Navigation – Plan du site
Articles

Rôle des conditions géographiques sur l'organisation spatiale des réseaux de défense de la Grande Guerre. Application à la Champagne (région de Reims)

Alain Devos, Pierre Taborelli, Mylène Dodici, Laurent Chalumeau, Jérôme Buridant, Nicolas Bollot, Anne Combaud et Yves Desfossés
p. 157-174

Résumés

Le rôle des conditions géographiques et surtout géomorphologiques sur l'organisation spatiale des réseaux de défense de la Première Guerre mondiale est analysé à partir du secteur de Reims, sur le front ouest. L'étude est réalisée sous SIG à partir de documents cartographiques datant de la Première Guerre croisés aux banques de données actuelles (MNT, géologie, hydrographie). Les réseaux de tranchées présentent une organisation ternaire emboitée en rideaux de défense et sont structurés en lignes et boyaux dont la logique répond non seulement à des critères topographiques multiscalaires (rôle des fronts de cuesta, des contre-pentes, des talus des voies de communication), militaires (crêtes de tir, portées de l'artillerie) et stratégiques. Cette approche témoignant de l'importance de la connaissance et de l'exploitation du terrain dans la guerre de position permet aussi de mesurer l'impact environnemental de la Grande Guerre (remuement des terres, pollutions des sols).

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Si la Grande Guerre a déjà fait l'objet de nombreuses publications, elles se multiplient dans le cadre du centenaire. Cependant, dans l'ensemble des contributions, l'approche est généralement historique (P. MIQUEL, 1983 ; D. ROLLAND, 2005 ; R. CAZALS, 2013 ; A. LOEZ et N. OFFENSTADT, 2013 ; F. COCHET, 2014) ou sociale (L. SAINÉAN, 1915 ; J. BEURIER, 2007, 2014) sans intégrer la dimension spatiale. Seuls les Guides MICHELIN d'après-guerre proposent une cartographie des paysages dévastés. E. DE MARTONNE (1925) publie dans les Annales de Géographie un compte rendu de lecture d'une contribution originale du commandant R. VILLATE (1925) intitulée "Les conditions géographiques de la guerre sur le front français". Ce texte de référence, indispensable pour comprendre le rôle des facteurs géographiques sur l'organisation spatiale du front, est néanmoins peu connu des géographes.

2Depuis les années 1980 dans le Nord-Pas-de-Calais et surtout depuis 1991 avec la fouille de la tombe d'Alain FOURNIER à Saint-Rémy-La-Calonne (F. ADAM, 1991, 2006), la Grande Guerre devient un thème d'intérêt pour l'archéologie. L'archéologie de la Grande Guerre est depuis considérée comme une discipline à part entière (L. OLIVIER, 2000 ; Y. DESFOSSÉS et al., 2000, 2007 ; Y. DESFOSSÉS, 2008), avec des fouilles et travaux archéologiques portant sur les nécropoles (Y. DESFOSSÉS, 2009 ; G. FLUCHER, 2011), le patrimoine militaire (M. BENOISTEL et L. DESSERRIÈRES, 2003), les traces archéologiques de la nourriture des combattants (M. LANDOLT et F. LESJEAN, 2009 ; F. LESJEAN, 2011 ; F. DEVEVEY, 2014), le monde souterrain (C. SOSSON et al., 2006, 2008 ; A. DEVOS et al., 2008 ; G. THOMAS, 2009 ; E. LAFORGERIE et J.F. WIESS, 2013) et les graffiti (T. HARDIER, 2010 ; J. BUTTET, 2012, 2013). Des travaux s'intéressent également aux découvertes archéologiques réalisées par les combattants durant le conflit en Artois (A. VIRÉ, 1920), en Champagne (Dr. TRASSAGNAC, 1915) et en Alsace (A. MUSSO, 2005 ; M. LANDOLT et al., 2009 ; M. LANDOLT et B. SCHNITZLER, 2014).

3Les aspects environnementaux des conséquences de la Grande Guerre n'apparaissent que très tardivement et sont au final encore peu étudiés. Quelques références concernent le cadre géologique (M.S. ROSENBAUM et E.P.F. ROSE, 1992 ; P. DOYLE et al., 2002), l'impact morphologique du conflit (R. HESSE, 2014), les problèmes géotechniques liés aux désordres associés aux "aléas cavités" (J. HUTCHINSON et al., 2008), les pollutions des sols par les métaux lourds (J.P. HUPY, 2006 ; T. BAUSINGER et al., 2007;J.P. HUPY et R.J. SCHAETZL, 2008 ; G. CERTINI et al., 2013), mais aussi la pollution des eaux souterraines liée aux perchlorates contenus dans les charges propulsives et explosives des munitions (D. HUBÉ, 2013 ; C. VIGREUX-BESRET et al., 2015), les impacts biologiques et biogéographiques sur la végétation (J.Y. PUYOT, 2004 ; J.P. AMAT, 2015) et enfin le contexte climatique (E. SAVOURET et al., 2011).

4L'objectif de cette contribution est de comprendre non seulement l'organisation spatiale des réseaux de défense mais également le rôle des conditions géographiques sur leur structuration. En effet, le front ouest de la Grande Guerre est perçu à petite échelle comme une entité linéaire et continue de plus de 700 km de l'Alsace à la Flandre. Cette perception de l'organisation spatiale du front ne présuppose alors pas une relation avec les grandes lignes de relief des cuestas du Bassin Parisien, et induit à penser une faible importance des conditions topographiques sur l'implantation du front (Fig. 1). Ce dernier recoupe effectivement les grandes lignes de relief et seules les crêtes du massif vosgien fixent les réseaux de défense (F. HENSEN, 2013). Le front semble alors résulter des applications tactiques évolutives des deux stratégies (plan SCHLIEFFEN et plan XVII), avec un tracé hérité de la guerre de mouvement d'août à septembre 1914 et de la course à la mer, et s'appuyant sur le dispositif de fortifications du système SÉRÉ de RIVIÈRES (trouées de Chimay et de Stenay). Cependant les conditions géographiques sont considérées comme fondamentales dans le cadre d'une guerre de position (R. VILATTE, 1925 ; J. KEEGAN, 2013). L'échelle d'étude doit alors être à grande échelle ou à l'échelle régionale

Figure 1 - Situation du front au 15 novembre 1914 replacée dans le contexte géomorphologique du Nord de la France.

