Skip to navigation – Site map
Hommages

Alain Godard

Yannick Lageat and Dominique Sellier
p. 3-5

Full text

1Alain GODARD, géographe physicien, nous a quittés le 25 février 2016. Nombreux sont ses élèves, dont beaucoup sont devenus ses collègues, qui conserveront le souvenir ému d'un homme d'une rare distinction.

2S'il est reconnu comme géomorphologue par la communauté internationale et s'il honora de ses travaux la connaissance des formes, formations et processus, il fut, à ses débuts, climatologue, et son diplôme d'études supérieures, soutenu à Nancy en 1949, fut consacré au climat lorrain. Il demeura fidèle à cette orientation durant toute sa carrière, puisque ses deux derniers articles, parus en 2004 et 2005, évaluaient avec nuances le poids des émissions anthropiques dans le changement climatique. Entre-temps, alors qu'il était en poste aux Universités de Clermont-Ferrand et de Paris I, sa collaboration avec ses collègues Pierre ESTIENNE et Martine TABEAUD conduisit à l'élaboration de deux manuels promis à un bel avenir : Climatologie (Armand COLIN, collection "U", 1970) et Les climats. Mécanismes, variabilité, répartition Armand COLIN, collection "Cursus", 2004, 3ème édition après celles de 1993 et 1998).

3À Nancy, Alain GODARD avait été l'élève d'André GUILCHER qui y séjourna de 1947 à 1957. Il a souvent rappelé que cet enseignement l'avait détourné des études d'architecture qu'il aurait spontanément privilégiées. Il demeure de cette vocation initiale sa collaboration à un ouvrage méconnu qui fut publié en 1974 et connut une réédition en 1992 : Sites et sitologie. Comment construire sans casser le paysage, par Paul FAYE, Bernard FAYE, Michel TOURNAIRE et Alain GODARD (éditions Jean-Jacques PAUVERT), authentique manifeste pour une meilleure intégration de l'habitat dans son environnement.

4II fut reçu au concours de l'agrégation à l'âge de 21 ans, puis, de retour à l'université de Nancy en 1957, après avoir enseigné plusieurs années en lycée, comme tous les universitaires de sa génération, il put renouer avec un projet de thèse élaboré dès 1952 : l'étude géomorphologique de l'Écosse située au nord du Glen More que cet homme de terrain mena durant neuf campagnes de terrain, dont une seule bénéficia d'un été très sec et ensoleillé. La soutenance eut lieu à Paris, le 10 décembre 1965, jour de son 36ème anniversaire, devant un jury composé de Pierre BIROT, Jean DRESCH, André RONDEAU et André GUILCHER qui dirigea ce travail après en avoir été l'initiateur. Cet ouvrage, Recherches de géomorphologie en Écosse du Nord-Ouest (Publications de la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg, 1965), d'une rare densité, se veut une réhabilitation de la géomorphologie structurale qui doit être replacée dans un contexte de promotion de la géomorphologie climatique. L'établissement d'une échelle de résistance aux différents processus constitue un apport décisif grâce à l'heureuse exploitation de la diversité pétrographique du support par les emboîtements tertiaires et les froids quaternaires.

5Appelé à Clermont-Ferrand par Max DERRUAU en 1964, Alain GODARD y trouvera un terrain à la mesure des méthodes qu'il s'était forgées pendant l'élaboration de sa thèse (compositions modales, mesures de porosité, analyses chimiques, espacement des discontinuités, diffractométrie des argiles, protocoles expérimentaux…), en tirant le meilleur profit de la variété des combinaisons morpho-structurales et de la multiplicité des repères chronologiques. Son enseignement entraînant a conduit à la floraison insolite de travaux de recherche de géomorphologie (16 DES, maîtrises, ou thèses de 3ème cycle) qui ont quadrillé le Massif central entre 1966 et 1972. Son article de synthèse paru dans la Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique est à la fois un bilan de près d'une décennie de réflexions et un véritable programme pour l'avenir ("Quelques enseignements apportés par le Massif central français dans l'étude géomorphologique des socles cristallins", vol. XIV, 1972, fasc. 3). Parallèlement, il tint une rubrique sur la morphologie des boucliers et des massifs anciens dans la Revue Géographique de l'Est de 1961 à 1982, présida la "Commission des ensembles cristallins" au Comité national de Géographie de 1965 à 1981, et réussit le tour de force, sous un format réduit, de synthétiser une vaste documentation dans Pays et paysages du granite (PUF, collection "SUP", 1977), ouvrage dans lequel se combinent harmonieusement des développements sur la genèse et l'exploitation de ce matériau rocheux.

6Sa mutation à Paris I en 1972 lui permit de nouer des relations plus étroites avec Pierre BIROT auprès de qui il élargira l'éventail de ses intérêts et à qui il succédera à la direction du Laboratoire de Géographie Physique en 1979. Bénéficiant de ce rattachement administratif et des remarquables services offerts à Meudon-Bellevue, de nombreux chercheurs ont pu mener à bien leurs travaux dans le cadre de la défunte thèse d'État. Alain GODARD fut un directeur d'une rare disponibilité eu égard au nombre de charges qu'il assuma avec la plus grande rigueur et la plus parfaite probité (participation aux jurys de l'Agrégation, appartenance au Conseil National des Universités, au Comité National d'Évaluation et du Comité National de la Recherche Scientifique, direction du DEA fédéral de Paris-centre). Le volume de "Mélanges, qui lui fut offert en 2007, dit assez, par le nombre des contributeurs (69) et des contributions (51), la reconnaissance que lui vouaient ses doctorants et le respect qu'il inspirait à ses pairs, en France comme à l'étranger (Allemagne, Australie, Canada, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Suède).

