Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Il Vesuvio di Marciano di LEO e l'eruzione del 1779. Saperi, inconemi, scritture geopoetiche, Michele Sisto, 2013

Terebinto edizioni, Avellino, 159 p.
Alain Marre
p. 9-11
Référence(s) :

Il Vesuvio di Marciano di LEO e l'eruzione del 1779. Saperi, inconemi, scritture geopoetiche, 2013, Terebinto edizioni, Avellino, 159 p.

Texte intégral

1Pour comprendre les risques naturels et leurs possibilités de retour, autant dans leur fréquence temporelle que dans leur amplitude, notamment spatiale, il est indispensable de se tourner vers l'histoire de notre planète. On constate alors que, souvent, le processus actuel a déjà existé dans un passé, plus ou moins proche, avec une amplitude égale, voire même supérieure. Mais la mémoire locale n'ayant pas retenu l'ampleur de ces événements, il est nécessaire de faire des recherches historiques à partir de sources de types très variés : cartes anciennes, actes notariés, chroniques de presse et œuvres littéraires. Ici, Michele SISTO exploite une œuvre littéraire, poétique et en vers, celle de Marciano di LEO. Dans une démarche scientifique, il croise ce texte avec d'autres afin de donner une description fine et précise de l'éruption du Vésuve du 8 août 1779.

2Comme tous les témoignages, ce texte ne peut être compris et exploité pleinement que s'il est replacé dans le contexte scientifique et culturel de son époque. C'est pourquoi le livre de Michelle SISTO présente successivement le personnage de Marciano di LEO, le contexte scientifique du XVIIIème siècle et enfin l'éruption de 1779.

3Marciano di LEO est né le 31 décembre 1751 à Frigento, près d'Avellino, dans la région de Naples. Après avoir fait ses études au séminaire d'Avellino et après avoir assuré diverses charges, il devient chanoine de la cathédrale de sa ville natale. Orateur réputé, il a aussi écrit de nombreuses œuvres réunissant des connaissances sur la géologie, la géographie, l'histoire et l'économie sociale dans la perspective d'une amélioration de l'action politique. Il meurt le 10 Janvier 1810. Parmi ses œuvres, celle écrite en vers "Le Vésuve lors de l'ultime éruption du 8 août 1779. Chant de Dom Marciano di LEO" a retenu l'attention de Michele SISTO qui, nous offre un ouvrage divisé en deux parties : la première est focalisée sur les principales thématiques d'études dans les sciences naturelles à l'époque du siècle des lumières ; la seconde est consacrée au l'éruption du Vésuve et du 8 août 1779 à travers l'œuvre poétique de Marciano di LEO.

I - Les progrès des sciences naturelles pendant le siècle des lumières (p. 17-68)

4Dans cette première partie l'auteur présente les grandes idées du XVIIIème siècle sur le fonctionnement de la Terre. Trois hypothèses existaient : le feu souterrain, le phlogistique et l'électricisme.

5Le phlogistique est un fluide imaginé par les chimistes pour expliquer la combustion et la création des éléments. Mais Antoine de LAVOISIER (1743-1794), grâce à l'utilisation systématique de la balance, établit le principe de la conservation de la masse et des éléments. Il démontre, d'une part, le principe que "Rien ne se crée, rien ne disparaît, tout se transforme" et, d'autre part, le rôle de l'oxygène dans la combustion et dans l'oxydation des métaux. Ainsi, il réfute définitivement la doctrine du phlogistique.

6L'électricisme est avancé en application des observations de Benjamin FRANKLIN (1706-1790) sur la foudre qu'il présente dans ses "Écrits sur l'électricité et la météorologie" en 1752. C'est par le canal des loges maçonniques que ces travaux sont connus en Italie et développés, notamment par le piémontais Giovanbattista BECARIA (1716-1781). Giovanni VIVENZIO (174?-1819) donne un rôle important à l'électricité dans le déclenchement des séismes et du volcanisme. Il s'oppose ainsi à Déodat de GRATET de DOLOMIEU (1750-1801) qui en étudiant le catastrophique séisme calabrais de 1784, ne voit pas de liaisons avec des phénomènes électriques.

7Par ailleurs, l'explication de l'évolution de notre planète oppose les tenants du plutonisme aux tenants du neptunisme.

8Le plutonisme est développé à partir des idées de l'écossais James HUTTON (1726-1799) qui prône l'influence déterminante des processus magmatiques dans la formation des roches : c'est la chaleur interne de la Terre qui crée les reliefs. En même temps, HUTTON développe aussi l'idée moderne de l'érosion qui détruit les reliefs et transporte les sédiments vers les bassins océaniques. La création des volumes montagneux demande un temps long, plus long que celui indiqué par l'histoire humaine et les religions.

9Le neptunisme est développé par Abraham Gottlob WERNER (1750-1817). Il est soutenu par des esprits comme Johan Wolfgang von GOETHE (1749-1822) et Alexander von HUMBOLDT (1769-1859) qui pensent que les roches et les montagnes sont dues quasiment exclusivement à la sédimentation marine par voie chimique ou mécanique. Le volcanisme n'est qu'un épiphénomène de combustion superficielle en liaison avec l'électricité. Cette théorie créationniste est "évidente" puisqu'elle permet d'attribuer à la Terre un âge plus modeste en conformité avec la chronologie biblique qui se limite à quelques milliers d'années et non pas à quelques millions d'années comme l'affirment les plutonistes.

