Navigation – Plan du site
Articles

Mouvements de terrain et urbanisation le long du Criş Repede en amont de la ville d'Oradea (Roumanie)

Christelle Sosson, Alain Marre et Nicolae Josan
p. 21-35

Résumés

Dans la partie est de la ville d'Oradea et sur la rive droite du Criş Repede, un nouveau quartier résidentiel est en construction sur le versant sud des Collines d'Oradea. Les nouvelles maisons sont réparties suivant deux alignements : un sur le sommet de l'interfluve et l'autre, plus dense, au pied du versant. Entre ces deux alignements, on trouve des jardins et des cultures en terrasses. Ce versant verdoyant et peu éloigné du centre urbain, constitue un lieu favorable à une extension urbaine.

Néanmoins une multitude de désordres apparaissent sur ces pentes façonnées dans les formations détritiques (sables, marnes et grés) déposées à la fin du Tertiaire par la Mer Pannonique. Le levé d'une carte géomorphologique au 1/5000 a permis de mettre en évidence une multitude de mouvements de terrain. Plusieurs types de mouvements ont été observés : des mouvements rotationnels, des coulées boueuses et des extensions latérales appelées localement "glimées". Ces mouvements peuvent être expliqués par des facteurs favorables à leur déclenchement. On a recensé des facteurs qualifiés de "permanents" (topographie, géologie, hydrologie) et des facteurs qualifiés "d'occasionnels" comme les précipitations.

L'étude chronologique de ces formes a permis d'identifier quatre générations de mouvements de terrain. Des indices, comme des fissures affectant les murs des maisons et des clôtures, ou des arbres déformés, montrent que ces mouvements sont toujours actifs.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La ville d'Oradea se trouve au pied de la façade occidentale des Monts Apuşeni. Ce système montagneux, situé au nord-ouest de la Roumanie (Fig. 1), sépare la plaine occidentale roumaine de la dépression de Transylvanie. Les Monts Apuseni sont constitués par des chaînes montagneuses de direction ouest-est qui se terminent, au-dessus de la plaine panonienne, par des reliefs collinaires culminant à 300 m d'altitude (R. FICHEUX, 1995 ; F. JACQUES, 1999). La ville d'Oradea est installée dans la dépression de Vad-Borod drainée par la rivière Criş Repede et bordée, au nord, par les Collines d'Oradea (Dealuri Oradei), et au sud, par les monts du Pădurea Craiului. (Fig. 1). Ce territoire est déjà connu pour l'instabilité de ses versants (F. JACQUES, 1998) ; N. JOSAN, 1996 ; V. GÂRBACEA, 1996).

Figure 1 - Carte de localisation du secteur d'étude.

Figure 1 - Carte de localisation du secteur d'étude.

2Une nouvelle urbanisation gagne le versant de rive droite du Criş Repede qui était jusque dans les années 90 principalement occupé par le vignoble et les jardins. Des désordres existent sur les pentes irrégulières et l'on constate que même les constructions récentes sont fissurées.

3Afin de bien comprendre les enjeux de l'aménagement de ce secteur, il convient de procéder à une étude en trois étapes. Dans une première étape, nous nous intéresserons à l'extension urbaine qui gagne la périphérie de la ville. Dans une deuxième étape, nous présenterons les observations de terrain et le levé géomorphologique. Enfin, dans un troisième temps, nous étudierons la dynamique des mouvements de terrain qui affectent le versant.

II - Une urbanisation galopante

1 ) Évolution de l'extension urbaine

4Au XIIème siècle, Oradea n'est qu'une enceinte militaire (Fig. 2) vouée au contrôle de la voie de passage que forme le Criş Repede. Au cours des siècles, la population villageoise s'installe à proximité de la citadelle afin d'être protégée des envahisseurs. Il se forme alors deux ensembles bien distincts (J. DEGRYSE, 1998) :

  • le quartier d'Olosig, sur la rive droite du Criş Repede et au pied des "collines du nord", devient le lieu de prédilection de la culture de la vigne ;

  • le quartier de Valenţa, sur la rive gauche, reste à l'abri de la citadelle.

Figure 2 - Évolution de l'espace urbain à Oradea.

Figure 2 - Évolution de l'espace urbain à Oradea.

5Au Moyen-Âge, la cité continue à se développer. Des quartiers se construisent en rive gauche et s'unissent. Ils forment la jonction entre Olosig et Valenţa et réalisent ainsi Oradea Mare (Oradea la Grande) à la fin du XVIIème siècle. Depuis, la ville se développe à parts égales sur les deux rives du Criş Repede.

