Navigation – Plan du site
Articles

Vulgariser la géomorphologie à partir du travail de l'argile. L'exemple de la région des Pays de la Loire (Ouest de la France)

Bruno Comentale
p. 1-20

Résumés

La région administrative des Pays de la Loire, dans l'Ouest de la France, occupe une position à la charnière du massif ancien armoricain et du bassin sédimentaire parisien, ainsi que sur la frange septentrionale du bassin sédimentaire aquitain. De ce fait, elle recèle une abondance de gisements d'argiles provenant de l'altération du socle ou de processus sédimentaires, et dont la genèse est une introduction à la géomorphologie de contrées à faible énergie de relief. La permanence d'une production industrielle et artisanale (tuilerie et briqueterie, poterie, faïencerie), et son existence passée dont témoigne la toponymie, permettent de rassembler des publics de visiteurs auprès desquels cette introduction peut être menée.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La vulgarisation de la géomorphologie apparaît de prime abord difficile là où la conscience du relief n'est pas ancrée dans les habitudes. C'est le cas dans la région administrative des Pays de la Loire, domaine où priment les surfaces planes et où les reliefs sont généralement peu marqués, sans caractère spectaculaire à perspective touristique, hormis sur certaines côtes à falaise ou en quelques lieux ponctuels comme les Alpes Mancelles. Aussi le recours au patrimoine matériel (mégalithes, bâtiments ruraux, fours de villages), qui utilise les roches d'extraction locale, peut-il s'y révéler un support utile à la compréhension des paysages naturels. Dans cette optique, la mise en exergue d'une géomorphologie de l'argile à travers les témoignages de l'utilisation passée de cette roche (lieux d'extraction, toponymie), ou en partant de son exploitation actuelle, constitue une clé d'accès aux paysages physiques.

II - L'intérêt de la mise en évidence des usages de l'argile dans la région des Pays de la Loire

2La région administrative des Pays de la Loire s'étend à la fois sur le Massif Armoricain et sur les marges sédimentaires de celui-ci (Bassin Parisien et Bassin Aquitain), ce fait constituant en soi un argument d'ordre didactique pouvant être utilisé dans une initiation de publics variés aux géosciences de manière générale, et à la géomorphologie en particulier. Cette région se caractérise par un relief de plateaux et de collines dont l'absence de caractère spectaculaire rend nécessaire la recherche de moyens pédagogiques appropriés à sa vulgarisation, comme l'ont souligné les travaux antérieurs menés notamment à l'université de Nantes par différents chercheurs (voir in J.R. MORICE et al., 2013). Parmi ces moyens, la mise en relation du bâti rural ancien et des matériaux géologiques utilisés autorise des opérations de vulgarisation de la géomorphologie, en dépassant le strict énoncé du cadre géologique régional (Bocage Vendéen ‒ B. COMENTALE, 2012).

3Le recours au patrimoine matériel issu du travail de transformation de l'argile (fours de potiers, anciennes tuileries ayant conservé l'architecture fonctionnelle d'origine, utilisation de la brique dans la construction) s'apparente à cette démarche qui lie géologie et construction. Il vise à sensibiliser des publics dont la préoccupation n'est pas le relief, mais précisément ce patrimoine matériel. À ce titre, le caractère ubiquiste de la ressource argileuse, que l'on trouve à la fois sur le socle (argiles d'altération) et sur les marges sédimentaires de celui-ci (argiles sédimentaires), en fait un matériau exemplaire pour brosser auprès de ces publics un tableau fondé sur l'appartenance de cette région à deux ensembles morphostructuraux majeurs.

4Le propos est alors de replacer ce patrimoine matériel dans le contexte de "pays de l'argile" aux reliefs plans ou peu différenciés, puis d'amener à considérer les argiles comme témoignant des étapes du façonnement de ce relief. Au total, il s'agit d'éveiller l'intérêt collectif à la géomorphologie locale et régionale, comme il l'est déjà à la biologie ou l'écologie dont la légitimité est admise par les publics de visiteurs (CPIE Loire et Mauges, 2006). La mise en valeur de ces types de relief par l'approche géomorphologique est un élément supplémentaire de valorisation touristique de petits territoires ruraux. De même, son illustration en direction des habitants, pour lesquels il est un support banal n'attirant pas a priori l'attention, est une clé pour l'appropriation des territoires dans lesquels ils vivent et travaillent, et participe ainsi de la cohésion du groupe humain.

III - Les traces présentes et passées du travail de l'argile

5Dans la région des Pays de la Loire comme en d'autres lieux de l'Ouest de la France (Fig. 1), la ressource en argile a été largement sollicitée jusque dans un passé proche, où les tuileries et les ateliers de poterie abondaient encore à la fin du XIXème siècle, voire dans la première moitié du XXème siècle. La toponymie en témoigne largement : lieux-dits La Tuilerie, La Poterie, L'Ardille (selon une désignation dialectale de l'argile) et jusqu'à La Lande-Pourrie, à proximité du centre de production céramique de Ger en Normandie armoricaine. Cette activité se perpétue en plusieurs endroits sous une forme industrielle. Partout, elle utilise une roche locale, composée à "plus de 50 % de minéraux argileux, silicates d'alumine hydratés constituant des feuillets dont la taille est inférieure à 2 µm", selon la définition canonique (BRGM, 1996).

Figure 1 - La place de la région des Pays de la Loire parmi les "provinces argilières" de l'Ouest de la France.

Figure 1 - La place de la région des Pays de la Loire parmi les "provinces argilières" de l'Ouest de la France.

1 ) La ressource en argile : une forte représentation spatiale, une diversité minéralogique peu valorisée

6Parmi les minéraux argileux composant les argiles exploitées figurent entre autres : la kaolinite utilisée dans l'industrie céramique, ainsi que pour des usages industriels plus spécifiques (voir infra) en raison de ses propriétés réfractaires dues à la forte teneur en alumine ; l'illite, utilisée concurremment avec la kaolinite dans les usages céramiques courants (tuilerie, poterie) ; la montmorillonite (groupe des smectites), à fort pouvoir gonflant. Ces minéraux se trouvent dans les gisements en proportions variables selon les lieux, c'est pourquoi leur distinction les uns des autres, dans une opération de vulgarisation, n'est pas des plus opérantes pour éclairer la physionomie actuelle du relief.

7En effet, si les propriétés de plasticité, propres à l'argile à forte teneur en kaolinite, et de gonflement, propres à l'argile à forte teneur en montmorillonite, sont à l'origine de l'empâtement des versants argileux, les variations de la composition minéralogique de la roche à l'affleurement ne permettent pas de corréler strictement composition minéralogique et physionomie du relief. Ce fait avait été souligné par exemple par M. GUIGO (1979), pour l'Apennin septentrional. Bien que rapportées à un cadre géomorphologique différent (mouvements de masse de type frane, variabilité saisonnière de l'humectation des argiles conditionnée par le régime pluviométrique méditerranéen, redressement des pentes et sollicitation des cours d'eau à l'incision dans un contexte de néotectonique active), les observations de M. GUIGO ont une portée générale, car elles résultent d'une approche analytique des paramètres intervenant dans l'évolution des versants. L'auteur montre ainsi que l'aptitude des versants à fluer doit être examinée en fonction non seulement de la teneur en montmorillonite de la fraction argileuse du matériau considéré (altérite ou sédiment argileux), mais encore de la part de la fraction argileuse dans ce matériau. Cela débouche sur une classification en groupes, dont certains sont voisins : "par exemple celui dont la part d'argile est moyenne mais constituée essentiellement de montmorillonite, et celui dont la part d'argile est plus forte mais comporte des chlorites et de la kaolinite ce qui réduit la part des autres minéraux considérés comme gonflants" (M. GUIGO, 1979, p. 276).

