Navigation – Plan du site
Articles

Évaluation quantitative et mise au point d'un SIG sur la structuration du paysage bocager de Ras Djebel dans le sahel de Bizerte (Tunisie)

Brahim Jaziri
p. 161-180

Résumés

Cette contribution de géographie des paysages à la connaissance du secteur de Ras Djebel s'appuie sur des indicateurs éprouvés de caractérisation des bocages, en particulier l'indice de densité bocagère pondérée (Dbp) et l'indice de connectivité (I(Co)), qui ont été calculés pour des mailles de un hectare. Le croisement de ces deux indices donne des résultats particulièrement intéressants. Les mailles les plus bocagères (réseau serré de haies fortement connectées) sont localisées dans les plaines littorales peu élevées du centre-nord et du nord-est du terrain d'étude. En arrière, une bande de mailles diversement bocagères fait transition avec les champs ouverts couvrant les collines à l'intérieur des terres (altitude supérieure à 150 m). Outre la définition et la représentation cartographique des caractères du bocage, l'article propose une réflexion méthodologique sur la mise en œuvre des indices et le développement des approches.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les réseaux bocagers constituent des objets à caractère identitaire, selon la définition de M. WATTEAUX (2005), et des sources de diversités écologiques et biologiques. Celui de Ras Djebel, dans le Sahel de Bizerte, ne déroge pas à la règle. Mais comme beaucoup de bocages, il est aujourd'hui menacé. Nous nous proposons donc d'en établir ici l'état des lieux actuel, pour mieux le connaître, mais aussi pour préparer l'étude de sa dynamique passée à partir de photographies aériennes anciennes et dans la perspective de suivre son évolution dans le futur.

2Pour caractériser la structure du bocage, il a été fait appel à des méthodes de métrique paysagère, qui rendent plus faciles la description et l'interprétation des réseaux de haies. Sans que l'article ait une véritable vocation méthodologique, nous avons pris soin d'adopter des valeurs de référence pouvant servir à des comparaisons en dehors du terrain d'étude.

II - Présentation de la zone d'étude et des concepts

1 ) La zone d'étude

3Située sur le littoral méditerrénéen, la zone d'étude (Fig. 1) appartient au Sahel de Bizerte. Entre les latitudes 37,19861 et 37,24444° N et les longititudes 10,04861 et 10,16555° E, elle couvre une superficie de 37,4 km2. Les terrains en dessous de 100 m d'altitude sont les plus étendus ; ils couvrent 2740 ha, soit 73,3 % de la superficie totale. Mais la topographie présente des disparités entre une zone littorale peu élevée et la zone intérieure, au relief plus accidenté.

Figure 1 - Présentation de la zone d'étude.

Figure 1 - Présentation de la zone d'étude.

4La plaine côtière de Ras Djebel-Béni Ata, dont l'altitude est inférieure à 50 m malgré de petites collines dunaires (M. BEN SALEM, 1996), s'étend sur 1830 ha, soit 48,9 % de la superficie totale. Elle correspond aux terrains les plus habités et où l'exploitation agricole est la plus intense. Les collines et massifs montagneux au sud et au sud-est de Béni Ata ont des altitudes comprises entre 150 et 264 m (Ragoubet El Faoura).

5La plaine de Ras Djebel est ouverte sur la baie de Bizerte au nord et le golfe de Tunis au sud-est. De ce fait, elle subit de fortes influences maritimes. La zone d'étude connaît, comme c'est le cas de toute la Tunisie, un climat méditerranéen capricieux marqué par une alternance de deux saisons fortement contrastées. L'été chaud correspond à la saison sèche et l'hiver doux à la saison humide.

6La température moyenne annuelle à Bizerte (station de Sidi-H'med, à 19 km à l'ouest de Ras Djebel) est de 17,7°C (1971-2000). C'est en janvier qu'on enregistre la température mensuelle moyenne la plus basse (11,1°C), alors qu'août est le mois le plus chaud (26,0°C). À cette même station, les précipitations annuelles moyennes atteignent 648 mm (1901-1977). Il pleut surtout en hiver, qui, avec 259 mm en moyenne (de décembre à février), concentre 42,3 % du total annuel moyen. L'été est sec avec 21,6 mm seulement (de juin à août), ce qui représente 3,6 % du total annuel moyen (B. JAZIRI. 2002).

7À Bizerte, les vents les plus fréquents sont de secteur ouest et nord-ouest (Fig. 2). Ces vents soufflent surtout pendant la saison fraîche, ce qui accentue l'impression de froid. Pendant la saison estivale, les vents dominants sont d'origine est (brises de mer) et sud (sirocco). On compte 43,7 jours de sirocco par an en moyenne sur la période 1990-2000, dont 27,4 % en juillet contre 21,1 % en août.

Figure 2 - Fréquence des vents à Bizerte (1951-1970).

Figure 2 - Fréquence des vents à Bizerte (1951-1970).

Source : Institut national de la Météorologie, Tunisie.

