Navigation – Plan du site
Articles

Cartographie des conditions de l'érosion hydrique des sols au Mont-Liban : exemple de la région d'El Aaqoûra

Hussein El Hage Hassan, Laurence Charbel et Laurent Touchart
p. 141-156

Résumés

Le nord-est du Mont-Liban est une région méditerranéenne montagnarde qui souffre d'érosion hydrique. En l'absence de données exploitables sur l'intensité des précipitations, une carte de l'aléa a été construite en s'appuyant sur les classes d'érosivité des sols, de lithologie, de pente et de couvert végétal. Le croisement de ces données dans un SIG a permis de définir que 36 % du périmètre d'étude subit une forte érosion, essentiellement dans les secteurs ayant un couvert végétal peu dense. La validation sur le terrain et par télédétection montre une fiabilité des résultats de l'ordre de 80 %, en se fondant sur le déchaussement des racines et la profondeur des rigoles.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le domaine méditerranéen oriental, par l'agressivité de son climat, est connu pour sa sensibilité aux phénomènes d'érosion, particulièrement actifs en région de montagne. Dans ces conditions, le Mont-Liban et les terroirs agricoles des gros villages qui le peuplent, apparaissent très vulnérables.

2Des mesures de lutte contre l'érosion sont-elles nécessaires et, si oui, dans quelles directions doivent-elles tendre ? Pour répondre à cette question, les moyens sont ici limités. Nous avons cependant tenté de prendre en compte les facteurs de l'érosion à travers un modèle qualitatif débouchant sur une cartographie SIG.

3Cette approche a été mise en œuvre pour un secteur situé au nord-est du Mont-Liban (Fig. 1).

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

II - Cadre de l'étude

4Le terrain d'étude s'étend autour d'El Aaqoûra, sur 19,49 km2 (≈ 4,79 km de longueur et 4,07 de largeur). Il est compris entre 34°6' et 34°9' de latitude Nord et 35°52'et 35°55' de longitude Est (voir Fig. 2).

5Le secteur est drainé vers le sud-ouest par le Nahr er Rouaïss, un affluent du Nahr Ibrahim. Du point de vue morphologique, il associe trois unités :

  • Le cirque d'"Aaqoûra-Mejdel", de 9 km de longueur et 2 km de largeur, avec une direction N.NE-S.SO, qui s'ouvre à 1020 m d'altitude.

  • Des reliefs assez modestes à l'ouest.

  • et le haut plateau de Jord el Aaqoûra, à l'est, dont le point culminant atteint 2050 m et qui domine le cirque d'Aaqoûra-Mejdel par un escarpement pouvant atteindre 700 m de hauteur (Photos 1 et 2). Dans ce plateau, l'oued Jinnâne a creusé une vallée encaissée (Photos 2 et 3).

Photo 1 - La retombée du plateau de Jord el Aaqoûra sur le cirque d'Aaqoûra-Mejdel. [cliché : Laurence CHARBEL]

Photo 1 - La retombée du plateau de Jord el Aaqoûra sur le cirque d'Aaqoûra-Mejdel. [cliché : Laurence CHARBEL]

Vue prise des environs d'El Aaqoûra (non visible, à gauche du photographe), en regardant vers le sud-sud-est.

Photo 2 - Le cirque d'Aaqoûra-Mejdel au niveau du village d'El Aaqoûra et la gorge de l'oued Jinnâne à la sortie du plateau de Jord el Aaqoûra. [cliché : Hussein EL HAGE HASSAN]

Photo 2 - Le cirque d'Aaqoûra-Mejdel au niveau du village d'El Aaqoûra et la gorge de l'oued Jinnâne à la sortie du plateau de Jord el Aaqoûra. [cliché : Hussein EL HAGE HASSAN]

En dessous du village, les matériaux de la coulée de boue qui, en 1929, a emporté une partie du village, avec de petites retenues d'eau dont l'aménagement a peut-être provoqué la coulée de 1937 (L. DUBERTRET et R. WETZEL, 1951) ; au second plan, la falaise de roches cénomaniennes (C4).

Photo 3 - Versants de rive droite de la vallée de l'oued Jinnâne en amont de sa sortie du plateau de Jord el Aaqoûra. [cliché : Laurence CHARBEL]

Photo 3 - Versants de rive droite de la vallée de l'oued Jinnâne en amont de sa sortie du plateau de Jord el Aaqoûra. [cliché : Laurence CHARBEL]

6L'organisation du relief est largement commandée par une flexure (Fig. 2) qui abaisse la partie est par rapport à l'ouest. La courbe hypsométrique (Fig. 3) traduit l'opposition entre le fond du bassin d'Aaqoûra-Mejdel, les versants abrupts qui le dominent et le plateau sommital.

