Navigation – Plan du site
Articles

Éléments sur l'hydrologie de la partie atlasique de l'oued Guir (Maroc sud-oriental) et sur l'inondation catastrophique du 10 octobre 2008

Ali Aït Hssaine
p. 337-354

Résumés

Dans le bassin supérieur de l'oued Guir, les précipitations annuelles moyennes mesurées à Tazouguert, Kadoussa et Gourrama, entre 1052 et 1360 m d'altitude, n'atteignent pas 155 mm et les précipitations annuelles dépassent rarement 300 mm. Au cœur du massif de l'Atlas (altitude maximale du bassin : 2736 m au djebel Mesrouh), les pluies sont vraisemblablement plus abondantes, mais sans doute pas énormément. En dépit de ces précipitations modestes, le Guir connaît parfois des crues violentes. À Tazouguert (bassin de 2392 km2), de septembre 1961 à août 2007 (46 années d'observation), les débits moyens journaliers ont dépassé 200 m3/s au cours de 9 années et les débits de pointe de crue 1000 m3/s au cours de 8 années. Pour ces débits, les valeurs maximales atteignent respectivement 652 m3/s le 15 novembre 1993 et 3300 m3/s le 25 septembre 1962. Une autre crue majeure s'est produite le 10 octobre 2008 : débit journalier de 1397 m3/s et débit de pointe de 3000 m3/s. Les pics de crue de septembre 1962 et d'octobre 2008 ont une période de retour entre 50 et 60 ans. Toutefois la crue d'octobre 2008 a été particulièrement violente en amont de la confluence avec l'oued Assefti, le débit de pointe étant estimé à 2260 m3/s un peu en amont de Gourrama (pour un bassin de 286 km2). Cette crue a provoqué des inondations catastrophiques dans ce secteur. Mais les dégâts ont été plus importants qu'en septembre 1962 jusqu'en aval de Tazouguert. La construction de barrages est envisagée, en particulier en amont de Tazouguert (Al Gorane), mais aucun gros ouvrage n'est prévu sur le haut bassin.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Au cours des dernières décennies, le Maroc a connu des inondations meurtrières (Tab. I), qui ont suscité de nombreuses recherches sur les crues (M.E. SAÏDI, 1994 ; M. ARESMOUK, 2005 ; M.E. SAÏDI et al., 2010 ; A. BAIDDAH et al., 2012 ; M.E. SAÏDI et al., 2013 ; etc.). Les phénomènes extrêmes se sont amplifiés ces deux dernières décennies en relation avec les changements climatiques qui affectent la planète (DSPR, 2008 ; M. MEDDI et al., 2009 ; L. AMRAOUI et al., 2011 ; A. SEBBAR et al., 2011, 2012 ; Z. NOUACEUR et al., 2013). Les événements catastrophiques de novembre 2014 en sont la dernière illustration.

Tableau I - Crues catastrophiques récentes au Maroc (DSPR, 2008).

Tableau I - Crues catastrophiques récentes au Maroc (DSPR, 2008).

2Dans ce contexte, nous nous sommes intéressés aux écoulements de l'oued Guir en amont de sa confluence avec l'oued Aït Aïssa, et tout particulièrement à la crue catastrophique du 10 octobre 2008.

3L'hydrologie du haut bassin du Guir a déjà été abordée, mais sous des angles différents, par M. COMBE (1977), S. RIAD (2003) et L. AÏT HASSOU (2013).

4Les données pluviométriques et hydrologiques utilisées sont empruntées à la Direction des Ressources en Eau de Rabat (DRE  données récupérées en 1982) et à l'Agence des Bassins Hydrauliques Guir-Ziz-Rhéris d'Errachidia (ABHGZR  données récupérées en 2012 et 2013). Pour mener cette étude, nous avons eu accès à des jeux de données de la station hydrométrique de Tazouguert (pour l'essentiel par l'ABHGZR) et des postes climatologiques de Tazouguert (par l'ABHGZR), Kadoussa (par la DRE et l'ABHGZR) et Gourrama (par la DRE).

5Pour les pluies à Kadoussa, sur la période commune d'observation (1962-1981), certaines des valeurs obtenues auprès de la DRE diffèrent sensiblement de celles fournies par l'ABHGZR. En ce qui concerne les débits, seul un mois montre des différences en fonction de l'origine des données. À chaque fois que possible, nous avons retenu les valeurs fournies par l'ABHGZR, les plus récemment corrigées et validées. Il n'y a que pour Gourrama, que toutes les données utilisées proviennent de la DRE.

6La station hydrométrique de Tazouguert est située au niveau d'un défilé. Les mesures n'en sont pas moins affectées par une succession de phases de dépôts et d'affouillements. En fonction de ces évènements, la courbe de tarage est modifiée, mais seulement pour les bas débits.

7Nous n'avons pas disposé de toutes les données que nous aurions souhaitées, mais celles qui ont été fournies permettent de dégager un certain nombre d'enseignements.

II - L'oued Guir dans son bassin versant

8Le bassin du Guir occupe la partie est du Haut Atlas oriental. Celui-ci domine, au sud, le domaine des hamadas par le grand accident sud atlasique (sillon sud atlasique) et, au nord, la Moulouya et les hauts plateaux orientaux.