Figure 1 - Situation du front au 15 novembre 1914 replacée dans le contexte géomorphologique du Nord de la France.

II - Matériel et méthodes

1 ) Matériel

a. Cas d'étude

5Afin de démontrer l'importance des conditions géographiques sur l'implantation du front, la région de Reims est utilisée comme cas d'étude.

6L'intérêt stratégique de Reims repose sur sa situation géographique (Fig. 2). En effet, la ville se situe dans l'entonnoir de percée cataclinale de la Vesle à travers la côte d'Île de France et contrôle donc un corridor d'accès au centre du Bassin Parisien, emprunté par la route nationale N44. La côte d'Île de France sépare deux plateaux étagés : la Champagne sèche ou crayeuse à l'est, les plateaux tertiaires à l'ouest, représentés par la Montagne de Reims dans la partie méridionale de la carte et le massif de Saint-Thierry au nord-ouest. L'entonnoir est jalonné de buttes témoins, les monts de Berru ou de Nogent-l'Abbesse, et d'avant-buttes de craie (Mont-Saint-Pierre à l'ouest de Tinqueux, Butte de Montbré au sud de Reims). Ces reliefs servent d'assise aux éléments du système fortifié SÉRÉ de RIVIÈRES du XIXème siècle qui ceinture la ville avec les forts de Saint-Thierry, de Brimont, de Fresnes, de Witry-lès-Reims, de Nogent-l'Abbesse, de la Pompelle et de Montbré.

Figure 2 - Carte des fronts de la région de Reims.

Figure 2 - Carte des fronts de la région de Reims.

7Enfin, la ville historique est installée en rive droite de la Vesle sur des terrasses alluviales étagées. Elle domine un lit majeur marécageux (tourbières), alimenté par la nappe de la craie (A. DEVOS et al., 2007), qui est aménagé dans la traversée urbaine avec des anciens hortillonnages et le canal de navigation de l'Aisne à la Marne.

8Paradoxalement, cette ville martyre s'inscrit dans un secteur calme, sans grande offensive durant la guerre de position et sans modification importante de la ligne de front (F. COCHET, 2002). En effet, depuis le 15 novembre 1914, le front est stabilisé de la Mer du Nord aux Vosges et traverse la Champagne du pied du Chemin des Dames à l'Argonne en passant par la vallée de la Loivre, les faubourgs septentrionaux de la ville de Reims et les Monts de Champagne.

9Dans le cadre de la grande offensive allemande du printemps 1918, le front est profondément enfoncé le 27 mai au Chemin des Dames. Il traverse alors la Vesle le 28 mai à l'ouest de Reims et se stabilise dans la vallée de la Marne vers Château-Thierry suite à la seconde bataille de la Marne du 15 au 17 juillet 1918. La ville de Reims, le 15 juillet 1918, au moment de l'avancée maximale allemande, se présente donc en situation critique, formant un saillant ou une poche de résistance que les allemands essaient de déborder en vain à l'est et à l'ouest (Fig. 2).

b. Documents cartographiques utilisés

10La guerre de position exige dès la fin septembre 1914 une adaptation et un changement fondamental de la cartographie militaire. Elle doit répondre aux nouveaux usages et pratiques du terrain qui vont poser les bases d'une nouvelle représentation spatiale et multiscalaire fondatrice de la cartographie moderne (A. COMBAUD et al., soumis). Cette prise de conscience de l'Armée passe par la création de nouveaux services, les Groupes de Canevas de Tir des Armées, dépendant du Service Géographique des Armées. Ils sont responsables de toutes les étapes de la création des cartes, de l'exécution d'un nouveau canevas d'ensemble à la distribution des documents jusqu'au front. Leurs attributions s'élargissent au fur et à mesure du conflit avec la direction de l'instruction topographique des officiers et la gestion du matériel topographique et d'observation. Ces Groupes de Canevas de Tir doivent notamment fournir des cartes précises et mises à jour régulièrement afin de permettre à l'artillerie de tirer sur des objectifs non visibles, car enterrés dans les tranchées. Ces cartes sont nommées les "plans directeurs de tir", devenus les "plans directeurs" lors de l'élargissement de leur utilisation par les états-majors (A. COMBAUD et al., soumis).

11Ces plans directeurs constituent une formidable banque de données cartographiques présentant, entre autre, les réseaux de défense. Ils peuvent être consultés aux archives départementales, aux archives militaires à Vincennes ou dans des collections privées. Des extraits sont présents dans certains Journaux des Marches et Opérations (JMO) disponibles sur le site Mémoires des Hommes (http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr).

12Les plans directeurs utilisés pour l'étude sont ceux de Berry-au-Bac, Brimont, Warmeriville, Jonchery-sur-Vesle, Reims et Beine, au 1/20000, publiés entre juillet 1917 et septembre 1918 (Fig. 2, Tab. I). Ils s'inscrivent dans les deux contextes, de la guerre de position et de celle mouvement liée aux offensives allemandes de mai à juillet 1918. Ils présentent l'organisation du dispositif allemand en bleu sur une profondeur de front de 10 km et, pour des raisons de confidentialité, de façon plus détaillée que du côté allié, cartographié en rouge sur une profondeur de 6 km (Fig. 3) (GQGA, 1916, 1917-a).

Tableau I - Caractéristiques et typologie des objets digitalisés à partir des plans directeurs.

Tableau I - Caractéristiques et typologie des objets digitalisés à partir des plans directeurs.

* : les plans directeurs ont été consultés aux Archives départementales de la Marne.

Figure 3 - Extrait du Plan directeur de Reims du 15 juillet 1918 (SGA) où figurent les réseaux de défense français (en rouge) et allemands (en bleu).

Figure 3 - Extrait du Plan directeur de Reims du 15 juillet 1918 (SGA) où figurent les réseaux de défense français (en rouge) et allemands (en bleu).

13Pour argumenter sur le rôle des conditions géographiques sur l'organisation spatiale du front, un Modèle Numérique de Terrain (MNT) avec une résolution spatiale de 25 m, la plus proche de l'échelle des plans directeurs, est intégré à l'étude (BD ALTI® IGN).

