Navigation – Plan du site
Articles

Biodiversité méditerranéenne et changements globaux : cas du complexe de zones humides de Guerbès-Senhadja (Algérie)

Oumessaad Toubal, Abderrazak Boussehaba, Abderrahmane Toubal et Boudjéma Samraoui
p. 273-295

Résumés

Guerbès-Senhadja est un complexe de zones humides d'importance majeure (classé Site Ramsar 2001) qui constitue un réservoir de biodiversité faunistique et floristique avec des espèces d'origines biogéographiques diverses.
Toutefois cette zone subit une pression anthropique importante à cause des défrichements, des incendies et de l'exploitation des sablières. Cela perturbe l'équilibre biologique, ce qui se traduit par la dégradation de certaines formations végétales, leur appauvrissement floristique et leur remplacement par des groupements de substitution (maquis, broussailles, pelouses), tandis que l'érosion des sols prend de l'ampleur à moyenne et basse altitude. Parallèlement, l'érosion éolienne entraîne un ensablement progressif de la zone, y compris des dépressions marécageuses et des lacs, ce qui agit sur les capacités d'accueil des biotopes et provoque la réduction de leur biodiversité. L'assèchement des marais modifie les fonctionnements hydrologiques et entraîne la disparition des espèces hygrophiles autochtones, qui sont remplacées par des espèces pyrophiles. Le barrage construit en amont de la zone réduit les écoulements et, de ce fait, accentue les effets de la pollution des eaux.
L'utilisation de la télédétection a permis l'élaboration d'une carte d'occupation des sols qui témoigne de l'hétérogénéité du milieu, de la régression du couvert végétal et de l'état de dégradation et d'artificialisation des biotopes. Au bout du compte, le diagnostic phytoécologique associé à ce document permet de poser les problèmes de préservation et de valorisation auxquels la zone est confrontée, en rapport avec l'utilisation des ressources naturelles et dans un contexte de changements globaux.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le bassin méditerranéen a été décrit comme l'une des régions les plus riches et les plus complexes sur les plans géologique, biologique et culturel (J. BLONDEL et al., 2010). Par sa diversité biologique et son degré d'endémicité élevés, il constitue l'un des 34 "points chauds" de la planète (M. MYERS et al., 2000). Toutefois, nulle part ailleurs, les milieux naturels n'ont été aussi modifiés qu'en région méditerranéenne ; la perte et la dégradation des habitats y figurent parmi les menaces les plus sérieuses d'érosion de la biodiversité (E. RISERVATO et al., 2009). Cette pression anthropique est nettement plus intense en Afrique du Nord (N. GARCIA et al., 2010) et il est prévu qu'elle s'intensifie dans la perspective d'un réchauffement climatique qui exacerbera l'aridité de la région (M. HULME et al., 2001). Ces changements globaux ne sont pas sans conséquences sur la santé publique (G.C. DAILY et P.R. EHRLICH, 1996 ; S.W. LINDSAY et M.H. BIRLEY, 1996), aussi est-il urgent d'identifier les menaces et d'élaborer des réponses adéquates pour conserver la biodiversité et pérenniser les différents services des écosystèmes (W.R. TURNER et al., 2007).

2L'Algérie comprend 254 zones humides d'importance internationale, dont Guerbès-Senhadja. Celle-ci associe des zones humides continentales (marais, oueds, lacs, garaets, zones inondables, mares permanentes et/ou temporaires et zones hydromorphes végétales), des zones humides littorales (dunes, estuaires, plages, falaises maritimes), des surfaces agricoles et/ou urbanisées connexes et des zones boisées. Cette région possède des potentialités humaines et agricoles importantes. C'est également un réservoir de biodiversité abritant de nombreuses espèces végétales et animales (B. SAMRAOUI et G. de BELAIR, 1997). Le Nord-Est algérien est considéré comme un point chaud, menacé, de biodiversité végétale et la zone de l'Edough-Guerbès-Senhadja-Fetzara comme particulièrement riche et sauvage (E. VELA et S. BENHOUHOU, 2009). Cet écocomplexe sert de site de nidification et de quartier d'hivernage pour une grande variété d'oiseaux d'eau (B. SAMRAOUI et F. SAMRAOUI, 2008).

3Un des objectifs de la convention Ramsar est de caractériser l'occupation des sols pour identifier et prévoir les modifications les plus significatives affectant les sites, car les zones humides sont soumises à des changements d'usage et à des altérations du régime hydrique qui modifient l'occupation des terres. La carte d'occupation des sols est un élément de connaissance préalable à toute démarche locale d'étude, de gestion ou de planification des zones humides. Dans cette perspective, le complexe de Guerbès-Senhadja fait l'objet d'une attention particulière. Cependant son étude se révèle complexe et nécessite une vision spatialement plus large, permettant de mieux cerner et de prévoir les conséquences de la forte pression anthropique.

4Pour répondre aux besoins de gestion, de conservation et de protection des zones humides, la télédétection constitue un outil fiable, financièrement abordable, et source de nombreuses données numériques, facilement archivables, couvrant de grandes superficies. En combinant relevés floristiques de terrain et données radiométriques, il est possible d'obtenir des cartes facilement actualisables, qui permettent de suivre l'évolution des communautés végétales et le fonctionnement des écosystèmes. La présente étude vise à définir la situation écologique actuelle du complexe de Guerbès-Senhadja, en élaborant une carte d'occupation des sols. Elle a également pour objectif d'identifier les différentes pressions anthropiques érodant la biodiversité de la région et d'apprécier dans quelle mesure la carte d'occupation des sols pourrait servir comme outil de gestion des écosystèmes et d'indicateur de leur vulnérabilité.

II - Présentation du terrain d'étude

5L'écocomplexe de zones humides de Guerbès-Senhadja (36° 46'-37° 1' N, 7° 8'-7°25' E) est limité au nord-est par le massif de l'Edough, au nord-ouest par le massif du Filfila, au sud-ouest par le massif de Boumaïza et il s'étend au sud-est jusqu'à proximité du lac Fetzara (Fig. 1). La superficie du complexe des zones humides est de 42100 ha et la surface de la zone humide proprement dite avoisine 20000 ha. La plaine alluviale de Benazouz est drainée par les oueds Kébir, Magroune et El-Aneb. L'oued Kébir donne ainsi naissance à des dépressions dunaires hydromorphes, marais, lacs et garaets (étendues d'eau stagnante sous forme de cuvettes fermées). L'ensemble dunaire en bordure du littoral s'étend jusqu'à 14 km à l'intérieur de la zone.

Figure 1 - Localisation de l'écocomplexe de zones humides de Guerbès-Senhadja.

Figure 1 - Localisation de l'écocomplexe de zones humides de Guerbès-Senhadja.

1 ) Géologie

6Guerbès-Senhadja appartient à un segment de la chaîne alpine de l'Algérie orientale (A. TOUBAL et O. TOUBAL, 1998), née de la collision de la plaque africaine et de la plaque européenne. Comme pour les Alpes, cette orogénèse s'est produite au cours de l'Éocène et du Miocène en plusieurs "phases alpines" (J.M. VILA, 1980).

7La zone d'étude correspond à un bassin subsident néogène. Il s'agit d'un graben limité par deux accidents majeurs NO-SE, qui ont provoqué des coulissages kilométriques lors de la dernière phase alpine au Miocène supérieur. Cet événement a mis à la même latitude la plaque africaine représentée par le massif métamorphique de l'Edough, à l'est, et la plaque européenne représentée par le socle de Skikda, à l'ouest.

8L'invasion de cette région par la mer au Pliocène a transformé le massif de l'Edough en île (J. HILLY, 1962). Mais les apports sédimentaires en provenance de l'arrière-pays ont provoqué le comblement progressif des secteurs au sud et à l'est de l'Edough, lequel s'est ainsi retrouvé rattaché au continent dès le Quaternaire inférieur. Depuis, la ligne de rivage a continué de migrer du sud vers le nord.

9Le bassin de Guerbès est constitué de sédiments plio-quaternaires dont les faciès indiquent un dépôt dans un environnement marin lagunaire à continental fluviatile, en fonction des variations climatiques et eustatiques.

10Sur la bordure occidentale du bassin, affleure le flysch numidien, substrat siliceux formé par une alternance de grès et de marnes.