10Christian Léopold von BUCH (1774-1853) effectue l'ascension du Vésuve en 1789 et en 1805. Il arrive à la conclusion que ce relief est le résultat de la mise en place d'une extrusion solide déjà consolidée à l'intérieur de la Terre. Cette hypothèse est suivie par plusieurs scientifiques dont Joseph Louis GAY-LUSSAC (1778-1850), permettant ainsi le développement de l'idée que le basalte et le granite sont des roches résultant du refroidissement du magma comme l'avait déjà proposé Nicolas DESMARET (1725-1815). Idée qui a convaincu DOLOMIEU.

11On peut aussi citer en plus de DOLOMIEU, le chimiste suédois Jöns Jacob BERZELIUS (1779-1848), le naturaliste hongrois Ehrenreich von FICHTEL (1732-1795) et le géologue écossais Charles LYELL (1797-1875) qui furent contraints de passer des positions neptunistes aux avis plutonistes.

12Ainsi la volcanologie s'affirme à l'intérieur des sciences géologiques.

II - Le Vésuve et son ultime éruption du 8 août 1779 (p. 69-143).

13Grâce à de nombreux travaux, il apparaît que le Vésuve est le volcan "le plus étudié et le mieux connu au Monde" et correspond à un édifice ancien et actif depuis 400000 ans. Mais les premiers témoignages de volcanisme dans la région Somma-Vésuve datent d'un million d'années. Entre 39000 et 19000 ans, des éruptions de type effusif et de basse énergie ont construit le Mont Somma dont il ne reste plus que le flanc septentrional. Un changement de style éruptif se fait vers 19000 ans, passant à une activité plus dangereuse avec des éruptions de types plinien et strombolien, responsables de l'écroulement du Mont Somma et de l'apparition d'une grande caldera dans laquelle s'est construit le Vésuve proprement dit. Après une longue période de repos, survient l'éruption de 79 après J.C. À l'époque de STRABON (58 avant J.C. - 24 après. J.C.), le mont était couvert d'une belle campagne cultivée et le Mont Somma existait encore comme le montrent les peintures de Pompéi. En 472 une désastreuse éruption est à noter.

14À partir de 1631, les éruptions deviennent quasiment continues. L'éruption du 16 décembre 1631 fait 4000 victimes. Elle dure jusqu'en janvier 1632, provoque de nombreux dégâts dans toute la région et a des conséquences économiques importantes jusque dans des régions lointaines (Toscane, Calabre, etc.). Avant 1631, on avait observé 18 cycles éruptifs séparés par des pauses supérieures à sept années et se terminant par une éruption de violence réduite. Le dernier grand cycle séculaire a commencé en 1631 pour se terminer en 1944, date de la dernière éruption qui a créé la morphologie actuelle du Vésuve.

15Tout au long du XVIIIème siècle, le Vésuve fut continuellement en activité avec des éruptions effusives réputées "tranquilles". À partir de 1779 et en 1794, elles deviennent plus dangereuses. L'éruption d'août 1779 a suscité un fort intérêt scientifique et Marciano di LEO publie alors un Chant poétique en vers dont il faut noter toute la qualité littéraire. En 1776, Johan Jacob FERBER, minéralogiste suédois, avait publié en français et à Strasbourg, une étude dans laquelle il montrait l'emboitement du Vésuve dans l'édifice du Mont Somma.

16L'éruption de 1779 a été précédée de signes prémonitoires. À la fin du mois de juillet, on signale des "flammes", des laves et des fumées au sommet du cône. Dans les jours suivants, des ouvertures de fissures et des bruits se manifestent. Le 6 août au soir, l'éruption devient plus active. Elle explose vraiment le 8 août, devient catastrophique à partir du 9, provoquant des mouvements de panique et de peur. Le 11 août, il y a de nouvelles explosions, des séismes et des émissions de laves. Ce n'est que dix jours plus tard que les gens peuvent retourner dans leurs maisons. Mais le 1er novembre, un nouvel effroi est dû à de fortes émissions de fumées. Cette éruption est aussi caractérisée par le rôle des vents qui poussent les débris pyroclastiques, favorisant ainsi leur épandage sur le flanc nord-est du volcan où des pluies provoquent des ruissellements qui déclenchent des lahars responsables de gros dégâts.

17Tous ces événements montrent la dangerosité de ce volcan qui a donné lieu à de nombreuses peintures dans les années qui ont suivi. Michelle SISTO en présente plusieurs : Alessandro d'ANNA, Pietro FABRIS, Joseph William TURNER en 1817, etc.

18C'est donc à partir de textes littéraires et d'œuvres d'art que Michele SISTO montre combien le Vésuve a été menaçant pour les populations environnantes lors de ces éruptions. En transposant ces récits à la situation actuelle qui est marquée par une forte augmentation de la population, on ne peut que s'interroger sur la dangerosité de ce volcan et sur les risques qui existent dans cette région italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Il Vesuvio di Marciano di LEO e l'eruzione del 1779. Saperi, inconemi, scritture geopoetiche, Michele Sisto, 2013 », Physio-Géo, Volume 9 | -1, 9-11.

Référence électronique

Alain Marre, « Il Vesuvio di Marciano di LEO e l'eruzione del 1779. Saperi, inconemi, scritture geopoetiche, Michele Sisto, 2013 », Physio-Géo [En ligne], Volume 9 | 2015, mis en ligne le 07 février 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4369

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org