Navigation – Plan du site
Articles

Quel est le volume d'eau contenu dans les étangs limousins et français ?

Laurent Touchart et Pascal Bartout
p. 111-123

Résumés

L'estimation du volume d'eau des étangs à l'échelle régionale et nationale autoriserait une meilleure gestion des vidanges et une lutte plus efficace contre l'eutrophisation. Neuf cartes bathymétriques d'étang ont été levées en Limousin, permettant de construire une régression mathématique entre superficie et volume. Appliquée à une base de données inédite recensant tous les étangs limousins, elle estime le volume d'eau régional des étangs à environ 100 millions de mètres cubes. Extrapolé aux étangs artificiels français, le volume d'eau national serait de 1,6 milliard de mètres cubes. Par la mesure des postes du bilan d'eau sur trois étangs et leur extrapolation, la moyenne des temps de renouvellement moyens des eaux des étangs limousins est évaluée à une trentaine d'heures.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1En France, seuls les lacs de barrage les plus profonds (de plus de 15 m selon la Commission internationale des grands barrages) sont précisément cubés ; même pour les "petits barrages" (entre 5 et 25 m selon G. DEGOUTTE, 2002), les chiffres sont plus difficiles à obtenir et parfois lacunaires. Mais il n'existe absolument aucune estimation du volume d'eau des étangs français, ni à l'échelle nationale ni même à celle d'une région. Les ouvrages ou les rapports de référence à ce sujet, s'ils abordent parfois la question de la superficie totale, n'avancent jamais une estimation du volume (G. LE QUÉRÉ et J. MARCEL, 1999 ; O. SCHLUMBERGER, 2002 ; P. TRINTIGNAC et V. KERLEO, 2004 ; D. BANAS, 2011 ; B. BACHASSON, 2012).

2Il est vrai que la définition même de ces petits plans d'eau reste souvent ambiguë. B. DUSSART (1966, p. 2) avait noté qu'en toponymie, le terme "s'applique aussi bien aux lagunes méditerranéennes (étang de Thau) qu'aux lacs de montagne (étang des Bouillouses, Pyrénées-Orientales), aux grands lacs de plaine (étang d'Hourtin) qu'aux réservoirs à usage piscicole". De nombreux auteurs insistent sur le caractère artificiel et vidangeable de l'étang (R. POURRIOT et M. MEYBECK, 1995). D'autres encore placent le critère de la vocation et de l'activité au premier plan. Ainsi, pour R. ABAD (2006), un étang est obligatoirement destiné à la pisciculture. Bien entendu, les géographes sont attachés aux définitions qui tiennent compte des dimensions, l'étang étant moins grand et profond que le lac, plus grand et profond que la mare et le marais (R. LAMBERT, 2000).

3Dans cet article, nous utilisons une définition de l'étang à deux niveaux. En premier lieu, nous entendons par étangs les petites retenues artificielles comprises entre 0,1 et 100 ha. En effet, cette recherche étant fondée sur des extractions à partir de bases de données, les seuils chiffrés sont obligatoires. Or les profondeurs ne sont pas renseignées par celles-ci. Concernant les superficies, nous avons utilisé les deux bornes préconisées par M. BROCHU et J.P. MICHEL (1994). À l'intérieur de cette fourchette de 0,1 à 100 ha, nous parlerons de grands étangs au delà de 10 ha, adaptant aux seuls étangs le seuil de G.P. TAMRAZYAN (1974) et la réflexion, moins précise, de J. TROTIGNON (2000) sur le passage de l'étang au lac.

4En second lieu, nous utilisons quand même le critère définitoire de la profondeur, mais à un niveau hiérarchique inférieur. Une fois que les étangs ont été sélectionnés dans les bases de données par leur superficie comprise entre 0,1 et 100 ha, nous opérons des distinctions. Ainsi, dans la suite du texte, nous appellerons "étangs profonds" ceux qui dépassent 2 m, reprenant cette limite à R. WEIMAN (1942) et A. WURTZ (1958). Enfin, nous qualifierons de "très profonds" les étangs dépassant 6 m, puisque ce seuil, qui ferme les zones humides selon la convention internationale de Ramsar, est mis en avant par les Agences de l'Eau françaises (B. BAUDOT, non daté). Bien entendu, comme ces profondeurs ne sont grandes que rapportées à des étangs, et non à des lacs, nous utiliserons la formule de "relativement profonds" (2 m et au delà) et "relativement très profonds" (6 m et au delà).