7La structure tripartite de l'ouvrage (Du continent au bassin versant. Théories et pratiques en géographie physique, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) a voulu rendre justice aux trois volets d'une brillante carrière de chercheur, ce "parcours teinté d'éclectisme" qu'il évoquait avec son habituelle retenue :
Les socles cristallins. Ils ont été abordés au travers de trois thématiques essentielles : le style des déformations tectoniques à l'origine des unités de grand format qu'il saura élargir aux bourrelets marginaux ; l'échelle moyenne où l'érosion différentielle trouve sa meilleure expression à la faveur d'un nombre élevé de variables complexes ; l'origine et la signification des manteaux d'altération et de gélifraction aux latitudes tempérées et froides (et, notamment, de l'association tripartite, devenue classique, arène in situ, arène litée et convoi limoneux à blocs). Les diverses voies qu'il avait ouvertes et qui ont été frayées à sa suite au cours des décennies 1970 et 1980 ont abouti, en 1994, à la publication d'un ouvrage collectif Les régions de socle, apports d'une école géomorphologique française (dirigé en collaboration avec J.J. LAGASQUIE et Y. LAGEAT, édité par l'Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand), ouvrage qui connut une édition remaniée en langue anglaise en 2001 (Basement regions, SPRINGER).
Les domaines froids. L'intérêt que leur a porté A. GODARD est d'abord passé par les empreintes des processus glaciaires et périglaciaires dans les massifs anciens des moyennes latitudes, avant que des missions en Scandinavie et au Labrador lui permettent d'aborder un sujet qui lui fut cher, les dynamiques et les générations de versants, et d'élargir ses préoccupations à toutes les composantes du système physique. De cette familiarité avec ce "laboratoire naturel", partagée avec M.F. ANDRÉ, naîtra un ouvrage de référence Les milieux polaires (Armand COLIN, collection"U", 1999). qui ne possède guère d'équivalent aux latitudes intertropicales, et aucun dans la zone tempérée.
Les bilans d'érosion et rythmes d'évolution. S'il assura la coordination, avec son collègue suédois Anders RAPP, d'un ouvrage collectif Processus et mesure de l'érosion, en collaboration (Presses du CNRS, 1987), rassemblant des communications présentées lors du Congrès international de Géographie de Paris, trois années auparavant, c'est une thématique qui eût mérité qu'il lui consacrât un essai. Il initia quelques pistes fécondes dans ses cours sur "la dynamique des milieux physiques continentaux" (qu'on aimerait réunir) et dans quelques articles où, attentif à l'effet de taille des bassins versants, il s'attacha à dénouer les difficultés qu'introduisent la succession des "relais de processus", la représentativité des mesures actuelles, la traduction immédiate ou différée des événements de faible récurrence et de forte intensité…

8La géographie physique française ne saurait ignorer ce qu'elle doit à l'autorité d'Alain GODARD : on rappellera les impulsions qu'il a données par ses propres choix scientifiques, l'ouverture du laboratoire meudonnais aux composantes et outils de la discipline, le souci, partagé avec le pédologue Georges PÉDRO, que les sciences de la Terre ne se réduisent point à la seule géologie. On n'oubliera pas qu'il prit l'initiative hardie, au moment où la géographie fut décrétée "sociale", de préserver son versant environnemental en obtenant la création d'une section du Comité national de la Recherche scientifique, en étroite et fructueuse association avec nos collègues archéologues et anthropologues. C'est ainsi que, depuis un quart de siècle, a pu être sauvegardé l'essentiel, c'est-à-dire la pérennité des structures de recherche et l'avenir des jeunes chercheurs.

9Nous ne saurons oublier dans l'hommage que nous lui rendons, sa femme Marie-Claire, dont la disparition, en novembre 2014, l'a privé de la lumière qu'elle lui apporta durant leurs dernières années communes. Par sa disponibilité, son hospitalité, son dévouement, elle a permis que nous découvrions Alain GODARD hors de tout cadre institutionnel, dans leurs résidences de Clermont-Ferrand, de La Roque ou d'Antony. C'est dans cette intimité que s'est forgé pour beaucoup le sentiment d'appartenance à une communauté, "l'école GODARD", à laquelle doit être associé le souvenir d'un autre absent, le regretté Bernard VALADAS.

Top of page

List of illustrations

URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/4868/img-1.jpg
File image/jpeg, 243k
Top of page

References

Bibliographical reference

Yannick Lageat and Dominique Sellier, « Alain Godard », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 3-5.

Electronic reference

Yannick Lageat and Dominique Sellier, « Alain Godard », Physio-Géo [Online], Volume 10 | 2016, Online since 26 April 2016, connection on 27 March 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/4868

Top of page

About the authors

Yannick Lageat

Professeur honoraire, Géomer-LETG UMR 6554 CNRS, Institut Universitaire Européen de la Mer, Université de Bretagne Occidentale, rue Dumont d'Urville, 29280 PLOUZANÉ.
Courriel : yannick.lageat@univ-brest.fr

Dominique Sellier

Professeur émérite, Institut de Géographie et d'Aménagement de l'Université de Nantes (IGARUN), Laboratoire CNRS UMR 6554 LETG-Géolittomer, Campus du Tertre, BP 81227, 44312, NANTES cedex 3.
Courriel : dominique.sellier@univ-nantes.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org