Navigation – Plan du site
Articles

Le Triglav, un géomorphosite emblématique des Alpes slovènes

Laurent Hassid et Francis Huguet
p. 147-159

Résumés

Le Triglav, la plus haute montagne de Slovénie (2864 m), avec ses trois sommets pyramidaux caractéristiques, a été sculpté par les processus d'érosion de haute montagne, particulièrement les dynamiques glaciaires, et par des processus karstiques. Il revêt aussi une grande valeur symbolique et patrimoniale en Slovénie, ce qui lui vaut de figurer sur le drapeau national de la jeune nation, ainsi que sur des pièces de monnaie slovènes. Possédant à la fois une valeur scientifique et emblématique, il peut être considéré comme un géomorphosite bien caractérisé.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est dédié à la mémoire de notre collègue slovène, Bojan ERHARTIČ, qui s'est consacré à la géomorphologie et aux géomorphosites de Slovénie, accidentellement décédé peu après la Conférence Internationale de Géomorphologie tenue à Paris en août 2013.

I - Introduction

2Les montagnes séparant la Slovénie de l'Autriche font partie des Alpes Juliennes et appartiennent à la partie orientale de la chaîne alpine (Fig. 1). Bien que certaines rivières de Slovénie se rattachent au système hydrographique des Balkans, le paysage des montagnes slovènes est très semblable à celui de l'Autriche ou de la Suisse. Ces montagnes slovènes sont constituées de crêtes est-ouest d'altitude modérée, disséquées par quelques grandes vallées. Le sommet du Triglav (Photo 1), qui atteint 2864 m, est le point le plus élevé non seulement des Alpes Juliennes, mais aussi de toute la Slovénie. Le Triglav, constitué de sommets pyramidaux et de cirques glaciaires, dominant des modelés karstiques, revêt depuis longtemps une haute valeur symbolique en Slovénie (E. LOVŠIN et al., 1979 ; B. ŠAVER, 2005). Cette valeur emblématique, qui remonte à la période austro-hongroise, s'est renforcée pendant la période yougoslave et a pris encore davantage d'importance depuis l'indépendance de la Slovénie en 1991. La majeure partie du territoire slovène actuel a appartenu à l'Empire des Habsbourg entre la fin du XIIIème siècle et 1918, avant d'être intégré au royaume des Serbes, Croates et Slovènes, première appellation officielle de la Yougoslavie après la Première Guerre mondiale. Si le Triglav était la plus haute montagne de l'ex-Yougoslavie et est aujourd'hui la plus haute de Slovénie, il est loin d'être parmi les plus hauts sommets des Alpes, qui en comptent beaucoup de bien plus élevés, dépassant 4000 m dans les Alpes françaises, italiennes, suisses et autrichiennes… Sa popularité vient de ce qu'il constitue le plus haut sommet de l'un des pays les plus montagneux d'Europe. L'objet de cet article est de montrer en quoi ce sommet et, plus largement, le massif du Triglav constituent un géomorphosite remarquable, en les confrontant aux valeurs scientifiques, essentiellement géomorphologiques et géologiques, qui fondent la notion de géomorphosite, mais aussi aux valeurs esthétiques, culturelles et identitaires qui l'enrichissent.

Figure 1 - Localisation des Alpes juliennes et du Triglav dans les Alpes orientales.

Photo 1 - Le massif caractéristique du Triglav ("Trois Têtes"), vu depuis Vrsič pass. [cliché : Francis HUGUET]

II - Le Triglav : un géomorphosite témoignant de la géodiversité des Alpes juliennes

3Le Triglav possède à la fois un intérêt scientifique de premier plan, essentiellement dû à ses caractéristiques géologiques et géomorphologiques et une valeur patrimoniale et symbolique essentielle en Slovénie. À ce titre, il peut être défini comme un géomorphosite au sens de M. PANIZZA (2001) : "a geomorphological landform which has acquired a scientific, cultural/historical, aesthetic and/or social/economic value due to human perception or exploitation". Cette définition a été reprise, notamment par E. REYNARD et M. PANIZZA (2005), J.P. PRALONG (2006), D. SELLIER (2013), D. SELLIER et C. PORTAL (2013).