5À l'échelle individuelle, il n'y a pratiquement pas de carte bathymétrique précise d'étang, alors même qu'un tel document pourrait permettre de contrôler les variations de niveau du plan d'eau. Or, en son absence, les vidanges sont en général gérées de façon empirique. Ainsi, au cas par cas, la méthode la plus répandue pour évaluer le volume d'eau se trouve être de multiplier la superficie de l'étang par la moitié de sa profondeur maximale (L.M. DENARDOU, 1987 ; communication orale DIREN Limousin, 1997). Cependant même cette dernière n'est souvent pas connue, trop fréquemment remplacée la hauteur de la digue, faisant fi de la sédimentation dans une cuvette parfois vieille de près d'un millénaire.

6Or l'enjeu est important. Dans quelle mesure l'ensemble des étangs perturbe-t-il le bilan d'eau régional, ou national ? Est-ce comparable aux bouleversements provoqués par les lacs de barrage ? La connaissance du volume total des étangs permettrait-t-elle une gestion concertée, ou du moins raisonnée, des vidanges à l'échelle de certaines régions d'étangs, au lieu de la situation individuelle qui tend à prévaloir aujourd'hui ? La compréhension du volume d'eau des étangs ne serait-elle pas aussi un moyen de mieux saisir le temps de renouvellement des eaux dans toutes les régions de têtes de bassin ? Or on sait que l'eutrophisation des petits plans d'eau et l'efficacité de certaines méthodes de lutte comme la dilution et l'effet de chasse (G. BARROIN, 1999) sont liées au temps de séjour de l'eau. C'est pourquoi cet article se propose d'estimer pour la première fois le volume d'eau de l'ensemble des étangs d'une région entière, le Limousin, et de discuter des éventuelles extrapolations possibles à partir de ce territoire.

II - La région d'étude : le Limousin, un ensemble d'étangs profonds

7Le Limousin administratif forme un territoire de près de 17000 km2 (Fig. 1) représentatif d'une région très riche en étangs, de petite taille mais encaissés, profonds, aux vidange rares et aux assecs pratiquement inexistants, permettant de travailler sur une bathymétrie plus stable que dans la moyenne française. Cette région a l'avantage de posséder des étangs au contour plutôt stable et dont le dessin matérialisé par un trait sans épaisseur ne déforme pas vraiment la réalité, à la différence de régions où la zone amphibie est considérable et rend difficile le traçage d'une limite.

Figure 1 - Carte de localisation des étangs limousins dont la bathymétrie a été levée.

Figure 1 - Carte de localisation des étangs limousins dont la bathymétrie a été levée.

8Le Limousin est, en nombre d'individus, la troisième plus importante région française d'étangs. Le recensement exhaustif des étangs limousins a été effectué par P. BARTOUT (2006, 2012), qui en a compté environ 15000 selon le critère d'une superficie comprise entre 0,1 et 100 ha. Le seuil supérieur du volume d'un étang est fixé à un million de mètres cubes, passant au delà à un lac de barrage selon la définition proposée à l'échelle mondiale par les auteurs russes (A.B. AVAKYAN et al., 1980 ;. S.G. LJUBUŠKINA, 2004).

9La présente recherche s'appuie sur neuf levés bathymétriques, effectués essentiellement dans le département de la Haute-Vienne, mais aussi en Creuse et en Corrèze, soit, plus géographiquement, essentiellement en Haut Limousin, mais aussi dans le bassin de Gouzon et sur le plateau de Millevaches (Fig. 1).

III - Méthodologie de calcul des volumes d'eau

1 ) Les cartes bathymétriques

10Les neuf levés bathymétriques ont été réalisés entre 2000 et 2005. M. CARLINI a participé à la totalité d'entre eux, L. TOUCHART directement à trois (Theil, Garennes, Cieux) et P. BARTOUT à deux (Cieux et Oussines). Le Grand Étang de Cieux a été levé à la fois à l'échosondeur et à la perche graduée. Les huit autres étangs ont été levés à la perche graduée et, pour les plus grandes profondeurs (étang de la Pouge) au fil à plomb, à chaque fois couplés avec un GPS. La perche utilisée se termine par un ensemble de lamelles métalliques souples disposées en étoile, formant un disque d'une trentaine de centimètres de diamètre, écrasant la vase sans s'enfoncer. La bathymétrie de l'étang de Landes a nécessité 1001 coups de sonde, celle du Grand Étang de Cieux 626 (Photo 1), de l'étang de la Pouge 231 (Photo 2), de l'étang de Bois Chenu 184, de l'étang des Oussines 134 (Photo 3), les petits étangs de l'échantillon (comme celui du Theil  Photo 4) ayant chacun donné lieu à plusieurs dizaines de points de mesure (M. CARLINI, 2006). À partir du Modèle Numérique de Terrain, le volume de chaque étang a été calculé au moyen du logiciel Surfer.

