Navigation – Plan du site
Articles

Une sélection de géomorphosites dans l'île de La Réunion en fonction de critères morphodynamiques

Dominique Sellier
p. 105-133

Résumés

L'île de La Réunion comporte des reliefs exemplaires des îles océaniques tropicales, en raison de ses activités volcaniques, anciennes ou actuelles, et de son climat, responsable de puissants agents d'érosion. Elle possède un potentiel géomorphologique qui a contribué à la création d'un Parc National, à l'instauration de Zones Naturelles d'Intérêt Géologique (ZNIG), intégrant des géomorphosites et à l'inscription d'une partie de l'île au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle bénéficie de la venue de nombreux visiteurs, motivés par la découverte de son relief. L'article, de nature méthodologique, présente une sélection de géomorphosites, c'est-à-dire de sites appropriés à la vulgarisation de la géomorphologie sur le terrain, à partir d'une analyse intégrée des reliefs et en fonction de critères dynamiques. Après l'identification de quatre grands ensembles géomorphologiques, il définit une douzaine de géomorphotypes qui déterminent autant de séries de géomorphosites.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La vulgarisation de la géomorphologie à destination des touristes, des scolaires ou du "grand public" connaît un développement croissant dans de nombreux pays, en particulier en Amérique du Nord et en Europe. Elle procède de plusieurs opérations comme la mise en place de panneaux explicatifs du relief devant un paysage, l'organisation de parcours commentés sur le terrain, la diffusion de publications adaptées à des lecteurs non spécialistes, simples dépliants ou ouvrages didactiques. En amont, elle nécessite une réflexion et une méthodologie pour choisir des sites remarquables par leur intérêt scientifique et pédagogique, couramment qualifiés de géomorphosites (M. PANIZZA, 2001 ; E. REYNARD, 2005 ; E. REYNARD et al., 2009 ; D. SELLIER, 2009).

2La sélection de ces géomorphosites, observables à partir de points de vue fixes ou d'arrêts au cours d'un trajet, a inspiré plusieurs méthodes (V. GRANDGIRARD, 1997 ; E. REYNARD et M. PANIZZA, 2005 ; P.J. PEIREIRA, 2006 ; E. REYNARD, 2009). L'une d'entre elles s'appuie sur la sélection déductive de géomorphosites à partir d'une analyse intégrée des reliefs (D. SELLIER, 2009, 2010, 2013, 2016). Son application comprend plusieurs étapes. La première concerne la définition des propriétés géomorphologiques générales de l'espace à l'intérieur duquel s'inscrit le projet de vulgarisation, tel qu'un massif montagneux, un bassin versant ou une île. La deuxième consiste à diviser cet espace initial en plusieurs grands ensembles géomorphologiques de dimensions comparables, mais de propriétés distinctes, à partir de critères géomorphologiques d'appréhension commode (topographiques, structuraux, hydrographiques ou paléogéographiques). La troisième concerne l'individualisation, à partir de chacun de ces grands ensembles, de types de reliefs présents dans l'espace considéré et désignés ici par le terme de géomorphotypes. La dernière étape aboutit à une sélection d'un ou de plusieurs géomorphosites représentatifs de chaque géomorphotype, à partir de critères scientifiques (représentativité par rapport aux géomophotypes retenus) et pédagogiques (intérêt didactique par rapport aux publics concernés). La méthode est à adapter aux dimensions de l'espace initial et des reliefs impliqués.

3Les géomorphosites se présentent ainsi comme des sujets d'observation dont le niveau d'échelle est ordinairement celui d'objets photographiables depuis un point de vue, lequel peut devenir, implicitement, une station d'observation et un lieu privilégié de transmission de connaissances sur le relief. Le choix des stations d'observation répond, finalement, à des critères pédagogiques (lisibilité du relief) et pratiques (accessibilité). Chaque géomorphosite et chaque station associée s'intègrent donc à une suite de taxons de valeurs scientifique et pédagogique comparables. Leur sélection se déduit d'une analyse multiscalaire du relief, donc d'une véritable analyse intégrée. Les étapes initialement suivies dans le cadre de cette analyse, comme moyens de recherche et de sélection des géomorphotypes, peuvent également servir dans la perspective d'une présentation du relief au public, en valorisant ainsi les relations spatiales entres les différentes unités du relief.

4La méthode, d'abord destinée à sélectionner des géomorphosites parmi des reliefs naturels (D. SELLIER, 2010, 2013 ; R. KERGUILLEC et D. SELLIER, 2015), peut aussi s'appliquer à des milieux anthropisés, où certains reliefs traduisent les transitions entre faits naturels et faits culturels nés d'aménagements ou de pratiques des lieux, comme dans le cas de certains littoraux ou grands marais (D. SELLIER et C. PORTAL, 2013). Elle peut aussi s'appliquer à des domaines où les reliefs expriment, plus qu'ailleurs, les gradations entre formes héritées et formes fonctionnelles, comme dans le cas de l'île de La Réunion.

5L'objectif de cet article est ainsi de proposer une sélection de géomorphotypes caractéristiques des reliefs réunionnais, puis de géomorphosites représentatifs de ces géomorphotypes, en fonction des relais de processus morphostructuraux et morphodynamiques qui s'expriment dans l'île, donc de la répartition des formes héritées et des formes fonctionnelles. La démarche consiste à rappeler les propriétés générales de l'île, à définir plusieurs grands ensembles géomorphologiques, en l'occurrence au nombre de quatre, à caractériser une série de géomorphotypes, donc d'unités de reliefs élémentaires de même rang, puis à sélectionner une série de géomorphosites à commenter aux visiteurs. Le relief de l'île de La Réunion est connu (J. DEFOS DU RAU, 1959 ; R. ROBERT, 1980, 1996 ; F. CADET, 2003). L'article porte donc sur l'application d'une méthode destinée à sa vulgarisation.

II - Les propriétés morphostructurales et morphogéniques majeures de La Réunion

1 ) Une grande île volcanique de l'océan Indien

6La Réunion est une île massive en plan et montagneuse en coupe, dont la situation dans l'océan Indien et l'éloignement des côtes d'Afrique, à 700 km de Madagascar, lui valent d'être souvent placée en encart sur les cartes. Elle appartient au groupe des îles Mascareignes, avec l'île Maurice et l'île Rodrigues, respectivement situées à 400 km et à 1200 km plus au nord-est, avec lesquelles elle partage une histoire géologique commune. La Réunion est une île de type océanique, c'est-à-dire une île volcanique, exclusivement basaltique. Elle est constituée de deux grands massifs volcaniques accolés (Fig. 1) : le Piton des Neiges au nord-ouest, aujourd'hui éteint, et le Piton de La Fournaise au sud-est, l'un des volcans les plus actifs au monde, dont les propriétés géologiques font l'objet d'une bibliographie abondante (A. LACROIX, 1936 ; P. BUSSIÈRE, 1958 ; G. BILLARD et P.M. VINCENT, 1974 ; L. CHEVALLIER, 1979 ; G. KIEFFER, 1979 ; P. ROCHER, 1988 ; P. BACHÈLERY, 1981 ; L. CHEVALLIER et P. BACHÈLERY, 1981 ; P. BACHÈLERY et L. CHEVALLIER, 1982 ; P. BACHÈLERY et J.F. LENAT, 1993 ; P.Y. GILLOT et al., 1994 ; É. MAILLOT, 1999).

Figure 1 - Schéma géomorphologique de l'île de La Réunion et localisation des géomorphosites.

Figure 1 - Schéma géomorphologique de l'île de La Réunion et localisation des géomorphosites.

7L'île, dont l'origine demeure discutée, résulterait d'un point chaud, associé à un panache de magma mantellique enraciné à la limite noyau-manteau. Ce point chaud, par nature fixe, aurait créé l'île Maurice (il y a environ 10 millions d'années), puis La Réunion (il y a 5 ou 6 millions d'années), en raison du déplacement de la plaque océanique concernée. Quoi qu'il en soit, le bâti de La Réunion procède d'abord d'un grand volcan-bouclier de 7000 m de hauteur, dont 4000 m sous la surface de l'océan et plus de 3000 m au-dessus. L'île a émergé il y a deux millions d'années environ et ne constitue que 3 % du volume total de l'édifice. Elle demeure soumise à des éruptions qui ont lieu presque tous les ans, voire plusieurs fois par an, les plus anciennes s'étant produites au nord-ouest et les plus fonctionnelles se produisant au sud-est.

8La Réunion se présente finalement comme une île de forme elliptique, peu découpée, large de 50 à 70 km au niveau de la mer. Le fait qu'elle culmine à plus de 3000 m, à moins de 20 km des côtes, implique des reliefs contrastés et des versants relativement redressés, qui constituent les propriétés morphostructurales majeures de l'île. Le même fait la range parmi les îles océaniques hautes, impliquant les effets proportionnés de l'altitude et de l'exposition qui conditionnent, à leur tour, ses propriétés morphogéniques. Ses dimensions la classent, en fait, parmi les plus grands édifices volcaniques au monde, après Hawaï.

9La Réunion est aussi une grande île tropicale de l'hémisphère Sud, recoupée par le 21ème parallèle. Elle est, par conséquent, soumise à la circulation des alizés provenant du sud-est (côte au vent), mais aussi à des dépressions tropicales et à des cyclones ravageurs, auxquels s'ajoute le rôle pluviogène du relief. Le tout implique des précipitations abondantes : 800 mm par an au nord-ouest et à l'ouest, "sous le vent", mais jusqu'à 12000 mm certaines années au sud-est, "au vent" et en montagne (R. ROBERT, 1986, 1990, 2003 ; O. SOLER, 1997 ; H. QUÉTELARD et F. CHANTRELLE 1999). La Réunion connaît des averses diluviennes, qui impliquent une érosion linéaire intense, quoique périodique (A. BARCELO et al., 1998). J. DEMANGEOT (1999) rappelle que Cilaos, au centre de l'île, a reçu 1870 mm en 24 h et 3500 mm en quatre jours, ce qui serait sans équivalent au monde.