8Le tableau I, dressé d'après un rapport du BRGM (1996), illustre cette complexité. Il met en évidence la présence, au sein des affleurements, de plusieurs de ces minéraux argileux (kaolinite et illite surtout, interstratifiés kaolinite-illite le cas échéant, et montmorillonite moins fréquemment), ce qui caractérise la plupart des argiles utilisées pour la fabrication de terre cuite, activité prédominante dans les usages de l'argile dans la région des Pays de la Loire. Cet emploi d'argiles de qualités plastiques différentes illustre la nature opportuniste d'une activité qui a utilisé une roche aux affleurements localisés, dont tiraient parti sans discrimination les sociétés paysannes passées. En effet, dans un cadre pré-industriel, grosso modo entre le XVIème siècle et la première moitié du XIXème siècle, l'exploitation de la moindre ressource du sous-sol propre à apporter une diversification des moyens de subsistance était bienvenue : matériaux de construction, poterie alimentaire, d'abord d'usage privé puis donnant lieu à échanges et commerce.

Tableau I - Recensement des principales activités céramiques, présentes et passées, en correspondance avec les affleurements de roches à forte teneur en argile, dans les Pays de la Loire.

Tableau I - Recensement des principales activités céramiques, présentes et passées, en correspondance avec les affleurements de roches à forte teneur en argile, dans les Pays de la Loire.

* : dans le département voisin des Deux-Sèvres, les derniers centres de production potière et tuilière (Magné, Saint-Hilaire-la-Palud) ont été abandonnés à la fin du XXème siècle.
Sources de l'ensemble du tableau : BRGM (1996) et données de terrain personnelles.

9Cette revue peut être complétée par les récentes études du BRGM sur l'aléa retrait-gonflement, à l'échelle départementale. Dans l'ensemble, elles montrent la faible fréquence des affleurements d'argile montmorillonitique, précisément celle qui est à l'origine de l'aléa élevé (par exemple, C. LE GUERN et al., 2009, pour le département de la Loire-Atlantique).

2 ) Une faible diversification industrielle

10Le tableau I met l'accent sur une forte spécialisation tuilière et briquetière régionale, ce qui est avant tout l'héritage d'un artisanat rural qui existait au moins depuis le XVIème siècle (M. PILLET, 2007). Cela distingue la région des Pays de la Loire des deux grands bassins français de production que sont le bassin des Charentes et le bassin dit "de Provins", lequel recouvre plusieurs gisements dans le Bassin Parisien. Il manque en effet à la région des Pays de la Loire des activités industrielles en rapport avec la qualité réfractaire des argiles riches en kaolinite. Or ce sont des activités à forte valeur ajoutée : production de faïence pour sanitaires, céramique à applications industrielles spécialisées (électrotechnique et électronique, nucléaire, aérospatiale…). Seule l'extraction de kaolin aux environs de Châteaubriant faisait figure d'exception il y a deux décennies (BRGM, 1996), mais pour une transformation industrielle hors région (groupe Saint-Gobain : production de briques réfractaires dans le département des Côtes-d'Armor), à présent disparue. Enfin, aucune des propriétés spécifiques de la montmorillonite, à même de donner lieu à une activité industrielle à forte valeur ajoutée, n'est représentée à l'échelle régionale : propriétés d'absorption et d'adsorption (raffinage et purification de liquides alimentaires, préparations pharmaceutiques, nettoyage industriel) ; de viscosité (fabrication de boues de forage, peintures, émulsions de bitume) ; de thixotropie et d'imperméabilité (applications en génie civil) (BRGM, 1996).

11Une telle faiblesse industrielle reflète de médiocres conditions à l'affleurement, si l'on considère que les gisements exploités à des fins industrielles à haute valeur ajoutée doivent constituer des stocks considérables et posséder des qualités texturales et minéralogiques adéquates. Ainsi, à l'échelle de l'Ouest de la France, les conditions de gisement opposent la région des Pays de la Loire et le bassin des Charentes (voir Fig. 1). Dans la première, les argiles à l'affleurement sont pour une bonne partie des altérites du socle, disposées en poches d'épaisseur irrégulière et comportant des fragments de roche cohérente incomplètement altérée. Dans le second, les argiles kaoliniques du "sidérolithique" se présentent en affleurements puissants et homogènes (P. DANIOU, 1977). Et même à l'échelle de la région des Pays de la Loire, l'activité argilière qui perdure avec la plus grande vigueur concerne le domaine sédimentaire, là où les processus de transport et de dépôt ont permis un tri granulométrique à l'origine d'une homogénéité de gisement (Les Rairies, Malicorne, Saint-Martin-des-Fontaines).

12À cette faible diversification s'ajoute un amenuisement des lieux de production. Cela peut être constaté à la lecture des cartes topographiques : de nombreux toponymes "tuilerie", "briqueterie", "poterie" correspondent à présent à des exploitations agricoles ou à des "zones d'activité" (ZA) périurbaines gagnées sur d'anciennes landes, telles une rue de la Briqueterie dans la ZA de la Tuilerie à Sablé-sur-Sarthe, une rue des Potiers à Vallet près de Nantes. Cela apparaît également à la lecture des notices des cartes géologiques : nombreuses sont les petites tuileries et briqueteries qui étaient fonctionnelles dans les années 1980 et qui ont à présent disparu. Cela répond à des considérations avant tout économiques. La nécessité de garder des débouchés régionaux dans un secteur concurrentiel conduit à une baisse des tarifs, ce qui passe par une modernisation de l'appareil productif et une restructuration de l'activité. Ce mouvement continu, qui caractérisait déjà la production française au XIXème siècle et condamnait les ateliers incapables de s'équiper en machines permettant la standardisation de la production, n'est pas encore achevé dans la région des Pays de la Loire, contrairement à ce qui se passe dans la région voisine de Poitou-Charentes, dont la configuration géomorphologique (extension à la fois sur le Massif Armoricain et le Bassin Aquitain) est similaire (B. COMENTALE, 2013).

