Navigation – Plan du site
Collection Ouvrages

Paysages et problèmes du haut-bassin de l'Argens au cœur de la Provence Verte (Var occidental)

Jean Nicod
p. 1-105

Résumés

Le bassin supérieur de l'Argens, en amont des gorges du Vallon Sourn, est riche de constructions travertineuses remarquables : cascades actives de l'Argens et sites anciens de Varages et de Barjols. L'ouvrage fait la synthèse des observations géomorphologiques réalisées par l'auteur au cours de sa pratique de ce secteur longue de plusieurs décennies. Nous retrouvons là beaucoup d'informations déjà publiées, mais aussi des compléments, en particulier cartographiques. Si les formes héritées tiennent une place importante, les conditions actuelles de la travertinisation ne sont pas négligées, grâce notamment aux mesures hydrologiques de la DREAL et à une étude hydrochimique menée dans les années 1985-90. Le développement des constructions travertineuses apparaît aujourd'hui contraint par les conditions du milieu : réduction des écoulements sous l'effet des prélèvements anthropiques, pollution des eaux et transports solides liés à l'érosion des sols agricoles lors des crues.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Note de l'éditeur :

1Lorsque Jean NICOD m'a confié, sous la forme d'une compilation de notes et de documents, une synthèse sur le haut bassin de l'Argens qu'il destinait initialement au Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine (CIAP) qui était projeté à Saint-Maximin mais dont la création est reportée, il m'a paru que Physio-Géo tenait là le texte idéal pour un hommage à l'un des tout grands géomorphologues français de la seconde moitié du XXème siècle et le maître incontesté pour la géomorphologie karstique.

2Dans cet esprit, notre Comité de direction a jugé inconcevable de soumettre l'ouvrage au processus de révision habituel. La mise en forme a été reprise pour faire disparaître les nombreux encadrés dont le contenu a été inséré dans le texte, mais le fond n'a pas été modifié.

3Nous sommes heureux d'offrir cette publication à Jean NICOD, sans doute l'une de ses dernières, sur un terrain qu'il a tellement parcouru et tant aimé.

Avant propos

4Dans ce recueil, j'ai réuni des informations rassemblées sur plus d'un demi-siècle, celles tirées de mes investigations sur le terrain pour ma thèse (J. NICOD, 1967), l'essentiel des recherches réalisées dans le cadre de l'ERA 282/URA 903 du CNRS dans les années 1971-1998 sur les eaux et les travertins avec Claude MARTIN et Jean VAUDOUR, et les données de quelques travaux récents. Initialement cet inventaire avait pour but de fournir des documents, dans le cadre de la Provence Verte et au titre de l'ASER Centre-Var, au Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine (CIAP) projeté à Saint-Maximin. Malheureusement, l'aménagement de ce centre est différé. Toutefois il me paraît utile d'assurer la conservation des informations sur les sites et les données recueillies. De plus, quelques photos montrent des paysages antérieurs aux extensions de l'urbanisation. Je ne saurais trop remercier tous ceux qui m'ont aidé dans ce travail : Julien DUFOSSEZ, Paul COURBON et Jean MAZET qui m'ont fourni des documents sur Seillons, Pierre MILÉSI sur Varages et surtout, pour la Source d'Argens et l'hydrologie, Claude MARTIN en tant d'occasions. Il est bon de rappeler le rôle de Jean VAUDOUR, à la fois comme animateur des recherches sur les travertins et comme partie prenante à la protection des sites dans le cadre de Natura 2000. À l'époque des recherches, nous avions bénéficié des données du Service Régional d'Aménagement de Eaux (SRAE, aujourd'hui DREAL). En complément, quelques informations récentes m'ont été procurées par P. MILÉSI, au titre de la Maison Régionale de l'Eau à Barjols.

5Dans la présente étude, nous examinerons rapidement en introduction les types de relief et d'écosystèmes du terrain d'étude, avant d'aborder le secteur-clé de Seillons-Source d'Argens, ses conditions structurales et géomorphologiques ainsi que ses aménagements historiques. On analysera ensuite les sources et le fonctionnement de l'ensemble de l'hydrosystème de l'Argens supérieur. Puis viendra la synthèse de nombreux travaux sur les aspects de la vallée de l'Argens avec ses barrages de travertins, de la chute du Tombereau près du confluent du Cauron jusqu'à celui du ruisseau de Font-Taillade, dans le cadre général de la zone triasique. Après l'étude succincte du bassin de l'Eau Salée avec les sites de Varages et de Barjols, notre recueil se terminera sur le canyon du Vallon Sourn.

6Du fait qu'à l'origine ces notes et documents étaient destinés à l'analyse des paysages et des sites dans une perspective patrimoniale, les questions scientifiques ne sont abordées qu'à propos des secteurs d'étude successifs, avec quelques imprécisions, lacunes ou redites… Une actualisation plus complète des données et des problèmes serait bien nécessaire…! Désolé de laisser ce travail inachevé !

Introduction : Étendue du bassin de l'Argens supérieur : paysages et cours d'eau

7Le bassin supérieur de l'Argens, étendu sur la plus grande partie des cantons de Saint-Maximin et de Barjols, offre une grande variété de paysages, correspondant à une structure fort différenciée, qui détermine une grande complexité hydrologique. On peut le limiter à la surface du bassin versant hydrologique de l'Argens en amont de Châteauvert, à l'entrée du canyon du Vallon Sourn. On pourrait aussi l'étendre jusqu'au confluent de la Ribeirotte près du pont de Montfort, ce qui inclurait alors, avec cet affluent, le secteur de Le Val (extension présentée sur les cartes d'ensemble, Fig. 1 et 15), mais solution non retenue dans le cadre de la présente étude, à l'exception de quelques notes sur le Vallon Sourn.

8La limitation du bassin supérieur à Châteauvert que nous proposons, peut s'appuyer sur des arguments d'ordre topographique (entrée à 175 m d'altitude dans le canyon du Vallon Sourn), hydrogéologique (sortie de la zone triasique), hydrologique (confluent de l'Eau Salée à 1 km en amont et site de mesures avec limnigraphe au pont de Châteauvert). Par ailleurs, dans le cadre de la présente étude, la vallée du Cauron est analysée seulement dans son cours aval, pérenne dans le secteur de Bras. Pour le haut Cauron, étudié surtout avec la Grande Foux de Nans-les-Pins dans les ouvrages en tant qu'élément de l'hydrologie du massif de la Sainte-Baume, on peut se reporter aux travaux antérieurs (J. MAZET, 1967 ; P. MARTIN, 1991) et facilement aux textes récents de J. MAZET (2009) et J. MAZET et J. NICOD (2011).

9Trois grands types de reliefs, sols, écosystèmes et paysages peuvent être distingués (Fig. 1) :

  • Les monts et plateaux calcaires sont étendus, comme le plateau des Selves, et forment quelques reliefs saillants : les Bessillons, la Montagne de Bras, le prolongement oriental de l'Aurélien et une partie centrale du massif de la Sainte-Baume. Ils sont constitués des calcaires et dolomies jurassiques, faillés et karstifiés. Ce sont de vastes espaces forestiers ‒ les "selves" ‒ composés de chênes blancs (Quercus pubescentis) dénommés les "blaques", de chênes-verts (Quercus ilex) aux adrets et de pinèdes. Mais, hérités de la dégradation historique ou affectés par les incendies, ces espaces comportent aussi des étendues de garrigues ou de landes et de reboisements en pins. C'est la "colline" des pasteurs et des chasseurs, le "saltus" des agronomes. Sauf dans quelques exceptions, ces vastes espaces ont échappé à l'urbanisation.

  • La zone triasique, bande allant de Rougiers à La Verdière, offre un ensemble de collines aux altitudes subégales, de vallons et dépressions et de vallées de cours d'eau verdoyantes avec leurs ripisylves. La complexité du relief correspond à celle de la structure (plis aigus de Muschelkalk, sillons dans les argiles du Keuper, paléo-vallées et dépressions karstiques) à laquelle est liée la présence en profondeur du gypse et localement du sel (= halite hyper-soluble, cf. la Source Salée près de Barjols). Les espaces cultivés sont nombreux mais discontinus, les fermes et cabanons éparpillés, l'urbanisation gagne certains secteurs.

  • La grande dépression de Saint-Maximin à Brue-Auriac (Photo 1) correspond au fossé miocène transverse. Mais elle est composite : poljé remblayé et ouvert de Saint-Maximin, dépression de Seillons à la Source d'Argens, plaine et vallons près de Brue-Auriac. Dans l'ensemble, c'est un espace de champs ouverts, l'ager des agronomes, aménagé en restanques sur les pentes et avec deux zones humides mais drainées dans la plaine de Saint-Maximin et sous Seillons.

  • Le bassin versant de l'Eau Salée s'étend dans la partie orientale du bassin tertiaire de Rians (secteur de Saint-Martin des Pallières), dans ceux de Tavernes et de Pontevès, et sur les plateaux calcaires adjacents, particulièrement le secteur des Bessillons. Notons par ailleurs que le bassin de la Ribeirotte (Fig. 1) correspond au synclinal des marnes du Crétacé supérieur de Le Val.

Figure 1 - Carte du relief, de l'occupation des sols et de l'hydrologie du haut-bassin de l'Argens.

Figure 1 - Carte du relief, de l'occupation des sols et de l'hydrologie du haut-bassin de l'Argens.

Le haut-bassin de l'Argens est ici élargi jusqu'en aval de la confluence avec la Ribeirotte (Le Val). Le système hydrologique est présenté dans les aspects naturels dominants de son bassin (A) et placé dans le cadre hydrologique régional (B). On remarque l'extension des forêts et garrigues, les divers types de bassins, la disposition des grandes vallées (soulignée par le vert des zones humides) et les différents paysages naturels ou anthropisés. La complexité de l'hydrosystème sera précisée au Chapitre II (Fig. 15).

Photo 1 - La plaine de Saint-Maximin (paléo-poljé remblayé) vue vers le NNE depuis le chemin du Défens (point coté IGN 400). [clichés : Jean NICOD, automne 1988, avant l'extension urbaine de Saint-Maximin (zone commerciale nord)]

Photo 1 - La plaine de Saint-Maximin (paléo-poljé remblayé) vue vers le NNE depuis le chemin du Défens (point coté IGN 400). [clichés : Jean NICOD, automne 1988, avant l'extension urbaine de Saint-Maximin (zone commerciale nord)]

À partir du pont de l'autoroute sur la route d'Ollières à l'extrême ouest (marqué d'une flèche rouge) on suit le tracé canalisé du ruisseau d'Ollières, marqué par sa ripisylve, jusqu'aux confluents avec le ruisseau des Fontaines et la Meyronne, sous la butte de Seillons. Dans la plaine, entièrement viticole dans la première moitié du XXème siècle, les grandes parcelles, particulièrement au nord du tracé de la RN 7 (trait rouge), marquent la conquête des anciennes zones de "paluns" épisodiquement inondables.

10Le système hydrologique est composite. Il est formé de l'Argens, de ses deux principaux affluents, le Cauron et l'Eau Salée, et de divers petits affluents pérennes ou semi-temporaires. L'ensemble est alimenté par de grosses sources karstiques et, en période de fortes précipitations, par une multitude de cours d'eau épisodiques : écoulements torrentiels des ravins et canyons des plateaux, ruissellement dans les secteurs argileux, émissaires occasionnels des dépressions semi-fermées des secteurs triasiques. Des pertes se produisent en certains secteurs, créant une disjonction estivale, comme sur le Cauron en amont de Bras. La figure 1 montre les rubans de zones humides, correspondant aux nappes alluviales des grandes vallées, qui jouent un rôle modérateur, ainsi que le bassin de Saint-Maximin (paléo-poljé remblayé ‒ Photo 1). La surface du bassin versant au niveau de Châteauvert est évaluée à 485 km2, sur des critères topographiques. Mais le problème est complexe du fait du rôle sur ses bordures des grands systèmes karstiques. L'ensemble de l'hydrosystème du bassin supérieur de l'Argens sera précisé après l'étude du secteur-clé de Seillons et de ses sources (infra Chapitre I, § II, et Fig. 15).

Chapitre I : Seillons-Source-d'Argens : paysages et terroirs, site travertineux du haut village

11Du vieux village haut perché sur une butte couronnée par des travertins, on jouit, depuis son belvédère, d'un panorama remarquable sur les plateaux et les dépressions de cette partie de la Provence Verte, du bassin de Saint-Maximin jusqu'aux Bessillons.

12Le territoire communal, dont les éléments constitutifs sont d'un grand intérêt, associe trois types de paysages et de terroirs, qui correspondent à trois ensembles géologiques et géomorphologiques (Fig. 2).

Figure 2 - Carte géologique, géomorphologique et hydrologique de la commune de Seillons-Source-d'Argens et alentours.

Figure 2 - Carte géologique, géomorphologique et hydrologique de la commune de Seillons-Source-d'Argens et alentours.

Géologie principalement d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Brignoles, 1979).

I - Le plateau au nord-ouest

13Ce plateau, les Selves, est constitué des calcaires et des dolomies de la série du Jurassique moyen et supérieur.

14Sur la commune de Seillons, les altitudes s'inclinent de 510 m, près de la ruine du Touronnet au nord (et 506 m sur la D 70), aux environs de 400 m au-dessus de la Source d'Argens. Mais le plateau est découpé en lanières par plusieurs vallons et des gorges (vallons du Rocher des Abeilles et des Derrots), ce qui restreint l'étendue des surfaces planes ou "plaines", comme celle de la Péade de la Mule, vieux chemin devenu portion rectiligne de la D 70. Ces "plaines", lambeaux des aplanissements réalisés au cours du Tertiaire (J. NICOD 1967, chapitre III-1), sont dominées par quelques buttes résiduelles (borne 588 m au nord-ouest).

15Les fractures, principalement N-S, s'expriment surtout par la petite paléo-dépression du Puits Dagnié, au fond remblayé d'argile miocène.

16Les vieilles surfaces sont très corrodées, avec des lapiés couverts et des poches de terra rossa ou argile de décalcification. C'est un karst essentiellement hérité, dont l'évolution a commencé dès le Crétacé moyen, sous un climat de type tropical humide, marquée par les dépôts de bauxite de bordure du synclinal d'Ollières (coin sud-ouest de la figure 2). Les coupes le long de la D 5, au pied du versant sud-est de la butte de Beaumort, montrent dans des fentes, développées suivant la fracturation NE-SO, l'ancienneté et la variété des remplissages paléokarstiques : argiles bariolées, sables quartzeux, terra rossa et planchers stalagmitiques, témoins de plusieurs phases d'évolution (J.J. BLANC et R. MONTEAU, 2011).

17Les vallons sont des vallées sèches, empruntées par les chemins, ou à écoulement épisodique : la plus grande part des précipitations et des écoulements est absorbée par le système karstique. Les versants des vallons, particulièrement en amont, présentent des pentes adoucies : ils ont généralement été régularisés par les processus cryo-nivaux lors des périodes froides du Quaternaire. Toutefois, en aval, plus profondément incisés et sous l'influence de la lithologie (des bancs de calcaires massifs du Jurassique supérieur), quelques vallons prennent l'aspect d'un petit canyon, comme celui du Rocher des Abeilles ou le ravin des Derrots dans son cours inférieur.

18Le plateau des Selves (nom dérivé du latin silva) forme un vaste ensemble de forêts de chênes pubescents (les "blaques") (Photo 2), de chênes-verts aux adrets (Photo 3) et, en quelques îlots, de pins sylvestres. Héritées de longues périodes de dégradation ou de quelques incendies, il y a aussi de larges étendues de garrigues et de landes (pelouses à brôme érigé, Bromus erectus ‒ R. MOLINIER et al., 1976). Les écosystèmes et les paysages sont en rapport avec l'économie pastorale, c'est un pays de "colline" (A. ACOVITSIÓTI-HAMEAU, 2005), le "saltus" des agronomes, avec des points d'eau aménagés (Photo 4). Le point culminant de ce plateau est situé au nord-ouest, à la borne IGN 588 m.

Photo 2 - Aven (point d'absorption dans les calcaires jurassiques fracturés) au nord de l'ouvala des Selves, près des Basses Selves, dans la forêt de chênes pubescents. [cliché : Jean NICOD, hiver 1990]

Photo 2 - Aven (point d'absorption dans les calcaires jurassiques fracturés) au nord de l'ouvala des Selves, près des Basses Selves, dans la forêt de chênes pubescents. [cliché : Jean NICOD, hiver 1990]

Photo 3 - Rebord du plateau des Selves vu du Château de Seillons : hauteurs de la Lombarde (406 m d'altitude), taillis de chênes-verts en adret, à droite vallon cultivé de la Grave. [cliché : Jean NICOD, avril 2008]

Photo 3 - Rebord du plateau des Selves vu du Château de Seillons : hauteurs de la Lombarde (406 m d'altitude), taillis de chênes-verts en adret, à droite vallon cultivé de la Grave. [cliché : Jean NICOD, avril 2008]

La flèche rouge marque l'incision aval du ravin du Rocher des Abeilles.

Photo 4 - Ancienne citerne près des fermes des Selves (nord de la commune d'Ollières). [cliché : Jean NICOD, avril 1995]

Photo 4 - Ancienne citerne près des fermes des Selves (nord de la commune d'Ollières). [cliché : Jean NICOD, avril 1995]

II - Les dépressions au sud-est

19Une série de dépressions se succèdent du sud-ouest au nord-est : extrémité septentrionale du bassin (paléo-poljé) de Saint-Maximin, vallée de la Meyronne et de l'Argens, large couloir de Seillons à Brue-Auriac dans les argiles et les sables du fossé miocène (Photos 5 et 6).

Photo 5 - Panorama de la plaine de Seillons, alors tout en labours, avec les Bessillons à l'horizon. [cliché : Jean NICOD, hiver 1990]

Photo 5 - Panorama de la plaine de Seillons, alors tout en labours, avec les Bessillons à l'horizon. [cliché : Jean NICOD, hiver 1990]

Photo 6 - Panorama récent de la plaine sous Seillons. [cliché : Jean NICOD, avril 2014]

Photo 6 - Panorama récent de la plaine sous Seillons. [cliché : Jean NICOD, avril 2014]

Vue prise depuis le belvédère du Château. Pentes cultivées sur les argiles miocènes. Au centre, le hameau de La Gasque. Plus loin et vers la gauche, en vert, les prés drainés de la Meyronne. Au fond, le plateau boisé de l'Auvière et, au loin à gauche, La Loube.

20Elles sont toutes d'origine tectonique (sortes de fossés issus de la phase tectonique de distension oligocène), puis ont été modifiées par l'érosion avant d'être remblayées par les dépôts continentaux du Miocène supérieur (brèches, marnes, sables et argiles jaunes, bancs de calcaires lacustres du Vindobonien). Cette formation, épaisse de plus de 100 m à la butte de Seillons, a été largement déblayée au cours du Quaternaire.

21Au sud de la butte de Seillons, les sédiments miocènes ont totalement disparu et la Meyronne s'est encaissée dans les calcaires sous-jacents, formant le "Défilé de l'Arès", un petit canyon épigénétique (en amont du pont des Jonquiers de la D 560 ‒ voir Fig. 4).

22En rapport avec l'évolution des escarpements et le fonctionnement des vallons lors des périodes froides du Quaternaire, d'importants dépôts détritiques ont formé des cônes au débouché des vallons, combinés avec des glacis au pied des escarpements. Ce modelé est particulièrement typique dans le secteur des Grandes Vignes et des Rouvières, à l'ouest de la butte de Seillons.

23Avant les travaux de drainage, les "paluns" ou marais (Photo 7) étaient largement étendus dans la plaine, surtout au voisinage du confluent de l'Argens et de la Meyronne (à 264 m d'altitude). Leur extension était en rapport avec l'obstacle à l'écoulement constitué par le bouchon de tufs calcaires dans la vallée en aval (secteur du pont de la D 35 à la cascade du Tombereau, commune de Bras). Les constructions travertineuses et la sédimentation des tourbes en amont s'est effectuée au cours de l'Holocène, au moins depuis l'optimum climatique de l'Atlantique (environ 8000-5000 BP, cf. V. OLLIVIER et al., 2006).