6Au XXème siècle, et notamment pendant la période 1965-1990, plusieurs quartiers se développent en périphérie de la ville. C'est le cas du quartier Facliei situé sur la rive droite du Criş Repede. Dans un premier temps, la croissance de ce quartier reste modeste en raison du relief collinaire. Là, les pentes fortes sont encore occupées par le vignoble et l'agriculture et rapidement la croissance urbaine s'accélère.

2 ) Développement du quartier Facliei

7Après la chute du régime de Ceauşescu, un changement brutal intervient. Le secteur devient un lieu d'habitation attractif. Le site naturel est bien plus agréable qu'en plaine : se trouver au-dessus de la ville est attrayant. La verdure et le calme remplacent la pollution des industries et le bruit des véhicules. De plus, on reste proche du centre urbain.

8Le versant, dont l'altitude sommitale croît de 180 m à l'ouest jusqu'à 281 m à l'est, au sommet Rosu (Fig. 3), a vu se développer le quartier Facliei, qui fait face à celui de Dragoş Vodă (Fig. 2). Bien que proche du centre-ville, ce nouveau quartier semble en être à l'écart, en raison de son aspect rural. En effet, en progressant vers l'est, les habitations se font plus rares et les voies goudronnées laissent la place aux chemins de terre.

Figure 3 - Quartier en construction organisé selon deux axes principaux.

Figure 3 - Quartier en construction organisé selon deux axes principaux.

9Sur la ligne de crête, la rue Cantorului, non asphaltée, borde une rangée de maisons rurales traditionnelles qui dominent des vignes, des jardins, des vergers ou des terrasses agricoles abandonnées (Photo 1). Ces maisons jalonnent la partie sommitale de la pente qui peut être abrupte. Plus bas, quelques habitations, anciennes ou nouvelles, sont bâties à mi-pente le long de sentiers (Fig. 3). Au pied du versant, la pente, plus douce, présente une topographie ondulée et la rue Facliei concentre la plus grosse partie des habitations. Les propriétaires nouvellement enrichis érigent ici de spacieuses villas. En fond de vallée, le Criş Repede s'écoule derrière ses digues. Les constructions, même récentes, présentent de larges fissures. La surface de la rue Facliei est très irrégulière. Les désordres s'amplifient lorsque l'on remonte sur le versant. Les arbres sont couchés, les clôtures détruites. Tout cela fait régner un aspect de confusion générale.

Photo 1 - Un cadre verdoyant pour ce quartier organisé selon deux axes. (cliché : C. SOSSON, 2000)

Photo 1 - Un cadre verdoyant pour ce quartier organisé selon deux axes. (cliché : C. SOSSON, 2000)

III - Les observations de terrain : les facteurs permanents

1 ) Le levé de la carte géomorphologique

10Les désordres constatés sur le versant ont justifié le levé d'une carte géomorphologique très précise à l'échelle du 1/5000. La méthode champenoise (P. GUÉRÉMY et A. MARRE, 1996 ; A. MARRE, 2007) a été choisie pour l'élaboration de cette carte qui représente les formes de terrain, les formations superficielles et les processus morphogénétiques générateurs de ces formes et formations. Il est ainsi possible de mettre en évidence la nature des aléas. L'intégration des données chronologiques (âge et périodicité du fonctionnement des processus) permet de définir un degré d'activité des aléas.

11Cette carte (Fig. 4) montre l'extension spatiale des mouvements de terrain sur ce versant. Les formes dues à ce processus sont fraîches et prennent de l'ampleur vers l'est. Là, le Criş Repede s'éloigne de la ligne de crête, ce qui laisse plus d'espace aux mouvements de terrain pour développer leurs formes. En même temps, la ligne de crête gagne en altitude (sommet Rosu à 281 m), ce qui maintient des pentes fortes.

Figure 4 - Carte géomorphologique du versant de rive droite de la vallée du Criş Repede.

Figure 4 - Carte géomorphologique du versant de rive droite de la vallée du Criş Repede.

12Le levé géomorphologique a aussi permis :

  • de mettre en évidence des déformations récentes visibles sur les maisons, les clôtures, les routes et les canaux d'irrigation ;

  • et de dégager une typologie des mouvements de terrain.

2 ) La typologie des mouvements de terrain

13Parmi les types de mouvements de terrain observés deux types sont plus fréquents : les mouvements de type rotationnel et les mouvements d'extension latérale appelés en Roumanie "glimées".

a. Les mouvements de type rotationnel (slump)

14Les mouvements de terrain de type rotationnel (J.L. BALLAIS et al. 1998 ; J.C. FLAGEOLLET, 1989 ; V. SURDEANU, 1998) affectent largement le terrain. Sur les courtes pentes de l'ouest, ils occupent une surface réduite et restent souvent simples. Sur les longues pentes de l'est, ils se développent plus largement et deviennent complexes, accompagnés par des coulées.