4Les valeurs scientifiques sur lesquelles s'appuient la distinction du Triglav en tant que géomorphosite sont liées à la multiplicité des processus morphogéniques qui ont façonné le paysage actuel, ce qui fait du massif un site représentatif de la géodiversité des Alpes juliennes. B. ERHARTIČ (2007) définit la géodiversité comme "the diversity and complex connection of features and processes in the geology, geomorphology, hydrology and soil geography of a particular area". Si la préservation de la faune et de la flore est une préoccupation essentielle de nos jours et constitue l'une des raisons d'être des parcs nationaux, la géodiversité, c'est-à-dire la richesse géologique, géomorphologique, pédologique et hydrologique d'une région, est moins connue. D'après M. GRAY (2004), la géodiversité mérite d'être protégée par la législation au même titre que la biodiversité. Toutefois, il y a là matière à débat, car les processus géomorphologiques sont à la fois des processus morphogéniques, c'est-à-dire créateurs de formes, et des processus d'érosion, c'est-à-dire destructeurs.

5Nous allons ci-dessous présenter les valeurs scientifiques liées à la géodiversité du Triglav.

1 ) Le Triglav : trois horns, sculptés par l'érosion glaciaire dans les Alpes juliennes de Slovénie

6Le Triglav est le plus haut sommet des Alpes juliennes, dans la partie orientale de la chaîne alpine, séparé de l'Autriche par la crête des Karawanken (Fig. 1).

a. La plate-forme carbonatée des Alpes juliennes et les calcaires du Triglav

7Les strates carbonatées du massif du Triglav sont des calcaires récifaux, qui ont été appelés "calcaires du Triglav". Pendant la période correspondant au sous-étage dit "Cordévolien" de l'époque triasique, équivalent dans les Alpes orientales du Carnien inférieur, la genèse de carbonates coralliens a prévalu (B. CELARC, 2004). À la fin de la diagenèse, ces calcaires ont été pour l'essentiel transformés en une dolomie massive ou mal stratifiée, à grain grossier ou cristallisée, poreuse et sableuse. Ces lits triasiques atteignent leur épaisseur maximale (environ 1000 m) dans les Alpes juliennes et le massif de Savinja, ainsi que dans les Karawanken du Nord, tout près de la frontière slovène (M. PLENIČAR et al., 2009).

b. Les Alpes slovènes pendant la collision alpine

8Au début de l'Oligocène, les orogènes en cours de soulèvement des Alpes, des Dinarides et des Carpates ont isolé un domaine marin peu profond, la Parathéthys, aujourd'hui interprété comme un bassin flexural rétro-arc de la zone de subduction qui court le long de la marge septentrionale des Alpes (M. PLENIČAR, 2009). Cette subduction de la Téthys alpine s'est achevée au Paléogène, quand s'est produite la collision de l'Adria et de l'Eurasie. Dans la partie orientale des Alpes, la convergence post-collision a été en partie absorbée par un déplacement vers l'est du domaine des Alpes orientales, dû à un coulissage dextre du système de failles périadriatiques.

2 ) La forme pyramidale du Triglav, un trait classique du paysage alpin

9Le nom Triglav (Tri, Glav-) qui signifie "Trois Têtes" en Slovène, se réfère à l'existence de trois sommets de forme pyramidale (voir Photo 1). Ces formes pyramidales, désignées dans les régions germanophones sous le nom de "horns", comme par exemple le célèbre Matterhorn (Cervin en Français) dans les Alpes suisses du Valais, sont très emblématiques du paysage de la haute montagne. Elles sont classiquement (C. EMBLETON et C.A.M. KING, 1975 ; D.I. BENN et J.A. EVANS, 1998) interprétées comme la conséquence du recoupement de plusieurs cirques glaciaires de grandes dimensions, du fait du recul et du raidissement de leurs parois, comme l'avait déjà souligné E. de MARTONNE (1947) et comme l'ont rappelé S. MORARD et al. (2009) : "Lorsqu'un sommet est bordé à sa base par une série de cirques d'orientations différentes, il se forme un horn, sommet pyramidal sculpté par des glaciers s'écoulant dans plusieurs directions. Le Cervin en est un exemple", même si la recherche moderne met aussi l'accent sur les processus supraglaciaires, comme la gélivation, et tend à minimiser le rôle joué par les processus véritablement glaciaires. Les impressionnants escarpements de la face nord du Triglav, qui forment la paroi d'un remarquable cirque glaciaire (Fig. 2), fournissent aux alpinistes les voies d'escalade rocheuse les plus difficiles de la montagne.