10Le ravinement est donc le processus morphogénique le plus puissant. Ses effets s'observent dès qu'on quitte les côtes pour s'engager vers l'intérieur : encaissement des talwegs, hauteur et raideur des versants de vallées, mais aussi chutes de pierres volumineuses le long des parois après les averses, accumulations de blocs géants et émoussés dans le fond des vallées (J.L. HAURIE, 1987 ; A. GOPAL, 1992 ; A. BARCELO, 1996). Aux excès pluviométriques répondent des écoulements démesurés. DEMANGEOT (1999) cite, à ce sujet, le cas de la rivière des Marsouins, au sud de Bras-Panon, sur le versant au vent de l'île, dont le bassin versant ne mesure que 81 km2, où les pluies cycloniques entraînent des pointes de débits comprises entre 500 et 800 m3/s.

11Aux processus de ravinement actifs qui s'exercent à partir de talwegs particulièrement redressés, s'ajoutent des mouvements de terrain, souvent de grande ampleur, à partir des interfluves, en particulier des éboulements en masse qui affectent les versants les plus inclinés, dont les "remparts" associés aux vallées encaissées ou aux cirques du massif du Piton des Neiges (BRGM, 2001 ; C. CALICHIAMA et J. GRUCHET, 1983). La violence des processus directement ou indirectement liés aux précipitations et à l'écoulement des eaux constitue la propriété morphogénique majeure de La Réunion. À l'action de ces processus mécaniques s'ajoute celle des processus d'altération chimique, qui trouvent ici des facteurs propices, en raison des précipitations et des températures, comme dans toutes les régions à climat tropical humide.

12À l'ampleur des processus volcaniques qui ont créé de grands reliefs structuraux (à partir des "pitons") et des reliefs d'effondrement à leur mesure (représentés par les "cirques"), répond donc l'intensité de l'érosion, responsable de modelés de dissection gigantesques (les "ravines") et de formes de construction de dimensions corrélatives (les nappes alluviales, deltas et plaines côtières).

2 ) Les circonstances de la valorisation du patrimoine géomorphologique

13Le dynamisme exceptionnel des phénomènes morphostructuraux et morphogéniques, dont ne sont rappelées ici que les principales manifestations, s'exprime à travers chacun des grands ensembles géomorphologiques et géomorphotypes réunionnais. Il contribue déjà, par lui-même, à justifier la valorisation du patrimoine géomorphologique local, mais ne représente qu'un trait commun à la plupart des îles océaniques tropicales. Le principal intérêt du relief réunionnais tient, en effet, à la polarité de ses propriétés structurales et morphogéniques, c'est-à-dire au relais des formes héritées par les formes actives suivant un axe nord ouest-sud est, depuis le secteur de Saint-Denis vers celui du Grand Brûlé, entre le Piton de La Fournaise et la mer, où se produisent les éruptions les plus fréquentes (voir Fig. 1).

14Au delà des motifs scientifiques, les propriétés démographiques et touristiques de l'île justifient aussi des opérations de vulgarisation géomorphologique. La Réunion est un territoire où la population est supérieure à 800000 habitants et où la géographie locale fait l'objet de programmes et de manuels d'enseignement spécifiques. En dépit de son éloignement de l'Europe, elle constitue l'un des principaux foyers touristiques de l'océan Indien. Elle reçoit de nombreux visiteurs, principalement francophones, qui appartiennent à des tranches d'âge variées et qui témoignent d'un intérêt affirmé pour les milieux naturels, en empruntant les routes périphériques, les voies intérieures, les sentiers de montagne, voire l'hélicoptère. En réponse, l'île est dotée d'une forte capacité d'accueil et bénéficie de structures institutionnelles qui contribuent à la valorisation de son patrimoine naturel. Le Parc National de La Réunion, fondé en 2007, s'étend sur la moitié de l'île. Plusieurs réserves naturelles ont été créées, notamment une réserve nationale marine pour protéger les reliefs coralliens de la côte ouest, depuis 2007. Les "pitons, cirques et remparts" de La Réunion sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2010.

15En dépit de cette situation et de ces structures, la valorisation actuelle des reliefs auprès du public est encore limitée. Le dossier de candidature au classement de l'île au patrimoine de l'UNESCO (2008) traite de géomorphologie et intègre des fiches du BRGM normalisées sur les potentialités géologiques de l'île. Quelques panneaux expliquent les reliefs sur le terrain, comme à Takamaka (à l'est de l'île), au Pas de Bellecombe (face du Piton de La Fournaise), au Piton Maïdo (près du cirque de Mafate), ou dans le Bras de Cilaos (voir Fig. 1). Plusieurs reliefs sont devenus emblématiques de l'île grâce à la publicité touristique et contribuent ainsi à sa notoriété : les phénomènes volcaniques actifs, les reliefs montagneux, présentés à juste titre comme escarpés, les cirques et les littoraux, devenus les sites les plus attractifs.

16En marge des inventaires et des simples évaluations de sites, le présent travail a précisément deux buts. Le premier est de souligner les liens morphostructuraux et morphogéniques entre les formes des reliefs réunionnais (donc les géomorphotypes) par une analyse multiscalaire (donc intégrée). Le second est de proposer une sélection de géomorphosites susceptibles de contribuer à la transmission de connaissances géomorphologiques auprès de publics non spécialistes et ainsi à la valorisation du patrimoine géomorphologique.

III - L'organisation des grands ensembles géomorphologiques réunionnais

17Quatre noms de reliefs, communément intégrés sur place à la toponymie, interpellent les visiteurs dès leur arrivée sur l'île : les pitons (qui fournissent les principaux points de repère), les cirques (qui forment des dépressions gigantesques), les "ravines" (qui désignent les torrents et les rivières à l'entrée de chaque pont, ainsi que les vallées correspondantes) et les côtes (d'abord partagées entre côtes au vent et côtes sous le vent). Ces quatre catégories de reliefs constituent autant de grands ensembles géomorphologiques qui peuvent servir à une classification des reliefs réunionnais en se limitant, pour l'instant, à leurs caractères généraux (voir Fig. 1).

1 ) Les pitons : des édifices volcaniques

18Le terme désigne les cônes volcaniques de toutes dimensions qui forment l'armature de l'île, sans se réduire à leur sommet. Il s'applique en premier lieu aux deux grands appareils volcaniques juxtaposés qui ont construit l'île de La Réunion et qui en occupent conjointement toute l'étendue : le Piton des Neiges (3070 m, correspondant au point culminant de l'île) et le Piton de La Fournaise (2632 m, situé à moins de 10 km de la mer). Ces volcans constituent, l'un et l'autre, des reliefs gigantesques qui, pour être dissymétriques ou effondrés, n'en représentent pas moins des édifices d'une vingtaine de kilomètres de rayon chacun. Ce sont des "volcans rouges", de type hawaïen, principalement des volcans-boucliers, formés par l'empilement de coulées successives, localement entrecoupées de nappes de projections pyroclastiques. Le premier, éteint, occupe les deux tiers de la superficie de l'île, au nord-ouest. Le second, très actif, le relaie au sud-est, au delà d'un alignement de hautes plaines intérieures, qui fournissent un passage entre la côte au vent et la côte sous le vent (plaine des Palmistes, plaine des Cafres). Les flancs de ces deux grands volcans s'inclinent par ailleurs vers la mer, suivant des profils partout très rectilignes ; ils ont été colonisés en premier, défrichés jusqu'à des altitudes comprises entre 500 et 800 m et sont souvent très habités.

19Le terme de piton s'applique, par ailleurs, à des cônes volcaniques de dimensions très inférieures quoique très apparents dans le paysage : cônes parasites formés sur les flancs des deux grands édifices précités ou sur les hautes plaines intérieures, cônes éruptifs mineurs construits au fond de cirques (voire parfois, par extension, simples sommets isolés par l'érosion le long des lignes de partage des eaux entre les cirques).

2 ) Les cirques : des reliefs volcaniques d'effondrement remaniés

20À l'inverse des pitons, les cirques sont des reliefs en creux, vastes et profonds, fermés vers l'intérieur, où le confinement crée des conditions microclimatiques affranchies des alizés. Ils ne comprennent qu'une ouverture, étroite et encaissée, prolongée par des gorges d'accès difficile, au point d'avoir servi de lieux de marronnage jusqu'à l'abolition de l'esclavage. Ils correspondent pour l'essentiel à de grandes caldeiras, au fond accidenté et aux bords abrupts, qualifiés en général de remparts, qui se trouvent à la périphérie des cirques ou qui isolent des crêtes d'intersection entre les cirques (crêtes intercaldeiras). Ces cirques ont une origine complexe. Ils proviennent d'abord d'effondrements de chambres magmatiques vidangées. Ils enregistrent aussi les effets de glissements de terrain et de coulées volcaniques tardives, ainsi que du ravinement de leur fond et de leurs versants par l'érosion régressive. Il en existe deux catégories, représentant des stades d'évolution différents.

21D'abord, trois grands cirques contigus et presque complètement fermés : les cirques de Mafat, de Salazie et de Cilaos, d'où s'échappent les principales rivières de l'île par des gorges de raccordement, défoncent la partie nord-ouest de l'île, où le volcanisme n'est plus fonctionnel. Ces cirques comptent parmi les hauts-lieux du tourisme réunionnais. Ils s'inscrivent à l'intérieur d'un triangle centré sur le Grand Morne (2991 m), à proximité du Piton des Neiges, auxquels s'adjoint la plaine des Marsouins, occupée par la forêt de Bébour, à l'est. Ils forment des cuvettes d'une dizaine de kilomètres de diamètre et de plus de 1000 m de profondeur, sans équivalent dans le monde par leurs dimensions et par leur disposition trilobée. Ils se sont effondrés depuis environ 200000 ans, en accompagnant le démantèlement du grand appareil volcanique initialement édifié à l'emplacement du Piton des Neiges. Ils continuent de subir des remaniements, par éboulement, glissement ou ravinement.

