Skip to navigation – Site map
Articles

Diagnostic et propositions d'actions relatifs à l'érosion des berges du Léman sur la commune de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France)

Véronique Maleval, Pierre-Brieuc Destombes and Laurent Astrade
p. 21-43

Abstracts

Most of the Leman banks of the city of Thonon-les-Bains (55 %) are eroded by the lake water and retreat up to 1 meter a year. This erosion is partially caused by the human activities in the Dranse river watershed (hydroelectric development), as well as in the river outlet into the lake (extraction of sediments). Consequently, for the protection of the coast but also of the city's built heritage, the action proposals are based in part on a repositioning on the extraction of natural inputs of materials, on the other hand on light arrangement and plant engineering.

Top of page

Full text

I - Introduction

1Comme pour les mers et les océans, les rivages des lacs évoluent sous l'action de processus d'érosion et de sédimentation (L. TOUCHART, 2000) où l'eau exerce l'action morphogène la plus efficace. La vitesse et l'ampleur de l'érosion vont alors dépendre de la nature du substrat, du couvert végétal, de l'exposition de la berge et de la quantité d'énergie disponible, sans oublier le marnage des plans d'eau (V. MALEVAL et L. ASTRADE, 2003). L'érosion modèle la majorité des littoraux lacustres selon des rythmes différents, pour atteindre une position d'équilibre (R.M. BAXTER et P. GLAUDE, 1980). "Ce modelage se produit sous l'effet combiné des processus naturels et d'actions anthropiques" (V. MALEVAL et L. ASTRADE, 2003, p. 29). Mais bien souvent, l'homme, pour protéger les aménagements situés juste en arrière du trait de côte, empêche l'évolution des littoraux vers leur position d'équilibre, en installant des ouvrages en dur pour contrer l'érosion. Le choix de ces ouvrages de protection constitue cependant un problème récurrent sur l'ensemble des rivages (J.L. BOILLAT et al., 2006), qu'ils soient marins ou lacustres, tant leurs effets peuvent être néfastes. "Ces aménagements ne constituent pas une solution à long terme contre l'érosion car ils accentuent la réflexion des vagues, entraînant un affouillement du pied de la rive et le transport de sédiments au large" (F. MATTHEY et al., 2004, p. 16) et créent, dans les lacs, un obstacle empêchant le développement d'une ceinture de végétation naturelle. Pour inverser cette tendance, des interventions pionnières ont été entreprises, en particulier sur le lac de Bienne en Suisse, offrant non seulement une certaine efficacité mais aussi une intégration paysagère et la préservation de l'environnement (J.L. BOILLAT et al., 2006). Le développement de l'ingénierie éco-morphologique a créé des aménagements inspirés du génie biologique, qui offre un potentiel intéressant, mais qui est encore trop faiblement exploité (C. ISELI et M. WEHRLI, 1995, in J.L. BOILLAT et al., 2006). En France, la reconquête des berges du lac du Bourget, engagée en 2000 par le Conseil Général de la Savoie, vise à leur "redonner un caractère naturel par la création de plages et roselières pour permettre aux hommes et à la nature de vivre en harmonie durablement" (V. LOTITO, 2011). En Suisse, depuis 2008, la tendance est aussi à la renaturation des rivages lacustres et des berges des rivières ; sont ainsi retirés du milieu les aménagements en dur au profit d'éléments naturels, tels que les plages (démolition des enrochements au lac de Zurich pour créer la plage de Cerlier), mais aussi les roselières qui ont la particularité de protéger la côte de l'action des vagues (L. TOUCHART, 1993). Ce passage d'un milieu artificialisé à "naturel" est devenu une obligation pour les cantons suisses depuis janvier 2011 grâce à une loi fédérale (A. HUBER, 2014) et, d'ici à 2030, de nombreux projets sur le Léman verront le jour, notamment dans le canton de Genève (F. PIDOUX, 2014). L'objectif de ces actions est de protéger, revaloriser et revitaliser par le génie biologique des littoraux atteints par l'érosion, afin de favoriser leur développement durable et naturel. Par cette approche, la renaturation qui sert à la nature à la mauvaise saison (protection naturelle), sert aussi à l'homme à la belle saison, car elle permet une réappropriation du milieu naturel auparavant inaccessible : la nouvelle plage de Préverenges sur la côte nord du Léman, inaugurée en juin 2009 pour lutter contre l'érosion, a remporté un succès immédiat auprès de la population (G. de CESARE, 2014). Au travers d'une étude des rivages lémaniques de Thonon-les-Bains, l'objectif de cet article est de montrer que les littoraux lacustres, fragiles, rares et convoités, peuvent être protégés durablement par des choix politiques objectifs et raisonnés.

II - Contexte de l'étude et présentation du site

2La commune haut-savoyarde de Thonon-les-Bains borde la rive sud du Léman sur une longueur d'environ 8,5 km, à la cote NGF 372,58 (Fig. 1). Ses limites administratives sont marquées par deux cours d'eau, au nord la Dranse (limite communale entre Thonon et Publier), au sud le Pamphiot (limite avec Anthy-sur-Léman). Les propriétés riveraines du lac sont privées pour 40 % d'entre elles. Les 60 % de propriétés publiques sont constituées à la fois de littoraux non aménagés comme au parc de la Châtaigneraie et de littoraux urbanisés tels que ceux le long du quai de Ripaille ou du chemin de Montjoux.

Figure 1 - Localisation du secteur d'étude et des littoraux concernés par l'étude.

Figure 1 - Localisation du secteur d'étude et des littoraux concernés par l'étude.

Toutes les photographies aériennes présentées dans cet article sont issues d'une mission commandée par la ville de Thonon-les-Bains.

3Le littoral du Léman constitue pour la ville un patrimoine environnemental essentiel à l'activité touristique et à ses retombées économiques. Les activités et usages pratiqués sont multiples et si l'activité touristique domine en période estivale, le reste de l'année se côtoient les activités professionnelles et résidentielles, le transport lacustre vers la Suisse, la pêche, les activités sportives et pédestres. Les berges thononaises sont très appréciées par la population locale et touristique ; elles participent à la représentation paysagère de la commune et à la perception de la qualité de son cadre de vie. Cependant l'érosion des berges constatée depuis une quinzaine d'années, a interpelé la collectivité qui, à la fin de l'année 2010, a lancé un appel d'offre pour "réaliser un diagnostic et un avant-projet sommaire avec propositions d'actions, relatifs à l'érosion des berges du Léman" sur son territoire. La commune souhaitait connaître l'importance de l'évolution morphologique de son littoral et identifier les causes et les facteurs influents, pour envisager la mise en place d'un plan d'actions à court, moyen et long termes visant à la préservation des sites à enjeux. Pour cela, elle souhaitait associer les compétences géographiques et limnologiques d'un bureau d'études et d'un expert spécialisés dans les études géomorphologiques, topographiques, bathymétriques, hydrogéologiques et écologiques. L'étude a commencé au début de l'année 2011 et s'est achevée en décembre 2014. Elle a été suivie à la ville de Thonon par M. Bernard DELORME au nom la Direction de l'aménagement urbain et des services techniques, en s'appuyant sur un comité de pilotage tant la gestion du littoral lémanique implique de nombreux partenaires, notamment des services de l'État (DREAL) et du département (DDT), le Conservatoire du Littoral, la Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman (CIPEL), la Compagnie Genevoise de Navigation (CGN), les propriétaires riverains du Domaine Public Fluvial (DPF) avec, par exemple, la marina de Port Ripaille ainsi que l'association des pêcheurs professionnels.

