Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eau, agriculture et pauvreté dans le bassin du Niger : synthèse des résultats du BFP Niger, sous la direction de Jean-Charles CLANET et Andrew OGILVIE, 2014

Édition Agropolis International, Institut de Recherche pour le Développement, Challenge Program on Water and Food, 91 p.
Alain Marre
p. 21-24
Référence(s) :

Eau, agriculture et pauvreté dans le bassin du Niger : synthèse des résultats du BFP Niger, Édition Agropolis International, Institut de Recherche pour le Développement, Challenge Program on Water and Food, 91 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage présente la synthèse des résultats de recherche obtenus à l'issu du programme Niger (BFP Niger – Basin Focal Project Niger). Il se présente sous la forme d'un atlas divisé en cinq parties, elles-mêmes divisées en plusieurs chapitres. Chacun des ces chapitres comporte deux pages, une de texte bilingue et une de cartes et/ou croquis. C'est donc un ouvrage facile à lire et fort bien illustré qui permet de mettre en valeur les problèmes de développement de cette région africaine.

2La première partie (Les ressources en eau et leur accès) est divisée en six chapitres. Les cinq premiers exposent les conditions naturelles du bassin du Niger (les pluies et les domaines agro-climatiques, l'hydrographie et les débits annuels, l'hydrologie du fleuve, l'évapotranspiration, l'hydrogéologie et les aquifères). Le sixième, consacré aux usages de l'eau et au bilan hydrique, montre que 85 % des ressources en eau du bassin du Niger sont prélevés pour l'agriculture, loin devant l'alimentation en eau potable, l'élevage et l'industrie. Le bilan hydrique global montre que ce sont les savanes qui consomment le plus d'eau (38 %), devant l'agriculture pluviale (27 %) et les formations arborées (18 %). Mais ces savanes jouent un rôle important en offrant des parcours au bétail, un complément alimentaire avec la cueillette et un équilibre écologique. Il reste une part de l'eau qui est ruisselée et mal utilisée. Devant une prochaine croissance de la demande en eau, il faut envisager une meilleure gestion de sa consommation.

3La seconde partie est consacrée aux usages agricoles de l'eau, qui se regroupent en quatre systèmes agraires majeurs : les élevages et le pastoralisme, l'agro-pastoralisme sous pluies, la pêche et les cultures irriguées. L'élevage et le pastoralisme (chapitres 2.6 et 2.7) sont pratiqués de façon extensive et sans entrants. Ils conservent donc une productivité faible. Mises à part les régions où la qualité nutritive des parcours permet aux pasteurs d'avoir des troupeaux importants, la répartition des animaux se calque sur celle de la population. Quatre types de mouvements saisonniers rythment la vie pastorale : au nord c'est d'avril à juillet que les troupeaux viennent dans la vallée du Niger ; plus au sud les éleveurs peuls nomadisent aux mêmes saisons en suivant le front de mousson ; dans la zone soudano-guinéenne les troupeaux transhument peu ; enfin dans le Delta intérieur les déplacements se font au rythme des crues. Ces mobilités créent des tensions entre agriculteurs et pasteurs dont les animaux ne peuvent pas toujours atteindre les bons pâturages et l'eau, laissant de grandes surfaces pâturables sous-exploitées. L'agriculture pluviale (chapitres 2.2 et 2.3) a réussi jusqu'alors à satisfaire la demande de nourriture en apportant depuis 25 ans 2000 kcal/jour aux habitants. Mais il n'est pas certain qu'au vu des projections démographiques, elle puisse fournir les 2500 kcal/jour qui seront nécessaires, si elle conserve les structures actuelles. Les rendements des systèmes irrigués (chapitres 2.4 et 2.5) font apparaître des situations différentes suivant les pays : le Mali, qui a bénéficié de modernisations dans les années 1990, a une production de 700000 t/an de riz et est presque autosuffisant ; au Niger, malgré une amélioration des rendements, la production reste faible ; en revanche, les rendements du Nigéria chutent depuis 1987 suite au désengagement de l'état. L'ABN envisage de grands aménagements pour atteindre 2,5 millions d'ha irrigués en 2025 et l'agriculture irriguée peut améliorer ses rendements et réduire son impact sur les ressources. La pêche (chapitres 2.8 et 2.9), en Afrique, est une importante source de protéines animales, chaque habitant consommant en moyenne 7,7 kg de poissons par an. Dans le bassin du Niger, on dénombre cinq écosystèmes aquatiques. Dans les deux premiers (les sous-bassins de la partie amont et les biefs fluviaux étroits), la pêche est une activité de subsistance. Dans les trois autres (les parties du fleuve associées aux plaines qu'elles inondent, les lacs naturels reliés au fleuve et les retenues artificielles), les pêcheurs commercialisent leurs prises. Cependant on est mal renseigné sur l'effectif des pêcheurs et sur le tonnage des prises.