8Le réseau hydrographique est mal hiérarchisé. Il est formé par des cours d'eau de petite taille comme les oueds Béni Ata (3,4 km de long), Aouinet el Oued (7 km) et Kantra (2,8 km). La structure géologique de la plaine côtière de Ras Djebel correspond à un bassin mio-pliocène (DGRE, 2005). Les dépôts du Quaternaire récent, constitués de sables et éboulis gréseux perméables, reposent sur une couche marneuse imperméable (M. ENNABLI, 1966). Ces conditions expliquent la présence d'une d'eau souterraine importante.

9À cette nappe phréatique sont associées les principales zones agricoles. (M.A. HAMZA et al., 2008). Son exploitation se fait par des puits, dont le nombre est passé de 1396 en 1984 (710 étaient électrifiés) à 1580 en 2010 (dont 819 électrifiés) (M. ENNABLI, 1969 ; DGRE, 2010).

2 ) Installation du réseau bocager

10L'intensifcation des modes agraires et l'extension des cultures irriguées dans la plaine côtière ventée du Sahel de Bizerte a nécessité d'importantes plantations de haies brise-vent. La mise en place du réseau bocager a commencé dans les années 1920 (Fig. 3), avant même les travaux de reboisement des dunes sableuses. La fixation et le reboisement des dunes maritimes dans la région de Bizerte a débuté en 1904 (M. MOTTE, 1963), les sables marins progressant vers l'intérieur des terres sous l'influence des vents de nord-ouest. Toutefois, dans la région de Ras Djebel, les travaux n'ont été entrepris qu'en 1964 (M. BEN SALEM, 1996). 2119 ha de boisement ont intéressé les dunes mouvantes de Chott Mami, El Hdouba, Charchara et El Houarech (Fig. 3).

Figure 3 - Dynamique du paysage près de Ras Djebel de 1900 à 2016.

Figure 3 - Dynamique du paysage près de Ras Djebel de 1900 à 2016.

11L'extension récente des constructions autour de Ras Djebel et des villages limitrophes (Fig. 3) constitue une menace pour le réseau bocager. La superficie de la ville de Ras Djebel atteint actuellement près de 300 ha, contre 33 ha en 1948 et 80 ha en 1982. Celle du périmètre agricole a chuté de 2200 ha en 2000 à 2000 ha en 2005 et 1987 ha en 2011 (I. FERCHICHI, 2012).

3 ) S'entendre sur quelques concepts

12Une haie brise-vent est considérée comme un obstacle plan, mince, plus ou moins perméable, établi perpendiculairement à la direction du vent dominant. Il assure ainsi une protection mécanique aux cultures. La haie est un élément central des paysages agricoles bocagers. Elle offre de multiples fonctions (F. LARCHER et B. BAUDRY, 2013) qui sont directement liées à leur forme et à leur structure. Cette formation végétale linéaire semi-artificielle joue un rôle important dans les processus biologiques (habitat, corridor végétal, maintien de la biodiversité) et physiques (lutte antiérosive et atténuation des effets météorologiques sur les cultures). Chaque haie se distingue par ses structures interne (composition floristique, stratification, âge) et externe (type d'occupation du sol, topographie, type de culture, conditions climatiques…), qui sont liées aux interactions avec le milieu.

13Le bocage désigne, dans le langage des géographes, un paysage agraire d'enclos verdoyants (P. FLATRÈS, 1976 ; B. ROLAND et C. FLEURANT, 2004). Il s'oppose au paysage de champs ouverts. Le bocage est associé à un réseau de haies vives, plus ou moins connectées les unes avec les autres, appelé maillage bocager, qui détermine une mosaïque de parcelles agricoles.

14La connectivité (ou continuité) du maillage bocager désigne les intersections des haies. On distingue souvent la connectivité fonctionnelle (biologique et écologique) et la connectivité structurelle, laquelle dépend de l'organisation des éléments paysagers (H. DÉCAMPS et O. DÉCAMPS, 2004). On parle également de connectivité spatiale, qui décrit le milieu et les liens structuraux entre les "taches d'habitat" (P. TRIPLET, 2016).

III - Calcul et cartographie des indicateurs paysagers

1 ) L'acquisition des données sur le réseau bocager

15À partir d'une image matricielle de haute résolution de la zone d'étude extraite de l'application Google Earth Pro, on procède à la vectorisation des différents éléments du paysage. Grace aux logiciels dédiés au SIG, les données vectorielles extraites peuvent être stockées sous forme d'objets géométriques (points, lignes et polygones) intégrés avec leurs coordonnées géographiques X et Y. L'ensemble des données géographiques, structurées sous forme de couches et de tables, forment la base de donnée. Le respect des règles topologiques et de saisie garantissent non seulement une cartographie de qualité, mais également une analyse spatiale et une requête des relations géométriques entre les différents éléments représentés.

2 ) Calcul des indicateurs

16De nombreux indices paysagers permettent de quantifier la structure et l'organisation d'un paysage. Certains font référence à l'organisation des éléments paysagers (R. FORMAN et M. GODRON, 1986 ; L.R. IVERSON, 1988 ; R.V. O'NEILL et al., 1988), d'autres à l'hétérogénéité spatiale des paysages (M. ANTROP et V. VAN EETVELDE, 2000) et d'autres à la dynamique des mosaïques paysagères (H. DÉCAMPS et O. DÉCAMPS, 2004). Tous les indices développés mesurent le degré de connectivité ou d'hétérogénéité des taches dans une matrice fragmentée.