22Par ailleurs, des cirques ouverts, semi-circulaires, regardent vers la mer au sud-est de l'île, à la périphérie du Piton de La Fournaise. Ils se trouvent dans le secteur où le volcanisme est le plus actif, mais où s'accomplissent aussi des effondrements progressifs, marqués par des espaces plans ou peu inclinés : plaine des Remparts, plaine des Sables, Enclos Fouqué. Ils sont moins encaissés que les précédents, mais de plus long rayon de courbure, et sont bordés à l'ouest par des remparts en gradins. Ils composent ainsi des compartiments de caldeiras emboîtés, qui s'intègrent à un paysage de plus en plus minéral vers l'est, parce que de plus en plus récent, donc de moins en moins raviné.

3 ) Les ravines : des reliefs de dissection

23L'érosion linéaire s'exprime avec force dans toute l'île, parce que le sud-est, où le substratum est relativement jeune, reçoit le plus de précipitations et parce que le nord-ouest, moins arrosé, enregistre les effets du ravinement depuis plus longtemps. Cette érosion se traduit par les "ravines", formes de dissection de toutes dimensions qui rompent la continuité latérale des flancs des volcans et qui contribuent à l'organisation générale du relief réunionnais à cause de leur disposition radiale. Dans l'ensemble, ces ravines sont denses, rectilignes (sauf à l'aval, où elles peuvent décrire des méandres) et peu ramifiées (sauf à l'amont, où elles s'ouvrent en amphithéâtres, comme au Trou de Fer, qui sert de bassin de réception au Bras de Caverne). Elles présentent partout un profil en long à forte dénivelée (parfois supérieure à 1000 m) et des profils transversaux étroits et encaissés (parfois de plusieurs centaines de mètres). Elles appartiennent à trois catégories différentes.

24La première et la plus spectaculaire se rapporte aux gorges de raccordement empruntées par les exutoires des trois grands cirques (Bras de Cilaos, Rivière des Galets et Rivière du Mat respectivement situées au débouché des cirques de Cilaos, de Mafate et de Salazie), sur une douzaine de kilomètres de longueur, auxquelles s'ajoutent les gorges de Takamaka, à peine moins encaissées, à la sortie de la plaine des Marsouins. Ces gorges, rectilignes à l'amont, sinueuses en aval, sont partout étroites et profondément creusées. Elles sont entourées de versants rectilignes et escarpés. Ces versants s'élèvent par endroits de près de 1000 m. Ils sont également qualifiés de remparts dans la toponymie locale, en raison de leurs analogies morphologiques et dimensionnelles avec les parois internes des cirques.

25La deuxième concerne les multiples vallons creusés au flanc des grands volcans. Ces vallons, au profil transversal en V, présentent des tracés rectilignes et généralement subparallèles, responsables du découpage des flancs des volcans en planèzes. Ils correspondent au type de ravines le plus fréquent, mais demeurent normalement peu encaissés, sauf, par endroits, au nord (rivière Saint-Denis, rivière de Patates, ravine du Chaudron) et à l'est (rivière des Roches), où ils apparaissent alors ramifiés et approfondis, sous les effets de l'érosion régressive.

26La dernière concerne des ravines adjacentes aux pitons, tracées en bordure des grands édifices volcaniques, sortes de vallées orthoclinales, si on appliquait le terme de cataclinales aux catégories précédentes. Les principales de ces ravines sont les gorges du Bras de la Plaine situées entre le Dimitile (à l'est du Piton des Neiges) et la plaine des Cafres, ou celles de la Rivière des Remparts, à l'ouest du Piton de La Fournaise, auxquelles s'ajouteraient la Rivière Langevin (près de la précédente) et la Rivière de l'Est (au nord du Piton de La Fournaise), moins évoluées, car plus proches de La Fournaise. Ces ravines adjacentes, étroites, encaissées et sinueuses à l'aval, deviennent souvent ramifiées en amont, comme plusieurs points de vue permettent de l'observer (notamment celui de Bois Court, qui surmonte le Grand Bassin, en amont du Bras de la Plaine). Elles sont nettement dissymétriques, en raison de la prépondérance des processus d'effondrement (sur leurs versants externes, abrupts) ou du ravinement (sur leurs versants internes, disséqués). Elles soulignent, en partie, des bordures de caldeiras et canalisent ainsi les eaux à la périphérie des grands édifices volcaniques et au contact des "hautes plaines".

4 ) Les côtes : des reliefs littoraux volcaniques

27Les côtes de La Réunion sont d'abord exposées, comme celles des îles océaniques, aux attaques de la mer, épisodiques mais puissantes, comme en témoignent à la fois la morphologie des falaises et l'abondance des cordons de galets à sa périphérie (S. ÉTIENNE et R. PARIS, 2007). Elles sont soumises à de forts contrastes climatiques comme toutes les îles tropicales, en fonction des trajets des alizés, ici de secteur est ou sud-est. Elles sont peu découpées dans l'ensemble et demeurent simplement sinueuses, ne comprennent ni baie ni pointe contrastées, mais appartiennent à des types variés (R. ROBERT, 1974). Leur point commun est d'abord de se situer à la base de flancs de grands volcans-boucliers, donc de coulées, qui se prolongent sous la mer par des tombants jusqu'à 4000 m de profondeur, et de provenir, ainsi, de reliefs construits par les volcans, donc de dériver de formes "structurales". Au delà, elles enregistrent aussi les effets d'une climatologie insulaire de milieu tropical. Elle sont donc livrées à des processus d'érosion violents, déterminés par des éléments terrestres (torrentialité, mouvements de terrain), océaniques (amplitude des houles, tsunamis) ou atmosphériques (précipitations, cyclones).

28Les littoraux comprennent d'abord des côtes rocheuses d'érosion, principalement des côtes à falaises qui tronçonnent les flancs des volcans et qui présentent de remarquables contrastes dimensionnels entre le sud de l'île, où elles sont encore très basses et le nord, où elles apparaissent immenses. Leur élévation diffère en fonction des degrés de l'activité volcanique et, ainsi, du temps accordé à l'érosion littorale pour s'exercer. La largeur apparente des plates-formes littorales dominées par ces falaises varie en fonction du même gradient, mais demeure généralement réduite, en raison des origines de l'île et de sa ceinture de tombants.

29Les littoraux comprennent par ailleurs des côtes de construction, qui proviennent du remaniement de matériaux arrachés aux côtes rocheuses et, surtout, apportés aux embouchures, Ces côtes comprennent des plages de différentes compositions. Elles comprennent aussi des côtes de construction corallienne, en fait peu développées à La Réunion.

30Il conviendrait d'ajouter à ces deux ensembles les côtes de construction volcanique, qui s'apparentent à des formes structurales propres à l'édification et à l'expansion des îles volcaniques. Ces côtes illustrent la confrontation directe entre les coulées les plus récentes et l'océan. Elles conservent les marques de la fragmentation du matériel lavique, encore fluide, avec l'eau de mer, à l'instant de cette confrontation. Elles sont donc peu retouchées par les actions littorales, sans falaises ni plates-formes encore clairement formées, comme en aval du Grand Brûlé.

5 ) La place des versants par rapport aux grands ensembles géomorphologiques

31Le relief de La Réunion est d'abord établi sur des pitons. Ces pitons sont défoncés par des cirques, disséqués par des ravines et bordés par des côtes (Fig. 2). Les versants sont, dans tous les cas, des formes subordonnées à chacun de ces quatre grands ensembles géomorphologiques. Ils appartiennent donc à des taxons de rang inférieur, même s'ils peuvent apparaître comme des reliefs majeurs dans les paysages réunionnais actuels, par leur élévation et par leurs profils. Les versants justifient ainsi un classement particulier en fonction des grands ensembles à l'intérieur desquels ils s'inscrivent et du degré d'activité volcanique du secteur auquel ils appartiennent. Il convient d'abord de distinguer deux grands types de versants, comme sur la plupart des îles associées à un volcanisme basique, dont fait partie La Réunion, mais aussi comme dans les hauts massifs montagneux tropicaux, auxquels s'apparente aussi La Réunion : des versants externes et des versants internes (Fig. 2).

Figure 2 - Typologie des versants de l'île de La Réunion.

Figure 2 - Typologie des versants de l'île de La Réunion.

32Les versants externes correspondent aux flancs des deux grands volcans sur lesquels est édifiée l'île. Ils sont directement construits par des empilements de coulées basaltiques initialement fluides, alternant, par endroits, avec des nappes de projections pyroclastiques et constituent donc, par leurs édification (d'origine volcanique) et par leurs formes (de revers), des versants structuraux, sinon substructuraux lorsqu'ils sont dégradés par l'érosion. Ils présentent partout des profils rectilignes, inclinés d'une douzaine de degrés.

33Les versants internes, sont assez semblables entre eux par leurs profils, toujours abrupts (jusqu'à 70° d'inclinaison) et par leur continuité latérale, qui leur valent d'être indifféremment qualifiés de remparts à travers l'île. Leur raideur est entretenue par les processus d'érosion en action dans les milieux tropicaux humides (éboulements et mouvements de terrain divers, sapement basal par encaissement des cours d'eau) et soulignée dans le paysage par des chutes d'eau, simples ou multiples. Ils appartiennent tous à la catégorie des versants d'érosion, mais sont de deux origines différentes :

  • Des remparts périphériques situés à l'intérieur des cirques, soulignent les cicatrices des effondrements qui accompagnent l'évolution des bordures de caldeiras. Ils comprennent encore deux variétés. La première concerne les remparts circulaires intracaldeiras qui correspondent aux parois internes des grands cirques du nord-ouest, prolongés par des versants de crêtes intercaldeiras au contact de deux cirques, le tout en domaine de volcanisme éteint (Piton des Neiges). La seconde concerne les remparts semi-circulaires qui bordent les caldeiras en formation au sud-est, en domaine de volcanisme actif (Piton de La Fournaise) et qui n'illustrent qu'un stade de l'évolution des précédents.

  • Par ailleurs, des remparts rectilignes correspondent aux versants des ravines, souvent aussi redressés, mais symétriques. Ils sont dus à l'encaissement rapide et puissant des talwegs sous les effets de l'érosion linéaire.