Figure 2 - Carte géomorphologique schématique du massif du Triglav.

Figure 2 - Carte géomorphologique schématique du massif du Triglav.

3 ) Le rôle des modelés glaciaires dans les paysages slovènes les plus emblématiques

10Parmi les aspects les plus remarquables des paysages montagnards figurent les vallées et les lacs glaciaires. L'un des plus célèbres paysages de Slovénie, le lac de Bled (Photo 2), avec son île et son château, figure dans tous les guides et dans toutes les brochures publicitaires de Slovénie et constitue la principale porte d'entrée dans le massif du Triglav. C'est un lac glaciaire caractéristique, comme le soulignent M. PLENIČAR et al.(2009, p. 38) : "After exiting the narrow valley, the Bohinj glacier has spilled across the plateau between Bled and Radovljica in Pleistocene, thus affecting significantly the evolution of the landscapes. It carved out the hollow of the Bled Lake, evened the landscapes and during its retreat deposited several terminal moraines". La vallée des lacs du Triglav (Fig. 2), que l'on peut atteindre à partir du village de Trenta par un sentier passant par Zasavska Koča, est une vallée glaciaire en U bien caractérisée, dans laquelle une série de lacs glaciaires sont nichés et où des moraines ainsi que des pavages karstiques sont visibles (B. ERHARTIČ, 2010 ; B. ERHARTIČ et M. ZORN, 2012 ; B. ERHARTIČ et al., 2013), et en même temps l'une des randonnées les plus populaires de Slovénie, plus accessible au simple randonneur que le sommet lui-même. Ce dernier, sans être d'une grande difficulté technique, peut être considéré comme étant déjà objet d'alpinisme, en dépit des câbles fixes qui sécurisent les passages les plus exposés. Ainsi, en Slovénie comme dans de nombreuses régions de la chaîne alpine, les lacs d'origine glaciaire font depuis longtemps partie intégrante des attraits paysagers et touristiques de la montagne.

Photo 2 - Le très emblématique lac de Bled.

Photo 2 - Le très emblématique lac de Bled.

Lac glaciaire bien caractérisé comptant parmi les plus célèbres sites touristiques de Slovénie, il constitue également la principale porte d'entrée dans le massif du Triglav.

4 ) Les processus périglaciaires

11Les recherches menées sur les glaciers et les régions englacées (D.I. BENN et J.A. EVANS, 1998) ont souligné l'efficacité érosive des eaux sous-glaciaires et aussi celle des processus à l'œuvre au-dessus de la trimline des glaciers würmiens (dont l'altitude n'est pas connue avec précision), processus parmi lesquels la gélifraction joue un rôle essentiel. Pendant les périodes froides, ces "horns" étaient des versants rocheux dominant des cirques et des auges englacées et étaient soumis aux processus périglaciaires comme la gélivation. Depuis la fin du dernier maximum glaciaire, les glaciers se sont retirés, mais au-dessus de 2800 m, les plus hauts sommets avoisinent la limite des neiges persistantes, comme le montre l'existence d'un névé près du sommet du Triglav, même si le réchauffement climatique a récemment réduit son extension (M. PLENIČAR et al., 2009).