17Nous retenons deux indices, à savoir l'indice de densité bocagère pondérée (Dbp) et l'indice de connectivité (I(Co)). Ces deux indices déterminent à la fois le nombre et la nature des intersections, ainsi que la continuité spatiale du réseau boisé.

a. Indice de densité bocagère pondérée (Dbp)

18La densité du bocage (Db) est calculée en divisant la somme des longueurs des linéaires de haies par la superficie du territoire considéré :

19La structure du bocage n'est pas homogène. L'indice de densité ne tient pas compte de la continuité spatiale du réseau bocager. Cette dernière est déterminée par la structure du linéaire. Ainsi, trois catégories de haies ont été recensées dans notre région d'étude : les haies continues (arbres ou arbustes à houppiers jointifs), les haies discontinues (houppiers non jointifs) et les haies éparses (houppiers éloignés : espace entre deux arbres supérieur à trois fois la couronne d'un arbre). Nous proposons donc un indice de densité pondérée qui prend en compte la structure du linéaire bocager. Cet indice est calculé de la manière suivante :

b. L'indice de connectivité I(Co)

20Cet indice, proposé par É. VADAINE (2002), est basé sur le décompte des points-limites des haies : extrémités libres et connexions entre les haies. À chaque connexion est associé un poids "P" qui dépend du nombre de branches constituant l'intersection (voir infra). L'indice de connectivité est calculé selon la formule suivante :

3 ) SIG appliqué aux bocages

21La cartographie de l'indice de densité bocagère s'effectue à l'échelle de mailles carrées de 1 ha. La difficulté réside dans le calcul de la longueur totale des haies dans chaque maille. La création de la grille de mailles s'effectue avec l'outil "Grille vecteur" dans le menu "Vecteur > Outils de géométrie" de QGIS. Une fois le réseau bocager digitalisé, on procède au découpage du linéaire bocager selon la grille. Puis, avec la commande "Total des longueurs des lignes" (menu "Vecteur > Outils d'analyse"), on obtient une table attributaire avec la longueur des lignes de chaque maille. Le traitement cartographique consiste, par la suite, à classer le maillage selon sa densité.

22La digitalisation des lignes est effectuée selon un modèle topologique et d'accrochage. Cette technique permet de joindre des lignes entre-elles (R. DAUTRESIRE, 2014). Cela va permettre de déterminer les intersections et le calcul de l'indice de connectivité. Grâce à l'outil "Extraction des nœuds" (menu "Vecteur > Outils de géométrie > Extraction des nœuds") de QGIS, il est possible d'extraire toutes les extrémités des segments de haie. À chaque extrémité est associé un "poids", qui dépend du nombre de branches connectées (Fig. 4).

Figure 4 - Types d'extrémités des segments de haie et poids correspondants.

Figure 4 - Types d'extrémités des segments de haie et poids correspondants.

23Le poids 0 est attribué aux extrémités libres. Les connexions de deux segments de haie (type en L) ont un poids de 1, celles de trois segments de haie (type en T) un poids de 2, celles de quatre segments de haie (type en X) un poids de 3 et celles de plus de quatre segments de haie, très rares, un poids de 4.

24Selon le logiciel QGIS, un nœud correspond à l'intersection de deux segments. Pour chaque connexion impliquant au moins trois segments, le logiciel décèle donc un nombre de nœuds supérieur à 1. Le passage des nœuds aux connexions se fait sous EXCEL, en comparant les coordonnées X et Y, ce qui permet d'éliminer les répétitions tout en définissant le poids des connexions. Sous QGIS, on calcule ensuite la somme des poids dans chaque maille, ce qui permet d'aboutir à la carte de connectivité bocagère.

IV - Résultats

1 ) Caractéristiques générales du réseau de haies

25La digitalisation du réseau bocager a permis de recenser 9660 segments totalisant 399,4 km de linéaire bocager (Fig. 5). Les haies continues (7734 segments ; 294,6 km) représentent 73,8 % de l'ensemble du linéaire, les haies discontinues (1828 segments ; 99,1 km) 24,8 % et les haies éparses (98 segments ; 5,7 km) 1,4 % seulement.

Figure 5 - Caractéristiques spatiales du réseau bocager.

Figure 5 - Caractéristiques spatiales du réseau bocager.

26La figure 6 fait ressortir les différences de densité du réseau de haies en fonction du relief. La relation entre l'altitude et la longueur totale des haies est évidente, leur densité passant de 18,4 km/km2 pour la classe d'altitude < 50 m à 5,25 km/km2 pour celle 50-100 m et tombant à 0,62 km/km2 pour la classe 150-200 m (Tab. I).

Figure 6 - Relation entre la densité du réseau de haies et la topographie.

Figure 6 - Relation entre la densité du réseau de haies et la topographie.