34Aux côtés de ces deux grands types de versants réunionnais, externes et internes, méritent d'être mentionnés les versants littoraux, sur côtes rocheuses, qui correspondent à des versants externes par leur situation et à des versants d'érosion par leur formation, en distinguant les falaises hautes en domaine de volcanisme éteint et les falaises basses en domaine de volcanisme actif.

IV - Une subdivision des grands ensembles géomorphologiques réunionnais en géomorphotypes à partir de critères morphologiques

35Les quatre ensembles précités peuvent être subdivisés en treize géomorphotypes de même rang taxonomique (Tab. I).

Tableau I - Grands ensembles géomorphologiques et géomorphotypes.

Tableau I - Grands ensembles géomorphologiques et géomorphotypes.

Les géomorphotypes correspondant à des versants figurent sur fond gris.

1 ) Géomorphotypes associés aux pitons : les cratères, les flancs et les hautes plaines

36Il s'agit de trois éléments constitutifs des édifices volcaniques, de dimensions différentes, mais de significations complémentaires.

37Les cratères centraux représentent les reliefs ponctuels élémentaires à partir desquels s'organisent toutes les autres formes, structurales ou d'érosion. C'est à partir d'eux (sinon de fissures, également présentes sur les flancs des édifices), qu'a lieu la création concomitante des roches et de reliefs à l'intérieur de l'île. Ces cratères comptent parmi les sites les plus attractifs pour les randonneurs qui séjournent à La Réunion. Le plus vaste et le plus élevé correspond au cratère Dolomieu, qui occupe le sommet du Piton de La Fournaise à plus de 2500 m d'altitude. L'île comporte par ailleurs de nombreux cratères, simples ou emboîtés, coalescents ou égueulés, mais instables ou périodiquement effondrés, associés aux volcans parasites qui ponctuent les flancs du Piton de La Fournaise et les hautes plaines.

38Les flancs des cônes sont d'immenses versants continus, caractéristiques des volcans-boucliers, effectivement rectilignes et relativement peu inclinés. Ils sont souvent plans lorsqu'ils n'ont pas été trop ravinés (et alors laniérés). Ils se trouvent, parfois, pour cette raison, qualifiés de plaines, en particulier au nord-ouest de l'île (Plaine des Chicots, Plaine des Fougères, Plaine des Lianes). Ils comportent des coulées scoriacées, de type aa, appelées ici gratons, ou des coulées cordées, de type pahoehoe, souvent assorties de coupoles pluridécamétriques juxtaposées (comme dans l'Enclos Fouqué). Ces coulées, produites par des laves fluides, alternent localement avec des champs de scories. Elles sont assorties de cônes adventifs, cônes laviques ou cônes de scories.

39Les hautes plaines, plaine des Palmistes et plaine des Cafres, forment l'ensellement qui occupe le centre de l'île, de part et d'autre du col de Bellevue, situé à 1606 m. Elles sont nées de la convergence des flancs des grands édifices volcaniques, Piton des Neige et Piton de La Fournaise, au centre de l'île. Elles proviennent ainsi de l'accumulation de coulées issues des deux volcans, entrecoupées d'effondrements et de constructions ponctuelles de cônes adventifs. Elles sont largement cultivées.

2 ) Géomorphotypes situés à l'intérieur des cirques : les remparts périphériques, les îlets et les grands mouvements de terrain

40Il s'agit de trois autres géomorphotypes, issus de l'interaction d'effondrements et de ravinements, donc en partie apparentés à des formes d'érosion.

41Les remparts périphériques, de types circulaires ou semi-circulaires, forment toujours de hauts versants à regards convergents qui se dressent autour des cirques. Les premiers sont continus et bordent l'intérieur des grands cirques fermés contigus situés autour du Piton des Neiges (Mafate, Cilaos, Salazie). Les seconds sont centrés sur le Piton de La Fournaise, ouverts vers l'océan et disposés en gradins (Rivière des Remparts, Rivière de l'Est, Enclos Fouqué, Rempart de Bois Blanc, Rempart du Tremblet). Les crêtes intercaldeiras forment des cloisons qui séparent les grands cirques fermés contigus précités, autour du Piton des Neiges. Elles correspondent à des interfluves extrêmement étroits et acérés, bordés par des versants à regard divergent, similaires aux remparts périphériques par leur raideur et par leur élévation. Elles sont d'altitudes irrégulières. Elles comportent donc des points hauts, qualifiés de mornes ou, à nouveau, de pitons, dont les plus importants sont la Roche Écrite, le Morne de Fourche, le Grand Bénare, le Gros Morne et évidemment le Piton des Neiges, qui culminent entre 2000 et 3000 m. Elles comportent par ailleurs des cols, qui s'abaissent, le plus souvent en dessous de 2000 m, comme le col de Fourche, le col des Bœufs ou le col de Taïbit, franchis par des sentiers de montagne. Quelle que soit leur catégorie, tous ces remparts sont des abrupts, parfois de plus de 1000 m d'élévation, sujets à écroulements et à glissements, franchis par des cascades. Leur continuité transversale est parfois compromise par les bassins de réception des ruisseaux qui drainent le fond des cirques (comme à la périphérie du Piton des Neiges). Leurs profils diffèrent cependant à leur base. Celle des remparts semi-circulaires, associée aux cirques ouverts du sud-est (Piton de La Fournaise), présentent un angle qui s'apparente à un knick (comme au pied du rempart des Sables ou du rempart de Bellecombe, à l'ouest de La Fournaise), alors que celle des remparts circulaires, en bordure des cirques fermés du nord-ouest (Piton des Neiges), est accidentée par des glissements de terrain souvent complexes (comme au Grand Îlet, à Salazie, au Grand Matarum, à Cilaos, ou au nord de Mafate).

42Les îlets et les collines intracaldeiras occupent le fond des grands cirques fermés contigus du nord-ouest (Mafate, Cilaos, Salazie). Les îlets sont des interfluves, parfois individualisés de toute part, à sommet plan ou aigu, provenant de compartiments effondrés à l'emplacement de l'édifice volcanique originel ; ils sont souvent occupés par des finages, auxquels le nom d'îlets s'applique à l'origine. Des collines intracaldeiras, à flancs abrupts, parfois réduites à l'état de crêtes de recoupement, proviennent du ravinement du fond des mêmes cirques, en particulier dans celui de Mafate (crête des Calumets, crête des Orangers). L'ensemble est attaqué par des "bad-lands" encaissés et ramifiés, révélateurs de l'intensité passée ou actuelle du ravinement, ainsi que de la fragilité des matériaux pyroclastiques ou bréchiques en présence.

43Des mouvements de terrain du genre glissement, de grandes dimensions et de profils chaotiques, marqués par des cicatrices d'arrachement et compliqués par des formes de ravinement, se sont produits à partir des remparts et au fond des cirques, comme à l'intérieur de ceux de Salazie (le Grand Îlet) ou de Mafate (Marla). Ces formes, initialement héritées de grands d'effondrements d'origine tectonique, proviennent d'une saturation en eau de matériaux sans cohésion, lors de fortes précipitations. Elles sont toujours instables, comme le rappellent les destructions périodiques d'aménagements ou d'habitats.

3 ) Géomorphotypes associés aux "ravines" : modelés en creux, interfluves et plaines côtières

44Il s'agit à nouveau de trois géomorphotypes, significatifs des actions progressives du ravinement : les lits et les versants des ravines résultant de l'encaissement des cours d'eau, les planèzes mises en relief par l'encaissement des lits des ravines, les deltas et les plaines côtières construits par l'accumulation des sédiments corrélatifs du ravinement.

45Les lits et les versants des ravines présentent des propriétés homogènes. Les fonds des ravines sont rectilignes, resserrés et partout très profonds. Ils sont occupés par des chaos de blocs hétérométriques et arrondis, souvent plurimétriques, caractéristiques de l'importance des débits, de la compétence des cours d'eau et surtout de la violence épisodique de l'écoulement. Les versants des ravines, ou remparts rectilignes, sont comparables aux remparts périphériques par leurs propriétés morphologiques. Leur continuité est significative de l'absence ou de la rareté des confluences. Leur redressement est entretenu par les sapements et les effondrements (comme le long de la route de Cilaos).

46Les planèzes sont la contrepartie de l'encaissement des ravines, en l'occurrence des vallons creusés au flanc des grands édifices volcaniques. Elles demeurent à des stades embryonnaires autour du Piton de La Fournaise en raison de l'installation récente du ravinement. En revanche, elles présentent des stades très évolués dans les secteurs de volcanisme inactif, donc dans la partie de l'île située au nord-ouest, où la dissection du relief a bénéficié de temps pour s'accomplir. Elles forment, par définition, des interfluves peu inclinés, en forme de triangle, dont le sommet qualifié de "piton" ou de "nez", se situe en bordure des cirques, vers 2000 m, et dont la base s'élargit d'ordinaire jusqu'aux côtes, où elle est taillée en falaises. Elles présentent ainsi une disposition radiale à partir des trois cirques de Mafate, Salazie et Cilaos (planèzes du Grand Bénare, de la Montagne, de la Roche Écrite, des Fougères, du Mazerin...). Les planèzes constituent les reliefs les plus étendus de La Réunion, ce qui ne leur vaut pas pour autant d'être les plus facilement perçus par les visiteurs.

47Les deltas et les plaines côtières sont les formes de construction alluviales, corrélatives du ravinement des pitons. Les deltas se situent naturellement à l'embouchure des principaux cours d'eau, issus eux-mêmes des cirques (Le Port, Bras-Panon, Saint-Louis). Les plaines côtières demeurent étroites (leur largeur est partout inférieure à 5 km) et discontinues (plaine du Gol au sud-ouest, plaine des Galets au nord-ouest, plaine de Saint-Denis au nord, plaine du Champ-Borne au nord-est). Elles se différencient des flancs des cônes par leur faible inclinaison (1 à 3°). Elles sont largement occupées par les cultures, notamment par celle de la canne à sucre.

4 ) Géomorphotypes associés aux côtes : falaises, cordons et récifs frangeants

48Les côtes de La Réunion conduisent à reconnaître quatre géomorphotypes.