13Plus particulièrement, une partie de la production tuilière et briquetière dans la région des Pays de la Loire est en cours de concentration aux mains du groupe Bouyer-Leroux, qui à partir de son domaine choletais d'origine (exploitation des argiles d'altération des micaschistes de la série des Mauges : site de la Séguinière ‒ voir Tab. I) a racheté des entreprises du même secteur de production au cours des dernières décennies. Ce fut d'abord le cas du site de Saint-Martin-des-Fontaines dans le sud de la Vendée (ancien établissement "Les Produits Rouges de Vendée" ‒ voir Tab. I), qui continue de produire des tuiles et des briques à partir des argiles liasiques de la base de la série sédimentaire nord-aquitaine. Plus récemment (décembre 2012), ce fut aussi le cas de l'ancienne briqueterie Marcel Rivereau (temporairement détenue par le groupe minier transnational Imerys), à la Boissière-du-Doré, dans l'est du département de Loire-Atlantique où le contexte de gisement est identique à celui des Mauges limitrophes (B. COMENTALE, 2011). Malgré leur connotation artisanale d'origine, la tuile et la brique restent des matériaux appréciés des professionnels de la construction, la première pour ses qualités esthétiques, à diffusion micro-régionale (sud-ouest de la région, au sud de la Loire), la seconde pour ses propriétés d'isolation. C'est pourquoi la production se poursuit dans ces deux établissements, dont la fermeture n'est apparemment pas envisagée.

14Mais, au total, cette concentration fragilise les plus petites briqueteries et tuileries. Celles-ci sont alors vouées à la disparition, ou bien doivent chercher d'autres débouchés, à l'image de l'établissement Lutton, à la Merlatière dans le nord de la Vendée, qui produit des pots à muguet à destination des horticulteurs nantais voisins. Cette conversion s'est faite au prix d'une transformation industrielle (importation d'une argile plus homogène que la ressource locale, qui est une altérite de micaschiste inégalement évoluée, à cailloux de quartz) et économique (activité devenue secondaire derrière le recyclage des palettes de bois, changement de filière en rapport avec l'ancienne utilisation du bois pour chauffer les fours). Cela donne un aperçu des stratégies adoptées par les producteurs, dans un secteur où tente de subsister la petite entreprise familiale, forme modernisée aux XIXème et XXème siècles d'un artisanat rural ancien, marqué par la variabilité de la répartition et de l'épaisseur des gisements (B. COMENTALE, 2015).

15Le constat est similaire pour la poterie, continûment marginalisée dès qu'elle perd son caractère utilitaire : détrônée à partir de la fin du XIXème siècle dans les usages alimentaires par les ustensiles en métal (M. PILLET, 2007), elle ne cesse de s'effacer par la suite. Au cours du XXème siècle, les départs à la retraite des derniers potiers ont scellé la disparition de l'activité : au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à Herbignac en Brière, où était utilisée l'argile d'altération du socle micaschisteux (carte in L. PIRAULT et N. BONNIN, 1992) ; dans la décennie 1980 au Fuilet dans les Mauges, ainsi qu'à Aizenay en Vendée (M. PILLET, 2007). Dans ces deux derniers cas, l'activité céramique perdure sous d'autres formes. Par exemple au Fuilet, la fabrication de poterie ornementale est destinée aux touristes, lesquels sont aussi invités à visiter un musée qui évoque une activité jadis importante, à l'échelle de la région comme à celle de la commune (B. COMENTALE, 2012).

16En définitive, l'activité argilière régionale ne possède pas de caractère industriel marqué ni diversifié. Dans une certaine mesure, cela est compatible avec l'appropriation de type contemplatif qu'en ont des publics intéressés par ses aspects culturels et patrimoniaux (au sens du patrimoine matériel et non du "patrimoine géomorphologique"), voire en tant que témoignage historique lorsqu'elle a disparu et est uniquement signalée par la toponymie. C'est auprès de ces publics, qui se trouvent dans une disposition d'esprit de découverte, que peut être envisagée une vulgarisation de la géomorphologie.

3 ) L'activité argilière comme fait culturel, prélude à un exposé géomorphologique

17Aux nombreux sites d'où l'activité initiale a disparu ou s'est transformée, s'ajoutent des sites encore fonctionnels tels Les Rairies (département de Maine-et-Loire), Nesmy (département de la Vendée) et Malicorne (département de la Sarthe), connu pour sa faïencerie d'art (voir Fig. 1). Ces sites en activité ont fréquemment une valeur patrimoniale (selon l'acception précédente), dans la mesure où leurs productions sont recherchées pour leurs qualités esthétiques et non plus pour un aspect utilitaire, et où des musées présentant les pratiques passées leur sont associés. Avec l'évocation de l'activité par le biais de la toponymie, ce sont autant de marques de l'utilisation de l'argile, passée ou présente, permettant de convier un public de visiteurs curieux de leur environnement culturel en premier lieu, mais que l'on peut tenter de sensibiliser aussi à la géomorphologie locale.

18La persistance d'un artisanat ou d'une petite industrie dans ces lieux est l'héritage d'un passé rural récent, où les sociétés, en prise avec un environnement physique ingrat formé de terroirs argileux difficiles à travailler, utilisaient la moindre ressource du sous-sol susceptible de fournir tuiles et briques pour la construction, ainsi que de la poterie utilitaire. Sur le socle, en Vendée et dans les Mauges, la brique était souvent le seul matériau de construction abordable, le substratum à dominante schisteuse offrant peu de pierre à bâtir de qualité, en raison d'une tendance de la roche à la désagrégation et de son inaptitude à un débitage régulier. Les marges sédimentaires, en Anjou et dans le Maine, disposent aussi de calcaire, mais la brique était fréquemment utilisée près des lieux d'extraction de l'argile. Les vestiges de fours mixtes produisant tantôt de la chaux, tantôt des tuiles, briques ou carreaux dans le Baugeois (au sud-est des Rairies) (Fig. 2) l'attestent (C. CUSSONNEAU, 2004). Une telle localisation à la limite entre les aires d'emploi de la tuile et du moëllon calcaire rappelle d'ailleurs la complémentarité des matériaux qu'évoquait P. DANIOU (1977) à propos de l'Angoumois méridional, au contact entre les champagnes crayeuses du nord du Bassin Aquitain et les collines armées par le "sidérolithique" des confins charento-périgourdins. De ce fait, se dégagent des "pays de l'argile", caractérisés non seulement par des paysages de landes ou de forêts associées à des "terres froides" aux sols lourds, gorgés d'eau en hiver, peu avantageux dans un contexte agricole pré-industriel, mais aussi par des paysages humains dans lesquels domine le rouge de la brique.

Figure 2 - Le cadre morpho-lithologique de l'exploitation argilière entre Loire et Sarthe.

Figure 2 - Le cadre morpho-lithologique de l'exploitation argilière entre Loire et Sarthe.

19Il convient toutefois de tempérer la valeur didactique de cet exposé. Il est certes possible de réunir les visiteurs autour d'un patrimoine matériel, à l'initiative d'associations locales qui tentent de restaurer les traces matérielles de ce passé rural disparu. En revanche, la tâche apparaît impossible lorsque l'activité argilière perdure sur un mode industriel. Elle est alors négativement connotée en tant qu'activité industrielle, ce qui est commun dans le cadre des sociétés post-industrielles. Elle souffre aussi de la suspicion qui frappe les ouvertures d'argilières perçues comme une atteinte à l'environnement, bien que les écologues aient démontré leur qualité de nouveaux biotopes (CPIE Loire et Mauges, 2006). Ainsi, la vulgarisation de la géomorphologie auprès de publics conviés autour de telles actions est tributaire de cette dichotomie entre héritage culturel et industrie fonctionnelle.

