Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Made in Algéria. Généalogie d'un territoire, sous la direction de Zahia RAHMANI et Jean-Yves SARAZIN, 2016

Éditions HAZAN et MuCEM, Vanves et Marseille, 239 p.
Alain Marre
p. 7-8
Bibliographical reference

Made in Algéria, Éditions HAZAN et MuCEM, Vanves et Marseille, 239 p.

Full text

1Cet ouvrage a accompagné une exposition au MuCEM à Marseille, qui a présenté l'histoire de l'Algérie avec une approche originale, celle de la carte. Cet ouvrage a été réalisé par des historiens et des historiens de l'art qui ont cherché, dans la carte, l'origine d'une réflexion historique. Même si les titres des parties de ce livre ne se veulent pas chronologique, ses trois grandes parties évoquent un déroulement historique depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Elles sont encadrées par une introduction ou plutôt une présentation de la situation algérienne et une conclusion ou plutôt une évocation de la situation artistique du pays. Tout cela a l'avantage de donner une vision réaliste et sensible de ce pays. De plus, ce livre est très bien illustré, avec un très grand nombre de reproductions de cartes anciennes souvent en couleurs et à des échelles variées, de peintures, de gravures et de photographies anciennes qui montrent bien ce que fut l'approche française de ce pays pendant la période coloniale. Tout cela ne peut que réjouir le géographe qui, pourtant, ajoutera quelques bémols. On en évoquera trois.

2Le premier bémol concerne la place laissée aux géographes. Dés les premières pages, il est dit "En France, il est rare de lire un article sur l'Algérie qui ne soit pas négatif". Cette opinion n'est pas fausse, cependant les auteurs s'y enferment probablement trop et on lit en page 7 : "Il ne faut pas s'étonner que ne nous parvienne pas non plus la recherche qui tente d'évaluer positivement ce que l'Algérie a produit depuis 1962". Cette phrase interpelle et un coup d'œil sur la bibliographie donnée en fin d'ouvrage est décevant, car on n'y trouve pas de travaux publiés depuis 1962 par des géographes. Il y a pourtant beaucoup d'articles, de livres et de thèses écrits par des géographes français, algériens et d'autres nationalités qui ont décrit et analysé la situation algérienne et son évolution en termes scientifiques et objectifs.

3Le second bémol concerne l'utilisation des cartes reproduites dans le livre. Le géographe regrette que le texte ne s'appuie pas suffisamment sur ces documents. Seul le chapitre intitulé "La carte et le territoire colonial" utilise les cartes présentes dans le livre. Il faut d'ailleurs comprendre que les numéros de page indiqués en caractères fins dans les marges sont des renvois à ces documents.

4Enfin, le troisième bémol concerne quelques approximations dommageables qu'elles soient temporelles ou spatiales. Ainsi, dans le chapitre traitant de la période antique, elle-même mal définie, on localise les Ibéromaurussiens à Constantine, alors qu'ils ont surtout laissé des traces sur le littoral de l'Ouest algérien. On peut aussi regretter un "trou chronologique" de quasiment 1000 ans entre la fin de l'Antiquité et le XIIème siècle, ce qui fait ignorer le trafic caravanier au travers du Sahara avec la création de villes-capitales, têtes de pont des routes transsahariennes comme la Qalaa des Béni Hamad, et un géographe médiéval, Idrisi, qui, il est vrai, n'a pas laissé de cartes mais des descriptions du pays avec des indications de distance mesurée en journées de voyage.

5Trois bémols ! Oui ! Mais on restera tout de même dans une tonalité majeure, car ce livre a aussi des mérites.

6Il a le mérite d'exhumer, de réunir et de montrer un grand nombre de documents qui éclairent notre connaissance sur l'Algérie. Ces documents sont à toutes les échelles. Ils permettent de voir quelle était la connaissance de ce pays avec des reliefs mal définis et des cours d'eau au tracé hésitant. Ces cartes montrent que, pendant longtemps, seules les embouchures des rivières étaient connues. L'intérieur des terres fut longtemps inconnu. Ces cartes montrent aussi l'importance de l'urbanisation précoce de ce pays. Plusieurs cartes et gravures anciennes décrivent le plan et l'évolution de plusieurs villes algériennes, Alger étant la mieux servie.

7Il a le mérite de mieux faire connaître la société de ce pays, dans tous ses aspects spatiaux et temporels. Dès les premières lignes de la préface de l'ouvrage, il est dit que les Français qui débarquent en juin 1830 à Sidi-Ferruch avaient une très mauvaise connaissance du territoire de la Régence ottomane. En fait, ils n'avaient comme indication que celles données, 22 ans plus tôt, par un espion français du nom de BOUTIN qui avait été envoyé par NAPOLÉON Ier afin de prévoir un débarquement militaire dans cette région. Une fois la ville d'Alger prise, les régiments français ont pénétré dans les montagnes de l'intérieur en n'ayant aucune information sur le pays. Ils sont partis à la découverte et la conquête de l'Algérie s'est faite à partir du littoral en mettant en place une organisation spatiale à partir des villes littorales. Or jusqu'alors l'Algérie était un pays de l'intérieur. L'Algérien était un paysan, un pasteur mais pas un marin. Les villes de l'intérieur (Constantine, Tlemcen, Médéa, etc.) avaient bien plus d'importance que celles du littoral. Au Moyen Âge, le commerce caravanier transsaharien était bien plus important que le commerce maritime. Ce n'est qu'à la fin du Moyen Âge et lors de la Régence turque que les villes littorales ont commencé à se développer. Mais pour les colons français ignorant tout du pays, cette réalité n'a jamais été prise en compte. Ils ont transposé leurs habitudes élaborées dans un pays au climat tempéré, dans un nouveau pays au climat méditerranéen avec une longue saison sèche. Ils n'ont donc pas compris le fonctionnement du pastoralisme et ont considéré que certaines terres de parcours étaient des terres inoccupées et donc "colonisables". Cette méconnaissance du pays a perduré pendant toute la colonisation et existent, chez certains, encore de nos jours.

8Ainsi le grand mérite de ce travail est d'expliquer en un seul volume, l'histoire et le fonctionnement de la société algérienne, qui reste encore bien méconnue pour beaucoup de monde. L'expérience montre qu'aujourd'hui, il y a bien des Français qui n'ont que des images toutes faites de ce pays qu'ils ne connaissent pas. On doit saluer ce livre, car il a le mérite de présenter l'histoire de l'Algérie de façon accessible, de le faire avec une approche originale, celle de la carte, et de faire connaitre positivement ce pays.

Top of page

References

Bibliographical reference

Alain Marre, « Made in Algéria. Généalogie d'un territoire, sous la direction de Zahia RAHMANI et Jean-Yves SARAZIN, 2016 », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 7-8.

Electronic reference

Alain Marre, « Made in Algéria. Généalogie d'un territoire, sous la direction de Zahia RAHMANI et Jean-Yves SARAZIN, 2016 », Physio-Géo [Online], Volume 10 | 2016, Online since 06 November 2016, connection on 27 June 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5067

Top of page

About the author

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne
Courriel : marre.alain51@orange.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org