Navigation – Plan du site
Articles

Les plages de la côte d'Ejjehmi-Soliman (golfe de Tunis, Tunisie) : exemple d'accélération de l'érosion marine dans une cellule sédimentaire artificiellement tronçonnée

Wissem Marzougui et Ameur Oueslati
p. 21-41

Résumés

La question de l'érosion des plages de la côte d'Ejjehmi-Soliman, comprise entre l'oued Seltène et la passe qui relie la sebkha Soliman à la mer, au fond de la baie de Tunis, a déjà fait l'objet de travaux. Ils s'accordent sur le fait que la tendance générale est à l'avantage de la mer. Mais la période considérée, surtout par les auteurs qui ont visé la quantification de la mobilité du rivage, est restée relativement courte (entre 1962 et 1996) et ne tient compte ni de l'évolution la plus récente ni de celle au cours de laquelle cette côte était encore à l'abri de l'extension des espaces bâtis.
Le présent travail, qui considère une tranche de temps plus longue (1948-2016), a permis de distinguer différentes périodes sensiblement différentes. La tendance érosive a commencé à s'affirmer autour de l'année 1962. Mais les rythmes les plus rapides du recul du rivage sont en relation avec la mise en place, en 1989-1990, de brise-lames destinés à protéger les aménagements réalisés en bord de mer. L'implantation de ces ouvrages s'est soldée par une segmentation de la côte, la faisant passer d'une cellule sédimentaire unique à une juxtaposition de petites cellules séparées les unes des autres par les secteurs protégés. Dans chacune d'elles, l'érosion n'est pas homogène et la zone d'érosion maximale se déplace au fur et à mesure que le rivage évolue.
Enfin, l'adaptation du littoral à l'avancée de la mer met en lumière le rôle des dunes dans le maintien d'une plage. Les dunes qui n'ont pas encore été colonisées, devront être préservées du bétonnage.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Longue de quelque 4,8 km, la côte d'Ejjehmi-Soliman s'étend entre l'embouchure de l'oued Seltène (Soltane) et le chenal reliant la sebkha Soliman à la mer. Elle se caractérise par des rivages sableux occupant le front d'une plaine alluviale basse formée par les apports des oueds qui descendent des reliefs de la terminaison septentrionale de la dorsale tunisienne. Les plages y sont relayées par un champ dunaire, petit mais bien marqué dans la morphologie. C'est, en fait, l'unique champ dunaire d'une certaine importance de l'ensemble de la baie de Tunis, dont le littoral s'étend depuis le cap de Sidi Bou Saïd jusqu'à la racine sud-ouest de la côte à falaises de Korbous (Fig. 1).

Figure 1- Carte de localisation.

Figure 1- Carte de localisation.

La flèche discontinue indique la dérive littorale dominante. Image Google Earth du 7 juillet 2016.

2Les marées sont faibles, le marnage moyen de vives eaux est de l'ordre d'une trentaine de centimètres seulement et il est souvent masqué par l'agitation de la mer, la côte étant relativement bien exposée aux vents dominants des secteurs septentrionaux. La houle et la dérive littorale qu'elle induit sont alors considérées comme les principaux agents hydrodynamiques influençant l'évolution du rivage (A. KOUKI, 1984 ; A. EL ARRIM, 1996 ; M. LOUATI et F. ZARGOUNI, 2009, 2013). Le transit sédimentaire annuel a été estimé entre 10000 et 20000 m3 (LCHF, 1982). La dérive littorale la plus active est dirigée vers l'ouest (A. KOUKI, 1984 ; R. PASKOFF, 1985 ; A. EL ARRIM, 1996 ; A. OUESLATI, 2004), en provenance des falaises gréso-argileuses de Korbous. Les dépôts de sédiments sur la face est des ouvrages de protection attestent du rôle majeur de ce courant. Plus à l'ouest, le long du reste de la côte de la baie de Tunis, le courant dominant court dans une direction opposée.

3Quant à l'origine et la dynamique des sédiments des plages, l'accent a jusqu'ici été mis principalement sur les apports des cours d'eau et le transport de la dérive littorale depuis les embouchures ou depuis les falaises, souvent gréseuses, qui bordent ou ponctuent le littoral du golfe de Tunis (R. PASKOFF, 1985 ; A. EL ARRIM, 1996 ; A. OUESLATI, 2004). Les oueds Majerda (Medjerda) et Miliane, les deux plus grands organismes exoréiques du pays, sont les plus gros pourvoyeurs, mais leurs apports n'intéressent directement que la moitié occidentale du littoral du golfe et ont fortement diminué à la suite de la multiplication des barrages (R. PASKOFF, 1985 ; A. EL ARRIM, 1996). Cette réduction est d'ailleurs considérée dans ce secteur comme l'une des causes principales de la fragilité des plages, fragilité de plus en plus accentuée par des aménagements de front de mer (A. PASKOFF, 1985 ; A. EL ARRIM, 1996 ; A. OUESLATI, 2004). C'est avec l'aggravation, notamment depuis les années 1980, du problème de l'érosion marine que les travaux relatifs à la dynamique sédimentaire le long du rivage ont commencé à se multiplier. Mais les plus détaillés ont été réalisés dans le cadre d'études techniques ou de recherches scientifiques parallèles à l'évolution induite par les aménagements. Les données sont restées, de ce fait, d'inégale valeur pour les différentes parties du littoral. Les plus détaillées concernent le secteur compris entre Gammart et La Goulette, le plus densément aménagé et qui compte aujourd'hui les ouvrages de protection les plus anciens, les plus nombreux et les plus variés (ITALCONSULT, 1973 ; LCHF, 1982 ; M. SLITI, 1990 ; SOGREAH, 1992 ; HYDROTÉCNICA PORTUGUESA, 1995 ; A. EL ARRIM, 1996 ; B. BEJAOUI et al., 2002 ; CONSULMAR, 2005). Il ressort aussi de ces travaux que la circulation des sédiments le long du rivage est assurée principalement par une dérive littorale dirigée du nord-ouest vers le sud-est, avec des volumes variant, selon les secteurs, de 2000 et 30000 m3/an.

4Pour la partie orientale du golfe de Tunis, à laquelle appartient le secteur étudié dans cet article, les données chiffrées manquent. Les différents travaux s'accordent toutefois sur le fait que la circulation des sédiments se fait selon une dérive littorale dirigée du nord-est vers le sud-ouest. Une simulation numérique de la circulation et du transport des sédiments sableux le long du littoral du golfe de Tunis sous l'effet des vents a confirmé que la partie du littoral du golfe de Tunis à laquelle appartient notre terrain d'étude est bien sous l'influence du courant en provenance du secteur à falaises de Korbous (M. BRAHIM et al., 2007). C'est ce que montrent aussi nos observations, les dépôts de sédiments sur la face est des ouvrages de protection attestant du rôle majeur de ce courant. Cela permet de penser que l'alimentation des plages provient surtout de l'érosion des falaises gréseuses des reliefs de Korbous. En effet, le terrain d'étude ne reçoit pas de grands cours d'eau et se trouve à l'écart de l'influence directe des oueds Majerda et Miliane. Il ne bénéficie pas, non plus, des apports des oueds du reste de la côte occidentale du Cap Bon appartenant à la face orientale du golfe de Tunis, le courant côtier dominant portant vers le nord-est à l'est de Korbous (point 2 sur la figure 1).

