Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Genève face à la catastrophe. 1350-1960. Un retour d'expérience pour une meilleure résilience urbaine, Emmanuel GARNIER, 2016

Éditions Slatkine, Genève, 195 p.
Alexis Metzger
p. 1-3
Bibliographical reference

Genève face à la catastrophe. 1350-1960. Un retour d'expérience pour une meilleure résilience urbaine, Éditions Slatkine, Genève, 195 p.

Full text

1Grâce à un soutien du fonds national suisse de la recherche scientifique, l'historien du climat Emmanuel GARNIER a séjourné à Genève pour traquer les différentes catastrophes "naturelles" dans les archives. Fruit de ses dépouillements, ce livre aborde de front l'histoire de la vulnérabilité d'une ville à des aléas très divers. Il contient également quelques reproductions des sources originales et des images anciennes de paysages genevois associés à des extrêmes.

2L'introduction s'écarte pour un temps de la Suisse et donne quelques clés de lecture pour mieux comprendre la notion de catastrophe, déjà étudiée notamment par les historiens François WALTER et Grégory QUENET. Pour GARNIER, il ne fait pas de doute qu'une catastrophe est l'expression des vulnérabilités d'une société et est donc une construction sociale dont l'aléa est un des facteurs déclencheurs. Ce qu'il y a d'inédit dans une catastrophe n'est alors que très rarement l'aléa, mais bien plutôt les conditions sociales, économiques et culturelles, fluctuantes selon les époques, plus ou moins mises à l'épreuve selon l'aléa.

3La première partie de l'ouvrage s'ouvre ensuite sur un constat déroutant : tant le site officiel de la ville de Genève que celui du canton ne mentionnent de risques naturels (seuls le nucléaire et la pollution sont abordés). Genève est-elle à ce point protégée de tout risque ? Ou existe-t-il une forme d'amnésie ou de déni des risques comme beaucoup de travaux l'ont montré après la tempête Xynthia en France ? C'est notamment grâce aux documents d'archives que GARNIER va répondre à cette question. L'enjeu du livre n'est donc pas qu'une étude des vulnérabilités anciennes, mais bel et bien aussi une piqure de rappel à faire aux citoyens, aux élus et aux gestionnaires. Car l'exposition des biens et des personnes est aujourd'hui réelle face à des événements qui se sont produits dans l'histoire et dont de nouvelles occurrences ne sont pas exclues.

4GARNIER présente l'état des sources dans la seconde partie de l'ouvrage et renseigne le lecteur tant sur les lieux de conservation que sur les types de sources écrites. Il compare ainsi son métier à celui d'un détective traquant des indices pour reconstituer son histoire.

5Les résultats des recherches sont développés dans les parties 3 et 4 de l'ouvrage. Premier constat de l'auteur, les types d'évènements extrêmes mentionnés dans les sources sont, par récurrence décroissante, les vagues de froid, les séismes, les inondations, les sécheresses et les tempêtes. Fortes pluies, tempêtes et tsunamis sont très rarement cités. GARNIER détaille ensuite ces différents extrêmes en proposant souvent des indices pour en caractériser l'intensité et en présentant leur chronologie par demi-siècles. Le choix de ces 49 ans est certes contestable, mais a le mérite de faire apparaître certaines périodes plus ou moins marquées par des types d'extrêmes. Comme le souligne l'auteur, exemple parmi d'autres, "les extrêmes les plus sévères [d'inondation] disparaissent totalement après 1740" (p. 94). Certes, ce constat peut s'expliquer par les travaux de l'aménagement de l'Arve et du lac, mais ont-ils, comme l'affirme GARNIER, "réduit la vulnérabilité des biens et des personnes" ? S'ils ont pu bien sûr diminuer la fréquence de l'aléa, la vulnérabilité a pu au contraire fortement augmenter, car dans le cas où un événement extrême se produirait, dépassant la calibration des ouvrages, les sociétés déshabitués du risque et se pensant en sécurité pourraient être totalement prises au dépourvu (D. PROVITOLO et M. REGHEZZA-ZITT, 2015).

6Cette partie est riche de tableaux chronologiques d'extrêmes. Il est néanmoins dommage que GARNIER n'ait pas compilé dans un passage récapitulatif tous les extrêmes trouvés dans les sources pour, peut-être, dégager certaines périodes où des aléas ont été concentrés ? Car la combinaison d'aléas de natures différentes à un moment donné, ne concoure-t-elle pas à l'accroissement des vulnérabilités d'une société, comme un tremblement de terre mettant à la rue des habitants lors de grands froids ? De plus, si la variabilité saisonnière des inondations est soulignée (avec très peu d'évènements au printemps : 7 % de débordements, p. 97), qu'en est-il de cette même variabilité pour les sécheresses ? Y a-t-il eu des hivers ou des printemps secs ? Si GARNIER a raison de distinguer sécheresse (déficit hydrique) et chaleur (température élevée), il aurait été intéressant de se pencher plus en détails sur la durée et la répartition annuelle des sécheresses, car l'indice proposé pour les classer ne comprend pas cette information. Plus généralement, il aurait été également intéressant d'avoir quelques données supplémentaires pour mieux comprendre la vulnérabilité de Genève à ces événements, tant concernant la ville et ses habitants (cartes d'expansion urbaine, informations démographiques…) que son exposition au risque (existe-il des cartes de zones inondées pour telle ou telle année ?).