2 ) Hydrologie

11Les précipitations sont relativement abondantes, puisqu'elles dépassent 600 mm/an en moyenne. Nous développerons ce point dans le chapitre suivant.

12D'après C. Khammar (1981), le bassin présente des aquifères multicouches à structure complexe. Toutefois, dans notre perspective, il est plus important de noter que l'hydrographie est constituée d'oueds et de garaets. Le cours d'eau principal est l'oued El-Kébir, qui prend sa source dans le Tell, au sud de Guelma. En rive droite, il reçoit des affluents du djebel Edough (Oued Magroune et Oued El-Aneb), massif sur lequel les précipitations sont abondantes (1200 mm/an en moyenne au sommet et 750 mm à la base). Une partie des eaux de l'oued El-Kébir est retenue par le barrage Bekouche Lakhdar, d'une capacité de 120 millions de m3 environ, situé dans la partie amont du bassin versant. Ce barrage perturbe le régime hydrologique naturel et a pour effet une diminution de la recharge des nappes aquifères en aval.

13Près de l'embouchure, dans une plaine à très faible pente, l'écoulement de l'oued El-Kébir est gêné par un cordon dunaire (ensemble de dunes façonné ou orienté par les vents dominants NO-SE) riche en lentilles argileuses imperméables. L'oued dessine une série de méandres et de bras morts, et les eaux donnent naissance à des marais, lacs et garaets (Photos 1).

Photos 1 - Zones humides de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]

Photos 1 - Zones humides de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]

a) Garaet Hadj Tahar. b) Garaet Sidi Makhlouf. c) Garaet Chichaya. d) Garaet Bouina. e) Lac Marsadelle. f) Lac Sidi Fritis, entouré de dunes dénudées.

14Sur le cordon dunaire, le sable dunaire est prélevé sans retenue. Pour la période de 1995 à 1999, pour laquelle nous avons des données, ce sont 302915 m3 de sable environ qui ont été extraits. L'extension des sablières au détriment du couvert végétal a déstabilisé le cordon dunaire, qui s'est trouvé exposé à une forte érosion éolienne sous l'effet des vents dominants du nord-ouest. Lorsqu'elles sont abandonnées, les sablières surexploitées sont envahies par les eaux de la nappe phréatique.

15D'après l'étude hydrochimique réalisée par S. HADJ-SAID (2007), les eaux des nappes ont un faciès chloruré sodique. La forte salinité peut provenir de la dissolution d'évaporites du Messinien, sans doute présentes en profondeur, et/ou de celle des dépôts du Pliocène marin. Mais dans le secteur côtier, elle est due aux échanges mer-nappe, lesquels sont facilités par la perméabilité du terrain et accentués par les prélèvements pour l'arrosage dans les puits à la périphérie du massif dunaire. Plus au sud, la salinité atteint parfois des valeurs élevées, en liaison avec la lithologie (faciès évaporitiques). Dans les parties méridionale et centrale du terrain d'étude, S. HADJ-SAID (2007) a mesuré des conductivités électriques des eaux allant de 228 à 2970 µS/cm.

16La pollution anthropique provient surtout de la partie sud du terrain d'étude, ainsi que des terrains situés plus en amont. Elle a pour principale cause le rejet dans les oueds d'eaux usées urbaines ou industrielles. Cette zone, très agricole, est en outre polluée par les engrais phosphatés et azotés et par les pesticides. Ainsi les teneurs en nitrates ont-elles augmenté, dépassant le plus souvent 44 mg/l en 2007, avec un maximum de 97 mg/l, mesuré en période de basses eaux (S. HADJ-SAID, 2007). L'ensemble de ces apports dégrade la qualité des eaux et provoque l'eutrophisation de l'oued El Kébir et des garaets.

17Le barrage Bekouche LAKHDAR contribue à la salinisation et à l'accroissement des effets de la pollution, du fait de la diminution des écoulements en aval.

3 ) Aspect pédologique

18Les sols revêtent une importance particulière de par leur position d'interface entre le substrat géologique et la végétation. Ils peuvent être affectés par les activités humaines, notamment les modifications de la couverture végétale. Mais, dans le secteur d'étude, les conditions pédologiques sont surtout dépendantes des rapports avec l'eau : sols hydromorphes dans les dépressions à submersion temporaire ou permanente (1869 ha), alluvions actuelles dans les marécages et sols peu évolués d'apport alluvial en bordure des oueds. Les sols alluviaux à hydromull portent des frênaies-aulnaies (J.M. GÉHU-FRANCK et al., 1988), tandis que des groupements forestiers se développent sur les sols bruns plus ou moins lessivés, parfois à tendance podzolique, de la partie occidentale du terrain d'étude.

4 ) Aspect socio-économique

19Dans ce secteur à caractère rural, la population (270000 habitants en 2008) se répartit entre cinq agglomérations : Boumaiza, Ain-Nemcha, Zaouia, Hama et Benazouz.

2049,6 % des habitants sont en âge de travailler (19 à 59 ans). Le nombre relativement faible d'emplois a généré l'extension anarchique de l'agriculture, avec des défrichements à grande échelle qui donnent une place importante à des cultures saisonnières rentables (pastèque, tomate, poivron). Sur la période 2003-2007, les cultures industrielles restent cependant dominantes (3700 ha), devant les cultures maraichères (1400 ha) et céréalières (900 ha) (RGPH, 2008). L'agriculture représente 67,77 % des emplois, l'industrie 12,01 % et les autres secteurs 26,20 %.

21Une mutation et une spécialisation de l'agriculture sont perceptibles surtout depuis 1992, avec l'installation d'unités de transformation agro-alimentaires (conserveries de tomate), l'orientation se faisant vers la production la plus lucrative. Il est à remarquer que dans les cultures maraîchères d'été, la quasi-monoculture de la pastèque sollicite l'eau de Guerbès, mettant ainsi en péril son équilibre naturel.

22Conjointement, le développement de l'urbanisation et des infrastructures routières a contribué à la fragmentation de l'éco-complexe, avec un degré d'artificialisation des milieux relativement important, surtout que les défrichements se poursuivent. La construction de routes, qui a morcelé les milieux, rend le déplacement des amphibiens et des mammifères plus périlleux.

III - Cartographie

23L'analyse de la dynamique de la végétation est fondée sur l'interprétation de photographies aériennes. Mais nous avons également consulté des travaux anciens réalisés dans le même secteur (J.P. THOMAS, 1975 ; H. AOUADI, 1989).

24La méthode appliquée consiste à exploiter les caractéristiques spectrales des différents types d'occupation du sol mises en évidence en croisant les données d'images satellitaires avec les données qualitatives et quantitatives relevées sur le terrain (J.T. KERR et M. OSTROVSKY, 2003 ; S.L. OZESMI et M.E. BAUER, 2002). Les travaux cartographiques ont été menés en trois phases distinctes, de mai 2009 à fin octobre 2009. Les prospections de terrain ont été préparées, puis contrôlées in fine, à l'aide des photographies aériennes. L'échantillonnage est subjectif (compte-tenu de l'échelle relativement petite de la carte, seules les espèces dominantes sont répertoriées) ; l'aire minimale varie beaucoup d'un groupement à l'autre, en fonction de son homogénéité, du degré de recouvrement des espèces et de la topographie du terrain : elle est de 20 à 50 m2 pour les groupements des prairies et pelouses ; de 50 à 100 m2 pour les formations de maquis ; de 100 à 400 m2 pour les groupements forestiers ; de 30 à 100 m2 pour les groupements linéaires comme les ripisylves ; et de quelques m2 seulement pour les formations denses et homogènes (P. OZENDA, 1982).

25L'étude a nécessité l'acquisition de divers documents : images satellitaires Landsat 7 ETM (Enhanced Thematic Mapper) 2000 ; photographies aériennes à 1/20000 (1972 et 2002) ; cartes topographiques au 1/50000 (IGN, type 1960) ; et données SRTM (Shuttle Radar Topography Mission) produites par la NASA, avec lesquelles est établi le modèle numérique de terrain (MNT). L'analyse des images et la cartographie ont été réalisées à l'aide des logiciels ENVI 4.5 (visualisation et analyse des images), Mapinfo 8.0 (saisie des données de terrain et traitement des cartes), Global Mapper 10.0 (élaboration des courbes de niveau), Surfer 8.0 et ESRI Arcview 3.2 (élaboration des cartes de pente, d'exposition et de topographie) (A. BOUSSEHABA, 2010).