Lire : …50], ]50-100], ]100-150], ]150-200] et > 200.
La somme des nombres de segments indiqués dans l'encart (
9814) dépasse le nombre réel de segments (8660), certains segments étant comptés dans deux classes d'altitude.

Tableau I - Longueur totale des haies en fonction des classes d'altitude.

Tableau I - Longueur totale des haies en fonction des classes d'altitude.

27La figure 7 et le tableau qui l'accompagne indiquent, pour l'ensemble du réseau de haies (2035 mailles), la répartition spatiale des différents types de points-limites et leur distribution en fonction des classes d'altitude.

Figure 7 - Distribution des points-limites selon l'altitude.

Figure 7 - Distribution des points-limites selon l'altitude.

28Le nombre total de points-limites s'élève à 19814. Si les extrémités libres (3786, soit 19,1 % du total des points-limites) sont réparties de manière assez homogène sur une grande partie du terrain d'étude, les connexions en L (5414 ; 27,3 % du total), en T (8769 ; 44,3 % du total) et en X (1845 ; 9,3 % du total) apparaissent fortement concentrées, au centre-nord et au nord-est du terrain d'étude. Ainsi la part des points-limites situés à une altitude inférieure à 50 m, est-elle de 75,6 % pour les extrémités libres, 83,8 % pour les connexions en L, 94,4 % pour celles en T et 96,8 % pour celles en X, donc d'autant plus forte que le type considéré correspond à un réseau mieux connecté. Les connexions de type X+ ne sont qu'au nombre de 5 au total.

29Sur les 3907 mailles de 1 ha constituant la grille adoptée pour cette étude, 1506 (38,5 % du total) contiennent au moins une connexion et 2035 (52,1 % du total) au moins une connexion ou une extrémité libre. Sur ces 2035 mailles, 527 (25,9 % du total) ont un I(Co) égal à 0, autrement dit une extrémité libre au moins, mais pas de connexion.

2 ) La densité du réseau bocager

30Sur certaines mailles, la longueur totale des haies est très faible et les segments peuvent n'être que les bouts de haies de mailles voisines. Afin d'éliminer une partie au moins de ces situations particulières, nous considèrerons comme mailles bocagères seulement celles ayant une longueur de haies supérieure ou égale à 20 m.

31Sur les 2035 mailles où les haies sont présentes (mailles du réseau de haies), 1903 sont ainsi reconnues comme bocagères.

a. La densité bocagère (Db)

32La densité bocagère moyenne est de 213,2 m/ha (écart moyen : 125,0 m/ha), avec une valeur maximale de 732,7 m/ha.

33Pour la représentation cartographique des mailles (Fig. 8), nous avons adopté les seuils suivants : 115 m/ha (valeur moyenne correspondant à des parcelles carrées faisant toutes 3,024 ha), 200 m/ha (parcelles de 1 ha) et 400 m/ha (parcelles de 0,25 ha). Les mailles avec une longueur de haies inférieure à 20 m/ha ont été portées à titre indicatif.

Figure 8 - Carte de la densité bocagère.

Figure 8 - Carte de la densité bocagère.

En blanc : mailles sans aucune haie (bâti, végétation "naturelle" et champs ouverts). Lire : < 20, [20-115], ]115-200], ]200-400] et > 400.

34Les mailles se répartissent ainsi : 633 < 115 m/ha ; 457 de 115 à 200 m/ha ; 539 de 200 à 400 m/ha ; et 273 > 400 m/ha.

b. La densité bocagère pondérée (Dbp)

35Pour les 1903 mailles bocagères, la densité pondérée moyenne est de 184,8 m/ha (écart moyen : 123,7 m/ha).

36Pour la représentation cartographique de la Dbp (Fig. 9), nous avons déterminé les valeurs seuils en multipliant celles de la Db par le rapport Dbp/Db moyen (0,8667), ce qui donne les valeurs (arrondies) suivantes : 100, 173 et 347 m/ha, auxquelles nous avons ajouté celle de 50 m/ha.

Figure 9 - Carte de la densité bocagère pondérée.

Figure 9 - Carte de la densité bocagère pondérée.

Seules sont prises en compte les mailles ayant une densité bocagère supérieure ou égale à 20 m/ha. Lire : …50], ]50-100], ]100-173], ]173-347] et > 347.

37Les mailles se répartissent ainsi : 363 < 50 m/ha ; 370 de 50 à 100 m/ha ; 394 de 100 à 173 m/ha ; 441 de 173 à 347 m/ha et 335 > 347 m/ha. Par rapport à la Db, la classe inférieure de la Dbp (< 100 m/ha) est beaucoup plus fournie (733 mailles, contre 633), les classes intermédiaires le sont moins et la classe supérieure l'est davantage (334 mailles, contre 273).

38Les mailles présentant une forte Db ont presque toutes un rapport Dbd/Db élevé (Fig. 10). À cet égard, il est intéressant de noter que la Dbp partage avec la Db la même valeur maximale : 732,7 m/ha. Sur les 274 mailles avec une Db supérieure à 400 m/ha, 25 seulement (9,1 %) ont un rapport inférieur au rapport moyen de 0,8667 et un seul un rapport inférieur à 0,7 (0,59). Pour atteindre un total de 10 mailles ayant un rapport inférieur à 0,7, il faut descendre à une Db de 330 m/ha. Vers la gauche de la figure, donc en allant vers des Db de plus en plus faibles, l'éventail des valeurs s'élargit, vingt-deux d'entre elles s'établissant à 0,333.