4La troisième partie s'intéresse à la productivité de l'eau agricole en faisant une analyse pour chacun des systèmes agraires. La productivité de l'eau agricole correspond au rapport entre la quantité de denrées mesurée en kg et le volume d'eau nécessaire pour sa production mesuré en m3. On peut étendre cette notion à tous les usages de l'eau et montrer l'efficience de la consommation. Il apparaît ainsi que dans le bassin du Niger un seul pays était en 2010 en situation de stress hydrique et qu'ils seront cinq en 2050. Il est donc urgent de réduire les gaspillages et d'améliorer la productivité de l'eau, après avoir intégré dans sa mesure des paramètres économiques, socioculturels et écologiques. Dans le système agraire des cultures pluviales (chapitre 3.2), la productivité de l'eau est en moyenne dix fois moindre qu'en climat tempéré. Plusieurs stratégies existent pour l'améliorer, mais elles ne peuvent être envisagées que lorsque leur coût est compatible avec les revenus des agriculteurs. Dans le système agraire des cultures irriguées (chapitre 3.4), la productivité de l'eau reste faible à cause des nombreuses pertes liées au transport (évaporation, infiltration, fuites). Des améliorations sont possibles, mais les pays ne perçoivent pas encore la nécessité de telles actions, même si les conséquences en aval commencent à bien apparaître. Enfin, en l'absence de données homogènes, il est difficile d'estimer correctement la productivité de l'eau de l'élevage (chapitre 3.5). Les estimations fondées sur le poids du cheptel montrent une meilleure efficience dans les régions les plus sèches. L'amélioration est possible en réduisant l'eau absorbée par les fourrages et en augmentant la productivité animale. Dans le domaine de la pêche, le débit entrant détermine l'étendue de la crue et le volume des prises de poissons. Ainsi la construction d'un barrage réduisant les inondations diminue le volume des prises. Mais il est à souligner que si la notion de productivité de l'eau donne une bonne évaluation dans les régions où l'eau manque, elle a ses limites dans d'autres milieux, car, d'une part, l'excès d'eau peut être nuisible et, d'autre part, les diverses fuites peuvent retourner dans le milieu (nappes, fleuves, etc.) et profiter à d'autres systèmes agraires.

5Dans la quatrième partie, l'analyse de la pauvreté dans le bassin du fleuve Niger montre, clairement, la réalité des choses et la gravité de la situation des populations. Elle est faite avec quatre approches différentes. La première utilise les données statistiques nationales et prend comme critères l'économie, la santé et l'éducation (chapitre 4.1). La situation est grave ; chaque état connaît une pauvreté à la fois aigüe et chronique. Tous sont dans le dernier quintile du classement des Nations Unies, le Burkina Faso étant le plus pauvre. La distribution spatiale de cette pauvreté met en évidence trois régions : le Mali central, le Nord-Est du Burkina Faso et le Nord-Ouest du Nigéria (chapitre 4.2). Essayer de relier la pauvreté avec la disponibilité en eau est chose difficile (chapitre 4.3). Les données statistiques nationales montrent que seul le Burkina Faso connaîtrait une pénurie d'eau. En réalité, la cartographie d'un découpage plus fin, montre à nouveau les difficultés des trois régions déjà citées plus haut, mais cache toujours que cette pauvreté peut aussi résulter de dysfonctionnements institutionnels, politiques ou de gestion. Enfin, dans le dernier chapitre (4.4), les auteurs cherchent à mettre en relation l'eau, l'agriculture et la pauvreté en utilisant des variables qui à première vue n'impliquent pas des liens directs de causalité, mais qui dans les fait illustrent une réalité. On sait que la maitrise de l'eau peut réduire la pauvreté, mais il existe aussi d'autres variables qui influent sur la dynamique. Évaluer les causes de la pauvreté nécessite donc la prise en compte de variables complexes dont la sécurité politique.