26L'ENDVI permet le calcul de l'INDVI (Normalized Difference Vegetation Index) qui traduit la densité du feuillage et la proportion du sol effectivement couverte par la végétation. Les couleurs de la carte sont inspirées de la carte dressée par O. TOUBAL-BOUMAZA et P. OZENDA (1986), en tenant compte de l'harmonie des couleurs pour une meilleure lisibilité.

IV - Résultats

1 ) Synthèse climatique

27Le diagramme ombrothermique de F. BAGNOULS et H. GAUSSEN (1953) définit une saison sèche allant de mai à mi-septembre (4 mois et 1/2) à Azzaba (A. BOUSSEHABA, 2010) et de la mi-mai à la mi-septembre (4 mois) à Skikda (D. BELOUAHEM-ABED, 2012). Les bioclimats établis à partir du quotient pluviothermique de L. EMBERGER (1955) indiquent un climat méditerranéen subhumide doux pour Azzaba (la ville la plus proche de la zone), subhumide chaud pour Skikda et Chétaibi.

28La pluviométrie est un paramètre important qui conditionne le régime des cours d'eau et l'alimentation des nappes d'eau souterraine. Dans la plaine alluviale, la pluviosité annuelle se situe entre 400 mm et 700 mm ; sur les reliefs, elle avoisine 800 mm. L'humidité relative est de 70 % en moyenne annuelle, avec des valeurs de 80 % en hiver et de 64 % en été. La température moyenne annuelle est de 18,6 °C à Skikda sur la période 1987-2007.

29Les comparaisons entre les données mensuelles moyennes de la station de Skikda sur les périodes 1913-1938 (P. SELTZER, 1946) et 1987-2007 (données ONM) font ressortir la variabilité de la température et de la pluviométrie au cours de l'année (Fig. 2 et 3). On constate en outre des différences sensibles entre les deux périodes. La plus récente est la plus chaude : écarts de 0,32 °C (en août) à 2,22 °C (en octobre) pour les valeurs mensuelles et de 1,49 °C à l'échelle annuelle. En revanche, les précipitations se révèlent sensiblement plus faibles au cours de la période récente : les pluies annuelles moyennes atteignent 713 mm seulement sur la période 1987-2007, contre 828 mm de 1913 à 1938.

Figure 2 - Comparaison entre les températures mensuelles moyennes à Skikda sur les périodes 1913-1938 (1) et 1987-2007 (2).

Figure 2 - Comparaison entre les températures mensuelles moyennes à Skikda sur les périodes 1913-1938 (1) et 1987-2007 (2).

Sources : pour (1), P. SELTZER (1946) ; pour (2), données de l'Office National de la Météorologie.

Figure 3 - Comparaison entre les précipitations mensuelles moyennes à Skikda sur les périodes 1913-1938 (1) et 1987-2007 (2).

Figure 3 - Comparaison entre les précipitations mensuelles moyennes à Skikda sur les périodes 1913-1938 (1) et 1987-2007 (2).

Sources : pour (1), P. SELTZER (1946) ; pour (2), données de l'Office National de la Météorologie.

30Dans les pays méditerranéens, où l'eau est rare, une moyenne pluviométrique en apparence suffisante ne doit pas faire oublier les problèmes causés par l'irrégularité interannuelle des précipitations (de 300 à 1000 mm/an sur le terrain d'étude). Le vent est également un paramètre climatique important, à cause de l'érosion éolienne responsable de l'ensablement : vents du nord-ouest de novembre à avril et vents du sud-est (sirocco) au printemps et en automne, avec des vitesses moyennes annuelles de 2,04 à 3,8 m/s à Skikda sur la période 1987-2007 (données ONM). Les arbres et les arbustes du maquis, façonnés par le vent, présentent une forme en "toit" caractéristique.

2 ) Particularités floristiques 

31La flore appartient au domaine mauritanien méditerranéen, secteur numidien, selon la nomenclature de P. QUEZEL et S. SANTA (1962-1963). Elle regroupe des espèces d'origines biogéographiques diverses : tropicales (Scirpus inclinatus Asch. et Schweinf.), méditerranéennes (Isoetes velata L.), européennes (Veronica scutellata L.), endémiques nord-africaines (Linum numidicum L.), eurasiennes (Elatine alsinastrum L.), paléo-tempérées (Alnus glutinosa (L.) Gaertn., Trapa natans L.), subtropicales (Cyperus esculentus L.) et afrotropicales (Polygonum senegalense Meisn.). À partir des relevés effectués par B. SAMRAOUI et G. de BELAIR (1997) et complétés par nos soins, nous avons noté des espèces à degré de rareté élevé ; les espèces très rares (RR) sont plutôt d'origines tropicale et eurasienne ; nous avons noté la présence d'espèces rarissimes (Odondites lutea (L.) Clairv., Veronicascutellata L.), très rares (Elatinehydropiper L., Najagraminea L., Bidenstripartita L.), rare (Carexgracilis R. Br.) et endémique (Genistaulicina Spach.). Il en ressort une flore riche et diversifiée dont beaucoup d'espèces sont rares à très rares et inféodées à l'Est algérien ; de fait, l'Algérie nord-orientale est considérée comme "une poche afrotropicale" (B. SAMRAOUI et al., 1993, 1998)  il est peut être préférable de parler "d'une enclave subtropicale" , car les taxons sont signalés comme exclusifs de cette zone climatique. Il est à noter la présence d'orchidées, Serapiasparviflora Parl. et Serapias lingua L. Spirantesaestivalus (Poiret) L.C.M. Richard, Ophrys apifera Huds. et Ophrys fusca Link(P. QUEZEL. et S. SANTA, 1962-1963).

3 ) Typologie des habitats

32Le secteur présente une riche mosaïque de groupements. B. SAMRAOUI et G. de BELAIR (1997) y ont inventorié 31 sites humides avec 334 espèces végétales et 134 espèces animales.

33En fait, la répartition de la végétation, autrement dit sa typologie spatiale, est déterminée par les effets combinés des facteurs suivants : hydrologie (rythme de submersion), action anthropique (défrichements, coupes), accidents topographiques (pente, ravins, falaises), nature du substrat, salinité des eaux, charge polluante (eaux usées, nitrates, phosphates), vitesse et sens de l'écoulement. Ainsi avons-nous, de la mer vers la terre, un système marin, un système palustre, un système lacustre, un système dunaire et un système de montagne, auxquels est associé un système riverain des plans d'eau et des eaux courantes. Cette zonation s'apparente à celle décrite par S. HAMMADA (2007) au Maroc. Pour décrire les habitats, nous avons utilisé la typologie MedWet (J.C. FARINHA et al., 1996), basée sur la physionomie des types dominants de la végétation.

a. Du système marin au système dunaire

34Dans le système estuarien à influence marine, on rencontre essentiellement des milieux semi-aquatiques à hallophytes : marais à Salicornia arabica L., Arthrocnemum glaucum Ung. -Sternb et Spergularia salina L. Presl. etprairies à Suaedafructicosa Forssk., Atriplex halimus L., Juncus maritimus L. et Limonium ferulaceum L. Kuntze. Les prairies salées ont une faible diversité floristique (S. HAMMADA, 2007).

35Le système palustre est lié, pour l'essentiel, à la faible profondeur de la nappe phréatique, plus ou moins saumâtre. On y distingue :

36- Des mares profondes avec Lemna gibba L., Nymphaea alba L. (Photo 2), Myriophyllum alterniflorum DC., Potamogetonpectinatus L., Isoetesvelata L. et Glyceriafluitans L.

Photo 2 - Nénuphar blanc (Nymphaea alba), avec poussin de grèbe huppé (Podiceps cristatus).  [cliché : Boudjéma SAMRAOUI] 

Photo 2 - Nénuphar blanc (Nymphaea alba), avec poussin de grèbe huppé (Podiceps cristatus).  [cliché : Boudjéma SAMRAOUI] 

37- Des mares temporaires, cuvettes ou dépressions peu profondes et de faible superficie, sur sol imperméable, alimentées surtout par les eaux de pluie. On y rencontre Callitriche palustris L., Scirpus maritimus L., Alisma plantago-aquatica L., Mentha aquatica L., Lemna minor L. Le groupement à Characeae, Typha angustifolia L. (Photo 3), Juncus acutus L. et Tamarix gallica L., décrit par G. de BELAIR(2005), serait présent dans les milieux peu pollués. En effet, les characées seraient en voie de disparition à cause de l'eutrophisation du milieu ; ce sont des espèces très rares, pionnières, qui servent de bio-indicateurs de la qualité de l'eau. Ces mares sont menacées de comblement.