Photo 7 - Marais de Seillons inondé fin janvier 1996, dans le secteur drainé en 1883. [cliché : Jean NICOD]

Photo 7 - Marais de Seillons inondé fin janvier 1996, dans le secteur drainé en 1883. [cliché : Jean NICOD]

24Les analyses polliniques effectuées sur un sondage dans les tourbes des marais de Seillons (H. TRIAT-LAVAL et M. REILLE, 1985) nous renseignent sur l'évolution des écosystèmes et des paysages au cours de l'Holocène, particulièrement pendant les cinq derniers millénaires. Au cours du Subboréal, à partir de 4650 BP, les "blaques" de chênes pubescents sont très largement étendues sur les collines. Vers 2200 BP (soit 250 avant J.C.), les chênes-verts sont désormais prépondérants sur les versants en adret et les pins sont devenus très abondants ; de nombreuses espèces dans le cortège floristique marquent l'extension des défrichements et des cultures dès avant l'époque romaine.

25Aux dépressions correspond un ensemble agricole ("ager"), spécialement celui des domaines viticoles sur les pentes. La partie la plus basse, jadis marécageuse, se situe dans la zone des "paluns", à 264 m d'altitude au confluent de l'Argens et de la Meyronne. Elle a été drainée, en partie dès le Moyen-Âge, par les moines de Saint-Estève, sur Le Plan, à l'est de la source de l'Argens (dans la commune de Brue-Auriac). Un secteur, le quartier des Prés Neufs, avait été aménagé au XVIIIème siècle par le Seigneur de Seillons : il était irrigué grâce au fonctionnement des écluses du pont des Arrosages sur la Meyronne (système abandonné en 1958 ‒ F. CARRAZÉ, 2012). Les cours d'eau ont été rectifiés, avec les opérations de drainage de la fin du XVIIIème siècle, puis en application de la loi du 16 septembre 1807 (creusement d'un réseau de canaux) et au cours du XIXème siècle (Fig. 3).

Figure 3 - Extrait d'un plan de 1883, "établi à la demande de Pierre BELUARDI pour l'établissement d'un canal d'irrigation dans sa propriété côté Brue-Auriac".

Figure 3 - Extrait d'un plan de 1883, "établi à la demande de Pierre BELUARDI pour l'établissement d'un canal d'irrigation dans sa propriété côté Brue-Auriac".

Source : Archives Départementales du Var (7 S 101).

III - La butte de travertins, la chapelle troglodyte et les mines d'eau

26Le vieux village de Seillons est perché à près de 388 m d'altitude (au château d'eau) sur la dalle de travertins qui couronne la butte (Photo 8 ; Fig. 4 et 5). L'escarpement qui constitue le couronnement de la butte est plus marqué du coté nord-est. Les versants, aménagés en restanques, étaient complantés d'oliviers. Jardins et vergers sont maintenant gagnés par la périurbanisation, surtout à l'adret (exemple du Quartier des Clos).

Photo 8 - Village perché de Seillons vu du virage de la D 560 près du pont du Jonquier. [cliché : Jean NICOD, mars 2014]

Photo 8 - Village perché de Seillons vu du virage de la D 560 près du pont du Jonquier. [cliché : Jean NICOD, mars 2014]

Au premier plan, la ripisylve de la Meyronne. Au-dessus, les villas sur les anciennes restanques.

Figure 4 - Le vieux village de Seillons sur sa butte (extrait de la Carte IGN au 1/20000 Brignoles n° 2, levés du Service Géographique de l'Armée en 1931).

Figure 4 - Le vieux village de Seillons sur sa butte (extrait de la Carte IGN au 1/20000 Brignoles n° 2, levés du Service Géographique de l'Armée en 1931).

Les pentes cultivées sont aménagées en restanques. En bas, la vallée de la Meyronne (en gorge à gauche de la route), les terrains drainés et la zone sourceuse de Sceaux au sud-est. Situation bien avant le développement de la périurbanisation de la fin du XXème siècle.
En surcharge : ligne discontinue bleue = étendue des travertins ; segment rouge = mine d'eau "du transformateur" ; lignes rouges = canyon de la Meyronne à l'Arès ; flèche violette = zone sourceuse de Sceaux.

Figure 5 - La butte de Seillons-Source-d'Argens, sans rapport avec le système hydrologique actuel.

Figure 5 - La butte de Seillons-Source-d'Argens, sans rapport avec le système hydrologique actuel.

Figure reprise de J. NICOD (2012, chapitre 17, figure 2 : "Structure de la formation travertineuse d'après J. DUFOSSEZ (1998)").

27La butte de Seillons présente le même aspect que les buttes-témoins classiques de nos grands bassins sédimentaires, montrant la superposition d'une strate résistante, le plus souvent calcaire, sur des couches de marnes ou d'argiles. Ici la dalle calcaire est constituée par des travertins, formant une corniche plus marquée du côté est, au-dessus des pentes dans les argiles et sables miocènes (Fig. 5). La masse principale de cette formation travertineuse est surtout composée de tufs crayeux, avec des lits de roseaux (formant des incrustations en "manchons") et des concrétions ovoïdes ou oncolites (J. DUFOSSEZ, 1998). Vers la surface, ces tufs, recimentés, sont très indurés et constituent de véritables travertins. En profondeur, ils reposent sur une lentille argileuse. L'ensemble de la formation travertineuse correspond à une sédimentation carbonatée dans un lac avant le déblaiement du bassin de Seillons. Elle a été construite grâce à la précipitation du calcaire présent dans les eaux des cours d'eau affluents venant des plateaux voisins. Divers éléments détritiques dans cette formation, gélifracts, sables quartzeux, fragments de bauxite, corroborent ces apports. De par sa position, l'induration de sa surface et son léger basculement vers l'ouest, la dalle de travertins de Seillons apparaît ancienne : son âge pourrait être du Quaternaire ancien, vers 2-3 millions d'années.

28Les travertins, anciens tufs calcaires, sont bien visibles dans quelques jardins. Cette roche facile à extraire et à tailler a été largement utilisée dans les constructions et diverses excavations ont été aménagées aux cours des siècles : bergeries et remises, chapelle troglodyte de Saint-Pierre de Barbourin, mines d'eau drainant les infiltrations à travers les travertins.

29Sous le château des Grimaldi, la chapelle Saint-Pierre de Barbourin, maintenant abandonnée, constitue un site d'intérêt géomorphologique. Excavée dans les travertins, ainsi que des locaux annexes (baptistère, sacristie ?), elle faisait partie de l'église de l'Immaculée Conception, bâtie en 1578 (P. COURBON, 2009). Cet édifice en position dominante sur le rebord du plateau de travertins menaçait ruine : probable problème d'instabilité en fonction de sa position au-dessus des argiles miocènes. Elle fut remplacée par l'église paroissiale Saint-André, construite sur le plateau en 1850. La partie externe de l'église semi-troglodyte, abandonnée depuis un siècle, s'écroula le 20 décembre 1961 à la suite de fortes pluies. Les parties souterraines servirent de réserves agricoles. Le site, situé en dessous du belvédère du château, a été réaménagé (Photo 9).

Photo 9 - Restes de l'église devant la chapelle de Saint-Pierre de Barbourin creusée dans les travertins sous le château de Seillons. [cliché : Jean NICOD, 2014]

Photo 9 - Restes de l'église devant la chapelle de Saint-Pierre de Barbourin creusée dans les travertins sous le château de Seillons. [cliché : Jean NICOD, 2014]

30Les mines d'eau de Seillons sont les plus typiques du Var. Celle dite "du transformateur" est longue de plus de 100 m (Fig. 6). Partant du secteur nord-est de la butte et passant sous la place de la mairie, elle aboutissait à un réservoir aménagé dans la rue de la Vieille Forge (Photos 10 et 11). Elle devait être alimentée surtout par les infiltrations dans la partie amont, alors en prés. Une autre mine d'eau, celle du Grand Jardin, était plus complexe, car elle comportait cinq branches d'alimentation (C. ARNAUD, 2012).

Figure 6 - La mine d'eau dite "du transformateur" à Seillons (d'après un document inédit de P. COURBON ‒ CDS 83, 2009 ‒, légèrement modifié).

Figure 6 - La mine d'eau dite "du transformateur" à Seillons (d'après un document inédit de P. COURBON ‒ CDS 83, 2009 ‒, légèrement modifié).

Dans les villages perchés, on utilisait généralement des citernes alimentées par l'eau des toits. Ce type de captage, hérité des "qanats" du Moyen-Orient et développé par les Arabes en Espagne, les "minas" pour l'irrigation des huertas, offre des d'ouvrages remarquables dans le Comtat, à la Chartreuse de Bompas et à Cabrières d'Avignon (J. NICOD, 2012, p. 181).

Photo 10 - Le réservoir final de la mine d'eau "du transformateur" à l'aval du tunnel. [cliché : J. MAZET, 2011]

Photo 10 - Le réservoir final de la mine d'eau "du transformateur" à l'aval du tunnel. [cliché : J. MAZET, 2011]

Photo 11 - Débouché de la mine d'eau "du transformateur". [cliché : J. MAZET, 2011]

Photo 11 - Débouché de la mine d'eau "du transformateur". [cliché : J. MAZET, 2011]

Chapitre II : Les sources et l'hydrosystème de l'Argens supérieur

I - Les sources karstiques de l'Argens et de la Meyronne

31La source de l'Argens, plus grosse exsurgence karstique de la région, est située dans une petite reculée incisée dans les calcaires dolomitiques du Jurassique moyen. L'eau jaillit de plusieurs griffons en amont du pont (à 265/270 m d'altitude) de l'ancienne route de Saint-Maximin à Barjols (ex RN 560), dont il ne reste que le tronçon sud, du côté de l'ancien moulin (dit de "la Foux"), seul chemin d'accès à la source (Fig. 7, Photos 12 à 14). Elle est partiellement captée pour alimenter Seillons et Saint-Maximin. La source temporaire de la Meyronne, dont les crues peuvent être violentes, jaillit dans une vasque à 290 m d'altitude, au pied de l'escarpement du plateau de Sigon (sur une faille masquée ?), au contact des dolomies du Jurassique supérieur et des argiles vindoboniennes.

Figure 7 - La Source d'Argens dans son environnement immédiat.

Figure 7 - La Source d'Argens dans son environnement immédiat.

Sources : surtout la carte topographique Brignoles n° 2 au 1/20000 (1931) et S. KOUNA (1995).

Photo 12 - Source d'Argens : tout à l'amont, à côté de la prise, débit bien modeste en été, le 3 août 2009. [cliché : Jean NICOD]

Photo 12 - Source d'Argens : tout à l'amont, à côté de la prise, débit bien modeste en été, le 3 août 2009. [cliché : Jean NICOD]

Photo 13 - Source d'Argens : paroi rocheuse à gauche de la prise (bancs calcaires massifs du Jurassique supérieur fracturés). [cliché : Jean NICOD, mars 2014]

Photo 13 - Source d'Argens : paroi rocheuse à gauche de la prise (bancs calcaires massifs du Jurassique supérieur fracturés). [cliché : Jean NICOD, mars 2014]

Photo 14 - La Source d'Argens en crue : cliché pris fin janvier 2016 du pont de la D 560 en regardant vers l'amont. [cliché : Jean NICOD]

Photo 14 - La Source d'Argens en crue : cliché pris fin janvier 2016 du pont de la D 560 en regardant vers l'amont. [cliché : Jean NICOD]

1 ) Étendue et structure du bassin d'alimentation

32Les deux sources, et aussi la zone sourceuse de Sceaux sur la commune de Saint-Maximin, sont les exutoires d'un même aquifère karstique qui s'étend sous le plateau des Selves, sur environ 135 km² (G. FABRE et al., 1976), bien au delà des limites de la commune de Seillons, particulièrement au nord-ouest dans le secteur des dépressions semi-fermées des Selves et de Longagne (Fig. 8). Le caractère temporaire de l'exsurgence de la Meyronne s'explique par sa position plus élevée. Le fonctionnement de ces sources est en rapport avec un système hydrogéologique complexe, alimenté par la multitude des points d'infiltration résultant de la fracturation des calcaires et des dolomies et du développement probable des réseaux karstiques profonds (on ne connaît toutefois que quelques avens). La température moyenne des eaux oscille entre 14,2 et 15,5°C : cette homothermie et ces valeurs supérieures à la moyenne régionale des températures externes montrent bien l'importance de l'aquifère profond (C. MARTIN, 1991).

Figure 8 - Schéma du système hydrologique de l'Argens supérieur, en amont du confluent du ruisseau de Brue (ou de Font-Taillade) : localisation des sources, profil en long des cours d'eau et position des barrages de travertins (J. NICOD, 1988).

Figure 8 - Schéma du système hydrologique de l'Argens supérieur, en amont du confluent du ruisseau de Brue (ou de Font-Taillade) : localisation des sources, profil en long des cours d'eau et position des barrages de travertins (J. NICOD, 1988).

2 ) L'apport des précipitations

33Il est irrégulier. D'une part, les quantités sont très inégales suivant les saisons et les années, dans le cadre d'un climat de type méditerranéen à aridité estivale, mais à nuance montagnarde (Fig. 9). De plus, les périodes de pluie sont souvent décalées, les pluies d'automne n'intervenant qu'en décembre. Par ailleurs, le taux d'infiltration est inégal en fonction de divers paramètres : taux d'évaporation, abondance des averses, activité de la végétation. Les orages de fin d'été-début d'automne n'ont que peu d'effet, sauf quelques ruissellements. D'une année à l'autre, le total pluviométrique varie considérablement (Fig. 10, Tab. I). Toutefois le jeu du réservoir karstique compense partiellement l'irrégularité des apports.

Figure 9 - Diagramme ombrothermique de GAUSSEN (S. MOUNEIMNÉ, 1985).

Figure 9 - Diagramme ombrothermique de GAUSSEN (S. MOUNEIMNÉ, 1985).

L'aridité estivale est marquée dans le secteur de Saint-Maximin (juin-juillet), moindre à Barjols. Le régime pluviométrique montre deux maxima. À Barjols, un troisième pic marqué correspond aux orages fréquents du mois d'août.

Figure 10 - Précipitations annuelles moyennes de 1964 à 1984.

Figure 10 - Précipitations annuelles moyennes de 1964 à 1984.

Tableau I - Précipitations à Barjols et Saint-Maximin sur 21 ans (1964-1984).

Tableau I - Précipitations à Barjols et Saint-Maximin sur 21 ans (1964-1984).

Pm : précipitations annuelles moyennes. Pmax : précipitations annuelles maximales. Pmin : précipitations annuelles minimales.
Source : J. NICOD (1987).

3 ) Le jeu de l'aquifère karstique

34Le régime est typique de nombreuses exsurgences karstiques de Provence. Avec les précipitations automnales et hivernales, le réservoir karstique se recharge et les pics de crue se succèdent. Sur la période 1975-2016, le débit instantané de la Source d'Argens s'est élevé au-dessus de 6,4 m³/s, soit près de 15 fois le débit moyen (0,414 m³/s). Inversement, lors de la longue période estivale, le réservoir karstique n'est pratiquement plus alimenté et les débits décroissent : 49 l/s en 2007 (Tab. II). À noter que plusieurs griffons, non négligeables, surtout en étiage, se trouvent en aval du limnigraphe (C. MARTIN, 1991). Le tarissement de la source de la Meyronne intervient quand le débit de celle de l'Argens s'abaisse à 350 l/s (ibidem).

Tableau II - Débits (en l/s) à la Source d'Argens sur la période 1975-2016 (données de la Banque Hydro ‒ station gérée par la DRÉAL PACA).

Tableau II - Débits (en l/s) à la Source d'Argens sur la période 1975-2016 (données de la Banque Hydro ‒ station gérée par la DRÉAL PACA).

Q : débit. Qi : débit instantané. Qj : débit journalier. max : maximal. min : minimal. /10 : décennal (lois de GUMBEL, pour les débits de crue, et de GALTON, pour les débits d'étiage).
* : cette valeur correspond à une hauteur d'eau de 121 cm ; le 18/01/1978, le niveau a atteint 123 cm, ce qui donne un débit maximal de 6,56 m3/s. ** : valeur estimée à partir d'un enregistrement qui a posé problème.

35Notons que pour la période 1965-1975, le débit moyen était évalué à 566 l/s (J. NICOD, 1987).

36La courbe des débits de la source de l'Argens en 1966, au cours d'une année de précipitations en régime méditerranéen provençal "classique", montre bien les périodes de crue / décrue jusqu'au minimum de fin d'été (Fig. 11). Pendant la phase de recharge, à partir de septembre-octobre, les pics de crue engendrés par les premières pluies abondantes sont atténués en raison du remplissage préalable de l'aquifère. Chaque pic de crue est suivi d'une décrue correspondant à la vidange des cavités de la zone vadose. En fin d'année hydrologique, le débit décroît progressivement, de manière exponentielle, au cours de l'été aride. Si les précipitations d'automne sont faibles, il arrive que la phase de tarissement se poursuive jusqu'au début de l'année civile suivante.

Figure 11 - Hydrogramme de la Source d'Argens à Seillons : régime méditerranéen typique en 1966.

Figure 11 - Hydrogramme de la Source d'Argens à Seillons : régime méditerranéen typique en 1966.

Précipitations = moyenne des pluies aux stations voisines de Barjols, Saint-Maximin et Pourrières (J. NICOD, 1987).

37Dans le régime moyen (Fig. 12), du fait de l'inertie du système liée à la période de recharge en automne, les deux maxima sont resserrés sur la période hivernale Le jeu du réservoir karstique (volume dynamique) est variable selon les années. Il a été de 6,14 millions de m3 dans l'année hydrologique 1986-87 (S. KOUNA, 1995).

Figure 12 - Courbe des débits mensuels moyens de la Source d'Argens (1975-2016).

Figure 12 - Courbe des débits mensuels moyens de la Source d'Argens (1975-2016).

Source des données : Banque Hydro (station gérée par la DRÉAL PACA).

4 ) La température et la minéralisation des eaux

38Du fait de leur long séjour dans l'aquifère karstique, les eaux de la Source d'Argens présentent des paramètres physico-chimiques relativement constants, sauf lors des fortes crues. Les eaux sont limpides et homothermes, tièdes en hiver, fraîches en été. Elles sont riches en calcium et accessoirement en magnésium (Fig. 13 ‒ voir aussi C. MARTIN, 1991). Les hydrocarbonates sont équilibrés par le CO2 en solution, aussi le pH est voisin de 7. Ces conditions favorables à la dissolution et au transfert des carbonates de Ca2+ et Mg2+ sont en rapport avec la production de CO2 par la couverture forestière sur l'impluvium karstique (le plateau des Selves).

Figure 13 - Valeurs moyennes de la minéralisation des eaux de la Source d'Argens pour des mesures sur la période 1965-1986 (J. NICOD, 2012).

Figure 13 - Valeurs moyennes de la minéralisation des eaux de la Source d'Argens pour des mesures sur la période 1965-1986 (J. NICOD, 2012).

39Les figures 13 et 14 montrent l'évolution du système hydrochimique le long de l'Argens. À la source (Fig. 13), les eaux ont une minéralisation hydrocarbonatée calcique et magnésienne élevée, mais un pH voisin de 7 ; il ne se produit pas de précipitation de carbonates sur place. En aval, au pont de Montaud (Fig. 14), avec l'apport des sources de la zone triasique et surtout du Cauron (avec les Gours Bénits), on note l'accroissement de la minéralisation, surtout en sulfates, et l'augmentation du pH à plus de 8, laquelle favorise localement les encroûtements dans les vasques et cascades du secteur du Saut de Bacon (voir infra, chapitre III). En effet, du fait de l'évolution de la température de l'eau, de son agitation dans les cascades et du rôle de la végétation, le taux de CO2 diminue, ce qui a pour effet une augmentation du pH et par conséquent la précipitation de carbonate de calcium (M. BAKALOWICZ, 1988), phénomène qui peut être influencé par des cyanophycées incrustantes (J. CASANOVA et R. LAFONT, 1985).

Figure 14 - Valeurs moyennes de la minéralisation des eaux de l'Argens à l'aval du confluent du Cauron, au pont de Montaud, sur la période 1988-1989 (source des données : C. MARTIN, 1991).

Figure 14 - Valeurs moyennes de la minéralisation des eaux de l'Argens à l'aval du confluent du Cauron, au pont de Montaud, sur la période 1988-1989 (source des données : C. MARTIN, 1991).