9L'oued Guir prend sa source dans le Haut Atlas de Gourrama (djebel Mesrouh, 2736 m) qui fait suite vers l'est à la crête du djebel Ayachi (3721 m) (Fig. 1 et 2). Il est considéré comme l'un des plus longs et des plus puissants oueds d'Afrique du Nord.

Figure 1 - Le bassin versant de l'oued Guir au Maroc.

Figure 1 - Le bassin versant de l'oued Guir au Maroc.

Coordonnées de Gourrama : 32° 20' 29" Nord, 4° 04' 28" Ouest.

Figure 2 - Géologie simplifiée de la partie supérieure du bassin versant de l'oued Guir (A. AÏT HSSAINE, 1983, modifiée).

Figure 2 - Géologie simplifiée de la partie supérieure du bassin versant de l'oued Guir (A. AÏT HSSAINE, 1983, modifiée).

10Au Maroc, ses principaux affluents sont les oueds Assefti, Aït Aïssa et Zelmou (Fig. 1). Plus en aval, après sa confluence avec l'oued Zousfana, en territoire algérien, l'oued Guir forme ce que l'on appelle la "Saoura", qui se perd dans le désert. À la station de Tazouguert (1029 m d'altitude), en amont de la confluence avec l'oued Aït Aïssa, le bassin versant a une superficie supérieure à 2300 km2 : 2392 km2 d'après l'Agence du Bassin Hydraulique du Guir-Ziz-Ghéris ; 2344 km2 selon S. RIAD (2003). Pour le bassin en amont de Tazouguert, S. RIAD indique une longueur du drain principal de 91,45 km, un indice de compacité de GRAVELIUS de 1,93 et une densité de drainage de 0,37 km/km2.

11Dans la zone axiale de la chaîne, la vallée est étroite. Creusée dans les calcaires et les marnes du Lias (Fig. 2), elle s'enfonce jusqu'aux basaltes du Trias, avec des versants d'un commandement de 400 à 600 m. À partir de Tiouzaguine, l'oued coule sur les schistes du Primaire et la vallée s'élargit progressivement. Au niveau de Mougueur, elle prend l'allure d'un bassin à fond plat. Dans tout ce secteur amont, seule la terrasse gharbienne est représentée.

12À la sortie de la zone axiale, l'oued est surimposé à l'isoclinal de Bouchabane - Assammeur n'oudadène, dans lequel il a taillé une cluse (Imi n'Takate). Il atteint ensuite la plaine de Gourrama, qui est dominée par des buttes isolées (gara), témoins d'un synclinal perché érodé. Dans cette partie du cours, est conservée une terrasse encroûtée du Quaternaire moyen (11 à 12 m au-dessus du thalweg), dans laquelle est emboîtée la terrasse gharbienne (6 à 8 m au-dessus du thalweg).

13Plus en aval, la terrasse du Quaternaire moyen disparaît, laissant la place à des glacis du même âge. Mais elle réapparaît dans le synclinal de Mellaha, sous la forme de lambeaux, tandis que le Quaternaire récent (Soltanien) est conservé, tantôt en buttes isolées, tantôt en éléments de terrasse ou de glacis continus.

14En aval de Tazouguert (zone subatlasique), la vallée prend la forme d'un canyon (les gorges du Guir) dont le fond est occupé par la terrasse gharbienne. À la sortie de la montagne, sur le piémont de Boudenib, l'oued Guir est dévié vers l'est par la hamada du Guir et traverse un système de glacis. Ici, le thalweg n'est dominé par la terrasse gharbienne que de 2 m environ.

15Les seules localités de quelque importance riveraines de l'oued Guir sont Gourrama et Boudenib, avec respectivement 3987 et 9867 habitants selon le recensement général de 2004. La vie économique tourne autour de l'agriculture irriguée, l'élevage, le nomadisme et quelques activités minières (SCET MAROC, 1974 ; MDCE, non daté).

16Selon la typologie établie en 2008 par la Direction de la Surveillance et de la Prévention des Risques, les crues du Guir, malgré l'étendue du basin versant, sont classées dans la catégorie des crues torrentielles des petits bassins de montagne. Ceux-ci sont caractérisés par des pentes fortes et par l'absence ou la rareté du couvert végétal. Leurs crues se caractérisent par des montées de crue rapides, des vitesses d'écoulement très élevées, un écoulement turbulent et des transports solides abondants.

III - Éléments sur le climat

17La localisation du bassin versant sur la retombée sud-est du Haut Atlas impose un climat sec, soumis aux influences sahariennes.

18À Kadoussa (1120 m d'altitude), la température moyenne sur la période 1962-1974 s'établit à 22,8 °C, avec des valeurs mensuelles allant de 35 °C, en juillet, à 11 °C, en décembre (SCET MAROC , 1974). Les températures augmentent avec la diminution de l'altitude et l'ouverture aux influences sahariennes. Ainsi, sur la même période, à Bouanane (850 m d'altitude), dans le bassin de l'oued Aït Aïssa, les températures moyennes s'élèvent à 40 °C en juillet et 14 °C en décembre (SCET MAROC , 1974).

19M. HILALI et al. (2010) indiquent que les pluies diminuent du nord au sud, les valeurs annuelles moyennes passant de 220 mm au nord de Tiouzaguine (zone axiale) à 120 mm à Tazouguert (zone sub-atlasique) sur une distance de 80 à 100 km. Les pluies abondantes d'automne et d'hiver sont liées aux flux du nord-ouest et surtout du sud-ouest. En revanche, les pluies d'été sont le fait d'orages locaux, agressifs pour les sols et dangereux pour les récoltes.

