Navigation – Plan du site
Articles

Caractérisation de la variabilité temporelle récente des précipitations annuelles au Sénégal (Afrique de l'Ouest)

Ansoumana Bodian
p. 297-312

Résumés

Les années humides de la décennie 1990 ont réduit l'extension de la zone touchée par la sécheresse. Mais des études ont montré que le déficit pluviométrique a persisté dans les régions sahéliennes jusqu'à la fin de la décennie 1990. Face aux évolutions en cours, P. OZER et al. considèrent, en 2003, que la continuité de la période de sécheresse, ou au contraire l'identification d'une rupture pluviométrique vers des conditions plus humides, ne pourra se vérifier statistiquement qu'après dix années de données supplémentaires. C'est dans cette perspective que se situe le présent travail, qui a pour objectif d'analyser la tendance récente des séries pluviométriques annuelles de vingt deux stations réparties sur le territoire sénégalais, avec des données collectées jusqu'en 2013, afin de juger de la persistance ou non de la sécheresse. Les données couvrent la période 1940-2013 et l'approche adoptée comporte les opérations suivantes : (1) critique et comblement des données lacunaires, (2) calcul des indices de pluie standardisés, (3) détection des ruptures au sein des séries pluviométriques par l'application de trois tests (PETTITT, LEE et HEGHINIAN, HUBERT). L'application de ces différents tests aux indices de pluie standardisés (IPS) calculés à partir de l'ensemble des stations et à partir des stations regroupées en fonction de trois zones climatiques (sud-sahélienne, sud-soudanienne et nord-soudanienne) montre deux ruptures (significatives au seuil de 1 % selon t test de STUDENT). La première est comprise entre 1967 et 1969, tandis que la seconde se situe entre 1986 et 1998 selon le test de PETTITT et entre 1992 et 2007 selon les méthodes de LEE et HEGHINIAN et de HUBERT. En analysant chacune des stations, on constate que la seconde rupture se situe en général entre 1998 et 2002. Seule la méthode de segmentation de HUBERT ne détecte pas toujours de seconde rupture, mais l'absence de détection concerne 18 % des stations seulement. On identifie donc une discontinuité vers des conditions humides depuis 1999 (PETTITT) ou 2003 (LEE et HEGHINIAN ; HUBERT), même si les précipitations annuelles restent inférieures à celles d'avant 1970.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le régime des précipitations est le facteur principal de la productivité alimentaire dans la région du Sahel (M.A. SARR et al., 2013) et conditionne dans une certaine mesure les disponibilités en eau. Cette importance des précipitations pour les populations et les écosystèmes fait que la plupart des travaux sur l'analyse de la variabilité climatique en Afrique de l'Ouest portent sur ce paramètre (J. SIRCOULON, 1976 ; É. SERVAT et al., 1999 ; A. BODIAN, 2011). Ces travaux identifient et évaluent les sécheresses successives au fur et à mesure qu'elles apparaissent (G. LIÉNOU, 2007). Ainsi, depuis le début des observations en 1854, trois principales périodes sèches ont été reconnues (J. SIRCOULON, 1976) : 1911-1913, 1940 -1943 et 1968 à nos jours. Cette dernière, très longue, a des effets particulièrement néfastes sur les activités humaines et sur l'environnement. Pour cette raison, et du fait de la densification du réseau d'observation, elle est évidemment la mieux documentée : P.J. LAMB, (1982), J.P. CARBONNEL et P. HUBERT (1985), S.E. NICHOLSON(1986), P. HUBERT et J.P. CARBONNEL (1987), P. HUBERT et al. (1989), J.E. PATUREL et al. (1998), É. SERVAT et al (1999), S.E. NICHOLSON et al. (1999), L'HÔTE et al. (2002), H. DACOSTA et al. (2002), H. NIEL et al. (2005). Ces études montrent que depuis la fin des années 1960 ou le début des années 1970, une baisse importante des totaux pluviométriques annuels s'est produite. Cette diminution des précipitations a globalement entraîné l'amenuisement des ressources en eau (P. HUBERT et al., 2007 ; T. ABRATE et al., 2013), la modification des écosystèmes naturels et des systèmes socio-économiques (G. LIÉNOU, 2007).

2Récemment, à la suite de quelques années fortement pluvieuses, certains auteurs (S. SENE et P. OZER, 2002 ; P. OZER et al., 2003) se demandent si les évènements de la décennie 1990 ne constituent pas le signe d'un retour progressif à des conditions pluviométriques plus favorables. Dans le même sens, P. DIELLO (2007) montre que la zone touchée par la sécheresse s'est réduite depuis 1994. Pour autant, les conditions étaient encore sévères dans les régions sahéliennes à la fin de la décennie 1990 (L'HÔTE et al., 2002 ; S. ARDOIN et al., 2003).

3En 2003, P. OZER et al. (2003) manifestent une grande prudence au sujet de l'évolution récente des pluies. Ils soulignent, en effet, que les tests statistiques répondent avec un retard de temps relativement long à de fortes variations des précipitations. Pour eux, la continuité de la période de sécheresse ou l'identification d'une rupture pluviométrique vers des conditions plus humides ne pourra se vérifier statistiquement qu'après dix années de données supplémentaires.

4La présente étude intègre les données postérieures à 2003, afin de vérifier les hypothèses formulées au début des années 2000 (P. OZER et al., 2003). La réponse est cruciale, les enjeux liés à une persistance de la sécheresse étant de première importance pour les pays et les habitants des régions soudano-sahéliennes (S. ARDOIN-BARDIN, 2004). En effet, la pluviométrie est la variable climatique la plus contraignante pour les populations et elle induit, à elle seule, des effets déterminants sur l'environnement (A. ALI, 2010).