5À l'image d'une grande partie des rivages sableux de la Tunisie, ces plages sont en cours d'érosion. Le recul du rivage a déjà fait l'objet de publications (A. OUESLATI, 2004 ; M. LOUATI et F. ZARGOUNI, 2009, 2013). Mais les photos aériennes et les cartes topographiques utilisées ne permettaient sa mesure qu'entre 1962 et 1996. Un travail d'actualisation nous a donc paru s'imposer, surtout que l'occupation du sol et les aménagements de front de mer n'ont pas cessé depuis 1996 et que l'évolution du trait de côte et les risques qui lui sont associés se sont accentués.

6Pour cette étude, nous avons pu nous appuyer sur des images satellitaires (Google Earth) postérieures à 1996, mais aussi sur des photographies aériennes de 1948. Sur le terrain, nos investigations sur les évolutions récentes ont été menées dans le cadre d'un projet sur les risques naturels conduit par l'Office National des Mines de Tunisie (ONM).

7La notion de cellule sédimentaire, ou cellule de dérive littorale, tient une place importante dans notre approche. Bien que relativement ancienne, puisqu'elle remonte au moins aux années 1970 (J.P. MAY et W.F. TANNER, 1973), cette notion est encore peu intégrée dans les travaux sur la dynamique des rivages sableux de Tunisie. Son développement récent sur d'autres terrains (M.J. BRAY et al., 1995 ; J.P. BARUSSEAU et R. CERTAIN, 2002) résulte pourtant de la valeur de ses résultats concernant l'évolution des transits sédimentaires littoraux tant sur le court que sur le long termes.

II - Un site qui a déjà retenu l'attention

8Les publications consacrées à la question de l'érosion marine en Tunisie ont déjà évoqué le cas des plages d'Ejjehmi et du village de résidences secondaires de Soliman ou Soliman-plage. Des signes d'un recul du rivage ont été relevés dès les années 1970 et 1980 (ITALCONSULT, 1973 ; Y. NOURI et R. PASKOFF, 1980 ; T. BOUHAFA, 1985 ; R. PASKOFF, 1985). La situation a nécessité l'implantation, au cours des années 1989 et 1990 (M. ZEGGAF TAHIRI, 1999), de différents ouvrages de protection, dont notamment deux brise-lames devant l'hôtel Solymar et cinq autres au niveau du village de résidences secondaires de Soliman-plage (voir Fig. 1).

9Mais les précisions concernant le rythme de cette évolution sont bien plus tardives et on les doit surtout à deux travaux. Le premier (A. OUESLATI, 2004), utilisant des photos aériennes et des cartes de différentes dates, mais accordant aussi une place aux observations directes sur le terrain, révèle une érosion parfois rapide, en particulier dans les secteurs situés immédiatement à l'ouest des brise-lames. La mesure de cette érosion est donnée à la fois par des éléments morphologiques et par l'état des aménagements de front de mer.

10Aussi apprend-t-on qu'à la limite ouest des résidences de Soliman-plage, l'érosion était déjà bien avancée au début des années 1990 :

  • En 1991, l'extrémité occidentale de la rue longeant la mer (rue de la Corniche) se trouvait sur le bourrelet de la dune bordière. Mais au tout début des années 2000, elle était sur le rivage et la falaise taillée dans la dune avait reculé jusqu'au niveau de la deuxième rue parallèle à la mer.

  • Dans son avancée, la mer a commencé à abattre en 1993 les poteaux d'une ligne électrique longeant la plage immédiatement à l'ouest du village résidentiel. Cette ligne fut dépassée par le rivage dès 1998. Une nouvelle ligne a été implantée dans les dunes, mais elle a aussi été rattrapée par le rivage. Et l'opération a dû être encore renouvelée au moins une fois.

  • En février 2003, à quelques centaines de mètres à l'ouest du village, une habitation isolée construite dans les dunes a été atteinte par la mer ; elle sera partiellement démolie en février 2004. Cette maison se trouvait à trente mètres de la mer en 1996, ce qui a permis de conclure à une vitesse moyenne de recul du trait de côte proche de 5 m/an.

11Du côté de l'hôtel Solymar, les indicateurs du retrait du rivage sont également nombreux :

  • Immédiatement à l'ouest du mur d'enceinte de cet hôtel, le rivage a subi un recul de quelque 50 m depuis l'implantation des brise-lames en 1989-1990.

  • Mais la rapidité de l'érosion marine est surtout manifeste à l'extrémité d'une route conduisant à la plage. Sur la photo aérienne n° 223 de la mission de 1996 (TU 603/100), "elle se trouve à 32 m de la mer ; mais dès 2003, au moins, elle a été rattrapée et tronquée par les vagues. Des mesures faites sur cette photo et sur le terrain, en février 2003 et en février 2004, ont permis de conclure à un recul à un rythme de l'ordre de 5 m/an" (A. OUESLATI, 2004), soit un rythme comparable à celui calculé dans le secteur précédent.

12M. LOUATI et F. ZARGOUNI (2013) sont revenus sur le sujet pour une nouvelle quantification de la mobilité du trait de côte. Leur travail, qui s'appuie sur l'interprétation de différentes missions de photos aériennes, ne dépasse pas l'année 1996. Ce travail "s'appuie sur les techniques de photo-interprétation et du traitement numérique au sein d'un système d'information géographique (SIG)" (M. LOUATI et F. ZARGOUNI, 2013). Les résultats montrent un engraissement du rivage dans quelques secteurs. Mais la tendance régressive apparaît prépondérante. Entre 1962 et 1996, le recul s'est produit à un rythme moyen de 1,6 m/an entre l'embouchure de l'oued et le brise-lames le plus occidental du terrain d'étude et de 2,2 m/an entre le brise-lames suivant et Soliman. La vitesse de recul a été la plus forte sur la période 1974-1996, avec des taux moyens de 1,2 et 3,8 m/an respectivement. Mais des valeurs de l'ordre de 5 m/an ont été observées localement. Pour l'ensemble de la période considérée (1962-1996), les auteurs ont évalué la superficie érodée à 220967 m2.

III - Une cartographie et une quantification sur 68 ans

13Notre travail se base sur l'exploitation de quatre missions de photos aériennes et de cinq images satellitaires couvrant ensemble une période de 68 ans allant de 1948 à 2016 (Tab. I).

