci permettaient d'obtenir un dégradé dans chaque couleur. Ainsi un dégradé du bleu des eaux était obtenu par l'emploi des caractères suivants : W O + -.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Photo 5 - Radiomètres Exotech sur le perron du laboratoire de Dinard. [cliché : Fernand VERGER] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Photo 6- Véhicule-laboratoire du CNES qu'un tracteur de mytiliculteur permet de dégager de la vase de la Baie du Mont Saint-Michel. [Cliché : Fernand VERGER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photo 7 - Raymond GHIRARDI cartographiant l'estuaire de la Gironde. [cliché : Marianne GHIRARDI, avec l'aimable autorisation de l'auteur]
Légende Ingénieur de recherche, qui effectua à la plume un premier croquis pour Fernand VERGER en 1960, fut directeur adjoint du Laboratoire Imagéo du CNRS lorsque Fernand VERGER en assura la direction de 1986 à 1991 avant de rejoindre Fernand VERGER à l'École Normale Supérieure de 1993 à 1998. À une conception commune de la cartographie, s'ajoute une fidèle amitié.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 6 - Carte des domaines littoraux sur lesquels Fernand VERGER a travaillé dans le cadre du Conseil Scientifique du Conservatoire du littoral et d'autres organismes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 7 - La baie de Saemangeum.
Légende Croquis réalisé, pour le présent ouvrage, par F. VERGER et R. GHIRARDI d'après Google Earth.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 8 - "Fonctionnement du barrage du Couesnon", tel qu'il été validé par la Commission Scientifique Internationale présidée par Fernand VERGER en 2000.
Légende Source : Zones humides du littoral français, Édit. BELIN, 2009  avec l'aimable autorisation de l'éditeur.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photos 8 - Le Mont Saint-Michel avant les travaux (à gauche  cliché : Fernand VERGER) et le rétablissement de l'insularité en cours d'achèvement (à droite, le 1er avril 2014  cliché : Christophe MARTINEZ, copyright Altibreizk, www.altibreizh.fr).
Légende Les travaux ont consisté à restaurer l'insularité du Mont en remplaçant la digue-route par une passerelle et le parking à la droite de la route par un parking à l'intérieur des terres.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 9 - La réintroduction des moutons sur les digues de l'Aiguillon. [cliché : Emmanuel JOYEUX, avec l'aimable autorisation de l'auteur] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 9 - Conceptions successives de l'aménagement des côtes à wadden par les sociétés riveraines (représentation partielle, sans les commentaires, d'une figure tirée de F. VERGER, Mappemonde, 1993).
Légende 1 : avant l'intervention de l'Homme sur le milieu, les schorres sont librement submergés lors des grandes marées. 2 : Dès avant l'an mil, apparaissent dans la plaine maritime frisonne les premières constructions humaines (buttes supportant les habitations et servant de refuge aux hommes et au bétail lors des grandes marées). 3 : Dans la seconde moitié du Moyen-Âge, les premières digues sont construites (France, Angleterre et rivages de la Mer du Nord). 4 : aux XVIIIème et XIXème siècles, les endiguements s'étendent et s'affranchissent en partie des conditions naturelles. 5 : dans la première moitié du XXème siècle, des endiguements puissants englobent les schorres er des slikkes plus basses (Europe du Nord-Ouest, Japon). 6 : aujourd'hui, l'extension des surfaces cultivées n'est plus encouragée par les pouvoirs publics et la valeur écologique des vasières littorales est reconnue.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 10 - Carte conçue comme un instrument de recherche : exemple de la Pointe d'Arçay, pour la compréhension de l'influence de la houle sur l'évolution côtière (source : F. VERGER et al., 1971).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 11 - Carte conçue comme un mode d'expression pédagogique : "Planisphère des bases de lancement de satellites".
Légende Source : F. VERGER et al. (L'espace, nouveau territoire, Édit. BELIN, 2002, p. 106-107  avec l'aimable autorisation de l'éditeur). Le planisphère s'efforce d'expliquer la localisation des bases de lancement de satellites. La proximité de l'équateur, la disposition d'un espace relativement désert pour les tirs dirigés vers l'est ou de direction subméridienne, sont exprimés sur ce planisphère de synthèse.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Photo 10 - La pointe du Hoc photographiée lors de l'examen de la falaise en voie d'érosion par le Conseil scientifique du Conservatoire du littoral. [cliché : F. VERGER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 12 - Schéma des travaux à la pointe du Hoc tels qu'ils ont été réalisés après la concertation entre le Conservatoire du littoral et l'ABMC (croquis de F. VERGER).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4082/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloïse Libourel, « Géographies de Fernand VERGER : l'environnement comme horizon », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 1-52.

Référence électronique

Éloïse Libourel, « Géographies de Fernand VERGER : l'environnement comme horizon », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 12 août 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4082 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4082

Haut de page

Auteur

Éloïse Libourel

LVMT / ENPC, Cité Descartes, 6-8 avenue Blaise Pascal, Champs-sur-Marne, 77455 MARNE-LA-VALLÉE cedex 2.
Courriel : eloise.libourel@ens.fr  

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org