1 ) Les précipitations annuelles à Gourrama, Kadoussa et Tazouguert

20Sur 51 années climatiques, du 1er septembre 1962 au 31 août 2013 (Fig. 3), les précipitations annuelles moyennes à Kadoussa (1120 m d'altitude) s'établissent à 123,9 mm (écart-type : 68,9 mm). À Tazouguert (1052 m d'altitude), sur 42 années (de 1971-72 à 2012­13), elles sont de 114,6 mm (contre 119,0 mm à Kadoussa). Nous disposons en outre d'une brève série de données pour la station de Gourrama, située près du cœur du massif (1360 m d'altitude) ; sur 12 années climatiques complètes, de 1962-63 à 1974-75, les précipitations annuelles moyennes s'élèvent à 153,9 mm (contre 150,0 mm à Kadoussa).

Figure 3 - Précipitations annuelles (mm) aux stations de Gourrama, Kadoussa et Tazouguert.

Figure 3 - Précipitations annuelles (mm) aux stations de Gourrama, Kadoussa et Tazouguert.

21Les comparaisons esquissées ci-dessus entre les stations font apparaître une très légère diminution des précipitations de Gourrama vers l'aval du bassin versant.

22Pour les trois stations, les fluctuations interannuelles sont fortes (Fig. 3). D'une année sur l'autre, les courbes montrent des évolutions assez semblables pour les stations de Kadoussa et Tazouguert, qui sont relativement proches, alors que Gourrama se distingue parfois.

23À Gourrama, les précipitations annuelles maximales ont été enregistrées en 1967-68 : 278 mm (contre 230 mm à Kadoussa). À Kadoussa, l'année la plus humide a été observée en 2008-09 (311 mm, contre 238,5 mm à Tazouguert) et à Tazouguert en 1995-96 (254 mm, contre 271 mm à Kadoussa).

24À Kadoussa comme à Tazouguert, 74 % au moins des années d'observation ont reçu des précipitations inférieures à 150 mm, alors que les pluies les plus fortes, supérieures à 200 mm, représentent au plus 15,7 % des valeurs annuelles (Tab. III). Les données de la station de Gourrama ont moins de signification, en raison de la brièveté de la période de mesure.

Tableau II - Fréquence (en %) par classes des pluies annuelles aux stations de Gourrama, Kadoussa et Tazouguert.

Tableau II - Fréquence (en %) par classes des pluies annuelles aux stations de Gourrama, Kadoussa et Tazouguert.

25À Kadoussa, de 1962-63 à 2012-13, les précipitations annuelles ont dépassé huit fois 200 mm, dont deux fois seulement de 1968-69 à 2004-05. La valeur maximale a été enregistrée en 2008-09, avec 311 mm. Mais ce n'est pas le record pour la région. En effet, 338 mm ont été mesurés à Gourrama en 1948-49, dont 197 mm au printemps (données fournies par la DRE à Rabat en 1982).

2 ) Les précipitations mensuelles

26Les précipitations mensuelles moyennes mettent surtout en évidence la sécheresse très forte des mois de juin, juillet et août (Fig. 4). Tous les mois, sauf juillet et août, sont susceptibles de recevoir les précipitations maximales annuelles (Fig. 5), mais avec une fréquence très faible en juin et, à Tazouguert, en décembre et même en mars.

Figure 4 - Précipitations mensuelles moyennes aux stations de Kadoussa (1962-63 à 2012-13) et Tazouguert (1971-72 à 2012-13).

Figure 4 - Précipitations mensuelles moyennes aux stations de Kadoussa (1962-63 à 2012-13) et Tazouguert (1971-72 à 2012-13).

Figure 5 - Pourcentage des années d'observation où chaque mois a été le plus arrosé de l'année aux stations de Kadoussa et Tazouguert.

Figure 5 - Pourcentage des années d'observation où chaque mois a été le plus arrosé de l'année aux stations de Kadoussa et Tazouguert.

27Les précipitations mensuelles égales ou supérieures à 30 mm sont relativement rares : 59 cas à Kadoussa en 51 ans, 46 cas à Tazouguert en 42 ans (Fig. 6 et 7). À Kadoussa comme à Tazouguert, il n'a été relevé aucun cas en juillet et août, et qu'un seul en juin. Aux deux stations, de telles précipitations mensuelles sont relativement fréquentes en octobre et novembre, avec pour chacun d'eux 10 cas en 51 ans à Kadoussa (comme pour avril) et respectivement 7 et 9 cas en 42 ans à Tazouguert (7 également en février). En revanche, elles sont peu nombreuses en décembre (3 cas en 51 ans à Kadoussa et 1 seul cas en 42 ans à Tazouguert).

Figure 6 - Nombre de cas sur 51 années d'observation où les précipitations mensuelles ont été égales ou supérieures à 30, 60 et 90 mm à Kadoussa.

Figure 6 - Nombre de cas sur 51 années d'observation où les précipitations mensuelles ont été égales ou supérieures à 30, 60 et 90 mm à Kadoussa.

Figure 7 - Nombre de cas sur 42 années d'observation où les précipitations mensuelles ont été égales ou supérieures à 30, 60 et 90 mm à Tazouguert.