5 ) Évolution vers l'aval, rôle de la ripisylve

40Dans la traversée des collines de la zone triasique, les eaux s'enrichissent en sulfates et le pH s'élève (Fig. 14). Elles reçoivent aussi diverses substances polluantes (dont les phosphates provenant des engrais) et des particules fines venant de l'érosion des sols cultivés lors des grosses averses d'automne ou de printemps et de l'attaque des berges lors des crues. Toutefois la ripisylve, largement développée dans certains secteurs de la vallée (Photo 15), joue un rôle modérateur (écrêtements des débits de pointe, décantation des eaux). Par les embâcles causées par les chutes de troncs et de branchages, elle participe à la construction de petits barrages de tufs (voir infra, chapitre III).

Photo 15 - Ripisylve dense de l'Argens, à l'automne près de Châteauvert. [cliché : J. NICOD, 1988]

Photo 15 - Ripisylve dense de l'Argens, à l'automne près de Châteauvert. [cliché : J. NICOD, 1988]

Peuplement de peupliers blancs (Populus alba) déchaussés par érosion de la rive et inclinés sur le cours d'eau. Par rapport aux espaces cultivés voisins, c'est une zone refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales, constituant un écosystème d'une très riche biodiversité.

II - Structure et limites de l'hydrosystème du haut-Argens

41À Châteauvert, à 175 m d'altitude, après le confluent de l'Eau Salée, avec son bassin versant superficiel de 485 km2, l'Argens se comporte comme un petit fleuve lors des crues (170 m3/s le 17 janvier 1978). Mais, malgré l'étendue du bassin, le débit moyen est bien médiocre (1,8 m3/s) et, surtout du fait des prélèvements, il y a de longues périodes d'étiage de 0,9 à 1 m3/s

1 ) Un système hydrologique composite

42Ce système (Fig. 15) est composé de cours d'eau pérennes ou semi-temporaires, alimentés par de grosses sources karstiques et, en période de fortes précipitations, par une multitude d'affluents : ravins des plateaux calcaires, ruisseaux exutoires des vallons et des dépressions dans le Trias. La série triasique est d'une grande complexité structurale et hydrogéologique. Les plis aigus des calcaires et dolomies du Trias moyen (Muschelkalk) constituent des monts allongés. Les argiles du Trias supérieur (Keuper) donnent les vallons et bassins. Les lentilles d'évaporites (gypse, anhydrite et halite) déterminent de nombreux processus karstiques : des pertes locales dans les cours d'eau, le drainage karstique des dépressions au nord-est de Bras, des exsurgences-dolines d'effondrement comme les Gours Bénits.

Figure 15 - Carte du système hydrologique du haut bassin de l'Argens (d'après : R. COVA et G. DUROZOY, 1983 ; P. MARTIN, 1991 ; J. MAZET et J. NICOD, 2011).

Figure 15 - Carte du système hydrologique du haut bassin de l'Argens (d'après : R. COVA et G. DUROZOY, 1983 ; P. MARTIN, 1991 ; J. MAZET et J. NICOD, 2011).

Les numéros en violet encerclés indiquent les incertitudes ou les diffluences d'écoulement sur la limite hydrologique du bassin sur base topographique : 1 : au nord de Pourcieux, sur le plateau de La Palière, cote IGN 442, coalescence des deux vallons. 2 : au sud-ouest d'Esparron, divergence d'écoulement dans le sillon entre la La Bérarde et la cote 480. 3 : dans la plaine près d'Esparron, indécision d'écoulement entre les affluents du Labéou et du Ruisseau de Varages. 4 : dans le petit bassin de Notre-Dame de Pitié, idem. 5 : à l'extrémité est du bassin de Pontevès, à Rognette, indécision d'écoulement entre le ruisseau de Pontevès et le ruisseau de Grand Gorgue, affluent de la Cassole. 6 : au sud de Bras, dans le vallon triasique de Vaubelle, indécision d'écoulement entre affluents temporaires du Haut Cauron et du Caramy. 7 : au nord-ouest de Tourves, dans le vallon de Boulon, idem. 8 : au sud de Nans-les-Pins, extrémité du vallon de Lorges perché au-dessus de la reculée de Castelette, aux sources de l'Huveaune. 9 : à l'est de Saint-Zacharie, à la Sambuc (col de la D 560), ingression du torrent affluent de l'Huveaune près de la source Lazare.

43L'ensemble de l'hydrosystème est composé des éléments affluents ou successifs suivants (Fig. 15) :

  • L'Argens supérieur, issu de la source karstique principale, reçoit les apports de l'exsurgence temporaire de la Meyronne, autre exutoire du plateau des Selves, des ruisseaux des Fontaines et de Verdagne venus du secteur de Saint-Maximin, de la zone sourceuse de Sceaux et épisodiquement du ruisseau d'Ollières.

  • Le Cauron, issu de la Grande Foux de Nans-les-Pins dans le massif de la Sainte-Baume (Photo 16), grossi de divers affluents, a un cours localement temporaire jusqu'aux environs de Bras, avant d'être réalimenté par les Gours Bénits (sur la Grande-Foux de Nans-les-Pins et le bassin amont du Cauron, voir : J. MAZET, 1967 ; P. MARTIN, 1991 ; J. MAZET, 2009 ; J. MAZET et J. NICOD, 2011).

  • Du confluent du Cauron à celui de l'Eau Salée, l'Argens reçoit en rive gauche deux affluents issus des réseaux temporaires du plateau des Selves, les ruisseaux de Font-Taillade et des Rigouards. En aval, il bénéficie de l'apport d'une grosse émergence pérenne, la source salée des Eaux Claires, et des émergences dans son lit des eaux fortement sulfatées des Bouillidous.

  • L'Eau Salée, le plus important affluent de gauche de l'Argens supérieur, résulte de la réunion de plusieurs cours d'eau pérennes, principalement le ruisseau de Varages et celui de Pontevès, qui rejoint la vallée principale par la cascade du Fauvery à Barjols.

  • À Châteauvert, l'Argens s'enfonce dans le canyon du Vallon Sourn (site de mesures au pont de Châteauvert). Ajoutons qu'en aval, la Ribeirotte est le seul affluent important à l'entrée du bassin de Carcès.

Photo 16 - Le Cauron en crue immédiatement en aval de Grande Foux de Nans-les-Pins en mars 2011. [cliché : Jean NICOD]

Photo 16 - Le Cauron en crue immédiatement en aval de Grande Foux de Nans-les-Pins en mars 2011. [cliché : Jean NICOD]

Vue prise en amont du pont du chemin de Nans à La Blanche.

2 ) Des limites imprécises

44Sur tout le pourtour du bassin supérieur de l'Argens, comme de ses affluents, le critère topographique de limite de bassin versant n'est valable que lors des périodes de fortes précipitations et de ruissellement abondant. Même sur le seul critère topographique, la limite en certains points est sujette à discussion (légende de la figure 15) et peut avoir été modifiée par des opérations de drainage au cours des siècles. Dans la majorité des secteurs d'alimentation karstique, le partage avec les bassins adjacents ne peut être estimé qu'en fonction des conditions structurales et des débits des sources ; il peut varier en rapport avec les épisodes hydrologiques et, en période d'étiage estival, être réduit par les prélèvements. Ainsi la limite occidentale de l'aire d'alimentation, sur le plateau des Selves, des sources de l'Argens et de la Meyronne ne peut être déterminée avec précision, d'autant plus que les eaux de l'aquifère sont partiellement soutirées par les prélèvements au Puits de l'Arc près de Pourrières (G DUROZOY, 1983).

3 ) Un comportement hydrologique très différent suivant les saisons et les années

a. En période de bonne alimentation

45Lors des épisodes pluvieux (ou parfois de fusion nivale), les sols se rechargent en eau. Mais les conditions sont différentes suivant la topographie, la nature du sous-sol et le type de végétation.

46Dans les petits bassins du secteur triasique, les précipitations sont épongées par les nappes locales des formations détritiques. Partout ailleurs, l'Argens et ses affluents principaux, alimentés à la fois par les sources et les nombreux cours d'eau temporaires, forment un réseau plus cohérent (Fig. 15 et 16-I).

Figure 16 - Schéma du fonctionnement de l'hydrosystème du haut bassin de l'Argens en amont de Châteauvert à l'entrée du canyon du Vallon Sourn.

Figure 16 - Schéma du fonctionnement de l'hydrosystème du haut bassin de l'Argens en amont de Châteauvert à l'entrée du canyon du Vallon Sourn.

La taille des figurés traduit l'abondance des flux. Le fonctionnement de l'hydrosystème est précisé par la figure 17.

Figure 17 - Débits de la Source d'Argens et de l'Argens au Clos d'Auran (en amont du confluent du Cauron) et à Châteauvert d'août 1977 à mai 1980.

Figure 17 - Débits de la Source d'Argens et de l'Argens au Clos d'Auran (en amont du confluent du Cauron) et à Châteauvert d'août 1977 à mai 1980.

47Sur les plateaux calcaires, dans les espaces forestiers denses comme les "blaques", les eaux imprègnent le sol (prédominance de l'argile résiduelle de type terra rossa) et, par les fentes de l'épikarst, vont s'écouler dans les conduits karstiques et alimenter l'aquifère. Dans les espaces à végétation clairsemée et sur les pentes, le ruissellement est possible ; les ruisseaux peuvent couler dans les gorges, alimenter des pertes multiples ou parvenir aux cours d'eau principaux. Dans les bassins miocènes, les nappes locales des formations détritiques des glacis se rechargent et il en est de même de celles des alluvions de fond de vallée. De par l'importance de son remblaiement alluvial, le bassin (paléo poljé) de Saint-Maximin joue un rôle modérateur. En revanche, sur les sols argileux le ruissellement peut se généraliser, alimentant l'écoulement dans les ravines. Il y a même quelques secteurs en bad lands : vallon de l'Éou au NNE de Brue-Auriac, ravines reboisées à l'ubac des Pallières de Saint-Martin.

b. Des crues brutales

48D'une manière générale, en faisant partir l'année hydrologique de l'automne, on a une succession de trois phases : survenue de crues, période de débits soutenus, puis long étiage estival (Fig. 17). Les crues brutales sont surtout liées au ruissellement induit dans les secteurs argileux par les grosses averses méditerranéennes. Des débits très importants peuvent se produire et les cours d'eau principaux déborder (Tab. III, Photos 17-a et 18). À Châteauvert, le 17 janvier 1978, l'Argens a atteint une hauteur d'eau 4,48 m au limnigraphe du SRAE, soit un débit de 160-170 m3/s. La submersion était généralisée dans le fond alluvial des bassins et des grandes vallées avant les opérations de drainage de la fin du XVIIIème et du XIXème siècles. Les lits ont été rectifiés dans quelques vallées, telle celle du Cauron en aval de Bras. Il ne reste plus que la submersion épisodique des marais de Seillons et du Cauron en quelques secteurs (voir Photo 7). Ainsi, en février 1974, la Meyronne a-t-elle inondé 260 ha dans les marais de Seillons (2,3 km de routes et chemins coupés) et le Cauron 130 ha sur la commune de Bras (S. MOUNEIMNÉ, 1985).

Tableau III - Quelques débits extrêmes connus (en m3/s).

Tableau III - Quelques débits extrêmes connus (en m3/s).

* : C. MARTIN (1991). µ : S. MOUNEIMNÉ (1985).
En crue, au pont de l'Avocade, la hauteur d'eau et donc aussi le débit calculé sont fortement influencés par le niveau de l'Argens, la confluence étant très proche. La station de Châteauvert est sujette à des détarages.

Photos 17 - L'Argens au pont de Châteauvert : à gauche, en crue au début du printemps 1995 ; à droite en étiage à l'automne 2009. [clichés : Jean NICOD]

Photos 17 - L'Argens au pont de Châteauvert : à gauche, en crue au début du printemps 1995 ; à droite en étiage à l'automne 2009. [clichés : Jean NICOD]

Photo 18 - L'Argens en crue à Châteauvert le 6 novembre 2011. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 18 - L'Argens en crue à Châteauvert le 6 novembre 2011. [cliché : P. MILÉSI]

Vue prise depuis le pont en regardant vers l'amont. Débit non connu.

c. En situation d'étiage

49Tout autre est la situation lors des périodes sans précipitations abondantes, souvent centrées sur la saison estivale, mais qui peuvent se poursuivre jusqu'en décembre ou janvier. Le réseau, alors alimenté par les seules sources karstiques, est réduit aux cours d'eau principaux et une disjonction se produit entre le haut bassin du Cauron et son cours aval, réalimenté à partir de Bras par les Gours Bénits et autres sources (Fig. 16-II). À Châteauvert, à l'entrée du Vallon Sourn, l'Argens est alors bien maigre (Photo 17-b). En été, les débits sont réduits par l'accentuation de l'évapotranspiration de la ripisylve et surtout par la multitude des prélèvements, à la fois aux sources et le long des cours d'eau par les canaux d'irrigation. De ce fait, des assèchements temporaires peuvent se produire : ainsi, au début de l'automne 1990, l'Argens a totalement tari un peu en aval du pont de Montaud (C. MARTIN, 1991) et de même au Saut de Bacon en août 2005 (observations de P. MILÉSI). En effet, dans ce secteur, le cours d'eau est soutiré par des pertes karstiques dans son lit, jusqu'à 500 l/s, qui alimentent l'aquifère triasique et ressortiraient en aval, particulièrement aux Bouillidous (P. MILÉSI, communication orale). De plus, les forages profonds, qui se sont multipliés, abaissent le niveau des nappes karstiques, ce qui a pour effet de réduire le débit des sources (hypothèse qui pourrait s'appliquer supra au sujet de la diminution des écoulements de la Source d'Argens entre les périodes 1965-1975 et 1975-2016). Heureusement, dans le secteur de Saint-Maximin, des communes bénéficient maintenant de l'adduction de l'eau du Verdon par le Canal de Provence.

d. Effets sur la qualité des eaux

50Lors des crues, la turbidité peut atteindre des valeurs élevées, en rapport avec de fortes averses méditerranéennes. Comme elle provient principalement de l'érosion des sols, la turbidité est plus élevée dans le Cauron et surtout l'Eau Salée, du fait de la grande extension des terrains cultivés sur les argiles triasiques, que dans l'Argens en amont du barrage du Tombereau (Tab. IV). Mais elle diminue rapidement après la fin des averses, même si le débit reste élevé.

Tableau IV - Turbidités spécifiques mesurées le 10 novembre 1987 (C. MARTIN, 1988).

Tableau IV - Turbidités spécifiques mesurées le 10 novembre 1987 (C. MARTIN, 1988).

Ts : turbidité spécifique (concentration des particules fines). Qi : débit instantané.

51En basses eaux hivernales, par temps froid, les eaux sont limpides et la minéralisation élevée. Mais en été, en période d'étiage, elles sont affectées par une activité bactérienne intense, en partie due à la pollution (apport des rejets des stations d'épuration, etc.). Les lits sont envahis par la végétation subaquatique, joncs et roseaux, surtout dans les secteurs à faible pente (exemple du Cauron en aval de Bras), et des filaments algaires s'accrochent aux branchages tombés des arbres riverains.

Chapitre III : Les vallées de l'Argens et du Cauron aval, barrages de travertins et cascades

I - Disposition générale de la vallée de l'Argens

52De la sortie du bassin de Seillons à Châteauvert, elle est entièrement inscrite dans le secteur triasique (Fig. 18). Dans l'ensemble, c'est une vallée large à fond plat, encaissée d'une centaine de mètres dans les plateaux environnants. Son tracé compliqué résulte des dispositions structurales, tantôt recoupant les plis aigus des calcaires et dolomies du Trias moyen (Muschelkalk), tantôt adapté aux sillons argileux, synclinaux des marnes du Trias supérieur (Keuper). On distingue trois secteurs d'orientation et de géomorphologie différentes :

  • Du confluent de la Meyronne à celui du Cauron, c'est une vallée de pente faible jusqu'au pont du Pas (D 35), en amont de la chute du Tombereau, et quasi rectiligne dans la traversée en gorge de l'unité calcaire du Clos d'Auran (secteur des Gours, présence de sources, Fig. 19­A). Plus en aval, le fond de la vallée a été remblayé par une formation travertineuse à roseaux (coupe typique en amont du pont de la D 35) derrière un ancien barrage maintenant incisé, mais reconstitué pour l'alimentation des moulins : c'est la chute du Tombereau, ouvrage de maçonnerie.

  • Du confluent du Cauron à celui du ruisseau de Font-Taillade, c'est une succession d'éléments d'orientations différentes, de paliers et ressauts, avec une dénivelée totale de 65 m induite par les barrages de tufs (Fig. 19-B).

  • En aval, jusqu'au confluent de l'Eau Salée et à Châteauvert, la vallée est large et de faible pente, avec quelques méandres caractéristiques à Montaud et à la Petite Forêt, témoins des actions dynamiques lors de certaines périodes du Quaternaire (Fig. 19-C). En rive droite, une source importante, les Eaux Claires, riche en chlorures et en sulfates, contribue à l'alimentation de l'Argens, ainsi qu'en aval les Bouillidous, émergences dans son lit.

Figure 18 - Carte hydrogéomorphologique du bassin du haut-Argens et de ses affluents (dont le Cauron aval) du secteur de Saint-Maximin-Seillons au confluent de l'Eau Salée près de Châteauvert.

Figure 18 - Carte hydrogéomorphologique du bassin du haut-Argens et de ses affluents (dont le Cauron aval) du secteur de Saint-Maximin-Seillons au confluent de l'Eau Salée près de Châteauvert.

Flèches violettes : flux supposé des pertes en aval du pont de Montaud suivant la faille du Petit Saint-Estève vers la source des Eaux Claires (ECl) et les Bouillidous (B).
Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Brignoles, 1979).

Figure 19 - Trois transects à travers la vallée de l'Argens.

Figure 19 - Trois transects à travers la vallée de l'Argens.

A : dans le secteur des Gours en amont du pont de la D 35. B : au pont de San-Sumian dans un barrage travertineux. C : en aval dans le méandre de la Petite Forêt.

53Les vallées de l'Argens et de ses affluents présentent des écosystèmes de grand intérêt. En général, le lit est encadré d'une ripisylve touffue, association d'espèces hygrophiles : peupliers blancs, aulnes glutineux, tilleuls et frênes. Elle joue un grand rôle dans l'équilibre hydrologique et hydrochimique (ombrages en été, évapotranspiration, absorption de CO2…). Sauf dans la traversée des barrages de tufs, le fond alluvial holocène offre aujourd'hui un ensemble de prairies et de zones humides en hiver (affleurement de la nappe) et irriguées en été. La vallée de l'Argens est inscrite dans des plateaux, couverts de forêts et de garrigues (Fig. 19). Les versants sont le plus souvent boisés, chênes-verts et pins d'Alep aux adrets et sur les bancs rocheux calcaires, chênes pubescents dominant aux ubacs ou en bordure des fonds de vallée sur les dépôts de pente et les sols bruns épais.

54Au nord, les deux affluents principaux de rive gauche, issus en crue des apports du plateau des Selves, le ruisseau de Font-Taillade et le torrent des Rigouards, confluent dans le secteur de Montaud. Le ruisseau de Font-Taillade coule dans une gorge à méandres bien calibrée, incisée dans les calcaires du Trias moyen. Ses versants sont presque entièrement boisés, surtout en chênes pubescents. Quoique étroit, le talweg présente une pente faible et continue : c'est une voie de passage ancienne, dominée par les ruines du château de Brue (Le Castellas). L'orientation de l'éperon du Castellas est en rapport avec le champ de failles NNE-SSO. L'escarpement ouest de l'éperon est particulièrement marqué, d'où l'intérêt de ce site défensif au-dessus de la vallée à fond plat (Fig. 20, Photo 19), site de l'ancien chemin, devenu la D 560.

Figure 20 - Transect à travers la vallée sous le Castellas.

Figure 20 - Transect à travers la vallée sous le Castellas.