Photo 1 - L'étang de Cieux et le portique en bois de la vieille bonde. [cliché : Laurent TOUCHART, février 2014]

Photo 1 - L'étang de Cieux et le portique en bois de la vieille bonde. [cliché : Laurent TOUCHART, février 2014]

Photo 2 - L'étang de la Pouge et le déversoir de crue aux hautes eaux. [cliché : Laurent TOUCHART, février 2014]

Photo 2 - L'étang de la Pouge et le déversoir de crue aux hautes eaux. [cliché : Laurent TOUCHART, février 2014]

Photo 3 - L'étang des Oussines sur le plateau de Millevaches. [cliché : Laurent TOUCHART, juin 2000]

Photo 3 - L'étang des Oussines sur le plateau de Millevaches. [cliché : Laurent TOUCHART, juin 2000]

Photo 4 - L'étang du Theil et le ruisseau tributaire entrant au milieu des joncs. [cliché : Laurent TOUCHART, juin 1999]

Photo 4 - L'étang du Theil et le ruisseau tributaire entrant au milieu des joncs. [cliché : Laurent TOUCHART, juin 1999]

2 ) L'extrapolation régionale à partir des cartes bathymétriques

11La méthodologie a été reprise, dans son esprit, des auteurs russes, qui forment la référence scientifique pour l'estimation du volume des plans d'eau à l'échelle d'un pays ou de la planète entière, que ce soit pour les lacs naturels (A.P. DOMANICKIJ et al., 1971 ; G.B. TAMRAZYAN, 1974 ; S.I. RJANŽIN, 2005) ou pour les lacs de barrage artificiels (A.B. Avakyan, 1987). Les grands limnologues français ont validé cette démarche (M. Meybeck, 1995-a). Le principe général consiste d'abord à calculer très précisément le volume des plans d'eau pour lesquels on possède une carte bathymétrique, puis à extrapoler aux autres plans d'eau, en général plus petits, grâce à une ou plusieurs (en subdivisant les plans d'eau en groupes) régressions mathématiques. Pour que les corrélations soient valables, on sort les individus exceptionnels (la Caspienne et l'Aral dans le cas des auteurs russes), puis on réintègre leur volume une fois le calcul effectué pour les autres.

12Concernant les étangs limousins, le nuage de points des neuf étangs pour lesquels nous possédons une carte bathymétrique précise montre que l'étang de Landes, de loin le plus grand de la région, qui s'étend sur près d'une centaine d'hectares, est un individu exceptionnel, qui s'écarte trop de toutes les corrélations possibles entre la superficie et le volume. Nous décidons donc de le sortir de la recherche, pour réintégrer ultérieurement son volume dans la somme totale.

13D'autre part, notre échantillon manque d'étangs de petite taille. Pour extrapoler à eux, deux solutions se présentent. La première consiste à séparer en deux l'échantillon, une relation caractérisant les grands étangs, une autre les étangs de taille moyenne et c'est cette dernière qu'on applique aux plus petits. La seconde solution consiste à n'utiliser qu'une seule équation. Comme, de toute façon, nous manquons de bathymétrie pour vérifier l'extrapolation auprès des plus petits étangs, la simplicité a été préférée, par l'utilisation d'une seule relation.

14Finalement, l'équation suivante, passant par l'origine, et dont le coefficient de détermination est de 0,972, a été choisie (Fig. 2) :
V = 0,0000010419 S² + 1,3731 S
où V représente le volume de l'étang en m et S la superficie de l'étang en m2.

Figure 2 - Nuage de points et droite de régression entre la superficie et le volume pour huit étangs limousins dont la bathymétrie a été levée.

Figure 2 - Nuage de points et droite de régression entre la superficie et le volume pour huit étangs limousins dont la bathymétrie a été levée.