Figure 2 - Relief et géologie du secteur d'El Aaqoûra.

Figure 2 - Relief et géologie du secteur d'El Aaqoûra.

Sources : fond topographique de la Direction des Affaires Géographiques et Géodésiques de l'Armée (1963) et, pour la géologie, L. DUBERTRET et R. WETZEL (1951) et L. CHARBEL (2012).
C1 : Néocomien. C2 : Aptien. C3 : Albien. C4 : Cénomanien. q : Quaternaire.

Figure 3 - Courbe hypsométrique du terrain d'étude.

Figure 3 - Courbe hypsométrique du terrain d'étude.

7Les roches, du Crétacé, présentent différents faciès : calcaires, dolomies, marnes, grès, argiles, basaltes (Fig. 2). Le fond du cirque est en outre tapissé de formations quaternaires : éboulis et surtout formation de type coulée boueuse. Selon L. DUBERTRET et R. WETZEL (1951), cette coulée, alimentée par les matériaux issus des basaltes aptiens (BC2b) et par les marnes albiennes (C3), pourrait avoir fonctionné dès l'Antiquité. En 1929, sa réactivation a emporté une partie du village d'El Aaqoûra.

8Le plateau de Jord el Aaqoûra, légèrement incliné vers l'ouest, est karstifié (lapiés, dolines, avens et grottes).

9Le climat, de type méditerranéen, se distingue par des précipitations annuelles moyennes avoisinant 1500 mm. La saison humide va de novembre à avril. Le nombre de jours de pluie est de 120/an en moyenne. Le haut plateau est couvert d'une couverture neigeuse assez épaisse en hiver, qui fond au printemps (Photos 1 et 3).

10La végétation, typiquement méditerranéenne, est étagée en fonction de l'altitude.

11L'activité économique principale est l'agriculture. On y pratique l'arboriculture (vergers de pommiers et de pêchers) et les cultures maraîchères. Jadis, les surfaces boisées étaient exploitées pour le charbon du bois. Le déboisement a eu pour effet la dégradation du milieu.

III - Méthodologie

12De nombreux modèles empiriques (quantitatif et qualitatif) ont été conçus pour évaluer le risque d'érosion hydrique.

13L'un des plus utilisés est l'"équation universelle des pertes en sol" (USLE) de W.H. WISCHMEIER et D.D. SMITH (1960, 1978). Cette équation a fait l'objet de nombreuses analyses critiques, parmi lesquelles celles d'É. ROOSE (1977, 1994) et de R. BOU KHEIR et al. (2001-a). Elle a connu un développement, avec la version MUSLE, mais celle-ci nécessite des mesures à l'exutoire du bassin versant (J.R. WILLIAMS et H.D. BERNDT, 1977).

14Au Liban, l'absence des données sur l'intensité des précipitations ne permet pas d'utiliser un modèle quantitatif de type USLE. Mais de nombreux travaux ont utilement converti un modèle quantitatif en un modèle qualitatif, en introduisant les facteurs qui influencent l'érosion dans un SIG (PAP/RAC, 2004).

15Pour apprécier les conditions de l'érosion sur le Mont-Liban, nous nous sommes basés sur le modèle qualitatif établi par les experts du Centre National de la Recherche Scientifique du Liban (CNRSL). Ce modèle s'appuie sur la méthodologie développée par la FAO et l'UNEP (FAO-UNEP, 1997) dans le cadre d'un plan d'action pour la Méditerranée. Un travail de terrain effectué par les chercheurs du CNRSL dans deux bassins versants représentatifs, a permis d'estimer le taux de validité de cette approche à 80 %. La méthode du CNRSL combine différents facteurs : érodibilité des sols, perméabilité des roches, pente topographique, occupation des sols, érosivité des pluies, dont le poids doit être pondéré (R. BOU KHEIR et al., 2001-b ; O. CERDAN et al., 2006).

16Nous avons adopté la démarche suivante :

  • Hiérarchisation du rôle de chaque facteur à l'échelle spatiale, à travers l'attribution d'un indice : rôle très faible = 1, faible = 2, moyen = 3, fort = 4 et très fort = 5. L'attribution des indices a été réalisée en nous appuyant sur les connaissances bibliographiques (N. HUDSON, 1996 ; J. GARCIA-RUIZ, et al., 1996 ; J. POESEN et J. HOOKE, 1997 ; R. AKÉ et al., 2012).