2 ) Méthode

14Les plans directeurs sont numérisés puis géoréférencés dans un Système d'Information Géographique (SIG). La méthode employée est celle dite des points amers en s'appuyant sur les SCAN 25® IGN de 2010. Le système de coordonnées choisi est le système projeté de référence actuel, soit le RGF 1993 LAMBERT 93 et non le système projeté LAMBERT zone Nord de Guerre adopté pour la réalisation des plans directeurs. Ce choix est contraint par l'utilisation des logiciels de SIG qui ne proposent pas tous le système de LAMBERT zone Nord de Guerre. Par ailleurs, si certains le proposent, comme ArcGIS© ESRI depuis la version 10, le méridien d'origine est le méridien officiel actuel, soit Greenwich, et non le méridien d'origine réel du système de coordonnées de l'époque, ce qui engendre un décalage des données. Ces plans directeurs géoréférencés permettent alors la digitalisation des aménagements liés au conflit, de façon ordonnée en fonction de leur géométrie. Ainsi sont distingués les objets de type points (ponts, observatoires, etc.), lignes (tranchées, boyaux, réseaux de fils barbelés, etc.) et polygones (centres, ouvrages, etc.) comme présentés dans le tableau I. Pour cela, il est nécessaire de s'appuyer sur la légende des plans directeurs, or ces derniers en sont généralement dénués ou n'en présentent qu'une partielle. Une légende a donc été reconstituée à partir des documents officiels d'époque (GQGA, 1916 ; AWC, 1917 ; USA, 1918) et de l'étude de nombreux plans directeurs (A. COMBAUD et al., soumis).

15Dans cette contribution, seuls les tranchées et boyaux structurant les réseaux de défense sont intégrés. Pour ces éléments, des précisions sur l'utilisation et la nature des ouvrages sont renseignées dans la table attributaire lorsque ces données sont indiquées sur les plans d'origine. Il en est de même pour leur toponyme, même si ces informations présentent des lacunes du fait de l'échelle des plans utilisés.

16La répartition spatiale de ces données digitalisées est ensuite croisée avec un Modèle Numérique de Terrain (MNT) d'une maille de 25 m (BD ALTI ® IGN).

III - Résultats

17À l'échelle régionale et locale, la ligne de front s'appuie sur des lignes de relief hiérarchisées et s'organise sous la forme d'une bande structurée en rideaux et lignes de tranchées de 20 à 30 km de large plus ou moins centrée sur le no man's land (Fig. 4) (J.P. VERNEY, 2003 ; M. GEAGEA, 2015).

1 ) L'Organisation spatiale des réseaux de défense

a. À l'échelle régionale

18À l'échelle régionale, la vallée de la Vesle présente un intérêt stratégique car elle constitue un accès privilégié vers Paris, ce qui justifie non seulement l'existence des fortifications de second rideau défensif du système SÉRÉ de RIVIÈRES mais aussi le creusement des réseaux de défense dans le secteur de Reims.

19Quatre rideaux ou réseaux de défense, constitués de lignes de tranchées et de boyaux, se distinguent nettement (Fig. 4). Le premier rideau se situe à l'est de la ville de Reims. Il s'appuie sur les avant-buttes préalablement fortifiées du système SÉRÉ de RIVIÈRES (fort de la Pompelle), sur les croupes de craie dominant la ville (Moulin de la Housse) et la rive nord de la Vesle. Dans les intervalles, le système de défense s'adosse sur les remblais des voies de communication (canal de l'Aisne à la Marne, route nationale de Cambrai à Châlons-sur-Marne).

Figure 4 - Réseaux de défense de la région de Reims en 1918 (avant l'offensive allemande du 27 mai).

Figure 4 - Réseaux de défense de la région de Reims en 1918 (avant l'offensive allemande du 27 mai).

20La ville de Reims et le corridor fluvial de la Vesle s'inscrivent entre le premier et le second rideau défensif. En effet, les marais de la Vesle et le champ alluvial constituent un milieu difficile à traverser et à fortifier, mais riche en potentialités pour dissimuler aux yeux de l'ennemi les tranchées derrière la ripisylve de la zone humide (camouflage passif).

21Les tranchées des premières lignes du second rideau s'adossent au rebord de terrasse alluviale de la Vesle qui a fixé les villages de Sillery, Taissy et Cormontreuil. Ces villages constituent des points d'appui et contrôlent les ouvrages de franchissement (les ponts), sur la Vesle et le canal de l'Aisne à la Marne, assurant la communication avec le premier rideau défensif.

22Le troisième rideau est structuré sur des points d'appui correspondant à des croupes de craie en rive gauche de la Vesle, dont la butte de Montbré (fort du système SÉRÉ de RIVIÈRES).

23Le dernier rideau est situé sur le versant nord de la Montagne de Reims (front de la cuesta d'Île de France). Il domine la zone de combat et permet l'observation complète de la zone de front ainsi que le réglage des tirs d'artillerie.

b. À l'échelle locale

24Les réseaux de tranchées et de boyaux s'organisent dans l'absolu de manière ternaire, conformément aux manuels d'instruction militaires (GQGA, 1917-b). Mais cette géométrie a beaucoup évolué au cours du conflit (Fig. 5).

Figure 5 - Évolution de l'organisation ternaire d'un réseau de défense de 1914 (a) à 1918 (b) (d'après le capitaine SOLARD, 1935).

Figure 5 - Évolution de l'organisation ternaire d'un réseau de défense de 1914 (a) à 1918 (b) (d'après le capitaine SOLARD, 1935).