4Pour cette étude, deux périmètres ont été individualisés par la ville de Thonon. Le premier comprend l'ensemble des rives lacustres de la commune. L'objectif est de faire un diagnostic du littoral pour comprendre globalement les phénomènes à l'échelle communale. Il s'agit de mettre en évidence les facteurs d'érosion naturelle et anthropique et d'apprécier l'évolution morphologique spatiale et temporelle du littoral. Le second périmètre définit des secteurs à enjeux pour la collectivité (voir Fig. 1), pour lesquels, en fonction de leur évolution morphologique révélée par le diagnostic, il conviendra de proposer des actions de préservation, de confortement, d'aménagement ou de suivi. Dans cet article, les secteurs à enjeux du littoral nord-est de la commune sont étudiés précisément en raison de leur vulnérabilité et des caractéristiques révélées par le diagnostic : le littoral situé en rive gauche de l'embouchure de la Dranse, celui de la marina de Port-Ripaille, la plage de Saint-Disdille, le littoral de la promenade du parc de la Châtaigneraie et dans son prolongement celui se trouvant devant le domaine de Ripaille, enfin, la plage de la Pinède.

III - Méthodologie

5Si le Léman est un lac naturel d'origine glaciaire, son niveau régulé à Genève l'a transformé en "lac civilisé" (F.A. FOREL, 1892). Il n'en reste quand même pas moins vrai que les fluctuations saisonnières du niveau d'eau, même atténuées par l'homme, ont une origine naturelle "et ne sont rien d'autre que l'expression du régime lacustre" (L. TOUCHART, 1993, 2002). Ainsi, tandis que les hautes eaux liées à la fonte des neiges ont lieu de juin à décembre à la cote NGF maximale de 372,58 m, les basses eaux interviennent de janvier à mai à la cote minimale de 371,88 m (cotes transmises par l'ONEMA). Ces données altitudinales révèlent un marnage lémanique relativement faible, qui atteint 70 cm au maximum en année normale, 85 cm en année bissextile "dans le but de construire, d'entretenir et de curer les ports" (L. TOUCHART, 1993, p. 465), alors qu'il avoisinait 2,8 m dans les conditions naturelles (F.A. FOREL, 1892). La quantification des processus morphologiques du littoral de Thonon a été faite à la cote maximale de 372,58 m, altitude du trait de côte à laquelle il est possible d'observer la morphologie du couple falaise-beine d'érosion, étage supérieur de la côte lacustre qui, de F.A. FOREL (1892) à B. DUSSART (1966), comprend la falaise "même si dans la plupart des lacs elle ne fait que quelques décimètres de hauteur" (L. TOUCHART, 2000, p. 142), la beine d'érosion modelée par l'action des galets qui raclent le fond, la beine d'accumulation construite par le matériel érodé, le mont correspondant au rebord de cette banquette d'accumulation et le talus connecté dans sa partie inférieure au plafond lacustre.

6Pour la quantification des processus d'évolution, trois méthodes ont été mises en œuvre :

71/ Les profils topographiques effectués par GPS RTK (Real Time Kinematic) ont permis d'obtenir, après traitement informatique et calculs, des vitesses moyennes d'évolution littorale à l'échelle d'une année (Fig. 2). Pour cela, deux campagnes de mesures ont eu lieu en l'espace de trois ans : en avril 2011 pour la première, en juin 2014 pour la seconde. Sur les 8,5 km de littoral, 3,8 km ont été étudiés, le linéaire restant étant soit privé soit bétonné à l'image du front de lac du quai de Ripaille. Le long des 3,8 km de rivage, ont été effectués 47 profils en travers (soit en moyenne un profil tous les 80 m, mais la fréquence des profils a été déterminée en fonction des changements de modelé du trait de côte), dont 30 sur le littoral nord-est à enjeux forts et 17 répartis sur le littoral sud-ouest. C'est sur une longueur d'environ 15 m que des données précises ont été récupérées : position grâce à des panneaux in situ et des piquets de bois plantés dans la partie basale de la microfalaise et géoréférencés, topographie de la côte lacustre (falaise et beine) de précision centimétrique. L'analyse comparée de la topographie des deux campagnes permet de connaître le type (érosion et sédimentation) et les rythmes d'évolution littorale.

Figure 2 - Méthode des profils topographiques par relevés dynamiques RTK. [clichés au sol : véronique MALEVAL] 

Figure 2 - Méthode des profils topographiques par relevés dynamiques RTK. [clichés au sol : véronique MALEVAL] 

82/ Le suivi de la migration des sédiments littoraux a permis d'apporter quelques précisions sur les zones vulnérables soumises à l'érosion et sur les zones d'accrétion. Pour cela, la méthode utilisée, qui a consisté à peindre des sédiments, est utilisée depuis longtemps dans les cours d'eau (J.P. BRAVARD et S. PETIT, 1997, in A.J. ROLLET, 2007), car elle est peu onéreuse et facile à mettre en œuvre. Son application en milieu lacustre, précisément sur les sédiments littoraux, présente l'avantage de pouvoir suivre, sur une période déterminée, les caractéris-tiques du transfert sédimentaire en fonction des courants. La période d'expérimentation est celle des hautes eaux au cours desquelles le niveau d'eau est responsable à la fois du recul du trait de côte et des dépôts. Ainsi cette méthode permet-elle de déterminer : a/ les déplacements longitudinaux des galets peints (parallèlement au rivage grâce à la dérive littorale) ; b/ la granulométrie des galets déplacés ; c/ les distances parcourues par ces mêmes galets ; d/ les lieux de rétention des sédiments. C'est en avril 2013, alors que le Léman était encore en basses eaux, que trois sites ont été choisis pour la coloration des galets du haut de plage sur une surface de 1 m2 (Fig. 3) : le delta de la Dranse (site 1, peinture verte), le sud de Port Ripaille (site 2, peinture bleue foncée) et le sud du parc de Châtaigneraie (site 3, peinture bleue claire). Les placettes peintes ont le double avantage de présenter des sédiments de granulométrie contrastée et qui ne sont pas remaniés lors de colorisation par vaporisation. L'observation partielle de la migration des galets, en juillet 2013 c'est à dire en période de remplissage du lac grâce à la fusion nivale, a montré l'efficacité de la méthode. Cependant le remaniement des sédiments était déjà si fort (placette 3 exempte de galets colorés) que l'hypothèse de ne retrouver aucun galet en fin de saison de hautes eaux devenait possible.