  • Intégration des données cartographiques et descriptives des facteurs influençant le processus d'érosion hydrique dans un SIG. Il est important de géoréférencer (selon la projection conique conforme de LAMBERT) et de caler (en fonction du système de coordonnées de référence de la zone) les données cartographiques, afin d'effectuer le croisement spatial des facteurs de l'érosion.

  • Production de la carte synthétique des conditions de l'érosion, à partir de la combinaison des cartes thématiques précédentes, en appliquant l'approche qualitative (de type système expert) du CNRSL. Lors de cette étape, nous avons appliqué un coefficient pondérateur de 0,19 aux indices attribués à l'érodibilité des sols, la perméabilité des roches, la pente topographique et l'érosivité des pluies, et de 0,24 à l'indice correspondant au couvert végétal.

17Le problème des pondérations a fait l'objet de discussions avec les chercheurs du CNRSL (notamment G. FAOUR). Le rôle unanimement reconnu de la végétation contre l'érosion hydrique nous a conduits à retenir un coefficient plus élevé pour le couvert végétal. Au final, les valeurs caractérisant l'aléa érosif peuvent varier de 1 à 5.

18Dans certains cas, cultures sous abri et roches à nu, la synthèse finale n'a pas tenu compte de la combinaison des indices, l'un des paramètres écrasant totalement les autres : protection du sol ou absence de sol.

19Pour mener l'étude, nous nous sommes servis des documents suivants :

  • La carte des sols de Qartaba au 1/50000, publiée par le CNRSL. Nous avons également utilisé des analyses de sols effectuées par le CNRSL (T. DARWISH et al., 2006).

  • Les cartes topographiques au 1/20000 (équidistance des courbes de niveau : 10 m) publiées en format raster par la Direction des Affaires Géographiques de l'Armée Libanaise (DAGG).

  • Une image satellite Ikonos à l'échelle du 1/20000, prise en août 2005, pour définir le mode d'occupation du sol.

  • La carte géologique de Qartaba au 1/50000 (L. DUBERTRET et R. WETZEL, 1951) et celle du bassin versant du Nahr Ibrahim au 1/20000 (L. CHARBEL, 2012).

  • Les données pluviométriques des stations de Quartaba, Beyrouth, Tripoli, Tal Amara (Bekaa) et celles de l'Atlas climatique du Liban (MTPT, 1977).

IV - Les éléments du modèle

1 ) L'érodibilité des sols

20La sensibilité du sol à l'érosion hydrique dépend de la structure, de la texture et de la teneur en matière organique (W.H. WISCHMEIER et al., 1971), facteurs qui conditionnent la perméabilité et la cohésion des agrégats. J. DUMAS (1965) fait également intervenir la pierrosité. Pour J. RYAN (1982), plus le sol est profond, plus sa résistance contre l'érosion diffuse est forte, mais cette position peut être contestée selon les conditions locales.

21Pour évaluer l'érodibilité des sols, nous avons tenu compte essentiellement de la texture et de la teneur en matière organique, mais sans négliger totalement la profondeur. Les poids attribués aux facteurs retenus sont les suivants (R. BOU KHEIR 2001-b; H. EL HAGE HASSAN et al., 2009, 2013) :

  • 40 % pour la texture (cinq classes : texture argileuse, indice = 1 ; texture argilo-limoneuse, indice = 2 ; texture limono-argileuse, indice = 3 ; texture sablo-argileuse, indice = 4 ; texture sableuse, indice = 5) ;

  • 40 % pour la teneur en matière organique (trois classes : < 2 %, indice = 4, 2-3 %, indice = 3 ; > 3-5 %, indice = 2) ;

  • 20 % pour la profondeur (cinq classes : > 100 cm, indice = 1 ; 75-100, indice = 2 ; 50-75 cm, indice = 3 ; 30-50 cm, indice = 4 ; < 20 cm, indice = 5).

22Selon ces critères, les arénosols (peu épais, pauvres en matière organique et à texture sableuse), les endoskeletic régosols et les calcaric régosols (tous peu épais et pauvres en matière organique, caractères auxquels s'ajoute une texture sableuse pour les premiers) apparaissent fortement érodibles.

23Quatre classes de sensibilité à l'érosion ont été finalement distinguées (Tab. I). Toutefois le tissu urbain (28 ha), les cours d'eau (10,6 ha), les retenues d'eau (8 ha) et les roches à nu (438 ha) ont été cartographiées à part (Fig. 4). La très forte sensibilité (indice = 5) couvre 9,1 % du terrain d'étude (177 ha), la forte sensibilité 34,9 % (681 ha), la moyenne sensibilité 30,8 % (601 ha) et la faible sensibilité (indice = 2) seulement 0,23 % (4,5 ha).