II - Données et méthodes

1 ) Données disponibles

5 Les données pluviométriques utilisées dans cette étude proviennent de la base de données de l'Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM). Elles concernent vingt deux stations représentatives de différents régimes pluviométriques du Sénégal (Fig. 1) et couvrent la période 1940-2013. Le tableau I dresse la liste des stations retenues pour l'étude. L'inventaire des données manquantes par année et par station pluviométrique est donné sur la figure 2. Huit stations sur vingt deux comportent des lacunes, comprises entre 1 et 8 % (nous entendons par lacune une année sans mesure disponible).

Figure 1 - Localisation des stations pluviométriques retenues.

Figure 1 - Localisation des stations pluviométriques retenues.

Tableau I - Moyenne, écart-type et coefficient de variation des pluies annuelles sur la période 1940-2013.

Tableau I - Moyenne, écart-type et coefficient de variation des pluies annuelles sur la période 1940-2013.

Figure 2 - Pourcentage des lacunes dans les données, à l'échelle annuelle pour l'ensemble des stations pluviométriques (a) et pour chacune des stations sur l'ensemble de la période 1940-2013 (b).

Figure 2 - Pourcentage des lacunes dans les données, à l'échelle annuelle pour l'ensemble des stations pluviométriques (a) et pour chacune des stations sur l'ensemble de la période 1940-2013 (b).

2 ) Méthodologie

6L'approche adoptée comporte les opérations suivantes : (1) comblement des lacunes dans les séries pluviométriques annuelles, (2) calcul des indices de pluie standardisés, (3) détection des ruptures au sein des séries pluviométriques.

a. Comblement des données lacunaires

7Le comblement des données manquantes des huit stations comportant des lacunes (Fig. 2) a été assuré par la Méthode du Vecteur Régional (Y. BRUNET-MORET, 1977). Cette méthode (MVR) est un modèle simple qui permet de représenter les informations pluviométriques d'une station par une séquence d'indices annuels, représentatifs des précipitations dans la région, et par des coefficients caractéristiques de chaque poste d'observation (G. HIEZ, 1986 ; G. HIEZ et al., 1992). Pour chaque station pluviométrique est calculé un indice, rapport de la pluie annuelle sur la pluie annuelle moyenne, donc supérieur à un lorsque l'année est excédentaire et inférieur à un lorsqu'elle est déficitaire. La moyenne des indices obtenus pour l'ensemble des stations constitue la valeur représentative de la zone d'étude considérée (Z.A. TRA BI, 2013). La série des indices annuels représentatifs est appelée vecteur régional, car elle prend en compte l'information d'une région supposée climatiquement homogène (G. MAHÉ et Y. L'HÔTE, 1995).

8Deux méthodes sont couramment utilisées pour appliquer le vecteur régional : la méthode de G. HIEZ (1977) et celle de Y. BRUNET-MORET (1979). La première est basée sur le mode (valeur la plus fréquente) ; la seconde sur la moyenne, en éliminant les valeurs trop particulières, afin d'éviter de contaminer les estimations par des données manifestement erronées (Z.A. TRA BI, 2013). Pour cette étude, considérant que la moyenne est le meilleur estimateur (Z.A. TRA BI, 2013), c'est la méthode de BRUNET-MORET qui a été retenue.

9Mise en œuvre à l'aide du logiciel Hydraccess (P. VAUCHEL, 2000 et 2004), cette méthode permet de combler les lacunes par des données calculées. La validation des résultats a été effectuée par une régression linéaire entre les données observées et celles calculées (Fig. 3), en utilisant le test de FISHER (F test). Les séries de données complétées sur la période 1940-2013 pour l'ensemble des stations, ont ensuite servi au calcul des indices de pluie standardisés et pour l'application des tests de rupture.

Figure 3 - Régressions entre les pluies annuelles observées et calculées pour huit stations pluviométriques.

Figure 3 - Régressions entre les pluies annuelles observées et calculées pour huit stations pluviométriques.

b. Calcul des indices de pluie standardisés

10Dans un premier temps, les précipitations annuelles sur le terrain d'étude ont été calculées par krigeage (S. BAILLARGEON, 2005 ; A. ALI et al., 2008) à partir de toutes les stations de mesure, en utilisant le module externe SPATIAL de Hydraccess. Ensuite, les stations ont été regroupées (voir Fig. 1) selon les trois zones climatiques définies à l'échelle du Sénégal par M. LEROUX (1983) et reprises par P. SAGNA (2005) et M.A. SARR et al. (2007) : les zones sud-sahélienne, nord-soudanienne et sud-soudanienne. Les pluies annuelles moyennes obtenues ont étés utilisées pour calculer l'indice pluviométrique annuel, défini comme une variable centrée réduite (P.J. LAMB, 1982 ; A. ALI et al., 2008) :
IPSa = (Pa - Pm) / σP
IPSa est l'indice de pluie standardisé de l'année a, Pa la pluviométrie de l'année a, Pm la pluviométrie annuelle moyenne sur la période de référence 1940-2013 et p l'écart-type de la pluviométrie sur la même période de référence.