Figure 10 - Valeurs du rapport Dbp/Db en fonction de la densité bocagère (Db).

Figure 10 - Valeurs du rapport Dbp/Db en fonction de la densité bocagère (Db).

c. Interprétation des données sur la densité des mailles bocagères

39Les cartes de la Db et de la Dbp donnent des images assez similaires du réseau de haies. Les valeurs de la Db supérieures à 200 m/ha et celles de la Dbp supérieures à 173 m/ha sont concentrées au centre-nord et au nord-est du terrain d'étude, dans les plaines littorales séparées par les espaces dunaires boisés. C'est une zone à vocation agricole située dans l'aire d'extension de la nappe phréatique littorale, où les exploitations et donc les parcelles sont particulièrement petites. À titre indicatif, notons que sur l'ensemble du périmètre irrigué (qui déborde du terrain d'étude), la superficie moyenne des exploitations était de 0,50 ha en 1995 (4100 exploitations pour 2069 ha ‒ SCET, 1995) et de 0,44 ha en 2011 (4500 exploitations pour 1987 ha (I. FERCHICHI, 2012).

40En retrait de la bande littorale, la Db et la Dbp diminuent, puis les haies se font rares à l'intérieur des terres, où le relief est plus accidenté.

41La seule vraie différence, en rapport avec ce qui a été noté à propos du rapport Db/Dbp, tient au fait que la Dbp fait mieux ressortir la forte densité du réseau de haies dans les plaines littorales, les mailles à Dbp > 347 m/ha étant plus nombreuses que celles à Db > 400 m/ha.

3 ) La connectivité du réseau de haies dans les mailles bocagères

42L'indice de connectivité I(Co) nous renseigne sur la qualité de l'organisation spatiale des haies. Sa signification, telle qu'elle présentée par É. VADAINE (2002), est simple. Si l'indice tend vers 100 %, il y a peu d'extrémités libres au regard des points-limites, le maillage est donc très structuré. À l'inverse, si l'indice tend vers 0 %, il y a très peu de connexions par rapport aux extrémités libres, ce qui implique un maillage très discontinu.

43En considérant les mailles bocagères (Db supérieure ou égale à 20 m/ha), la valeur moyenne de l'indice I(Co) est de 56,8 %. Cette valeur est dépassée dans 1063 mailles, soit 55,9 % des mailles bocagères. Parmi elles, 1486 présentent au moins une connexion (mailles connectives). Pour ces dernières, la valeur moyenne de l'indice est de 72,7 %.

44Les valeurs les plus élevées de l'indice, correspondant à un réseau bocager hautement connecté, sont particulièrement nombreuses au centre-nord et au nord-est du terrain d'étude (Fig. 11).

Figure 11 - Carte de la connectivité dans les mailles bocagères.

Figure 11 - Carte de la connectivité dans les mailles bocagères.

Seules sont prises en compte les mailles ayant une densité bocagère supérieure ou égale à 20 m/ha. Lire : [0-25], ]25-50], ]50-75] et ]75-100].

V - Croisement des indices : la lecture des paysages bocagers

45Les mailles bocagères ont été portées sur un plan en fonction des valeurs de l'I(Co) (en abscisse) et de la Dbp (en ordonnée). Elles ont ensuite été discriminées selon leur position par rapport à des valeurs choisies des indices. Quatre groupes peuvent être ainsi distingués.

46Sur la figure 12 et dans le tableau II, les valeurs adoptées pour la discrimination des mailles sont 173 m/ha pour la Dbp et 50 % pour l'I(Co).

Figure 12 - Caractéristiques paysagères du réseau bocager à Ras Djebel avec comme valeurs de référence 173 m/ha pour la Dbp et 50 % pour l'I(Co).

Figure 12 - Caractéristiques paysagères du réseau bocager à Ras Djebel avec comme valeurs de référence 173 m/ha pour la Dbp et 50 % pour l'I(Co).

Classes : …173] et > 173 (m/ha) pour la Dbp ; …50] et > 50 (%) pour l'I(Co).

Tableau II - Valeurs moyennes des indices Dbp (m/ha) et I(Co) (%) pour les groupes de mailles bocagères.

Tableau II - Valeurs moyennes des indices Dbp (m/ha) et I(Co) (%) pour les groupes de mailles bocagères.

47Les 694 mailles du groupe 1 (paysage très bocager) associent des valeurs élevées de la Dbp (jusqu'à 732,7 m/ha) et de l'I(Co). Elles sont fortement concentrées dans les plaines littorales à l'est de l'oued Ali (Gouz El Gharmoul, El Masket et El Hdouba), dont l'ensemble est entrecoupé par deux grands secteurs forestiers et par la zone périurbaine nord de la ville de Ras Djebel. Une partie est disséminée sur le reste du terrain d'étude, notamment près de Béni Ata. Dans ce groupe, les haies, nombreuses et fortement connectées, déterminent un paysage très bocager, fermé, à maillage serré. La continuité que leur confèrent des houppiers jointifs (Photo 1), amplifie la fermeture du paysage et assure la connexion fonctionnelle entre les îlots forestiers.