Tableau I - Photos aériennes et images exploitées.

Tableau I - Photos aériennes et images exploitées.

14Il existe en outre des photos aériennes prises en 1988, mais dont nous n'avons pas trouvé de clichés couvrant le secteur à l'est de l'hôtel Solymar, ce qui est regrettable, les brise-lames ayant été mis en place en 1989 et 1990. Pour cette étude, qui devait cibler la zone à l'ouest de la sebkha Soliman, nous ne nous sommes pas procuré les photos portant sur la passe joignant la sebkha à la mer ; cette lacune sera comblée dans le futur.

15Les documents utilisés ont fait l'objet de corrections géographiques et géométriques pour réduire les déformations et permettre de les caler et de les superposer.

16Les photos aériennes ont été orthorectifiées et mosaïquées à l'aide du logiciel ENVI. Les images satellitaires ont été géoréférenciées et recalées les unes par rapport aux autres sous ArcMAP du logiciel ArcGIS. Ce dernier a servi, par la suite, à la mise en place d'une base de données géographiques et à l'analyse qualitative et quantitative des données relatives à l'étude de l'évolution du trait de côte. Rappelons que ce dernier peut être défini de différentes manières selon la nature du littoral et sa dynamique (E.H. BOAK et I.L. TURNER, 2005 ; M. JUIGNER et al., 2012). Dans notre cas, deux possibilités sont offertes. La première consiste à considérer la face externe de la dune bordière, surtout que cette dernière donne la limite maximum atteinte par les eaux lors des tempêtes et que nous sommes sur un rivage où la tendance générale est à l'érosion. Mais cela ne permet pas une représentation homogène puisque cette dune a été localement couverte par le bâti. La deuxième, pour laquelle nous avons opté, considère les tons de gris sur la plage reflétant l'humectation du sable. Nous avons considéré leur limite interne, qui représente en fait la ligne des pleines mers. Cela nous a paru d'autant plus significatif que la marée est très faible dans le segment de côte étudié. De plus, les photos ont été prises par mer plutôt calme puisque les teintes de gris considérées se situent toujours dans la partie externe du bas de plage.

1 ) Deux grandes périodes pour l'ensemble de la côte

17Au cours de la période considérée, la tendance générale a été au recul du rivage. Les valeurs de ce recul sont comprises entre 40 et 180 m, ce qui correspond à des rythmes annuels moyens de 0,5 à 2,6 m/an. Cependant les différences dans le temps ont été tout aussi sensibles que celles dans l'espace et des épisodes de progradation ont même été observés.

18La comparaison des lignes de rivage par superposition des différentes photos et images permet de distinguer deux phases. La première couvre 26 ans, de 1948 à 1974. La seconde dure depuis cette date, même si elle a eu un déroulement plus complexe que la précédente.

a. De 1948 à 1974 : une tendance générale au recul du rivage à un rythme peu rapide mais aussi des situations de progradation

19Sur l'ensemble de ces années, le bilan montre une très légère avancée de la mer. Deux périodes se distinguent :

  • Entre 1948 et 1962, le rivage évolue assez peu (Fig. 2). En quelques points, la ligne de côte recule (-1 à -4 m le plus souvent), mais les avancées sont les plus fréquentes (+3 à +18 m généralement). Les évolutions sont surtout sensibles à l'embouchure de l'oued Seltène (+34 m) et non loin de la passe reliant la sebkha Soliman à la mer (-25 m).

  • Ensuite, jusqu'en 1974, la tendance au retrait du rivage est plus nette. En moyenne, la ligne de côte recule d'une vingtaine de mètres, mais des valeurs supérieures à 40 m sont atteintes localement, avec une maximale de 67 m.

Figure 2 - Les différentes positions du rivage jusqu'à 1974 à l'ouest de l'hôtel Solymar : des déplacements plutôt limités sauf au droit de l'oued Seltène.

Figure 2 - Les différentes positions du rivage jusqu'à 1974 à l'ouest de l'hôtel Solymar : des déplacements plutôt limités sauf au droit de l'oued Seltène.

Représentation sur un assemblage de photos-aériennes de la mission de 1962 (Office de la Topographie et de la Cartographie). L'extrémité orientale du document est au contact de la passe de la sebkha Soliman.

b. Après 1974 : une tendance au retrait du rivage qui se confirme et parfois s'accélère

20Sur l'ensemble de la période 1974-2016 (Fig. 3), en dehors des secteurs disposant d'ouvrages de protection (brise-lames et enrochements), le recul de la côte est partout supérieur à 50 m (vitesse moyenne > 0,95 m/an) et la valeur maximale s'élève à 173 m (4,1 m/an).

Figure 3 - Évolution du trait de côte entre 1974 et 2016 : tendance nette au recul et sur des distances bien plus grandes qu'au cours de la période 1948-1974.

Figure 3 - Évolution du trait de côte entre 1974 et 2016 : tendance nette au recul et sur des distances bien plus grandes qu'au cours de la période 1948-1974.

Représentation sur une image Google Earth du 7 juillet 2016. L'extrémité orientale du document est au contact de la passe de la sebkha Soliman.

21En considérant les sous-périodes (Fig. 4), la valeur maximale du recul annuel moyen ne descend jamais en dessous de 4 m/an. Les valeurs les plus fortes se rapportent aux périodes 2013-2016 (7,3 m/an) et 1996-2004 (5,9 m/an).

Figure 4 - Valeur maximale du recul du rivage et vitesse annuelle moyenne lui correspondant pour chacune des périodes considérées après 1974.

Figure 4 - Valeur maximale du recul du rivage et vitesse annuelle moyenne lui correspondant pour chacune des périodes considérées après 1974.

2 ) L'impact des ouvrages de protection

22Afin de préciser la dynamique du rivage après l'implantation des brise-lames et la formation de tombolos, cinq secteurs doivent être distingués : les deux disposant maintenant d'ouvrages de protection et les trois qui les encadrent (Fig. 5). Les données exploitées portent sur différents points de ces secteurs, codés d'ouest en est (lettres et chiffres) dans le sens du courant de dérive littorale dominant. Le point D1 aurait sans doute pu tout aussi bien être intégré au secteur C, mais il nous a semblé tout de suite évident que la dynamique devait y être considérablement influencée par les brise-lames situés immédiatement à l'ouest.

Figure 5 - Localisation des différents secteurs (A, B, C, D et E) et des points (A1, A2…) de mesure (représentation sur une image Google Earth du 7 juillet 2016).