Photo 3 - Prélèvement de masettes à feuille étroites (Typha angustifolia), ici en bordure du Lac des Oiseaux. [cliché : B Boudjéma SAMRAOUI]

Photo 3 - Prélèvement de masettes à feuille étroites (Typha angustifolia), ici en bordure du Lac des Oiseaux. [cliché : B Boudjéma SAMRAOUI]

38- Des prairies humides à Phragmites australis (Cav.) Trin. ex Steud., Scirpus lacustris L., Typha angustifolia L., Juncus acutus L., Cyperuslongus L. et Iris pseudo-acorus L. Lorsque l'hydromorphie est plus élevée, on aboutit à des prairies marécageuses à roselières (Merget Guerbes) qui se distinguent par des formations quasi-monospécifiques sous forme d'îlots, telles les typhaies, les phragmitaies, les jonchaies, les scirpaies et les cariceaies, qui constituent des habitats privilégiés pour les animaux amphibiens, les insectes et les oiseaux nicheurs.

39- Des pelouses humides avec des espèces hygrophiles : Scirpuslittoralis (Schard.), Mentha pulegium L., Nasturtium officinale R.Br., Cynodon dactylon (L.) Pers., Ranunculus bulbosus L., Lythrumsalicaria L. et Ammivisnaga (L.) Lam. Elles sont menacées par le surpâturage.

40Dans ces milieux, les opérations de drainage menées pour des mises en valeur agricoles diminuent le pouvoir de régulation hydrologique des zones humides (réduction des crues et soutien des étiages). Le taux de défrichement, pour laisser la place à des cultures maraîchères, est encore actuellement de l'ordre de 50 ha/an. Mais les sols mis en culture perdent rapidement leur fertilité et, quelques années après leur mise en exploitation, les terres sont abandonnées (District des Forêts de Benazouz, 2004, in A. BOUSSEHABA, 2010).

41Les activités agricoles exercent une pression sur la ressource en eau (retenues collinaires, pompages), au détriment des zones humides (marais, aulnaies, etc.) situées en aval.

42L'assèchement des zones humides a pour conséquence la disparition de la faune et de la flore spécifiques de ces milieux. Ainsi les espèces végétales autochtones régressent-t-elles, laissant la place à des espèces xérophiles propices à l'incendie.

43Le système lacustre, quant-à-lui, est constitué de dépressions inter-dunaires (lac Sidi Fritis) et de garaets profondes (Hadj-Tahar, Sidi Makhlouf…) (voir Photos 1). On y trouve Nymphaea alba L., Myriophylumalterniflorum DC., Potamogetonlucens L., Rorippaamphibia (L.) Bes. et Salvinia natans L. B. SAMRAOUI et G. de BELAIR (1997) considèrent le lac Sidi Fritis comme le plus riche de la zone, faunistiquement et floristiquement (46 espèces d'algues), et soulignent son caractère insulaire qui permet sa préservation. La charge polluante et les pompages menacent les herbiers aquatiques des eaux douces.

44Le système dunaire, enfin, est formé de dunes vives, le long du littoral et vers l'intérieur. Elles sont occupées par Retama bovei (Spach.) Webb, Ephedra fragilis L. (le plus souvent en formation quasi-monospécifique), Pancratium maritimum L., Euphorbiaparalias L., Ammophilaarenaria (L.) Link, Silene succulenta Forssk., Medicago marina L., Glaucium luteum Scop. et Salsola kali L.

b. Le système de montagne : groupements pré-forestiers et forestiers

45Le groupement à chêne-liège (Quercus suber L.) est présent sur les sols bruns ou podzolisés de la bordure occidentale du terrain d'étude et sur les terrasses quaternaires littorales les plus à l'ouest. Il est assez dégradé à cause de l'exploitation du liège (Photo 4) et des incendies. Sa physionomie est plutôt de type maquis arboré. On y trouve Erica arborea L., Ericascoparia L., Myrtus communis L. et Cistus salvifolius L. C'est en fait une suberaie thermophile par la présence de Pistacialentiscus L., Chamaeropshumilis L. et Oleaoleaster L. Près de la limite nord-occidentale du terrain d'étude, sur le djebel El Harta, (562 m d'altitude), subsiste une suberaie humide relique, à Cytisustriflorus L.

Photo 4 - Prélèvement de liège  dans une forêt de chêne-liège. [cliché : Boudjéma SAMRAOUI]

Photo 4 - Prélèvement de liège  dans une forêt de chêne-liège. [cliché : Boudjéma SAMRAOUI]

46Le groupement à chêne-kermès (Quercuscoccifera L.) est présent sur les dunes fixées du littoral. Groupement xérothermophile, il réalise un faciès de transition entre les dunes vives et les dunes consolidées à chêne-liège. Il s'y associe Halimiumhalimifolium (L.) Willk.  après des incendies répétés , Juniperusoxycedrus L. et Juniperusphoenicea L.

47Le groupement à Pistacialentiscus L. et Olea oleaster L. indique l'étage thermophile et constitue un stade de dégradation de la suberaie sur sols marno-calcaires au pied des massifs. Les espèces rencontrées en plus sont Calycotomevillosa (Poiret) Link,Ceratoniasiliqua L., Chamaeropshumilis L., Cistusmonspeliensis. L., Genista tricuspidata Desf., Genista ulicina Spach. et Thymusnumidicus L. La dégradation de l'oléo-lentisque donne un maquis bas ou une cistaie à Cistusmospeliensis L. et des pelouses sèches à Asphodelus microcarpus L., Urginea maritima Baker, Cirsiumsyriacum (L.)Gaertn.

48Les reboisements sont à base d'acacia, de pin maritime et surtout d'eucalyptus. Ce dernier a été introduit à la fin du XIXème siècle pour assainir les marécages. C'est une espèce à croissance rapide, certes, mais acidifiante, qui élimine donc toute forme de sous-bois. Le pin maritime, lui, est pyrophile, et sa monoculture favorise la chenille processionnaire, parasite redoutable. Nous préconisons le reboisement à base d'espèces autochtones, rustiques et adaptées : dans les forêts couvrant les reliefs, le chêne-liège et le merisier (bon porte-greffe pour le cerisier) ; en bas de pente, le micocoulier, peu exigeant, à bois souple, souvent utilisé en vannerie ; dans les endroits humides, le saule, l'orme et le frêne.

49Les incendies volontaires (comme moyen de défrichement) ou spontanés sont favorisés par la sécheresse estivale, le vent et la nature inflammable de la végétation (éricacées, arbousiers, pins et genêts). De 1998 à 2004, près de 520 ha de forêt ont été incendiés (District des Forêts de Benazouz, 2005, in A. BOUSSEHABA, 2010). Après le feu, la régénération est difficile pour la plupart des espèces.

c. Système riverain des plans d'eau et des eaux courantes : ripisylves et aulnaies à Alnus glutinosa

50Ce système concerne les forêts autour des plans d'eau et le long des cours d'eau. Il est constitué d'aulnaies à Alnusglutinosa (L.) Gaertn. et de ripisylves mixtes. Les aulnaies sont des écosystèmes humides rares et vulnérables dans le bassin méditerranéen. Alnus glutinosa (L.) Gaertn., espèce d'invasion nordique (paléo-tempérée), serait ici à la limite méridionale de son extension géographique. On distingue :

  • Les aulnaies des dépressions dunaires, marécageuses, sur relief plat, qui évoluent vers des tourbières à épaisseur variable de 1 à 6 m (M. BENSLAMA et al., 2010) ; ce sont des aulnaies pures. À la garaet Lemseoussa, la dégradation de l'aulnaie donne des ptéridaies exubérantes à Pteridium aquilinum L. Les aulnaies de la garaet Chichaya sont dégarnies à cause des coupes de jonc et de roseau. 