Photo 19 - La gorge de Font-Taillade et le Castellas, ruines du château de Brue envahies par de vigoureux chênes-verts. [cliché : Jean NICOD, printemps 1988]

Photo 19 - La gorge de Font-Taillade et le Castellas, ruines du château de Brue envahies par de vigoureux chênes-verts. [cliché : Jean NICOD, printemps 1988]

55Au sud-est, de nombreuses dépressions sont évidées dans le Trias argilo-gypseux et certaines sont de type karstique : ouvala de Queirol, dépression complexe de Rouvière Plane entre les dolines-entonnoirs d'effondrement du Trou du Filleul et du Trou de l'Infernet. Les vallons et grandes dépressions sont feutrés de cailloutis calcaires, d'origine cryoclastique, issus des épandages périglaciaires (Photo 20).

Photo 20 - Au nord de Bras, la dépression de Favori : vignes sur cailloutis d'origine périglaciaire et au loin la Montagne de Bras. [cliché : Jean NICOD, 1988]

Photo 20 - Au nord de Bras, la dépression de Favori : vignes sur cailloutis d'origine périglaciaire et au loin la Montagne de Bras. [cliché : Jean NICOD, 1988]

56Au sud, la Montagne de Bras, unité des calcaires et dolomies jurassiques, couverte de bois de chênes et de pins sylvestres domine cet ensemble de collines et de vallons. Les dépressions sont cultivées, surtout en vignes, et leur aspect paysager contraste avec celui des "collines" environnantes (Photo 21). Quelques fossés assurent un drainage épisodique vers l'Argens par les petites vallées en gorges comme celle sinueuse suivie par la D 34 au sud du secteur du Pavillon.

Photo 21 - Vue sur la Montagne de Bras : bois du Défens sur un versant de Coste Plane (587 m). [cliché : Jean NICOD, mars 2012]

Photo 21 - Vue sur la Montagne de Bras : bois du Défens sur un versant de Coste Plane (587 m). [cliché : Jean NICOD, mars 2012]

Vue prise de la D 34 près de la cote IGN 305. Dépression dans le Trias supérieur argileux remblayée par du matériel cryoclastique. Bastide au milieu avec les amandiers en fleurs.

II - La vallée aval du Cauron : fonctionnement hydrologique et paysages

57C'est une vallée à large fond alluvial naturellement inondable (Photo 22). En aval de Bras, le talweg de tracé rectiligne et de pente faible est adapté à la structure N-S jusqu'au méandre du pont de l'Avocade qui précède la confluence avec l'Argens (Fig. 21). Dans le fond alluvial, le Cauron avait jadis un lit sinueux : il a été rectifié dans les années 1849-1852 pour réduire les inondations. En période d'eaux moyennes, la rivière est alimentée à la fois par les eaux de son bassin supérieur et par diverses sources locales. Les unes sont situées au contact des unités triasiques, celles de Saint-Aquilé (Photo 23) et des Gours Bénits (Photo 24) près de Bras, ou dans diverses dépressions, comme à la bastide du Muscapeù (ancienne villa romaine ‒ R. AMBARD, 1955) plus en amont ; d'autres, les sources de la Bérarde et Fontcouverte, proviennent de l'aquifère de l'unité karstique de la Montagne de Bras, secteur du plateau du Mas-Boeuf (Fig. 22). À l'étiage, le Cauron, privé des apports du haut bassin, reste alimenté par la source des Gours Bénits. Du fait de sa faible pente, le lit est encombré de roseaux.

Photo 22 - La vallée humide du Cauron au pied du village de Bras, déperché à la base du versant de la colline de Saint-Pierre. [cliché : Jean NICOD, printemps 2000]

Photo 22 - La vallée humide du Cauron au pied du village de Bras, déperché à la base du versant de la colline de Saint-Pierre. [cliché : Jean NICOD, printemps 2000]

Figure 21 - La vallée du Cauron en aval des Gours Bénits.

Figure 21 - La vallée du Cauron en aval des Gours Bénits.

Extrait de la carte géomorphologique de Bras (J. NICOD, 1986).

Photo 23 - Le lavoir de Bras, sur le canal dérivant les eaux de la source de Saint-Aquilé. [cliché : Jean NICOD, printemps 2000]

Photo 23 - Le lavoir de Bras, sur le canal dérivant les eaux de la source de Saint-Aquilé. [cliché : Jean NICOD, printemps 2000]

Photo 24 - Les Gours Bénits, source puissante et mythique. [cliché : Jean NICOD, hiver 1986]

Photo 24 - Les Gours Bénits, source puissante et mythique. [cliché : Jean NICOD, hiver 1986]

La source des Gours Bénits se trouve dans la plaine alluviale, à proximité du versant occidental de la vallée, dans les calcaires du Trias moyen. Il s'agit d'entonnoirs d'effondrement, qui seraient apparus brutalement au Moyen-Âge (?). C'est une exsurgence karstique pérenne importante (Qm ≈ 260 l/s) et fortement minéralisée en carbonates et en sulfates (valeurs moyennes pour neuf mesures effectuées en 1985-86 : SO42- = 134 mg/l, TH = 47,9 ‒ J. NICOD, 1987). D'après R. COVA et G. DUROZOY (1983), ses eaux proviennent du secteur des calcaires triasiques entre Bras et Saint-Maximin et, par lui, du versant oriental de l'Aurélien. La source assure une part importante du débit du Cauron, en particulier en saison estivale quand le haut bassin n'apporte plus rien et, en rive droite, l'alimentation du canal du Moulin de Bras.

Figure 22 - Schéma des lapiés géants de Bras, dans le secteur de Mas-Bœuf, au voisinage de la D 28 près de la cote IGN 351. [schéma in J. NICOD, 1967]

Figure 22 - Schéma des lapiés géants de Bras, dans le secteur de Mas-Bœuf, au voisinage de la D 28 près de la cote IGN 351. [schéma in J. NICOD, 1967]

Mégalapiés dans les calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur, couloirs disposés suivant la fracturation. Des formes analogues existent dans le secteur du Suy, à proximité de la D 35. Ces épikarsts offrent des conditions très favorables à l'infiltration des eaux, dont la plus grande part alimente l'exsurgence puissante de la Ribeirotte (commune du Val, voir Fig. 15).

58Du fait de l'étendue de son bassin d'alimentation, le Cauron peut avoir des crues suffisamment fortes pour entraîner des inondations locales, comme celle du 17 janvier 1978. Après des pluies abondantes, les terrains viticoles en fond de vallée restent parfois engorgés durant plusieurs semaines (Photo 25).

Photo 25 - La vallée du Cauron inondée en amont de Bras. [cliché, J. NICOD, hiver 1987]

Photo 25 - La vallée du Cauron inondée en amont de Bras. [cliché, J. NICOD, hiver 1987]

59En été, les deux canaux dérivés des sources de Saint-Aquilé et des Gours Bénits permettent le maintien des irrigations dans la vallée au voisinage de Bras.

60Ce village est un bon témoin d'aménagements hydrauliques successifs réalisés au cours de deux siècles : barrage de l'Esquino d'Âne sur le Cauron au niveau des Gours Bénits (1842-1878), création du canal des Moulins en rive droite (Photo 23), alimentation des fontaines par une machine élévatoire (1878), puis captage de Saint-Aquilé pour le réseau urbain (A. BOSC, 1845 ; J. NICOD, 1988).

III - Le secteur des barrages travertineux et des cascades de l'Argens

61C'est la partie la plus intéressante de la vallée par ses écosystèmes et ses aspects paysagers. Quatre bouchons de travertins holocènes y déterminaient des cascades (Fig. 23 et 24). Ils ont été modifiés par les activités anthropiques : utilisation de la force motrice pour actionner des moulins, rectification des lits, canaux de drainage et d'irrigation.

Figure 23 - Carte de la vallée de l'Argens, de la Source au confluent du ruisseau de Font-Taillade (J. NICOD, 2010).

Figure 23 - Carte de la vallée de l'Argens, de la Source au confluent du ruisseau de Font-Taillade (J. NICOD, 2010).

Figure 24 - Profil de l'Argens supérieur : divers secteurs dans leur cadre environnemental et avec leurs aménagements.

Figure 24 - Profil de l'Argens supérieur : divers secteurs dans leur cadre environnemental et avec leurs aménagements.

62D'amont en aval, les quatre barrages se succèdent dans cet ordre :

  • Bouchon travertineux du barrage du Tombereau, incisé et aménagé, près du confluent du Cauron (Fig. 25). Ce barrage en maçonnerie a créé une belle cascade (Photo 26) ; il est enrobé de tufs en concrétionnement épisodique. En amont, c'est la prise du canal du Moulin de la Bouisse.

Figure 25 - Le site du Tombereau dans son environnement (J. NICOD, 1986).

Figure 25 - Le site du Tombereau dans son environnement (J. NICOD, 1986).

Photo 26 - La cascade du Tombereau en crue : banc de travertins à côté du pêcheur, ambiance végétale hygrophile. [cliché : Jean NICOD, octobre 1995]

Photo 26 - La cascade du Tombereau en crue : banc de travertins à côté du pêcheur, ambiance végétale hygrophile. [cliché : Jean NICOD, octobre 1995]
  • Bouchon du pont de San-Sumian (Saint-Siméon). Il a déterminé le remblaiement alluvial et palustre des Prés de la Cadette, au fond plat dans un secteur élargi de la vallée. Ce bouchon a été incisé de deux tranchées, dont celle creusée en 1901, profonde d'environ 12 m, pour drainer la zone marécageuse (Archives Départementales du Var, 7S99) (Photo 27).

Photo 27 - La tranchée du pont de San-Sumian dans les travertins, nouveau lit de l'Argens pour assurer le drainage du secteur des Prés de la Cadette vers 1901. [cliché : Jean NICOD, 1988]

Photo 27 - La tranchée du pont de San-Sumian dans les travertins, nouveau lit de l'Argens pour assurer le drainage du secteur des Prés de la Cadette vers 1901. [cliché : Jean NICOD, 1988]
  • Bouchon près de Queirol, incisé de même au niveau de la prise du canal du Pavillon.

  • Séquence de barrages et de chutes près de Montaud, avec le Saut de Bacon. De l'ensemble du secteur, c'est celui qui présente les formes les plus caractéristiques, vasques et cascades en concrétionnement actif.

63Nous analyserons successivement la question de l'origine de ces barrages naturels, les modifications apportées par les aménagements, le concrétionnement actuel sur le site du Saut de Bacon et le problème du déclin général des constructions travertineuses.

64Depuis le Moyen-Âge, profitant des possibilités offertes par les chutes, des moulins ont été établis sur l'Argens, en particulier par les moines de Saint-Estève. Trois moulins à farine sont signalés dans le secteur du Tombereau au XVIIIème siècle. Les opérations de drainage des marais de Seillons nécessitèrent, pour accroître la pente en aval, l'approfondissement du lit dans la masse du bouchon de travertins au voisinage du pont du Pas (de la D 35 actuelle). Mais les intérêts des exploitants des moulins étaient opposés à ceux des agriculteurs, d'où des procès : ce fut le cas en 1863 dans le secteur du Tombereau contre l'exploitant du moulin de la Bouisse qui avait surélevé sa prise (J. NICOD, 1986, 1988). En aval, le drainage des Prés de la Cadette dût être repris en 1901 par création du nouveau lit rectiligne de l'Argens jusqu'à la tranchée de San-Sumian. Mais, dans l'ensemble, les prélèvements pour les irrigations étaient minimes et les modifications du système hydrologique n'eurent que des impacts réduits jusqu'au XXème siècle.

1 ) L'origine des barrages travertineux

65Les barrages se sont construits sur des ruptures de pente, correspondant soit aux cluses creusées par le cours d'eau dans des barres rocheuses ‒ ici de Muschelkalk ‒ soit à une remontée rapide d'érosion (voir infra, Tab. V). Dans les cascades ainsi déterminées, peut s'opérer un concrétionnement actif de tufs, sur les mousses, les débris végétaux, les roches et fragments détritiques, en fonction de quatre paramètres :

  • La forte minéralisation en carbonates des eaux d'origine karstique, saturées et peu turbides. L'enrichissement des eaux en sulfates dans la zone triasique peut accroître la précipitation du calcaire.

  • L'agitation de l'eau, qui favorise le dégazage d'une partie du CO2 équilibrant.

  • Le rôle de la photosynthèse des végétaux, qui y contribue également.

  • L'action des cyanophycées, algues incrustantes sur les mousses, les roseaux, etc.

66De plus, une ambiance forestière, tant sur l'impluvium qui alimente les sources qu'au voisinage des cascades est un facteur favorable. Ainsi se sont constitués, par combinaison de l'action des algues et des mousses, des édifices "algo-bryophytiques" de tufs en dômes. En arrière, en bloquant la vallée, ils ont déterminé des lacs et des marais, sièges d'une sédimentation active : couches carbonatées de tufs à roseaux ou à joncs, lits de tourbes, de sables et d'argiles. Avec le temps, ces formations carbonatées indurées deviennent des travertins. De telles séquences sédimentaires sont observables en amont du secteur du Tombereau dans le lit de l'Argens près du pont de la D 35 jusqu'aux marais de Seillons et, en aval, .dans le secteur des Prés de la Cadette. Comme dans de nombreux sites de Provence, la sédimentation s'est poursuivie tout au long de l'Holocène, particulièrement au cours de l'optimum climatique de l'Atlantique, avec l'extension de la chênaie caducifoliée et elle a décliné lors de l'époque romaine (J. VAUDOUR, 1988, 1994 ; P. FREYTET et É. VERRECHIA, 1989 ; F. MAGNIN et al., 1991 ; V. OLLIVIER et al., 2006).

2 ) Les transformations des sites naturels

67Cette haute vallée de l'Argens constituait un ensemble de lieux humides, marais et prairies inondables en amont des barrages. Aucun village n'y existait et la vallée était partagée entre cinq communautés, devenues les communes de Seillons, Saint-Maximin, Bras, Brue-Auriac et Châteauvert. Cette disposition, qui compliquait la gestion des droits d'usage, a contribué à la persistance de l'environnement forestier. Mais dès le Moyen-Âge, le long du cours d'eau, comme ailleurs en Provence (A. DURAND, 1988), des sites ont été transformés : établissement de moulins, rectification des lits pour assurer le drainage des prés de fond de vallée, prises des canaux d'irrigation. C'est le secteur du Tombereau qui a subi le plus de modifications (voir supra).

3 ) Le secteur du Saut de Bacon témoin de la travertinisation actuelle

68Au voisinage du domaine de Montaud (Figure 26), du pont de la D 34 au confluent du ruisseau de Font-Taillade (Photos 28 et 29), c'est le secteur le plus intéressant par ses tufs en accumulation active, en raison de la forte pente (23 m/km). La rivière coule dans une ripisylve dense, formant d'abord une succession de cascatelles, de vasques et de gours. Ensuite, c'est le magnifique Saut de Bacon (8 m), très caractéristique avec ses "voiles de la mariée", pendentifs de mousses incrustées, et sa vasque profonde où l'eau tourbillonne (Photo 30), puis ce sont deux autres chutes tout autant actives (Fig. 27). On peut observer, suivant les saisons, les phases favorables au concrétionnement dans les cascades et les vasques, leur assèchement partiel ou au contraire l'effet érosif des crues (Photos 29 à 36). Ce secteur n'a pas connu de modifications importantes : seulement deux prises en rive droite pour l'irrigation du domaine de Montaud (commune de Châteauvert) et, en rive gauche, au Saut de Bacon, celle du canal qui alimentait le "moulin à faïence appartenant à Mr de CLAPIER" et irriguait 17 ha (A. BOSC, 1845). Du moulin, il ne reste qu'une ruine, mais l'irrigation a perduré dans ce secteur du vallon de Font-Taillade.

Figure 26 - Formations travertineuses dans leur cadre environnemental de Queirol (cote 244) au Saut de Bacon.

Figure 26 - Formations travertineuses dans leur cadre environnemental de Queirol (cote 244) au Saut de Bacon.

Photo 28 - L'Argens en débit moyen au pont de Montaud, de la D 34, en amont du Saut de Bacon. [cliché : J. NICOD, avril 2005]

Photo 28 - L'Argens en débit moyen au pont de Montaud, de la D 34, en amont du Saut de Bacon. [cliché : J. NICOD, avril 2005]

Photo 29 - Petit barrage en amont du Saut de Bacon après une séquence de pluies. [cliché : J. NICOD, septembre 2009]

Photo 29 - Petit barrage en amont du Saut de Bacon après une séquence de pluies. [cliché : J. NICOD, septembre 2009]

Figure 27 - Schéma du fonctionnement hydrologique et hydrodynamique des cascades de l'Argens dans le secteur de Montaud : le Saut de Bacon (J. NICOD, 1986).

Figure 27 - Schéma du fonctionnement hydrologique et hydrodynamique des cascades de l'Argens dans le secteur de Montaud : le Saut de Bacon (J. NICOD, 1986).

Photo 30 - Gros débit au Saut de Bacon, avec ses pendentifs de mousses, au printemps 2008. [cliché : Jean NICOD]

Photo 30 - Gros débit au Saut de Bacon, avec ses pendentifs de mousses, au printemps 2008. [cliché : Jean NICOD]

Photo 31 - L'Argens en crue au Saut de Bacon le 1er janvier 2006. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 31 - L'Argens en crue au Saut de Bacon le 1er janvier 2006. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 32 - Cascade du Saut de Bacon à l'étiage, en automne 1989. [cliché : Jean NICOD]

Photo 32 - Cascade du Saut de Bacon à l'étiage, en automne 1989. [cliché : Jean NICOD]

Effet cumulé des faibles débits et des pertes en amont, près du pont de la D 34. Noter le dessèchement du tapis de mousses sur les pendentifs.

Photo 33 - Le Saut de Bacon à sec en août 2005. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 33 - Le Saut de Bacon à sec en août 2005. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 34 -Vasques dans le lit en amont du Saut de Bacon, au printemps 1987. [cliché : Jean NICOD]

Photo 34 -Vasques dans le lit en amont du Saut de Bacon, au printemps 1987. [cliché : Jean NICOD]

Photo 35 - Vasques à sec en amont du Saut de Bacon en août 2005. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 35 - Vasques à sec en amont du Saut de Bacon en août 2005. [cliché : P. MILÉSI]

Photo 36 - Crue de l'Argens en aval du pont de Montaud à l'automne 1988. [cliché : Jean NICOD]

Photo 36 - Crue de l'Argens en aval du pont de Montaud à l'automne 1988. [cliché : Jean NICOD]

Eau turbide, submersion des vasques, érosion des berges et déstabilisation de la ripisylve.

4 ) Un cas relictuel de travertinisation active et un site de grand intérêt scientifique

69Les observations et les mesures effectuées dans les années 1986-1990 ont montré de faibles encroûtements épisodiques au barrage du Tombereau, mais plus importants et plus réguliers dans le secteur du Saut de Bacon où les conditions sont plus favorables : cascades multiples et biotope semi-forestier.

70On constate une minéralisation des eaux différente au Saut de Bacon qu'à la Source d'Argens (Fig. 28). Cette évolution est due à l'apport de sulfates par les eaux des sources dans la zone triasique, surtout celles du Cauron (dont les Gours Bénits).

71Les encroûtements ont été mesurés sur neuf tubes de plastique immergés (longueur : 10 cm ; diamètre : 1,5 cm), pendant deux années climatiques (1988-90), dans le secteur de Montaud. Les valeurs maximales ont atteint 1,8 et 2,5 mm/an (C. MARTIN, 1991).

Figure 28 - Minéralisation des eaux le long de l'Argens pour des analyses du 30 mars et 2 avril 1987 *.

Figure 28 - Minéralisation des eaux le long de l'Argens pour des analyses du 30 mars et 2 avril 1987 *.

* : année 1987 et non 1986 comme indiqué dans la publication source.

72La précipitation des carbonates est actuellement absente le long du Cauron. Elle est, en revanche, générale, même si elle est limitée, le long de l'Argens depuis la cascade du Tombereau jusqu'à la source des Eaux Claires. Les particules en suspension provenant de l'érosion des terres cultivées (289 mg/l le 19 novembre 1987 sur le Cauron, pour un débit de 4 m3/s ‒ C. MARTIN, 1988), jouent certainement à cet égard un rôle négatif important, en perturbant le tapis algo-bryophytique. Mais des expériences de conservation des eaux au laboratoire et les dosages de la somme calcium + magnésium par compléxométrie attestent de la présence de produits complexants dans les eaux et donnent à penser que d'autres éléments perturbateurs sont également présents (C. MARTIN, 1988, 1991).