Figure 7 - Nombre de cas sur 42 années d'observation où les précipitations mensuelles ont été égales ou supérieures à 30, 60 et 90 mm à Tazouguert.

28Des précipitations mensuelles supérieures à 60 mm ont été observées à quinze reprises à Kadoussa (sur 51 ans) et à 12 reprises à Tazouguert (sur 42 ans). Aux deux sations, aucun cas n'a été relevé en décembre, juin et, bien sûr, juillet et août, mois auxquels s'ajoute février à Tazouguert.

29Enfin, des précipitations mensuelles supérieures à 90 mm se sont produites quatre fois à Kadoussa (maximum de 128 mm en octobre 2008) et trois fois à Tazouguert (maximum de 128 mm en avril 1975).

IV - Considérations générales sur l'hydrologie de l'oued Guir à Tazouguert

1 ) Les données annuelles et mensuelles

30En dépit de précipitations peu abondantes et d'une sécheresse estivale marquée, le Guir, dans sa partie amont, conserve généralement un écoulement en fin d'étiage estival et, de toute façon, un inféroflux. Il le doit aux nombreuses sources présentes dans son bassin versant, en lien avec une lithologie majoritairement calcaire, mais aussi à la fonte des neiges.

31La station de Tazouguert, équipée d'un limnigraphe, offre une série continue de données de 1961-62 à 2006-07. L'année 2007-08 est manquante et 2008-09 fragmentaire.

32En lien avec les précipitations, les écoulements de l'oued Guir à Tazouguert manifestent une forte irrégularité interannuelle (Fig. 8) et une grande variabilité au cours de l'année (Fig. 9).

Figure 8 - Valeurs annuelles des lames d'eau écoulées (L) à Tazouguert et des précipitations (P) à Kadoussa de 1961-62 à 2006-07.

Figure 8 - Valeurs annuelles des lames d'eau écoulées (L) à Tazouguert et des précipitations (P) à Kadoussa de 1961-62 à 2006-07.

En rouge : donnée considérée comme peu fiable.

Figure 9 - Valeurs mensuelles moyennes des précipitations (P) à Kadoussa et des lames d'eau écoulées (L) à Tazouguert de 1962-63 à 2006-07.

33Sur la période allant de 1962-63 à 2006-07, la lame d'eau annuelle moyenne écoulée par le Guir à Tazouguert est de 18,3 mm (écart-type : 18,2 mm ; module : 1,39 m3/s), pour des précipitations annuelles moyennes à Kadoussa de 121,0 mm (écart-type : 66,7 mm). Le coefficient d'écoulement s'établit à 15 %, en considérant les précipitations à Kadoussa.

34Les valeurs annuelles varient de 0,65 mm en 1983-84 (pour des précipitations à Kadoussa de 71,0 mm) à 82,7 mm en 1962-63 (précipitations à Kadoussa : 230 mm). Pour ces deux années, les modules sont respectivement de 0,05 et 6,3 m3/s.

35Les valeurs mensuelles moyennes suivent approximativement les précipitations (Fig. 9) : les lames d'eau écoulées maximales se placent en octobre (2,9 mm, pour des précipitations à Kadoussa de 18,0 mm) et novembre (3,7 mm  P : 19,0 mm) et les minimales en juillet (0,29 mm  P : 1,4 mm) et août (0,26 mm  P : 3,3 mm). En septembre (L : 2,2 mm  P : 9,0 mm), les écoulements bénéficient de l'intensité des pluies. À l'opposé, en janvier et février (pour chacun, L : 0,9 mm et P : 12,3 mm), les écoulements se révèlent relativement faibles, en raison des précipitations neigeuses. La fonte des neiges explique qu'avec des précipitations plus faibles (11,6 mm), mai présente une lame d'eau écoulée (2,7 mm) proche de celle d'octobre.

36De 1961 à 2007, sur 46 années d'observation, les débits moyens mensuels sont tombés en dessous de 10 l/s au cours de onze étiages (une valeur en juin, quatre valeurs en août, dix en juillet et trois en septembre). La valeur minimale est celle d'août 1985 (0,1 l/s) ; elle est suivie par celle d'août 1983 (1 l/s).

37À l'opposé, de septembre 1961 à août 2007, les débits moyens mensuels ont dépassé 10 m3/s au cours de douze mois répartis sur neuf années. Les valeurs les plus fortes, supérieures à 20 m3/s, ont été enregistrées en novembre 1993 (34,4 m3/s, soit une lame d'eau écoulée de 37,2 mm, pour des précipitations à Kadoussa de 122 mm), novembre 1966 (28,3 m3/s  P : 53 mm), septembre 1962 (27,1 m3/s  P : 64 mm), mai 1963 (26,9 m3/s  P : 79 mm), novembre 1967 (24,7 m3/s  P : 105 mm) et avril 1974 (23,7 m3/s  P : 44 mm).

2 ) Les débits moyens journaliers de crue

38Sur la période allant de 1961-62 à 2006-07, les débits moyens journaliers sont restés inférieurs à 20 m3/s au cours de sept années, avec une valeur minimale de 3,15 m3/s en 1980­81.

39Mais ils ont dépassé 200 m3/s au cours de neuf de ces 46 années (Fig. 10), la valeur maximale atteignant 652 m3/s le 15 novembre 1993.