Figure 5 - Localisation des différents secteurs (A, B, C, D et E) et des points (A1, A2…) de mesure (représentation sur une image Google Earth du 7 juillet 2016).

a. Dans les secteurs ayant fait l'objet de travaux de protection

23Ces deux secteurs (B et D ‒ Fig. 5) se trouvent dans les parties orientale (Soliman-plage) et centrale (hôtels Andalous et Solymar) de la côte étudiée. Ils présentent parfois des digues d'enrochement et des murs de soutènement. Mais ce sont les brise-lames qui ont le plus influencé la dynamique côtière, notamment le transit littoral. Implantés en 1989 et 1990, ces ouvrages, mis à part les deux les plus orientaux, trop loin du rivage, ont permis la formation rapide de tombolos stables. Ceux-ci ont résulté du dépôt de sédiments transportés par la dérive littorale, mais ceux de l'hôtel Solymar auraient été initiés par une opération de recharge artificielle portant sur un volume de l'ordre de 10000 m3 (SOGREAH, 1992).

24À Soliman-plage, les mesures faites en B1 et B2 ont révélé, pour la période 1962-1996, des reculs du rivage de 59 et 80 m, ce qui donne des vitesses annuelles moyennes de 2,4 et 1,7 m (Tab. II). Dans ce secteur protégé par des brise-lames depuis 1989-1990, les vitesses de recul sur la période 1974-1996 sont restées très proches de celles de la période 1962-1974.

Tableau II - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur B de 1948 à 1996.

Tableau II - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur B de 1948 à 1996.

25Du côté des hôtels Andalous et Solymar, la plage était également en proie à l'érosion marine avant la mise en place des protections. Mais les mesures révèlent que le rivage reculait ici à une allure bien moins rapide que dans le secteur B. Sur la période 1962-1996, la mer a avancé de 30 m en D1 et de 12 m en D2, ce qui correspond à des rythmes moyens de -0,88 et -0,35 m/an.

26On notera que les érosions ayant contraint à la mise en place de protections dans les secteurs B et D, si elles étaient fortes, étaient finalement moins sévères que celles qui caractérisent de nos jours d'autres secteurs, comme nous allons le voir.

b. En dehors des secteurs protégés

27Le secteur A s'étend à l'est des brise-lames de Soliman-plage, jusqu'au delà de la passe qui relie la lagune de Soliman à la mer.

28En A3, les mesures révèlent une différence assez marquée entre deux périodes (Tab. III). De 1948 à 2004, les valeurs ont été toujours négatives et le recul du rivage a atteint 93 m, dont 34 m pour les années 1948-1962. À l'échelle du terrain d'étude, ces dernières sont pourtant considérées, on l'a vu, comme des années de stabilité ou de faible variation du rivage. L'explication peut être donnée par une réduction de l'apport de la dérive littorale ou par une communication plus régulière ou plus fréquente entre la mer et la sebkha, hypothèses qu'une reconstitution du fonctionnement et de l'évolution dans le temps de la passe reliant la sebkha à la mer, ainsi qu'un travail sur l'évolution du rivage de l'ensemble du secteur compris entre notre terrain d'étude et les falaises de Korbous, permettraient de vérifier.

Tableau III - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur A.

Tableau III - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur A.

Valeurs négatives : recul du rivage. Valeurs positives : progradation de la côte. / : absence de mesure.

29Quoi qu'il en soit, l'essentiel du recul en A3 a été enregistré avant 1996. Ensuite, l'évolution s'est trouvée influencée par le freinage sédimentaire lié aux ouvrages de protection du secteur situé immédiatement à l'ouest, d'où une tendance à l'engraissement.

30Pour les autres points, les images, disponibles fournissent des valeurs négatives depuis la date de la première observation (1996 en A1, 1974 en A2) jusqu'à 2004 au moins (l'image de 2008 ne couvre pas le secteur), puis elles indiquent une tendance globale nettement à la progradation. Elles permettent en outre de constater que cette tendance a été particulièrement forte entre les deux points, au niveau même de la passe.

31Sur la période 2004-2016, malgré quelques fluctuations négatives, les plages du secteur A se sont partout engraissées, avec une progradation de 39 m en A3, 37 m en A2 et 70 m en A1. Cette dynamique d'accumulation est peut-être aussi favorisée, au moins en A3, par les brise-lames situés immédiatement à l'ouest. En outre, si l'avancée du littoral est forte en A1, c'est peut-être en raison de la configuration du rivage. Toutefois les fluctuations d'une période à l'autre et leur mauvaise correspondance d'un point à l'autre obligent à beaucoup de prudence. Une étude de l'évolution récente du rivage entre les falaises de Korbous et la passe fournirait certainement des éléments d'explication, en particulier des informations sur les variations dans le temps du flux sédimentaire à l'entrée de la zone d'étude.

32Le secteur C, entre les brise-lames de Soliman-plage et l'hôtel Andalous, a également fait l'objet de mesures en trois points (C1 à C3), auxquels on peut associer D1 (Tab. IV). Entre 1948 et 1962, la plage connaît une extension, modeste, dans ses parties occidentale (+3 m) et médiane (+10 m). Au cours de ces quatorze années, le rivage manifeste une progression annuelle moyenne de 0,2 m en C3 et 0,7 m en C2. Ensuite, le démaigrissement prévaudra presque toujours en tous les points. C'est alors le secteur qui enregistre l'érosion la plus forte. L'évolution est particulièrement spectaculaire sur la période 1974-1996 (22 ans) : -111 m en C1, -53 m en C2 et ­89 m en C3, ce qui donne respectivement des vitesses moyennes de recul de 5,0, 4,0 et 2,4 m/an.

Tableau IV - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur C et en D1.

Tableau IV - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur C et en D1.

Valeurs négatives : recul du rivage. Valeurs positives : progradation de la côte.

33Les vitesses moyennes de recul sont également très élevées entre 1996 et 2004 (5,25, 4,6 et 1,9 m/an en C1, C2 et C3), mais elles se rapportent à une période beaucoup plus courte (8 ans). Les valeurs les plus élevées ont alors été enregistrées aux points les plus proches des brise-lames (C1 et C2), la dérive littorale qui repart à l'ouest des tombolos se rechargeant en sédiments dans cette zone.

34Au cours des toute dernières années, le recul marque un certain ralentissement et les différences entre les points s'estompent. Le recul en C1 n'est pas particulièrement fort, peut-être en raison de l'accentuation de la concavité du trait de côte en ce point. Ce sont désormais les points C2 et surtout C3 (le plus éloigné des brise-lames) qui enregistrent les reculs les plus sensibles. Cette tendance s'étend jusqu'au point D1 (en amont de l'accumulation à l'abri des brise-lames de Solymar), où le rivage a reculé de 22 m entre 2008 et 2016, alors qu'il était en légère progradation auparavant. L'explication résiderait dans une tendance à la régularisation du trait de côte. On doit néanmoins préciser que, même en C1, l'érosion demeure menaçante. Le rivage a reculé de 14 m de 2008 à 2016, soit à une vitesse de l'ordre de 1,75 m/an, ce qui est préoccupant sur un littoral aménagé.