73Lors des débits d'étiage, les espaces propres à la travertinisation se restreignent (Photo 31), jusqu'à parfois disparaître (Photos 33 et 35), par assèchement du tapis algo-bryophytique. Les diverses pollutions, d'origine agricole (engrais et pesticides) ou urbaine (stations d'épuration), jouent également un rôle négatif. Elles expliquent l'absence de dépôts actifs le long de l'Argens à l'aval du confluent du ruisseau de Font-Taillade, et inversement leur maintien sur le ruisseau des Rigouards issu de secteurs boisés. Enfin, il faut noter la disparité saisonnière et interannuelle des conditions. Les eaux claires et abondantes d'hiver, provenant des sources karstiques, offrent des séquences favorables, mais l'activité biologique est alors réduite. En été, les eaux sont peu abondantes et nécessairement très polluées. C'est au printemps, avec les eaux abondantes des sources karstiques, que se situe la période la plus favorable. La travertinisation actuelle est vraiment résiduelle et les recherches effectuées sur quelques sites nous permettent d'évoquer les conditions qui ont pu être plus favorables au cours de l'Histoire et, antérieurement, celles qui ont permis l'édification des barrages de travertins holocènes (Tab. V).

Tableau V - Conditions environnementales des constructions travertineuses.

Tableau V - Conditions environnementales des constructions travertineuses.

Chapitre IV : Le bassin de l'Eau Salée, les sites et les eaux de Varages et de Barjols

74L'Eau Salée porte le nom d'une source dans le Trias à l'ouest de Barjols : en fait, c'est le ruisseau de Varages qui change de nom à partir de cette source et qui est grossi près de Barjols par les apports du ruisseau de Pontevès et de la source des Laus, plus les affluents temporaires du secteur de Tavernes.

I - En amont de Varages, dans la zone triasique et à l'est du bassin de Rians

75C'est un hydrosystème très composite. Le ruisseau de Varages a lui-même une alimentation multiple : l'exsurgence de La Foux, principale source pérenne, et les apports semi-temporaires des ruisseaux du secteur de La Verdière au nord et du Grand Vallat de Saint-Martin des Pallières à l'ouest.

76Le secteur triasique est caractérisé par un grand morcellement géomorphologique, vallons dans les argiles et les marnes, monts des calcaires et dolomies. Les petites sources sont nombreuses ; certaines jaillissent à l'est, au contact des calcaires jurassiques du plateau des Blaques. Les ruisseaux permanents ou temporaires sont multiples et le cours d'eau principal traverse en gorges épigénétiques les petites unités calcaires : exemple du site de La Verdière (Photo 37).

Photo 37 - Le château, l'église encastrée et le village de La Verdière dominant la gorge du ruisseau de la Verdière. [cliché : Jean NICOD, 2004]

Photo 37 - Le château, l'église encastrée et le village de La Verdière dominant la gorge du ruisseau de la Verdière. [cliché : Jean NICOD, 2004]

Vue prise depuis la butte de Notre-Dame de la Salette à 468 m d'altitude. Au fond le plateau boisé de Saint-Roch à 492 m.

77Le château et le village perché de La Verdière ont été alimentés en eau par un petit aqueduc, construit à la fin du XVIIème siècle. La prise, vers 450 m d'altitude (à 300 m en aval du pont de la D 30 actuelle), se trouvait dans le ruisseau du secteur du Clos de la Sorbière, alimenté par les sources au contact des calcaires du Jurassique et des argiles du Trias. L'aqueduc courait à flanc de coteau au milieu des restanques et, en franchissant un vallon par des arches, atteignait le réservoir du château (Fig. 29, Photo 38). Un forage près de la Sorbière et une conduite ont remplacé l'aqueduc historique.

Figure 29 - Tracé de l'aqueduc de La Verdière.

Figure 29 - Tracé de l'aqueduc de La Verdière.

Fond : carte topographique IGN au 1/20000 Tavernes n° 7 (1941).

Photo 38 - La Verdière : traversant un petit vallon dans le Trias argileux, l'ancien aqueduc qui amenait au château et au village l'eau des sources de bordure du plateau calcaire du Bois de Queiraud. [cliché : Jean NICOD, 1989]

Photo 38 - La Verdière : traversant un petit vallon dans le Trias argileux, l'ancien aqueduc qui amenait au château et au village l'eau des sources de bordure du plateau calcaire du Bois de Queiraud. [cliché : Jean NICOD, 1989]

L'arche au-dessus de la D 30 à gauche n'existe plus.

78Le Grand Vallat, autre tronçon amont du ruisseau de Varages et de l'Eau Salée, est issu du val des argiles éocènes du synclinal de Rians, dans le secteur de Saint-Martin-Esparron (Photo 39). Les sources sont au pied de l'escarpement nord du plateau des Selves et dans les vallons affluents. Puis le ruisseau sinue en gorges dans le secteur triasique, avec une source importante, celle de l'ancien fief de Bézaudun.

Photo 39 - Partie est du bassin de Rians, vue d'Artigues en direction d'Esparron (Es), sur l'escarpement de chevauchement au nord de l'unité des Selves. [cliché : Jean NICOD, 1991]

Photo 39 - Partie est du bassin de Rians, vue d'Artigues en direction d'Esparron (Es), sur l'escarpement de chevauchement au nord de l'unité des Selves. [cliché : Jean NICOD, 1991]

II - Le balcon de travertins et les eaux de Varages : un géomorphosite typique

79Nous résumons ici quelques points d'une étude parue sous ce titre (J. NICOD, 2011-b).

80Parmi les bourgades de la Provence Verte, Varages est l'une des plus attachantes par son site et ses paysages, les usages de ses eaux et les multiples aspects patrimoniaux qui en dérivent.

1 ) Une situation de contact géologique et géomorphologique

81Au nord-est, le plateau des Blaques (Fig. 30) est un causse, constitué par les calcaires et les dolomies du Jurassique supérieur. Dominant Varages par un escarpement d'une centaine de mètres (Fig. 31) et à une altitude de 450 m environ dans le secteur des Défens, il s'étend largement au nord-est, vers Bury et le bois de Mala Soque. Sa surface dérive d'un aplanissement réalisé au cours du Miocène, dominé par des reliefs résiduels.

Figure 30 - Carte du secteur de Varages, cadre géologique et géomorphologique.

Figure 30 - Carte du secteur de Varages, cadre géologique et géomorphologique.

Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Tavernes, 1967).

Figure 31 - Transect du plateau du Défens à la chapelle Saint-Pothin.

Figure 31 - Transect du plateau du Défens à la chapelle Saint-Pothin.

82Ce plateau est caractérisé par une altération importante (Photo 40) marquée par des dolines et dépressions karstiques, avec une couverture discontinue de formations résiduelles et de sols rouges (terra rossa). Il a été incisé sur sa bordure occidentale et méridionale par quelques ravins, devenus des vallées sèches tapissées de dépôts cryoclastiques d'origine périglaciaire. Le plateau constitue l'impluvium qui alimente les sources karstiques de bordure, principalement la Foux de Varages. Ensemble pastoral et forestier, à larges étendues de chênes pubescents (les "blaques"), il a connu jadis une activité agricole importante, avec le fief templier de Bury et, au XVIIIème siècle, la mise en culture des Défens avec leur parcellaire géométrique.

Photo 40 - À l'est de La Verdière, tranchée de la ligne haute tension montrant une altération puissante des calcaires du Jurassique supérieur. [cliché : Jean NICOD, 2000]

Photo 40 - À l'est de La Verdière, tranchée de la ligne haute tension montrant une altération puissante des calcaires du Jurassique supérieur. [cliché : Jean NICOD, 2000]

83Au sud, dans la zone triasique, la colline de la chapelle Saint-Pothin (à 383 m d'altitude) correspond à un anticlinal pincé de Muschelkalk. La présence de couches évaporitiques (anhydrite, gypse et localement sel) explique la genèse de certaines dépressions : la plus typique est le Trou de Séville, doline en chaudron de 200 m de diamètre et profonde d'une quinzaine de mètres.

2 ) Le balcon de travertins : leur formation en rapport avec la Foux

84L'ensemble travertineux comble un large vallon, sorte de demi-reculée, évidé dans les argiles du Keuper par les eaux de la Foux en fonction du creusement du ruisseau de Varages (Fig. 30 et 32). Cette exsurgence et sa voisine, Fontvieille, sont situées sur la faille majeure mettant au contact la série jurassique carbonatée et le Keuper imperméable. L'aquifère dans les calcaires et dolomies jurassiques fracturés et karstifiés est en position de karst barré. Ce dispositif détermine deux conséquences importantes :

  • le stockage de l'eau dans cet aquifère (dans les fractures, réseaux et porosité des dolomies) assure à l'exsurgence un débit pérenne au cours de la longue période sèche estivale ;

  • la richesse des eaux en bicarbonates (Fig. 33) résulte de leur présence prolongée dans l'aquifère, spécialement dans les zones dolomitiques.

Figure 32 - Plan du balcon de travertins de Varages.

Figure 32 - Plan du balcon de travertins de Varages.

Formations travertineuses d'après J. CASANOVA (1981).

Figure 33 - Diagramme de la minéralisation des eaux de la Foux de Varages.

Figure 33 - Diagramme de la minéralisation des eaux de la Foux de Varages.

D'après une Analyse de l'Agence Régionale de Santé PACA, document du 8 novembre 2010 communiqué par P. MILÉSI (in J. NICOD, 2011-a).

85Ces conditions d'abondance d'eau en printemps-été et de minéralisation élevée, ont été favorables au dépôt de calcaire, d'où la formation du balcon (Photos 41 et 42, Fig. 34), et ils permettent encore de petits dépôts de tufs dans les cascades (Photo 43).

Photo 41 - Front du balcon de travertins de Varages. [cliché : Jean NICOD, mars 2011]

Photo 41 - Front du balcon de travertins de Varages. [cliché : Jean NICOD, mars 2011]

En surplomb, mur en situation limite.

Photo 42 - Le balcon de travertins de Varages : panorama depuis le chemin de Saint-Pothin. [clichés : Jean NICOD, 2011]

Photo 42 - Le balcon de travertins de Varages : panorama depuis le chemin de Saint-Pothin. [clichés : Jean NICOD, 2011]

 : Notre-Dame des Victoires, sur le rebord du plateau des Blaques, à 441 m d'altitude.

Figure 34 - Schéma explicatif du site de Varages.

Figure 34 - Schéma explicatif du site de Varages.

C : cascades à tufs en accumulation active. C1 : surverse des fontaines et du canal d'irrigation. C2 : canal d'irrigation. R : Grotte-refuge, fort. P : Pigeonnier troglodyte. X : Encorbellement scié en 1974 pour des raisons de sécurité.

Photo 43 - Varages : dépôts de tufs dans une cascade de la descente des Moulins. [cliché : Jean NICOD, avril 2011]

Photo 43 - Varages : dépôts de tufs dans une cascade de la descente des Moulins. [cliché : Jean NICOD, avril 2011]

86Le balcon travertineux typique de Varages, avec ses faciès étudiés par J. CASANOVA (1981), s'explique par un barrage naturel, de type bioherme (par analogie avec les édifices coralliens), construit sur une rupture de pente en aval, avec un remblaiement carbonaté amont (Fig. 35). Le front de l'accumulation formant falaise était initialement constitué de tufs à mousses incrustées (= faciès algo-bryophytique), en accroissement, constituant des édifices stromatolitiques avec des voiles ou pendentifs, comme ceux que l'on peut observer en progradation actuelle dans la cascade du Saut de Bacon. En arrière, le faciès palustre à structures cylindriques, correspond à l'encroûtement des roseaux et joncs d'anciens marais. Mais la formation la plus étendue est constituée de lits sableux ou crayeux et de passées détritiques, provenant de dépôts de pente plus ou moins incrustés. Ces formations, "tuffeuses" à l'origine, mais affectées au cours des millénaires par les processus de dissolution et de re-précipitation du calcaire, sont devenues, par induration, des travertins (Photo 44). Leur âge est attribué à l'Holocène, période de réchauffement climatique postglaciaire (cf. chapitre III).

Figure 35 - Aspect probable du balcon de travertins de Varages en construction active dans son cadre environnemental (J. NICOD, 2011-a).

Figure 35 - Aspect probable du balcon de travertins de Varages en construction active dans son cadre environnemental (J. NICOD, 2011-a).

Photo 44 - Varages : tunnel dans les travertins, très indurés, à la sortie du canal des Arrosants, près de l'aire de la Moutte et de la bifurcation D 554/D 35. [cliché : Jean NICOD, avril 2011]

Photo 44 - Varages : tunnel dans les travertins, très indurés, à la sortie du canal des Arrosants, près de l'aire de la Moutte et de la bifurcation D 554/D 35. [cliché : Jean NICOD, avril 2011]

87Le front, qui comportait des surplombs, a été modifié par les mouvements de masse, donnant des blocs éboulés sur les pentes. En 1974, la municipalité a fait scier un des derniers surplombs dont l'écroulement aurait pu bloquer la D 35 (la trace du sciage est toujours bien visible sur la paroi).

3 ) Grottes, abris troglodytiques et forteresse souterraine de l'Aire de la Moutte

88Le balcon de Varages constituait un site favorable à l'occupation humaine, tant par sa position dominante et les eaux de la Foux que par ses travertins, faciles à extraire, et les potentialités agricoles sur le plan et le versant en adret en dessous de la falaise. De plus, il existait, sur son front et dans sa masse, de nombreuses cavités qui ont servi d'abris à diverses époques. Toutefois, bien que le secteur ait été fréquenté dès le Néolithique (cf. l'ossuaire de la grotte de l'Aire de la Moutte), l'occupation du site dans le quartier du Baou n'est attestée que vers 1030, par une dotation à l'abbaye de Montmajour. Ce quartier aux ruelles tortueuses, jadis fortifié (le castrum), exploitait les facilités de défense, côté falaise, et les abris possibles, caves et grottes.

89L'originalité de Varages tient de l'existence de deux souterrains refuges. L'un se trouve sous une ancienne fabrique dans le village même : un porche dans le haut de la falaise ménagé en balcon. L'autre, la grotte des Ferrages, est situé sous l'Aire de la Moutte, à l'ouest du village. Il s'agit d'un réseau naturel complexe, ensemble de galeries et puits, aménagé en forteresse à l'époque des guerres de religion (C. UNGAR et D. ALLEMAND, 1991, repris in J. NICOD, 2005), avec deux entrées dans le front de la masse de travertins (Photo 45).

Photo 45 - Varages : baume murée, partie de la grotte refuge des Ferrages. [cliché : Jean NICOD, mars 2005]

Photo 45 - Varages : baume murée, partie de la grotte refuge des Ferrages. [cliché : Jean NICOD, mars 2005]

Vue prise depuis l'ancienne voie des Chemins de Fer de Provence.

4 ) Un aménagement hydraulique remarquable dès le XVIIIème siècle

90Dès l'origine du village fortifié sur le Baou au XIème siècle, les eaux des sources ont été dérivées et utilisées tant pour les fontaines et les premières irrigations que pour la meunerie : des substructions d'un moulin existent sous l'église Notre-Dame de Nazareth. L'accroissement du village débordant le castrum au XIVème siècle, l'essor des fabriques et de la faïencerie apparue à la fin du XVIIème siècle exigèrent une réorganisation du système hydraulique, entreprise en 1745 et complétée sous l'impulsion du Général Comte de GASSENDI. Ce système, à peine modifié, est toujours fonctionnel. Il comporte deux canaux principaux qui ont structuré l'extension du bourg sur le plan où se trouve la source (Fig. 36) :

  • Le canal des Arrosants (ou de Fontvieille) dérive les eaux de cette source, mais il peut être réalimenté par la Foux grâce à une martelière. Après un passage souterrain, puis un parcours à l'air libre au sud du stade, un second souterrain amène les eaux se déverser dans une cascade à tufs sous la D 35 (voir Photo 43).

  • Le canal des Fontaines (devenant vers l'aval des Moulins) dérive les eaux de la Foux. Après un parcours à l'air libre jusqu'au parc de l'Enclos puis au lavoir des écoles, il passe en souterrain près de l'église et se divise ensuite, avec un partiteur souterrain (Photo 46), entre l'alimentation des moulins et des jardins, dont ceux des Gargues (Photo 47). Les nombreuses fontaines étaient alimentées par gravité à partir de la "nappe", bassin à l'air libre à l'entrée de l'Enclos. De plus, dans l'Enclos, un temps propriété du Général de GASSENDI, deux béliers hydrauliques, probablement installés par lui, alimentaient le "château" et quelques maisons. En 1936, la création d'une station de pompage (Photo 48) et d'un réseau de distribution d'eau sous pression a mis fin à ces installations.

Figure 36 - Varages : l'extension urbaine et industrielle vers 1935 et le système hydraulique.

Figure 36 - Varages : l'extension urbaine et industrielle vers 1935 et le système hydraulique.

Fv : Fontvieille. P : station de pompage et partiteur entre les deux canaux. A : canal des Arrosants. F : canal des Fontaines. N : la "nappe", bassin d'alimentation des fontaines. M : aire de la Moutte. Fond de carte : carte topographique IGN au 1/20000 Tavernes n° 7 (1941, levés de 1935).

Photo 46 - Varages : le partiteur dans la descente du canal des Moulins. [cliché : Jean NICOD, mars 2011]

Photo 46 - Varages : le partiteur dans la descente du canal des Moulins. [cliché : Jean NICOD, mars 2011]

Photo 47 - Varages : restanques irriguées par les eaux du canal des Fontaines dans le quartier des Gargues (= gargouilles), vues du belvédère du Baou. [cliché : Jean NICOD, automne 2006]

Photo 47 - Varages : restanques irriguées par les eaux du canal des Fontaines dans le quartier des Gargues (= gargouilles), vues du belvédère du Baou. [cliché : Jean NICOD, automne 2006]

Photo 48 - Varages : début du canal des Fontaines près de la station de pompage de la Foux. [cliché : Jean NICOD, 2006]

Photo 48 - Varages : début du canal des Fontaines près de la station de pompage de la Foux. [cliché : Jean NICOD, 2006]

91En dessous de la falaise, bénéficiant du potentiel de chute, il y eut jusqu'à onze moulins à grains et à huile en série (Fig. 37) !

Figure 37 - Varages : panorama du Baou et des moulins, vus depuis la voie des Chemins de Fer de Provence, schéma d'après une carte postale du début du XXème siècle.

Figure 37 - Varages : panorama du Baou et des moulins, vus depuis la voie des Chemins de Fer de Provence, schéma d'après une carte postale du début du XXème siècle.

MH : le grand moulin à huile. P : le pigeonnier troglodyte. Le Moulin bas, après avoir été transformé en scierie, était alors une tuilerie.

92Comme partout dans la Provence intérieure, il y avait des conflits d'usage entre les besoins agricoles et industriels. Aussi, consécutif à l'aménagement hydraulique de 1745, le règlement de 1749 limitait les arrosages à partir des eaux qui sortent des usines à deux jours par semaine (A. BOSC, 1845).

III - De Varages à Barjols, le bassin hydrologique supérieur de l'Eau Salée

93La vallée du ruisseau de Varages combine des secteurs à large talweg alluvial dans les argiles du Keuper, secteurs irrigués, et des gorges dans les calcaires (Photo 49). À l'aval de la Source Salée, le cours d'eau a scié une gorge profonde dans le Muschelkalk de la butte de Saint-Hermentaire, au sud-est de Barjols. C'est le site du pont de la D 560 (Photo 50) et d'une belle coupe dans un bouchon de travertins anciens. Les eaux de deux bassins miocènes (celui de Tavernes, avec ses ruisseaux temporaires, et celui de Pontevès) et des vallons des reliefs calcaires encadrants contribuent à l'alimentation de l'hydrosystème de l'Eau Salée. Mais les écoulements pérennes débutent respectivement à la source des Laus au nord de Barjols (Photo 51) et à celle du Pavillon sous Pontevès (Photos 52).

Photo 49 - Le méandre encaissé du ruisseau de Varages sous Chargaire. [cliché : Jean NICOD, automne 2006]

Photo 49 - Le méandre encaissé du ruisseau de Varages sous Chargaire. [cliché : Jean NICOD, automne 2006]

Photo 50 - L'Eau Salée sous le pont de la D 560. [cliché : Jean NICOD, septembre 2009]

Photo 50 - L'Eau Salée sous le pont de la D 560. [cliché : Jean NICOD, septembre 2009]

Le tablier est à 240 m d'altitude, la rivière vers 222 m.