11Cet indice traduit un excédent ou un déficit pluviométrique pour l'année considérée par rapport à la période de référence. Il met également en évidence l'intensité du déficit ou de l'excès pluviométrique (A.J. NIANG, 2008).

c. Détection des ruptures au sein des séries pluviométriques annuelles

12Les séries pluviométriques annuelles ont été analysées à l'aide du logiciel KhronoStat (IRD, 1998) en vue de détecter une éventuelles rupture liée à une non-stationnarité. Une rupture peut être définie de façon générale par un changement dans la loi de probabilité de la série chronologique à un instant donné, le plus souvent inconnu (S. ARDOIN-BARDIN, 2004). KhronoStat comporte différents tests d'homogénéité (homogénéité étant comprise ici dans le sens d'absence de rupture dans la série) : test de MANN WHITNEY modifié par A.N. PETTITT (1979), statistique U de T.A. BUISHAND (1982, 1984), procédure de A.F.S. LEE et S.A. HEGHINIAN (1977), ellipse de contrôle de P. BOIS (1971, 1986) et méthode de segmentation de HUBERT (J.P. CARBONNEL et P. HUBERT, 1985 ; P. HUBERT et J.P. CARBONNEL, 1987). Pour l'ensemble de ces tests, l'hypothèse nulle H0 correspond à l'absence de rupture au seuil de 1 %. Ces tests sont particulièrement sensibles à un changement de moyenne et, si l'hypothèse nulle d'homogénéité de la série est rejetée, ils proposent une estimation de la date de rupture (A. BODIAN et al., 2011). Parmi les tests de rupture regroupés dans KhronoStat, trois sont retenus pour cette étude, à savoir le test de PETTITT, celui de LEE et HEGHINIAN et la méthode de segmentation de HUBERT. Comme le souligne A.J. NIANG (2008), ces tests sont réputés pour leur robustesse et leur puissance et ont fait l'objet de plusieurs applications dans différentes régions d'Afrique (S. VANNITSEN et G. DEMARÉE, 1991 ; É. SERVAT et al., 1997, 1998, 1999 ; J.E. PATUREL et al., 1998 ; A. KINGUMBI et al., 2001 ; A. GOULA et al., 2005). Seule la méthode de HUBERT permet de détecter plusieurs ruptures, si elles existent, dans une série chronologique de données (S. ARDOIN et al., 2003 ; H. LUBÈS-NIEL et al., 1998 ; J.E. PATUREL et al., 1998). Aussi, afin d'obtenir pour tous les tests une nouvelle date de rupture après qu'une première date ait été identifiée, une sous-série de données a été constituée, qui va de la première rupture à 2013. Les sous-séries ainsi déterminées ont été soumises aux différents tests (Tab. III).

III - Résultats

1 ) Variabilité temporelle des indices de pluie standardisés

13La représentation graphique des IPS annuels ainsi calculés permet de mettre en évidence la succession de périodes plus ou moins marquées d'années sèches et d'années humides (Fig. 4). Certes, les précipitations annuelles sont irrégulières et deux années très différentes, l'une pluvieuse et l'autre sèche, peuvent se succéder : par exemple 1974 et 1975 ou 1999 et 2000 (Fig. 4). Mais les courbes des moyennes mobiles sur 5 ans et sur 9 ans n'en font pas moins ressortir une succession de périodes humides et sèches (Fig. 4-a). La dernière décennie est caractérisée  en accord avec les travaux de A. ALI et al. (2008), de A. ALI et T. LEBEL (2009) et de A.P. OUOBA (2013)  par un retour à des conditions humides et par une variabilité interannuelle plus forte des précipitations.

Figure 4 - Variation temporelle des indices de pluie standardisés.

Figure 4 - Variation temporelle des indices de pluie standardisés.

a : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir de l'ensemble des stations. b : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir des stations de la zone sud-sahélienne. c : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir des stations de la zone nord-soudanienne. d : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir des stations de la zone sud-soudanienne

2 ) Détection des ruptures au sein des séries pluviométriques annuelles

14Les résultats des tests sont synthétisés dans les tableaux II et III et sur les figures 5 et 6. Leur examen permet de constater qu'aussi bien à l'échelle du pays qu'au niveau des différentes zones climatiques, les séries pluviométriques analysées présentent deux ruptures.

15Selon le test de PETTITT, une première rupture est survenue en 1969 pour l'ensemble du Sénégal (1969 pour la zone sud-sahélienne, 1967 pour les zones nord et sud-soudaniennes) (Tab. II). Le test de LEE et HEGHINIAN, comme celui de HUBERT, placent la première rupture en 1967 pour l'ensemble du Sénégal (avec les mêmes dates que le test de PETTITT pour les trois zones distinguées). Une analyse des ruptures trouvées pour toutes les stations (Fig. 5) montre qu'en général, la première rupture se situe entre 1967 et 1969. Ces observations confirment l'évolution de la tendance des précipitations notée par l'évolution de la courbe des IPS et corroborent aussi les résultats du programme ICCARE de l'IRD (É. SERVAT et al., 1998, 1999), qui situent la plupart des ruptures en Afrique occidentale et centrale entre 1960 et 1970.

Tableau II - Dates de rupture dans les séries pluviométriques de la période 1940-2013 et variation relative en pourcentage par zones climatiques.

Tableau II - Dates de rupture dans les séries pluviométriques de la période 1940-2013 et variation relative en pourcentage par zones climatiques.

Sénégal : ensemble du Sénégal. Z S : zone sud-sahélienne. Z N S : zone nord-soudanienne. Z S S : zone sud-soudanienne.
m1, m2 : précipitations annuelles moyennes, respectivement jusqu'à la première rupture (incluse) déterminée sur la méthode de HUBERT et après la première rupture jusqu'à la seconde. Pour la zone sud-soudanienne (Z S S), la seconde rupture (1992) est celle déterminée sur la sous-série 1968-2013 (voir tableau III).
σ1, σ2 : écarts-types de la série pluviométrique, respectivement jusqu'à la première rupture et après la première rupture jusqu'à la seconde.
V. R 1 : variation relative entre m2 et m1.
* : représente un seuil de significativité de 1 % sur les différentes moyennes après application de la statistique t de STUDENT.
Les précipitations annuelles moyennes ont été calculées par krigeage à partir des stations de la zone concernée : ensemble du Sénégal, Z S, Z N S ou Z S S.

Figure 5 - Dates de rupture dans les séries pluviométriques de la période 1940-2013.