Figure 10 - Valeurs maximales annuelles des débits moyens journaliers du Guir à Tazouguert de 1961-62 à 2006-07.

Figure 10 - Valeurs maximales annuelles des débits moyens journaliers du Guir à Tazouguert de 1961-62 à 2006-07.

En bleu franc : valeurs supérieures à 200 m3/s. En rouge : valeurs inférieures à 20 m3/s.

40Sur deux jours consécutifs, les débits moyens ont dépassé 150 m3/s au cours de huit années (les mêmes que pour les débits moyens journaliers, moins 1964-65). La valeur maximale atteint 405 m3/s, en septembre 1962.

41Pour les débits moyens journaliers, comme pour les débits moyens sur deux jours, les valeurs maximales annuelles s'ajustent selon une régression log-normale (Fig. 11). Les valeurs cinquantennales seraient ainsi de 740 m3/s pour le débit moyen journalier et de 443 m3/s pour le débit moyen sur deux jours.

Figure 11 - Régression log-normale entre les rangs et les valeurs annuelles maximales des débits moyens journaliers du Guir à Tazouguert.

Figure 11 - Régression log-normale entre les rangs et les valeurs annuelles maximales des débits moyens journaliers du Guir à Tazouguert.

ln : logarithme népérien.

3 ) Les débits de pointe de crue, la crue des 25 et 26 septembre 1962

42Sur 46 années d'observation, le débit instantané maximal annuel a dépassé 1000 m3/s à huit reprises (Fig. 12). La valeur la plus forte a été enregistrée le 25 septembre 1962 : 3300 m3/s. Ainsi la crue des 25 et 26 septembre 1962 apparaît-elle bien, par le débit de pointe de crue, comme par le débit moyen sur deux jours, comme la plus violente observée de septembre 1961 à août 2007.

Figure 12 - Valeurs annuelles maximales des débits de pointe de crue du Guir à Tazouguert de 1961-62 à 2006-07.

Figure 12 - Valeurs annuelles maximales des débits de pointe de crue du Guir à Tazouguert de 1961-62 à 2006-07.

En bleu franc : valeurs supérieures à 1000 m3/s. En rouge : valeurs inférieures à 100 m3/s.

43En septembre 1962, d'après les données dont nous disposons, la station de Kadoussa aurait enregistré 24,4 mm de précipitations seulement, 20 mm le 24 et 4,4 mm le 25. De toute évidence, la crue a été générée par des pluies tombées sur la partie amont du bassin versant. Les débits moyens journaliers sont passés de 0 le 12 septembre à 0,013 m3/s le 23, avant de monter à 25,2 m3/s le 24, puis 517 m3/s le 25. Les valeurs ont ensuite décru : 293 m3/s le 26, 1,8 m3/s le 27 et sont retombées à 0 le 31.

44Selon la régression log-normale liant le rang et la valeur annuelle maximale du débit (Fig. 13), le débit cinquantennal s'établirait à 2530 m3/s et la période de retour des 3300 m3/s de la pointe de crue du 25 septembre 1962 serait de 54 ans.

Figure 13 - Régression log-normale entre les rangs et les valeurs annuelles maximales

45des débits de pointe de crue du Guir à Tazouguert.

ln : logarithme népérien.

V - L'épisode du 10 octobre 2008

46Comme celle de septembre 1962, cette crue répond à des pluies sur le haut bassin versant. En effet, d'après les données qui nous ont été communiquées, il est tombé à Kadoussa : 1,3 mm le 8 octobre 2008, 15,5 mm le 9 et 0,0 mm le 10 (du 1er septembre au 8 octobre, la station avait reçu 41,6 mm). En revanche, 104 mm ont été enregistrés à Gourrama le 10 octobre (valeur indiquée lors d'une réunion d'information qui s'est tenue à Errachidia le 13 octobre 2008 sous la présidence du wali de la région de Meknès-Tafilalet, sans précision du service assurant la gestion du pluviomètre  document trouvé sur le site internet "ZizValley").

47L'analyse des conditions climato-météorologiques des 9 et 10 octobre 2008 s'appuie sur les cartes synoptiques et une photo satellite trouvées sur le site www.wetter3.de.

48La progression d'un vaste talweg vers l'ouest s'est accompagnée de l'installation d'une goutte froide sur le Maroc, qui va stationner les 9 et 10 octobre. Les conséquences seront des chutes de grêle localisées le 9, et de fortes précipitations orageuses le 10. Le 10 octobre, vers 16h20, Errachidia a été touchée par une tornade, qui a provoqué des chablis. Le Haut Atlas a reçu de fortes pluies, comme l'attestent les relevés effectués à Gourrama, mais aussi dans d'autres bassins, à Zaouit Sidi Hamza (82 mm) et à Tilicht (41 mm), même si la zone axiale a certainement été encore plus arrosée.

49Les pluies abondantes tombées sur le haut Guir ont généré une crue violente et des inondations.

1 ) La crue du 10 octobre 2008

50À Tazouguert, le pic de crue s'est produit vers 14h00 (Fig. 14), avec une hauteur d'eau à l'échelle de 776 cm (le 0 hydrologique se trouvant à ­80 cm, depuis 2003). L'application de la courbe de tarage indique un débit de pointe de 3000 m3/s (soit 1,25 m3/s/km2, autrement dit, exprimé en lame d'eau, 4,5 mm/h). Selon la régression de la figure 13, la période de retour serait de 52 ans.