15Ce type de mouvement se caractérise par une rupture amont qui est matérialisée par une cicatrice d'arrachement en forme d'arc de cercle et dont la hauteur dépasse fréquemment 10 m. Cette cicatrice peut être plus ou moins estompée suivant son âge. À l'aval, plusieurs replats de glissement à contrepente et plusieurs escarpements secondaires délimitent des masses rocheuses disloquées et glissées qui laissent encore voir leur structure géologique, souvent à contre-pendage. Tout au pied de ces masses glissées, des coulées s'étalent. Elles présentent une topographie bosselée et des formations complètement désorganisées et disposées en vrac.

16L'extrême ouest du terrain n'est en réalité qu'une succession d'anciennes cicatrices. Dès l'interfluve, une série de talus en arc de cercle se répartissent en gradins sur les très courtes pentes de la partie sommitale du versant. Un premier abrupt de départ, relativement estompé, naît vers 155 m d'altitude dans un jardin (Fig. 4). Quelques mètres à l'aval, une autre cicatrice entaille les pentes. Elle est composée de deux lobes et a une pente verticale. Une contrepente lui succède, amorçant un replat aussitôt sectionné par une vigoureuse excavation de plus de cinq mètres de profondeur juste derrière les maisons de la rue Facliei (Fig. 3). Une courte coulée, limitée par un bourrelet frontal, vient parachever ce mouvement de type rotationnel.

17À l'est du Monastère de Sainte Croix, ce type de mouvement s'étend plus largement. (Fig. 4). Une série de cicatrices s'est développée en s'échelonnant en gradins depuis le sommet de l'interfluve jusqu'aux jardins situés à l'arrière des maisons de la rue Facliei. Ces talus semi-circulaires s'entrecoupent et sont, la plupart du temps, suivis par un court replat mis en évidence par une contre-pente. Ces cicatrices sont souvent estompées et donnent des formes douces. Plus bas, la topographie originellement bosselée a été nivelée par les activités agricoles. Elle s'achève par un bourrelet frontal aux limites incertaines.

18À l'extrême limite est du terrain, des indices montrent des désordres actifs. La partie sommitale du versant en arc de cercle correspond à un ancien escarpement de tête régularisé. Différentes preuves montrent une activité actuelle des mouvements de terrain : des rejeux s'exercent au sein de cet ancien glissement. La partie inférieure du versant, à la topographie très irrégulière, correspond à la coulée elle-même. Celle-ci est délimitée par un net bourrelet frontal.

19Certains mouvements de ce type présentent des formes très fraîches. Plusieurs indices (arbres déformés, témoignages humains) permettent de les dater de moins de 10 ans (Photos 2, 3 et 4). Ils feront l'objet d'une étude plus approfondie en troisième partie. D'autres sont naissants (Photo 5) et fonctionnent activement.

Photo 2 - Mouvement de terrain daté de 1940 : escarpement de tête, escarpement secondaire et coulée. (cliché : C. SOSSON, 2000)

Photo 2 - Mouvement de terrain daté de 1940 : escarpement de tête, escarpement secondaire et coulée. (cliché : C. SOSSON, 2000)

Photos 3 et 4 - Évolutions récentes du mouvement de terrain de 1940.

Photos 3 et 4 - Évolutions récentes du mouvement de terrain de 1940.

Photo 3 (à gauche – cliché Alexandra RUXINIA) : En 1997, une cicatrice aux formes fraîches, donc récente, subit l'action du ruissellement concentré. Photo 4 (à droite – cliché : C. SOSSON)) : En 1999, le replat principal du glissement est cultivé, les pentes sont en partie revégétalisées, mais le ruissellement concentré se maintient. L'arbre entouré d'un cercle sert de repère.

Photo 5 - Cicatrice de départ en cours de formation. (cliché : C. SOSSON, 2000)

Photo 5 - Cicatrice de départ en cours de formation. (cliché : C. SOSSON, 2000)

b. Les mouvements de type extension latérale

20Ces mouvements d'extension latérale des roches peuvent être comparés à ceux que l'on appelle "glimées" en Roumanie (N. JOSAN, 1997 ; F. GRECU et N. JOSAN, 1997). Ce type de mouvement s'observe sur des sables reposant sur des argiles plastiques qui constituent un plan de glissement.

21Les mouvements sont favorisés lorsque les roches présentent un pendage conforme à la pente topographique, ce qui est le cas sur le terrain d'étude. Des fentes dues à la dessiccation peuvent être les prémices de la naissance de la cicatrice d'arrachement. Une fois la masse détachée, elle glisse le long de la pente. En même temps, elle est démantelée par les agents météoriques. Il en résulte des buttes, ou plutôt des monticules, qui s'échelonnent en aval de la cicatrice. Ces monticules deviennent de plus en plus petits au fur et à mesure que l'on descend le versant (Photo 6).