En médaillon : représentation avec le neuvième étang, celui des Landes, hors régression.

3 ) Les bases de données recensant tous les plans d'eau

15En appliquant l'équation indiquée ci-dessus aux bases de données inédites construites par Pascal BARTOUT (P. BARTOUT, 2006, 2012 ; P. BARTOUT et L. TOUCHART, 2013), qui intègrent la superficie de l'ensemble des étangs limousins, l'estimation du volume total devient possible.

16La première base de données référencée correspond à un travail minutieux sur le terrain, comprenant le renseignement de 36 critères, dont la profondeur (en général déduite de la hauteur de la digue) et la superficie, sur un peu plus de la moitié des 22797 plans d'eau répertoriés à partir du traitement croisé de différents outils d'inventaire (télédétection satellitale, images aériennes, cartes topographiques, cadastres et terrain). La seconde, qui est chronologiquement postérieure à la précédente, s'inscrit dans le cadre du montage du référentiel français des plans d'eau à partir du traitement de la BD Topo de l'IGN, où seule la superficie est renseignée. Les dates d'inventaires étant différentes, le total des étangs concernés en Limousin est légèrement différent entre les deux bases.

IV - Résultats des estimations de volumes d'eau régionaux

1 ) Résultats bathymétriques : une précision améliorée de plus de 18 %

17 Pour le total des neufs étangs cubés par M. CARLINI et par nos soins (Tab I), la somme est de 3161355 m3, alors que la méthode employée jusqu'alors en Limousin (L.M. DENARDOU, 1987), soit le produit de la superficie par la moitié de la profondeur maximale, aurait donné 3745581 m3. La méthode antérieure aurait donc surestimé de 18,5 % les volumes d'eau. Pris un par un, huit auraient été surestimés, contre un seul sous-estimé.

Tableau I - Caractéristiques morphométriques des étangs limousins dont les cartes bathymétriques ont été réalisées.

Tableau I - Caractéristiques morphométriques des étangs limousins dont les cartes bathymétriques ont été réalisées.

Sources : données inédites de M. CARLINI, L. TOUCHART, P. BARTOUT, campagnes de terrain effectuées avec l'aide de B. SAVY, P. PAPON, R. CROUZEVIALLE, D. BRUNEAU, E. MATHELIN, G. NION. Pour satisfaire à la norme bathymétrique, les chiffres correspondent au plus bas niveau d'eau. Seul Cieux a un marnage important, si bien que la fourchette de ses plus bas et plus haut niveaux a été donnée.

18Étang par étang, l'erreur maximale (+44 % pour la Pouge) est celle de l'étang le plus profond, qui est aussi celui dont la forme est la plus convexe, au sens des courbes hypsographiques de L. HÅKANSON (1977, 1981), à juste titre appelées bathygraphiques par M. CARLINI (2006) et K.K. EDELŠTEJN (2014). La plus faible erreur (-1 % pour les Garennes) correspond à l'étang dont la courbe bathygraphique est la plus linéaire. Les autres erreurs les plus faibles sont celles des étangs aux formes concaves (+3 % pour Landes, +12 % pour Cieux et pour les Oussines) situés dans des bassins de subsidence (étang de Landes dans le bassin de Gouzon) ou dans des alvéoles. Notons que ces étangs de bassin et d'alvéole sont surreprésentés dans notre échantillon, car nous avons plus travaillé sur les étangs de grande superficie, au delà de 10 ha. La formule classique est donc très mal adaptée dans le cas du Limousin, où la plupart des étangs sont encaissés et de grande profondeur.

2 ) Résultats de l'extrapolation : un volume des étangs limousins d'environ cent cinquante millions de mètres cubes

19Appliquée à la base de données de P. BARTOUT (2006) sur 15020 étangs du Limousin, en ayant pris le soin d'éliminer au préalable les plans d'eau de moins de 0,1 ha, les lacs de barrage de toutes les tailles et l'étang de Landes, l'équation exposée en méthodologie donne un volume de 174873362 m3. En ajoutant les 836465 m3 de l'étang de landes, le volume d'eau total contenu dans les étangs de la région administrative du Limousin serait de 175709827 m3.