Figure 3 - Localisation des placettes colorées et migration partielle des galets du site 3. [clichés des galets : Véronique MALEVAL]

Figure 3 - Localisation des placettes colorées et migration partielle des galets du site 3. [clichés des galets : Véronique MALEVAL]

93/ Pour préciser les connaissances sur l'évolution de ce littoral, une étude dendrogéomorphologique a été menée sur des arbres riverains du lac Léman, sur la commune de Thonon. La méthode repose sur la capacité des végétaux ligneux à réagir à des stress exogènes, liés aux perturbations ou aux changements qui affectent leur milieu de croissance, et sur l'enregistrement de ces réponses dans les caractéristiques des cernes annuels de bois ou dans des anomalies morphologiques visibles (L. ASTRADE et al., 2012). Vingt arbres ont été échantillonnés sur un peu plus de 500 m de littoral situé en contrebas du domaine de Ripaille (voir la localisation sur la figure 6) ; pour chacun de ces arbres, plusieurs indicateurs de perturbation (rejet, chute de croissance, formation de bois de réaction, bois de racines) ont été identifiés et datés. La fréquence des années de réponse des arbres est tirée des résultats et croisée avec les données de vents et de tempêtes de la station météorologique de Changins à partir de 1985 et avec les variations du niveau du lac depuis 1971.

IV - Résultats de terrain

1 ) Évolution du littoral de Thonon-les-Bains

a. Quantification de l'érosion et de la sédimentation

10Globalement, sur la période étudiée, les 3,8 km de rivage sont majoritairement concernés par l'érosion, à hauteur de 55 %, alors que 23 % engraissent (Tab. I). Il convient cependant de différencier le littoral sud-ouest du littoral nord-est, le premier présentant peu d'évolution de modelés entre les deux campagnes ; il est moins érodé que le second : 17 % des littoraux subissent une érosion au sud-ouest, contre 61 % au nord-est.

Tableau I - Pourcentages des littoraux affectés par l'érosion au sens large.

Tableau I - Pourcentages des littoraux affectés par l'érosion au sens large.

11Cette dynamique est surtout le fait de la morphologie en plan du littoral à l'échelle de la commune : le nord-est dessine un cap correspondant au delta de la Dranse, le sud-ouest, une baie (Fig. 4). Ainsi la convergence des vagues à l'approche des caps favorise l'érosion, contrairement à leur divergence dans les baies, du fait de l'amortissement des vagues par frottement sur le fond à très faible pente (L. TOUCHART, 2002). De plus, il convient de signaler que le caractère érodé du secteur sud-ouest est lié à sa nature plus qu'à la dynamique de l'eau. En effet, en rive droite du Pamphiot, la berge n'est pas naturelle, mais le résultat d'un remblaiement artificiel, avec des matériaux hétérogènes par leur taille et leur origine (briques, galets, parpaings cassés…), qui n'a aucune cohésion ni résistance : l'érosion a ainsi taillé une microfalaise de 1,52 m de haut sur près de 8 m de long ; le recul de ce linéaire place aujourd'hui cette microfalaise à 1 m en retrait de la ligne de rivage. Dans cette partie sud-ouest, si l'érosion est moins présente, la sédimentation devrait être mieux représentée que dans la partie nord-est. Pourtant, les chiffres montrent le contraire : elle se manifeste sur 8 % des littoraux au sud-ouest et 26 % au nord-est (l'explication est donnée plus bas).

Figure 4 - Morphologie en plan et en coupe du littoral thononais.

Figure 4 - Morphologie en plan et en coupe du littoral thononais.

12Les résultats de l'évolution du littoral lémanique de Thonon-les-Bains apparaissent précisément dans le tableau II. Ils correspondent, entre 2011 et 2014, au recul ou à la sédimentation du trait de côte, celui-ci étant matérialisé par une microfalaise ou, en son absence, par la limite entre végétation et sédiments.

Tableau II - Chiffres de l'évolution littorale de Thonon-les-Bains entre 2011 et 2014.

Tableau II - Chiffres de l'évolution littorale de Thonon-les-Bains entre 2011 et 2014.

13Pour les secteurs à enjeux étudiés ici et situés sur le littoral nord-est formant un cap, les résultats de terrain sont cartographiés. En règle générale, le littoral du cap subit les plus forts reculs : jusqu'à 3 m en trois ans. C'est depuis l'embouchure de la Dranse et jusqu'à l'accès est de la marina que l'érosion est la plus forte (Fig. 5), en raison du caractère naturel du site (Photo 3, in Fig. 5). En effet, ce littoral jouxtant la réserve naturelle du delta de la Dranse, exempt d'aménagement, évolue tout à fait naturellement au gré des dynamiques climatiques et lacustres. Le recul mesuré de 22 m au profil 1 de l'embouchure est davantage lié aux fluctuations hydrologiques de la Dranse qu'aux conditions lacustres. Si l'érosion semble dominer sur ce littoral, le rivage n'est pas trop affecté devant la marina de Port Ripaille, entre ses accès est et ouest, puisque le recul maximum observé sur les trois années d'étude est seulement de 30 cm, même si la saillie de l'arbre de la photographie 4 révèle une érosion. La raison tient au fait que cette portion littorale, à la fonction résidentielle, est protégée par une succession d'épis entre lesquels les plages sont régulièrement rechargées en galets par l'homme (Photo 5). Les derniers travaux d'engraissement (environ 117 m3) ont été réalisés, en janvier 2013, au cours de la période d'étude. Dans le secteur de Saint-Disdille, si la plage semble stable, un fort recul, jusqu'à 2,50 m, apparaît de part et d'autre (Photo 6) : les linéaires enrochés et rechargés (environ 500 m3 en 2014 sur la plage de Saint-Disdille) sont protégés de l'érosion (Photo 7) tandis que les autres évoluent naturellement.

Figure 5 - Évolution entre 2011 et 2014 du littoral situé entre la Dranse et la plage de Saint-Disdille. [clichés obliques : Véronique MALEVAL]

Figure 5 - Évolution entre 2011 et 2014 du littoral situé entre la Dranse et la plage de Saint-Disdille. [clichés obliques : Véronique MALEVAL]

14Pour le littoral boisé du parc de la Châtaigneraie et, dans son prolongement, celui du domaine de Ripaille jusqu'à l'inflexion du littoral à partir de la plage de la Pinède marquant l'entrée dans la baie, les rivages évoluent classiquement avec l'érosion (Fig. 6), comme le montrent les deux photographies (Photos 8 et 9, in Fig. 6) prises en mars 2014 en contrebas du mur de Ripaille : le recul mesuré ‒ jusqu'à 2,90 m en trois ans ‒ est surtout apprécié par la position des arbres en avant du trait de côte ainsi que par les réseaux racinaires mis au jour. Toutefois c'est aussi sur ce littoral fortement attaqué que les zones à la plus forte sédimentation ont été observées. Si les données chiffrées résultant de la comparaison des profils des deux campagnes de mesures révèlent une avancée de la ligne de rivage de plus de 1,50 m, il s'agit en fait bien évidemment de vastes cordons de galets modelés par la dynamique lacustre en période de hautes eaux du Léman (Photos 10 à 13). Les microfalaises comblées naturellement sont ainsi protégées, un temps, d'une érosion plus poussée.