Photo 6 - Mouvement de type "glimée" dans la partie est du terrain d'étude. (cliché C. SOSSON, 2000)

Photo 6 - Mouvement de type "glimée" dans la partie est du terrain d'étude. (cliché C. SOSSON, 2000)

22Ces formes sont particulièrement bien développées dans les deux parties du secteur cartographié où se sont produits le mouvement du Monastère de Sainte Croix et celui du sommet Rosu (Fig. 4).

23Le premier mouvement présente un escarpement de tête au pied duquel s'étalent des replats à contrepente qui offrent une topographie très confuse. En contrebas, quatre buttes bien dessinées jalonnent le versant. Les deux premières sont à 180-185 m d'altitude, la troisième à 17175 m, et la quatrième à 163 m. Plus bas encore, une topographie chaotique se termine par un bourrelet frontal perturbé par l'anthropisation.

24Le second mouvement (Photo 6) présente une imposante cicatrice de départ, de plus de quinze mètres de hauteur. Elle est immédiatement suivie par une première butte. D'autres buttes se répartissent sur le versant dont la topographie bosselée se termine, en aval, par un bourrelet frontal bien dessiné.

3 ) Une géologie favorable au déclenchement des mouvements de terrain

25L'intégralité du versant de rive droite du Criş Repede est constituée dans les formations détritiques déposées par la Mer Pannonienne à la fin du Tertiaire (M. PAUCÃ, 1979). Ces formations néogènes, concordantes, très peu inclinées et meubles, sont composées d'alternances de bancs d'argiles, d'argiles marneuses, de sables parfois compactés, et de marnes sableuses. Leur teinte est en général jaunâtre à grise, avec des passées ocres indiquant une oxygénation du milieu de sédimentation. Plus précisément, il s'agit de marnes argileuses connaissant des variations verticales de faciès, qui partent de marnes massives et compactes pour devenir plus friables. Elles sont recouvertes par un complexe sableux à sablo-argileux de plusieurs mètres (D. ISTOCESCU et G. IONESCU, 1970).

26À 190 m d'altitude, un banc gréseux peu épais, mais très résistant, vient armer les dépôts sableux (Photo 7). On a observé, sur une excavation de 2,25 m de hauteur, que ces matériaux se débitent suivant des diaclases verticales qui s'élargissent à proximité de la surface. (Photo 8). Les fissures ouvertes sont dues à la décompression. Leur déstructuration rend les grès sensibles aux actions des eaux courantes, du gel et de la gravité. La charge que représente cette couche au sommet du versant et l'ouverture des fissures fournissent des conditions favorables aux glissements dans les matériaux plastiques sous-jacents.

Photo 7 - Banc gréseux au sommet du versant de rive droite du Criş Repede. (cliché : C. SOSSON)

Photo 7 - Banc gréseux au sommet du versant de rive droite du Criş Repede. (cliché : C. SOSSON)

Photo 8 - Banc gréseux, très diaclasé en surface. (cliché : C. SOSSON)

Photo 8 - Banc gréseux, très diaclasé en surface. (cliché : C. SOSSON)

4 ) Un versant diversifié et fragile

27Ce secteur présente donc trois unités distinctes :

  • un interfluve qui est en fait le reste d'un lambeau de plateau qui s'élargit vers l'ouest ;

  • un versant aux pentes fortes pouvant atteindre jusqu'à 20° et affecté par les mouvements de terrain ;

  • la vallée dissymétrique du Criş Repede qui vient lécher le pied du versant.

28Le versant qui domine le cours d'eau est sapé à la base par ce dernier : cela laisse peu ou pas de place au développement des terrasses alluviales qui occupent d'avantage la rive gauche.

IV - La dynamique des mouvements de terrain

1 ) Des conditions climatiques favorables aux déclenchements

29La plaine de l'ouest possède un climat à caractère tempéré continental subissant les influences des masses d'air océaniques de l'ouest durant l'été, des masses d'air subtropicales (cyclones méditerranéens) après l'été et à la fin de l'hiver (G. POSEA, 1997). Ces différents éléments font que ce secteur de la Roumanie connaît deux périodes de fortes précipitations : l'une au printemps (en particulier en mai/juin) qui provoque des inondations fréquentes, et l'autre en novembre-décembre. L'eau, facteur indispensable à la genèse des mouvements de terrain, est par conséquent présente.

a. Les moyennes

30La station d'Oradea est située à 136 m d'altitude. Entre 1946 et 1999, il est tombé en moyenne 615 mm d'eau par an. La température moyenne annuelle calculée entre 1935 et 1994 est de 10,2°C.