35De 1948 à 2016, au niveau du secteur C, le continent a abandonné à la mer quelque 159379 m2, ce qui correspond à un rythme d'érosion moyen de 2343 m2/an. Mais la plage est toujours là comme élément du paysage géomorphologique. En fait, elle a migré vers les terres et s'est reconstituée au fur et à mesure grâce au matériel des dunes qui la bordent. Les effets de la tendance régressive du rivage ne sont visuellement perceptibles sur le terrain que lorsque l'avancée de la mer bute sur un aménagement humain. Au voisinage du point C1, par exemple, deux habitations sont menacées par l'érosion depuis quelques années, ce qui a obligé les propriétaires à différents travaux de protection (sacs de sable, branchages, enrochement…). En C2, une habitation a été détruite par les vagues avant d'être dépassée par le rivage. Son emplacement se trouve maintenant à vingt mètres au moins du rivage (Fig. 6 et Photo 1). Enfin, près de C3, les vagues commencent à attaquer l'extrémité d'une route d'accès à la plage (Fig. 8) et, quelques dizaines de mètres plus à l'ouest, on reconnaît les vestiges d'une construction qui vient, elle aussi, d'être gagnée par la mer (Fig. 7 et Photos 2).

Figure 6 - Exemple de construction de front de mer témoignant de l'importance du recul du rivage au niveau du point C1 (images Google Earth).

Figure 6 - Exemple de construction de front de mer témoignant de l'importance du recul du rivage au niveau du point C1 (images Google Earth).

Photo 1 - Vue prise en février 2004 de l'habitation entamée par les vagues visible sur la figure 6. [cliché Ameur OUESLATI]

Photo 1 - Vue prise en février 2004 de l'habitation entamée par les vagues visible sur la figure 6. [cliché Ameur OUESLATI]

En 1996, la maison se trouvait encore à une trentaine de mètres de la mer. L'arbre témoigne, par sa forme, du caractère venté de la côte.

Figure 7 - Témoins de l'évolution régressive du rivage au niveau du point C3 (images Google Earth).

Figure 7 - Témoins de l'évolution régressive du rivage au niveau du point C3 (images Google Earth).

Les vestiges d'une construction ancienne qui a fini par être gagnée par la mer sont indiqués par des flèches. La ligne dentelée représente la limite interne de la plage, au contact de la dune bordière qui tombe en falaise, active par mer agitée. Le recul du rivage est également visible au niveau de la route d'accès à la plage.

Photos 2 - Évolution du rivage entre 2010 et 2014 au niveau des vestiges de la construction indiquée sur la figure 7. [clichés : Ameur OUESLATI, mars 2010, et Wissem MARZOUGUI, décembre 2014]

Photos 2 - Évolution du rivage entre 2010 et 2014 au niveau des vestiges de la construction indiquée sur la figure 7. [clichés : Ameur OUESLATI, mars 2010, et Wissem MARZOUGUI, décembre 2014]

En 2010, la construction est déjà sortie des dunes et annexée au bas de plage. En 2014, elle est entièrement en mer.

36Dans le secteur E, entre les brise-lames de l'hôtel Solymar et l'embouchure de l'oued Seltène, seule la période 1948-1962 a enregistré un gain sur la mer (Tab. V), mais avec des valeurs plutôt faibles et croissantes d'est en ouest (3 m en E1, 11 m en E2 et 18 m en E3).

Tableau V - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur E.

Tableau V - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur E.

Valeurs négatives : recul du rivage. Valeurs positives : progradation de la côte.

37Après 1962, en revanche, le rivage a reculé, de 162 m en E1, 182 m en E2 et 169 m en E3. Les vitesses moyennes de recul ont atteint jusqu'à 5,9 m/an en E3, sur la période 1996-2004, et même 7,3 m/an au même point, mais sur une période beaucoup plus courte, de 2013 à 2016. La mise en place des brise-lames du secteur D a eu pour conséquence une accélération de l'érosion dans le secteur E. Le transit littoral étant intercepté par les tombolos formés à l'abri des brise-lames de Solymar, la dérive littorale repart plus à l'ouest en puisant sa charge sur la plage du secteur E. On doit toutefois préciser que M. LOUATI et F. ZARGOUNI (2013) placent le début de la phase de retrait du rivage dans ce secteur après 1974 (+ 2,1 m/an sur la période 1962-1974), c'est-à-dire à une date plus tardive que celle révélée par nos calculs (1962). On pourrait évoquer une éventuelle spécificité de nos points de mesure ou les marges d'erreur des méthodes utilisées. Mais la première hypothèse est contredite par la représentation des traits de côte que donnent M. LOUATI et F. ZARGOUNI et la deuxième se heurte à l'ampleur de la différence entre les estimations.

38Quoi qu'il en soit, sur les 68 années considérées, le continent a perdu une superficie de 160936 m2 au niveau du secteur E, soit 2366 m2/an en moyenne.

39Dans le secteur E, les effets de l'érosion sont bien visibles sur le terrain. C'est le cas, en particulier, dans la partie orientale (E1) où les lots de la première ligne de ce qui aurait dû devenir un lotissement, ainsi qu'une grande partie de la rue qui les sépare des lots de la deuxième ligne, ont été érodés et leur emplacement gagné par la mer (Photos 3). Pour contrer cette évolution, des travaux de protection, par enrochement du rivage dans le cadre d'initiatives privées, ont déjà eu lieu. Vers le point E2, les vagues atteignent des palmiers implantés sur la dune bordière et qui constituent un élément intéressant du paysage. Certains palmiers ont déjà été abattus et dépassés par le rivage. Plus à l'ouest (E3), les témoins de cette évolution sont surtout d'ordre géomorphologique, l'avant-dune étant constamment grignotée par le recul d'une falaise vive devancée par un estran fréquemment jonché de débris de la végétation dunaire. Mais, malgré le recul de la côte, la plage continue d'exister, aussi bien en E1 qu'en E3, où elle est parfois large de plusieurs décamètres. En effet, comme dans certaines parties du secteur C, les dunes ayant échappé à l'envahissement par le béton, offrent une réserve sédimentaire qui assure la persistance d'une plage.

Photos 3 - Évolution du littoral immédiatement à l'ouest des brise-lames de l'hôtel Solymar, dans la partie orientale du secteur E. [clichés : Ameur OUESLATI, 2003, et Wissem MARZOUGUI et Ameur OUESLATI, 2013 et 2016]

Photos 3 - Évolution du littoral immédiatement à l'ouest des brise-lames de l'hôtel Solymar, dans la partie orientale du secteur E. [clichés : Ameur OUESLATI, 2003, et Wissem MARZOUGUI et Ameur OUESLATI, 2013 et 2016]

La photo de 2003 (reprise de A. OUESLATI, 2004) montre des dunes et l'extrémité de la route qui mène vers la plage tronquée par les vagues. Sur la photo de 2013, on voit la rue parallèle à la mer aménagée après 2003. Elle était initialement bordée de lots constructibles. En 2013, les lots à gauche de la route ont déjà été érodés et il ne subsiste que quelques petites constructions prévues pour les compteurs d'eau, de gaz et d'électricité. Sur la photo de 2016, la rue elle-même est à son tour presque entièrement érodée.