  • Les aulnes au contact des sols alluviaux gorgés d'eau, à la périphérie des lacs : lac Sidi Fritis, garaet Sidi Makhlouf (Photo 5), garaet Hadj-Tahar, avecCladium mariscus L., espèce herbacée haute, parfois envahissante, qu'il conviendrait de faucher par endroits pour permettre la survie de la faune et de la flore sous-jacentes.

  • Des ripisylves mixtes en forêts-galeries le long des oueds, avec Ulmuscampestris L., Fraxinusangustifolia Vahl, Populusalba L., Populus nigra L.,Salix pedicellata (L.) Desf. On les trouve notamment le long des oueds El Kébir et Magroune, sur des sols peu évolués d'apport alluvial. Dans le djebel Edough, O. TOUBAL-BOUMAZA (1986) a décrit une ripisylve mixte à aulne, chêne zeen (Quercuscanariensis) et merisier et une autre à aulne, frêne et peuplier. À basse altitude, on rencontre Neriumoleander L., Tamarixgallica L., Vitex agnus-castus L. et Salix triandra L., parfois en formations monospécifiques (tamariçaies, saliçaies, nériaies). Tamarix gallica L. s'accommode de milieux salés comme de milieux d'eau douce et tout aussi bien d'une eau stagnante que d'une eau courante.

Photo 5 - Aulnaie en bordure de la garaet Sidi Makhlouf. [cliché : Boudjéma SAMRAOUI]

Photo 5 - Aulnaie en bordure de la garaet Sidi Makhlouf. [cliché : Boudjéma SAMRAOUI]

51Un total de 121 espèces végétales inféodées à l'aulnaie et 80 espèces caractéristiques des pelouses et/ou des prairies marécageuses limitrophes a été noté dans le Nord-Est algérien  (D. BELOUAHEM et al., 2009). La pression anthropique et le dysfonctionnement hydrologique dû au barrage Bekouche LAKHDAR tendent à la réduction de la surface des aulnaies et à une perte de leur biodiversité. D'après F. BENSETTITI (1992), ces peuplements d'Alnusglutinosa (L.) Gaertn. représentent les dernières stations conservées d'une végétation euro-sibérienne très rare en Afrique du Nord. Leur présence s'explique par des conditions géomorphologiques et climatiques favorables au développement et au maintien d'une riche biodiversité.

52La végétation des berges des cours d'eau forme des habitats de bordure généralement humides en saison pluvieuse, à base de Solanum nigrum L., Ranunculus macrophyllus (L.) Desf., Carex elata L., Isoeteshystrix L., Smyrnium olusatrum L. et Wolffia arrhiza (L.) ex Wimm. Cette dernière est présente dès que le milieu commence à être anthropisé (B. SAMRAOUI et G. de BELAIR, 1997). La dégradation des prairies humides (parfois marécageuses) donne des pelouses humides, transition entre végétation aquatique et végétation terrestre. Surpâturées, elles évoluent le plus souvent vers des terrains potentiellement cultivables. Mais quand elles sont péri-lacustres, le surpâturage favorise leur submersion par les eaux du lac et leur écosystème peut passer d'amphiphytes à hydrophytes ; elles peuvent même évoluer en mares temporaires.

53Le stade avancé du surpâturage et de la coupe peut conduire à l'installation d'espèces invasives, telles Inulaviscosa L. Ait, Ricinuscommunis L. (subspontané), Nicotiana glauca Graham, Cirsiumsyriacum (L.) Gaertn. et Oxaliscernua L. En fait, il y a une variation continuelle des limites des habitats, qui dépend des fluctuations des facteurs écologiques et anthropozoïques.

4 ) Particularités faunistiques

54Bien que relativement peu explorée, la diversité faunistique du complexe de Guerbès-Senhadja est une des plus importantes de la région méditerranéenne. Partie intégrante de la "poche afrotropicale" de la Numidie (B. SAMRAOUI et al., 1993, 1998), la région de Guerbès-Senhadja est un véritable sanctuaire faunistique (B. SAMRAOUI et G. de BELAIR, 1997).

55Le complexe de Guerbès-Senhadja est à la fois un grand quartier d'hivernage et une importante zone de nidification pour de nombreuses espèces d'oiseaux (Photos 6), globalement menacées, comme l'Erismature à tête blanche Oxyura leucocephala (Photo 6-a) ou le Fuligule Nyroca Aythya nyroca. La présence du Lac Fetzara, tout proche, contribue à faire de la région l'une des plus importantes du bassin méditerranéen sur le plan ornithologique (B. SAMRAOUI et F. SAMRAOUI, 2008 ; F. SAMRAOUI et al., 2011).

Photos 6 - Oiseaux d'eau de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]

Photos 6 - Oiseaux d'eau de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]

a) Erismature à tête blanche Oxyura leucocephala, espèce nicheuse, globalement menacée. b) Poussin et œufs de talève sultane Porphyrio porphyrio, nicheuse, relativement rare. c) Poussin de héron pourpré Ardeapurpurea, nicheur occasionnel à Guerbès Senhadja.

56Les mammifères du complexe de Guerbès-Senhadja n'ont pas fait l'objet d'une étude systématique, aussi la liste suivante n'est guère exhaustive : sanglier Sus scrofa, chacal Canis aureus, mangouste Herpestes ichneumon, genette Genetta genetta (pourchassée systématiquement par les riverains), belette Mustela nivalis, hérisson d'Algérie Atelerix algirus et musaraigne Crocidura sp.

57Les zones humides de Guerbès-Senhadja abritent six espèces d'amphibiens : Pleurodeles poiretii, Discoglossus pictus, Pseudepidalea boulengeri (Photo 7-a), Bufo mauritanicus (Photo 7-b), Hyla meridionalis et Pelophylax saharicus. Le complexe est l'un des derniers sanctuaires du triton de Poiret Pleurodeles poireti, espèce endémique algérienne limitée au djebel Edough et à ses environs immédiats. Cette espèce classée EN par l'IUCN a subi récemment un déclin marqué (B. SAMRAOUI et al., 2012). Il est à noter la présence de Gambusia holbrooki, espèce introduite, largement répandue à travers le complexe, et l'empoissonnement des retenues collinaires avec de la carpe commune Cyprinus carpio.

Photos 7 - Amphibiens et insectes de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]

Photos 7 - Amphibiens et insectes de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]

a) Crapaud vert Pseudepidalea boulengeri. b) Crapaud de Mauritanie Bufo mauritanicus. c) Hydrocyrius columbiae, bélostomide relictuel afrotropical. d) Acisoma panorpoides, libellule relictuelle afrotropicale, menacée (EN).

58La richesse odonatologique est appréciable (B. SAMRAOUI et R. MENAÏ, 1999 ; B. SAMRAOUI et P.S. CORBET, 2000) avec la présence de l'espèce relictuelle afrotropicale Acisoma panorpoides (Photo 7-d) classée EN (en danger) dans la liste rouge de l'IUCN (B. SAMRAOUI et al., 2010). D'autres éléments afrotropicaux sont présents comme le bélostomide Hydrocyrius columbiae (Photo 7-c), le notonectide Anisops sardea (F. ANNANI et al., 2012) et plusieurs espèces de Cybister. D'autres invertébrés comme le zooplancton des eaux continentales du complexe ont fait l'objet d'un inventaire relativement récent (B. SAMRAOUI et al., 1998).

59Parmi la faune, certaines espèces sont invasives. L'impact du poisson moustique Gambusia holbrooki (sans doute introduit dans les années 1970, à l'occasion d'une campagne d'éradication du paludisme) sur les écosystèmes aquatiques a été maintes fois documenté (S.H. HURLBERT et M.H. MULLA, 1981). De même, l'introduction de la carpe Cyprinus carpio (dans les années 1980), notoire pour son impact environnemental (A.J. CRIVELLI, 1983), provoque un véritable bouleversement des écosystèmes dulçaquicoles.

60D'autres modifications de la faune sont en relation avec la progression vers le nord de certaines espèces au cours de la dernière décennie. L'expansion du crapaud vert Pseudepidalea boulengeri et celle de la libellule Trithemis kirbyi, une espèce strictement saharienne auparavant (J.P. BOUDOT et al., 2009 ; R. KHELIFA et al., 2011), traduisent une tendance qui, à terme, bouleversera les écosystèmes locaux.