20Appliquée à la base de données réalisée à partir de BD Topo modifiée (P. BARTOUT et L. TOUCHART, 2013) sur 14289 étangs du Limousin, en ayant pris le soin d'éliminer au préalable les plans d'eau de moins de 0,1 ha, les lacs de barrage de toutes les tailles et l'étang de Landes, l'équation exposée en méthodologie donne un volume de 143791274 m3. En ajoutant les 836465 m3 de l'étang de Landes, le volume d'eau total contenu dans les étangs de la région administrative du Limousin serait de 144627739 m3.

21Les valeurs précédentes sont données au mètre cube près par rigueur pour les traitements bruts issus de nos bases de données. Mais une telle précision est évidemment illusoire, comme la différence d'une trentaine de millions de mètres cubes (soit près de 18 % du chiffre haut) entre les deux bases le montre. C'est seulement en fin de raisonnement qu'ils seront arrondis, en une seule fois, afin de ne pas cumuler les éventuelles marges d'erreur à chaque étape.

22Des essais, non présentés ici, avec une segmentation en plusieurs régressions, donnaient des totaux un peu inférieurs, ne dépassant pas de beaucoup les 100 millions de mètres cubes. Finalement, il semble raisonnable d'estimer le volume des étangs limousins à environ 150 millions de mètres cubes, pour fixer les esprits par un chiffre rond.

V - Discussion et conclusions à l'échelle française

1 ) Un élargissement limnologique aux mares : l'ajout de plus de cinq millions de mètres cubes

23Appliquée aux quelques 7761 mares du Limousin, de moins de 0,1 ha (base de données : P. BARTOUT, 2006), l'équation dévolue aux étangs donne un volume de 5212286 m3. Appliquée aux 10109 mares de la base de données réalisée à partir de la BD Topo modifiée (P. BARTOUT et L. TOUCHART, 2013), elle donne un volume de 6398211 m3. La différence entre les deux bases est d'environ 18 % du chiffre le plus élevé. L'extrapolation est ici encore plus sujette à caution, du fait de plans d'eau encore plus petits que les étangs, et n'est donnée que de manière indicative.

24Si l'on ajoute le volume des mares à celui des étangs, on arrive, selon les deux bases, à une somme allant de 151025950 à 180922113 m3 pour l'ensemble des petits plans d'eau limousins, ceux qui ne rentrent pas dans la catégorie des lacs de barrage. Pour comparaison, cela représente 31 à 38 % du volume du lac de barrage de Bort-les-Orgues (477 millions de m3), le plus important du Limousin et le cinquième de France.

2 ) L'élargissement temporel au renouvellement des eaux : un décalage d'une trentaine d'heures en moyenne

25Entre 1999 et 2003, les postes du bilan hydroclimatique des trois étangs des Garennes, du Theil et de Cieux (hors plus hautes eaux pour cet étang) ont été mesurés (débits des tributaires et émissaires fluviaux, évaporation, précipitations, ruissellement, au moyen d'un micro-moulinet, d'un bac évaporatoire et d'une station météorologique Weather Monitor). Comparés au volume des étangs, ils ont permis de calculer le temps de renouvellement moyen de leurs eaux, respectivement estimé à 1,6, 4,2 et 43 jours sur la période d'observation pour chacun des trois étangs (R. CROUZEVIALLE et al., 2003).

26Certes, pour "les temps de séjour, […] la taille [de l'étang] n'est pas le seul critère déterminant" (M. MEYBECK, 1995-b, p. 45), mais c'est tout de même l'un des deux principaux à un instant et dans un secteur donnés, l'autre étant bien entendu la dimension du bassin d'alimentation à l'intérieur d'une région où les conditions climatiques sont homogènes. Pour les trois cas considérés, les rapports de la superficie du bassin versant par celle de l'étang sont assez proches (48,7 pour les Garennes ; 37,6 pour Cieux ; 30,3 pour le Theil), ou du moins tous ces plans d'eau appartiennent à la même classe, celle correspondant à des rapports de 25 à 50, sur les cinq définies par M. MEYBECK (1995-b).

27Les données obtenues aux étangs des Garennes, du Theil et de Cieux sont liées par l'équation suivante, dans le cas d'une courbe passant par l'origine :
T = -0,01158551 S2 + 1,64293 S
où T est le temps de renouvellement de l'eau en jour et S la superficie de l'étang en ha.