Photo 51 - Vallée humide à la source des Laus, en amont de Barjols. [cliché : Jean NICOD, automne 1987]

Photo 51 - Vallée humide à la source des Laus, en amont de Barjols. [cliché : Jean NICOD, automne 1987]

Photo 52 - Le château (à 406 m d'altitude) et l'église de Pontevès dominant le Plan (vers 335 m). [cliché : Jean NICOD, été 1990]

Photo 52 - Le château (à 406 m d'altitude) et l'église de Pontevès dominant le Plan (vers 335 m). [cliché : Jean NICOD, été 1990]

Pv : Le Pavillon, au pied des hauteurs boisées de Vaunières.

Photo 53 - Le Pavillon dans la zone humide et irriguée du Plan proche de la source, au contact des argiles éocènes et des calcaires jurassiques. [cliché : Jean NICOD, été 1990]

Photo 53 - Le Pavillon dans la zone humide et irriguée du Plan proche de la source, au contact des argiles éocènes et des calcaires jurassiques. [cliché : Jean NICOD, été 1990]

La source du Pavilon est la principale exsurgence karstique du bassin de Pontevès, sur sa bordure nord, avec un débit moyen de 88 l/s. Ses eaux sont bicarbonatées calciques et magnésiennes avec un titre hydrotimétrique élevé en moyennes et basses eaux, comme celles de la Foux de Varages (TH de 26 à 33,4 degrés, pour des mesures de 1971 à 1975 ‒ G. FABRE et al., 1976).

IV - À Barjols, un site et un hydrosystème complexe avec un passé industriel

1 ) Un site composite

94La ville de Barjols (Photo 54) se trouve dans une sorte de reculée à la charnière des unités calcaires du Jurassique supérieur (Le Castellas au sud-est, dominant à 388 m d'altitude) et de ceux de la série triasique (Saint-Hermentaire, 316 m) (Fig. 38). La ville est construite sur des terrasses de travertins.

Photo 54 - Panorama de Barjols : la vieille ville et le quartier des Tanneries à droite. [cliché : Jean NICOD, 1961]

Photo 54 - Panorama de Barjols : la vieille ville et le quartier des Tanneries à droite. [cliché : Jean NICOD, 1961]

Fv : cascade du Fauvery. Ta : niveau de tufs anciens. TN : niveau de tufs holocènes à l'extrémité du cours sur le ruisseau des Laus.

Figure 38 - Bloc-diagramme du site et du cadre hydro-géomorphologique de Barjols.

Figure 38 - Bloc-diagramme du site et du cadre hydro-géomorphologique de Barjols.

Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (cartes du BRGM au 1/50000 Tavernes, 1967, et Brignoles, 1979). Les fontaines des photos 58 et 59 sont figurées en vert (R : Raynoard).

95Au niveau inférieur, c'est la vieille ville qui se prolonge par un Cours recouvrant le ruisseau des Laus (Fig. 38). Les tanneries (Photos 55 et 56) et les moulins étaient alimentés par des canaux dérivés de ce ruisseau et de celui de Pontevès.

Photo 55 - Barjols : le bourg et une ancienne tannerie perchée au-dessus du ravin du Fauvery. [cliché : Jean NICOD, automne 1987]

Photo 55 - Barjols : le bourg et une ancienne tannerie perchée au-dessus du ravin du Fauvery. [cliché : Jean NICOD, automne 1987]

Photo 56 - Le quartier des anciennes tanneries de Barjols et le vallon des Carmes (ruisseau de Pontevès, en amont de la chute du Fauvery) entaillé dans les calcaires jurassiques du plateau boisé du Castellas (à droite). [cliché : Jean NICOD, octobre 2012]

Photo 56 - Le quartier des anciennes tanneries de Barjols et le vallon des Carmes (ruisseau de Pontevès, en amont de la chute du Fauvery) entaillé dans les calcaires jurassiques du plateau boisé du Castellas (à droite). [cliché : Jean NICOD, octobre 2012]

96L'extension urbaine sur le niveau supérieur (vers 306 m) s'est effectuée au XIXème siècle à partir de la gare des Chemins de Fer de Provence, aux dépens des terrains cultivés et en utilisant la trame des anciens chemins ruraux et de la voie ferrée aujourd'hui abandonnée.

97Les constructions dans la vieille ville ont largement utilisé le tuf et les excavations sont nombreuses : tannerie troglodyte dans la Montée des Moulins et, plus haut, une maison à balcon encastré dans le rebord du niveau supérieur. Dans le vallon des Carmes, en amont de la chute du ruisseau de Pontevès (le Fauvery), la chapelle de Notre-Dame du Bon Refuge est un ensemble de grottes et d'excavations aménagé au milieu du XVIIème siècle dans un bouchon de travertins (Fig. 39, Photo 57).

Figure 39 - Plan de Notre-Dame du Bon Refuge, chapelle des Carmes (plan reproduit d'après C. UNGAR et D. ALLEMAND, 2004).

Figure 39 - Plan de Notre-Dame du Bon Refuge, chapelle des Carmes (plan reproduit d'après C. UNGAR et D. ALLEMAND, 2004).

Photo 57 - Barjols : le Vallon des Carmes. [cliché : Jean NICOD, octobre 2001]

Photo 57 - Barjols : le Vallon des Carmes. [cliché : Jean NICOD, octobre 2001]

À gauche, début de la chute du ruisseau de Pontevès, le Fauvery. À droite, sous l'ancienne usine, dans les travertins, la chapelle troglodyte des Carmes, Notre-Dame du Bon Refuge.

98À Barjols, le "Tivoli de la Provence", de nombreuses fontaines ont été aménagées au cours des siècles sur les dérivations des eaux de la source des Laus. Deux d'entre elles sont pittoresques par les constructions actives de tufs à mousses (Photos 58 et 59).

Photo 58 - Barjols : la fontaine du Champignon, sur la place de l'Hôtel de Ville, maintenant place du Capitaine Vincens. [cliché : Jean NICOD, 1961]

Photo 58 - Barjols : la fontaine du Champignon, sur la place de l'Hôtel de Ville, maintenant place du Capitaine Vincens. [cliché : Jean NICOD, 1961]

Photo 59 - Barjols : la fontaine Raynoard, sur le Cours. [cliché : Jean NICOD, 1991]

Photo 59 - Barjols : la fontaine Raynoard, sur le Cours. [cliché : Jean NICOD, 1991]

99La fontaine du Champignon est la plus ancienne et la plus célèbre, tant par le volume de sa construction, un tronc de cône vert sous la vasque supérieure, que par son emplacement sur une place en pente, ombragée par de vieux platanes (dont les racines pompent l'eau des infiltrations urbaines…). C'est un site patrimonial au cœur historique de Barjols. Ces constructions de tufs mousses sont périodiquement retaillées.

2 ) Un hydrosystème complexe et aménagé

100En dessous de Barjols, l'Eau Salée reçoit l'apport des eaux des ruisseaux qui confluent dans cette ville et qui sont à l'origine de son passé industriel (spécialement des anciennes tanneries). Du nord, proviennent les eaux de la source karstique des Laus, du ruisseau des Écrevisses et des écoulements du bassin de Tavernes. Ce ruisseau passe en souterrain sous le Cours. De l'est, c'est l'apport du ruisseau de Pontevès avec l'importante source du Pavillon. Dans la gorge sur le versant du Castellas (Photo 56), en dessous du pont des Carmes, ses eaux se précipitent en cascades, c'est le Fauvery ("il faut le voir !"). La plus imposante se situe sous le pont de la D 554, à l'extrémité du balcon de travertins de la vieille ville (Photos 57).

3 ) L'Eau Salée en aval du confluent des eaux de Barjols

101En dessous de Barjols, l'Eau Salée devient une belle rivière, grossie par les eaux issues des cascades et des aménagements hydrauliques. Sa vallée, subméridienne, est encaissée dans les plateaux triasiques (Photo 60), semi-forestiers avec des îlots et vallons cultivés. Elle présente quelques méandres (Les Bas Piouroux) et des élargissements avec des lambeaux de terrasses (Le Pigeonnier). La rivière reçoit l'apport des ruisseaux de la zone triasique, principalement ceux en rive gauche, provenant des sources du secteur calcaire sud-ouest à sud-est du Petit Bessillon. Le plus important est celui du vallon de Véoune.

Photo 60 - Du Fauvery vers l'Eau Salée, en aval de Barjols. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Photo 60 - Du Fauvery vers l'Eau Salée, en aval de Barjols. [cliché : Jean NICOD, 1993]

Vue regardant vers le sud depuis le pont de la D 554. Au premier plan, l'ancienne usine Plauchud. Au loin le confluent à 216 m d'altitude et le plateau triasique boisé des Piouroux (318 m).

102Dans le vallon de Véoune, le ruisseau des Mennes est à travertinisation active. Ce ruisseau (voir Fig. 15 et 18) résulte de la réunion de deux cours d'eau du secteur sud du Petit Bessillon : l'Aubergue et les Mennes supérieur. Ils sont alimentés par des sources, dont l'exsurgence karstique de Ponton, située à 416 m d'altitude en tête du vallon de l'Aubergue, au contact tectonisé des calcaires et dolomies du Lias et des marnes du Keuper. Ces sources des hauts vallons de l'Aubergue et des Mennes se trouvent dans un secteur forestier au sud-est du Petit Bessillon, avec des bois de chênes pubescents. Ces conditions expliquent l'abondance des eaux claires à minéralisation hydrocarbonatée élevée, donc la formation actuelle de dépôts de tufs dans le lit du cours d'eau en aval du confluent des deux ruisseaux, au Viérard (pont à 248 m d'altitude). Dans ce lit à forte pente (≈ 3 %), jusqu'au confluent avec l'Eau Salée (à 200 m d'altitude), le système de barrages et de cascatelles ressemble à celui de l'Argens dans le secteur de Montaud.

103Les mesures effectuées du 8 octobre 1988 au 12 septembre 1989, lors d'un cycle hydrologique favorable, sur deux barrages de tufs avec la méthode des plaquettes immergées (J. MAZET, 1988 ‒ plaquettes de 7,2 cm de diamètre taillées dans des carottes de calcaire) ont montré des dépôts de 6,2 g à la station de mesure amont et de 15,3 g en aval (d'après J. MAZET, in C. MARTIN, 1991). Du 12 septembre 1989 au 8 octobre 1990, les dépôts sur des tubes immergés ont atteint 0,5 et 1,1 mm en amont et 0,5 et 0,7 mm en aval (C. MARTIN, 1991). En revanche, on note l'absence d'encroûtements actuels le long de l'Eau Salée, ce que C. MARTIN (1988) a interprété comme la conséquence de la pollution des eaux du Fauvery.

Chapitre V : Le canyon du Vallon Sourn

104Bien que situé en aval du pont de Châteauvert, point limite hydrologique du bassin supérieur de l'Argens, il nous a paru utile d'ajouter quelques indications sur le Vallon Sourn, un secteur-clé pour l'analyse de l'évolution géomorphologique des vallées en amont et un site majeur par son intérêt environnemental, paysager et touristique.

I - Le Vallon Sourn dans son cadre géomorphologique et paysager

105Le canyon du Vallon Sourn ("vallon sombre"), d'une longueur de près de 3,5 km, est encaissé de plus de 200 m dans les plateaux (Fig. 40 et 41).

Figure 40 - Carte structurale et géomorphologique du secteur du Vallon Sourn.

Figure 40 - Carte structurale et géomorphologique du secteur du Vallon Sourn.

GF : grotte de Flanc au-dessus de la grotte des Fées. Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Brignoles, 1979). Le tireté entre les points A (334 m) et B (322 m) donne le tracé du profil de la figure 42. Lire Ruisseau de Vallongue, mais Rocher de(s) Bagarèdes.

Figure 41 - Transect allant des Plaines de la Sancho jusqu'au rebord sud du plateau en passant par le méandre des Bagarèdes.

Figure 41 - Transect allant des Plaines de la Sancho jusqu'au rebord sud du plateau en passant par le méandre des Bagarèdes.

JD : calcaires et dolomies du Jurassique supérieur. J2bC : calcaires lités du Bathonien. Formations végétales d'après la carte de la végétation de la France au 1/200000 n° 74 (R. MOLINIER et al., 1976).

1 ) Les plateaux : surfaces karstiques et environnement forestier

106Ces plateaux sont constitués par la série carbonatée, principalement les calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur, qui forment les corniches et versants du canyon. C'est une structure tabulaire, avec de nombreuses failles et fractures d'orientation NE-SO à N-S. La série est relevée au sud-ouest, formant l'escarpement monoclinal au dessus de Vallongue. Le plateau dérive de la surface d'aplanissement miocène, surélevée, déformée et karstifiée. On notera la concordance d'altitude entre la partie sud du plateau et les sommets des collines du secteur triasique de Vallongue. C'est dans cette surface que l'Argens et ses affluents ont inscrit leurs cours dès le Miocène supérieur. L'incision du canyon résulte de l'effet combiné de l'exhaussement régional et de l'abaissement du niveau de base avec la régression messinienne. Les vallons des Bréguières représentent l'héritage d'un système hydrologique déconnecté et remblayé de cailloutis d'origine périglaciaire. Des lapiés couverts avec nombreuses poches d'argile rouge (terra rossa) constituent un terrain favorable à l'extension de la forêt de chênes-verts (Fig. 41). Mais au nord, depuis l'incendie de 1936, la couverture forestière est discontinue, avec de vastes espaces de garrigues et quelques pinèdes.

2 ) Le canyon de l'Argens

107Dans sa partie amont, après l'étroiture de Châteauvert correspondant à un secteur très tectonisé, le canyon se présente comme une vallée à fond plat alluvial (Photo 61) dominé par les corniches déterminées par les bancs les plus résistants des calcaires dolomitiques. En dessous, du coté nord, le plus élevé (éperon à 325 m d'altitude), les versants sont réglés et couverts d'éboulis d'origine périglaciaire : des grèzes litées y ont été exploitées à l'ouest de la ferme des Bagarèdes. Puis le canyon se resserre avec le méandre du Rocher des Bagarèdes, orienté par un système de fractures NNE-SSO (Photo 62). Le fond plat est encadré par des falaises, en partie disloquées, percées de grottes, sites d'escalade côté nord (Photo 63). En aval, le canyon s'élargit, dominé au nord par des falaises discontinues, avec l'échancrure du débouché (suspendu) du Vallon Sancho et se termine au confluent du Vallon Obscur.

Photo 61 - Amont du Vallon Sourn, en mars 1986. [cliché : Jean NICOD]

Photo 61 - Amont du Vallon Sourn, en mars 1986. [cliché : Jean NICOD]

F : falaises des calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur à l'entrée du méandre des Bagarèdes. Fond alluvial, prairie, ripisylve dense à droite. Aspect encore hivernal.

Photo 62 - Rocher des Bagarèdes, vu de l'aval. [cliché : Jean NICOD, été 2003]

Photo 62 - Rocher des Bagarèdes, vu de l'aval. [cliché : Jean NICOD, été 2003]

Calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur disloqués. Conduits phréatiques recoupés dans la paroi sous le dièdre (cerclés de rouge).

Photo 63 - En aval du Vallon Sourn, site d'escalade près du débouché du Vallon Sancho. [cliché : Jean NICOD, automne 2003]

Photo 63 - En aval du Vallon Sourn, site d'escalade près du débouché du Vallon Sancho. [cliché : Jean NICOD, automne 2003]

Calcaires très fracturés, baume à mi-hauteur.

3 ) Un ruban de verdure

108Dans le fond alluvial de la vallée, à l'abri des falaises, c'est le secteur des Bagarèdes, selon un terme local désignant un bord de rivière ombreux. La ripisylve à peupliers, frênes et saules est localement très dense. L'humidité y est entretenue, sur les berges par le cours d'eau et plus largement par la nappe phréatique, grâce à la faible pente (inférieure à 3 %). De plus, cette pente est réduite par le barrage dit de l'Écluse qui permet, par deux canaux, l'irrigation de la plaine alluviale d'aval et l'alimentation de Correns (Fig. 40, Photo 64).

Photo 64 - L'Argens en crue au barrage de l'Écluse à l'aval du Vallon Sourn. [cliché : Jean NICOD, mai 1993]

Photo 64 - L'Argens en crue au barrage de l'Écluse à l'aval du Vallon Sourn. [cliché : Jean NICOD, mai 1993]

4 ) Les vallons affluents d'amont et d'aval

109À l'amont du canyon, près de Châteauvert, confluent deux petits cours d'eau, provenant principalement de la zone des collines triasiques. Celui temporaire de Jaumaresse coule sur un plancher alluvial à tufs. Dans une vallée étroite dominée au nord-est par l'escarpement des calcaires jurassiques, le ruisseau de Vallongue est alimenté par quelques sources, dont l'étang de Miraval, doline d'effondrement dans le Trias argilo-gypseux.

110À l'aval, l'Argens reçoit les écoulements temporaires du Vallon Obscur (Photo 65). Le ruisseau des Baumes conflue plus loin, à la sortie d'un petit canyon connu par ses multiples grottes (Photo 66) et habitats semi-troglodytiques.

Photo 65 - Réservoir et petite parcelle cultivée au débouché du Vallon Obscur. [cliché : Jean NICOD, 1997]

Photo 65 - Réservoir et petite parcelle cultivée au débouché du Vallon Obscur. [cliché : Jean NICOD, 1997]

Photo 66 - Vallon des Baumes, niveau de réseaux phréatiques recoupés en paroi (trois cercles rouges). [cliché : Jean NICOD, été 2003]

Photo 66 - Vallon des Baumes, niveau de réseaux phréatiques recoupés en paroi (trois cercles rouges). [cliché : Jean NICOD, été 2003]

Beau bois de chênes pubescents au pied de la falaise.

111À noter aussi la grotte du Père Louis, à Châteauvert, et l'utilisation comme refuges des baumes en rive gauche du Vallon Sourn à l'époque des Guerres de Religion, décorées de graffitis (L. HENSELING, 1938).

II - Le système karstique, témoin de l'évolution géomorphologique régionale

1 ) Multiplicité des grottes perchées

112Les porches de nombreux conduits et grottes perchées sont béants sur les parois du canyon, particulièrement visibles au nord, sur les sites d'escalade (Photos 62 et 63). Côté sud, le puits d'entrée de la grotte de Flanc (ou aven-grotte de Mérindol) est situé sur le versant à 212 m d'altitude, environ 42 m au-dessus de la grotte des Fées (Fig. 41). Le réseau de la grotte de Flanc, dans les calcaires dolomitiques, se compose d'un puits de 14 m de profondeur et de deux galeries, orientées vers l'ouest, l'une horizontale, l'autre inclinée jusqu'à -36 m (?) (la topographie a été levée par P. COURBON et J.P. LUCET ‒ Fichier des cavités du Var, Fiche n°3039002, 2002). Il a dû servir de drain au plateau karstique de Mérindol (Fig. 40).

2 ) Signification de certains réseaux en rapport avec les travertins de Correns ?

113La position des débouchés des réseaux perchés est probablement en rapport avec les stades de creusement du canyon. Or il existe en aval deux niveaux de travertins qui les marquent aussi :

  • Au débouché du canyon, dans le quartier de l'Écluse, en rive gauche au nord de l'Argens, à une altitude voisine de 170 m.

  • Au sud, le plateau de Saint-Pierre, à plus de 200 m d'altitude. Vraisemblablement plus ancien, ce niveau est karstifié, avec la grotte de Sous Ville.

114Il serait intéressant d'avoir des datations de ces niveaux de travertins, respectivement à environ +10 m et +40 m au-dessus du lit actuel et de pouvoir les corréler avec la position des grottes. Grâce à la datation des remplissages karstiques et concrétions, on pourrait déterminer les stades d'incision du canyon au cours du Quaternaire. Ce haut lieu géomorphologique offre encore la possibilité de tout un programme de recherches !