25La première organisation adoptée dessine un réseau constitué de trois lignes de tranchées ou "parallèles" (Fig. 5-a) équipées de banquettes de tir permettant aux soldats de tirer sans sortir des tranchées. Ces lignes sont reliées par des boyaux de communication, perpendiculaires à la ligne de front, qui présentent un tracé sinueux ou en crémaillère pour éviter les tirs en enfilade. La première ligne, ou ligne de résistance, est au contact du no man's land. C'est une tranchée parallèle à la ligne de défense adverse. Elle est aménagée en créneaux de tirs ou en "groupes d'éléments de tranchées" parallèle à la ligne de défense adverse. La première ligne présente un chevelu de boyaux d'accès aux postes d'écoute, petits postes avancés et postes d'observation situés quelques dizaines de mètres vers les lignes ennemies. Elle n'est pas systématiquement continue. Les intervalles entre les éléments de tranchées sont couverts par le tir des mitrailleuses. Des abris légers sont creusés dans la tranchée ("abris caverne"). En revanche, en arrière de cette première ligne, des abris mieux aménagés sont desservis par des boyaux. La seconde ligne, ou ligne de soutien, est située 100 à 200 m en arrière. C'est une position d'attente pour les renforts et de départ pour les contre-attaques. À ce titre, elle présente de nombreux carrefours ou places pour concentrer les troupes. La troisième ligne, ou ligne de couverture d'artillerie, ou ligne de réserve, plus discontinue, se situe 400 à 800 m en arrière. Elle est censée servir d'amorce de structure défensive dans le cas où l'ennemi investirait le premier réseau, afin de garantir la continuité du front. Elle est équipée de nombreux abris, postes médicaux et dépôts de munitions. Cette organisation spatiale, de mise à la fin de l'hiver 1914-1915, va évoluer au cours du conflit vers une structure en points d'appui qui ne détermine pas l'existence d'une ligne de feu continue, créant des intervalles (Fig. 5-b). Chaque point d'appui est discontinu. Tenu par une compagnie, il est structuré par des tranchées de premières lignes (doublées avec un parallèle de surveillance et un parallèle principal) et relié à des tranchées de soutien (seconde ligne ou parallèle principale de couverture), des tranchées intermédiaires (3ème ligne) et des tranchées de réduits (dernière ligne). Les réduits et les ouvrages sont des structures défensives fermées d'un ensemble fortifié. Ils permettent aux troupes retranchées de continuer le combat après un isolement. Plusieurs points d'appui groupés sous l'autorité d'un seul commandement forment un centre ou un réduit (tranchées à tracé circulaire entourées d'obstacles continus). La ligne des réduits, des centres et des ouvrages du premier rideau défensif est systématiquement installée sur des points hauts (croupes de craie) et sur les ouvrages de franchissement (ponts au-dessus du canal de l'Aisne à la Marne). Les faubourgs de Reims, dont les rues sont organisées en structures défensives (tranchées creusées et réseaux de barbelés), s'intègrent dans cette ligne de réduits. La densité des travaux de fortification diminue nettement du premier rideau au dernier rideau défensif. L'organisation ternaire des parallèles est bien observée, voire amplifiée en premier rideau (tranchées de premières lignes doublées). Si elle est conservée dans le second rideau, elle devient discontinue dans le troisième, surtout organisé à partir d'ouvrages fortifiés. Le dernier rideau est surtout marqué par des chemins de fer à voies étroites parallèles à la ligne de front, desservant le réseau routier et les ouvrages de dépôt de munitions. Des tranchées à tracé discontinu situées au sommet du front de côte sur le versant nord de la Montagne de Reims, sont équipées d'observatoires ou de postes d'observation (Mont Sinaï).

2 ) Le rôle des conditions topographiques locales ou du terrain

26Cette lecture des plans directeurs montre le rôle majeur des conditions topographiques locales sur l'organisation spatiale du réseau de défense de la zone de front (Fig. 6).

Figure 6 - Le rôle des conditions topographiques sur le réseau de défense à l'est de Reims en juillet 1918.

Figure 6 - Le rôle des conditions topographiques sur le réseau de défense à l'est de Reims en juillet 1918.

27Les points culminants, ou plus hautes crêtes topographiques régionales (sommet du front de côte), sont utilisés comme postes d'observation intégrés au dernier rideau défensif (arrières lignes du 4ème rideau de tranchées). En effet, sur ces sites la vue lointaine permet d'observer l'intégralité du dispositif défensif. Ces sites sont donc fondamentaux pour les combats d'artillerie. En effet, compte tenu des portées de tir et de leur position abritée, les batteries sont aveugles sans observatoire ni appui aérien. En revanche, l'ensemble de ce 4ème rideau étant en contrebas de la Montagne de Reims, l'appui de l'artillerie y est difficile si celui-ci vient à être attaqué.

28Les reliefs secondaires, ou croupes de craie, correspondent à des points d'appui fortifiés (centres, ouvrages, réduits) dans l'organisation spatiale du front (3ème rideau de tranchées). Les mamelons garantissent de multiples avantages avec des sites d'observation sur leur sommet, de bons champs de tir en contrebas de la crête topographique (crête militaire), sur les crêtes militaires vers la zone de front et sur leurs flancs (tirs de flanquement). Ils offrent également de nombreux angles morts pour l'artillerie ennemie sur leur contre-pente. Mais l'appui d'artillerie est difficile en contrebas de ces reliefs.

29Les talus de petite taille, comme les rebords des terrasses alluviales et les remblais des voies de communication (routes, canal de l'Aisne à la Marne), sont utilisés par les tranchées (2ème rideau de tranchées et dernière ligne du premier rideau de tranchées). Le talus exposé au front constitue une crête militaire garantissant un bon champ de tir avec une vue lointaine (parallèles de 1ère ligne), mais difficile d'accès pour un soutien d'artillerie. Par contre, le talus en contre-pente (arrières lignes du 1er et du 2ème rideau de tranchées), protégé des tirs d'artillerie (angle mort pour l'ennemi) et n'offrant qu'un champ de tir très limité, adosse de nombreux abris de réserves.

30Ainsi les glacis de bas de pente du versant sud de la Vesle (2ème ligne du 2ème rideau de tranchées) bénéficient d'un champ de tir étendu sur un terrain découvert (1er rideau et le no man's land) ce qui permet un bon appui d'artillerie. S'il déborde le premier réseau de défense, l'ennemi s'expose au feu de l'artillerie et doit concentrer ses troupes aux points de passage au-dessus du canal de l'Aisne à la Marne avant de se mouvoir difficilement dans le fond alluvial de la Vesle.

31Les zones humides du fond de vallée de la Vesle, entre le 1er et le 2ème rideau de tranchées, sont peu fortifiées, compte tenu de la proximité de la nappe de la craie et de l'hydromorphie des sols (lourds travaux de gabionnage et de clayonnage des tranchées en surplomb protégées par des digues). Mais la ripisylve et les marais arborés (saulaies-frênaies) jouent le rôle d'écran visuel ou de masque, camouflant le second rideau, et de frange tampon rendant difficile l'accès au second rideau défensif.