Figure 6 - Évolution entre 2011 et 2014 du littoral situé entre les plages de Saint-Disdille et de la Pinède. [clichés obliques : Véronique MALEVAL]

Figure 6 - Évolution entre 2011 et 2014 du littoral situé entre les plages de Saint-Disdille et de la Pinède. [clichés obliques : Véronique MALEVAL]

15En ayant fait le choix de retirer des calculs la valeur de recul du premier profil (22 m à la Dranse) pour éviter de biaiser la vitesse moyenne annuelle d'érosion, il apparaît que le littoral nord-est évolue au rythme de 0,30 m par an et le littoral sud-ouest au rythme négligeable de 0,08 m par an ; à l'échelle communale, la vitesse annuelle moyenne est ainsi de 0,23 m. Cette tendance érosive, qui touche 55 % du littoral de Thonon-Les-Bains, est à l'image de celle du littoral lémanique dans son ensemble, dont 74 % sont aménagés d'ouvrages de protection contre l'érosion (L. TOUCHART, 2002).

b. Précisions issues de l'étude dendrochronologique

16Sur les rives de Ripaille, les arbres datent majoritairement de la moitié du XXème siècle, les plus vieux des années 1930. La fréquence des anomalies de croissance (Fig. 7) montre que les perturbations apparaissent à partir des années 1970. Cela ne signifie pas strictement que l'érosion commence à cette époque, mais qu'elle est significative et/ou qu'elle atteint les parties végétalisées de la rive à partir de ce moment. Les perturbations sont ensuite continues (presque chaque année), mais les années 1981, 1985, 1988, 1991 et 2000 montrent un plus grand nombre de réponses. Les données sur les vents après 1985, très majoritairement de nord-est (bise) et de sud-ouest (bornan), font ressortir les périodes 1988-91 et 1996-2000, avec des records de vitesse et des nombres de jours au-dessus de 5 m/s et de 9 m/s plus élevés (sur l'année comme pendant la période de hautes eaux du lac, et notamment en juin-juillet, quand le lac est à son plus haut niveau). L'année 2004 est une année marquante, avec une vitesse maximale exceptionnelle (> 20 m/s) en novembre, mais qui n'occasionne pas de perturbation majeure pour les arbres riverains. Les données sur les hauteurs d'eau du lac montrent que les maxima annuels, qui sont presque toujours atteints en juin-juillet (sauf en novembre 2000), sont élevés également en 1980, à la fin des années 1980 et avant 2000. L'approche préliminaire de la datation de l'érosion par la végétation confirme l'évolution récente de la rive et le rôle des vents forts en juin-juillet pendant que le niveau du plan d'eau est le plus élevé.

Figure 7 - Résultats de l'étude dendrochronologique.

Figure 7 - Résultats de l'étude dendrochronologique.

2 ) Paramètres influençant l'évolution littorale

17"Le littoral est un ruban, où se mêlent l'action des processus continentaux et lacustres" mais aussi anthropiques. "Les différentes formes dépendent donc de la proportion des uns et des autres" (L. TOUCHART, 2000, p. 141) et sont souvent beaucoup plus marquées lorsque l'homme a une action importante. Ainsi les causes faisant que le processus d'érosion est majoritaire sur le littoral de Thonon-Les-Bains sont multiples, à la fois naturelles et anthropiques, anciennes et actuelles.

a. Les causes naturelles sans doute prépondérantes

18La formation deltaïque protubérante de la Dranse, naturellement encline à l'érosion, est, compte tenu de sa composition géologique hétérogène, relativement vulnérable. En effet, ces dépôts post-würmiens déposés par le cours d'eau après avoir été arrachés aux versants préalpins, sont constitués d'un mélange d'alluvions souvent grossières formées de galets calcaires principalement et de galets cristallins rhodaniens (M. DRAY, 1993) dont le diamètre moyen est compris entre 5 et 10 cm, mêlés à des horizons argilo-sableux discontinus (S. RAVAILLEAU et al., 2000). Cette formation d'une superficie de 8,2 km2 accueillant le long du littoral une végétation arborée (tilleuls et hêtres notamment), n'a qu'une faible résistance face à l'érosion lacustre initiée par le vent.

19La rose des vents (Fig. 8) issue de la station météorologique de l'INRA sur les bords du Léman à Thonon, révèle la présence de deux vents dont la fréquence et la vitesse (de 10 à 25 m/s) les rendent susceptibles d'avoir une action morphogène sur les rivages thononais : la bise, vent des anticyclones, et surtout le sudois, terme local pour les vents des perturbations.

Figure 8 - Les effets du transport littoral en fonction de la bise, vent dominant.

Figure 8 - Les effets du transport littoral en fonction de la bise, vent dominant.

20La bise, vent dominant provenant du NE, est à l'origine de deux processus favorisant l'érosion :

  • Le fetch, ou course du vent sur la surface lacustre, couvre une distance de presque 15 km jusqu'au cap. Il est donc capable, selon la formule de M. STEVENSON (1852), de donner naissance à des vagues pouvant atteindre plus de 1,20 m de haut et déferlant à une vitesse de plus de 2,30 m/s. Selon l'atlas des vagues des grands lacs suisses, qui permet de connaître l'amplitude des vagues en fonction des vents dominants, les vagues créées par la bise jusqu'au cap n'excéderaient pas une hauteur de 0,7 m (A. AMINI et P. HELLER, 2014). Malgré cette différence de hauteur des vagues, issue de calculs et non d'observations (les Thononais décrivent parfois des vagues supérieures à 1 m de haut), les vagues, en percutant de plein fouet le cap, ont une action hautement morphogène par l'érosion littorale qu'elles génèrent. Leur effet mécanique est d'autant plus sensible qu'aucun obstacle ne freine la course du vent : plus la distance parcourue est grande, plus les attaques des vagues sont actives (V. MALEVAL, 1999, 2002), d'autant plus si le lac se trouve en saison de hautes eaux, car l'amortissement des vagues par frottement sur le fond est alors moins important (L. TOUCHART, 2002).