IV - Discussion et perspectives d'avenir

40Les résultats de ce travail, tout en confirmant des idées développées dans des travaux antérieurs, apportent de nouvelles informations et invitent en outre à des réflexions sur l'avenir des plages étudiées, notamment sur les risques liés à l'évolution actuelle et partant sur les mesures et précautions qui s'imposent en matière d'aménagement.

1 ) De nouvelles précisions concernant la mobilité du trait de côte

41Couvrant une tranche de temps assez longue (1948-2016), ce travail apporte des précisions quant à la mobilité du trait de côte. Les vitesses de recul se sont avérées, dans bien des cas, plus fortes que cela était supposé. C'est vrai surtout pour la période la plus récente, jusque là non étudiée. Des vitesses supérieures à 7 m/an ont été mesurées. Significatif aussi est le fait que les valeurs varient dans le temps et dans l'espace. Les variations se produisent, entre autres, en relation avec les modifications de la côte sous l'effet de l'érosion après la mise en place des brise-lames. Sur un même segment de plage, les évolutions sont alors commandées par la régularisation progressive du tracé de la côte. Comme cela apparaît particulièrement dans le secteur C, l'érosion la plus forte est d'abord enregistrée au niveau du point de départ de la dérive littorale, immédiatement en aval des brise-lames. Mais son rythme s'atténue à mesure que la concavité du tracé du rivage se creuse en cet endroit. L'érosion tend alors à s'accélérer dans les secteurs de la plage situés plus en aval.

42L'autre résultat important, permis par l'examen de jeux de documents remontant jusqu'à 1948, est la distinction d'une période initiale (1948-1962) au cours de laquelle, même si la position du rivage a peu varié, les situations de gain de la plage sur la mer ont été prépondérantes. La tendance se renverse ensuite (1962-1974), mais les documents disponibles ne permettent pas de préciser la date réelle du basculement. Avec cette évolution, des problèmes vont se faire jour, fruits de l'irresponsabilité humaine. En effet, dans les années 1970 et surtout 1980, la côte connaît une multiplication d'aménagements en bordure de mer, qui vont être très vite menacés par le recul du rivage. Pour faire face à cette situation, deux ensembles de brise-lames sont mis en place, qui vont effectivement protéger le littoral de Soliman-plage et le secteur des hôtels Andalous et Solymar, mais qui vont parallèlement induire des effets négatifs à leur aval.

2 ) Une nouvelle répartition des zones d'érosion et d'accumulation

43Avant l'implantation des brise-lames de Soliman-plage et de l'hôtel Solymar, l'ensemble du littoral étudié fonctionnait comme une cellule homogène entre la passe de la sebkha Soliman, dont il n'est pas exclu qu'elle ait causé parfois une rupture de la dérive littorale, et l'embouchure de l'oued Seltène.

44À la fin des années 1980, la nécessité de protéger des constructions en dur, implantées à très faible distance de la mer, souvent sur l'avant-dune et parfois même sur la partie interne de la plage, a conduit à l'établissement de brise-lames. En effet, ces constructions se trouvaient menacées par l'avancée de la mer (période 1974-1996).

45Mais depuis la création de ces ouvrages de protection, l'unité de la zone d'étude est rompue, deux ruptures intermédiaires ayant été introduites (brise-lames des secteurs B et D). Elles font obstacle à la dérive littorale, d'où la formation de tombolos. Les cellules situées à l'ouest de chacune de ces nouvelles ruptures, ne bénéficient plus des apports sédimentaires bloqués par les tombolos et restent des zones de départ, et même de départ accentué, de sédiments.

46Dans les endroits soumis à l'érosion, on est souvent passé d'une plage, bordée par des dunes, à une falaise vive sur le front de laquelle le béton recouvre le sable éolien. La plage aurait pu continuer d'exister, en dépit du retrait du rivage, si les dunes n'avaient pas été occupées aussi près de la mer. On en a pour preuve la situation autour du point C1, où le rivage a connu un retrait important mais où la plage n'a pas disparu pour autant. Selon le phénomène du "tapis roulant" (R. PASKOFF, 1993), elle a migré vers l'intérieur, profitant du matériel des dunes restées à l'abri du béton. Le même type d'évolution s'observe à chaque fois que le rivage est bordé par des dunes non aménagées. Cela ne peut qu'interpeller quant à l'évolution future et aux précautions à prendre dans les segments de cette côte non encore occupés.

3 ) De la nécessité de préserver ce qui reste du champ dunaire

47Les plages sableuses, l'un des principaux atouts de cette côte, sont des formes menacées, mais pas obligatoirement condamnées à disparaître. Le fait d'être adossées à des dunes évoluant à l'état naturel leur offre un soutien sédimentaire qui leur permet de subsister, même si la mer continue de gagner du terrain. Cette évidence n'a malheureusement pas toujours été prise en compte dans les travaux d'aménagement, au mépris de toute la bibliographie consacrée à la question de l'érosion des plages en Tunisie, y compris dans le golfe de Tunis (R. PASKOFF, 1985 ; A. OUESLATI, 2004).

48Les espaces bâtis n'ont cessé de se multiplier, et à un rythme de plus en plus accéléré (Tab. VI et Fig. 8). Aujourd'hui, une grande partie des dunes est couverte de béton ou est envahie de lotissements en cours d'occupation. Cette évolution concerne la frange littorale comprise entre la mer et la route "côtière", laquelle constitue en gros la limite interne du champ dunaire. Sur une superficie totale de l'ordre de 382 ha, seuls 147 ha ne portent pas encore de constructions. Les espaces occupés par des dunes évoluant encore à l'état naturel ont vu leur superficie passer de 268 ha en 1962 à 172 ha en 1996 et à seulement 85,6 ha en 2016.

Tableau VI - Évolution de l'occupation du sol par le bâti et recul des superficies des dunes.

Tableau VI - Évolution de l'occupation du sol par le bâti et recul des superficies des dunes.

Mesures effectuées sur les photos aériennes de 1962 et 1996 et sur les images satellitaires de 2004, 2010 et 2016. Autres surfaces : bas fonds, parfois humides, dont le niveau est en dessous du sable des dunes, et plages.

Figure 8 - Évolution de l'occupation du sol par le bâti.

Figure 8 - Évolution de l'occupation du sol par le bâti.

Cartographie effectuée à partir des photos aériennes de 1962 et 1996 et des images Google Earth de 2004, 2010 et 2016.