20Il reste que de telles pratiques de mise en lumière d'un passé artisanal chronologiquement proche, mais culturellement éloigné du vécu des habitants actuels comme de celui des touristes de passage, tendent à se généraliser dans une perspective d'illustration d'arts et traditions populaires. La production actuelle compte autant que la référence à une pratique artisanale passée, érigée en "tradition" : aux Rairies, l'une des entreprises de production de carreaux de terre cuite organise la visite de l'atelier du Croc, une tuilerie classée monument historique (Photo 1). À proximité du village, en forêt de Chambiers, les marques de l'extraction de l'argile, actuelle (argilières en cours d'exploitation ‒ Photo 2) ou passée (argilières converties en étangs de pêche), permettent de compléter la présentation de cette singularité productive promue en argument touristique.

Photo 1 - Aux Rairies, à l'est d'Angers, l'atelier du Croc. [cliché B. COMENTALE, décembre 2010]

Photo 1 - Aux Rairies, à l'est d'Angers, l'atelier du Croc. [cliché B. COMENTALE, décembre 2010]

Construit en 1836, inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et ouvert à la visite, il est utilisé comme argument de continuité participant de la notoriété de la commune. Son usage patrimonial, avec fabrication et cuisson, est une "vitrine" touristique de l'activité commerciale des lieux.

Photo 2 - Extraction de l'argile travaillée aux Rairies, aux abords immédiats, dans la forêt de Chambiers. [cliché B. Comentale, décembre 2010]

Photo 2 - Extraction de l'argile travaillée aux Rairies, aux abords immédiats, dans la forêt de Chambiers. [cliché B. Comentale, décembre 2010]

L'organisation de circuits de visite y constituerait une introduction à la géomorphologie locale et régionale.

21Sur un mode analogue, la faïencerie de Nesmy en Vendée (voir Fig. 1) est installée dans les bâtiments d'une poterie artisanale du XIXème siècle, ce qui constitue un argument de continuité invitant les touristes de passage à la visite. Par ailleurs, elle s'approvisionne en argile auprès d'une entreprise implantée sur un affleurement d'altérites argileuses dans la commune limitrophe de Chaillé-sous-les-Ormeaux, et possédant sa propre production (briques crues et revêtements à base d'argile), ce qui dessine de véritables "territoires de l'argile" (B. COMENTALE, 2015). Enfin, à Malicorne-sur-Sarthe, la faïencerie d'art, à laquelle est consacré un musée, est l'héritage d'une activité qui était répandue aux XVIIIème et XIXème siècles en diverses régions de France, à partir de gisements d'argile kaolinique. La notoriété de la faïence de Malicorne est telle qu'il existait, à la fin du XXème siècle dans la commune, un établissement concurrent, à présent disparu, qui utilisait des argiles importées (BRGM, 1996).

IV - Les opérations de vulgarisation partant du patrimoine matériel de l'argile

22Sensibiliser visiteurs et populations locales au relief dans la région des Pays de la Loire peut paraître une gageure, en raison de sa faible énergie et de sa faible altitude (Photo 3), en contraste desquels de modestes hauteurs telles les collines du Castelbriantais et du Segréen (110 m) ou celles de la Vendée orientale (près de 300 m) prennent des allures gigantesques, quand elles n'apparaissent pas comme de petites montagnes, ainsi les Alpes Mancelles (417 m au Mont des Avaloirs). En effet, comme en d'autres lieux, des motifs d'ordre culturel rendent difficile la reconnaissance en tant que relief de formes surfaciques. C'est un problème de portée générale, qui résulte à la fois du déficit d'une éducation naturaliste fondée sur l'observation, et de la survalorisation des points hauts et des belvédères dans les pratiques touristiques, rendant inconcevable, pour le visiteur non averti, l'interprétation comme relief de formes qui ne seraient pas des volumes en saillie ou en creux. Dans le cas plus précis de la région des Pays de la Loire, il s'y ajoute la forte charge affective dont bénéficie le littoral – selon un mouvement bien connu à l'échelle des sociétés occidentales –, ce qui contrarie la visibilité des reliefs continentaux.

Photo 3 - Le plateau vendéen à Nesmy, à 80 m d'altitude. [cliché : B. Comentale, décembre 2012]

Photo 3 - Le plateau vendéen à Nesmy, à 80 m d'altitude. [cliché : B. Comentale, décembre 2012]

Il est représentatif de la "banalité" des reliefs sud-armoricains. Le principal trait géomorphologique est le contraste entre la surface d'aplanissement sommitale, et son incision par le réseau hydrographique : ici l'Yon, encaissé de 50 m, alors que le niveau de base n'est qu'à 18 km de distance (Marais poitevin : altitude 2 à 3 m).

23Ainsi le message vulgarisateur aura-t-il davantage de chances d'être perçu s'il repose sur des reconstitutions paléogéographiques, qui supposent de grandes fresques chronologiques balayant les longues durées dont sont friands des publics variés (B. COMENTALE, 2012), que s'il est fondé d'emblée sur l'observation de formes du relief qui ne sont pas tenues comme telles par les publics auxquels on s'adresse. Ce message tiendra compte du relief comme résultant de longues périodes d'altération aux dépens des structures géologiques réputées stables de la partie orientale et méridionale du Massif Armoricain, et des extrémités occidentale du Bassin Parisien et septentrionale du Bassin Aquitain qui lui sont attenantes. Le perfectionnement par évolution acyclique de la "surface mésotertiaire", vaste pédiplaine transformée au cours du Néogène en "pénéplaine de l'Ouest de France" (C. KLEIN, 1975, 1997-a), témoigne de la permanence d'une stabilité relative qui, à partir d'un aplanissement d'abord élaboré sur le socle hercynien puis mordant sur les marges sédimentaires édifiées au fur et à mesure de l'apport des dépôts corrélatifs de cet aplanissement, rend compte de paysages de plateaux réguliers, fréquemment couronnés de placages argileux (argiles d'altération sur le Massif Armoricain, argiles à silex de la craie dans le Bassin Parisien).

24Cela est à la base du message de vulgarisation à diffuser auprès des divers publics que l'on veut sensibiliser à la géomorphologie locale et régionale. Dans une telle entreprise, le schéma idéal est l'organisation de visites in situ, à partir de points de vue (en dépit de la remarque formulée plus haut à leur sujet), comme les collines de Vendée, ou de lieux à forte richesse biologique, telles les argilières abandonnées et reconquises par la forêt au Fuilet dans les Mauges. Les Centres Permanents d'Initiatives pour l'Environnement (CPIE), qui possèdent une expérience dans le domaine de la découverte pédagogique du milieu local, sont les structures ad hoc pour mener ce type d'entreprise. Il en existe dans chacun des deux ensembles cités, Vendée orientale et Mauges, mais ce n'est pas la règle ailleurs, notamment sur le contact entre Massif Armoricain et Bassin Parisien à l'est d'Angers. Et plus au sud, toujours à l'emplacement de ce contact (Thouars), la réserve géologique du Toarcien, construite à partir du stratotype éponyme, est quant à elle consacrée à la géologie du contact, plus qu'à sa géomorphologie – alors que celle-ci est par exemple visible dans le profil des vallées encaissées successivement dans le socle granitique et dans les sables cénomaniens du Bassin Parisien (vallée de l'Argenton). Par ailleurs, la confection de dépliants maniables (six pages sur une feuille de format A4, recto-verso), à proposer au public par le biais de diverses structures de visite où ils seront mis à disposition, tels les syndicats d'initiative ou encore la Maison du Potier au Fuilet (B. COMENTALE, 2012), est un autre moyen de diffusion du message vulgarisateur.