Figure 14 - Hydrogramme de la crue du 10 octobre 2008 à Tazouguert.

Figure 14 - Hydrogramme de la crue du 10 octobre 2008 à Tazouguert.

Source : Agence des Bassins Hydrauliques Guir-Ziz-Rhéris d'Errachidia (ABHGZR). Par rapport à la figure d'origine, les temps ont été décalés pour correspondre aux enregistrements et aux observations de terrain.

51La montée de crue a duré 11 heures environ. Elle a d'abord été irrégulière, puis s'est accentuée vers 9h00, avant de devenir brutale aux alentours de 10h00. La décrue, beaucoup plus régulière, a duré une dizaine d'heures. Au total, la crue a écoulé 108 Mm3 d'eau, ce qui correspond à une lame d'eau de 45 mm environ. Le coefficient d'écoulement est donc très élevé (supérieur à 40 % avec les précipitations à Gourrama), ce qui laisse supposer des ruissellements généralisés sur les versants.

52Le 10 octobre, le débit moyen journalier s'est élevé à 1397 m3/s, soit la plus forte valeur jamais enregistrée (période de retour de 57 ans selon la régression de la figure 11).

53Selon une estimation de l'ABHGZR (communication personnelle), le 10 octobre 2008, le débit de pointe de crue aurait atteint 2260 m3/s en amont de Gourrama (pour un bassin de 286 km2). Ici le débit spécifique se serait donc élevé à 7,9 m3/s/km2 (ce qui, exprimé en lame d'eau, représente un écoulement de 28,4 mm/h).

54La différence est relativement faible entre les débits de pointe à Gourrama et Tazouguert, si l'on tient compte qu'entre ces deux localités le Guir reçoit deux affluents importants, en rive droite, l'oued El Feija (bassin de 206 km2) et surtout, en rive gauche, l'oued Assefti (bassin de 364 km2), dont le bassin remonte jusqu'au cœur du Haut Atlas (voir Fig. 1).

55L'épisode pluviométrique du 10 octobre 2008 s'est également fait sentir plus à l'ouest, dans le bassin du Ziz : débit de pointe de crue de 0,654 m3/s/km2 à Zaabel (bassin de 3974 km2).

2 ) L'inondation

56La montée des eaux s'est traduite par une submersion de la terrasse gharbienne, dont la surface domine généralement le thalweg de près de 8 m.

57La crue a eu des effets catastrophiques jusque loin en aval de Tazouguert. Quatre morts ont malheureusement été à déplorer, dont trois à Boudenib (en aval de Tazouguert), mais ce chiffre reste faible eu égard à la violence des flots qui ont détruit de nombreuses habitations (au moins 73, chiffre donné par Maroc Agence Presse), essentiellement en pisé, en particulier à Al Gorane (12 km en amont de Tazouguert) et à Boudenib. Les infrastructures ont subi de gros dégâts et les activités agricoles ont été durement touchées : terrains dévastés, arbres arrachés (oliviers, palmiers-dattiers, pommiers), cheptel emporté.

58Tout au long de la vallée, les eaux ont recouvert les plaines alluviales, parfois sur une largeur de plusieurs kilomètres (Photo 1).

Photo 1 - Inondation à Mellaha le 10 octobre 2008. [cliché : Ali AÏT HSSAINE]

Photo 1 - Inondation à Mellaha le 10 octobre 2008. [cliché : Ali AÏT HSSAINE]

59Les dépôts laissés par la crue en bordure des plaines alluviales attestent de l'ampleur de l'inondation (Photo 2). Par rapport au thalweg, la hauteur d'eau a partout atteint ou dépassé huit mètres.

Photo 2 - Limite de la crue et dépôt de sable du 10 octobre 2008 à Barraka, à 14 km en aval de Gourrama. [cliché : Ali AÏT HSSAINE]

Photo 2 - Limite de la crue et dépôt de sable du 10 octobre 2008 à Barraka, à 14 km en aval de Gourrama. [cliché : Ali AÏT HSSAINE]

3 ) Comparaison avec l'épisode du 25 septembre 1962

60Quarante six ans séparent les épisodes de septembre 1962 et d'octobre 2008. D'après les débits de pointe de crue à Tazouguert (3300 et 3000 m3/s, respectivement), ces deux épisodes sont d'ordre cinquantennal.

61Les personnes qui ont vécu les deux épisodes dans le secteur de Gourrama attestent que l'épisode de 2008 a dépassé en violence celui de 1962. On peut du reste tenir pour probable que la crue de 2008 a été plus sévère que celle de 1962 sur le haut Guir, en amont de la confluence avec l'oued Assefti. D'une part, le débit estimé par l'ABHGZR en amont de Gourrama en octobre 2008 plaide dans ce sens. D'autre part, en septembre 1962 à Mellaha, nous avons nous-même observé que le Guir a rempli son lit majeur à ras-bord, mais sans déborder sur la terrasse gharbienne comme il l'a fait en octobre 2008.

62En aval de la confluence avec l'oued Assefti, la crue de septembre 1962 a également provoqué des victimes, ainsi que des dégâts importants, mais les archives sont malheureusement peu accessibles. Nous retiendrons que le village de Boudenib a été frappé, mais moins durement qu'en octobre 2008, qui a vu la destruction d'une grande partie des ksour.