Figure 5 - Dates de rupture dans les séries pluviométriques de la période 1940-2013.

16Appliqués à la période après la première rupture, les tests de PETTITT et de LEE et HEGHINIAN détectent une seconde rupture sur l'ensemble des stations (Tab. III, Fig. 6). Pour l'ensemble du Sénégal, cette seconde rupture se situe en 1997 (test de PETTITT) ou en 2007 (test de LEE et HEGHINIAN ; méthode de HUBERT). Cependant, même si l'on identifie ainsi une discontinuité vers des conditions plus humides, les précipitations annuelles restent inférieures (de 4,4 % pour l'ensemble du Sénégal) à celles d'avant 1968 ou 1970.

Tableau III - Dates de rupture dans les sous-séries pluviométriques allant de la première rupture (selon le test de LEE et HEGHINIAN) à 2013.

Tableau III - Dates de rupture dans les sous-séries pluviométriques allant de la première rupture (selon le test de LEE et HEGHINIAN) à 2013.

m3 : précipitations annuelles moyennes après la seconde rupture déterminée par la méthode de HUBERT (incluse) et jusqu'en 2013. σ3 : écart-type de la série pluviométrique après la seconde rupture jusqu'en 2013. V. R 2, V. R 3 : variations relatives, respectivement entre m3 et m2 et entre m3 et m1. * : représente un seuil de significativité de 1 % sur les différentes moyennes après application de la statistique t de STUDENT.

Figure 6 - Dates de rupture dans les sous-séries pluviométriques allant de la première rupture à 2013.

Figure 6 - Dates de rupture dans les sous-séries pluviométriques allant de la première rupture à 2013.

17Les résultats de la station de Kédougou et de celle de Bakel (Fig. 5 et 6) méritent d'être analysés avec plus d'attention :

18- Pour la station de Kédougou, sur la période 1940-2013, le test de PETTITT et celui de LEE et HEGHINIAN situent la rupture en 1978 (avec un taux de variation entre les deux périodes de ­8,2 %), alors que dans une étude antérieure (A. BODIAN et al., à paraître), les deux tests appliqués à la période 1950-1998, ont fixé la rupture en 1967 (taux de variation de ­15,1 %). La méthode de HUBERT, quant à elle, détecte une rupture en 1966 sur la période 1950-1998 (taux de variation de ­11,8 %), mais n'en relève pas sur la période 1940-2013. Il faut se borner à constater ces résultats contradictoires, même si une rupture en 1966 ou 1967 serait plus cohérente au regard des résultats obtenus pour les autres stations ou par d'autres auteurs en Afrique de l'Ouest (É. SERVAT et al., 1998, 1999 ; J.E. PATUREL et al., 1998). En effet, l'obtention de ces dates doit beaucoup à l'année 1954, dont les précipitations exceptionnelles (2160 mm, contre des précipitations annuelles moyennes de 1218 mm sur la période 1950-1998) ont fortement pesé sur les résultats dans une chronique courte.

19- Dans la présente étude, pour les trois tests, la station de Bakel ne manifeste qu'une seule rupture, située en 1998, avec un taux de variation de +30,4 % entre la période 1940-1998 (précipitations moyennes de 485 mm/an) et la période 1999-2013 (précipitations moyennes de 633 mm/an). Or A. BODIAN et al. (à paraître) ont précédemment montré que cette station présente une chronique stationnaire sur la période 1950-1998. C'est donc bien l'évolution récente de la pluviométrie qui a rendu cette station non-stationnaire.

IV - Discussion et conclusion

20À travers l'analyse des séries pluviométriques annuelles fournies sur la période 1940-2013 par 22 stations réparties sur l'ensemble du Sénégal, ce travail s'est surtout attaché à caractériser la tendance récente, afin de déterminer l'évolution de la sécheresse entamée à la fin des années 1960.

21Dans un premier temps, la méthode du vecteur des indices annuels de précipitations a été mise en œuvre afin de combler les années lacunaires de certaines stations pluviométriques. Les résultats du Vecteur Régional ont été validés par le test de FISHER (F test). Ces résultats montrent une relation significative au seuil de 1 % entre les données observées et celles calculées. Sur la base de ces résultats, les années lacunaires ont été renseignées par les données ainsi calculées, ce qui a permis d'obtenir des séries de données complètes sur la période d'étude. Ces données ont servi au calcul de l'IPS et ont ensuite été utilisées pour l'application de trois tests de rupture, à savoir le test de PETTITT, celui de LEE et HEGHINIAN et la méthode de segmentation de HUBERT.

22Ensuite, la représentation graphique des indices de pluie standardisés (IPS) a permis de mettre en évidence la succession de périodes d'années sèches et d'années humides. D'une manière générale, les courbes des moyennes mobiles, qui sont un bon indicateur des grandes fluctuations interannuelles (P. OZER et M. ERPICUM, 1995), font ressortir trois périodes bien distinctes. Pour l'ensemble du Sénégal, la période de 1940 à 1969 est caractérisée par une pluviométrie globalement humide ; celle de 1970 à 1998 correspond à la grande sécheresse (P. OZER et al., 2009) ; enfin, la période allant de 1999 à 2013 enregistre un retour à des conditions plus humides. Cette période récente est caractérisée par une variabilité interannuelle plus forte que celles des deux périodes précédentes (1940-1969 et 1970-1998). Ces résultats sont en accord avec les travaux de A. ALI et al. (2008) et de A. ALI et T. LEBEL (2009) sur la zone sahélienne, de A.P. OUOBA (2013) sur le Burkina Faso, de P. OZER et al. (2009) sur le Niger et de A.J. NIANG (2008) sur la Mauritanie.

