Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Atlas de la vigne et du vin. Un nouveau défi de la mondialisation, sous la direction de François LEGOUY et Sylvaine BOULANGER, 2015

Éditions Armand COLIN, Paris, 173 p.
Alain Marre
p. 9-10
Référence(s) :

Atlas de la vigne et du vin. Un nouveau défi de la mondialisation, Éditions Armand COLIN, Paris, 173 p.

Texte intégral

1Un atlas ! Cela signifie que la carte est privilégiée et c'est effectivement le cas ; tous les chapitres de cet ouvrage comportent, en général, seulement deux pages en vis-à-vis, celle de droite porte des cartes, celle de gauche, le texte. Ainsi est donnée, rapidement, la "substantifique moelle" de chacun des thèmes abordés. Et ils sont nombreux ! Car ce livre se divise en quatre parties qui embrassent tous les aspects de ce qu'on pourrait appeler "la civilisation du vin".

2La première partie est consacrée aux aspects historiques et sociétaux du vin. Elle est ainsi la plus originale, car elle aborde des thèmes rarement réunis dans un seul et même ouvrage. On y trouve, en plusieurs chapitres, l'histoire du vin avec ses grandes étapes depuis la naissance de ce produit, il y a plus de 6000 ans, en passant par son extension dans le Monde Romain, son développement au Moyen-Âge grâce aux abbayes, la crise phylloxérique du XIXème siècle et le renouveau de la viticulture dans la deuxième moitié du XXème siècle fondé sur la qualité des produits. Chacune de ces étapes historiques est illustrée par des exemples précis qui donnent lieu à un chapitre (l'Aquitaine, la Bourgogne médiévales, etc.). Ainsi sont bien montrés les progrès de la recherche, qui aujourd'hui ne peut être qu'interdisciplinaire, autour de ce sujet. Plusieurs autres chapitres sont consacrés aux fondements naturels de la viticulture : le concept de terroir où l'on fait une mention particulière aux divers climats, au changement climatique et à ses conséquences possibles. Sont aussi examinés les risques dits "naturels", en insistant sur la responsabilité de l'homme dans le déclenchement des processus et sur les réponses pratiques dont il dispose (viticulture raisonnée, biologique ou biodynamique). D'autres chapitres abordent également les aspects socio-économiques mondiaux, comme la consommation, les surfaces plantées ou les exportations, et les aspects culturels et artistiques, comme la gastronomie, la peinture (la musique est hélas oubliée), l'œnotourisme et les paysages. Tout cela décrit clairement ce qui peut être appelé "la civilisation du vin".

3La deuxième partie est plus classique : elle expose, région par région, la viticulture française. Mais elle dépasse la simple description, car elle commence par expliquer l'histoire récente du vignoble français avec le rôle des coopératives, des négociants, des vignerons indépendants et de l'INAO dans la construction et la délimitation des appellations d'origine contrôlées. On a là un panorama de la géohistoire du vignoble français. Suit une description des régions de production. On y montre clairement la diversité, la variété, tant sur le plan naturel qu'humain de chacune d'entre elles, et on indique les dates des classements en AOC de chaque vignoble. Tout cela illustre clairement la persévérance des hommes pour obtenir une qualité internationale.

4La troisième partie est consacrée aux vignobles d'Europe et du bassin méditerranéen. En effet ce sont là les "vieux pays viticoles" dont l'histoire est, depuis longtemps, en parallèle avec celle de la France. Cette description par pays montre les paysages, les productions viticoles de chacune des régions et insiste sur les transformations récentes qui cherchent une évolution vers une qualité de plus en plus grande.

5La quatrième partie présente les pays du nouveau monde viticole. Le thème est abordé en mettant l'accent sur les nouveaux pays consommateurs et leur localisation, car cela explique la nouvelle répartition mondiale de la viticulture. Cette analyse géographique montre combien on est loin des vieilles habitudes françaises viticoles. Ces nouveaux consommateurs recherchent peut-être moins la complexité des arômes que ceux des vieux pays viticoles, ce qui explique la croissance des ventes des vins mono-cépage et l'ignorance du concept de terroir. Cependant, grâce à des œnologues compétents et souvent français, ces vins sont de qualité et peuvent se faire une place sur le marché mondial, ce qui a évidement des conséquences sur le plan commercial.

6La viticulture mondiale fait donc apparaître une diminution des surfaces dans les vieux pays viticoles, les vins dits "de table" se vendant de moins en moins. En revanche, les surfaces produisant des vins d'appellations contrôlées s'étendent. Cela exprime un changement de la consommation. Le vin fut pendant longtemps une simple nourriture. PASTEUR ne disait-il pas que le vin est la boisson la plus hygiénique ? Cette affirmation se comprend, car, en ce temps-là, les eaux n'étaient pas sûres et les sources souvent contaminées. Combien de fois, sur le terrain, ne m'a-t-on pas montré l'aven dans lequel, aux temps anciens, on jetait tous les animaux morts du village. Or cet aven alimentait aussi… la source du village ! Aujourd'hui, le vin est objet de plaisir. Il ne peut donc être que de qualité ! Ce sont donc les produits des aires en AOC qui connaissent une forte demande, ce qui se traduit par une accélération des recherches dans le domaine viticole.

7Il y a, d'une part, des recherches "matérielles" avec le classement, par l'INAO, de nouvelles terres aptes à porter des vignobles de qualité et, d'autre part, des recherches scientifiques avec, depuis quelques années, une multiplication de publications de thèses dans toutes les disciplines et d'articles étudiant le passé et surtout le devenir des grands vignobles. De nouvelles pratiques viticoles se développent : méthodes de lutte contre l'érosion sous toutes ses formes (érosion hydrique, mouvements de terrain, etc.), méthodes de protections vis-à-vis des diverses maladies de la vigne, méthodes en vue d'une adaptation au changement climatique (peut-on planter sur les versants exposés au nord ? doit-on introduire de nouveaux cépages ?), méthodes agronomiques (quels sont les besoins de la plante ? comment s'étend le réseau racinaire dans le sol et notamment lors des années sèches ?), méthodes œnologiques (comment bien définir et préserver la typicité d'un vin ? quel est le rôle de l'effet du terroir ?), méthodes économiques et de commercialisation (comment sera le commerce des vins si la production se développe dans des régions jusqu'alors seulement consommatrices ?). Autant de questions que les professionnels de la viticulture se posent et auxquelles les universitaires aident à répondre ! Cet ouvrage devient ainsi une source d'informations pour mieux comprendre cette évolution de la viticulture du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre, « Atlas de la vigne et du vin. Un nouveau défi de la mondialisation, sous la direction de François LEGOUY et Sylvaine BOULANGER, 2015 », Physio-Géo, Volume 10 | -1, 9-10.

Référence électronique

Alain Marre, « Atlas de la vigne et du vin. Un nouveau défi de la mondialisation, sous la direction de François LEGOUY et Sylvaine BOULANGER, 2015 », Physio-Géo [En ligne], Volume 10 | 2016, mis en ligne le 11 décembre 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5096

Haut de page

Auteur

Alain Marre

Professeur émérite, Université de Reims Champagne-Ardenne
Courriel : marre.alain51@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org