Tableau I - Érodibilité des différents types de sols.

Tableau I - Érodibilité des différents types de sols.

Dénomination des sols selon la classification FAO-ISRIC-AISS (1999).

Figure 4 - Érodibilité des sols.

Figure 4 - Érodibilité des sols.

2 ) La lithologie

24Les roches carbonatées du terrain d'étude sont perméables en grand. En favorisant l'infiltration profonde, elles participent à limiter l'érosion mécanique en surface.

25Le karst montre de nombreuses formes superficielles (dolines, ouvalas, lapiés, puits à neige). Le karst souterrain est aussi très développé, avec une forte concentration de cavités, à dominante horizontale, présentant le plus souvent une circulation d'eau pérenne (H. ABDUL-NOUR, 1991). Les lapiés sont nombreux sur le Cénomanien (C4) et l'Aptien (C2b et C2a) ; les dolines, les gouffres et les grottes, dans le Cénomanien (C4).

26Trois classes ont été définies en dehors du tissu urbain, des retenues et des cours d'eau. La classe à faible sensibilité, correspondant aux calcaires durs de l'Aptien supérieur ainsi qu'aux dolomies et calcaires dolomitiques du Cénomanien (C4), représente 48,7 % de la surface totale (949 ha). La classe de moyenne sensibilité, qui englobe le grès de base et les calcaires marneux de l'Aptien inférieur, tous deux entrecoupés de lits d'argile, occupe 22,6 % de la zone d'étude (441 ha). La classe à forte sensibilité qui regroupe les formations peu perméables (Quaternaire, marnes de l'Albien et basaltes de l'Aptien supérieur), s'étend sur 26,3 % du terrain d'étude (Fig. 5).

Figure 5 - Sensibilité des sols à l'érosion en fonction de la lithologie.

Figure 5 - Sensibilité des sols à l'érosion en fonction de la lithologie.

3 ) Le facteur topographique

27Pour des conditions de couvert végétal données, l'inclinaison de la pente exerce une influence variable sur le ruissellement. En revanche, du fait de l'accroissement de l'énergie cinétique des écoulements, lorsque ceux-ci se produisent, une forte pente favorise l'érosion.

28La longueur de la pente a des effets plus incertains (É. ROOSE, 1994). Il n'en a pas été tenu compte dans cette étude.

29Le modèle numérique du terrain d'étude provient de l'extraction des courbes de niveau des cartes topographiques par l'intermédiaire d'un logiciel Arc Gis. Ce travail a permis d'établir la carte des pentes d'une façon précise. Nous avons ordonné (Tab. II) et cartographié (Fig. 6) les pentes en cinq classes.

Tableau II - Classification des pentes en fonction de leur effet sur l'érosion.

Tableau II - Classification des pentes en fonction de leur effet sur l'érosion.

Figure 6 - Effet de l'inclinaison de la pente sur l'érosion hydrique.

Figure 6 - Effet de l'inclinaison de la pente sur l'érosion hydrique.

30Hors les secteurs protégés (tissu urbain, retenues et cours d'eau), les versants ont une pente supérieure à 15° sur 84,4 % du terrain d'étude et les valeurs dépassent 20° sur 61,9 % de la superficie totale. De par son caractère montagneux, la région présente des conditions topographiques favorables à l'érosion.

4 ) Le couvert végétal

31Le couvert végétal protège le sol de deux manières. D'une part, il augmente l'infiltration, améliore les propriétés (physiques, chimiques) du sol et maintient la cohésion des matériaux grâce au système radicellaire. D'autre part, il brise l'énergie cinétique des gouttes de pluie et intercepte une partie des précipitations.

32Le mode d'occupation du sol (Fig. 7) a été étudié à partir d'une image Ikonos prise en 2005. Cette image à été analysée par le CNRSL, à l'aide du logiciel de traitement d'images ERDAS, en tenant compte des observations de terrain. Nous avons retenu le classement suivant :

  • Classe 1, très défavorable à l'érosion : cultures sous abri (5 ha). À cette classe, il faut en outre rattacher les tissu urbain (28 ha), ainsi que les retenues et cours d'eau (18,6 ha).

  • Classe 2, défavorable à l'érosion : forêts denses de genévrier (44 ha), qui fournissent un taux de couverture du sol avoisinant 90 %. Ces forêts assurent une protection importante et ne subissent aucune modification physiologique durant l'automne et l'hiver, saisons au cours desquelles les précipitations présentent des intensités élevées (R. BOU KHEIR, 2002).