23Les séries pluviométriques analysées présentent deux ruptures. Appliqués à la période 1940-2013, les trois tests retenus décèlent une première rupture entre 1967 et 1969, ce qui est conforme aux résultats du programme ICCARE de l'IRD (É. SERVAT et al., 1998, 1999 ; J.E. PATUREL et al., 1998). L'application des tests aux sous-séries allant de la première rupture à 2013 permet de constater l'existence d'une seconde rupture, significative au seuil de 1 %, située en moyenne en 1998 pour le test de PETTITT et en 2002 selon le test de LEE et HEGHINIAN et la méthode de HUBERT.

24Ces résultats vont dans le même sens que ceux d'un certain nombre de travaux (S. SENE et P. OZER, 2002 ; P. OZER et al., 2003 ; A.J. NIANG et al., 2008 ; Y.C. HOUNTONDJI et al., 2009 ; P. OZER et al., 2009 ; A.P. OUOBA, 2013 ; G. PANTHOU et al., 2014), qui suggèrent que la sécheresse sahélienne aurait pu se terminer durant les années 1990 ; mais ils sont en contradiction avec les résultats d'autres auteurs (T. L'HÔTE et al., 2002 ; F. FRAPPART et al., 2009 ; T. LEBEL et A. ALI, 2009), qui estiment que la pluviométrie évolue peu depuis la fin des années 1960 et reste déficitaire. L'étude de T. LEBEL et A. ALI (2009) précise cependant que l'est et le centre du Sahel ont connu un retour des précipitations, ce qui n'a pas été le cas de l'ouest.

25Les oppositions que nous venons de signaler peuvent provenir du fait que les périodes d'étude sont différentes. En effet, 55 % des secondes ruptures identifiées par le test de LEE et HEGHINIAN sont survenues dans la période 2004-2011, qui n'est pas prise en compte dans les travaux de T. L'HÔTE et al. (2002), de F. FRAPPART et al. (2009) et de T. LEBEL et A. ALI (2009). Toutefois, même si l'on identifie une discontinuité vers des conditions humides depuis les années 1998 (PETTITT) et 2002 (LEE et HEGHINIAN, HUBERT), les quantités de précipitations annuelles recueillies restent inférieures à celles d'avant 1970, avec des taux de variation entre les deux périodes humides de -3,8 %, ­8,3 % et -12,3 % respectivement pour les zones sahélienne, nord-soudanienne et sud-soudanienne.

26A. BODIAN et al. (à paraître) ont montré, à partir des données de la période 1950-1998, que dans le bassin du fleuve Sénégal, qui s'étend du domaine guinéen au sud au domaine sahélien au nord (A. BODIAN, 2011), la sécheresse s'est accompagnée d'une baisse considérable du nombre des jours pluvieux et d'une diminution des précipitations supérieures à 50 mm, qu'ils considèrent comme les grosses pluies. Il serait intéressant d'analyser l'évolution récente de ces paramètres, ainsi que celle de la longueur de la saison des pluies. Il s'agit en effet de vérifier si la tendance continue à la diminution du nombre de jours de pluie et du nombre de jours avec des précipitations supérieures ou égales à 20 mm, mise en évidence par P. OZER et al. (2009) à partir des données de quatre stations synoptiques du Niger (Zinder, Magaria, Gouré et Mainé Soroa), se confirme dans notre zone d'étude.

Remerciements : L'auteur de cet article remercie Luc DESCROIX pour sa relecture du texte et Dominique DUMAS pour ses commentaires, ainsi que Simone RATSIVALAKA et Claude MARTIN. Il exprime sa reconnaissance à l'Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM) du Sénégal, qui a mis à sa disposition les données pluviométriques. Il a enfin une pensée toute particulière pour les observateurs de l'ANACIM, sans qui ce travail n'aurait pas vu le jour.

27VAUCHEL P. (2000-2004) - Hydraccess : Base de données hydrométriques sous Access 2000. Document IRD, Dakar, 21 p.

Haut de page

Bibliographie

ABRATE T., HUBERT P. et SIGHOMNOU D. (2013) - A study on hydrological series of the Niger River. Hydrological Sciences Journal, vol. 58, n° 2, p. 1-9.

ALI A. (2010) - La variabilité et les changements climatiques au Sahel. Comprendre la situation actuelle de part l'observation. In : Le Sahel face aux changements climatiques. Enjeux pour un développement durable, Bulletin Mensuel du Centre Régional AGRHYMET, n° spécial, p. 17-20.

ALI A. et LEBEL T. (2009) - The Sahelian standardized rainfall index revisited. International Journal of Climatology, vol. 29, n° 12, p. 1705-1714.

ALI A., LEBEL T. et AMAMI A. (2008) - Signification et usage de l'indice pluviométrique au Sahel. Sécheresse, vol. 19, n° 4, p. 227-235.

ARDOIN-BARDIN S, (2004) - Variabilité hydro-climatique et impacts sur les ressources en eau de grands bassins hydrographiques en zone soudano-sahélienne. Thèse de l'Université Montpellier II, 440 p.

ARDOIN S., LUBÈS-NIEL H., SERVAT É., DEZETTER A., PATUREL J.E., MAHÉ G. et BOYER J.F. (2003) - Analyse de la persistance de la sécheresse en Afrique de l'Ouest: caractérisation de la situation de la décennie 90. In : Hydrology of the Mediterranean and Semiarid Regions (colloque IAHS, Montpellier), É. SERVAT, W. NAJEM, C. LEDUC et S. AHMED édit., IAHS Publication n° 278, p. 223-228.

BAILLARGEON S, (2005) - Le krigeage : revue de la théorie et application à l'interpolation spatiale de données de précipitations. Mémoire pour l'obtention du grade de Maître ès Sciences, Université Laval (Canada), 137 p.