7La dernière partie de l'ouvrage fait intervenir les notions de mémoire et de résilience, que le sous-titre évoquait. Plusieurs solutions dans la "gestion de crise" sont également mentionnées. On pourra par exemple citer celle de 1719 où, lors d'une vague de chaleur, les autorités cherchent un site pour créer une nouvelle glacière. Lors de cette même année, des personnes sont chargées d'améliorer l'alimentation des fontaines de la ville par le captage de nouvelles sources et en empêchant le vol de l'eau dans les canaux (p. 132 !). Enfin, certains extrêmes bien documentés fournissent à GARNIER l'occasion de détailler le déroulement des événements, comme l'année 1816 "sans été" (dû à l'éruption du volcan Tambora en 1815) ou la vague de froid lors de l'hiver 1891, où des habitants se mettent à patiner, voire à tremper leurs jambes à travers la glace du lac ! Ces brèves monographies d'évènements sont passionnantes et permettent au lecteur de mieux se rendre compte des actions menées pour y faire face. Comme l'écrit GARNIER à propos des grands froids de 1891, "l'extrême climatique apporte donc une rupture spectaculaire du quotidien, il n'est pas encore perçu comme dangereux" (p. 148). On pense immédiatement au texte de BARTHES sur l'inondation parisienne de 1955 qui a "participé de la Fête plus que de la catastrophe" (R. BARTHES, 1957)… Quelques jours plus tard, face à un extrême qui dure, la municipalité mettra en place des "dégeleuses", appareils projetant des jets de vapeur sur les robinets et tuyaux de conduite (p. 152). La fête est finie !

8Comme GARNIER le souligne à plusieurs reprises, son travail correspond à un séjour de recherche, forcément limité dans le temps. Le choix de porter le regard sur les extrêmes climatiques est donc légitime, d'autant que les sources mentionnent bien plus ces extrêmes que des situations météorologiques "banales", se rapprochant de la normale selon les moments dans l'année. Mais on serait curieux d'en savoir plus sur les variabilités climatiques à Genève grâce à une histoire du climat intégrant tous les paramètres climatiques. Est-elle possible à Genève ? Sans doute, grâce notamment aux écrits du for privé que GARNIER cite, parmi lesquels les journaux personnels, qui recèlent parfois des observations météorologiques ? Cette perspective de recherche serait sans doute à développer, d'autant que GARNIER mentionne (p. 56) ces journaux et correspondances genevois, mais en ne s'attardant que sur quelques exemples. On aurait apprécié d'en savoir plus sur ces météographes du temps jadis, pour reprendre l'expression de Martin de la SOUDIÈRE, hommes et femmes parlant du temps qu'il faisait… Quelle était leur profession, et quelle était leur motivation pour observer le temps ? Les observations n'étaient peut-être pas aussi riches que dans le journal rochelais de Jacob LAMBERTZ que GARNIER et SURVILLE ont analysé dans une précédente publication (E. GARNIER et F. SURVILLE, 2010).

9En définitive, il ressort que le titre de l'ouvrage introduit une certaine confusion… Car il s'agit en fait pour GARNIER d'étudier des vulnérabilités aux extrêmes climatiques, des moments parfois de crise certes, mais souvent non catastrophiques dans l'histoire. Genève a souvent affronté des extrêmes sans que les conséquences de ces aléas ne deviennent dramatiques ! D'ailleurs, GARNIER ne mentionne que rarement des morts lors de ces crises. Mais de nos jours ? Si l'auteur rappelle dès les débuts de l'ouvrage (p. 10) que les causes des catastrophes ne sont que rarement imputées aux aménagements – ce qui devrait pourtant, selon GARNIER, être le cas ‒, il n'y a guère de cause aménagiste à trouver pour les événements historiques cités, très rarement catastrophiques. Voilà aussi comment l'histoire peut faire prendre conscience de notre inclination à s'exposer au risque aujourd'hui… Et on ne peut qu'acquiescer après la lecture de ce livre dont le titre devrait peut-être se comprendre ainsi : "Genève face à la catastrophe aujourd'hui. Un retour d'expérience, 1350-1950, pour une meilleure résilience urbaine si un extrême survenait de nos jours".

Top of page

Bibliography

BARTHES R. (1957) - Paris n'a pas été inondé. In : Mythologies, Édit. Le Seuil, Paris, p. 65.

GARNIER E.et SURVILLE F. (2010) - Climat et révolution autour du journal du négociant Jacob Lambertz 1633-1813. Édit. Le Croît Vif, Saintes, 576 p.

PROVITOLO D. et REGHEZZA-ZITT M. (2015) - Résilience et vulnérabilité : de l'opposition au continuum. In : Résiliences : territoires et sociétés face aux risques, à l'incertitude et aux catastrophes, M. REGHEZA-ZITT et S. RUFAT édit., Édit. ISTE, p. 43-60.

Top of page

References

Bibliographical reference

Alexis Metzger, « Genève face à la catastrophe. 1350-1960. Un retour d'expérience pour une meilleure résilience urbaine, Emmanuel GARNIER, 2016 », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 1-3.

Electronic reference

Alexis Metzger, « Genève face à la catastrophe. 1350-1960. Un retour d'expérience pour une meilleure résilience urbaine, Emmanuel GARNIER, 2016 », Physio-Géo [Online], Volume 11 | 2017, Online since 23 January 2017, connection on 23 July 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5133

Top of page

About the author

Alexis Metzger

Université de Strasbourg, UMR LIVE 7362 CNRS.
Courriel : alexis.metzger@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org