  • Classe 3, légèrement favorable à l'érosion : forêts de genévrier qui n'assurent pas une protection complète du sol. Les arbres sont souvent associés à une végétation herbacée moyennement dense. La végétation herbacée maintient la couche superficielle du sol et elle agit comme un écran protecteur contre l'impact des gouttes de pluie. Cette classe couvre une surface avoisinant 361 ha.

  • Classe 4, favorable à l'érosion : cultures en terrasses (maraichères), vergers, arbres dispersés associés à une végétation herbacée clairsemée, qui protègent mal le sol. La surface correspondante représente 883 ha.

  • Classe 5, très favorable à l'érosion : couvert végétal absent toute l'année, ce qui laisse le sol sans protection. Cette classe s'étend sur 609 ha.

Figure 7 - Influence du couvert végétal sur l'érosion hydrique.

Figure 7 - Influence du couvert végétal sur l'érosion hydrique.

5 ) L'érosivité des pluies

33 Le pouvoir érosif dépend de l'intensité de la pluie. Plus l'intensité est forte, plus le risque érosif est élevé. Faute d'indication contraire, nous considérons que le secteur d'étude reçoit les mêmes précipitations. Leur agressivité est évaluée à travers l'indice de F. FOURNIER (1960), modifié par H. ARNOLDUS (1980) :

34Cet indice atteint 21,7 à Quartaba, à 5,5 km d'El Aaqoûra. Cette valeur est plus élevée que celles qui prévalent dans les régions voisines, comme à Beyrouth (13,4) et Tripoli (12,2). Pour la période de 2000 à 2013, les valeurs maximales de la pluie en 24 h atteignent 83 mm à Tripoli, 40 mm à Beyrouth et 64 mm à Tal Amara. Malheureusement, ces données ne sont pas disponibles pour la station de Quartaba, la plus proche de la région d'étude. Les précipitations annuelles moyennes, sans doute proches de 1500 mm, peuvent favoriser une forte érosion. Mais nous ne pouvons pas faire de discrimination à l'échelle du terrain d'étude.

35Dans ces conditions, nous n'avons retenu qu'une seule classe d'érosivité, correspondant à des conditions favorables à l'érosion (classe 4).

V - Résultats

36Le croisement des différentes cartes thématiques, effectué en appliquant les coefficients de 0,19 (pour la plupart des facteurs) et 0,24 (pour le couvert végétal), permet de distinguer trois classes de sensibilité à l'érosion. Toutefois des conditions particulières doivent être prises en compte pour dresser la carte des conditions de l'érosion (Fig. 8). Quatre classes de sensibilité à l'érosion sont finalement distinguées :

  • Sensibilité très faible (hors indice) : 488,6 ha (26,5 % de la surface totale)  roches à nu (438 ha), tissu urbain (28 ha), retenues et cours d'eau (18,6 ha) et cultures sous abri (5 ha).

  • Sensibilité faible (indice = 1,6-2,6) : 113,2 ha (6,1 % de la surface totale)  terrains densément couverts par la végétation et terrasses agricoles.

  • Sensibilité moyenne (indice = 2,6-3,6) : 673 ha (36,4 % de la surface totale)  végétation arbustive ou arbres fruitiers, associés à une strate herbacée, parfois sur pente forte et pour des sols fortement érodibles.

  • Sensibilité forte (indice = 3,6-4,6) : 673 ha (36,4 % de la surface totale)  absence de couvert végétal (parfois à cause du déboisement ou du surpâturage) et couvert végétal très peu protecteur (arbres dispersés, strate herbacée clairsemée) sur des pentes moyennes ou fortes.

Figure 8 - Sensibilité des terrains à l'érosion.

Figure 8 - Sensibilité des terrains à l'érosion.

VI - Validation des résultats

37La validation des résultats a été faite par comparaison avec le terrain.

38Dans cette perspective, nous avons adopté les critères de terrain définis par d'autres chercheurs au Liban (R. BOU KHEIR, 2001-b) :

  • Sensibilité faible : roches nues et secteurs où les racines d'arbres et d'arbustes sont déchaussées de moins de 5 cm et où les buttes de sol résiduelles ont moins de 5 cm de hauteur.

  • Sensibilité moyenne : racines d'arbres déchaussées de 5 à 20 cm et buttes de sol résiduelles de 5 à 20 cm de hauteur.