  • Ces vagues de bise, arrivant à la côte avec une certaine obliquité en raison de la provenance du vent (du NE), donnent naissance à une dérive, parallèle au trait de côte, de direction est-ouest (voir Fig. 8) (L. TOUCHART, 2002). Ce courant, qui a la particularité de pouvoir transporter par charriage longitudinal des matériaux assez grossiers, peut avoir une forte action érosive, comme la forme lobée du delta en témoigne (E. GAUTIER et L. TOUCHART, 1999) : l'action lacustre est telle qu'elle efface toute digitation. Le dépôt des sédiments transportés s'effectue après l'inflexion du rivage à partir de la plage de la Pinède, ainsi que le révèlent l'image aérienne de 1952 et les résultats de terrain (voir Fig. 8). En effet, en juin 2014, les galets peints (en avril 2013) ont été retrouvés pour partie au nord de la piscine municipale, soit à l'entrée de la baie sur cette portion nord-sud du littoral thononais. Provenant du site du parc de la Châtaigneraie, ces galets bleu clair de granulométrie moyenne (4 cm) ont donc été charriés, en l'espace d'une saison lémanique de hautes eaux, sur une distance de 1,8 km parallèlement au rivage. Les autres galets, éparpillés le long du rivage, parfois bloqués par des obstacles segmentant celui-ci (épis et arbres basculés), seront probablement repris en charge ultérieurement. Le fait de n'avoir retrouvé aucun galet coloré issu des sites de la Dranse et de Port Ripaille témoigne de la haute énergie des eaux dans ces secteurs du cap, très sujets à l'érosion.

21 Ces paramètres environnementaux dynamiques (vents, vagues et dérive littorale) sont assistés dans leur ouvrage de sape littorale par les facteurs anthropiques.

b. Des causes anthropiques anciennes et actuelles

22Comme vu précédemment, l'existence de l'embouchure de la Dranse, de la bise et de la dérive littorale font que, d'une manière tout à fait naturelle, les apports solides de la Dranse sont en partie pris en charge par la dérive littorale pour être redistribués le long du rivage de Thonon-les-Bains. Toutefois, si ce processus naturel est perturbé par des aménagements et activités humaines, la morphologie et l'évolution du littoral sont directement influencées.

23La Dranse, venant des Préalpes, a un bassin versant d'une superficie de 535 km2. La morphologie de la vallée, issue de la déglaciation würmienne, est constituée de terrasses de kame ; les terrasses glacio-lacustres de Thonon représentent les derniers dépôts sur la bordure de la cuvette lémanique (M. DRAY, 1993). L'altitude assez élevée du bassin (1450 m en moyenne et un point culminant à 2466 m aux Hauts Forts) confère à la rivière un régime hydrologique de type nivo-pluvial à caractère torrentiel, avec un maximum principal au printemps, durant la période de fusion nivale, et un maximum secondaire en novembre, lié aux fortes précipitations automnales ; le débit moyen est de 21 m3/s (L. TOUCHART, 1993). Son haut bassin, caractérisé par des pentes fortes et des vallées encaissées, est un lieu de prélèvements naturels de sédiments. C'est ainsi qu'en une dizaine de milliers d'années, la rivière a transporté 4 milliards de tonnes de matériel pour édifier son delta lobé (L. TOUCHART, 1993) et malgré les ouvrages hydroélectriques présents dans son haut bassin qui bloquent la migration des matières solides (comme le barrage du Jotty, datant de 1950, qui en intercepte 40 %), elle amène encore en moyenne chaque année 30000 m3 de sédiments jusqu'au Léman (B. BUFFIN et B. FOURCADE, 2011). Une partie de cet apport sédimentaire devrait donc être directement prise en charge par la dérive littorale pour être redistribuée sur le littoral thononais. Cependant l'activité d'extraction menée par la société Sagradranse à l'embouchure, limite considérablement la quantité de sédiments directement disponible pour la dérive. En effet, sur la période 2001-2009, l'entreprise a prélevé un volume annuel moyen de 52000 m3 (B. BUFFIN et B. FOURCADE, 2011), en sachant qu'à la suite de crues exceptionnelles, elle a pu prélever jusqu'à 100 000 m3, tandis que l'arrêté préfectoral d'autorisation de prélèvement de juillet 2012 (n° 2012187-0017) fixe le maximum à 80000 m3. Si ces chiffres restaient raisonnables du temps où la Dranse acheminait annuellement environ 353000 m3 de sédiments au Léman (P. HUBERT et al., 1969), ils paraissent aujourd'hui excessifs au regard des apports actuels. Sur le plan légal, les prélèvements à des fins commerciales étant interdits depuis les années 1980 dans les milieux marin et lacustre, Sagradranse doit en demander l'autorisation et invoque comme raison l'entretien du lit de la rivière à des fins sécuritaires. L'arrêté préfectoral de juillet 2012, en application de l'article L214-3 du code de l'environnement, lui a accordé le renouvellement de son autorisation d'exploitation pour une durée de 5 ans (cet article soumet à autorisation de l'autorité administrative les installations, ouvrages, travaux et activités susceptibles de présenter des dangers pour la santé et la sécurité publique, de nuire au libre écoulement des eaux, de réduire la ressource en eau, d'accroître notablement le risque d'inondation, de porter gravement atteinte à la qualité ou à la diversité du milieu aquatique, notamment aux peuplements piscicoles).

24Le bilan sédimentaire moyen s'avérant donc déficitaire au vu des apports naturels et des prélèvements anthropiques annuels, le littoral de Thonon n'est pas naturellement rechargé en sédiments par la dérive qui exerce donc invariablement son action d'érosion par prise en charge et transfert des sédiments littoraux. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, en draguant les sédiments grossiers du delta immergé du Rhône, l'homme a initié la reprise de l'érosion (L. TOUCHART, 1993). Ironie de la situation, Sagradranse vend à la commune de Thonon des galets pour renforcer son littoral érodé, alors qu'elle pourrait en disposer naturellement et gratuitement (exemple des 17222 € dépensés pour 282 m3 en 2009). De plus, la ville ne profite même pas indirectement de l'activité de Sagradranse (par le biais des taxes et impôts), celle-ci se trouvant sur la commune de Publier ! La prochaine demande d'autorisation qui sera présentée en 2017, sera suivie de près par la commune de Thonon, l'ONEMA, la CIPEL et le CELRL, même si l'administration (DDT) et le préfet sont conscients des multiples conséquences et réticents à renouveler l'autorisation de dragage.

25Ainsi les aménagements qui limitent depuis 1929 l'apport des sédiments par la Dranse jusqu'au Léman et les activités humaines, notamment les prélèvements de granulats à l'embouchure de la Dranse, connus depuis la fin de la Première Guerre mondiale (et dont les effets apparaissent sur la végétation riveraine après deux décennies), jouent-ils un rôle essentiel dans l'érosion des rivages de la commune. Il convient également de rappeler que les sédiments transportés par la dérive peuvent être bloqués par les multiples épis aménagés le long du littoral pour contrer l'érosion, mais aussi par l'accès est à la marina de Port Ripaille : la digue construite en 1976 interrompt la migration de la charge solide transportée par les eaux ; un dépôt s'effectue alors en amont, ainsi que juste en aval, en raison du contournement de la digue par la dérive. De ce fait, l'Union de Port-Ripaille, en charge du fonctionnement de la marina, procède tous les ans au curage de cette passe (ce n'est pas le cas pour la passe ouest).