31Juin apparaît comme le mois le plus humide (avec une moyenne de 86,5 mm), suivi par juillet (68,1 mm), mai (61,9 mm) et août (54,7 mm). Les mois de mai à août constituent donc une période d'humidité continue. Une seconde période humide se place en novembre (52,6 mm) et décembre (55,8 mm), mois pendant lesquels les précipitations tombent majoritairement sous forme solide. En revanche, janvier, février et mars sont secs (moins de 35 mm chacun).

32Les alternances de périodes sèches et de périodes très humides sont un facteur favorable au déclenchement des mouvements de terrain (A. MARRE, 1987). Les périodes sèches favorisent l'apparition de fentes de dessiccation et de fissures qui guident l'infiltration des eaux et créent des plans de glissement lors des périodes très humides.

33De même, les alternances gel/dégel préparent l'ouverture de fissures dans lesquelles l'eau des saisons humides peut s'engouffrer. Les températures moyennes des mois de janvier et de février sont très souvent négatives. Pour la période 1936 et 1994, la température moyenne de janvier est de -1,9°C. Les températures peuvent atteindre exceptionnellement près de -10°C.

b. Les cas extrêmes

34Certaines années sont plus humides que d'autres : les précipitations dépassent alors les 800 mm. Ce fut le cas en 1972, avec des mois de janvier, février et mars presque secs, mais avec un mois d'août qui a reçu près de 100 mm. 1974 fut aussi une année humide, ainsi que 1996 et 1999.

35D'autres années sont bien plus sèches : les précipitations atteignent à peine 400 mm (1947, 1953, 1961, 1973, 1992), avec des mois de février et mars à moins de 5 mm.

36L'année 2000 qui voit naître des cicatrices de départ nouvelles et des rejeux (Photo 5) fait suite à une année 1999 très humide. En 1997, on a observé une nouvelle cicatrice d'arrachement (Photo 2). Elle s'est produite pendant une succession d'années très humides (1996 à 1999) qui suivait des années sèches qui avaient favorisé l'apparition de fentes de dessiccation.

2 ) La cinématique des mouvements

37Tous les mouvements étudiés sur cette portion de terrain présentent des formes fraîches, voire, en cours de formation (Photos 2, 3 et 5). Le paysage est donc marqué par des formes vigoureuses et de grande ampleur, et cela tout au long du versant.

38Grâce à des témoignages, nous avons pu dater un de ces mouvements : il se serait produit en 1940. Cependant la fraîcheur de la forme de son escarpement de tête laisse penser qu'il a connu depuis d'autres périodes de fonctionnement, dont une très récente (Photo 2). En effet, la niche d'arrachement a encore fonctionné jusque vers 1997. De ce fait, la végétation était à cette date totalement absente et de petites coulées boueuses étaient actives (Photo 3). En 1999, nous avons pu constater que les petites coulées boueuses liées aux apports d'eau par les petites sources qui naissent à la base de l'escarpement de tête, fonctionnaient toujours. Cependant une végétation hygrophile commençait à reconquérir lentement cet espace. (Photo 4). Plus bas, les replats de glissement avaient été remis en culture par les paysans.

39Par ailleurs, on peut affirmer qu'entre 1940 et 2000 l'ensemble du mouvement de terrain a connu un fonctionnement lent mais général. On peut observer un grand nombre de clôtures déformées, de chemins et de champs bosselés et de murs de maisons fissurés qui témoignent de cette activité.

3 ) Synthèse sur l'évolution d'un versant

a. Proposition de chronologie relative des mouvements de terrain

40L'analyse diachronique des formes cartographiées (Fig. 4) permet de proposer une chronologie relative des phénomènes.

41Au sommet du versant de la Colline d'Oradea, on trouve quelques petits éléments d'un versant régularisé qui se prolongent par un lambeau de glacis. Ces formes "lisses", (P. GUÉRÉMY et al., 1991) sont associées à des formations superficielles litées et constituées par des sables et des petits fragments gréseux. Ces formations sont caractéristiques d'une mise en place par des ruissellements abondants.

42Plusieurs escarpements de tête viennent recouper ces éléments de versant régularisé et participent ainsi à une érosion régressive. Ces nouvelles formes témoignent d'un changement de domaine morphogénétique. On est passé d'une période où dominaient les ruissellements à une période où les processus de mouvement de terrain sont devenus prépondérants. Les ruissellements, qui devaient être saisonniers, se produisaient dans un contexte froid. Au printemps, les sols étaient encore gelés et imperméables. Les eaux de fonte du manteau neigeux auxquelles s'ajoutaient les eaux de pluie provoquaient des ruissellements très dynamiques. En revanche, les mouvements de terrain témoignent d'un contexte climatique dans lequel les eaux s'infiltrent dans les formations superficielles et modifient l'état physique des matériaux. Il n'y a donc plus de sols gelés. Le climat est plus chaud (P. GUÉRÉMY et al., 1991).

