Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Le marégraphe de Marseille. De la détermination de l'origine des altitudes au suivi des changements climatiques : 130 ans d'observation du niveau de la mer, Alain COULOMB, 2014

Presses de Ponts, Paris, 638 p.
Alain Marre
p. 1-2
Bibliographical reference

Le marégraphe de Marseille. De la détermination de l'origine des altitudes au suivi des changements climatiques : 130 ans d'observation du niveau de la mer, Presses des Ponts, Paris, 638 p.

Full text

1Se lancer dans la lecture de ce livre peut être un moment de bonheur, à condition de ne pas être pressé. En le lisant, j'ai pensé aux "Misérables" de Victor HUGO, car dans les deux cas le nombre de pages est conséquent, dans les deux cas on suit un héros (Jean Valjean chez HUGO) et dans les deux cas, lorsque le héros est plongé dans une situation, l'auteur nous donne de longues et belles explications sur cette situation. Ici, le héros est le Marégraphe de Marseille et l'auteur nous conte toutes les situations qui ont existé et qui existent encore autour de ce laboratoire. Le sous-titre de cet ouvrage prend ainsi toute son importance.

2Pourquoi avoir installé un marégraphe à Marseille ? C'est dans le premier chapitre de ce livre que nous avons première réponse. Ici, l'auteur explique la nécessité d'un nivellement général et montre pourquoi il est important de connaître le niveau moyen de la mer. À la fin du XVIIIème siècle, on savait réaliser de belles cartes, bien colorées, mais qui ne donnaient pas de renseignements chiffrés sur la grandeur des reliefs. Un nivellement était donc nécessaire. Pour cela il fallait un point d'origine qui ne pouvait être que le niveau de la mer. Encore fallait-il le connaître ! On a donc envisagé de créer un observatoire pour définir ce niveau moyen de la mer. L'aventure du marégraphe commence donc. Où l'installer ? Le choix de Marseille s'est vite imposé ; encore fallait-il trouver le lieu exact de l'observatoire. Dans un premier temps, on a installé une échelle de marée dans le port, au pied du fort Saint-Jean. Elle a été suivie par la mise en place d'un premier marégraphe, toujours dans le port, avec les inconvénients que cela impliquaient (risque de chocs, mouvements de la mer dus au passage des navires, pollution extrême de l'eau, etc.). C'est aussi à cette époque que la notion d'altitude, aujourd'hui si banale, apparaît. En 1835, le nom est inconnu dans le Dictionnaire de l'Académie. Ce n'est qu'en 1848 qu'il est signalé pour la première fois !

3Les grands aménagements du XIXème siècle (réseau des canaux et des voies ferrées) nécessitent un nivellement général de la France. Ce travail est lancé sous la direction de Paul-Adrien BOURDALOUË qui est à l'origine de méthodes, nouvelles et précises, de nivellement et de la mise en place de repères bien étalonnés. Tout cela est bien expliqué dans le second chapitre de ce livre.

4À partir de 1877, dans une France sortie de la guerre de 1870, le service des Ponts et Chaussées réalise les travaux de nivellement et c'est sous l'impulsion de Charles de FREYCINET, ministre des travaux publics, qu'est prise la décision d'installer un marégraphe performant à Marseille. Cinq chapitres de ce livre sont consacrés à la description minutieuse de toutes les difficultés rencontrées pour créer un tel observatoire. On voit que les obstacles ont peu changé ! Il a fallu d'abord faire admettre, au niveau ministériel, qu'une telle création était indispensable, puis il a fallu s'affranchir des difficultés physiques et surtout des difficultés financières. Trouver un lieu stable, au calme vis-à-vis des activités portuaires, et jouissant d'une eau non polluée fut chose possible. En revanche, pour s'affranchir des difficultés financières, il a fallu un marchandage entre le ministère et les ingénieurs qui ont été amenés à couper (c'est bien le mot, car on a dû, entre autres, réduire la hauteur des plafonds !) diverses parties du programme. Enfin, il a fallu construire l'appareil de mesure : le marégraphe proprement dit. Ce fut une belle aventure, car il n'y avait pas au monde d'appareil vraiment efficace. Il n'existait qu'un appareil sur l'île d'Helgoland et un autre à Cadix. C'est en tirant des leçons de ces deux appareils que celui de Marseille a été construit, en corrigeant leurs défauts. Ce marégraphe-totalisateur, inventé par l'ingénieur allemand F.H. REITZ à la suite de nombreux échanges épistolaires et de discussions avec l'ingénieur français Ch. LALLEMAND, a été construit par l'entreprise DENNERT et PAPE et monté à Marseille par DENNERT lui-même. Il a été construit pour fonctionner pendant des siècles ; promesse qu'il tient toujours depuis 1884 ! Ces chapitres sont une véritable histoire des sciences, car toutes les étapes de cette installation sont expliquées en détail, en montrant les méthodes et les techniques employées.