1 ) La réalisation d'un dépliant

25Nous proposons ci-après, en annexe, un tel dépliant concernant la partie de l'extrême ouest du Bassin Parisien où se trouvent encore plusieurs établissements utilisant les argiles, aux Rairies et à Malicorne notamment, respectivement dans les basses vallées du Loir et de la Sarthe. Dans ce format restreint, il apparaissait important : 1/ de mettre en évidence quelques étapes-clés de la morphogenèse régionale ; 2/ de tenir compte de la dichotomie scalaire entre les plateaux observés in situ, et l'origine armoricaine proche, mais non observable, du matériel sédimentaire qui les arme ; 3/ d'évoquer la différenciation ultérieure de ce paysage de surface par la dissection qu'exerce le réseau hydrographique.

26Le témoignage des argiles restitue l'épisode fondamental qu'est l'aplanissement régional. Les argiles utilisées aux Rairies sont le produit d'une sédimentation de vase fine en milieu deltaïque au sein de la série sableuse du Cénomanien inférieur et moyen (J. LOUAIL et al., 1978), ce qui permet de reconstituer un milieu littoral situé en bordure d'un socle armoricain déprimé vers l'est et soumis à un décapage de ses altérites, argileuses et sableuses, entraînées vers les mers adjacentes. L'exposé didactique peut s'appuyer sur les principales étapes retraçant : 1/ la morphogenèse du socle émergé, sous conditions de climats altérants ; 2/ la lente subsidence de ses bordures orientale (en direction du Bassin Parisien) et méridionale (en direction du Bassin Aquitain), soumises aux transgressions marines et enfouies sous les dépôts corrélatifs de cette morphogenèse ; 3/ les épisodes de régression marine au cours desquels ces dépôts sont eux-mêmes l'objet d'une altération continentale, et à leur tour aplanis au cours du perfectionnement diachronique de la pédiplaine, qui englobe la charnière des deux entités géomorphologiques, massif ancien et bassins sédimentaires adjacents.

27Plus précisément, cette interprétation didactique s'appuiera sur le travail de référence qu'est la thèse d'État de C. KLEIN (1975). Celle-ci s'accorde en outre avec la reconnaissance, par les géologues, de deux cycles sédimentaires, l'un au Jurassique et l'autre au Crétacé (J. LOUAIL et al., 1978). La fin de chacun de ces cycles est marquée par une période de régression marine, respectivement au Crétacé inférieur et au cours de la première partie du Tertiaire. Durant cette période, le relief subit une évolution subaérienne qui permet la regradation d'un aplanissement dont l'état nouveau n'est que le perfectionnement par reprise d'un état ancien de la même forme, schéma qui est à la base de l'évolution acyclique de la surface post-hercynienne mise en évidence par C. KLEIN (Fig. 3). Dans cette perspective, il convient d'ailleurs de noter que le cycle sédimentaire du géologue (de la production de sédiments, par ablation, à leur dépôt, en passant par leur transport) ne se traduit pas nécessairement par un cycle d'évolution du relief, "cycle géographique" au sens de DAVIS ou "cycle géomorphologique" au sens de BAULIG. C'est précisément la signification du régime acyclique (voir C. GIUSTI, 2012 : notamment p. 35, note 41, et p. 197-200). En effet, "la très longue période anorogénique qui sépare la fin de l'orogénie varisque du début de l'orogénie alpine a été exempte de toute reprise d'érosion cyclique franche et durable" (C. KLEIN, 2001, p. 15), et cela jusqu'à l'Éocène moyen.

Figure 3 - Coupe synthétique du Massif Armoricain (Mauges) à l'ouest du Bassin Parisien (forêt de Bercé), à partir de la dissection de la surface régionale (d'après C. KLEIN, 1975, modifiée et adaptée).

Figure 3 - Coupe synthétique du Massif Armoricain (Mauges) à l'ouest du Bassin Parisien (forêt de Bercé), à partir de la dissection de la surface régionale (d'après C. KLEIN, 1975, modifiée et adaptée).

2 ) La diversité des affleurements d'argile, résultat de la morphogenèse régionale

28Dans ce schéma se placent trois occurrences d'argiles sédimentaires : les argiles liasiques (Saint-Martin-des-Fontaines dans le sud vendéen) ; puis les argiles calloviennes et oxfordiennes (Malicorne à l'est ‒ ainsi que celles de Challans à l'ouest, en Vendée) ; enfin, les argiles cénomaniennes (Les Rairies et Écommoy).

29Les premières se sont déposées lors d'une transgression affectant un socle déjà aplani par la surface post-hercynienne, comme on peut l'observer à la pointe du Payré, au sud-ouest de la Vendée, où la discordance entre socle et couverture sédimentaire est entaillée en falaise. Les formations carbonatées à intercalations argileuses du fossé de Chantonnay dans le sud-est de la Vendée, préservées de l'érosion ultérieure à la faveur de la subsidence locale, s'y rattachent (voir in B. COMENTALE, 2015). Ces observations, effectuées à la marge méridionale du Massif Armoricain, peuvent être élargies : "progressivement enfouie sous les dépôts transgressifs du Lias et du Bajo-bathonien au long des marges orientales du massif ancien, la surface post-hercynienne a continué d'être regradée dans celles de ses parties qui échappaient à la fossilisation" (C. KLEIN, 1975, p. 740), c'est-à-dire, dans la région des Pays de la Loire, les Mauges et la Vendée intérieure.

30La seconde occurrence est à mettre au compte des vicissitudes des mers jurassiques. À Challans, les argiles sont transgressives sur une topographie différenciée, en bordure d'un golfe subsident (M. TERS, 1961). À Malicorne, elles jalonnent le retrait des mers jurassiques – aucun dépôt fini-jurassique ne leur succède – et elles précèdent un nouvel épisode de regradation de la surface fondamentale : "le retrait des mers jurassiques a inauguré une situation nouvelle : au rythme même du déplacement des lignes de rivage, une surface de régression marine (…) s'est adjointe à la surface d'érosion continentale" selon C. KLEIN, qui conclut qu'une "vaste surface de regradation fini-jurassique, commune aux deux termes du dispositif structural [massif ancien et bassin sédimentaire], s'est ainsi façonnée aux dépens de la surface post-hercynienne et de l'ancien fond de mer épicontinentale" (C. KLEIN,1975, p. 740).

31La troisième occurrence correspond à la transgression crétacée dans l'ouest du Bassin Parisien ; celle-ci s'établit sur une nouvelle surface, la surface infra-cénomanienne qui, au Crétacé inférieur, "s'est substituée à la surface fini-jurassique" précédente (C. KLEIN, 1975, p. 740). Ce "scénario s'est reproduit, au Crétacé moyen et supérieur d'abord, à diverses reprises au cours du Tertiaire ensuite" (ibidem). Ces argiles sont un faciès argileux de la formation des Sables du Maine, du Cénomanien inférieur et moyen, dépôt corrélatif d'une nouvelle substitution de surface : celle de la surface fini-crétacée à la surface infra-cénomanienne.