5 ) Fracturation et fissuration

12Les géomorphologues doivent prendre en compte les différents facteurs affectant la résistance de la roche à l'érosion. L'histoire tectonique complexe de l'orogénie alpine est à l'origine d'une importante fracturation et fissuration : "Complicated geological structure of the Karavanke mountains formed in uplifting and thrusting of tectonic blocks along sub-vertical faults during shortening in Pliocene" (M. PLENIČAR et al., 2009, p. 25). B. ERHARTIČ (2010) a ainsi cartographié une faille majeure dans la vallée des lacs du Triglav (voir Fig. 2). La région est en outre connue pour être sismique, comme le confirme la destruction récente par un tremblement de terre d'une curiosité naturelle d'origine karstique (Zadnje okno) sur l'une des crêtes du massif de Prisank, au sud de Kranjska Gora, non loin du massif du Triglav (T. MIHELIČ, 2007). Or, si les dolomies et les calcaires sont généralement considérés comme des roches "résistantes", les roches les plus dures sont aussi mécaniquement les plus fragiles et donc les plus fracturées. Les joints, les diaclases et les failles mineures déterminent des zones de faiblesse où se concentre l'attaque de l'érosion (Photo 3). L'allure en dents de scie de la ligne de crête du Triglav, qui montre une alternance de sommets pyramidaux et d'étroits ravins, est en relation avec cette fissuration et cette fracturation.

Photo 3 - Calcaires mésozoïques du massif du Triglav non loin de Vrsič pass.

Photo 3 - Calcaires mésozoïques du massif du Triglav non loin de Vrsič pass.

Ces calcaires sont fortement affectés par la tectonique alpine et les processus d'érosion montagnards, tels que la gélivation.

6 ) La karstification du piédestal du Triglav

13La karstification est responsable dans le massif du Triglav, et tout particulièrement dans les assises carbonatées qui en constituent le piédestal, de la formation de nombreux modelés, comme des grottes et des avens en profondeur et des lapiaz en surface. On observe, en particulier, des pavages calcaires dans la partie supérieure de la vallée des lacs du Triglav et des dolines dans la branche orientale de cette même vallée (B. ERHARTIČ et M. ZORN, 2012). La karstification dépend étroitement de la lithologie. Elle est très efficace dans les calcaires purs, plus modérée dans les dolomies et n'affecte pas les calcaires marneux. Dans le massif du Triglav, les sommets et les crêtes culminantes sont essentiellement dolomitiques, tandis que les couches basales sont formées de calcaires vrais. En conséquence, les modelés karstiques, notamment le pavage karstique visible dans la partie septentrionale de la vallée des lacs du Triglav, ainsi que les nombreuses dépressions fermées visibles au sud du Triglav, comme Velska Dolina, Mišeljska Dolina ou Malo Polje (voir Fig. 2), sont concentrés à la base du massif, tandis que les crêtes dolomitiques sommitales sont moins affectées. On rappellera toutefois, en contre-exemple, la spectaculaire cavité d'origine karstique de "Zadnje okno", située sur une crête de l'épaule ouest du massif du Prisank, qui a été partiellement détruite par un récent tremblement de terre (T. MIHELIČ, 2007).

III - Le Triglav, symbole identitaire d'une nation alpine

14Le Triglav, est l'un des symboles majeurs de Slovénie, le plus connu. À ce titre, il est aujourd'hui représenté sur le drapeau slovène (Photo 4).

Photo 4 - Le drapeau slovène, avec les trois têtes caractéristiques du Triglav.

Photo 4 - Le drapeau slovène, avec les trois têtes caractéristiques du Triglav.

Image libre de droits : http://medias.doublet.pro/​medias/​images/​produits/​0893386e5139138c52370c7b0e3fcb6d.jpg.

15Historiquement, le Triglav a joué un rôle dans l'émergence de la nation slovène, notamment sous l'administration autrichienne, mais aussi après l'indépendance. Dans cette partie, après avoir rappelé que la Slovénie est d'abord un État alpin et non balkanique, nous verrons dans quelle mesure ce massif est le symbole des Alpes slovènes, avant de souligner son importance dans la société slovène.