5 ) Carte d'occupation des sols

61Cette carte illustre la répartition spatiale des principaux groupements, en fonction de leurs affinités écologiques mais également des facteurs de dégradation dont les plus importants semblent être l'incendie et le défrichement, qui contribuent très souvent à modeler les paysages (forêts, maquis, broussailles, pelouses, sols nus, marais) (O. TOUBAL, 2009) ; en effet, la complexité du relief, de la lithologie, de la structure géologique, des conditions pédologiques et l'influence du climat sont à l'origine de la diversité des biotopes des différentes formations végétales rencontrées ; pour cela, la carte demeure un outil indispensable.

62La figure 4 visualise les grandes unités d'occupation des sols dans l'espace : forêts, maquis, pelouses, cultures, parcours, reboisements... La figure 5 montre quelle part du terrain d'étude est occupée par chacune des différentes unités. Les classes dominantes sont les pelouses (26 %, soit 9501 ha), les cultures maraîchères (18 %, soit 6793 ha), les sols nus (14 %, soit 5288 ha) et les zones inondables cultivées (6 %, soit 2323 ha). La proportion des sols nus (14 %) témoigne de l'ampleur des défrichements ayant conduit à l'abandon de terres épuisées (A. BOUSSEHABA, 2010) ; leur sensibilité à l'érosion éolienne rend leur revégétalisation extrêmement difficile.

Figure 4 - Carte d'occupation des sols de l'écocomplexe des zones humides de Guerbès- Senhadja en 2009 (réalisation Abderrazak BOUSSEHABA et Oumessaad TOUBAL).

Figure 4 - Carte d'occupation des sols de l'écocomplexe des zones humides de Guerbès- Senhadja en 2009 (réalisation Abderrazak BOUSSEHABA et Oumessaad TOUBAL).

Figure 5 - Proportion d'occupation du sol par les différentes unités.

Figure 5 - Proportion d'occupation du sol par les différentes unités.

63Les figures 4 et 5 font clairement ressortir la vocation agricole de la région. La végétation naturelle, pour sa part, est représentée par trois classes : le maquis à olivier et lentisque (13 %, soit 4964 ha), le maquis à bruyère et myrte (7 %, soit 2515 ha), la forêt de chêne-liège (5 %, soit1881 ha). Quant aux zones humides (zones inondables, marécages, ripisylves, aulnaies), elles totalisent 12 % de la superficie du complexe, et même 20 % si l'on y ajoute les zones inondables cultivées et les surfaces en eau. Le chêne-kermès et le genévrier oxycèdre occupent principalement le cordon dunaire littoral. Les vergers, les reboisements à eucalyptus et le bâti urbain couvrent la surface restante.

64La carte montre une mosaïque d'unités d'occupation des sols qui témoigne de l'hétérogénéité des milieux, de la régression du couvert végétal naturel et de l'état de dégradation et d'artificialisation des biotopes. Elle traduit la répartition actuelle de la végétation sur le terrain. Pour aller plus loin et se faire une idée de la dynamique végétale, il convient de comparer cette carte récente avec une carte représentant une situation ancienne (en cours de réalisation, essentiellement à partir de photographies aériennes), ce qui permettra de suivre l'évolution des groupements végétaux, de déceler des tendances et de prévoir les changements futurs qui vont transformer la région.

65Toutefois la comparaison entre les photographies aériennes de 1972 et de 2008 permet d'ores et déjà d'estimer la régression du couvert végétal naturel (40 % de recouvrement en 2008, contre 80 % en 1972) suite aux défrichements, aux incendies, au surpâturage et aux coupes. Ainsi de profondes transformations sont-elles intervenues en 36 ans. On assiste en outre à une dégradation des systèmes forestiers, qui se traduit par une rétraction et un appauvrissement des couvertures arborescentes et arbustives, au profit de la strate buissonnante formée d'espèces xérophiles épineuses, et de la strate herbacée. L'impact des facteurs de dégradation a été si important (au point d'être parfois irréversible) qu'il est difficile d'identifier un groupement végétal originel, les caractéristiques et les composantes floristiques ayant pratiquement disparu. De plus, avec le remplissage des sablières surexploitées par la nappe phréatique, et du fait de l'assèchement des marais, on assiste à une modification des zones de submersion et donc à une dynamique spatio-temporelle des zones humides.

V - Discussion et conclusion

66La zone humide Guerbès-Senhadja est un bassin subsident néogène alluvionnaire, appartenant à la chaîne alpine de l'Algérie nord-orientale. Elle est formée d'écosystèmes marins, estuariens, lacustres et riverains. C'est une zone d'importance majeure, avec une richesse biologique et des potentialités agricoles importantes. La flore, remarquable, offre des espèces rares et endémiques ; la région constitue un point chaud de biodiversité végétale. Les écosystèmes humides et les tourbières fournissent en outre des indications précieuses (pollens, datations 14C) pour la reconstitution de l'histoire tardi-glaciaire et holocène de la végétation (M. BENSLAMA et al., 2010).

67Mais ce milieu naturel de grande importance écologique et socio-économique est vulnérable, car fragilisé par plusieurs facteurs de nuisance (défrichements, incendies, surpâturage, exploitation des sablières, barrage, drainage, pompages excessifs). L'action individuelle ou conjuguée de ces facteurs perturbe l'équilibre biologique. Les signes de dégradation sont partout perceptibles : érosion, ensablement, pollution, déstabilisation des dunes, extension anarchique de l'agriculture qui a modifié la vocation naturelle des terres, érosion des berges et du littoral, surexploitation de la nappe phréatique qui se traduit par une perte de la qualité et de la quantité de l'eau. Le résultat en est la réduction de la superficie des zones humides, la dégradation des formations végétales, leur appauvrissement floristique et faunistique et, par voie de conséquence, la pauvreté de la population et son exode vers les grandes villes.

68L'inventaire du milieu a donné lieu à la réalisation d'une première carte d'occupation des sols. Cette carte indique la répartition spatiale des principaux groupements végétaux. La mosaïque des différentes unités d'occupation des sols témoigne de l'hétérogénéité du milieu, de la régression du couvert végétal et du degré d'artificialisation des biotopes. Dans cette recherche, la télédétection a confirmé qu'elle était une importante source de données numériques fiables, qui permettent d'augmenter la performance des méthodes traditionnelles en vue de poser un diagnostic sur l'état de la biodiversité (W. TURNER et al., 2003).

69Dans une perspective de changements globaux aux répercussions difficilement prévisibles (IPCC, 2001), l'intérêt de l'établissement de cartes réside en partie dans la possibilité de mener l'étude diachronique comparative de deux périodes. Dans le cas du complexe de Guerbès-Senhadja, l'étude est en cours pour les années 1972 et 2010. En mettant en lumière l'évolution de la végétation entre ces deux dates, nous disposerons d'éléments pour une meilleure prévision des changements naturels ou anthropiques qui s'opèrent dans le milieu.

70Les connaissances déjà disponibles sur l'état et la vulnérabilité des écosystèmes de Guerbès-Senhadja montrent qu'il est urgent de prendre des mesures pour en accroître la résilience, en formant des gestionnaires à la réalisation d'un certain nombre d'objectifs : réduire la fragmentation, améliorer les conditions hydrologiques, réduire la pollution et contrôler les espèces invasives (K.L. ERWIN, 2009). Mais les mesures de protection de ces milieux ne peuvent être viables que par l'établissement de plans de gestion qui prennent en compte le niveau et les besoins vitaux de la population autochtone.

Remerciements : Nous sommes reconnaissants à nos relecteurs pour leurs nombreuses suggestions. Nous remercions le Ministère algérien de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ainsi que le Distinguished Scientist Fellowship Program (King Saud University, Arabie Saoudite), pour leur soutien matériel.

Haut de page

Bibliographie

ANNANI F., ALFARHAN A.H. et SAMRAOUI B. (2012) - Aquatic hemiptera of northeastern Algeria: distribution, phenology and conservation. Revue d'Écologie (La Terre et la Vie), vol. 67, n° 4, p. 71-82.

AOUADI H. (1989) - Végétation de l'Algérie nord-orientale : Histoire des influences anthropiques et cartographie au 1/200000ème. Thèse de l'Université Joseph FOURIER, Grenoble, 108 p.

BAGNOULS F. et GAUSSEN H. (1953) - Saison sèche et indice xérothermique. Bulletin de la Société d'Histoire Naturelle de Toulouse, vol. 88, p. 193-240.