32Les contre-pentes, situées sur le flanc méridional des croupes de craie et des talus, sont hors d'atteinte de l'artillerie et protégées de l'observation de l'ennemi (angle mort). Elles sont creusées de boyaux permettant la communication entre tous les réseaux de défense. Ces boyaux se concentrent aux points de passage permettant non seulement d'accéder aux réseaux de tranchées mais aussi de franchir la Vesle et le canal de l'Aine à la Marne au niveau des ponts. Ainsi ces boyaux ne sont pas observables par l'ennemi sans appui aérien, ce qui limite l'efficacité des tirs d'artillerie.

IV - Discussion et applications

33Le front, ne présentant pas une entité linéaire, mais une épaisseur induite par les portées de l'artillerie, s'étend dans une bande large de 20 à 30 km pour le secteur de Reims.

34Les tranchées et boyaux constituent respectivement un réseau linéaire de 946 km et 1433 km sur les 609 km2 de la zone étudiée, entre le fort de la Pompelle et Berry-au-Bac. Le développement du réseau de défense est en réalité plus important, car la sinuosité des tranchées et boyaux est lissée sous SIG et ne respecte pas le véritable tracé en traverses simples, tournantes ou en en zigzag. Des indices de sinuosité de 1,36 pour les tranchées et de 1,1 pour les boyaux sont calculés à partir des archives militaires (GQGA, 1917-b), ce qui induit un développement moyen de 2859 km, soit 92 km/km de front, de Berry-au-Bac au fort de la Pompelle (31,2 km). Extrapolé aux 775 km du front de l'Ouest, de la Mer du Nord à l'Alsace, le linéaire de tranchées et de boyaux atteint 71068 km.

35Ramenée à la surface étudiée, la densité moyenne de 4,2 km/km2 cache en réalité de fortes disparités spatiales selon les rideaux, les échelles, les belligérants, et les opportunités offertes par la topographie. En effet, le premier rideau défensif concentre les plus fortes densités (17,0 km/km2), ce qui s'explique par le chevelu des petits postes avancés et le dédoublement des lignes de résistance et de soutien, alors que pour les 2ème, 3ème et 4ème rideaux, la densité diminue sensiblement (respectivement 11,7, 8,7 et 6,4 km/km2). Cette densité est également fonction des échelles spatiales car à l'échelle locale, du terrain ou d'un site au cœur d'un réseau de défense (surface en ha), elle est logiquement supérieure à celle mesurée à l'échelle régionale (surface en km2). Enfin, pour des raisons militaires et de confidentialité des informations, la densité est 1,5 à 2,6 fois plus faible du côté allié, moins renseigné, que du côté allemand pour les 2ème, 3ème et 4ème rideaux (Fig. 7). Par conséquent, les différences de densité observées entre les organisations de défense françaises et allemandes sont davantage imputables au manque d'informations sur les réseaux alliés, dû à la confidentialité, qu'à une logique militaire.

Figure 7 - Densités de tranchées et de boyaux des rideaux de défense français et allemands et volumes spécifiques de terre remuée, dans le secteur de Reims en 1918, calculés à partir des plans directeurs au 1/20000.

Figure 7 - Densités de tranchées et de boyaux des rideaux de défense français et allemands et volumes spécifiques de terre remuée, dans le secteur de Reims en 1918, calculés à partir des plans directeurs au 1/20000.

36La digitalisation des réseaux de défense permet de proposer des indices de mesure de l'impact environnemental de la guerre de position.

37La densité des réseaux de défense induit un grand remuement de terres lié au creusement des tranchées. À partir des profils réglementaires des tranchées et boyaux (GQGA, 1917-b), une surface intérieure transversale moyenne est calculée. Cette dernière, respectivement de 1,72 m2 pour les tranchées et 2,10 m2 pour les boyaux, affectée au développement de ces travaux de défense, permet d'estimer que 6 millions de m3 de terre ont été remués sur la zone d'étude, soit un volume spécifique de 98 m3/ha. Ce chiffre peut être considéré comme représentatif de l'ensemble du front, car le développement des tranchées et boyaux est visiblement, pour d'autres secteurs du front, soit plus important (Monts de Champagne), soit plus faible (Argonne).

38En extrapolant ces chiffres à l'ensemble du front ouest, de la Mer du Nord à l'Alsace, le volume atteint est de 145 millions de m3 creusés dans le cadre de la guerre de position.

39Ces volumes sont logiquement variables selon les rideaux et la situation géomorphologique des tranchées, puisqu'ils sont compris entre 60 m3/ha en quatrième rideau français et dépassent 200 m3/ha pour les premiers rideaux défensifs. L'organisation spatiale des densités de tranchées induite par les rideaux de défense et les échelles spatiales utilisées déterminent des volumes très hétérogènes de terre remuée par le creusement des tranchées selon les auteurs. Ils sont compris entre 130 et 220 m3/ha au Chemin des Dames (P. ARNOULD et al., 1992), entre 80 et 140 m3/ha dans les forêts de Saint-Gobain et de Coucy-Basse (P. ARNOULD et L. SIMON, 1994) et de l'ordre de 34 m3/ha en forêt communale de Varennes-en-Argonne (J.P. AMAT, 1987).

40Les anthroposols associés au conflit, caractérisés par une déstructuration, voire une disparition, des horizons pédologiques, paraissent davantage liés au déluge d'obus (1,455 milliard d'obus sur le front occidental, I. MASSON-LOODTS, 2014) et à la guerre des mines (J. HUTCHINSON et al., 2008) qu'aux réseaux de défense. En effet, P. ARNOULT et al., (1992) estime que 100 % de la surface du 1er rideau de défense a été remuée. Les volumes estimés nécessaires pour combler les réseaux de défense et les trous d'obus sont de 2510 m3/ha dans le Bois de Barisis (J. BURIDANT, 2003), 2000 m3/ha en Argonne (J.P. AMAT, 1987) et sont compris entre 2500 à 5000 m3/ha en forêt de Vauclair ou à Coucy (G. MARIVAL et J. BURIDANT, 2006).

41Ces premiers résultats soulèvent également le problème des risques d'affaissement et d'effondrement associés aux cavités militaires des réseaux de défense (abris, galeries-tunnels, rameaux, fourneaux de mine) qui augmentent considérablement les volumes de terre remuée. Ces risques sont d'autant plus importants que l'expansion des agglomérations après la Grande Guerre s'effectue au droit des premiers rideaux de défense, comme pour la ville de Reims (Fig. 4) qui était déjà confrontée à l'aléa "cavités" avec les crayères et caves de Champagne.