43Le levé cartographique montre clairement que les formes des mouvements de terrain recoupent le versant régularisé. Elles sont donc postérieures à la dernière période froide. On peut les considérer comme d'âge holocène. De plus, l'état des escarpements de tête de chacun des mouvements de terrain et les témoignages recueillis sur place permettent de proposer une chronologie relative. On distingue ainsi six générations de mouvements de terrain (Fig. 4) :

  • Les mouvements très anciens dont l'escarpement de tête est nettement estompé (numéro 1). Visibles au pied du sommet Rosu, ils sont de grande ampleur et datent du début de l'Holocène. On ne peut cependant pas préciser leur âge exact.

  • Les mouvements anciens (numéro 2) présentent des escarpements de tête qui sont peu estompés et qui recoupent les formes des mouvements très anciens comme cela est visible dans la partie amont du glissement de Vulturul dans la partie ouest du versant et dans le corps du glissement situé en dessous de sommet Rosu. L'emboîtement des formes montre qu'ils sont postérieurs aux précédents. Cependant il nous est impossible de donner l'âge précis de leur déclenchement.

  • Les mouvements récents (numéro 3) présentent des escarpements de tête bien nets (ou "frais") qui recoupent les formes antérieures. On peut observer ce type dans la partie aval du mouvement de Vulturul et dans le mouvement du monastère Sainte Croix.

  • Les mouvements très récents (numéro 4) ont pu être datés par des témoignages. Ils sont postérieurs à 1940. Leur escarpement de tête est très net (Photo 2). Il recoupe les formes des mouvements antérieurs. Ils nous sont connus par la cartographie et par les témoignages encore vifs dans les souvenirs des gens. Certains datent des années 1990. (Photo 3).

  • Les mouvements actuels et actifs portent le numéro 5. Ils désignent ceux qui ont moins de 10 ans d'âge. Ils se manifestent par des déformations visibles sur les murs, les clôtures ou les chemins. Ils maintiennent une situation précaire pour les constructions récentes. (Photo 5).

b. Mise en relation de la cinématique des mouvements de terrain avec l'incision du Cris Repede

44À l'entrée de la ville d'Oradea, le Criş Repede coule à 125-127 m d'altitude. Sa vallée est nettement dissymétrique. Sur sa rive droite, le cours d'eau passe au pied des Collines d'Oradea qui présentent des pentes fortes. Sur sa rive gauche, le cours d'eau est installé au pied d'un long versant sur lequel on a pu observer plus de sept niveaux de terrasses. (F. BENŢE, et al., 1970).

45Sur la rive droite on ne peut observer que le lit majeur et une basse terrasse. Le lit majeur, appelé parfois "très basse terrasse", est situé à 0,5-1 m d'altitude relative au-dessus du lit mineur. La basse terrasse est à 2-3 m d'altitude relative. C'est le seul niveau de terrasse représenté sur le terrain étudié. (Fig. 4). Il se raccorde aux restes du glacis et du versant réglé notés plus haut. Les matériaux qui le composent, présentent une grande proportion de galets bien émoussés de taille décimétrique. Cela témoigne de capacités d'érosion et de transport du Criş Repede qui étaient bien plus importantes que celles observées de nos jours. La relation spatiale entre le versant réglé, le glacis et la terrasse, ainsi que l'abondance et la taille des galets des formations alluviales, montrent que la mise en place de ces formes s'est faite sous un climat froid. Les mouvements de terrain qui viennent démanteler ces formes ou se poser au-dessus sont donc bien d'âge holocène.

46En revanche, sur la rive gauche, on peut recenser plus de sept niveaux de terrasses (F. BENŢE et al. 1970) :

  • On retrouve tout d'abord les deux niveaux décrits sur la rive droite.

  • Le troisième niveau est à 4-10 m d'altitude relative. Il débute au sud d'Oradea. Il s'étend et s'élargit à l'est de la ville où il constitue une grande plaine. En revanche, il est très peu représenté à l'ouest de la ville.

  • Le quatrième niveau est positionné à 15-20 m d'altitude relative. Il s'observe à Sînmartin et Alparea. Contrairement à la terrasse précédente, on le retrouve à l'ouest comme à l'est de la ville avec une égale extension spatiale.

  • Le cinquième niveau est à 30-40 m d'altitude relative. Il est très large par rapport aux niveaux précédents, surtout au sud-ouest et au sud d'Oradea. Il se rétrécit vers l'est. On le retrouve par exemple à Nojorid, Ciheiu, Băile Felix, Rontău et Cheriu.

  • Le sixième niveau est à 50-60 m d'altitude relative. Il occupe un espace restreint et fragmenté. On le retrouve entre autres aux villages d'Apateu et de Chişirid.

  • Le septième niveau est situé à 70-80 m d'altitude relative. Il est réduit à l'état de lambeaux à Cordău et Şauaieu.