  • Sensibilité forte : racines d'arbres déchaussées de plus de 20 cm, pédicules d'érosion (colonnes de terre protégées par des pierres) de plus de 20 cm de hauteur.

39Une cinquantaine de points ont été sélectionnés, par échantillonnage stratifié, pour les secteurs susceptibles de subir une érosion représentés sur la carte synthétique (Fig. 8). Leur localisation sur le terrain a nécessité un système de positionnement par satellite (GPS). Ils ont été décrits par plusieurs variables (la pente, le type et la densité du couvert végétal, la lithologie, la texture du sol, sa teneur en matière organique, le déchaussement des racines, les dimensions des buttes et pédicules). Le taux de bonne concordance entre la carte et le terrain avoisine 80 %. Certaines vérifications, basées sur la réponse spectrale des zones érodées (indice de brillance), concernant les classes modérés et fortes, ont été effectuées, en utilisant l'image satellitaire de haute résolution spatiale Ikonos (1 m).

VII - Conclusion

40L'approche adoptée a permis une cartographie qualitative de la sensibilité des terrains à l'érosion dans la région d'El Aaqoûra.

41Parmi les coefficients appliqués aux différents facteurs considérés, le plus élevé a été attribué au couvert végétal, compte tenu du rôle important que tous les auteurs lui accordent pour limiter ou bloquer l'érosion. Les ravines et rigoles observées dans les secteurs couverts par une végétation clairsemée, comme l'absence de ces formes sous végétation dense, justifient ce choix.

42La cartographie réalisée met en évidence la répartition géographique de la sensibilité des terrains à l'érosion. Aux secteurs immunisés (en particulier le plateau de Jord el Aaqoûra, où les roches sont à nu), s'opposent des secteurs où la combinaison des facteurs apparaît plus ou moins favorable aux pertes de terre.

43Pour aller plus loin, il conviendrait de lancer un programme de mesure des pertes de terre sur les versants et des transports solides par les cours d'eau. Mais un tel programme est-il actuellement réaliste au Liban ?

44Enfin, la torrentialité constitue un problème spécifique qu'il faudrait traiter. Pour l'appréhender, sans doute faudrait-il concentrer les efforts sur quelques petits bassins versants expérimentaux, qui seraient une base sur laquelle s'appuyer pour prendre des mesures et lancer une politique plus ambitieuse de RTM (Restauration des Terrains de Montagne). L'expérience française à ce sujet (T. MUXART et al., 1990 ; J.P. REQUILLARD et al., 1997) pourrait être profitable. Cependant, dans le cas des escarpements les plus abrupts (voir Photo 2), il n'est pas vraiment envisageable de prendre des mesures, quelles qu'elles soient.

Remerciements : Nous remercions Claude MARTIN et Georges DE NONI, ainsi que les relecteurs qui ont accepté de juger notre travail. Nous tenons à remercier également Éliane CHARBEL, Ghaleb FAOUR, Anne-Virginie DUBOIS, Lise-Marie GLANDUS et Miriam MAKKE-TRABOULSI pour leur précieuse collaboration.

Haut de page

Bibliographie

ABDUL-NOUR H., GHAOUCHE A. et KALLAB O. (1991) - Essai de synthèse spéléologique des hauts-plateaux de Aaqoûra-Roueiss. Le Liban Souterrain, vol. 3, p. 73-82.

AKE G.E., KOUADIO B.H., ADJA M.G., ETTIEN J.B., EFFEBI K.R. et BIÉMI J. (2012) - Cartographie de la vulnérabilité multifactorielle à l'érosion hydrique des sols de la région de Bonoua (Sud-Est de la Côte d'Ivoire). Physio-Géo, vol. VI, p. 23-42. URL : http://physio-geo.revues.org/2285 (consulté le 16 janvier 2015).

ARNOLDUS H.M.J. (1980) - An approximation of the rainfall factor in the USLE. In : Assessment of erosion in USA and Europe, M. de BOODT et D. GABRIELS édit., Édit. John WILEY, Chichester (Angleterre), p. 127-132.

BOU KHEIR R. (2002) - Étude des risques d'érosion hydrique des sols par télédétection et SIG. Application à une région représentative du Liban. Thèse de Doctorat, Institut National Agronomique Paris-Grignon, 262 p.

BOU KHEIR R., GIRARD M.C., KHAWLE M. et ABDALLAH C. (2001-a) - Érosion hydrique des sols dans les milieux méditerranéens. Études et Gestion des Sols, vol. 8, n° 4, p. 231-245.