5Dans les chapitres suivants, l'auteur nous montre le fonctionnement du marégraphe et toutes les vicissitudes qu'il a pu connaître. Il y a eu des problèmes techniques, avec des réparations, des expérimentations de nouveaux appareils à étalonner qui se sont révélés plus ou moins fiables, l'incorporation du marégraphe dans des programmes de recherche nationaux et internationaux, etc. Il y a eu aussi des problèmes d'organisation et de responsabilité, avec la création de l'IGN en 1940, la création du port autonome de Marseille (PAM) en 1966. Chaque fois, ont été posées les questions de la responsabilité de chaque service vis-à-vis de chacune des taches et du rattachement administratif des personnels. Ainsi le gardien logé sur place a disparu en 1988, ce qui s'est traduit par un délabrement des bâtiments restés vides, des intrusions et des actes de vandalisme du matériel, d'autant que la question de la propriété des bâtiments n'avait pas été réglée. En 1997, un squatteur s'est même déclaré "propriétaire" des bâtiments et demandait à l'IGN de bien vouloir débarrasser le matériel qu'il y avait stocké ! Enfin, à partir de 2001, l'IGN envisage d'importants travaux qui sont finalement réalisés en 2006. Le marégraphe est redevenu un lieu de travail correct, mais aussi un élément du patrimoine national, car il est le seul à fonctionner depuis 130 ans.

6Le dernier chapitre, long de 149 pages est consacré aux hommes qui ont travaillé pour cet observatoire. Qu'ils soient chefs de service, ingénieurs ou gardiens du marégraphe, tous ont droit à une courte biographie, car tous ont contribué au bon fonctionnement de ce laboratoire. C'est aussi l'occasion, en décrivant le quotidien de chacun, de connaître les difficultés de fonctionnement d'un centre de recherche pendant plus d'un siècle. À titre d'exemple, le gardien a dû attendre 20 ans pour avoir de l'eau courante. Jusqu'en 1905, il devait parcourir plus de 500 m pour trouver une fontaine et les plans d'origine ne prévoyaient ni WC ni salle de bain dans son logement !

7Voici un livre qui nous illustre à la fois l'histoire d'un centre d'observation et de recherche, mais aussi l'histoire d'une discipline scientifique. On y voit les origines de la discipline ainsi que ses méthodes anciennes. À travers l'installation et les tests des nouveaux appareils, on y découvre l'évolution des techniques et des méthodes. Mais on y voit aussi la vie des chercheurs et des observateurs, tous très passionnés et qui acceptent souvent des conditions de travail et de vie pour le moins inconfortables. Ce livre va donc au delà de son titre et apporte une foule d'informations. Il est aussi un livre d'histoire locale, car chacune des étapes de la vie du marégraphe est incorporée dans la vie de la ville. Ainsi le recourt à un fournisseur marseillais est l'occasion d'avoir une description de son entreprise et même des activités du quartier dans lequel elle est installée.

8Cependant on peut rester sur sa faim car si le sous-titre dit "De la détermination de l'origine des altitudes au suivi des changements climatiques", nous avons peu d'informations sur les changements climatiques. En page 461, l'auteur donne un diagramme qui montre une élévation du niveau marin entre 1885 et 2010. Il montre une augmentation moyenne de 1,22 mm/an, soit une valeur totale de 15 cm depuis 1885. Il précise que cette augmentation est inférieure à celle observée sur le littoral atlantique (1,55 mm/an près de Lisbonne, 1,32 mm/an à Brest). Mais il se limite à la description et se garde bien de se lancer dans une tentative d'explication, en disant "Sans entrer dans des considérations scientifiques trop compliquées sur lesquelles les spécialistes n'en finissent pas de se quereller…". On aurait pourtant aimé avoir un aperçu de ces "querelles", pour savoir si cette observation peut être mise en relation avec le réchauffement climatique et la fonte des glaciers des hautes latitudes. Par ailleurs, toujours page 461, l'auteur précise que pendant une vingtaine d'années, entre 1960 et 1980, le niveau moyen de la mer a diminué et pour expliquer ce fait il avance l'hypothèse suivante : la baisse du niveau marin serait due à une augmentation de la densité de l'eau de la Méditerranée, résultat d'un déficit en apport d'eau douce par les fleuves et les précipitations. Mais on sait que la réduction des précipitations de cette zone subtropicale est aussi due au réchauffement climatique. On reste donc sur des interrogations : quels sont les effets du réchauffement climatique sur le niveau de la mer à Marseille ?

9Cet ouvrage ne répond peut être pas à toutes les questions qu'on est amené à se poser. Mais ne prête-t-on pas trop aux riches ? Car ce livre apporte une foule d'informations sur le Marégraphe de Marseille, mais aussi sur toute l'histoire du nivellement général de la France et même plus généralement sur l'histoire des sciences. C'est finalement une vraie mine d'informations !

Top of page

References

Bibliographical reference

Alain Marre, « Le marégraphe de Marseille. De la détermination de l'origine des altitudes au suivi des changements climatiques : 130 ans d'observation du niveau de la mer, Alain COULOMB, 2014 », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 1-2.

Electronic reference

Alain Marre, « Le marégraphe de Marseille. De la détermination de l'origine des altitudes au suivi des changements climatiques : 130 ans d'observation du niveau de la mer, Alain COULOMB, 2014 », Physio-Géo [Online], Volume 10 | 2016, Online since 06 April 2016, connection on 29 March 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4786

Top of page

About the author

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne
Courriel : marre.alain51@orange.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org