32Au Paléocène, la karstification des formations crayeuses fini-crétacées rencontrées plus à l'est fournit un nouvel avatar de cette évolution acyclique : la "surface de l'argile à silex", élaborée à la faveur de circonstances à la fois climatiques (karstification) et tectoniques (bombement). "Une surface d'altération […] s'est substituée graduellement à la surface structurale primitive née de l'exondation" (suite au retrait des mers crétacées), en même temps qu'un bombement régional modéré permettait l'action d'une érosion mécanique assurant l'évacuation des insolubles de la craie en direction de l'est, vers "les parties centrales du Bassin de Paris" (C. KLEIN, 1970). La "surface de l'argile à silex" était ainsi une surface de transit, aboutissant à l'Éocène dans le centre du Bassin Parisien à "une très remarquable surface d'aggradation, génétiquement inséparable de la surface de regradation contiguë" (ibidem) – c'est-à-dire, ici, aux confins du Maine et de l'Anjou. Aussi la "surface de l'argile à silex" forme-t-elle, immédiatement à l'est de Malicorne (voir Fig. 2), l'assise topographique des plateaux situés à 100 m d'altitude, voire davantage vers l'est (160 m en forêt de Bercé, et jusqu'à 175 m au point culminant).

33De ce qui précède, un exposé didactique retiendra :

  • Le gauchissement continu de la surface post-hercynienne vers l'est, où elle est fossilisée par la sédimentation jurassique à dominante carbonatée, dont les termes ultérieurement altérés forment des buttes et des banquettes – parmi lesquelles la banquette qui sert d'assise au village des Rairies, à 30 m d'altitude. Ces buttes et banquettes constituent les éléments de la surface infra-cénomanienne façonnée lors de cet épisode d'altération continentale (voir Fig. 2).

  • La poursuite du gauchissement, englobant à présent la surface infra-cénomanienne sur laquelle se déposent les sables et argiles cénomaniens en provenance du Massif Armoricain (voir supra), puis les formations à dominante sableuse du Crétacé supérieur dans lesquelles s'intercale la craie turonienne.
    L'altération continentale de ces formations définit la "surface de l'argile à silex" s.l. (au sens où elle recoupe des termes qui ne sont pas tous carbonatés), sur laquelle s'établit une sédimentation continentale à l'Éocène. C'est l'un des éléments régionaux d'une vaste surface acyclique dont l'évolution se poursuit par les jeux combinés de la regradation et de l'aggradation jusqu'à l'amorce des reprises d'érosion néogènes et quaternaires, et la transformation progressive de la pédiplaine en pénéplaine, selon C. KLEIN (1975). Retenant la notation adoptée par cet auteur, nous la nommons SIII sur la figure 3 (voir C. KLEIN, 1975, figure 73).

3 ) Pertinence et limites de l'utilisation de l'argument des argiles comme base de vulgarisation

34Cependant, à partir de cette étape, l'exposé tend à s'écarter du propos initial centré sur les argiles – une difficulté que nous avions déjà éprouvée pour les Mauges. En effet, les argiles sont le principal argument pour mettre en avant l'armature des plateaux, qui prédominent dans le paysage. Toutefois celui-ci comporte également une part de reliefs plus différenciés, dus à la dissection exercée par les cours d'eau régionaux (Loire, Sarthe, Loir) et leurs affluents. Le passage du paysage initial d'une surface, continuellement retouchée par regradation et aggradation, au paysage actuel de dissection s'effectue au Miocène, lorsque débute l'incision du réseau hydrographique, avec des "reprises d'érosion [dont la] vigueur n'a fait que croître à partir du Miocène moyen" (C. KLEIN, 1997-b, p. 33). En l'occurrence, C. KLEIN fait référence à l'épisode de la Mer des Faluns à l'Helvétien (Miocène moyen), au cours duquel la mer, à partir de l'ouest, opère une ingression par une gouttière pré-ligérienne déjà dessinée – et au terme duquel apparaît une nouvelle topographie plane qui juxtapose une surface de régression marine dans le domaine précédemment immergé, et une surface de regradation dans le domaine exondé (C. KLEIN, 1975, p. 589). C'est dans cette topographie que s'encaisse de manière décisive le réseau hydrographique, une fois retrouvées les conditions continentales à l'issue de cet épisode relativement bref.

35Au total, ces conditions continentales aboutissent à la dissection des topographies préexistantes, avec le jeu de l'érosion différentielle. Apparaît alors la cuesta que l'on peut observer au sud de Malicorne (Photo 4) ou à l'ouest de Bonnétable : le plateau sommital correspondant à la surface de l'argile à silex – elle-même inclinée d'est (150 m vers Bonnétable) en ouest (100 m près de Malicorne) – domine les dépressions entaillées dans les assises sableuses cénomaniennes, à faciès localement argileux (argiles d'Écommoy) ou marneux ("marnes de Ballon", près de Bonnétable). La mise en évidence de l'érosion différentielle constitue donc un autre volet d'une vulgarisation de la géomorphologie. Les termes résistants sont tantôt les produits de la sédimentation éocène précitée – grès à Sabalites, calcaires lacustres, meulière –, tantôt l'argile à silex elle-même, par contraste avec les formations sablo-argileuses et sablo-marneuses cénomaniennes sous-jacentes. Enfin, le constat de l'empâtement de la base de la cuesta par lent glissement des assises argileuses ramène au propos initial.

36

Photo 4 - La "cuesta de l'argile à silex" (C. KLEIN, 1975, carte h.t. IX), vue vers le sud-est, aux abords de Malicorne-sur-Sarthe. [cliché : B. COMENTALE, août 2014]

Photo 4 - La "cuesta de l'argile à silex" (C. KLEIN, 1975, carte h.t. IX), vue vers le sud-est, aux abords de Malicorne-sur-Sarthe. [cliché : B. COMENTALE, août 2014]

Une vulgarisation de la géomorphologie peut être menée à partir des affleurements argileux et marneux à la base de la cuesta, qui déterminent un paysage relativement vallonné, en contraste avec la rigidité des dalles gréseuses du sommet.

37Pour autant, cette présentation n'évite pas les écueils de la simplification, en faisant notamment l'impasse sur la configuration tectonique des lieux (accidents cassants et ondulations, qui ont notamment guidé la sédimentation éocène en déterminant de petits bassins lacustres). Celle-ci est toutefois d'ampleur limitée dans la mise en place du relief, lequel est redevable avant tout de l'érosion différentielle – où intervient entre autres l'argile dont les visiteurs peuvent voir le produit de la transformation artisanale, sans nécessairement la relier au profil de nombreux versants.