3 ) La grotte des Fées dans le cadre du fonctionnement hydrologique actuel

115Dans le méandre des Bagarèdes, en rive droite en bas de la falaise calcaire, la grotte des Fées est une magnifique cavité au bord de l'Argens (Photos 67 et 68). Les traces de boue et les mousses sur les parois de l'entrée inférieure noyée marquent des variations de niveau du cours d'eau (Photo 68). Bien que l'on n'ait que des indications indirectes, il semble qu'elle fonctionne en exsurgence temporaire. En effet, à 15 m en aval, il existe une petite source pérenne, même lors des grandes sécheresses, qui avait fait l'objet d'un captage (un petit aménagement bâti et cimenté de 40  40 cm au pied de la falaise ‒ renseignement communiqué par P. MILÉSI, Maison Régionale de l'Eau, Barjols).

Photo 67 - Grotte des Fées, les deux entrées dans la falaise calcaire. [cliché : Jean NICOD, été 2003]

Photo 67 - Grotte des Fées, les deux entrées dans la falaise calcaire. [cliché : Jean NICOD, été 2003]

Photo 68 - Grotte des Fées, entrée inférieure au niveau de l'Argens. [cliché : Jean NICOD, octobre 2008]

Photo 68 - Grotte des Fées, entrée inférieure au niveau de l'Argens. [cliché : Jean NICOD, octobre 2008]

Noter les taches brunes, sur la paroi à gauche, indiquant les niveaux de crue. Prolifération des mousses à la base, marquant le niveau de l'étiage estival.

Conclusion

116Cette étude, qui résume des travaux déjà anciens mais en partie inédits, a permis de présenter la variété des paysages et l'importance des problèmes environnementaux dans le haut bassin de l'Argens. Nous avons pu montrer l'étendue des plateaux calcaires avec leur couverture forestière, qui commandent l'alimentation des sources karstiques. On a souligné l'importance des rubans de verdure des talwegs, avec leurs denses ripisylves, la richesse de leurs écosystèmes, les quelques cascades des barrages de travertins encore actives, les drainages, les irrigations et les vieux moulins. Divers aménagements hydrauliques, canaux et fontaines, réalisés au cours des siècles, marquent l'attrait patrimonial des villages perchés et surtout de Varages et Barjols. De nombreux problèmes résultent de la complexité du système hydrologique dont l'alimentation combine différents apports : pérennes par les grosses exsurgences, saisonniers et irréguliers par les précipitations et le ruissellement dans les secteurs argileux, épisodiques dans les vallons "secs". De plus, des cours d'eau, aux débits déjà réduits par les prélèvements lors du long étiage estival, sont localement mis à sec par des pertes dans leur lit. Il serait utile de pouvoir mieux appréhender l'impact de la multiplicité des captages dans l'aggravation des pénuries. Dans ces vallées épargnées par l'urbanisation de la fin du siècle dernier et maintenant relativement protégées, il convient de veiller, dans la perspective du réchauffement climatique, à la sauvegarde des cours d'eau et de leurs sites ombragés, les atouts de la Provence Verte.

NICOD J. (1967) - Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire. Thèse de Doctorat d'État, Université Aix-Marseille, Imprimerie Louis-Jean, Gap, 557 p.

Haut de page

Bibliographie

ACOVITSIÓTI-HAMEAU A. (2005) - Côté colline. Pratiques et construction de l'espace sylvo-pastoral en Centre-Var. Presses Universitaires de Provence, 334 p.

AMBARD R. (1955) - La villa romaine du Muscapeù (Tourves, Var). Provence Historique, vol. V, n° 20, p. 103-110.

ARNAUD C. (2012) - Histoire d'eau en Provence verte. Cahiers de l'Association d'Histoire Populaire Tourvaine, p. 5-59.

BAKALOWICZ M. (1988) - La formation des travertins, aspects géochimiques, essai de synthèse et discussion. In : Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France, J. VAUDOUR édit., Édit. URA 903 CNRS et ATP PIREN, Travaux de l'URA 903, n° XVII, Aix-en-Provence, p. 261-268.

BLANC J.J. et MONTEAU R. (2011) - Recherches sur les anciens réseaux karstiques en Provence méridionale. Bulletin du Musée d' Anthropologie Préhistoire de Monaco, n°51 p. 3-18.

BOSC A. (1845) - Rapport à Mr Tesseire sur les cours d'eau du département du Var et sur les moyens d'augmenter les irrigations. Édit. H. Bernard, Draguignan 145 p.

CASANOVA J. (1981) - Étude d'un milieu stromatolitique continental : les travertins plio-pleistocènes du Var. Thèse de 3ème cycle, Université Aix-Marseille II, 136 p.

CASANOVA J. et LAFONT R. (1985) - Les cyanophycées incrustantes des eaux courantes du Var (France). Verhandlungen - Internationale Vereinigung für Theoretische und Angewandte Limnologie, vol. 22, p. 2805-2810.

CARRAZÉ F. (2012) - L'eau à Saint-Maximin. In : Histoire d'eau en Provence verte, Cahiers de l'Association d'Histoire Populaire Tourvaine, p. 60-140.

COURBON P. (2009) - La chapelle Saint-Pierre de Barbourin. Cahiers de l'ASER, n° 16, p. 45­48.

COVA R. et DUROZOY G. (1983) - Carte hydrogéologique Département du Var au 1/200000. Édit. DDA du Var et BRGM, avec notice (38 p.).

DUFOSSEZ J. (1998) - Étude géomorphologique et paléogéographique de la formation carbonatée de Seillons-Source d'Argens. Mémoire de DEA, Université de Provence, 91 p.

DURAND A. (1988) - Apport des sources historiques du Moyen-Âge central à l'histoire des travertins du Midi de la France (900-12I5). In : Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France, J. VAUDOUR édit., Édit. URA 903 CNRS et ATP PIREN, Travaux de l'URA 903, n° XVII, Aix-en-Provence, p. 108-116.

FABRE G., HAKIM B. et NICOD J. (1976) - Étude hydrologique et hydrochimique de quelques sources de Basse-Provence. Travaux de l'ERA 282, vol. V, p. 1-40.

FREYTET P. et VERRECHIA É. (1989) - Les carbonates continentaux du pourtour méditerranéen : microfaciès et milieu de formation. Méditerranée, vol. 68, n° 2-3, p. 5-28.

HENSELING L. (1938) - Zigzags dans le Var. 8ème série. Édit. Alté, Toulon, 75 p. (réédité en 1978 par les éditions Laffite, Marseille).

KOUNA S. (1995) - Contribution à l'étude hydrologique, hydrogéologique et hydrochimique de la source de l'Argens (Var, France). Mémoire de DEA, Université de Provence, 71 p.

MAGNIN F., GUENDON J.L., VAUDOUR J. et MARTIN P. (1991) - Les travertins : accumulations carbonatées associées aux systèmes karstiques, séquences sédimentaires et paléoenvironnements quaternaires. Bulletin de la Société Géologique de France, série 7, vol. XII, n° 5, p. 834-842.

MARTIN C. (1988) - Composition chimique des eaux et travertins actuels dans le bassin supérieur de l'Argens. In : Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France, J. VAUDOUR édit., Édit. URA 903 CNRS et ATP PIREN, Travaux de l'URA 903, n° XVII, Aix-en-Provence, p. 153-161 (+ annexe). En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00442994.

MARTIN C. avec la collaboration de COVO J., MAZET J. et DELGIOVINE A. (1991) - État des recherches sur l'hydrologie, l'hydrochimie et la travertinisation actuelle dans le bassin supérieur de l'Argens (Var). Études de Géographie Physique, p. 47-60. En ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00443082/en.

MARTIN P. (1991) - Hydromorphologie des géosystèmes karstiques des versants nord et ouest de la Sainte-Baume. Étude hydrologique, hydrochimique et de vulnérabilité à la pollution. Thèse de l'Université de Provence, 412 p.

MAZET J. (1967) - Étude hydrospéléologique du massif de la Sainte-Baume ‒ Var. Spéléopérations, n° 72, Édit. Spéléo-Club de Marseille, Groupe spéléologique du Club Alpin Français, Marseille, 59 p.

MAZET J. (1988) - Contribution à l'étude des tufs-barrages de la haute vallée de l'Huveaune. In : Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France, J. VAUDOUR édit., Édit. URA 903 CNRS et ATP PIREN, Travaux de l'URA 903, n° XVII, Aix-en-Provence, p. 201-208.

MAZET J. (2009) - La Sainte-Baume, le château d'eau de la Basse-Provence. Édit. Association pour l'Histoire du Plan d'Aups - Sainte-Baume, cahier n° 7, 30 p.

MAZET J et NICOD J. (2011) - Les bassins supérieurs du Cauron et du Caramy, au nord-est du massif de la Sainte-Baume (Var, Provence) : des hydrosystèmes karstiques complexes. Cahiers de l'Association d'Histoire Populaire Tourvaine, p. 270-287.

MENNESSIER G. (1959) - Étude tectonique des confins provençaux entre le Verdon et l'Argens. Mémoire de la Société Géologique de France, vol. XXXVIII, n° 4, 174 p.

MENNESSIER G. et collaborateurs (1967) - Carte Géologique de la France à 1/50000 ‒ Tavernes, n° XXXIII-44. Édit. BRGM, Orléans, avec notice, 12 p.

MENNESSIER G. et collaborateurs (1979) - Carte Géologique de la France à 1/50000 ‒ Brignoles, n° XXX-44. Édit. BRGM, Orléans, avec notice, 30 p.

MOLINIER R., ARCHILOQUE L., BOREL L., DEVAUX J.P., LAVAGNE A. et MOUTTE P. (1976) - Carte de la Végétation de la France au 1/200000, n°74, Marseille. Édit. CNRS.

MOUNEIMNÉ S. (1985) - Étude hydrologique de l'Argens supérieur (Var). Mémoire de DEA; Université Aix-Marseille I, 59 p.

NICOD J. (1986) - Les cascades des barrages de travertins de l'Argens supérieur (Var). Méditerranée, vol. 57, n° 1-2, p. 71-80.

NICOD J., sous la direction de (1987) - Détermination de la vulnérabilité à la pollution et des aires de protection de quelques sources karstiques de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Rapport au Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, Édit. URA 903 du CNRS, 53 p. + 2 cartes hors texte.

NICOD J. (1988) - Barrages de travertins, marais et aménagements dans la haute vallée de l'Argens (Var). In : Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France, J. VAUDOUR édit., Édit. URA 903 CNRS et ATP PIREN, Travaux de l'URA 903, n° XVII, Aix-en-Provence, p. 73-87.

NICOD J. (2005) - Troglodytes dans les barrages et balcons de travertins ‒ comparaison entre les sites du Var et autres lieux classiques. Subterrane'Actes, XVIIème Congrès de la Société Française d'Etude des Souterrains (Cotignac, 2004), p. 157-174.

NICOD J. (2011-a) - Barrages de tufs calcaires de Provence : en déclin ? (dans le Centre-Var et au voisinage). Dynamiques Environnementales, vol. 27, p. 57-76.

NICOD J. (2011-b) - Le balcon de travertins et les eaux de Varages. Cahiers de l'Association d'Histoire Populaire Tourvaine, p. 245-254.

NICOD J. (2012) - Sources et sites des eaux karstiques. Méditerranée, numéro hors-série, 277 p.

OLLIVIER V., GUENDON J.L., ALI A., ROIRON P. et AMBERT P. (2006) - Évolution postglaciaire des environnements provençaux et alpins : nouveau cadre chronologique, faciès et dynamiques morphosédimentaires. Quaternaire, vol. 17, n° 2, p. 51-67.

TRIAT-LAVAL H. et REILLE M. (1981) - Analyse pollinique d'une séquence tourbeuse de la Provence orientale (Seillons-Source-d'Argens, Var). Ecologia Mediterranea, vol. 7, n° 2, p. 31-55.

UNGAR C. et ALLEMAND D. (1991) - Fortifications troglodytes du Sud-Est de la France ; la grotte fortifiée de Varages et la "Maison des Fées" de Cabasse (Var). Mémoire de l'Institut de Préhistoire et d'Archéologie Alpes Méditerranée, vol. XXXIII, p. 115-122.

VAUDOUR J., sous la direction de (1988) - Édifices travertineux et histoire de l'environnement dans le Midi de la France. Édit. URA 903 CNRS et ATP PIREN, Travaux de l'URA 903, n° XVII, Aix-en-Provence, 280 p.