BOU KHEIR R., GIRARD M.C., SHABAN A., KHAWLE M., FAOUR G. et DARWISH T. (2001­b) - Apport de la télédétection pour la modélisation de l'érosion hydrique des sols dans la région côtière du Liban. Télédétection, vol. 2, n° 2, p. 79-90.

CERDAN O., LE BISSONNAIS Y., SOUCHÈRE V., KING C., ANTONI V., SURDYK N., DUBUS I., ARROUAYS D. et DESPRATS J.F. (2006) - Guide méthodologique pour un zonage départemental de l'érosion des sols. Rapport numéro 3 : Synthèse et recommandations générales. Rapport BRGM-RP-55104-FR, Orléans, 85 p.

CHARBEL L. (2012) - Les composantes physiques et géographiques imposant le choix des sites de barrages et leurs faisabilités dans le bassin versant du Nahr Ibrahim (Mont-Liban). Thèse de Doctorat, Université Libanaise, 304 p. + 3 cartes hors-texte.

DARWISH T., KHAWLIE M., JOMAA I., ABOU DAHER M., AWAD M., MASRI T., SHABAN A., FAOUR G., BOU KHEIR R., ABDALLAH C. et HADDAD T. (2006) - Soil map of Lebanon 1/50000. Édit. CNRS-Lebanon, Monograph Series 4, Liban, 367 p.

DUBERTRET L. et WETZEL R. (1951) - Carte géologique au 1/50000. Feuille de Qartaba au 50000e. Ministère des Travaux Publics, Beyrouth, avec notice (sous la direction de L. DUBERTRET), 56 p. + 12 planches photographiques

DUMAS J. (1965) - Relation entre l'érodibilité des sols et leurs caractéristiques analytiques. Cahiers ORSTOM, série Pédologie, vol. III, n° 4, p. 307-333.

EL HAGE HASSAN H., VALADAS B. et FAOUR G. (2009) - Apports d'une méthode SIG et de la télédétection pour l'étude de la limitation du risque érosif des terres agricoles. Actes du 4ème Congrès Geotunis (Tunis, Tunisie), 16 p.

EL HAGE HASSAN H., TOUCHART L. et FAOUR G. (2013) - La sensibilité potentielle du sol à l'érosion hydrique dans l'ouest de la Bekaa au Liban. M@ppemonde, n° 109 (2013-1), 17 p.
URL : http://mappemonde.mgm.fr/num37/articles/art13104.html.

FAO-ISRIC-AISS (1999) - Base de référence mondiale pour les ressources en sols. Rapport sur les ressources en sols du monde, n° 84, Rome (Italie), VII + 96 p.

FAO-UNEP (1997) - Guidelines for mapping and measurement of rainfall-induced erosion processes in the Mediterranean coastal areas. Priority Actions Programme Regional Activity Centre (PAP/RAC), Split (Croatie), 72 p.

FOURNIER F. (1960) - Climat et érosion. Édit. Presses Universitaires de France, Paris, 201 p.

GARCIA-RUIZ J., LASANTA T., RUIZ-FLANO P., ORTIZA L., WHITE S., GONZALEZ C. et ARTI C. (1996) - Land use changes and sustainable development in mountain areas: a case study in the Spanish Pyrenees. Landscape Ecology, vol. 11, nº 5, p. 267-277.

HUDSON N. (1996) - Mesures de terrain de l'érosion et de l'écoulement des eaux de surface. Bulletin Pédologique de la FAO, vol. 68, 153 p.

MTPT (1977) - Atlas climatique du Liban. Tome 1 : Pluie, température, pression, nébulosité. Édit. Ministère des Travaux Publics et des Transports, Service Météorologique, Beyrouth (Liban), 45 p. + planches (50 p.).

MUXART T., COSANDEY C. et BILLARD A. (1990) - L'érosion sur les hautes terres du Lingas : un processus naturel, une production sociale. Édit. CNRS, Paris, 146 p.

PAP/RAC (2004) - Improving coastal land degradation. Monitoring in Lebanon and Syria. Country report: Syria. ONU, Priority Actions Programme, Projet LIFE TCY/00/INT/00069/MED, Split (Croatie), VIII + 154 p.

POESEN J. et HOOKE J. (1997) - Erosion, flooding and channel management in Mediterranean environments of Southern Europe. Progress in Physical Geography, vol. 21, nº 2, p. 157-199.

REQUILLARD J.P., HESPEL F. et SEGEL V. (1997) - Service de Restauration des terrains en montagne de l'Isère (RTM). Évolution de la politique de protection contre les torrents au cours de ces deux derniers siècles. Risques Infos, n°8 – Avril 1997, 5 p.