26La dernière cause d'origine anthropique de l'érosion littorale concerne la navigation effectuée à Thonon à partir de Port-de-Rives, que ce soit vers Évian-les-Bains à l'est, Lausanne au nord ou Yvoire à l'ouest. En effet, les navibus (bateaux à moteur) exacerbent l'érosion par le batillage généré par leur déplacement : comparées aux vagues créées par le vent, celles créées par la navigation, plus nombreuses et avec une forte cambrure, sont plus violentes lorsqu'elles s'écrasent contre "les murs solides de la côte" (F.A. FOREL, 1892-1904). Les observations de terrain ont révélé qu'un départ ou une arrivée de navibus génère pendant près de 4 minutes, une succession de 80 vagues avec une hauteur de 30 cm pour les 65 premières (la hauteur diminue pour les 15 dernières, jusqu'à disparition complète). Ainsi, avec une moyenne journalière de 20 départs et arrivées à Port-de-Rives, le littoral reçoit quotidiennement l'équivalent de 80 minutes de vagues puissantes à fort pouvoir érosif.

27Sur la base de ce diagnostic relatif à l'érosion du littoral lémanique de Thonon-les-Bains, des mesures conservatoires ont été proposées.

V - Propositions d'actions

28Les propositions faites à la commune de Thonon-les-Bains à l'issue du diagnostic révélant les vitesses et les paramètres responsables de l'évolution littorale sont destinées à protéger et préserver le patrimoine environnemental, essentiel pour l'activité touristique et les retombées économiques. Si la protection doit être principalement envisagée par renaturalisation pour ne pas retirer au littoral lémanique son cachet paysager et se trouver en conformité avec le Plan d'Action 2011-2020 de la CIPEL (2010), il convient aussi, en cette période de révision des politiques publiques, de prendre des positions pouvant aller à l'encontre de certaines activités économiques.

29En effet, la cause de l'érosion littorale étant scientifiquement identifiée, il apparaît véritablement impératif de cesser l'extraction des sédiments dans le delta sous-aquatique de la Dranse. Une telle décision, qui sera certainement contestée et fera l'objet de pressions à caractère économique, mettrait les décideurs en conformité avec la loi, puisque les prélèvements en milieu marin et lacustre sont interdits. Si l'interdiction est obtenue, les effets négatifs s'estomperont progressivement ; dans le cas contraire, ils perdureront et l'érosion pourra s'accentuer.

30En matière de protection littorale, pour le secteur sud-ouest, le moins soumis à l'érosion, seuls une surveillance et un entretien des maçonneries situées à l'interface lac-terre (piscine municipale, quai de Ripaille, domaine de Corzent) sont préconisés, ces ouvrages en dur et verticaux ayant la particularité d'accentuer la force des vagues. De plus, pour éviter l'invasion du littoral par les buddleias et les renouées du Japon, espèces végétales envahissantes formant parfois des massifs étendus comme au domaine de Montjoux, il est conseillé de les éradiquer, pour éviter une colonisation massive, et de les remplacer par des espèces fleuries palustres diversifiées comme l'iris jaune, la salicaire ou le roseau. Plantées sur la grève, celles-ci protègeront les aménagements maçonnés de l'action érosive des vagues. Les roselières sont très efficaces, esthétiques et favorables à la faune.

31Pour les sites à enjeux, situés principalement sur le littoral du cap, où le problème est le déficit sédimentaire, des mesures dites douces, comme l'alimentation artificielle en sédiments, ont été proposées, en restant toutefois vigilants sur deux paramètres. Le plus important concerne la provenance du matériel : il serait absurde que les sédiments proviennent des prélèvements dans le delta sous-aquatique par Sagradranse, tant leurs effets néfastes sur les littoraux thononais sont connus. La vigilance doit se porter également sur la granulométrie du matériel et le profil à donner à la plage, pour éviter les dépenses inutiles comme ce fut le cas à Neuvecelle. Cette commune lémanique, située à l'est d'Évian-les-Bains, a vu la disparition de sa toute nouvelle plage artificielle (3 hectares, pour 5 millions d'euros hors taxe d'investissement) en raison des vagues de 70 cm de haut en moyenne initiées par la bise ayant soufflé au début du mois de décembre 2013. Les propositions portent sur quatre secteurs :

  • Pour le littoral très érodé situé entre l'embouchure de la Dranse et l'accès est à la marina, l'éradication des espèces végétales invasives colonisant les bancs d'alluvions du delta favoriserait une remobilisation de ces alluvions par la rivière. Ainsi, mieux alimenté en matériel sédimentaire, ce littoral pourrait-il reculer moins rapidement. À noter qu'une étude multifonctionnelle (hydromorphologie et qualité piscicole) a été lancée dans le bassin versant des Dranses par le Syndicat Intercommunal d'Aménagement du Chablais (SIAC). Les conclusions permettant de définir les actions à mener pour améliorer les continuités écologiques et sédimentaires pourraient être bénéfiques au littoral de Thonon.

  • Pour le rivage érodé du parc de la Châtaigneraie, caractérisé par une microfalaise abrupte et la chute d'arbres, il convient d'agir sur la ripisylve : la réhabilitation de ce linéaire nécessite un abattage sélectif des sujets inadaptés ou vieillissants, qui seront remplacés par de jeunes arbustes tels que les saules, les noisetiers ou les fusains d'Europe. Quelques essences de haut jet, comme l'aulne, le saule et l'érable champêtre, pourront être plantés, à condition de suivre leur croissance et de les recéper pour forcer le réseau racinaire à se développer et donc à protéger le littoral d'une érosion trop rapide.

  • Le domaine de Ripaille est séparé du littoral par un mur ancien de pierres maçonnées long de 1,6 km. Patrimoine local, le sentier littoral situé au pied du mur, très emprunté par la population locale (promeneurs et coureurs), est considérablement érodé, car soumis non seulement au piétinement mais aussi à l'érosion lacustre (Photos 14 et 15, in Fig. 9). De ce fait, certains secteurs très vulnérables doivent faire l'objet d'une double protection : le sentier se creusant et se réduisant d'année en année, la berge pourrait, dans un premier temps, être réhabilitée par une technique mêlant enrochement léger et génie végétal (voir croquis in Fig. 9), puis, dans un second temps, être aménagée avec un sentier en platelage bois (Photo 16) afin de protéger la berge et les fondations du mur. Et pourquoi ne pas envisager, à terme, sur l'ensemble du littoral de Thonon, la création d'un sentier lacustre, légèrement empierré pour éviter qu'il ne se détériore ? Il conviendrait pour cela de connecter la promenade du quai de Ripaille à de nouveaux tronçons aménagés.

  • Enfin, pour la plage de la Pinède, située à l'entrée de la baie, l'érosion affecte plus le secteur ombragé d'accès à la plage que le littoral lui-même : le piétinement y a mis au jour les racines des pins, au point que la progression des poussettes, des vélos ou des fauteuils roulants est devenue difficile. Il est donc préconisé, à l'image de ce que peut faire le Conservatoire du littoral, de canaliser les promeneurs par la création d'un sentier balisé : un platelage de bois sur pilotis permettrait de protéger le système racinaire tout en maintenant l'usage piétonnier.