1 ) La Slovénie, un État alpin

16D'une superficie de 20273 km2, la Slovénie est l'un des plus petits États d'Europe, mais se caractérise par une grande diversité de paysages. Les deux-tiers de son territoire sont situés au-dessus de 500 m d'altitude, à l'exception de la petite partie de la plaine pannonienne qui est située en Slovénie, dans la région de Prekmurje et du bassin de Ljubljana où se trouve la capitale du pays. Même la courte bande littorale entre l'Italie et la Croatie, longue seulement de 46 km, est très proche des montagnes des Alpes juliennes. La partie septentrionale du pays est donc pour l'essentiel alpine, avec les Alpes juliennes au nord-ouest et la région située à l'ouest de Maribor. Le sud du pays est la région éponyme du karst (voir Fig. 1), relief spécifique des régions calcaires, largement représenté dans les Balkans. Dans l'architecture d'ensemble du relief européen, la Slovénie est ainsi au carrefour de deux chaînes de montagnes majeures : les Alpes et les Balkans. Ces contrastes topographiques font partie de la richesse paysagère de la Slovénie et contribuent largement à valoriser le Triglav.

2 ) Le Triglav, un symbole des Alpes slovènes

17La Slovénie a obtenu son indépendance en 1991 après un bref conflit avec la Serbie. Pour la première fois dans son histoire, la Slovénie cessait d'être gouvernée de l'extérieur. À l'époque, le pays était peu connu en Europe de l'Ouest, à la différence des autres républiques de l'ex-Yougoslavie, comme la Serbie ou la Croatie, qui avaient déjà dans le passé, notamment au cours du XXème siècle, constitué des États. Si la Slovénie est très largement un État alpin, la Yougoslavie était essentiellement un pays balkanique, et perçue comme tel à l'extérieur de ses frontières. L'une des principales préoccupations de la jeune nation slovène a été précisément de promouvoir cette identité alpine, à laquelle les Slovènes sont très attachés, car la culture slovène valorise fortement la pratique des sports de montagne, comme l'alpinisme et le ski (A. BARTHES, 2005). La station slovène de Kranjska Gora, non loin du Triglav, accueille ainsi tous les ans des épreuves comptant pour la coupe du monde de ski alpin. Le Triglav symbolise la Slovénie à différents titres, participant du débat sur le terrain géopolitique entre une Slovénie alpine ou balkanique.

18Pour la Slovénie, l'indépendance a ainsi été une opportunité d'affirmer son identité alpine. C'était aussi une manière d'affirmer sa différence par rapport aux autres républiques de l'ex-Yougoslavie, qui appartiennent aux Balkans. La tâche n'a pas été aisée, car, en tant qu'ancienne république de Yougoslavie, la Slovénie était souvent perçue comme balkanique. De plus, à la différence de la Serbie, de la Croatie ou du Monténégro, le pays n'avait jamais été indépendant et très peu d'observateurs étrangers savaient que la Slovénie n'avait pas eu de liens historiques avec la Serbie avant 1918 et la création du royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, mais avec l'Empire austro-hongrois ou avec l'Italie. Les Balkans n'ont pas aujourd'hui une image très positive : une économie et une situation sociale délicates, la montée des nationalismes, le souvenir des guerres déclenchées dans les années 1990 par le démantèlement de la Yougoslavie (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo). Depuis l'indépendance, les autorités slovènes souhaitent présenter le pays comme "le versant ensoleillé des Alpes", pour le relier aux autres pays alpins d'Europe comme l'Autriche ou la Suisse. Cet argument a aussi permis de promouvoir la candidature slovène à l'Union Européenne.

19Toutefois cette conception d'inspiration politique d'une Slovénie alpine peut être discutée du point de vue géographique, car, comme la Croatie ou la Bulgarie, la Slovénie peut aussi être considérée comme un État balkanique. En effet, le sud du pays englobe le karst et de nombreuses rivières appartiennent au système hydrographique des Balkans. Quand le nouvel État a adopté son drapeau national en 1991, pour le distinguer du drapeau russe qui comporte les mêmes couleurs, blanc, bleu, rouge, il y a ajouté divers symboles, parmi lesquels le Triglav, facile à reconnaître avec ses trois sommets, est le plus visible (les deux autres sont des vagues représentant la Mer Adriatique, et trois étoiles dorées faisant référence aux comtes de Celje, qui ont été les derniers à céder leur fief aux Habsbourg au XIIIème siècle). Le drapeau slovène est ainsi le seul au monde avec celui du Népal à représenter une montagne.