Photo 1 - Haies continues formant un paysage bocager fermé et à maillage serré (photo prise à Béni Ata). [cliché : Brahim JAZIRI]

Photo 1 - Haies continues formant un paysage bocager fermé et à maillage serré (photo prise à Béni Ata). [cliché : Brahim JAZIRI]

48Les mailles du groupe 2 (paysage bocager à très bocager) montrent un réseau de haies serré (Dbp jusqu'à 422 m/ha), mais peu connecté. Relativement peu nombreuses (82), ces mailles sont disséminées sur l'ensemble du terrain d'étude, souvent (mais pas exclusivement) en association avec celles du groupe 1. Dix des mailles du groupe 2 ont un I(Co) de 50 %.

49428 mailles relèvent du groupe 3 (paysage bocager à peu bocager). Le réseau de haies est fortement connecté (I(Co) jusqu'à 100 %), mais de faible densité (Photo 2). Dans certains cas, la Dbp tombe à des valeurs très basses (jusqu'à 7,9 m/ha). Mais peut-on alors encore parler de paysage bocager ? Des valeurs aussi faibles s'expliquent par le fait qu'un segment de haie situé principalement sur une autre maille déborde légèrement sur la maille considérée.

Photo 2 - Haie discontinue dans un paysage semi ouvert de bocage dégradé (photo prise près de la ville Ras Djebel). [cliché : Brahim JAZIRI]

Photo 2 - Haie discontinue dans un paysage semi ouvert de bocage dégradé (photo prise près de la ville Ras Djebel). [cliché : Brahim JAZIRI]

50Le groupe 4 (paysage peu bocager), de peu le plus abondant, comprend 699 mailles (dont 50 ont un I(Co) de 50 %). Le paysage est peu bocager, à la fois de faible densité (Dbp moyenne de 69,6 m/ha et minimale de 7,4 m/ha) et peu connecté (I(Co) moyen de 14,7 %).

51Au centre du terrain d'étude, les mailles des groupes 3 et 4 forment une bande NO-SE, à laquelle sont associées quelques plages du groupe 1. Cette mosaïque témoigne d'une dégradation du bocage. Mais elle fait aussi transition entre le bocage des plaines littorales et les terres vouées à la céréaliculture et aux pâturages de l'intérieur. Au sud, quelques îlots bocagers apparaissent encore, en particulier près de Borj el Ghatas, mais les haies y sont très peu nombreuses (Photo 3).

Photo 3 - Un paysage ouvert et peu bocager (photo prise depuis les hauteurs de Sidi Ali Chebab en regardant vers la ville Ras Djebel). [cliché : Brahim JAZIRI] 

Photo 3 - Un paysage ouvert et peu bocager (photo prise depuis les hauteurs de Sidi Ali Chebab en regardant vers la ville Ras Djebel). [cliché : Brahim JAZIRI] 

52La figure 13, qui combine une Dbp de 347 m/ha et un I(Co) de 75 %, fournit une autre illustration de la concentration des mailles les plus bocagères au centre-nord et au nord-est du terrain d'étude.

Figure 13 - Caractéristiques paysagères du réseau bocager à Ras Djebel avec comme valeurs de référence 347 m/ha pour la Dbp et 75 % pour l'I(Co).

Figure 13 - Caractéristiques paysagères du réseau bocager à Ras Djebel avec comme valeurs de référence 347 m/ha pour la Dbp et 75 % pour l'I(Co).

Classes : …347] et > 347 (m/ha) pour la Dbp ; …75] et > 75 (%) pour l'I(Co).

VI - Conclusion

53Le bocage, bien que récent, puisqu'il date des années 1920, est un élément majeur des paysages du Sahel de Bizerte. Sur les 37,4 km2 que compte le terrain d'étude, les haies sont présentes sur 2035 des mailles d'un hectare constituant notre grille d'étude. Les indices utilisés dans cet article et surtout le croisement de la Dbp et de l'I(Co) donnent une traduction objective, sous forme cartographique, des informations acquises sur le réseau de haies. Avec des valeurs de référence des indices de 173 m/ha pour la Dbp et 50 % pour l'I(Co), 36,4 % des mailles bocagères présentent un caractère très bocager (groupe 1 : réseau de haies dense et bien connecté), 4,3 % un caractère bocager à très bocager (groupe 2 : réseau dense, mais peu connecté), 22,5 % un caractère bocager à peu bocager (groupe 3 : réseau lâche, mais bien connecté) et 36,7 % un caractère peu bocager (groupe 4 : réseau lâche et peu connecté).