ROOSE É. (1977) - Érosion et ruissellement en Afrique de l'Ouest, vingt années de mesures en petites parcelles expérimentales. Édit. ORSTOM, collection "Travaux et documents", Paris, 108 p.

ROOSE É. (1994) - Introduction à la gestion conservatoire de l'eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin pédologique de la FAO, vol. 70, Rome (Italie), 420 p.

RYAN J. (1982) - A perspective on soil erosion and conservation in Lebanon. American University of Beirut, publication n° 69, Beyrouth (Liban), 68 p.

WILLIAMS J.R. et BERNDT H.D. (1977) - Sediment yield prediction based on watershed hydrology. Transactions oh the ASAE, vol. 20, p. 1100-1104.

WISCHMEIER W.H. et SMITH D.D. (1960) - A universal soil-loss estimating equation to guide conservation farm planning. Actes du 7th International Congress of Soil Science, vol. I, p. 418-425.

WISCHMEIER W.H. et SMITH D.D. (1978) - Predicting rainfall erosion losses. A guide to conservation planning. Édit. US Department of Agriculture, Agriculture Handbook, vol. 537, 58 p.

WISCHMEIER W.H., JOHNSON C.B. et CROSS B.U. (1971) - A soil erosion erodibility nomograph for farmland and construction sites. Journal of Soil and Water Conservation, vol. 26, n° 5, p. 189-192.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 1 - La retombée du plateau de Jord el Aaqoûra sur le cirque d'Aaqoûra-Mejdel. [cliché : Laurence CHARBEL]
Légende Vue prise des environs d'El Aaqoûra (non visible, à gauche du photographe), en regardant vers le sud-sud-est.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 2 - Le cirque d'Aaqoûra-Mejdel au niveau du village d'El Aaqoûra et la gorge de l'oued Jinnâne à la sortie du plateau de Jord el Aaqoûra. [cliché : Hussein EL HAGE HASSAN]
Légende En dessous du village, les matériaux de la coulée de boue qui, en 1929, a emporté une partie du village, avec de petites retenues d'eau dont l'aménagement a peut-être provoqué la coulée de 1937 (L. DUBERTRET et R. WETZEL, 1951) ; au second plan, la falaise de roches cénomaniennes (C4).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Photo 3 - Versants de rive droite de la vallée de l'oued Jinnâne en amont de sa sortie du plateau de Jord el Aaqoûra. [cliché : Laurence CHARBEL]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 2 - Relief et géologie du secteur d'El Aaqoûra.
Légende Sources : fond topographique de la Direction des Affaires Géographiques et Géodésiques de l'Armée (1963) et, pour la géologie, L. DUBERTRET et R. WETZEL (1951) et L. CHARBEL (2012).C1 : Néocomien. C2 : Aptien. C3 : Albien. C4 : Cénomanien. q : Quaternaire.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 3 - Courbe hypsométrique du terrain d'étude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 15M
Titre Tableau I - Érodibilité des différents types de sols.
Légende Dénomination des sols selon la classification FAO-ISRIC-AISS (1999).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 - Érodibilité des sols.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 5 - Sensibilité des sols à l'érosion en fonction de la lithologie.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Tableau II - Classification des pentes en fonction de leur effet sur l'érosion.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6 - Effet de l'inclinaison de la pente sur l'érosion hydrique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 7 - Influence du couvert végétal sur l'érosion hydrique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 8 - Sensibilité des terrains à l'érosion.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4572/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hussein El Hage Hassan, Laurence Charbel et Laurent Touchart, « Cartographie des conditions de l'érosion hydrique des sols au Mont-Liban : exemple de la région d'El Aaqoûra », Physio-Géo, Volume 9 | -1, 141-156.

Référence électronique

Hussein El Hage Hassan, Laurence Charbel et Laurent Touchart, « Cartographie des conditions de l'érosion hydrique des sols au Mont-Liban : exemple de la région d'El Aaqoûra », Physio-Géo [En ligne], Volume 9 | 2015, mis en ligne le 02 juillet 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4572 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4572

Haut de page

Auteurs

Hussein El Hage Hassan

Université Libanaise et CEDETE (EA 1210), Université d'Orléans, ORLÉANS.
Courriel : hussein.el-hage-hassan@univ-orleans.fr

Laurence Charbel

Université Libanaise, BEYROUTH, LIBAN.
Courriel : laurence_charbel@yahoo.com

Laurent Touchart

CEDETE (EA 1210), Université d'Orléans, ORLÉANS.
Courriel : laurent.touchart@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org