28Appliquée à tous les étangs de la région du Limousin (base de 2013), cette équation fournit une moyenne arithmétique des temps de séjour moyens de 1 jour et 4 heures. À l'échelle départementale, les valeurs vont de 1 jour et 13 heures pour les étangs de la Creuse à 1 jour et 1 heure pour ceux de la Haute-Vienne, en passant par 1 jour et 2 heures pour ceux de la Corrèze. Ainsi considéré, le décalage temporel des eaux fluviales provoqué par les étangs à l'intérieur du réseau hydrographique limousin ne serait que de 28 heures. Mais une moyenne pondérée par la superficie des étangs donne un résultat de près de 9 jours pour le Limousin (aux alentours de 11 jours en Creuse et en Corrèze et moins de 7 en Haute-Vienne).

29Bien entendu, la stabilité des eaux profondes en dessous de la thermocline d'étang est supérieure à ces moyennes, mais ces chiffres inédits aident à relativiser la stagnation des eaux due aux étangs et donc aussi, toutes choses égales par ailleurs, leur rôle supposé dans certaines manifestations de l'eutrophisation.

3 ) L'élargissement spatial : un volume des étangs artificiels français estimé à deux milliards et demi de mètres cubes

30L'équation liant le volume à la superficie de l'étang doit pouvoir être appliquée sans erreur majeure aux étangs des autres régions de massif ancien, dont la morphométrie est assez semblable à celle des plans d'eau limousins.

31L'extrapolation à la France entière est certes un peu plus hasardeuse ; elle ne pourrait être effectuée de façon satisfaisante que si nous réalisions plusieurs bathymétries d'étangs précises en bassin sédimentaire et dans les régions de plans d'eau très plats. Cependant il reste possible ici de s'inspirer du principe méthodologique de G.P. TAMRAZYAN (1974) qui, pour les lacs naturels, affectait des coefficients en fonction des milieux naturels et de l'altitude et, finalement, extrapolait à la planète les données du territoire soviétique.

32En prenant la même fourchette de surface sur la base de données de P. BARTOUT, 251289 étangs français sur 554556 plans d'eau (P. BARTOUT et L. TOUCHART, 2013) répondent aux 14289 étangs limousins. En multipliant le volume limousin de 144627739 m3 par ce rapport de 17,59, on aboutit à un volume stagnustre français de 2543450200 m3. La profondeur moyenne des étangs du Limousin est certes plus importante que la moyenne française, mais leur superficie moyenne est au contraire nettement plus faible (superficie moyenne de 0,693 ha en Haute-Vienne, 0,840 ha en Corrèze et 1,037 ha en Creuse, mais de 1,045 ha en France), donc cela doit compenser en partie la surestimation liée à leur grande profondeur relative.

33Ce volume approximatif de 2,5 Mds de m3 pour l'ensemble des étangs français correspond à un peu plus des deux tiers du volume du plus gros lac artificiel français, le barrage guyanais de Petit-Saut (3,5 Mds de m3) ou au double du plus gros lac de barrage métropolitain, celui de Serre-Ponçon (1,2 Md de m3). Il ne s'agit là que d'un ordre de grandeur, mais il permet de cadrer le rôle des étangs artificiels dans le bilan d'eau du territoire français.

34Concernant l'éventuelle extrapolation à l'échelle nationale de l'estimation régionale du temps de séjour des eaux, si les étangs français sont moins profonds que les étangs limousins, ils sont en revanche plus souvent alimentés par une source, du ruissellement ou un étang d'amont que par un ruisseau bien identifié. De ce fait, en dehors des massifs anciens, le rapport de la superficie du bassin versant par celle du plan d'eau est en général plus petit pour le premier étang (mais plus grand pour les étangs en bout de chaîne, qui sont proportionnellement moins alimentés du fait des pertes d'eau sur les étangs d'amont). Ainsi, si les étangs français ont à la fois une profondeur plus petite (tendant vers un allongement du temps de séjour) et une influence du bassin d'alimentation plus faible (tendant vers un raccourcissement du temps de séjour), les deux caractéristiques doivent se contrecarrer. En outre, les trois étangs étudiés, situés à l'ouest-nord-ouest du Limousin, reçoivent un total pluviométrique proche de la moyenne française, légèrement au-dessus. En effet, la station Météofrance de Rochechouart a une normale (1961-1990) de 906 mm, alors que la moyenne pour l'ensemble du territoire français est admise à 867 mm par la Banque Mondiale et le GIEC. Finalement, bien qu'il faille rester très prudent, et avant qu'une autre proposition ne voie éventuellement le jour, il n'est pas absurde d'appliquer à l'échelle de la France le temps de séjour moyen calculé en Limousin.