BELAIR G. de (2005) - Dynamique de la végétation des mares temporaires en Afrique du Nord (Numidie orientale, NE Algérie). Écologie Méditerranéenne, vol. 31, n° 1, p. 83-100.

BELOUAHEM-ABED D. (2012) - Étude écologique des peuplements forestiers des zones humides dans les régions de Skikda, Annaba et El-Tarf (Nord-Est algérien). Thèse de doctorat, Université d'Annaba, 252 p.

BELOUAHEM-ABED D., BELOUAHEM F. et BELAIR G. de (2009) - Biodiversité floristique, vulnérabilité et conservation des aulnaies glutineuses de la Numidie algérienne (NE algérien). European Journal of Scientific Research, vol. 32, n° 3, p. 329-361.

BENSETTITI F. (1992) - Approche phytosociologique des aulnaies de la région d'El-Kala (Algérie). Documents Phytosociologiques, NS, vol. 14, p. 231-240.

BENSLAMA M., ANDRIEU-PONEL V., GUITER F., REILLE M., BEAULIEU J.L. de, MIGLIORE J. et DJAMALI M. (2010) - Nouvelles contributions à l'histoire tardiglaciaire holocène de la végétation en Algérie : analyses polliniques et profils sédimentaires du complexe humide d'El-Kala. Comptes Rendus Biologies, vol. 333, n° 10, p. 744-754.

BLONDEL J., ARONSON J., BODIOU J.Y. et BŒUF G. (2010) - The Mediterranean Region. Biological diversity in space and time. Édit. Oxford University Press, Oxford, seconde édition, 376 p. + planches hors texte.

BOUDOT J.P., KALKMAN V.J., AZPILICUETA AMORIN M., BOGDANOVIC T., CORDERO RIVERA A., DEGABRIELE G., DOMMANGET J.L., FERREIRA S., GARRIGOS B., JOVIC M., KOTARAC M., LOPAU W., MARINOV M., MIHOKOVIC N., RISERVATO E., SAMRAOUI B. et SCHNEIDER W. (2009) - Atlas of the Odonata of the Mediterranean and North Africa. Libellula, supplément 9, 256 p.

BOUSSEHABA A. (2010) - Contribution à l'étude écologique et cartographique du complexe des zones humides Sanhadja-Guerbès. Mémoire de Magister, Université d'Annaba, 96 p.

CRIVELLI A.J. (1983) - The destruction of aquatic vegetation by carp. Hydrobiologia, vol. 106, n° 1, p. 37-41.

DAILY G.C. et EHRLICH P.R. (1996) - Global change and human susceptibility to disease. Annual Review of Energy and the Environment, vol. 21, p. 125-144.

EMBERGER L. (1955) - Une classification biogéographique des climats. Recueil des Travaux du Laboratoire de Botanique, Géologie et Zoologie, Faculté des Sciences de Montpellier, vol. 7, p. 3-43.

ERWIN K.L. (2009) - Wetlands and global change: the role of wetland restoration in a changing world. Wetlands Ecology and Management, vol. 17, n° 1, p. 71-84.

FARINHA J.C, COSTA L.T, ZALIDIS G., MANTZAVELAS A.L, FITOKA E.N, HECKER N et THOMÀS VIVES P. (1996) - Mediterranean wetland inventory: habitat description system. Édit. Wetlands International et ICN, Publication MedWet, volume 3, Lisbonne (Portugal), 84 p.

GARCIA N., ABDUL MALAK D., CUTTELOD A., BOUDOT J.P., SAMRAOUI B., CUMBERLIDGE N., RHAZI L., GRILLAS P., VAN DAMME D. et KRAIEM M. (2010) - Regional synthesis for all data. In : The status and distribution of freshwater biodiversity in northern Africa, A. CUTTELOD et N. GARCIA édit., Édit. IUCN, Gland (Suisse), Cambridge (Royaume Uni) et Malaga (Espagne), p. 103-114.

GÉHU-FRANCK J.M., GÉHU J.M. et DHENNIN R. (1985) - Transect pédologique en forêt de Phalempin : apports à la typologie des stations forestières. Actes du colloque "Phytosociologie et foresterie" (Nancy), Colloques Phytosociologiques, vol. 14, p. 593-616.

HADJ-SAID S. (2007) - Contribution à l'étude hydrogéologique d'un aquifère en zone côtière : cas de la nappe de Guerbès. Thèse de Doctorat, Université d'Annaba, 188 p.

HAMMADA S. (2007) - Études sur la végétation des zones humides du Maroc. Catalogue et analyse de la biodiversité et identification des principaux groupements végétaux. Thèse de Doctorat d'État, Université de Rabat, 187 p.

HILLY J. (1962) - Étude géologique du massif de l'Edough et du Cap de Fer (Est-Constantinois). Publications du Service de la Carte Géologique de l'Algérie, Bulletin n° 19, 408 p.

HULME M., DOHERTY R., NGARA T., NEW M. et LISTER D. (2001) - African climate change: 1900-2100. Climate Research, vol. 17, n° 2, p. 145-168.

HURLBERT S.H. et MULLA M.H. (1981) - Impacts of mosquitofish (Gambusia affinis) predation on plankton communities. Hydrobiologia, vol. 83, n° 2, p. 125-151.

IPCC (2001) - Climate Change 2001. Impacts, adaptations and vulnerability. Contribution of working group II to the third assessment report of the intergovernmental panel on climate change, Édit. Cambridge University Press, New York, 967 p.

KERR J.T. et OSTROVSKY M. (2003) - From space to species: ecological applications for remote sensing. Trends in Ecology & Evolution, vol. 18, n° 6, p. 299-305.

KHAMMAR C. (1981) - Contribution à l'étude hydrogéologique de la vallée de l'oued-Kébir ouest : Wilaya de Skikda (Algérie). Thèse de 3ème cycle, Université de Grenoble, 176 p.

KHELIFA R., YOUCEFI A., KAHLERRAS A., ALFARHAN A.H., AL-RASHEID K.A.S. et SAMRAOUI B. (2011) - L'odonatofaune (Insecta : Odonata) de la Seybouse en Algérie: intérêt pour la biodiversité du Maghreb. Revue d'Écologie (La Terre et la Vie), vol. 66, n° 1, p. 55-66.

LINDSAY S.W et BIRLEY M.H. (1996) - Climate change and malaria transmission. Annals of Tropical Medicine and Parasitology, vol. 90, n° 6, p. 573-588.

MYERS N., MITTERMEIER R.A., MITTERMEIER C.G., DA FONSECA G.A.B. et KENT K. (2000) - Biodiversity hotspots for conservation priorities. Nature, vol. 403, n° 6772, p. 853-858.

OZENDA P. (1982) - Les végétaux dans la biosphère. Édit. DOIN, Paris, 431 p.

OZESMI S.L. et BAUER M.E. (2002) - Satellite remote sensing of wetlands. Wetlands Ecology andManagement, vol. 10, n° 5, p. 381-402.

QUEZEL P. et SANTA S. (1962-1963) - Nouvelle flore de l'Algérie et des régions désertiques méridionales. Édit. CNRS, Paris, deux volumes, 1170 p.

RGPH (2008) - Quatrième recensement général de la population et de l'habitat  commune de Benazouz. Rapport de l'Office National des Statistiques.

RISERVATO E., BOUDOT J.P., FERREIRA S., JOVIĆ M., KALKMAN V.J., SCHNEIDER W., SAMRAOUI B. et CUTTELOD A. (2009) - The status and distribution of dragonflies of the Mediterranean Basin. Édit. IUCN, Gland (Suisse), Cambridge (Royaume Uni) et Malaga (Espagne), VII p. + p. 1-33.

SAMRAOUI B. et BELAIR G. de (1997) - The Guerbès-Sanhadja wetlands. Part I Overview. Écologie, vol. 28, n° 3, p. 232-250.

SAMRAOUI B. et MENAÏ R. (1999) - A contribution to the study of the Algerian Odonata. International Journal of Odonatology, vol. 2, n° 2, p. 145-165.

SAMRAOUI B. et CORBET P.S. (2000) - The Odonata of Numidia. Part I: status and distribution. International Journal of Odonatology, vol. 3, n° 1, p. 11-25.

SAMRAOUI B. et SAMRAOUI F. (2008) - An ornithological survey of the wetlands of Algeria: Important Bird Areas, Ramsar sites and threatened species. Wildfowl, vol. 58, p. 71-96.