V - Conclusion

42La lecture des plans directeurs réalisés par les Groupes de Canevas de Tir des Armées met en évidence le rôle majeur des conditions topographiques régionales et locales sur l'organisation spatiale des réseaux de défense de la zone de front. Cette connaissance, fondamentale du terrain dans le cadre de la guerre de position, explique l'exigence des états-majors de disposer d'une représentation fine de l'espace du combat, par ailleurs fondatrice de la cartographie moderne (système de projection LAMBERT, nivellement, relief en courbes de niveaux, superposition de calques planimétriques, légende structurée, polychromie).

43Le front est trop souvent représenté pour le grand public de manière linéaire, à trop petite échelle, et uniquement expliqué par les replis stratégiques et les batailles successives. En réalité, il présente une organisation spatiale ternaire, complexe, profonde de 20 à 30 km, que l'outil SIG permet de caractériser et de comprendre dans sa complexité par des indices morphométriques. Pour mieux mesurer la relativité des résultats, ce travail peut être réalisé à différentes échelles spatiales des plans directeurs (1/10000 et 1/5000) et sur d'autres sites, afin de vérifier l'impact des changements scalaires sur l'organisation spatiale des réseaux de défense et d'apprécier le rôle des conditions édaphiques (argiles de la Champagne humide, gaize d'Argonne).

44La zone de front fait l'objet de nouvelles approches basées sur les géosciences et la géographie physique permettant de mieux comprendre l'organisation spatiale mais aussi les impacts environnementaux de la Grande Guerre sur les paysages, les sols (éléments-traces métalliques) et les eaux souterraines (pollution par les perchlorates associés aux explosifs). Dans le cadre du devoir de mémoire et de valorisation territoriale, cette approche permet de spatialiser non seulement ce formidable potentiel de patrimonialisation, mais aussi les risques associés au conflit, notamment dans le cadre des Plans de Prévention des Risques. Des prospections LiDAR aéroportées sont prévues, afin de mesurer non seulement le degré de conservation des tranchées et des boyaux sous couvert forestier, mais aussi la précision opérationnelle des plans directeurs sur le terrain.

Remerciements : Cet article s'intègre dans le projet Émergence - IMPACT 14-18 porté par l'EA3795 - GEGENAA et financé par la Région Champagne-Ardenne. Les auteurs tiennent à remercier les rapporteurs pour leurs contributions et leurs remarques constructives.

Haut de page

Bibliographie

ADAM F. (1991) - La sépulture collective de Saint-Rémy-la-Calonne, "Quart en Réserve" (Meuse). Rapport de fouille de la DRAC Lorraine, Service Régional de l'Archéologie, 221 p.

ADAM F. (2006) - Alain Fournier et ses compagnons d'arme. Une archéologie de la Grande Guerre. Édit. Serpenoise, Metz, 219 p.

AMAT J.P. (1987) - Guerre et milieux naturels : les forêts meurtries de l'Est de la France, 70 ans après Verdun. Espace Géographique, vol. 16, n° 3, p. 217-233.

AMAT J.P. (2015) - Les forêts de la Grande Guerre : histoire, mémoire, patrimoine. Édit. Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 548 p.

ARNOULD P. et SIMON L. (1994) - Forêts, guerre, après-guerre, autour du Chemin-des-Dames. In : Forêt et guerre, A. CORVOL et J.P. AMAT édit., Édit. L'Harmattan, collection "Alternatives rurales", Paris, p. 251-270.

ARNOULD P., VEYRET Y. et WICHEREK S. (1992) - Guerre de 1914-1918 et remembrement. Leur incidence sur l'érosion des terres au Chemin des Dames, Bulletin de l'Association de Géographes Français, n° 2, p. 91-99.

AWC (1917) - Instructions concerning battle maps. Annexes. Édit. Army War College, Government Printing Office, Washington (USA), 62 p.

BAUSINGER T., BONNAIRE E. et PREUß J. (2007) - Exposure assessment of a burning ground for chemical ammunition on the Great War battlefields of Verdun. Science of the Total Environment, vol. 382, n° 2-3, p. 259-271.

BENOISTEL M. et DESSERRIÈRES L. (2003) - La guerre des tranchées. Édit. Ouest-France, Rennes, 127 p.

BEURIER J. (2007) - Images et violences 1914-1918. Quand le miroir racontait la Grande Guerre. Édit Nouveau Monde, Paris, 111 p.

BEURIER J. (2014) - 14-18 insolite, album-photos des soldats au repos. Édit. Nouveau monde, Paris, 256 p.

BURIDANT J. (2003) - La forêt mutilée - la reconstitution forestière dans l'Aisne après la Grande Guerre. Graines d'Histoire - La mémoire de l'Aisne, n° 17, p. 13-24.

BUTTET J. (2012) - Traces et témoignages lapidaires de la Grande Guerre. Graffiti et identités. Mémoire de Master 2, Université de Reims, 283 p.

BUTTET J. (2013) - Graffitis de guerre dans les caves de Champagne. In : Reims 14-18, de la guerre à la paix, J.F. BOULANGER édit., Édit. La Nuée Bleue, Strasbourg, p. 106-109.

CAZALS R., sous la direction de (2013) - 500 témoins de la Grande Guerre. Édit. Midi-Pyrénéennes, Portet-sur-Garonne, 496 p.

CERTINI G., SCALENGHE R. et WOODS W.L. (2013) - The impact of warfare on the soil environment. Earth-Science Reviews, vol. 127, p. 1-15.

COCHET F. (2002) - Reims bombardée : son martyr et ses symbolisations. 14-18, le Magazine de la Grande Guerre, n° 6, p. 56-61.

COCHET F. (2014) - La Grande Guerre, fin d'un monde, début d'un siècle. Édit. PERRIN, Paris, 528 p.

COMBAUD A., DEVOS A., CHALUMEAU L., BOLLOT N. et TABORELLI P. (soumis) - Les plans directeurs de la Grande Guerre : une nécessaire innovation cartographique. Revue Internationale de Géomatique.

DE MARTONNE E. (1925) - Compte rendu sur les conditions géographiques de la guerre sur le front français. Annales de Géographie, vol. 34, n° 190, p. 361-365.