BODIAN A. (2011) - Approche par modélisation pluie-débit de la connaissance régionale de la ressource en eau : Application au haut bassin du fleuve Sénégal. Thèse de doctorat, Université Cheikh AntaDiop de Dakar (Sénégal), 288 p.
URL : http://hydrologie.org/THE/BODIAN.pdf.

BODIAN A., DACOSTA H. et DEZETTER A. (2011) - Caractérisation spatio-temporelle du régime pluviométrique du haut bassin du fleuve Sénégal dans un contexte de variabilité climatique. Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement, vol. V, p. 116-133.

BODIAN A., NDIAYE O. et DACOSTA H. (à paraître) - Évolution des caractéristiques des pluies journalières dans le bassin versant du fleuve Sénégal : avant et après rupture. Journal des Sciences Hydrologiques, article accepté.

BOIS P. (1971) - Une méthode de contrôle des séries chronologiques utilisées en climatologie et en hydrologie. Publication du Laboratoire de Mécanique des Fluides, Université Grenoble I, section hydrologie, 49 p.

BOIS P. (1986) - Contrôle des séries chronologies corrélées par l'étude du cumul des résidus. Actes des Deuxièmes Journées Hydrologiques de l'ORSTOM (Montpellier), p. 89-100.
URL : http://hydrologie.org/ACT/JHO/JH02_0089.pdf.

BRUNET-MORET Y. (1977) - Test d'homogénéité. Cahiers ORSTOM, série Hydrologie, vol. XIV, n° 2, p. 119-129.

BRUNET-MORET Y. (1979) - Homogénéisation des précipitations. Cahiers ORSTOM, série Hydrologie, vol. XVI, n° 3-4, p. 144-170.

BUISHAND T.A. (1982) - Some methods for testing the homogeneity of rainfall records. Journal of Hydrology, vol. 58, n° 1-2, p. 11-27.

BUISHAND T.A. (1984) - Tests for detecting a shift in the mean of hydrological time series. Journal of Hydrology, vol. 73, n° 1, p. 51-69.

CARBONNEL J.P. et HUBERT P. (1985) - Sur la sécheresse au Sahel d'Afrique de l'Ouest. Une rupture climatique dans les séries pluviométriques du Burkina-Faso (ex Haute-Volta). Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, Série II, vol. 301, n° 13, p. 941-944.

DACOSTA H., KONATÉ Y.K. et MALOU R. (2002) - La variabilité spatio-temporelle des précipitations au Sénégal depuis un siècle. In : Regional hydrology: bringing the gap between reseach and pratice (FRIEND conference, Le Cap, Afrique du Sud), IAHS Publication n° 274, p. 499-506.
URL :http://www.iahs.info/uploads/dms/iahs_274_499.pdf.

DIELLO P. (2007) - Interrelations Climat – Homme – Environnement dans le Sahel Burkinabé: impacts sur les états de surface et la modélisation hydrologique. Thèse de l'Université Montpellier II, 395 p.

FRAPPART F., HIERNAUX P., GUICHARD F., MOUGIN E., KERGOAT L., ARJOUNIN M., LAVENU F., KOITÉ M., PATUREL J.E. et LEBEL T. (2009) - Rainfall regime across the Sahel band in the Gourma region, Mali. Journal of Hydrology, vol. 375, n° 1-2, p. 128­142.

GOULA A., SAVANE I., KONAN B., FADIKA V. et KOUADIO G.B. (2005) - Étude comparative de l'impact de la variabilité climatique sur les ressources en eau des bassins du N'zo et du N'zi en Côte d'Ivoire. Sciences & Nature, vol. 2, n° 1, p. 19-34.

HIEZ G. (1977) - Homogénéisation des données pluviométriques. Cahiers ORSTOM, série Hydrologie, vol. XIX, n° 2, p. 129-172.

HIEZ G. (1986) - Bases théoriques du "vecteur régional". Les premières applications et leur mise en œuvre informatique. In : Deuxièmes Journées Hydrologiques de l'ORSTOM (Montpellier), p. 1-35.
URL : http://hydrologie.org/ACT/JH2-1986.pdf.

HIEZ G., COCHONNEAU G., SECHET P., FERNANDES U.M. (1992) - Application de la méthode du vecteur régional à l'analyse de la pluviométrie annuelle du bassin versant amazonien. Veille Climatique Satellitaire, vol. 43, p. 39-52.

HOUNTONDJI Y.C., SOKPON N, NICOLAS J. et OZER P. (2009) - Ongoing desertification processes in the sahelian belt of West Africa: an evidence from the rain-use efficiency. In : Recent advances in remote sensing and geoinformation processing for land degradation assessment, A. RÖDER et J. HILL édit., Édit. CRC Press, série ISPRS, vol. 8, p. 173­186.

HUBERT P. et CARBONNEL J.P. (1987) - Approche statistique de l'aridification de l'Afrique de l'Ouest. Journal of Hydrology, vol. 95, n° 1, p. 165-183.

HUBERT P., CARBONNEL J.P. et CHAOUCHE A. (1989) - Segmentation des séries hydrométéorologiques ; application à des séries de précipitations et de débits de l'Afrique de l'Ouest. Journal of Hydrology, vol. 110, n° 3-4, p. 349-367.

HUBERT P., BADER J.C. et BENDJOUDI H. (2007) - Un siècle de débits annuels du fleuve Sénégal. Journal des Sciences Hydrologiques, vol. 52, n° 1, p. 68-73. URL : http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1623/hysj.52.1.68.

IRD (1998) - KhronoStat version 1.0. Logiciel, IRD, Montpellier.
URL : http://www.hydrosciences.org/spip.php?article239.