VI - Conclusion

63Les crues majeures du Guir se forment sur les reliefs du Haut Atlas, générateurs de pluies, où les pentes fortes et la rareté du couvert végétal favorisent le ruissellement.

64D'après les données de la station hydrométrique de Tazouguert, les crues du 25 septembre 1962 et du 10 octobre 2008 font figure d'épisodes rares, de récurrence cinquantennale. Les destructions occasionnées à Boudenib montrent qu'en dépit d'une valeur de débit plus élevée en 1962, l'épisode de 2008 a certainement été le plus violent.

65En relation avec une répartition spatiale hétérogène des pluies, l'épisode de 2008 a présenté un caractère exceptionnel sur le Guir en amont de la confluence avec l'oued Assefti. De mémoire d'homme, un épisode d'une telle violence ne s'était jamais produit à Gourrama.

66Pour la maîtrise des écoulements d'étiage, le bassin du Guir ne dispose actuellement que d'ouvrages de très petite taille, destinés à une irrigation locale. Mais des barrages importants sont projetés, afin de régulariser les débits de crue et de promouvoir l'irrigation. Deux retenues sont prévues sur le Guir en amont de Tazouguert, l'une près de Tiouzaguine (volume de 12 Mm3  travaux non programmés à ce jour) et l'autre en amont de Kadoussa (volume de 70 Mm3  travaux programmés) (MDCE, non daté). Mais le barrage de Tiouzaguine, même s'il est un jour construit, n'aura guère d'effet sur les écoulements de crue, si bien que toute la partie amont du Guir, jusqu'à Kadoussa, restera soumise aux inondations.

Remerciements : L'auteur remercie les responsables et les personnels de la DRE à Rabat et de l'ABHGZR à Errachidia pour les données et les renseignements communiqués. Il est reconnaissant à Sylvain CHAVE pour ses remarques constructives. Enfin, il exprime sa profonde gratitude envers Claude MARTIN, qui l'a soutenu et a largement contribué à la version définitive de l'article.

Haut de page

Bibliographie

AÏT HASSOU L. (2013) - Régionalisation des paramètres statistiques appliquée aux données hydrologiques de la région des bassins hydrauliques de la haute Moulouya, Ziz, Rhessis et Guir. Mémoire de Master, Université Mohamed V Agdal, Rabat, 118 p.

AÏT HSSAINE A (1983) - La dépression de Gourrama et ses bordures (Haut Atlas oriental, Maroc). Étude géomorphologique. Thèse de 3ème cycle, Université de Toulouse le Mirail, 300 p.

AMRAOUI L., ADAMA SARR M. et SOTO D. (2011) - Analyse rétrospective de l'évolution climatique récente en Afrique du Nord-Ouest. Physio-Géo, vol. V, p. 125-142.

ARESMOUK M. (2005) - Gestion des risques liés aux inondations. Système de prévision et d'alerte aux crues du bassin de l'Ourika  Marrakech. Communication au séminaire technique international: La gestion intégrée des ressources en eau dans les régions méditerranéennes et en Afrique du Nord (Marrakech, Maroc), 40 p., en ligne : http://www.inbo-news.org/IMG/pdf/ARESMOUK_RIOB.pdf.

BAIDDAH A., SAÏDI M., DAOUDI L., EL MIMOUNI A. et SMAIJ Z. (2012) - Typologie des crues en zone montagneuse océanique et semi-aride. Le cas du bassin versant du Ksob (Haut Atlas occidental, Maroc). Larhyss Journal, n° 11, p. 79-96.

COMBE M. (1977) - Haut-Atlas calcaire. In : Ressources en eau du Maroc. Tome 3 : Domaines atlasique et sud atlasique, Notes et Mémoires du Service Géologique du Maroc, Rabat, n° 231, p. 116-139.

DSPR (2008) - Étude pour la réalisation d'une cartographie et d'un système d'information géographique sur les risques majeurs au Maroc. Mission 1 : Identification des risques : le risque d'inondation. Rapport de la Direction de la Surveillance et de la Prévention des Risques (Maroc), 56 p.

HILALI M., BOUALOUL M. et BAHAJ T. (2010) - État des connaissances des réservoirs aquifères dans la région de Gourrama (Haut Guir, Sud du Maroc). Actes du colloque "Integrated water ressources management and challenges of the sustainable development" (Agadir, Maroc), Édit. UNESCO, IHP-VII Series on Groundwater n°4, Paris, p. 134-142

MCDE (non daté) - Le bassin hydraulique de Guir-Bouânane. In : Les bassins hydrauliques du Maroc, Ministère Délégué Chargé de l'Eau, Maroc, p. 302-309.

MEDDI M., TALIA A. et MARTIN C. (2009) - Évolution récente des conditions climatiques et des écoulements sur le bassin versant de la Macta (Nord-Ouest de l'Algérie). Physio Géo, vol. III, p. 61-84.

NOUACEUR Z., LAIGNEL B. et TURKI I. (2013) - Changements climatiques au Maghreb : vers des conditions plus humides et plus chaudes sur le littoral algérien. Physio Géo, vol. VII, p. 307-323.