54Le paysage est particulièrement bocager dans les plaines littorales du nord-est où les mailles du groupe 1 constituent de larges plages pratiquement homogènes, qui partagent l'espace avec deux ensembles forestiers. C'est là que se concentrent la plupart des mailles extrêmement bocagères (Dbp > 347 m/ha ; I(Co) > 75 %), au nombre de 292 (13,2 % du total des mailles bocagères). On notera cependant que la prolifération des villas en bord de mer, autour des forêts et même au cœur des plaines, ainsi que l'extension de Ras Djebel (dont la superficie est passée de 0,8 km2 en 1982 à 3 km2 aujourd'hui), concourent à faire reculer le bocage et à en réduire la connectivité.

55Vers l'intérieur, une large bande NO-SE, où dominent les mailles des groupes 4 et 3, fait transition avec les champs ouverts situés plus au sud, où les plaines laissent totalement la place à un relief de collines.

56Sur le plan méthodologique, les indice Dbp et I(Co) ont confirmé leur capacité à caractériser un réseau bocager. Leur croisement permet en outre une classification des mailles bocagères. Pour ce faire, nous avons utilisé des valeurs de référence susceptibles d'être utilisées dans tous les bocages, à des fins de comparaison. Enfin, dans le cadre de l'étude de la dynamique passée du bocage de Ras Djebel, nous essaierons de déterminer dans quelle mesure le rapport Dbp/Db peut être mis en relation avec l'état de conservation ou de dégradation du bocage. On notera dans l'immédiat que les valeurs de ce rapport sont d'autant plus élevées et d'autant moins dispersées que l'indice Db est plus fort.

Remerciements : Je suis reconnaissant aux réviseurs de mon travail, Aziz BALLOUCHE et un collègue resté anonyme, pour leurs remarques constructives. Mes remerciements s'adressent également à Claude MARTIN pour l'attention qu'il a portée à mon travail et les conseils qu'il m'a prodigués.

Haut de page

Bibliographie

ANTROP M. et VAN EETVELDE V. (2000) - Holistic aspects of suburban landscapes: visual image interpretation and landscape metrics. Landscape and Urban Planning, vol. 50, n° 1, p. 43-58.

BEN SALEM M. (1996) - Le Sahel de Bizerte : cartographie de l'occupation du sol et de sa dynamique. Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences Humaines de Tunis (Tunisie), 238 p.

DAUTRESIRE R. (2014) - Cartographie de bocage par photo-interprétation sur des secteurs de Basse-Normandie. Mémoire de Master 1, Université de Caen - Basse Normandie, 53 p.

DÉCAMPS H. et DÉCAMPS O. (2004) - Au printemps des paysages. Édit. Buchet/Chastel, collection "Écologie", 235 p.

DGRE (2005) - Annuaire de l'exploitation des nappes profondes, 2005. Édit. Édit. Direction Générale des Ressources en Eaux (DGRE), Ministère de l'Agriculture et des Ressources Hydrauliques, Tunis (Tunisie), 390 p.

DGRE (2010) - Annuaire de la qualité des eaux souterraines en Tunisie. Édit. Direction Générale des Ressources en Eaux (DGRE) / Bureau de l'Inventaire et des Recherches Hydrauliques (BIRH), rapport interne, Tunis (Tunisie), 331 p.

ENNABLI M. (1966) - Carte des ressources en eaux souterraines de la Tunisie. Feuille de Bizerte au 1/200000. Édit. Bureau de l'Inventaire et des Recherches Hydrauliques (BIRH), Tunis (Tunisie), avec notice explicative, 22 p.

ENNABLI M. (1969) - Étude hydrogéologique de la plaine de Ras Djebel. Rapport interne de la DGRE, Tunis (Tunisie), 134 p.

FERCHICHI I. (2012) - Contribution a l'évaluation des performances du périmètre irrigué de Ras Jbel. Mémoire de Mastère, INAT, Tunis (Tunisie), 164 p.

FLATRÈS P. (1976) - Rapport de synthèse. Géographie. In : Les bocages : histoire, écologie, économie, Édit. INRA, CNRS, ENSA et Université de Rennes, Rennes 1, p. 21-30.

FORMAN R. et GODRON M. (1986) - Landscape Ecology. Édit. John Wiley and Sons, New York (USA), 620 p.

HAMZA M.A., ADDED A., FRANCÈS A., RODRIGUEZ R., AJMI M. et ABDELJAOUED S. (2008) - Évaluation de la vulnérabilité à la pollution potentielle de la nappe côtière alluvionnaire de Meltine-Ras Djebel-Raf Raf (Nord-Est tunisien) selon les méthodes paramétriques DRASTIC, SINTACS et SI. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 21, n° 1, p. 75-86.

IVERSON L.R. (1988) - Land-use changes in Illinois, USA: the influence of landscape attributes on current and historic land use. Landscape Ecology, vol. 2, n° 1, p. 45-61.

JAZIRI B. (2002) - Le Parc National Ichkeul : l'Homme et la végétation. Mémoire de Maîtrise, ENS de Tunis (Tunisie), 75 p.

LARCHER F. et BAUDRY B. (2013) - Landscape grammar: a method to analyse and design hedgerows and networks. Agroforestry Systems, vol. 86, p. 181-192.