  • Un ultime niveau aurait aussi été repéré à 270-290 m d'altitude, soit 145 m au-dessus du cours actuel (F. BENŢE et al. 1970).

47Cette organisation dissymétrique des terrasses du Criş Repede montre que ce cours d'eau coulait précédemment plus au sud, en marge des collines du Tăşad. Il a ensuite connu une migration de son cours vers le nord. Cette migration est liée à des mouvements tectoniques. Le Criş Repede, qui descend des Monts Apuseni, est ici aligné sur des accidents plus ou moins actifs. Ainsi, dans la vallée de l'Hidişel, affluente de celle du Criş Repede, il a été montré (F. JACQUES, 1999) que les reliefs avaient été soulevés par rapport à la grande plaine hongroise. Ce jeu tectonique est toujours actif. (F. JACQUES, 1999). Il a donné un étagement de terrasses d'érosion.

48Aujourd'hui, le Criş Repede semble continuer cette migration vers le nord et incise son cours à la base des Collines d'Oradea. Il déséquilibre ainsi les versants de ce relief, ce qui provoque des mouvements de terrain. La cartographie géomorphologique montre que ce mécanisme existe depuis le début de l'Holocène. Le débit moyen actuel du Criş Repede est de 24,3 m3/s (période 1951-1975). Selon G. POSEA (1997), il peut cependant connaître de très fortes crues, comme celle du 11 juin 1970 où le débit instantané a atteint 576 m3/s. Lors de tels évènements, le sapement des berges est très fort. Les hommes ont donc récemment construit des digues pour se protéger des inondations. Cet aménagement contribue aussi à limiter le sapement à la base du versant des Collines d'Oradea, sans avoir une efficacité totale. Des mouvements de terrain sont toujours actifs.

V - Conclusion

49La cartographie géomorphologique et l'analyse diachronique des formes de terrain a permis de montrer sur cet espace péri-urbain que l'instabilité des versants observée sur quelques constructions s'inscrivait dans un long continuum qui dure depuis le début de l'Holocène. Le fonctionnement de ces mouvements de terrain est lié à des conditions structurales qui réunissent, à la fois, une lithologie favorable et un jeu tectonique lent mais régulier. Il s'agit là, de facteurs naturels "permanents" qui sont toujours bien actifs. Lors d'années particulièrement pluvieuses, des facteurs naturels "occasionnels" viennent accélérer le processus. C'est ce qui s'est passé à plusieurs reprises depuis le grand glissement de 1940. Il s'agit donc ici d'un versant qui connaît un fort aléa vis-à-vis des mouvements de terrain.

50Situé aux portes du centre-ville d'Oradea, ce quartier est bien placé pour attirer des constructions nouvelles. De ce fait, des facteurs anthropiques pourraient s'ajouter aux facteurs naturels de déclenchement de mouvements de terrain. Les aménagements de cet espace doivent être faits avec une grande prudence. Ils nécessitent, au préalable, une bonne étude de stabilité, afin de déterminer les lieux précis qui sont menacés et les types de constructions possibles.

Haut de page

Bibliographie

BALLAIS J.L., MARRE A., MIETTON M., MIOSSEC A., MORIN S., VALADAS B. et VEYRET Y. (1998) - L'érosion entre nature et société. Dossiers des Images Économiques du Monde, N° 22, Édit. SEDES, 344 p.

BENŢE F., BENŢE D. et GREAVU E. (1970) - Aspecte fizico-geografice în zona oraþului Oradea. Lucrari Stintifice, Seria A, vol. IV, Édit. Institutul pedagogic Oradea, Oradea, p. 209­216.

DEGRYSE J. (1998) - L'espace urbain d'Oradéa (Roumanie). Héritages et mutations. Mémoire de maîtrise, Département de Géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, 203 p avec atlas de 41 planches.

FLAGEOLLET J.C. (1989) - Les mouvements de terrain et leur prévention. Édit. MASSON, Collection Géographie, 224 p.

FICHEUX R. (1996) - Les Monts Apuseni (Bihor), vallées et aplanissements. Thèse d'État, Université de Paris I, Édit. Academiei române, Bucarest, 535 p.

GÂRBACEA V. (1996) - Remarques sur le relief de "glimée" en Roumanie. Geografia fisica e dinamica quaternaria, Édit. Comitato glaciologico Italiano, vol. 19. Turin.

GRECU F. et JOSAN N. (1997) - Specific features of the massive landslides at Cornătel (Hârtibaciu Tabeland), Rumania. Geografia fisica e dinamica quaternaria, Édit. Comitato glaciologico Italiano, vol. 20, Turin, p. 239-243.