49De grandes falaises recoupent les planèzes et s'intègrent à une trilogie ravines-planèzes- falaises. En tranchant les flancs des grands édifices volcaniques, elles présentent des élévations croissantes en fonction de leur recul, donc de leur âge. Les plus imposantes se trouvent ainsi au nord-ouest, entre Saint-Denis et la Possession, où elles dépassent 200 m d'élévation (le cap Bernard, la Grande-Chaloupe) et où leurs profils, initialement abrupts, ont été localement redressés par l'élargissement des voies de communication.

50Les basses falaises, qui recoupent des terminaisons de coulées sur quelques mètres d'élévation seulement, comptent parmi les formes caractéristiques des littoraux en domaine de volcanisme actif. Il s'agit de côtes rocheuses à surface ruiniforme, à profil irrégulier et à plate-forme étroite, où l'entaille de la mer demeure à un stade rudimentaire. La densité et les associations de reliefs mineurs qui s'y rapportent, comme les grottes, les arches, les trous de souffleur et les taffonis, varient en fonction de la fragilité et de l'hétérogénéité du matériel (coulées de type pahoehoe ou aa, nappes de matériaux bréchiques). Les différences entre falaises hautes, qui se dressent au nord-ouest de l'île, falaises basses, qui s'observent à l'ouest, et microfalaises qui commencent à se former autour du Grand Brûlé, ne tiennent pas qu'à leur élévation. Elles tiennent aussi à la concurrence entre construction volcanique et érosion littorale, qui ne s'exerce plus au nord-ouest, faute d'activité volcanique, mais qui s'exprime pleinement au sud-est, où le travail de la mer est périodiquement remis en cause par les coulées qui débordent des côtes.

51Les plages sont inégalement réparties, mais le plus souvent étroites et discontinues, en raison des dimensions des plates-formes. Elles présentent de nombreuses variétés en fonction des matériaux volcaniques locaux, de la dynamique côtière et de la présence éventuelle de lagons. Elles sont souvent composées de gros galets émoussés, parfois de sable volcanique, sinon de sable corallien blanc ou de dépôts composites associant galets de basalte et débris de coraux, qui signalent la présence de récifs frangeants en avant.

52Les récifs frangeants sont rares, discontinus, plats, étroits (moins de 300 m de largeur) et associés à des lagons d'une profondeur partout inférieure à 3 m. Leur faible développement autour de La Réunion (à la différence de l'île Maurice), tient à plusieurs causes : l'absence ou l'étroitesse des plates-formes littorales, l'agitation des eaux marines sur la côte au vent, la présence de reliefs montagneux et la pluviométrie élevée, qui créent des conditions écologiques nuisibles au développement des coraux sur la côte sous le vent. Les constructions coralliennes ne s'observent, par conséquent, qu'à l'ouest de l'île, entre le cap de la Houssais (près de Saint-Paul) et le Piton de Grande-Anse (près de Petite-Île), sur la côte sous le vent, à l'écart des embouchures des grandes ravines, dans un secteur où le volcanisme n'est plus fonctionnel.

V - Une sélection de géomorphosites à partir de critères dynamiques

53Le corpus de géomorphotypes qui vient d'être proposé repose sur des critères principalement morphologiques ; il prend en compte des emboîtements de formes (à propos des pitons), des associations de formes (à l'intérieur des cirques), les stades d'un même processus (le long des ravines) ou des effets de la tropicalité sur des îles volcaniques (sur les côtes). Une sélection de géomorphosites, à raison d'un ou de plusieurs par géomorphotype, peut être désormais proposée en fonction de critères dynamiques. Les reliefs réunionnais témoignent en effet, en tout lieu, d'une jeunesse et d'un dynamisme indubitables. Mais leur âge et leur activité évoluent dans le sens nord ouest-sud est, selon des gradations qui s'appliquent aux formes structurales comme aux formes d'érosion.

1 ) Des facteurs dynamiques de forte intensité

54Le mode de fonctionnement des reliefs de La Réunion est simple mais engage des processus particulièrement puissants, comme en témoignent la construction d'édifices volcaniques de plus de 3000 m d'élévation, la formation de caldeiras de 1000 m de profondeur, la présence de ravins de plusieurs centaines de mètres de profondeur ou les volumes des dépôts corrélatifs à la périphérie de l'île. À cette force des processus s'ajoute la jeunesse des formes. L'émersion de La Réunion a commencé il y a moins de trois millions d'années et le Piton de La Fournaise se construit depuis 500000 ans. La chronologie des phases de construction et des périodes d'activité successives de chacune des parties de l'île est connue dans le détail. Cette jeunesse du relief, comparée à l'ampleur des volumes produits, implique une vitesse élevée des mécanismes tectogéniques et morphogéniques en cause. La Réunion est la seule île à connaître un volcanisme actif à l'intérieur du groupe des Mascareignes et le Piton de La Fournaise compte parmi les volcans les plus actifs au monde ; la partie sud-orientale de l'île (Le Grand Brûlé) demeure inhabitée à cause de la fréquence des éruptions (J. MORIN, 2012). La puissance de la morphogenèse s'exprime par les grands glissements de terrain et l'étendue des bad-lands. Elle s'exprime aussi par la profondeur des ravines et la raideur de leurs versants ; les terrasses alluviales perchées à plusieurs dizaines de mètres au-dessus des talwegs attestent la rapidité du creusement des lits torrentiels, comme, par exemple, le long du Bras de Cilaos. Elle s'exprime encore sur les côtes par la présence de plages de galets, rares en milieux tropicaux, qui traduisent la vigueur de l'érosion marine, la grossièreté des apports à partir des embouchures et, au delà, l'intensité de l'ablation à l'intérieur de l'île.

2 ) Les gradients dynamiques

55Au delà de la force des processus et de la jeunesse des formes, la singularité du relief réunionnais tient à la polarité de ses propriétés structurales et morphogéniques. Cette polarité s'exprime à propos de chacune des catégories de relief. D'une façon générale, les terres situées au sud-est sont occupées par les formes de construction volcaniques les plus récentes, alors que les reliefs situés au nord-ouest comprennent les formes volcaniques les plus anciennes, en même temps que les formes d'effondrement, de ravinement et de recul des côtes les plus accomplies. Les reliefs volcaniques actifs laissent ainsi place aux reliefs volcaniques hérités du sud-est vers le nord-ouest, mais se trouvent simultanément relayés par des reliefs d'effondrement (cirques) et de dissection (ravines), voire par de grandes falaises, qui, pour avoir commencé à ruiner et à disséquer les volcans depuis longtemps, n'en demeurent pas moins soumises à des processus d'évolution très fonctionnels (mouvements de masse, ravinement, recul des côtes). L'île de La Réunion témoigne, par conséquent, de remarquables relais de processus et de formes.

56Ainsi le Piton de La Fournaise, grand édifice de type hawaïen, dilate progressivement l'île vers le sud-est, alors que le Piton des Neiges a évolué en strato-volcan, à l'emplacement duquel les coulées alternent avec des projections de cendres et de ponces, en édifiant les deux tiers de l'île pendant une période d'activité de plus de 1,5 million d'années, mais ne fonctionne plus depuis 12000 ans. Les cônes à cratères du sud-est sont relayés par les grandes caldeiras du nord-ouest. Les cirques sont de plus en plus importants du sud-est (près du Piton de La Fournaise, où les remparts demeurent semi-circulaires et subverticaux, à knick basal, comme au Grand Brûlé), vers le nord-ouest (où les remparts circulaires sont fragmentés en gradins par des mouvements de terrain, comme à Mafate). La subsidence est active, mais limitée, depuis 200000 ans le long des flancs emboîtés du Piton de La Fournaise, alors que les cirques du Piton des Neiges, stabilisés, sont approfondis par l'érosion linéaire et élargis par les mouvements de terrain. Il en résulte que, sur le terrain, les coulées basaltiques s'observent surtout en plan au sud-est (autour du Piton de La Fournaise) et surtout en coupe au nord-ouest (le long des remparts, des ravines et des falaises).

57 Réciproquement, les effets du ravinement croissent du sud-est, où ils sont encore modestes (comme à la pointe des Cascades ou à la pointe de La Table), vers le nord-ouest, où ils sont gigantesques (comme autour Saint-Denis), en raison de l'âge des reliefs-hôtes et de la durée de leur exposition à l'érosion (même si la pluviométrie subit un gradient en sens inverse en raison de l'opposition entre versant sous le vent et versant au vent). Les ravines sont de plus en plus ramifiées et encaissées vers le nord-ouest. Les flancs de cônes, encore étendus et réguliers au sud-est, sont remplacés par des planèzes significatives de l'encaissement et de la multiplication des réseaux au nord-ouest.

58Au total, les reliefs édifiés au sud-est (cratères et cône de La Fournaise) sont remplacés par des reliefs résiduels au nord-ouest (cirques, remparts et crêtes d'interfluves autour du Piton des Neiges). Les principaux sommets correspondent à des cônes au sud-est, mais à des arêtes ou à des embranchements de crêtes de recoupement intercaldeiras au nord-ouest. Les reliefs d'érosion succèdent, dans ce sens, aux reliefs structuraux.

59Schématiquement, et sans considérer les situations locales pour l'instant, la progradation volcanique des littoraux, par superposition et avancée progressives des coulées actives à partir du trait de côte, l'emporte au sud-est, où prédominent les côtes accores, à falaises naissantes sur front de coulées. À l'inverse, l'érosion littorale poursuit l'ablation des coulées héritées et entretient le recul des falaises au nord-ouest. Entre ces deux extrémités, se succèdent des littoraux variés, à moyennes falaises et à estran, entaillées par des ravines, voire par des falaises mortes précédées de plaines côtières (Saint-André, Saint-Benoît) ou de marais maritimes (Saint-Paul), qui témoignent, pour leur part, d'une progradation sédimentaire. Les plages de galets sont partout présentes, mais laissent place par endroits à des plages de sable noir, d'origine volcanique (Les Avirons), ou de sable blanc, d'origine corallienne (Saint-Gilles, Saint-Leu), notamment à l'ouest de l'île.