Figure 9 - Désordres géomorphologiques liés à l'érosion et propositions d'actions. [clichés : Véronique MALEVAL] 

Figure 9 - Désordres géomorphologiques liés à l'érosion et propositions d'actions. [clichés : Véronique MALEVAL] 

32Aucune proposition n'a été faite à la commune pour le littoral privé de la marina de Port Ripaille. Dans ce secteur, le diagnostic a montré que l'évolution est moins rapide. Il est possible que le syndicat poursuive sa gestion coûteuse de protection (70000 € tous les 5 ans), à savoir l'entretien des épis, des enrochements et un apport régulier en galets pour renforcer ce littoral anthropisé. Mais il a été informé d'autres possibilités :

  • Une méthode de protection mixte (enrochement léger et génie végétal) impactant moins violemment le paysage littoral et convenant aux secteurs plus érodés. Cette technique a fait ses preuves depuis 1997 (et a été reconduite jusqu'en 2026) sur les berges du lac Saint-Jean au Québec méridional (I. SEGERS et D. TREMBLAY, 2015).

  • La construction d'ouvrages au large, immergés ou sub-affleurants, ayant l'avantage d'être discrets voire invisibles dans le paysage, d'atténuer les vagues déferlant sur le rivage et de conserver les écosystèmes riverains naturels. Ce dispositif, aux résultats positifs, mais toutefois coûteux, peut être complété, en bordure de rive, par une palissade de bois à claire-voie pour favoriser le piégeage des sédiments. Cette technique a donné de bons résultats sur la rive sud du lac de Neuchâtel (Suisse), exposée à la bise, qui subissait une recul annuel moyen de 0,5 m, avec des valeurs pouvant dépasser 0,9 m entre Yverdon et Yvonand (F. MATTHEY et al., 2004).

33Ces techniques pourraient être mises en œuvre à titre expérimental sur un tronçon littoral pilote de la marina de Thonon.

VI - Conclusion

34Comme l'a écrit L. TOUCHART, "bien qu'ils soient moins connus que les problèmes liés à la pollution et à la qualité de l'eau, les bouleversements apportés par l'Homme au modelé lacustre sont une réalité" (2000, p. 154). Pour le Léman, les conséquences de ces actions anciennes et actuelles dans le bassin de la Dranse, et à son débouché principalement, sont un déficit sédimentaire générant une fragilité certaine des littoraux de Thonon. Pour tenter de contrer l'érosion, cette petite portion de littoral lémanique pourrait, malheureusement, être aménagée d'ouvrages massifs de protection, à l'image de 95 % des côtes du Léman (E. GAUTIER et L. TOUCHART, 1999). Toutefois les multiples impacts négatifs générés par ces ouvrages (érosion exacerbée et déplacée, fort coût de construction et d'entretien, impact paysager, disparition inexorable des plages et des accès piétonniers, écroulement des ouvrages comme les quais de Vevey en 1877, de Montreux en 1891 et de Thonon en 1961) conduisent progressivement à modifier les choix en matière d'aménagement grâce au développement de l'ingénierie éco-morphologique adaptable à tout type d'évolution littorale (rapide ou non). Si plus des trois-quarts des 200 km de rive du Léman sont aujourd'hui bétonnés (dont 40 % de murs et 34 % d'enrochements) (CIPEL, 2006, in G. de CESARE, 2014), il n'est pas osé de penser que ce chiffre peut diminuer grâce à la renaturation.

35Cette étude demandée par la ville de Thonon-les-Bains, soucieuse de l'évolution de son littoral, est un outil d'aide à la décision : protection en dur ou méthode douce ? Le choix de la renaturation de plus en plus fréquent sur les littoraux lacustres français et suisses, en particulier ceux du Léman, fournira sans doute à la commune des arguments pour faire accepter la dynamique naturelle et lancer des opérations de renaturation pour protéger son petit rivage lémanique.

Remerciements : Nous remercions la ville de Thonon-les-Bains et Monsieur Bernard DELORME, sans lequel cette étude n'aurait pu être réalisée, tant son intérêt pour l'évolution des rivages lémaniques est grand.

Top of page

Bibliography

AMINI A. et HELLER P. (2014) - Les vagues sur internet. Conférence LATLAS : "Gestion des rives lacustres" (Lausanne, Suisse), power-point, 24 p.

ASTRADE L., STOFFEL M., CORONA C. et LOPEZ SAEZ J. (2012) - L'utilisation des cernes de croissance des arbres pour l'étude des événements et des changements morphologiques : intérêts, méthodes et apports des recherches alpines à la dendrogéomorphologie. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, n° 3, p. 295-316.

BAXTER R.M. et GLAUDE P. (1980) - Les effets des barrages et des retenues d'eau sur l'environnement au Canada : expérience et perspectives d'avenir. Bulletin Canadien des Sciences Hallieutiques et Aquatiques, vol. 205F, 36 p.

BILET F. et BETINY. (1969) - Projet d'aménagement de la marina de Port Ripaille. Rapport de demande d'accord préalable, Urbanisme et Architecture, ACAU, Commune de Thonon-les-Bains et de Publier (Haute-Savoie), 26 p. + figures.

BOILLAT J.L, SAYAT S. et SCHLEISS A. (2006) - Approche méthodologique pour l'établissement d'un projet de protection de rives lacustres. Projet de recherche EROSEE, École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Laboratoire Central d'Hydraulique, p. 304-311.

BRAVARD J.P. et PETIT S. (1997) - Les cours d'eau, dynamique fluviale. Édit. Armand COLIN, collection "U", Paris, 222 p.

BUFFIN B. et FOURCADE B. (2011) - Étude hydraulique et géomorphologique pour le renouvellement de la concession SAGRADRANSE à l'embouchure de la Dranse. Rapport Sagradranse - Hydrétudes, 44 p.

CESARE G. de (2014) - Génie biologique et protection des rives. Conférence LATLAS : "Gestion des rives lacustres (Lausanne, Suisse), power-point, 17 p.

CIPEL (2006) - Rapport sur les études et recherches entreprises dans le bassin lémanique. Programme quinquennal 2001-2005. Campagne 2005. Commission Internationale Pour la Protection du Léman, Nyon (Suisse), 196 p.

CIPEL (2010) - Plan d'Action 2011-2020 en faveur du Léman, du Rhône et de leurs affluents. Préserver le Léman, ses rives et ses rivières aujourd'hui et demain. Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman, Nyon (Suisse), 64 p.

DRAY M. (1993) - Les terrasses de Thonon (bassin lémanique – France) : aspects géologiques de la déglaciation würmienne et intérêt hydrogéologique. Quaternaire, vol. 4, n° 2-3, p. 77-82.

DUSSART B.H. (1966) - Limnologie. L'étude des eaux continentales. Édit. GAUTHIERS-VILLARS, Paris, 678 p. (réédité en 1972 aux éditions BOUBÉE, Paris).

FOREL F.A. (1892-1904) - Le Léman : monographie limnologique. Édit. F. ROUGE, Lausanne, trois tomes, 1909 p.

GAUTIER E. et TOUCHART L. (1999) - Fleuves et lacs. Édit. Armand COLIN, collection "Synthèse", n° 83, Paris, p. 8-55.