49Du côté du rivage, le linéaire des plages encore non bordées par des constructions en dur n'est plus que de 1930 m, soit 40,3 % de l'ensemble de la côte étudiée. Il est impératif qu'il soit protégé de toute pénétration par le bâti. Cela sera d'autant plus efficace que les espaces dunaires encore préservés se trouvent en arrière de ce linéaire.

50Ces dunes, d'un intérêt paysager parfois remarquable, correspondent à un stock sédimentaire hérité, dont seule la marge externe bénéficie encore d'une maigre alimentation, par un sable soufflé depuis des plages de plus en plus étroites.

V - Conclusion

51Ce travail a permis d'abord de confirmer, en les complétant, les résultats des travaux antérieurs. En couvrant une période plus longue, il révèle des vitesses de recul du trait de côte supérieures à celles déjà signalées, certaines dépassant 7 m/an. Mais il met aussi en évidence l'existence de deux grandes périodes aux tendances opposées, le passage de l'une à l'autre se faisant autour de 1962.

52Au cours de la première période, la position du rivage est restée stable ou a avancé légèrement. Le point A3 a cependant fait exception, ce qui constituait sans doute les prémisses de ce qui s'est ensuite passé sur l'ensemble du terrain d'étude.

53Le début de la seconde période (1962-1974) a été marqué par un recul généralisé du trait de côte. Dès 1974, ce dernier se trouvait partout en retrait par rapport à sa position de 1948. Le recul se poursuivant, les hôtels Andalous et Solymar ainsi que les résidences secondaires de Soliman-plage, construits tout près de la mer, se sont trouvés menacés. Des ouvrages de protection, en particulier des brise-lames, ont été mis en place.

54À partir de là, les brise-lames vont influencer la dynamique des plages et l'évolution de la position du rivage. Par leur répartition spatiale, ces ouvrages ont fini par segmenter la côte, les espaces situés à leur abri et gagnés par des tombolos la divisant en trois parties qui ont évolué indépendamment. La plage comprise entre l'embouchure de l'oued Seltène et la communication entre la sebkha Soliman et la mer a ainsi perdu son unité. On est passé d'une cellule sédimentaire unique à trois cellules et, partant, à une nouvelle répartition spatiale des points de concentration de l'érosion.

55Le terrain étudié offre aussi des illustrations significatives sur l'aptitude des plages à s'adapter à une avancée de la mer ainsi que sur le rôle des dunes littorales dans cette adaptation. Cela doit inciter à la préservation des rivages et des espaces dunaires encore à l'abri du béton. L'élévation du niveau marin annoncée pour les prochaines décennies oblige à une vigilance particulière à cet égard.

56Enfin, si l'absence d'une couverture complète du terrain d'étude par la mission aérienne de 1988 risque de limiter l'acquisition de nouvelles informations sur le recul du rivage immédiatement avant et après la mise en place des brise-lames, d'autres questions restées en suspens pourront faire l'objet de travaux complémentaires. Nous pensons en particulier aux rapports du secteur étudié avec son prolongement oriental intéressé par la même dérive littorale. Un travail sur la dynamique sédimentaire et l'évolution récente du trait de côte autour de la passe de la sebkha de Soliman et surtout dans le segment de côte qui la sépare des falaises de Korbous, est susceptible d'apporter des éclairages intéressants et surtout de préciser la place du secteur étudié dans son cadre général.

Note de Physio-Géo : La Direction de Physio-Géo est reconnaissante à Noômène FEHRI d'avoir trouvé pour elle, auprès de Lofti BEN MILED, que nous remercions vivement, une indication sur la date de fermeture des salines de la sebkha de Soliman, qui est ainsi apparue antérieure à la période d'étude.

Haut de page

Bibliographie

BARUSSEAU J.P. et CERTAIN R. (2002) - Contrôles météo-marins et géologiques du bilan sédimentaire des prismes littoraux sableux conséquences en matière d'aménagement. In : Érosion littorale en Méditerranée : dynamique, diagnostic et remèdes, CIESM Workshop Series, n° 18, p. 25-29.

BEJAOUI B., BRAHIM M., BEN MOUELLI I. et RAÏS S. (2002) - Modélisation de l'évolution du trait de côte et de la protection du littoral dans le golfe de Tunis. Bulletin de l'Institut National des Sciences et Techniques de la Mer de Salammbô, vol. 29, p. 41-52.

BOAK E.H. et TURNER I.L. (2005) - Shoreline definition and detection: a review. Journal of Coastal Research, vol. 21, n° 4, p. 688-703.

BOUHAFA T. (1985) - Érosion et protection des plages du golfe de Tunis. Mémoire de CAR, Université de Tunis, 100 p.

BRAHIM M., KOUTITONSKY V., BEJAOUI B. et SAMMARI C. (2007) - Simulation numérique du transport des sables sous l'effet des vents dans le golfe de Tunis. Bulletin de l'Institut National des Sciences et Techniques de la Mer de Salammbô, vol. 34, p. 666-679.

BRAY M.J., CARTER D.J. et HOOKE J.M. (1995) - Littoral cell definition and budgets for central southern England. Journal of Coastal Research, vol. 11, n° 2, p. 381-400.

CONSULMAR (2005) - Étude générale pour la protection du littoral tunisien contre l'érosion marine. Avant-projet sommaire. Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral, tome 1, 121 p.

EL ARRIM A. (1996) - Étude d'impact de la dynamique sédimentaire et des aménagements sur la stabilité du littoral du golfe de Tunis. Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences de Tunis, 223 p.

HYDROTÉCNICA PORTUGUESA (1995) - Étude générale pour la protection du littoral tunisien contre l'érosion marine. Édit. Ministère de l'Équipement et de l'Habitat, Tunis, 300 p.

ITALCONSULT (1973) - Projet d'infrastructure touristique, contrôle de l'érosion marine. Édit. Office National du Tourisme Tunisien, Tunis, 187 p.

JUIGNER M, ROBIN M, FATTAL P., MAANAN M., LE GUERN C., GOUGUET L., BAUDOUIN V., DEBAINE F. (2012) - Cinématique d'un trait de côte sableux en Vendée entre 1920 et 2010. Méthode et analyse. Dynamiques Environnementales, vol. 30, p. 29-39.

KOUKI A. (1984) - Contribution à l'étude de la dynamique sédimentaire dans le petit Golfe de Tunis. Thèse de 3ème cycle, Université de Nantes, 168 p.

LCHF (1982) - Protection des plages sud de Tunis. 2ème partie. Rapport du Laboratoire Central d'Hydraulique de France, Ministère de l'Équipement, Direction des Services Aériens et Maritimes, 37 p.

LOUATI M. et ZARGOUNI F. (2009) - Modélisation topo-bathymétrique et transit sédimentaire. Exemple des plages sableuses de la baie de Tunis, Nord-Est de la Tunisie. Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 15, n° 3, p. 211-222.