60Ainsi La Réunion gagne-t-elle de l'espace sur la mer au sud-est, sous l'effet des éruptions qui provoquent l'avancée du trait de côte, alors qu'elle en cède au nord-ouest, sous l'attaque permanente de l'océan qui entraîne le recul du trait de côte. Sa forme elliptique et ses contours relativement réguliers résultent de cette dynamique. Les contrastes qui s'expriment ainsi par l'opposition entre les coulées simplement déchiquetées par la mer du sud-est et les grandes falaises, ravines et planèzes du nord-ouest se répercutent aussi, à l'évidence, à travers les conditions d'occupation de l'île : répartition des habitants et des cultures, mais aussi des voies de communication, comme le signalent, par exemple, les différences entre le tracé de la route qui suit la base du Grand Brûlé en ligne droite (N2), mais qui gravit chaque coulée, au risque d'être coupée par la prochaine éruption, et le tracé de la route du littoral (N1), construite aux dépens des cordons et des falaises, entre Saint-Denis et la Possession, pour éviter les sinuosités de la route des planèzes (D41), laquelle contourne les ravines, à plus de 600 m d'altitude.

61L'ordonnance des reliefs de l'île de La Réunion se déduit de leur analyse. Elle peut aussi servir de fil conducteur et pour procéder à leur vulgarisation en sélectionnant des géomorphosites.

3 ) Une série de géomorphosites

62Elle résulte d'une analyse croisée de données morphologiques et morphodynamiques. Les premières ont été employées pour déterminer les treize géomorphotypes issus des grands ensembles retenus en premier (pitons, cirques, ravines, côtes). Les secondes ont trait aux formes de relief actives ou héritées. Les sites caractéristiques de chaque géomorphotype peuvent être ensuite classés en fonction de critères scientifiques (représentativité par rapport aux géomorphotypes), pédagogiques (intérêt didactique) et pratiques (accessibilité). Il est clair qu'une part de subjectivité intervient à ce niveau et qu'une certaine liberté revient aux vulgarisateurs, pourvu qu'un équilibre demeure au sujet de l'articulation et de l'illustration de chaque géomorphotype. Chacun de ces derniers est illustré ici ‒ à titre d'exemple et sans pouvoir donner lieu à des commentaires détaillés ‒ par un géomorphosite principal et par des géomorphosites complémentaires, significatifs de formes actives ou de formes héritées (Fig. 1 et Tab. II).

Tableau II - Géomorphotypes et géomorphosites.

Tableau II - Géomorphotypes et géomorphosites.

63Les propriétés des pitons, reliefs volcaniques fondamentaux, ont justifié de distinguer trois géomorphotypes (les cratères, flancs et hautes plaines). Les cratères centraux peuvent être représentés par plusieurs géomorphosites de caractères variés. Le plus emblématique est évidemment le cratère Dolomieu (1), ou cratère Brûlant, qui occupe le sommet du Piton de La Fournaise et qui constitue l'élément le plus actif du volcanisme réunionnais. Ses altitudes et sa forme varient à chaque éruption. Pour le moment, il compose un cratère emboîté et excentré avec le cratère Bory, ouvert sur son flanc ouest, mais forme, par lui-même, une dépression de plus d'un kilomètre de diamètre et de près de 300 m de profondeur, dont le fond est occupé par des laves basaltiques consolidées (Photo 1). L'intérieur, circulaire, est entouré de versants convergents comprenant deux parties ; les parois sommitales, abruptes, mais irrégulières et en partie ruinées laissent paraître, en coupe, les séries de tephras de différentes compositions, accumulées au cours des éruptions successives ; les pentes d'éboulis (talus et cônes) proviennent d'une dynamique de chute provoquée par les effets vraisemblablement conjoints de secousses sismiques, d'effondrements successifs et d'une gélifraction justifiée par l'altitude et par la gélivité des matériaux en place. L'extérieur se compose de versants rectilignes inclinés d'une quinzaine de degrés, caractéristiques des volcans de type hawaïen.

Photo 1 - Le cratère Dolomieu, au sommet du Piton de La Fournaise (2621 m). [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 1 - Le cratère Dolomieu, au sommet du Piton de La Fournaise (2621 m). [cliché : Dominique SELLIER]

Au premier plan : l'intérieur du cratère, circulaire, entouré de versants à regards convergents, à parois sommitales et à pentes d'éboulis, est le site du volcanisme réunionnais le plus fonctionnel. À l'arrière plan, au delà de l'Enclos Fouqué, du Pas de Bellecombe, de la plaine des Sables et de la Rivière des Remparts : le Piton des Neiges, encadré par le Grand Bénare et la Roche Écrite, appartient aux héritages des stades du volcanisme les plus anciens.

64Par ailleurs, le double cratère de Formica Léo (2) occupe le centre d'un volcan adventif situé au nord du Piton de La Fournaise (2202 m), au pied du Pas de Bellecombe, qui comprend l'un des belvédères les plus fréquentés de La Réunion (Photo 2). Il est donc hors de proportions avec le précédent et se rapporte, pour sa part, à un cône de scories récent. L'intérieur du cratère, lui aussi du type emboîté excentré, montre, en coupe, les accumulations de projections hétérométriques qui l'ont édifié et qui ont été éboulées en raison de leur manque de cohésion. Les flancs, dégradés par la surfréquentation touristique, sont rectilignes et inclinés d'une trentaine de degrés, conformément à la valeur de l'angle de repos des pentes d'éboulis. Le cratère du Piton Hyacinthe (3), dans la plaine des Cafres, fournit l'exemple d'un cône de scories parasite, éteint et colonisé par la végétation. Les flancs de cônes les plus remarquables se trouvent autour du Piton de La Fournaise, en particulier au Grand Brûlé (4), qui s'étend sur une dizaine de kilomètres entre le cratère et la mer, le Rempart de Bois Blanc au nord et celui du Tremblet au sud. Les coulées successives, cordées ou scoriacées, accompagnées de cônes parasites et de grands glissements, s'observent depuis les points de vue aménagés en bordure de la route côtière (N2). Leur ancienneté s'exprime dans le paysage par leur degré de météorisation et par leur stade de colonisation végétale.

Photo 2 - Le volcan adventif de Formica Léo (2218 m), au nord de l'Enclos Fouqué. [cliché : Dominique SELLIER] 

Photo 2 - Le volcan adventif de Formica Léo (2218 m), au nord de l'Enclos Fouqué. [cliché : Dominique SELLIER] 

Il s'agit d'un cône de scories à cratère double. L'intérieur montre les accumulations de projections responsables de son édification. L'inclinaison des flancs, d'une trentaine de degrés, est caractéristique des pentes d'éboulis.

65L'Enclos Fouqué (5), vu du Pas de Bellecombe (Photo 3), correspond au flanc occidental du Piton de La Fournaise ; il est plus étroit (3 km), mais ponctué lui aussi de nombreux cônes adventifs (dont le Formica Léo) ; il est remarquable par ses coulées longiformes, juxtaposées, de couleur brune (pour les plus altérées par la météorisation) ou noire (pour les plus récentes), et par ses coupoles basales. Plus à l'écart du centre de l'activité volcanique, les flancs du Demi-Piton et du Piton Chisny (6), entre le rempart de Bellecombe et la plaine des Sables, sont des exemples de champs de scories récents, faiblement inclinés, accompagnés de projections parfois plurimétriques. Les flancs du massif du Piton des Neiges fournissent évidemment de multiples exemples de coulées éteintes, dégradées par l'érosion, comme dans le secteur de la Petite France (7) le long de la route forestière n° 8, entre les hauteurs de Saint-Paul et le Piton du Maïdo, à l'ouest du cirque de Mafate.

Photo 3 - Flancs occidentaux du Piton de La Fournaise vus depuis le rempart du Pas de Bellecombe (2311 m). [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 3 - Flancs occidentaux du Piton de La Fournaise vus depuis le rempart du Pas de Bellecombe (2311 m). [cliché : Dominique SELLIER]

Rectilignes et peu inclinés, ils sont caractéristiques des volcans édifiés par des éruptions du type hawaïen. Ils résultent de la superposition de coulées scoriacées et de coulées de type pahoehoe, qui rejoignent au premier plan les coulées à coupoles de l'Enclos Fouqué. Les émissions les plus récentes se signalent par leur ton foncé.

66Les reliefs de hautes plaines s'observent depuis les alentours du site du Nez de Bœuf, qui offrent des points de vue sur la plaine des Cafres (8) et sur ses cônes adventifs (Piton Guichard, Piton Dugain, Piton Desforges, Pitons Villers), sur le col de Bellevue et, en arrière-plan, le Piton des Neiges et le Grand Benare (Photo 4).

Photo 4 - Le col de Bellevue, entre la plaine des Palmistes et la plaine des Cafres. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 4 - Le col de Bellevue, entre la plaine des Palmistes et la plaine des Cafres. [cliché : Dominique SELLIER]

Les plaines, formant un col au centre de l'île, sont ponctuées de cônes parasites. Elles proviennent de la convergence des flancs du Piton de La Fournaise, au premier plan, et du Piton des Neiges, à l'arrière-plan, au delà du Grand Bassin et du Dimitile, entre le Grand Bénare et la Roche Écrite.