RIAD S. (2003) - Typologie et analyse hydrologique des eaux superficielles à partir de quelques bassins versants représentatifs du Maroc. Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences, Université Ibn Zohr (Agadir, Maroc), 154 p.

SAÏDI M.E. (1994) - Genèse et propagation des crues en milieu sub-aride : exemple de l'oued Souss (Maroc). Bulletin de l'Association de Géographes Français, n° 1, p. 94-111.

SAÏDI M.E., DAOUDI L., ARESNOUK M.E., FNIGUIR F. et BOUKRIM S. (2010) - Les crues de l'oued Ourika (Haut Atlas, Maroc) : événements extrêmes en contexte montagnard semi-aride. Comunicações Geológicas, vol. 97, p. 113-128.

SAÏDI M.E., BOULOUMOU Y., ED-DAOUDI S. et ARESNOUK M.E.(2013) - Les crues de l'oued Issil en amont de Marrakech (Maroc), un risque naturel récurrent. European Scientific Journal, vol. 9, n° 23, p. 189-207

SCET MAROC (1974) -Aménagement hydro-agricole du bassin du Guir. Rapport de mission I, 2ème synthèse, Maroc, n° 23/74.

SEBBAR A., BADRI W., FOUGRACH H., HSAIN M. et SALOUI A. (2011) - Étude de la variabilité du régime pluviométrique au Maroc septentrional (1935-2004). Sécheresse, vol. 22, nº 3, p. 139-148.

SEBBAR A., HSAIN M., FOUGRACH H. et BADRI W. (2012) - Étude des variations climatiques de la région centre du Maroc. In : Les climats régionaux : observation et modélisation, Actes du XXVème Colloque de l'Association Internationale de Climatologie (Grenoble), S. BIGOT et S. ROME édit., p. 709-714.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau I - Crues catastrophiques récentes au Maroc (DSPR, 2008).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 1 - Le bassin versant de l'oued Guir au Maroc.
Légende Coordonnées de Gourrama : 32° 20' 29" Nord, 4° 04' 28" Ouest.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 2 - Géologie simplifiée de la partie supérieure du bassin versant de l'oued Guir (A. AÏT HSSAINE, 1983, modifiée).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3 - Précipitations annuelles (mm) aux stations de Gourrama, Kadoussa et Tazouguert.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Tableau II - Fréquence (en %) par classes des pluies annuelles aux stations de Gourrama, Kadoussa et Tazouguert.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 4 - Précipitations mensuelles moyennes aux stations de Kadoussa (1962-63 à 2012-13) et Tazouguert (1971-72 à 2012-13).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 5 - Pourcentage des années d'observation où chaque mois a été le plus arrosé de l'année aux stations de Kadoussa et Tazouguert.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 6 - Nombre de cas sur 51 années d'observation où les précipitations mensuelles ont été égales ou supérieures à 30, 60 et 90 mm à Kadoussa.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 7 - Nombre de cas sur 42 années d'observation où les précipitations mensuelles ont été égales ou supérieures à 30, 60 et 90 mm à Tazouguert.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 8 - Valeurs annuelles des lames d'eau écoulées (L) à Tazouguert et des précipitations (P) à Kadoussa de 1961-62 à 2006-07.
Légende En rouge : donnée considérée comme peu fiable.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 10 - Valeurs maximales annuelles des débits moyens journaliers du Guir à Tazouguert de 1961-62 à 2006-07.
Légende En bleu franc : valeurs supérieures à 200 m3/s. En rouge : valeurs inférieures à 20 m3/s.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 11 - Régression log-normale entre les rangs et les valeurs annuelles maximales des débits moyens journaliers du Guir à Tazouguert.
Légende ln : logarithme népérien.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 12 - Valeurs annuelles maximales des débits de pointe de crue du Guir à Tazouguert de 1961-62 à 2006-07.
Légende En bleu franc : valeurs supérieures à 1000 m3/s. En rouge : valeurs inférieures à 100 m3/s.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende ln : logarithme népérien.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 14 - Hydrogramme de la crue du 10 octobre 2008 à Tazouguert.
Légende Source : Agence des Bassins Hydrauliques Guir-Ziz-Rhéris d'Errachidia (ABHGZR). Par rapport à la figure d'origine, les temps ont été décalés pour correspondre aux enregistrements et aux observations de terrain.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 1 - Inondation à Mellaha le 10 octobre 2008. [cliché : Ali AÏT HSSAINE]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 2 - Limite de la crue et dépôt de sable du 10 octobre 2008 à Barraka, à 14 km en aval de Gourrama. [cliché : Ali AÏT HSSAINE]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4292/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Aït Hssaine, « Éléments sur l'hydrologie de la partie atlasique de l'oued Guir (Maroc sud-oriental) et sur l'inondation catastrophique du 10 octobre 2008 », Physio-Géo, Volume 8 | -1, 337-354.

Référence électronique

Ali Aït Hssaine, « Éléments sur l'hydrologie de la partie atlasique de l'oued Guir (Maroc sud-oriental) et sur l'inondation catastrophique du 10 octobre 2008 », Physio-Géo [En ligne], Volume 8 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4292 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4292

Haut de page

Auteur

Ali Aït Hssaine

Laboratoire "Géoenvironnement et développement des zones arides et semi-arides" (GEDEZA), Département de géographie, Université Ibn Zohr, BP 29/S, AGADIR, MAROC.
Courriel : Aithssaine55@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org