20La montagne aux trois sommets, en tant que symbole national, apparaît dans plusieurs secteurs de la vie économique. La principale compagnie d'assurance slovène porte le nom de "Triglav" et a son siège social dans le centre de Ljubljana, sur la place Obvobodilne Fronte, là où les partisans ont libéré la ville à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette compagnie revendique un tiers de la capitalisation boursière de Slovénie et ses activités comprennent les assurances, la sécurité sociale et les retraites complémentaires. Elle joue également un rôle économique dans toute l'ancienne Yougoslavie et son logo est l'un des plus visibles dans toute la Slovénie. On peut y voir la marque d'une véritable patrimonialisation de la montagne. De même, la pièce de 50 centimes d'euro représente le Triglav (Photo 5) et la Banque Nationale Slovène dépeint la montagne comme "l'un des principaux monuments historiques du pays. Au-dessus des trois sommets s'étend l'immensité de l'espace sans frontières, avec la constellation du Cancer, le signe du zodiaque correspondant au moment pendant lequel la Slovénie est devenue indépendante".

21La culture slovène valorise beaucoup la pratique de l'alpinisme, considéré comme un sport national, et les clubs de montagne comptent 150000 membres actifs, sur une population de 2000000 d'habitants (A. BARTHES, 2005). En été, la montagne est ainsi un haut lieu du tourisme et la fréquentation des refuges et des sentiers est alors intense. Dans la région des Alpes juliennes, on a comptabilisé 574631 visiteurs entre le 1er juin et le 30 septembre 2016 (en ne comptant comme visiteurs que les touristes ayant passé au moins une nuit sur place ‒ Dušan PRAŠNIKAR, Alpine Association of Slovenia, communication orale), ce qui contribue à développer une région qui n'est pas urbanisée et joue un rôle important dans l'identité alpine du pays.

22Dans un pays où la nature est omniprésente, grâce en particulier à de très grandes forêts, et où les activités d'extérieur, comme la randonnée, l'escalade et le ski, sont largement pratiquées, il peut paraître surprenant qu'il n'y ait qu'un seul parc national dédié à la préservation de la biodiversité et de la géodiversité. Mais il n'est pas étonnant qu'il soit localisé autour du Triglav : ne dit-on pas en Slovénie que tout Slovène doit faire l'escalade du Triglav au moins une fois dans sa vie ? Ainsi certains hommes politiques slovènes se sont fait photographier en train de gravir la montagne, tandis que Jakob ALAJŽ l'a popularisée par un chant patriotique : "O Triglav, moj dom" (Ô Triglav, ma maison).

23Créé en 1961 et placé sous l'autorité du Ministère de l'Environnement, le Parc National du Triglav couvre une superficie de 838 km2 et emploie une cinquantaine de personnes. Il doit l'essentiel de son succès à la pratique de l'alpinisme. Entre le 1er juin et le 30 septembre 2016, les sept refuges les plus proches du Triglav ont enregistré 34314 nuitées (Dušan PRAŠNIKAR, Alpine Association of Slovenia, communication orale). Le refuge de Kredarica, situé sur l'arête est du Triglav a recensé 1617 nuitées au cours du mois de juillet 2016 et 4074 au cours du mois d'août de la même année (données aimablement communiquées par le Parc National du Triglav).