DESFOSSÉS Y. (2009) - Archéologie de la Grande Guerre, les tranchés de tirailleurs de Bétheny (Marne), un exceptionnel instantané des derniers soubresauts de la bataille de la Marne, 17 au 19 septembre 1914. Cahiers d'Études et de Recherches du Musée de l'Armée (CERMA), hors-série n°5, p. 147-182.

DESFOSSÉS Y., JACQUES A. et PRILAUX G. (2000) - Premières recherches sur la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais. Archéologia, vol. 367, p. 32-39.

DESFOSSÉS Y., JACQUES A. et PRILAUX G. (2007) - Archéologie en Champagne-Ardenne et en Nord-Pas-de-Calais. Quelle archéologie pour les traces de la Grande Guerre ? Plaquette SRA Champagne-Ardenne/SRA Nord-Pas-de-Calais/Ville d'Arras/INRAP, 15 p.

DESFOSSÉS Y., JACQUES A. et PRILAUX G. (2008) - L'archéologie de la Grande Guerre. Édit. Ouest-France/INRAP, Rennes, 127 p.

DEVEVEY F. (2014) - Archéologie de la Grande Guerre : les recherches archéologiques sur les gares régulatrices françaises et américaines de Marcilly-sur-Tille, 1914/1919 (Côte-d'Or). In Situ, vol. 25, 26 p.

DEVOS A., LEJEUNE O. et CHOPIN E. (2007) - Karstic infiltration dynamics and spatialisation of chalk aquifer drain, example of the upper Vesle basin (dry champagne, France). European Journal of Water Quality, vol. 38, n° 1, p. 23-38.

DEVOS A., SOSSON C. et LEJEUNE O. (2008) - Les carrières souterraines de Glennes (Aisne-02). Subterranea, vol. 148, p. 110-118.

DOYLE P., BARTON P., ROSENBAUM M.S., VANDERWALL J. et JACOBS K. (2002) - Geo-environmental implications of military mining in Flanders, Belgium, 1914-1918. Environmental Geology, vol. 43, n° 1-2, p. 57-71.

FLUCHER G. (2011) - Le Chemin des Dames, du champ d'honneur… au champ des morts. Édit. YSEC, Louviers, 127 p.

GEAGEA M. (2015) - Quand la guerre s'enterre, les premières tranchées. Tranchées - Un regard nouveau sur la Grande Guerre, vol. 20, p. 6-15.

GQGA (1916) - Instruction sur les plans directeurs. Édit. Grand Quartier Général des Armées - État Major, Imprimerie Nationale, Paris, 45 p.

GQGA (1917-a) - Instruction sur les plans directeurs et les cartes et plans spéciaux : cette instruction abroge l'instruction sur les plans directeurs du 14 février 1916. Édit. Grand Quartier Général des Armées - État Major, Imprimerie Nationale, Paris, 37 p.

GQGA (1917-b) - Instruction sur l'organisation du terrain à l'usage des troupes de toutes armes. Édit. Grand Quartier Général des Armées - État Major, Imprimerie Nationale, Paris, 238 p.

HARDIER T., sous la direction de (2010) - Louis Leclabart (1876-1929), un artiste picard dans la Grande Guerre. Cap Régions Éditions, Noyon, 163 p.

HENSEL F. (2013) - La guerre de positions en Alsace et dans les Hautes-Vosges. Revue d'Alsace, vol. 139, p. 33-54.

HESSE R. (2014) - Geomorphological traces of conflict in high-resolution elevation models. Applied Geography, vol. 46, p. 11-20.

HUBÉ D. (2013) - Potentialités d'un marquage des eaux souterraines par des substances pyrotechniques en relation avec les zones de combats de la première guerre mondiale. Le cas des perchlorates. Rapport final, BRGM/RP-62008-FR, 26 p.

HUPY J.P. (2006) - The long-term effects of explosive munitions on the WWI battlefield surface of Verdun, France. Scottish Geographical Journal, vol. 122, n° 3, p. 167-184.

HUPY J.P. et SCHAETZL R.J. (2008) - Soil development on the WWI battlefield of Verdun, France. Geoderma, vol. 145, p. 37-49.

HUTCHINSON J., DIEDERICHS M., PEHME P., SAWYER P., ROBINSON P., PUXLEY A. et ROBICHAU H. (2008) - Geomechanics stability assessment of world War I military excavations at the Canadian National Vimy Memorial Site, France. Mining Sciences, vol. 45, p. 59-77.

KEEGAN J. (2013) - Anatomie de la bataille. Édit. PERRIN, Paris, 420 p.

LAFORGERIE E. et WEISS J.F. (2013) - Les souterrains de la Première Guerre Mondiale. Édit. YSEC, Louviers, 304 p.

LANDOLT M. et LESJEAN F. (2009) - L'alimentation du soldat allemand sur les fronts d'Alsace et de Champagne à travers l'approche archéologique des dépotoirs de la Première Guerre Mondiale. Cahiers Alsaciens d'Archéologie, d'Art et d'Histoire, vol. LII, p. 139-159.

LANDOLT M. et SCHNITZLER B. (2014) - À l'Est, du nouveau ! Archéologie de la Grande Guerre en Alsace et en Lorraine. Archéologia, vol. 517, p. 58-67.

LANDOLT M., DECKER E., LEPROVOST C., LESJEAN F. et PUTELAT O. (2009) - Aspach-Carspach Lerchenberg et Lerchenholz (Haut-Rhin) : découvertes archéologiques sur la première ligne de front allemande (1914-1918). Annuaire de la Société d'Histoire du Sundgau, p. 19-58

LESJEAN F. (2011) - Les traces archéologiques de la nourriture des combattants du front de Champagne (1915-1918). Études Marnaises, vol. CXXVI, p. 179-284.

LOEZ A. et OFFENSTADT N. (2013) - La grande Guerre, le carnet du centenaire. Édit. Albin MICHEL, Paris, 255 p.

MARIVAL G. et BURIDANT J. (2006) - Chemin des Dames, les arbres aussi se souviennent… La lettre du Chemin des Dames, hors-série n° 2, Conseil Général de l'Aisne, 8 p.

MASSON-LOODTS I. (2014) - Paysages en batailles. Les séquelles environnementales de la Grande Guerre. Édit. Nevicata, Bruxelles (Belgique), 102 p.

MIQUEL P. (1983) - La Grande Guerre. Édit. FAYARD, Paris, 668 p.

MUSSO A. (2005) - Des archéologues dans la Grande Guerre. La Recherche, vol. 384, p. 46­48.