38À Malicorne, la faïencerie utilise en mélange l'argile éponyme, qui arme la banquette située aux abords immédiats de la ville en contrebas de la cuesta, et l'argile d'Écommoy, qui est extraite à la Chapelle-d'Aligné, 15 km au sud-ouest (S. DESCHANG, Faïencerie d'art de Malicorne, in litteris, le 31 août 2011). À ce propos, la réalité d'une extraction récente d'argile à Malicorne est obscure : il y a trois décennies, la matière première aurait été importée, selon la notice de la carte géologique La Flèche (J. LOUAIL et al., 1989). Actuellement, nous n'avons pas retrouvé d'argilière aux environs de Malicorne. Ces réserves tendent à corroborer les remarques de G. MARY (in litteris, le 15 octobre 2014) sur la rareté, voire l'absence, de traces d'extraction observables, malgré la réalité historique de celle-ci (références in P. DELAUNAY, 1932, portées à notre connaissance par G. MARY).

39En revanche, l'argile d'Écommoy a été amplement exploitée dans le cadre des activités rurales passées, notamment la poterie et la tuilerie, comme le signalent : en premier lieu, de nombreux toponymes ; en deuxième lieu, des argilières abandonnées, déjà signalées comme telles il y a 30 ans sur la carte géologique La Flèche ; et, en troisième lieu, l'observation ponctuelle de remplissages de poches de décarbonatation dans le substratum jurassique, par les formations sablo-argileuses du Cénomanien (lieu-dit La Philippière, le long de la route de Parcé-sur-Sarthe à la Chapelle-d'Aligné). L'extraction était menée directement, à l'affleurement, ou bien à travers les nappes alluviales de la Sarthe qui recouvrent l'argile en de nombreux endroits (toponyme "La Fosse"), notamment à travers la terrasse d'une paléo-Sarthe qui confluait avec le Loir plus à l'est qu'actuellement (voir in Y. CHANTREAU, 2011), et qui apparaît par inversion de relief (voir Fig. 2).

40Enfin, d'autres ressources en argile ont été exploitées en plusieurs lieux de l'est du département de la Sarthe (Bonnétable, Saint-Calais, Bouloire, Vibraye), donnant lieu à une industrie florissante jusqu'au XXème siècle, principalement aux XVIIIème et XIXème siècles – à partir d'une activité connue depuis la seconde moitié du XVème siècle, voire localement dès l'Antiquité (atelier gallo-romain de poterie à La Bosse près de Bonnétable : J. HARDY, in litteris, le 21 septembre 2011). Sur le plateau de Bonnétable, armé par l'argile à silex développée aux dépens de la craie turonienne et couronné par des placages gréseux et calcaires éocènes (calcaires bartoniens), le matériau exploité était soit l'argile à silex elle-même, soit l'argile plastique associée aux marnes lacustres bartoniennes. C'est dire la diversité des contextes morpho-lithologiques dans lesquels les argiles ont été exploitées, ce qui témoigne de la préoccupation, de la part des populations rurales, à l'échelle historique, de la meilleure façon de tirer parti des ressources disponibles pour bâtir, conserver et cuire la nourriture, et produire pour vendre (voir supra). C'est aussi souligner que la présence d'argile constitue un argument utile à la vulgarisation de la géomorphologie.

V - Conclusion : la place d'une géomorphologie de l'argile dans la région des Pays de la Loire

41Le caractère ubiquiste de l'argile et son aptitude au fluage et aux mouvements de masse entraînent une relative banalité des reliefs qui lui sont associés, au point qu'ils attirent peu l'attention. Pourtant l'argile constitue l'armature d'une bonne partie du relief mondial (modelés tropicaux d'altération, anciens domaines de sédimentation glacio-lacustre, terrains burinés des bardenas nord-ibériques et des calanchi italiens…), déterminant deux grandes catégories de formes, les formes planes, bien représentées ici, et les formes en creux, qui témoignent de processus de dissection en roche meuble. La géomorphologie des "pays" de l'argile est ainsi approchée par le biais de l'utilisation artisanale et industrielle de la roche, ce qui permet d'établir un lien entre reliefs et pratiques culturelles. C'est la première étape de la reconnaissance d'un patrimoine de l'argile, selon une double composante géomorphologique et culturelle. Alors que cette dernière est effectivement reconnue, la première reste à affirmer. Sa mise en exergue apparaît comme un prélude à l'illustration exhaustive d'un patrimoine géomorphologique ligérien sur des bases lithologiques, selon un processus de "révélation géopatrimoniale" (N. CAYLA et al., 2012) qui, une fois encore, passe par des filtres culturels privilégiant les formes saillantes ou en creux. Citons, entre autres, les modelés d'incision dans les micaschistes des Mauges, les crêtes quartzitiques du Castelbriantais, les chaos granitiques de la vallée de la Sèvre nantaise, le modelé karstique des grottes de Saulges.

Annexe hors texte - Proposition de dépliant.

Annexe hors texte - Proposition de dépliant.

Annexe hors texte - Proposition de dépliant (suite).

Annexe hors texte - Proposition de dépliant (suite).

Remerciements : L'auteur remercie les deux relecteurs de l'article, dont un relecteur anonyme, pour leurs remarques et suggestions qui ont permis d'étayer l'exposé, et particulièrement le Professeur Christian GIUSTI (Université Paris-IV Sorbonne) qui l'a fait bénéficier de sa fine connaissance de l'œuvre de Claude KLEIN, l'amenant à expliciter le propos et étoffer le corpus bibliographique. Il remercie en outre le Professeur Dominique SELLIER (Université de Nantes) qui a bien voulu lui faire part de ses conseils à la lecture d'une première rédaction. Nos remerciements vont également à nos collègues et correspondants qui, à des titres divers, nous ont fait partager leur expérience des terrains sarthois : Guy MARY (Université du Maine), Yoann CHANTREAU (Université Rennes 1), Julien HARDY (Maison du Perche Sarthois), Stéphane DESCHANG (Faïencerie d'art de Malicorne). À l'Université de Nantes, Simon CHARRIER a procédé à la mise en forme graphique et cartographique. Qu'il nous soit permis, enfin, de saluer la mémoire du Professeur Claude KLEIN dont l'enseignement accompagna les prémices de notre formation de géomorphologue à l'Institut de Géographie de l'université Paris IV Sorbonne.

Haut de page

Bibliographie

BRGM (1996) - Guide des ressources minérales en Pays de la Loire. Première partie : panorama de l'activité. Rapport BRGM R 40004, 80 p.

CAYLA N., HOBLÉA F., BIOT V., DELAMETTE M. et GUYOMARD A. (2012) - De l'invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale. Géocarrefour, vol. 87, n° 3-4, p. 171­186.

CHANTREAU Y. (2011) - Les formations fluviatiles pléistocènes de la moyenne et basse Sarthe. Approche géoarchéologique. Thèse de l'Université Rennes 1, 280 p.

COMENTALE B. (2011) - Géomorphologie et paysages de l'argile. L'exemple des Mauges et des aires limitrophes de Loire-Atlantique. Les Cahiers Nantais, n° 2, p. 65-73.

COMENTALE B. (2012) - Du patrimoine artisanal au patrimoine géomorphologique sur la marge méridionale du Massif armoricain. Géocarrefour, vol. 87, n° 3-4, p. 229-238.