67Les cirques comprennent des remparts périphériques, des îlets et de grands glissements de terrain. Le Rempart des Sables (9), entre la plaine des Remparts et la plaine des Sables, est un géomorphosite caractéristique des remparts semi-circulaires bordiers de caldeira active (Photo 5). Son élévation est de 130 à 180 m. Son inclinaison est d'une soixantaine de degrés. Son profil, rectiligne, est accidenté dans le détail par des corniches correspondant aux coulées résistantes. Sa base entre en contact avec la surface de la plaine des Sables par un knick dont la continuité latérale est rompue par des cônes de déjection axés sur les couloirs qui ravinent les corniches. Le Piton de Bemassoune (10) se trouve encadré par de grands remparts circulaires intracaldeiras, qui bordent le côté nord du cirque de Salazie. Ses versants, redressés, mais accidentés à leur base par des glissements de terrain, s'élèvent sur environ 1000 m ; ils témoignent d'une parfaite continuité latérale sur une dizaine de kilomètres, entre la Roche Écrite et le cap Picard, à l'entrée des gorges de Salazie. Formes de relief désormais héritées, ils sont abondamment végétalisés, ce qui témoigne, contrairement aux précédents, de leur longue stabilité. Le Morne de Fourche (11), culminant à 2267 m, se trouve encadré par des crêtes d'intersection intercaldeiras qui séparent les cirques de Salazie et de Mafate. Ces crêtes forment des interfluves étroits, d'altitude irrégulière, encadrés de parois à regard divergent, ravinés à la base et également très végétalisés. Le Piton d'Anchain (12) correspond à un "îlet", à sommet plat et à flancs raides, qui surmonte le fond du cirque de Salazie de plusieurs centaines de mètres (Photo 6). Plusieurs grands glissements de terrain s'observent en domaine de volcanisme actif, comme au Grand Brûlé (13) en contrebas du Piton de La Fournaise, ou en domaine de volcanisme inactif, comme à l'intérieur du cirque de Salazie (14).

Photo 5 - Un rempart semi-circulaire de caldeira active : le Rempart des Sables et la plaine des Sables vus du plateau des Basaltes. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 5 - Un rempart semi-circulaire de caldeira active : le Rempart des Sables et la plaine des Sables vus du plateau des Basaltes. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 6 - Le piton d'Anchain et le piton Maillot : îlets et collines intracaldeiras dans le cirque de Salazie, en direction du Cimendais. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 6 - Le piton d'Anchain et le piton Maillot : îlets et collines intracaldeiras dans le cirque de Salazie, en direction du Cimendais. [cliché : Dominique SELLIER]

68Les reliefs directement ou indirectement liés aux ravines comprennent les remparts rectilignes, des planèzes et des plaines côtières. La ravine de la rivière des Remparts (15), vue depuis le belvédère du Nez de Boeuf (2136 m), constitue un géomorphosite représentatif des grandes ravines adjacentes à un piton, en l'occurrence celui de La Fournaise (Photo 7). Son lit est encaissé de 1000 m, mais encombré de nappes alluviales et de terrasses. Ses versants sont dissymétriques : continus, rectilignes et redressés à l'ouest, échancrés par de multiples confluences à l'est. La rivière du Mat (16), exutoire du cirque de Salazie, fournit un exemple des remparts rectilignes, abrupts et rapprochés, caractéristiques des gorges de raccordement, en particulier entre le cap Picard et l'Escalier, comme le sont également le Bras de Cilaos et la Rivière des Galets (Mafate). La plaine des Fougères (17), au sud de Saint-Denis, offre un exemple de grande planèze, inclinée du cirque de Salazie (1800 m) à la mer et disséquée par des ravines. La plaine de Bras Panon (18), élargie par le delta de la rivière du Mat, est un cas de plaine côtière particulièrement plate et élargie.

Photo 7 - Ravine dissymétrique de la Rivière des Remparts à l'ouest du Piton de La Fournaise, vue vers le sud, entre un rempart rectiligne, abrupt, à droite, et un versant profondément disséqué, à gauche. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 7 - Ravine dissymétrique de la Rivière des Remparts à l'ouest du Piton de La Fournaise, vue vers le sud, entre un rempart rectiligne, abrupt, à droite, et un versant profondément disséqué, à gauche. [cliché : Dominique SELLIER]

69Sur les côtes, la baie de la Possession (19) s'ouvre, vers Saint-Denis, sur un géomorphosite représentatif des grandes falaises qui recoupent les extrémités des planèzes situées au nord-ouest de l'île, à condition de ne pas perdre de vue les effets des travaux destinés à entretenir la Route du littoral sur leur morphologie initiale. Les basses falaises proches de Saint-Philippe (20), notamment près du puits des Français, sont caractéristiques des côtes rocheuses associées aux "pointes" qui se succèdent à l'ouest de l'île en direction de la pointe au Sel (Photo 8). Elles demeurent généralement inférieures à 10 m d'élévation et illustrent les stades initiaux de l'érosion littorale sur les terminaisons des coulées volcaniques. L'anse des Cascades à Sainte-Rose (21) offre l'exemple d'une plage de gros galets de basalte, hétérométriques et émoussés (Photo 9) ; la plage est adossée à une falaise, colonisée par la végétation jusqu'à sa base. Le littoral du secteur de Saint-Leu comprend de nombreuses plages de sable volcanique, éventuellement assorties de récifs à l'avant des coulées les plus avancées (22), qui alternent avec des plages de débris coralliens accumulés sur des platiers de basalte (23). Ces plages bordent par endroits un lagon, comme à la pointe de l'Étang Salé, près des Avirons (24).

Photo 8 - Le littoral proche du puits des Français. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 8 - Le littoral proche du puits des Français. [cliché : Dominique SELLIER]

En aval de la forêt de Saint-Philippe, au sud de l'île, les fronts des coulées sont retouchés par l'érosion littorale sous la forme de falaises basses, de profil ruiniforme, creusées de grottes et d'arches.

Photo 9 - La plage de l'anse des Cascades à Sainte-Rose, adossée à une falaise colonisée par la végétation. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 9 - La plage de l'anse des Cascades à Sainte-Rose, adossée à une falaise colonisée par la végétation. [cliché : Dominique SELLIER]

VI - Conclusion

70La méthode appliquée ici pour effectuer un choix de géomorphosites significatifs des reliefs de l'île de La Réunion est une méthode déductive fondée sur une analyse dite intégrée des reliefs considérés, c'est-à-dire sur l'emboîtement des formes et sur leurs articulations, comme les visiteurs de l'île peuvent en être témoins sur le terrain. Au delà de simples considérations dimensionnelles, elle s'appuie sur les relations génétiques et chronologiques qui existent entre les formes. La Réunion se caractérise par des reliefs contrastés : haute montagne et littoraux tropicaux, édifices volcaniques fonctionnels ou effondrés, formes de glissement ou de ravinement gigantesques, qui participent à la diversité des paysages en même temps qu'à leur cloisonnement. Elle offre, en même temps, une grande variété de reliefs issus d'un volcanisme basique, actif ou inactif, de toutes dimensions, et relativement accessibles. En dehors de leur morphologie, ces reliefs se caractérisent par une remarquable mobilité dans le temps, par les effets de relais de processus et par un continuum entre formes héritées et formes fonctionnelles, d'une extrémité de l'île à l'autre. Ce continuum s'exprime à travers les reliefs volcaniques, les formes d'effondrement, les formes de ravinement et les formes littorales. Il sert ici de référence pour sélectionner des géomorphosites.

71Le patrimoine géomorphologique de La Réunion est considérable en raison des propriétés de son relief, mais aussi de l'opportunité d'observer dans l'espace les manifestations des étapes de son élaboration dans le temps, sans manque ni rupture. Ce patrimoine se trouve déjà valorisé par les flux touristiques en direction de l'île, par les équipements en service et par les structures en place. La patrimonialisation n'est cependant pas que protection. Elle implique une transmission, en l'occurrence une transmission de connaissances par la vulgarisation, qui peut représenter un moyen essentiel de la valorisation du potentiel géomorphologique local

Remerciements : L'auteur remercie Yannick LAGEAT, Professeur émérite de l'Université de Brest pour la relecture attentive et critique de cet article avant soumission à la revue. Il remercie également les rédacteurs et les relecteurs de la revue, en particulier Emmanuel REYNARD, Professeur à l'Université de Lausanne.

Haut de page

Bibliographie

BACHÈLERY P. (1981) - Le Piton de la Fournaise (Ile de La Réunion). Étude volcanologique, structurale et pétrologique. Thèse de l'Université Blaise Pascal (Clermont Ferrand II), 215 p.

BACHÈLERY P. et CHEVALLIER L. (1982) - Carte volcano-structurale du massif de la Fournaise au 1/50000. Édit. Institut de Physique du Globe, Paris, avec notice explicative.

BACHÈLERY P. et LENAT J.F. (1993) - Le Piton de la Fournaise. Mémoires de la Société géologique de France, vol. 163, p. 221-229.

BARCELO A. (1996) - Analyse des mécanismes hydrologiques en domaine volcanique insulaire tropical à relief jeune. Massif de La Fournaise (île de La Réunion). Thèse de l'Université de La Réunion, 266 p.

BARCELO A., ROBERT R. et COUDRAY J. (1998) - Les pluies sur la façade orientale du massif du Piton de la Fournaise, île de La Réunion (océan Indien). Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 75, n° 3, p. 370-381.

BILLARD G. et VINCENT P.M. (1974) - Cartes géologiques de la France - La Réunion en 4 feuilles au 1/50000. Édit. BRGM., Orléans, avec notice.

BRGM (2001) - Base de Données sur les mouvements de terrain de La Réunion. BRGM, La Réunion.

BUSSIÈRE P. (1958) - Étude géologique de l'île de La Réunion. Travaux du Bureau Géologique de Madagascar, vol. 98, Tananarive, 64 p.

CADET F., sous la direction de (2003) - Atlas de La Réunion. Édit. Université de La Réunion / INSEE, 143 p.

CALICHIAMA C. et GRUCHET J. (1983) - Inventaire des mouvements de terrain à La Réunion depuis 1718, d'après les recherches d'archives. Rapport BRGM, Saint-Denis, 9 p., annexes.

CHEVALLIER L. (1979) - Structure et évolution du volcan Piton des Neiges (île de La Réunion). Leurs relations avec les structures du bassin des Mascareignes (océan Indien occidental). Thèse de 3ème cycle, Université de Grenoble, 187 p.

CHEVALLIER L. et BACHÈLERY P. (1981) - Évolution structurale du volcan actif du Piton de la Fournaise, Île de La Réunion, Océan Indien occidental. Bulletin volcanologique, vol. 44, n° 4, p. 723-741.

DEFOS DU RAU J. (1959) - Le relief de l'île de La Réunion. Étude de morphologie volcanique. Thèse secondaire de Doctorat d'État, Université de Bordeaux, 319 p.

DEMANGEOT J. (1999) - Tropicalité, géographie physique intertropicale. Édit. Armand COLIN, 340 p.