GUÉRÉMY P., LHENAFF R. et MARRE A. (1991) - Mouvements de masse et évolution des formes de terrain dans le massif des Baronnies (Préalpes Françaises du Sud). Zeit. für Geomoph. N.F., Suppl. BD., vol. 83, p. 211-220.

GUÉRÉMY P. et MARRE A. (1996) - Une nouvelle méthode de cartographie géomorphologique applicable aux aléas naturels. Travaux de l'Institut de Géographie de Reims, n° 93-94, Reims, p. 5­40.

ISTOCESCU D. et IONESCU G. (1970) - Geologia părţii de nord a depresiunii pannonice (sectorul Oradea-Satu Mare). Dări de seamă, Édit. Institutul geologic, vol. LV 1967-1968, Bucarest.

JACQUES F. (1998) - Vallée de l'Hidişel (Roumanie), évolution géomorphologique et dynamique des versants. Mémoire de maîtrise (sous la direction d'A. MARRE), Université de Reims Champagne Ardennes, 75 p. + annexes.

JOSANN. (1996) - Types of slopes in the transylvanian depression (Rumania). Geografia fisica e dinamica quaternaria, Édit. Comitato glaciologico Italiano, vol. 19, Turin, p. 249­254.

MARRE A. (1987) - Le mouvement de terrain du 23/08/86 à Rilly-la-Montagne (51). Naissance et évolution. Travaux de l'Institut de Géographie de Reims, n° 69-72, p. 95-111.

MARRE A. (2007) - Cartographie géomorphologique et cartographie des risques. Bulletin de l'Association des Géographes Français, n° 1 ("Géographies"), p. 3-21, une annexe en couleur.

PAUCàM. (1979) - O mare îndelung studiatã dar înca insuficient cunoscutã : Marea Panonicã. Nymphea, vol. VII, Oradea, p. 15-35.

POSEA G. (1997) - Câmpia de vest a României. Édit. Fundaţiei "România de mâine", Bucarest, 430 p.

SURDEANU V. (1998) - Geografia terenurilor degradate. Presa universitară Clujeană, 274 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation du secteur d'étude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2 - Évolution de l'espace urbain à Oradea.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 - Quartier en construction organisé selon deux axes principaux.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 1 - Un cadre verdoyant pour ce quartier organisé selon deux axes. (cliché : C. SOSSON, 2000)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4 - Carte géomorphologique du versant de rive droite de la vallée du Criş Repede.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 2 - Mouvement de terrain daté de 1940 : escarpement de tête, escarpement secondaire et coulée. (cliché : C. SOSSON, 2000)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photos 3 et 4 - Évolutions récentes du mouvement de terrain de 1940.
Légende Photo 3 (à gauche – cliché Alexandra RUXINIA) : En 1997, une cicatrice aux formes fraîches, donc récente, subit l'action du ruissellement concentré. Photo 4 (à droite – cliché : C. SOSSON)) : En 1999, le replat principal du glissement est cultivé, les pentes sont en partie revégétalisées, mais le ruissellement concentré se maintient. L'arbre entouré d'un cercle sert de repère.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 5 - Cicatrice de départ en cours de formation. (cliché : C. SOSSON, 2000)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photo 6 - Mouvement de type "glimée" dans la partie est du terrain d'étude. (cliché C. SOSSON, 2000)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 7 - Banc gréseux au sommet du versant de rive droite du Criş Repede. (cliché : C. SOSSON)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 8 - Banc gréseux, très diaclasé en surface. (cliché : C. SOSSON)
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/410/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Sosson, Alain Marre et Nicolae Josan, « Mouvements de terrain et urbanisation le long du Criş Repede en amont de la ville d'Oradea (Roumanie) », Physio-Géo, Volume 2 | -1, 21-35.

Référence électronique

Christelle Sosson, Alain Marre et Nicolae Josan, « Mouvements de terrain et urbanisation le long du Criş Repede en amont de la ville d'Oradea (Roumanie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 2 | 2008, mis en ligne le 24 janvier 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/410 ; DOI : 10.4000/physio-geo.410

Haut de page

Auteurs

Christelle Sosson

Géolab - Groupe d'Étude des Géomatériaux et des Environnements Naturels et Anthropisés, Université de Reims, Bâtiment recherche, Campus Croix Rouge, 57 Rue Pierre Taittinger, 51096 REIMS cedex.
Courriel : christelle.sosson@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Alain Marre

Géolab - Groupe d'Étude des Géomatériaux et des Environnements Naturels et Anthropisés, Université de Reims, Bâtiment recherche, Campus Croix Rouge, 57 Rue Pierre Taittinger, 51096 REIMS cedex.
Courriel : alain.marre@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Nicolae Josan

University of Oradea, Department of History-Geography, Armatei Romane street, no. 5, 410087 ORADEA, ROMANIA.Courriel : njosan@uoradea.ro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org