MOTTE M. (1963) - Fixation et reboisement des dunes maritimes en Tunisie et plus spécialement dans la région de Bizerte. Revue Forestière Française, n° 5, p. 449-466.

O'NEILL R.V., KRUMMEL J.R., GARDNER R.H., SUGIHARA G., JACKSON B., DE ANGELIS D.L., MILNE B.T., TURNER M.G., ZYGMUNT B., CHRISTENSEN S.W., DALE V.H. et GRAHAM R.L. (1988) - Indices of landscape pattern. Landscape Ecology, vol. l, n° 3, p. 153- 162.

ROLAND B et FLEURANT C. (2004) - Caractérisation des formes du bocage à l'aide de la géométrie fractale. L'Espace géographique, vol. 33, n° 2, p. 165-174.

SCET (1995) - Rapport final de mission d'assistance technique à la mise en exploitation des périmètres irrigués de Ras Djebel, Aousja et Henchir Tobias. Société Centrale pour l'Équipement du Territoire ‒ Tunisie, Tunis (Tunisie), cité par I. FERCHICHI (2012).

TRIPLET P. (2016) - Dictionnaire encyclopédique de la diversité biologique et de la conservation de la nature. Ouvrage en ligne, 938 p.

VADAINE É. (2002) - Appréciation quantitative de l'évolution du paysage bocager. Mise au point d'un indicateur de la dynamique bocagère. Mémoire de Maîtrise, Université de Caen, 65 p. + annexes, en ligne.

WATTEAUX M. (2005) - Sous le bocage, le parcellaire... Études Rurales, vol. 175-176, p. 53­80.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Présentation de la zone d'étude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 2 - Fréquence des vents à Bizerte (1951-1970).
Légende Source : Institut national de la Météorologie, Tunisie.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 3 - Dynamique du paysage près de Ras Djebel de 1900 à 2016.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 - Types d'extrémités des segments de haie et poids correspondants.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 5 - Caractéristiques spatiales du réseau bocager.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 6 - Relation entre la densité du réseau de haies et la topographie.
Légende Lire : …50], ]50-100], ]100-150], ]150-200] et > 200.La somme des nombres de segments indiqués dans l'encart (9814) dépasse le nombre réel de segments (8660), certains segments étant comptés dans deux classes d'altitude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Tableau I - Longueur totale des haies en fonction des classes d'altitude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 7 - Distribution des points-limites selon l'altitude.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Figure 8 - Carte de la densité bocagère.
Légende En blanc : mailles sans aucune haie (bâti, végétation "naturelle" et champs ouverts). Lire : < 20, [20-115], ]115-200], ]200-400] et > 400.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure 9 - Carte de la densité bocagère pondérée.
Légende Seules sont prises en compte les mailles ayant une densité bocagère supérieure ou égale à 20 m/ha. Lire : …50], ]50-100], ]100-173], ]173-347] et > 347.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 10 - Valeurs du rapport Dbp/Db en fonction de la densité bocagère (Db).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 11 - Carte de la connectivité dans les mailles bocagères.
Légende Seules sont prises en compte les mailles ayant une densité bocagère supérieure ou égale à 20 m/ha. Lire : [0-25], ]25-50], ]50-75] et ]75-100].
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Figure 12 - Caractéristiques paysagères du réseau bocager à Ras Djebel avec comme valeurs de référence 173 m/ha pour la Dbp et 50 % pour l'I(Co).
Légende Classes : …173] et > 173 (m/ha) pour la Dbp ; …50] et > 50 (%) pour l'I(Co).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Tableau II - Valeurs moyennes des indices Dbp (m/ha) et I(Co) (%) pour les groupes de mailles bocagères.
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Photo 1 - Haies continues formant un paysage bocager fermé et à maillage serré (photo prise à Béni Ata). [cliché : Brahim JAZIRI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Photo 2 - Haie discontinue dans un paysage semi ouvert de bocage dégradé (photo prise près de la ville Ras Djebel). [cliché : Brahim JAZIRI]
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Photo 3 - Un paysage ouvert et peu bocager (photo prise depuis les hauteurs de Sidi Ali Chebab en regardant vers la ville Ras Djebel). [cliché : Brahim JAZIRI] 
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 13 - Caractéristiques paysagères du réseau bocager à Ras Djebel avec comme valeurs de référence 347 m/ha pour la Dbp et 75 % pour l'I(Co).
Légende Classes : …347] et > 347 (m/ha) pour la Dbp ; …75] et > 75 (%) pour l'I(Co).
URL http://physio-geo.revues.org/docannexe/image/5451/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brahim Jaziri, « Évaluation quantitative et mise au point d'un SIG sur la structuration du paysage bocager de Ras Djebel dans le sahel de Bizerte (Tunisie) », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 161-180.

Référence électronique

Brahim Jaziri, « Évaluation quantitative et mise au point d'un SIG sur la structuration du paysage bocager de Ras Djebel dans le sahel de Bizerte (Tunisie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 03 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://physio-geo.revues.org/5451 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5451

Haut de page

Auteur

Brahim Jaziri

Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Département de Géographie.
Courriel : brahimjaziri@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Revues.org