ÉTIENNE S. et PARIS R., sous la direction de (2007) - Les littoraux volcaniques, une approche environnementale. Édit. Presses universitaires de l'Université Blaise Pascal, collection "Volcaniques", Clermont-Ferrand, 224 p.

GILLOT P.Y., LEFÈVRE J.C. et NATIVEL P.E. (1994) - Model for the structural evolution of the volcanoes of Reunion Island. Earth and Planetary Science Letters, vol. 122, n° 3-4, p. 291-302.

GOPAL A. (1992) - Recherches en géomorphologie dynamique actuelle à La Réunion: le ruissellement et l'érosion pluviale sur parcelles expérimentales et bassins versants. Thèse de l'Université de La Réunion, 483 p.

GRANDGIRARD V. (1997) - Géomorphologie, protection de la nature et gestion du paysage. Thèse de l'Université de Fribourg, 210 p.

HAURIE J.L. (1987) - Géodynamique des cirques de La Réunion, implications géotechniques et stabilité des versants. Thèse de l'Université de Grenoble, 283 p.

KERGUILLEC R. et SELLIER D (2015) - Selection of geomorphosites in the Rondane National Park (central Norway) : landforms and popularization. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, vol. 21, n° 2, p. 131-144.

KIEFFER G. (1979) - Aperçu sur la volcanologie de l'île de La Réunion. Bulletin de la Société Géologique de France, série 7, vol. XXI, n° 4, p. 419-425.

LACROIX A. (1936) - Le volcan actif de l'Île de La Réunion et ses produits. Édit. GAUTHIER-VILLARS, Paris, 297 p.

MAILLOT É. (1999) - Les systèmes intrusifs des volcans boucliers océaniques : île de La Réunion, Océan Indien. Approche structurale et expérimentale. Thèse de l'Université de La Réunion, 289 p.

MORIN J. (2012) - Gestion institutionnelle et réponses des populations face aux crises volcaniques : études de cas à La Réunion et en Grande Comore. Thèse de l'Université de La Réunion, 367 p. + annexes (87 p.).

PANIZZA M. (2001) - Geomorphosites: concepts, methods and examples of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin, vol. 46, n° 1, p. 4-6.

PEREIRA P.J. (2006) - Patrimonio geomorfologico : conceptualizaçao, avaliaçao e divulgaçao. Aplicaçao ao Parque Natural de Montesinho. Thèse de doctorat, Université do Minho, 2 volumes, 370 et 355 p.

QUÉTELARD H. et CHANTRELLE F. (1999) - Bulletin climatologique. Météo France, Direction interrégionale de La Réunion, p. 97.

REYNARD E. (2005) - Géomorphosites et paysages, Géomorphologie : Reliefs, Processus, Environnement, n° 3, p. 181-188.

REYNARD E. (2009) - The assessment of geomorphosites. In : Geomorphosites, E. REYNARD, P. CORATZA., G. REGOLINI-BISSIG édit., Édit. F. PFEIL, Munich (Allemagne), p. 63-72.

REYNARD E. et PANIZZA M. (2005) - Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie, une introduction. Géomorphologie : Reliefs, Processus, Environnement, n° 3, p. 177-180.

REYNARD E., CORATZA P. et REGOLINI-BISSIG G., sous la direction de (2009) - Geomorphosites. Édit. F. PFEIL, Munich (Allemagne), 240 p.

ROBERT R. (1974) - Morphologie littorale de La Réunion. Thèse de 3ème cycle, Université de Montpellier, Édit. Centre Universitaire de La Réunion, Saint-Denis, 182 p. + 2 cartes hors-texte.

ROBERT R. (1980) - Géographie physique de l'île de La Réunion. Édit. CAZAL, Saint-Denis, 78 p.

ROBERT R. (1986) - Climat et hydrologie à La Réunion ; étude typologique et régionale de l'alimentation et de l'écoulement. Thèse de Doctorat d'État, Université Paul-Valéry (Montpellier 3), Édit. NID, Sainte-Clotilde, 438 p.

ROBERT R. (1990) - Les pluies de grande intensité à La Réunion, Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, n° 1-2 ("Catastrophes et risques naturels"), p. 119-132.

ROBERT R. (1996) - Les paysages naturels de l'île de La Réunion. Édit. NID, Sainte-Clotilde, 128 p.

ROBERT R. (2003) - Les régions climatiques de l'île de La Réunion. Évolution des connaissances depuis quarante ans : 1958-1998. Édit. Université de La Réunion, collection "Réunion, homme, nature", vol. 1, 92 p.

ROCHER P. (1988) - Nouveau schéma d'évolution volcano-structurale du massif du Piton des Neiges (Île de La Réunion). Géologie de la France, vol. 2, n° 3, p. 157-162.

SELLIER D. (2009) - La vulgarisation du patrimoine géomorphologique : objets, moyens et perspectives. Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 86, n° 1, p. 67-81.

SELLIER D. (2010) - L'analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application au relief de la Charente-Maritime (France). Géomorphologie :Reliefs, Processus, Environnement, n° 2, p. 199-214.

SELLIER D. (2013) - Le relief de la Loire-Atlantique : patrimoine géomorphologique et géomorphosites. In : Les nouveaux patrimoines des Pays de la Loire, J.R. MORICE, G. SAUPIN et N. VIVIER édit., Édit. Presses universitaires de Rennes, p. 236-255.

SELLIER D. (2016) - A deductive method for selection of geomorphosites, application to Mont Ventoux (Provence, France). Geoheritage, vol. 8, n° 1, p. 15-29.

SELLIER D. et PORTAL C. (2013) - Le patrimoine géomorphologique du Parc naturel régional de Brière (Loire-Atlantique) et la sélection de géomorphosites : héritages naturels et héritages culturels. Collection EDYTEM, Chambéry, vol. 15, p. 163-170.

SOLER O. (1997) - Atlas climatique de La Réunion. Météo France, Direction interrégionale de La Réunion, p. 79.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Schéma géomorphologique de l'île de La Réunion et localisation des géomorphosites.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2 - Typologie des versants de l'île de La Réunion.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau I - Grands ensembles géomorphologiques et géomorphotypes.
Légende Les géomorphotypes correspondant à des versants figurent sur fond gris.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau II - Géomorphotypes et géomorphosites.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Photo 1 - Le cratère Dolomieu, au sommet du Piton de La Fournaise (2621 m). [cliché : Dominique SELLIER]
Légende Au premier plan : l'intérieur du cratère, circulaire, entouré de versants à regards convergents, à parois sommitales et à pentes d'éboulis, est le site du volcanisme réunionnais le plus fonctionnel. À l'arrière plan, au delà de l'Enclos Fouqué, du Pas de Bellecombe, de la plaine des Sables et de la Rivière des Remparts : le Piton des Neiges, encadré par le Grand Bénare et la Roche Écrite, appartient aux héritages des stades du volcanisme les plus anciens.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Photo 2 - Le volcan adventif de Formica Léo (2218 m), au nord de l'Enclos Fouqué. [cliché : Dominique SELLIER] 
Légende Il s'agit d'un cône de scories à cratère double. L'intérieur montre les accumulations de projections responsables de son édification. L'inclinaison des flancs, d'une trentaine de degrés, est caractéristique des pentes d'éboulis.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Photo 3 - Flancs occidentaux du Piton de La Fournaise vus depuis le rempart du Pas de Bellecombe (2311 m). [cliché : Dominique SELLIER]
Légende Rectilignes et peu inclinés, ils sont caractéristiques des volcans édifiés par des éruptions du type hawaïen. Ils résultent de la superposition de coulées scoriacées et de coulées de type pahoehoe, qui rejoignent au premier plan les coulées à coupoles de l'Enclos Fouqué. Les émissions les plus récentes se signalent par leur ton foncé.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Photo 4 - Le col de Bellevue, entre la plaine des Palmistes et la plaine des Cafres. [cliché : Dominique SELLIER]
Légende Les plaines, formant un col au centre de l'île, sont ponctuées de cônes parasites. Elles proviennent de la convergence des flancs du Piton de La Fournaise, au premier plan, et du Piton des Neiges, à l'arrière-plan, au delà du Grand Bassin et du Dimitile, entre le Grand Bénare et la Roche Écrite.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Photo 5 - Un rempart semi-circulaire de caldeira active : le Rempart des Sables et la plaine des Sables vus du plateau des Basaltes. [cliché : Dominique SELLIER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Photo 6 - Le piton d'Anchain et le piton Maillot : îlets et collines intracaldeiras dans le cirque de Salazie, en direction du Cimendais. [cliché : Dominique SELLIER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 7 - Ravine dissymétrique de la Rivière des Remparts à l'ouest du Piton de La Fournaise, vue vers le sud, entre un rempart rectiligne, abrupt, à droite, et un versant profondément disséqué, à gauche. [cliché : Dominique SELLIER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Photo 8 - Le littoral proche du puits des Français. [cliché : Dominique SELLIER]
Légende En aval de la forêt de Saint-Philippe, au sud de l'île, les fronts des coulées sont retouchés par l'érosion littorale sous la forme de falaises basses, de profil ruiniforme, creusées de grottes et d'arches.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Photo 9 - La plage de l'anse des Cascades à Sainte-Rose, adossée à une falaise colonisée par la végétation. [cliché : Dominique SELLIER]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4823/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Sellier, « Une sélection de géomorphosites dans l'île de La Réunion en fonction de critères morphodynamiques », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 105-133.

Référence électronique

Dominique Sellier, « Une sélection de géomorphosites dans l'île de La Réunion en fonction de critères morphodynamiques », Physio-Géo [En ligne], Volume 10 | 2016, mis en ligne le 19 avril 2016, consulté le 25 février 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4823 ; DOI : 10.4000/physio-geo.4823

Haut de page

Auteur

Dominique Sellier

Professeur émérite, Institut de Géographie et d'Aménagement de l'Université de Nantes (IGARUN), Laboratoire CNRS UMR 6554 LETG-Géolittomer, Campus du Tertre, BP 81227, 44312, NANTES cedex 3.
Courriel : dominique.sellier@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org