KINGUMBI A., BERGAOUI Z., BOURGES J., HUBERT P. et KALLEL R. (2001) - Étude de l'évolution des séries pluviométriques de la Tunisie centrale. In : Hydrologie des régions méditerranéennes, actes d'un séminaire UNESCO/IRD (Montpellier, 2000), É. SERVAT et J. ALBERGEL édit., Documents Techniques en Hydrologie, n° 51, p. 341­350.
URL : http://medhycos.mpl.ird.fr/doc/kin.pdf.

LAMB P.J. (1982) - Persistence of sub-Saharan drought. Nature, vol. 299, p. 46-47.

LEBEL T. et ALI A. (2009) - Recent trends in the Central and Western Sahel rainfall regime (1990-2007). Journal of Hydrology, vol. 375, n° 1-2, p. 52-64.

LEE A.F.S. et HEGHINIAN S.A. (1977) - A shift of the mean level in a sequence of independant normal random variables. A Bayesian approach. Technometrics, vol. 19, n° 4, p. 503-506.

LEROUX M. (1983) - Le climat d'Afrique tropicale. Thèse de Doctorat d'État, Université de Dijon, 3 tomes. 1427 p.

L'HÔTE Y., MAHÉ G., SOMÉ B. et TRIBOULET J.P. (2002) - Analysis of a Sahelian annual rainfall index from 1896 to 2000; the drought continues. Hydrological Sciences Journal, vol. 47, n° 4, p. 563-572.

LIÉNOU G. (2007) - Impacts de la variabilité climatique sur les ressources en eau et les transports de matières en suspension de quelques bassins versants représentatifs au Cameroun. Thèse de l'Université Montpellier II, 486 p.
URL : http://hydrologie.org/THE/LIENOU.pdf.

LUBÈS-NIEL H., MASSON J.M., PATUREL J.E. et SERVAT É. (1998) - Variabilité climatique et statistiques. Étude par simulation de la puissance et de la robustesse de quelques tests utilisés pour vérifier l'homogénéité de chroniques. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 11, n° 3, p. 383-408.

MAHÉ G. et L'HÔTE Y. (1995) - Utilisation de la méthode du vecteur régional pour la description des variables pluviométriques interannuelles en Afrique de l'Ouest et centrale. In : Régionalisation en hydrologie : application au développement, Huitièmes Journées Hydrologiques de l'ORSTOM (Montpellier, 1992), L. LE BARBÉE et É. SERVAT édit, Édit. ORSTOM, p. 175-192.

NIANG A.J. (2008) - Les processus morphodynamiques, indicateurs de l'état de la désertification dans le Sud-Ouest de la Mauritanie. Approche par analyse multisource. Thèse de Doctorat, Université de Liège (Belgique), 286 p.

NIANG A.J, OZER A. et OZER P. (2008) - Fifty years of landscape evolution in South-Western Mauritania by means of aerial photos. Journal of Arid Environments, vol. 72, n° 2, p. 97­107.

NICHOLSON S.E. (1986) - The spatial coherence of African rainfall anomalies: interhemispheric teleconnections. Journal of Climate and Applied Meteorology, vol. 25, n° 10, p. 1365-1381.

NICHOLSON S.E., SOMÉ B. et KONÉ B. (1999) - An analysis of recent rainfall conditions in West Africa, including the rainy seasons of the 1997 El Niño and the 1998 La Niña years. Journal of Climate, vol. 13, n° 14, p. 2628-2640.

NIEL H., LEDUC C. et DIEULIN C. (2005) - Caractérisation de la variabilité spatiale et temporelle des précipitations annuelles sur le bassin du Lac Tchad au cours du 20ème siècle. Hydrological Sciences Journal, vol. 50, n° 2, p. 223-243.
URL : http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1623/htsj.50.2.223.61800.

OUOBA A.P. (2013) - Changements climatiques, dynamique de la végétation et perception paysanne dans le Sahel burkinabè. Thèse de Doctorat Unique, Université de Ouagadougou (Burkina Faso), 305 p.

OZER P. et ERPICUM M. (1995) - Méthodologie pour une meilleure représentation spatio-temporelle des fluctuations pluviométriques observées au Niger depuis 1905. Sécheresse, vol. 6, n° 1, p. 103-108.

OZER P., ERPICUM M., DEMARÉE G. et VANDIEPENBECK M. (2003) - The Sahelian drought may have ended during the 1990s. Hydrological Sciences Journal, vol. 48, n° 3, p. 489-492.

OZER P., HOUNTONDJI Y.C. et LAMINOU MANZO O. (2009) - Évolution des caractéristiques pluviométriques dans l'Est du Niger de 1940 à 2007. Geo-Eco-Trop, Revue de Géographie et d'Écologie Tropicale, vol. 33, n.s., p. 11 - 30.
URL : http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/78267/1/Geo-Eco-Trop_Ozer%20et%20al.pdf.

PANTHOU G., VISCHEL T. et LEBEL T. (2014) - Recent trends in the regime of extreme rainfall in the Central Sahel. International Journal of Climatomogy.
URL : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/joc.3984/abstract .

PATUREL J.E., SERVAT É., LUBÈS-NIEL H., KOUAMÉ B., TRAVAGLIO M., LUBÈS H., MARIEU B. et MASSON J.M. (1998) - Variabilité des régimes pluviométriques et hydrologiques en cette fin de siècle en Afrique de l'Ouest et centrale non sahélienne. Sud-Sciences et Technologies, vol. 2, p. 44-52.

PETTITT A.N. (1979) - A non-parametric approach to the change-point problem. Applied Statistics, vol. 28, n° 2, p. 126-135.

SAGNA P. (2005) - Dynamique du climat et son évolution récente dans la partie ouest de l'Afrique de l'occidentale. Thèse de Doctorat d'État, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 2 tomes, 786 p.