COMENTALE B. (2013) - Le travail de l'argile, clé d'accès à la géomorphologie dans l'Ouest de la France. In : Gestion des géosites dans les espaces protégés, Actes de colloque (Univer-sité Savoie-Mont-Blanc, 2011), F. HOBLÉA F., CAYLA N. et REYNARD E. édit., collection EDYTEM, vol. 15, p. 127-134.

COMENTALE B. (2015) - Les activités de transformation de l'argile : un matériau pour une vulgarisation de la géomorphologie. L'exemple de la Vendée. Les Cahiers Nantais, n° 2, p. 5-14.

CPIE Loire et Mauges (2006) - Carrières de roche massive, sablières, argilières des Mauges et biodiversité. Rapport du Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement Loire et Mauges, Beaupréau, 94 p.

CUSSONNEAU C. (2004) - Fours mixtes, à céramique et à chaux, du Baugeois. Fiche "Reflets : patrimoine de Maine-et-Loire", Conseil Général de Maine-et-Loire, 4 p.

DANIOU P. (1977) - L'exploitation des argiles dans les Landes du Sud des Charentes. Norois, vol. 93, p. 11-32.

DELAUNAY P. (1932) - Le sol sarthois. Ses historiens, son histoire géologique, sa géographie botanique, économique, historique et politique. Fascicule 3 : Les terrains jurassiques. Imprimerie Monnoyer, Le Mans, p. 361-544.

GIUSTI C. (2012) - Du syndrome de Playfair au paradoxe de Penck. Mémoire d'HDR, Université de Perpignan Via Domitia, 270 p.

GUIGO M. (1979) - Hydrologie et érosion dans l'Apennin septentrional. Thèse de Doctorat d'État, Aix-en-Provence, 501 p.

KLEIN C. (1970) - La "surface de l'argile à silex". Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, vol. 12, n° 3, p. 185-220.

KLEIN C. (1975) - Massif Armoricain et Bassin Parisien. Contribution à l'étude géologique et géomorphologique d'un massif ancien et de ses enveloppes sédimentaires. Thèse de Doctorat d'État, Université de Bretagne occidentale, Édit. Ophrys, Gap, 882 p.

KLEIN C. (1997-a) - Du polycyclisme à l'acyclisme en géomorphologie. Édit. Ophrys, Gap, 299 p.

KLEIN C. (1997-b) - Des microformes aux mégaformes en géomorphologie continentale. Édit. Ophrys, Gap, 80 p.

KLEIN C. (2001) - De la mésogéomorphologie à la microgéomorphologie et à la mégagéomorphologie. Édit. Ophrys, Gap, 112 p.

LE GUERN C. et COULON A., avec la collaboration de BAUDOUIN V., LOTRAL Y., MONTFERRAND M., SCHROETTER J.M., BÉCHENNEC F. (2009) - Cartographie de l'aléa retrait-gonflement des sols argileux dans le département de Loire-Atlantique. Rapport BRGM/RP-56818-FR, 131 p.

LOUAIL J., BROSSÉ R. et LAUGERY J. (1978) - Carte géologique de la France à 1/50000, feuille Baugé (n° 424). Notice explicative. Édit. BRGM, Orléans, 38 p.

LOUAIL J., MORZADEC P., LE HERISSÉ A., BROSSÉ R., MOGUEDET G. et ÉTIENNE H. (1989) - Carte géologique de la France à 1/50000, feuille La Flèche (n° 392). Notice explicative. Édit. BRGM, 37 p.

MORICE J.R., SAUPIN G. et VIVIER N., sous la direction de (2013) - Les nouveaux patrimoines en Pays de la Loire. Édit. Presses Universitaires de Rennes, 755 p.

PILLET M. (2007) - Poteries traditionnelles en France de 1980 à nos jours. Édit. La Revue de la Céramique et du Verre, Vendin-le-Vieil, 286 p.

PIRAULT L. et BONNIN N. (1992) - Les ateliers d'Herbignac. La céramique du quotidien. Ar Men, n°46, p. 26-39.

TERS M. (1961) - La Vendée littorale. Étude de géomorphologie. Thèse de Doctorat d'État, Université de Paris, Édit. Oberthur, Rennes, 578 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - La place de la région des Pays de la Loire parmi les "provinces argilières" de l'Ouest de la France.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Tableau I - Recensement des principales activités céramiques, présentes et passées, en correspondance avec les affleurements de roches à forte teneur en argile, dans les Pays de la Loire.
Légende * : dans le département voisin des Deux-Sèvres, les derniers centres de production potière et tuilière (Magné, Saint-Hilaire-la-Palud) ont été abandonnés à la fin du XXème siècle.Sources de l'ensemble du tableau : BRGM (1996) et données de terrain personnelles.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 - Le cadre morpho-lithologique de l'exploitation argilière entre Loire et Sarthe.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 1 - Aux Rairies, à l'est d'Angers, l'atelier du Croc. [cliché B. COMENTALE, décembre 2010]
Légende Construit en 1836, inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et ouvert à la visite, il est utilisé comme argument de continuité participant de la notoriété de la commune. Son usage patrimonial, avec fabrication et cuisson, est une "vitrine" touristique de l'activité commerciale des lieux.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Photo 2 - Extraction de l'argile travaillée aux Rairies, aux abords immédiats, dans la forêt de Chambiers. [cliché B. Comentale, décembre 2010]
Légende L'organisation de circuits de visite y constituerait une introduction à la géomorphologie locale et régionale.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Photo 3 - Le plateau vendéen à Nesmy, à 80 m d'altitude. [cliché : B. Comentale, décembre 2012]
Légende Il est représentatif de la "banalité" des reliefs sud-armoricains. Le principal trait géomorphologique est le contraste entre la surface d'aplanissement sommitale, et son incision par le réseau hydrographique : ici l'Yon, encaissé de 50 m, alors que le niveau de base n'est qu'à 18 km de distance (Marais poitevin : altitude 2 à 3 m).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Figure 3 - Coupe synthétique du Massif Armoricain (Mauges) à l'ouest du Bassin Parisien (forêt de Bercé), à partir de la dissection de la surface régionale (d'après C. KLEIN, 1975, modifiée et adaptée).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Photo 4 - La "cuesta de l'argile à silex" (C. KLEIN, 1975, carte h.t. IX), vue vers le sud-est, aux abords de Malicorne-sur-Sarthe. [cliché : B. COMENTALE, août 2014]
Légende Une vulgarisation de la géomorphologie peut être menée à partir des affleurements argileux et marneux à la base de la cuesta, qui déterminent un paysage relativement vallonné, en contraste avec la rigidité des dalles gréseuses du sommet.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Annexe hors texte - Proposition de dépliant.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Annexe hors texte - Proposition de dépliant (suite).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5140/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Comentale, « Vulgariser la géomorphologie à partir du travail de l'argile. L'exemple de la région des Pays de la Loire (Ouest de la France) », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 1-20.

Référence électronique

Bruno Comentale, « Vulgariser la géomorphologie à partir du travail de l'argile. L'exemple de la région des Pays de la Loire (Ouest de la France) », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5140 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5140

Haut de page

Auteur

Bruno Comentale

Université de Nantes, Institut de Géographie, UMR 6554 CNRS, rue de la Censive du Tertre, 44300 NANTES.
Courriel : bruno.comentale@univ-nantes.frfr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org