24Le site internet du Parc National du Triglav (Triglavski Narodni Park) n'hésite pas à affirmer : "Le Parc National du Triglav représente un héritage naturel et culturel exceptionnel du peuple slovène (…), une galerie d'images splendides, un musée à ciel ouvert ainsi qu'un refuge pour de nombreuses âmes à la recherche d'un accord avec elles-mêmes, en harmonie avec la nature". Bien qu'il puisse être considéré comme un géomorphosite, le Triglav n'est pas valorisé comme tel, la mise en avant du patrimoine géologique et géomorphologique étant plutôt concentrée sur le géoparc transfrontalier des Karavanke, voisin du massif du Triglav. En revanche, proche de l'Italie et de l'Autriche, point de rencontre entre les langues slaves, romanes et germaniques, il lui arrive d'abriter des évènements culturels importants.

IV - Conclusion

25Le sommet du Triglav formé de sommets pyramidaux, ou "horns", sculptés par l'érosion glaciaire au sens large, reposant sur un piédestal de calcaires montrant de nombreux modelés karstiques, a également acquis au cours de l'histoire de la Slovénie, une haute valeur emblématique dans le pays. Ces valeurs, tant géoscientifiques que culturelles, y compris les "valeurs additionnelles" que constitue l'évocation du Triglav sur le drapeau national et sur des pièces de monnaie slovènes, permettent incontestablement de le définir comme un géomorphosite bien caractérisé, au sens défini par M. PANIZZA (2001) et E. REYNARD (2005). Ce sont ces aspects qu'il faudrait souligner si l'on installait un panneau interprétatif pour les visiteurs, dans la perspective d'une valorisation du site à visée géodidactique ou géotouristique, inexistante pour le moment. Le col de Vrsič, où la vue sur le Triglav est particulièrement remarquable (voir Photo 1) serait par exemple tout indiqué pour accueillir un tel aménagement, dont l'attractivité pourrait bénéficier de la proximité du Geopark Karawanken.

Haut de page

Bibliographie

BARTHES A. (2005) - Appropriation territoriale du grand site du mont Triglav (Slovénie) et conflictualité. Méditerranée, vol. 105, n° 3-4, p. 81-86.

BENN D.I. et EVANS J.A. (1998) - Glaciers and glaciation. Édit. Arnold, Londres (GB), 734 p.

CELARC B. (2004) - Problematika "cordevolskih" apnencev in dolomitov v slovenskih Južnih Alpah. Problems of the "Cordevolian" limestone and dolomite in the Slovenian part of the Southern Alps. Geologija, vol. 47, n° 2, p.139-149.

EMBLETON C. et KING C.A.M. (1975) - Glacial Geomorphology. Édit. Edward Arnold, Londres (GB), 640 p.

ERHARTIČ B. (2007) - Reliefne oblike kot geodiverziteta (geomorphološka naravna dedišča). Dela, vol. 28, p. 59-74.

ERHARTIČ B. (2010) - Geomorphosite assessment. Acta Geographica Slovenica, vol. 50, n° 2, p. 295-319.

ERHARTIČ B. et ZORN M. (2012) - Geodiversity and geomorphosite research in Slovenia, Geografski vestnik, vol. 84, n° 1, p. 51-63.

ERHARTIČ B., ZORN M., FERK M. et KOMAC B. (2013) - Geomorphosites : individual landforms areas of geomorphological heritage. Livre des résumés de la 8th Conference (IAG) on Geomorphology : "Geomorphology and sustainability" (Paris), session S15B, p. 529.

GRAY M. (2004) - Geodiversity: valuing and conserving abiotic nature. Édit. John Wiley and Sons, Chichester (GB), 434 p.

LOVŠIN E., HRIBAR S. et POTOČNIK M. (1979) - Triglav Gora in Simbol. Édit Mladinska knjiga, Ljubljana (Slovénie), 439 p.

MARTONNE E. de (1947) - Traité de Géographie physique. Tome 2 : Le relief du sol. Édit Armand Colin, 7ème édition, Paris, p. 497-1057.

MIHELIČ T (2007) - Mountaineering in Slovenia. The Julian Alps, the Kamnic and Savinja Alps, the Karavanke. Édit. Sidarta, Ljubljana (Slovénie), 2ème édition, 265 p.