SARR M.A., ZOROME M., SEIDOU O., BRYANT C.R. et GACHON P. (2013) - Recent trends in selected extreme precipitation indices in Senegal  A changepoint approach. Journal of Hydrology, vol. 505, p. 326-334.

SENE S. et OZER P. (2002) - Évolution pluviométrique et relation inondations-événements pluvieux au Sénégal. Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 42, p. 27-33.

SERVAT É., PATUREL J.E., LUBÈS-NIEL H., KOUAMÉ B., MASSON J.M. (1997) - Variabilité des régimes pluviométriques en Afrique de l'Ouest et centrale non sahélienne. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, Série II, vol. 324, n° 10, p. 835-838.

SERVAT É., PATUREL J.E., KOUAMÉ B., TRAVAGLIO M., OUEDRAOGO M., BOYER J.F., LUBÈS-NIEL H., FRITSCH J.M., MASSON J.M. et MARIEU B. (1998) - Identification, caractérisation et conséquences d'une variabilité hydrologique en Afrique de l'Ouest et Centrale. In : Water resources variability in Africa during the XXth Century (Abidjan'98 Conference), É. SERVAT, D. HUGUES, J.M. FRITSCH, M. HULME édit., IAHS Publication n° 252, p. 323-337.
URL : http://www.iahs.info/uploads/dms/iahs_252_323.pdf.

SERVAT É., PATUREL J.E., LUBÈS-NIEL H., KOUAMÉ B., MASSON J.M., TRAVAGLIO M. et MARIEU B. (1999) - De différents aspects de la variabilité de la pluviométrie en Afrique de l'Ouest et Centrale. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 12, n° 2, p. 363-387.
URL : http://www.rse.inrs.ca/art/volume12/v12n2_363.pdf.

SIRCOULON J. (1976) - Les données hydropluviométriques de la sécheresse récente en Afrique intertropicale. Comparaison avec les sécheresses "1913" et "1940". Cahiers ORSTOM, série Hydrologie, vol. XIII, n° 2, p. 75-174.

TRA BI Z.A. (2013) - Étude de l'impact des activités anthropiques et de la variabilité climatique sur la végétation et les usages des sols, par utilisation de la télédétection et des statistiques agricoles, sur le bassin versant du Bouregreg (Maroc). Thèse de Doctorat en cotutelle, Université d'Artois et Université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan, 190 p.

VANNITSEN S. et DEMAREE G. (1991) - Détection et modélisation des sécheresses au Sahel. Hydrologie Continentale, vol. 6, n° 2, p. 155-171.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des stations pluviométriques retenues.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Tableau I - Moyenne, écart-type et coefficient de variation des pluies annuelles sur la période 1940-2013.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 2 - Pourcentage des lacunes dans les données, à l'échelle annuelle pour l'ensemble des stations pluviométriques (a) et pour chacune des stations sur l'ensemble de la période 1940-2013 (b).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3 - Régressions entre les pluies annuelles observées et calculées pour huit stations pluviométriques.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 4 - Variation temporelle des indices de pluie standardisés.
Légende a : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir de l'ensemble des stations. b : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir des stations de la zone sud-sahélienne. c : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir des stations de la zone nord-soudanienne. d : valeurs moyennes calculées par krigeage à partir des stations de la zone sud-soudanienne
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Tableau II - Dates de rupture dans les séries pluviométriques de la période 1940-2013 et variation relative en pourcentage par zones climatiques.
Légende Sénégal : ensemble du Sénégal. Z S : zone sud-sahélienne. Z N S : zone nord-soudanienne. Z S S : zone sud-soudanienne.m1, m2 : précipitations annuelles moyennes, respectivement jusqu'à la première rupture (incluse) déterminée sur la méthode de HUBERT et après la première rupture jusqu'à la seconde. Pour la zone sud-soudanienne (Z S S), la seconde rupture (1992) est celle déterminée sur la sous-série 1968-2013 (voir tableau III).σ1, σ2 : écarts-types de la série pluviométrique, respectivement jusqu'à la première rupture et après la première rupture jusqu'à la seconde.V. R 1 : variation relative entre m2 et m1.* : représente un seuil de significativité de 1 % sur les différentes moyennes après application de la statistique t de STUDENT.Les précipitations annuelles moyennes ont été calculées par krigeage à partir des stations de la zone concernée : ensemble du Sénégal, Z S, Z N S ou Z S S.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 5 - Dates de rupture dans les séries pluviométriques de la période 1940-2013.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Tableau III - Dates de rupture dans les sous-séries pluviométriques allant de la première rupture (selon le test de LEE et HEGHINIAN) à 2013.
Légende m3 : précipitations annuelles moyennes après la seconde rupture déterminée par la méthode de HUBERT (incluse) et jusqu'en 2013. σ3 : écart-type de la série pluviométrique après la seconde rupture jusqu'en 2013. V. R 2, V. R 3 : variations relatives, respectivement entre m3 et m2 et entre m3 et m1. * : représente un seuil de significativité de 1 % sur les différentes moyennes après application de la statistique t de STUDENT.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 6 - Dates de rupture dans les sous-séries pluviométriques allant de la première rupture à 2013.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4243/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ansoumana Bodian, « Caractérisation de la variabilité temporelle récente des précipitations annuelles au Sénégal (Afrique de l'Ouest) », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 297-312.

Référence électronique

Ansoumana Bodian, « Caractérisation de la variabilité temporelle récente des précipitations annuelles au Sénégal (Afrique de l'Ouest) », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 02 novembre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4243 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4243

Haut de page

Auteur

Ansoumana Bodian

Laboratoire Leïdi (Dynamique des territoires et développement), Université Gaston Berger (UGB), BP 234, SAINT-LOUIS, SÉNÉGAL. Courriel : ansoumana.bodian@ugb.edu.sn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org