Haut de page

Bibliographie

ABAD R. (2006) - La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II. Édit. FAYARD, Paris, 200 p.

AVAKYAN A.B. (1987) - Reservoirs of the USSR and tasks of the investigation. Water Resources, vol. 14, p. 538-549.

AVAKYAN A.B., SALTANKIN V.P., FORTUNATOV M.A. et ŠARAPOV V.A. (1980) -Vodohranilišča mira i ih tipizacija. Izvestija Vsesojuznogo Geografičeskogo Obščestva, vol. 112, n° 4, p. 301-307.

BACHASSON B. (2012) - Mise en valeur des étangs. Édit. LAVOISIER, 3ème édition, Paris, 168 p.

BANAS D. (2011) - Dynamique des éléments particulaires et dissous en milieux aquatiques lentiques peu profonds. Habilitation à Diriger des Recherches, Institut National Polytechnique de Lorraine, Nancy, 153 p.

BARROIN G. (1999) - Limnologie appliquée au traitement des lacs et des plans d'eau. Édit. Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée-Corse, collection "Les Études de l'Agence de l'Eau", n° 62, Lyon, 215 p.

BARTOUT P. (2006) - Pour un référentiel des zones humides intérieures du milieu tempéré : l'exemple des étangs en Limousin (France). Typologies, régionalisation. Thèse de l'Université de Limoges, 497 p.

BARTOUT P. (2012) Les étangs du Limousin. Des zones humides face au développement durable. Édit. Les Monédières, Brive-la-Gaillarde, 294 p.

BARTOUT P. et TOUCHART L. (2013) - L'inventaire des plans d'eau français : outil d'une meilleure gestion des eaux de surface. Annales de Géographie, vol. 691, n° 3, p. 266-289.

BAUDOT B., sous la direction de (non daté) - Les zones humides et la ressource en eau. Guide technique. Édit. Agences de l'Eau, Études sur l'eau, n° 89, Cd-Rom, non paginé.

BROCHU M. et MICHEL J.P. (1994) - Dictionnaire de géomorphologie à caractère dimensionnel. Édit. GUÉRIN, Paris, 298 p.

CARLINI M. (2006) - Morphologie et hydrodynamique des plans d'eau: le cas des étangs-lacs en Limousin. Thèse de l'Université de Limoges, 357 p.

CROUZEVIALLE R., GRAFFOUILLÈRE M., TOUCHART L., SAVY B., NION G. et PAPON P. (2004) - Les étangs réduisent-ils les ressources en eau ? In : Les étangs limousins en questions, L. TOUCHART et M. GRAFFOUILLÈRE édit., Limoges, Édit. L'Aigle, Limoges, p. 65-83.

DEGOUTTE G., sous la direction de (2002) - Petits barrages. Recommandations pour la conception, la réalisation et le suivi. Édit. Cemagref, Antony, 2ème édition, 175 p. + tables.

DENARDOU L.M. (1987) - Étang de la Pouge, construction de la digue. DDAF Haute-Vienne,Syndicat Intercommunal d'AEP Vienne-Briance-Gorre, 9 p.

DOMANICKIJ A.P., DUBROVINA R.G. et ISAEVA L.I. (1971) - Reki i ozëra Soveckogo Sojuza. Édit. Gidrometeorologičeskoe izdanie, Léningrad, 103 p.

DUSSART B. (1966) - Limnologie. L'étude des eaux continentales. Édit. GAUTIER-VILLARS, Paris, 678 p.

EDELŠTEJN K.K. (2014) - Gidrologija ozer i vodohranilišč. Édit. Pero, Moscou, 398 p.

HÅKANSON L. (1977) - On lake form, lake volume and lake hypsographic survey. Geografiska Annaler, vol. 59A, n° 1-2, p. 1-29.

HÅKANSON L. (1981) A Manual of Lake Morphometry.Édit. SPRINGER, Berlin, 78 p.

LAMBERT R. (2000) - Étang. In : Dictionnaire la géographie, P. GEORGE édit., Édit. Presses Universitaires de France (PUF), 4ème édition, Paris, p. 181.

LE QUÉRÉ G. et MARCEL J. (1999) La pisciculture d'étang. Édit. Institut Technique de l'Aviculture, Paris, 57 p.