VAUDOUR J. (1994) - Évolution holocène des travertins de vallée dans le Midi méditerranéen français. Géographie Physique. et Quaternaire, vol. 48 n° 3, p. 315-326.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte du relief, de l'occupation des sols et de l'hydrologie du haut-bassin de l'Argens.
Légende Le haut-bassin de l'Argens est ici élargi jusqu'en aval de la confluence avec la Ribeirotte (Le Val). Le système hydrologique est présenté dans les aspects naturels dominants de son bassin (A) et placé dans le cadre hydrologique régional (B). On remarque l'extension des forêts et garrigues, les divers types de bassins, la disposition des grandes vallées (soulignée par le vert des zones humides) et les différents paysages naturels ou anthropisés. La complexité de l'hydrosystème sera précisée au Chapitre II (Fig. 15).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Photo 1 - La plaine de Saint-Maximin (paléo-poljé remblayé) vue vers le NNE depuis le chemin du Défens (point coté IGN 400). [clichés : Jean NICOD, automne 1988, avant l'extension urbaine de Saint-Maximin (zone commerciale nord)]
Légende À partir du pont de l'autoroute sur la route d'Ollières à l'extrême ouest (marqué d'une flèche rouge) on suit le tracé canalisé du ruisseau d'Ollières, marqué par sa ripisylve, jusqu'aux confluents avec le ruisseau des Fontaines et la Meyronne, sous la butte de Seillons. Dans la plaine, entièrement viticole dans la première moitié du XXème siècle, les grandes parcelles, particulièrement au nord du tracé de la RN 7 (trait rouge), marquent la conquête des anciennes zones de "paluns" épisodiquement inondables.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2 - Carte géologique, géomorphologique et hydrologique de la commune de Seillons-Source-d'Argens et alentours.
Légende Géologie principalement d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Brignoles, 1979).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photo 2 - Aven (point d'absorption dans les calcaires jurassiques fracturés) au nord de l'ouvala des Selves, près des Basses Selves, dans la forêt de chênes pubescents. [cliché : Jean NICOD, hiver 1990]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 3 - Rebord du plateau des Selves vu du Château de Seillons : hauteurs de la Lombarde (406 m d'altitude), taillis de chênes-verts en adret, à droite vallon cultivé de la Grave. [cliché : Jean NICOD, avril 2008]
Légende La flèche rouge marque l'incision aval du ravin du Rocher des Abeilles.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 4 - Ancienne citerne près des fermes des Selves (nord de la commune d'Ollières). [cliché : Jean NICOD, avril 1995]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 5 - Panorama de la plaine de Seillons, alors tout en labours, avec les Bessillons à l'horizon. [cliché : Jean NICOD, hiver 1990]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 6 - Panorama récent de la plaine sous Seillons. [cliché : Jean NICOD, avril 2014]
Légende Vue prise depuis le belvédère du Château. Pentes cultivées sur les argiles miocènes. Au centre, le hameau de La Gasque. Plus loin et vers la gauche, en vert, les prés drainés de la Meyronne. Au fond, le plateau boisé de l'Auvière et, au loin à gauche, La Loube.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 7 - Marais de Seillons inondé fin janvier 1996, dans le secteur drainé en 1883. [cliché : Jean NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3 - Extrait d'un plan de 1883, "établi à la demande de Pierre BELUARDI pour l'établissement d'un canal d'irrigation dans sa propriété côté Brue-Auriac".
Légende Source : Archives Départementales du Var (7 S 101).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 8 - Village perché de Seillons vu du virage de la D 560 près du pont du Jonquier. [cliché : Jean NICOD, mars 2014]
Légende Au premier plan, la ripisylve de la Meyronne. Au-dessus, les villas sur les anciennes restanques.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4 - Le vieux village de Seillons sur sa butte (extrait de la Carte IGN au 1/20000 Brignoles n° 2, levés du Service Géographique de l'Armée en 1931).
Légende Les pentes cultivées sont aménagées en restanques. En bas, la vallée de la Meyronne (en gorge à gauche de la route), les terrains drainés et la zone sourceuse de Sceaux au sud-est. Situation bien avant le développement de la périurbanisation de la fin du XXème siècle.En surcharge : ligne discontinue bleue = étendue des travertins ; segment rouge = mine d'eau "du transformateur" ; lignes rouges = canyon de la Meyronne à l'Arès ; flèche violette = zone sourceuse de Sceaux.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 5 - La butte de Seillons-Source-d'Argens, sans rapport avec le système hydrologique actuel.
Légende Figure reprise de J. NICOD (2012, chapitre 17, figure 2 : "Structure de la formation travertineuse d'après J. DUFOSSEZ (1998)").
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 9 - Restes de l'église devant la chapelle de Saint-Pierre de Barbourin creusée dans les travertins sous le château de Seillons. [cliché : Jean NICOD, 2014]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6 - La mine d'eau dite "du transformateur" à Seillons (d'après un document inédit de P. COURBON ‒ CDS 83, 2009 ‒, légèrement modifié).
Légende Dans les villages perchés, on utilisait généralement des citernes alimentées par l'eau des toits. Ce type de captage, hérité des "qanats" du Moyen-Orient et développé par les Arabes en Espagne, les "minas" pour l'irrigation des huertas, offre des d'ouvrages remarquables dans le Comtat, à la Chartreuse de Bompas et à Cabrières d'Avignon (J. NICOD, 2012, p. 181).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 10 - Le réservoir final de la mine d'eau "du transformateur" à l'aval du tunnel. [cliché : J. MAZET, 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 11 - Débouché de la mine d'eau "du transformateur". [cliché : J. MAZET, 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 7 - La Source d'Argens dans son environnement immédiat.
Légende Sources : surtout la carte topographique Brignoles n° 2 au 1/20000 (1931) et S. KOUNA (1995).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 12 - Source d'Argens : tout à l'amont, à côté de la prise, débit bien modeste en été, le 3 août 2009. [cliché : Jean NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 13 - Source d'Argens : paroi rocheuse à gauche de la prise (bancs calcaires massifs du Jurassique supérieur fracturés). [cliché : Jean NICOD, mars 2014]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 14 - La Source d'Argens en crue : cliché pris fin janvier 2016 du pont de la D 560 en regardant vers l'amont. [cliché : Jean NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 8 - Schéma du système hydrologique de l'Argens supérieur, en amont du confluent du ruisseau de Brue (ou de Font-Taillade) : localisation des sources, profil en long des cours d'eau et position des barrages de travertins (J. NICOD, 1988).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 9 - Diagramme ombrothermique de GAUSSEN (S. MOUNEIMNÉ, 1985).
Légende L'aridité estivale est marquée dans le secteur de Saint-Maximin (juin-juillet), moindre à Barjols. Le régime pluviométrique montre deux maxima. À Barjols, un troisième pic marqué correspond aux orages fréquents du mois d'août.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 10 - Précipitations annuelles moyennes de 1964 à 1984.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau I - Précipitations à Barjols et Saint-Maximin sur 21 ans (1964-1984).
Légende Pm : précipitations annuelles moyennes. Pmax : précipitations annuelles maximales. Pmin : précipitations annuelles minimales.Source : J. NICOD (1987).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau II - Débits (en l/s) à la Source d'Argens sur la période 1975-2016 (données de la Banque Hydro ‒ station gérée par la DRÉAL PACA).
Légende Q : débit. Qi : débit instantané. Qj : débit journalier. max : maximal. min : minimal. /10 : décennal (lois de GUMBEL, pour les débits de crue, et de GALTON, pour les débits d'étiage).* : cette valeur correspond à une hauteur d'eau de 121 cm ; le 18/01/1978, le niveau a atteint 123 cm, ce qui donne un débit maximal de 6,56 m3/s. ** : valeur estimée à partir d'un enregistrement qui a posé problème.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 11 - Hydrogramme de la Source d'Argens à Seillons : régime méditerranéen typique en 1966.
Légende Précipitations = moyenne des pluies aux stations voisines de Barjols, Saint-Maximin et Pourrières (J. NICOD, 1987).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 12 - Courbe des débits mensuels moyens de la Source d'Argens (1975-2016).
Légende Source des données : Banque Hydro (station gérée par la DRÉAL PACA).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 13 - Valeurs moyennes de la minéralisation des eaux de la Source d'Argens pour des mesures sur la période 1965-1986 (J. NICOD, 2012).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 14 - Valeurs moyennes de la minéralisation des eaux de l'Argens à l'aval du confluent du Cauron, au pont de Montaud, sur la période 1988-1989 (source des données : C. MARTIN, 1991).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 15 - Ripisylve dense de l'Argens, à l'automne près de Châteauvert. [cliché : J. NICOD, 1988]
Légende Peuplement de peupliers blancs (Populus alba) déchaussés par érosion de la rive et inclinés sur le cours d'eau. Par rapport aux espaces cultivés voisins, c'est une zone refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales, constituant un écosystème d'une très riche biodiversité.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 15 - Carte du système hydrologique du haut bassin de l'Argens (d'après : R. COVA et G. DUROZOY, 1983 ; P. MARTIN, 1991 ; J. MAZET et J. NICOD, 2011).
Légende Les numéros en violet encerclés indiquent les incertitudes ou les diffluences d'écoulement sur la limite hydrologique du bassin sur base topographique : 1 : au nord de Pourcieux, sur le plateau de La Palière, cote IGN 442, coalescence des deux vallons. 2 : au sud-ouest d'Esparron, divergence d'écoulement dans le sillon entre la La Bérarde et la cote 480. 3 : dans la plaine près d'Esparron, indécision d'écoulement entre les affluents du Labéou et du Ruisseau de Varages. 4 : dans le petit bassin de Notre-Dame de Pitié, idem. 5 : à l'extrémité est du bassin de Pontevès, à Rognette, indécision d'écoulement entre le ruisseau de Pontevès et le ruisseau de Grand Gorgue, affluent de la Cassole. 6 : au sud de Bras, dans le vallon triasique de Vaubelle, indécision d'écoulement entre affluents temporaires du Haut Cauron et du Caramy. 7 : au nord-ouest de Tourves, dans le vallon de Boulon, idem. 8 : au sud de Nans-les-Pins, extrémité du vallon de Lorges perché au-dessus de la reculée de Castelette, aux sources de l'Huveaune. 9 : à l'est de Saint-Zacharie, à la Sambuc (col de la D 560), ingression du torrent affluent de l'Huveaune près de la source Lazare.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photo 16 - Le Cauron en crue immédiatement en aval de Grande Foux de Nans-les-Pins en mars 2011. [cliché : Jean NICOD]
Légende Vue prise en amont du pont du chemin de Nans à La Blanche.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 16 - Schéma du fonctionnement de l'hydrosystème du haut bassin de l'Argens en amont de Châteauvert à l'entrée du canyon du Vallon Sourn.
Légende La taille des figurés traduit l'abondance des flux. Le fonctionnement de l'hydrosystème est précisé par la figure 17.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 17 - Débits de la Source d'Argens et de l'Argens au Clos d'Auran (en amont du confluent du Cauron) et à Châteauvert d'août 1977 à mai 1980.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau III - Quelques débits extrêmes connus (en m3/s).
Légende * : C. MARTIN (1991). µ : S. MOUNEIMNÉ (1985).En crue, au pont de l'Avocade, la hauteur d'eau et donc aussi le débit calculé sont fortement influencés par le niveau de l'Argens, la confluence étant très proche. La station de Châteauvert est sujette à des détarages.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photos 17 - L'Argens au pont de Châteauvert : à gauche, en crue au début du printemps 1995 ; à droite en étiage à l'automne 2009. [clichés : Jean NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 18 - L'Argens en crue à Châteauvert le 6 novembre 2011. [cliché : P. MILÉSI]
Légende Vue prise depuis le pont en regardant vers l'amont. Débit non connu.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau IV - Turbidités spécifiques mesurées le 10 novembre 1987 (C. MARTIN, 1988).
Légende Ts : turbidité spécifique (concentration des particules fines). Qi : débit instantané.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 18 - Carte hydrogéomorphologique du bassin du haut-Argens et de ses affluents (dont le Cauron aval) du secteur de Saint-Maximin-Seillons au confluent de l'Eau Salée près de Châteauvert.
Légende Flèches violettes : flux supposé des pertes en aval du pont de Montaud suivant la faille du Petit Saint-Estève vers la source des Eaux Claires (ECl) et les Bouillidous (B).Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Brignoles, 1979).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 19 - Trois transects à travers la vallée de l'Argens.
Légende A : dans le secteur des Gours en amont du pont de la D 35. B : au pont de San-Sumian dans un barrage travertineux. C : en aval dans le méandre de la Petite Forêt.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 20 - Transect à travers la vallée sous le Castellas.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Photo 19 - La gorge de Font-Taillade et le Castellas, ruines du château de Brue envahies par de vigoureux chênes-verts. [cliché : Jean NICOD, printemps 1988]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 20 - Au nord de Bras, la dépression de Favori : vignes sur cailloutis d'origine périglaciaire et au loin la Montagne de Bras. [cliché : Jean NICOD, 1988]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 21 - Vue sur la Montagne de Bras : bois du Défens sur un versant de Coste Plane (587 m). [cliché : Jean NICOD, mars 2012]
Légende Vue prise de la D 34 près de la cote IGN 305. Dépression dans le Trias supérieur argileux remblayée par du matériel cryoclastique. Bastide au milieu avec les amandiers en fleurs.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 22 - La vallée humide du Cauron au pied du village de Bras, déperché à la base du versant de la colline de Saint-Pierre. [cliché : Jean NICOD, printemps 2000]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 21 - La vallée du Cauron en aval des Gours Bénits.
Légende Extrait de la carte géomorphologique de Bras (J. NICOD, 1986).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photo 23 - Le lavoir de Bras, sur le canal dérivant les eaux de la source de Saint-Aquilé. [cliché : Jean NICOD, printemps 2000]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 24 - Les Gours Bénits, source puissante et mythique. [cliché : Jean NICOD, hiver 1986]
Légende La source des Gours Bénits se trouve dans la plaine alluviale, à proximité du versant occidental de la vallée, dans les calcaires du Trias moyen. Il s'agit d'entonnoirs d'effondrement, qui seraient apparus brutalement au Moyen-Âge (?). C'est une exsurgence karstique pérenne importante (Qm ≈ 260 l/s) et fortement minéralisée en carbonates et en sulfates (valeurs moyennes pour neuf mesures effectuées en 1985-86 : SO42- = 134 mg/l, TH = 47,9 ‒ J. NICOD, 1987). D'après R. COVA et G. DUROZOY (1983), ses eaux proviennent du secteur des calcaires triasiques entre Bras et Saint-Maximin et, par lui, du versant oriental de l'Aurélien. La source assure une part importante du débit du Cauron, en particulier en saison estivale quand le haut bassin n'apporte plus rien et, en rive droite, l'alimentation du canal du Moulin de Bras.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 22 - Schéma des lapiés géants de Bras, dans le secteur de Mas-Bœuf, au voisinage de la D 28 près de la cote IGN 351. [schéma in J. NICOD, 1967]
Légende Mégalapiés dans les calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur, couloirs disposés suivant la fracturation. Des formes analogues existent dans le secteur du Suy, à proximité de la D 35. Ces épikarsts offrent des conditions très favorables à l'infiltration des eaux, dont la plus grande part alimente l'exsurgence puissante de la Ribeirotte (commune du Val, voir Fig. 15).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photo 25 - La vallée du Cauron inondée en amont de Bras. [cliché, J. NICOD, hiver 1987]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 23 - Carte de la vallée de l'Argens, de la Source au confluent du ruisseau de Font-Taillade (J. NICOD, 2010).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 24 - Profil de l'Argens supérieur : divers secteurs dans leur cadre environnemental et avec leurs aménagements.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 25 - Le site du Tombereau dans son environnement (J. NICOD, 1986).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 26 - La cascade du Tombereau en crue : banc de travertins à côté du pêcheur, ambiance végétale hygrophile. [cliché : Jean NICOD, octobre 1995]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 27 - La tranchée du pont de San-Sumian dans les travertins, nouveau lit de l'Argens pour assurer le drainage du secteur des Prés de la Cadette vers 1901. [cliché : Jean NICOD, 1988]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 26 - Formations travertineuses dans leur cadre environnemental de Queirol (cote 244) au Saut de Bacon.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 28 - L'Argens en débit moyen au pont de Montaud, de la D 34, en amont du Saut de Bacon. [cliché : J. NICOD, avril 2005]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 29 - Petit barrage en amont du Saut de Bacon après une séquence de pluies. [cliché : J. NICOD, septembre 2009]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 27 - Schéma du fonctionnement hydrologique et hydrodynamique des cascades de l'Argens dans le secteur de Montaud : le Saut de Bacon (J. NICOD, 1986).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 30 - Gros débit au Saut de Bacon, avec ses pendentifs de mousses, au printemps 2008. [cliché : Jean NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 31 - L'Argens en crue au Saut de Bacon le 1er janvier 2006. [cliché : P. MILÉSI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 32 - Cascade du Saut de Bacon à l'étiage, en automne 1989. [cliché : Jean NICOD]
Légende Effet cumulé des faibles débits et des pertes en amont, près du pont de la D 34. Noter le dessèchement du tapis de mousses sur les pendentifs.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 33 - Le Saut de Bacon à sec en août 2005. [cliché : P. MILÉSI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 34 -Vasques dans le lit en amont du Saut de Bacon, au printemps 1987. [cliché : Jean NICOD]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 35 - Vasques à sec en amont du Saut de Bacon en août 2005. [cliché : P. MILÉSI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 36 - Crue de l'Argens en aval du pont de Montaud à l'automne 1988. [cliché : Jean NICOD]
Légende Eau turbide, submersion des vasques, érosion des berges et déstabilisation de la ripisylve.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Figure 28 - Minéralisation des eaux le long de l'Argens pour des analyses du 30 mars et 2 avril 1987 *.
Légende * : année 1987 et non 1986 comme indiqué dans la publication source.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Tableau V - Conditions environnementales des constructions travertineuses.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 37 - Le château, l'église encastrée et le village de La Verdière dominant la gorge du ruisseau de la Verdière. [cliché : Jean NICOD, 2004]
Légende Vue prise depuis la butte de Notre-Dame de la Salette à 468 m d'altitude. Au fond le plateau boisé de Saint-Roch à 492 m.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 29 - Tracé de l'aqueduc de La Verdière.
Légende Fond : carte topographique IGN au 1/20000 Tavernes n° 7 (1941).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 38 - La Verdière : traversant un petit vallon dans le Trias argileux, l'ancien aqueduc qui amenait au château et au village l'eau des sources de bordure du plateau calcaire du Bois de Queiraud. [cliché : Jean NICOD, 1989]
Légende L'arche au-dessus de la D 30 à gauche n'existe plus.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 39 - Partie est du bassin de Rians, vue d'Artigues en direction d'Esparron (Es), sur l'escarpement de chevauchement au nord de l'unité des Selves. [cliché : Jean NICOD, 1991]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 30 - Carte du secteur de Varages, cadre géologique et géomorphologique.
Légende Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Tavernes, 1967).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 31 - Transect du plateau du Défens à la chapelle Saint-Pothin.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 40 - À l'est de La Verdière, tranchée de la ligne haute tension montrant une altération puissante des calcaires du Jurassique supérieur. [cliché : Jean NICOD, 2000]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 32 - Plan du balcon de travertins de Varages.
Légende Formations travertineuses d'après J. CASANOVA (1981).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure 33 - Diagramme de la minéralisation des eaux de la Foux de Varages.
Légende D'après une Analyse de l'Agence Régionale de Santé PACA, document du 8 novembre 2010 communiqué par P. MILÉSI (in J. NICOD, 2011-a).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 41 - Front du balcon de travertins de Varages. [cliché : Jean NICOD, mars 2011]
Légende En surplomb, mur en situation limite.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 42 - Le balcon de travertins de Varages : panorama depuis le chemin de Saint-Pothin. [clichés : Jean NICOD, 2011]
Légende  : Notre-Dame des Victoires, sur le rebord du plateau des Blaques, à 441 m d'altitude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 34 - Schéma explicatif du site de Varages.
Légende C : cascades à tufs en accumulation active. C1 : surverse des fontaines et du canal d'irrigation. C2 : canal d'irrigation. R : Grotte-refuge, fort. P : Pigeonnier troglodyte. X : Encorbellement scié en 1974 pour des raisons de sécurité.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Photo 43 - Varages : dépôts de tufs dans une cascade de la descente des Moulins. [cliché : Jean NICOD, avril 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 35 - Aspect probable du balcon de travertins de Varages en construction active dans son cadre environnemental (J. NICOD, 2011-a).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 44 - Varages : tunnel dans les travertins, très indurés, à la sortie du canal des Arrosants, près de l'aire de la Moutte et de la bifurcation D 554/D 35. [cliché : Jean NICOD, avril 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 45 - Varages : baume murée, partie de la grotte refuge des Ferrages. [cliché : Jean NICOD, mars 2005]
Légende Vue prise depuis l'ancienne voie des Chemins de Fer de Provence.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 36 - Varages : l'extension urbaine et industrielle vers 1935 et le système hydraulique.
Légende Fv : Fontvieille. P : station de pompage et partiteur entre les deux canaux. A : canal des Arrosants. F : canal des Fontaines. N : la "nappe", bassin d'alimentation des fontaines. M : aire de la Moutte. Fond de carte : carte topographique IGN au 1/20000 Tavernes n° 7 (1941, levés de 1935).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 46 - Varages : le partiteur dans la descente du canal des Moulins. [cliché : Jean NICOD, mars 2011]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 47 - Varages : restanques irriguées par les eaux du canal des Fontaines dans le quartier des Gargues (= gargouilles), vues du belvédère du Baou. [cliché : Jean NICOD, automne 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 48 - Varages : début du canal des Fontaines près de la station de pompage de la Foux. [cliché : Jean NICOD, 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 37 - Varages : panorama du Baou et des moulins, vus depuis la voie des Chemins de Fer de Provence, schéma d'après une carte postale du début du XXème siècle.
Légende MH : le grand moulin à huile. P : le pigeonnier troglodyte. Le Moulin bas, après avoir été transformé en scierie, était alors une tuilerie.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Photo 49 - Le méandre encaissé du ruisseau de Varages sous Chargaire. [cliché : Jean NICOD, automne 2006]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 50 - L'Eau Salée sous le pont de la D 560. [cliché : Jean NICOD, septembre 2009]
Légende Le tablier est à 240 m d'altitude, la rivière vers 222 m.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 51 - Vallée humide à la source des Laus, en amont de Barjols. [cliché : Jean NICOD, automne 1987]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 52 - Le château (à 406 m d'altitude) et l'église de Pontevès dominant le Plan (vers 335 m). [cliché : Jean NICOD, été 1990]
Légende Pv : Le Pavillon, au pied des hauteurs boisées de Vaunières.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 53 - Le Pavillon dans la zone humide et irriguée du Plan proche de la source, au contact des argiles éocènes et des calcaires jurassiques. [cliché : Jean NICOD, été 1990]
Légende La source du Pavilon est la principale exsurgence karstique du bassin de Pontevès, sur sa bordure nord, avec un débit moyen de 88 l/s. Ses eaux sont bicarbonatées calciques et magnésiennes avec un titre hydrotimétrique élevé en moyennes et basses eaux, comme celles de la Foux de Varages (TH de 26 à 33,4 degrés, pour des mesures de 1971 à 1975 ‒ G. FABRE et al., 1976).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 54 - Panorama de Barjols : la vieille ville et le quartier des Tanneries à droite. [cliché : Jean NICOD, 1961]
Légende Fv : cascade du Fauvery. Ta : niveau de tufs anciens. TN : niveau de tufs holocènes à l'extrémité du cours sur le ruisseau des Laus.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 38 - Bloc-diagramme du site et du cadre hydro-géomorphologique de Barjols.
Légende Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (cartes du BRGM au 1/50000 Tavernes, 1967, et Brignoles, 1979). Les fontaines des photos 58 et 59 sont figurées en vert (R : Raynoard).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 55 - Barjols : le bourg et une ancienne tannerie perchée au-dessus du ravin du Fauvery. [cliché : Jean NICOD, automne 1987]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 56 - Le quartier des anciennes tanneries de Barjols et le vallon des Carmes (ruisseau de Pontevès, en amont de la chute du Fauvery) entaillé dans les calcaires jurassiques du plateau boisé du Castellas (à droite). [cliché : Jean NICOD, octobre 2012]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 39 - Plan de Notre-Dame du Bon Refuge, chapelle des Carmes (plan reproduit d'après C. UNGAR et D. ALLEMAND, 2004).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 57 - Barjols : le Vallon des Carmes. [cliché : Jean NICOD, octobre 2001]
Légende À gauche, début de la chute du ruisseau de Pontevès, le Fauvery. À droite, sous l'ancienne usine, dans les travertins, la chapelle troglodyte des Carmes, Notre-Dame du Bon Refuge.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 58 - Barjols : la fontaine du Champignon, sur la place de l'Hôtel de Ville, maintenant place du Capitaine Vincens. [cliché : Jean NICOD, 1961]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo 59 - Barjols : la fontaine Raynoard, sur le Cours. [cliché : Jean NICOD, 1991]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo 60 - Du Fauvery vers l'Eau Salée, en aval de Barjols. [cliché : Jean NICOD, 1993]
Légende Vue regardant vers le sud depuis le pont de la D 554. Au premier plan, l'ancienne usine Plauchud. Au loin le confluent à 216 m d'altitude et le plateau triasique boisé des Piouroux (318 m).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 40 - Carte structurale et géomorphologique du secteur du Vallon Sourn.
Légende GF : grotte de Flanc au-dessus de la grotte des Fées. Géologie d'après G. MENNESSIER et al. (carte du BRGM au 1/50000 Brignoles, 1979). Le tireté entre les points A (334 m) et B (322 m) donne le tracé du profil de la figure 42. Lire Ruisseau de Vallongue, mais Rocher de(s) Bagarèdes.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 41 - Transect allant des Plaines de la Sancho jusqu'au rebord sud du plateau en passant par le méandre des Bagarèdes.
Légende JD : calcaires et dolomies du Jurassique supérieur. J2bC : calcaires lités du Bathonien. Formations végétales d'après la carte de la végétation de la France au 1/200000 n° 74 (R. MOLINIER et al., 1976).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 61 - Amont du Vallon Sourn, en mars 1986. [cliché : Jean NICOD]
Légende F : falaises des calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur à l'entrée du méandre des Bagarèdes. Fond alluvial, prairie, ripisylve dense à droite. Aspect encore hivernal.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 62 - Rocher des Bagarèdes, vu de l'aval. [cliché : Jean NICOD, été 2003]
Légende Calcaires dolomitiques du Jurassique supérieur disloqués. Conduits phréatiques recoupés dans la paroi sous le dièdre (cerclés de rouge).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 63 - En aval du Vallon Sourn, site d'escalade près du débouché du Vallon Sancho. [cliché : Jean NICOD, automne 2003]
Légende Calcaires très fracturés, baume à mi-hauteur.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 64 - L'Argens en crue au barrage de l'Écluse à l'aval du Vallon Sourn. [cliché : Jean NICOD, mai 1993]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 65 - Réservoir et petite parcelle cultivée au débouché du Vallon Obscur. [cliché : Jean NICOD, 1997]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 66 - Vallon des Baumes, niveau de réseaux phréatiques recoupés en paroi (trois cercles rouges). [cliché : Jean NICOD, été 2003]
Légende Beau bois de chênes pubescents au pied de la falaise.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 67 - Grotte des Fées, les deux entrées dans la falaise calcaire. [cliché : Jean NICOD, été 2003]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 68 - Grotte des Fées, entrée inférieure au niveau de l'Argens. [cliché : Jean NICOD, octobre 2008]
Légende Noter les taches brunes, sur la paroi à gauche, indiquant les niveaux de crue. Prolifération des mousses à la base, marquant le niveau de l'étiage estival.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5134/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Nicod, « Paysages et problèmes du haut-bassin de l'Argens au cœur de la Provence Verte (Var occidental) », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 1-105.

Référence électronique

Jean Nicod, « Paysages et problèmes du haut-bassin de l'Argens au cœur de la Provence Verte (Var occidental) », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5134 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5134

Haut de page

Auteur

Jean Nicod

Professeur honoraire à l'Université de Provence, Florida 1, 35 Avenue du 24 Avril 1915, 13012 MARSEILLE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org