OLIVIER L. (2000) - Pour une archéologie de passé récent. Archéologia, vol. 367, p. 24-31.

PUYO J.Y. (2004) - Les conséquences de la Première guerre mondiale sur les forêts et les forestiers français. Revue Forestière Française, vol. 6, p. 573-584.

ROLLAND D. (2005) - "La grève" des tranchées. Les mutineries de 1917. Édit. Imago, Paris, 447 p.

ROSENBAUM M.S. et ROSE E.P.F. (1992) - Geology and military tunnels. Geology Today, vol. 8, p. 92-98.

SAINÉAN L. (1915) - L'argot des tranchées d'après les lettres des poilus et des journaux du front. Édit. de BOCCARD, Paris, 163 p.

SAVOURET E., AMAT J.P., CANTAT O. et FILIPPUCCI P. (2011) - Au temps météorologique de la Grande Guerre. Climatologie, vol. 8, p. 59-77.

SOLARD capitaine (1935) - Fortification. Tome II : La fortification pendant la guerre 1914-1918. Édit. École d'Application d'Artillerie, 148 p.

SOSSON C., DEVOS A., LEJEUNE O. et FRONTEAU G. (2006) - Les "creutes" : carrières souterraines entre Reims, Laon et Soissons. Subterranea, vol. 138, p. 50-62.

SOSSON C., DEVOS A. et LEJEUNE O. (2008) - La carrière des Loups de Ciry-Salsogne. Un exemple de creute du Soissonnais. Subterranea, vol. 167-168, p. 32-45.

THOMAS G. (2009) - Quand le service de santé faisait "carrières". La réutilisation des creutes de l'Aisne pour l'activité du Service de santé, pendant le premier conflit mondial. Médecine et Armées, vol. 37, n° 3, p. 283-288.

TRASSAGNAC Dr. (1915) - Notes sur quelques fouilles pratiquées dans les tranchées. Bulletin de la Société Préhistorique de France, vol. 12, n° 7, p. 331-342.

USA (1918) - Conventional signs and abbreviations in use on french and german maps. Édit. United States Army, Central Map Reproduction Plant, Engineer School, Washington (USA), 46 p.

VERNEY J.P. (2003) - La tranchée : une surprise imposée. 14-18, le Magazine de la Grande Guerre, vol. 14, p. 6-15.

VIGREUX-BESRET C., MAHÉ A., LEDOUX G., GARNIER A., ROSIN C., BAERT A., JOYEUX M., BADOT P.M, PANETIER P. et RIVIÈRE G. (2015) - Perchlorate: water and infant formulae contamination in France and risk assessment in infants. Food Additives & Contaminants, Part A, vol. 32, n° 7, p. 1148-1155.

VILLATE R. (1925) - Les conditions géographiques de la guerre, étude de géographie militaire sur le front français de 1914 à 1918. Édit. PAYOT, Paris, 325 p.

VIRÉ A. (1920) - Notes de guerre. Préhistoire et archéologie dans les tranchées d'Artois en 1915. Bulletin de la Société Préhistorique de France, vol. 17, n° 2, p. 57-64.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation du front au 15 novembre 1914 replacée dans le contexte géomorphologique du Nord de la France.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 2 - Carte des fronts de la région de Reims.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Tableau I - Caractéristiques et typologie des objets digitalisés à partir des plans directeurs.
Légende * : les plans directeurs ont été consultés aux Archives départementales de la Marne.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3 - Extrait du Plan directeur de Reims du 15 juillet 1918 (SGA) où figurent les réseaux de défense français (en rouge) et allemands (en bleu).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 4 - Réseaux de défense de la région de Reims en 1918 (avant l'offensive allemande du 27 mai).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5 - Évolution de l'organisation ternaire d'un réseau de défense de 1914 (a) à 1918 (b) (d'après le capitaine SOLARD, 1935).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6 - Le rôle des conditions topographiques sur le réseau de défense à l'est de Reims en juillet 1918.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 7 - Densités de tranchées et de boyaux des rideaux de défense français et allemands et volumes spécifiques de terre remuée, dans le secteur de Reims en 1918, calculés à partir des plans directeurs au 1/20000.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4615/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Devos, Pierre Taborelli, Mylène Dodici, Laurent Chalumeau, Jérôme Buridant, Nicolas Bollot, Anne Combaud et Yves Desfossés, « Rôle des conditions géographiques sur l'organisation spatiale des réseaux de défense de la Grande Guerre. Application à la Champagne (région de Reims) », Physio-Géo, Volume 9 | -1, 157-174.

Référence électronique

Alain Devos, Pierre Taborelli, Mylène Dodici, Laurent Chalumeau, Jérôme Buridant, Nicolas Bollot, Anne Combaud et Yves Desfossés, « Rôle des conditions géographiques sur l'organisation spatiale des réseaux de défense de la Grande Guerre. Application à la Champagne (région de Reims) », Physio-Géo [En ligne], Volume 9 | 2015, mis en ligne le 24 octobre 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4615 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4615

Haut de page

Auteurs

Alain Devos

EA 3795-GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, CS 80005, 51096 REIMS cedex.
Courriel : alain.devos@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Pierre Taborelli

EA 3795-GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, CS 80005, 51096 REIMS cedex.
Courriel : pierre.taborelli@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Mylène Dodici

EA 3795-GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, CS 80005, 51096 REIMS cedex.
Courriel : mylene.dodici@etudiant.univ-reims.fr

Laurent Chalumeau

EA 3795-GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, CS 80005, 51096 REIMS cedex.
Courriel : laurent.chalumeau@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Jérôme Buridant

FRE 3498 CNRS-UPJV EDYSAN, Université de Picardie Jules Verne, Chemin du Til, 80025 AMIENS cedex 1.
Courriel : jerome.buridant@u-picardie.fr

Nicolas Bollot

EA 3795-GEGENAA, Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, CS 80005, 51096 REIMS cedex.
Courriel : nicolas.bollot@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Anne Combaud

UP 2012-12-103 PICAR-T, Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, 19 rue Pierre Waguet, 60000 BEAUVAIS.
Courriel : anne.combaud@lasalle-beauvais.fr

Articles du même auteur

Yves Desfossés

Champagne-Ardenne, 3 faubourg Saint-Antoine, 51037 CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE cedex.
Courriel : yves.desfosses@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org