LOUATI M. et ZARGOUNI F. (2013) - Le littoral entre lʼactuelle embouchure de l'oued Miliane et Soliman, Tunisie. Analyse de l'évolution du trait de côte par photo-interprétation et système d'information géographique. Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19, n° 2, p. 209-224.

MAY J.P. et TANNER W.F. (1973) - The littoral power gradient and shoreline changes. In : Coastal geomorphology, D.R. COATES édit., Édit. New York State University Press, Bighamton (USA), p. 43-60.

NOURI Y. et PASKOFF R. (1980) - Remarques sur le comportement actuel des plages dans le fond du golfe de Tunis. Revue Tunisienne de Géographie, vol. 6, p. 145-150.

OUESLATI A. (2004) - Littoral et aménagement en Tunisie. Édit. Orbis Impression, Tunis, 534 p.

PASKOFF R. (1985) - Les plages de la Tunisie. Édit. Editec, Caen, 198 p.

PASKOFF R. (1993) - Côtes en danger. Édit. Masson, Paris, 247 p.

SLITI M. (1990) - Fonctionnement de brise-lames dans le système littoral du golfe de Tunis. Thèse de l'Université Bordeaux I, 204 p.

SOGREAH (1992) - Réhabilitation et protection des plages sud de Tunis et de Mahdia. Rapport du Ministère de l'Équipement et de l'Habitat, Tunis, 60 p.

ZEGGAF TAHIRI M., (1999) - Étude de l'impact des ouvrages de protection sur la dynamique sédimentaire du littoral du golfe de Tunis et des côtes nord de Mahdia. Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences de Tunis, 140 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1- Carte de localisation.
Légende La flèche discontinue indique la dérive littorale dominante. Image Google Earth du 7 juillet 2016.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Tableau I - Photos aériennes et images exploitées.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 2 - Les différentes positions du rivage jusqu'à 1974 à l'ouest de l'hôtel Solymar : des déplacements plutôt limités sauf au droit de l'oued Seltène.
Légende Représentation sur un assemblage de photos-aériennes de la mission de 1962 (Office de la Topographie et de la Cartographie). L'extrémité orientale du document est au contact de la passe de la sebkha Soliman.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 3 - Évolution du trait de côte entre 1974 et 2016 : tendance nette au recul et sur des distances bien plus grandes qu'au cours de la période 1948-1974.
Légende Représentation sur une image Google Earth du 7 juillet 2016. L'extrémité orientale du document est au contact de la passe de la sebkha Soliman.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 4 - Valeur maximale du recul du rivage et vitesse annuelle moyenne lui correspondant pour chacune des périodes considérées après 1974.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 5 - Localisation des différents secteurs (A, B, C, D et E) et des points (A1, A2…) de mesure (représentation sur une image Google Earth du 7 juillet 2016).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Tableau II - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur B de 1948 à 1996.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau III - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur A.
Légende Valeurs négatives : recul du rivage. Valeurs positives : progradation de la côte. / : absence de mesure.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau IV - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur C et en D1.
Légende Valeurs négatives : recul du rivage. Valeurs positives : progradation de la côte.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 6 - Exemple de construction de front de mer témoignant de l'importance du recul du rivage au niveau du point C1 (images Google Earth).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photo 1 - Vue prise en février 2004 de l'habitation entamée par les vagues visible sur la figure 6. [cliché Ameur OUESLATI]
Légende En 1996, la maison se trouvait encore à une trentaine de mètres de la mer. L'arbre témoigne, par sa forme, du caractère venté de la côte.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 7 - Témoins de l'évolution régressive du rivage au niveau du point C3 (images Google Earth).
Légende Les vestiges d'une construction ancienne qui a fini par être gagnée par la mer sont indiqués par des flèches. La ligne dentelée représente la limite interne de la plage, au contact de la dune bordière qui tombe en falaise, active par mer agitée. Le recul du rivage est également visible au niveau de la route d'accès à la plage.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Photos 2 - Évolution du rivage entre 2010 et 2014 au niveau des vestiges de la construction indiquée sur la figure 7. [clichés : Ameur OUESLATI, mars 2010, et Wissem MARZOUGUI, décembre 2014]
Légende En 2010, la construction est déjà sortie des dunes et annexée au bas de plage. En 2014, elle est entièrement en mer.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Tableau V - Mesures de l'évolution de la plage dans le secteur E.
Légende Valeurs négatives : recul du rivage. Valeurs positives : progradation de la côte.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photos 3 - Évolution du littoral immédiatement à l'ouest des brise-lames de l'hôtel Solymar, dans la partie orientale du secteur E. [clichés : Ameur OUESLATI, 2003, et Wissem MARZOUGUI et Ameur OUESLATI, 2013 et 2016]
Légende La photo de 2003 (reprise de A. OUESLATI, 2004) montre des dunes et l'extrémité de la route qui mène vers la plage tronquée par les vagues. Sur la photo de 2013, on voit la rue parallèle à la mer aménagée après 2003. Elle était initialement bordée de lots constructibles. En 2013, les lots à gauche de la route ont déjà été érodés et il ne subsiste que quelques petites constructions prévues pour les compteurs d'eau, de gaz et d'électricité. Sur la photo de 2016, la rue elle-même est à son tour presque entièrement érodée.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Tableau VI - Évolution de l'occupation du sol par le bâti et recul des superficies des dunes.
Légende Mesures effectuées sur les photos aériennes de 1962 et 1996 et sur les images satellitaires de 2004, 2010 et 2016. Autres surfaces : bas fonds, parfois humides, dont le niveau est en dessous du sable des dunes, et plages.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 8 - Évolution de l'occupation du sol par le bâti.
Légende Cartographie effectuée à partir des photos aériennes de 1962 et 1996 et des images Google Earth de 2004, 2010 et 2016.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5152/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wissem Marzougui et Ameur Oueslati, « Les plages de la côte d'Ejjehmi-Soliman (golfe de Tunis, Tunisie) : exemple d'accélération de l'érosion marine dans une cellule sédimentaire artificiellement tronçonnée », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 21-41.

Référence électronique

Wissem Marzougui et Ameur Oueslati, « Les plages de la côte d'Ejjehmi-Soliman (golfe de Tunis, Tunisie) : exemple d'accélération de l'érosion marine dans une cellule sédimentaire artificiellement tronçonnée », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5152 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5152

Haut de page

Auteurs

Wissem Marzougui

Office National des Mines, 24 rue de l'Énergie, 2035 La Charguia, Tunis BP 215, 1080 TUNIS cedex, TUNISIE.
Courriel : wi_marzougui@yahoo.fr

Ameur Oueslati

Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Laboratoire CGMED.
Courriel : oueslatiameur@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org