HUBER A. (2014) - Dynamique des vagues et revitalisation des rives. Conférence LATLAS : "Gestion des rives lacustres" (Lausanne, Suisse), power-point, 11 p.

HUBERT P, MARIN E., MEYBECK M., OLIVE P. et SIWERTZ E. (1969) - Aspects hydrologique, géochimique et sédimentologique de la crue exceptionnelle de la Dranse du Chablais du 22 septembre 1968. Archives des Sciences, Genève, vol. 22, n° 3, p. 581-604.

ISELI C. et M. WEHRLI M. (1995) - Zehn jahre schilfund uferschutzmassnahmen am bielersee. VBS Schriftenreihe, vol. 4.

LOTITO V. (2011) - La reconquête des berges du lac du Bourget : un projet ambitieux et emblématique en termes de développement durable. Dossier de presse "Le Grand Lac, 1999-2015", Conseil Général de la Savoie, 6 p.

MALEVAL V. (1999) - L'évolution des rivages des lacs de barrages artificiels : l'exemple du lac de Saint-Pardoux en Limousin, France. Norois, vol. 46, n° 183, p. 453-464.

MALEVAL V. (2002) - Le lac de Saint-Pardoux et l'évolution morphologique des lacs de barrage artificiel. Thèse de l'Université de Limoges, 357 p.

MALEVAL V. (2010) - Le lac de Saint-Pardoux, évolution du littoral et sédimentation lacustre. Presses Universitaires Blaise Pascal, collection "Nature et Société", n° 5, Clermont-Ferrand, 169 p.

MALEVAL V. et ASTRADE L. (2003) - Le modelage d'une cuvette lacustre artificielle après son remplissage : quantification et chronologie de l'érosion des rives du lac de Saint-Pardoux, Limousin (France). Revue de Géographie Alpine, vol. 91, n° 1. p. 29-40.

MATTHEY F., PRADERVAND R., BURRI D., JOTTERAND J.P., STRECHLER PERRIN C., CLERC C., ANTONIAZZA M., DURAND P., HOFMANN F., MEYLAN S., BEUCHAT S. et KULLING P. (2004) - Lutte contre l'érosion de la rive sud du lac de Neuchâtel. Bilan de mesures. Cahier de l'Environnement - Nature et Paysage, n° 372, Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage, Berne, 69 p.

PIDOUX F. (2014) - Genève 2000-2030 : étude préliminaire de localisation et de morphologie des aménagements lacustres. Conférence LATLAS : "Gestion des rives lacustres" (Lausanne, Suisse), power-point, 37 p.

RAVAILLEAU S., OLIVE P., BABIC M. et TALAVERA J.M. (2000) - L'aquifère du delta de la Dranse : un cas d'école. In : Tracers and modelling in hydrogeology (actes de colloque, Liège, Belgique), AIHS Publication, n° 262, p. 511-524.

ROLLET A.J. (2007) - Étude et gestion de la dynamique sédimentaire d'un tronçon fluvial à l'aval d'un barrage : le cas de la basse vallée de l'Ain. Thèse de l'Université Jean Moulin -Lyon 3, 305 p.

SEGERS I. et TREMBLAY D. (2015) - Rapport d'analyse de développement durable du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean (2016-2026). Rio Tinto Alcan, division énergie électrique / UQAC, Chaire en éco-conseil, Université du Québec à Chicoutimi, 250 p.

STEVENSON M. (1852) - Observations on the relation between the height of waves and their distance from the windward shore. Edinburg Now (Jameson's), Philosophical Journal, vol. 53, p. 358-359.

TOUCHART L. (1993) - La machine lacustre : l'exemple du Léman. Annales de Géographie, vol. 102, n° 573, p. 449-471.

TOUCHART L. (2000) - Les lacs : origine et morphologie. Édit. L'Harmattan, Paris, 203 p.

TOUCHART L. (2002) - Limnologie physique et dynamique. Une géographie des lacs et des étangs. Édit. L'Harmattan, Paris, 395 p.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Localisation du secteur d'étude et des littoraux concernés par l'étude.
Caption Toutes les photographies aériennes présentées dans cet article sont issues d'une mission commandée par la ville de Thonon-les-Bains.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-1.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Figure 2 - Méthode des profils topographiques par relevés dynamiques RTK. [clichés au sol : véronique MALEVAL] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-2.jpg
File image/jpeg, 2.6M
Title Figure 3 - Localisation des placettes colorées et migration partielle des galets du site 3. [clichés des galets : Véronique MALEVAL]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Tableau I - Pourcentages des littoraux affectés par l'érosion au sens large.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 4 - Morphologie en plan et en coupe du littoral thononais.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Tableau II - Chiffres de l'évolution littorale de Thonon-les-Bains entre 2011 et 2014.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-6.jpg
File image/jpeg, 456k
Title Figure 5 - Évolution entre 2011 et 2014 du littoral situé entre la Dranse et la plage de Saint-Disdille. [clichés obliques : Véronique MALEVAL]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-7.jpg
File image/jpeg, 3.0M
Title Figure 6 - Évolution entre 2011 et 2014 du littoral situé entre les plages de Saint-Disdille et de la Pinède. [clichés obliques : Véronique MALEVAL]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-8.jpg
File image/jpeg, 3.1M
Title Figure 7 - Résultats de l'étude dendrochronologique.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Figure 8 - Les effets du transport littoral en fonction de la bise, vent dominant.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-10.jpg
File image/jpeg, 2.0M
Title Figure 9 - Désordres géomorphologiques liés à l'érosion et propositions d'actions. [clichés : Véronique MALEVAL] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4751/img-11.jpg
File image/jpeg, 3.3M
Top of page

References

Bibliographical reference

Véronique Maleval, Pierre-Brieuc Destombes and Laurent Astrade, « Diagnostic et propositions d'actions relatifs à l'érosion des berges du Léman sur la commune de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France) », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 21-43.

Electronic reference

Véronique Maleval, Pierre-Brieuc Destombes and Laurent Astrade, « Diagnostic et propositions d'actions relatifs à l'érosion des berges du Léman sur la commune de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France) », Physio-Géo [Online], Volume 10 | 2016, Online since 06 April 2016, connection on 21 October 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4751 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4751

Top of page

About the authors

Véronique Maleval

(GEOLAB UMR-6042 CNRS, Université de Limoges, 39E rue Camille Guérin, 87036 LIMOGES cedex.
Courriel : veronique.maleval@unilim.fr

Pierre-Brieuc Destombes

CORRIDOR-INGETEC Rhône-Alpes, 421 rue du Centre, 38300 CHÂTEAUVILLAIN.
Courriel : pierrebrieucdestombes@ingetec.fr

Laurent Astrade

Laboratoire EDYTEM-CNRS, UFR Sciences et Montagne, Université Savoie Mont-Blanc, Campus scientifique, P, 73376 LE-BOURGET-DU-LAC cedex.
Courriel : laurent.astrade@univ-smb.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org