SAMRAOUI B., BENYACOUB S., MECIBAK S. et DUMONT H.J. (1993) - Afrotropical libellulids (Insecta: Odonata) in the lake district of El Kala, North-East Algeria, with a rediscovery of Urothemis e.edwardsi (Selys) & Acisoma panorpoides ascalaphoides (Rambur). Odonatologica, vol. 22, n° 3, p. 365-372.

SAMRAOUI B., SEGERS H., MAAS S., BARIBWEGURE D. et DUMONT H.J. (1998) - Rotifera, Copepoda, Cladocera and Ostracoda of Northeastern Algeria. Hydrobiologia, vol. 386, n° 1-3, p. 183-193.

SAMRAOUI B., BOUDOT J.P., RISERVATO E., FERREIRA S., JOVIĆ M., KALKMAN V.J. et SCHNEIDER W. (2010) - The status and distribution of dragonflies. In : The status and distribution of freshwater biodiversity in northern Africa, A. CUTTELOD et N. GARCIA édit., Édit. IUCN, Gland (Suisse), Cambridge (Royaume Uni) et Malaga (Espagne), p. 51­70.

SAMRAOUI B., SAMRAOUI F., BENSLIMANE N., ALFARHAN A.H. et AL-RASHEID K.A.S. (2012) - A precipitous decline of the Algerian newt Pleurodeles poireti Gervais, 1835 and other changes in the status of amphibians of Numidia, north-eastern Algeria. Revue d'Écologie (La Terre et la Vie), vol. 67, n° 1, p. 71-81.

SAMRAOUI F., ALFARHAN A.H., AL-RASHEID K.A.S. et SAMRAOUI B. (2011) - An appraisal of the status and distribution of waterbirds of Algeria: Indicators of global changes? Ardeola, vol. 58, n° 1, p. 137-163.

SELTZER P. (1946) - Le climat de l'Algérie. Travaux de l'Institut de Météorologie et de Physique du Globe, Université d'Alger, 219 p.

THOMAS J.P. (1975) - Écologie et dynamisme de la végétation des dunes littorales et des terrasses sableuses quaternaires de Jijel à El Kala (Est algérien). Thèse de spécialité, Université Montpellier 2, 113 p.

TOUBAL A. et TOUBAL O. (1998) - Roche-mère, sol et végétation du massif de l'Edough : segment de la chaîne alpine de l'Algérie orientale. Écologie, vol. 29, n° 1-2, p. 207-214.

TOUBAL-BOUMAZA O. (1986) - Phytoécologie, biogéographie et dynamique des principaux groupements végétaux du massif de l'Edough (Algérie nord orientale). Cartographie au 1/25000. Thèse de 3ème cycle, Université de Grenoble, 111 p.

TOUBAL O. (2009) - La flore de l'Edough (NE Algérie) : biodiversité, taxons rares, dynamique végétale et cartographie. Bocconea, vol. 23, actes du XIIème colloque OPTIMA (Pise, 2007), F. GARBARI et G. BEDINI édit., p. 439-450.

TOUBAL BOUMAZA O. et OZENDA P. (1986) - Carte des principaux groupements végétaux du massif de l'Edough  feuille de Séraidi au 1/25000. In : Phytoécologie, biogéographie et dynamique des principaux groupements végétaux du massif de l'Edough (Algérie nord orientale) : cartographie à 1/25000, Thèse de 3ème cycle de O. TOUBAL-BOUMAZA, Université Grenoble 1, 1986.

TURNER W., SPECTOR S., GARDINER N., FLADELAND M., STERLING E. et STEININGNER M. (2003) - Remote sensing for biodiversity science and conservation, Trends in Ecology & Evolution, vol. 18, n° 6, p. 306-314.

TURNER W.R., BRANDON K., BROOKS T.M., COSTANZA R., DA FONSECA G.A.B. et PORTELA R. (2007) - Global conservation of biodiversity and ecosystem services. BioScience, vol. 57, n° 10, p. 868-873.

VELA E. et BENHOUHOU S. (2009) - Évaluation d'un point chaud de biodiversité végétale dans le bassin méditerranéen (Afrique du Nord). Comptes Rendus Biologies, vol.330, n° 8, p. 589-605.

VILA J.M. (1980) - La chaîne alpine de l'Algérie orientale et des confins algéro-tunisiens. Thèse de Doctorat d'État, Université Paris VI, 663 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de l'écocomplexe de zones humides de Guerbès-Senhadja.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photos 1 - Zones humides de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]
Légende a) Garaet Hadj Tahar. b) Garaet Sidi Makhlouf. c) Garaet Chichaya. d) Garaet Bouina. e) Lac Marsadelle. f) Lac Sidi Fritis, entouré de dunes dénudées.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 2 - Comparaison entre les températures mensuelles moyennes à Skikda sur les périodes 1913-1938 (1) et 1987-2007 (2).
Légende Sources : pour (1), P. SELTZER (1946) ; pour (2), données de l'Office National de la Météorologie.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 3 - Comparaison entre les précipitations mensuelles moyennes à Skikda sur les périodes 1913-1938 (1) et 1987-2007 (2).
Légende Sources : pour (1), P. SELTZER (1946) ; pour (2), données de l'Office National de la Météorologie.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 2 - Nénuphar blanc (Nymphaea alba), avec poussin de grèbe huppé (Podiceps cristatus).  [cliché : Boudjéma SAMRAOUI] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Photo 3 - Prélèvement de masettes à feuille étroites (Typha angustifolia), ici en bordure du Lac des Oiseaux. [cliché : B Boudjéma SAMRAOUI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photo 4 - Prélèvement de liège  dans une forêt de chêne-liège. [cliché : Boudjéma SAMRAOUI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Photo 5 - Aulnaie en bordure de la garaet Sidi Makhlouf. [cliché : Boudjéma SAMRAOUI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Photos 6 - Oiseaux d'eau de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]
Légende a) Erismature à tête blanche Oxyura leucocephala, espèce nicheuse, globalement menacée. b) Poussin et œufs de talève sultane Porphyrio porphyrio, nicheuse, relativement rare. c) Poussin de héron pourpré Ardeapurpurea, nicheur occasionnel à Guerbès Senhadja.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photos 7 - Amphibiens et insectes de Guerbès Senhadja. [clichés : Boudjéma SAMRAOUI]
Légende a) Crapaud vert Pseudepidalea boulengeri. b) Crapaud de Mauritanie Bufo mauritanicus. c) Hydrocyrius columbiae, bélostomide relictuel afrotropical. d) Acisoma panorpoides, libellule relictuelle afrotropicale, menacée (EN).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 4 - Carte d'occupation des sols de l'écocomplexe des zones humides de Guerbès- Senhadja en 2009 (réalisation Abderrazak BOUSSEHABA et Oumessaad TOUBAL).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 5 - Proportion d'occupation du sol par les différentes unités.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4217/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumessaad Toubal, Abderrazak Boussehaba, Abderrahmane Toubal et Boudjéma Samraoui, « Biodiversité méditerranéenne et changements globaux : cas du complexe de zones humides de Guerbès-Senhadja (Algérie) », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 273-295.

Référence électronique

Oumessaad Toubal, Abderrazak Boussehaba, Abderrahmane Toubal et Boudjéma Samraoui, « Biodiversité méditerranéenne et changements globaux : cas du complexe de zones humides de Guerbès-Senhadja (Algérie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 18 octobre 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4217 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4217

Haut de page

Auteurs

Oumessaad Toubal

Département de Biologie, Université Badji Mokhtar, ANNABA, ALGÉRIE.
Courriel : oumessaad2000@yahoo.fr

Abderrazak Boussehaba

Département de Biologie, Université Badji Mokhtar, ANNABA, ALGÉRIE.
Courriel : boob.Abdou23@yahoo.fr

Abderrahmane Toubal

Département de Géologie, Université Badji Mokhtar, ANNABA, ALGÉRIE.
Courriel : toubim@yahoo.fr

Boudjéma Samraoui

Laboratoire de recherche et de conservation des zones humides, Université de Guelma, GUELMA, ALGÉRIE et Center of Excellence for Research in Biodiversity, King Saud University, Riyadh, ARABIE SAOUDITE.
Courriel : bsamraoui@yahoo.fr (auteur correspondant)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org