LJUBUŠKINA S.G. (2004) - Vody suši. In : Obščee zemlevedenie, S.G. LJUBUŠKINA, K.V. PAŠKAN et A.V. ČERNOV édit., Édit. Prosveščenie, Moscou, p. 138-165.

MEYBECK M. (1995-a) - Global Distribution of Lakes. In : Physics and Chemistry of Lakes, A. LERMAN, D. IMBODEN et J. GAT édit., Édit. SPRINGER, Berlin, p. 1-35.

MEYBECK M. (1995-b) - Les lacs et leur bassin. In : Limologie générale, Édit. MASSON, Paris, p. 6-59.

POURRIOT R. et MEYBECK M. (1995) - Les milieux lacustres. In : Limologie générale, Édit. MASSON, Paris, p. 1-3.

RJANŽIN S.I. (2005) - Mnogo li na Zemle ozër ? Priroda, vol. 4, p. 18-25.

SCHLUMBERGER O. (2002) - Mémento de pisciculture d'étang. Édit Cemagref, 4ème édition, Antony, 238 p.

TAMRAZYAN G.P. (1974) - Total lake water resources of the planet. Bulletin of the Geological Society of Finland, vol. 46, p. 23-27.

TRINTIGNAC P. et KERLEO V. (2004) - Impact des étangs à gestion piscicole sur l'environnement. Édit. SMIDAP, Nantes, 69 p.

TROTIGNON J. (2000) - Des étangs pour la vie, améliorer la gestion des étangs. Atelier Technique des Espaces Naturels, Cahiers Techniques, n° 61, Montpellier, 70 p.

WEIMAN R. (1942) - Zur Gliederung und Dynamik der Flachgewässer. Archiv für Hydrobiologie, vol. 38, p. 481-524.

WURTZ A. (1958) - Peut-on concevoir la typification des étangs sur les mêmes bases que celle des lacs ? Verhandlungen der internationale Vereinigung für theoretische und angewandte Limnologie, vol. 13, p. 381-393.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation des étangs limousins dont la bathymétrie a été levée.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Photo 1 - L'étang de Cieux et le portique en bois de la vieille bonde. [cliché : Laurent TOUCHART, février 2014]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Photo 2 - L'étang de la Pouge et le déversoir de crue aux hautes eaux. [cliché : Laurent TOUCHART, février 2014]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 3 - L'étang des Oussines sur le plateau de Millevaches. [cliché : Laurent TOUCHART, juin 2000]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Photo 4 - L'étang du Theil et le ruisseau tributaire entrant au milieu des joncs. [cliché : Laurent TOUCHART, juin 1999]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 2 - Nuage de points et droite de régression entre la superficie et le volume pour huit étangs limousins dont la bathymétrie a été levée.
Légende En médaillon : représentation avec le neuvième étang, celui des Landes, hors régression.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Tableau I - Caractéristiques morphométriques des étangs limousins dont les cartes bathymétriques ont été réalisées.
Légende Sources : données inédites de M. CARLINI, L. TOUCHART, P. BARTOUT, campagnes de terrain effectuées avec l'aide de B. SAVY, P. PAPON, R. CROUZEVIALLE, D. BRUNEAU, E. MATHELIN, G. NION. Pour satisfaire à la norme bathymétrique, les chiffres correspondent au plus bas niveau d'eau. Seul Cieux a un marnage important, si bien que la fourchette de ses plus bas et plus haut niveaux a été donnée.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4527/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Touchart et Pascal Bartout, « Quel est le volume d'eau contenu dans les étangs limousins et français ? », Physio-Géo, Volume 9 | -1, 111-123.

Référence électronique

Laurent Touchart et Pascal Bartout, « Quel est le volume d'eau contenu dans les étangs limousins et français ? », Physio-Géo [En ligne], Volume 9 | 2015, mis en ligne le 22 mai 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4527 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4527

Haut de page

Auteurs

Laurent Touchart

EA 1210 CEDETE, Université d'Orléans, 10 rue de Tours, BP 46527, 45065 ORLÉANS cedex 2.
Courriel : laurent.touchart@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Pascal Bartout

EA 1210 CEDETE, Université d'Orléans, 10 rue de Tours, BP 46527, 45065 ORLÉANS cedex 2.
Courriel : pascal.bartout@univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org