6La dernière partie envisage les enjeux et les opportunités. Les auteurs traitent tout d'abord des complexités sociales et régionales (chapitre 5.1), en montrant que les principes de la gestion intégrée de l'eau connaissent de multiples entraves : multiplicité des langues, corruption, conflits d'usages, conflits armés, politiques de privatisation, arrivée de la Chine, nouvel acteur privilégié aux dépens des partenaires traditionnels. La superposition des cadres institutionnels (chapitre 5.2) ne simplifie pas la gestion du bassin du Niger qui comporte des centaines de divisions administratives, neuf états regroupés dans deux entités régionales politico-économiques et plusieurs agences et autorités de bassin. Depuis 2008, une charte de l'eau a été approuvée et un cadre juridique a été élaboré afin de réaliser une gestion conjointe de l'eau du Niger. Mais cette volonté de gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) doit tenir compte du pluralisme juridique (chapitre 5.3) qui englobe des régimes de droit coutumier, de droit musulman et de droits hérités de la période coloniale française et britannique. L'accès à l'eau et au foncier (chapitre 5.4) dépend ainsi des chefferies coutumières garantes des traditions, mais aussi des lois foncières adoptées sous la pression des bailleurs. Bien que ces dernières soient encore souvent inefficaces, on constate une lente progression, car les structures traditionnelles sont incapables de gérer les ouvrages modernes. À cette fragilité, s'ajoute la nouvelle menace qu'est le changement climatique, avec d'ici à 2050 une hausse de 2,7 °C des températures, une augmentation de la durée des périodes sèches et un nouvel équilibre hydrologique (chapitre 5.5). La population actuelle de 94 millions d'habitants est surtout campagnarde. Les prévisions démographiques (chapitre 5.6) annoncent une population comprise entre 175 et 235 millions d'habitants devenus surtout urbains. Il est donc à prévoir un surplus de demande d'eau et de nourriture. Le dernier chapitre (chapitre 5.7) est en fait la conclusion de cette étude, qui met en avant trois idées. D'une part, il apparaît que c'est l'agriculture pluviale qui demeure le meilleur moyen de lutter contre la faim et la pauvreté et, d'autre part, il semble possible d'augmenter la productivité de l'agriculture avec une meilleure gestion de l'eau et une bonne conservation des sols. Mais la réduction de la pauvreté ne sera possible qu'en trouvant des solutions adaptées au contexte local, en tenant compte des difficultés sociales, et institutionnelles.

7Cette étude montre que malgré le réchauffement climatique, il pourrait être plus facile de s'adapter aux conditions naturelles que de vaincre les multiplicités sociales et institutionnelles de cette région pour lutter contre la pauvreté. Selon les prévisions, cette partie de l'Afrique, devrait disposer en 2050 d'une population jeune, qui sera une force de travail et de richesse. Mais cela ne sera possible que si cette population possède des compétences. L'aide qui peut être apportée à ces régions pour lutter contre la pauvreté ne doit pas être seulement technique. Il faut aussi et surtout développer des actions d'éducation. À coté des aides techniques, (financements de matériels agricoles, de réseaux d'irrigation ou d'engrais), il est fondamental d'aider à la mise en place de l'éducation des habitants, en commençant par la scolarisation de tous les enfants (garçons et filles), à tous les niveaux et sous toutes ses formes. Il faut aussi soutenir les actions de recherches déjà en cours, qui permettent aux techniques agricoles traditionnelles de devenir plus productives malgré le changement climatique et cela dans un contexte économique local. Si ces conditions ne sont pas remplies, la pauvreté s'étendra, les conflits locaux se multiplieront comme cela s'est vu très récemment au Burkina Faso, et le bassin du fleuve Niger se maintiendra comme point de départ actif de migrants qui, déjà, réactivent les anciennes routes caravanières médiévales qui traversent le Sahara et arrivent sur les bords de la Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Eau, agriculture et pauvreté dans le bassin du Niger : synthèse des résultats du BFP Niger, sous la direction de Jean-Charles CLANET et Andrew OGILVIE, 2014 », Physio-Géo, Volume 9 | -1, 21-24.

Référence électronique

Alain Marre, « Eau, agriculture et pauvreté dans le bassin du Niger : synthèse des résultats du BFP Niger, sous la direction de Jean-Charles CLANET et Andrew OGILVIE, 2014 », Physio-Géo [En ligne], Volume 9 | 2015, mis en ligne le 21 novembre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4650

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org