MORARD S., SCAPOZZA C., DUHEM V., REYNARD E. et DELALOYE R. (2009) - Les formes d'érosion. In : Géomorphologie de la montagne, Société Suisse de Géomorphologie (SGmG), fiche 2.2.2, en ligne :
http://www.unifr.ch/geoscience/geographie/ssgmfiches/accueil/droits.php.

PANIZZA M. (2001) - Geomorphosites: Concepts, methods and example of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin, vol. 46, supplément 1, p. 4-5.

PLENIČAR M., OGORELEC B. et NOVAK M., sous la direction de (2009) - Geologija Slovenije. The geology of Slovenian. Édit. Geološki zavod Slovenije, Ljubljana (Slovénie), 612 p.

PRALONG J. P. (2006) - Géotourisme et utilisation de sites naturels d'intérêt pour les sciences de la Terre : les régions de Crans-Montana-Sierre (Valais, Alpes suisses) et Chamonix-Mont-Blanc (Haute Savoie, Alpes françaises). Thèse de Doctorat, Travaux et recherches, n°32, Université de Lausanne (Suisse), IX + 224 p. + annexes.

REYNARD E. (2005) - Géomorphosites et paysages. Géomorphologie, vol. 11, n° 3, p. 181-188.

REYNARD E. et PANIZZA M. (2005) - Géomorphosites, définition, évaluation et cartographie, une introduction. Géomorphologie, vol. 11, n° 3, p. 177-180.

ŠAVER B. (2005) - Nazaj v planinski raj. Alpska kultura slovenstva in mitologija Triglava. Édit. Faculté des Sciences Sociales, Université de Ljubljana (Slovénie), 325 p.

SELLIER D. (2013) - Toponymie et patrimoine géomorphologique : désignation et perception des montagnes quartzitique de la façade atlantique nord-européenne (Norvège, Écosse, Irlande). Norois, vol. 229, p. 53-75.

SELLIER D. et PORTAL C. (2013) - Le patrimoine géomorphologique du Parc naturel régional de Brière (Loire atlantique) et la sélection de géomorphosites : héritages naturels et héritages culturels. Collection EDYTEM. Cahiers de géographie, vol. 15, p. 163-170.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo 1 - Le massif caractéristique du Triglav ("Trois Têtes"), vu depuis Vrsič pass. [cliché : Francis HUGUET]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 2 - Carte géomorphologique schématique du massif du Triglav.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Photo 2 - Le très emblématique lac de Bled.
Légende Lac glaciaire bien caractérisé comptant parmi les plus célèbres sites touristiques de Slovénie, il constitue également la principale porte d'entrée dans le massif du Triglav.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photo 3 - Calcaires mésozoïques du massif du Triglav non loin de Vrsič pass.
Légende Ces calcaires sont fortement affectés par la tectonique alpine et les processus d'érosion montagnards, tels que la gélivation.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 4 - Le drapeau slovène, avec les trois têtes caractéristiques du Triglav.
Légende Image libre de droits : http://medias.doublet.pro/​medias/​images/​produits/​0893386e5139138c52370c7b0e3fcb6d.jpg.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 5 - Pièce slovène de 50 centimes d'euro, représentant et mentionnant le Triglav.
Légende Image libre de droits : http://www.united-euro.eu/​WebRoot/​ce_fr/​Shops/​272338/​4A32/​A378/​6F34/​46AB/​CAE0/​C0A8/​8007/​01CF/​50_0020_cents_0020_slovenie07.JPG.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5404/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Hassid et Francis Huguet, « Le Triglav, un géomorphosite emblématique des Alpes slovènes », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 147-159.

Référence électronique

Laurent Hassid et Francis Huguet, « Le Triglav, un géomorphosite emblématique des Alpes slovènes », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 10 août 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5404 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5404

Haut de page

Auteurs

Laurent Hassid

Laboratoire Pléiade, Université Paris 13, Sorbonne Paris-Cité.
Courriel : laurent0412@gmail.com

Francis Huguet

Laboratoire Pléiade, Université Paris 13, Sorbonne Paris-Cité.
Courriel : francis.huguet@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org